[Quête perso] Un deuxième souffle

Ce pays désertique et infertile, rendant toute culture vaine, porte ce nom en raison de la présence impressionnante de cet animal capable de transformer en pierre toute créature ayant le malheur de croiser sa route. À en croire les rumeurs inquiètes faisant état de statues grimaçantes, nombreux furent ceux dont la vie s'est arrêtée au détour d'une dune ou d'une tempête de sable les ayant entraîné plus avant. Quant à la présence d'oasis réconfortantes, nul n'en fait état, rendant encore plus pénible le franchissement de cette barrière de sable.
Répondre
Avatar du membre
Dreiyan
Messages : 969
Enregistré le : mar. 10 juin 2003, 18:27
Localisation : Au bout du lac
Statut : Hors ligne

[Quête perso] Un deuxième souffle

Message par Dreiyan »

Ce qui se passe avant se passe ici

Dreiyan regardait le navire s'éloigner. Ses voiles repliées, il se laissait tirer par le courant de la Houleuse.

Il s'était extirpé de sa cachette alors qu'aucun bruit de semblait régner sur le pont. Par chance, il n'aperçut aucun matelot. Il mit quelques instants avant de s'habituer à la lumière du soleil, qui approchait de son zénith. Suite à quoi il put apprécier pleinement le paysage des plaines s'étendant en aval de Melandis et fut grandement soulagé de se savoir hors des murs de la cité du chaos.

Rapidement, il se situa géographiquement. Devant lui s'étendaient les terres du Basilic, espace hostile et faiblement peuplé. Derrière lui pointaient timidement à l’horizon les plus hautes tours de la cité de Melandis. Il ne leur accorda pas même un regard.

A une poignée de kilomètres en aval se tenait une petite bourgade. C’est alors qu’une légitime question percuta sa conscience : et maintenant, qu’allait-il faire ? Il n’allait tout de même pas se laisser moisir dans la banlieue melandienne. Peut-être trouvera-t-il dans le village une caravane menant à une autre cité. Résigné, il marcha à pas lents vers le village alors que le lourd soleil tentait tant bien que mal de sécher ses vêtements détrempés.

Il s’apprêtait à se diriger vers le centre névralgique de la petite bourgade, un lieu où l’on servait divers breuvages à ceux qui avaient réussi à subtiliser quelques pièces à leurs concitoyens. Et c’était le cas de Dreiyan, qui avait réussi à dénicher quelques propriétaires de tels objets dans les bas quartiers de Melandis.

Il franchit les portes de la bourgade sans soucis, et se dirigea vers ce qui semblait être l’auberge, passant devant les ruines d’un petit temple d’Aurile. Un frisson s’empara du Melandien : il n’était pas encore à l’abri des remous agitant la cité du chaos.
Mais alors qu’il approchait du pâté de maison qui abritait le sanctuaire de la beuverie, un petit groupe de personnes déboucha d’une ruelle perpendiculaire. A leur tête se tenait un visage bien connu de Dreiyan, qui arborait l’uniforme de l’Eglise talosienne avec orgueil et vigilance.

Très vite Dreiyan bifurqua pour pénétrer à son tour dans une ruelle qui s’enfonçait vers l’intérieur de la bourgade, feignant l’indifférence en espérant ne pas attirer l’attention du talosien. Et dès qu’il fut hors de vue, il prit ses jambes à son coup pour semer d’éventuels poursuivants… qui ne vinrent jamais. Le prêtre l’avait-il reconnu ? L’avait-il même vu ? Lavait-il ses sous-vêtements régulièrement ou avait-il feint l’indifférence, préférant ne pas s’engager dans une course poursuite en pleine journée ? Ces questions eurent le temps de mijoter dans l’esprit de Dreiyan, car il passa le reste de sa journée à se terrer dans le peu de campagne qui entourait le village.

Et il a dit: "Kapoué!"
Avatar du membre
Dreiyan
Messages : 969
Enregistré le : mar. 10 juin 2003, 18:27
Localisation : Au bout du lac
Statut : Hors ligne

Message par Dreiyan »

Peu à peu, le ciel s'assombrissait. Un silence de mort s'était emparé de la campagne.

