[Bâtiment] L'orphelinat des bas-quartiers

Centre de documentation regroupant tous les événements importants s'étant produits à Lumenis ou concernant des lumeniens ainsi que des tranches de vie de la ville.
Répondre
Avatar du membre
Morgul
 
Ver charognard
Messages : 650
Enregistré le : mar. 15 juin 2004, 20:45
Contact :
Statut : Hors ligne

[Bâtiment] L'orphelinat des bas-quartiers

Message par Morgul »

Parmi l’amas de masures délabrées constituant les bas-quartiers, une cahute dénote. Non pas par l’écriteau pendant à sa façade, représentant un encrier sur une face et un bilboquet sur l’autre, ni même son air de saine solidité apparente, mais par les cris joyeux qui en échappent. Ici vit la Dame aux Rats, écrivaine public, dresseuse de rats sanguinaires, conseillère es noblesse, et directrice de cet orphelinat du quartier est, et donc de la section junior de la Guilde des Voleurs à ses heures perdues.

Le passant égaré dans les ruelles malfamées et qui prend l’initiative d’écarter les lourdes tentures bouchant l’entrée risque fort d’être surpris en découvrant une douzaine de gamins jouant allègrement sur un sol de terre battue, entre de grandes rangées de lits superposés. Et encore plus en voyant leurs curieux gardiens, d’énormes rats enrubannés, veillant jalousement sur les mômes qui ne se gênent pas pour s’amuser avec eux, les transformant au gré de leur caprices en animaux de cirques ou poupées vivantes, sans que les pauvres bêtes ne pensent même à broncher, toutes dévouées à leur tâche.
Le héros, paladin, mélandien ou autre imbécile qui se risquerait à charger hystériquement ces bestioles (les rats, pas les enfants. Quoique...) se retrouverait rapidement entouré par une foule d’adolescents vindicatifs jonglant avec leurs dagues avec une adresse de mauvais augure. S’il en réchappe en s’enfuyant dans les ruelles malfamées du coin, nul doute qu’il sera rapidement retrouvé mort, une dague plantée entre les omoplates. La Guilde est une fleur carnivore qui n’aime point que l’on gâte son terreau.
Avatar du membre
Morgul
 
Ver charognard
Messages : 650
Enregistré le : mar. 15 juin 2004, 20:45
Contact :
Statut : Hors ligne

Message par Morgul »

Dans un des lits situé le plus près de l’entrée, une femme dormait, son doux visage s’animant d’expressions inquiétantes au gré de ses rêves, des grognements animaux sortant parfois de ses fines lèvres. Violemment sorti de son sommeil par quelqu’un qui visiblement prenait plaisir à la secouer comme un orque un halfelin décortiqué, elle se prépara à châtrer l’impudent avant même d’ouvrir les yeux, projet qui avorta rapidement lorsqu’elle découvrit l’auteur de ces voies de fait. A sa hauteur se tenait un jeune kender aux yeux fous, aux vêtements, à la chevelure et aux bras couverts de sang encroûté. La maîtresse de maison resta tout d’abord pétrifiée par cette vision et par le regard de colère pure de l’apparition, avant de l’entraîner rapidement à l’écart du dortoir, dans une pièce adjacente servant de bureau. En état de choc, tout ses muscles contractés, ses ongles s’enfonçant dans ses paumes, il resta tout d’abord muet, puis, aidé par les cajoleries et caresses de son amie, qui vérifiait ainsi discrètement s’il n’était pas blessé, il se mit à raconter le massacre du bordel. Le récit dura longtemps, la haine qui l’habitait disparaissant de la surface pendant qu’il se confiait, restant néanmoins enfouie au fond de lui, prête à rejaillir à tout prétexte. Sa confidente accepta sans récriminations d’absoudre sa dette et de l’aider, de mettre son réseau au service de la recherche du meurtrier, l’interrogeant alors sur Astaldo, physique, mental, amitiés…
Au bout de quelques heures, l’enfant s’endormit, vaincu par le manque de sommeil et l’émotion. Son hôtesse transporta sans difficulté son maigre poids dans son propre lit, l’ayant au préalable débarrassé de ses vêtements souillés et de son équipement. Ceci fait, après une brève conversation avec l’un des quelques adolescents déjà réveillés, elle s’habilla pour une expédition urbaine, attrapa sa rapière, une bourse de pièces quelques vivres, puis sortit dans les ruelles mal famées des bas-quartiers, un rat gigantesque sur les talons.

