Page 2 sur 3 PremièrePremière 123 DernièreDernière
Affichage des résultats 31 à 60 sur 72

Discussion: [Bios] Les bios RP des aventuriers

  1. #31
    Date d'inscription
    March 2006
    Localisation
    dans les limbes...
    Messages
    748

    Re : [Bios] Les bios RP des aventuriers

    Lester vivait dans un petit village qui devait compter un peu moins de 300 habitants. A côté de ce village se trouvait un monastère, le monastère de la feuille sacrée(en allusion avec ses rapprochements à la mère de toute chose qui s'appelait lilantha, gaïa, enfin quelque chose comme ça et aux sources d'érudition et de sagesse qu'elle apportait à ses fidèles)
    L’ancienne du village, qui s'était improvisée mère d’accueil suite à la mort de ses parents(en réalité, ses parents ne sont pas forcément morts, ils l'ont simplement abandonné même s'il ne le sait pas et il ne vaut mieux pas qu'il les cherche) lui avait tiré les cartes, et parmi celles-ci lui avait révélé un tigre et une araignée. Elle lui avait dit que l’araignée peut-être considéré comme un signe de protection ou de patience. Ce signe se rapproche des tisseuses, déterminant les lignes et fils de la destinée. Cependant, il peut également symboliser une certaine forme d’emprisonnement, de cloisonnement.
    Le tigre, quant à lui, est plutôt considéré comme un symbole d’indépendance et d’assurance. Les 2 ensembles peuvent aboutir à une certaine patience et une empathie exacerbée.
    Les moines l'avaient accueilli dans leurs monastères pour s'occuper de son éducation. Les moines lui ont ainsi appris les rudiments du maniement du baton(la technique secrète du planter de baton...) et ceux du combat à mains nues. Ils lui ont également appris à récolter le venin des araignées, vu qu'il montrait des affinités avec elles. Il s'est découvert une passion pour la nature, plus particulièrement les plantes, herbes médicinales et les arbres. Il a ainsi rapidement occupé une place de jardinier/herboriste dans le village qui l'avait accueilli.
    Quelques années passèrent lorsqu'il se résolut à s'occuper d'enfants devenus orphelin(e)s suite à une maladie ayant assez durement touchée le village. Il se préoccupait notamment du sort d'une orpheline, Aethernae, devenue aveugle suite à cette maladie. Celle-ci ainsi que les autres mirent un certain temps à retrouver un peu de gaieté et à oublier ce qui avait été emporté.
    Pour aider Lester à s'occuper de ces orphelins du destin, une femme d'à peu près son âge s'était rapprochée de lui et lui avait apporté son aide. Lila était une femme assez autoritaire mais vraiment douce avec les enfants. Elle entretenait une ferme(ainsi qu'un statut de druide plus ou moins caché) dans le village et semblait avoir le même sens des prédictions que l'ancienne du village. Mais au nom de cette femme, Artenis, qui était celui que l'ancienne du village lui avait laissé, Lester comprit qu'elle avait un lien de parenté avec sa mère d'accueil. Lila était ainsi la fille du frère de l'ancienne du village. La maladie avait emporté l'ancienne, son frère ainsi que la mère de Lila.
    Mais malgré tout, le temps suivit son cours et effaça petit à petit les traces du passage des tristes événements. Lester se rapprocha beaucoup plus intimement de Lila. Il ne fallut pas très longtemps pour que Lester, Lila, Aethernae et les 3 autres orphelins(2 filles, Lys et Flora, et un garçon, Abel) forment une famille. Les jours semblaient défiler à une vitesse folle sans que le passage du temps ne se fasse sentir au fur et à mesure que le village prospérait. Quelques bouleversements firent leur apparition mais ne dérangèrent nullement la sérénité et l'harmonie qui semblaient envelopper le village. Une nuit, alors que Lila et Lester dormaient ensemble, celui-ci fit un rêve pour le moins étrange:
    "Dans ce rêve, il se réveillait et commençait une journée plein d'entrain et de bonne humeur. Il se trouvait comme toujours en train de prendre soin de son jardin alors que Lila n'était pas très loin à s'occuper de la ferme. Les enfants étaient partis au monastère pour suivre les enseignements qui leur permettront de mieux se débrouiller pour survivre et trouver la voie qu'ils veulent suivre. Lester s'était assuré qu'Aethernae soit prête et en bonne santé pour partir au monastère.
    Aethernae"C'est bon, papa, t'fais pas d'souci, Flora et Lys me guideront si je me perds et Abel gueule quelquefois plus qu'il ne parle, difficile de ne pas l'entendre"
    Abel en train de gueuler"c'est pas vrai, elle ment"
    Lester"Bon, passez une bonne journée, les enfants, et pas de bêtises"
    Lila"Abel, je crois que tu as encore oublié quelque chose"
    Abel"Merde, mon goûter" avant d'aller le chiper à Lila
    Lester(en regardant les enfants partir)"je ne croyais pas qu'il serait possible de faire pire que moi quand j'étais gosse, il faut croire que je me trompais"
    Lila le taquina"peut-être que tu ne t'es pas assez entraîné" Ils s'embrassèrent puis allèrent à leurs occupations respectives.
    Au fur et à mesure que Lester retournait la terre, le soleil semblait de plus en plus grandir dans le ciel. La chaleur en devint vite insoutenable. Il regarda vers le ciel, il fut presque instantanément aveuglé. L'étoile avait atteint des proportions édifiantes au point que Lester avait du mal à appréhender ce qu'il voyait. Regarder cette chose qui grosissait à vue d'oeil lui faisait mal, terriblement mal. Il ferma les yeux. Tout ce qui l'entourait était en train de brûler.
    Il cria plusieurs fois le nom des enfants et de Lila mais comme seule réponse, il entendait des hurlements de douleur, de souffrance, des cris et des pleurs.
    La lumière semblait baisser et il rouvrit les yeux. Un paysage de désolation l'entourait. Le village était en ruine et le monastère complétement démantelé. Le paysage émettait une certaine lueur et la matière semblait peu à peu se détacher du paysage pour s'envoler, émettant par ce fait ces lueurs exceptionnelles. Cela donnait la sensation à Lester que l'endroit où il se situait était en train de se désagréger. L'horizon, d'un rouge embrasé, semblait s'assombrir. Au loin, très loin, il vit un arbre, un seul, qui semblait avoir échappé à ce désastre. L'arbre semblait grossir et se nourrir de lumière, alors que les ténèbres semblaient l'entourer. Les racines paraissaient bouger et torturer la terre aux alentours, la remuant comme si des vers y grouillaient. Puis vint l'instant où les racines se détachèrent de la terre et les feuilles commencèrent à tomber. Mais en lieu et place des feuilles, ce furent des membres humains et des restes sanglants qui semblaient ainsi s'éparpiller. Les branches grossirent et prirent l'aspect de torses humains. Lester reconnut avec effarement parmi ces torses Lila et les enfants. Lester cria plusieurs fois leurs noms alors que ces torses semblaient souffrir une sorte de martyr. Lila et les enfants crièrent"pourquoi, pourquoi tu nous as abandonné, Lester? Pourquoi? " Lester répondit "je ne vous abandonnerai jamais" mais les torses n'arrêtaient pas de reposer leur question... Lester"ce n'est pas vrai, ce n'est pas possible, ce n'est pas en train d'arriver"
    Les torses commencèrent à se décomposer alors que l'arbre semblait se ratatiner mais les cris et les hurlements ne baissèrent pas d'intensité , au contraire, ils semblaient augmenter.
    Alors que l'arbre libérait de l'espace, de la matière noire semblait le remplacer et celle-ci semblait se diriger vers Lester. Une forme se libéra de cette matière visqueuse qui avait pratiquement englouti l'horizon. Il reconnut Sélène Artenis, sa mère d'accueil, des larmes sombres lui coulant sur le visage. Elle s'arrêta à quelques mètres de lui avant de s'exprimer"L'enfer est comme un paradis et nous nous reverrons au paradis, fiston" Puis les ténèbres engloutirent Lester."
    Lester se réveilla en sursaut, il avait l'impression de suffoquer. Par son réveil brusque, Lila s'était elle aussi réveillée et avait compris que quelque chose n'allait pas.
    Lila"Lester, quelque chose ne va pas?"
    Lester, la serrant dans ses bras comme s'il voulait s'assurer qu'elle n'était pas un genre d'illusion"non, tout... Tout va bien, ne t'inquiète pas" Quelques larmes lui coulèrent sur les joues alors qu'il repensait à des bribes de son rêve. Mais, ne voulant pas que Lila s'inquiète pour ce qui ne devait être finalement qu'un mauvais rêve, il lui souria pour la rassurer.
    Tandis que Lila se rendormait à ses côtés, il avait beaucoup de mal à retrouver le sommeil. Il n'arrêtait pas de voir et revoir les caricatures de corps qu'étaient devenus ceux qu'il aimait le plus au monde.
    Il n'arrêtait pas non plus de se remémorer les paroles qu'ils lui avaient assené."Pourquoi tu nous as abandonné?" Impossible de retrouver le sommeil.
    Il demanda conseil aux moines sur ces visions qui allaient jusqu'à se répéter avec d'indicibles changements. Quelques uns de ses frères lui dirent que ces visions pouvaient peut-être traduire des événements passés et exprimer dédain de ce qui s'était passé. "Tu devrais peut-être demander l'avis du grand maître, Lest."lança Elise, une moine qui avait passé une bonne partie de son enfance avec Lester, assez espiègle pour se mêler de tout et surtout de ce qui ne la concerne pas.
    Lester"Tu as sans doute raison, Elise"
    Elise"Oh, mais rien du tout? Pas une blague débile ou un cela ne te regarde pas ou j'ai retrouvé tes oreilles à un endroit où elles ne devaient pas se trouver?" ... "Non, c'est quelque chose de sérieux, c'est ça? Eh, frèrot,tu peux m'en parler, je ne le crierai à personne d'étranger au village"
    Elle stoppa net Lester alors qu'ils se dirigeaient vers les appartements du grand maître
    "Qu'est-ce qui se passe Lester? Lila sait que tu es ici? Tu sais très bien depuis un moment que tu peux me faire confiance. Qu'est-ce qui se passe? Ce sont vraiment ces visions qui te rendent comme ça?"
    Lester"J'ai... J'ai comme l'impression qu'elles sont réelles, Elise. Qu'elles sont plus réelles que tous les rêves que j'ai pu faire avant. J'ai l'impression que ce ne sont pas vraiment des rêves."
    "Dans une de ces visions, j'ai fait un mauvais mouvement et je me suis légèrement entaillé la main en coupant des branches, seulement, à mon réveil, l'entaille était réelle alors qu'avant de me coucher je n'étais pas blessé."
    Elise"Tu es somnanbule ou quelque chose comme ça?"
    Lester"je suis pratiquement sûr de ne pas avoir bougé du lit"

    Ils continuèrent le chemin jusqu'aux appartements du grand maître. Lester exposa ses récentes visions au grand maître et l'influence qu'elles semblaient avoir sur lui. Le grand maître lui conseilla de vider et entraîner son esprit, de méditer.
    Lester expliqua à Lila qu'il voulait apprendre plus en détail les techniques de combat secrètes des moines de la feuille sacrée. Il en apprit une partie, à ne faire qu'un avec l'adversaire, à utiliser la force de ses opposants contre eux-mêmes. Mais surtout, il vidait son esprit pour mieux résister à ces visions malsaines.

    Les événements reprirent leurs cours habituels jusqu'à l'instant où Lester fut sujet à une vision plus intense que toutes les autres. Le village brulait mais Lester avait également la sensation de bruler. La souffrance était intolérable mais il ne pouvait pas crier. Le village était déjà en train de se désagréger. Du sol sortait de la fumée et des bras, pour la plupart calcinés, qui s'agitaient. L'arbre refit son apparition, seulement des miriades d'yeux apparaissaient sur son écorce tandis que les branches torses humaines formaient des caricatures de ses proches qui lui reprochaient ces mauvais traitements.
    Mais déjà Lester se rendait compte qu'il était lui-même en train de se désagréger. Alors suivit l'approche de l'ancienne, chose noire elle-même se désagrégeant peu à peu, qui prononça:"Laisse la sagesse te guider. Par elle, fiston, tu trouveras ta destinée." Mais Lester était déjà en train de hurler.
    Lila dormait à côté, ne remarquant pas ce qui se passait, qu'à certains endroits, la peau de Lester était en train de noircir par endroits avant de redevenir normale. Et malgré le fait qu'aucun son ne sorte de sa bouche, il semblait pourtant crier.

