Affichage des résultats 1 à 22 sur 22

Discussion: [LUNARGENT] Errance...

  1. #1
    Date d'inscription
    janvier 2012
    Localisation
    Paris
    Messages 
    4 877

    [LUNARGENT] Errance...

    HRP "Errance..." en provenance de Mithral Hall : https://www.baldursgateworld.fr/laco...tml#post461202 ([MITHRAL HALL] Errance...)

    Sylveneige fut emmenée directement à Lunargent, avec le jeune garçon. On jugea, avec raison, qu'il était inutile de confronter de nouveau les rescapés avec la scène du lieu de l'attaque. Arrivés sur les lieux du drame, les autorités de Lunargent firent un bilan précis, cherchant l'identité des cadavres et tous les renseignements susceptibles de donner un maximum d'informations sur les objets pillés et les chevaux volés. Ils firent aussi l'inventaire des ennemis tués, parmi lesquels on en trouva de notoires : le clan des barbares et des orcs était bien connu pour ses pillages agrémentés de cruautés diverses. Mais tous sentaient qu'une étape avait été franchie dans les atrocités dont le clan était capable.

    - Nous devrons analyser cette attaque avec soin... On dirait que le clan fonctionne différemment, ce qui veut dire qu'il a peut-être changé de chef. Et il faudra rencontrer les gens de Mithral Hall, la caravane en vient... Ils ont peut-être des informations utiles.
    - Les paladins... Il y a le chevalier d'Eau d'Elfe, un homme que je connaissais... Les deux autres sont des paladins de Lathandre... Nous aurons des rapports à faire auprès des temples.
    - Une jeune naine arrive, empêchez-la d'approcher de près. Inutile qu'elle soit choquée par ce carnage, dame Ysaure, je vous prie...
    - Oui, je l'emmène avec moi à Lunargent, ce sera plus sûr.

    Elle courut au devant de la jeune naine.

    - Jeune fille ! n'approchez pas !

    Dame Ysaure prit l'inconnue par le bras et la fit aller vers la lande.

    - C'est une scène assez dure, venez. Ne regardez pas. Je vous propose de continuer la route jusqu'à Lunargent. Je suis Ysaure de Blanchemain, prêtresse seldarine. Venez !
    - Merci... Oh !
    - Ne regardez pas de ce côté.
    - Oui... Vous avez raison... Je suis Brina Feudorge et viens de Mithral Hall. La caravane en venait !
    - Dans ce cas, les autorités de Lunargent devront certainement vous poser des questions.
    - Tous étaient à l'auberge, où j'étais serveuse.
    - J'espère qu'on ne vous demandera pas... Non, rien.

    En son for intérieur, dame Ysaure espérait qu'on n'aurait pas besoin de demander à Brina d'identifier les corps. Il y aurait beau voir qu'on préserve une jeune fille de la vision du massacre pour lui montrer ensuite les cadavres. Comme le monde est affreux, quand les mauvaises personnes croisent votre chemin...
    Dernière modification par Féérune ; 18/11/2018 à 22h39.

  2. #2
    Date d'inscription
    janvier 2012
    Localisation
    Paris
    Messages 
    4 877
    Arrivée en ville, Sylveneige n'avait pas manqué d'aller voir le crieur public pour passer annonce concernant son harfang des neiges perdu, et ce avant même d'aller prendre une chambre à l'auberge du Chêne d'Or.

    Lorsqu'elle entra dans l'auberge, elle remarqua que la jeune naine que dame Ysaure avait préservée de la vision terrible du massacre de la caravane était en grande discussion avec le tavernier. L'elfe demanda une chambre à l'une des serveuses et monta immédiatement s'y reposer.

    Elle fut réveillée par des coups frappés à la porte.


    - Damoiselle ! damoiselle ! allez-vous bien ?

    Sylveneige se leva et ouvrit la porte.

    - Damoiselle, il est fort tard et le service du soir va finir... Voulez-vous que je vous monte un dîner ?
    - Me monter un dîner ? Mais vous êtes cliente de l'auberge...
    - Non. Je me suis faite embaucher cet après-midi. Je suis Brina Feudorge, j'étais serveuse à Mithral Hall.
    - Ah... Euh... Oui, j'aimerais un dîner. Mais je vais descendre...
    - J'ai dit à dame Ysaure que vous vous reposiez. Sinon, vous risquez de vous retrouver à faire une déposition en bonne et due forme auprès des autorités... Je serais vous, j'attendrais demain.
    - Oui, c'est vrai. Je préfère être seule. Et qu'y a t-il à manger ?
    - Le poulet à la crème de carottes est très bien. Il y a aussi un plat de légumes au fromage de brebis... En dessert, tartelettes aux groseilles ou gâteau à la crème d'agrumes. La crème d'agrumes vient des régions du sud, on a de la chance d'en avoir ici ! comme boissons : de la bière légère, de la bière des nains, du vin - mais le vin est hors de prix, comme partout dans la région.
    - Poulet à la crème... Et gâteau. Bière légère. Et pourrais-je avoir aussi quelques petites saucisses ? Merci, Brina.
    - Je vous apporte tout ça en un clin d'oeil.

    Brina descendit vivement et sembla remonter presque immédiatement. Sylveneige était tellement perdue dans ses pensées qu'elle n'avait plus la notion du temps.

    - Damoiselle ? Que se passe t-il ?
    - Rien... Ou plutôt si... Avez-vous vu un harfang des neiges égaré entre Mithral Hall et Lunargent ?
    - Non... Je ne pense pas... Mais je n'ai peut-être simplement pas remarqué... Un harfang particulier ?
    - Oui, mon familier... Je l'ai perdu pendant le massacre de la caravane. Il a dû s'enfuir, terrorisé, mais il est peut-être quelque part, blessé... Je sortirai pour le chercher cette nuit.
    - Je n'en ferai rien, si j'étais vous. Les meurtriers rôdent peut-être encore près de la ville. On ne sait pas ! vous irez demain...
    - Eh bien... Je verrai.
    - Ne faites rien qui vous mette en danger... Bonne nuit, damoiselle.
    - Sylveneige. Je m'appelle Sylveneige d'Evereska. Bonne nuit, Brina.

    Brina hocha la tête en souriant et quitta la pièce.

    Sylveneige mangea sans grand appétit. Un calme complet s'était installé dans l'auberge. Il était tard, la salle était vide. Elle alla à la porte, l'ouvrit tout doucement et sortit, armée et le chapelet de petites saucisses en poche. Elle alla à l'écurie, donna la pièce au jeune soigneur qui s'étonnait de cette sortie tardive et prit son cheval.

    La recherche de Lumi pouvait commencer.

  3. #3
    Date d'inscription
    janvier 2012
    Localisation
    Paris
    Messages 
    4 877
    Sylveneige franchit sans encombre les portes de la ville. Mais quelques pas plus loin, des gardes l'arrêtèrent.

    - Holà, jeune dame, on ne sort pas.
    - Plaît-il ?
    - Vous aurez remarqué qu'il n'y a pas de couvre-feu à proprement parler dans la cité, mais il est formellement interdit de sortir de la ville cette nuit, ni de traîner aux alentours. Les voyageurs sont amenés en ville, pour leur sécurité ; un homme qui semblait ivre a été amené à la caserne, par exemple. Nous ne permettons pas que quiconque prenne le risque de rencontrer le clan qui a attaqué la caravane tantôt.
    - Mais je dois retrouver mon familier, un harfang des neiges... Il s'est égaré, il est peut-être blessé quelque part !
    - Je comprends bien, damoiselle et croyez bien que je compatis... Hé !

    Le chef des gardes porta son gantelet à sa lèvre inférieure, pensif.

    - Je crois que l'homme ivre avait un oiseau blanc avec lui. A peine vivant, mais il semblait y tenir...
    - Où est cet homme ?
    - Je vous l'ai dit, à la caserne. Ecoutez, damoiselle, rentrez en ville et allez dormir. Je vous mènerai à la caserne demain matin. Pas trop tôt, hein, qu'on ait le temps de dormir un peu...
    - Mais si ce n'était pas mon oiseau ?