Dreiyan restait immobile et aux aguets. Il s'attendait à voir surgir derrière chaque bosquet un émissaire de Talos lancé à ses trousses, mais personne ne venait. Peut-être, au fond, n'avait-il pas été reconnu par le prêtre croisé dans la bourgade. Mais il s'avérait qu'il avait commis une erreur: jamais il n'aurait dû accoster si tôt, si près de la cité du chaos. Il devait reprendre la route, mais il n'osait s'aventurer à travers les terres désertiques qui s'étendaient à perte de vue. Deux pistes s'offraient à lui: chercher à nouveau à monter à bord d'un navire, ou accompagner une caravane qui s'enfoncerait dans les terres du Basilic.

Ses réflexions furent stopées nettes. Eclairés par les derniers rayons de soleil rougeoyants, de gros nuages sombres accouraient de l'est. Aussitôt, une fine brise se leva. Qui s'amplifia, et s'amplifia encore. Les nuages progressaient à une vitesse folle, presque trop folle pour un simple phénomène météorologique.
Dreiyan ne pouvait s'empêcher de fixer l'évolution des nuages, absorbé qu'il était par le jeu des dernières lueurs solaires sur ceux-ci, créant un spectacle tout de majestuosité. A plusieurs reprise, il lui sembla discerner des visages. Chacune de ces apparitions lui glaçait le sang.

C'est alors qu'un énorme dout lui emplit le coeur. Il se détourna de l'orient et se mit à s'enfoncer dans la brousse, aussi rapidement qu'il le put.

Et il a dit: "Kapoué!"
Avatar du membre
Dreiyan
Messages : 969
Enregistré le : mar. 10 juin 2003, 18:27
Localisation : Au bout du lac
Statut : Hors ligne

Message par Dreiyan »

Dreiyan courrait. Il courrait comme s’il avait le diable aux trousses. Mais n’en déplaise aux plus fanatiques talosiens, le dieu destructeur ne pouvait être considéré comme le diable en personne…

Seule la lune éclairait la route désertée s’ouvrant devant lui. Seule la lune éclairait l’épée brandie par le fuyard. Il courrait à une vitesse folle, et pourtant personne ne semblait le poursuivre. Seul un fou pourrait se diriger au beau milieu de la nuit en direction des terres désolées. Un fou, ou bien un désespéré...
Dreiyan s’arrêta net. Il fixa la lune des yeux.

‘Non… vas-t’en, Séluné ! Vas-t’en ! Il ne faut pas qu’il puisse me trouver. Il…’

Faisant office de sinistre réponse, un voile nuageux vint masquer la lune. Une lueur d’espoir traversa l’esprit de Dreiyan, mais celle-ci fut vite dissipée. Ce nuage… ce nuage était si sombre. Cela ne pouvait qu’être...
En guise de confirmation, un éclair frappa la plus haute tour du palais. Aussitôt, une lourde pluie se mit à tomber, pour ne plus s’arrêter.

Dreiyan courrait. Il courrait vers une lueur d’espoir, vers les étendues désertes qui entouraient la cité du chaos. Plus loin il serait de Melandis, plus faible sera le pouvoir du dieu destructeur. Il s’en était fait une conviction.

La pluie lui battait les flancs. Elle était mordante, comme des billes de plomb tombant en rafales. Un pont se tenait devant lui, surplombant un petit ravin qui connaissait une des plus grandes crues de son histoire. Sur le pont se tenait un homme. De par sa prestance, il semblait occuper toute la largeur du pont : impossible de passer outre sa présence. Dreiyan commençait à clairement distinguer sa silhouette, étrangement familière. Alors qu’il était à une vingtaine de pas de l’homme, un éclair lui permit de distinguer celui-ci. Il s’arrêta net. Un habit noir aux contours argentés, un symbole tristement familier inscrit sur le plastron, un visage mêlant sévérité, autosatisfaction et suffisance. Un haut prêtre de Talos…

‘Te voici, Dreiyan. Je crois que nous avons besoin d’avoir une petite discussion, tous les deux...’

‘Vas t’en, Dorgon ! C’est lui qui t’envoie, c’est ça ? Tout ça ne te concerne pas. Je suppose qu’il est inutile de te demander de t’écarter ; alors, je te l’ordonne ! Vas t’en !’

‘Détrompe-toi, mon petit. Trahir Talos, c’est trahir toute l’eglise. C’est me trahir. Tu ne pensais tout de même pas que le dieu destructeur te laisserait t’enfuir en toute impunité. J’ai toujours su que tu n’étais qu’un misérable lâche et profiteur. Mais le temps est venu pour toi d’assumer tes actes. Il y a quelqu’un là haut qui est impatient d’accueillir ton âme…mais je te laisse une chance de t’en sortir, même si je te l’avoue ce n’est étranger au fait que j’apprécie particulièrement jouer avec mes proies.’

