Affichage des résultats 1 à 19 sur 19

Discussion: [EPINE DORSALE DU MONDE] Errance...

  1. #1
    Date d'inscription
    janvier 2012
    Localisation
    Paris
    Messages 
    4 309

    [EPINE DORSALE DU MONDE] Errance...

    En provenance de : https://www.baldursgateworld.fr/laco...tml#post458249 (Errance dans un Plan inconnu)

    Le milieu où ils arrivèrent était une superbe forêt enneigée. Sylveneige resserra sa cape contre elle et réajusta son foulard de laine grenat. Eldurvellir fit de même, serrant son élégante cape bicolore dont il remonta le capuchon. Il posa sa besace et la fouilla, en sortit un manteau rouge sombre.

    - Tenez, nous pourrons partager encore ce manteau...

    Le cri du malheureux bousculé par la Simbule retentit tout près d'eux.
    Dernière modification par Féérune ; 28/08/2018 à 20h42.

  2. #2
    Date d'inscription
    janvier 2012
    Localisation
    Paris
    Messages 
    4 309
    - Ca venait de par là, je crois ! vite ! allons voir !

    Ils se tournèrent lentement vers l'est, dans la direction du cri. Un dénivelé apparut, abrupt, et Sylveneige eut besoin de toutes ses ressources de rôdeuse pour en découvrir les contours exacts. Le talus profond était broussailleux, partiellement recouvert de neige et de glace ; il n'était guère possible de s'y aventurer sans glisser, et elle dut utiliser son épée pour l'appréciation de l'épaisseur et la solidité de sa surface. Enfin elle put se pencher jusqu'au cri qu'ils avaient entendu : un homme était retenu au fond, coincé par un bloc de glace qui l'empêchait de remonter le talus.

    - Eldurvellir ! venez m'aider ! un homme est coincé là-dessous.
    - Et alors ? S'il est coincé, tant pis. Les bêtes le dévoreront. Il faut bien qu'elles mangent !
    - Venez, point. Rappelez-vous ce que nous a dit la Simbule !

    L'homme soupira et finit par rejoindre Sylveneige. C'est vrai, la Simbule... Espérons que le type nous aide à son tour... Sinon, le soleil décline et le type sera mort demain... Et nous aussi, si nous ne faisons pas rapidement un campement pour la nuit.

  3. #3
    Date d'inscription
    janvier 2012
    Localisation
    Paris
    Messages 
    4 309
    Eldurvellir prit son bâton et se pencha afin d'atteindre l'homme, mais ce dernier ne put le saisir.

    - Trop court. On n'y voit goutte, en plus... Laissons... Attendez ! j'ai une torche quelque part là dedans.

    Autant valait voir à qui on avait affaire. L'individu pouvait être utile. Après tout, lui connaissait l'endroit où ils se trouvaient. Si la race était ennemie, il servirait comme monnaie d'échange ou parlerait en leur faveur.

    Il trouva la torche, mais tellement abîmée qu'il ne put l'allumer.


    - Vous avez bien de la corde ?
    - Non.
    - Le manteau ? Tenez, attachez-le...

    Eldurvellir le tendit à l'elfe, qui attacha une des manches à une grande fourche qu'elle venait de tailler.

    - Voilà, allons-y.

    Sylveneige planta la base de la fourche aussi solidement qu'elle put et lança le manteau à l'homme inconnu. Ce dernier l'agrippa et parvint à remonter le talus. Son visage apparut enfin, et Eldurvellir faillit crier de surprise.
    Dernière modification par Féérune ; 01/09/2018 à 16h39.

  4. #4
    Date d'inscription
    janvier 2012
    Localisation
    Paris
    Messages 
    4 309
    Ce n'était pas un homme. L'individu était grand, sa peau bleue était à peine écorchée par sa chute, ses yeux candides et clairs fixaient ceux qui l'avaient sauvé.

    - Kvar erthou ?
    - Il ne parle pas la langue commune, dirait-on...
    - Je parle un peu. Bien, même. Qui es-tu, petit homme ? Et elle ? Elfe, non ?
    - Oui, c'est une elfe, Sylveneige.

    L'inconnu rit.

    - Les oreilles ! pointues ! ça, c'est drôle !
    - Dites donc ! je ne vous perm...

    Sylveneige s'interrompit, comprenant soudain à qui ils avaient affaire.
    Dernière modification par Féérune ; 06/09/2018 à 18h11.

  5. #5
    Date d'inscription
    janvier 2012
    Localisation
    Paris
    Messages 
    4 309
    Eldurvellir riait.

    - Un enfant ! c'est un enfant !
    - Oui, mais je suis noble ! je vous remercie de m'avoir sauvé, mais vous me devez le respect. Je suis Biarni Orelsson, neveu de la reine Gerti Orelsdottr.
    - Bien sûr, jeune Biarni, tu recevras notre respect.
    - Nous allons t'accompagner chez toi, si tu veux bien.
    - Oui. Venez.

    Ils suivirent le jeune géant, soulagés à la perspective d'un abri pour la nuit.

    Biarni connaissait assez bien la forêt et les guida parfaitement. Il expliqua qu'il avait été malpoli à l'égard d'une reine étrangère, qu'elle l'avait fait choir dans le ravin. Heureusement, grâce à ses nouveaux compagnons il n'y était resté que peu de temps.

