Affichage des résultats 1 à 20 sur 20

Discussion: [EVERLUND] Errance...

  1. #1
    Date d'inscription
    janvier 2012
    Localisation
    Paris
    Messages 
    4 877

    [EVERLUND] Errance...

    Ils chevauchèrent plusieurs heures, jusqu'à arriver devant des murs qui semblaient encore plus imprenables que ceux de Mithral Hall. Durant les quelques brèves pauses qu'ils accordèrent pour reposer les chevaux, Eldurvellir tenta de parler à la rôdeuse ; mais il sentit que Sylveneige n'avait qu'une envie, celle de fuir. Que fuit-elle donc ? Elle se fait des amis partout où elle passe et pourtant elle craint quelque chose. Quelque chose de terrible... Peut-être la peur de ne jamais retrouver ses souvenirs... Le mage respecta son silence et se contenta de maintenir l'allure de son cheval aux côtés de celui de Sylveneige.

    L'arrivée à Everlund surprit presque cette dernière, tant elle était restée plongée dans ses pensées. Kaori avait trotté avec facilité sans être guidé, sachant su éviter seul les racines et diverses chausses-trapes du chemin.
    Ils longèrent la muraille épaisse et virent les gardes parcourir lentement les remparts. De petites échoppes s'étaient installées hors de la ville fortifiée, mais à leur surprise il y trouvèrent aussi une auberge, puis une taverne, encore une autre auberge...


    - C'est curieux ! comme si une ville avait poussé en dehors de la ville... Enfin... Je veux dire...
    - Comme si l'accès de cette ville en était tellement compliqué qu'on ait dû envisager des commerces autour, tu veux dire !
    - Euh... Oui.
    - Il est bien trop tôt pour s'arrêter... Ou alors...

    Eldurvellir réfléchit un instant. Si nous nous arrêtons-nous en ville, il y a de fortes chances pour que nous ayons été signalés - en tous cas, moi ! Sylveneige, probablement pas, mais moi en tant que témoin présumé du massacre qui s'est passé entre Mithral Hall et Lunargent, c'est une autre affaire...

    - Ou alors ? Hé ! je vous pose la question depuis cinq minutes !

    - Oh pardon ! eh bien, je pensais que même s'il était tôt pour s'arrêter, nous pourrions le faire malgré tout, mais sans entrer en ville.
    - C'est un peu dommage, non ? Enfin, je veux dire, quel intérêt ?
    - L'intérêt, c'est que nous pourrions ainsi partir très tôt le lendemain matin. Alors que si nous entrons dans la ville, nous serons tributaires de tout un tas de tracasseries administratives qui nous feront perdre un temps fou...
    - Mais sommes-nous si pressés que ça ?
    - A toi de voir... Si tu veux mettre beaucoup de temps à retrouver ta famille, ton passé, pourquoi pas ?
    - Hmmm.

    Quelques minutes passèrent, pendant lesquelles ils descendirent de cheval et commencèrent à regarder les échoppes autour d'eux. Eldurvellir vit du coin de l'oeil l'expression de la rôdeuse et comprit qu'il avait réussi à la persuader. Les paroles suivantes le lui confirmèrent :

    - Faudra tuer le temps en attendant le soir, pourtant...
    - Je te propose une reconnaissance des alentours, afin de déterminer le meilleur chemin pour la Haute-Forêt. Et le tour des échoppes, bien sûr. Mais si tu tiens absolument à entrer dans cette forteresse, libre à toi. Tu iras seule, c'est tout. Et bonne chance avec les gardes...
    - Hé ! ça va !
    - Hein ?
    - Vos allusions me fatiguent. Votre tutoiement me fatigue. Je vais en ville, vous pouvez rester dans une de ces tavernes si ça vous chante, je m'en fiche.

    Eldurvellir la dévisagea, surpris.
    Dernière modification par Féérune ; 25/01/2019 à 23h20.

  2. #2
    Date d'inscription
    janvier 2012
    Localisation
    Paris
    Messages 
    4 877
    Lumi, hésitant, resta un moment avec Eldurvellir, provoquant une petite révolution dans la chemise du mage : Tiamandis, qui avait senti l'oiseau de proie, pestait. Sylveneige descendit prestement de cheval et, bride en main, se dirigea vers la première porte de la ville d'Everlund.

    A peine Sylveneige eut-elle franchi le seuil de la Porte de Lunargent qu'elle regretta d'avoir envoyé bouler son compagnon de voyage. Elle entama un demi-tour pour aller le retrouver et s'excuser, mais une petite foule de très jeunes elfes l'emporta.


    - Les enfants ! attention !

    Une jeune elfe, souriante, guidait la petite troupe. Quinze petits enfants elfes, l'air ravi d'aller à la ville, qui se bousculaient pour y entrer plus vite. Sylveneige, qui marchait à côté de son cheval, sentit une petite main se glisser dans la sienne.


    - Hihihi !
    - Euh...
    - Dis, il est beau, ton sseval !
    - Ah ! euh, oui.
    - Comment i ss'appelle ?
    - Il s'appelle Kaori.
    - Ka-o-ghi.
    - Non, Ka-o-ri.
    - Ka-o-rrrri. Rrrr. Rrrr.
    - Eh ! Titi ! que fais-tu donc ?
    - Ze vais avec la dame.
    - Non, Titi ! tu viens avec nous. Allez !
    - Nan ! ze veux rêter avec la dame ! et le sseval !
    - Tirigh !

    Le petit elfe sentit qu'il fallait céder. Mais il n'en avait aucune envie.


    - Dis, tu veux venir avec nous ? Dis ?
    - Euh... Je ne pense pas...
    - Pouquoi ?
    - Eh bien... Vous allez faire des trucs de petits enfants, moi je suis un peu grande pour faire les mêmes choses que des petits enfants.
    - Ah ? Mais si ze t'invite ? Tu ne peux pas dih non. Ze t'invite ! et Ka-o-rrri aussi, ze l'invite.

    Sylveneige regarda la jeune accompagnatrice des enfants et toutes deux éclatèrent de rire.


    - Vous allez devoir accepter, damoiselle ! Tirigh sait être insistant. Et assez persuasif. Nous allons dans un des jardins d'Everlund, où les enfants sont conviés à rencontrer des éleveurs d'animaux de la région. Si vous avez un peu de temps à perdre... Vous pourriez aussi présenter votre cheval... Et vous aurez droit au pique-nique, si l'invitation de messire Tirigh s'étend jusque là !
    - Vi !

