Affichage des résultats 1 à 26 sur 26

Discussion: [MITHRAL HALL] Errance...

  1. #1
    Date d'inscription
    January 2012
    Localisation
    Paris
    Messages 
    3 922

    [MITHRAL HALL] Errance...

    De l'Epine Dorsale du Monde : https://www.baldursgateworld.fr/laco...tml#post459554 ([EPINE DORSALE DU MONDE] Errance...)

    Suite à venir - très vite

    [MITHRAL HALL] Errance...-mithril-hall.jpg

    Mithral Hall ou Castelmithral est une vieille cité naine dont les tunnels sont souvent remplis de veines de mithril, parfois aussi épaisses qu'un bras. C'est dans cette ville que réside Bruenor Marteaudeguerre

    L'histoire de la forteresse est principalement narrée par les romans axés sur Drizzt Do'Urden et Bruenor Marteaudeguerre, roi de Castelmithral.

    Quand Bruenor n'était encore qu'un jeune nain, les duergars alliés à un dragon d'ombre, attaquèrent Castelmithral et en chassèrent son clan. Les survivants partirent presque tous pour Valbise. Bruenor prit le commandement d'une centaine de nains et choisit de s'allier avec les humains de Dix-Cités pour que sa colonie s'y installe, même s'il souhaitait retourner vivre dans son ancienne ville.

    Bruenor demanda à Drizzt de l'aider à retrouver le chemin de la fabuleuse cité. Après l'avoir retrouvé, les compagnons parvinrent à la reprendre aux mains de leurs ennemis, grâce à l'aide de la Citadelle Adbar, Longueselle et Nesmé. Le clan Marteaudeguerre revint s'y installer, ainsi que d'autres nains venus de lointaines forteresses.

    Bruenor devint le huitième roi de Castelmithral. Par la suite, la forteresse a été attaquée peu après le Temps Des Troubles par une armée d'elfes noirs en provenance de Menzoberranzan, dirigés par la Matronne Yvonnel Baenre. Le raid fut repoussé, quand Bruenor parvint à éliminer Baenre (en partie grâce à l'aide pernicieuse du démon Ertuu), car l'armée drow en surface a déserté après le lever du soleil, et l'armée dans les tunnels s'est désagrégée à la suite de l'annonce de la mort de Baenre.

    Cette guerre a marqué le retour du père fondateur de Castelmithral, Gandalug Marteaudeguerre, qui prit alors la place de Bruenor à la tête de la forteresse. Une fois Gandalug décédé, Bruenor est redevenu dixième roi de Castelmithral, pour affronter immédiatement l'armée orque des Flèches Sombres, dirigée par le puissant Obould.

    La guerre, qui a duré plus d'un an, a vu Obould conquérir tous les territoires situés entre le Boilune, l'Epine Dorsale du Monde et la rivière Surbrin, avant que Bruenor et les armées confédérées des Marches d'Argent ne parviennent à le stopper, et ne décident de reconnaître le Royaume des Flèches comme le premier État Orque.

    WIKIPEDIA


    Les ajouts précieux de BRUTUS :
    Du reste, les choses vont quand même pas fort, y'a des risques de guerre avec une sacrée "confédération"d'Orques.
    Régis L'Halfelin est le "Sénéchal"et de fait le régent de Castelmithral quand Bruenor est absent, sinon il conseille le roi nain.
    Wulfgar est aux commandes de sa tribu de barbares, la tribu de l'élan aux dernières nouvelles.
    Faire "intervenir"des légendes comme les quatre gus nommés, Cattie brie est présente et elle est "l'épouse"de Drizzt, elle arrive a une petite quarantaine d'années, guerrière/mage.
    CastelMithral, on ne pourra visiter que la cité haute, la cité basse et les mines sont interdites pour les non nains, seules exceptions de Cattie brie, Wulfgar, Drizzt et Régis.
    Dernière modification par Féérune ; 02/10/2018 à 18h15.

  2. #2
    Date d'inscription
    January 2012
    Localisation
    Paris
    Messages 
    3 922
    C'était une cité curieuse. Une fois passés les immenses portails de granit, on voyait de larges rues, ou plutôt des espaces larges et peu bâtis. Les bâtiments de la cité haute étaient rares malgré la présence d'une auberge assez grande, disposés selon un plan très simple : de la place autour de chacun, suffisamment d'espace pour que les larges carrioles de minerai fraîchement extrait puissent circuler sans se gêner.

    Si la cité haute était aussi basiquement construite, c'était parce qu'elle n'était que la vitrine destinée aux visiteurs. Sous le sol pierreux se trouvaient d'autres lieux d'habitation, d'autres lieux de vie ; l'accès à ces cités souterraines n'était pas admis, sauf pour les nains oeuvrant pour la plupart à l'extraction du mithral et quelques privilégiés pour services rendus.

    Sylveneige descendit de son cheval et s'avança vers l'auberge. De nombreux chariots étaient à l'arrêt dans la cour attenante. Une caravane de marchands, sûrement, pensa l'elfe. Mais très probablement il n'y aura plus de chambre libre... Elle regarda le commis qui s'occupait de nourrir les chevaux, portant un seau d'eau dans chaque main. Dans un coin, des ballots de fourrage attendaient d'être distribués.


    - Hé ! messire !
    - Hein ? Vous voulez quoi, vous ?
    - L'auberge...
    - Quoi, l'auberge ?
    - Pensez-vous qu'il y ait encore de la place ?
    - Hein ? La place, y'en a partout.
    - Je veux dire, pensez-vous qu'il y ait des chambres libres ?
    - Libres ?
    - Oui, libres.
    - Ah ben... J'sais pas. Comment voulez-vous que je sache, moi ?
    - Vous n'êtes pas commis de l'auberge ?
    - Ben si.
    - Alors, vous devriez avoir une petite idée...
    - Une idée ?
    - Une idée de la capacité de l'auberge, si c'est complet ou non.
    - Capa quoi ?

    Sylveneige contempla un instant le nain au regard bovin.

    - R'quoi qu'vous m'regardez comme ça ?
    - Vous êtes extraordinaire, on ne vous l'a jamais dit ?
    - Estra quoi ?
    - Non, rien...
    - Ben alors, pourquoi vous v'nez me casser les pieds, d'abord ? Filez avant que j'appelle la garde !
    - On n'est pas plus aimable... Au revoir.
    - Hé ! et votre cheval ?
    - Je pensais l'amener à l'auberge, vu votre accueil.
    - Non. Il va rester ici, je vais le nourrir. Il est fatigué.
    - Ah, euh... Eh bien, je vous remercie.

    Sans plus s'occuper de Sylveneige, le commis vint prendre Kaori par la bride, l'installa près d'un seau d'eau et lui retira les ballots de vivres et les fourrures qu'il portait.

    - Je vais t'apporter ton fourrage, mon joli.

    L'elfe haussa les épaules et prit les objets posés à terre. Impossible, c'est trop lourd !
    Un nain particulièrement petit apparut, hilare, sortant juste de l'auberge.


    - Laissez, damoiselle, Hernin surveillera vos affaires aussi bien que les chevaux.

    Il s'approcha, souriant.

    - Je me présente : Grésan le Petit, pour vous servir. Je suis le patron de l'auberge. Ne cherchez pas à trop dialoguer avec Hernin... Il n'est pas d'une intelligence hors du commun. Mais il est très fiable pour s'occuper des chevaux et surveillera parfaitement vos biens.
    - Je vous remercie, messire Grésan. Je suis Sylveneige d'Evereska. J'ose espérer qu'il y a encore une chambre libre dans votre auberge...
    - Malheureusement non, c'est plein comme un oeuf ! mais on trouvera une solution, ne vous en faites pas. Ici, on trouve toujours une solution à tout !
    - Oh, je vous remercie infiniment !

    Sylveneige suivit Grésan à l'intérieur de l'auberge.

  3. #3
    Date d'inscription
    January 2012
    Localisation
    Paris
    Messages 
    3 922
    L'auberge de Beau-Mithril semblait de prime abord très rustique : la construction en bois et pierre restait traditionnelle et typique des bâtiments nains. Un haut plafond au rez-de-chaussée, le point le plus élevé se trouvant dans la salle commune. Le rez-de-chaussée comprenait également quelques chambres, qu'on louait en priorité aux elfes, humains et géants - bien que ces derniers fussent plutôt rares. Deux escaliers desservaient l'étage où se trouvaient de petites chambres, mansardées pour la plupart d'entre elles.

    C'était l'ornementation qui était étonnante : des tapisseries couvraient les murs, aux motifs paysagers extraordinaires et très colorés. Là où il n'y avait pas de tapisserie, des tableaux raffinés et de facture parfaitement inconnue de Sylveneige étaient accrochés au mur.


