[Quête] Horreur en chemin

En leur sein trône la cité du Chaos, Melandis la maléfique. Ici dominent, à perte de vue, des étendues dénuées de toute zone abrupte. Mais les steppes du centre sont aussi fourbes qu'elles se montrent stériles. Pays des bandits, des nomades et des villes placées sous la tutelle mélandienne ; terre des salamandres et des basilics, ces plaines sont parcourues par de puissants courants magiques. Dans l'horizon où la ciel et la terre ne font qu'un, des silhouettes de dragons semblent arpenter les airs...
Avatar du membre
Gaspard Hurlegloire
Personnage des Royaumes
Ours noir
Messages : 180
Enregistré le : jeu. 06 juin 2013, 12:16
Statut : Hors ligne

[Quête] Horreur en chemin

Message par Gaspard Hurlegloire »

« Juste là, lieutenant. »«

Suivant la direction indiquée par son subalterne, Gaspard franchit les derniers mètres d’un pas prudent, car le terrain était accidenté. Sous ses bottes, les pierres étaient promptes à se dérober. Il ne tarda pas à entendre une nuée de mouches, son ô combien évocateur. Encore un buisson qu’il écarta d’un ample geste du bras. Enfin, il put voir le repoussant spectacle.

« C’est peut-être un ours », hasarda le soldat, en gardant ses distances afin de ne pas être incommodé par l’odeur.

La matinée n’en était qu’à son début, le soleil se montrait à peine à l’horizon. Pourtant, il faisait déjà chaud, lourd, moite. Voilà qui n’avait pas arrangé l’état de la dépouille.


« Personne n’a rien entendu ? » questionna Hurlegloire.
« Pas que je sache. »

Le prêtre, car le lieutenant était prêtre, se détourna et reprit avec sa coutumière sévérité.

« Qu’on le mette en terre. Je prononcerai les prières. Mais on lève le camp dans une heure, faut pas que ça traine. »
« Oui lieutenant. »

Le colosse en armure revint sur le sentier cerné de broussailles sèches. Après cinq bonnes minutes de marche, il gagna le détachement militaire dont il avait la charge. Aghoralis était assiégée. Gaspard avait ordre de s’y rendre et de prêter main forte contre les Melandiens. Voilà déjà deux semaines que lui et ses hommes étaient en marche dans cet aride paysage. Voilà au moins trois jours que le temps était orageux, mettant à l’épreuve les nerfs de chacun. Jusqu’à présent, le ciel avait été avar, gardant pour lui la moindre goûte d’eau. Et quand les nuages s’amoncelaient, seuls de rares éclairs en jaillissaient. Le lieutenant Hurlegloire avait eu à gérer quelques rixes. La dernière en date s’était produite la veille au soir. Peu diplômâtes, excessivement exigeant, il s’était taillé une réputation assez mitigée, incarnant plus ou moins la discipline aveugle. Mais au moins, avec lui, on savait où on allait, c’était clair. C’était la première fois qu’il se retrouvait avec ce genre de responsabilité et il les assumait sans vaciller le moins du monde.

Dans le camp, les tentes étaient encore dressées, mais le régiment s’afférait en vue du départ. Gaspard retourna dans ses quartiers de fortune. Là, Antoine ne ménageait pas ses efforts afin de remplir aux mieux ses attributions. Il avait voulu venir, il avait réussi. Néanmoins, le voyage n’était pas vraiment à la hauteur de ses espérances. Un voyage, c’était bien là le problème, pour l’instant ce n’était qu’un voyage. Le jeune novice de Tempus rêvait de guerre. Mais il s’efforçait de ne rien laisser paraître de son impatience, surtout en présence de l’imposant prêtre. Dès que celui-ci entra dans la tente, il le questionna, curieux.


« Et alors, la sentinelle ? »
« Morte. Un ours peut-être ou une autre bête sauvage. Je n’avais pas besoin de ça. Apportes-moi le manuscrit, faut que je consigne l’incident. »

Antoine finit d’ajuster sa cotte de mailles et s’exécuta avant de reprendre.

« Et aujourd’hui ?
« Pareil, on marche. Tu as prié ce matin ? »
« Oui. »
« Bien. Tu as préparé mon cheval ? »
« Pas encore. »
« Alors actives-toi. »

Antoine se dirigea vers la sortie. Gaspard lui lança, moins abrupte :

« Après, on reprendra l’entrainement. »

Le novice esquissa un sourire. On avait beau dire, Gaspard était un instructeur efficace pour peu qu’on soit assez endurci. Et le jeune l’était si bien qu’il prenait beaucoup de plaisir à apprendre de lui. Quelques dizaines de minutes le matin, quelques dizaines de minutes le soir, cela rendait l’attente plus supportable.
Avatar du membre
Louve
Légende des Royaumes
Worg
Messages : 368
Enregistré le : dim. 02 juin 2013, 15:24
Statut : Hors ligne

Message par Louve »

La bête était repue. Elle s'était délectée de la chair fraiche à profusion, mais aussi de la peur. Cette peur qu'elle avait lu sur son visage quand il avait vu ce qu'elle était. Puis elle l'avait mordu à la jambe, lui sectionnant le talon d'achille. Puis elle lui avait donné l'illusion qu'il pouvait partir simplement pour le plaisir de le voir ramper. Le sang perdu avait formé une traînée, exitant son appetit. Mais elle s'était contrôlée. Depuis toujours, elle avait sû contrôler ses instincts. Il s'était approché tout près du camp, suffisamment pour qu'il puisse distinguer le feu. L'espoir l'avait fait accélérer.

En un seul bond, elle lui avait coupé la route. Il avait levé la tête, une expression incrédule sur le visage. Pourquoi ne voulaient-ils jamais comprendre quand la fin était venue ? Elle s'était contentée de grogner. Il avait tenté de battre en retraite, secoué par des sanglots pathétiques. Elle s'était baissée et l'avait attrapé par le cou. Il s'était souillé. C'était tellement prévisible. Elle allait devoir le nettoyer pour le manger à sa guise. Quel gâchis !

De rage, elle avait reserré sa prise autour de lui, de façon à ce que ses griffes entre dans la chair tendre. Il l'avait encore regardée, la morve au nez, la bave aux lèvres. Peut-être avait-il laissé échapper une prière muette. Elle l'avait égorgé sans plus attendre ...

Elle avait laissé le corps en vue délibérèment. Elle voulait qu'ils le trouvent, qu'ils aient peur. Pour qu'ils sachent qu'ils n'étaient pas seuls. Elle regarda les hommes s'approcher du cadavre. Ils avaient parlé d'un ours. Qu'ils le pensent donc. La surprise n'en serait que plus totale. Elle regarda l'homme qui se penchait sur le corps. Un colosse. Une force de la nature. Un adversaire à sa taille. Et qui ne se doutait pas qu'il était épié. Le jeu ne faisait que commencer.
Avatar du membre
Gaspard Hurlegloire
Personnage des Royaumes
Ours noir
Messages : 180
Enregistré le : jeu. 06 juin 2013, 12:16
Statut : Hors ligne

Message par Gaspard Hurlegloire »

Le signal donné, ils se mirent en route. Tout avait été replié, rangé. Les hommes, les chevaux, les chariots, cela formait une colonne qui cheminait lentement entre roches et broussailles. Du sol sec, des nuages de poussières s’élevaient. Du ciel pour l’instant d’un bleu limpide, le soleil dardait des rayons de plus en plus chauds. Sous son casque, sous son harnois, Gaspard suait à grosses gouttes. Mais il demeurait parfaitement droit sur sa robuste monture. Pratiquement en tête du cortège, il parlait peu. Le plus souvent, il répondait aux questions d’Antoine, dont l’avidité d’apprendre semblait intarissable. Un garçon volontaire, il ira loin s’il continuait de s’en donner les moyens.

Cette histoire de mort découvert au matin faisait déjà partie du passé. La préoccupation première d’Hurlegloire était sa mission. Dans sa tête se succédaient des questions d’ordre logistique. Il estimait la présente situation fort acceptable. La météo ne compliquait pas la progression, juste les relations. Aucun retard n’avait été pris. Il fallait croiser les doigts pour que cela dure. Derrière lui, les soldats bavardaient. L’ours supposé comme meurtrier était sur beaucoup de lèvres mais on en riait plus qu’autre chose ou, à défaut, on supputait sur la façon dont cela s’était déroulé. Les sujets de conversations étaient rares. Seuls ceux qui étaient proche du malheureux préféraient s’en priver.