    - Reine très délicate, elle n'a pas supporté la plaisanterie !
    - Vraiment ? La reine d'ici, votre tante, a t-elle le sens de l'humour ?
    - Ah oui, mais cela dépend de qui la plaisanterie vient... On ne manque pas de respect à Gerti Orelsdottr !

    L'enfant semblait très fier de sa tante, qui était selon lui la meilleure des reines. Il parla du château de givre, richement orné et très représentatif des talents des Géants.

    Enfin ils arrivèrent. Le "château" était en fait une large caverne, ornée de statues de glace à la morphologie puissante mais d'une grâce certaine. Le jeune garçon expliqua aux gardes leur rencontre et ils furent immédiatement introduits auprès de la reine de Givre.

  6. #6
    Date d'inscription
    janvier 2012
    Localisation
    Paris
    Messages 
    4 309
    - Vous ! elfe et humain, vous avez sauvé l'enfant auquel je tiens le plus au monde ! vous serez bien reçus ici et récompensés.

    Gerti Orelsdottr sourit, d'un sourire étrangement chaleureux.

    - Vous ne supportez pas le climat comme nous... Sigurd ! apporte des fourrures.

    Bientôt ils furent introduits dans une grande salle de séjour, installés sur d'immenses sofas et couverts de fourrures de renards des neiges et d'ours. Un feu flambait dans la cheminée, où un auroch aurait aisément pu rôtir. Deux grands bols de bière aux épices furent placés devant eux. Enfin il furent invités à expliquer leur présence sur l'Epine Dorsale du Monde.

    - Ce qui m'intrigue beaucoup, chers étrangers, c'est de vous trouver ensemble... Vous êtes très dissemblables. Expliquez-moi donc...

    Le regard glacé de la reine passa de l'un à l'autre. Eldurvellir sourit, les yeux brillants. Gerti était un délice au regard du jeune mage : très grande bien sûr, musculeuse mais la taille fine, parfaitement proportionnée. Ses manières, contrairement à celles de la majorité des Géants, étaient policées. Mais il sentait une puissance mentale autant que physique irradier d'elle, ce qui le stimulait.
    Au contraire d'Eldurvellir, Sylveneige devait faire un effort extraordinaire pour ne pas se laisser aller à la terreur. Pour la première fois, elle était consciente que son sort était entre les mains d'individus qui n'étaient que provisoirement bienveillants et qui pouvaient en un instant changer d'attitude envers elle.


    - Ha ha ha, petite elfe, tu as peur ! ne nie pas, je le sens. Mais tu peux être rassurée : je ne ferai pas de mal à celle qui a sauvé mon cher neveu. Que faites-vous dans la vie, aventuriers ? D'où venez-vous donc ?

    Ils expliquèrent, assez laborieusement, leur arrivée dans un Plan inconnu et leur mémoire perdue. Si Eldurvellir avait commencé à se souvenir de quelques éléments de sa vie, Sylveneige restait dans l'ignorance de son passé ; seules les chansons lui revenaient en mémoire. La reine sourit pour ce qui était, selon elle, la bonne blague d'un puissant mage malintentionné. Quand ils en arrivèrent à leur sauvetage par la Simbule, la reine Gerti rit franchement.

    - Sacrée Simbule ! toujours la même ! mais son mauvais caractère a failli être fatal à mon Biarni... Je m'en souviendrai. Et longtemps.

    Eldurvellir regarda avec intérêt la physionomie de la reine de Givre. Son visage venait de changer d'un coup : ses traits étaient durs et un reflet de haine parcourut son regard.
    Dernière modification par Féérune ; 06/09/2018 à 18h24.

  7. #7
    Date d'inscription
    janvier 2012
    Localisation
    Paris
    Messages 
    4 309
    - Vous saurez vous venger... murmura t-il.

    Gerti regarda Eldurvellir avec intérêt. Dommage que ces humains soient si ridiculement petits... Celui-ci est moins gracile qu'il en a l'air, joli garçon... Très joli garçon... Mais si petit... Elle sourit en se promettant de faire appel à son mage, Thorstenn. Lui connaît des sorts fort utiles...

    Le mage ne put s'empêcher de rire, son regard venant de tomber sur une Sylveneige qui avait quasiment disparu dans les fourrures. Seuls émergeait un flot de cheveux sombres. Le harfang, surpris, geignait doucement. L'elfe avait empoigné des tranches de viande séchée et caché une large portion de baies sauvages dans un repli de la fourrure. On l'entendait grignoter discrètement. La reine rit aussi, mais tempéra sa gaieté par un narquois et retentissant :


    - On voit si peu d'elfes ici !

    dont le ton glacial eut pour effet de faire disparaître l'elfe encore plus profondément dans les fourrures soyeuses. Eldurvellir s'approcha et murmura :

    - Il faudrait vous montrer un peu... Ne serait-ce que par politesse...
    - Oh pardon, votre majesté, les fourrures sont si confortables... Merci beaucoup de votre générosité...
    - Ne crains rien, petite... Mais je te conseille d'être un peu moins intimidée vis à vis des gens que tu rencontreras en ces lieux, si tu veux être respectée.
    - Heu... Oh... Oui, oui, votre majesté, très certainement...