    Le chef des gardes éleva la voix d'un ton :

    - Que ce soit ou non votre oiseau ne change rien à l'affaire. Vous rentrez en ville, vous dormez, point. Je vous conseille d'obtempérer. Plus tôt vous dormirez, plus tôt vous serez à la caserne pour vérifier par vous-même.

    Sylveneige allait protester de nouveau, mais face au visage fermé de l'officier elle céda et repartit sur ses pas.

    L'elfe de lune, rentrée pour dormir à l'auberge, parvint heureusement à trouver le sommeil. Elle croyait ressentir l'assurance de revoir Lumi bientôt, rêva vaguement de leurs retrouvailles. Le lendemain, elle était calme et prête à aller à la caserne de Lunargent. Ce fut Brina qui l'arrêta afin de lui faire prendre un petit déjeuner, arguant que la caserne ne serait pas ouverte aussi tôt.

    Enfin l'elfe sortit, demanda le chemin de la caserne et fila droit chercher Lumi.

  4. #4
    Date d'inscription
    janvier 2012
    Localisation
    Paris
    Messages 
    4 877
    C'était un moment d'effervescence macabre, dans la belle ville de Lunargent. Le terrible sort des caravaniers occupait toutes les conversations, la nécessité de se débarrasser du clan auteur du massacre était le sujet des autorités des deux villes, Mithral Hall et Lunargent. On se réunissait, on élaborait des stratégies pour piéger le clan criminel, on lançait des battues à l'entour. Sans succès, en tous cas ces premiers jours après le drame, bien qu'une ou deux pistes fussent apparues. Il semblait que le clan était reparti vers le nord, soucieux de partir suffisamment loin dans les terres les plus difficiles d'accès pour se faire oublier.

    Sylveneige, arrivée à la caserne, expliqua aux gardes en faction sa requête et fut amenée devant le chef des gardes.

    - Ah ! damoiselle, j'espère que notre fauconnière a de bonnes nouvelles pour vous...

    Une jeune fauconnière, souriante, tenait un harfang des neiges sur son poing.

    - Lumi ! Lumi, mon tendre, mon chéri, c'est bien toi !
    - Attention, damoiselle, il a été gravement blessé. L'homme qui nous l'a amené...
    - Que nous avons capturé, Lenniyen !
    - Il l'a soigné, avec difficulté vu son état...
    - Son état d'ébriété ! pardon, jeune Lenniyen, l'essentiel pour toi est que tu rendes ce bel oiseau à sa maîtresse.
    - Je devrais donc remercier cet homme...
    - Mmmh. Pour le moment, il n'est pas en état de recevoir qui que ce soit. Ni de répondre à nos questions, d'ailleurs. Ce qui lui est bien utile, certainement...
    - Que voulez-vous dire, messire ?
    - Que cet état, un état de confusion, est entretenu par l'homme lui-même. Entretenu pour gagner du temps. Nous lui avons confisqué ses potions afin qu'il soit enfin lui-même. Dès qu'il aura repris ses esprits, il n'échappera pas à un interrogatoire en règle.
    - Mais pourquoi ?
    - Parce que le clan qui a massacré la caravane était accompagné d'un mage, qui n'était ni un barbare ni un orc. Et même s'il y a peu de chance pour que ce soit cet homme-là, je ne veux négliger aucune piste.
    - Je ne comprends pas, si tel était le cas, le fait qu'il ait soigné mon harfang...
    - Je ne sais pas. Peut-être le désir d'avoir un bel oiseau... Ou de s'en servir pour quelque maléfice... Ou, plus simplement peut-être aime t-il les animaux ! en l'état actuel des choses, comme je vous le disais, il n'est pas possible de l'interroger.

    Le chef des gardes réfléchit un instant.

    - Ecoutez, si vous restez suffisamment longtemps à Lunargent, vous pourriez voir cet homme et le questionner sur le sujet.
    - Je pourrais donc repartir dès aujourd'hui ?
    - Oui, bien sûr, sauf si vous vous dirigez vers le nord. Nos pisteurs ont repéré des traces qui révèlent que le clan est reparti dans cette direction. Un messager a d'ores et déjà été diligenté pour aller prévenir les rares populations de l'Epine Dorsale du Monde et du Val Bise. Les géants du givre savent se défendre, mais il y a nombre de peuplades moins armées dont la sécurité est potentiellement compromise.
    - Ah... Eh bien, je vais retourner à l'auberge... Une dernière question, comment savez-vous qu'un mage humain accompagnait le clan ?
    - Tout simplement parce qu'un mage humain, accompagné d'une demi-orc, est venu prévenir Mithral Hall d'une attaque probable. L'attaque en question n'a heureusement pas eu lieu. L'homme et la demi-orc sont restés à l'auberge pendant la soirée.
    - Alors Brina les a probablement vus...
    - Brina ?
    - Oui, la jeune serveuse de Mithral Hall qui est arrivée ici hier. Elle travaille à l'auberge du Chêne d'Or, maintenant.

    Un grand sourire apparut sur le visage de l'officier.

    - Ma chère damoiselle, auriez-vous la gentillesse de me l'envoyer ? Ainsi il sera possible de la confronter à l'homme que nous détenons.
    - Oui, bien sûr. J'y vais de ce pas ! merci, messire officier.
    - C'est moi qui vous remercie, damoiselle...
    - Sylveneige d'Evereska.
    - ... Damoiselle Sylveneige. A très bientôt.

    L'elfe se retira, suivie par la fauconnière.

    - Damoiselle Sylveneige, je vais vous donner un onguent pour votre harfang. Tenez. A badigeonner trois fois par jour ! jusqu'à la cicatrisation. Faites bien attention, il vole mal... Mais il devrait se remettre assez vite, l'homme qui l'a soigné a été efficace.
    - Merci beaucoup, damoiselle Lenniyen.

    Lumi blotti dans ses bras, Sylveneige quitta la caserne.

  5. #5
    Date d'inscription
    janvier 2012
    Localisation
    Paris
    Messages 
    4 877
    Lorsque Sylveneige arriva à l'auberge, les serveuses installaient les tables pour le déjeuner de midi. Le bois des tables luisait, soigneusement bruni au brou de noix, les couverts étaient rangés dans des pots de bois, des odeurs délicieuses parvenaient de la cuisine.

    Elle s'assit, Lumi toujours serré contre son coeur.


    - Qui t'a sauvé, mon beau ? Il faudrait qu'on le remercie... Au lieu de ça, il va avoir droit à un interrogatoire... Tu sais quoi ? Nous irons de nouveau à la caserne, pour témoigner en sa faveur. Un homme bon avec les animaux ne peut pas être mauvais avec les gens ! en tous cas pas au point de participer à un massacre !

    Ce disant, elle caressait tendrement la tête de Lumi, qui répondait par une vocalise discrète.

    - Oh ! le bel oiseau !

    Brina tendit un doigt timide et le passa sur le cou duveteux du harfang.

    - Vous l'avez donc retrouvé ! il est magnifique !
    - Oui... Et quand il ira bien, il s'attaquera au chapelet de petites saucisses, que j'avais pris pour lui.
    - Eh bien, bon appétit à lui !

    Elles rirent toutes deux.

    - Brina ! il y a un homme, à la caserne, qu'on retient pour interrogatoire. Il viendrait de Mithral Hall, où il s'est présenté à l'auberge avec une demi-orc...
    - Ah oui ! le mage !
    - Il faudrait que vous ailliez l'identifier. Il serait de mèche avec le clan qui a tué les caravaniers.
    - Si c'est lui, je n'y crois pas.
    - Pourquoi ? Moi non plus, à dire vrai. Pourquoi un meurtrier irait-il se soucier d'un oiseau blessé ?
    - L'homme que j'ai vu était manipulateur et certainement de ceux dont il vaut mieux se méfier, mais il était venu pour avertir la ville d'un raid probable. A mille lieues d'un assoiffé de sang, à mon avis !
    - Je viendrai avec vous...
    - On pourrait se tutoyer... Sauf si cela vous gêne, bien sûr !
    - J'aime autant ! on se tutoie !
    - Parfait ! je vais prévenir le patron qu'on me demande à la caserne. Nous irons après le déjeuner, je ne peux pas laisser l'auberge au moment du coup de feu de midi.
    - Oui, bien sûr, d'autant plus que j'ai faim !

