Affichage des résultats 1 à 23 sur 23

Discussion: Eldurvellir : des ruines de Ss’thar’tiss’ssun vers la Porte de Baldur

  1. #1
    Date d'inscription
    avril 2013
    Messages 
    616

    Eldurvellir : des ruines de Ss’thar’tiss’ssun vers la Porte de Baldur

    Quête solo

    Que faire désormais ? Où aller, comment reprendre le fil de sa vie ? Eldurvellir avait l’idée d’aller loin, où il ne risquait pas de revoir des gens qui l’avaient connu – et qui avaient, pour la plupart, à se plaindre de lui… Aucune envie de finir sous les coups d’une vengeance, alors qu’il retrouvait l’aurore de sa vie d’homme.

    Son cheval se mit à errer, ne sentant plus l’autorité de son cavalier. Eldurvellir sortit de ses pensées et reprit les rênes d’une main ferme. Un coup d’œil aux arbres moussus le renseigna sur la direction à suivre pour aller vers la Porte de Baldur.

    La soirée était belle, il décida de continuer autant que son cheval le pourrait afin de mettre le plus de distance possible entre le convoi qu’il avait aperçu à l’entrée de Ss’thar’tiss’ssun. Quelle aurait été la rencontre avec le groupe, il n’en savait rien. Mais si le puissant mage qu’il avait observé dans la bibliothèque magique de la ville en faisait partie, il valait mieux qu’il s’éloigne. Par simple prudence. Et aussi pour ne pas risquer de lui être comparé, ce qui serait forcément à son désavantage !

    Eldurvellir aurait certes aimé observer le convoi de plus près, mais ses talents n’étaient pas ceux d’un roublard ni d’un rôdeur, et il n’aurait su user de la même discrétion. Dommage… Il aurait aimé en savoir davantage sur la mouche métamorphosée en elfe. Ou peut-être était-ce une elfe qui avait été provisoirement métamorphosée en mouche ?

    Avançant dans la direction de l’ouest, Eldurvellir commença à voir le ciel se teinter d’or pourpre. Il était temps de trouver une place aussi sûre que possible pour y établir son campement. Il quitta le sentier avec précaution, peu désireux de causer un danger quelconque à sa monture.

    Un bel arbre, au feuillage magnifique et un curieux double-tronc lui parut être une excellente place. Il descendit de cheval et attacha les rênes à une branche basse. C’était un très bel arbre, vraiment, un orme immense, peut-être même deux ormes curieusement entrelacés : un des troncs était nettement plus âgé que l’autre ; ce tronc-là était creux. L’autre semblait très vivace, de minuscules feuilles sortaient de ses branches fraîches. Le feuillage, bas, formait une cachette efficace. Il risquait juste d’y faire frais, mais Eldurvellir avait une couverture faite de peaux de mouton qui le protégeait parfaitement.

    Il prépara plusieurs feux, disposés en arc de cercle autour de l’orme. Ainsi d’éventuels rôdeurs mal intentionnés croiraient à une troupe et ne se risqueraient pas à l’attaque. Bien sûr les feux ne brûleraient pas très longtemps, mais c’était au crépuscule que les risques d’attaque étaient les plus grands. Ensuite, il fallait bien s’en remettre à Tiamaat, sa déesse. Il soigna particulièrement le feu central : celui-là était destiné à durer.

    Outre le réchauffer lui, le feu lui permettait de manger et boire chaud. Il sortit de sa besace des feuilles séchées, avec lesquelles il se préparait une espèce de thé. Il prit le jambon fumé et quelques raves qu’il éplucha rapidement avec sa petite dague, mit sa vieille casserole préalablement remplie d’eau sur le feu. L’eau commençant à bouillir, il y jeta les raves et couvrit le tout d’un couvercle cabossé.

    Le ciel était déjà sombre, d’un bleu-gris sombre mais intense. Les oiseaux diurnes avaient cessé leur chant, les nocturnes commencèrent à ululer. De petits grattements révélèrent la présence d’écureuils. Une chouette prit son envol, dans un long froissement de branchages mêlé au sombre bruissement de ses ailes. Eldurvellir sourit ; il aimait les heures sombres, juste avant la nuit, où les animaux nocturnes sortent de leur torpeur, où la lune paraît enfin et donne un léger reflet d’argent à la nature entière.

    Il vérifia que son cheval était bien installé, puis revint vers le feu pour prendre son repas. Les raves n’étaient pas aussi nourrissantes que le jambon fumé, mais elles faisaient quantité et il serait calé pendant de longues heures. Il sortit sa timbale d’argent, qu’il tenait de sa famille et y versa du thé brûlant.

    Son repas terminé, le mage se cala confortablement contre le tronc creux, se roula dans sa couverture et s’endormit.
    Dernière modification par Eldurvellir ; 02/04/2016 à 17h55.

  2. #2
    Date d'inscription
    avril 2013
    Messages 
    616
    Le sommeil fut bon, quoique interrompu par la chute d’un petit quelque chose velu. Eldurvellir se réveilla à demi pour se rendormir de suite, et ce fut une aube d’un blanc quasi neigeux qui l’éveilla, une aube fraîche et musicale, pleine de chants d’oiseaux.

    Le mage ouvrit les yeux pour découvrir une minuscule bête blottie contre lui. Il la prit avec délicatesse pour l’observer à loisir. Une souris, semblait-il. Une feuille morte la couvrait. Il tira doucement la feuille et la souris se mit à couiner ; un sang sombre s’écoula de sa bouche.

    Eldurvellir n’envisagea même pas de l’achever. Avoir un familier lui serait d’une aide précieuse. Il prit la petite bête dans sa main gauche et chercha une potion de soins. En espérant que la dose d’une goutte ne tue pas l’animal !
    Il lui ouvrit la bouche et parvint à glisser une gouttelette de liquide dedans. La petite bête soupira ; la feuille bougea, s’étendit.

    - Ça alors ! un bébé chauve-souris !

    Eldurvellir fut instantanément ravi. Cette chauve-souris inattendue ferait un parfait familier, si cependant elle survivait. Mais il eut d’emblée confiance. Restait juste à savoir nourrir ce qui n’était encore qu’un nourrisson.
    Il prit une petite bourse de cuir, la vida des quelques piécettes de cuivre qu’elle contenait… Il se ravisa, les remit… Il fallait trouver autre chose, qu’il puisse porter le petit animal contre lui afin qu’il ait chaud. Le mage fouilla son sac, en sortit une pochette de lin d’où il sortit un bien fort précieux en ces terres désolées : un nécessaire à couture.

    Rapidement une petite poche fut confectionnée, doublée d’un bout de cuir qu’Eldurvellir avait conservé à tout hasard. Il confectionnait souvent de petites poches pour les potions particulièrement sensibles, dont le contenu magique avait parfois pour effet de fragiliser le contenant. Il utilisa une pièce de cuir ovale pour créer un fond plat, ajouta à la nouvelle poche un cordon et le passa autour de son cou. Finalement la petite chauve-souris fut glissée dans la poche, reposant ainsi sur la poitrine du mage.

    Comment la nourrirait-il ? Eldurvellir ne se faisait pas trop de souci : il achèterait un peu de lait aux prochains fermiers qu’il rencontrerait. Et il y ajouterait un peu de son sang, afin que le lait ressemble à celui d’une mère chauve-souris.

    Le soleil était déjà à mi-hauteur ; le cheval hennissait doucement : lui aussi avait faim. Eldurvellir le mena un peu plus loin, où le cheval put trouver sa pitance. Puis il revint vers le campement, jeta un peu de terre sur les restes des feux, reprit sa couverture et son sac et rejoignit sa monture.

    Ils marchèrent un moment côte à côte. Puis Eldurvellir remonta en selle. S’il ne tardait pas, il serait rapidement en vue de la Crypte de Thardresk, sur le chemin du Pont de Boreskyr.


    Dernière modification par Eldurvellir ; 03/05/2013 à 22h11.

  3. #3
    Date d'inscription
    avril 2013
    Messages 
    616
    La crypte semblait décrépite. C’était le tombeau du roi d’Anauria Thausimbel Thardresk. Etait-ce réellement une tombe royale, ou un leurre dissimulant moult richesses ? Eldurvellir n’en savait fichtre rien. Et il n’avait pas l’intention d’aller vérifier. Le lieu était piégé de toutes parts. Nombre de guerriers et de voleurs y étaient restés, la crypte devenant leur propre tombeau.

    Le pont de Boreskyr était proche. Non loin se trouvait le hameau de Soubar, où il trouverait à troquer une ou deux potions contre quelques vivres. La minuscule chauve-souris commençait à s’agiter et à couiner : elle avait faim. Eldurvellir lui donna un peu de jambon, mais ses petites dents ne parvenaient pas à le déchiqueter. Il dut en mâcher un morceau afin de lui donner. Il faudrait aussi trouver un système permettant de lui donner à téter. Il utiliserait une de ses fioles et confectionnerait une tétine avec un bout de cuir.

    La forêt des dragons était proche également, il fallait veiller à rester sur le chemin. Inutile de prendre des risques. Mage débutant, c’est tout ce qu’il était désormais !

    Malheureusement les bandits, eux, se trouvaient parfois dans le coin… Eldurvellir en fut cependant étonné, habituellement ils ne sévissaient pas dans le nord de Féerune. Il décida de prendre les devants – fuir était inutile, personne ne fuyant aussi vite d’une flèche.

    - Holà messires ! dit-il de son ton le plus jovial. Savez-vous où vous êtes ?
    - Non, ricana l’un des bandits. A l’endroit où se trouve une victime idéale, je dirais.
    - Ouais, répondit un autre. Tu vas danser, le p’tit mago.

    Le troisième bandit resta silencieux. Etait-ce lui le chef ? Il paraissait mieux vêtu que ses compagnons, sa besantine était visiblement de belle qualité. Les autres portaient des besantines usagées, dont le cuir était par endroits déchiré. Leurs armes étaient quelconques, leurs arcs ne semblaient pas être de bonne qualité ; en fait ils lui paraissaient même faussés.

    - Je n’ai rien qui puisse vous intéresser… Par contre je peux vous fournir des potions de soins. Et réparer vos besantines, reprit Eldurvellir.

    Celui qui n’avait encore rien dit lui répondit d’un ton doucereux :

    - Tu ne comprends pas, petit mage… Tu nous serviras d’entraînement. Et ton cheval me plaît bien. Pour le reste, que tu aies ou non de meilleurs biens, cela nous est parfaitement égal. Si tu en as, nous les trouverons sur ton cadavre ; si tu n’en as pas, aucune importance.