    Gerti Orelsdottr soupira. Si le harfang des neiges lui plaisait beaucoup, l'elfe l'agaçait un peu. Les elfes l'agaçaient toujours, d'ailleurs. Et il n'était jamais très bon d'agacer Gerti Orelsdottr, fille du Jarl Orel Main-Grise et prêtresse d'Aurile ! elle décida de se débarrasser le plus aimablement possible de Sylveneige.

    - Que fais-tu donc de ta vie, jeune fille ?
    - Je suis barde, votre majesté.
    - Très bien ! parfait ! tu seras ravie d'échanger avec mes bardes, je pense... Sigurd ! emmène damoiselle Sylveneige auprès de Biörk et de Snorri ! qu'ils s'occupent d'elle et de son superbe harfang.

    Eldurvellir fut ravi. Dans un instant il serait seul avec la reine.
    Dernière modification par Féérune ; 08/09/2018 à 22h03.

  8. #8
    Date d'inscription
    janvier 2012
    Localisation
    Paris
    Messages 
    4 309
    - Gerti Orelsdottr, permettez-moi d'exprimer mon contentement d'être seul avec vous.
    - Vraiment ?

    Le regard de la reine de Givre s'adoucit. Ils discutèrent quelque temps, de la forêt et des créatures qui l'habitaient, du château de givre, de l'art géant et pour finir des résidents à la Cour. Du plus puissant au plus humble.

    - J'ai quelques esclaves ici, les Orcs qui n'ont pas été tués lors des raids. Serviteurs souvent difficiles, assez prompts à la révolte. Je suis parfois obligée d'en punir quelques-uns, pour l'exemple. Le chevalet de torture doit bien servir un peu !

    Eldurvellir rit beaucoup. Gerti Orelsdottr avait de l'humour, de la cruauté et était cultivée, bref était une personne très agréable selon ses critères. Il sut bientôt qu'elle était une artiste, sculptrice de talent et aimait beaucoup les sagas et la poésie des divers peuples de Féérune. Elle déclama quelques vers dans sa langue, qu'elle traduisit en langue commune en ayant soin d'en conserver la poésie.

    Une grande heure passa agréablement jusqu'au moment où Sigurd vint demander l'autorisation de servir le dîner. La reine accompagna elle-même Eldurvellir au bain, où Sylveneige barbotait déjà. Ensuite la soirée fut animée : outre le dîner pantagruélique et bien arrosé, la barde Biörk chanta avec brio et Snorri déclama nombre de poèmes épiques des Géants accompagné de sa lyre. Eldurvellir fut présenté au puissant mage de la Cour, Thorstenn.
    Dernière modification par Féérune ; 10/09/2018 à 19h07.

  9. #9
    Date d'inscription
    janvier 2012
    Localisation
    Paris
    Messages 
    4 309
    Bientôt les convives prirent congé. Ils se levèrent avec solennité et, sur un geste de Biörk, entonnèrent le chant de grâce à leur reine :

    Ó, Drottning vors lands! Ó, lands vors Drottning !
    Vér lofum þitt heilaga, heilaga nafn!
    Úr sólkerfum himnanna hnýta þér krans
    þínir herskarar, tímanna safn.
    Fyrir þér er einn dagur sem þúsund ár
    og þúsund ár dagur, ó Drottning Gerti :
    eitt eilífðar smáblóm með titrandi tár,
    sem tilbiður Gerti Orelsdottr sinn og deyr.
    Auriles presturinn þúsund ár,
    Auriles presturinn þúsund ár,
    eitt eilífðar smáblóm með titrandi tár,
    sem tilbiður Gerti Orelsdottr sinn og deyr.


    * TRADUCTION CI-DESSOUS

    La reine sourit en écoutant l'hymne de l'Epine Dorsale du Monde, touchée, et remercia d'un signe de tête. Puis elle fit signe à Biörk, qui emmena Sylveneige. Snorri et Thorstenn furent invités à rester, ainsi qu'Eldurvellir. La reine, intriguée, lui posa une question étrange :


    - Eldurvellir, comment écris-tu ton nom ?
    - E-L-D-U-R-V-E-L-L-I-R, votre majesté.
    - Et sais-tu d'où vient ton nom ?
    - Non, votre majesté.
    - Appelle-moi par mon nom. Et je t'appelerai par le tien, Eldeurvetler... C'est ainsi que ton nom se prononce ici. Eldur, le feu. Vellir, la plaine. Voilà ton nom.

    Un frisson parcourut l'échine d'Eldurvellir. Se pourrait-il qu'il soit originaire de l'Epine Dorsale du Monde ?

    - Y a t-il des humains en ces contrées, ... Gerti ?
    - Il y en a... Ou il y en avait... Nous les traitions assez bien, mais peu ont été capables de survivre ici. Très peu. Il est possible, d'ailleurs, à l'heure où je te parle, qu'il n'y en ait plus du tout... A part toi, bien sûr. Ils se sont réfugiés au nord-ouest, dans le Val Bise.

    Il sentit une vague de mélancolie envahir son coeur. Saurais-je un jour qui je suis ?

    La reine de Givre s'était levée.

    - Je ne veux pas te voir triste. Snorri ! tu chercheras dans nos sagas s'il y a un nommé Eldurvellir dans l'une d'elle, ou un évènement qui s'en rapproche... Tu peux partir, Snorri. Je compte sur toi pour m'apporter une réponse aussi vite que possible.