    - Ah, vous voyez là le résultat de nombreux voyages ! les tapisseries viennent du Shaar oriental et de Mulhorande ; ces tableaux viennent de très loin... De Kara-Tur ! voyez comme le tracé des dessins est délicat... Cela dénote une sensibilité hors du commun.
    - Vous êtes un passionné d'art !
    - Vous savez, jeune j'ai longtemps - trop longtemps ! - creusé la mine de mithral... A force, on se lasse... Et je ne tenais pas à m'enrichir uniquement de cette manière. Il faut aussi s'enrichir l'esprit, le coeur... J'étais souvent moqué, à cause de ma très petite taille, et les quolibets m'ont un peu braqué contre la vie traditionnelle des nains. C'est ce qui m'a poussé à partir, à voyager, aussi loin que je le pouvais. Mais je pense que vous devez avoir faim... Brina !

    Grésan lui montra une table et fit signe à une des serveuses.

    - Veux-tu t'occuper de damoiselle Sylveneige ?
    - Oui bien sûr, j'arrive !

    Elle déposa deux assiettes fumantes et un pichet de bière sur une des tables, puis se faufila près d'eux.

    - Que voudriez-vous, damoiselle ? Il y a un très bon plat du jour, de l'auroch laineux au lichen et à la crème. Un plat typique de l'Epine Dorsale du Monde ! sinon, nos tartines grillées avec saucisses et terrine forestière, très réputées. Tarte aux myrtilles en dessert, accompagnée de fromage frais. A boire, j'ai des bières. Bière des Nains, très forte, je ne vous la conseille pas. Mais la bière légère, la kalia du Val Bise, est très bien. Il y a du vin, si vous préférez... Un vin de baies, rare et assez cher. Les vins d'importation sont chers aussi, même si nos marchands nous font un bon prix. Il y a le bretnivine des géants de givre, mais c'est encore plus fort que la bière des nains ! prenez la kalia, c'est un conseil.
    - Oh ! eh bien, plat du jour et kalia, ce sera parfait.

    Sylveneige avait un souvenir confus du bretnivine... Autant ne pas rouler sous la table, ou l'opinion de messire Grésan sur ma personne va chuter ! elle sourit au patron de l'auberge, qui lui lança :

    - Je vais m'occuper de vous trouver un petit quelque chose pour cette nuit, à plus tard !
    - Merci pour votre gentillesse, messire Grésan.

    Inquiète, Sylveneige fourragea dans sa besace. Ouf ! j'ai de l'argent ! à sa grande surprise, elle trouva même beaucoup d'argent. Impossible ! comment ai-je fait pour avoir tout ça ?

  4. #4
    Date d'inscription
    January 2012
    Localisation
    Paris
    Messages 
    3 922
    Brina virevoltait entre les tables, efficace et joyeuse. Les autres serveuses étaient tout aussi rapides mais moins amusantes, pensa Sylveneige. Elle remarqua que Brina était celle qu'on appelait dès qu'il y avait un client un peu difficile ou un problème dans le service. Brina répondait toujours avec bonne humeur, souvent avec humour. Elle parvenait à calmer les énervés et nettoyait les tables en un tournemain, circulait dans la salle avec le plateau le plus chargé, parfois deux.

    Elle revint vers Sylveneige en moins de dix minutes, portant triomphalement son plateau garni d'une belle assiette fumante et d'une grande chope de bière légère bien fraîche.


    - Tenez, damoiselle ! vous avez les couverts ici, dans le pot. Ah ! et voici un bol d'eau chaude ; le pain de savon et les petites serviettes sont à côté des couverts.

    A sa grande surprise, l'elfe s'aperçut que tous les nains attablés faisaient un rapide lavage de mains à leur table. Effectivement c'est plus simple... Et comme ce sont presque tous des mineurs, il faut bien qu'ils puissent se laver les mains... Sylveneige tenta d'imaginer ce que serait la file d'attente devant les toilettes sans cette ingénieuse idée. Puis son esprit dériva vers Eldurvellir. Je me demande bien ce qui s'est passé... C'est curieux qu'il ne soit pas parti avec moi... Elle eut une vision d'Eldurvellir se lavant méticuleusement les mains, entre Gerti Orelsdottr et Biörk, puis Brina qui arrivait entre eux et s'exclamait : mais vous dormez ! l'elfe sursauta et ouvrit les yeux.

    - Damoiselle, vous dormez ? Vous êtes bien fatiguée... Mangez, ensuite messire Grésan vous mènera chez Cattie brie. Il vous a obtenu le gîte chez elle.

  5. #5
    Date d'inscription
    January 2012
    Localisation
    Paris
    Messages 
    3 922
    Sylveneige mangea de bon appétit. Le repas était excellent, la bière légère parfaite. Sa fatigue s'envola au fur et à mesure qu'elle savourait le plat. Quand vint la tarte aux myrtilles, elle était tout à fait requinquée. Physiquement. Une mélancolie sournoise s'était installée dans son coeur. L'absence de souvenirs autres que les plus récents devenait pesant, l'absence de perspective autre que le voyage à Evereska dont elle ne souvenait absolument pas générait une sourde angoisse. Si au moins je voyageais avec Eldurvellir...

    Le repas terminé, Grésan revint à sa table.


    - Je vous emmène à la cité basse, chez Cattie brie et Drizzt. Sans doute avez-vous déjà entendu parler d'eux ?
    - Oh ! certainement...

    Sylveneige n'osait pas avouer son ignorance. Si je dis que je ne me souviens de rien, ça risque de choquer... Je ne veux pas risquer de causer une gêne à un nain si gentil.

    - Je vois qu'il y a quelque chose qui ne va pas, Sylveneige. Mais ne vous en faites pas, je suis certain que tout s'arrangera... Une gentille elfe comme vous, déjà avec des peines de coeur ! allons ! Cattie brie saura vous distraire !
    - Je ne sais pas quoi dire, Grésan, vous êtes certainement l'homme le plus gentil de la Terre !
    - Venez ! nous prendrons vos affaires en passant, dans la grange attenante.

    Le nain l'emmena vers une porte au fond de l'auberge. Le climat parfois rude obligeait à avoir une immense grange, où Hernin menait les chevaux en cas de tempête ou de grand froid. La grange attenant à l'auberge, les voyageurs inquiets ne craignaient pas pour leurs bêtes.
    Les biens de Sylveneige étaient soigneusement entreposés près de Kaori. Le cheval avait été bichonné, son poil épais était bien soyeux. Décidément, cet Hernin n'est pas sot pour tout, pensa l'elfe. Elle caressa Kaori et l'embrassa.


    Grésan ouvrit la porte extérieure et l'invita à le suivre. Ils allèrent un peu plus loin à l'ouest verts une curieuse déclivité, qui semblait se terminer en cul-de-sac. Les gardes les saluèrent, l'un d'eux passa la main sur une aspérité du mur ; celui-ci se dissolut lentement et un passage doucement éclairé apparut.

    - Rares sont ceux qui entrent ici, Sylveneige. Vous ne devrez pas parler de ce que vous verrez ici. Je sais que je peux compter sur vous, parce qu'on m'a dit de vous aider... La Simbule, qui vous a envoyée sur l'Epine Dorsale du Monde sur un de ses fameux coups de colère, m'a demandé de vous faciliter le voyage de retour vers Evereska... Il y avait un humain avec vous, où est-il ?
    - Toujours là-bas, je pense... S'il n'a pas été assassiné par le favori de la reine !
    - Oh... Eh bien... Enfin, il se débrouillera... Et s'il paraît ici, je l'enverrais vous rejoindre.
    - Oui, s'il vous plaît.

    Grésan trottait allègrement le long d'un couloir descendant. Il prit sur la gauche, fit signe à Sylveneige qui regardait autour d'elle avec curiosité. Enfin, quelques marches montant doucement en tournant toujours sur la gauche les menèrent à une porte ornée de vitraux bleutés. L'aubergiste saisit le heurtoir et frappa. Ce fut Cattie brie elle-même qui leur ouvrit.

    HRP les grands rôles seront interprétés par BRUTUS
    Dernière modification par Féérune ; 10/10/2018 à 21h45.

  6. #6
    Avatar de Brutus
    Brutus est connecté maintenant Grand maitre Archiviste de la V5
    Date d'inscription
    January 2014
    Messages 
    2 740
    Quelques instants auparavant a peine...La demeure de Cattie Brie et Drizzt..

    Le jeune rôdeur drow était surpris,Alustriel qui lui demandait a lui et a son épouse Cattie brie...Un petit...Service?Par un contact magique entre son épouse et la souveraine de lunargent,Il sut que la Simbule avait secourue deux personnes,Une jeune elfe et un humain,Mais le fier tempérament de la Simbule fit qu'elle les laissa plus ou moins a leur sort en ce qui était quasiment a l'épine dorsal du monde,De ce qu'ils purent plus ou moins savoir,C'était que dans la sororité des sept sœurs,Pas moins de trois d'entre elles devaient plus ou moins calmées aussi bien la Simbule qu’apaisée une Oragie aussi outrée qu'inquiète...Décidément,Les relations entre la célèbre Sororité ne doit pas souvent être facile a gérer tout les jours...Sur une telle pensée,Et un brin amusé,Drizzt offrit une caresse affectueuse a son indéfectible compagne d'aventure...La magnifique panthère noire Astrale Guenhwyvar,Cela fessait 20 jours qu'ils étaient revenus dans la forteresse souterraine naine et le félin magique profitait du calme tout comme son maitre,La panthère était couchée au sol non loin du drow.