    Eldurvellir réfléchit rapidement. Une idée… Pourvu que ces balourds mordent à l’hameçon…

    - Donc vous ne craignez pas d’être lâches… Il y a pourtant, tout près d’ici, un meilleur entraînement pour une petite troupe telle que la vôtre. Avec une bien meilleure récompense à la clef qu’un cheval boiteux.
    - Y’a rien ici, le mage. Rien qu’un type qui dit n’importe quoi pour s’en sortir. Et ça, tu vois, ça me fatigue.
    - Donc vous êtes lâches. Piètres bandits. Un bandit digne de ce nom serait au moins intrigué, interpellé, par des richesses mystérieuses.
    - Ça ne te dit rien, mage, quelques coups pour que tu ravales tes insultes ? Et ensuite quelques coups pour te faire parler ? Et pour finir, une belle mort bien savoureuse, disons pendu la tête en bas et nous qui te tirons dessus ? Y’a aussi le dépeçage vivant, mais tu as de la chance, on n’est pas des monstres.
    - … Sans compter, reprit Eldurvellir sans ciller, que je peux vous guider là-bas. Bien sûr, si vous m’amochez je risque de ne plus être valide pour le faire.

    Le mage sentit qu’il marquait un point. Les bandits se concertaient du regard ; il les sentait plus curieux qu’ils n’auraient voulu le laisser paraître.
    Dernière modification par Eldurvellir ; 02/04/2016 à 18h02.

  4. #4
    Date d'inscription
    avril 2013
    Messages 
    616
    Décidément, « Belle-Besantine » était le chef. Il se tourna avec une lenteur calculée vers le mage.

    - Et donc, nous allons te laisser en vie… Peut-être pas si longtemps que tu n’espères. Mais suffisamment pour profiter de ces « richesses mystérieuses », comme tu dis. Si tu t’es moqué de nous, tu en subiras des conséquences douloureuses. Très.
    - Vous me prenez donc pour un disciple de Tyr ? Je ne vois pas l’intérêt de continuer à me menacer, quand nous avons tout bénéfice à nous unir. Au moins provisoirement.
    - Tu es décidément bien présomptueux. C’est bien, ça m’amuse… Quand tu auras cessé de m’amuser, je m’amuserai à mon tour à tes dépens. Sans compter que mes gars seront ravis de te massacrer. Penses-y.

    Eldurvellir se contenta de hausser les épaules.

    - C’est par là.

    Le petit groupe se dirigea vers la Crypte de Thardresk.
    Aucune trace ne révélait la nature du tombeau. Juste une petite colline, dont Eldurvellir chercha le côté nord. Il passa sa dague sur des branchages noueux et secs qui paraissaient dissimuler l’entrée d’une petite grotte. Un léger courant d’air lui indiqua qu’il avait trouvé une ouverture.


    - C’est ici : il faut se glisser par cette ouverture, les branchages ont proliféré et à demi fermé l’accès à la crypte.
    - Oui, la végétation qui pousse au nord s’accroche. Comme toi à la vie ! ricana Belle-Besantine.
    - Hé, qui nous dit qu’il ne va pas nous entraîner dans un piège ?
    - Vous êtes trois, vous devriez arriver à surmonter votre pleutrerie, non ? s’énerva le mage.
    - Tout doux, messires… Le premier qui décampe, je lui taille une oreille.
    - En fait, continua Eldurvellir, cette ouverture nous fait accéder à un petit couloir qui mène à un sous-sol labyrinthique.
    - Labyquoi ? grogna le bandit le moins vif d’esprit.
    - C’est un ensemble de couloirs souterrains bâtis de manière aléatoire ; le but est de pouvoir perdre les curieux.
    - Comment nous y retrouverons-nous, alors ?
    - Nous verrons bien. J’ai toujours sur moi de quelques pierres crayeuses ; avec ça pour marquer notre avance et de bonnes torches nous pouvons tenir deux-trois heures.

    La science d’Eldurvellir était copieusement bidonnée en ce qui concernait la Crypte de Thardresk ; il s’était juste contenté de se remémorer l’aspect des autres cryptes qu’il connaissait ou dont il avait entendu parler.
    Il guida cependant assez efficacement les bandits. Sa plus grande crainte était de ne pas voir les irrégularités du terrain, qui pouvaient receler des pièges mortels. Et pas question de proposer aux autres de passer devant, ou il n’aurait plus aucune raison d’être là…


    - Tu te tais, mage ? Tu cherches une bonne histoire à raconter ?

    Belle-Besantine se mit à rire de bon cœur.

    - En fait, tu n’as jamais mis les pieds ici, mage. Tu nous trimbales depuis le début. Tu devrais le payer cher, fort cher. Mais tu m’amuses. Vraiment.
    - Je vous amuse, tant mieux. Mais voici la preuve que je ne vous trimbale pas tant que ça.

    Après la descente d’un escalier taillé à même la roche, un long couloir les mena effectivement à un croisement : deux couloirs en partaient, plus une petite chambre étrangement vide. Cette dernière inspira un des bandits.

    - Eh, là, y’a une porte. Ouais.

    Comment l’avait-il détectée, le mage n’en savait rien. Probablement ce bandit avait-il des talents de voleur. Il eut à peine le temps de s’écrier :

    - Faites attention…

    Le bandit reçut une décharge électrique, qui se répercuta dans toute la chambre, ne manquant pas de blesser les autres bandits par ricochet.

    Eldurvellir ne fut heureusement pas blessé. Mais il risquait fort de ne pas survivre bien longtemps s’il n’aidait pas ses compagnons. Il fit un rapide calcul : après tout, s’ils étaient gravement blessés, autant les achever sans barguigner.
    Dernière modification par Eldurvellir ; 05/05/2013 à 14h39.

  5. #5
    Date d'inscription
    avril 2013
    Messages 
    616
    Le mage sentit une sensation étrange au creux de sa poitrine :
    - Vie
    La petite chauve-souris, comme stimulée par ce qui venait de se passer, s’exprimait.

    Eldurvellir alla d’abord vers le bandit voleur qui avait malencontreusement déclenché le piège : pour celui-ci il était trop tard. Il avait rejoint ses ancêtres, s’était fondu dans le grand Tout, bref quelles qu’aient été ses croyances il était mort.

    Le second bandit était très mal en point ; sa besantine trop abîmée l’avait insuffisamment protégé. Le chef était aussi gravement touché, la décharge électrique ayant ricoché deux fois sur lui.

    Que faire ? Il restait au mage seulement deux potions de soins, l’une entamée donc probablement éventée. Ces potions devaient être consommées dès leur ouverture, le produit devenant inactif au bout de peu de temps.

    Eldurvellir prit son temps pour réfléchir. Pour deux raisons : d’abord parce qu’en attendant, l’un des deux survivants pouvait mourir, ce qui dispenserait le mage d’un choix dangereux, ensuite parce qu’il ne fallait pas faire d’erreur en choisissant. En effet, Belle-Besantine était plus intelligent que l’autre bandit, donc moins manipulable. D’un autre côté, Eldurvellir avait quelque scrupule à ne pas le sauver, d’autant plus que l’autre bandit lui avait semblé être le plus cruel des trois.

    Sa décision fut vite prise, dès qu’il vit que Besantine-Trouée faiblissait. Il alla vers Belle-Besantine et lui fit boire la potion de soins restée intacte. Avant qu’il revienne à lui, il prit Besantine-Trouée et le poussa en direction de la porte secrète. Rien ne se produisit. A part la mort du bandit, qui ne supporta pas d’être encore malmené. Le piège était désactivé.

    Par souci de sa sécurité, Eldurvellir ouvrit la porte à distance à l’aide d’un sort. Une pièce noblement ornée apparut. Il faudrait de préférence qu’il ne la visite pas seul, elle pouvait encore receler quelques pièges.
    Il revint vers Belle-Besantine.


    - Que s’est-il passé, mage ? Où sont les autres ?
    - Ton voleur a malencontreusement déclenché un piège. Une baguette électrique l’a foudroyé. Elle a ricoché sur toi et l’autre bandit. Qui est mort.
    - Morts ? Tous deux ?
    - Oui, morts. Leurs armures étaient en trop mauvais état pour les protéger efficacement.
    - Tu mens, mage…
    - Non, je ne mens pas. J’ai autre chose à faire que mentir. Mais j’aurais pu sauver l’autre bandit et te laisser mourir toi. Je n’avais plus qu’une seule potion de soins.
    - Tu m’as donc aimablement sauvé.
    - Oui…
    - Je suppose que je dois t’en remercier ?
    - Pas vraiment. J’ai hésité.

    Belle-Besantine eut un début de rire, vivement réprimé tant ce simple acte lui faisait mal.

    - Je suppose que tu attends que j’aille mieux pour entrer dans la pièce secrète ?
    - Oui… Il y a probablement d’autres pièges.
    - Qui est pleutre, maintenant, mage ?

    Eldurvellir sourit. Crânement il entra dans la pièce.
    Dernière modification par Eldurvellir ; 05/05/2013 à 14h40.

  6. #6
    Date d'inscription
    avril 2013
    Messages 
    616
    La salle n’était pas très grande, mais curieusement meublée : des cathèdres en bois, portant chacune un tiroir au bas de leur assise, étaient disposées en demi-cercle d’un côté d’une table ovale suspendue dans l’air.

    Regardant de plus près, Eldurvellir vit que le tableau en bois de chêne était juché sur un pied torsadé en verre parfaitement poli. Le travail en était très surprenant, incroyable de beauté, l’effet visuel saisissant. Le regard du mage se porta ensuite sur les cathèdres, en bois sombre, dont l’assise plus claire révélait bien de petits tiroirs sans poignée. Quels trésors allaient-ils découvrir ?

    Il regarda le sol avec attention, puis les murs. Tout était de pierre brute, mais les pierres semblaient juxtaposées dans un ordre précis, lié à leur degré de clarté. D’un blanc crayeux au noir de charbon en passant par toutes les nuances de gris. Eldurvellir posa délicatement la pointe de son bâton sur une pierre blanche. Rien ne se passa. Il la posa ensuite sur une pierre beaucoup plus sombre : un éclair jaillit.

    Le mage eut juste le temps de faire un bond en arrière ; heureusement l’éclair se dispersa sans faire de dégâts. Il attendit quelques instants et reprit sa progression dans la salle, respectant le code des couleurs, de la pierre la plus claire à la pierre la plus sombre, puis de la pierre la plus sombre à la pierre la plus claire.

    Aucun autre piège ne se déclencha. Eldurvellir avança vers la première cathèdre. Prudemment il la contourna, prit sa dague, passa son bras autour de la base de la cathèdre et appuya sa dague entre le bois clair du tiroir et le bois sombre de l’assise. Le tiroir s’ouvrit doucement.

    Belle-Besantine l’avait enfin rejoint, observant la même précaution dans son cheminement dans la salle.


    - Alors, petit mage ? Trésor ou pas ?
    - Non. Mais essayons les autres cathèdres.