    Snorri salua et sortit. Sa nuit risquait d'être courte.

    - Sigurd va nous apporter de la bière, ensuite... Eh bien, nous aviserons... Toi et la jeune elfe pourrez rester ici autant que vous le souhaitez, Sigurd s'est occupé de votre chambre. Je n'ai qu'une demande, c'est de ne pas rencontrer souvent la petite elfe... Elle excite tous mes pires instincts, et je crains de ne pas leur résister bien longtemps...

    Eldurvellir rit.

    - Vous avez eu la plus grande sagesse, celle de l'envoyer auprès de vos bardes... Elle y sera bien.



    * TRADUCTION DU CHANT

    Ô Reine de notre pays ! Ô pays de notre Reine !
    Nous chantons ton nom, ton nom mille fois sacré.
    Les cohortes des temps te font une couronne
    des soleils du firmament sans fin.
    Devant toi un seul jour est comme mille ans,
    et mille ans un jour, ô Reine Gerti,
    une fleur d'éternité, sur la lande tremblant,
    qui adore Gerti Orelsdottr et puis meurt.
    ô mille ans pour la prêtresse d'Aurile,
    ô mille ans pour la prêtresse d'Aurile,
    une fleur d'éternité, sur la lande tremblant,
    qui adore Gerti Orelsdottr et puis meurt.

    d'après : https://www.youtube.com/watch?v=M0ueppKQGJg
    Dernière modification par Féérune ; 12/09/2018 à 20h19.

  10. #10
    Date d'inscription
    janvier 2012
    Localisation
    Paris
    Messages 
    4 309
    Le lendemain Sylveneige, guidée par la barde Biörk, fit le tour de l'ensemble du château Blanc-Brillant, immense caverne qui découvrait au fur et à mesure ses improbables pièces. L'immense caverne était magnifiquement aménagée. C'était un véritable château de glace et de roche intérieur, l'extérieur naturel de la caverne étant la montagne elle-même, qui dissimulait parfaitement cette oeuvre d'art.

    La première pièce de la caverne était un vaste hall glacé orné des quelques belles statues remarquées par les nouveaux arrivants, oeuvres de la reine elle-même. Cependant, ce hall n'était que l'avant-goût de la beauté des pièces qui le suivaient. Un vaste escalier aux marches basses, au centre du hall, descendait en colimaçon dans les profondeurs de la grotte d'un côté et montait vers l'autre. Il menait, vers le bas, à diverses pièces, des salles destinées à un usage commun : cuisines, thermes et latrines mais aussi une immense salle d'armes. Toutes les pièces présentaient un caractère fonctionnel, mais l'art n'en était pas exclu. Les cheminées de pierre étaient sculptées, les pièces d'eau garnies d'un mobilier massif mais ornementé.

    La salle d'armes, splendide, présentait nombre de fort belles armes accrochées aux murs : masses, fléaux, marteaux de guerre, grandes épées rivalisaient de beauté. En effet, les forgerons géants comptaient parmi les plus réputés de Féérune. Encore plus bas se trouvaient une salle de garde et les geôles, puis une fosse aux ours où on jetait parfois quelque malheureux dont on voulait se débarrasser.

    La température n'était pas glaciale ; en effet des cheminées immenses, quotidiennement entretenues, garantissaient une douce chaleur propre à satisfaire les Géants de Givre. Un humain, un elfe, pouvaient aisément y survivre s'ils étaient bien vêtus ; les fourrures leur étaient indispensables afin de supporter la dizaine de degrés appréciée des Géants.

    L'escalier montait en colimaçon à l'intérieur de la montagne. Montant en pente douce et tournant doucement sur la gauche, il permettait d'accéder aux étages supérieurs et desservait des chambres creusées dans la montagne. Point de fenêtres à proprement parler, mais des soupiraux affleurant la montagne et un habile jeu de blocs de glace qui réfléchissaient la lumière du jour et l'amenaient à l'intérieur. L'orientation des blocs permettait de guider la lumière à l'intérieur des pièces ; leur emplacement était naturellement suffisamment éloigné des cheminées pour éviter qu'ils ne fondent.

    Eldurvellir et Sylveneige furent installés dans une vaste pièce des étages supérieurs, à proximité de l'appartement de la reine. Enfin, tout du moins Sylveneige. Eldurvellir semblait avoir disparu. On ne le vit guère aux repas - pas plus qu'on n'y vit la Reine.
    Dernière modification par Féérune ; 22/09/2018 à 18h21.

  11. #11
    Date d'inscription
    janvier 2012
    Localisation
    Paris
    Messages 
    4 309
    La chambre allouée aux visiteurs était aux dimensions des Géants. L'unique lit en reflétait les proportions : Sylveneige et Eldurvellir auraient pu dormir l'un au-dessus de l'autre et se retourner quinze fois du même côté sans en tomber. Le luxe était représenté par des draps de lin brodés de fils de couleur vive, une importation précieuse. Les couvertures étaient des fourrures cousues ensemble. Point d'oreiller, mais une fourrure d'ours roulée en boule et maintenue par un large cordon de cuir. Les murs étaient nus, mais certaines roches étaient gravées de runes et de représentations d'animaux, dans une belle couleur rouge sombre.