    Catti Brie avait finie de préparer la chambre d'hôte depuis déjà quelques minutes,La guerrière magicienne humaine avait une quarantaine d'années...Mais elle demeurait toujours d'une magnifique beauté,Sa longue chevelure Auburn et ses yeux marrons malicieux observait son époux qui semblait plutôt amusé de ce qui semblait être au sein des sept sœurs comme une sorte de querelle entre sœurs.Si son mari ne portait pas sa tenue d'aventure et qu'il était pour une fois vêtu de façon plus "Normal.",Catti Brie quand a elle,portait une magnifique robe de mage,Blanche rehaussée de ligne argentée et bleuté sur ses manches et son col,Avec une petite cape,Le fermoir de la cape était de facture naine et arborait la rune du clan Marteaudeguerre.

    "La chambre d'hôte est prête,Je t'admets que je suis très surprise,Que Dame Alustriel nous demande une faveur aussi...Badine,ça et également Grésan qui nous a signalé son arrivée."*Catti brie,Alors que Drizzt se lève d'une des chaises de la pièce principale de leur demeure.*

    "Elle semblait très préoccupée,En tout cas,La jeune Sylveneige doit être quelqu'un qui doit compter pour Oragie,Si La reine de Lunargent elle même a demandée qu'on veille sur elle."*Drizzt qui s'approche de Catti brie pour l'embrasser de façon tendre et complice.*

    "Gwen?*Regarde la puissante panthère noire avec complicité.*Ce soir et dans les prochains jours a venir,Tu vas avoir un compagnon,Une chouette des neiges,Alors essaye pas d'en faire ton déjeuner."

    "N'aie pas de crainte a ce sujet,Les compagnons animaux des rôdeurs sont rarement agressifs les uns aux autres,a l'époque ou j'étais le disciple de Montolio,Ululant et Fulmine qui étaient un harfang des neiges et un ours cohabitaient parfaitement."*Drizzt qui sourit.*

    *Trois toc de heurtoir.*

    "Ah!Les voici,J'y vais."*Catti brie qui s'en va a la porte.*

    Il ne fallait qu'une poignée d'instants a l'épouse du drow aux yeux lavandes pour aller a la porte d'entrée de la demeure...Accompagnée discrètement aussi bien par son époux que la puissante panthère qui était curieuse de voir le dit "compagnon"animal avec qui elle devrait "partager"le territoire de son rôdeur pour un temps limité.

    "Bonjour,Grésan merci de l'avoir accompagnée,Salutations jeune fille,Tu dois être Sylveneige d'Evereska n'est ce pas?Je suis Catti Brie,Fille de Bruenor,Et voici Drizzt Do'urden,Ainsi que Guenhwyvar.Soit sans crainte,Elle est intimidante mais pour une panthère noire,Elle est aussi attachante que calme."

    Déclara alors l'humaine avenante a la jeune elfe,Drizzt de son côté était aussi avenant,mais légèrement surpris,Sylveneige était plus jeune que lui,Certes mais l'écart d'âge était guère visible...Un autre rappel qu'il est elfe,Et...Non,Il chassa de telles pensées,Il s'est promis de chérir Catti brie pour le temps qu'ils étaient ensemble et c'est ce qu'il fera.
    Si vous avez des questions par rapport a la 5e C'est a l'antre du Roliste qui faut les poser,Ah oui,Second groupe D&D Table virtuelle en Recrutement,Viendez.**

  7. #7
    Date d'inscription
    January 2012
    Localisation
    Paris
    Messages 
    3 922
    - Bonjour... Euh, bonsoir !

    Sylveneige était plutôt intimidée. La panthère la fascina d'emblée. Elle lui tendit la main précautionneusement.

    - Sage, minette, hein... Tu es magnifique, ma beauté !

    Déplaçant son regard l'espace d'une seconde du splendide animal à Cattie brie, elle murmura presque :

    - Je vous remercie pour votre gentillesse, dame Cattie brie, sire Drizzt... Je dois vous dire que j'ai perdu la mémoire, comme vous le savez peut-être... J'aimerais, si vous connaissez Evereska, que vous m'en parliez, enfin, si cela ne vous embête pas bien sûr ! il est tard et on peut en parler demain si vous préférez... Ah !

    Guenhwyvar venait de lécher la main de l'elfe de lune. Sylveneige prit soin de ne pas la retirer brusquement. Sinon elle se fâchera et risque de mordre... Ce n'est pas une petite mâchoire de chaton !

  8. #8
    Avatar de Brutus
    Brutus est connecté maintenant Grand maitre Archiviste de la V5
    Date d'inscription
    January 2014
    Messages 
    2 740
    Lumi un brin boudeur décida d'aller voir le rôdeur drow en volant vers lui alors que Drizzt tendit le bras pour lui présenter son avant bras droit,Avec expertise et un sortilège,Drizzt parvint a établir un premier contact avec le harfang des neiges,Ce qui fit sourire et ricaner ce dernier.Catti brie de son côté fit entrer la jeune elfe dans la demeure,Guenhwyvar laissant Sylveneige entrer dans la demeure,Le premier contact entre l'elfe de lune et la puissante panthère avait très bien passé et la panthère ressentit un esprit bon et noble auprès de la jeune elfe,Certes...Ce n'était pas sa rôdeuse mais cette dernière lui accordait au moins sa confiance.Lumi de son côté sentait un esprit bon,oui...Mais torturé,Un drow très différent d'Adrastia bien qu'il ait des yeux de même couleur.

    "Evereska?Hélas je n'y suis jamais allé,Mon épouse non plus,Malgré tout elle pourra t'en parler,Elle a étudiée les arts magiques sous la houlette de Dame Alustriel de Lunargent et a l'époque il y a eu quelques gris manteaux au sein de la cour,Du reste,Ton Harfang est vigoureux et fort,Forte tête je dirais.*soupir un peu pensif.*Il me rappelle Ululant par certains points."*Avec le sourire.*

    "En effet,Une délégation d'Evereska était a Lunargent,J'ai apprise certaines choses sur la magie elfique et la cité de manière générale,Tu me vois navrée que tu sois amnésique,Jeune fille,Perdre son identité est une chose terrible."*Catti brie,Qui comprend dans quelle situation se trouvait la jeune elfe.*

    Déclarent le couple a la jeune fille elfique,ça désolait l'humaine de voir une jeune fille ignorante de son passé,La vague entropique ayant frappée Toril en était peut être la cause principale,Drizzt de son côté se disait qu'il vaudrait peut-être mieux qu'au départ de Sylveneige,Il l'accompagne,Normalement,Un humain doit la rejoindre,Mais la route entre Castelmithral et Lunargent pouvant être dangereuse,Cela inquièterait sans doute moins Alustriel comme Catti brie,Si il accompagnait Sylveneige a la cité de la Dame aux cheveux d'argent,C'est ce que souhaiterait sans doute son épouse,Même et il la connait,L’admettrait pas de but en blanc.
    Si vous avez des questions par rapport a la 5e C'est a l'antre du Roliste qui faut les poser,Ah oui,Second groupe D&D Table virtuelle en Recrutement,Viendez.**

  9. #9
    Date d'inscription
    January 2012
    Localisation
    Paris
    Messages 
    3 922
    - S'il vous plaît, sauriez-vous me parler des gens, que je voie si leur évocation me rappelle quelque chose ? Je voudrais tellement savoir qui je vais retrouver, parents et amis, pourquoi j'ai quitté ce pays... Je ne sais même plus à quoi il ressemble !

    Sylveneige était au bord des larmes. Inquiet, Lumi revint prestement sur son épaule et lui bécota la joue.

    - Excusez-moi... Parlez-moi d'Evereska !

  10. #10
    Avatar de Brutus
    Brutus est connecté maintenant Grand maitre Archiviste de la V5
    Date d'inscription
    January 2014
    Messages 
    2 740
    "Allons allons*Catti brie emmenant Sylveneige vers un salon pour s'y mettre davantage a l'aise.*,Je sais assez peu de choses sur Evereska,mais je te dirais tout ce que je sais."

    Pendant plus de deux heures,Sylveneige en apprit davantage sur sa cité de naissance,Que c'était une cité cinte dans une petite vallée protégée par une petite chaine de collines appelées les collines des manteaux gris a l'est,Et la forêt oubliée a l'ouest...Sans oublier un Mythal magique et une cavalerie de griffons et d'hypogriffes,Evereska comptait a majeure partie d'elfes de lune,solaires et assez peu d'elfes des bois,Elle apprit également que la cité vénérait la Seldarine,Le panthéon elfique dans son ensemble,Ainsi que le nom de certaines personnes a l'intérieur de la cité...Comme un Barde elfique retraité ayant été un aventurier,Un dénommé Oriis...