    Lentement ils les testèrent, sans résultat. Le bandit commençait à voir rouge. Eldurvellir, lui, commençait à s’inquiéter. En désespoir de cause, il s’agenouilla devant une des hautes chaises et examina l’intérieur de son tiroir.

    - Je l’ai !!!
    - Quoi ?
    - Une pierre ? Attends…

    Le mage saisit un petit objet, le tira vers lui. Il sortit du tiroir un deuxième petit tiroir, dans lequel reposait une boîte de cristal d’un vert sombre.

    Belle-Besantine poussa un cri de joie et s’attaqua aux autres cathèdres, découvrant dans chacun de leur tiroir respectif un petit tiroir secret, chacun comportant à leur tour une boîte de cristal verte, d’une nuance différente à chaque fois.


    - Allons, mage, je crois que nous devrions sortir avant d’ouvrir ces objets. S’ils sont piégés, au moins mourrons-nous à l’air libre !
    - Oui… Mais terminons d’abord l’exploration de la pièce.

    Ils ne trouvèrent rien d’autre d’intéressant, et repartirent vers la sortie de la crypte.

    Une fois dehors, il s’assirent sous un chêne, non loin du cheval qui paissait tranquillement. Eldurvellir et Belle-Besantine posèrent à terre leurs trouvailles et tentèrent de les ouvrir.

    - Impossible à mains nues…
    - Prends ta dague.
    - Non plus.
    - Passe-moi ça. Les mages sont notoirement peu costauds !

    Le bandit tenta à son tour d’ouvrir la boîte, sans y parvenir. De rage il la lança dans le ruisseau voisin.

    - Hé ! la boîte s’ouvre ! c’est l’eau qui permet de les ouvrir, ces fichues boîtes ! s’écria le mage.
    - Enfin !

    Belle-Besantine se jeta au bord du ruisseau, allongea la main et sortit de l’eau une belle quantité de pièces d’or et trois magnifiques gemmes.

    - Reprends la boîte aussi, elle me servira.
    - Certes. Je te les donne et garde pièces et pierres, si tu veux…
    - Je ne crois pas…
    - Ah mage, rappelle-toi, je devais te tuer !

    Eldurvellir leva un sourcil. Un gratouillis suivi de petits couinements le rappela à sa mission de père nourricier.

    - Je dois me rendre à Soubar avant la nuit.
    - Que veux-tu donc y faire ? Pas besoin de pain, la forêt est pleine de ressources. Je pourrai chasser pour le repas de ce soir.
    - Il me faut du lait.
    - Du lait ? Je te croyais sevré, petit mage.
    - C’est pour mon familier, qui est encore bien petit.

    Eldurvellir sortit le bébé chauve-souris de sa poitrine. Belle-Besantine partit d’un fou rire quelque peu vexant.
    Dernière modification par Eldurvellir ; 07/05/2013 à 20h43.

  7. #7
    Date d'inscription
    avril 2013
    Messages 
    616
    - Bien sûr, dit le mage, un benêt de bandit ne peut pas comprendre les subtilités de l’art magique !
    - Tu crois réellement que ta bestiole a quelque chose à voir avec l’art magique ?
    - Mais certainement. Je forme mon familier. Je me dois de le bien soigner.
    - Bien… Mais pour tout t’avouer, ça m’embête d’aller à Soubar… Je te laisserais donc y aller seul.

    Belle-Besantine, qui avait continué à vider méthodiquement les boîtes de cristal sur la rive du ruisseau sortait pièces d’or et pierres précieuses avec ravissement.

    - Il nous faudra faire le partage… Je doute que les boîtes de cristal te suffisent… Je devrais en toute logique prendre les trois quarts.
    - Les trois quarts ?
    - La part de Gaum, mon voleur, celle de Corod. Et la mienne. Tu ne devrais pas discutailler, petit mage. Tu es responsable de leur mort. Et, détail qui ne doit pas t’échapper, je suis le plus fort de nous deux. J’aurais pu te tuer, mais j’avoue que j’ai presque de l’amitié pour toi. Tu n’es ni stupide ni faible.

    Eldurvellir le regarda droit dans les yeux.

    - Oui, tu as probablement raison. Mais je te rappelle que je n’ai fait que me défendre. Quoi qu’il en soit, j’accepte ton partage. La richesse matérielle n’est pas mon plus grand souci. Ce que j’aurais me suffira certainement pour ce que je veux faire.
    - Alors voici : il y a trois gemmes par boîte, cinq boîtes… Choisis tes gemmes, elles sont de poids sensiblement égal. Moi je compterai les pièces d’or.

    Ils se mirent tous deux à s’occuper du trésor trouvé. Belle-Besantine, d’humeur folâtre, s’amusait parfois à faire semblant de mettre quelques pièces dans ses poches.
    Il dénombrèrent, en plus des quinze pierres précieuses, trois cent trente-trois pièces d’or rutilant dans chaque boîte de cristal.


    - Sais-tu bien compter, mage ? Mille six cent soixante-cinq pièces d’or, quinze gemmes. Comment diviserais-tu le butin ?
    - Mille six cents pièces, cela fait pour quatre parts : quatre cents pièces par part. Soixante-quatre, font pour quatre parts : seize pièces par part.
    - Bien ! et la pièce en trop, la part des pauvres, peut-être ? Allez, compte les gemmes, maintenant.
    - Il y en a quinze, donc comptons à partir de douze… Neuf pour toi et trois pour moi. Il en reste deux, une pour toi et une pour moi.
    - Pas mal, mage, pas mal… Je confirme ton partage. Même s’il y a un peu à redire. Et comme je suis mauvais avec modération, je t’offre même – en sus des boîtes de cristal - la pièce en plus. Tu achèteras le lait de ton familier ! et quelques bricoles nécessaires à ton voyage.
    - Dans ce cas, je vais te confectionner quelques potions de soins en échange.
    - Fort bien.

    Ils reprirent la route vers Soubar ; au cours du chemin Eldurvellir cueillit les plantes médicinales nécessaires à la confection des potions. Arrivés à demi-lieue du hameau, les potions étaient prêtes.

    Le mage les donna avec quelque solennité au bandit :


    - Tiens, Belle-Besantine, voilà tes potions. Fais-en bon usage. Adieu.
    - Adieu, petit mage. Mon nom est Fhiongan le Rusé.
    - Je suis Eldurvellir, mage transmutateur.
    - Eh bien, bonne route, Eldurvellir. Où que tu ailles.
    - Peut-être au revoir, Fhiongan. Si tu passes par Mélandis…
    - Je t’y trouverai ?
    - Oui.

    Ils se quittèrent donc aussi bons amis qu’ils pouvaient l’être.

    Au loin, quelques fumées signalaient les foyers de Soubar. Eldurvellir se remit en chemin.
    Dernière modification par Eldurvellir ; 02/04/2016 à 18h07.

  8. #8
    Date d'inscription
    avril 2013
    Messages 
    616
    En arrivant au hameau, le mage remarqua que les habitants le regardaient d’un air inquiet ; un homme armé d’un faux vint vers lui, l’air menaçant.

    - Qui êtes-vous ? Vous n’avez rien à faire ici.
    - Je suis mage, je viens vous échanger des potions de soins contre quelques vivres.

    L’homme eut l’air quelque peu contrit.

    - Excusez-nous de nous montrer méfiants. Voyez-vous, nous avons été récemment dépouillés par des bandits. Ils n’ont pas pris grand-chose, nous ne possédons que ce que nous produisons nous-mêmes ! mais ils ont fait grand peur à nombre d’entre nous.
    - Je vois.

    Eldurvellir voyait surtout très bien pourquoi Fhiongan ne tenait pas à passer à Soubar. Les bandits avaient dû terrifier ces pauvres gens !

    Un petit groupe d’habitants firent cercle autour de lui.

    - Bonjour à tous, j’aurais besoin de lait, de pain et de fromage. Je vous échange ceci contre des potions de soins, ou de menus ouvrages de cuir. Si vous avez autre chose à me proposer, je peux payer une pièce d’or.

    C’était le moins qu’il pouvait faire pour compenser les déboires causés par les bandits… Ou peut-être qu’apprendre la mort de deux d’entre eux leur plairait aussi ?

    - Comment étaient ces bandits ? Je les ai peut-être croisés sur ma route…
    - Oh ils ont surtout effrayé les moins costauds, dit un jeune laboureur.
    - Ils ont pris des vivres, et ont frappé un de nos Anciens qui les maudissait.

    En son for intérieur, Eldurvellir pensa qu’il en aurait fait autant. Il détestait ces vieux incapables de tenir leur langue, toujours en train de donner des leçons à tout le monde. Selon lui, quand on n’était plus aussi fort qu’en ses jeunes années, il fallait au moins savoir la fermer.

    - J’espère que quelqu’un pourra vous proposer des objets valant une pièce d’or. Nous n’avons que peu de trésors, alors qu’il nous faudra payer de quoi renouveler les lames de nos faux, qui sont désormais trop usées.
    - Il me faudrait pouvoir rester cette nuit. Je dois fabriquer mes potions et nourrir mon familier. Pour le lait, j’aimerais l’avoir au plus vite.
    - Il est possible de vous héberger, j’ai ma grange qui contient un foin qu’on peut qualifier de confortable. Vous pourrez y installer votre cheval aussi. Je vais chercher le lait.

    Le paysan montrait du doigt une cahute basse, sans porte, juste nantie d’une large ouverture, au toit de chaume. Eldurvellir y entra, tirant son cheval derrière lui.

    Il y avait quelques chèvres déjà installées pour la nuit, un vieux chien placide, et probablement quelques puces. Le mage posa son barda, attacha son cheval au râteau retenant le foin frais.

    La grange était agréablement parfumée du foin et des chèvres bien entretenues. Un petit cabri tout jeune contemplait le mage d’un air curieux. Le chien se leva pour venir flairer l’homme, intrigué de trouver sur ce dernier une odeur étrange : celle du bébé chauve-souris, qui ne manqua pas de gesticuler avec vigueur.

    Eldurvellir était en train de flatter le chien, quand le paysan revint avec une chope pleine de lait.


    - Merci, l’homme. Quel est ton nom ?
    - Biersan, messire.
    - Curieux nom !

    Le paysan rit.

    - C’est un surnom qui m’a été donné parce que je n’aime pas la bière ! tout le monde m’appelle ainsi.

    Eldurvellir eut un demi-sourire. Il prit la chope de lait encore tiède et la posa près de lui. Il en but la moitié, puis prit sa dague et perça légèrement son poignet. Quelques gouttes de sang tombèrent dans la chope de lait. Puis il prit quelques herbes et les laissa macérer quelques instants dans le lait mêlé de sang. Il retira enfin les herbes et versa le liquide dans une fiole méticuleusement propre, qu’il coiffa d’une petite pièce de cuir. Puis il sortit la petite chauve-souris de sa poitrine et lui donna à téter.

    Biersan le regardait faire, fasciné.