    Tirigh souriait tellement qu'on avait l'impression d'un sourire faisant le tour de sa tête. Quinze paires d'yeux brillants étaient fixés sur Sylveneige et Kaori. Lorsque Lumi atterrit sur l'épaule de sa maîtresse, la petite troupe fut comblée de bonheur.

  3. #3
    Date d'inscription
    janvier 2012
    Localisation
    Paris
    Messages 
    4 877
    La réalité tomba sur la rôdeuse dix secondes plus tard : un garde au maintien impressionnant lui demanda de décliner son identité.

    - Sylveneige d'Evereska.
    - Sylveneige d'Evereska... Hum...
    - Hum quoi ?

    Le garde lui jeta un regard sévère.


    - Jeune dame, vous devez me dire où vous allez en cette ville.
    - Eh bien, ici je ne sais pas exactement... mais je suis sur mon chemin pour retourner à Evereska, via la Haute-Forêt.
    - Damoiselle Sylveneige nous accompagne à la fête des enfants, où elle va nous présenter ses familiers.
    - Ah ! très bien ! cela se passe dans le Jardin des Délices, le plus beau jardin d'Everlund... Tâchez d'y respecter les parterres de fleurs, jeunes enfants !
    - Oh, je veillerai à leur bon comportement, ne craignez rien, sire garde.

    La petite troupe partit en direction du Jardin des Délices. La jeune accompagnatrice soupira.


    - Ah, les gardes ici ne sont pas tous aussi gentils que mon frère Léante !
    - Le capitaine Léante est votre frère ?
    - Mon frère jumeau ! vous le connaissez donc ?
    - Oh, dites-lui que je suis désolée d'être partie sans lui dire au revoir ! je suis Sylveneige d'Evereska... Je viens de quitter Lunargent ce matin.

    A la surprise de la rôdeuse, la jeune femme pâlit légèrement, avant de se reprendre.


    - Enchantée, Sylveneige. Je suis Léanna de Bellarmor. Je viens de Haute-Forêt, après avoir passé mon enfance à Lunargent... Si vous prenez cette route, je pourrai vous donner quelques conseils pour le chemin et vous recommander auprès de quelques amis.

    Sylveneige regarda la jeune femme et reconnut les traits du visage de Léante. Elle sourit.


    - J'étais tellement occupée avec le petit Tirigh que je n'ai même pas remarqué votre ressemblance avec le capitaine !
    - Titi est notre petit cousin. Un enfant un peu étrange, très confiant, qui a une propension à toujours aller vers les animaux et leurs propriétaires ! les animaux sont sa grande passion. Cela a commencé quand il était bébé, quand le chat de la maison se serrait contre lui. Quand il a commencé à marcher, il cavalait après les araignées ! heureusement il est vite passé à la course après les papillons et les coccinelles ! quant à mon frère... Il me manque... Il me manque terriblement.
    Dernière modification par Féérune ; 29/01/2019 à 22h49.

  4. #4
    Date d'inscription
    janvier 2012
    Localisation
    Paris
    Messages 
    4 877
    Le regard de Léanna s'assombrit. Sylveneige sentit qu'il y avait quelque chose de douloureux entre les jumeaux. Comment l'aider ? Je ne la connais pas... Pas assez pour lui faire comprendre qu'elle peut tout à fait me faire confiance... Je sais ! juste accepter son aimable proposition !

    - Léanna, j'aimerais accepter votre proposition sans réserve, mais je ne voyage pas seule. Un ma- un homme avec qui je voyage depuis quelque temps déjà... Vous comprenez qu'il me faut d'abord le consulter.
    - Oui, bien sûr. Dites-lui donc de venir avec nous au jardin des Délices ! je vous propose que nous y allions d'abord, afin que vous sachiez où c'est. Ensuite, pendant que nous installons les enfants et le pique-nique, vous pourriez aller le chercher.
    - Eh bien, je vous remercie de sa part... Mais il est - heu, comment dire - un peu timide. Ne vous formalisez pas si je reviens seule !
    - Aucun problème, vraiment !

    Sylveneige, après avoir dûment noté l'endroit du Jardin des Délices, revint sur ses pas et refranchit la Porte de Lunargent avec un signe de la main au garde. Elle commença à chercher Eldurvellir. J'aimerais voir ça, Eldurvellir aux prises avec quinze enfants ! et le petit Tirigh en train d'apprivoiser la féroce Tiamandis ! timide, Eldurvellir... Enfin, il fallait bien que je trouve une excuse...

    Une pensée lui vint en tête. Et si nous nous séparions là ? Et si je partais en Haute-Forêt sans lui ? Elle rejeta cette idée avec vigueur. Le pauvre, il a la gentillesse de m'accompagner, je ne peux pas le lâcher comme ça ! la rôdeuse, au caractère généreux, n'avait pas le soupçon qu'Eldurvellir pût simplement suivre son propre intérêt. Je me demande bien où il peut être... Avec un peu de chance, on devrait pouvoir me dire où est passé l'homme blond à la cape si caractéristique... La belle cape bicolore vert clair et fauve du mage était effectivement peu ordinaire.
    Dernière modification par Féérune ; 31/01/2019 à 21h39.

  5. #5
    Date d'inscription
    janvier 2012
    Localisation
    Paris
    Messages 
    4 877
    Sylveneige, faute de trouver Eldurvellir, trouva son cheval. Un homme d'allure assez rustre le tenait par la bride.

    - Dites, messire, beau cheval... Il me semble l'avoir vu monté par un homme blond...
    - Ah ?
    - Un homme blond de taille moyenne, qui portait une cape bicolore.
    - Un gars de taille moyenne avec une cape biquoi ?
    - Bicolore. De deux couleurs, si vous préférez...
    - Ah deux couleurs ! Oui, sûr ! je l'ai vu, il m'a demandé de garder son cheval quand il s'est fait mettre le grappin dessus par une servante... Je n'ai pas entendu ce qu'ils se sont dit, mais le gars est parti avec elle. Ils sont montés dans une carriole attelée de canassons incroyables, on les aurait dit sortis d'un concours de beauté pippique.

    Sylveneige ouvrit de grands yeux : ah ! hippique !


    - Et cette carriole ?
    - A franchi la Porte de la Montagne. Le gars était dedans, sûr, mais je crois que les gardes ne l'ont pas vu... Ils étaient tout chose, à voir la dame qui s'est présentée...
    - Tout chose pour une servante ?
    - Non, pour la dame qui s'est montrée de l'intérieur de la carriole... Ah, ce devait être une belle dame, sûr !
    - Eh bien, je vous remercie... Qu'allez-vous faire du cheval ?
    - Ben... Sûr que j'sais pas bien... Personne ne m'a donné d'argent pour le garder...
    - Je pourrais le garder pour vous...
    - Ah ben non, sûr ! il me l'a confié à moi !

