Page 1 sur 3 123 DernièreDernière
Affichage des résultats 1 à 30 sur 66

Discussion: [haute forêt] errance...

  1. #1
    Date d'inscription
    January 2012
    Localisation
    Paris
    Messages 
    3 821

    [HAUTE-FORET] Errance...

    En provenance de : https://www.baldursgateworld.fr/laco...tml#post465857 ([EVERLUND] Errance...)

    Le voyage commença fort bien. La route vers la première partie de la Haute-Forêt était grandement facilitée par les mesures de sécurité qui existaient jusqu’à Everlund. On vit de petits détachements de gardes elfes, de loin en loin, qui saluaient aimablement les voyageurs. Intrigué, Eldurvellir s’approcha de Léanna, quêtant des explications.

    - Damoiselle Léanna, comment se fait-il que nous rencontrions tant de gardes ?
    - Il y a toujours eu des tournées de gardes entre Everlund et cette partie de la Haute-Forêt ; nos relations commerciales et sociales sont trop développées pour les risquer.
    - Mais… C’est à ce point ?
    - Non, d’habitude il n’y a que trois ou quatre tournées par jour. Mais là, c’est particulier. Il y a eu une grave attaque d’un convoi entre Mithral Hall et Lunargent. Les tournées des gardes ont donc été renforcées.
    - J’y étais…

    Le mage ne laissa pas à Sylveneige le temps de partir dans un état dépressif. Il approcha son cheval, allongea le bras et lui toucha l’épaule.


    - Ton manteau se décrochait, je crois.

    Il fit mine de réajuster le manteau de Sylveneige, qui en oublia ses préoccupations sinistres. Faisant ainsi inconsciemment un bond dans l’estime de Léanna. Il sait distraire un esprit souffrant…

    La petite troupe continua encore quelques heures. Puis Léanna arrêta la carriole pour lancer aux cavaliers :


    - Nous allons faire une halte dans cette clairière, qui est aménagée pour le repos des voyageurs…

    Un grand cheval noir lourdement harnaché paissait déjà en lisière de la clairière. On entendait un cours d’eau tout proche, derrière un rideau de jeunes arbustes.
    Dernière modification par Féérune ; 24/03/2019 à 16h14.

  2. #2
    Date d'inscription
    January 2012
    Localisation
    Paris
    Messages 
    3 821
    - Nous ne serons pas seuls, donc…

    Eldurvellir s’approcha du cheval, qui hennit sur un ton méfiant. Le maître est confiant… Il est vrai qu’on ne pourrait pas lui voler son destrier si facilement. Il traversa la clairière, laissant aux elfes le soin d’installer le campement. Un chemin ombragé de jeunes arbres descendait en pente douce vers une rivière limpide. Le jeune mage descendit de cheval et prit sa besace. Parfait pour un bain… Hé !

    Il s’arrêta pour ramasser les objets qui venaient de le faire trébucher. Puis levant la tête, il vit le sac attaché à une branche, qui avait laissé choir une partie de son contenu. Trop haut… Je vais mettre ce bazar au pied de l’arbre, son propriétaire le retrouvera bien. Un document frémit, se laissant porter par le vent ; Eldurvellir le rattrapa juste à temps. Bouse ! Une pierre devrait régler le problème… Il posa sa besace près des objets, y fourra le document et se mit à la recherche d’une pierre. Il dut descendre vers l’aval de la rivière. Ayant enfin trouvé ce qui convenait, il remonta près des objets. Et s’assit tranquillement pour lire le document, dont une ligne l’avait intrigué.

    Un instant plus tard, un guerrier aux effets mal réajustés et frémissant de rage soulevait Eldurvellir par le col.
    Dernière modification par Féérune ; 28/03/2019 à 10h10.

  3. #3
    Date d'inscription
    January 2012
    Localisation
    Paris
    Messages 
    3 821
    Suspendu à bout de bras, Eldurvellir eut le temps de dévisager son agresseur. C’était un demi-orc puissant, impressionnant par sa carrure et son allure féroce. Ses cheveux étaient sombres et longs, tressés. Ses yeux, très foncés, avaient une lueur cuivrée propre à refléter la haine qu’il savait porter à ses ennemis. Il s’était visiblement rhabillé en hâte mais sa mise, même maladroite, ne maltraitait pas sa dignité.

    Eldurvellir commençait à suffoquer quand le demi-orc se décida à le lâcher.


    - Vermine ! Qui es-tu pour oser te mêler de mes biens ?
    - Je… Vos affaires étaient répandues à terre… J’ai vu cette lettre… Je connais la femme qui l’a écrite…
    - Vraiment ? Et qui es-tu donc ?
    - Je me fais appeler Eric Legris, pour avoir la paix. Mon nom est Eldurvellir.

    Le demi-orc lança une bourrade au mage.


    - Eldurvellir ! assieds-toi. Nous devons causer, je crois. Je suis Seroaunk, l’époux de Sombria.

    Un remue-ménage les interrompit : quinze petits elfes babillants et rieurs, menés par Léanna, couraient sur le chemin en direction de la rivière. Sylveneige suivait, disparaissant sous le tas de vêtements d’enfants et de serviettes qu’elle portait, tas surplombé d’un énorme pain de savon.

    Seroaunk avait, curieusement, pâli. Eldurvellir n’y tint plus et prononça lentement :


    - Ca fout la trouille, hein ?
    Dernière modification par Féérune ; 26/03/2019 à 17h55.

  4. #4
    Date d'inscription
    January 2012
    Localisation
    Paris
    Messages 
    3 821
    Le rire du demi-orc résonna.

    - Ma chère Sombria m’avait bien dit que tu étais un marrant*!

    D’un commun accord, ils remontèrent vers la clairière.


    - Ces elfes*! Infichus de faire un bon feu*!

    Seroaunk alla vers un tronc d’arbre foudroyé et en dégagea quelques bûches avec sa puissante hache.


    - Tiens, Eldurvellir, mets ça dans ce feu malingre…

    Il s’installèrent enfin.


    - Je ne sais pas si tu peux en parler… Mais j’aimerais savoir… Pour ma sœur de sang Sombria…
    - Oui. Je comprends.

    Seroaunk soupira, puis commença le récit de la fin de la chevalière noire.


    - C’était vers la tombée de la nuit… Deux guerriers manostiens… Ils combattaient contre elle et n’avaient pas le dessus, je peux te le dire… Mais ils se battaient sur une espèce de piton rocheux, au-dessus d’un ravin. Un mage luménien a lancé un sort au moment où Sombria était au bout de la corniche. Une boule de feu qui a frappé l’extrémité de la corniche où ma femme se trouvait… Elle a été précipitée dans le ravin.
    - J’espère que tu l’as bien vengée…
    - Les guerriers sont morts de ma main.
    - Je suppose que le mage n’a pas rigolé non plus…
    - Non.

    Seroaunk tisonna le feu de la pointe de son épée.


    - Je l’ai fait causer… Pendu la tête en bas… Il n’a pas tenu bien longtemps, mais je ne suis pas un monstre. Quelques carreaux ont hâté sa fin.
    - Et… Le corps de ma sœur de sang*?
    - J’ai pu le récupérer. Elle a eu de vraies funérailles orques. Je l’aimais tant, tu sais… Nous nous sommes mariés juste avant de remplir une mission qui nous éloignait des champs de bataille. Ca nous faisait comme une lune de miel, cette mission… Nous sommes partis à bord d’un bateau…

    Seroaunk resta pensif un long moment, songeant aux cimeterres maléfiques qu’ils n’avaient finalement pas rapportés. Puis il reprit*:

    - Et toi, Eldurvellir*? Ta vie*? Melusia m’a écrit que tu avais quitté Melandis*?
    - Je n’en savais rien jusqu’à ce que je lise sa lettre… J’ai perdu la mémoire. Elle me revient, lentement, depuis que j’ai rencontré la demi-sœur de Sombria, Lysandria.

    Pensif, Seroaunk reprit le document et le parcourut.


    Seroaunk, salut*!

    Je suis à Melandis, pour annoncer la triste nouvelle de la mort de Sombria à Eldurvellir du Val Bise. Qui est parti en montagne pour chercher des plantes très bien accompagné*: un curieux mage, n’est ce pas, qui part en balade avec une solide équipe armée… Même s’il est vrai que les Montagnes du Nord sont dangereuses, cela reste assez surprenant...

    Je vais à mon tour prendre la route dans les Montagnes du Nord et j’espère bien le rejoindre facilement. J’y connais une prêtresse qui vit dans un étrange village d’ogres, ce sera l’occasion de la revoir.
    Je ne pense pas être à la Porte de Baldur avant quatre mois, pour vous retrouver au Chant de l’Elfe ou chez maître de Glottegaie.

    Bien à vous, chérissez tendrement le souvenir de ma demi-sœur.

    Melusia


    Le chevalier noir sortit de ses pensées.

    - Perte de mémoire. Ah. Là je puis t’aider. Je te dois bien ça*!
    - Absolument. Ce soir, tu peux occuper l’elfe brune pendant que je m’occupe de la blonde, qui m’a à la bonne.