    - Hé ! vous seriez bien, pour les bêtes ! ce capuchon de cuir sur la fiole fait un beau biberon. Si ça vous tente, une vie de misère parmi nous…
    - Non. D’ailleurs vous semblez aussi bien savoir les traiter. Je n’ai jamais vu de paysans conserver leurs vieux chiens.
    - Oh, celui-ci est spécial. Il a sauvé ma fille quand la maison a brûlé. Je ne peux décemment pas le tuer. Du coup, d’autres habitants ont gardé leurs vieux animaux, pour attirer les bonnes grâces de la déesse Mailikki.
    - Ah… Si cela vous intéresse, je peux vous confectionner un biberon, avec plusieurs tétines de cuir. Cela vous fera de l’usage.
    - Oui, nous avons bien des soucis quand les mères nourrissent mal leurs petits !

    Le paysan réfléchit un instant.

    - Je crois que la vieille Amrane peut avoir des objets qui vous intéresseront. Elle est veuve depuis peu, les affaires de son mari sont encore là. C’était un druide, qui avait élu domicile en notre hameau sur la fin de sa vie.

    Eldurvellir fut d’emblée intrigué. Les druides n’avaient pas beaucoup de biens, suivant leurs convictions, mais souvent leurs possessions étaient intéressantes pour un mage.

    - Parfait. Je termine avec le petit et je vous suis là-bas.

    Le mage termina ses soins au bébé chauve-souris par un petit nettoyage de sa fine fourrure. Il nettoya avec soin la poche de cuir qui contenait l’animal, puis le redéposa dedans avec précaution et remit la poche sur sa poitrine.

    Il suivit le paysan jusqu’à la maison d’Amrane.
    Dernière modification par Eldurvellir ; 02/04/2016 à 18h09.

  9. #9
    Date d'inscription
    avril 2013
    Messages 
    616
    C’était une maison plutôt coquette d’aspect, moins sobre qu’il n’aurait pensé pour une habitation de druide. Le toit, comme celui des autres maisons et cahutes, était de chaume. Les fenêtres étaient d’assez belle facture, ornées de fleurs, et la porte de bois était joliment sculptée.

    - Je ne peux pas entrer ici maintenant, dit Eldurvellir.
    - Pourquoi donc ?
    - Quelques rites sont nécessaires.

    En fait le mage venait de constater qu’il était horriblement sale et dégageait un fumet de bouc.

    - Est-ce vraiment nécessaire ? Amrane vous attend.
    - Ce sera fort rapide. J’ai besoin de m’immerger dans un baquet d’eau.

    Biersan eut l’air un peu surpris ; un sourire entendu se dessina sur ses lèvres.

    - Hmm. Avec un assortiment d’herbes de ma composition. C’est un remède pour… Pour régénérer les énergies vitales.
    - D’accord, d’accord. Je vous prépare un baquet d’eau.

    Le baquet fut rapidement prêt, Biersan étant aidé par d’autres villageois pour remplir l’énorme récipient.
    Eldurvellir se coula avec délices dans l’eau fraîche. Il avait complètement oublié les herbes aromatiques. Mais bon. Il voyait bien que les paysans ricanaient sous cape ; il saurait avoir sa revanche, d’une manière ou d’une autre. Son esprit commença à cogiter en ce sens.


    Une demi-heure plus tard, au soir tombant, Biersan et le mage se présentèrent enfin chez Amrane. Biersan toqua, la porte s’ouvrit.

    Une révélation.

    La porte s’était ouverte non sur Amrane, mais sur une magnifique jeune fille. Eldurvellir eut quelque difficulté à la quitter du regard et à se concentrer sur ce qui l’amenait dans la maison. Un tel charme était-il naturel, ou avait-elle recours à un sort ?
    Il parvint à saluer Amrane sans trop montrer son trouble, l’écouta distraitement parler de son défunt mari, usa de son demi-sourire plus qu’il n’en fallait. Enfin la vieille femme, émue au souvenir de l’aimable druide qui avait partagé sa vie, les mena dans la pièce où elle avait conservé les objets de son époux.

    - Il n’avait pas grand-chose, quelques graines étranges, une fronde et ses billes, un grand manteau d’un tissu de laine épaisse…
    - Le manteau est très beau.

    Amrane soupira. Visiblement elle aurait aimé le garder en souvenir. Mais la nécessité se faisait sentir, et le bien de la petite communauté valait quelques sacrifices. Elle ne put s’empêcher de le dire.

    - J’aurais aimé… Evidemment vous allez insister…

    Eldurvellir la toisa sans aménité.

    - Oui, je vais insister. Sauf si vous pouvez me proposer autre chose d’intéressant. Je ne donne pas une pièce d’or pour des graines et une fronde !
    - Non, non, bien sûr…

    La pauvre femme se retenait de pleurer, afin de ne pas perdre sa dignité face à ce mage arrogant. La vie se chargerait bien de punir cet homme. Un blanc-bec, bien que quelque chose d’indéfinissable se dégage de lui et lui fasse penser qu’il n’était probablement pas ce qu’il prétendait être... Restait une chance : trouver autre chose dans la maison qui puisse être cédé à la place du manteau.

    - A quoi penses-tu, mère ? demanda la jeune fille qui venait d’entrer dans la pièce.
    - A rien, ma chérie. C’est ma fille, Ilvine, dit-elle à l’attention d’Eldurvellir.

    Ilvine était saisissante de fraîcheur, dix-sept ans peut-être ; elle était fine et petite, avait des cheveux de l’exacte couleur d’une fourrure d’écureuil, des yeux couleur de brume, d’un gris délicat. Jolie plutôt que vraiment belle, des taches de rousseur sur sa peau claire. Le mage eu brièvement une idée assez méprisable, qu’il ne combattit pas tout à fait.

    Pouvait-on décemment allier jolie jeune fille et pièce d’or ? Probablement la jeune fille méritait davantage de considération, mais sa nature le poussait à avoir sa revanche sur les paysans qui avaient osé rire de lui. D’un autre côté, il avait encore besoin d’eux.

    Il regarda froidement la jeune fille. Elle souriait. Il se permit alors son plus fin demi-sourire.


    - Je prends le tout ; j’accepterais, pour vous être agréable, un autre objet en remplacement du manteau de laine.
    - Je vous remercie, messire.
    - Vous me trouverez dans la grange de Biersan, où je suis installé pour la nuit.

    Eldurvellir et Biersan sortirent de la maison. Le paysan était bouleversé par leur entretien avec la vieille dame et voulut en parler au mage.

    - Messire, ça me fait grande peine, cette transaction. Amrane veut garder le manteau de son mari, ne pouvez-vous pas le comprendre et accepter un crédit ? Lorsque vous repasserez au hameau, nous accepterons de vous nourrir et loger gratis.

    Le mage restait silencieux.

    - Si vous n’êtes pas d’accord, je vais tenter de voir comment nous pourrions vous dédommager.
    - Je comprends votre démarche, mais ce manteau me plaît. Et je ne suis pas sûr d’accepter autre chose à la place. En attendant, je vous remercie de me laisser en paix. J’ai sommeil. Bonne nuit.

    Frustré, Biersan repartit vers sa maisonnette. L’échange entre lui et le mage avait eu lieu sur la place désertée des habitants, rentrés dormir. Cependant une silhouette les avait suivis à quelque distance. Plongé dans la discussion le paysan n’avait rien remarqué, mais Eldurvellir sentait s’éveiller des émois qu’il n’avait pas ressentis depuis bien longtemps.

    Lorsqu’il entra dans la grange, Ilvine s’y trouvait déjà.
    Dernière modification par Eldurvellir ; 09/05/2013 à 19h43.

  10. #10
    Date d'inscription
    avril 2013
    Messages 
    616
    Le mage eut la présence d’esprit de retirer la petite bourse de sa poitrine et de la placer délicatement au flanc du cabri endormi. La jeune fille fut-elle touchée de ce geste presque tendre ? Elle n’offrit pas de résistance à Eldurvellir quand il l’étreignit.

    Si Ilvine avait l’habitude des relations amicales avec les jeunes hommes frustes et quasi incultes du hameau, elle n’envisageait pas de fonder une famille avec l’un deux. Or lorsque de trop rares voyageurs venaient à Soubar, ils ne s’intéressaient pas à elle. Pour la plupart c’étaient des druides de passage qui venaient présenter leurs respects à ses parents, des gens cultivés et passionnants, mais plutôt âgés. Rencontrer un homme bien de sa personne, en tous cas suffisamment jeune et beau pour… Eh bien, la jeune fille ne comptait pas rester fille trop longtemps.

    Cette nuit-là, Eldurvellir n’était pas prêt de l’oublier. Il était heureusement surpris de sa bonne fortune. Qu’avait donc la jouvencelle dans la tête ? Il aurait juré qu’elle avait une arrière-pensée. Etait-elle complètement désintéressée ? Comptait-elle obtenir de sa part une mansuétude particulière, sur le sujet du fameux manteau par exemple ? Bah, il verrait bien.

    Les étoiles pâlirent, l’aube s’annonçait. La fraîcheur se faisait sentir ; Ilvine se blottit frileusement contre Eldurvellir, avant d’allonger le bras vers ses vêtements. Il la retint un instant, l’embrassant et lui caressant ses cheveux.


    - Un jour tu me diras pourquoi.
    - Je ne sais pas.
    - Si je reviens… Je pars pour Melandis. Pour toujours, probablement.
    - Alors… Peut-être irais-je à Melandis.
    - Ce n’est pas un lieu pour une âme druidique.
    - Qui te dit que j’ai l’âme d’une druide ?
    - Tout en toi le dit. Ta simplicité, ta facilité de décision, ton naturel enfin.

    Ilvine le regarda droit dans les yeux.

    - Tu ne me connais pas, et pourtant tu en sais plus sur moi que personne d’autre.
    - Je te connais parce que tu me ressembles, d’une certaine manière. Sinon ce qui s’est passé n’aurait jamais eu lieu. Pas comme ça, en tous cas.

    Eldurvellir l’embrassa encore.

    - Va. Je viendrai vous voir avant de partir.

    Elle bondit sur ses pieds, acheva de s’habiller et fila comme le vent. Dans le coin de la grange, le cabri regardait, surpris, une poche de cuir couinante qui se démenait sur son flanc.

    Après avoir pris soin du bébé chauve-souris, le mage prit une pièce d’or. Il était censé attendre livraison des objets à la grange, mais il décida d’aller lui-même chez la vieille Amrane les chercher.

    Il était cependant très tôt : ce qui lui laissait un peu de temps pour rechercher des herbes médicinales et confectionner ses potions, ainsi que les biberons promis à Biersan.