A midi, il y eut une courte halte. Ce fut au soir tombé que la troupe dressa le camp, comme elle le faisait à chaque fois. Le rituel était désormais bien rôdé et cela s’en ressentait par l’impeccable mise en œuvre. Gaspard n’ayant guère besoin de superviser, il n’hésitait pas à aider. Il n’était pas l’un de ces petits chefs toujours prêt à s’épargner des efforts sous prétexte de son grade et c’était pour ça qu’on ne le détestait pas franchement. Comme la veille, des sentinelles furent désignées afin de monter la garde à proximité. Comme la veille, Hurlegloire se coucha satisfait de la journée. Comme la veille, Antoine mourait d’impatience de voir la guerre et d’y participer...
Avatar du membre
Louve
Légende des Royaumes
Worg
Messages : 368
Enregistré le : dim. 02 juin 2013, 15:24
Statut : Hors ligne

Message par Louve »

Durant toute la journée, la bête les avait suivis. La guerre apportait avec elle son troupeau d'hommes et elle n'avait qu'à se servir. Ceux-là n'étaient pas bien nombreux et constituaient donc une proie facile. Et il y avait ce défi. Cet homme grand comme une montagne qui n'avait pas l'air de se soucier de sa présence. Cette nuit, elle lui montrerait de quoi elle était capable.

La journée durant, elle les suivit sous forme de loup. Plus discrète et rapide que les deux autres. Ils ne la remarqueraient pas. Ou du moins pas avant qu'il ne soit trop tard. Les chevaux quand elle s'approcha de trop près piaffèrent, nerveux. Elle s'éloigna quelque peu de peur qu'ils la trahissent.

Puis vint la nuit, de plus vint que la nuit. Et elle a pas de loup se rapprocha du camp. Comme la nuit précédente, elle ôta ses vêtements. Son pantalon et sa chemise volés à un cadavre. Et sa pélisse, seul vestige de l'homme qui l'avait nourrie. Elle savoura la caresse du vent frais, les bras haut levés, se donnant pour quelques instants la sensation de voler. Puis elle s'approcha. Les hommes avaient allumé des feux. Elle les devina fébrils. A cause d'elle sans doute.

Elle s'approcha silencieusement. Assez loin pour pouvoir fuir le cas échéant, assez près pour que l'un d'entre eux, ou peut-être deux puissent la remarque. Ensuite ...
J'aime la viande !!! Et je suis jouée par Althéa :)
Avatar du membre
Gaspard Hurlegloire
Personnage des Royaumes
Ours noir
Messages : 180
Enregistré le : jeu. 06 juin 2013, 12:16
Statut : Hors ligne

Message par Gaspard Hurlegloire »

Les nuages, depuis la soirée, s’étaient accumulés. Désormais, une chape de plomb, sans cesse plus sombre à mesure que la nuit s’avançait, couvrait le campement Manostien. Autour des feux, on mangeait et bavardait. L’électricité dans l’air rendait les âmes fébriles. Les insectes, particulièrement entreprenant, agaçaient hommes et bêtes.

« Ha, mais c’est pas possible ! », s’exclama un soldat en faisant de grands gestes, dans l’espoir de chasser les mouches.

Maladroit, il manqua cogner son collègue assis à côté. Ce dernier, surpris, laissa tomber sa viande grillée par terre. Piqué au vif, il fut à deux doigts de rendre le coup. Néanmoins, il n’en fit rien car il distingua, derrière le fautif, une haute silhouette s’approcher. Il s’adressa à elle, masquant avec peine la colère qui grondait en lui.


« Lieutenant, cette chaleur est étouffante. »
« Je sais, soldat, et je ne me plains pas. »
« C’est juste que... »
« Il y a une foret devant nous. Demain, si tout va bien, on y sera. Prenez votre mal en patience d’ici là. »

Gaspard s’éloigna. Etre présent au milieu de ses troupes, c’était essentiel, d’autant plus que sa seule présence, maintenant que sa réputation était faite, suffisait souvent à régler les problèmes. Quelques pas plus loin, une jeune recrue l’interpela. Elle avait l’air inquiète.

« Lieutenant, vous pensez vraiment que c’est un ours ? Je veux dire, on aurait entendu quelque chose. »
« N’y pensez plus ou votre imagination va vous jouer des tours. Un ours, un loup, une autre bestiole sauvage, le résultat est le même. »

Sur ces fermes paroles, Hurlegloire poursuivit sa marche. Il aperçut Antoine, plus loin, qui fixait l’horizon, la tête dans les mains. Il songea lui proposer le désormais coutumier entrainement du soir mais il n’en eut pas le temps. Des hurlements retentirent à l’autre bout du camp. Instinctivement, le prêtre songea à une attaque Melandienne. Empoignant hache et bouclier, il tonna :

« Aux armes ! »

Ce ne fut guère utile, beaucoup avaient eu le même réflexe et l’alerte se répandit en un rien de temps. La troupe se mit sur le pied de guerre dans un calme très relatif. S’il avait s’agit d’une vraie attaque, elle aurait fait du mal, ce que ne manqua pas de constater Gaspard. Sous l’effet de la surprise, de la panique, il y en avait toujours quelques-uns pour faire n’importe quoi. Le moment n’était pas aux reproches, pas encore. Le silence tomba, particulièrement lourd. Rien ne vint. En se renseignant auprès de ceux qui était du bon côté, lors du cri, Hurlegloire appris que cela venait en fait d’un peu plus loin, sans doute au niveau des sentinelles. On attendit encore un peu, sur les gardes. A peine quelques murmures s’échangeaient. Enfin, le colosse déclara :

« Vous dix, avec moi. Les autres, restez en position. »

Sur ce, il s’avança d’un pas ferme, armes aux poings, prêt à découvrir ce qui s’était passé.
Avatar du membre
Louve
Légende des Royaumes
Worg
Messages : 368
Enregistré le : dim. 02 juin 2013, 15:24
Statut : Hors ligne

Message par Louve »

Cette fois, elle s'était surpassée. Le tronc de sa victime était accroché par la tête aux frondaisons de l'arbre. Le reste du corps gisait au pied du tronc relié avec le reste par les tripes. Elle ne l'avait pas touché. Malgré sa faim, elle s'était retenue pour qu'ils puissent admirer sa signature. Jamais un animal n'aurait osé cela.

Tapie non loin d'eux, elle se délecta de leur panique. Sous sa forme humaine, à plat ventre, elle rit silencieusement. Qu'ils observent. Qu'ils regardent, qu'ils tremblent. Et qu'ils prennent conscience de leur mortalité. Qu'ils se sentent vulnérables en voyant ressurgir les pires peurs de leur enfances plus innomables et réelles que les monstres sous leurs lits. Elle était bien réelle.

Une fois qu'ils furent tout près, elle recula silencieusement. Pas trop loin. De manière à guetter leurs réactions, espérant une hystérie collective. Oui, elle adorerait cela.
J'aime la viande !!! Et je suis jouée par Althéa :)
Avatar du membre
Gaspard Hurlegloire
Personnage des Royaumes
Ours noir
Messages : 180
Enregistré le : jeu. 06 juin 2013, 12:16
Statut : Hors ligne

Message par Gaspard Hurlegloire »

Dans le petit groupe venu voir ce qu’il en était, tous eurent un mouvement de recule face au morbide spectacle.

« Par Helm ! » lâcha une voix étranglée.

Helm n’était plus mais on ne changeait pas si facilement ses habitudes. Un jeune s’écarta d’un pas et vomit. Il y eut d’autres exclamations étouffées. Quand à Gaspard, qui comme ses subalternes n’avaient pu réprimer sa surprise sur l’instant, il ne dit rien, ne fit rien pendant une poignée de secondes. Ce genre de mise en scène, il n’en était pas coutumier. Mais des horreurs, il en avait déjà vu. Corps éventrés, crânes fendus, membres brisés, organes à l’air, mare de sang, la guerre était violente, Hurlegloire lui-même était violent. De plus, il était ici le chef. Alors il n’avait tout simplement pas le droit de vaciller. C’était comme ça, pas autrement.


« Et bien, on sait que ce n’était pas un ours » , dit-il, stoïque.
« Mais, qu’est-ce que c’est ? » balbutia celui qui avait vomi.

On le sentait à deux doigts de paniquer complètement.


« Du calme et ouvrez l’œil ! » ordonna le lieutenant, avec une telle fermeté que ses mots percutèrent comme une massue les esprits branlants.