    Puis la fatigue commença a prendre le dessus et c'est consolée mais ayant de nouvelles mais nombreuses informations a assimiler que Sylveneige fût conduite dans sa chambre pour la nuit,Qui était il fallait le dire,Plutôt très joliement décorée et cossue.
    Si vous avez des questions par rapport a la 5e C'est a l'antre du Roliste qui faut les poser,Ah oui,Second groupe D&D Table virtuelle en Recrutement,Viendez.**

  11. #11
    Date d'inscription
    January 2012
    Localisation
    Paris
    Messages 
    3 922
    HRP : un grand merci à maître Brutus, qui a joué les légendes Cattie brie et Drizzt Do'Urden

    La soirée était faussement calme. Alors que le crépuscule s'installait, flamboyant, un large campement s'était établi dangereusement près des cités de Mithral Hall. Un campement composé de Barbares et d'Orcs, pour qui une petite virée en ville ne pouvait qu'être fort amusante.

    - On va réveiller ces minus, les gars. Les femmes aussi, hein ma caille ?

    Roghnar, un beau barbare copieusement tatoué, serra sa compagne avec une rudesse non dénuée d'affection.

    - Ouais. Arrête de me tripoter en public, Rogh. Ca va chauffer pour les petits... Ils sont riches, les minus, autant en profiter. On va leur mettre une sacrée ambiance !
    - Il y a une caravane de marchands, là aussi on aura de la belle monnaie... Et après, on massacrera un peu, pour le plaisir... Comme on sait faire, nous autres !

    Une clameur enthousiaste accueillit les paroles du chef. Arkherinh, sa compagne, eut un sourire carnassier.

    - Alors, la stratégie : attaque rapide. Le but n'est pas de massacrer tout le monde sans distinction, mais l'attaque éclair pour prendre le plus d'objets de valeur, d'argent et d'or possible. Le tavernier du coin, Grésan le Petit, est connu pour aimer les belles choses, il a voyagé et possède des objets venus de très loin... Et donc hautement négociables auprès des quelques grands seigneurs peu regardants sur la provenance que nous connaissons.
    - Pour en faire quoi ? Vous êtes minables !
    Dernière modification par Féérune ; 13/10/2018 à 14h17.

  12. #12
    Date d'inscription
    January 2012
    Localisation
    Paris
    Messages 
    3 922
    - Ho !

    Arkherinh vient poser délicatement sa dague contre la gorge de celui qui venait de parler.

    - Tu vas vite ravaler ta morgue, toi... Ce n'est pas parce que tu as soigné quelques blessés que tu vas t'en sortir facilement.

    L'homme ne recula pas mais se retint de soupirer, afin que la lame de la dague ne perce pas sa peau.

    - Laisse-le parler, qu'on rigole un peu !
    - Mouais... Comme s'il n'était pas assez fier comme ça ! cause, le mage, mais vite.

    Elle retira sa dague.

    - Vous allez faire quoi, de tout cet argent ? Vous allez le dilapider en beuveries, en jeux de hasard, en ribaudes pour les incapables de trouver une pou... une amie de coeur ! sans compter que vous serez signalés dans toutes les villes et les auberges tenues par des Nains... Et elles sont légion sur Faerûn.

    Un des orcs saisit brutalement l'homme.

    - Dis mon gars, si tu n'aimes pas la bagarre, n'en dégoûte pas les autres !
    - Gragnurd, bas les pattes. Il t'a soigné, toi aussi.
    - Ouais, ouais. Pardon, gars.
    - Ca ira.

    Eldurvellir frotta son épaule endolorie.

    - Vous savez ce que j'apprécierais le plus ? Que vous écoutiez mon conseil.
    - Tu peux toujours courir, mage.
    - Tu as peur de quelque chose, Roghnar ? Que je me fasse ta copine ?


  13. #13
    Date d'inscription
    January 2012
    Localisation
    Paris
    Messages 
    3 922
    Aïe... Je suis allé trop loin... pensa Eldurvellir.

    Il reçut une grande bourrade "amicale" qui le fit chanceler et grimacer de douleur.

    - C'est bien, ça ! tu vois Roghnar, ne compte pas trop sur ma fidélité exclusive ! et ne te venge pas trop vite. Il peut encore être utile, le petit mage...

    Arkherinh riait de bon coeur à la vue d'un Eldurvellir grimaçant sous le choc. Gragnurd, tout à son idée, reprit :


    - Et si on faisait dans la subtilité, pour une fois ? On emmène le mage à la taverne, on vole dans le feutré, on se tire mais lui on le laisse pour qu'ils puissent se défouler sur le seul qui est resté là...
    - C'est lâche. Voilà pourquoi on ne fait pas dans ce genre de "subtilité".
    - Ouais. Mais c'est bien pensé, avouez. Hé, ça vaut le coup de se faire jeter de toutes les bonnes auberges pour un petit massacre dans une ville de nains ?

    Roghnar faillit prendre un coup de sang. Mais il n'était pas chef pour rien, étant réputé pour sa grande maîtrise de lui-même. C'était à cela qu'Eldurvellir devait la vie sauve. Cela, et le fait que le mage avait vite crié qu'il savait soigner, quand deux barbares lui étaient tombés dessus.


    - Donc si je te suis, Gragnurd, pas de véritable raid, pas de morts ?
    - Ah, c'est frustrant, je reconnais... Mais c'est vrai que les nains tiennent les meilleures auberges du coin ! ou alors, si on massacre, on y va à fond. On tue tout le monde, vraiment tout le monde, et on tue aussi l'autre, là, pour qu'il n'aille pas causer.

    Gragnurd désigna Eldurvellir.

    - Ouais les potes. C'est faisable. Mais là où ça coince, c'est qu'il y a plusieurs cités. Et que dans une de ces cités, il y a des types costauds... Et que les types costauds, eh bien, ça ne se laisse pas faire... Donc pour le massacre total, c'est fichu.

    Un silence accueillit ces paroles. Gragnurd passait un peu pour l'intellectuel de la bande. Il savait lire et apparemment ce savoir lui avait permis de réfléchir un peu plus loin que ses compagnons. Bref, ces derniers avaient appris à l'écouter et suivaient assez souvent ses avis.

  14. #14
    Date d'inscription
    January 2012
    Localisation
    Paris
    Messages 
    3 922
    Le silence prit fin lorsqu'Arkherinh posa la question que tous se posaient :

    - De quels types costauds parles-tu ?
    - Il y a le type aux cimeterres, là, l'elfe noir... Drizzt Do'Urden. Et son amie, Cattie brie. Et leurs gardes ne sont pas en mousse non plus.
    - Effectivement.

    Ce n'est pas la consternation qui créa le long silence de la sinistre compagnie, mais on n'en était pas bien loin. Eldurvellir dut batailler pour ne pas sourire. Il lâcha un demi-sourire, le réprima, puis serra fermement les dents. Arkherinh s'approcha de lui, l'air menaçant :


    - Serre les fesses aussi, le mage... Ta chance pourrait tourner, dans un sens pire encore.

    Eldurvellir chuchota :

    - Je comprends qu'avec la fin des guerres il n'y ait plus de boulot pour les mercenaires... Mais il y a toujours du travail pour une bonne petite équipe dans votre genre. Les seigneurs peu regardants sur la légalité que vous connaissez trouveront certainement une mission à vous confier. Ils ont des ennemis ! et franchement ça m'embête que vous attaquiez Mithral Hall. Une poulette de ma connaissance y a fait étape, j'aimerais bien la retrouver en un seul morceau...
    - Eh les gars ! messire a des sentiments ! tu ne voudrais tout de même pas nous conseiller d'assurer la sécurité des caravanes, pendant que tu y es ?
    - Je doute que ce soit assez amusant pour vous !
    - Tu doutes assez bien... Tu devrais douter de ta survie aussi... Comment va t-on calmer les gars, quand on leur dira qu'on abandonne la balade chez les nains ? On va les lâcher sur ta carcasse, histoire de les distraire un peu.
    - Je risque d'être peu distrayant, vous me tuerez bien trop vite. Et plus de soins...
    - Crois-tu ?

    Elle se releva. Le campement était soudain devenu très calme. Tous savaient l'importance du calme, même bref, avant un raid. Et les guerriers avaient décidé de trancher démocratiquement. Un peu à l'écart, un cercle avait été tracé, délimitant une petite arène.
    La démocratie, chez les Orcs et les Barbares, s'exprimait par la force. Les tenants des différents avis allaient s'affronter au corps à corps, tous un contre un, selon une technique bien rodée : pas de coups, juste déséquilibrer l'adversaire et le maintenir au sol. Il n'était pas question d'abîmer ceux qui devraient peut-être aller combattre. Ainsi, si les forts avaient raison, les moins forts n'étaient pas abîmés et conservaient leur utilité au combat.