    L'homme se rengorgeait, fier que quelqu'un lui ait fait confiance. On lui a fait confiance, peut-être pour la première fois de sa vie...


    - Et si je vous payais pour cet homme ? Ne craignez rien, je sais qui il est. Il est arrivé avec moi...
    - HA !
    - Ha quoi ?
    - Alors vous savez son nom, sûr ? Dites-moi son nom !
    - Eldurvellir...
    - HA ! sûr ! vous ne savez pas !
    - Il vous a donné un autre nom ?

    La rôdeuse observa le cheval de plus près. Non, c'est bien ce cheval-là... D'autant plus qu'il y a bien peu de chevaux de l'Epine Dorsale du Monde ailleurs que dans leur pays d'origine !

    - Je me demande bien quel nom il a pu inventer...
    - S'appelle Erik !
    - Erik ?
    - Erik Legris, sûr, dam'selle !
    - Mais oui, évidemment ! je le confondais avec son frère. Tenez !

    Sylveneige tendit une pièce d'argent à l'homme. Il renifla puissamment, cracha, remercia et remit la bride dans la main de son interlocutrice. Puis il s'empressa d'entrer dans la taverne voisine.

  6. #6
    Date d'inscription
    janvier 2012
    Localisation
    Paris
    Messages 
    4 877
    Bon... La Porte de la Montagne... Serait-ce celle-ci ? La rôdeuse passa la porte suivante. Koti, comme Kaori, suivait la rôdeuse sans difficulté. Et pourtant, Koti n'obéit guère qu'à son maître... Il sent bien qu'Eldurvellir est quelque part dans la cité...

    - Messire garde ? Est-ce bien ici la Porte de la Montagne ?
    - Oui, damoiselle. Cinq portes, la première est celle de Lunargent, puis celle-ci, ensuite nous avons la Porte de l'Amont, la Porte du Pont et enfin la Porte de l'Aval.
    - Je suis entrée par la Porte de Lunargent, où on m'a déjà demandé mon nom et où j'allais... Je suis Sylveneige d'Evereska et vais au Jardin des Délices rejoindre damoiselle Léanna de Bellarmor et les enfants dont elle s'occupe.
    - Fort bien, damoiselle, entrez !
    - Mais j'ai une question à vous poser... Une carriole attelée de chevaux très soignés est entrée, savez-vous où je pourrais trouver la dame qui l'occupe ?
    - Dans une des plus belles auberges de la ville... C'est dame Eleani Eali d'Eauprofonde, qui vient pour une représentation.
    - Vraiment ! quelle surprise, je l'ai rencontrée à Lunargent !
    - Vous la trouverez dans le quartier du Pont-Chevalier, certainement dans la plus belle auberge : l'auberge de l'Ange Porte-Epée. Vous la reconnaîtrez facilement, elle est ornée d'une superbe statue de pierre représentant un ange qui brandit une épée à deux mains, juste à côté de la porte d'entrée. Dès que vous arrivez à la rivière, longez-là en direction du nord-est et vous tomberez vite sur l'auberge.
    - Merci, messire garde.
    - De rien, damoiselle. Passez un bon séjour en notre ville ! la représentation de dame Eleani Eali est très attendue... Ah ! pardon messire, un instant...

    Le garde dut reprendre ses contrôles. Il salua Sylveneige d'un geste de la main et lui indiqua la direction de l'auberge.

  7. #7
    Date d'inscription
    janvier 2012
    Localisation
    Paris
    Messages 
    4 877
    Sylveneige arriva près de la rivière Rauvin et la suivit. La rivière était d'un bleu translucide, beaucoup plus pur qu'on aurait pu le penser pour la partie citadine d'une rivière. Des bancs s'offraient aux promeneurs, des gens y paressaient agréablement. La rôdeuse aperçut la statue mentionnée par le garde. Vraiment très belle !

    A côté se trouvait une fort belle carriole, attelée de six superbes chevaux noirs. Tous avaient queue et crinière soigneusement peignées, tressées et ornées de rubans. Incroyable ! et les rubans sont de différentes couleurs... Bleus, verts, jaunes, orange, rouges, violets... Eh bé...

    Elle s'approcha et caressa chacun des chevaux. Puis admira la statue dans son ensemble, ses proportions parfaites, la finesse des détails. La pierre elle-même était fort belle, blanche avec parfois un léger reflet gris clair ; le sculpteur avait su utiliser les variations de couleurs et donner un élan saisissant au geste de l'ange. Hé ! les humains doivent le prendre pour une vraie créature, la nuit !

    La porte d'entrée était encadrée de la même variété de pierre blanche. Cinq immenses blocs dominaient le linteau, formant un demi-cercle. Vraiment une belle porte, mais si un des blocs se détachait ? Non, c'est trop solide pour ça... Avec un peu d'inquiétude, Sylveneige attacha Kaori et Koti à la rambarde puis franchit le seuil de l'auberge.
    Dernière modification par Féérune ; 08/02/2019 à 22h47.

  8. #8
    Date d'inscription
    janvier 2012
    Localisation
    Paris
    Messages 
    4 877
    La rôdeuse ne vit pas dame Eleani Eali, mais remarqua une femme élégamment habillée de gris. Je crois bien que c'est la fameuse domestique... Elle s'approcha d'elle.

    - Pardon, dame... Seriez-vous de la maisonnée de dame Eleani Eali ?
    - Oui, damoiselle, mais je n'ai pas l'autorisation de vous parler. Toutes mes excuses...
    - Juste un instant ! je cherche mon compagnon de route...
    - Vraiment désolée. Au revoir.

    La domestique eut un bref sourire à l'adresse de la rôdeuse et de son harfang, puis vérifia le plateau qu'une des serveuses venait d'apporter. Ayant fait un signe d'approbation, elle monta l'escalier en direction de la chambre de sa maîtresse, la serveuse sur ses talons. Bouse ! même la servante se la joue... Vraiment, les grands artistes, c'est insupportable...

    Elle se figea sur place, se rappelant opportunément qu'elle-même était barde. Je vais proposer mes talents ici ! ainsi j'aurai la possibilité d'aborder l'inabordable Eleani Eali ! ne doutant de rien, elle s'approcha du noble et imposant aubergiste qui la regardait d'un air extrêmement sérieux.