Derrière lui, tous se turent. Le mort, illuminé par les torches Manostiennes fixait ses collègues d’un regard exorbité. Le prêtre n’eut néanmoins pas l’ombre d’une hésitation lorsqu’il s’approcha encore et décrocha le cadavre de l’arbre isolé. L’acte irrespectueux méritait châtiment. On ne pouvait pas tout se permettre, même à la guerre. Sur le court chemin du retour vers le camp, Gaspard reprit à voix basse :


« On l’enterre tout de suite. Pas besoin d’exposer ça devant tout le monde. Apportez ce qu’il faut. »

La cérémonie fut réduite au strict minimum. Elle se déroula dans un silence de mort et une tension palpable. Comme ce fut le cas pour la première victime, le colosse prononça les mots sacrés face à une assemblée réduite. L’état d’alerte avait été maintenu, on n’était jamais assez prudent. Nombre de soldats étaient sur le qui-vive, prêt à signaler la moindre ombre suspecte. Le temps religieux passé, ce fut celui des mises aux points.

« Deux morts ! Deux morts en deux nuits ! Quelqu’un semble décidé à nous pourrir la vie. A compté de maintenant, il est strictement interdit de s’isoler, même pour pisser ! C’est clair ?? Des groupes de trois, au minimum. C’est valable pour les sentinelles. Si qui que ce soit ici a un comportement suspect, je tiens à en être informé dans les plus brefs délais. Si quelqu’un remarque quoi que ce soit d’insolite, je veux le savoir aussi ! »

Hurlegloire fit circuler son regard de visage en visage. De ce qu’il pouvait voir dans la pénombre, c’était de l’inquiétude, surtout chez les moins expérimentés. Il jugea préférable de reporter ses critiques sur la façon dont la troupe avait réagit à l’alerte. Pour ce soir, il y avait eu assez. En gagnant sa tente, il trouva Antoine juste devant. Lui n’avait pas peur, il était excité. Enfin quelque chose se passait, mettant un terme à la monotonie du voyage.

« A votre avis, qu’est-ce que c’est ? »
« J’en sais rien. Mes ordres comptent aussi pour toi. Jamais seul. »
« Entendu. Mais qu’est-ce qu’on va faire ? »
« Rien. Continuer d’avancer. »
« Quoi ? Mais on ne va pas chercher le responsable ? »
« Et perdre un temps précieux ? On a une mission, un délai à respecter. Ces terres sont immenses, les cachettes, innombrables. Et puis, rien ne nous dit que l’ennemi n’est pas parmi nous. Melandis a des espions, des saboteurs. Soyons prudent. Attendons l’erreur. Apporte-moi le manuscrit. Je dois le mettre à jour. »

Le prêtre hésita à ne pas retirer son harnois. Il pouvait dormir avec, enfin essayer de dormir. Néanmoins, le voyage était encore long. Il fallait être économe de ses forces.
Avatar du membre
Louve
Légende des Royaumes
Worg
Messages : 368
Enregistré le : dim. 02 juin 2013, 15:24
Statut : Hors ligne

Message par Louve »

Cette nuit, le brouillard fut de la partie. Discret et insidieux, il tomba sans prévenir sur les hommes donnant au paysage un aspect morne et fantasmagorique. Même les torches semblaient parfois trembler sous l'effet de l'humidité. Louve aimait ce genre de temps propice à la chasse. Ce que l'on ne voyait pas inspirait la terreur.

Elle avait vu un homme vomir à la vue du cadavre, avait entendu sa voix chevrottante. Seul la force de la nature avait semblé demeurer stoïque. Elle l'avait entendu crier des ordres. De l'autorité pour ramener le calme. Une barrière contre la peur. Elle ne le tuerait pas. Du moins pas tout de suite. Il était le partenaire de jeu idéal. En attendant, elle s'amuserait avec ses pions le temps de faire tomber ses défenses. Déjà, elle chercherait son point faible. En attendant, elle allait jouer un peu.

Discrète, elle s'approcha au plus près du camp, de façon à ce que les chevaux sentent sa présence et deviennent nerveux. Et puis soudain, elle éclata de rire. Un rire franc et fort. Rauque et sauvage. Et prise d'une impulsion subite, elle se mit à danser. A la lumière des torches, elle n'était qu'une ombre. Mais ils la voyaient.
J'aime la viande !!! Et je suis jouée par Althéa :)
Avatar du membre
Gaspard Hurlegloire
Personnage des Royaumes
Ours noir
Messages : 180
Enregistré le : jeu. 06 juin 2013, 12:16
Statut : Hors ligne

Message par Gaspard Hurlegloire »

« Coupé en deux, j’te dis qu’il était, coupé en deux ! Qui peut faire ça ? »
« Tu veux vraiment une réponse ? Tout un tas de gens. Des Melandiens par exemple, des fous, des monstres en tout genre. Même moi je le peux. Tu sais, suffit d’avoir une épée, un arbre et hop, tu l’as ton pantin macabre. »
« Oui, mais celui qui a zigouillé Robert, c’était qui à ton avis ? »
« Un p’tit con qu’à pas assez de couille pour venir nous voir en face. Un monstre, oui, y’en a un et c’est le lieutenant. »
« Si ça ce trouve, c’est lui qui fait tout ça. »
« Dis, mon gars, t’as pas abusé sur le pinard par hasard ? »
« Quel pinard ? Depuis quand on en a ? »
« A t’entendre, y’a un gros stock dans ton paquetage. »
« Vos gueules, j’n’arrive même pas à penser avec vous deux. »

Deux soldats bavardaient. Un troisième, à quelques pas, les supportait en silence. C’était trois sentinelles en bordure du camp. Désormais, la nuit était presque noire et la brume, sinistre compagne, s’était mise à tout envelopper de ses filaments blafards. L’humidité était devenue telle que l’orage allait sans doute se déverser d’un instant à l’autre. L’odeur de la pluie était là, mais pas encore l’eau. Les deux bavards se turent un instant avant que le plus jeune d’entre eux ne reprenne.

« Là, une ombre ! »
« Oui, y’a que ça. »
« Une ombre qui bouge j’te dis ! »
« Mon cul. »

Les chevaux assemblés non loin se mirent à s’agiter, ajoutant encore au stress ambiant.

« Mais si, mais si, là, regarde par Helm ! »
« J’te dis qu’il... ho, bon sang ! »

Ils la virent, ils l’entendirent cette silhouette drapée de brume. Ce fut la voix, surtout, qui frappa d’effroi le plus jeune. Il partit en un hurlement qui, à coup sûr, avait même réveillé les plus gros dormeurs. Son proche collègue resta figé sur place, pétrifié par la peur. Par contre, le troisième, à l’écart, brandit son arbalète déjà chargée et tira tout en criant :

« Là, quelqu’un ! Aux armes ! »

Il ne fallut pas plus de quelques secondes pour que trois autres soldats accourent, armes aux poings, bien décidé à en découdre. Oui, la peur habitait la troupe, mais il n’y avait pas dans ses rangs que des nouvelles recrues, paniquant pour un rien. Ici, des gens avaient tués et vu la mort, des braves qui ne seraient sans doute pas si facile à briser que ça. Réduire le seul point fort du groupe à Hurlegloire était une erreur. D’ailleurs, le géant n’était visible nulle part. Essayant de dormir, il lui en faudrait du temps pour arriver sur place.
Avatar du membre
Louve
Légende des Royaumes
Worg
Messages : 368
Enregistré le : dim. 02 juin 2013, 15:24
Statut : Hors ligne

Message par Louve »

La bête s'était éloignée, comme de coutume. Le voile de brume la drapait, masquant peau nue, laiteuse, presque évanescente et ses cheveux de feu. Un roux vif, entre le cuivre et le sang. Plus loin des torches, elle redevenait invisible, à peine plus tangible qu'un souffle de vent. A leur yeux, elle avait disparu. Mais ils savaient sûrement qu'elle était là, tout près d'eux. Elle, pour sa part les voyait sans mal. Du moins les devinait. Mais leur odeur hurlait vers elle. Mauvaise nourriture, sueur rance. Odeurs de peaux d'hommes n'ayant pas goûté l'eau depuis longtemps. Hommes un peu fiers sans doute de retrouver un instinct animal. Ils étaient bien risibles. Leurs corps débiles, leurs jambes torses. Et surtout ces boîtes de fer dans lesquels ils s'enfermaient. Elle n'avait pas besoin de tous ces artifices. Son agilité lui permettait de parer. Elle n'avait pas besoin de plus.