    Seroaunk rit à gorge déployée, puis s’arrêta net. On entendait de nouveau les voix des petits elfes, de retour du bain.
    Dernière modification par Féérune ; 28/03/2019 à 15h08.

  5. #5
    Date d'inscription
    January 2012
    Localisation
    Paris
    Messages 
    3 821
    Le petit Tirigh se mit à courir vers le cheval de Seroaunk.

    - Hé*! Attention, petit*! c’est un destrier, pas un poney pour amuser les gosses…

    Mais contre toute attente, le cheval ne renâcla pas. Il baissa lentement la tête vers l’enfant et hennit doucement.

    - Incroyable…
    - Messire, cet enfant sait apprivoiser n’importe quel animal.
    - Un fort beau talent. Permettez-moi de me présenter*: Seroaunk Sombreterre, chevalier noir.
    - Léanna Bellarmor. Je suis la maîtresse d’école de ces petits enfants de Haute-Forêt. Et voici Sylveneige d’Evereska...
    - Je connais Sylveneige d’Evereska*!

    Eldurvellir se pencha vers le chevalier noir.

    - Elle aussi a perdu la mémoire… Plus gravement que moi.

    Le groupe s’organisa pour le dîner. Seroaunk prit ses provisions dans les fontes de son cheval et Sylveneige farfouilla dans les réserves de la carriole pendant que Leanna s’occupait des petits. Eldurvellir alla se baigner, espérant que le crépuscule tombant ne lui jouerait pas un mauvais tour. Je n’ai pas d’infravision, moi*!
    De retour au campement, le mage vit que Seroaunk et Sylveneige étaient en pleine discussion. Léanna touillait un râgout dans une marmite de belle taille et les enfants se disputaient pour être dans les premiers servis, écuelle et cuillère en mains.


    - Nous n’attendions plus que vous, messire Legris*!
    - Je vous en prie, appelez-moi Eric…
    - Dans ce cas, appelez-moi Léanna sans plus de façons.

    Eldurvellir sourit et l’aida à servir. Seroaunk riait sous cape en voyant le mage remplir les écuelles des enfants. Ce dernier consentit à lui donner une explication à l’oreille*:


    - Plus vite ils mangeront, plus vite ils dormiront… Et nous aurons la paix.
    - C’est pourtant vrai. Tu as du bon sens… Eric.

    Le repas fut animé, mais Léanna veilla à ce que les enfants ne s’excitent pas trop. Il y eut un flot de questions timides au chevalier noir, dont la stature impressionnait fort les enfants. Sauf Tirigh, étrangement silencieux.


    - Titi*! Que se passe t-il*?
    - Z’ai une pipitelle.

    Tout le monde rit.

    - Une pipissstrrrelle, on dit*!

    Eldurvellir tâta sa chemise. Il faillit dire que c’était la sienne, mais se ravisa. Sait-on jamais, si on sait ici qu’un mage nommé Eldurvellir se balade avec une petite chauve-souris, on saura bien vite que c’est moi...


    - Fais voir…

    Tirigh lui remit la pipistrelle, qui cracha légèrement puis s’adoucit.


    - Elle vous aime bien aussi*!

    Léanna s’était rapprochée du mage. Seroaunk s’adressa à Sylveneige*:


    - J’ai une proposition à vous faire, Sylveneige. Et il me semble qu’il faudrait que je vous dise ce que je sais de vous, puisque vous êtes dans le même cas qu’El… qu’Eric. Venez près de mon cheval, une fois que tout le monde sera couché. Nous causerons.
    - D’accord.

    Sylveneige aida Léanna à coucher les enfants. Eldurvellir avait aimablement préparé le couchage des petits elfes dans la carriole. Les ballots de vêtements et provisions diverses servaient d’oreillers, il n’eut qu’à étendre des nattes au sol et donner une couverture à chacun. Quelques instants plus tard, tout était silencieux.


    Comme convenu, Sylveneige s’éloigna avec Seroaunk, alors que Léanna et Eldurvellir s’étendaient près du feu.

    - Que vouliez-vous me dire*? Je suis vraiment désolée, je ne me souviens de rien… Sinon que je vous ai vu à Everlund, à la représentation de dame Eleani Eali.
    - Possible… J’avoue ne pas vous avoir vue*! Il y avait un monde fou. Enfin… Voilà où je peux vous aider*: il y a une fontaine, appelée Fontaine de la Mémoire, en Ombreterre de Haute-Forêt. J’y vais, pour me souvenir le plus exactement possible de ma vie avec mon épouse Sombria. J’ai proposé à votre compagnon de l’y emmener et vous fais donc la même proposition.
    - Pourquoi*?
    - Par bonté d’âme*!

    Sylveneige ouvrit des yeux ronds.


    - Vous plaisantez, je suppose…
    - Oui. J’ai aussi une autre raison. Mais je ne peux pas vous la dire, pour le moment du moins.
    - Ah…

    Seroaunk frissonna légèrement. Il prit ses couvertures et en donna une à l’elfe, puis avisa un ancien foyer et proposa de faire un second feu. Ils ramassèrent des branchages, Seroaunk refit quelques bûches et enfin le second feu flamba dans la nuit. Ils s’allongèrent sous les couvertures et le chevalier commença son récit.
    Dernière modification par Féérune ; 30/03/2019 à 18h47.

  6. #6
    Date d'inscription
    January 2012
    Localisation
    Paris
    Messages 
    3 821
    - Tout a commencé par une mission qui nous a été confiée, à mon épouse Sombria et moi-même. Nous devions récupérer des armes extrêmement efficaces au bénéfice de la cité de Melandis. Nous avons su que le clergé lathandrite devait donner ces armes à un petit groupe chargé de les acheminer jusqu’à Athkatla, à l’aubemestre du temple de Lathandre.

    Seroaunk serra plus étroitement sa couverture. La nuit fraîchissait. Il tira de sa poche une flasque, qu’il tendit à la rôdeuse.

    - Un petit alcool sera bienvenu.

    Ils burent, Sylveneige toussa, et Seroaunk reprit le fil de l’histoire.

    - Nous les avons interceptés à bord du navire l'Azur, du capitaine Englund. Vous y étiez avec un dénommé Streen, pour moi un parfait inconnu. Mais je connaissais de réputation les deux autres personnes, le clerc nain Yerr-Ir et le mage Milien d’Otrante. Vous rappelez-vous d’eux*?

    Sylveneige tenta de se souvenir. En vain. Que vais-je devenir, sans mémoire, sans souvenir, sans passé*?
    Seroaunk l’observait, un peu inquiet. Elle va nous retarder, l’elfe… Enfin, si elle pose trop de problèmes, on verra, même s’il ne faudrait pas en arriver à une extrémité radicale... L’elfe cherchait visiblement à retenir ses larmes*; elle parvint à se reprendre.


    - La mission… Ces armes… Avez-vous réussi votre mission*? Tué mes compagnons*?
    - Pas du tout. Personne n’a récupéré ces armes, finalement. Je ne peux rien dire de plus. Mais vous devez avoir, quelque part dans vos affaires, un morceau d’une gemme orange qui vous permet d’avoir une – disons une relative sécurité en Ombreterre. Elle ressemble à ça.

    Seroaunk fouilla dans une de ses poches et en sortit un fragment de gemme flamboyant.

  7. #7
    Date d'inscription
    January 2012
    Localisation
    Paris
    Messages 
    3 821
    Sylveneige bondit sur ses pieds et courut jusqu’à sa besace. Elle entendit Eldurvellir chuchoter sur un ton cajoleur, prit sa besace restée près du feu et retourna près de Seroaunk.

    - Je vais fouiller…

    Elle extirpa avec peine sa petite harpe, puis un carnet de chansons, un pipeau, quelques petites saucisses à moitié rongées que Lumi vint réclamer, et enfin sa bourse. Bourse fort rondelette, qu’elle ouvrit.

    - Je ne trouve pas de gemme.
    - Permettez…

    Seroaunk prit à son tour la besace et en étudia l’intérieur à la lueur dansante du feu. On n’y voit guère, là dedans… Pris d’une inspiration, il demanda*:


    - Elle a été fabriquée à Evereska*?
    - Je n’en sais rien… Je ne m’en souviens pas*!
    - La plupart des besaces fabriquées en Evereska comportent des petits compartiments très discrets, bien cachés dans le cuir… Là*! Tenez…

    Le chevalier noir montra à Sylveneige une petite protubérance sous le cuir fin qui doublait l’intérieur de la besace. Il la fit glisser du doigt et extirpa un petit objet oblong qu’il tendit triomphalement à la rôdeuse.


    - Voilà*!
    - Ah…

    A la surprise de Seroaunk, elle porta l’objet à son nez et grimaça.


    - Eh bien*?
    - Eh bien… C’est une petite saucisse, disons, usagée.
    - QUOI*?

    Seroaunk était cramoisi de colère. Il reprit la besace et en tâta de nouveau l’intérieur. Trouva une autre bosse et la fit glisser à l’extérieur. Une couleur orange vif brilla entre ses doigts.