    Au centre de la pièce trônait une large table basse entourée de fauteuils de bois et cuir immenses, sur lesquels des fourrures d'ours étaient négligemment jetées. Un mur recevait une bibliothèque bien garnie, dont les oeuvres étaient essentiellement rédigées en runes locales. Des statues portant de grandes bougies protégées par des orbes de verre complétaient la décoration de la chambre, allumées par des serviteurs à la tombée du jour et éteintes à la minuit.

    Adossée au mur est se trouvait une gigantesque cheminée, flanquée sur un côté d'un cabinet de toilette rustique dont l'eau était renouvelée deux fois par jour. De même que pour les bougies, c'étaient les serviteurs qui s'occupaient de la cheminée, apportant la tourbe et le bois nécessaires à l'entretien du feu.

    Après une excellente soirée passée à manger et boire, à écouter les passionnantes sagas de Snorri et les chants étranges de Biörk, Sylveneige fut heureuse de retrouver un lit confortable. Il fallait apparemment le partager avec Eldurvellir, mais il était si grand qu'ils pourraient dormir sans se gêner. La cheminée brûlait toute la nuit, maintenant une "chaleur" d'une douzaine de degrés dans la grande pièce. L'elfe frissonna en se déshabillant et s'enroula dans les fourrures.

  12. #12
    Date d'inscription
    janvier 2012
    Localisation
    Paris
    Messages 
    4 309
    Sylveneige tourna et se retourna, bouscula le harfang des neiges qui ne manqua pas de protester. Non qu'elle eût froid sous la couverture, mais ses pensées restaient inquiètes. Sur la table basse se trouvaient les besaces. Faut-il que j'aille voir ? Me lever... Sylveneige considéra la chose. Se lever, c'est avoir froid... Elle s'obligea cependant, se dégagea des fourrures douillettes et alla prendre son sac avant de revenir prestement dans le lit.
    Fouillant dans sa besace, elle y trouva une petite lettre pliée en quatre. Je ne l'ai pas vue quand je l'ai renversé, ce fichu sac... Impossible ! elle n'y était pas... L'elfe l'ouvrit lentement et lut :


    Ma chère Soeur,

    Peux-tu ramener la petite Sylveneige à Evereska ? Ou tout au moins la mettre sur la route ? C'est une jeune elfe facétieuse. Elle n'est pas très grande, yeux verts, cheveux noirs. Elle est accompagnée par son harfang des neiges, Lumi. C'est une barde, donc il y a de fortes chances qu'elle ait été repérée et qu'on se souvienne d'elle.

    Cherche-la dans les Plans peu fréquentés pour commencer. Tu en feras vite le tour...

    Je t'embrasse affectueusement

    Oragie

    Evereska ! c'est donc là d'où je viens ! c'est loin, sans doute... Mais je sais désormais où aller ! eh toi, hibou chéri ! tu t'appelles donc Lumi ! Lumi, nous sommes sauvés ! là-bas, la mémoire me reviendra certainement. La Simbule a opportunément jeté la lettre dans mon sac... Quelle étrange femme...
    Rassurée, l'elfe parvint enfin à s'endormir, le visage dans les pattes duveteuses du harfang.
    Dernière modification par Féérune ; 17/09/2018 à 17h57.

  13. #13
    Date d'inscription
    janvier 2012
    Localisation
    Paris
    Messages 
    4 309
    Pendant ce temps, Gerti faisait une étrange proposition à son autre invité.

    - As-tu déjà envisagé d'être autre chose qu'un humain, Eldurvellir ?
    - N-non... Mais je suis naturellement ouvert aux suggestions intéressantes.

    La reine s'était approchée d'Eldurvellir. Elle sourit.

    - Tu pourrais être un géant, pour un temps... Viens. Thorstenn ! j'ai besoin de tes services.
    - Oui. Pour un temps...

    Ils montèrent dans la chambre de la reine, où Eldurvellir fut prié de retirer ses vêtements. Après le sort lancé par Thorstenn, Eldurvellir devint un géant au teint bleuté qui fit le ravissement de Gerti Orelsdottr. Le mage fut prié de quitter la chambre, suivi par une Tiamandis crachant mille injures dans sa langue de pipistrelle, furieuse de ne plus reconnaître son maître.

    - Viens avec moi, tu n'as que peu de temps sous cette forme...

    Gerti était enchantée. Son compagnon habituel était parti à la chasse pour quelques jours - après une scène mémorable qui avait failli le conduire à la fosse aux ours - et elle était ravie d'avoir un autre amant sous la main. Eldurvellir en version géant avait conservé ses caractéristiques physiques : un gabarit moyen, des muscles plutôt fins, la peau claire et des traits de visage délicats. Bref, un contraste saisissant avec cette grande brute de Baugur. Certes, Baugur était un féroce guerrier et probablement le meilleur chasseur, mais les violents échanges verbaux qu'ils avaient eu l'avait refroidie à son égard. Apprendre qu'il n'est pas indispensable lui fera du bien, songeait-elle. Bien sûr, il voudra se venger, mais se venger sur un géant redevenu petit humain paraîtra si ridicule...