    - Messire aubergiste... Bien le bonjour... Je suis barde et je serais très heureuse de chanter et jouer dans votre auberge.
    - Oui... Je vois... Eh bien, jeune dame... Comment dire... Nous avons nos propres artistes, dûment autorisés par le Conseil des Artistes de la cité. Avez-vous une autorisation ?
    - Heu... Non.
    - Alors je suis désolé, cela n'est pas possible... De plus, nous avons une liste d'attente d'artistes désireux de jouer ici, laquelle est déjà bien longue...
    - Ah...
    - Oui.

    Sylveneige se sentit vaguement contrariée.


    - Ecoutez, messire, je dois absolument rencontrer dame Eleani Eali.
    - Mais vous avez déjà échangé quelques mots avec sa domestique. Dame Ohouti vous aura certainement mentionnée à sa maîtresse... Tenez !

    Dame Ohouti reparut, descendant lentement l'escalier.

    - Damoiselle ? Dame Eleani Eali regrette de ne pouvoir vous rencontrer aujourd'hui, mais vous verra sans faute après le spectacle de demain soir. Elle vous présente ses amitiés, à vous et à votre superbe harfang.

    Un léger sourire orna le visage ordinairement sombre de la domestique.


    - Vous comprenez, damoiselle, l'artiste doit préparer son spectacle... Il lui faut temps et repos.
    - Euh oui... Merci beaucoup, dame Ohouti, dites bien à dame Eleani Eali que je la verrai demain soir sans faute.

    Dame Ohouti salua de la tête et remonta l'escalier.
    Dernière modification par Féérune ; 08/02/2019 à 22h47.

  9. #9
    Date d'inscription
    janvier 2012
    Localisation
    Paris
    Messages 
    4 877
    Sylveneige se décida à insister.

    - Messire aubergiste, je suis bien embêtée... Je dois voir au plus tôt l'homme avec qui dame Eleani Eali et sa domestique sont arrivées...
    - Dame Eleani Eali est venue juste avec sa domestique et une amie.
    - Une amie ? Comment est-elle, cette amie ?
    - Ecoutez, jeune dame, je n'ai pas pour habitude de parler de mes hôtes... Vous verrez dame Eleani Eali demain soir et lui poserez les questions que vous voudrez à ce moment-là...

    La rôdeuse, frustrée, quitta l'auberge. Et si Eldurvellir était juste entré dans la ville grâce à l'équipage de la comédienne... Du coup il peut être n'importe où dans la cité... Inutile de le chercher plus longtemps, j'ai de nouveaux amis qui m'attendent ! tant pis pour le prétendu Erik Legris ! elle retourna près des chevaux et prit par la bride Kaori et Koti, qui eut le bon esprit de ne pas regimber. Il est un peu difficile, ce cheval... On dirait qu'il n'aime que son maître...

    - Hé ! damoiselle !
    - Euh... Oui ?
    - Je me présente : Naorel Villepreux de Luis. Je suis barde en cette auberge. Vous cherchez quelqu'un, je crois... Avez-vous vu la femme qui accompagne dame Eleani Eali ?
    - Non, à dire vrai. Je n'ai vu que sa servante. Qui est cette femme dont vous parlez ?

  10. #10
    Date d'inscription
    janvier 2012
    Localisation
    Paris
    Messages 
    4 877
    - Il s'agit d'une jeune druidesse de Soubar, Ilvine. Enfin revenue de son périple lointain...
    - Ah ?
    - Je sais qu'elle a tenté de rejoindre le père de son enfant...

    Naorel soupira. La rôdeuse le regarda avec attention. Lui l'aime certainement aussi... Le jeune demi-elfe était plutôt grand, mince et sa peau était très légèrement bleutée. Son regard franc, d'un bleu presque violet, rappela quelque chose de lointain à la rôdeuse. Il était vêtu élégamment, de chausses brunes et d'une casaque rousse sur une chemise de soie grège. Un épais collier d'argent ornait son cou.

    - L'a t-elle rejoint ? Je n'en sais rien... On dirait que non...

    Dans le regard de Naorel Villepreux de Luis brillait une lueur d'espoir.

    - Où est-elle allée exactement ?
    - Par-delà les mers, à Melandis. Une ville d'une cruauté rare... Un lieu qui n'est pas fait pour cette âme pure et noble.
    - Dites, Naorel, je ne voudrais pas casser votre espérance, mais à quoi avez-vous reconnu cette aimable personne ?
    - Tout simplement à son manteau !
    - Ah...
    - C'est une cape-manteau unique en son genre, très belle d'ailleurs. Un manteau rouge sombre, dans une étoffe épaisse et légèrement brillante. Un charme de protection y est attaché. C'était le manteau de son père, un druide de renom.

    Quelque chose titilla la mémoire de Sylveneige, et ce fut bien sûr le moment où Lumi battit intensément des ailes, accroché à la bride du carquois que la rôdeuse portait en bandoulière. Le carquois décolla de quelques pouces, retomba lourdement sur l'épaule de sa maîtresse qui lança un sonore "bouse de foutr... Oh pardon !"

    - Je comprends... Les animaux, même très bien dressés, peuvent avoir des réactions inattendues !
    - N'est ce pas ? Lumi ! reviens, petite bourrique !

    Le harfang, méfiant et sentant venir l'orage, se contenta de s'installer sur le cheval à rubans rouges de l'équipage de dame Eleani Eali. Et là, il déposa une chose fort malvenue sur le bel animal.


    - LUMI !

    Sylveneige s'empressa de nettoyer le cheval, utilisant son propre foulard et l'eau de l'abreuvoir des chevaux.

    - C'est malin...

    Naorel Villepreux de Luis riait.


    - Ah, damoiselle, vous êtes impayable !
    - Si vous saviez à quel point ! je suis également barde... J'ai proposé mon art à votre aubergiste, qui m'a proprement mouchée ! lui ne me paiera donc pas !
    - Oh, ne le prenez pas si mal ! c'est assez difficile de chanter dans les grandes auberges d'ici. Beaucoup d'appelés, peu d'élus ! savez-vous que j'étais sur la liste d'attente depuis près de deux ans ? Il a fallu le départ de plusieurs bardes désireux de courir le monde, plus une épidémie de grippe particulièrement virulente... Et enfin j'ai pu accéder à... Oh, je vous ennuie, pardon. Nous nous verrons probablement à la représentation de dame Eleani Eali ?
    - Oui...
    - Très bien ! à bientôt, damoiselle ?
    - Sylveneige d'Evereska.
    - Quel nom poétique ! au revoir !