  15. #15
    Date d'inscription
    January 2012
    Localisation
    Paris
    Messages 
    3 922
    Eldurvellir, au fond, se fichait bien de tout ça. Il avait remarqué une demi-orc, une trentenaire à la beauté saisissante et dont la physionomie lui rappelait un vague souvenir. Elle devait le connaître, il l'avait vue frémir à son nom.
    Et elle s'approchait de lui, alors qu'il allait s'occuper du beau cheval gris aux crins foncés que la reine Gerti Orelsdottr lui avait offert.


    - Rappelle-moi ton nom, l'homme.
    - Eldurvellir...
    - Oui. Un nom rare. Alors c'est toi.
    - Oui, certainement... Mais qui êtes-vous donc ?
    - Je suis Lysandria. La soeur de Sombria.
    - Sombria...

    Le mage réfléchit intensément. Quelques images lui revinrent en mémoire : une robe bleu sombre un peu élimée, des traits rudes mais beaux révélant une guerrière plus très jeune. Une étreinte lui revint, il la sentit presque physiquement. Le sang.

    - Le sang...
    - Oui, le sang. Sombria était ta soeur de sang.
    - Etait ?
    - Elle n'est plus. Tombée au champ d'honneur, pour la gloire de la cité lointaine de Melandis.

    Les larmes lui montaient aux yeux. Elle se reprit.

    - Montre moi ta poitrine, que je m'assure de ton identité.

    Eldurvellir ouvrit sa chemise. Près de son coeur, un léger "S" formait la cicatrice de l'échange de sang.


    - C'est donc bien toi. Tiens, lis.

    Lysandria mit un parchemin usé devant les yeux du mage. Il lut :


    Ma Soeur chérie

    J'espère que tu vas aussi bien que moi ! j'ai quelques petites choses à te narrer.

    Tu sais que j'avais envie de voir le monde, que la bagarre un peu sérieuse me manquait. J'ai donc pris des renseignements dans les meilleures tavernes, celles où les bardes tournent le plus. Et j'ai appris que la guerre qui menaçait entre des villes lointaines venait d'être déclarée.

    J'ai écrit à la ville qui correspond le mieux à mes sentiments... Melandis, sur l'île lointaine de Dorrandin. Et j'ai eu un ordre de mission. En chemin, ou plutôt en mer, j'ai rencontré celui qui m'a soignée d'une vieille blessure mal guérie et qui m'a aimée. L'homme à qui j'ai donné mon sang et qui m'a donné le sien, Eldurvellir.

    Je ne vais pas te raconter tout dans le détail... Mais j'ai besoin de toi pour recueillir mon testament, qui est largement en faveur de cet homme. Ce testament, tu le trouveras chez Maître Logefeux, à la Porte de Baldur. Je sais que je peux te faire confiance, davantage qu'à notre demi-soeur Melusia. Je ne vous oublie pas, ne crains rien ! mes bijoux, mes armes nobles, ma maison à la Porte de Baldur sont pour Melusia et toi.

    La missive continuait sur un ton plus léger, narrant quelques anecdotes dont certaines évoquèrent un écho dans la mémoire d'Eldurvellir. Lysandria reprit le parchemin et le rangea soigneusement dans la bourse qu'elle portait à l'intérieur de sa chemise.

    - Voilà... Tu hérites en partie de ma soeur Sombria. Je suis chargée d'autoriser l'homme de loi auprès duquel elle l'a déposé à procéder à l'exécution du testament. C'est moi qui vais certifier que nous sommes héritiers. Melusia, moi-même et toi. Dommage que tes soins n'aient pu l'aider suffisamment pour qu'elle survive à la guerre.
    - Oui... Sombria...

    Il se souvint enfin. Toute la scène de la soirée où il l'avait rencontrée, sa tentative de flirt médiocre qui l'avait amusée, puis la nuit dans la cabine privée de Sombria. Son visage, marqué, ses yeux rieurs qui sombraient si facilement dans la mélancolie, son corps puissant balafré par les combats. Melusia ? Son nom est quelque part dans un des documents qui sont dans ma besace... Je la connais donc aussi. Mais ses traits ne me reviennent pas en tête... A coup sûr la moins belle des soeurs ! il se reconcentra sur les paroles de Lysandria.

    - Afin que l'homme de loi procède à l'exécution du testament de ma soeur, les légataires doivent être présents ou représentés par une personne de confiance. Rends-toi à la Porte de Baldur prochainement. J'y serai. J'en ai assez d'écumer lamentablement le nord de Faerûn avec le clan, même si je leur suis dévouée. Gragnurd, mon époux, en a assez aussi... Nous avons un projet, de nous poser enfin et de créer une famille. Tu demanderas Lysandria et Gragnurd à la taverne des Trois Vieilles Chopes, je laisserai les indications pour que tu trouves la maison - si nous pouvons y résider avant l'exécution du testament ! sinon tu nous trouveras dans cette auberge. Mais maintenant, là, j'ai besoin de ton aide pour une sollicitation bien particulière...

    Lysandria chuchota sa demande à l'oreille du mage, qui consentit à l'aider.


    - Dépêchons-nous, je crois que le clan va décider bientôt... Pendant qu'ils ne nous remarquent pas, il faut prévenir les nains de l'attaque et chercher ton amie. S'ils décident mal, la vue de Drizzt Do'Urden et Cattie brie les empêchera d'aller au massacre. C'est le clan qui se ferait massacrer !

    Eldurvellir saisit la bride de son cheval et ils partirent discrètement vers Mithral Hall. Les clameurs du clan, qui semblait s'être mis d'accord sur le sort de la ville, couvrit le bruit léger de leurs pas, l'obscurité du crépuscule les empêcha d'être vus.

    HRP 1 : j'ai utilisé l'ancienne couleur RP de Sombria, un bleu sombre
    HRP 2 : pour ceux qui souhaiteraient lire la rencontre entre Sombria et Eldurvellir : https://www.baldursgateworld.fr/laco...tml#post315426 (Eldurvellir : des ruines de Ss’thar’tiss’ssun vers la Porte de Baldur)
    Dernière modification par Féérune ; 22/10/2018 à 19h07.

  16. #16
    Date d'inscription
    January 2012
    Localisation
    Paris
    Messages 
    3 922
    Eldurvellir et Lysandria arrivèrent aux portes de la ville où les gardes les laissèrent entrer, non sans leur préciser qu'il leur serait difficile de trouver une place à l'auberge.

    - Nous désirons alerter les cités sur un raid probable cette nuit.

    Le chef des gardes, soucieux de ne pas abandonner son poste même sur une simple supposition de raid, les emmena jusqu'à l'auberge.

    - Maître Grésan, voici deux personnes qui ont une information grave... Pourriez-vous prévenir nos meilleurs guerriers de se tenir prêts ? Je dois retourner aux portes, afin de surveiller l'entrée. Je ne veux pas laisser mes hommes sans commandement alors que le risque est présent.
    - Oui, bien sûr... Je vais prévenir...
    - Je peux vous assurer d'une chose, c'est qu'une simple démonstration d'intimidation suffira amplement. Il s'agit de mon clan... Je veux m'assurer qu'il ne courre pas le risque d'être décimé juste parce qu'une mauvaise décision a été prise ! je ne suis pas une traîtresse. Mon mari est parmi eux.
    - Certes. Restez ici, j'y vais... Brina ! installe ces voyageurs et mène leurs chevaux à la grange attenante. Ce sont mes invités.

    Grésan sortit précipitamment. Le mieux est de prévenir Drizzt et Cattie brie...

  17. #17
    Date d'inscription
    January 2012
    Localisation
    Paris
    Messages 
    3 922
    Brina indiqua distraitement une table aux nouveaux arrivants. Revenant avec un pichet de bière et deux chopes, elle arracha à Eldurvellir un grand sourire. Le coeur de la jeune fille battit plus fort. Elle espéra ne pas rougir bêtement.

    - Mes dame et sire, désirez-vous manger ? Plat du jour, de l'auroch à la façon de l'Epine Dorsale du Monde, préparé avec du lichen et de la crème. Ou notre sélection de charcuterie maison, saucisses et terrine forestière sur pain grillé. Tarte aux myrtilles en dessert.
    - Je mangerais volontiers léger... Partageons une assiette de charcuterie, qu'en dis-tu ?
    - Oui, volontiers.

    La jeune naine fila et revint quelques minutes plus tard avec la commande.

    - Merci, jeune damoiselle.
    - Brina !
    - Damoiselle Brina. Très joli nom !

    Un nouveau sourire d'Eldurvellir fit fondre la jeune serveuse.

    - Merci messire...

    Elle s'éloigna à regret, interpellée par un client pressé.

    - Décidément, tu sembles avoir la manière, avec les femmes...
    - Bien sûr ! j'ai toujours veillé à montrer ce que je suis : un amant potentiel très agréable.

    Lysandria éclata de rire.