    - Enfin*! Tenez, elle complète celle de Sombria…

    Il colla les deux fragments l’un contre l’autre et Sylveneige put constater qu’ils se complétaient parfaitement.


    - Il y a d’autres morceaux de cette gemme*?
    - Il y en a six. Un pour vous, un pour Sombria, un pour votre ami Streen… Un pour Milien d’Otrante, un pour le clerc duergar Yvrill et l’autre pour le chef duergar Heftur.
    - Vous n’en avez pas vous-même*?
    - Non. Je n’étais pas de la fête…

    Seroaunk soupira, regrettant une aventure à laquelle il n’avait pu participer. Mais rien ne lui aurait fait avouer qu’il était alité à cette époque, il est vrai pour des blessures reçues au combat. Il préparait mentalement une réponse assez cassante à une possible question sur le sujet, mais la question que posa Sylveneige fut d’une autre nature*:


    - Qui est Milien d’Otrante*?
    Dernière modification par Féérune ; 11/04/2019 à 10h23.

  8. #8
    Date d'inscription
    January 2012
    Localisation
    Paris
    Messages 
    3 821
    Pendant ce temps, Eldurvellir ne perdait pas le sien. Il avait vite persuadé Léanna de dormir groupés pour décourager d’éventuelles bêtes sauvages, puis de se serrer à cause de la fraîcheur de la nuit, enfin qu’il n’était pas désagréable de s’embrasser sous les étoiles. Léanna ne découragea pas l’aimable mage. A part la surprise d’un cri rauque et bref, certainement poussé par quelque fauve, leur nuit fut fort agréable.

    Ce fut Tirigh qui se leva le premier. Il sortit de la carriole titubant encore de sommeil. Tiamandis qui était revenue de sa chasse nocturne pour aller éveiller le garçonnet, s’envola, plana au dessus de son maître puis lâcha une petite chose nauséabonde dans les braises du feu. L’odeur aigrelette qui en résulta réveilla Eldurvellir.


    - Hé ! c’est toi qui a fait ça ?

    Il attrapa sa pipistrelle, la dorlota et l’embrassa.

    - Tu aimes les animaux autant que Tirigh !

    Le mage prit Léanna par le cou et l’embrassa tendrement, tendant la petite chauve-souris au garçonnet.


    - Tiens ! Et va donc voir si les chevaux sont réveillés !

    Avoir ces gamins dans les pattes gâche un peu le plaisir… Ainsi pensait Eldurvellir, espérant que les autres enfants ne se réveilleraient pas trop tôt. Il étreignit l’elfe blonde. Trop tard*!

    - Hé, Eric Legris, tu comptes dormir toute la matinée*?

    Seroaunk, goguenard, le toisait.


    - Oh, ça va…

    Eldurvellir sauta sur ses pieds et s’habilla en hâte.

    - Tu devrais aller réveiller les mômes, tiens*!
    - Nous laisserons ça à celle qui le fait le mieux… Bonjour damoiselle Léanna.
    - Bonjour messire…

    Léanna sourit, s’enroula dans sa couverture et partit s’habiller à l’abri derrière la carriole. Elle y trouva Sylveneige, quelque peu narquoise.


    - Bonne nuit, je suppose…
    - Euh… Oui.

    Un silence gêné s’installa, pendant que Léanna enfilait ses vêtements.


    - Quelque chose te gêne*?
    - Oh, tu fais bien ce que tu veux.
    - Oui, je pense.
    Dernière modification par Féérune ; 13/04/2019 à 17h55.

  9. #9
    Date d'inscription
    January 2012
    Localisation
    Paris
    Messages 
    3 821
    Sylveneige revint vers le feu, que Seroaunk avait rallumé.

    - Un problème*?
    - Je suppose que non.

    Le chevalier noir lui lança un regard aigu et plaça la marmite d’eau au dessus du feu.


    - Tiens*! Voilà les herbes. On peut les mettre dans l’eau froide, elles vont infuser en chauffant.

    Eldurvellir jeta un bouquet d’herbes dans la marmite. Sylveneige reconnut de la menthe poivrée, de la marjolaine et de petites feuilles sèches et noirâtres.


    - Et ces petites feuilles…
    - Sont du thé. On trouve le meilleur à Kara-Tur, bien sûr, mais il y en a désormais sur Féérune. J’en avais dans ma besace, va savoir d’où ça vient...

    L’atmosphère quelque peu contrainte du groupe s’allégea lorsque les bambins se réveillèrent et demandèrent impatiemment leur petit-déjeuner.

    Le voyage reprit, avec Seroaunk en plus, le chevalier noir se tenant un peu éloigné de la carriole. A l’exception des cris et rires des enfants, la deuxième journée de voyage fut assez silencieuse. Léanna était désolée du fait que Sylveneige semble lui en vouloir*; Sylveneige se sentait trahie et s’enfonçait dans la mélancolie*; Eldurvellir était tout à ses pensées lascives*; Seroaunk était plongé dans le souvenir de son épouse Sombria. Même le moment du déjeuner ne dérida pas les adultes, qui s’occupèrent des enfants pour éviter une atmosphère peu supportable. Le sévère Seroaunk lui-même aida au repas des petits, à la surprise d’Eldurvellir enfin sorti de ses rêves scabreux.

    Le soir on retrouva un point d’eau, un torrent quelque peu tumultueux et froid. Comme il n’était pas question d’y baigner les enfants, on utilisa la marmite pour faire chauffer de l’eau et laver chaque enfant à l’aide d’une serviette dûment mouillée et savonnée. Léanna donna des instructions*: Sylveneige et elle-même devaient laver les enfants, les hommes étant en charge du feu et du dîner. Puis les petits furent installés dans la carriole en attendant que tout soit prêt.


    - Sylveneige…
    - Hein*?
    - Tu fais ce que tu veux, mais moi je vais me baigner au torrent.
    - Ah.
    - Et j’aimerais que tu viennes avec moi… J’ai quelques explications à te donner… Je n’ai pas pour habitude de justifier mes faits et gestes, mais je t’aime bien… Ce serait si bête de ne plus être bonnes amies*!

    Sylveneige faillit refuser, puis se ravisa.


    - Oui… Je suppose que tu as raison.

  10. #10
    Date d'inscription
    January 2012
    Localisation
    Paris
    Messages 
    3 821
    Elle prit les serviettes, le pain de savon et suivit Léanna. Elles arrivèrent près du torrent, où une cascade d’eau claire chutait dans un fracas impressionnant. Sylveneige fit un signe vers l’aval et elles s’éloignèrent du bruit, suivant le torrent. Enfin, un élargissement du lit du cours d’eau leur parut propice au bain. Les jeunes femmes se dévêtirent et entrèrent dans l’eau.

    - Elle est froide*! Les petits auraient sûrement pleuré*!
    - Oui*! Bon, que voulais-tu me dire*? Que tu es tombée follement amoureuse en une journée*?
    - Je t’en prie, ne rends pas les choses difficiles*!
    - … C’est ma faute, c’est ça*?

    Elle faillirent bien se fâcher. Mais Léanna finit par donner des explications sur sa propension à aimer trop ouvertement de nombreuses personnes et la colère de son frère – il est tellement prude, mon frère chéri*! - sur ses amours indiscrètes. Explications illustrées de détails précis et imagés. Le visage de Sylveneige, du léger mauve originel, passa à une teinte plus soutenue. Au fur et à mesure que les explications avançaient, on arriva presque à un rose tyrien, puis à ce cramoisi superbe que les peintres elfes noirs nomment «*soleil d’Ombreterre*».


    Ce fut à ce moment que la rôdeuse se dégagea et fila vers la rive, outrée. Elle se jeta sur sa serviette et s’y enveloppa. Léanna se mit à rire.


    - Mais attends*donc ! j’arrive*!

    Sylveneige s’habilla en hâte et fila droit devant elle sans attendre son amie, pour finir dans les avant-bras d’Eldurvellir.


    - Aïe*!
    - Attention, tu vas esquinter Tirigh.

    Le mage portait le garçonnet, qui avait l’air endormi.

    - Seroaunk a voulu faire le bon papa… Il a commencé à raconter une belle histoire aux petits. Belle, pour les enfants orcs. Mais le récit bien détaillé d’une bataille sanguinolente a eu pour effet de faire pleurer les gosses*! Bref, vous devriez rappliquer vite fait, toutes deux, histoire de limiter les dégâts.

  11. #11
    Date d'inscription
    January 2012
    Localisation
    Paris
    Messages 
    3 821
    Léanna et Sylveneige virent un tableau exceptionnel, qu’on pourrait résumer de ce titre*:

    «*Guerrier orc et petites filles très énervées*»

    Deux fillettes tapaient avec constance sur les jambes du chevalier noir en criant «*Méssant*! Méssant*!*» tandis que le reste de la petite troupe criait et pleurait avec ardeur. Le visage de Seroaunk pâlissait sous l’effort de se retenir pour ne pas massacrer tous ces foutus chiards.


    - Ah vous voilà enfin*! Ils sont terribles, ces chia… ces mômes*! Je leur conte une belle histoire, et voilà le résultat*!