    Naorel Villepreux de Luis entra dans l'auberge avec un geste d'adieu à l'adresse de la rôdeuse.

    Sylveneige massa son épaule endolorie et replaça précautionneusement le carquois. Comme elle s'y attendait, Koti se montra peu désireux de la suivre. Ce fut Kaori qui, frottant son cou contre le sien, le décida.

    Voyons... Le Jardin des Délices est juste au nord-ouest de la rivière Rauvin... J'ai vu un pont un peu plus bas... C'est par là !
    Dernière modification par Féérune ; 12/02/2019 à 21h24.

  11. #11
    Date d'inscription
    janvier 2012
    Localisation
    Paris
    Messages 
    4 877
    Sylveneige arriva rapidement au Jardin des Délices, tenant les chevaux par la bride. Les enfants étaient déjà en train de pique-niquer. Tirigh se précipita vers Kaori et Koti.

    - Attention, Tirigh, Koti n'est pas des plus aimables...

    La rôdeuse s'interrompit. Le petit elfe avait approché son doigt de l'encolure du cheval, qui se mit à hennir doucement. Koti baissa la tête jusqu'à toucher la tête du petit garçon et l'effleura d'un geste lent et gracieux. Incroyable ! cet enfant a vraiment un don exceptionnel...


    Léanna offrit à la rodeuse de quoi se sustenter.


    - Tenez, Sylveneige. Et votre compagnon ? Aurait-il reculé devant la perspective de se retrouver au milieu d'une quinzaine de petits elfes ?
    - Heu... Oui, c'est un peu ça. Je dois dire aussi que je n'ai pas encore sa réponse concernant le fait de voyager avec les enfants...
    - Je vois. Il a du mal à dire non, la compagnie d'enfants ne l'enchante pas plus que ça !

    Sylveneige sourit. Mais moi, ai-je vraiment envie de cette compagnie-là ? C'est juste que les enfants seront une distraction... J'éviterai de broyer du noir... Alors que même si Eldurvellir est amusant, je ne suis pas sûre que sa seule compagnie suffise... Ce disant elle mordit dans une délicieuse tartine de blé noir garnie de pâté.

    - C'est sacrément bon !
    - Tu veux goûter la miyenne ?
    - Titi ! tu en as donné aux chevaux ?
    - Vi.
    - Il ne faut pas, ce n'est pas leur nourriture !
    - Mais c'est lvi qui voulait !
    - Et toi, tu as mangé ?
    - Vi...
    - Mange encore un peu, tiens, prends ça.

    Léanna tendit une tartine de fromage à l'enfant.


    - Si je ne fais pas attention, il ne mange presque pas et donne tout aux chiens, aux chats, à toutes les bêtes qu'il trouve. Un enfant adorable, mais difficile pour sa trop grande gentillesse...

    Sylveneige acquiesça. Elle trouvait l'enfant adorablement charmant.


    - Son inconscience enfantine peut être effectivement dangereuse... A moins que ce soit l'inverse, qu'il désarme les personnes mal intentionnées... Qui sait ?

    Léanna soupira.

    - J'ai toujours terriblement peur pour lui. Tu... Je peux vous tutoyer ?
    - Bien sûr, avec plaisir.
    - Tu sais, il va au devant du danger, sans même le percevoir. Juste parce qu'il voit un animal et va vers lui. Enfin ! il est encore bien petit, on ne le laisse pas seul à cet âge ! il parle encore comme un bébé !
    - Nan ! ze-parrle-bi-en !

    La petite réunion continua très agréablement : présentation des animaux, chansons elfiques ou Sylveneige s'illustra avec bonheur. Enfin il fallut se quitter. Léanna emmena les enfants dans l'auberge où il était prévu qu'ils dînent et dorment.

  12. #12
    Date d'inscription
    janvier 2012
    Localisation
    Paris
    Messages 
    4 877
    - Sylveneige, tu pourrais peut-être tenter notre auberge ? Je crois que c'est complet, mais on ne sait jamais...
    - J'aimerais bien, mais il vaudrait mieux que j'aille là où se trouve mon compagnon de voyage. Si nous voyageons ensemble...
    - On peut se revoir ce soir au dîner ?
    - Je dois aller voir une représentation de dame Eleani Eali.
    - Ah ! quelle chance ! je ne peux pas y aller, les enfants ont besoin de surveillance. Impossible de les laisser seuls.
    - Demain matin alors ? Quand devez-vous partir ?
    - Assez tard, je pense. Où seras-tu ?
    - A l'auberge de l'Ange Porte-Epée.
    - Ma chère ! tu as les moyens !
    - Euh... Oui.

    Il faudra un jour que je comprenne comment j'ai pu acquérir tant d'argent... Je ne suis pas une voleuse, c'est sûr, mais alors comment ? Enfin... C'est bien agréable... Sylveneige entendit à peine les adieux de Léanna.


    - ... Donc c'est entendu ? Demain matin tu passes nous prendre à l'auberge du Coeur-Brisé ? Pas trop tôt, je dois préparer les petits.
    - Entendu !
    - Ze vins avec toi !
    - Non, Titi. Sylveneige partira avec nous demain matin, ne t'inquiète pas.
    - Mais ze veux mainnant !

    Sylveneige prit l'enfant et l'embrassa.

    - Allez, sois gentil. Tu me verras bientôt !

    Enfin elle réussit à partir, les chevaux sur ses talons et Lumi sur l'épaule.

  13. #13
    Date d'inscription
    janvier 2012
    Localisation
    Paris
    Messages 
    4 877
    Sylveneige arriva à l'auberge de l'Ange Porte-Epée au crépuscule. Elle resta un moment avec les chevaux, admirant le coucher du soleil sur la rivière Rauvin. Les nuances de rouge et d'or illuminèrent le ciel, puis plongèrent dans le bleu assombri de l'eau. La rôdeuse soupira. Comment est Evereska ? Est-ce aussi beau qu'Everlund ou Lunargent ? Son esprit erra vers le capitaine Léante, un vague regret étreignit son coeur. Pourquoi rechercher mon passé ? Un avenir près de nouveaux amis était là pour moi, et je lui tourne le dos... Est-ce si nécessaire ? Ses réflexions furent interrompues par des bruits de voix et l'agitation du spectacle qu'on préparait. Déjà les gens arrivaient à l'auberge, venant pour rencontrer une des grandes artistes de Féérune : dame Eleani Eali d'Eauprofonde.