    Le soleil était levé lorsqu’il eut terminé ses petits travaux. Il était temps d’aller monnayer une potion contre un petit-déjeuner copieux. Le jeune laboureur qu’il avait déjà rencontré la veille accepta le troc, et ce fut un Eldurvellir en pleine forme qui alla frapper à l’huis d’Amrane en milieu de matinée.

    Ce fut la vieille femme qui lui ouvrit.


    - Vous êtes un monstre, un ignoble profiteur ! qu’avez-vous fait à ma fille ?
    Dernière modification par Eldurvellir ; 04/11/2018 à 18h17.

  11. #11
    Date d'inscription
    avril 2013
    Messages 
    616
    Sans façon le mage la poussa et entra. Il ferma la porte ; Amrane était outragée par tant de mépris.

    - Que vous a raconté votre fille ?
    - Tout ! que vous avez abusé d’elle !
    - Je n’ai pas abusé d’elle, je lui ai juste permis de suivre son désir.
    - Elle est trop jeune pour savoir… Pour comprendre…

    La vieille femme éclata en sanglots.

    - Elle est d’âge à savoir ce qu’elle veut. Elle est en âge de comprendre que la vie au hameau sera une vie de femme au foyer, nantie d’un mari misérable ; qu’elle n’aura peut-être pas d’occasion de rencontrer une âme semblable à la sienne.

    Eldurvellir la fixa intensément.

    - Je viens prendre les objets de votre mari. Le manteau compris.

    Amrane, désespérée, ne savait que répondre. Aussi cruelles qu’étaient les paroles du mage, elle ne pouvait se défendre d’y trouver quelque vérité.

    Ilvine parut à se moment. Elle était pâle, même ses piquantes taches de rousseur semblaient éclaircies. Elle alla vers Eldurvellir et se serra brièvement contre lui.


    - Tu ne comprends pas, mère. Lui m’aime à sa façon, puisqu’il me comprend.

    La vieille femme finit par aller dans la pièce prendre les possessions de son mari ; elle en revint avec les curieuses graines, la fronde et ses billes et le superbe manteau. Le mage posa tout d’abord une rutilante pièce d’or sur le guéridon de l’entrée.

    - Voici.

    Puis il prit les graines et l’arme pour les mettre dans sa poche. Il prit ensuite le manteau.

    - C’est le manteau d’un druide : qu’il revienne à un druide.

    Il posa lentement le manteau sur les épaules d’Ilvine avec des paroles quasi rituelles :

    - Attendez-vous à apprendre.

    Sans autre mot, il sortit de la maison.

    Biersan et d’autres villageois étaient arrivés près de chez Amrane, ayant entendu ses cris. Ils ne furent pas plus surpris de voir sortir Eldurvellir. Le mage les toisa froidement.


    - J’attends mes vivres : fromage, pain et lait. Les potions de soin sont prêtes, ainsi que les biberons pour animaux. Vous aurez vos lames neuves.
    - Attendez un instant, messire ; que s’est-il passé ?
    - Rien d’autre qu’une querelle de famille.
    - Mais…
    - Je vous ai dit que vous auriez les lames pour vos faux, n’est-ce pas suffisant ?

    Finalement il obtint les vivres demandées. Le mage reprit ses affaires et consentit à dire un au revoir digne de ce nom à Biersan.

    - Adieu, Biersan. Peut-être au revoir.
    - Vous comptez revenir ?
    - Peut-être devrais-je consulter la druide locale un jour.
    - Quelle druide ?
    - Celle qui naît ce jour.

    Eldurvellir quitta enfin le hameau.
    Dernière modification par Eldurvellir ; 02/04/2016 à 18h15.

  12. #12
    Date d'inscription
    avril 2013
    Messages 
    616
    Il marcha d’un bon pas vers le pont de Boreskyr, le cheval à son côté. Il était heureux de sa halte à Soubar.

    Le bébé chauve-souris, soigné au lait amélioré par ses soins, avait repris de la vigueur. Le mage le sentait, à travers la poche de cuir, vaquer à ses occupations de nourrisson : gigoter, couiner, goûter tout ce qui passait à sa portée, y compris le doigt inquisiteur de son maître.

    Au bout d’une bonne heure, Eldurvellir remonta en selle et bientôt arriva à un croisement.

    Le mage hésita. Deux routes étaient possibles pour rejoindre la Porte de Baldur : le chemin broussailleux, un peu avant le Pont, longeait le Champs des Morts. C’était la route la plus rapide. L’autre route après le Pont était plus longue mais permettait de rejoindre la Voie Côtière, plus sûre. Entre les deux routes se trouvait la Griffe des Trolls, un lieu assez dangereux où les trolls rôdaient, en compagnie d’autres individus tout aussi peu recommandables et prompts à dresser de mortelles embuscades. Il décida d’opter pour le chemin le plus éloigné de la Griffe et le plus fréquenté par les convois marchands, limitant ainsi les risques de mauvaises rencontres.

    Eldurvellir laissa ensuite vagabonder ses pensées. Une fois arrivé à la Porte de Baldur – une affaire de deux-trois jours, tout au plus – il irait droit au port se renseigner sur les bateaux en partance pour Melandis, sur l’île de Dorrandin. D’ailleurs, il préférait ne pas trop traîner dans la ville… Même si personne ne pourrait le reconnaître, il s’y sentait complètement grillé.

    Il se rappela que nombre de nomades campaient à l’entour du Pont de Boreskyr. Peut-être serait-il utile d’avoir quelques potions prêtes. Pour faire du troc, mais aussi pour sa propre sécurité : souvent proposer un objet intéressant pouvait éviter bien des ennuis.

    Eldurvellir descendit de cheval dès qu’il aperçut des plantes médicinales. S’enfonçant un peu hors du chemin, il en vit davantage et avança dans un champ ; le cheval le suivit lentement. Le mage commença à cueillir ses plantes. Imprudemment il avança encore. Tout à coup il ressentit une voix :

    - Mort !
    Son familier, aussi petit fut-il, le prévenait. Il recula avec lenteur, scrutant l’horizon. Etait-ce déjà le Champ des Morts ? Peut-être pas, mais il en était certainement trop proche.

    Eldurvellir revint sur le chemin sans encombre, avec quelques plantes utiles en main malgré tout. Il s’assit un moment sur une large pierre pour trier les herbes et composer les mélanges qu’il ferait macérer ou infuser dans l’eau. Certaines potions de soins se préparaient très rapidement : une simple macération de quelques heures était suffisante. Il utilisa l’eau d’une de ses gourdes pour en préparer dès maintenant, ainsi il en aurait quelques-unes de cessibles à son arrivée au Pont de Boreskyr.

    Après un court repos pendant lequel il dorlota son familier, il se remit en selle. Quelques heures plus tard il arriva en vue du Pont. Beaucoup de tentes étaient plantées à proximité : voyageurs bien sûr, mais aussi marchands ambulants et quelques convois qui y faisaient une halte, le temps de faire le plein d’eau et de réparer un essieu cassé.

    L’espace d’un instant, Eldurvellir crut apercevoir le convoi qui se trouvait près des ruines de Ss’thar’tiss’ssun. Mais il se trompait certainement, celui-ci devait être déjà arrivé à la Porte de Baldur. Il avança vers le Pont et tenta de voir s’il pouvait trouver une place un peu à l’écart de la foule. Le problème était que, si le nombre de personnes présentes garantissait un semblant de sécurité pour la nuit, un individu isolé pouvait tout aussi bien attirer des voleurs. Le mage décida donc de franchir le Pont de Boreskyr et de tenter d’installer son campement un peu plus vers l’aval de la Rivière Sinueuse.

    Eldurvellir, désireux de se faire discret, descendit de cheval et passa le Pont sans encombre. Un quart de lieue plus loin, un homme bondit près de son cheval, l’attrapant par la bride :


    - Holà ! où comptes-tu aller comme ça ?
    Dernière modification par Eldurvellir ; 12/05/2013 à 18h19.

  13. #13
    Date d'inscription
    avril 2013
    Messages 
    616
    - Fhiongan ! si je m’attendais…
    - Content, Eldurvellir ? Tu as l’air absolument radieux. As-tu encore fait un sale coup à quelque malheureuse troupe de bandits ?
    - Mieux encore.

    Le mage descendit de cheval et donna l’accolade au bandit.

    - Comment donc ? Soubar est-il devenu intéressant en moins d’une semaine ?
    - J’y ai eu une sorte de révélation.
    - Petit mage est devenu grand, en somme.
    - Non, ce n’est pas vraiment de moi dont il s’agit. Mais peu importe. Où vas-tu ?
    - Je compte bien aller utilement dépenser mon or à la Porte de Baldur. Et toi aussi, tu dois y aller pour voguer jusqu’à Melandis, si je ne m’abuse.
    - Oui.

    Ils cheminèrent côte à côte, jusqu’à trouver un endroit propice au campement.

    - Mieux vaut s’éloigner des Collines de Troll, en campant plus près de la Rivière Sinueuse. Mais on dit que l’eau y est encore sanguinolente et puante de la mort du dieu Bhaal.
    - Alors te sentirais-tu de voyager de nuit, afin de nous reposer plus loin ?
    - Plus loin, nous serons dangereusement proches de la partie sud du Champ des Morts.
    - Je peux fabriquer des potions qui nous tiendrons éveillés deux jours durant. La lune est pleine cette nuit, nous aurons une belle clarté.
    - Et le cheval ?
    - Le cheval en aura aussi.

    Eldurvellir passa sur les dangers de ce genre de potion. D’abord parce qu’il ne voyait pas l’utilité d’inquiéter son compagnon, ensuite parce qu’il n’avait pas vraiment le choix.
    Ils s’arrêtèrent pour la préparation, qui fut rapide. Le mage soigna la petite chauve-souris, ce qui amusa beaucoup Fhiongan.


    - Hé, Eldurvellir, tu comptes en faire un dragon, plus tard ? Un mini-dragon, alors.
    - Fhiongan, tu devrais essayer d’être un peu intelligent…

    Le bandit riait de plus belle.
    Les potions enfin furent prêtes et bues. Le coup de fouet fut efficace : ils marchèrent plusieurs heures sans fatigue, sous la lumière lunaire argentée. L’aube se levait après une marche de quelques neuf heures d’affilée lorsqu’ils rencontrèrent le premier convoi marchand, arrêté en bord de route pour la nuitée. Le chef des gardes du convoi les héla :


    - Hé ! voulez-vous partager le petit-déjeuner ?
    - Volontiers, répondit le mage, mais nous n’avons que peu de vivres à nous deux.
    - Pas de problème, c’est une invitation.

    Un des gardes fixait Fhiongan le Rusé depuis un moment :

    - Mais je te connais, toi !
    - Possible, répondit le bandit.
    - C’est toi qui a fichu un bazar monstre à la Sirène Rougissante le mois dernier !
    - Ah ?
    - Ne nie pas. Certain barde en a fait une interminable chanson, mais fort drôle ! du coup personne ne t’en a voulu si quelques pièces d’or ont disparu des goussets…
    - La prochaine fois, dit le chef des gardes, tu n’amuseras peut-être pas autant. Si un métier plus honnête te tente, tes talents pourraient être appréciés à la caserne du Poing Enflammé.