    Après le repas, les derniers clients servis, Brina fit signe à la rôdeuse et elle partirent toutes deux pour la caserne.

  6. #6
    Date d'inscription
    janvier 2012
    Localisation
    Paris
    Messages 
    4 877
    A la caserne, l'ambiance était houleuse. Brina et Sylveneige furent accueillies par les vociférations du chef des gardes.

    - Deux heures ! en deux heures tu as le temps de faire LA bêtise à ne pas faire !
    - Mais...
    - Pas de mais ! on ne laisse jamais sortir un prisonnier s'il n'y a pas de gardes ! jamais !
    - Je...
    - Tu quoi ? Tu es désolée ? Ah, la belle affaire ! et moi donc !
    - Il...
    - Quoi, il ?
    - Il a laissé un message pour vous...

    Ce fut à ce moment que les deux jeunes femmes pénétrèrent dans la pièce. Face à elles il y avait une cellule, entrouverte et désormais vide. Une odeur douceâtre, vaguement écoeurante, flottait dans l'air.

    - Que s'est-il passé, messire ?
    - Il s'est passé que notre suspect s'est enfui, voilà ce qu'il s'est passé !
    - Mais comment ?
    - Demandez donc à cette jeune dame !
    - Je suis désol...
    - Oh, ASSEZ !

    Le chef des gardes était à bout de nerfs. Lenniyen, quant à elle, tremblait et pleurait. Brina s'approcha d'elle et la prit par la main.


    - Allons, allons...
    - Il m'a demandé de l'eau, pour commencer. Ensuite il m'a dit qu'il voulait mettre par écrit le récit de ces derniers jours. J'ai voulu lui passer de quoi écrire, mais il a objecté qu'il n'avait pas de table dans la cellule. Il m'a demandé de le laisser sortir.

    Lenniyen se moucha, essuya ses yeux et continua :

    - Alors, comme il y a toujours des gardes à l'extérieur et pensant qu'il ne pouvait de toute façon pas quitter la caserne, j'ai ouvert la cellule. Il est sorti et est allé droit à la table pour écrire. Il a saisi la plume et m'a dit qu'il avait un peu de mal et aimerait bien que je l'aide... J'ai donc écrit pour lui et...
    - Et ?
    - Il a commencé à me dicter son récit puis, toujours en dictant, est allé prendre sa besace. A cherché quelque chose dedans... Puis il m'a serrée contre lui, a repris la plume et m'a embrassée... J'ai...
    - HEIN ?
    - J'ai senti quelque chose de bizarre, il a appliqué un tissu mouillé de quelque chose à l'odeur écoeurante sur mon nez et je ne sais plus ce qui s'est passé après...

    Le chef des gardes eut les larmes aux yeux. Si ce salaud a touché à ma fauconnière, une si gentille jeune fille...

    - Il a continué à écrire, voyez, capitaine Léante...

  7. #7
    Date d'inscription
    janvier 2012
    Localisation
    Paris
    Messages 
    4 877
    Le capitaine Léante prit le manuscrit et lut :

    Ici la confession de mes dernières journées

    Chers gens de Lunargent

    Voici le récit de mes actions avant d'avoir été si aimablement "invité"en votre ville.

    Ai-je accompagné le clan qui a commis un massacre ? Oui.
    Ai-je été avec le clan lors du massacre ? Non.
    Ai-je tué ? Oh, certainement, mais pas récemment. A dire vrai, il est tout aussi possible que je n'aie jamais tué.
    Voyez-vous, j'ai perdu la mémoire et ne la retrouve que petit à petit.
    Ni moi, ni la belle demi-orc avec qui je suis allé à Mithral Hall n'avons participé au drame. Elle est repartie de son côté, avec l'idée de prendre son mari sous le bras pour aller s'installer à... Ah ! je ne sais plus ! donc je ne saurais vous dire !

    A Mithral Hall, on vous dira que j'étais venu - avec la belle demi-orc - prévenir d'un raid sur la ville, ou plus exactement dans l'auberge dans le but de voler les voyageurs et les superbes tableaux de messire Grésan.


    Puis l'écriture changea. Une écriture plus déterminée, qui ne manquait pas d'élégance.

    Ensuite, eh bien je me suis un peu accroché avec messire Grésan... Peu importe le sujet, aussi charmant soit-il. J'ai trouvé deux voyageuses avec qui j'ai continué le chemin dans la direction de votre belle ville. Un excellent petit voyage ! avec de saines distractions (ces dames étaient, disons, expérimentées).

    Ah ! ne grondez pas trop fort la jeune Lenniyen. Elle a voulu bien faire. Et ne craignez rien pour son... honneur, je n'endors pas les jeunes filles pour les tripoter sournoisement. Sans compter que votre ville est si belle... Je n'ai pas envie de partir fâché avec vous.

    Je ne fais juste pas plus confiance aux autorités de votre ville qu'elles ne le font à mon égard. Donc le plus simple est de partir discrètement. Bien le bonjour à vous !

    Le mage humain, dont le nom ne vous dirait rien.


    La colère du capitaine retombait petit à petit. Malgré ses doutes, il se sentait soulagé.

    - Lenniyen, tu iras voir une prêtresse pour... pour vérifier que tout va bien. Moi j'en serai quitte pour un savon...

  8. #8
    Date d'inscription
    janvier 2012
    Localisation
    Paris
    Messages 
    4 877
    - Pardon ?
    - Hem... Je dis que j'en serai quitte pour un savon.
    - Non. Avant.

    Il y eut une discussion un peu animée, entre une Lenniyen froissée d'être prise pour "l'oie blanche de service" selon ses propres termes et un capitaine des gardes de plus en plus rouge - balançant entre le rouge de la confusion et celui de la colère.
    Brina intervint juste à temps pour éviter au capitaine Léante une crise d'apoplexie, tandis que Sylveneige laissait tomber d'une voix neutre :


    - Tiens, je vois que vous avez des travaux...

    Léante saisit la balle au bond, courant dans la pièce voisine, où une brève vérification des lieux prouva que le mage s'était enfui par les toits. Toits rendus bêtement accessibles pour cause de réparations : quelques échelles traînaient près de la fenêtre. Une autre échelle, de corde celle-là, courait de la fenêtre au toit.

    Alors qu'ils revenaient près de la cellule, Brina prononça lentement, cherchant dans ses souvenirs :


    - C'est bien le mage humain qui est venu à Mithral Hall... Il était accompagné d'une demi-orc. Ils sont restés à l'auberge de messire Grésan, elle est repartie en pleine nuit... Lui est resté jusqu'au lendemain matin.
    - A t-il donné son nom ?
    - Je ne m'en souviens pas... Mais il était plutôt charmant, même charmeur... A part l'altercation avec messire Grésan sur... Enfin... Je ne vois pas ce genre d'homme massacrer pour le plaisir.
    - Moi non plus, si je puis me permettre... Il a sauvé mon harfang, lui a fait un pansement très soigné.
    - Je ne suis pas d'accord avec vous sur ce point, jeunes filles. Pourquoi est-il parti, sinon parce qu'il avait des choses à se reprocher ? Pour ma part, je regrette fort de ne pouvoir l'interroger. Même s'il n'est pas coupable, il aurait pu apporter un éclairage précieux sur le clan que nous recherchons.

    Ce fut sur les regrets du capitaine Léante que Brina et Sylveneige quittèrent la caserne.