    Sylveneige caressa une dernière fois les chevaux et entra dans l'auberge. Elle fut éblouie des changements apportés à la grande salle. La petite scène intimiste de l'auberge avait été ouverte, comme tournée vers l'extérieur, afin de permettre l'accès au plus grand nombre possible de spectateurs. On avait véritablement fait pivoter la scène, la tournant vers le dehors, le public étant invité à s'installer sur la placette de l'auberge. Des bancs y avaient étaient installés, bancs confortablement tapissés de cuir. La scène était entièrement recouverte d'un voile noir garni de minuscules paillettes de cuivre, les rideaux de même tissu sur les côtés de la scène formant comme un cocon précieux.
    Dans l'auberge même, les tables étaient garnies de victuailles : des tranches de pain noir, de pains de différentes farines, brioches, charcuteries et fromages, petites et grandes chopes de bière et de vin. L'aubergiste hélait les nouveaux arrivants :


    - Messires et dames, servez-vous et installez-vous dehors... L'entrée à partir de deux pièces d'or, bien sûr vous pouvez donner davantage... Je vous rappelle qu'une partie des bénéfices est reversée aux oeuvres de la cité ! les assiettes sont là, tenez, garnissez-en une et allez vous installer... Les bardes en première partie... Ensuite, le repas terminé, la deuxième partie nous révèlera la nouvelle pièce de dame Eleani Eali. Une soirée unique !

  14. #14
    Date d'inscription
    janvier 2012
    Localisation
    Paris
    Messages 
    4 877
    Les musiciens s'installèrent sur la scène. Des danseurs de cour présentèrent de belles figures, dans un ballet raffiné. Leurs costumes chatoyants éblouirent les spectateurs. Sylveneige s'étonna de ne pas entendre de chanteur, mais comprit après la première partie du spectacle que le chant était ce soir réservé à la comédienne réputée que tout le monde venait voir.
    Elle sentit quelqu'un se glisser près d'elle et chuchoter :


    - Hé ! les enfants sont couchés, j'ai pu m'arranger pour venir...
    - Magnifique !

    Léanna s'assit près de la rôdeuse, après avoir échangé la place d'à côté d'un sourire aimable.
    Les musiciens et les danseurs quittèrent la scène, accompagnés d'applaudissements enthousiastes. De rapides servantes finirent de ramasser les restes de victuailles et les chopes qui traînaient.

    HRP : si on veut connaître l'origine du Chant que dame Eleani Eani d'Eauprofonde va interpréter :
    https://www.baldursgateworld.fr/laco...tml#post465049

    En coulisse, dame Eleani Eali parcourut une dernière fois la lettre qui accompagnait le chant qu'une barde mélandienne de renom lui avait confié :

    " Tu sauras quand le chanter, toi seule sauras quand le vrai moment sera venu et dans quelles conditions l'offrir au monde.

    Tu sais la confiance et l'amitié que je te voue, et à quel point l'amitié dont tu m'honores en retour m'est précieuse.

    Je te donne donc ce parchemin : mon coeur y est livré, l'âme de l'Aimé flottera au-dessus du public quand tu chanteras.
    "


    Enfin on annonça :

    - Dame Eleani d'Eauprofonde vous présente une création de la célèbre barde de Melandis Béroalde Voix-d'Airain ! l'oeuvre est grave, le silence est donc apprécié.

    Et le silence se fit, profond. La nuit avait envahi la petite place, tout semblait dormir. Dame Eleani Eali apparut sans bruit ; le cocon noir pailleté de minuscules pièces de cuivre roux laissa deviner une ombre en arrière-plan, ombre qui ne fit que traverser très lentement la scène pendant le chant. Un chant très calme, très lent, mais dans lequel dame Eleani Eali fit vibrer la passion et la tristesse, le souvenir d'un bonheur perdu.

    Es-tu mon toujours en mon coeur ?
    Loin tu es parti, si loin...
    De si loin ton âme touche la mienne
    Unique, belle et noire à la fois
    Retenant mes larmes, je songe à toi
    Vois comme nous sommes proches encor
    En laissant les larmes de ton absence
    Luire doucement dans la nuit
    Lentement enfin couler de mes yeux
    Iridescentes, elles sont toi, seulement toi
    Reliées à ma vie, reliées à ta mort.

  15. #15
    Date d'inscription
    janvier 2012
    Localisation
    Paris
    Messages 
    4 877
    Le silence se prolongea quelques minutes. Il n'y eut pas d'applaudissements. L'émotion était palpable, même les animaux restaient silencieux. Certains spectateurs essuyaient une larme au coin de l'oeil, d'autres pleuraient franchement. Au bout d'un long temps un rossignol osa une note timide, le frottement léger d'un pied se fit entendre et la vie reprit doucement. Enfin, on applaudit. Point de cris, mais une vague d'affection lancée sur l'artiste qui avait su exprimer l'amour que chacun portait à quelqu'un, un amour perdu, un ami parti pour toujours. C'est l'Aimé disparu ou l'Aimée perdue qu'on avait vu parcourir si lentement la scène, c'est sa voix qu'on avait entendue dire le Chant de Béroalde Voix-d'Airain.

    Pour Sylveneige, ce fut une révélation : elle avait vu une Drow aux traits délicats traverser la scène, elle avait même ressenti son cri d'amitié envers elle. Le barde Naorel Villepreux de Luis avait vu Ilvine de Soubar, la tendre druidesse. Il n'était jusqu'au féroce guerrier demi-orc installé sur un côté de la scène qui n'ait eu les yeux brillants de larmes.
    Lentement on vint vers dame Eleani Eali exprimer sa reconnaissance, son admiration, son indéfectible fidélité envers la superbe artiste. Sylveneige embrassa son amie Léanna, qui devait partir, et dut attendre longtemps avant de pouvoir atteindre la petite salle qui servait de loge à la comédienne.

    - Entrez !

    La servante Ohouti, l'air fatigué mais souriante, fit entrer Sylveneige.


    - Dame Eleani Eali vous attendait...

    La rôdeuse vit Eldurvellir, qui avait l'air bouleversé.


    - Enfin ! vous ici...
    - Vous connaissez donc messire Legris ?
    - Heu... Oui. Nous avons fait un peu de chemin ensemble.
    - Ah ! très bien ! Eric m'a aidée à la mise en scène du Chant.
    - Vraiment ?

    Sylveneige regarda le prétendu Eric Legris. Il avait plongé le regard dans le parchemin du Chant, où quelque chose semblait le fasciner.

  16. #16
    Date d'inscription
    janvier 2012
    Localisation
    Paris
    Messages 
    4 877
    On toqua à la porte. C'était l'aubergiste, qui apportait une collation. Un des bardes le suivait.