  14. #14
    Date d'inscription
    janvier 2012
    Localisation
    Paris
    Messages 
    4 309
    Les jours suivants, Sylveneige fut surprise de ne plus voir ni la reine, ni Eldurvellir. Seule la pipistrelle Tiamandis avait daigné réapparaître, mais elle resta de mauvaise humeur malgré les efforts de l'elfe pour la dérider, crachant lorsque l'elfe lui présentait à manger et préférant voler sa nourriture. La cohabitation avec Lumi était délicate. L'elfe dut déployer des trésors de persuasion pour décourager le harfang de goûter la viande de chauve-souris. Heureusement que la vivacité naturelle de cette dernière lui évitait bien des écueils.

    Sylveneige avait l'impression d'entendre des rires dans le lointain la nuit, comme s'il y avait une fête quelque part. Au vrai, elle s'en fichait un peu, les journées se passaient très agréablement entre Biörk et Snorri. Cultivés, originaux et drôles, ils lui faisaient presque oublier la rustrerie de la plupart des géants. Biörk avait des compositions personnelles très intéressantes et tout à fait originales, utilisant sa voix de manière tout à fait surprenante. Snorri était un puits de savoir, très versé dans l'histoire de son pays, mais aussi celle de pays lointains. A la demande de Sylveneige, il lui parla d'Evereska et de sa déesse Sunie. Ceci eut pour effet d'attiser la curiosité de l'elfe et son envie de repartir vers sa patrie et, l'espérait-elle, sa mémoire.

    Snorri se mit à scander un poème :

    Les collines de Shéradim cachent le joyau de la déesse Sunie
    Qui dans sa bonté et sa beauté infinie
    A inspiré la belle ville, d'elfes la splendide colonie
    Des plus beaux oiseaux la poétique cacophonie

    Elfes de lune et de soleil, chérissez Evereska
    Ville des arts délicats

    Les arbres sont des habitants la demeure
    Et aucun ne souhaite découvrir l'ailleurs
    Tant est immense et noble leur bonheur
    La statue de la belle Sunie se couvre de fleurs

    Elfes de lune et de soleil, chérissez Evereska
    Ville des arts délicats


    [EPINE DORSALE DU MONDE] Errance...-evereska1.jpg
    Dernière modification par Féérune ; 21/09/2018 à 18h43.

  15. #15
    Date d'inscription
    janvier 2012
    Localisation
    Paris
    Messages 
    4 309
    Vint le jour où Sylveneige finit par déclarer son envie de quitter le Royaume de Givre. Au vrai, quelques chasseurs étaient revenus d'une expédition assez lointaine, et elle les trouvait particulièrement intimidants. Surtout l'un d'eux, le plus grand et musclé du lot et qui paraît-il avait la faveur de la reine. La nuit qui suivit fut une nuit de violence : des cris terribles, une dispute dans la chambre même de la reine, l'effrayèrent. Elle finit par sombrer dans le sommeil et fit un rêve étrange : un géant venait discrètement se glisser dans les fourrures du lit.

    Le lendemain, elle dit sa décision de partir à ses amis bardes. La nuit l'avait décidée, les bonnes dispositions des Géants à son égard risquaient de ne pas durer.

    Le jeune Biarni vint la voir et lui offrit un magnifique cadeau, un cheval blanc à la crinière châtain, queue et paturons nantis de poils châtain. Un animal absolument magnifique. La selle était de fourrure d'ours brun, les larges rênes de cuir tressé.


    - Tu iras plus vite ! et ce sera ton deuxième ami, après ton harfang. Tous les enfants géants ont un cheval, tu sais ! c'est comme si tu étais comme moi ! comment s'appelle ton harfang ?
    - Il s'appelle Lumi.
    - Lumi, très joli nom ! cela signifie "neige" dans la langue du Val Bise.
    - Mais oui ! Biarni, tu es un savant !
    - Je dois apprendre beaucoup... La reine a des projets pour moi, je dois apprendre à l'aider ! on ne trahit pas la confiance de Gerti Orelsdottr !

    Sylveneige eut un frisson au nom de la reine. Certes, cette dernière ne l'avait guère troublée par sa présence, mais Blanc-Brillant était plein de l'âme de sa reine.

    - Comment s'appelle ce splendide cheval, Biarni ?
    - Il s'appelle Kaori. Ce signifie "harpe du vent" dans notre langue.
    - Quel nom magnifique ! C'est un présent extraordinaire, vraiment, Biarni. Je suis très touchée... Et son nom est idéal pour un cheval de barde !

    Informée du souhait de départ de l'elfe, Gerti Orelsdottr vint lui dire adieu et la remercier encore du sauvetage de son neveu. La traditionnelle accolade fut un peu difficile à cause de leur différence de taille, mais elle eut pour effet d'amuser la reine, qui remit à son invitée de chaudes fourrures et des vivres pour le voyage, ainsi qu'une escorte de choix pour l'accompagner jusqu'au sud de l'Epine Dorsale du Monde.

    - Mais... Votre majesté... Eldurvellir ne part donc pas avec moi ?
    - Oh ! il te rejoindra, ne crains rien. Vous irez lentement, il pourra ainsi vous rattraper. Baudur ! tu accompagneras cette jeune fille !
    - Non.
    - Bien. Les ours sont affamés, m'a t-il semblé...
    - Je n'ai pas peur des ours.
    - C'est bien. Mais tu peux avoir peur de moi, Baudur. Vraiment.

    Le jeune géant ronchonna et finit par céder. La reine le suivit du regard, un regard froid et hautain, mais dans lequel l'elfe crut voir furtivement passer un sentiment de tendresse. Tout le monde s'était tu ; Sylveneige, à son grand étonnement, vit le chagrin dans les yeux de Baudur. N'osant pas dire un mot, elle se contenta de saluer et partit.