    Le lendemain matin, le beau temps promettait une journée de bonne augure. Les enfants étaient partis au monastère. A midi, Lila et Lester mangèrent vite rapidement avant de continuer tranquillement leurs travaux respectifs.
    La fin de la journée approchait mais quelque chose clochait depuis quelques instants. Lester en était sûr, ce fut comme si les sons avaient diminué. Il entendit des bruits sourds derrière lui, comme des bruits de sabots. Un cri suivit puis un hurlement, quelques pleurs. Des chiens et des cavaliers passèrent près de lui, ne semblant pas déranger la terre qu'ils semblaient pourtant fouler. Ces formes noires disparurent sous ces yeux aussi vite qu'elles étaient apparues, ne laissant que des brins de fumée. Puis Lester s'écroula. Il entendait des bruits de combat, crut voir le forgeron, un marteau ensanglanté à la main droite, tandis que l'autre formait un angle bizarre, poursuivant ce qui devait être une fille du village dont le visage paraissait étrangement modifié. Puis Lester essaya de se relever et aperçut, qu'est-ce qu'il aperçut au fait?
    Il ne s'en souvient plus car il s'évanouit peu de temps après.


    Légion(une créature pouvant être comparée à un grand ancien voire plusieurs) et quelques pillards ou Légion tout seul(avec l'aide de tous les villageois devenus complétement cinglés?), Lester a des difficultés à se remémorer ce moment, a anéanti le village(et il ne s'est pas contenté de ça).

    "Mon nom est Légion car nous sommes plusieurs... Et c'est mon souhait que de vous entraîner à rejoindre ma légion de damnés." Lester ne se souvenait que de ces bribes de paroles quand il s'est réveillé non loin des restes de son village, à l'orée de la forêt, tenant dans sa main gauche un baton tordu et laissant comme des trainées de suie sur son passage. Il se précipita vers la maison que lui, Lila et les enfants partageaient. Mais elle était en ruine, comme si un incendie l'avait consumé. Tout le reste du village semblait constitué de cendre, à part quelques ruines et quelques monceaux d'affaires éparpillées ça et là qui semblaient avoir échappé à une quelconque fournaise. Il cria plusieurs fois le nom de Lila et des enfants mais ne reçut en retour rien d'autre qu'un silence inquiétant. Se rendant compte que ses vêtements étaient en lambeaux, il chercha du regard si quelque chose pouvait lui servir de vêtements de fortune. Par chance, il ramassa une sorte de cape qui emporta un filet de poussière noire alors qu'il la soulevait. Il resta quelques instants à comprendre ce phénomène, passant une main à travers ce filet de poussière mais celui-ci ne quittait pas le vêtement. Il entreprit alors d'ôter les lambeaux de vêtements qui le recouvraient. La tâche fut un peu plus dure que ce qu'il aurait cru. En essayant d'enlever une partie des lambeaux de son gilet, également noir de suie, les lambeaux s'accrochaient à sa peau. Il essaya de forcer un peu mais vit alors que sa peau commençait à s'arracher lorqu'il essayait de tirer sur ces restes de gilets. Il s'appuya quelques instants sur ce baton tordu qu'il possédait sans savoir comment il l'avait eu. Il remarqua alors que les traces de suie du baton et ses lambeaux de vêtements avaient tendance à se repousser. Il essaya d'ôter ses lambeaux de gilet en ajustant le baton entre sa peau et les lambeaux. Cette fois-ci, il réussit à se débarasser de ces lambeaux de vêtements de suie. Il hésita à se vêtir de cette cape bizarre. Mais qu'est-ce qu'il te prend? se posait-il la question Qu'est-ce qui est le plus important:retrouver tes proches ou se poser des questions à propos d'un bout de vêtements insignifiants. Et sans se poser plus de questions, il revêtit cette cape noire, mélange de poussière et de suie. Celle-ci se déforma, s'attachant aussitôt à enserrer son propriétaire pour mieux l'étouffer. Mais Lester n'en avait que faire, que ce fut par sa volonté ou par un quelconque autre phénomène, la cape diminuait la pression qu'elle exerçait jusqu'à lui laisser la liberté de se mouvoir comme si elle n'existait pas. Pourtant, de loin, un observateur ne pourrait distinguer ce qui se cache derrière ces volutes noires d'étoffe d'où semblait partir de petits sillons de fumée.
    Il cherchait du regard toute trace qui lui aurait permis de savoir où se diriger pour retrouver les siens. Mais il n'y avait guère où qu'il dirige son regard une sorte de grand cimetière.
    Lester"Ah Lila, Aethernae, les enfants, tout le monde va bien?"
    La maison venait de réapparaitre comme si rien de grave ne s'était passé, Lila se tenait devant sans bouger. Les enfants s'amusaient à coté.
    Lester s'approcha de Lila qui semblait articuler quelques mots"pourquoi abandonné Lester?"
    Des lambeaux de chair se détachaient de son corps qui se décomposait à une vitesse alarmante alors qu'elle s'approchait de Lester, ouvrant la bouche et découvrant des rangées de dents pointues et effilées. De la vermine grouillait aux affleurements de sa peau.
    Lester se mit à reculer"non, je vous ai sauvé, non, ce n'est pas vrai" Les enfants se rapprochaient, la tête d'Abel tomba en arrière, explosant sur le sol comme une tomate bien mûre. Flora souriait, dévoilant quelques asticots sortant de sa bouche et une langue qui rejoignit le sol. Des yeux d'Aethernae s'échappaient quelques insectes qui rampaient sur sa joue avant de creuser des trous dedans comme pour y construire des galeries. Les cheveux de Lys se tortillaient sur sa tête, quelques-uns tombaient et arrachaient des lambeaux de peau avec. Les voix des enfants résonnaient comme un écho aux oreilles de Lester"rejoins-nous père, reste avec nous, il fait si froid là-bas, ne nous abandonne pas"
    Lester avait l'impression que sa tête allait exploser."Lila, les enfants, non"
    Ce furent les derniers mots qu'il prononça avant de partir loin de cet endroit. Un dernier regard en arrière ne lui montrait qu'un village et son monastère détruits, et envahis par des filets de brume. Les images malsaines de ces proches avaient disparu. Il remarqua toutefois des traces de pas qui sortaient de son village pour se diriger vers les bois.
    Il suivit ces traces et courut loin de ce lieu sordide et maudit qui était auparavant son foyer.
    Il erra dans les bois, ayant totalement perdu les traces qu'il suivait, survivant grâce à ses connaissances des plantes, du milieu forestier et sa plus ou moins grande réussite à allumer des feux pour faire cuire les quelques petits animaux qu'il réussissait à tuer et à attraper, que ce soit par l'utilisation de fléchettes empoisonnées, poison d'araignée de son élaboration dont il était presque immunisé.
    Il s'arrêta à un village mais les habitants montraient une grande méfiance envers cette personne, cet étranger qui était drapé de voiles noirs et dont la face était difficilement discernable. Le vêtement s'attachait à son corps mais il pouvait néanmoins rabaisser le capuchon de fortune formé par la cape autour de sa tête, que ce soit en y pensant très fortement ou en s'aidant du baton déformé.
    Les villageois ne faisaient pas confiance à cet étranger qui leur demandait s'ils n'avaient pas subi d'attaques de bandits, pillards ou de quelque chose d'autre dernièrement.
    Il poursuivit son chemin de villages en villages jusqu'à tomber sur un vieil homme qui le prit à part"vous avez vu le démon, pas vrai? Si vous continuez à le chercher, c'est lui qui vous trouvera. Si vous lui dérobez la fille aveugle, il vous chassera. Allez à Manost et ne reculez pas"
    Lorsqu'il lui demanda de plus amples explications, quelqu'un lui dit que le vieil homme serait bien incapable de parler, vu qu'il avait perdu sa langue il y a 4 ans déjà, suite à une rixe qui avait mal tourné.
    Lester se dirigea vers cette ville, Manost, avec un absurde espoir que l'un ou plusieurs de ses proches ait survécu à ce dont il ne pouvait se rappeler...



    psychologie/psyché de Lester

    Enfin tout cela est fini, n'est-ce pas?(ce qu'il n'arrive pas à sortir de sa mémoire est en train de peu à peu le détruire intérieurement, rouvrant constamment une plaie qui ne veut pas se refermer)
    Quelquefois, les fantômes ou les rêves se joignent à la réalité et Lester arrive difficilement à les distinguer. Légion fait quelquefois son apparition dans ses rêves(phénomène un peu dérangeant)
    Lester a subi tellement de chocs mentaux que sa santé mentale a sérieusement flanché. Il n'est pas rare qu'il se trouve confronté à une angoisse profonde qui le pousse à poser ses doigts sur son crane comme s'il était pris de migraine ou que sa tête allait exploser et bredouille des"c'est fini, c'est fini, ça suffit maintenant, ça va passer"
    Cependant, Lester est un survivant et quelque part, un battant, il n'abandonnera jamais ce qu'il s'est fixé(dans le cas contraire, il perdrait le peu de santé mentale qu'il lui reste). "non, ce n'est pas encore fini, tout n'est pas terminé"
    Un point négatif de ces événements est que Lester ne contrôle pas toujours totalement ce qu'il fait quand la pression devient extrême. Des accés de folie peuvent temporairement l'entraîner dans des actions qu'il ne peut ensuite qu'essayer de réparer ou tenter d'en minimiser les conséquences.
    Lester est un personnage typiquement malkavien...


    Description physique
    Agé de 27 ans environ, Lester parait un peu plus vieux. Ses cheveux ont complétement blanchi. Ses yeux gris reflètent comme une certaine absence d'émotions, un regard acier qui ne semble pas s'arrêter juste au point précis où il est posé.


    équivalent moine, loyal neutre
    caractéristiques
    force 10
    dextérité 13
    constitution 18
    intelligence 13
    sagesse 18
    charisme 10

    équipement
    cape des damnés(fait avec de vrais morceaux de damnés->maudit)
    Cette cape suinte une suie noire qui peut, à haute dose, provoquer des effets hallucinogènes.
    Ce vêtement, une fois attaché à son porteur, ne s'en détachera pas facilement, allant jusqu'à mêler la peau du porteur et les fibres qui le composent. Les fibres noires s'incrustent dans le corps du porteur.

    baton d'arbre déformé
    Ce baton a déjà servi à séparer le mélange des tissus de suie et des tissus organiques. Ce n'est pas une arme magique.

    "Vous avez une armure rutilante? C'est bien... Moi je porte une cape qui fait de la fumée
    Je vous suggèrerais de ne pas vous approcher sinon vous risqueriez bien de vous salir messire
    Tout ce que vous y gagnerez, d'une façon ou d'une autre manière, c'est de mordre la poussière"
    Dernière modification par loqueteux ; 30/08/2009 à 15h43.
    "l'étranger:je ne porte pas de masque" "Camilla: (terrifiée, à Cassilda)Pas de masque?Pas de masque!"
    "Mon nom est Légion, car nous sommes plusieurs..."
    Poids liche...
    La voix de Lester s'entend en #C39C39

  2. #32
    Date d'inscription
    August 2003
    Messages
    4 427

    Re : [Bios] Les bios RP des aventuriers

    Barundar naquit en l'an 1067 CV dans les mines du clan Gorunn, sur les contreforts de la Cordillière du Faucon. Il passa ses premières années à apprendre les préceptes que tout nain du clan Gorunn se devait de connaître, du moins aux yeux de son père : miner, faire fondre le métal et forger armes et armures. Le jeune Barundar se retrouva très vite à l'étroit dans le carcan familial que lui imposait son père ; aussi décida-t-il de partir à l'aventure à l'aube de ses cinquante ans. Il arpenta ainsi pendant de combreuses années les terres de Dorrandin en long, en large et en travers, chevauchant à travers les vastes étendues de l'Orient, sillonnant les collines du Corridor du Souffre, s'aventurant même jusque dans le canyon de l'Araignée. De ville en ville, de taverne en taverne, il croisa de nombreux compatriotes auprès desquels il trouva parfois un peu de travail, se perfectionnant au fur et à mesure dans l'art de la forge.
    C'est dans une de ses villes qu'il croisa celle qui allait devenir son petit colibri en sucre, Diesa du clan Torihn. La jeune naine acheva de décider Barundar, épuisé par tant d'errances, à s'établir de façon sédentaire. Le couple choisit de retourner près de son clan, dans les forêts inhospitalières de la Cordillière du Faucon. Ils y coulèrent des jours heureux, braconnant pour se nourrir, Barundar forgeant de petites pièces dont il faisait commerce avec les aventuriers de passage.
    Hélas, la grande famine qui sévit à Manost durant l'année 1377, vida leur forêt de l'abondance de nourriture dont elle regorgeait auparavant. Forcé de chasser le gibier toujours plus loin, ils finirent par empiéter sur le territoire de chasse d'Hun-Nun, un abominable hobgobelin, qui les prit rapidement en grippe. Il les surprit plus d'une fois sur "ses terres" et les menaça tout autant de représailles. Un soir, inquiet de ne pas voir revenir Diesa d'un de ses pistages, Barundar s'enfonça dans la nuit pour la retrouver. Il la découvrit au petit matin, le corps partiellement recouvert de neige, l'une de ses hanches si délicates percée d'une coup de lance. La maheureuse avait souffert de longues heures avant de mourir de froid durant la nuit. Barundar s'effondra à ses pieds, cria, hurla, jura, maudit le nom de son ennemi... et lui promit une implacable vengeance.
    Aujourd'hui, après quatre années de recherches et de survie, Barundar s'apprête à reprendre la route ; plus rien ne le relie à cet endroit qu'il préfère oublier, et il n'a jamais recroiser la route d'Hun-Nun.