    - Dame Eleani Eali... Où est Ilvine ?
    - Ilvine ?
    - Oui, elle est avec vous, j'ai reconnu son manteau ! le voici !

    Naorel Villepreux de Luis prit délicatement le manteau rouge sombre du sofa où il se trouvait.


    - C'est mon manteau !

    Eldurvellir venait de sortir de sa torpeur.


    - Ce manteau appartient à la jeune druide Ilvine de Soubar... Comment est-il en votre possession, messire ?

    Naorel le fixa un moment, puis ajouta :

    - Seriez-vous le mage Eldurvellir, par hasard ?

    Eldurvellir reposa soigneusement le parchemin face contre la table.


    - Je suis Eric Legris.
    - Et comment avez-vous eu ce manteau ? Je veux savoir !
    - A dire vrai, je ne m'en souviens plus. Quelle importance ?
    - Et où est Ilvine ?
    - Je n'en sais rien... Et qui est donc cette Ilvine, au juste ?

    La voix de Naorel se brisa. Il venait de comprendre qu'Ilvine n'était plus de ce monde. Un air glacé le parcourut.


    - Elle n'est plus... Cédez-moi ce manteau, messire, je vous en prie !
    - Messires, je vous prie...

    Ohouti fit un signe de la main et les deux hommes sortirent discuter hors de la loge, le jeune barde tenant toujours le manteau.
    Sylveneige les suivit des yeux. Ohouti, lentement, ferma la porte. Dame Eleani Eali parla enfin :


    - Eh bien, qu'en avez-vous pensé ?
    - C'est incroyable... J'ai senti le temps comme arrêté, j'ai cru que mon coeur allait se figer... Et un élan d'affection m'a traversée, venu de je ne sais où...
    - Merci. C'est un superbe compliment !

    Dame Eleani Eali sourit, d'un sourire indéfinissable.


    - Qui est la compositrice ?
    - Béroalde Voix-d'Airain ? La plus grande barde de Dorrandin, très certainement. Très talentueuse, très habile...
    - Pourquoi très habile ?
    - Parce qu'elle a fait sa vie dans une ville bien compliquée, à Melandis.
    - Compliquée ?
    - C'est une ville où les nombreuses intrigues ont des conséquences dramatiques sur les perdants... La loi y est impitoyable, il faut avoir une âme forte pour y vivre. Et ne pas avoir peur du sang, ni des pendus qui pourrissent aux gibets de la cité.
    - Et Béroalde parvient à y pratiquer son art...
    - Oui. C'est une magnifique artiste, une personnalité de renom. Très cultivée, sa compagnie est recherchée par les princes de toute l'île.

    Donc Dorrandin est une île... Où donc ai-je été élevée, pour ne pas connaître la géographie de ce monde ? Ou bien c'est parce que tout est oublié... J'ai tellement oublié de choses !

    - Vous voilà bien pensive... La fatigue, je pense, il est bien tard.
    - Oh ! oui, il est tard... Je vais vous laisser, dame Eleani Eali. Merci encore pour ce chant !

  17. #17
    Date d'inscription
    janvier 2012
    Localisation
    Paris
    Messages 
    4 877
    Sylveneige sortit et descendit l'escalier. Je n'ai même pas eu le temps de réserver une chambre ! j'espère qu'il y en a encore...
    Elle sonna au comptoir. Une petite serveuse, timide et l'air endormi, finit par arriver au bout de quelques minutes.


    - Vous désirez ?
    - Il y a une chambre, pour moi et mon harfang ?
    - Non... Oui... Enfin, il reste juste la mansarde du deuxième...
    - Impossible.

    Une deuxième serveuse, guère plus âgée mais très sûre d'elle, venait d'entrer.

    - Ca ne se fait pas, mais l'auberge étant pleine comme un oeuf... Je peux juste vous proposer ma propre chambrette ! elle est minuscule mais le lit est confortable. Je vais changer la literie et vous y serez bien.
    - Mais et vous ?
    - Je dormirai avec la petite, ne vous inquiétez pas. Je m'en vais faire le lit. Sybille, sers donc un petit quelque chose à cette dame. Vous paierez juste les repas, naturellement.

    Enfin, quand Sylveneige put dormir, il n'était pas loin de trois heures du matin. Elle dormit et fit un rêve étrange : une Drow l'appelait, celle qu'elle avait cru voir passer pendant le Chant. C'était un appel très doux, qui se répétait avec lenteur. Puis la Drow se mit à danser, lentement, dans un silence parfait. Ce fut lorsque la danseuse tendit la main pour inviter Sylveneige à se joindre à elle que la rôdeuse s'éveilla. Lumi ululait très bas et lui caressa la joue de son bec.

  18. #18
    Date d'inscription
    janvier 2012
    Localisation
    Paris
    Messages 
    4 877
    Sylveneige descendit dans la grande salle de l'auberge beaucoup plus tard qu'elle l'aurait souhaité. J'espère que Léanna et les enfants ne sont pas déjà partis... Elle se rassura vite, tandis qu'Alice, la serveuse qui lui avait cédé sa chambrette, lui apportait un petit déjeuner raffiné.

    - Quelqu'un a demandé après vous il y a environ une heure.
    - Ah ! Léanna, certainement !
    - Non, c'était juste un messager, chargé de vous dire que votre amie Léanna devait partir, mais qu'elle vous attendra jusqu'à onze heures. Passé ce délai, elle sera obligée de prendre la route. Et il y a autre chose...

    Alice eut soudain l'air gêné.

    - Quoi, que se passe t-il ?
    - Eh bien, dame Eleani Eali d'Eauprofonde est arrivée accompagnée par un certain Eric Legris.
    - Oui, je le connais.
    - Ah ! ça me rassure, je ne vous le cache pas... Il m'a dit que vous paieriez sa note.
    - Ce ne sera pas nécessaire !

    Eldurvellir - alias Eric Legris - visiblement très content de lui, venait juste d'entrer dans la grande salle.

    - Tenez, damoiselle Alice !

    Il tendit sa bourse et compta huit pièces d'or.

    - C'est le prix de la chambre entière, messire...
    - Bien sûr ! dame Eleani Eali a déjà été très généreuse à mon endroit. Je lui dois bien cela !
    - Très bien.

    Alice alla empocha l'argent et Sylveneige paya à son tour son dû.


    - Nous partons, messire El... Legris... A moins que vous n'ayez prévu autre chose ?
    - Je vais prendre le reste de mes affaires et je suis à toi.