    - Eh bien ! ça te permettra sans doute de trouver un lit cette nuit !
    - Tu ne resteras pas... Oui, c'est plus prudent que tu rejoignes discrètement le clan.
    - Et que nous ne rentrions pas ensemble, surtout. Tu comptes rester encore un peu avec nous ?
    - Je ne pense pas... Dis-leur que je suis parti cette nuit... J'ai laissé une belle provision de potions de soins, dans la tente de Roghnar. Il sera content... Ici, je veux surtout voir comment s'en sort la poulette que je cherche. Elle est là, selon mes informations...
    - Ah ! une maîtresse en réserve ! ou déjà utilisée ?
    - Non. Mais disons que j'ai des espérances... Parlons un peu de toi.
    - Rien d'autre que ce que je t'ai dit... Gragnurd et moi avons envie de retrouver une vie stable, d'avoir une famille... Mais mon homme, que j'aime et avec qui j'ai partagé tant de choses, n'aura jamais d'enfant à lui... Il en est malheureux... Je n'aime pas qu'il soit malheureux...

    Lysandria ferma fort les yeux. Ne pas pleurer... Ne jamais pleurer... Elle reprit :

    - Aussi avons-nous réfléchi au problème ensemble, et décidé que j'aurai un enfant avec un homme de confiance. L'ami de Sombria me semble parfaitement indiqué.

    Eldurvellir lui prit la main.

    - Quand tu voudras.

    Ils mangèrent en silence, admirant les tableaux et tapisseries superbes qui ornaient la salle. Puis se levèrent pour voir ceux qu'ils n'avaient pas encore admirés. Enfin Grésan revint, et s'approcha d'eux.

    - J'ai prévenu... Une garde spéciale se dirige vers l'entrée de la ville... Ce sera comme vous dites, une démonstration de la puissance des cités. Ils n'attaqueront pas, à moins d'être particulièrement idiots.
    - Bien... Je devrais partir, mais j'attendrai la nuit pour être la plus discrète possible... Pouvez-vous nous héberger quelques heures ? La grange nous irait parfaitement.
    - Oui. Aucun souci de ce côté-là, si la compagnie des chevaux ne vous gêne pas...
    - En aucune façon. Merci.
    - C'est toute la ville qui vous remercie, ma dame. Je crois qu'on aurait aimé vous remercier en haut lieu...
    - J'ai fait cela pour mon clan... Mais j'apprécie l'intention.

    Grésan les mena à la grange, au fond de la salle. Ils s'installèrent près des chevaux.

    Le temps passa, plutôt agréablement pour eux deux. Aucun désordre, aucun cri d'assaut ne troubla Mithral Hall ; Gragnurd avait très certainement réussi à décourager le clan d'attaquer la ville.

    Vint le moment où Lysandria se leva et murmura à l'oreille de son compagnon :


    - J'y vais... N'oublie pas le rendez-vous à la Porte de Baldur... J'ai beaucoup aimé notre rencontre...

    Elle ouvrit la grande porte extérieure de la grange et sortit dans la nuit.

  18. #18
    Date d'inscription
    January 2012
    Localisation
    Paris
    Messages 
    3 922
    Eldurvellir écouta son pas qui s'éloignait, puis ses pensées divaguèrent agréablement. Elle est bien jolie, la petite Brina... Jolies joues roses, joli décolleté aux petits seins charmants et rebondis... Il décida de rentrer dans l'auberge, pensant trouver les serveuses en plein rangement.
    Le service était terminé, les lampes éteintes. L'éclat de la lune révélait une salle vide, rangée et déjà prête pour le petit déjeuner du lendemain. Déçu, il pensa monter l'escalier dans l'idée de trouver la chambre de Sylveneige, puis se ravisa et s'assit sur une des marches. Si je me trompe de chambre, j'aurais l'air fin... Un des clients risque de me tomber dessus, et...


    - Pst ! pssst ! messire ?

    C'était Brina, en chemise, qui l'interpelait.

    - Vous ne dormez pas ?
    - Bien vu, Brina. Et toi, tu ne dors pas non plus...
    - Non... Puis-je m'asseoir avec vous ?
    - Mais oui. Ou dormir...
    - Assise là ?
    - Assise là, ou installée dans la paille des chevaux ! pourquoi pas ?
    - Oh ! pourquoi pas...

    Ils allèrent dans la grange. Brina, frémissante, s'allongea aux côtés du mage.

    - Je... C'est la première fois...
    - Ah... Il vaut peut-être mieux attendre d'être avec un jeune homme que tu connais et que tu aimes...
    - Je... Oui. Pardon.
    - Ne t'excuse pas. Rien n'est grave, là.

    Brina rougit jusqu'à la racine des cheveux. Heureusement qu'il fait sombre, il ne me voit pas rougir...

    - Je suis sûr que tu rougis !
    - Oh ! mais...
    - Va dormir, Brina. Et dors bien, fais des rêves d'amour !
    - Bonne nuit, messire...

    Elle se sauva. Eldurvellir entendit ses pieds nus dans l'escalier. Il rit intérieurement. Et si je reste encore quelques jours, elle sera à point, la jolie ! je n'aurai qu'à tendre la main...

    Il s'étendit de nouveau, chercha en vain le sommeil. Je me demande où peut être Sylveneige... Peut-être pas à l'auberge... Je demanderai à l'aubergiste demain... Son esprit dériva sur la soeur de Lysandria. Il essaya de se souvenir de Sombria aussi précisément qu'il en était capable. Sa robe bleu nuit, un peu usée... Ses muscles bien dessinés, sa peau mate... Sa rudesse ne manquait pas de charme, son rire et sa mélancolie ensemble... Oui... Une femme belle d'esprit et de corps... Ses pensées divaguèrent, se mêlèrent, s'affadirent peu à peu. Il tomba enfin dans le sommeil.

  19. #19
    Date d'inscription
    January 2012
    Localisation
    Paris
    Messages 
    3 922
    Le lendemain fut quelque peu remuant. Ce fut Hernin, entrant en râlant dans la grange, qui réveilla Eldurvellir.

    - Et on met des gens à dormir là ! et mes beaux chevaux, ils dorment comment quand ça discute autour d'eux ? Venez, mes beaux... Je vais vous sortir, vous aurez l'eau et le fourrage ! eh, vous ! vous n'avez pas empêché mes beaux de dormir, hein ?
    - Moins que vous quand vous me réveillez en sursaut, l'homme.
    - Hernin. Je suis Hernin, c'est moi qui soigne les chevaux.
    - Eldurvellir est mon nom. Dites, c'est mon cheval que vous sortez !
    - Il a soif et faim, votre cheval. Je m'en occupe.

    Hernin sortit sans attendre la question qui franchissait les lèvres du mage.


    - ... une elfe de lune, elle est bien là ?

    A quoi bon, cet idiot ne connaît que les chevaux, on dirait. Il se leva et réajusta ses vêtements. Avec tout ça, je sens le vieux bouc... Tâchons de trouver un baquet où faire trempette... Eldurvellir sortit de sa chemise la pipistrelle, au fumet de transpiration qui la rendait encore plus puante que lui.

    - Toi aussi, tu devras faire trempette.

    Tiamandis cracha un juron de chauve-souris, pour la forme, puis retourna dans sa cachette.

  20. #20
    Date d'inscription
    January 2012
    Localisation
    Paris
    Messages 
    3 922
    Eldurvellir entra dans la salle. Une des serveuses était là, à préparer le feu.

    - Hé, jeune fille ! est-il possible d'avoir un bain ? une fois les préparatifs finis, bien sûr.
    - J'arrive ! je vous le prépare tout de suite !

    C'était Brina, qui descendait l'escalier avec sa fougue coutumière.

    Eldurvellir sourit, remercia, et attendit en contemplant les superbes ornementations de la salle. Quand le bain fut prêt, dans la salle d'eau adjacente, il se sentit le plus heureux des hommes. Il se plongea dans l'eau avec délices et eut un fou rire lorsque Tiamandis chuta accidentellement dans le baquet. Elle sortit si furieuse que son poil mouillé se hérissa en minuscules mèches noires, lui donnant l'apparence d'un petit diablotin.

    Il savoura son bain un long moment. Il entendit le bruit des premiers hôtes qui se levaient dans les chambres de l'étage. Brina passa le bout de son nez et chuchota :


    - Messire... Il faudrait venir d'ici peu, les gens vont bientôt descendre manger... Il y aura beaucoup de monde...
    - Merci Brina, j'arrive...

    Il traîna encore quelques minutes, puis se sécha et s'habilla. Une querelle dans la salle lui fit dresser l'oreille.

    - Pour ce que ça te coûte !
    - Non ! je ne veux pas, c'est malhonnête !
    - Tu dis que tu m'aimes, mais ce n'est pas vrai ! si c'était vrai, tu ferais ça pour moi !
    - Mais...
    - J'ai bien envie de sortir avec Mathie, elle au moins ne fait pas tant d'histoires !
    - Oh non !
    - Alors tu sais bien ce qui te reste à faire... Fais ça pour moi, hein ?

    Un instant plus tard, Brina entrait dans la salle d'eau. Son visage était rouge et elle était au bord des larmes.