    C'est à Artryl que les sabots de son poney le menèrent...



    Fiche

    Nom : Barundar "Poingdacier", fils de Murdin "les marteaux chantant", du clan Gorunn
    Age : 314 ans, dans la force de l'âge
    Taille : 1,23 mètres

    Race : Nain d'écu
    Classe : Guerrier
    Niveau : 6
    Alignement : Loyal neutre
    Divinité : aucune depuis longtemps (Dumathoïn dans le temps)

    Compagnon : son poney, "Sabot d'or"

    Couleur RP : #46B65D

    Caractéristiques (ajustements raciaux compris, total : 84)
    Force : 18
    Dextérité : 15
    Constitution : 19
    Intelligence : 13
    Sagesse : 10
    Charisme : 9


    Compétences et dons

    Dons (finalité : combat à deux armes, puis Tranchant du marteau)
    Arme de prédilection (marteau de guerre)
    Attaque en puissance
    Piétinement
    Science de la bousculade


    Compétences raciales
    Vision dans le noir
    Connaissance de la pierre
    Armes familières (hache de guerre naine)
    Stabilité
    Bonus racial de +2 aux jets de sauvegarde contre le poison
    Bonus racial de +2 aux jets de sauvegarde contre les sorts et effets imitant des sorts
    Bonus racial de +1 aux jets d'attaque contre les Orques et les Gobelinoïdes
    Bonus d'esquive de +4 contre les créatures appartenant au type Géant
    Bonus racial de +2 aux tests d'Estimation liés aux objets métalliques ou en pierre
    Bonus racial de +2 aux tests d'Artisanat liés à la pierre ou aux métaux


    Compétences (en vert les comp. de classe)
    Artisanat - Fabrication d’armes (9)
    Connaissances (nature) (3)
    Equitation (2)
    Escalade (5)
    Langues : Commun, Nain, Gobelin et Orque (1)
    Survie (2)


    Equipement
    Marteau de guerre
    Armure de cuir (Clibanion dans le sac)
    Casque
    Nécessaire de survie (collets, couteau, briquet, corde)
    "Gnorish vor kladden imtach, haddick vor lotten, an zamock vor nuamsch !", s'écria Barundar en #46B65D.
    Coordinateur des d'Oghmatiques. Tenez-vous au courant des dernières sorties de traductions des mods.

  3. #33
    Date d'inscription
    December 2003
    Localisation
    Lille City Beach
    Messages
    2 494

    Paladin Histoire de Kettrarik Purmarteau

    Perdu ? Je l'ai longuement été en ce haut monde. J'ai grandi sous la Terre que vous, surfacins, appelez monde. J'ai grandi au sein de la Grande Faille, à Basseloge la plus vaste des cités bâties par mon peuple, les Nains d'Or.

    Je suis né après la Bénédiction du Tonnerre et ma mère succomba lorsqu'elle donna naissance à des triplés dont je faisais partie. J'ai un frère, Khondar , qui fut désigné comme aîné car il était sorti le premier, et une sœur, Belmara, qui vint après lui. Je suis donc le benjamin de la famille et l'on me l'a beaucoup fait remarqué. Chétif, fragile, faible... c'était ainsi qu'on me qualifiait quand je n'étais qu'un enfant. Mon père, Arkon Purmarteau, aigri par la perte de son épouse, a chéri Khondar et Belmara tandis qu'il me menait la vie dure. Il me rendait en effet responsable de la mort de son épouse étant donné que j'étais le dernier à être venu au monde.

    Le clan Purmarteau vivait dans l'opulence mais j'étais délaissé, presque considéré comme un serviteur dans ma propre demeure. Mon frère prenait systématiquement ma défense tandis que ma sœur entretenait la réputation de sagesse des naines d'or et gardait le silence.

    Vint un jour, alors que nous entrions à peine dans l'âge adulte, où mon père quitta cette terre, rejoignant nos ancêtres au paradis des nains.

    Mon frère Khondar, héritier principal, décida de s'octroyer les activités de négoce de la famille et il m'offrit la forge familiale. Khondar et moi étions très proches et je comprenais qu'il m'offrait une nouvelle vie. La forge Purmarteau était réputée dans toute la Grande Faille et c'est là que je m'étais toujours réfugié pour fuir le courroux de mon géniteur.

    Quelques années passèrent. La famille prospérait, Khondar s'était marié et mes jeunes neveux garantissaient l'avenir du clan. Cependant, alors qu'on me considérait comme un maître forgeron, l'impensable se produisit.

    Ma soeur Belmara s'était entiché d'un riche noble de Cordisphère dont la famille, profondément religieuse, l'avait convaincu que j'étais responsable de la mort de notre mère. Elle épousa ce nain, Doryl Sombrepoing, et vint faire valoir ses droits sur la Forge. Je fis appel au soutien de Khondar, qui lui même porta l'affaire devant le Conseil des Seigneurs mais rien ne pouvait être fait. Mon père m'avait déclaré comme benjamin, les droits de Belmara prévalurent donc sur les miens.

    Je quittais alors Basseloge, avec comme seules possessions quelques vêtements et une hache que je m'étais forgée. J'ai parcouru Féérûne longuement. Des vastes plaines du Shaar aux les côtes arides de Calimshan, je découvrais le monde. Ma route me mena en Amn. J'y fis quelques rencontres, dont celle d'un marin qui m'offrit une place dans un son navire pour Dorrandin et m'y voici, près à débuter une nouvelle vie.


    Nom : Kettrarik Purmarteau
    Religion : Dumathoïn
    Âge : 47 ans
    Race : Nain d'Or
    Langues parlées : Nain, commun.
    Taille : 1m30
    Alignement : Neutre bon


    Description physique : Peau brune, courte barbe blonde mais pas de cheveux.
    Pas vraiment le stéréotype du nain. Plutôt grand pour un nain.

    Force 16
    Dextérité 16
    Constitution 14
    Intelligence 13
    Sagesse 12
    Charisme 12

    Equipement :
    - Une petite pioche bénie dont il ne se sépare jamais, symbole du dieu Dumathoïn
    - Un sac de couchage format nain
    - De l'amadou et un briquet à silex pour allumer un feu
    - Ustensiles de cuisine (couteau, gamelle, tasse)
    - Pierre à aiguiser
    - Une dague
    - Une boussole
    - Quelques dizaines de pièces d'or
    - Hache d'arme naine
    - Armure de cuir cloutée
    - Quelques onguents achetés à Amn pour soigner ses blessures superficielles

    Dernière modification par Duo ; 04/09/2013 à 18h31.
    Kettrarik Purmarteau, forgeron nain exilé à Dorrandin
    Avant j'étais Duorok Gutrash. Mais ça, c'était avant. Être vert, ça gère !

  4. #34
    Date d'inscription
    December 2009
    Localisation
    Lyon
    Messages
    75

    Re : [Bios] Les bios RP des aventuriers

    Présentation :

    Nom : Talka.
    Prénom : Samy.
    Race : Demi elfe de lune, demi humain.
    Age : 16 ans
    Taille : 1m 69, poids : 45 Kg.
    Couleur de peau : un peu bleu foncé.
    Cheveux : Mis long de couleur bleu foncés.
    Yeux : D’un vert vif.
    Alignement : Neutre bon.
    Classe : Rôdeur.
    Niveau : 1.

    Biographie :

    Samy était le fruit de l’union d’un forgeron nommé Fergus Talka et d’une elfe de lune qui s’appelait Piléa de la forêt voisine, il s’étaient rencontrés lorsque le père forgerons se fit attaquer dans la forêt avec une cargaison d’arme pour les vendre au village qui se trouvait de l’autre côté de la forêt de Lumenis.

    Elle le sauva et lui proposa de l’accompagner dans ses voyages entre lumenis et le village voisin, le forgeron accepta et lui proposa même de la payer mais elle refusa. Elle se plaisait en la compagnie du forgeron et finir par succomber à son charme, ils se marièrent et eurent un enfant qui nommèrent Samy qui grandit avec son père.

    Samy grandit jusqu'à l’âge de 11 ans avec son père apprenant à sculpter le bois pour ajouter des arcs aux nombreux produits que son père vendait, le jour de son 13eme printemps Fergus emmena son fils chez sa mère pour qu’elle lui enseigne les valeur et les capacité des rôdeur dont elle faisait parti.

    Samy apprit la survie dans un milieu parfois hostile qui était la forêt qui l’abrité, Piléa lui apprit le maniement de l’arc dans lequel il sans sortait sans aucun problème, mais elle lui apprit aussi le maniement de l’épée dans lequel il laissait à désiré.

    Trois longues année passèrent, et le jeune Samy s’entraîner toujours mais partait parfois avec sa mère en mission, elle n’étaient pas dangereuse mais elle m’était en pratique ses talents de discrétion, sa logique, et son maniement de l’arc. Pendant l’hiver de sa 15eme année il partit seule pour la première fois en mission, il devait récolter des informations sur la prochaine cible des brigands qui sévissaient depuis peu dans la région.

    Il apprit très vite que s’était sa mère qui allait être attaquée, il du traverser la moitié de la forêt pour enfin apercevoir la petit cabane en bois ou il logeait avec sa mère. Lorsqu’il entrouvrit la porte, il faillit refermer la porte pour croire qu’elle ne gisait pas sur le sol, il alla vers le corps inerte, regarda si elle respirai encore ce qui n’est pas le cas. Il remarqua qu’elle avait quelque chose dans sa mais une lettre et une clef.

    Il prit la lettre et la lut, elle disait qu’il ne pouvait empêcher sa mort et qu’elle était désolée de devoir le quitter maintenant, elle sui dit aussi qu’elle a rangé un équipement pour lui dans un coffre cacher sou son lit. Elle lui expliqua aussi de ne pas partir à la recherche des brigands qui l’avait tué car se n’était pas vraiment des brigands il ne pourrait pas encore comprendre. Dit à ton père que je l’aime.

    Samy après avoir lut la lettre alla au coffre auquel sa mère faisait référence, il y trouva une épée longue, une dague, un arc taillé avec le plus grand soin, des flèches, un peu d’argent, des habits simples et 1 bague que portait toujours sa mère.

    Il prit tout le contenu et partit annoncer la nouvelle à son père. Juste après il partit vers la nature là où sa véritable place était.

    Physionomie :

    Samy n’était pas très grand, de taille moyenne pour une petite corpulence. Sa croissance n’étant pas encore vraiment terminée, sa musculature était peu développée.

    On pouvait facilement voir qu’il n’était pas trop robuste de loin mais Samy se préservant des regards était plutôt difficile à cerner.

    Son côté elfe se remarquait facilement, grâce à sa couleur de peau un peu bleu, il se distinguait facilement des autres personnes.

    N’ayant pas beaucoup de discrétion, il ne passait pas souvent inaperçu.

    Psychologie :

    Samy fut élevé d’abord par son père humain, pour lequel il voué une grande admiration,cela lui permit d’apprendre à apprécier les humains, et de leur laisser une chance de devenir amical avec eux.

    Mais il n’était pas dupe sur la question de confiance qu’il garde juste pour son père ou qu’il ne donne pas aisément.

    De nature à ne pas se faire remarquer, il était solitaire et renfermé sur lui-même.

    Convaincu par les enseignements de sa mère, il ne faisait jamais de mal autour de lui, il était magnanime mais parfois il laissait sa colère jaillir et l’emportait dans une rage ou il ne pouvait ni pardonner, ni épargner.

    Caractéristiques :

    Force : 14
    Dex : 16
    Con : 12
    Int : 15
    Sagesse : 13
    Cha : 10

    Total : 80 points.