    - Vite, Brina, je suis impatiente de retrouver mon Lumi.

    La rôdeuse avait laissé le harfang se reposer dans la chambre. Elle l'avait mis dans son lit, roulé dans une pièce de laine afin de le garder bien au chaud.
    Sylveneige s'occupa du harfang pendant le reste de la journée.Brina l'aida autant qu'elle le put sans négliger son service.


    - Que va t-il arriver à Lenniyen ?
    - Oh, rien d'autre que le savon qu'elle vient de prendre, je pense. Ne t'inquiète pas. Je veillerais bien sur elle, mais j'ai l'impression qu'elle sait se défendre ! c'est davantage sur toi que je devrais veiller...
    - Comment cela ?
    - En te conseillant de rester ici... Lunargent est une ville magnifique, où tu ne pourras qu'être bien !

    Sylveneige serra Brina contre son coeur.


    - Je souhaite tellement avoir, dans la vie que j'ai oubliée, une amie comme toi !
    - Les gens bien ont toujours des amis.
    - Merci, Brina... Mais je dois retrouver mon passé, ma famille... Je dois aller à Evereska...

    Elles restèrent un long moment face à face, sans parler ; puis Brina quitta la chambre, souhaitant une bonne nuit à sa nouvelle amie.

    Sylveneige resta longtemps couchée sans dormir, Lumi serré contre sa poitrine. Ses pensées voltigèrent, loin, imaginant Evereska, imaginant des parents et amis heureux de la revoir. Elle s'endormit, bercée par les rêves bienfaisants que Lunargent sait offrir aux voyageurs.
    Dernière modification par Féérune ; 01/01/2019 à 16h22.

  9. #9
    Date d'inscription
    janvier 2012
    Localisation
    Paris
    Messages 
    4 877
    A son réveil, ce fut comme un puzzle qui se mettait en place. Cela commença par une phrase, dont elle n'identifia pas tout de suite le contexte : Ai-je tué ? Oh, certainement, mais pas récemment. A dire vrai, il est tout aussi possible que je n'aie jamais tué. Voyez-vous, j'ai perdu la mémoire et ne la retrouve que petit à petit.

    Eldurvellir... Eldurvellir avait aussi perdu la mémoire ! Lumi ! est-ce Eldurvellir qui t'a soigné ? Dis-moi !


    Le harfang se blottit contre sa maîtresse et modula un léger chant plein de tendresse.


    Tu réponds à côté, toi, hein...

    On toqua à la porte.

    - Sylveneige ! c'est Brina ! il est tard, si tu veux un petit déjeuner il faut te presser un peu !
    - J'arrive ! eh, Brina !

    La rôdeuse ouvrit la porte.

    - Brina, tu ne sais vraiment pas le nom du mage ?
    - Non...
    - Eh bien, je le connais peut-être.
    - Ecoute Sylve, là il faut que j'y aille... Le service n'est pas fini. Dépêche-toi ! nous parlerons après... Je ne peux pas faire autrement, tu penses bien.
    - Oui. Je descends...

    Brina faillit éclater de rire devant la jeune elfe, qui finissait de s'habiller en hâte et avec une maladresse certaine : casaque boutonnée de guingois, chausses à l'envers... Sylveneige jura en s'apercevant de ses erreurs et dut prendre quelques minutes pour réajuster ses vêtements. La serveuse, un immense sourire aux lèvres, était vivement redescendue en salle. Enfin l'elfe descendit, Lumi sur son épaule, un doute à l'esprit : fallait-il vraiment dénoncer le mage qui avait si bien soigné le harfang aux autorités lunargentiennes ?

    Le petit déjeuner, copieux, occupa Sylveneige autant que le harfang, avide de goûter tout ce qui était à portée de bec. Une vingtaine de minutes plus tard, les serveuses commencèrent à ranger et nettoyer les tables ; Brina s'approcha de l'elfe.

    - C'est bon, j'ai fini. Sortons. Hé, une balade ne te fera pas de mal, avec tout ce que tu as dévoré !

    Elles sortirent de l'auberge et partirent en direction du marché.


    - Non ! il y a trop de monde... Allons plutôt dans ce jardin...

    Elles pénètrèrent dans un joli jardin ombragé. Avisèrent un coin isolé et s'installèrent à terre, près d'une bordure odorante.

    - Alors ?
    - Alors je pense savoir qui est le mage. Tu pourrais confirmer, si je te décris celui que je connais ?
    - Oui, évidemment !
    - C'est un humain pas très grand, un peu plus de cinq pieds, le teint olivâtre, les cheveux blonds...
    - Oui, il ressemblait à cela ! il avait un petit animal, une minuscule chauve-souris. Et il était charmant... Avec les femmes, en tous cas.
    - C'est Eldurvellir. Il a vécu la même chose que moi, il a perdu la mémoire... C'est qu'il a écrit qui m'a mise sur la piste. Et Lumi aussi... Il ne veut pas le dénoncer.
    - Mais il faudrait tout de même le dire au capitaine des gardes, Sylveneige.
    - Je ne sais pas...
    - Moi je sais. Ecoute, soit Eldurvellir est totalement innocent et si les gardes le retrouvent il n'a rien à craindre. A part un peu de prison pour avoir nargué son monde, peut-être... Soit il est coupable, il a aidé au massacre de la caravane et là, il doit impérativement être puni. Aussi beau et charmant qu'il nous paraisse ! bref, il n'y a pas à barguigner, allons voir le capitaine Léante.

    Brina bondit sur ses pieds. L'elfe, quant à elle, tardait.

    - Mais...
    - Mais rien du tout, allez, dépêche-toi !

    Elles se dirigèrent vers la Commanderie, Sylveneige toujours plongée dans ses pensées, s'interrompant de temps à autre pour s'exclamer : Mais je sais qu'il n'est coupable de rien ! ou Brina, je t'assure, ça ne sert à rien... ou encore je te jure, on va juste être ridicules ! si c'était quelqu'un d'autre qu'Eldurvellir ? et ce fut il a peut-être un frère qui lui ressemble... qui agaça la jeune naine.


    - Arrête, Sylve, tu cherches juste à te persuader toi-même ! nous sommes arrivées...

    Elle entrèrent, saluées par Lenniyen, qui les emmena auprès du capitaine Léante.

  10. #10
    Date d'inscription
    janvier 2012
    Localisation
    Paris
    Messages 
    4 877
    - Alors jeunes filles ? Que me vaut le plaisir de votre visite ? Vous connaissez dame Ysaure, Brina. Damoiselle Sylveneige... Dame Ysaure...
    - Vous êtes la rescapée du massacre de la caravane... J'aurai grand besoin de votre aide...
    - Nous venons justement vous dire ce que Sylveneige a découvert.
    - Oui, dame Ysaure, je connais le nom du mage qui vous a échappé. Mais je ne crois pas qu'il soit complice de ce qui s'est passé.
    - Laissez-nous juges de cela, damoiselle !

    La voix du capitaine était ferme et sévère. Il se radoucit devant l'air surpris de la rôdeuse.

    - Dites-nous ce que vous savez, je vous prie.
    - Eh bien, je crois savoir que cet homme s'appelle Eldurvellir. La phrase qu'il a écrite dans sa lettre fait état d'une perte de mémoire ; or l'homme que j'ai rencontré il y a quelque temps et avec qui j'ai fait un bout de chemin avait, tout comme moi, perdu la mémoire... Il a bien tenté de me faire croire le contraire, mais la Simbule est apparue et l'a percé à jour.

    Sylveneige relata brièvement leurs aventures et leur séjour dans le royaume de Gerti Orelsdottr.

    - Il me semble avoir déjà entendu parler de cet Eldurvellir...

    Dame Ysaure plongea dans ses pensées, cherchant à se souvenir d'où elle tenait ce nom.