    Léanna dut faire un effort pour montrer un visage sévère.

    - Messire Seroaunk, je comprends vos efforts… Mais nos petits sont trop sensibles, selon vos critères. Je vous prie de les excuser*!

    C’était exactement ce qu’il fallait dire. Seroaunk se calma un peu, puis beaucoup. La vue de la superbe blonde, dont le corsage était mal rajusté, y fut probablement pour quelque chose. La maîtresse d’école s’approcha de lui et prit les deux fillettes téméraires. Sylveneige et Eldurvellir tâchèrent de calmer les autres petits.

    La rôdeuse eut une idée, qui rendit tout de suite l’atmosphère beaucoup plus agréable.


    - Vous savez quoi*? Ce soir, on va chanter*!
    - Excellente idée*! Ça tranquillisera les enfants*!
    - Et moi aussi.

    Eldurvellir se retint de rire, face au visage fermé du chevalier noir. On l’a échappé belle… Sans l’intervention de Léanna, on n’aurait plus de mômes mais des crêpes à la groseille avec des morceaux d’os dedans…

    Le dîner achevé, Sylveneige prit sa harpe et commença des chansons gaies, que tous reprirent avec ardeur. Puis elle passa à des chants plus doux tandis que la nuit épaississait, enfin aux berceuses propres à faire tomber les enfants dans le plus tendre des sommeils.

  12. #12
    Date d'inscription
    January 2012
    Localisation
    Paris
    Messages 
    3 821
    Trois jours plus tard, le groupe arriva au village de Chêne-Feuillu, où Léanna avait son école et d’où la plupart des enfants étaient originaires. Seroaunk n’avait pas l’intention de s’y arrêter, mais il finit par condescendre à y prendre une chambre pour la nuit.

    - Pas envie de voyager de nuit, hein*!

    Eldurvellir soupira.


    - C’est ça. Fais croire que tu as envie d’escalader ce foutu chemin*!

    Il montra le chemin abrupt, difficilement dégagé dans les épaisses racines des arbres denses, qui semblait s’envoler dans la montagne brumeuse. Sylveneige s’abîma un moment dans la contemplation de ce paysage sauvage.


    - Où habites-tu, Léanna*?
    - Dans l’école, tout simplement… Tous ces enfants n’habitent pas dans le village, il y a donc un dortoir pour eux et une chambrette pour moi.
    - Tu t’occupes des enfants toute seule*? Vraiment*?
    - Presque*! Il y a le jeune Damien, qui m’assiste. Mais je n’ai aucune difficulté, ce sont des enfants assez sages… Probablement plus sages de les petits enfants orcs*!

    Elle jeta un coup d’oeil malicieux à Seroaunk, qui grimaça un sourire*; lequel fit sursauter une passante, qui manqua en renverser son panier de courses. Trois des enfants se serrèrent autour de Léanna, une petite fille murmura*: vi, c’est un méssant*!

    - Arrête, tu fais trop d’effet aux dames… Aïe*!

    Eldurvellir massa ses côtes. Un coup de coude du chevalier noir valait coup de poing.


    - J’emmène les enfants à l’école. Et je reviens, dès que je les aurai installés et prévenu Damien de venir les surveiller. Attendez moi autour d’une bière*! Je vous recommanderai quelqu’un qui pourra vous renseigner sur l’accès à la Fontaine de la Mémoire. Je vous l’amènerais bien, mais je ne suis pas sûre qu’on puisse la déranger à cette heure… Les enfants, on dit au revoir*?

    Les enfants dirent au revoir un par un. Tirigh manifesta son envie de partir en voyage avec Eldurvellir. Puis son envie de garder la pipistrelle du mage. On eut un peu de mal à le persuader de rentrer sagement à l’école, mais il finit par suivre Léanna et les autres enfants.

  13. #13
    Date d'inscription
    January 2012
    Localisation
    Paris
    Messages 
    3 821
    Léanna les retrouva tard dans la soirée, au moment où Sylveneige parlait d’aller dormir.

    - Voilà*!

    Elle posa une carte et quelques parchemins sur la table.

    - Je suis chargée de les remettre à toi, Sylveneige. Avec cette lettre.

    La rôdeuse prit la lettre qu’elle mit dans sa besace et avança la main pour ouvrir la carte.

    C’était une assez grande carte, joliment dessinée et colorée. On y voyait le village tout en bas, le chemin louvoyant dans la forêt et montant vers le haut. Il y avait un bel effet de crayonné pour représenter les ombrages. Au trois-quart de la carte, on voyait un trait qui courait d’est en ouest. Un trait de largeur très inégale, parfois quasi invisible sur la carte, parfois large d’un demi-pouce.


    - Qu’est ce donc*?
    - Ca*? C’est la faille de Claire-Mémoire. C’est elle qui permet l’accès à la Fontaine de la Mémoire. C’est là que vous allez…
    - On pourrait trouver un guide…
    - Eh bien… Cela n’a pas l’air si indispensable… On m’a donné des indications pour vous.

    Léanna déroula un des parchemins.


    - Ici, vous avez le dessin de la faille à son niveau le plus large.

    Le dessin comportait des repères simples*: un arbre stylisé, très grand, entouré d’un parterre de fleurs mauves plongeait ses racines dans la faille. La mention «*vers l’est à partir du chemin du village*» était explicite.

    Seroaunk s’était rapproché et suivait les explications de la jeune elfe avec attention. Eldurvellir, quant à lui, restait à sa place. Le regard du mage s’égarait non point dans les méandres de la carte, mais dans les appas de Léanna penchée sur la carte. Elle lui lança un clin d’oeil discret. Il sourit.
    Dernière modification par Féérune ; 31/05/2019 à 15h08.

  14. #14
    Date d'inscription
    January 2012
    Localisation
    Paris
    Messages 
    3 821
    Après avoir un peu étudié la carte, Seroaunk hocha lentement la tête.

    - Je propose que nous allions dormir. La distance n’est pas négligeable. Il nous faudra laisser les chevaux ici… Ils risquent de s’égarer ou d’être volés si nous les laissons au moment de descendre en Ombreterre.
    - A moins que nous puissions les descendre… Regardez*!

    Eldurvellir, enfin concentré sur la quête, étala un des parchemins sur la table. On y voyait une descente en pente assez douce, à partir d’un point de la faille moins large que celui qu’ils avaient préalablement repéré. Une annotation en runique suivait.
    «*Pente douce en colimaçonlut le mage.

    Sylveneige s’étonna.

    - Vous vous souvenez de vos études de mage, donc*?
    - Il semblerait, oui…
    - Mais peut-on être certain que la largeur de la faille soit suffisante à cet endroit précis*?
    - Je n’en sais malheureusement rien. Mais j’ai une idée*: demandons un guide, tout simplement. Si nous pouvons descendre avec les chevaux, nous le renverrons au village*; dans le cas contraire, il ramènera les chevaux ici, à l’auberge. Sylveneige, qui croule sous l’argent, nous offrira bien ce luxe*!
    - Vous êtes sacrément gonflé*!
    - N’est ce pas*?

    Eldurvellir jeta un sourire enjôleur à la rôdeuse. Lumi frémit de désapprobation, Serouank lança un rire sonore. L’idée fut bien sûr retenue, le chevalier noir proposant aimablement de payer le guide.

    Ils se séparèrent vers la minuit. Seroaunk et Sylveneige gagnèrent leurs chambres, tandis qu’Eldurvellir décidait de reconduire Léanna.

  15. #15
    Date d'inscription
    January 2012
    Localisation
    Paris
    Messages 
    3 821
    Le mage comptait bien ne pas perdre son temps. Il embrassa Léanna une fois dehors. Une ruelle déserte et assez sombre leur offrit un refuge et une discrétion qu’ils mirent à profit. Enfin Eldurvellir osa une question.

    - La lettre à Sylveneige… Je crois qu’elle a oublié de la lire…
    - Oh, elle l’a probablement lue à l’heure qu’il est.
    - C’est curieux…
    - Quoi donc*?
    - Qu’elle seule ait eu une lettre…
    - Ah.
    - Tu comprends, on pourrait penser que…

    Le silence amusé de Léanna le fit enfin sourire.


    - Tu joues avec moi*!
    - Bien sûr*! Autant que toi avec moi, remarque.
    - Alors pourquoi une lettre à Sylveneige, à elle seulement*?

    La jeune elfe ne répondit pas. Elle se contenta de hausser les épaules. Geste que ne vit pas le mage dénué d’infravision.

    - Alors*?
    - Alors quoi*? Quelle importance*?

    Eldurvellir l’embrassa tendrement. Qu’elle crache le morceau, bon sang de bois*! songeait-il.


    - Ecoute mon cher ami, tu veux que je te dise le contenu de la lettre*? Sans considérer qu’il y a une certaine discrétion qui s’applique quand une personne écrit une lettre à une autre personne*?
    - Eh oui.

