[GESTION] Sims family 2

Forum spécifique des jeux vidéo autres que Baldur's Gate, NeverWinter Nights et les RPA. De Doom III aux Sims 2 en passant par Soulcalibur II, venez parler de votre passion des jeux vidéos qui n'entrent pas dans la catégorie des jeux de rôle. Consoles, PC, nostalgie, toutes les machines sont concernées et tous les genres : Quake-like, jeux de sports, de stratégie, de combat... Envie d'une aide ou simple désir de discuter d'un jeu, entrez dans ce forum.
Répondre
Auroch
Statut : Hors ligne

Message par Auroch »

Bon j'ai acheté un jeu qui s'appelle Sims family 2....on a un petit bonhomme, qui progresse professionnellement, se fait des amis, se marie, a des enfants.
Toute sa vie est occupée à la satisfaction de ses "plaisirs" (de communication, de loisir, de satiété, d'excrétion lol etc...), et à la réalisation de projets de type projectif dont on l'investi (mariage(s), partouzes effrénées, vie monastique, vie de famille, ascension sociale fulgurante, glande éhontée....c'est très libre).

Le jeu assez bien fait je dois dire, bien que mon propos ne soit pas de faire de la pub pour ce produit...tellement bien fait et réaliste qu'à la fin mon petit personnage meurt....
Et là c'est comme-ci le fameux "glacis" obturant la vision de la mort s'était effondré (celui qui s'effondre à la mort d'un proche écrivait Jankélévitch).
Une fois le jeu fini, comme souvent quand je joue à ces trucs, j'ai eu un grand sentiment de vide, une sensation d'inanité inhérente à cette activité. Seulement cette activité c'est la vie, du moins nos vies elle-mêmes.

Et le pire c'est que ce sont nos vies non pas telles qu'elles sont mais telles que nous les souhaiterions .
Comme dans Faust où Méphistophelès crève la capacité désirante du docteur à force d'en réaliser les manifestations, il ne nous reste rien qui fait à la fin qu'on puisse se dire que cette vie était bonne à vivre, on n'a même plus envie d'y rejouer. Je dois dire que le fait que le personnage meurt ramène à une brusque réalité devant laquelle on ne peut plus tricher et remettre l'essentiel "au lendemain(...afin de le fuir à jamais en réalité).
Autant avant on s'enferre dans cette répétition bornée de petits plaisirs bourgeois et on est à ce point prix par les "distractions" au sens pascalien du terme, qu'on ne voit même pas nos vies défiler...et on ne voit pas ce qu'il y d'important, autant après tout cela nous dégoûte car c'est comme si cela (richesse, gloire, amis, femmes) nous avait tout fait rater.

Justement qu'est-ce qu'il y a d'important et qui a de la valeur dans une vie?
Le défi, presque libérateur je dirai, est que nous sommes faces à la mort, elle est le terme ultime de nos activités quelles qu'elles soient ("parler de postérité c'est faire des promesses aux asticots" écrivait Céline), ce tribunal de l'inélucatble disparition, de la mort est de ceux devant lesquels on ne peut pas tricher, mettre de faux-semblants en écran protecteur...nous sommes faces à une réalité froide et glacée à qui nous devons insuffler notre propre chaleur, notre flamme, notre panache, et il n'y aura rien d'autre. Nous devons trouver les activités qui prennent sens, qui ont leur valeur en elle-même ("La" leur pourraient dire certains :) ) et non en fonction d'un hypothétique futur ou d'une fausse vision de la postérité qui n'est qu'une mort à jamais ajournée ou ne concernant que les autres.

L'être pour la mort, le fait que l'homme soit irrémédiablement tourné vers la mort et la disparition du sens, peut ne pas être simplement vécu sur le mode de l'angoisse, c'est une épreuve, et si on s'en tire victorieux il nous restera je pense quelque chose de cette force que nous avons du déployer pour la surmonter.
Entre la nécessité de la lutte et la futilité du combat...mais justement qu'est-ce qui reste mis à part bouffer, suer, baiser et dormir (non pas que je condamne cela, mais bon...).

Qu'est-ce qui reste et qui fait qu'on peut dire que cette personne qui vient de mourir est non pas digne de pitié mais digne d'envie? Nous sommes destinés à être à jamais l'efflorescence d'un être qui aura toujours été...mais que voulons nous laisser? Que pouvons nous laisser qui ne lassera pas de faire sens? Qu'est-ce que nous pouvons aimer vivre non pas en cet instant pré-découpé mais pour toujours et à jamais.
Car se mettre face à la mort, curieusement, c'est aussi bien se mettre face à L'Eternel retour de Nietzche....qu'est-ce qui dans ma fait partie de ces choses que je ne me lasserai pas d'aimer et que j'aimerai vivre encore et encore, pour elle-mêmes, et qu'en ayant vécu une simple fois me laissera un goût d'éternité?

"Comme je deviens vieille fille à manquer du courage d'aimer la mort" Rimbaud
"Ce qui est terrible ce n'est pas de mourir, c'est de ne pas vivre" Hugo
Avatar du membre
Lies
 
Araignée colossale
Messages : 585
Enregistré le : dim. 04 avr. 2004, 20:55
Localisation : Marck // Pas De Calais
Contact :
Statut : Hors ligne

Message par Lies »

Ca me fait penser aux sims ^^ mais je pense que dans les sims, la mort ne nous apparait pas comme un vide car la descendance est là et l'on a d'autres familles à s'occuper.

En tout cas, très bon post ^^ .
Tu manques...

Les mots que l'on n'a pas dits sont les fleurs du silence. {Proverbe japonais}

Répondre

Retourner vers « Les autres Jeux Vidéo »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 0 invité