    - Non... Ce n'est pas ce nom-là, mais un nom plus simple, Eldur. Eldur du Val Bise. C'était un mage humain, un esprit brillant et... Disons original. Il a fini dans une espèce de tour isolée, où il tenait des fêtes à caractère... Enfin ! on a trouvé son cadavre il y a quelque temps.
    - Un parent d'Eldurvellir, peut-être ?
    - Possible. Que savez-vous d'autre à son sujet ?
    - Moi je lui ai parlé, à Mithral Hall.
    - Vous m'intéressez... Que vous a t-il dit ?
    - Eh bien, il est arrivé avec une demi-orc pour prévenir d'un raid...
    - Oui, oui, cela nous le savons.
    - La nuit, il a monté l'escalier. J'étais assise sur une des marches... Je... Oh... C'est très personnel... Non...

    Brina était rouge comme une pivoine. Dame Ysaure la prit par la main et l'emmena dans la pièce adjacente.

    Le temps paru alors long. Très long. Comme un fil ténu qui s'étire sans jamais casser. Alors qu'on souhaiterait qu'il casse. Histoire que ça s'arrête enfin...
    Le capitaine Léante, en homme bien élevé, commença par vouloir faire la conversation.


    - Vous remarquerez, damoiselle, comme le temps est beau aujourd'hui...
    - Mmh ? Ah, certes, certes. Très beau.
    - Vous seriez arrivée la semaine dernière... Eh bien... Eh bien il faisait beau aussi.
    - Ah ? Une chance...
    - Assurément, assurément. Une chance. Parce que la semaine qui a précédé... Ah...
    - La semaine qui a précédé ?
    - Heu... Il a fait beau aussi.
    - Vraiment ?
    - Mais oui. C'est la semaine d'avant celle d'avant qu'il a fait...
    - Qu'il a fait ?
    - Un temps... Euh... Un temps légèrement différent.
    - Ah ?
    - Oui ! oui. Enfin... Moins beau...

    Le capitaine était clairement au bout de son rouleau. Ce fut à ce moment-là qu'il chercha à prendre une meilleure contenance en s'appuyant nonchalamment contre le mur. Enfin, du moins le crut-il. Il chuta. Il n'y avait pas de mur, là où il avait tenté de s'appuyer.
    Sylveneige ne rit pas. Elle n'était pas encore d'humeur, quelle que soit la situation. Elle se précipita vers le capitaine pour l'aider à se relever.
    Mais un curieux cri retentit, se répéta sans pouvoir s'arrêter. Lumi, lui, riait.
    Dernière modification par Féérune ; 15/12/2018 à 16h58.

  11. #11
    Date d'inscription
    janvier 2012
    Localisation
    Paris
    Messages 
    4 877
    Il fallut beaucoup de diplomatie à une Sylveneige en petite forme morale pour calmer l'ego blessé du capitaine. Elle y parvint enfin, usant d'un subterfuge parfaitement idiot.

    - Capitaine, vous grondez mon Lumi ! vous voulez donc me faire de la peine !

    La rôdeuse battit des cils avec candeur. La colère du capitaine Léante tomba d'un coup.


    - Jeune dame, bien sûr que non.

    Il s'arrêta et considéra l'elfe de lune d'un air pensif. Une belle jeune femme, vraiment. Et si charmante ! vraiment vraiment vraiment...

    - Damoiselle Sylveneige, je suis si peu fâché contre votre magnifique oiseau que je me permets de vous inv...

    Ce fut à ce moment que la porte d'à côté s'ouvrit brusquement.


    - Sylve ? Dame Ysaure voudrait te parler.

    Brina venait d'entrer dans la pièce, souriante, sans plus aucune trace de sa gêne précédente.

    La rôdeuse sourit au capitaine, dont le teint rosit, et s'empressa d'aller voir la prêtresse.

  12. #12
    Date d'inscription
    janvier 2012
    Localisation
    Paris
    Messages 
    4 877
    - Sylveneige... Etes-vous Sylveneige d'Evereska, fille d'Eielle et Oriis le barde ?
    - Je... Oui... Oui, je pense...
    - Vous pensez ?
    - J'ai perdu la mémoire, dame Ysaure... Mes souvenirs remontent à très récemment, quand Eldurvellir et moi-même avons été sauvés d'un Plan désert par La Simbule.
    - Vous devez vous efforcer de te souvenir au plus précis de votre passé récent, afin de dresser un portrait fidèle d'Eldurvellir. Ainsi nous saurons s'il est opportun de poursuivre cet homme ou si nous pouvons tourner nos efforts de recherche autre part.
    - Oui... Mais je n'en sais guère plus que ce que je vous ai déjà dit...

    La prêtresse ne répondit pas. Elle sortit une gemme d'un jaune intense et la plaça devant le visage de la rôdeuse.

    - Fixez la pierre et relatez mentalement votre rencontre avec Eldurvellir. Comment vous avez ressenti votre rencontre. La gemme guidera votre réponse.

    Sylveneige fixa la pierre. Lentement la gemme pâlit, puis devint grise et terne.

    L'instant d'après dame Ysaure prenait la jeune femme par le bras.


    - Sylveneige, vous n'avez pas seulement perdu la mémoire : vous êtes gravement malade. Votre mental est très atteint.

    La prêtresse la contemplait, visiblement inquiète.

    - Il ne faut pas que vous repartiez seule à Evereska. Si la gemme révèle votre malaise psychique, c'est le signe d'une maladie trop grave pour que vous partiez sans protection.
    - Mais dame Ysaure, je dois retourner à Evereska...
    - Quelle importance, que vous partiez demain ou d'ici une semaine ou deux, le temps qu'une petite troupe soit constituée pour vous accompagner ?

    La prêtresse, aussi patiente et aimable qu'elle fut, s'agaçait quelque peu. Sylveneige, assez sagement, se contenta d'opiner.


    - Mais Brina, elle, vous a certainement aidée ?
    - Malheureusement le psychisme d'une naine, aussi intelligente et observatrice soit-elle, n'est pas du même niveau que celui d'une elfe. Brina a certes donné des éléments intéressants, mais influencés par ses émotions. Cela ne donne pas un récit psychique objectif, et je ne peux m'appuyer dessus.

    Dame Ysaure prit gentiment la rôdeuse par l'épaule.


    - Rentrez à l'auberge, Sylveneige d'Evereska, et attendez que j'aie réuni les personnes qui vous emmèneront chez vous. Le meilleur soin de l'âme, c'est de retrouver ses racines et sa famille.

    La jeune elfe remercia d'un geste et quitta la pièce. Brina, qui l'attendait, la prit par la main et elles repartirent toutes deux jusqu'à l'auberge du Chêne d'Or.

  13. #13
    Date d'inscription
    janvier 2012
    Localisation
    Paris
    Messages 
    4 877
    Brina arriva juste à temps pour commencer le service de midi. Sylveneige monta dans sa chambre pour soigner son harfang. Lumi semblait nerveux. Il montra une certaine impatience et cria pendant que sa maîtresse appliquait l'onguent prescrit par la fauconnière.

    Mon Lumi ! attends mon beau !


    Le harfang, mécontent, s'envola par la fenêtre ouverte. Il monta doucement vers l'étage supérieur. Assez maladroitement, mais une fois hors de vue Sylveneige l'entendit roucouler de contentement.

    Lumi !

    L'oiseau tarda quelque peu, puis consentit enfin à redescendre et rentrer dans la chambre. Il se blottit contre la rôdeuse et lui grignota aimablement la joue.

    Tu m'embrasses, mais tu es désobéissant... Mon chéri, va !


    Lumi se serra encore plus fort contre elle.

    Mon tout beau, allons nous promener encore un peu dans la ville...


    Sylveneige redescendit dans la salle.


    - Brina ? Je ne vais pas manger ici... Pas faim pour le moment.