‘Non, je n’ai pas… je n’ai pas…’

Il ne parvint pas à finir cette phrase. Avait-il réellement trahi son dieu ? Cela faisait en effet bien longtemps qu’il ne portait plus les idéaux talosiens dans son cœur, que les intérêts de Talos étaient étrangers à ses préoccupations quotidiennes… bien longtemps qu’il profitait des avantages de sa situation de prêtre de Talos. Son absence de fanatisme lui fut fatale lorsque, aux prises avec des ennemis du culte de la destruction venus incendier le temple, il laissa les intrus s’échapper lorsque la situation tournait en sa défaveur, prenant ses jambes à son cou et échappant du même coup à une mort certaine. Une fuite qui semblait à présent n’avoir été qu’un bref sursis…

‘Alors, à qui vas-tu adresser tes dernières prières ? Helm ? Lathandre ? Ces cultes de pacotille seraient sans doutes honorés de recevoir dans leurs rangs un lâche de ta trempe !’

Cette raillerie toucha Dreiyan en son fort intérieur.

‘Non… je… je ne referai jamais plus cette erreur !’

‘En effet, tu n’en aura plus l’occasion ! Ton chemin s’arrête ici !’ lâcha Dorgon, à des lieues d’avoir saisi une bribe des pensées qui agitaient sa proie.

Le haut prêtre sortit de sous sa cape une lourde masse de combat. A n’en pas douter il s’agissait d’une arme enchantée. Dreiyan respirait encore à grands coups, essoufflé par sa course.


Dorgon, galvanisé par sa foi et sa rage, fit tournoyer son arme. L’air sifflait si lourdement d’un air menaçant que le fracas de la pluie n’arrivait à la couvrir. Un tour, deux tours, trois tours… l’arme cléricale atteignait une vitesse impressionnante. Tétanisé, Dreiyan était simple spectateur. Il observait son adversaire d’un sentiment mêlant intimidation et mépris.
L’air semblait se condenser au passage de la masse du haut prêtre. Et de plus en plus perceptiblement se faisaient entendre de légères décharges électriques. Petit à petit c’est un bouclier de foudre qui encerclait le haut prêtre, rendant du même coup infranchissable le pont et intouchable l’ennemi. Mais ce dernier ne se contentait pas de se protéger… et d’un coup magistral, il brandit sa masse des deux mains en direction du malheureux Dreiyan. Aussitôt une lumière vive éclata et un éclair jaillit de la masse du haut prêtre, fusant vers Dreiyan.
Celui-ci réagit juste à temps. D’un bon il s’élança sur la rambarde du pont sur laquelle il s’étendit de tout son long, s’accrochant pour éviter une chute mortelle dans le torrent sous les rires gras de son tortionnaire.
La situation était bien mal engagée : privé de ses pouvoirs cléricaux, il n’avait que son épée pour assurer sa défense.
L’ennemi brandit à nouveau sa masse dans la direction de Dreiyan. La fatigue avait rendu ses muscles flétris, et bien qu’il put se remettre sur pieds afin de tenter d’esquiver ce nouveau coup il ne parvint pas à éviter complètement le deuxième éclair qui finit sa course sur son bras droit, faisant du même coup gicler son épée au sol, qui se brisa sous la violence du choc. La secousse électrique était suffisante pour projeter le fuyard au sol, et le choc en lui-même avait rendu son bras inutilisable. Il ferma les yeux.
Un lourd coup de masse sur son flanc, lui brisant quelques côtes au passage, le ramena à la triste réalité. Le haut prêtre avait levé ses protections et se tenait devant lui, un sourire on ne peut plus narquois aux lèvres.
Toutes les eaux de la grande mer semblaient se déverser sur Melandis tant les gouttes étaient lourdes et fréquentes. Un éclair illumina le visage du haut prêtre, révélant à quel point ses traits étaient effroyables. De sa sinistre mâchoire, il lâcha les mots typiques des êtres suffisants sur le point d’achever leur victime :

‘Alors, mon petit… je suis gentil, je t’offre ta dernière chance. Mais je ne te cache pas que je préférerai te réduire le crâne en bouille d’un coup de masse – il mima le geste d’écraser son arme sur la tête de Dreiyan. Fuis ! Cours si tu veux sauver ta peau ! La foudre scellera ta vie, peut-être sera-tu suffisamment chanceux pour éviter le coup de grâce du Destructeur!