    - Messire, vous avez entendu...
    - Oui. Que s'est-il passé ?
    - Je n'ose rien dire à messire Grésan... Mon petit ami veut que je vole de petites sommes dans la caisse de l'auberge... Mais je ne peux pas faire cela ! messire Grésan me fait confiance... Vous sauriez peut-être quoi faire ?
    - Ma pauvre Brina, je ne suis pas conseiller en peines de coeur... La seule chose que je puis te dire, c'est de t'interroger sur l'opportunité de fréquenter un jeune homme qui veut que tu voles à son profit... Est-il ton ami pour toi-même ou pour un travail qui te permet de l'entretenir ?

    La jeune fille lui agrippait la main et sanglotait. Bon sang ! j'ai vraiment autre chose à faire, pensait Eldurvellir. Tiens, si, ça peut servir...


    - Tu sais, Brina, plutôt que fréquenter un seul garçon, tu devrais en voir plusieurs. Ca te permettra de choisir de meilleur... Et ça t'empêchera de te mettre la tête à l'envers pour un seul de ces damoiseaux...
    - Snurf... Vous croyez ?
    - Mais bien sûr...

    Ce fut au moment où Eldurvellir se penchait sur ses lèvres pour l'embrasser que la porte s'ouvrit.

  21. #21
    Date d'inscription
    January 2012
    Localisation
    Paris
    Messages 
    3 922
    Grésan, sur le seuil, tremblait de colère contenue.

    - Brina, file en salle servir les petits déjeuners.

    La jeune serveuse sortit précipitamment.


    - Messire, malgré le signalé service que vous avez rendu aux cités, je vous prierai de quitter les lieux aujourd'hui même.
    - Certes... Mais vous devriez vous inquiéter du petit ami de Brina, qui a trouvé une façon amusante de lui torturer l'esprit...
    - J'ai l'oeil sur le jeune Faranger, qui prend effectivement un mauvais chemin... Mais ça ne vous donne pas le droit de profiter d'une jeune fille !
    - Ah mais je suis bien d'accord ! seulement, pour qu'elle oublie le garçon, il lui faut un amant un peu plus sérieux...
    - L'excuse est odieuse, vous le savez bien. J'attends que vous partiez après le petit déjeuner.
    - Je partirai donc, mais pas seul. Sylveneige, qui est quelque part ici, partira avec moi. C'est elle que je suis venu chercher.

    Grésan le Petit tomba des nues. Une jeune elfe aussi charmante, avec un tel personnage ! c'est incompréhensible ! le nain sentit son coeur se serrer.

    - Damoiselle Sylveneige est logée chez de très bons amis à moi. Elle doit partir pour Lunargent avec une caravane de marchands.
    - Excellente idée. Eh bien, je partirai donc avec elle.

    Grésan soupira.

    - La caravane ne part que demain matin... Ecoutez, je vais être franc avec vous : je ne pense pas que damoiselle Sylveneige doive voyager avec vous à ses côtés. C'est une personnalité perturbée, et... et...
    - Et je ne suis pas assez bien pour l'accompagner, c'est ça ?
    - C'est... c'est à dire qu'elle est encore trop fragile pour se défendre contre un séducteur dans votre genre. Voilà, c'est dit.
    - Ah. C'est bien embêtant. Soit j'accompagne la délicate Sylveneige qui part demain matin, soit je reste un peu ici pour la laisser partir tranquille... Hé ! ça me donne le temps de séduire la gentille petite Brina...

    Le mage ricana. Grésan serra les poings.

    - Je ne suis qu'un petit homme, mais je peux encore vous faire mal, là où ma hauteur me donne accès !

    Eldurvellir rit.

    - Ne vous inquiétez pas. Je serai sage. Mais vous devriez vraiment bannir de votre auberge l' épouvantable "ami" de Brina. Elle résiste à ses demandes, mais ne résistera peut-être pas longtemps si son chantage se fait plus insistant.
    - Bien. Je suis d'accord avec vous sur ce point... Bon... Vous voyagerez après-demain si vous le souhaitez. Je vous demande juste de laisser Brina tranquille.
    - Je pourrais peut-être rejoindre Sylveneige chez vos amis ?
    - Je vais voir ça...

    Grésan avait l'air d'en douter. Eldurvellir reprit :

    - Bon... Je pensais de toute façon quitter la ville aujourd'hui. Et si je vais lentement, je rattraperai bien la caravane sur le chemin.

    L'aubergiste eut l'air si soulagé que le mage ne put se retenir de sourire. J'aurais mieux fait de suivre le clan... Au moins j'aurais pu persuader Lysandria de remettre ça... Trop tard maintenant, ils doivent avoir levé le camp depuis au moins deux bonnes heures...

    Ils sortirent de la salle d'eau, l'un pour aller en cuisine, l'autre pour s'installer à une table. Il chercha Brina du regard, sans succès.

  22. #22
    Date d'inscription
    January 2012
    Localisation
    Paris
    Messages 
    3 922
    La salle se remplit peu à peu. Eldurvellir s'amusa à observer les gens qui s'asseyaient à table. Les marchands de la caravane se comportaient de manière typique : parlant bas, aimables, prêts à saisir la moindre opportunité. L'un tint la jambe de Grésan le Petit un moment, chuchotant avec véhémence en désignant l'une des plus belles oeuvres des murs de l'auberge. Souriant mais ferme, le nain refusa ce que le mage pensa être une proposition d'achat fort intéressante.

    Les serveuses ayant été prudemment reléguées en cuisine, ce fut Hernin qui vint aider son patron, assez malheureusement d'ailleurs. Le mage faillit avoir un fou rire lorsque le palefrenier apporta un plateau avec tant de précautions que deux femmes lourdement drapées de velours, à une table voisine de la sienne, se gaussèrent de lui avec une discrétion toute relative. Hernin chancela, le pot de thé glissa ; Eldurvellir se leva d'un bond et le retint juste à temps. Les rires cristallins qui suivirent comportaient une note inquiétante qui ravit Eldurvellir et le décida à saluer les deux inconnues.


    - Bien le bonjour, mes dames...

    Elles levèrent le nez vers lui. Deux nez longs et fins, au teint délicatement ambré.

    - Que nous vaut le plaisir, messire ?
    - Un intérêt pour deux dames aux rires si ravissants, rien de plus !
    - Messire, nous cherchons quelqu'un de compagnie, mais point de votre gabarit... Croyez que je suis vraiment désolée d'être aussi directe ! je suis Elyenis de Maîtrefeux. Et voici ma soeur, Ylenise.
    - Ravi de vous connaître, dame Elyenis, dame Ylenise... Eldurvellir du Val Bise, pour vous servir.

    Il lança un bref coup d'oeil à la tapisserie qui se trouvait sur le mur de droite.

    - On vous croirait d'un lointain pays, mes dames... Comme les femmes tissées sur cette oeuvre merveilleuse !
    - Bien vu, messire. Nous venons d'assez loin, de ce même pays dont cette tapisserie est originaire. Du Shaar oriental.
    - Oh ! je suis vraiment enchanté de rencontrer des personnes d'aussi loin !

    Ce fut dit avec une telle candeur que les rires reprirent de plus belle. Eldurvellir ne s'en vexa point. La glace était rompue, c'était tout ce qui importait pour lui. Il sourit, puis donna un avis sur l'expressivité de la tapisserie. Un avis très pertinent, que dame Ylenise et dame Elyenis écoutèrent avec intérêt.

    La conversation qui suivit l'enchanta ; il fut question d'art et de voyages. Ces dames étaient venues tout spécialement pour admirer les oeuvres ramenées par Grésan le Petit, notamment celles de Kara Tur. Enfin vint le moment qu'Eldurvellir attendait.


    - Messire Eldurvellir... Nous cherchions un rôdeur capable de nous accompagner en Haute-Forêt, mais dans le cas où vous partiez ce jour serions heureuses que vous nous joignez à nous.

    Bonne fortune, enfin ! le minois des deux soeurs présageait bien. Le nez fin, les yeux noirs pétillants d'intelligence, le fin menton pointu... Eldurvellir sentait sa chance tourner.
    Sur un geste de l'une des soeurs, il s'installa à leur table. La conversation se poursuivit, fort plaisante. Ce fut Grésan qui apporta le petit déjeuner. Il parut rassuré de voir Eldurvellir occupé et parvint à se montrer aimable.

    Les deux soeurs avaient aussi des connaissances d'herboristes. Elles venaient d'un pays où ces connaissances étaient très poussées. Elles étaient sorcières de bonne famille, et savaient faire des mélanges de plantes aux effets tout à fait intéressants. Eldurvellir leur parla des produits qu'il avait ingérés chez Gerti Orelsdottr et leurs conséquences. Il sentit qu'il les impressionnait et qu'elles avaient envie d'en savoir plus.

    Quelques mots à Grésan le Petit ne leur permirent pas de trouver un solide compagnon pour les escorter. Ils en furent quittes pour partir seulement à trois, avec l'idée de modifier leur route pour éviter les mauvaises rencontres. Ylenise déclara pouvoir trouver un guide à Lunargent, aussi se proposèrent-ils de s'y rendre.