    La rôdeuse sortit et se promena toute la journée. La ville de Lunargent ne manquait pas de charme : la délicatesse architecturale, mêlant avec une harmonie sans faille la beauté de pierres et celle des différentes essences de bois ; l'art des pépiniéristes en charge des jardins publics ; la beauté des éclairages discrets, concession faite aux habitants non elfiques de la ville. Tout concourait aux plaisirs des sens et de l'esprit. Suis-je si malade que cela ? finit par se demander l'elfe. Je suis à même d'apprécier ce que je vois, d'avoir envie de voir du monde... Non. Voir du monde... Je m'en fiche bien. Sylveneige s'étonna elle-même à cette découverte. Elle sentait confusément qu'elle devait chérir la compagnie. Après tout, je ne serais pas barde si je détestais le monde...

    Après un petit pique-nique composé de vivres achetées sur un des charmants marchés de la ville, Sylveneige reprit sa découverte de la cité. Elle ne rentra que tard, à la tombée de la nuit.

    - Sylve ? Enfin ! tu as manqué quelque chose !

    Le regard de Brina brillait d'amusement.
    Dernière modification par Féérune ; 26/12/2018 à 19h30.

  14. #14
    Date d'inscription
    janvier 2012
    Localisation
    Paris
    Messages 
    4 877
    - Quoi donc ?
    - Rien moins que l'arrivée de la grande Eleani Eali d'Eauprofonde !
    - Eleani quoi ?
    - Eleani Eali ! la grande comédienne tragique d'Eauprofonde. Une immense personnalité...
    - Ah bon ?
    - Oui ! enfin, selon ses propres dires... Oh !

    Une femme splendide et arrogante descendait l'escalier de l'auberge. On eût dit une reine, ou mieux, une déesse vivante. Son pas régulier semblait frôler les marches, sa robe longue glissant lentement autour d'elle. Elle paraissait grande, pourtant seul son port altier donnait cette impression.


    - Jeune fille, vous veillerez à ce que mon linge, mes costumes et mes perruques soient propres.

    Brina acquiesça suavement.


    - Je les veux devant ma porte dès demain, au lever du jour.
    - Oui, ma dame.
    - Bien.

    Eleani Eali consentit à Brina un léger sourire.


    - Vous aurez l'obligeance de me monter à dîner : un consommé froid de légumes et de lentilles, fromage de brebis frais aux baies et jus de framboises. Comme boisson, de l'eau filtrée parfumée à la badiane. Ma domestique indiquera les quantités et proportions à votre cuisinier, bien sûr. Je veux mon dîner à sept heures précises.

    L'artiste considéra la salle d'un regard circulaire. Ses yeux s'arrêtèrent brièvement sur Sylveneige et son harfang.

    - Que voici un fort bel oiseau, damoiselle. Si vous le cédez un jour, pensez à moi...

    La rôdeuse en sursauta d'indignation. Elle n'eut pas le temps de répondre, déjà la comédienne avait tourné les talons dans un admirable mouvement dramatique et remontait l'escalier.

    Après un silence lourd autant que prudent, les deux amies éclatèrent de rire.


    - Eh bien ! en voilà une qui ne doute de rien !
    - Si tu l'avais vue lorsqu'elle est arrivée ! elle a à peine ouvert la bouche ! sa domestique parlait à sa place ! ma Dame désire une chambre comme ci, ses malles placées comme ça ! et ma Dame veut des bouquets de fleurs, des branches de saule pour calmer son mal de tête et l'aider à se concentrer pour apprendre ses rôles... Et des encens parfumés pour chasser les insectes !
    - Non ?
    - Si ! et elle a décidé d'une seule serveuse à qui elle adresserait la parole : moi ! les autres, elle s'est contentée de les toiser d'un air impérieux... On dit que c'est la maîtresse d'un des dirigeants d'Eauprofonde. La servante - hé non, on dit désormais "domestique" ! - est presque aussi impossible que sa maîtresse...
    - Ah Brina ! nous ne pouvons pas comprendre ces grandes dames, nous autres ! et pourquoi t'a t-elle choisie ?
    - Mais parce qu'elle a su que je venais de l'auberge de maître Grésan, dont le goût artistique est connu dans toute la région, bien sûr. Enfin je ne vois pas d'autre raison.

    Elles rirent de nouveau. Le service du soir commençait, et Brina dut aller servir. Elle apporta rapidement un plat à son amie, puis alla porter la commande - à sept heures pile - à dame Eleani Eali. Redescendant, elle courut auprès de Sylveneige.

    - La dame prend son dîner allongée sur son lit... Elle mange très lentement, m'a t-elle expliqué, afin de ne perdre aucun des nutriments, parce qu'il paraît qu'on se nourrit aussi par la pensée de ce qu'on mange ! franchement ! a t-on idée !

    Sylveneige commençait à penser qu'il pouvait finalement être assez amusant de rester encore un peu à Lunargent.
    Le ciel était noir d'encre depuis quelque temps déjà ; la salle était éclairée de torches, ce qui donnait une lumière douce propre à l'arrivée du sommeil. La rôdeuse ne tarda pas à monter se coucher. Lumi aussi était fatigué. Elle le soigna avec délicatesse et le prit contre elle dans le lit.

  15. #15
    Date d'inscription
    janvier 2012
    Localisation
    Paris
    Messages 
    4 877
    La nuit fut étrange. Si Sylveneige dormit très profondément la première partie de la nuit, elle eut une sensation étrange : celle d'être poussée sur le côté gauche du lit, près du mur de la chambre, ce qui la troubla tellement qu'elle finit par réflexe à lancer son bras sur le côté. Un cri la réveilla.

    Un homme venait de tomber au pied du lit. La rôdeuse se jeta sur lui et une lutte curieuse s'engagea. Son adversaire n'était non seulement pas très fort mais il cherchait visiblement à la ménager, se contentant de parer et d'éviter les coups. Enfin il parvint à articuler quelques mots :


    - Hé ! on ne reconnaît plus les vieux amis ?
    - Hein ! Eldurvellir ? C'est vous ?
    - C'est moi ! pas si contente de me voir, on dirait !
    - Enfin ! il faudrait aller voir le capitai...
    - Ah oui ! plutôt crever...
    - Mais enfin...
    - Enfin quoi ? C'est non. Je pars demain. Et toi aussi.
    - Dame Ysaure me le déconseille, elle veut me faire accompagner jusqu'à Evereska par des gens de confiance.
    - Eh bien, tu m'as trouvé !

    Eldurvellir tâtonna dans la faible clarté d'un rayon de lune, caressa Lumi par accident - geste dont il fut remercié conjointement par un roucoulement amical du harfang et une morsure sournoise de Tiamandis - effleura le visage de Sylveneige.

    - Nous partirons ensemble. Je te promets d'être un charmant compagnon de voyage !
    - Ah mais je n'en doute pas. Mais il y a un problème, et de taille.
    - Lequel ?
    - Il y a des gardes en faction devant l'entrée de la ville.

  16. #16
    Date d'inscription
    janvier 2012
    Localisation
    Paris
    Messages 
    4 877
    - Oui, bien sûr. Mais je suis observateur et j'ai eu le temps, bien caché dans la mansarde au-dessus de ta chambre...
    - Ah c'était ça ! Lumi vous a senti, il a voleté vers le haut hier soir !
    - Oui... Il m'a trouvé... Et Tiamandis l'a senti ! et m'a mordu... Bref les gardes, au petit matin, viennent à l'auberge prendre une collation. Sans attendre la relève, qui arrive quelques minutes après.
    - Donc votre idée est de profiter de ce moment, très court, et qui n'est peut-être pas quotidien...
    - Ah mais c'est que tu ne connais pas assez bien ce qu'il y a dans la tête d'un homme lassé par une nuit de veille. L'envie d'un bon petit déjeuner qui le requinquera avant d'aller tranquillement se reposer chez lui !
    - Dans mon idée, il court chez lui retrouver son petit ménage, le brave garde ! ses enfants, son épouse...
    - Hé non. Il va d'abord se détendre avec ses potes !
    - ...
    - La camaraderie masculine, chez un homme qui se veut viril, c'est encore plus indispensable que le pain et le vin... Alors une épouse, tu penses !
    - Vous êtes aussi primaire que ça ?