Dreiyan ne bougea d’un cil, tout spectateur qu’il était de la scène dont il était le malheureux héros.

‘Fuis, imbécile ! Fuis ! Tu as trop peur pour tenter de sauver ta vie, comme c’est pathétique ! Allez, dégage !’

Un déclic. S’accrochant comme il pouvait à ce mince espoir, Dreiyan rassembla ses dernières forces afin de se relever, et détaler sous les rires gras du haut prêtre. Jusqu’à ce que ces rires se transforment en incantations, et que de la voix lourde du talosien retentirent les mots suivants :

« TALOS, JE T’OFFRE TA REVENCHE ! PUNIS DE TON BRAS CE FUYARD ! »

Et le haut prêtre brandit une dernière fois sa masse en direction de Dreiyan. Aussitôt un éclair d’une puissance supérieur aux précédents en émana et frappa sa cible dans le haut du dos, propulsant le Melandien au sol, quelques mètres plus loin.
Et il a dit: "Kapoué!"
Avatar du membre
Dreiyan
Messages : 969
Enregistré le : mar. 10 juin 2003, 18:27
Localisation : Au bout du lac
Statut : Hors ligne

Message par Dreiyan »

La foudre imprégnait tout son corps. Elle brûlait chacun de ses muscles, chacun de ses organes. Et de tout son corps affluaient des messages de douleurs. La foudre ne quittait pas son corps. Il n'était plus que souffrances.

Il n’était plus.

Le monde autour de lui n’existait plus. Il n’y avait plus que sa douleur.

Puis plus rien. Après un magnifique bouquet final, ses souffrances s’éteignirent. Il ne sentit plus rien, ne se sentait plus lui-même.

Mais il sentait une présence. Il sentait qu’un œil intrusif l’observait, en surface tout d’abord. Il avait l’impression que chaque parcelle de son corps était passée à la loupe..
Cette sensation fut suivie d’une autre bien plus désagréable : c’était ensuite son fort intérieur qui était épluché par cette curieuse entité. Chaque bribe de sa mémoire, chacune de ses pensées, chacun de ses sentiments, de ses émotions, chaque parcelle de son cerveau…
Le temps n’existait pas ; cet exercice dura à la fois une éternité et une poignée de secondes.

Et enfin la douleur reprenait. Ou plutôt la lutte.
Durant l’inspection de son esprit, Dreiyan s’était découvert lui-même. Il s’était observé comme s’il observait quelqu’un d’autre. Il avait appris de lui, appris énormément. Il avait vu ce qui était ancré au plus profond de lui-même, il avait profité de l’intrusion de cette entité pour lire en lui.

Ceci lui donna la force de lutter. Il avait foi en lui-même désormais, et il se sentait la légitimité de contrôler son corps et son esprit contre cet envahisseur.
La douleur reprenait. Il se battait pour repousser cette souffrance qui possédait déjà l’entièreté de son corps. Chacun de ses muscles était libéré au prix d’une lutte acharnée contre un ennemi qui ne le connaissait que trop bien.
Qui était là depuis toujours.

Et il a dit: "Kapoué!"
Avatar du membre
Dreiyan
Messages : 969
Enregistré le : mar. 10 juin 2003, 18:27
Localisation : Au bout du lac
Statut : Hors ligne

Message par Dreiyan »

Dreiyan ouvrit les yeux. Il avait le fort sentiment de récupérer d'une soirée bien arrosée. Un peu trop arrosée, pour tout dire. S'il l'eut pu il eut volontiers arraché et jeté au loin son crâne, tellement celui-ci lui faisait mal. Tentant de bouger un bras, il étouffa un râle de douleur. Ses muscles étaient déchirés de courbatures et se refusaient à tout mouvement. Seuls les muscles de ses paupières daignaient s'activer, et la seule chose qu'il voyait était la cime des arbres dénudés de feuilles qui se meurent au soleil dans cette région-ci de Dorrandin.