    Fhiongan se contenta de sourire, un sourire carnassier qui valait tous les refus du monde.

    - Il se trouve que j’ai des projets, messires les gardes. Dites plutôt quels sont les éventuels dangers auxquels nous risquons d’être confrontés sur cette partie de la route.
    - Nous sommes tranquilles pour un moment, les trolls de la région sont calmes. Mais non loin de la Porte de Baldur, il y a une zone très dangereuse, où les ankhegs s’aventurent jusque sur la route. Pourquoi ne voyageriez-vous pas avec le convoi ?

    Eldurvellir eut un de ses demi-sourires à l’intention de Fhiongan, qui sembla saisir le message.
    Dernière modification par Eldurvellir ; 02/04/2016 à 18h20.

  14. #14
    Date d'inscription
    avril 2013
    Messages 
    616
    - Eh bien, nous sommes attendus à la Porte de Baldur.
    - C’est donc si urgent !
    - Certes.
    - Des maîtresses exigeantes, dirait-on !

    Le ton des gardes, de jovial, était passé à narquois. Eldurvellir retrouva sa hauteur et sa morgue. Fhiongan, quant à lui, s’était raidi.

    - Nos exigeantes maîtresses sont plus attrayantes que votre invitation. Soit dit sans vous vexer.
    - Nous avons le bonheur d’en avoir, un plaisir qu’on ne gâche pas. Même pour des beaux gosses comme vous.
    - Remarque, si nous étions très en manque…
    - Malheureusement pour vous, nous ne le sommes pas.

    L’échange, sur un ton froid, eu le don d’agacer prodigieusement le chef des gardes, qui ne pouvait tolérer ce genre d’allusions. Il crispa sa main sur sa dague.

    - Fichez le camp ! immédiatement !

    Les deux compères éclatèrent de rire et repartirent d’un bon pas.
    Ils avancèrent sans fatigue aucune jusqu’à midi, interrompus seulement par les manifestations de faim du bébé chauve-souris, dont l’air mignon faisait à chaque fois rire Fhiongan.


    - J’espère au moins que ton petit monstre aura un jour l’air plus féroce ! sinon tu perdras tout crédit auprès des crétins que tu tenteras d’arnaquer. Bon sang, j’ai une faim de loup !
    - Arrêtons-nous, alors. J’ai encore du jambon, du pain et du fromage.
    - Moi j’ai encore mieux, Eldurvellir !

    Le bandit sortit de sa besace une bouteille d’un vin sombre, puis une autre.

    - Un festin, alors !
    - Un festin, certes !
    - Où l’as-tu trouvé ?
    - Installons-nous d’abord, je te raconte ça.

    Ils s’installèrent dans un bosquet et firent un feu. Fhiongan sortit également de sa besace des châtaignes et bientôt le repas fut prêt.

    - Alors, ce conte du vin ?
    - Eh bien, quand tu es parti vers Soubar, j’ai décidé que c’était dommage de ne pas voyager ensemble. Du coup j’ai décidé de perdre un peu de temps : j’ai fait un détour jusqu’aux ruines du Château Paldragon. Oh, c’est un vieux coin connu, pillé et re-pillé. Mais je sais aussi qu’on y trouve toujours quelque chose.
    - Effectivement, ce genre de lieu attire les imprudents… Qui y laisse sa vie y laisse aussi ses affaires, volées à leur tour par les visiteurs suivants.
    - Exactement. Là, j’avais quelque chose de précis en tête. Figure-toi que des ivrognes de bonne lignée se donnent rendez-vous là pour de petites fêtes nocturnes. Et ils ne viennent jamais les mains vides. Et ce qu’ils n’ont pas bu, je sais où ils l’entreposent… Et voilà !
    - Aucun piège ? Les bouteilles ne sont pas plus protégées que ça ?

    Fhiongan partit de son rire bruyant.

    - Mais si, quelqu’un les protège, ces bouteilles ! quelqu’un qui est même payé pour installer ses pièges !
    - Ne me dis pas que c’est toi !!!
    - A ton avis ?
    - Il se trouve des gens pour te faire confiance ?
    - En fait, j’avais dépanné un de ces types, une fois. C’a été sa façon de me remercier, de me donner ce boulot.
    - Tu te casses la baraque, alors…
    - Penses-tu ! ces gars-là ne savent pas combien ils en ont. De temps en temps, ils me demandent ce qui reste. Confiance parfaite. A tel point que je me demande s’ils ne s’attendent pas un peu à ce que je me serve… Un pourboire, en fait !

    Eldurvellir ne rit pas, mais murmura entre ses dents :

    - Mouais… Faudra tout de même les tester, ces bouteilles…
    - Mais je m’en vais en tester une tout de suite, tiens !

    Le bandit prit une des bouteilles, cala son épée le long du goulot et sabra d’un coup sec.
    Avant qu’il ait pu verser le vin dans les gobelets sortis pour l’occasion, le mage saisit la bouteille et l’examina avec prudence.


    - Non, je pense que c’est bon…
    - Mais je pense bien, que c’est bon ! crois-tu que ce soit la première fois que je me sers ?

    Le festin eut lieu. Châtaignes cuites dans l’eau bouillante, puis écrasées dans un peu de vin, jambon, pain noir délicieux et fromages de chèvre de Soubar, le tout accompagné du meilleur vin qui soit : du vin volé à l’élite baldurienne !

  15. #15
    Date d'inscription
    avril 2013
    Messages 
    616
    Eldurvellir se sentit rapidement un peu vaseux. Il se rappela avec quelque inquiétude des effets indésirables de la potion qu’ils avaient bue et nota que le vin en accélérait probablement les manifestations. Fhiongan, plus robuste, semblait mieux résister, mais il finit par ressentir aussi un malaise léger.

    - Dis donc, tu crois que le vin était drogué ? Je me sens bizarre.
    - Non, pas le vin. Mais la potion que nous avons bue peut parfois donner des hallucinations passagères.
    - Ah bravo ! tu ne m’en avais pas parlé !
    - C’est parce qu’on ne les ressent pas forcément. Le seul remède, c’est de reprendre notre route. L’air suffit à en dissiper les effets.
    - Tu ne me ferais pas un sale coup, Eldurvellir ?

    Le mage rit.

    - Oh si, certainement ! mais rien de méchant ! nous avons besoin l’un de l’autre, Fhiongan ! et par ailleurs j’apprécie trop ta compagnie pour me débarrasser de toi.
    - Tes blagues sont douteuses… Bah, c’est pour cela que moi aussi j’aime bien voyager avec toi.

    Ils rirent tous deux éperdument. Eldurvellir sortit un petit carnet, sur lequel il notait scrupuleusement chaque nouvelle découverte : ce rire était aussi un des effets de la potion.

    Les deux compagnons reprirent leur marche ; l’excitation et la nausée s’estompèrent peu à peu et leur énergie leur permit encore de marcher six bonnes heures.
    Ils arrivèrent à un croisement, au début de la route de Chionthar.


    - Au fait, les gardes nous avaient parlé des ankhegs ? Ils pulluleraient près de la Porte de Baldur…
    - Oh, des racontars… Il y en a bien quelques-uns, mais si on se tient au milieu de la route, ça va… Il y a plutôt des araignées par ici, je pense. Ou quelques gobelins qui traînent.
    - Les gobelins sont plutôt sur la route de Nashkel, non ?
    - Oui, mais certains sont alliés aux bandits du campement de Tazok.
    - Et doit-on les craindre tant que ça ?
    - Oh non, ils sont assez stupides et faciles à maîtriser. Ce peut être intéressant de les rencontrer, d’ailleurs… Ils portent tous des gemmes ou une belle petite bourse sur eux.
    - Là, Fhiongan !

    Le sol sembla se fendiller. Les antennes d’un vert vif, caractéristique, parurent. Un ankheg.

  16. #16
    Date d'inscription
    avril 2013
    Messages 
    616
    - Filons ! nous n’avons aucune chance !

    Eldurvellir et Fhiongan coururent droit devant eux, hors de vue de l’ankheg. Mais était-ce le même animal qui apparut quasiment sous leurs pieds ? Ils n’eurent pas le temps d’y penser, avant de s’effondrer tous deux sous l’attaque.



    Etaient-ils encore vivants ?



    Un long temps s’écoula, un temps gris et lourd, un temps sombre de menace. Enfin le convoi précédemment croisé parut à l’horizon. Personne ne vit les deux hommes à terre, les gardes furent immédiatement mobilisés contre l’attaque d’un ankheg. Peut-être le même ?

    Une jeune elfe, en toute inconscience, parvint à tuer l’animal. Le convoi resta quelque temps, puis repartit.



    Eldurvellir avait eu le temps, dans une demi-conscience, de boire une de ses potions. Et une deuxième, qui lui permit suffisamment d’énergie pour pénétrer dans un des chariots et y hisser son compagnon mal en point.


    - Fhiongan ! Fhiongan !
    - Ah… J’ai mal, Eldurvellir…
    - Bois ça.

    Il fallut peu de temps au bandit pour reprendre ses esprits.

    - Tu sais ce qui s’est passé ?
    - Non, pas vraiment. J’ai juste eu le temps de boire une potion de soin. Et j’ai mis un moment à sortir des vapes.
    - Eh bien, belle aventure où les héros ne se rappellent de rien !
    - C’est mieux que d’être morts, non ?
    - Sûr.
    - Vous avez intérêt à avoir une bonne raison d’être ici, messires.

    Les deux compagnons se retournèrent d’un bond.
    Dernière modification par Eldurvellir ; 22/05/2013 à 20h03.

  17. #17
    Date d'inscription
    avril 2013
    Messages 
    616
    Avec quelque inquiétude, Eldurvellir reconnut le mage qu’il avait entr’aperçu dans la bibliothèque de Ss’thar’tiss’ssun. Il décida de jouer franc jeu, sentant qu’il était inutile de faire le malin avec ce genre de personnage.

    - Bonjour messire. Nous nous sommes évanouis au bord du chemin après avoir été attaqués par un ankheg.

    Un silence glacial accueillit son explication. Ayant une vague idée de la façon de prendre un mage nanti d’une haute idée de lui-même, Eldurvellir se tut.

    Le mage les toisa longuement. A cet instant, le convoi commença à repartir.


    - Je peux encore appeler les gardes, vous savez. Mais servez-moi une histoire intéressante et je vous épargnerai. Peut-être.

    - Non.
    - Ah vraiment ?
    - C’est la deuxième menace de ce genre que je reçois en trop peu de temps.
    - C’est un choix si facile !
    - C’est un peu ma faute, dit Fhiongan.