    Equipements :

    Une épée longue en fer.
    Des habits simples,
    Une dague en fer.
    Un sac contenant des ustensiles de cuisine, un couteau pour travailler le bois, un journal que tient Samy.
    50 PO que sa mère lui a donné, 64 PA qu’il a économisé.
    Un arc taillé à la main dans un bois spécial.
    Dernière modification par Samy ; 09/01/2010 à 18h54.

  5. #35
    Date d'inscription
    January 2010
    Localisation
    A l'"autel"
    Messages
    31

    Re : [Bios] Les bios RP des aventuriers

    En 1327, le clan BarbeGrise se trouva opposé à une nouvelle coalition Duergar. Une fois encore les mines d'or et de fer était le centre de ces tractations armées. Après quelques jours, durant lesquels chacun des parties exposa ses arguments bien tranchés, les Nains d'Or eurent finalement gain de cause, malgrès un lourd tribus en perte naines.

    Chacune de ces pertes pesaient lourd dans le coeur nain, mais les naissances se révèlaient alors un moment de festivité que seul le grand banquet annuel de la bière pouvait concurrencer.

    Peu de temps après le retour des troupes, un goût amer dans la bouche, une fête fût organisée pour honorer les morts mais surtout saluer la victoire des vivants. A la tête de se contingeant, Balinor, le chef du Clan porta un toast mousseux avant d'être interrompu. Il se dirigea vers sa chambre, pour assister à la naissance de son dernier enfant.

    "Par Moradin, dites moi que c'est un fils !"
    L'accouchement se fit dans la douleur, mais un beau bébé vit le jour et les cris poussés promettaient un enfant vigoureux.
    Balinor au comble de la joie d'avoir un bel enfant, un fils qui plus est, décréta ce jour comme le jour de l'avènement du Clan.

    Quinze ans plus tard, Belonar, dernier rejeton de Balinor fêta son entrée dans l'âge des premières tresses.
    Période importante pour tous les enfants du même âge, car elle leur permettait de rejoindre une caste et ainsi trouver leur place au sein du clan.
    Ce jour de joute en tout genre : concours de combat à mains nues, de tonneaux fendus, de pintes descendues mais aussi des plus belles armes et armures forgées, fut brutalement interrompu par un nouvel assaut duergars. Cette fois-ci, et profitant de la baisse de concentration des gardes, les nains gris parvinrent à pénétrer dans la citée naine et fît de grand dégâts.
    Belonar, qui attendait la sélection des castes, était en train de descendre avec Ungrim les deux tonneaux de bières qu'ils avaient réussis à voler au tavernier. Ils se firent surprendre par un Duergar qui s'était faufilé entre les échauffourés qui sévissaient un peu partout dans la citée.

    "Alors mes petits agneaux, vous allez bien partager votre bière avec moi ?"
    Ungrim lui lança sa pinte qui se vit interceptée par la hâche du duergar qui reprit :
    "C'est ainsi que vous recevez un hôte de marque ? Et bien voici comment, moi, je vais vous remercier"
    Le nain gris fonça vers eux la hâche levé. Belonar donna un coup de pied dans le tonneau placé devant lui qui bascula et roula vers leur assaillant. Ce dernier gêné par la course folle du tonneau dû s'acarter, ce qui permit aux deux jeunes de s'enfuir. A peine eurent-ils tourné les talons qu'une hache de lancée vint se planter à deux centimètre de la tête de Belonar. Ce dernier resta paralysé quelques secondes de trop et se fit rattraper. Ungrim avait poursuivi son chemin et s'arrêta en ne voyant pas son accolyte à ses côtés.
    Le duergar, qui avait profité de la frayeur du jeune nain, lui asséna un violent coup dans les côtés avec son poing gantelé d'acier. Belonar se retrouva projeté au sol le souffle coupé. Le duergar leva sa hâche puis l'abbatît sur le jeune nain qui plaça ses deux mains en avant pour se protéger. Bien faible protection face à une hache finement aiguisée.
    Mais ce qui le sauva lui, et non les six doigts qui lui fûrent coupés, était son ami qui s'était jeté tête la première sur le duergar. Se dernier, déséquilibré, parti à la renverse et tomba lourdement sur son bras gauche. Son bras fit entendre un craquement et le nain gris poussa un grognement de douleur. Pendant ce temps Ungrim aida Belonar, encore agard à cause de sa blessure, à se relever tentèrent de fuir.

    Dans la citée, les combats perdait en intensité. Les duergars peu nombreux, n'avaient pas réussi à jouir de l'effet de surprise et se retrouvèrent vite tués ou repoussés. Alors que les deux jeunes nains fuyaient, ils tombèrent sur une patrouille du Clan et leur indiquèrent la direction du duergar isolé.
    Deux petites heures furent encore nécessaire pour mettre un terme à cette attaque et qu'un semblant de calme réapparaisse au sein du clan.

    Belonar fut emmené voir un prêtre pour tenter de le soigner, mais seul le doigt de sa main gauche pu être soigné. Sa main droite, sectionnée en plein milieu de la paume, cessa de saigner mais resta un moignon.
    Après quelques jours pour soigner ceux qui pouvait l'être et honorer les morts, la sélection se fît dans l'amertume.
    Belonar qui devait rejoindre la caste des guerriers dû abandonner ses prétentions, et surtout celle de son père, pour rejoindre la seule caste ne nécessitant pas un réelle utilisation de ces deux mains, les Prêtres.

    Morose, Balinor parla de moins en moins avec son fils et leva un contingent de soldat pour punir les duergars de la perte de son rêve, voir son fils devenir le grand guerrier qui prendrait sa succession.
    Succession qui ira alors dans une autre famille, lors de la mort du chef de Clan actuel. Dans le clan BarbeGrise, seul les guerriers mâle, ayant fait preuve de bravoure au combat et faisant acte de grande capacité à gérer les troupes peuvent prétendre occupé le rôle du chef de Clan. Tout ces moins passés dans les cavernes achevèrent pratiquement les derniers liens que le père et le fils avait.

    Durant dix nouvelles années, Belonar apprît alors les rudiments de la prêtrise. Seul trois dieux nains avaient un Haut-Prêtre dans la citée, bien que chacune des divinités ait un autel à leur effigie dans le grand Temple.
    En même temps que ses études sur le Divin, Belonar apprit à utiliser sa main gauche pour se battre. Le marteau fût son armée de prédilection, et son bras droit, qui se terminait par un moignon devint celui du bouclier. Bien que non exceptionnel, ces aptitudes au combat amoindri était compensée par un savoir technique lui permettant de s'en sortir sans trop de dégât.
    Pour ses quarante année, Belonar se vit offrir un entretien avec chacun des trois Haut-Prêtres, le premier fût celui de Moradin, rejoindre les fidèles du Père était toujours le plus honorable des choix, mais se sentiment de protection n'était pas celui qui semblait attiser la ferveur du nain estropié. Puis vint celui de Dumathoïn, le mystère semblait toujours attirer les nains : les gemmes, le mithral ou l'adamantium était le summum du bonheur pour eux, mais une fois encore cet entretien semblait ne pas être celui qui déclencha tout. Ni même le dernier d'ailleurs, le clergé de Berronar Purargent. L'entretien avec le Haut-Prêtre de La Mère de sûreté, le laissa encore plus indécis quand à son choix.

    Ces murs, toujours les mêmes têtes, les mêmes regards. Voilà des années que Belonar en avait assez que l'on voit en lui le pauvre nain qui avait perdu si rapidement toute capacité à se battre comme un vrai BarbeGrise. Il avait, dans son coin loin des regards, épluché tous les livres et recueils faisant références à Marthammor Duin. Son rêve partir d'ici, découvrir des lieux ou il ne serait pas quelqu'un ayant perdu une distinction, mais quelqu'un qui chercherait à en avoir une.

    Malgrès une légère prise de hache avec son père, bien légère au vue de leur relation, Belonar décida de quitter sa citée natale pour rejoindre le clergé de Marthommor situé dans la grande faille.

    Il étudia alors son Dieu pendant vingt avant d'être apte et de recevoir la bénédiction de ses paires pour partir en voyage.
    Armé de son marteau, de quelques pièces, Belonar quitta alors son temple.

    "Saloperie d'herbe ! Par Moradin, c'est foutu humain ne sont pas capable de faire de bonnes routes en pierre ?!"
    Belonar grommelait après avoir décidé de longer la route rendue gadouilleuse par la pluie. Seulement, alors qu'il voulait éviter d'avoir de la boue passant au travers de son armure, voilà que les herbes hautes en faisait tout autant.

    Voilà deux bonnes heures que la pluie battait son plein, ce qui n'arrangeait pas l'humeur de Belonar, lorsqu'il entraperçue, à quelques dixaine de pas, une charette arrêtée devant deux hommes. Plus il s'approchait, plus la scène se fit précise : deux hommes passablement pouilleux faisaient des gestes agressifs, armés d'une fourche pour le premier, et de ce qui ressemblait à une épée pour le second.

    La petite taille couplée à son armure grise par ce temps pluvieux lui permit d'arriver sans se faire voir. Lorsque Belonar prit la parole, l'effet de surprise se vit sur le visage des deux hommes armés.


    "Eh bien humains, que se passe-t-il ici ?"

    Les deux humains étaient habillés en guenille, et cette pluie battante semblait leur faire un bien fou, concernant leur hygiène tout du moins.

    "Hein ?!" L'humain armée de la fourche se retourna mais ne vit pas le nain
    "Ho !! - dit-il lorsqu'il aperçu enfin le nain lui faisant face - Qu'est-ce t'veux nabot ? Dégage d'là y a rein qui t'concerne ici ..."
    Son collègue le coupa : "Mais bensur qu'si ça l'concerne. S'te route, c'est à nous ! Pigé ?! T'veux passer ? Alors tu raques !! 3 pièces d'or, s'non on t'saigne comme un porc !!"

    Le fermier qui se faisait menacer jusqu'à l'arrivée de Belonar, eu un léger moment de soulagement qui disparue vite avec cette dernière annonce.

    Belonar reprit la parole :
    "Eh bien, vu l'état de votre route, je ne vois pas pourquoi je paierai cette somme. Somme que je n'ai, de toute façon, pas sur moi. Quand à me saigner comme un porc, certes ma mère s'est laissée allez sur la bière ces derniers temps, mais de là à l'insulter de truie, faut pas exagérer."

    Légèrement décontenancé, les deux bandits se regardèrent puis l'épéiste reprit : "Ta mère, elle peut bien sucer des boucs, j'm'en fous. Tu nous dois d'largent l'nain. Alors s'ta pas d'tunes, tu vas nous donner ton armure." Les deux humains commencèrent à s'avancer doucereusement vers lui, avec de fort nombreux rictus se voulant menaçant.

    "Eh bien humains, regardons la situation avant d'en arriver aux mains. Vous êtes deux, mais armée d'une fouche, qui me semble bien lourde pour tes petits bras, et d'une épée émoussée qui risque de se casser bien avant de faire mal à quelqu'un. - Belonar sorti son marteau et commença à le faire tournoyer - Alors que moi, mon armure, bien que mouillée et tout ce qu'il y a de plus neuve, et mon marteau est correctement entretenu.
    De plus, je gage que le combat, à part d'en un poullailer, doit être un art qui vous est inconnu. Donc à moins que vous ne passiez votre route en nous laissant, ce pauvre homme et moi même, votre petite arnaque risque fort de tourner au fiasco avec quelques membres brisés en prime."

    "Il a p'tetre raison, t'vais dit que s'tait facile de s'faire un peu d'blé. Mais là, faut s'battre. J'vais m'faire rosser par la moche en rentrant si j'suis couvert d'sang."

    "Tais-toi ! T'as qu'à rentré et t'foutre ta fouche où j'pense !! J'tais sûr qu't'etais une pisseuse. J'va m'le faire moi" En poussant un cri proche du chien se faisant coincé la queue dans une porte, l'humain se lança, épée en l'air, sur Belonar. Ce dernier para le coup en levant son bouclier puis dans un même mouvement fit retomber sur marteau sur l'avant bras armé de l'humain. Un bruit d'os se fit entendre, rapidement suivi d'un beuglement plaintif.

    "Qu'est ce que je t'avais dit humain. Pas d'argent et un bras en moins. - Belonar regarda son compagnon - Allez aide-le et partez maintenant." Le nain ramassa l'épée émoussée, la cassa en deux et la jeta dans les herbes hautes bordant la route.

    "A nous deux fermier. Cette route est à moi maintenant, tu me dois 8 pièces d'or !!"
    Le fermier se liquéfia et commença à bredouiller qu'il n'avait pas cette somme.
    Belonar parti d'un bon rire :
    "C'est une blague humain, Fais pas cette tête ! Par contre, pour t'avoir sorti de là, je ne serai pas contre faire un bout de chemin avec toi sur ta charette. Où te rends-tu ?" Le nain s'avança vers la charette et replaça son marteau à sa ceinture.