    La voix de Sylveneige sentait la stupeur. Eldurvellir rit.


    - Non, bien sûr ! mais il faut considérer les autres. Ceux auprès de qui il faut impérativement prouver qu'on en a. Si possible un peu plus que le voisin...
    - Vous aussi ?
    - Moi quoi ?
    - Vous aussi, vous êtes comme ça ?
    - Ah non. Certes non.
    - Vous me rassurez...
    - Non, parce que là où sont ces messieurs, leurs épouses n'y sont pas...

    Sylveneige écarquilla les yeux. Si le mage avait distingué son expression, nul doute qu'il eût éclaté de rire.

    - ... Et moi, je suis toujours du côté des épouses. Au plus près d'elles, d'ailleurs, quand ces messieurs dédaignent leur maisonnée.

    Le sous-entendu d'Eldurvellir se perdit dans le bruit d'une porte qu'on frappait légèrement.

    - Tu as de la visite, on dirait...

  17. #17
    Date d'inscription
    janvier 2012
    Localisation
    Paris
    Messages 
    4 877
    Le mage se cacha prestement sous le lit et Sylveneige entrouvrit la porte. Elle vit Brina qui posait sur le palier un énorme panier de linge propre.

    - Sylve ? Déjà levée ? Il est cinq heures et quart...
    - Brina ? Tu as frappé ?
    - A la porte de dame Eleani, bien sûr, pour lui signaler ses affaires propres et sèches.
    - Ah ?
    - Oui. Sais-tu qui est déjà là ? Le capitaine Léante !
    - Ah ?
    - "Ah ?" tu as raison, voilà qui mérite une réponse expressive !
    - Oh, ça va... Levée trop tôt...
    - Soi-disant le capitaine Léante veut ramener à la raison les gardes qui n'attendent pas la relève pour venir petit-déjeuner ici.

    - Bouse !
    L'exclamation d'Eldurvellir, étouffée, ne parvint heureusement pas aux oreilles de Brina.


    - Mais moi je crois autre chose.
    - A- quelle chose ?
    - Je crois qu'il voudrait bien prendre un petit déjeuner avec une elfe de ma connaissance.
    - C'est très intéressant.

    Ce fut dit avec un long bâillement. Brina, sans se décontenancer, saisit son amie et la secoua doucement.

    - Allez ! vas-y ! tu vas t'amuser ! le capitaine Léante est charmant, ça t'occupera de lui laisser te faire la cour. Et il est très bel homme. Eh ! avec tout ça, j'ai du boulot moi ! dame Eleani veut son petit déjeuner à cinq heures et demie !

    Brina redescendit l'escalier en courant, le remonta deux minutes plus tard plateau en mains. Sylveneige maintenait toujours sa porte entrebâillée, à l'agacement du mage toujours caché sous le lit.


    - Hé Brina ! je ne te demande pas ce qu'elle va manger...
    - Vaut mieux pas. Vraiment... Je t'ai sorti ce qu'il faut sur le comptoir, tu n'auras qu'à te servir.

    Sylveneige s'habilla en hâte, descendit lentement l'escalier et eut le plaisir de voir un capitaine légèrement rougissant se lever de table pour l'accueillir.

  18. #18
    Date d'inscription
    janvier 2012
    Localisation
    Paris
    Messages 
    4 877
    Brina avait frappé, posé le plateau et était ressortie de la chambre de la comédienne. Le roucoulement du harfang se fit entendre. Elle ouvrit la porte de la chambre de son amie.

    - Lumi ? On t'aurait oublié ?
    - Certes non, il est avec moi... Brina ?

    Eldurvellir plongea son regard fauve dans les yeux de la naine.


    - Messire Eldurvellir ! le capitaine Léante est en bas, il voudra vous parler...
    - Non. Aucune importance. Tu te lèves tôt, Brina.
    - C'était pour dame Eleani... Oh !
    - Quoi ?
    - J'ai oublié de lui donner son linge...
    - Laisse donc le linge... Tu es si pressée ?
    - Nooon... Je ne prends vraiment mon service que vers six heures et demie, mais le service de dame Eleani Eali est particulier...
    - Alors viens donc un peu avec moi... Lumi, file voir ta maîtresse ! hop !

    Le harfang vola hors de la chambre - et Brina y entra.

  19. #19
    Date d'inscription
    janvier 2012
    Localisation
    Paris
    Messages 
    4 877
    Pendant ce temps, Sylveneige vivait une situation vaguement embarrassante. Le capitaine Léante était vraiment sincère et tout à fait charmant, mais avait le don de s'empêtrer dans des explications confuses. Sans compter qu'il rougissait plus que de raison. Même si l'arrivée du harfang et son installation mouvementée sur l'épaule de sa maîtresse fournit une diversion, ce ne fut pas suffisant pour permettre à Léante de Bellarmor, descendant de noble lignée, de retrouver parfaitement son sang-froid.

    - ... Alors je me disais... Peut-être que cette si charmante damoiselle, qui aime tant les oiseaux, pouvait aider à la capitainerie... Non que Lenniyen n'y suffise pas, mais je pourrai persuader le Conseil de la ville d'embaucher une personne de confiance pour soigner les oiseaux blessés ou malades... Et de s'occuper aussi du confort des petits oiseaux de la ville... C'est important, les petits oiseaux... Leur chant fait le charme d'une ville... Et le charme d'une ville, c'est si... si...

    Ce vibrant plaidoyer pour persuader l'elfe de s'installer à Lunargent s'éternisant et malgré le charme réel du beau capitaine, Sylveneige en venait à songer que toute diversion un peu sérieuse serait bonne à prendre. Aussi fut-elle enchantée de voir Eleani Eali descendre l'escalier et lui dire d'un ton étrangement enroué :


    - Damoiselle ? J'aimerais vous parler en privé. Voudriez-vous m'accompagner dehors un moment ?
    - Certainement !

    L'elfe sauta sur ses pieds, s'excusa platement auprès du capitaine, et sortit avec la comédienne.

  20. #20
    Date d'inscription
    janvier 2012
    Localisation
    Paris
    Messages 
    4 877
    - Venez par ici...

    Eleani Eali attira la rôdeuse sous la fenêtre de sa chambre. A la stupeur de Sylveneige, Brina faisait descendre, par la fenêtre ouverte, ses affaires à l'aide d'une corde : besace, armes, cape... Ensuite ce fut le tour des possessions d'Eldurvellir qui furent amenées au sol de la même façon.

    - Sylve ! je descends ! prépare tes sous !

    Un instant plus tard, Brina les avait rejointes. Une Brina d'allure plus enthousiaste que jamais.

    - Allez, damoiselle, on paye !

    Sylveneige, sous le coup de la surprise, paya son séjour à la jeune naine.


    - Je vais te regretter, ma chère... Mais je sais que tu reviendras ! hein ? Tu reviendras ?

    Les yeux de Brina s'embuèrent soudain de larmes. L'elfe la serra contre son coeur.

    - Oui, Brina. Je reviendrai ! et j'enverrai un mot d'excuse à ce pauvre capitaine Léante. Dis-lui que j'ai dû partir, dis-lui que je reviendrai...
    - Oui, ma Sylve... Tu as de la chance... Tu en as, je le sais. Je vais chercher ton cheval...

    La naine courut à la grange, l'ouvrit aussi discrètement qu'elle put, soucieuse de ne pas réveiller leur garde, et fit sortir Kaori. Evidemment, lui, il dort... Une chance, finalement, d'avoir un type aussi fainéant pour les chevaux des hôtes ! Elle revint vers son amie et l'embrassa avec affection.

    Au loin, on vit arriver une petite troupe d'hommes à l'air fatigué mais joyeux : c'étaient les gardes qui venaient de quitter leur poste à l'entrée de Lunargent et se dirigeaient vers l'auberge du Chêne d'Or.