    Eldurvellir eut son petit sourire en coin.

    - Je veux bien vous narrer l’histoire, reprit le bandit.

    Et Fhiongan le Rusé raconta l’histoire de leur rencontre. En excellent conteur, il sut transmettre les émotions. Frayeur, espoir, rire se succédèrent dans le regard du mage froid et distant.

    - Eh bien… Pas mal. Je laisse ce convoi dès l’arrivée à la Porte de Baldur. Pour paiement de votre passage clandestin, vous surveillerez l’endroit où sera arrêté ce chariot. Je veux pouvoir en sortir sans être vu.
    - Fort bien, messire. Aucun problème.

    Ainsi fut fait. Le grand mage put sortir discrètement du chariot et se fondit dans la foule venue accueillir le convoi. Eldurvellir et Fhiongan sortirent tout aussi prudemment et partirent à l’opposé.

    Ils entrèrent dans une taverne pour se quitter dignement. Eldurvellir parlait très doucement, peu enclin à courir le risque d’être reconnu par quelque voyant égaré devant une bière.


    - Heureusement que la première partie de notre aventure était la plus drôle, Fhiongan. Sinon nous aurions dû parler du butin de la crypte…
    - Oh je ne sais pas s’il était tant que ça intéressé par l’or et les joyaux. Si nous avions trouvé des manuscrits, des parchemins de sorts, nous n’aurions pas fait long feu, je pense.
    - Oui, c’est très probable.

    Elduvellir but une grande rasade. Il appela le tavernier.

    - Je suppose que tu as faim, Fhiongan ?
    - Oui ! allons-y pour ce qu’il y a.

    L’aubergiste leur proposa une blanquette arrosée de vin de pays, qu’ils acceptèrent immédiatement, désireux d’être rapidement servis. Cinq minutes plus tard, assiettes fumantes et vin blanc frais trônaient sur la table.

    Eldurvellir et Fhiongan trinquèrent plusieurs fois. Puis sortirent de l’auberge. Rentrèrent dans une autre. En ressortirent pour entrer dans une autre encore.

    D’auberge en auberge, de taverne en taverne, ils parvinrent au port. Le navire pour Dorrandin étant prêt à partir, Eldurvellir se jeta un seau d’eau d’une fraîcheur douteuse sur la figure, embrassa une dernière fois son compagnon et sauta heureusement sur la passerelle du bateau au moment où elle tanguait du côté opposé à celui que visait son pas incertain.
    Dernière modification par Eldurvellir ; 02/04/2016 à 18h23.

  18. #18
    Date d'inscription
    avril 2013
    Messages 
    616
    Le navire appareilla avec une lenteur majestueuse, qui eut un effet sur l’estomac barbouillé d’Eldurvellir. Il eut juste le temps de courir se pencher au-dessus de la mer pour libérer… Bref.

    Le bébé chauve-souris, malmené par l’état alcoolique de son maître, couinait d’angoisse. Le mage parvint à reprendre quelque peu ses esprits pour s’en occuper, sous le regard amusé d’un jeune mousse qui traînait sur le pont avant de reprendre son labeur.

    Un marin âgé arriva vers Eldurvellir.


    - Avez-vous payé la traversée, messire ?
    - Non. Je suis Eldurvellir, mage. Combien pour la traversée jusqu’à Dorrandin ?
    - En tant que mage, peut-être avez-vous mieux que de l’or à offrir, messire. L’île est en guerre, et même si actuellement il n’y a guère de risques dans le port d’Anarelis, les services d’un mage pourraient être fort utiles. Si vous voulez bien me suivre, le capitaine vous en dira plus.

    Eldurvellir suivit le vieux marin dans la cabine du capitaine.

    - Voici un mage qui fait la traversée jusqu’à Anarelis, capitaine.
    - Bienvenue à bord, messire.
    - Merci, capitaine, répondit sobrement le mage.
    - Actuellement les cités en guerre paient un bon prix non seulement pour les armes, mais aussi pour tout ce qui permet aux guerriers de tenir le coup. Le commerce étant quelque peu désorganisé, le troc retrouve de son intérêt. En tant que mage, peut-être avez-vous des objets qui peuvent servir davantage que de l’or.
    - J’ai avec moi une grande provision de plantes avec laquelle je prépare des potions de force et de soins. J’ai aussi du cuir, avec lequel je fabrique de menus objets.
    - Vos potions nous intéressent ! avez-vous de quoi en faire en grand nombre ?
    - Je peux les concocter rapidement, les potions de soins ne nécessitent que quelques heures de macération, les potions de force et d’endurance encore moins de temps. J’ai sur moi de quoi faire une bonne vingtaine de potions de soins, une dizaine de potions de force et autant d’endurance.
    - Alors disons que la moitié sera le prix de la traversée.
    - C’est un gros prix, capitaine…
    - C’est le mien ! dix potions de soins, cinq de force et cinq d’endurance.

    Eldurvellir soupira.

    - Où puis-je me mettre au travail ?
    - Vous aurez une cabine pour vous seul le jour : la mienne. La nuit, vous serez dans la cabine-dortoir des passagers. Pour compenser, je vous retiens à ma table avec quelques autres passagers de marque.
    - Bien, je vous remercie.
    - Vous pourrez préparer vos potions ici, sur cette petite table. Encore une chose : je ne sais dans quelle cité vous désirez aller, mais rappelez-vous que Manost et Mélandis sont en guerre… Ne prenez pas parti pour l’une ou l’autre des cités lors des repas, où nous aurons des échauffourées indignes entre convives.

    Eldurvellir eut son petit sourire en coin. Sans plus tarder, il s’assit à la petite table qui lui avait été désignée et commença son ouvrage.
    Dernière modification par Eldurvellir ; 02/04/2016 à 18h28.

  19. #19
    Date d'inscription
    avril 2013
    Messages 
    616
    Quelque temps plus tard eut lieu le dîner. Le mage réussit, moyennant une petite préparation d'herbes spéciale, à dissiper à peu près tous les effets du mal de mer conjugué à la gueule de bois. Quelle mufflée, avec Fhiongan ! héroïque ! encore que peu de héros soient capables de tenir si bien l'alcool que son compagnon... Il n'avait pas volé le cheval, enjeu du pari de celui qui tiendrait le coup le mieux... Et lui-même ne s'en était pas mal sorti. Bref, il pouvait sans trop de risques accepter quelques verres de bon vin.

    Les convives n'étaient pas désagréables du tout. Surtout l'unique femme, une superbe femme aux cheveux de jais, au teint sombre et aux yeux plus sombres encore. La personnification de la nuit ! Eldurvellir lui adressa à peine la parole, conscient qu'il devait se nimber de mystère pour l'intéresser. Il la surprit lui coulant quelques regards intrigués, auxquels il répondait invariablement par son demi-sourire, continuant à discuter avec les autres hommes de la tablée.

    Au moment du digestif, il se tourna vers elle.


    - Eldurvellir, pour vous servir, ma dame.
    - Enfin vous daignez considérer que j'existe... Ô combien je vous en suis reconnaissante !
    - Le digestif est le moment idéal pour pimenter la conversation... Le moment suprême, en quelque sorte.
    - Vraiment ? Le moment suprême ?
    - Il y en a un autre. Mais il est possible qu'il ne soit pas convenable. Si tôt, veux-je dire.
    - Messire a donc des vues sur l'unique femme de la soirée. Vous êtes a priori intrigant, a posteriori pathétique.
    - Je laisse le pathos à d'autres, croyez-le bien.
    - Vraiment ?
    - Vous abusez de ce mot. Sachez que vous pouvez en faire l'économie en ce qui me concerne. Je ne dis pas la vérité, mais ma vérité.
    - Belle réponse. Mais d'un piètre séducteur.
    - J'ai de meilleurs arguments.

    Eldurvellir ne gagnerait probablement pas un lit confortable cette nuit. Mais contre toute attente, lorsque les convives se levèrent pour se souhaiter bonne nuit, la femme sombre se tourna vers lui.

    - Vous êtes mage, donc vous auriez certainement un petit plus à m'offrir... J'ai un mal de tête qui me taraude.
    - Un massage des tempes avec un onguent de ma composition soulage la migraine durablement.
    - Ce serait très aimable de votre part.

    Le mage prit son sac. Et suivit la femme dans la cabine qui lui avait été attribuée.

    HRP : par commodité, et bien que nous ayons laissé la Porte de Baldur derrière nous, je continue à poster ici. A l'arrivée, bien sûr, la quête sera postée au Port d'Anarelis, sur Dorrandin.

  20. #20
    Date d'inscription
    avril 2013
    Messages 
    616
    Eldurvellir ne savait d'elle que son nom, qui lui paraissait être un surnom : Sombria. Les présentations avant le dîner avaient été succinctes. Le capitaine était désireux de ne pas créer de dissensions à bord, le port desservant non seulement Mélandis, mais aussi (bien que ce fut plus rare) Manost. Les villes étant en guerre, le navire conservait une parfaite neutralité. Sombria était très bien bâtie, un peu plus grande que lui, musculeuse. Une guerrière, ou une rôdeuse. Sa robe bleu sombre était de belle facture et magnifique dans une lumière tamisée, mais en passant près d'une lampe plus vive il se rendit compte qu'elle était un peu défraîchie.

    L'entrée dans sa cabine, petite mais très organisée, le renseigna immédiatement. Un superbe bouclier, une épée à deux mains sur laquelle un peu de sang perdurait. C'était une guerrière. Un frisson d'excitation parcourut le dos du mage. Il n'eut pas le temps de considérer davantage l'environnement. Un couinement impérieux le rappela à la réalité, ou plus exactement à sa paternité.

    La guerrière se retourna vivement vers lui :


    - Qu'est ce donc que ce bruit ?
    - C'est mon familier, une petite chauve-souris.

    Eldurvellir sortit la poche de cuir contenant le petit animal.

    - Si vous permettez, je dois la nourrir...
    - Faites ! c'est amusant de voir qu'un jeune mage apparemment sans scrupules a de l'affection pour autre chose que les vieux parchemins.

    Sombria semblait très amusée. Le mage lui lança un regard indéfinissable et s'occupa de la petite chauve-souris sans plus de façons. Il réalisa après coup que son comportement n'était pas des plus polis.

    - J'aurais dû retourner sur le pont, j'espère que vous m'excuserez de ce sans-gêne... En fait, ce petit animal me fait oublier toute autre chose que lui-même. Ou plutôt qu'elle-même.
    - Une présence féminine à vos côtés ? Contre vous, même ! et vous parvenez à lui parler hors des "moments suprêmes" ?

    Eldurvellir eut l'air si surpris qu'elle éclata de rire.