    "Je me rends à Sabban pour y vendre ... euh ... ce que je transporte."

    Belonar monta sur la charette, le fermier se décala pour lui faire une place.
    "Bah ne t'inquiète pour ta marchandise, à moins que tu ais de la bière, je ne risque pas de loucher dessus. C'est oû Sabban ?"

    Le fermier fouetta ses deux mules qui repartirent tranquillement.

    "C'est à 3 heures de routes, vers l'est."
    "On y trouve quoi ?"
    "Rien de bien int"ressant monseigneur nain. Quelque auberges et un marché. C'est une petite ville plutôt calme."
    "Il y a des temples ou quelque chose d'un tant soit peu religieux ?"
    "Non rien de tout ça, si vous voulez visitez un temple, vous avez celui d'Oghma à Shaarmid, c'est le seul qui en vaille la peine à ce qu'on dit. Par contre, je ne m'y rends pas, et si je veux vous donner un conseil c'est d'éviter d'y aller seul comme vous l'avez fait jusqu'à maintenant. Ces deux là, bien qu'un peu dangereux, ne sont rien à côtés des bandits shaariens."
    "Mouais ceux là, je les connais bien, mais merci du conseil."
    "Si vous voulez, il y a une caravanne marchande qui part juste après la fin du marché de Sabban, vous pourriez vous proposer comme escorte. Apparement vous savez vous servir de ça." Dit le fermier en pointant un doigt sur le marteau de guerre.
    "Hehe ouais un peu."
    "Et vous venez d'où ?"
    Le nain toisa le fermier : "A votre avis ?"
    "Vous venez directement de la grande faille ?"
    "Tout juste l'ami."
    Le fermier écarquilla les yeux : "Cela doit faire des semaines que vous marchez !"
    "Des semaines ? Bah n'exagérons pas, cela doit faire 12 jours que je suis parti oui. Quel est le problème ?"
    "Non non aucun, seulement 12 jours de marche et seul en plus. Je du mal à l'imaginer."
    "Nous sommes endurant nous les nains ! - dit-il en se frappant la poitrine du poing - Et puis, je ne savais pas trop ou j'allais. Je n'ai que ça pour me diriger." Belonar montra la boussolle incrustée dans son armure. Le fermier jeta un oeil et vit qu'il manquait une main au nain.
    "Je comprends mieux pourquoi vous gardez toujours votre bouclier."
    "Hein ? Ah ça oui, mais rassurez-vous, pour dormir, je le retire. J'ai essayé une fois de dormir avec, j'ai vite retenue la leçon quand dans mon sommeil, j'ai voulu me retourner et me suis tordu le bras. Bon j'ai soif !" Le nain ouvrit son sac à dos, sortit un petit tonneau ainsi qu'une petite choppe et se versa le reste de bière.
    "Vous me pardonnerez de ne pas partager, mais il en reste trop peu pour qu'on savoure ça à deux. Par contre, j'ai ce qu'il faut en viande séchée. Vous en voulez ?"

    Le voyage dura les 3 heures annoncées, Belonar se sépara du marchand une fois arrivé sur le marché et décida de le visiter avant de se trouver une auberge. Il fût agréablement surpris par l'ambiance qui y reignait, il se surprit à goûter à de la nourriture, plutôt exotique pour lui, et pas toujours avec un succès gustatif.

    Le marché resta ouvert pendant deux jours, deux jours que passa Belonar à discuter dans les auberges, et tenter de trouver un marchand qu'il pourrait escorter jusqu'à Shaarmid.

    Le voyage se déroula sans encombre, à part une prise de bec entre deux des autres gardes armés à propos d'un jeu de dé un soir. Prise de bec qui se solda par deux dents fêlées et un casque en moins pour l'endetté.

    L'arriva sur Shaarmind fût une grande déception pour Belonar. Il avait posé des questions sur cette ville à à peu près toute les personnes de la caravanne, et toute s'était accordée pour dire qu'elle était la plus grosse de la région, si ce n'est la plus grosse ville qu'ils aient jamais vu de leur vie pour certain.
    La ville grouillait dans tous les sens, l'odeur qui y règnait était difficilement tenable pour le nain, mais le pire était la sensation constante d'être épié. En effet les nains d'or et les nomades shaariens ont un lien extrèmement ténu, aussi fin que le fil d'une hache limé par un maître. Mais l'habitude de rencontrer des étrangers sembla prendre le pas sur cette vielle querelle. Ce qui dégouta le plus Belonar, fût de voir le marché aux esclaves. Tous ces humains pouilleux vivant dans leur déjection en attendant de trouver un nouveau maître. Mais le pire fût aussi de voir des mercenaires gnolls tentant de trouver un client.


    "Hein le nain pousse-toi de là, ou je t'écrase."
    Belonar fit un pas sur le côté et laissa passer une forte troupe armée entourant un humain richement vétue installé dans un confortable carosse.
    Il entendit dans la foule :
    "Si celui là venait à tomber entre de mauvaise main, ces mains deviendrait très très riche. C'est le plus gros revendeur de gemmes de la région. Il paraît qu'il ..." Belonar reparti visiter le marché une fois la troupe passée.

    Il prit aussi le temps d'aller visiter le temple d'Oghma. Il passa de longue soirée avec le prêtre de ce temple à échanger des histoires et autres avis (ce qui amenait parfois de vive discussion) que Belonar retranscrivait une fois de retour à sa chambre. Ce carnet contenait beaucoup d'information, sur ces ressentis, et les gens qu'il rencontrait et les lieux qu'il traversait.

    Voilà deux semaines qu'il traînait ses guêtres à Shaarmind lorsque le marchand que le nain avait escorté jusqu'ici le quémanda pour une nouvelle mission de protection. Belonar pensait avoir tout vu de cette ville, les discussions avec le prête d'Oghma commençait à l'ennuyer faute de sujet vraiment intéressant, il accepta donc la demande.

    Le voyage serait par contre beaucoup plus long. Un premier voyage en caravanne se ferait jusqu'à Shaitalar, ville portuaire, puis si l'aventure maritime le tentait, un bateau devait prendre route vers l'île d'Hélonna, destination finale du marchand.

    Les deux premiers jours du voyage vers Shaitalar se passèrent sans encombre. Mais au milieu de la nuit du troisième, une attaque survint.
    Belonar, n'étant pas de garde au moment de l'assaut, fût brutalement réveillé par les cris qui retentirent d'un coup dans le camp. La première chose qu'il fit, fût de placer son bras dans les hanses de son bouclier puis se redressa. Il vit alors des nomades montés traverser le camp comme des fous. Les pluparts des combattants étaient maintenant debout à combattre, pour ceux qui ne s'était pas fait surprendre dans leur sommeil. Belonar plaça son casque, prit son marteau et fonça vers les charettes, lieu où la bataille semblait la plus intense.


    "Marthammor donne moi la force de terrasser mes ennemis" psalmodia Belonar en incantant une bénédiction. Puis il courut au sein des combats. Il frappa, de son marteau, les jambes d'un canasson qui tentait de le piétiner, ce dernier s'étala de tout son long écrasant son cavalier par la même occasion.
    Il passa ensuite derrière un nomade qui combattait en duel l'un des gardes et ce dernier semblait en mauvaise posture. Le nain lui écrasa son marteau dans les côtes, le nomade perdit instantanément connaissance sous la douleur ce qui permit au garde de lui enfoncer son épée en plein coeur. D'un signe de tête, le garde remercia Belonar puis ils repartirent tout deux aux combats. Cette fois-ci il dut faire face à 3 nomades qui venaient de tuer un garde. L'un d'eux se précipita vers Belonar qui réussi à parer le coup de son bouclier, mais le nomade, vif, réussit à esquiver le coup de marteau qui suivit. Le deuxième nomade vint aussi porter l'estocade, mais la pointe de l'épée glissa sur l'armure naine. Belonar ne se fit pas prier lorsqu'il vit le nomade légèrement surpris de voir sa touche rater : du plat de son marteau, il lui enfonça dans le ventre, le nomade se plia en deux le souffle coupé et Belonar appliqua un mouvement de bas en haut avec son marteau qui écrasa la figure de son adversaire. Ce dernier s'écroula par terre, toujours vivant mais le figure explosée.
    Le premier nomade à s'attaquer au nain retenta une approche, sa vivacité lui permit de faire reculer Belonar qui finit par buter sur un cadavre et s'étalla de tout son long. Le nomade plongea alors son épée pour transpercer le nain de part en part, mais il vit son épée se coincer entre l'avant-bras et le bouclier du nain. Au moment de l'attaque, Belonar tenta de se protéger avec son bouclier mais son geste trop lent eu cet effet plus que miraculeux, toujours porté par son geste, l'épée fut arrachée de la main de son opposant qui se retrouve affalé lui aussi sur le côté. Belonar se redressa en position assise en tenta d'écraser la tête du nomade encore allongé mais qui pivota au dernier moment, seulement ce fut son épaule qui prit. La clavicule explosa et ressortit, et le nomade cria de douleur. Belonar se releva puis jeta l'épée du nomade au sol et regarda rapidement autour de lui. Il vit les nomades s'enfuir puis reporta son attention sur son adversaire à l'épaule brisée, qui se tordait encore de douleur à chaque mouvement.

    "Reste à terre où je t'explose le crâne !"
    "Toi là bas - il fit signe au jeune apprenti du marchand qui s'était caché sous l'une des charettes - viens-là ! Ramasse cette épée, et si il bouge tu lui places entre les cotes ! Tu sauras faire ça ?!"
    Le gamin apeuré, hocha la tête malgrès tout et pointa son arme sur l'homme à terre.
    Belonar se dirigea alors vers les gardes agonisant et commença à incanter un sort de soin pour les blessés les plus critiques. Pour les autres, il appliqua les quelques bandages qu'il avait sur lui.

    Lorsqu'il ne put rien d'autres que de donner des conseils pour telle ou telle blessure, il revint voir son prisonnier.
    Ce dernier se faisait persécuter par des gardes encore debout.

    "Arrêtez ça ! Mais dégagez bande de pouilleux !"
    "Quoi ?! Tu le défends le nain ? Lui et ses chiens ont tué 4 de nos gardes. On devrait le passer à la lame de suite."
    "Hors de question, si tu touches encore un cheveux de sa tignasse, je te rendrais incapable de te reproduire, alors maintenant va plutôt aider à soigner les autres blessés."
    Le garde le regarda méchamment puis parti en l'insultant de drôle de nom d'oiseau.
    Le nain s'agenouilla près de son ancien opposant, regarda l'épaule et les quelques coupures qu'il avait. Ne pouvant rien faire dans l'immédiat concernant son épaule, il lui fila un coup dans la tempe qui plongea le nomade dans l'inconscience.

    Ce dernier se réveilla 3 heures plus tard lorsqu'il reçu un seau d'eau en plein visage. Il vit son épaule bandée, et vit le nain qui prit la parole.

    "Ecoute petit mec, tu t'en tires bien parce qu'ici il y en a plus d'un qui te couperait bien la gorge. Mais moi ce que je veux en échange de ta liberté future, c'est que tu m'indiques depuis combien de temps vous nous suivez, et si il y a encore des risques qu'on se fasse attaquer."
    Le nomade s'apprêtait à ouvrir la bouche dans Belonar le coupa : "Avant que tu répondes, sache que tu vas rester avec nous encore un moment, et si jamais je vois que tu nous as menti, je prendrais le temps de venir t'écraser tous les membres avant de te tuer. C'est clair ?! Une fois que l'on sera certain qu'on sera en sécurité, tu seras libre, avant ça tu restes avec nous."
    Le nomade regarda le nain dans les yeux, il dut y lire une grande résolution puisqu'il finit par dire : "Plus de risque nain. Nous jeunes shaandi, nous attaquez vous pour ramener trophée et devenir chasseur dans le clan. Pas saison de chasse de marchand pour nous maintenant, juste changement de lune, juste heure de l'essor."

    Effectivement durant encore deux jours, plus une attaque n'eut lieu et le nomade fut relaché. Ce dernier avait passé énormément de temps avec Belonar lorsque le nain le pouvait, car il faisait des aller retour parmis les blessés pour continuer à les soigner. Mais le nain parla et apprit beaucoup de ce jeune chasseur. La tension se libéra aussi avec les autres gardes lorsqu'il leur paya une tournée de bière lors d'un arrêt à une auberge de route.

    Peu de temps après, la caravanne arriva à Shaitalar et les cargaisons passèrent des chariots au bateau. Belonar resta planté devant les bateaux alignés sur le port. C'était la première fois qu'il en voyait, et le marchand vint à sa rencontre.