  16. #16
    Date d'inscription
    janvier 2012
    Localisation
    Paris
    Messages 
    4 309
    - Quelle route pensez-vous nous faire prendre, Baudur ?
    - Nous allons continuer un peu à flanc de montagne et prendrons la route pour Mithral Hall. Vous pourrez y trouver une caravane vers Lunargent, une ville elfique où vous serez bien, le temps d'y attendre votre... votre ami. Je dirai à la reine le chemin que vous avez pris.
    - Merci infiniment, Baudur. Je suis heureuse d'avoir votre aide.

    Baudur et Sylveneige longèrent quelque temps le flanc sud de la montagne vers l'est, puis cherchèrent la piste du sud-est. L'elfe était inquiète : bien qu'ayant un cheval, ce qui lui permettait d'aller vite, elle voyait bien que le géant était en difficulté.

    - Ne vous inquiétez pas ! la piste est là quelque part, mais les récentes chutes de neige l'ont masquée...

    Baudur tâtait le terrain de sa lance et prit ses repères, cherchant du regard la disposition des arbres et les marques faites lors de ses précédentes chasses.

    - Ici ! il n'y a pas de broussailles, ce doit être la piste... Oui ! je reconnais mes marques.

    Ils s'engagèrent sur le chemin, mais furent réduits à avancer lentement, tant la neige était épaisse. Le brave Kaori restait impassible et posait précautionneusement les sabots, comme attentif au bien-être de Sylveneige.
    A la fin de l'après-midi, la piste se dégagea un peu, et la forêt broussailleuse s'aéra.

    - Il va falloir trouver un abri pour la nuit. Il y avait un refuge autrefois, mais les raids des orcs ont causé quelques dégâts.

    L'idée de campement de nuit dans le froid inquiéta fort Sylveneige. Les températures étaient si basses qu'elle craignit que les fourrures données par la reine ne suffisent pas. Heureusement Baudur était plein de ressources et son habitude de la chasse en plein air pendant plusieurs jours lui avait inspiré des méthodes efficaces pour se protéger du froid.

    - Sylveneige, sachez que les fourrures ne font pas tout... Il faut d'abord trouver l'endroit idéal pour camper, celui qui sera le plus abrité du vent ; mais aussi celui qui recevra au plus tôt le soleil. Le sol doit en être le plus sec possible. Et votre feu lui aussi doit être abrité et suffisamment nourri afin d'éloigner les bêtes sauvages. Ne choisissez jamais de grotte, souvent l'habitation d'un ours... Moi je peux tuer l'ours, mais vous peut-être pas !

  17. #17
    Date d'inscription
    janvier 2012
    Localisation
    Paris
    Messages 
    4 309
    Ils avaient fini par monter un campement acceptable, malgré le froid. Baudur cassa de longues branches et utilisa des branchages pour monter une espèce de tente qu'il recouvrit de fourrures. Au centre il fit un foyer et Sylveneige s'occupa de faire le feu. Un autre feu fut fait à l'extérieur, près de l'entrée de la tente afin de décourager d'éventuelles bêtes sauvages ; ils entrèrent à l'intérieur, Kaori inclus. Des fourrures avaient été placés à même le sol. Ils s'allongèrent à même le sol et les dernières fourrures servirent de couvertures.

    Lorsqu'ils reprirent la route, ce fut dans de meilleures conditions et l'elfe dut reconnaître que la nuit avait été plutôt bonne. Ils avaient bien entendu les loups grogner, mais aucun ne s'était risqué à les attaquer.

    Sylveneige aurait souhaité pouvoir bénéficier le plus longtemps possible de la protection et de l'expérience du géant. Baudur cheminait à côté du cheval d'un pas vif. Elle tenta de rompre la glace, tout en comprenant que le silence du géant tenait davantage au chagrin qu'à une nature taciturne.
    Ils continuèrent quelque temps en silence, le géant plongé dans une vague mélancolie. Enfin Sylveneige reprit :


    - Baudur, d'où êtes-vous originaire ?
    - Je suis de l'Epine Dorsale du Monde, d'un village frontalier avec le Val Bise, non loin du Roc-au-Corbeau.
    - Moi je suis d'Evereska. Vous connaissez peut-être ?

    Question stupide. Si Baudur avait été à Evereska, je m'en serais certainement souvenue... Sylveneige voulait à toute force consoler, autant que faire se pouvait, ce géant malheureux. Etre l'ami de coeur de la reine Gerti Orelsdottr ne devait pas être de tout repos.

    - Non, damoiselle, je ne connais pas Evereska. Ma fidélité est acquise à ma belle contrée, et à ma Reine. Ma Reine, qui me hait parfois... Mais mon honneur m'interdit à jamais de la trahir.
    - Mais... Qui vous parle de trahison, Baudur ?

    Le géant était au bord des larmes.