    - Ne prenez pas cette tête-là ! et ne me faites pas rire non plus, j'ai vraiment la migraine.
    - Savez-vous à quoi elle est due ?
    - Il semblerait que nous ayons fait la même chose avant de partir. Sauf que je ne me rends jamais ivre, mais les mélanges d'alcool me font un méchant effet.
    - Dans ce cas, un massage des tempes avec l'onguent que j'ai suffira. Mais j'ai aussi une excellente potion à vous proposer.
    - Combien ?
    - Hmmm. Je parle rarement d'argent avec les femmes.
    - Peut-être faudra t-il vous y faire un jour, pourtant.

    Sombria était assise sur le bord du lit. Le mage s'installa sur un tabouret face à elle, enduit ses doigts de l'onguent à la forte odeur de menthe poivrée et commença à masser les tempes de la guerrière.

    - Bonne odeur, ça couvre votre parfum musqué... Si je peux me permettre.
    - Je suis confus...
    - Aucun problème. La fréquentation des guerriers expose aux hommes autrement plus odorants !
    - Les mages sont donc un cran au-dessus pour la propreté.
    - Et plusieurs crans au-dessus pour la douceur des mains.

    Eldurvellir la regarda avec intérêt. Elle n'était pas si jeune qu'il l'avait cru, de légères rides s'étaient formées au coin de ses yeux. Très fines, discrètes, elles révélaient la bonne trentaine de la guerrière. Il avait écarté le voile léger qu'elle portait autour de la gorge et aperçut une cicatrice qui plongeait vers le sein gauche.

    - Je pourrais soigner cette cicatrice, si vous le souhaitez.
    - Les cicatrices sont l'histoire du guerrier, Eldurvellir.
    - Certes. Mais elle est certainement douloureuse.
    - La douleur aussi est l'histoire du guerrier. Je dois vivre avec elle. J'ai appris à la supporter, puis à l'aimer.

    Le mage ne répondit pas. Il se contenta de saisir l'occasion, en s'autorisant simplement à délacer l'épais corselet de cuir de Sombria, qui elle-même s'autorisa à déboutonner la chemise d'Eldurvellir.

    Il ne dormit pas dans la cabine-dortoir cette nuit-là.
    Dernière modification par Eldurvellir ; 02/04/2016 à 18h35.

  21. #21
    Date d'inscription
    avril 2013
    Messages 
    616
    La clarté de l'aube réveilla Eldurvellir à demi ; le couinement du bébé chauve-souris l'éveilla complètement. Il se leva à pas de loup et s'occupa de son petit familier avec sa délicatesse coutumière.

    Il lança un regard vers Sombria, persuadé qu'elle était éveillée. Nul guerrier ne restait endormi dès lors qu'un bruit, même très léger, parvenait à son ouïe entraînée. Elle le regardait à travers ses paupières entrouvertes, il en était sûr. Il se pencha vers elle.

    L'instant d'après, il se retrouvait à terre, tout surpris de la réaction de la guerrière.


    - Eldurvellir, ne jamais tenter de surprendre un guerrier qui dort...
    - Je pensais que tu m'avais entendu me lever.
    - Dans une demi-conscience peut-être, mais tu as été outrageusement discret. Pourquoi t'es-tu levé si tôt ?
    - C'était...
    - Le couinement... Ton familier !
    - Oui, c'était la petite.
    - Tu avoueras qu'on ne s'attend vraiment pas à ce qu'un jeune mage arrogant ait un familier aussi minuscule. Comment l'as-tu trouvé, ce petit monstre ?

    Eldurvellir, après s'être récrié sur le qualificatif de "monstre" appliqué à son bébé chauve-souris, narra l'histoire. Sombria l'écoutait avec attention.

    - Tu n'es pas comme ces fichus druides, ou les rôdeurs bien intentionnés : eux auraient cherché la mère du bébé.
    - Je l'ai pris comme un don de ma déesse.
    - Tu crois en quelque chose, à part tes parchemins ?
    - Oui. Un peu quand cela m'arrange en fait.
    - Ah, je comprends mieux.

    Après une toilette modeste, ils allèrent dans la cabine du capitaine pour une collation matinale. Lait de chèvre et crêpes épaisses de froment, accompagnées de confitures variées firent un excellent petit-déjeuner. Le climat parut quelque peu tendu entre les convives. Avaient-ils réalisé que Sombria et lui ne s'étaient pas quittés ? Quoi qu'il en soit, la traversée promettait d'être plutôt agréable. Tant mieux, six à sept semaines seraient nécessaires pour rejoindre le port d'Anarelis.

    - Eldurvellir, dit le capitaine, j'avais omis de vous montrer votre place en cabine-dortoir. J'espère que vous l'avez trouvée sans problème.
    - J'ai passé une excellente nuit, je vous remercie.
    - Alors tout va bien ! d'autant plus que le confort est assez rustique.
    - Hem. En fait j'ai dormi ces derniers temps en campement, donc tout couchage est plus confortable.

    Il jeta un coup d'oeil discret vers Sombria, qui se retenait à grand peine de rire.

    Pendant ce court échange, un riche marchand de Cormyr lança quelques plaisanteries ; remarquant les yeux pétillants de rire de la guerrière, il tenta sa chance auprès d'elle, persuadé que ses traits d'humour un peu gras étaient la cause de son hilarité.
    Dernière modification par Eldurvellir ; 22/10/2018 à 18h04.

  22. #22
    Date d'inscription
    avril 2013
    Messages 
    616
    Après le petit-déjeuner, Eldurvellir monta sur le pont. Il se sentait mal à l’aise, après avoir entendu une conversation à bâtons rompus entre une Sombria séductrice et Halisk, le marchand de Cormyr replet, excité comme une puce. Qu’avait-elle donc ? Une femme magnifique, une guerrière de nuit… Avait-elle si peu d’amour-propre, pour jouer de ses charmes comme une fille d’auberge ? Avait-elle un goût immodéré pour les hommes, quels qu’ils fussent ?

    Ce fut un Eldurvellir mélancolique que rejoignit Sombria.


    - Vexé ?
    - Oh heu… Je ne suis pas spécialement propriétaire des femmes qui me font l’honneur de me choisir comme amant.
    - Bien répondu. Cela dit, tu mens assez mal, mais je te remercie de ton effort.

    Le regard de la guerrière changea en un instant ; elle souffrait.

    - Cher Eldurvellir… Je pense que tu devras revenir ce soir…
    - Ce n’est pas le mal de tête ?
    - Non… Mais je vais accepter tes soins pour ma cicatrice.
    - Oui, c’est plus sage.
    - Disons que…
    - Que ?
    - Rien.

    Eldurvellir comprit cependant. La guerrière, passé la trentaine, n’avait plus la même réactivité qu’à la vingtaine. Elle ne pouvait plus se permettre, sous couvert de résistance à la douleur, de disperser son énergie à surmonter ses tourments physiques en même temps qu’elle combattait.

    Lorsque le soir arriva, il fut de nouveau assez heureux de ne pas utiliser un « lit » de la cabine-dortoir.

    Les jours passèrent. Les repas étaient un peu moins bons, mais toujours acceptables. A la table du capitaine, où les menus étaient fort différent du brouet servi aux passagers. Ce dernier n’était que nourrissant et très peu varié. Malgré cela, aucun passager ne fut malade, ce qui restait une prouesse à mettre au crédit du cuisinier du navire.

    Les nuits d’Eldurvellir se passèrent avec autant de bonheur. Sombria, très imaginative, trouvait au début des prétextes pour le garder dans sa cabine. Au bout d’une semaine, elle décréta tout simplement qu’il faisait trop froid pour dormir seule et cette décision scella définitivement le statut d’amant du jeune mage.

    Le dernier matin arriva enfin. Eldurvellir se permit enfin la question qui l’avait torturé pendant la longue traversée :


    - Pourquoi tant d’intérêt pour Halisk ?
    - Parce que je dois le surveiller, figure-toi !
    - Tu es donc en mission ?
    - Oui.
    - Pour qui ?
    - Mais quelle curiosité ! à ton avis ?
    - Je dirais que ce bon marchand, qui va rejoindre Manost, t’intéresse parce qu’il apporte quelque chose de particulier à la ville. Toi, tu es employée par Mélandis pour tenter d’apprendre ce que transporte Halisk.
    - Pas mal, pas mal !
    - C’est ça ?
    - Permets-moi d’être loyale à mon employeur.

    Ils s’habillèrent après une toilette un peu plus rigoureuse que d’habitude. Sombria laissa ouvert son corselet et vint vers Eldurvellir pour redéboutonner sa chemise.

    - Je ne suis pas une guerrière ordinaire, je suis une chevalière noire. Il nous faut sceller notre rencontre par le fer.

    Le mage serra les dents lorsqu’après avoir passé la lame de sa dague dans la flamme de la lampe, Sombria lui perça doucement la poitrine. Elle se perça également le sein, puis reposa la dague et étreignit Eldurvellir avec force.

    - Que nos sangs se mêlent, sous l’égide de nos dieux Tiamat et Baine.

    Le mage ferma les yeux et un temps infini passa, à peine troublé par les bruits du navire à son éveil.
    Dernière modification par Eldurvellir ; 01/06/2013 à 14h47.

  23. #23
    Date d'inscription
    avril 2013
    Messages 
    616
    Lorsque les frère et sœur de sang montèrent sur le pont, ce fut pour voir le port d’Anarélis apparaître à l’horizon.

    [suite de la quête : Eldurvellir, quête solo]
    Dernière modification par Eldurvellir ; 02/06/2013 à 13h48.

Discussions similaires

  1. La Porte de Baldur [Par L.Z]
    Par balduran[fx] dans le forum La Grande Bibliothèque Impériale
    Réponses: 48
    Dernier message: 13/11/2012, 00h04
  2. [Roman] La Porte de Baldur
    Par balduran[fx] dans le forum La Grande Bibliothèque Impériale
    Réponses: 48
    Dernier message: 12/11/2012, 23h40
  3. [DAO][SOLUCE] Problème pour ouvrir la deuxième porte du temple en ruines
    Par Tony Parker dans le forum Les Secrets de Dragon Age: Origins
    Réponses: 3
    Dernier message: 13/01/2010, 15h41
  4. Accéder à la Porte de Baldur
    Par Gargus le terrible dans le forum La Taverne de Château-Suif (Baldur's Gate 1)
    Réponses: 6
    Dernier message: 04/05/2009, 17h29
  5. [BGT] Ouvrir la Porte de Baldur
    Par Non inscrit dans le forum Baldur's Gate Reloaded : les mods TUTU et Baldur's Gate Trilogy
    Réponses: 3
    Dernier message: 08/01/2009, 17h57

Les tags pour cette discussion

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •  

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 203 204 205 206 207 208 209 210 211 212 213 214 215 216 217 218 219 220 221 222 223 224 225 226 227 228 229 230 231 232 233 234 235 236 237 238 239 240 241 242 243 244 245 246 247 248 249 250 251 252 253 254 255 256 257 258