    "C'est la première fois que vous en voyez ?"
    "Oui effectivement, et que Moradin ferme les yeux, que c'est laid tout ce bois ! Je veux bien comprendre que ce truc flotte, mais ce doit être monstrueusement fragile !!"
    Le marchand sourit et répondit "Effectivement, cela peut-être fragile, mais seulement en cas de grosse vague, et ne vous inquiêtez pas, ce n'est pas la saison, nous devrions avoir une traversée tranquille."
    "Mouais ..." Belonar s'approcha de la coque et tapota dessus, jusqu'à ce qu'un marin lui demande gentiment d'aller se faire voir ailleurs avant qu'il lui envoie une caisse sur le coin de la tronche.
    Belonar revint vers le marchand :
    "D'accord, je viens avec vous, mais vous me devrez un bon repas et une bonne bière une fois arrivé."
    Le marchand rit plus fort : "Avec grand plaisir".

    La traversée fût le pire moment de toute la vie du prêtre nain. les roulis du bateau eurent raison plus d'une fois de son estomac, mais ce ne fût pas le pire, vomir cela lui était arrivé un certain nombre de fois en ayant ingurgité une certaine quantité de bière, non le pire c'est que cette fois, c'était le ventre vide qu'il rendait tout.
    Heureusement le voyage fut rapide, et lorsqu'il posa le pied sur le ponton de Lumenis, il prit un long moment pour faire une prière de remerciement à Marthammor Duin pour avoir mit fin à son calvaire de cette façon, car il s'était plusieurs fois surpris à rêver de détruire le bateau avec son marteau, mais de se dire que mourir noyer dans de l'eau n'était franchement pas attractif, dans de la bière pourquoi pas mais de l'eau ...


    A suivre sur Le Débarcadère ([Structure] Le débarcadère)



    Informations générales :
    Nom : Belonar
    Sexe : Masculin
    Race : Nain
    Alignement : LB
    Classe : Prêtre
    Origine : Montagne d'Unther
    Année de naissance : 1327
    Age : 55 ans
    Taille : 1m 18
    Poids : 75kg
    Cheveux / Barbes: Gris foncé
    Yeux : Noisette
    Peau : Brun clair
    Langue parlée : Commun, Nain
    Divinité : Marthammor Duin

    Caractéristiques :
    Force 14
    Constitution 17
    Dextérité 9
    Intelligence 12
    Sagesse 16
    Charisme 12

    Dons :
    Communicateur
    Education religieuse

    Compétences :
    Artisanat (Maconnerie)
    Connaissances (Géographie)
    Langue

    Equipements :
    Marteau de guerre nain +1
    Grand Bouclier +1 : Toujours attaché à l'avant bras droit. L'écusson de Marthammor Duin est incrusté en son centre.
    Armure de plate complète : Le casque est généralement accroché à sa ceinture
    Boussolle incrustée sur le côté intérieur du bras droit de l'armure.
    Sac à dos : contenant des vivres, de quoi dormir à la belle étoile et l'outillage nécessaire pour la fabrication de maçonnerie. Un journal de voyage
    Dernière modification par Belonar ; 02/02/2010 à 14h42.
    Borakûl u moradin
    Sa bio
    Couleur : #FF8A00

  6. #36
    Date d'inscription
    January 2010
    Localisation
    Besançon
    Messages
    39

    Re : [Bios] Les bios RP des aventuriers

    Nom : Hamilcar

    Sexe : Masculin

    Age : 20 ans

    Alignement : Chaotique Neutre

    Classe : Guerrier (2) Roublard (1) Ensorceleur (1)

    Origine : Calimsham

    Divinités : La cavalière rouge, Tempus, Mystra, (Ibrandul).

    Taille : 1m87
    Poids : 80kg

    Caractéristiques :

    FORCE : 17
    DEXTERITE : 15
    CONSTITUTION : 9 (Résultant de son empoisonnement)
    INTELLIGENCE : 15
    SAGESSE : 11
    CHARISME : 16

    Description physique : De l'avis général, Hamilcar est agréable à regarder. Un visage fin aux traits bien dessinés, des yeux bleus légèrement en amande, des pommettes hautes, un nez légèrement cassé, le tout encadré par de longs cheveux châtains qu'il noue souvent en une longue tresse battant son dos. Ses lèvres sont pleines et affichent souvent un sourire complice formant de légères fossettes. Son corps est celui d'un homme ayant subit un entrainement physique dès son jeune age, des muscles bien formés, des membres souples et longs, un torse large mis en valeur par un port altier. Seule ombre au tableau, son teint pâle, témoin de son empoisonnement.

    Caractère : Rêveur et doux, Hamilcar semble traverser les épreuves les plus dures sans perdre sa joie de vivre. Même si il lui arrive de sombrer occasionnellement dans une sorte d'apathie, dont ses ennemis ont souvent tiré profit. Cet état est en quelque sort le contre-coup d'une vie passée au service des autres sans jamais réellement vivre pour lui même.

    Biographie : Malgré son jeune âge Hamilcar à déjà vécu plusieurs vies, mené de nombreux combats et connu l'amour sous bien des formes.*

    Il est le fils d'un influent Pasha de Calimsham et d'une de ses concubines (une demi-elfe du nom d'Issaya). Cadet d'une grande famille (le pasha avait 3 femmes 3 fils et 2 filles à sa naissance). Après une prime jeunesse bercée d'amour maternel, et à l'abri du besoin, il fut placé, dès ses 5 ans. sous l'autorité du pasha Al'Anul qui cherchait un compagnon pour son héritier et fils unique du même age nommé Abdul. Les deux enfants furent élevés par un précepteur et reçurent une éducation complète digne des futurs dirigeants du pays. Hamilcar se révéla être un enfant pleins de ressources et fit le bonheur de son "maitre" et compagnon de jeu, le jeune Abdul.

    Complices, les deux amis, développèrent une sorte de compétition, repoussants toujours leurs limites en essayant de se surpasser l'un l'autre. L'histoire, la philosophie, le droit, mais aussi le tir à l'arc, la nage, le maniement de l'épée et l'équitation n'étaient que prétextes à cette saine rivalité.
    Rien ne vint entacher cette enfance dorée (à part la mort de sa mère l'année de ses 12 ans) et les deux enfants étant bien loin de se douter des machinations de leurs pères respectifs...

    Lorsqu'il eut atteint l'age de 15 ans, Hamilcar était déjà un guerrier chevronné et montrait des capacités évidentes au commandement et en stratégie militaire. Le pasha Al'Anul décida de lui octroyer le commandement de ses mercenaires et sa mission consistait à accompagner Abdul en tant qu'escorte et "conseiller" dans tout le Calimsham, là où son père décidait de l'envoyer. Se souciant peu des intrigues politiques Hamilcar passait son temps avec ses hommes et prenait plaisir à découvrir de nouvelles cités et de nouveaux endroits.

    Lors d'un de ses voyages, Hamilcar fit une rencontre déterminante. Abdul était à la cour d'un seigneur local, empêtré dans un banquet sans fin et Hamilcar s'était éclipsé pour explorer des ruines proches, qu'un noble avaient décrites comme datant de l'empire des Djinns. Arrivé sur place, il découvrit, stupéfait, de nombreux cadavres d'orques et la rumeur d'un combat proche lui parvint. Éperonnant sa monture, Hamilcar chargea en direction des bruits pour se retrouver face à un immense guerrier protégeant une frêle jeune femme et encerclé par de nombreux orques. Le combat fut bref mais sanglant et Hamilcar ne put empêcher l'un de ses adversaire d'éventrer le géant qu'il tentait de secourir. La femme se jeta alors sur le cadavre de son compagnon, tentant, de ses mains pâles, de sauver la vie qui s'échappaient de la blessure béante dans un intarissable flot rouge sur le sable doré du désert. Hamilcar démonta, et tenta de se porter au secours de l'homme, mais vit rapidement que sont sort était scellé. Lorsque tout fût fini, il contempla impuissant la jeune femme pleurer longuement. Lorsque vint le crépuscule, elle entonna un chant aux accents d'une tristesse infinie sans jamais accorder un regard à son sauveur. Hamilcar se contenta d'observer le silence et respecta son deuil. Au bout d'un moment une voix douce mais enrouée par le chagrin déclara : "Il se nommait Yölan, il était mon protecteur et sans lui j'ai peur de ne jamais pouvoir retrouver gout à la vie." La femme se leva alors et fit face à Hamilcar pour la première fois : elle était menue et portait de longues robes vertes, maculées de sang. Ses longs cheveux roux cascadaient tout autour de son visage enfantin, parsemé de taches de rousseur. Le kohl de ses yeux avait coulé le long de ses joues mais ne suffisait pas à entacher sa beauté. Voyant qu'Hamilcar ne faisait pas mine de répondre elle continua : "Je me nomme Sybille, sorcière de Rashémenie. J'étais ici pour étudier ces vestiges... Mais celà n'a guère d'importance désormais..." Sa voix avait des accents chantants qui tranchaient avec sa peine. Inclinant la tête, Hamilcar répondit : "Je suis Hamilcar Al'Shanan, j'ai été impuissant à sauver votre ami, et pour cela, j'ai une dette envers vous. Mais dans l'immédiat laissez moi vous offrir un toit, vous avez besoin de repos." Il enterrèrent Yölan dans le sable, recouvrant l'emplacement d'un large dalle, puis quittèrent les lieux en silence.

    Hamilcar pensait que la sorcière rentrerait en Rashémenie après cela, mais il n'en fut rien, elle décida de suivre Abdul et son capitaine, sous prétexte qu'elle pensait que ce dernier avait des capacités magiques. Cela fit d'abord sourire Hamilcar mais l'intuition de Sybille se révéla exacte, il était Sorcier. Bien que ses capacités furent relativement réduites (Il était sur que cela venait de son sang elfe, du coté de sa mère) Hamilcar accorda sa confiance à la Rashémene qui entreprit de lui apprendre à exploiter son don. Au fils du temps, leur relation évolua, ils devinrent confidents, puis amants. Sybille resta un an et demi auprès d'Hamilcar qui continuait à suivre Abdul, qui continuait à jouer les pions sur l'échiquier de son père... Elle parti un jour, sans guère d'explications, après qu'une missive de sa terre natale lui fut parvenue, promettant cependant de revenir.

    Âgé alors de 17 ans, Hamilcar maîtrisait donc quelques tours et sorts mais loin de s'en venter, tachait au contraire de garder cela le plus secret possible, seul Abdul était dans la confidence. Les deux jeunes gens étaient alors à Calimport et y attendaient les directives du pasha Al'Anul. En réalité celui-ci les espionnaient, inquiets de rapports qui signalaient l'influence grandissante qu'avait un sorcière sur Hamilcar et sur l'emprise totale que celui-ci avait obtenue sur ses troupes : ses qualités de meneur d'homme et son charisme en avait fait un capitaine aimé de tous et la loyauté des soldats lui était d'avantage acquise qu'au pasha. Dans le but d'éloigner Hamilcar de ses hommes, et pour servir son dessein, le pasha lui confia une étrange mission : alors qu'Abdul resterai à la cour du Sultan, Hamilcar fut charger d'œuvrer dans l'ombre, parmi les espions.
    Attristé par cette décision, et accablé de perdre son commandement et cette vie qu'il appréciait, Hamilcar se mit à fréquenter les tavernes et bordels de la capitale où ils pouvait retrouver ses anciens hommes, effectuant laconiquement les missions qu'on lui octroyait.

    Il s'acclimata cependant à la vie du "bas peuple" usant encore de son charisme et de son intelligence pour maîtriser les ficelles du "métier" d'espion. Cependant sa loyauté envers son père adoptif avait souffert. Après quelques passés a vivre en marge des intrigues de la cour, Il se laissa aisément manipuler par une jeune noble qui, sous couvert d'un amour sincère et romantique, se servit de lui. Dame Sha'jiis, c'était son nom, était une habituée des spécificités de la vie de cour et Hamilcar appris beaucoup d'elle, à ses dépends la plupart du temps... Lorsqu'il réalisa bien plus tard la finesse des manipulations de Sha'jiis, il s'en amusa et ne chercha pas à se venger, il resta à ses cotés, tout en travaillant pour Abdul dont il était toujours le protecteur, et l'espion attitré.

    Après 6 mois de cette vie, le destin d'Hamiclar bascula. Le pasha Al'Anul et le propre père d'Hamiclar, qui complotaient depuis des années conne le Sultan, sentirent le vent tourner et, grâce à d'habiles fausses preuves firent accuser leurs propres enfants. Sans le concours d'un des anciens soldats d'Hamilcar qui lui permit de fuir la ville, il n'aurait put échapper à une mort certaine. Son plus grand regret fut cependant de n'avoir put partir avec Abul, son compagnon de toujours. Il fut exécuté et Hamilcar porta longtemps son deuil.