Elle regarda les hommes s'approcher d'elle, un grand sourire aux lèvres. Elle ne les craignait pas. Elle constata alors que leur chef n'était pas avec eux. Elle en conçut soudain une immense colère. Mais comment osait-il ? C'est avec lui qu'elle voulait jouer ? Elle n'aimait pas ce genre de dérobade et elle allait le lui signifier.

Elle s'approcha doucement de l'homme le plus proche d'elle. L'imprudent s'était éloigné des autres. Il allait le payer. Lorsqu'elle fut tout près de lui, elle souffla dans son oreille. Il émit un cri plaintif. Elle l'attrapa par les épaules et se pencha vers lui. Toujours cette forte odeur d'urine si puérile, surtout chez un homme armé d'une épée. Il était loin le bon petit soldat. Toujours en le tenant, elle se pencha sur lui et lui murmura.


"Une réponse et je te laisserai vivre. Comment se nomme ton chef, dis-moi ?"
J'aime la viande !!! Et je suis jouée par Althéa :)
Avatar du membre
Gaspard Hurlegloire
Personnage des Royaumes
Ours noir
Messages : 180
Enregistré le : jeu. 06 juin 2013, 12:16
Statut : Hors ligne

Message par Gaspard Hurlegloire »

L’imprudent, trop jeune, trop inconscient, faillit défaillir sur le coup. Il poussa un petit cri pitoyable puis, à l’insolite question, bafouilla :

« C’est... c’est le lieutenant Hurlegloire. Je, je vous en... »

Il avait l’intention de supplier, assurément. Sa chevrotante réplique fut interrompue par un cri dans lequel nul peur ne perçait. Non, ce n’était pas le colosse en armure, juste un sergent, un soldat de métier qu’on n’effarouchait pas par quelques mises en scènes. La femme aux cheveux de feu se croyait sans doute en présence d’une bande de pleutres ou de bleus à peine sortis de la caserne après un entrainement expéditif Certes, il y avait là nombre de débutants, mais pour le reste... Non, elle se trouvait à proximité d’un camp militaire, fort de dizaines de têtes, avec tous les risques que cela comportait.

Le sergent tenait une torche en plus de sa longue lame. Derrière lui, d’autres soldats suivaient.


« Elle est là ! C’est une femme ! »

Si la demoiselle faisait front, elle allait vite être submergée. Si elle faisait retraite, les Manostiens ne la poursuivraient pas. Dans la brume, c’était pure folie. Pendant ce temps, Gaspard était informé de ce qui se passait. Antoine, à ses côtés, était aussi anxieux qu’excité. Le lieutenant, n’ayant pas le temps d’enfiler son harnois, se contenta de son épaisse tunique de cuir et sortit tout en ordonnant au novice de rester dans la tente. Le concerné accueillit la consigne avec une désapprobation certaine, mais la discipline, c’était la discipline.
Avatar du membre
Louve
Légende des Royaumes
Worg
Messages : 368
Enregistré le : dim. 02 juin 2013, 15:24
Statut : Hors ligne

Message par Louve »

Elle grinça des dents. Les hommes approchaient avec leurs torches. Elle envoya une bourrade à l'homme qui le fit trébucher. La seconde d'après, elle s'était dissimulée derrière son drap de brume. Mais maintenant elle savait. Gaspard Hurlegloire. Un nom pour son champ de haine. Bientôt, il ne s'appelerait plus que Hurle aux loups. L'idée la fit sourire. Elle s'éloigna cependant encore. Ce soir, elle voulait être tranquille.

Elle voulait rêver. De courses effrenées, de vent, de neige. Ses solitudes glacées qu'elle avait quittées et qu'elle rejoignait en songe. Elle s'éloigna encore des hommes. Ils avaient eu leur content de peur. Cette nuit, ils avaient mis un visage sur leur ennemie. Ne restait plus que son nom. Louve.
J'aime la viande !!! Et je suis jouée par Althéa :)
Avatar du membre
Gaspard Hurlegloire
Personnage des Royaumes
Ours noir
Messages : 180
Enregistré le : jeu. 06 juin 2013, 12:16
Statut : Hors ligne

Message par Gaspard Hurlegloire »

« Une femme, lieutenant, c’était une femme rousse. »
« Une femme ? » reprit Gaspard, perplexe.

Tout était terminé, le prêtre de Tempus était arrivé trop tard pour voir quoi que ce soit. Le calme revenu, l’heur était au bilan. Face au colosse se tenait le sergent Rocrive, celui qui était intervenu, ainsi que l’imprudent questionné par cette mystérieuse demoiselle. Présentement, c’était le sergent qui faisait son rapport, encore essoufflé par l’incident.


« Oui, elle tenait le soldat Courtchemin. Je me suis porté en avant pour le secourir. »
« Et comment a-t-elle pu autant s’approcher pour attraper Courtchemin ? »
« C’est qu’il s’était isolé, lieutenant. »

Le regard courroucé de Hurlegloire tomba sur le dénommé Courtchemin, ce qui eu pour effet de le mettre encore plus mal à l’aise qu’il ne l’était déjà.

« Soldat, vous confirmé ? »

Il confirma d’un signe de tête. Gaspard explosa.

« Imbécile, vous tenez donc tant que ça à mourir ? L’organisation, la discipline, ça sert aussi à vous faire vivre un peu plus vieux ! Que cela vous serve de leçon et que, plus jamais, je n’ai à me plaindre de vous ! »

Pas de réponse. Courtchemin espérait que l’orage passe sans trop de dégâts.

« Compris ?!! »
« Oui, lieutenant. »
« Bien. Cette femme vous a-t-elle parlé ? »
« O,oui. »
« Et que vous a-t-elle dit ? »
« Elle voulait savoir... elle voulait savoir votre nom. »

Cette fois, le lieutenant observa un instant de silence. Mais sur quel genre de folle était-il tombé ? Il n’avait vraiment pas besoin de ça mais si jamais elle continuait à jouer les monstres de la nuit, elle trouverait à qui parler. Gaspard se coucha une heure plus tard, inquiet de la tournure que prenaient les événements.

Le lendemain, face à ses troupes en ordre de marche, il fit de virulentes mises au point afin de rappeler, aux jeunes surtouts, les règles à tenir en cas d’alerte. Il ne distribua toutefois pas de sanction aux mauvais éléments. Ce qui s’était passé devrait suffire. Puis, la troupe recommença son ennuyeux voyage sous un orage cette fois bien réelle. Il plut averse, la foudre déchira les cieux des heurs durant. A l’approche du soir, ça ne s’était pas calmé mais les Manostiens arrivèrent en bordure d’une vaste forêt. Ce fut là qu’ils montèrent le camp pour la nuit. Le mot d’ordre était : personne seul et vigilance maximale.
Avatar du membre
Louve
Légende des Royaumes
Worg
Messages : 368
Enregistré le : dim. 02 juin 2013, 15:24
Statut : Hors ligne

Message par Louve »

La journée durant, elle les avait suivis sous sa forme lupine. Dans sa tête, elle avait répété le nom. Gaspard Hurlegloire. Elle l'avait psalmodié comme une litanie jusqu'à plus soif. Comme si le fait de le prononcer lui ôterait ses pouvoirs et augmenterait l'emprise qu'elle pourrait avoir sur lui. Elle s'était éloignée de son terrain habituel de chasse mais qu'importe. Le gibier était là, attendant qu'elle se serve. Que bénie soit la guerre. Elle offrait aux soldats une autre fin, une alternative : celle de finir dans son estomac. La mort au combat était brutale, infamante, longue ... Tout comme la mort sous ses dents et ses griffes.

Arrivée aux abords de la forêt, elle grimpa dans un arbre. Sur les branches les plus longues, elle observa les hommes. Ils semblaient plus organisés que les nuits précédentes. Plus nerveux aussi. Cette nuit, elle avait décidé de s'amuser un peu.

Elle attendit que s'installe le camp et que les hommes portent le poids de leurs fatigues. Elle voulait aussi qu'ils se croient à l'abri, en sursis. Puis elle ôta ses vêtements un à un et les plia méticuleusement. Elle avait hérité de l'ermite son coté maniaque. Elle ne lui en voulait pas. Puis après les avoir dissimulés dans un tronc saisit une grosse branche. Rassemblant ses forces, elle la cogna contre le bois. Une fois, deux fois, trois fois. Il fallait qu'ils entendent.
J'aime la viande !!! Et je suis jouée par Althéa :)
Avatar du membre
Gaspard Hurlegloire
Personnage des Royaumes
Ours noir
Messages : 180
Enregistré le : jeu. 06 juin 2013, 12:16
Statut : Hors ligne

Message par Gaspard Hurlegloire »

« Vous croyez qu’elle va revenir ce soir ? »

Depuis qu’on avait mis un visage sur le fléau qui s’était abattu sur la troupe, l’imagination d’Antoine allait bon train. Cette femme ne lui faisait pas peur, elle l’obsédait. Sans doute était-il trop jeune pour réaliser le risque qu’elle pouvait représenter. Il trouvait incroyable le fait qu’elle puisse ainsi tant nuire. Une femme, par Tempus, juste une femme ! Qu’avait-elle de plus que les autres ? Le jour durant, il avait retenu ses questions. Mais à présent que la nuit s’installait, que le camp s’endormait, sa curiosité le rendait plus bavard que jamais.