Il referma ses paupières. Seul le bruit lourd de sa propre respiration rythmait ce moment pénible. Le soleil lui avait commencé sa lente montée dans le ciel et un nouveau jour débutait. Lorsque les rayons célestes filtrèrent entre les branches des arbres pour chauffer son corps, ils réveillèrent à nouveau le Melandien. Le soleil... comme sa chaleur lui était si douce, caressant son corps meurtri!
Peu à peu il prenait conscience de son état. Sa main s'étendit, tentant de palper le sol aride comme pour voir si celui-ci était bien réel. Il semblait bien l'être.
Deux oiseaux passèrent au-dessus de lui en un bruyant froissement d'ailes. Son corps lui était moins douloureux à présent, mais une étrange sensation lui parvenait de son orteil droit. Rassemblant ses forces pour se redresser sur ses coudes il eut juste le temps d'apercevoir que le fennec qui lui mordillait le pied, tout surpris de voir son potentiel repas bouger, s'enfuyait à vive allure dans les fourrés.

Il rampa tant bien que mal au pied de l'arbre le plus proche, malgré une terrible douleur au dos qui semblait ressurgir brusquement, et s'appuya contre son tronc. Il avait du mal à comprendre où il était et ce qu'il faisait ici. Il ne se souvenait que d'un vague rêve confus mais un certain sentiment de satisfaction accompagnait ces souvenirs flous. Il se sentait comme libéré de quelque chose. D'un poids, d'une étreinte. Plus le temps passait et plus il s'en persuadait, sans toutefois se souvenir des événements de la veille. Il était libre. Pour la première fois de sa vie, il était libre.
Et il a dit: "Kapoué!"
Avatar du membre
Dreiyan
Messages : 969
Enregistré le : mar. 10 juin 2003, 18:27
Localisation : Au bout du lac
Statut : Hors ligne

Message par Dreiyan »

Son corps meurtri avait finalement daigné se mettre en marche. Certes l'impression d'être passé sous un troupeau de tarasques en rut était toujours présente chez Dreiyan, mais il était à présent libre de ses mouvements bien que la plupart restaient douloureux. Il marchait donc tant bien que mal en direction de la petite bourgade qu'il apercevait quelque peu en contrebas. Il se souvenait très bien de ce village, il se souvenait s'y être rendu et pourquoi.

Très vite son attention fut captivée par des croassements corbeaux à quelques pas du chemin. Les volatiles détalèrent à tire d'aile lorsque Dreiyan s'approcha de l'objet de tant de tumulte, découvrant un cadavre portant les armoiries de Talos. Très vite Dreiyan reconnu l'homme, malgré les nombreuses écorchures créées par les charognards. Il n'en fallut pas plus pour que les événements de la veille s'éclaircissent dans son esprit; néanmoins il n'avait absolument pas le souvenir d'avoir mis à terre son adversaire. Il lui semblait plutôt que la situation était inverse. Qu'était donc arrivé au prêtre? Peut-être la force de Talos l'avait quittée subitement, le faisant succomber à l'effort d'une invocation. Peut-être pas. Mais plus étonnant encore: comment se faisait-il que lui soit encore vivant? La douleur qui lui déchirrait le dos avait été causée par la foudre invoquée par le prêtre. S'il est possible de survivre à une telle attaque, il lui aurait été alors à la merci du talosien.
A ces souvenirs s'associait celui, bien plus vague, d'une lutte encore plus acharnée. D'une lutte mentale dont il ne serait sortit complètement indemme. Mais dont il était sortit. Il n'arrivait pas à le formuler, il n'arrivait sans doutes même pas à le penser clairement. Mais cette nuit là il avait acquis sa liberté. Il s'était affranchi de la tutelle oppressante d'une divinité faiblissante. Mais plus encore, il s'était forgé une autonomie qui allait guider ses choix à venir.

Il continua son chemin, abandonnant le cadavre sur place à la grande joie des divers charognards. Il traversa un petit pont de pierres enjambant un ravin d'une profondeur respectable au fond duquel coulait un mince fil d'eau auquel il jeta un regard intrigué.
Au détour d'un monticule, il bénéficia d'une vue ouverte sur toute la région. La terre aride n'offrait que peu de reliefs. La Houleuse serpentait allègrement parmi le paysage, parsemée ça et là de petits hameaux ou de quelques cités vivant en grande partie de la contrebande...et loin au nord se dressaient les sombres remparts de Melandis. Melandis... Dreiyan n'avait rien d'autre. Il n'avait nulle part d'autre où aller. Il n'allait pas laisser ces prêtres décérébrés l'empêcher d'agir à son bon vouloir, de l'empêcher de vivre où il le souhaitait.


Et il a dit: "Kapoué!"
Répondre

Retourner vers « Les Terres du Basilic »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 0 invité