    Hamilcar vécu de nombreuses aventures après cela, notamment en tant que capitaine de compagnie mercenaire, il s'y est fait nombre d'alliés mais aussi des ennemis puissants et implacables, qui sont la raison de sa fuite pour de lointaines contrées.

    Son départ fut précipité lorsqu'un des chasseurs de primes, plus habiles que ses collègues réussit à empoisonner le jeune homme lors d'une campagne particulièrement mouvementée. Profitant du chaos lors d'une bataille l'assassin parvint à frapper Hamiclar d'une dague recouverte d'un poison extrêmement puissant. Laissé pour mort sur le champ de bataille, il doit son salut à Tymora ou peut-être La cavalière rouge, divinité qu'il vénère depuis quelques années. Sans son commandant, la compagnie se dispersa. Les mercenaires, liés par leur amour ou le respect de leur capitaine toujours victorieux, n'avaient plus de raison de rester ensembles. Les plus loyaux tentèrent de retrouver le corps d'Hamilcar au lendemain de la bataille mais celui-ci avait disparu. Et pour cause, ce dernier était bien vivant, bien que grandement affaibli. S'extirpant du champ de bataille, il vagabonda quelque temps, l'esprit rongé par la fièvre, avant d'atteindre une ville portuaire dans laquelle il resta quelques jours et fut soigné au temple de Tempus. C'est de là qu'il trouva un bateau en partance pour Luménis, et à l'âge de 26 ans, commença une nouvelle vie.

  7. #37
    Date d'inscription
    March 2010
    Localisation
    Paris
    Messages
    992

    Re : [Bios] Les bios RP des aventuriers

    PRESENTATION
    Nom : Eldrina
    Race : Demi-elfe
    Classe : Rôdeuse niveau 2
    Alignement : Chaotique Bon

    BIOGRAPHIE
    Mon premier souvenir remonte à mes 4 ans. Je suis dans un orphelinat, et je suis seule. Il s’agit d’un orphelinat tenu par des prêtres humains, qui adoraient un de leurs étranges dieux. Je me souviens encore de l’ambiance qui y régnait. Ces prêtres avaient bon cœur et recueillaient tous les orphelins qu’ils pouvaient, en tâchant de leur donner une existence appréciable ; mais je n’y étais pas heureuse. A vrai dire, ce n’est pas la faute de ces prêtres, mais des autres enfants. La plupart n’avaient jamais connu leur famille et avaient donc échappé à toutes les superstitions stupides que transmettent les parents humains à leur progéniture ; pourtant ils en avaient déjà assimilé une, leur défiance innée des enfants mêlés, comme moi.
    Je me suis longtemps considérée comme une elfe à part entière, mais j’ai fini par comprendre, en comparant mon physique avec celui des elfes, et des humains, qu’en réalité je ne suis qu’une demi-elfe. Pour cette raison, la majorité des humains se méfient de moi, et les elfes me considèrent avec mépris. « Demi-elfe », répètent-ils ; et je sens à quel point ce « demi » fait toute la différence.
    Dès mon enfance, j’ai compris que j’étais faite pour être une solitaire ; et aurais-je voulu avoir des amis parmi mes compagnons de l’orphelinat que cela aurait été impossible.

    Aussi, lorsqu’un jour un voyageur est venu faire halte auprès des prêtres et qu’il est soudain venu me parler de rôdeurs, de solitude, et de vie avec la nature, je l’ai écouté comme jamais je n’avais écouté.

    « Je me nomme Baldor, jeune fille, m’a-t-il dit. Oserais-je te demander ton nom ?
    - Je suis Eldrina, répondis-je. Que me voulez-vous ? »
    Je m’attendais à des moqueries sur mon apparence, comme en avaient coutume les voyageurs qui passaient par l’orphelinat. Les humains se moquaient de mes oreilles pointues, ou me traitaient de monstre ; les quelques rares elfes ne m’adressaient même pas la parole.
    Pourtant c’est avec une voix douce que Baldor me répondit :
    « Jeune fille, je sens en toi quelque chose qui me rappelle moi-même, lorsque j’étais un peu plus jeune. On me dit que tu passes beaucoup de temps à errer dans la forêt, et que tu parles aux animaux ? »
    Je rougis. Je me promenais en effet fréquemment dans la forêt, car j’aimais son odeur, et le repos qu’elle me procurait. Quant à parler aux animaux… Je n’avais pas d’amis et n’en désirais pas, trouvant la compagnie de mes semblables trop ennuyeuse. Je leur préférais de loin les sauvages animaux, solitaires, libres, n’obéissant à aucune règle si ce n’est celle de leur bon sens. Leur parlais-je ? Certes non, mais j’aimais à le croire.
    Baldor eut un sourire, comme s’il avait deviné mes pensées, et reprit :
    « Si tu le souhaites, je peux te parler des rôdeurs. J’en suis un moi-même, et je peux te proposer un avenir bien plus libre que cette vie à l’orphelinat. »

    Je m’étais souvent interrogée sur mon avenir : un jour viendrait où je serais considérée comme adulte, et les prêtres ne s’occuperaient plus de moi. Que deviendrais-je ? Serveuse dans un bar miteux ? Femme de chambre de quelque noble méprisant ou libidineux ?
    Alors j’écoutai Baldor me parler de ces mystérieux rôdeurs, et lorsqu’il se tut ma décision était prise.
    Les prêtres s’inquiétèrent, arguant que la forêt était bien trop dangereuse pour une jeune fille d’à peine dix ans. Je leurs répondis que j’étais seule maître de mon destin et que j’avais choisi.

    Dès ce jour, mon mentor m’apprit l’art difficile des rôdeurs, et nous vécûmes ensemble dans la forêt. Je n’avais pour toute arme que le poignard effilé que je portais lorsque les prêtres me trouvèrent devant leur porte, mais un jour Baldor m’emmena dans le village voisin et m’offrit une épée courte, sur laquelle il fit graver mon nom en runes elfiques. C’est la seule chose désormais que je sache écrire en elfique.

    Un jour, alors que nous chassions un cerf, nous nous séparâmes afin de le prendre à revers. Je courus après l’animal, l’affolai, et finalement l’acculai. Mais alors que j’attendais la flèche de Baldor qui devait le prendre par surprise et l’achever, rien ne vint. Rien. Et un cri retentit soudain. Un cri bref, moins d’une seconde. Mais cela me suffit pour reconnaître la voix de mon maître.
    J’abandonnai le cerf et courus en direction du cri. Là, je vis le cadavre de Baldor, pâle comme la lune ; et au-dessus de lui, penchée, une monstrueuse araignée.

    Je lui lançai plusieurs flèches ; elle les évita avec une étrange agilité vu sa taille, puis poussa un hurlement terrifiant et mon arc me tomba des mains. Puis une deuxième me tomba sur le dos et tenta de me mordre. Je lui plantai mon poignard et mon épée dans le corps, et me dégageai. L’autre avait commencé à dévorer mon maître, et j’étais désarmée. J’aurais pu fuir, mais seule et sans arme la forêt m’aurait tuée. Je rassemblai donc mon courage et me jetai vers l’épée de mon maître qui était tombée à quelques mètres de lui. La bête se tourna vers moi et s’apprêta à me lancer une toile visqueuse ; je tentai donc le tout pour le tout et me jetai sous elle. Puis, avant qu’elle n’ait pu réagir, j’enfonçai le plus profondément possible l’épée dans son abdomen.
    Elle s’écroula en poussant un long râle. Alors je récupérai mes armes et emmenai le corps de Baldor. Je rejoignis une clairière proche et lui élevai un bûcher. Puis je récupérai ses cendres et les mis dans une bourse de cuir.

    Je pris le temps d’examiner avec attention les corps des deux araignées, pour tout savoir d’elles. Mon maître m’avait expliqué que parfois, les rôdeurs se trouvaient une race qu’ils détestaient plus que tout, et dont ils connaissaient tous les points faibles ; j’avais choisi.

    Mais la forêt ne me paraissait plus aussi belle après la mort de mon maître. Alors je pris nos maigres affaires, laissai derrière moi mon arc qui m’avait trahi et rejoignis le village le plus proche. Là-bas, je fis monter dans un pendentif en métal les cendres de Baldor.

    Puis je me dirigeai vers la grande ville la plus proche. Je me souvenais vaguement de quelques notions de géographie apprises chez les prêtres ; mais je ne me rappelais plus si cette ville était Manost, Lumenis, ou Melandis. Qu’importe ! Je le saurais quand j’y serais.


    QUETES
    Les chemins de Luménis: Eldrina quitte sa forêt et se met en route pour Luménis. Débute ici.
    Chercheurs de sens: Commence ici ([Lieu] Sur les pavés de l'esplanade) pour Eldrina. En cours.

    DESCRIPTION
    Taille : 1m 70
    Cheveux : Blonds tirant sur le roux
    Yeux : Bleus
    Age : 21 ans
    Langage parlé : Eldrina n’a jamais connu sa famille elfique et ne parle donc que le langage commun.

    CARACTERE
    Eldrina est très solitaire, voire asociale ; elle déteste parler à des inconnus et manque donc de charisme ; cela est dû principalement à sa grande timidité qui lui donne un air hautain. Pourtant, si l’on fait l’effort de s’intéresser à elle, on s’apercevra qu’elle est très jolie, surtout si on parvient à lui arracher un sourire. Elle possède également un sens de l’humour très particulier et adore la musique des bardes. Et ceux qui la connaissent savent qu’elle est très généreuse, et particulièrement loyale et fidèle envers ceux qu’elle apprécie. En revanche elle ne pardonnera jamais une trahison et elle est très prompte à la vengeance, même si cela l’emmène hors des limites de la loi. Elle n’a d’ailleurs que faire de toutes ces règles et lois et ne suit que les siennes propres. Cela peut sans doute s’expliquer par le fait qu’elle ait vécu près de 10 ans quasiment seule dans la forêt.

    CARACTERISTIQUES
    Force : 15
    Constitution : 15
    Dextérité : 17
    Intelligence : 13
    Sagesse : 14
    Charisme : 9

    COMPETENCES
    Discrétion : 8 (5+3)
    Survie : 8 (6+2)
    Déplacement silencieux : 8 (5+3)
    Connaissances (Nature) : 8 (7+1)
    Maîtrise des cordes : 5 (2+3)
    Premiers Secours : 4 (2+2)
    Escalade : 4 (2+2)
    Perception Auditive : 4 (2+2)
    Saut : 4 (2+2)
    Détection : 4 (2+2)

    NB: Eldrina ne sait pas nager.

    RELIGION

    A l’orphelinat, elle a pu étudier les dieux elfes et humains. Si elle déteste l’idée qu’une puissance extérieure puisse influer sur son destin, il lui arrive cependant d’adresser des prières à Corellon Larethian, créateur des elfes, ainsi qu’à Erevan Ileserë, qu’elle apprécie pour son sens de l’humour.

    POSSESSIONS
    Epée longue de Baldor
    Epée d’Eldrina (gravée en runes elfiques) +1 [les runes semblent receler un pouvoir particulier]
    Petit poignard
    Armure de cuir
    Pendentif métallique
    Une bourse en cuir contenant quelques pièces
    Dernière modification par missElder ; 03/09/2011 à 21h12.

  8. #38
    Date d'inscription
    September 2010
    Localisation
    12
    Messages
    19

    Ennori, pèlerin à Manost...

    Grand'Faille - Quartier Est de Basseloge

    Auberge du Tonneau Percé, environ "sable et trois-quart", retour des mines pour la plupart des piochards.
    Le comptoir était submergé de chopines, le patron gérait tant bien que mal sa clientèle.


    - ... t'sais le vieux Krak?
    - ouai, l'vieux mineur du quartier nord, et ben ?
    - ben l'est mort c'con...
    - quoi l'Krak ? l'est tombé dans un puit d'mine ? Vu les fûts qu'il...
    - na, sa femme, un coup de poële mortel...
    - aie aie...
    - ...

    - tu l'connais l'nain là-bas ?
    - mouais, j'crois qu'y bosse chez les gardiens des Tours ?
    - ah ? et qu'est-ce qui fout là ? c'pas la taverne la plus proche des Grand'Portes
    - hep ! Grond ! C'qui ton nouveau client ?
    - voyez pas que j'suis occupé ? c'gars là ? c'un Ecu qui bosse sur les Tours, un passeur...
    - remets deux chopes et continue d'raconter...
    - Rah ! z'allez m'gonfler les minots, y vient de l'Ouest, d'Amn je crois.
    J'connais pas son nom mais il est sous les ordres du vieux Duril l'rouge-gorge et il a l'talent pour me ramener du beau gibier au besoin.
    J'crois qu'sa famille a été bannie ou un truc du genre...