« Probable. »

Gaspard, aidé du novice, retirait une à une les pièces de son armure. Même l’enfant ne savait pas ce qu’il pensait vraiment de cette histoire. Rien ni personne ne semblait pouvoir atteindre le titan. Mais Antoine remarquait les détails. Hurlegloire avait redoublé de minutie sur la logistique, il passait d’avantage de temps sur les cartes. Sa volonté que rien n’aille gripper l’avancée de la troupe avait pris une envergure nouvelle. Et puis, à la moindre pause, ou presque, il passait voir les soldats, ronde d’inspection qui en vérité permettait aux esprits faibles de toujours voir le chef, de toujours savoir qu’il y avait une poigne de fer à la tête du régiment.

« Mais pourquoi elle fait ça ? Qu’est-ce qu’elle veut ? »
« La peur, Antoine, elle veut la peur. »
« C’est tout ? Mais c’est rien. »
« Détrompes-toi. La peur, c’est une arme redoutable. Si un homme a peur, c’est comme s’il était déjà mort. »

Le novice eut l’air dubitatif. Après avoir ôté ses gantelets, Gaspard lui fit face, profitant de l’instant pour jouer les professeurs. Après tout, si Antoine était là, c’était pour apprendre.

« La peur fait perdre les moyens et la raison. La peur dévore la force et la volonté. C’est un poison qui ronge et se répand. »

Gaspard était bien placé pour l’affirmer. Lui-même jouait sur la peur face à ses ennemis. Combien de malheureux, en le voyant arriver de toute sa hauteur, était bêtement resté sur place ? Des adversaires, dont le savoir faire aurait pu le mettre en difficulté, étaient devenus l’ombre d’eux-mêmes, des âmes mûres pour la récolte. A la guerre, la peur ne pardonnait pas.

« Moi, elle ne me fait pas peur ! » affirma l’enfant avec conviction.
« Tu ne la redoutes même pas un petit peu ? »
« Pas du tout ! »
« Alors c’est que tu es stupide. Tempus le dit lui-même, il ne faut sous-estimer personne. On connait si peu de choses sur elle. Et puis, il ne faut pas confondre peur et crainte. La crainte excessive devient de la peur. Mais la crainte maîtrisée est source de sagesse. Celui qui a peur est mort. Mais celui sans crainte est un inconscient. »

Le novice parut troublé de cette mise au point. Mais il n’était pas de ceux qui se vexaient pour un rien. Fier, sans excès, il était conscient que son ainé était là pour le guider. Des pas se firent entendre au dehors et un soldat finit par passer la tête à l’intérieur de la tente. Il dégoulinait d’eau. Il pleuvait toujours.

« Lieutenant, des bruits dans les arbres. »
« Quel genre de bruits ? »
« Des coups répétés venant de l’est, pas très loin. »
« On ignore. J’interdis formellement quiconque d’aller voir ce dont il s’agit. Mais que les sentinelles pensent à lever la tête, à regarder dans les arbres. »
« A vos ordres. »

Après le salut militaire, le soldat se retira.

« Tu vois Antoine, la peur. »
« Vous pensez que c’est elle ? »
« Je pense. Bientôt, les hommes ne vont parler que de ces coups. Ils vont imaginer tout un tas de trucs. »
Avatar du membre
Louve
Légende des Royaumes
Worg
Messages : 368
Enregistré le : dim. 02 juin 2013, 15:24
Statut : Hors ligne

Message par Louve »

Elle continua de taper frénétiquement contre l'arbre. Encore et encore. Des lambeaux d'écorce voltèrent en infimes escarbilles. L'une d'elle lui entailla la main. Elle regarda le sang sourdre, perplexe. Ce rouge purpurin, harmonieux. Elle appliqua sa paume sanglante sur l'un des arbres. Une empreinte nette. Un avertissement. Mais que faisaient donc les hommes ? Pourquoi n'accouraient-ils pas ? Avaient-ils enfin décidé d'avoir peur ? Elle se mit à crier.

"Gaspard ! Où te caches-tu ? Tes jupons ne seront pas assez grands pour protèger tous tes hommes ! Bientôt, tu devras te battre et je t'aurai, Gaspard."

Elle rit encore. Un rire de démente, hautain et impérieux. Un rire de mort au goût de sang. Un rire de femme ou un rire de démon.
J'aime la viande !!! Et je suis jouée par Althéa :)
Avatar du membre
Gaspard Hurlegloire
Personnage des Royaumes
Ours noir
Messages : 180
Enregistré le : jeu. 06 juin 2013, 12:16
Statut : Hors ligne

Message par Gaspard Hurlegloire »

Armure retirée, Gaspard s’était installé à son bureau de fortune, en fait une malle close au couvert plat. Aux lueurs d’une torche, il mettait à jour son manuscrit, reportant minutieusement chaque détail de la journée. Antoine, de son côté, retirait sa propre cotte de maille, se préparant à dormir. Vu le temps de chien, il faudrait faire une croix sur le petit entrainement. Tant pis. Les événements avaient brisés la monotonie du voyage et, secrètement, il s’en félicitait. Il estimait déjà avoir à raconter des choses aux autres novices quand il serait de retour au temple. Ce n’était que le début. Après, il y aurait la guerre contre Melandis. La guerre, pour lui c’était un mot magique. Ni lui, ni Hurlegloire ne parlait pour l’instant. La pluie tambourinait sur la toile. C’était tout de même bruyant.

Mais voilà que malgré l’eau, tous deux entendirent une voix, une voix féminine. Ce qu’elle dit demeura un mystère. Les mots se perdaient, indistincts, dans les caprices du temps. Mais ils en paraissaient du coup presque surnaturels. Gaspard cessa d’écrire, leva la tête. L’enfant se figea, tendant l’oreille.


« C’est elle ?! »

Ce que redouta surtout le titan en cet instant, c’était qu’il ne s’agisse d’une incantation. Mais la voix se tut et rien au dehors n’indiquait qu’un sortilège venait de s’abattre. Alors, le lieutenant reprit son travail, songeant seulement qu’il devrait ajouter une ligne de plus à ses notes du jour.

« C’est elle vous pensez ? » insista Antoine.
« Qui d’autre ? »

A nouveau, un soldat se présenta à la tente d’Hurlegloire. Cette fois, il s’agissait du sergent Rocrive. Un homme solide, au regard aiguisé. Nul trace de peur en lui. Si seulement tous les autres pouvaient être comme lui...

« Lieutenant, notre rousse vient de vous délivrer un message. »
« A moi ? »
« Elle vous a nommé. C’était des menaces. »
« Si ça l’amuse. Quelque chose de précis dans ces menaces ? »
« Non, pas vraiment. Je présume qu’on ignore. »
« Vous présumez bien sergent. »

Rocrive salua et s’en alla. Gaspard était intrigué, même s’il n’en montrait rien. Qu’une folle prédatrice leur tombe dessus, ce n’était pas de chance mais cela pouvait arriver. Mais la chose semblait devenir personnelle. Connaissait-il cette femme ? Lui avait-il fait du mal par le passé ? Peut-être avait-il tué son fils. Il en avait tué du monde. Le plus dérangeant, c’était ce qu’allait penser les soldats. Sa taille peu commune suffisait à faire courir sur lui des rumeurs, comme celle qu’il était un demi-géant. Alors qu’allait donner cette réplique lancée dans l’orage ?

Le voyage, déjà bien entamé, allait être encore long. Gaspard commença à douter de pouvoir ignorer indéfiniment cette femme. Il soupira et constata qu’Antoine l’observait. Il devança sa question.