    Il embrassa de nouveau Léanna, la serra doucement contre lui. Et précisa*:

    - Enfin… Pas tout à fait. Je ne suis pas si indiscret*!
    - Vraiment*?
    - Je veux juste savoir si cette lettre parle de moi. Présomptueux, tu me diras… Mais ça me soucie…

    Léanna serra les dents, geste heureusement invisible par le mage humain. Effectivement, tu as peut-être du souci à te faire, mon joli p’tit gars…
    Dernière modification par Féérune ; 06/05/2019 à 21h09.

  16. #16
    Date d'inscription
    January 2012
    Localisation
    Paris
    Messages 
    3 821
    Seroaunk souhaita bonne nuit à Sylveneige et entra dans la chambre qu’il était censé partager avec Eldurvellir. Ca m’étonnerait que je l’entende rentrer de sitôt*! Il va s’amuser avec la blonde… Il se déshabilla plongé dans ses pensées.

    Le souvenir de Sombria semblait parfois le fuir malgré le profond attachement qui avait été le leur, dans leur amour mais aussi dans la haine de leurs ennemis communs. Il se rappela son épouse, les cicatrices de ses batailles qui sublimaient le corps superbement musclé de la guerrière, son sourire carnassier qui devenait brusquement très tendre lorsqu’elle posait les yeux sur lui.

    Le chevalier noir s’allongea sur un des lits et se laissa aller au sommeil.

    Sylveneige entra dans la petite chambre voisine. Elle installa Lumi, l’embrassa et ouvrit la fenêtre.


    - Tu pourras sortir, mon beau, ne t’inquiète pas.

    Elle s’assit sur le lit et retira ses cuissardes, se déshabilla et se coucha. Un rayon de lune joua sur un objet blanc tombé à terre*: la lettre. La rôdeuse la prit, l’ouvrit et lut*:

    Chère Sylveneige,

    J’ai eu vent de votre aventure par dame Ysaure de Blanchemain, qui m’a fait remettre deux plis pour vous.


    Les deux lettres étaient accrochées par deux fines épingles en os. La rôdeuse les décrocha avec soin et entreprit de les lire.
    La première était assez longue, l’écriture en était fine et délicate.

    Chère Sylveneige d'Evereska

    Vous êtes partie bien vite, et donc n'avez pu suivre mon conseil. Votre esprit souffrant ne peut rester comme il l'est. Vous souffrez d'un effacement de mémoire, de mélancolie et plus peut-être...

    Si vous passez par la Haute-Forêt, sachez que vous pourriez tenter d'y trouver les Fontaines de la Mémoire. Ces Fontaines ont aidé bien des malheureux souffrant d'un esprit oublieux ou mélancolique. Je vous aurais conseillé fortement de vous y rendre autrefois... Mais ces Fontaines se trouvent en Ombreterre et sont jalousement gardées.

    L'arrivée de messire Seroaunk me permet de vous conseiller de tenter votre chance*: la descente en Ombreterre, périlleuse mais possible en la compagnie d’un bon guerrier. Après une discussion à bâtons rompus dont nos caractères respectifs peuvent laisser imaginer la vivacité, nous avons parlé du passé récent... Et des seuls survivants de l'attaque atroce dont la caravane de Mithral Hall a été victime.

    Seroaunk Sombreterre m'a raconté une partie de son histoire, qui est aussi la vôtre. En effet, il vous connaît. Et il possède un fragment d'un joyau qui peut vous ouvrir la voie vers les Fontaines de la Mémoire ; il m'a également dit que vous en possédiez un autre fragment.

    Vous avez donc deux sauf-conduits pour l'Ombreterre. Je vous recommande de ménager la susceptibilité de messire Seroaunk si vous ne vous souvenez pas encore de lui. Votre première rencontre n'a pas été des plus plaisantes ! sachez qu'en Ombreterre mais aussi après la Haute-Forêt un bon guerrier risque d'être nécessaire pour parer les difficultés du voyage.

    Le mage qui a réussi à s’enfuir de la prison n’a toujours pas été retrouvé. Il semble qu’il ait également réussi à quitter la ville, on ne sait comment. Les gardes de nuit prétendent n’avoir rien vu, mais il a été constaté qu’ils quittaient leur poste avant la relève. Il n’est pas exclu que cet homme cherche aussi à gagner les Fontaines de la Mémoire…

    Adieu, jeune Sylveneige d'Evereska ! la Seldarine vous aidera. Que Sunie, qui règne en Evereska, vous protège.

    Ysaure de Blanchemain, prêtresse seldarine


    L’autre lettre était très courte, écrite d’une écriture ferme et élégante et accompagnée d’une fleur de myosotis séchée*:

    Très chère Sylveneige, revenez à Lunargent dès que vous pourrez. Je vous attendrai ! mes pensées vous accompagnent. Léante.

    Sylveneige sentit les larmes lui monter aux yeux. On m'aime donc tant que ça ! Elle posa les lettres sur la table de nuit et reprit la lecture de la missive qui les accompagnait.

    Je pense que ces lettres vous aideront, vous donneront confiance en vous-même et l’énergie nécessaire à votre recherche. Cependant, je dois vous avertir que ce mage de mauvaise réputation a été repéré près de l’auberge Porte-Glaive à Everlund. On ne sait exactement de quoi il est capable, mais il a une forte capacité de persuasion, notamment auprès des jeunes femmes.

    Si cet homme s’allie à messire Seroaunk, il n’est pas impossible que l’âme noire de ce guerrier prenne le dessus… Faites très attention à vous. Mon grand âge m’empêche malheureusement de vous accompagner moi-même. Je vous ferai porter demain, dès l’aurore, une cape de protection.

    Puissent les dieux vous protéger et vous soutenir dans la quête de vos souvenirs.

    Malvinaë Haltevive, prêtresse seldarine de Haute-Forêt
    Dernière modification par Féérune ; 10/05/2019 à 17h36.

  17. #17
    Date d'inscription
    January 2012
    Localisation
    Paris
    Messages 
    3 821
    Sylveneige mit longtemps à s’endormir. Les idées noires tournaient dans sa tête. La vie est si compliquée… Et si je partais seule, pour Evereska*? Elle soupira. Idée irréalisable*? Une idée encore plus noire traversa son esprit*: et si j’en finissais une bonne fois pour toutes*? Vivre, à quoi bon*?

    Le petit mot du capitaine Léante glissa doucement de la table de nuit et finit sous son nez. Elle le relut, ferma les yeux et parvint enfin à s’endormir.

    Un peu plus loin, à l’école des petits elfes, Léanna passa vérifier que les enfants dormaient bien. Elle resta quelque temps à discuter avec Damien et lui souhaita bonne nuit, puis alla retrouver Eldurvellir.

    Quelque temps plus tard, tout était silencieux. Seul le vol souple de la pipistrelle Tiamandis se faisait entendre. Peu avant l’aube, la petite chauve-souris vola dans le dortoir des petits, localisa Tirigh et se glissa contre lui.

    Le lendemain, le mage se leva à l’aurore. Il embrassa Léanna et lui dit adieu.

    - Je file… Je te verrai au retour, très certainement*!
    - Oui… Tâche de revenir*!
    - Quel enthousiasme*!

    Ils rirent tous deux et Eldurvellir repartit pour l’auberge.

  18. #18
    Date d'inscription
    January 2012
    Localisation
    Paris
    Messages 
    3 821
    Sylveneige et Seroaunk venaient juste de quitter leur chambre lorsque le mage arriva. Ils s’installèrent devant un copieux petit-déjeuner et firent honneur aux produits locaux.

    - On ne te demande pas où tu étais…
    - Ah*! Oh, pas la peine.

    Eldurvellir rit presque, heureux de son aventure nocturne. Quelque chose lui semblait manquer, mais ne sachant pas quoi, il ne laissa pas sa bonne humeur s’altérer pour si peu.

    - Il y en a au moins un qui est heureux…

    Une pointe d’envie perçait dans la voix de Sylveneige. Il lui faudrait une aventure amoureuse, ça la remettrait un peu d’aplomb, la cocotte… songeait le mage, dont les analyses psychologiques manquaient parfois de finesse.


    - Pourquoi avez-vous descendu votre sac*?

    Seroaunk était simplement curieux, mais à sa grande surprise la rôdeuse rougit. Ce fut le moment où Eldurvellir explosa de rire*: Lumi était en train de ranger soigneusement quelques petites saucisses dans la besace de sa maîtresse. L’instant d’après tout le monde riait et Sylveneige sortit quelques pièces pour payer le larcin de son harfang.

  19. #19
    Date d'inscription
    January 2012
    Localisation
    Paris
    Messages 
    3 821
    Ce fut le moment où Seroaunk prit le bras du mage et l’entraîna dans la chambre.

    - Nous préparons nos sacs, Sylveneige.
    - D’accord. Je paye tout, nous verrons après.
    - Entendu.

    Une fois dans la chambre, le chevalier noir inquiéta Eldurvellir par son air froid.

    - Une chose à me dire, sans doute*?
    - Oui. Assieds-toi et écoute-moi attentivement.

    Seroaunk s’assit face au mage et parla d’une voix basse mais assurée.