    Tout à toi quand tu veux où tu veux, compléta le mage en son for intérieur. Il bondit dans l'escalier, monta les marches quatre à quatre et frappa légèrement à la porte de dame Eleani Eali. Il disparut à l'intérieur, puis réapparut au bout de quelques minutes le sourire au lèvres et sa besace sur l'épaule.


    - Eh bien, je vous souhaite un bon voyage, damoiselle Sylveneige.
    - Merci d'avoir été si arrangeante, Alice. Lumi, sage !

    Le harfang venait de barboter quelques petites saucisses.


    - Pas de problème, il peut les prendre !

    Alice riait de bon coeur. La petite Sybille les rejoignit, caressa le bel oiseau puis les deux voyageurs quittèrent l'auberge.

    - Très bel endroit, n'est-ce pas ?
    - Oui...
    - Où vas-tu ? La sortie de la ville est par là...
    - Euh... J'ai trouvé une compagnie, pour le voyage...
    - Ah ! tu m'as bien vite remplacé !
    - Mais non.
    - Si ! je n'ai plus la cote, je le vois bien...

    Sylveneige lança un bref coup d'oeil à son compagnon. Son attitude la rassura d'emblée. Eldurvellir riait.


    - Vous me faites marcher, hein...
    - Eh oui !
    - Bon. Parfait.

    Ce fut au tour du mage de se sentir vaguement inquiet. Quelle compagnie, bon sang ? Les elfes commencent à me fatiguer...


    - Pas un elfe, au moins ?
    - Euh... Si. Enfin, une elfe.
    - Ah, c'est déjà mieux.

    Eldurvellir se mit à siffloter joyeusement.

  19. #19
    Date d'inscription
    janvier 2012
    Localisation
    Paris
    Messages 
    4 877
    Léanna attendait sa nouvelle amie sur le pas de l'auberge. A l'intérieur, on entendait les voix joyeuses des petits elfes, heureux de repartir en Haute-Forêt.

    - Ah, c'est vous qui allez nous accompagner ? Ravi de vous connaître, damoiselle.

    Eldurvellir s'inclina aimablement et effleura la main de Léanna du bout des lèvres. L'elfe sourit, charmée.


    - Eh bien, messire, je suis également enchantée de faire votre connaissance... Je craignais que notre compagnie ne vous paraisse difficile...
    - Mais point du tout, n'ayez crainte !

    Sylveneige eut tout à coup les joues pleines d'un rire contenu. Lumi battit des ailes, apercevant un petit nez curieux paraître à la porte de l'auberge.

    - Très bien. Je vous conseille d'avancer vers la Porte de l'Aval, qui nous emmène vers la Haute-Forêt. Nous vous rejoignons dans quelques minutes, j'ai encore une petite chose à régler...
    - Parfait, nous t'attendons juste après la Porte.

    Léanna leur indiqua la direction à suivre et ils se dirigèrent vers la Porte de l'Aval sans se presser.

    Ils sortirent de la Porte au moment où les voix des enfants commençaient à se faire entendre. Enfin, ils s'arrêtèrent pour attendre Léanna. Les pensées d'Eldurvellir allaient vers ses considérations habituelles lorsqu'il s'agissait d'avoir des femmes en sa compagnie, celles de Sylveneige restaient inquiètes. Que se passera t-il quand Eldurvellir verra les quinze enfants...

  20. #20
    Date d'inscription
    janvier 2012
    Localisation
    Paris
    Messages 
    4 877
    Et ce fut d'abord le petit Tirigh qui accourut au devant de Sylveneige. Enfin, au devant de Lumi et des chevaux Kaori et Koti.

    - Z'arrive !
    - Tirigh ! comment vas-tu ?
    - Z'ai vu la coméienne hier !
    - La comédienne ? Tu as vu dame Eleani Eali ?
    - Vi.
    - C'est toute une histoire, Sylveneige... Une histoire qui nous occupera le temps de notre trajet, si tu veux bien... Nous sommes assez en retard, si nous voulons atteindre notre première étape avant la nuit, il ne faut pas traîner.
    - Eh bien, partons !

    Il fallut le temps de prendre la carriole que Léanna avait laissé à l'entrée de la ville. Sylveneige l'aida à y faire monter les enfants, sous le regard éberlué d'Eldurvellir. Mais dans quel guêpier me suis-je encore fourré ? Quatorze foutus chiards... Plus celui qui se colle à Sylveneige... C'est ça, quinze chiards...

    - Hé ! messire !

    Eldurvellir sortit de sa torpeur. Léanna, devant lui, riait.


    - J'espère que les enfants ne vous décourageront pas de venir avec nous !
    - Euh... C'est à dire... Jusqu'où allez-vous ?
    - En Haute-Forêt, messire ! d'où vous pourrez trouver d'autres voyageurs pour vous accompagner vers le sud. Vers Evereska, peut-être ? Puisque Sylveneige en est originaire...
    - Oui, nous y allons. Mais...

    Eldurvellir n'eut pas le temps de continuer ; déjà la carriole s'ébranlait. Il monta sur Koti et avança. Le voyage vers la Haute-Forêt commençait.


    Suite en Haute-Forêt : https://www.baldursgateworld.fr/laco...tml#post465863
    Dernière modification par Féérune ; 21/03/2019 à 19h02.

Discussions similaires

  1. [LUNARGENT] Errance...
    Par Féérune dans le forum Vers Féérune
    Réponses: 21
    Dernier message: 17/01/2019, 19h29
  2. [MITHRAL HALL] Errance...
    Par Féérune dans le forum Vers Féérune
    Réponses: 25
    Dernier message: 16/11/2018, 21h44
  3. Errance dans un Plan inconnu
    Par Féérune dans le forum Vers Féérune
    Réponses: 12
    Dernier message: 28/08/2018, 21h29
  4. Quête : Errance dans les ténèbres
    Par Kasumi dans le forum L'Encyclopédie The Witcher 3: Wild Hunt
    Réponses: 2
    Dernier message: 06/06/2015, 09h18
  5. [RP]Errance aux frontières de la folie
    Par Garfield dans le forum Les Montagnes du Nord
    Réponses: 1
    Dernier message: 25/02/2006, 12h39

Les tags pour cette discussion

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •  

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 203 204 205 206 207 208 209 210 211 212 213 214 215 216 217 218 219 220 221 222 223 224 225 226 227 228 229 230 231 232 233 234 235 236 237 238 239 240 241 242 243 244 245 246 247 248 249 250 251 252 253 254 255 256 257 258