    - Vous me voyez triste de ma colère envers ma Reine, vous tentez de me circonvenir pour que je l'abandonne en vous emmenant jusqu'au bout de votre voyage... Je ne peux faire une telle chose, ce serait trahir la confiance que Gerti Orelsdottr a placée en moi.
    - Baudur, vous lisez dans mes pensées... J'aurais souhaité votre compagnie tout le long du voyage, pour ma sécurité. Mais je ne crois pas que ç'aurait été trahir la confiance de la reine de Givre.
    - Vous ne la connaissez pas... Ma Reine est intelligente, belle et généreuse, mais elle croit déjà que j'ai tenté de la trahir. Alors qu'elle-même...
    - Alors que la reine ?
    - Non. Je ne dois rien dire.
    - Elle a un sentiment tendre envers vous, Baudur. Je l'ai lu dans ses yeux.

    Sylveneige soupira. Se pourrait-il que... ? Non, impossible... Eldurvellir n'a pas passé tout son temps avec la reine... Elle décida de ne pas forcer la discrétion du jeune géant. Si Eldurvellir nous rattrape, je finirai bien par savoir ce qu'il s'est passé.

    Quelques semaines plus tard, ils arrivèrent à l'entrée de la petite ville de Mithral Hall.


    - Sylveneige, c'est une ville de nains et ils sont parfois nerveux lorsqu'un géant pénètre dans leur ville... Je vais vous faire mes adieux ici. Vous trouverez aisément une caravane de marchands avec qui voyager en sécurité jusqu'à Lunargent, et peut-être même une autre caravane qui suivra la route que vous souhaitez prendre. Je dirai à Gerti d'y envoyer l'humain Eldurvellir afin qu'il vous rejoigne... Enfin ! si je ne l'ai pas massacré avant !
    - Oh non, Baudur ! ne faites pas une telle chose ! cela vous desservirait... La reine vous aime sincèrement, j'en ai la certitude.

    Le visage fermé de Baudur s'épanouit en un sourire.

    - Tenez, Sylveneige...

    Il lui glissa autour du cou une fourrure douce et fine.

    - Cela protègera efficacement votre gorge du froid. C'est indispensable, pour une barde ! le climat de ces régions est traître et peut être presque aussi froid que l'Epine Dorsale du Monde. Vous avez été une compagne de voyage très agréable et avez eu la gentillesse de me consoler. Je ne vous oublierai pas, Sylveneige.
    - Merci, Baudur. Je vous souhaite d'être heureux !

    Sylveneige entra dans la cité haute de Mithral Hall.

  18. #18
    Date d'inscription
    janvier 2012
    Localisation
    Paris
    Messages 
    4 309
    HRP : comme on quitte l'Epine Dorsale du Monde, quelques traductions et sources :

    "Orelsdottr", c'est à dire fille d'Orel, de même qu' "Orelsson" est le fils d'Orel
    on est dans une langue copiée sur l'islandais : Orelsdottir, Orel + s du génitif + dottir (fille), donc j'ai donné au jeune Biarni le nom d'Orelsson : Orel + s du génitif + son (fils)

    J'ai donc suivi l'islandais pour les noms des PNJ :
    Biarni vient du prénom islandais Bjarni
    Biörk vient de la chanteuse Björk, bien sûr : https://fr.wikipedia.org/wiki/Bj%C3%B6rk
    Snorri : c'est Snorri Sturlusson, homme politique islandais des XIIème et XIIIème siècles et auteur de sagas : https://fr.wikipedia.org/wiki/Snorri_Sturluson
    Baudur est un prénom islandais masculin
    les noms des chevaux sont tirés de : https://sites.google.com/site/domain...eval-islandais
    j'ai un peu aménagé les noms, afin de permettre une lecture francisée :
    Kári (harpe du vent) devient Kaori
    Kóti (brigand) reste Koti, avec un "o" fermé [à découvrir ultérieurement dans "Errance..."]

    Enfin, l'inspiration pour le chant à la Reine : https://www.youtube.com/watch?v=M0ueppKQGJg
    tout bonnement l'hymne islandais, aménagé à la sauce Epine Dorsale du Monde et dont j'ai donné plus haut la traduction
    Dernière modification par Féérune ; 30/06/2020 à 20h23.

  19. #19
    Date d'inscription
    janvier 2012
    Localisation
    Paris
    Messages 
    4 309

Discussions similaires

  1. [Epine dorsale du Monde] [Quête]: Fils de L'enfer
    Par Eredef dans le forum Vers Féérune
    Réponses: 1
    Dernier message: 11/09/2006, 20h12
  2. [RP]Errance aux frontières de la folie
    Par Garfield dans le forum Les Montagnes du Nord
    Réponses: 1
    Dernier message: 25/02/2006, 11h39
  3. [Epine dorsale du Monde] [RP] Voyage a Padhiver
    Par Garfield dans le forum Vers Féérune
    Réponses: 2
    Dernier message: 28/12/2005, 20h59
  4. [NeverMagic] Groupe de réflexion : Épine dorsale du Monde
    Par Valmoer dans le forum Les contrées des jeux
    Réponses: 7
    Dernier message: 08/10/2004, 19h29
  5. [Epine dorsale du Monde] Listes des régions disponibles
    Par Egrevyn dans le forum Vers Féérune
    Réponses: 0
    Dernier message: 08/02/2004, 09h40

Les tags pour cette discussion

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •  

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 203 204 205 206 207 208 209 210 211 212 213 214 215 216 217 218 219 220 221 222 223 224 225 226 227 228 229 230 231 232 233 234 235 236 237 238 239 240 241 242 243 244 245 246 247 248 249 250 251