« Non, je ne sais pas pourquoi elle semble m’en vouloir. Va te coucher. »

Lui-même allait y aller sous peu. Demain, c’est à travers la forêt qu’il faudrait marcher.
Avatar du membre
Louve
Légende des Royaumes
Worg
Messages : 368
Enregistré le : dim. 02 juin 2013, 15:24
Statut : Hors ligne

Message par Louve »

Elle aimait par dessus tout les forêts. Surtout celles au troncs étroitements entremêlés où la lumière filtrant entre les feuilles n'était plus qu'un souvenir. Là, tout devenait trompeur. Les sons, les perspectives. La verticalité perdait, modifiait les espaces. Face aux arbres séculaires, l'homme se faisait petit. Et le loup retrouvait un fabuleux terrain de chasse. Oui, elle affectionnait particulièrement la forêt. N'y avait-il d'ailleurs pas cette ridicule chanson enfantine qui invitait à se promener dans les bois pendant que le loup n'y était pas ? Quand le loup était, il mangeait ... Ce n'était que la stricte réalité.

La nuit, elle dormit dans son arbre. Un sommeil paisible. Elle avait besoin de reprendre des forces. Les chants d'oiseau l'éveillèrent à l'aube. Elle savait que les hommes passeraient par la forêt. Le terrain était trop accidenté ailleurs. Et d'autres troupes écumaient la région. Elle avait déjà prélevé un tribu.

Immobile, elle resta donc dans son arbre à attendre le passage des troupes. Oui, la forêt était son terrain de prédilection ...
J'aime la viande !!! Et je suis jouée par Althéa :)
Avatar du membre
Gaspard Hurlegloire
Personnage des Royaumes
Ours noir
Messages : 180
Enregistré le : jeu. 06 juin 2013, 12:16
Statut : Hors ligne

Message par Gaspard Hurlegloire »

Comme d’accoutumée, la troupe se mit en marche de bonne heure. La chaleur humide des derniers jours n’était plus qu’un souvenir. L’orage avait éclaté, la pluie s’était déversée la veille, la nuit. A présent, il faisait frais et il pleuviotait toujours légèrement. La forêt, avec ses grands arbres et sa pénombre achevait le contraste.

Les Manostiens suivaient un chemin assez étroit. La colonne s’était étirée, les chariots protestaient, leurs roues s’enfonçant dans la boue... heureusement pas au point de s’enliser. Parfois, à coups d’épée, il fallait dégager le passage lorsque la végétation s’était de trop resserrée. Néanmoins, n’exagérons rien, ce n’était pas là une forêt vierges et l’avancée, bien que ralentie, demeurait convenable. Dans les rangs, il y avait moins de discussions. Instinctivement, on avait tendance à chuchoter. Comme le craignait Hurlegloire, ils étaient rares ceux qui n’évoquaient pas la femme rousse. Son petit jeu, inexorablement, faisait effet comme le rapporta Rocrive au lieutenant.

Ce dernier, en tête du convoi, persistait à ne rien montrer des questions qui le taraudaient. Inébranlable sur son lourd cheval, il distribuait ses ordres avec une égale sévérité. L’endroit était propice aux embuscades. Il avait hésité à l’emprunter mais contourner la forêt aurait entrainé des retards dramatiques. Alors il se méfiait, autant de cette femme que des Melandiens. Consigne était donnée de ne pas relâcher la vigilance. Chariots au centre, les extrémités de la colonne étaient prêtes à en découdre si nécessaire. Antoine, lui, marchait au côté de Gaspard. Le plus jeune montrait l’exemple, fermement décidé à montrer que lui, ces histoires de monstre de la nuit, ça ne l’atteignait pas. Sur le chemin de la guerre, les disciples de Tempus étaient invulnérables !
Avatar du membre
Louve
Légende des Royaumes
Worg
Messages : 368
Enregistré le : dim. 02 juin 2013, 15:24
Statut : Hors ligne

Message par Louve »

Sous forme hybride, elle les regarda passer un par un sous les frondaisons. Ils étaient nerveux et les qualificatifs qui la caractérisaient revenaient dans de nombreuses bouches*: «femme*», «*rousse*», «*dangereuse*». Ces trois mots lui plurent si bien qu'elle se les répéta en boucle. Chaque fois, elle sentait son influence croître. Et elle aurait pu en rire s'ils n'avaient pas été là.

Un détail lui déplut pourtant. Au devant la colonne, un gamin jouait les bravaches. Insolente jeunesse dont l'attitude fière et brave sonna comme une insulte. Pourquoi cela ne tremblait-il pas*? Il n'était pas la Montagne*! L'insolent, l'impudique … Elle allait lui apprendre … Mais pas tout de suite. Elle voulait qu'il apprenne. Car les jeunes s'éduquent. Il fallait qu'elle lui montre la relativité de la vie.

Du haut des branches, elle s'approcha lentement de l'arrière de la colonne. Elle prit le temps de choisir sa victime. L'un des plus tremblants. Elle descendit doucement du sommet, toucha l'humus de ses griffes. Puis elle chargea sans crier gare. Elle le jeta au bas de son cheval et l'attrapa par le coup. Puis, en une fraction de seconde, elle l'abattit contre l'arbre le plus proche. Un craquement. Cela n'avait duré que quelques secondes.
J'aime la viande !!! Et je suis jouée par Althéa :)
Avatar du membre
Gaspard Hurlegloire
Personnage des Royaumes
Ours noir
Messages : 180
Enregistré le : jeu. 06 juin 2013, 12:16
Statut : Hors ligne

Message par Gaspard Hurlegloire »

D’abord, l’espace d’une petite seconde, ce fut la stupéfaction générale de ceux qui avaient vu la funeste scène, cette attaque éclaire meurtrière. Les autres n’avaient rien remarqués, si ce n’était un bruit insolite qui en fit sursauter certains. Puis, parmi ceux qui avaient vu, il y eu deux réactions opposées. Il y eut, d’une part, les peureux qui, ayant compris être en présence d’un monstre, cherchèrent à reculer, à s’éloigner. D’autre part, il y eut les soldats, les vrais. Alors que les premiers cris d’effroi s’élevaient, les arbalètes chantèrent, les carreaux sifflèrent, certains à bout portant. Alors que les pleutres se recroquevillaient, on tirait les épées et on allait au contact.

La créature mi-homme, mi-loup, avait bien choisi le lieu de son apparition. L’espace restreint entrava une bonne partie des Manostiens. Néanmoins, il y eut des bras pour frapper, des lames pour s’abattre, des traits pour se planter... La colonne s’attendait à une attaque. Même si celle-ci n’arriva pas comme on aurait pu le croire, la colonne réagissait.
Avatar du membre
Louve
Légende des Royaumes
Worg
Messages : 368
Enregistré le : dim. 02 juin 2013, 15:24
Statut : Hors ligne

Message par Louve »

Enfin, ils s'étaient réveillés. Et ils étaient amusants. Les peureux d'un coté, les aventureux de l'autre. C'est ce qu'ils faisaient tous. Mais le moment de l'affrontement n'était pas venu. Ce n'était pas eux qu'elle voulait. Mais lui. Elle voulait l'entraîner dans cette sarabande de fer, de griffes et de sang. Louve grogna à l'encontre de ceux qui s'étaient rapprochés. Ils étaient trop nombreux pour qu'elle les attaque tous, de front.

Mais elle devina que son apparition avait sur eux le petit effet escompté. Peut-être que les plus malins, s'ils en étaient capable, feraient le rapprochement entre son pelage roux et ses cheveux. Il ne lui restait plus qu'à se replier. Mais avant, elle voulait leur faire un tout petit cadeau.
Elle attrapa le cadavre qu'elle tenait toujours dans ses bras et lui trancha la gorge d'un coup de dents. Juste pour leur montrer de quoi elle était capable.

Juste comme les premiers armés arrivés, elle leur lança le corps. Puis elle fit demi-tour et partit en courant dans les profondeurs de la forêt. Promenez-vous dans les bois. Pendant que les loups est là. Il vous a épiés et vous a mangés ... Elle partit d'un grand rire.
J'aime la viande !!! Et je suis jouée par Althéa :)
Avatar du membre
Gaspard Hurlegloire
Personnage des Royaumes
Ours noir
Messages : 180
Enregistré le : jeu. 06 juin 2013, 12:16
Statut : Hors ligne

Message par Gaspard Hurlegloire »

A peine commencé et déjà terminé. Personne ne fit l’erreur de poursuivre le monstre. Nul n’en avait donné l’ordre, nul n’osa s’isoler de ses camarades. Face à pareil adversaire, la force c’était le nombre, l’union et, Hurlegloire ne manquerait pas de le rappeler, l’organisation. La colonne s’était immobilisée, bruissant de murmures à mesure que tous apprenaient ce qui venait de se passer. Sans un mot, pour l’instant, Gaspard avait quitté la tête de la troupe. Sur son cheval, il s’approchait de la nouvelle victime. Il sentait sur lui le regard de ses hommes. Antoine suivait, tout aussi silencieux et quelque peu intimidé par la soudaine ambiance.