    - Tu t’es bien amusé. Je n’ai rien contre, tu as ce tempérament et personne n’y peut rien. A part toi-même. Moi, à partir de maintenant je suis en pèlerinage. Cela implique une certaine solennité. Donc tu dois impérativement la respecter. En un mot comme en cent, Sylveneige ne sera pas ton petit encas sexuel pendant l’aventure. C’est bien compris*?
    - Hé*!
    - J’insiste. Vraiment.

    Le regard sévère de Seroaunk prit un reflet mélancolique.

    - Oui… Je comprends. En mémoire de Sombria.
    - Merci.

    Eldurvellir, qui n’avait pas cessé d’avoir des aventures fort plaisantes depuis ses petites fêtes dans le Palais de Glace de la reine Gerti Orelsdottr, soupira longuement.

    - Allons, mon ami, préparons nos affaires… Pour toi ce sera vite fait*!
    - Nous devions bien trouver un guide*? Léanna nous en envoie un ce matin.
    - Enfin efficace*! Parfait*!

    Serouank se sentit tout à coup d’excellente humeur. Ils sortirent enfin, bagages en main, tandis que Sylveneige les attendait sur le palier.


    - Enfin*! Vous en avez mis un temps*! Nous avons un guide, il est arrivé au moment où je réglais la note.
    - Bonjour dame et sires*!

    Un jeune elfe à l’air timide les attendait.

  20. #20
    Date d'inscription
    January 2012
    Localisation
    Paris
    Messages 
    3 821
    - Vous êtes donc envoyé par Léanna*?
    - Oui messire. Je m’appelle Kellynn Lenell, rôdeur. Je serai votre guide.

    Un air entêtant jaillit dans l’esprit de Sylveneige*:

    «*Je serai votre guide
    dans la forêt splendide
    et nous irons partout
    nous visiterons tout*
    »


    C’est un souvenir*! Sûrement*! Un sourire parut sur son visage. Kellynn crut qu’il lui était adressé et sourit en retour.

    - Je vous présente mes compagnons Sylveneige d’Evereska et Seroaunk Sombreterre*; je suis Eldurvellir.

    Le jeune rôdeur avait faillit se laisser distraire. En son for intérieur, il était assez content que ce soit l’humain blond, peu impressionnant, qui parle pour le groupe. Il se sentait dépenser une énergie folle pour ne pas trembler devant le guerrier demi-orc.
    Seroaunk se contenta de saluer par un hochement de tête.


    - Eh bien*! Allons-y*! il ne sert à rien de tarder… Sauf si vous voulez manger quelque chose avant de partir, Kellynn…
    - Non, je vous remercie. Mais il serait judicieux de prendre des provisions pour la route, ainsi nous irons plus vite, sans être obligés de chasser.
    - Excellente idée.

    Ils allèrent au comptoir et achetèrent des vivres, pain, fromage et saucisses ainsi que quelques fruits. Quelques instants plus tard, ils sortaient de l’auberge.

  21. #21
    Date d'inscription
    January 2012
    Localisation
    Paris
    Messages 
    3 821
    La petite troupe prit enfin le chemin escarpé qui menait aux Hauts de Haute-Forêt, d’où ils pourraient accéder à l’Outreterre. Les chevaux eurent fort à faire, sur une route extrêmement pentue et parsemée des racines qui poussaient leurs extrémités bien au-delà du couvert des arbres. Les petits chevaux nordiques résistaient mieux à l’effort*; le superbe cheval noir de Serouank, carapaçonné de métal, devait fournir un effort plus intense. La jument alezane de Kellynn, plus habituée, résistait vaillamment.
    Vint le moment, au bout de deux heures, où ils durent mettre pied à terre pour ménager leurs bêtes.


    - C’est bien long… Kellynn, connaîtriez-vous un chemin moins difficile pour les chevaux*?
    - Oui. Mais cela va nous ralentir considérablement. Cela consiste à prendre ce petit chemin qui sinue dans la forêt… Là, ce seront les ronciers et les buissons qui feront obstacle.
    - Comment font les carava… Je suis bête, il n’y en a pas*!
    - Non, aucune caravane ne peut accéder si haut. Ce qui fait qu’il reste quelques populations très isolées, parfois peu amènes avec les voyageurs.
    - Populations dangereuses*?
    - Eh bien… Cela dépend. Surtout de leurs dernières rencontres*! Si elles se passent bien, les autochtones seront bien disposées à notre égard. Dans le cas contraire, il faudra fuir.
    - Fuir*? C’est à ce point*?
    - Nos savants ont décidé de ne pas se montrer intrusifs, afin de ménager ces peuples isolés.
    - Pourquoi donc*? Par bonté d’âme*?

    Serouank, soudain intéressé, avait lancé sa question tout à trac.


    - Par volonté de paix*! Naturellement.
    - Naturellement…

    Eldurvellir parla lentement, décortiquant sa pensée à voix haute.


    - La Paix… Grande idée, idéal vers lequel tout peuple devrait tendre… La vérité est toujours plus nuancée que la «*volonté de paix*»… Je dirais plutôt que le risque d’alliance entre les peuples isolés existe. Et qu’on n’est pas toujours sûr de gagner contre des gens qui se sentent acculés et risqueraient d’être très efficaces au combat… Ils n’ont rien à perdre que leur vie et leur honneur, la vie de leurs anciens et celle de leurs enfants*!
    - C’est ça… Et si on massacre ces peuples, il faut le faire entièrement, que nul n’en réchappe, que nul ne puisse nourrir du ressentiment susceptible de lui faire dresser une armée de mercenaires contre leurs bourreaux.

    Sylveneige et Kellynn sentirent un frisson glacial leur parcourir l’échine. Seroaunk avait eu un éclair de joie haineuse dans le regard, Eldurvellir une lueur de vif intérêt aux propos du chevalier noir.


    Après un bref repos, ils reprirent la route. Les chevaux, conrageusement, parvinrent à trouver un rythme de marche lent mais régulier. Enfin la pente s’adoucit un peu. Les chevaux marchèrent un peu plus vite et n’eurent pas besoin d’une deuxième pause jusque vers midi. Ils décidèrent de faire une halte pour déjeuner et revoir la carte afin de s’assurer de leur itinéraire.

  22. #22
    Date d'inscription
    January 2012
    Localisation
    Paris
    Messages 
    3 821
    Le déjeuner commença en silence. Seroaunk Sombreterre était plongé dans ses pensées, l’air sévère, et on respecta son silence. Dans le calme, Sylveneige écoutait les bruits. Soudain un bruit de voix, lointain, la fit sursauter.

    - Eux*! Ce sont eux*!
    - Qui donc*?
    - Les pillards, ceux qui nous ont attaqués, qui ont massacré la caravane*!
    - Calmez-vous.

    Serouank se leva et saisit son épée.

    - Dans quelle direction*?
    - Par là…

    L’elfe tremblait. Eldurvellir se leva à son tour et alla chercher le harfang perché sur une branche à proximité.


    - Tenez, vous avez besoin d’un ami…

    Sylveneige le remercia d’un hochement de tête et enfouit son nez dans les plumes de Lumi.

    Pendant ce temps, Seroaunk avait fait quelques pas dans la direction qui lui avait été indiquée. Inquiet, le jeune Kellynn avait lui aussi prit ses armes. Arc en main, il sortit lentement une flèche de son carquois.

  23. #23
    Date d'inscription
    January 2012
    Localisation
    Paris
    Messages 
    3 821
    On entendit Seroaunk crier*:

    - Halte*! Qui va là*?

    La réponse ne fut pas audible pour le mage humain mais les elfes parurent se calmer. Au bout de quelques minutes le chevalier noir revint, accompagné de deux demi-orcs.


    - Voici notre campement...

    Eldurvellir sursauta. Il venait de reconnaître Lysandria et Gragnurd.

    - Surpris*? Un problème, cher Eric*?

    Lysandria sourit et retira son heaume. Gragnurd hocha lentement la tête en guise de salut.
    Seroaunk fit les présentations. Sylveneige, avec quelque candeur, prononça lentement à l’adresse du mage*:


    - Mais vous ne vous appelez p...

    Une dague affûtée piqua légèrement son dos et elle se tut d’un coup. Il me tuerait sur place, ce Seroaunk, si je le contrariais… Le chevalier noir continua*:


    - Dame Lysandria est la sœur de ma défunte épouse.
    - Ah… Euh… Enchantée*!

    Tout dans l’attitude de la rôdeuse démentait ses paroles. Elle n’était pas rassurée. Kellynn se rapprocha d’elle et murmura quelques paroles apaisantes, tandis que Lumi se serrait tendrement contre elle.


    - Eh bien*! Nous pourrions voyager ensemble*!

    Seroaunk jeta un regard malicieux aux deux elfes. Les mettre mal à l’aise l’amusait. Eldurvellir avait un petit sourire en coin, ce qui agaça fort la rôdeuse. On règlera nos comptes plus tard…

  24. #24
    Date d'inscription
    January 2012
    Localisation
    Paris
    Messages 
    3 821
    - D’où venez-vous*?