    Sylveneige plaça les besaces sur le petit cheval. Puis dame Eleani Eali fit quelques pas vers la porte de la ville. L'elfe emboîta le pas de la comédienne, Lumi perché sur son épaule.


    - Une question...
    - Venez, jeune elfe, ne tardons pas.

  21. #21
    Date d'inscription
    janvier 2012
    Localisation
    Paris
    Messages 
    4 877
    Elles marchèrent d'un pas vif pendant une bonne demi-heure. Puis un cri suraigu parut sortir de dame Eleani Eali, qui s'était arrêtée.

    - Que se passe t-il ?

    A la surprise de Sylveneige, un joli cheval gris souris arriva d'un trot léger. Il s'arrêta devant elles, alors que dame Eleani retirait son manteau. Elle s'en servit comme selle et monta.
    Sans attendre l'elfe, elle lança le cheval gris au petit galop à travers les bois, suivant le son d'un cours d'eau tout proche.

    Lorsque Sylveneige parvint à les retrouver, dame Eleani était déjà en train de se baigner dans l'eau d'un torrent. L'elfe soupira et descendit de cheval. Je n'aurais jamais cru qu'une comédienne si orgueilleuse puisse agir sur un coup de tête, comme un enfant de dix ans... Soupirant de nouveau, elle s'installa confortablement au pied de son cheval, s'allongea et plongea dans un demi-sommeil.

    Ce furent les gouttelettes lancées négligemment dans sa direction qui la firent sortir de sa torpeur. Dame Eleani était sortie de l'eau. Allongée, elle riait doucement.

    - Hé ! peut-on savoir ce qui vous fait ri...

    Eldurvellir riait maintenant à gorge déployée.


    - Alors, qu'as-tu pensé de mon rôle de composition ?
    - Epatant. Vraiment. Dites, vous ne voudriez pas vous rhabiller ?
    - Ah mais oui, bien sûr, mais après m'être séché sous ce doux soleil. Tu en profiteras pour contempler la masculinité dans toute sa délicatesse...
    - Ben voyons. Comme si vous ressembliez à un grand guerrier musclé !
    - La délicatesse, jeune dame ! mes jambes aux muscles longs et fuselés, mes bras légèrement marqués par mes muscles raffinés, mes mains douces et fines, mes pieds jolis, mon torse admirablement proportionné...
    - Dites Eldurvellir, arrêtez de faire l'article, on n'est pas au marché. Et le duvet qui orne votre poitrine ferait pitié à un oisillon de dix jours !
    - Et, cerise sur le gâteau, mon...
    - Justement, délicat gâteau, j'aimerais assez que vous couvriez votre cerise.
    - C'est fait, vierge pudique ! et depuis le début ! on ne voudrait pas risquer que s'égarât en des lieux indécents le doux regard de la tendre pucelle.

    Sylveneige sourit. Je risque tout autant de m'amuser, avec Eldurvellir... Et j'en ai tant besoin, de rire ! sa pensée s'assombrit d'un coup. Le mage, qui achevait de s'habiller - avec ses propres vêtements, cette fois - la regarda, surpris.

    - Sylveneige ? Viens.

    Il prit le harfang et lui posa dans les bras.


    - Caresser un animal doux, voilà ce qui console...
    - Oui... Repartons, si vous le voulez bien.
    - C'est ça. Je dois me rendre à la Porte de Baldur...
    - Vous ne m'accompagnez pas à Evereska ?

    Le ton de la rôdeuse était soudain devenu inquiet.


    - Si ! si tu me laissais le temps de finir... Mon voyage à la Porte de Baldur peut attendre un peu. Donc je t'accompagne, ne crains rien. Mais je dois tout d'abord laisser les vêtements et la perruque de dame Eleani Eali. J'ai promis à Brina de faire en sorte qu'elle puisse les retrouver.

    Eldurvellir plia la robe de façon sommaire, mit la perruque au-dessus et enroula le tout dans le manteau, qu'il déposa au pied du plus beaux des arbres bordant le torrent.

    - C'était donc prévu avec Brina ?
    - Oui, puisque ce grand dadais de capitaine campait dans la grande salle du Chêne d'Or... Il fallait bien trouver quelque chose !
    - Et descendre par la fenêtre, avec une corde, ce n'était pas plus simple ?
    - La corde n'était pas si solide, elle n'aurait probablement pas supporté mon poids. Et on aurait pu me voir, bien plus sûrement que des ballots qu'on descend par la fenêtre !
    - Le poids du concentré de masculinité délicate...
    - Voilà. Le concentré, c'est tout de même un peu lourd, pour une petite corde de rien du tout. Aussi ai-je opté pour le plan qui me permettait de te sortir des griffes du bel hidalgo... Tu m'en veux tant que ça ?
    - Ah non. Mais il était tout de même charmant, le capitaine Léante.
    - Hmmm. Certes. Allons-y.

    Ils partirent enfin en direction du sud.

  22. #22
    Date d'inscription
    janvier 2012
    Localisation
    Paris
    Messages 
    4 877
    - Eldurvellir ?
    - Oui ?
    - Comment avez-vous décidé dame Eleani à vous prêter ses vêtements ?
    - Je n'ai pas eu de mal, une grande corbeille de son bazar était sur le palier, apportée par Brina.
    - Mais elle a certainement besoin de tout ça !
    - Oui, évidemment. C'est pourquoi je les ai laissés là-bas, c'est prévu avec Brina qui viendra les chercher.
    - Mais si on la suit ?
    - On ne la suivra pas. Dame Eleani fera un foin du diable pour ses affaires égarées, Brina proposera de les chercher et elle lui rapportera. C'est tout. Au besoin, elle inventera une histoire de vol et suggèrera avoir vu le voleur partir dans telle direction... Tu vois, c'est bien pensé !
    - Bon... Mais tout de même, vous auriez consenti à discuter avec les autorités, on n'en serait pas là.
    - Je ne pouvais pas le faire, crois-moi.
    - Vous avez des scrupules à aider les autorités ? C'était un massacre, toute une caravane y est passée !
    - Oui, je sais. Mais je suis loyal...
    - Loyal envers des assassins ?
    - Loyal envers une femme qui m'a permis de retrouver une partie de ma vie. Ecoute, avançons un peu plus sérieusement, on traîne, là. Les chevaux sont faits pour aller vite !

    Eldurvellir frappa le flanc de son cheval du plat de la main et partit au galop. Sylveneige, après avoir vainement tenté les éperons qu'elle n'avait pas, frappa à son tour sa main contre le flanc de Kaori, qui se mit aussi au galop.


    HRP : la suite https://www.baldursgateworld.fr/laco...tml#post463528 ([EVERLUND] Errance...)
    Dernière modification par Féérune ; 05/07/2019 à 22h10.

Discussions similaires

  1. [MITHRAL HALL] Errance...
    Par Féérune dans le forum Vers Féérune
    Réponses: 25
    Dernier message: 16/11/2018, 21h44
  2. [EPINE DORSALE DU MONDE] Errance...
    Par Féérune dans le forum Vers Féérune
    Réponses: 18
    Dernier message: 02/10/2018, 18h14
  3. Errance dans un Plan inconnu
    Par Féérune dans le forum Vers Féérune
    Réponses: 12
    Dernier message: 28/08/2018, 21h29
  4. Quête : Errance dans les ténèbres
    Par Kasumi dans le forum L'Encyclopédie The Witcher 3: Wild Hunt
    Réponses: 2
    Dernier message: 06/06/2015, 09h18
  5. [RP]Errance aux frontières de la folie
    Par Garfield dans le forum Les Montagnes du Nord
    Réponses: 1
    Dernier message: 25/02/2006, 12h39

Les tags pour cette discussion

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •  

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 203 204 205 206 207 208 209 210 211 212 213 214 215 216 217 218 219 220 221 222 223 224 225 226 227 228 229 230 231 232 233 234 235 236 237 238 239 240 241 242 243 244 245 246 247 248 249 250 251 252 253 254 255 256 257 258