« Un monstre lieutenant, c’était un monstre, tombé d’une branche », annonça un sergent à l’approche du prêtre.
« Quel genre de monstre ? »

Le sergent consulta du regard les soldats autours de lui. Lui, n’avait pas bien vu dans l’agitation. On parla à mi-voix de poils roux, de bête mi-humaine, de loup... puis, ce fut un nouveau qui hasarda le terme fatidique : loup-garou. Le titan en armure baissa les yeux sur le mort puis, à tous et fort :

« En marche ! Pensez à regarder en l’air. Si cette chose revient, criblez-la à vue ! »

Sur ce, il fit demi-tour, revenant à son post à l’avant. Le novice, chemin faisant, l’interrogea.

« Mais le mort, on l’enterre pas ? »
« Pas le temps. »
« Et le monstre, le loup, on ne fait rien ? »
« Pas ici, pas maintenant. »

On sentait chez l’enfant de l’exaspération. Pourquoi refuser cette bataille ? Pourquoi ne pas venger ce malheureux ? Gaspard voulait atteindre avant la nuit une vaste clairière indiquée sur ses cartes. Monter le camp en pleine forêt lui semblait bien trop dangereux. Ce ne serait que là-bas qu’il aviserait. Car il faudrait aviser. Trois morts déjà... Ce ne pouvait continuer ainsi. Sans moral, ses renforts feraient pâle figure une fois sur le champ de bataille, face à Melandis. Pour lui, cela ne faisait aucun doute, la femme et le loup ne faisaient qu’un. Elle voulait jouer avec eux, elle allait en payer le prix.
Avatar du membre
Louve
Légende des Royaumes
Worg
Messages : 368
Enregistré le : dim. 02 juin 2013, 15:24
Statut : Hors ligne

Message par Louve »

Louve était heureuse de son petit effet. Elle en jubilait même. Dissimulée dans les arbres, à quelques encablures de la colonne, elle observait les soldats. Il parlaient encore d'elle. Et puis de louve-garou. Et ils avaient raison. Elle appartenait à cette grande famille mais de la branche noble, celle dont les gênes mêmes transmettaient cette bénédiction de pouvoir se changer en hybride et en loup. Elle n'avait jamais été mordue.

Parfois, elle se plaisait à transmettre la lycanthropie. L'empire des loups devait s'étendre au delà de toutes les frontières connues. Un monde de dents et de rage asservissant les autres peuples et dévorant ceux qui n'avaient pas voulu se soumettre.

Elle s'était demandé si elle n'accorderait pas ce privilège à Hurlegloire ou au gamin qui l'accompagnait une fois qu'elle l'aurait terrassé. Elle était sans le savoir un peu présomptueuse. Mais elle avait décidé que le jeu ne serait terminé qu'une fois qu'elle aurait vu la couleur de leurs tripes. Pour le moment, elle avait envie de jouer encore un peu.


«*Hulegloire, es-tu contente de mon petit cadeau*? Tu ne t'attendais pas à ce tour, n'est-ce pas*? Protège bien tes arrières de mes dents cher Gaspard. Parce que tôt ou tard, je vous aurai tous.*»
J'aime la viande !!! Et je suis jouée par Althéa :)
Avatar du membre
Gaspard Hurlegloire
Personnage des Royaumes
Ours noir
Messages : 180
Enregistré le : jeu. 06 juin 2013, 12:16
Statut : Hors ligne

Message par Gaspard Hurlegloire »

« Messieurs, il me semble que tous ici vous êtes conscient de la situation. »

Le regard d’acier du lieutenant passa en revu les sergents alignés devant lui. Le groupe était assemblé dans la tente centrale, le camp avait été dressé. Au dehors, le soleil déclinait. Il s’était frayé un chemin dans la couverture nuageuse et n’avait pas encore atteint l’horizon. Une fois n’était pas coutume, les Manostiens terminaient leur marche plus tôt. La raison était simple : la vaste clairière où la troupe se tenait était l’endroit idéal pour passer la nuit. Plus loin, la forêt serait moins clémente.

« Trois morts, trois morts et vraisemblablement un loup-garou sur nos traces. Notre destination, la guerre, est encore à plusieurs semaines de distance. »

Hurlegloire se mit à faire les cents pas, rigide comme toujours. Antoine n’était pas présent. En tant que novice, il n’avait pas à assister à cette réunion d’ordre exceptionnel. Alors il se baladait entre les autres tentes, l’esprit encombré de questions. Les soldats, pour beaucoup, le fixaient. Pour savoir des choses, pour poser des questions, il était plus simple et moins risqué de s’adresser à l’enfant plutôt qu’au prêtre. L’une des jeunes recrues finit par sortir de son mutisme et apostropha Antoine. Quel était la suite du programme ? Qui était cette rousse infernale ? Pourquoi s’adressait-elle personnellement au chef ? Se connaissaient-ils tous les deux ? Il y avait matière à s’interroger, matière à rumeurs. L’atmosphère, parmi les soldats, était pleine de doutes, de suspicions. Le novice découvrait l’effroyable pouvoir de la peur. Il eut pitié pour ces faibles d’esprits. Lui ne tremblait pas, sa foi en Tempus était sans faille. Cette femme, ce loup, ce n’était rien.

« Deux choix s’offrent à nous. Agir ou ignorer. Agir, c’est chasser cette bête, avoir sa peau, venger les nôtres. Mais agir, c’est prendre du retard, des risques. C’est mettre en péril notre mission première. Ignorer, c’est espérer que cette bête se lasse. C’est subir sa présence, pourrir l’ambiance entre nos rangs. Ignorer, c’est donc prendre des risques et mettre en péril notre mission première. »

Le titan en armure fit halte, fit face. A nouveau, ses yeux circulèrent entre ses subalternes. Au dehors, une dispute s’amorçait. Prit à parti, Antoine défendait la conduite de son ainé que la recrue critiquait vertement. Le ton montait.

« Il a laissé mon pote pourrir derrière nous ! Il veut montrer qu’il contrôle tout, mais il contrôle rien ! » vociférait le soldat.
« La guerre, c’est la guerre ! C’est pas beau, c’est comme ça ! » répliquait Antoine.
« Qu’est-ce que tu y connais à la guerre morveux ?! Je tenais déjà une épée quand tu tétais encore ta mère ! »
« Au moins, je pisses pas dans mes chausse moi ! »
« Répètes un peu ça pour voir ! »

Le soldat se jeta en avant. Il fut retenu par deux de ses camarades. Le novice n’eut qu’un geste de recule, sa main déjà sur le manche de sa hachette. Il en avait du cran, le petit, c’était certain.

« La décision me revient. Mais je vous consulte néanmoins. La clairière est sûre, assez dégagée pour que le lycanthrope présumé ne puisse nous nuire. Dans la forêt, il en ira autrement. Qui veut agir ? Levez la main. »

Il y avait huit sergents. Parmi eux, Rocrive. Il fut le premier à lever la main. Trois autres collègues, un rien hésitant, l’imitèrent.

« Qui veut ignorer ? »

Quatre mains se baissèrent, quatre autres se levèrent. Hurlegloire soupira. D’un ton sec, il conclut.

« Rocrive, restez. Les autres, dehors. »
Avatar du membre
Louve
Légende des Royaumes
Worg
Messages : 368
Enregistré le : dim. 02 juin 2013, 15:24
Statut : Hors ligne

Message par Louve »

Louve demeura dans un arbre en périphérie du camp, sous forme humaine. Elle avait récupéré ses vêtements, s'était emmitouflée sous son épaisse pelisse. L'humidité s'installa entre les arbres. Bientôt, la forêt sembla prise d'une frénésie nocturne et résonnèrent les cris de nombreux animaux. Un engoulevent non loin des hommes fit entendre sa complainte nocturne. Puis se fut le glapissement d'un renard. Autant de bruit dont les hommes étaient peu familiers mais qui la berçaient depuis sa plus tendre enfance.