    La question ne surprit pas les nouveaux arrivants. Tous deux comprirent immédiatement ce que sous-entendait la rôdeuse.


    - Nous ne venons pas de la route entre Mithral Hall et Lunargent, ne craignez rien. Nous ne sommes pas des assassins..
    - Ni des idiots.

    Si Sylveneige en était soulagée, sa crainte vis à vis des demi-orcs demeurait. Eldurvellir l’agaçait, lui qui ne semblait jamais avoir peur, capable de détourner les situations les plus extraordinaires à son profit. Il fit un signe d’accueil et le couple s’installa autour du feu.

    La soirée se passa mieux que prévu. Ils mangèrent et finirent la soirée de manière fort plaisante, Sylveneige ayant eu l’excellente idée de sortir sa petite harpe. Chacun chanta quelques chansons de sa région, ce qui permit à l’elfe de lune d’enrichir son répertoire*: «*l’heure joyeuse du guerrier*», «*l’or du nain avide*», chants de conquête orcs, mais aussi «*le ruban bleu*(1)» - chanson de taverne passablement osée - furent soigneusement consignées sur le carnet de chansons de Sylveneige. Enfin Kellynn se montra bon chanteur, et régala la compagnie du «*chant de l’elfe irrité*» qui fit rire tout le monde aux éclats.

    Le soir tombant, ils s’allongèrent dans les couvertures près du feu et dormirent. On entendit bien un curieux froissement, comme quelque animal qui furetait, mais la nuit fut calme.


    (1) https://www.youtube.com/watch?v=MZ35SOU9HTM
    Dernière modification par Féérune ; 10/06/2019 à 09h08.

  25. #25
    Date d'inscription
    January 2012
    Localisation
    Paris
    Messages 
    3 821
    A la fin de la nuit, quelque chose voleta près d’Eldurvellir*; il sentit une petite morsure à son cou, une petite chose velue glissa dans sa chemise. Il sourit. Retomba dans le sommeil, rassuré*: Tiamandis était de retour.

    Au réveil, Sylveneige faillit sursauter. Quelque chose la touchait, caressait son visage.


    - Dis, ze peux avoir à manzer*? Z’ai cou-u sur le chemin, z’ai faim.
    - Tirigh*! Mais que fais-tu là*? Tu devrais être au village*!
    - Z’ai rappoté la pipisstelle à Elduvelli.
    - Bon… Mais on doit s’inquiéter de toi, mon chéri.
    - Nan. Pésonne m’aime. Ze su-i tout seul.

    La rôdeuse le fixa, pensive.

    - Bonjour*! Tout va bien*?

    Eldurvellir, joyeux, tenait la petite Tiamandis au creux de sa main, déjà pleine de minuscules morsures.

    - Ah, elle vous a mis bien*! Il faudra vous soigner.
    - Ca ira, j’ai l’habitude. Elle se venge d’avoir été abandonnée, à sa façon de chauve-souris.
    - Hargneuse*? Drôle de bestiole…

    Sylveneige approcha prudemment son index. La pipistrelle souffla doucement, crachota, mais finit par se laisser caresser.

    - Elle a du caractère*!
    - N’est-ce pas*?

    Tirigh la prit et l’embrassa, puis la remit délicatement dans la main de son maître, sous le regard narquois de Seroaunk qui venait de se réveiller.

    Enfin Lysandria et Gragnurd s’éveillèrent à leur tour et ils s’assirent pour un repas frugal.


    - Tirigh, je te remercie de m’avoir ramené Tiamandis.
    - Le petit est orphelin…

    Et alors ? pensa Eldurvellir.

    - Je ne vois pas ce que ça vient faire ici, il était parmi les élèves de Léanna, il y retournera. Hein, bonhomme*?
    - Ze veux veni avec toi.

    Voilà autre chose, se dit le mage. Il m’arrive tous les trucs, à moi, en ce moment…


    - On verra ça. Pour le moment tu nous accompagnes jusqu’à l’Outreterre, après tu retourneras au village avec Kellynn. Je repasserai te voir à mon retour. Nous causerons. Mais tu es bien petit pour nous accompagner.
    - Z’ai vit ans.
    - Huit ans*? Ah, oui, elfe…

    Ils ont de la chance, vivre plusieurs centaines d’années… Un semblant de souvenir l’effleura, mais il ne put en garder le fil. Secouant la tête, soudain agacé, il sortit la carte fournie par dame Haltevive et l’étudia.


    - Nous devrons aller vers l’ouest… Où irez-vous*?

    Eldurvellir s’adressait au couple de demi-orcs.

    - Nous allons descendre plus au sud et contourner le village. Nous passerons par l’ouest, mais plus bas.
    - Dans ce cas, je vous souhaite bon vent jusqu’à la Porte de Baldur.
    - Merci… Puisses-tu trouver ce que tu cherches*!

    Le mage les accompagna un peu vers le sud, désireux d’échanger discrètement quelques mots.

    - Pas de mensonges, naturellement*?
    - Non. Nous avions vraiment quitté le clan avant ce massacre stupide.
    - Honnêtement je préfère ça.
    - Nous avons rendez-vous, ne l’oublie pas, chez maître Glottegaie. Tu nous trouveras au Chant de l’Elfe, comme prévu.
    - Parfait. Ce n’est pas trop pressé*?
    - Non, Mélusia arrive de très loin, elle en a bien pour deux ou trois mois de voyage. Serouank t’accompagnera, c’est mieux, les routes ne sont pas toujours sûres…
    - Je dois faire un détour pour emmener Sylveneige à Evereska.
    - Tu as bon coeur, dis-moi*!

    Ils rirent et se séparèrent enfin. Eldurvellir retourna en direction du campement.
    Dernière modification par Féérune ; 18/06/2019 à 19h12.

  26. #26
    Date d'inscription
    January 2012
    Localisation
    Paris
    Messages 
    3 821
    Il revint pour trouver Seroaunk en grande conversation avec le petit Tirigh.

    - Et pourquoi veux-tu aller avec Eldurvellir*?
    - Passquil aime les animaux.
    - Ah. C’est tout*?
    - Ze veux qu’il m’appenne, comme Nana.
    - Nana*? Ah, Léanna. Tu veux qu’il t’apprenne quoi*?
    - La mazie.
    - La magie*?
    - Vi, ze serai maze, quand ze serai g-rand.

    Le chevalier noir soupira. Si le gosse avait voulu devenir un guerrier, je l’aurais bien emmené… La pensée d’un mariage heureux mais sans enfant lui pinça le coeur. Allons*! Sans enfants nous avons été, mais avec de si glorieux souvenirs*!

    Eldurvellir s’assit à côté d’eux.


    - Tu veux que je t’enseigne la magie*? Tu es encore si petit, Tirigh… Tu as tout le temps*! Et par ton talent avec les animaux, une vie de rôdeur*? Ce ne serait pas mieux, pour toi*? Vivre en forêt, au contact des animaux et de la nature*?

    Tirigh sembla sombrer dans une intense réflexion. Lentement, il prononça*:

    - Non… Ze sais que ze dois aller avec toi… Pouquoi ze ne sais pas…

    Le mage poussa un long soupir. Kellynn et Sylveneige avaient suivi la discussion*; mais si la rôdeuse était étonnée, le jeune guide ne l’était pas.


    - La mère de Tirigh était une chamane réputée, l’enfant aura hérité de ses dons. L’instinct de cet enfant a toujours étonné les villageois. Ce n’est pas la première fois qu’il suit quelqu’un, mais jamais pour cette raison. Il suivait les gens du voyage pour rester en contact avec leurs animaux. Les petits cirques avec des chiens dressés ou des montreurs d’ours… Il donnait des conseils, tout petit, pour le bien-être des bêtes*!

    Kellynn se leva.


    - Allons, il est temps de repartir.

    Tous sellèrent leurs chevaux. Tirigh monta avec Eldurvellir, devant lui, et eut le plaisir de tenir les rênes du petit cheval Kóti.

  27. #27
    Date d'inscription
    January 2012
    Localisation
    Paris
    Messages 
    3 821
    La route se faisant moins abrupte, il leur fut plus facile d’aller plus vite. Les pauses plus courtes, la sécurité relative de la Haute-Forêt rendirent le voyage aisé. Le petit Tirigh étant avec eux, ils évitèrent quelques groupes potentiellement hostiles. Crever des gars, on s’en fout, mais si le gosse prenait un mauvais coup*? avait dit Seroaunk. Tout le monde s’était rangé à son avis, mieux valait éviter les bagarres.

    Enfin on arriva à la zone qui devait permettre l’accès à l’endroit d’Ombreterre où se trouvaient les Fontaines de la Mémoire. Etaient-elles plusieurs, y’en avait-il juste une*? Tous les récits à cet égard restaient vagues ou se contredisaient. Probablement par la volonté du Petit Peuple, d’ailleurs, qui véhiculait à dessein des informations contradictoires.