  23. #23
    Date d'inscription
    January 2012
    Localisation
    Paris
    Messages 
    3 922
    De son côté, Sylveneige passait un séjour agréable chez Cattie brie et Drizzt. Leur générosité, leur savoir, semblaient lui faire oublier sa détresse. Elle avait bien sûr ressenti de l'inquiétude lorsque Grésan était venu avertir de l'attaque qui se tramait, mais avait été vite rassurée : une simple démonstration de la force des cités avait suffit à décourager les assaillants potentiels. Ou peut-être avaient-ils simplement réalisé la stupidité pour un clan à s'attaquer à une ville entière... Enfin, le séjour de la jeune elfe fut paisible.

    La caravane repartait vers la Porte de Baldur mais faisait auparavant un détour par Lunargent. Sylveneige espérait y trouver une autre caravane avec qui voyager, ayant perdu l'espoir qu'Eldurvellir la rejoigne. Grésan, inquiet pour elle, s'était bien gardé de dire que le mage était venu à son auberge et avait demandé après elle.

    Si Sylveneige était troublée de ne pas retrouver Eldurvellir, elle ne le montra pas. Elle ne montra pas davantage d'intérêt à l'idée de voir Lunargent, pourtant une cité favorite des Elfes. Elle ne montrait guère d'intérêt pour quoi que ce fût, au point que Grésan ne put s'empêcher de lui dire ce qu'il ressentait :


    - Jeune Sylveneige, vous m'inquiétez beaucoup... Ce n'est pas normal que tout vous paraisse indifférent. Ce n'est pas normal que vous ne sembliez pas sentir les choses, ni comprendre les gens... Votre esprit est malade, il faut absolument vous faire soigner par un prêtre. La caravane part ce matin, je ne sais pas si vous trouverez un prêtre parmi les voyageurs...
    - Je... Non... Merci messire Grésan... Quand je serai chez moi, tout ira mieux... Certainement...
    - Je n'insiste pas. Mais sachez que vous ne devriez pas tarder. Vous êtes fragile.

    Ce disant, ils arrivèrent à la caravane qui finissait d'organiser sa marche. Hernin avait amené Kaoti ; Sylveneige le remercia et prit la bride du cheval. Elle salua aimablement Grésan et Cattie brie qui l'avaient accompagnée. Enfin, la caravane s'ébranla et on prit la route de Lunargent.

  24. #24
    Date d'inscription
    January 2012
    Localisation
    Paris
    Messages 
    3 922
    La route était relativement sûre ; cependant, comme un clan de barbares traînait dans le coin, on renforça la sécurité en persuadant trois paladins égarés à Mithral Hall d'escorter la caravane. Les paladins en question objectèrent bien qu'ils ne sauraient à eux seuls faire face à un clan entier, mais leur bon coeur les conduisit à accepter, ne serait-ce que pour rassurer les caravaniers.

    De fait, le début du voyage ne présenta aucune difficulté. Aucune mauvaise rencontre. On croisa bien au tout début du voyage trois personnes à l'air un peu louche, deux en cape noire et le troisième en cape verdâtre, mais l'on entendit d'eux que des propos assez crus semblant venir d'individus ivres ou drogués.

    La caravane comptait sur quelques jours d'une marche paisible, mais le sort en décida autrement. Bien que composée d'une bonne trentaine de chariots et bien gardée, elle ne put se défendre contre le clan de barbares, d'orcs et demi-orcs qui était resté en embuscade dans une zone boisée.

    C'était le clan qui avait voulu attaquer Mithral Hall, mené par Roghnard le Furieux. Ainsi les orcs et les barbares du clan se vengeaient-il de la frustration de n'avoir pu faire leur petite fête sanglante à l'auberge.

    Malgré le courage indéniable de ses défenseurs, la caravane ne parvint pas à s'en sortir. Les assaillants étaient nombreux et bien entraînés à ce type d'attaque. Un jeune garçon parvint à s'enfuir à cheval pour aller prévenir Lunargent, à peine à deux jours de route du lieu de l'attaque. Mais le mal était fait. L'attaque éclair du clan laissa bientôt place à un pillage rapide mais méthodique.

    Sylveneige, aux prémices de l'attaque, s'était précipitamment cachée dans un arbre. De là elle lança quantité de flèches qui firent mouche, jusqu'à ce qu'elle soit repérée et descendue du faîte de l'arbre à coups de pierres de la part d'un barbare rigolard. Elle chuta sur ce brave garçon qui, revenant à lui plus vite que la rôdeuse, se contenta de l'assommer avant d'aller participer au pillage.

  25. #25
    Date d'inscription
    January 2012
    Localisation
    Paris
    Messages 
    3 922
    Lorsqu'elle revint à elle, ce fut pour voir un carnage. Tous les chariots étaient renversés et leur contenu éventré, les chevaux avaient disparu, volés par les pilleurs. Mais ce qui la frappa, ce fut le nombre de cadavres. Les paladins s'étaient battus jusqu'à la mort, les marchands avaient été massacrés. Sylveneige se leva péniblement et tenta de trouver des vivants : elle n'en trouva aucun.

    Fuir

    Le mot parvint à son esprit, comme une évidence. Mais fuir signifiait risquer de se retrouver sur le chemin des meurtriers, fuir signifiait courir peut-être des risques encore plus grands, fuir signifiait mourir.

    Sylveneige tenta de lutter contre le sentiment de panique qui montait en elle, irrépressible, balayant toute logique, toute pensée constructive. L'idée de retrouver des gens, à Lunargent ou ailleurs, l'effrayait. Fuir. Fuir, fuir, fuir... Fuir était indispensable. Elle prit ses affaires et alla vers la lande.

    Ce fut Kaori qui la retrouva. Le cheval, lorsqu'il avait vu Sylveneige grimper prestement à l'arbre d'où elle comptait décocher ses flèches, s'était éloigné. Probablement heureux d'un peu de liberté. Les mouvements désordonnées de l'elfe qui fuyait, paniquée, attirèrent son attention. Kaori revint, heureux de retrouver sa maîtresse. Lui parvint à la calmer, d'abord en trottinant à côté d'elle, puis en se rapprochant jusqu'à l'effleurer. Le sentiment d'un être aimant soucieux d'elle tranquilisa l'elfe. Elle posa la main sur le flanc du cheval, puis remonta en selle.

    Et mon Lumi ? Il a disparu ! L'angoisse de Sylveneige laissa place au désespoir.

  26. #26
    Date d'inscription
    January 2012
    Localisation
    Paris
    Messages 
    3 922
    - LUMI ! LUMI ! LUMI !

    Les appels de Sylveneige demeurèrent vains. Elle cria, cria à s'en briser la voix, mais aucun ululement ne lui parvint.


    - Je ne peux pas partir sans lui...

    Sylveneige resta, prostrée, près de la route. Elle crut simplement mourir d'angoisse lorsque des images terrifiantes parcoururent son esprit blessé, des scènes d'horreur, les scènes mêmes que les caravaniers avaient subies. Roulée en boule, elle gémit de frayeur et de fatigue. Kaoti lui lécha doucement le visage et partit un peu plus loin paître l'herbe fraîche.

    Enfin, l'elfe reprit ses sens et se leva. Elle appela Kaoti, monta en selle et repartit dans la direction de Lunargent.

    Elle ne fit pas longue route : du monde arrivait. C'étaient des gens de Lunargent, guidés par le jeune garçon qui avait réussi à s'enfuir. Sylveneige espéra alors voir Lumi avec eux, mais le harfang n'y était pas.


    HRP : "Errance..." continue ici : https://www.baldursgateworld.fr/laco...tml#post461291 ([LUNARGENT] Errance...)
    Dernière modification par Féérune ; 05/07/2019 à 22h09.

Discussions similaires

  1. Errance dans un Plan inconnu
    Par Féérune dans le forum Vers Féérune
    Réponses: 12
    Dernier message: 28/08/2018, 21h29
  2. [ARENA] Hall du colosse
    Par SergioToutCourt dans le forum L'île de Vvardenfell (Morrowind)
    Réponses: 17
    Dernier message: 28/08/2017, 10h09
  3. Quête : Errance dans les ténèbres
    Par Kasumi dans le forum L'Encyclopédie The Witcher 3 : Wild Hunt
    Réponses: 2
    Dernier message: 06/06/2015, 09h18
  4. [MODS] Comment entrer dans le hall des voleurs ?
    Par Sorto dans le forum Le Bazar de l'Aventurier
    Réponses: 24
    Dernier message: 05/09/2008, 15h28
  5. [RP]Errance aux frontières de la folie
    Par Garfield dans le forum Les Montagnes du Nord
    Réponses: 1
    Dernier message: 25/02/2006, 12h39

Les tags pour cette discussion

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •  

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 203 204 205 206 207 208 209 210 211 212 213 214 215 216 217 218 219 220 221 222 223 224 225 226 227 228 229 230 231 232 233 234 235 236 237 238 239 240 241 242 243 244 245 246 247 248 249 250 251 252 253 254 255 256