Cette nuit, elle ne chasserait pas. Elle avait fort sommeil. Les yeux levés vers un lambeau de ciel, elle regarda les nuages engloutir la lune. L'obscurité sembla alors naître des arbres et ramper jusqu'aux hommes. Un à un, des feux s'allumèrent autour du camp. Mais Louve ne les vit pas. Elle dormait déjà profondément.
J'aime la viande !!! Et je suis jouée par Althéa :)
Avatar du membre
Gaspard Hurlegloire
Personnage des Royaumes
Ours noir
Messages : 180
Enregistré le : jeu. 06 juin 2013, 12:16
Statut : Hors ligne

Message par Gaspard Hurlegloire »

« Excusez-moi, lieutenant, mais je suis dubitatif. Nous parlons ici d’un loup-garou. Pensez-vous que... »
« Oui, c’est risqué. Oui, ça peut rater. Mais on n’a rien sans rien ! Cette... chose sans fierté, sans honneur, ne viendra jamais à nous de face. Et si on fait à l’inverse l’erreur de la chasser telle une bête, c’est elle qui se jouera de nous. C’est un chasseur, c’est son territoire. Exploitons l’erreur. Faisons ce à quoi elle ne s’attend pas. »

Gaspard ponctuait son discours hargneux de coups du poing sur la table. Celle-ci, bancale, vacillait, vibrait, exprimant à merveille l’agacement du prêtre. Voilà deux bonnes heures que lui et Rocrive débattaient sur la stratégie à tenir. Les deux hommes, au but commun mais aux méthodes divergentes, n’étaient pas vraiment arrivé à se mettre d’accord. Alors le moment était venu d’imposer. Le silence tomba, troublé par le crépitement des torches. La tente était baignée de cette chaude et dansante atmosphère de flammes. Les armures en devenaient sinistres, presque diaboliques. Le titan se leva, jetant un dernier coup d’œil sur la carte dépliée. Il eut un soupire de dédains.

« Nous n’avons pas le choix. Vous le voyez vous-même, les hommes ont peurs, de plus en plus. Il faut que cela cesse. La clairière est sûre, trop dégagée pour que le monstre vienne s’amuser. On peut s’éloigner sans regarder en arrière. Il y aura bien assez de poltrons ici pour surveiller. »

Gaspard, suivit de Rocrive, sortit de la tente. La nuit se levait, le camp était anormalement silencieux. Tout de suite, des regards se tournèrent vers le chef. Hurlegloire échangea encore quelques mots avec le sergent, mais tout bas désormais.

« Sélectionnez vos hommes. Consultez le vent. J’attends votre signal. »

Salut militaire et Rocrive disparut au milieu des ombres. Le prêtre se mit, comme il en avait prit l’habitude, à sillonner le camp. Ici, on mangeait. Ici, on chuchotait. Là, on montait la garde, vigilant. Il y en avait encore pour se tenir bien droit, sans frayeur, des soldats, des vrais. Mais ce n’était plus que la moitié de l’effectif. En son fort intérieur, Gaspard se dit qu’une tête sur deux ne valait rien. Après quelques minutes de marche, il trouva Antoine assis en bordure du camp, l’air triste. Il s’immobilisa à côté de lui.

« Alors ? » demanda le novice.
« Allez, debout. J’ai quelques minutes devant moi. Montres-moi ce que tu as retenu de la dernière leçon. »

Le gamin voulait savoir ce qui avait été décidé à l’issue de la réunion. Il allait devoir se contenter d’un entrainement à la hache. C’était mieux que rien. Lui et le titan se mirent un peu à l’écart, juste de quoi avoir un peu d’espace libre, puis vint le chant de l’acier contre l’acier. Plus un mot ou si peu. Gaspard prenait enfin un instant de vraie détente.
Avatar du membre
Louve
Légende des Royaumes
Worg
Messages : 368
Enregistré le : dim. 02 juin 2013, 15:24
Statut : Hors ligne

Message par Louve »

Non loin d'eux, Louve les regarda échanger des passes d'arme. Si le colosse avait la force pour lui, le jeune avait la souplesse et la rapidité. Mais qu'était donc ce jeu*? Cette guerre improvisée*? Un entraînement en toute vraisemblance. Elle les sentait proches, complices. Elle n'avait jamais compris ces liens qui unissaient les hommes. Elle s'en riait même.

Dès qu'elle avait eu l'âge de comprendre, ses rapports avaient changé avec le vieil ermite. Elle avait peu à peu perçu sa peur à mesure qu'elle grandissait, prenait des forces. Elle lui avait peu à peu fait comprendre qu'il restait en vie parce qu'elle le voulait. Parce qu'elle avait besoin de lui, tout simplement. Un rapport de domination, malsain et délicieux.

Le rapport du maître et de l'élève était autre. Une certaine amitié. Et l'on sentait le soucis du géant pour le petit. Il y aurait sûrement de quoi en tirer avantage quand la situation se présenterait. Amoindrir l'un pour atteindre l'autre. Elle sourit.
J'aime la viande !!! Et je suis jouée par Althéa :)
Avatar du membre
Gaspard Hurlegloire
Personnage des Royaumes
Ours noir
Messages : 180
Enregistré le : jeu. 06 juin 2013, 12:16
Statut : Hors ligne

Message par Gaspard Hurlegloire »

« C’est bien Antoine. Anticipe, mène la danse, ne subit pas. ... La meilleure défense, c’est l’attaque. »

Hache contre hachette, acier contre acier, pour les fidèles du Seigneur des Batailles, la guerre était un art. On ne pouvait trouver sur Toril prêtre plus martiaux que ceux de Tempus. Le novice, du haut de ses 12 ans, bougeait déjà comme un combattant. Certes, il avait encore beaucoup à apprendre, mais pour lui le temps des jeux infantiles étaient révolus. Il travaillait avec application face à son colossal instructeur. A son goût, comme à chaque fois, l’entrainement passa trop vite. Voilà déjà le sergent Rocrive qui s’approchait, l’air soucieux.

« Lieutenant, votre escorte est prête. Mais... »
« Mais quoi ? »

Hurlegloire se tourna vers son subalterne, tout en caressant le fer de sa hache d’une main. Tous les deux parlaient normalement. On pouvait les entendre depuis les arbres.

« Et bien, je persiste à croire que vous prenez là un risque excessif. Ce n’est pas à vous de jouer les éclaireurs. »
« Si on veut qu’un travail soit bien fait, il faut le faire soi-même, sergent. On a prit assez de retard comme ça. Je veux voir ce pont de mes propres yeux. Si on ne peut pas passer par là, dès demain la troupe aura un nouveau trajet. »
« Et pour... le loup ? »
« Le loup ? Je redoute d’avantage une embuscade Melandienne qu’un animal trouillard, une femelle qui plus est. Qu’elle vienne et je lui ferai la peau. Vous avez le commandement en mon absence. »
« Je peux venir ? » hasarda Antoine.
« Non. Va te coucher. »

Sur ces fermes paroles, Gaspard alla rejoindre la dite escorte. Trois hommes à cheval, avec chacun une torche. Il y avait un quatrième cheval, celui du prêtre. Bientôt, le petit groupe quitta le camp au galop. Plus loin, à bonne distance tout de même, une rivière assez large traversait la forêt. L’objectif annoncé était d’en vérifier le pont. Ce n’était pas parce qu’il figurait sur les cartes, qu’il existait encore. Les ponts, surtout en période de guerre, avaient une fâcheuse tendance à disparaitre. Le novice, immobile, fixait les silhouettes qui déjà disparaissaient entre les troncs. Se coucher ? Il n’avait pas sommeil. Son regard tomba sur sa hachette.
Avatar du membre
Louve
Légende des Royaumes
Worg
Messages : 368
Enregistré le : dim. 02 juin 2013, 15:24
Statut : Hors ligne

Message par Louve »

Le campement était en effervescence. Louve ne mit pas longtemps à en connaître la raison. Le géant se mettait en mouvement avec quelques hommes. L'acuité de son oreille lupine lui permit de saisir quelques bribes de leurs conversations. Ils parlaient du pont. Un passage périlleux au cœur de la forêt. Vermoulu, branlant, susceptible de s'écrouler à tout moment. Mais le seul moyen d'enjamber un impétueux torrent. Le lieu d'embuscade idéal. Mais elle avait un plan …

Juchée dans un arbre au dessus des hommes, elle regarda son ennemi partir. Le jeune quant à lui était toujours là. Elle le contempla un long moment. Petite vie humaine, dérisoire. Tranquillement, elle se laissa glisser de son perchoir pour atterrir tout près d'Antoine, toujours sous forme humaine. Celui-ci pour l'instant n'avait pas l'air de l'avoir vu.

Alors, petit humain*? Que feras-tu*? Alerter tes semblables ou jouer les bravaches et me courir après*?
J'aime la viande !!! Et je suis jouée par Althéa :)
Répondre

Retourner vers « Les Plaines du Centre »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 0 invité