    Eldurvellir étudia soigneusement le terrain. Les nombreux buissons dissimulaient un semblant de ruine pierreuse. L’entrée est là, sûrement…


    - Je crois que j’ai trouvé.
    - Ah*! Fais voir…

    Le chevalier noir donna quelques coups de hache pour dégager la ruine de l’épais buisson. Un trou sombre dans le sol révéla des marches de pierre noire, très abruptes et étroites.

    - Il y avait aussi un accès en pente douce…
    - Descendons ici, nous le trouverons peut-être de l’intérieur.

    Seroaunk se glissa le long des marches – et s’arrêta brusquement. Il remonta malaisément.

    - Je ne peux pas m’y faufiler avec mon équipement… Sylveneige, pourriez-vous vous y risquer*? Ne prenez pas de risque inutile, en cas de souci remontez tout de suite.

    La rôdeuse acquiesça et se coula par l’ouverture. Les marches étaient très inégales*: la première et la deuxième très hautes, les suivantes de dimension plus normale, mais tantôt étroites tantôt larges. Enfin elle parvint jusqu’à un mécanisme. L’actionner*? Elle poussa lentement sur un levier de fer rouillé en position basse, protégeant sa main de son écharpe.
    Rien ne se passa, sinon le bruit d’un lourd déclic vers le nord-est. Sylveneige remonta les marches, se hissa avec peine sur l’avant-dernière, puis une main secourable l’attrapa par le poignet.


    - Alors*?
    - Aïe, messire Seroaunk, vous avez une sacrée force*!
    - Ah, pardon.
    - Il y avait un levier, je l’ai actionné et ai entendu un déclic vers le nord-est.
    - Ici*!

    Kellynn, qui était déjà parti voir ce qu’il advenait, était au point précis du bruit causé par le mécanisme. Les autres le rejoignirent et virent enfin une déclivité importante, dissimulée par d’immenses racines d’arbres, elles-mêmes noyées de ronciers et de divers arbustes. Seroaunk joua de sa hache, Sylveneige et Kellynn de l’épée, et ces efforts conjugués leur permirent de dégager suffisamment d’espace pour leur entrée et celle des chevaux.

    Comme indiqué sur la carte, une pente descendait doucement en colimaçon vers l’Ombreterre.
    Dernière modification par Féérune ; 08/07/2019 à 18h57.

  28. #28
    Date d'inscription
    January 2012
    Localisation
    Paris
    Messages 
    3 821

    Ombreterre de haute-forêt

    La pente douce trouvée en Haute-Forêt continuait longtemps. Eldurvellir s’inquiéta de savoir si l’on pourrait garder les chevaux, mais ses craintes furent vite balayées*: ils arrivèrent dans une grande salle de pierre, qui semblait ne mener à rien. Mais le mage en fit lentement le tour en tâtonnant et trouva ce qui semblait être une porte de pierre quasi invisible.

    Seroaunk le rejoignit et tenta de forcer l’ouverture, en vain. Eldurvellir incanta*:


    Eldurvellir déblocage de porte porte de pierre

    Seroaunk marmonna entre ses dents*:


    - Enfin, tu te rappelles que tu es mage*! On progresse*!

    Le mage lui jeta un regard torve, eut un petit sourire en coin tandis que la porte s’ouvrait, révélant un grand tunnel éclairé par des torches fichées ça et là sur des stalagmites taillées. Ils avancèrent, dirigeant les chevaux entre les stalagmites. Enfin les torches eurent le bon goût d’être fichées dans les murs et ils tombèrent sur un poste de garde, auquel était adossée une petite échoppe. Deux duergars les regardaient avec quelque étonnement*; les visites devaient être rares.
    Dernière modification par Féérune ; 08/07/2019 à 18h56.

  29. #29
    Date d'inscription
    January 2012
    Localisation
    Paris
    Messages 
    3 821
    - Hé là*! Qui êtes-vous*? Qui vous a autorisés à accéder à ces lieux*?

    Sans répondre, Seroaunk jeta un regard froid au duergar téméraire.


    - Ahem ! Euh, messire, seriez-vous intéressé par mes marchandises*?

    Le duergar se retenait visiblement de ne pas trembler. Le chevalier noir faisait le double de sa taille et, son armure de plates aidant, près de trois fois son poids. Eldurvellir sentit le moment nécessaire pour intervenir.


    - Messires, nous devons accéder aux Fontaines de la Mémoire.
    - Ah*! Mais… C’est qu’on n’y va pas comme ça*!

    Seroaunk se contenta de sourire. Un sourire qui se dessina lentement, en un rictus cruel.


    - Enfin… Evidemment… Il peut… y avoir… euh… disons… des exceptions*?
    - Vraiment, Fasolt*?
    - Euh… Oui, Fafner
    - Réglementairement…
    - Réglementairement, bien sûr… Ecoute, tu as raison. Je te confie la garde de ces gens, pendant que je pars m’informer…

    Et Fasolt fila le plus loin qu’il put de l’inquiétant groupe.


    - Alors, messire Fafner*?

    Le chevalier noir savourait visiblement l’angoissante solitude du duergar abandonné par son comparse.

    - Je… Euh… Voudriez-vous voir ce que nous vendons ici*?

    Seroaunk soupira lentement et mit une main sur sa grande épée, tout en fixant Fafner. Eldurvellir, qui commençait à se lasser du petit jeu d’intimidation du guerrier, reprit la parole.

    - Pourquoi pas*? Cela passerait utilement le temps… Votre ami compte bien revenir un jour, je pense*?
    - Oh*! Oui, oui, certainement*!

    Enfin le malheureux Fafner parvint à grimacer un sourire.
    Dernière modification par Féérune ; 08/07/2019 à 18h56.

  30. #30
    Date d'inscription
    January 2012
    Localisation
    Paris
    Messages 
    3 821
    Le duergar présenta sa marchandise avec une conviction accrue au fur et à mesure que son inquiétude se calmait. Kellynn se montra très intéressé par un lot de flèches de belle qualité, Eldurvellir par un porte-documents et un porte-potions. Mieux que d’avoir tout en vrac dans la besace… Mais ai-je les moyens*? Il fourragea dans sa bourse et n’en sortit pas suffisamment de pièces d’or. Je peux acheter l’un ou l’autre, pas les deux… Poisse*!

    - Eh bien, cher Eric, quelque chose te dérange*?
    - Non, rien…

    Seroaunk sourit, cette fois franchement. Eldurvellir acheta le porte-potions, son ami insista pour payer le porte-documents.


    - Je fais un investissement*! Plus tu apprendras de sorts, plus tu seras efficace*!
    - Ouais, tu peux toujours espérer.

    Le guerrier rit et lança une bourrade amicale à Eldurvellir, qui manqua en tomber.


    Enfin le duergar Fasolt revint, un peu hors d’haleine.


    - Je suis désolé… Rien ne justifie que l’accès aux Fontaines de la Mémoire vous soit donné…

    Les deux duergars se saisirent de leurs haches. A tout hasard. Derrière eux, un corps de gardes lourdement armés avançait.


    - Retournez d’où vous venez. Maintenant.
    - Hum. Seroaunk, Sylveneige, vous possédez une gemme qui vous permettra de négocier…
    - Tu as réponse à tout, toi*!

    Le chevalier noir sortit le morceau de gemme orange vif. Sylveneige fit de même.


    - Tenez, portez ceci à un de vos chefs. Il devrait nous autoriser à aller aux Fontaines de la Mémoire.

    Fasolt examina les gemmes et acquiesça.


    - Eh bien… Je vais voir derechef.

    Il repartit, tandis que les gardes relâchaient imperceptiblement leur attitude. Eldurvellir ne put s’empêcher d’exprimer son avis à l’oreille du demi-orc.

    - Tu ne pouvais pas parler des fragments de gemme tout de suite, hein*? C’est si drôle d’inquiéter les gens…
    - Ouais. Tu as tout compris. Et il faut tenir la dragée haute aux elfes, aussi… Ne jamais mollir, mon cher, jamais*!

Page 1 sur 3 123 DernièreDernière

Discussions similaires

  1. [EVERLUND] Errance...
    Par Féérune dans le forum Vers Féérune
    Réponses: 19
    Dernier message: 21/03/2019, 17h47
  2. [LUNARGENT] Errance...
    Par Féérune dans le forum Vers Féérune
    Réponses: 21
    Dernier message: 17/01/2019, 18h29
  3. [MITHRAL HALL] Errance...
    Par Féérune dans le forum Vers Féérune
    Réponses: 25
    Dernier message: 16/11/2018, 20h44
  4. [Haute-Forêt] Quête : Racines
    Par Voyageuse dans le forum Vers Féérune
    Réponses: 1788
    Dernier message: 11/11/2014, 11h09
  5. [La Haute Forêt] Quête : Pas très normale activity
    Par Taliesin dans le forum Vers Féérune
    Réponses: 340
    Dernier message: 19/08/2011, 18h54

Les tags pour cette discussion

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •  

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 203 204 205 206 207 208 209 210 211 212 213 214 215 216 217 218 219 220 221 222 223 224 225 226 227 228 229 230 231 232 233 234 235 236 237 238 239 240 241 242 243 244 245 246 247 248 249 250 251 252 253 254 255 256