---

Un caillou. Trois chopes. En un mot : bonneteau ! Le kender glissa le caillou sous une chope, puis commença à les intervertir, de plus en plus rapidement, jusqu’à ce qu’on ne distingue des récipients et de ses mains que des formes floues et incroyablement véloces, et continua ainsi pendant quelques minutes sans efforts apparents. Soudainement, l’incroyable manège stoppa. Le mystificateur contempla son public enfantin, un sourire moqueur aux lèvres, et s’exclama :
- Où qu’il est le caillou ?
- A d’ate ! cria un gamin sans même prendre la peine d’ôter son pouce de sa bouche.
Le bateleur souleva le récipient de droite : rien.
- ‘A ‘au’he ! essaya un second môme sans même prendre la peine d’ôter ses dents de la jambe d’un camarade.
Le récipient se révéla une nouvelle fois vide.
- Au milieu ! en déduit brillamment un chérubin catcheur en tentant avec succès d’assommer à mains nues son camarade carnivore.
Le caillou apparut alors.
- Wééé j’ai gagné s’écria l’arnaqueur, s’emparant d’un sucre d’orge et partant en courant.
- Euuuh…articula lentement Djago, confus, en voyant son public s’égailler avec son lot.
Face à lui, la Dame aux Rats retint à grand peine un fou rire devant son air perplexe, l’air de quelqu’un qui a vaguement l’impression de s’être fait avoir quelque part, mais n’arrive pas à trouver précisément ni où ni pourquoi . Au bout de quelques instants de réflexion inefficaces, l’arnaqueur arnaqué haussa les épaules, faisant avec, son regard perplexe revenant à la normale, des yeux bleus respirant l’innocence et la joie de vivre, néanmoins voilés par un soupçon d’inquiétude lorsqu’il constata que ses poches étaient maintenant vides de toute sucreries.
Il s’approcha de la Dame aux Rats, tirailla sa longue robe pour attirer son attention, tira discrètement une langue vengeresse au rat curieux qui sortait la tête des jupons, leva la tête et demanda :

-Dis, dis, je peux aller acheter des sucres d’orge ?
La jeune fille regarda un instant sa frimousse charmeuse. On aurait pu croire à l’observer que les évènements passés n’avaient été qu’un mauvais rêve, si seulement il n’y avait pas eu cette petite mèche coupée ras, juste au-dessus de la tempe gauche…
Prenant son silence pour une négation, l’enfant redoubla d’efforts, tout en reposant sa question vitale.

Djago ---> Battements de cils majeurs de Djago ---> Dame aux Rats
Djago ---> Regard suppliant niveau II ---> Dame aux Rats
- Je peux, hein, je peux ?
- Oui, tu peux, accorda-t-elle noblement, en un soupir aussi excédé qu’attendri, mais revient entier.
- J’ai un lance-pierre. ‘Suis prêt à tout argumenta d’un air sauvage le redoutable guerrier, avant de lui enlacer fougueusement les genoux en guise de remerciements, et de sortir en enchaînant joyeusement les roues.
Son hôtesse le suivit quelques instants d’un regard amusé. On aurait vraiment cru qu’il ne s’était rien passé, pensa-t-elle. En quelques jours, toute envie sanguinaire semblait l’avoir déserté. D’accord, il était spécialement lunatique, mais pas à ce point, tout de même.
Pendant quelques jours, inquiète, elle l’avait obligé à rester cloîtré au secret dans l’orphelinat, mais vu les absence de réaction tant officielles qu’officieuses au massacre, et de traces de présence d’Astaldo et ses sbires sur le sol luménien, sans parler du dynamisme débordant du bestiau, elle avait fini par le lâcher dans la nature, en l’obligeant néanmoins à lui signaler toute sortie. Son retour à la vie avait suscité quelques réactions surprises voire heureuses chez les habitants, mais toujours pas de signe d’enquête des autorités. Le gouvernement se plaisait visiblement à laisser macérer les bas-quartiers dans leur fange... Enfin, personne n’avait tenté de faire un mauvais parti à l’orphelin, son bourreau semblait avoir disparu et l’enfant avoir tout oublié. Tout allait bien…
Au terme de ses réflexions, elle retourna vers le dortoir des enfants. Vu les bruits qui s’en échappaient, il devait avoir y avoir lieu une bagarre générale. Une fois de plus…
"Well, if you're risking death, why not have fun ? If I wanted to risk death without having fun, I'd be a tax collector, not a thief."
Répondre

Retourner vers « Les archives de Lumenis »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 0 invité