    Le couple de piliers continuait de dévisager le nain en question alors que le tavernier racontait son histoire. Curiosité et mépris pour ce nain de surface... A ce mot "banni", les deux acolytes s'étaient fait une idée toute prête de l'étranger.
    Voilà comme ils le considéraient à présent. Un montagnard et d'une famille bannie...
    Les montagnards tels qu'on les appelait n'étaient guère aimer au sein de la capitale... Respectés mais écartés du peuple pour leur profession. A trop respirer le grand air, il vous pousse des oreilles pointues !

    Un nain donc.
    Dans des proportions tout-à-fait naniques (quoi ? nanesques ?), à savoir 4 pieds de haut pour 3 pieds de large... Loin d'être le Berronar que toute naine aimerait dans son logis. (Apollon)
    Les vents glacés de la Grand'Faille avait marqué et rougis son visage et témoignait de son caractère, autant bourru que faire se peut (pour un nain) et railleur à souhait. Franc rigolard pour peu que la bière soit présente et un soupçon de folie à faire détaler du gob, (l'air pur et la chlorophylle, des sacrés poisons)
    Des yeux bleux étaient enchassés entre sa barbe "trident" d'un blond crasseux et une queue de cheval marquant un début de calvitie. Pour le poids, vous serez bien mal avisé de le demander à un nain ! Dites lui qu'il est aussi léger qu'un elfe et il vous "allègera" de votre tête.


    L'étranger était seul à sa table, adossé contre le mur en train de savourer de l'herbe de Rashéménie. La meilleure du continent mais gare à vous ! A trop en fumer, vous risquez de voir des hamsters géants de l'espace miniature! BOUH !!!
    Son équipement se résumait à une tunique et des guêtres de cuir noirci. Une pellerine de gros-lin sur les épaules venait couvrir une arbalète légère. On distinguait dans la pénombre deux haches posées sur un sac à bandoulière, toujours à portée de main. On imaginait très bien son contenu, une bonne couverture, des toiles de lin imperméables, briquet à amadou, bandes, gamelle et cuillère, cordes, gadgets en tout genre, de quoi préparer des pièges et le nécessaire à fourbir les armes.


    L'herbe le détendait, la journée n'avait pas été de tout repos et savourer sa pipe le réconfortait. L'odeur lui rappelait son enfance, les plaines d'Amn et la propriété du Clan. Le soleil sur les blés, les chants des oiseaux, les vents marins de l'Ouest.
    Voilà trente ans qu'il était à Basseloge et il ne connaissait toujours pas toute la cité.
    Le vieux Duril l'avait pris sous son aile.
    - T'as des talents mon gars ! Du genre qui pourraient nous servir face au gobs. Un montagnard, v'là c'que je vais faire de toi.
    C'est ce qu'il était devenu... Un passeur, aussi à l'aise sous la roche que dans les bois.
    Il passait son temps à porter les messages entre les tours de guet, à trapper pour les aubergistes du coin ou encore escorter et guider les marchands et voyageurs par temps de paix. En cas d'attaque, il jouait les éclaireurs avec les siens pour les troupes du Roi.
    Reconnaître, préparer et piéger le terrain, décocher quelques carreaux et plonger dans la mêlée le moment venu étaient devenues ses compétences.


    Chaque bouffée de tabac l'éloignait de la taverne et des deux ivrognes qui le fixaient, le ramenant à ses souvenirs.
    Quelques images de sa mère... et surtout de la vieille Borda qui l'avait élevé. Son père, comme le sien avant lui et ses ancêtres, se partageait entre les champs et la forge. Mais jusqu'à quand ? Ennori ne connaissait que trop bien cette légende.

    Avant les champs et la boue, c'était les mines et l'adamantium, les richesses dans la Maison de Gor-a-Gazan. Les anciens entretenaient le souvenir de l'apogée du Clan et racontaient nombres de récits aux plus jeunes sur les grandes salles de marbre ouvragé. Sur ces mines qui courraient loin sous la surface et d'où remontaient des tonnes d'adamantium, de quoi équiper l'armée entière du Haut Roi.
    Que dire des extravagances de ces récits... Mais par delà ces excès, la vérité était telle que la demeure du clan avait été ravagée et laissée aux orques et gobs dans on ne sait quelle région de Toril.
    Quelques archives témoignaient de missions d'exploration par delà les mers où l'un ou l'autre de ses aïeuls aurait pu participer.

    L'archiviste avait été clair, quelques annotions sur de vieux grimoires parlaient d'îles au Sud-Ouest, à des lunes de Basseloge, et accessibles depuis les cités portuaires d'Amn. Du moins, si Marthammor daignait protéger les voyageurs pendant leur périple.

    Celui d'Ennori commencerait ainsi par le pays d'Amn et son port d'Athkatla en direction de l'île de Dorrandin.


     Cliquer ici pour révéler le texte


    ----------------------

    Amn - quais d'Athkatla

    Matinée pluvieuse sur Athkatla, seuls les dockers s'affairaient aux chargements et livraisons des navires marchands. Le nain se blotissait dans sa cape autant que faire se peut pour se protéger des intempéries, tentant de conserver ce qu'il pouvait de chaleur.
    Trois mois de marche et quelques 800 lieues l'avaient épuisé. Il s'en remettrait pendant les semaines de traversées, si Thalos ne jetait pas son grain de sel... Mais tout nain le savait, ne jamais faire confiance aux dieux des humains !


    Il était resté à peine une semaine au domaine clanique. Peu de temps pour apprécier la compagnie, rire, boire et s'amuser. Tant bien que mal, cette période n'aurait pû se prolonger, un navire faisait voile vers la capitale et repartirait aussitôt. Et puis éviter les sermons du vieux Gondran, chef du clan depuis un siècle, n'en serait que mieux... De son maigre baluchon, il avait laissé une des hache familiale, gardant pour lui celle de son père, et la moitié de ses effets, n'emportant que le strict nécessaire...

    Ennori, nain d'écu, connaissait les ruelles d'Athkatla, ses tavernes et ses échoppes. Il lui avait fallu peu de temps pour dénicher un carnet relié de cuir et un endroit où passer la nuit sans y laisser sa chemise. Le réveil était bien plus triste, pas un rayon de soleil, pas un chat en dehors, pas un étal de monté...


    La Joconde arrivait souplement au port.
    Il devrait attendre quelques heures encore avant de pouvoir embarquer et ce n'était que mieux, le temps de se raisonner et de trouver le courage de monter à bord.
    Un nain sur l'eau, levez-vous de bonne heure pour voir pareil phénomène.
    Pour le peuple troglodyte, il n'y a qu'un nain pire que les montagnards et fermiers : les marins. Ceux-là ne sont même plus bannis ou quoi que ce soit d'autre. Il sont simplement considérés comme fous ou morts pour leur famille.
    Dernière modification par Ennori ; 13/09/2010 à 17h12.
    Qui s'moque du nain, prend un pain !!!
    Dans le silence et la solitude, on n'entend plus que l'essentiel. - Camille Belguise
    Code couleur #DAC376 - Au Loyal Paladin - Histoire d'un nain

  9. #39
    Date d'inscription
    September 2010
    Localisation
    derrière mon pc (enfin trop souvent)
    Messages
    9

    Re : [Bios] Les bios RP des aventuriers

    Description physique et morale :

    Lilthean est un elfe doré de corpulence standard : 1m64 pour 62 kilos. Il a le poil blond et un visage déjà vieilli malgré son jeune âge selon les moyennes elfes (145 ans). Il a cependant le visage fermé, et une grande amertume pointe parfois sur ses traits, lorsqu’il ne parvient pas à la cacher. Il refuse la plupart des contacts prolongés, et n’accorde visiblement pas sa confiance, qu’il s’agisse de compagnons d’arme ou de rencontres fortuites. Prompt à la colère, il agit cependant avant tout pour assurer sa propre sauvegarde. Bien que son sens de l’honneur lui soit très particulier, il n’hésite pas à faire ce qu’il faut pour le racheter, considérant même le meurtre comme une réponse valable.


    Biographie :

    Je naquis le 34e jour de l'année 1236, dans le village d'Adante, au cœur du vallon de l'Anoriel, la terre de mes ancêtres depuis toujours. J'ai appris le maniement des armes sous l'égide de mon père, chasseur au talent incontestable, et ma mère m'a appris nombre de secrets sur l'histoire de notre peuple. Mon éducation religieuse a été confiée au prêtre Eldaron, un homme sage ayant près d'un siècle d'expérience, qui m’appris les légendes de nos dieux, et le domaine du protecteur de notre village : Solonor Thelandira. Mon enfance se déroula sans heurt notoire, et j'étais pressenti pour devenir aussi doué que mon père à l'arc, mais également instruit et intelligent. J'ai côtoyé des années durant celle qui allait devenir la lumière de ma vie, ma moitié Eleandora, la fille d'Eldaron, et nous devînmes inséparable avant même ma majorité, mais toujours sous le regard bienveillant de nos parents.

    Un lieu aussi reclus peut sembler idyllique aux yeux d'un autre, et je passais effectivement des années inoubliables, loin des dures contraintes sévissant hors du val. Cette sérénité fut cependant rompue lors de ma 109e année, lorsqu’une bande d’orque menaça notre refuge. Armé de la fougue insensée qui caractérise la jeunesse, j’accompagnais les autres chasseurs après un adieu déchirant et, ô combien prophétique, avec Eleandora. Les orques ont beau être stupides, ils n’en sont pas moins de redoutables adversaires et de féroces escarmouches s’engagèrent dans la forêt, notre maîtrise du terrain rivalisant de peu avec leur écrasant surnombre. C’est lors de l’une de ces batailles que je fus moi-même mis à terre, ayant chargé trop tôt à cause de ma folle ardeur, et lorsque les autres chasseurs me dégagèrent du carnage, seule un souffle de vie me retenait encore dans un corps brisé et presque vidé de son sang. Je fus ramené d’urgence au temple de Solonor, où je fus allongé avec les autres blessés, tandis que médecins et prêtres se déplaçaient sans relâche pour nous apporter soins et réconfort.

    Malheureusement, ils ne suffirent pas et je fus de ceux qui décédèrent. Je ne me souviens guère de cette période, sinon comme d’un grand flou, un lieu irréel où le monde restait perceptible comme à travers un miroir, mais dominé par une pure lumière qui m’attirait inexorablement à elle, avant que je ne sois brutalement tiré en arrière et ramené aux atrocités de ce monde. Je me souviens encore des terribles instants qui suivirent mon retour à la réalité : le soleil illuminait doucement une clairière, et mon dos était soutenu par une dalle de pierre -un autel. J’inspirai difficilement alors que l’ombre qui se tenait entre la lumière et moi s’évanouissait, et je me relevais avec effort pour inspecter les alentours. Le monde réel était bien là, autour de moi, mais la vue de mon amante au sol était tout aussi réelle, et c’est avec une sourde angoisse que je peinais à la rejoindre, les bras engourdis comme après une longue immobilité. Les yeux d’Eleandora s’entrouvrirent, et je discernais tout juste ses derniers mots : « si tu savais comme je t’… » avant qu’elle ne les referme et sombre dans l’inconscience. Je crus tout d’abord à un rêve, et une hystérie irrépressible s’empara de moi et me fit fondre en larme sur le corps inerte de ma compagne, avant que je ne réalise mon erreur et que je ne plonge dans de noires lamentations.

    Cet épisode devait marquer toute ma vie, et les mois suivants se passèrent dans une sorte de nappe de brouillard, seulement rompu par les mots du père de l’être aimé : « On n’a rien pu faire de plus, je crains qu’elle ne nous ait quitté ». Bien qu’il ait dit ces mots avec une infinie tristesse, je le rendis responsable de mon malheur et cherchais à m’en débarrasser par la violence, avant de chercher à mettre un terme à mes propres jours. Eldaron m’en empêcha, non sans une grande fermeté car il ne voulait pas que sa fille se soit sacrifiée pour rien. Il m’apprit en effet que la magie qu’elle avait voulu employer avait été si puissante, que c’est son contrecoup qui l’avait laissé sans vie. Ces mots retentirent au travers de ma tête, et je ne mis pas longtemps avant de trouver un nouveau coupable : l’orque qui m’avait tué était mort, mais son clan vivait toujours et sa destruction me donnerait le repentir que je ne pouvais m’accorder. Comme s’il lisait dans mes pensées, le prêtre me dit d’un ton prophétique qui me glaça le sang : « J’ai entrevu l’avenir, c’est toi qui causera notre perte bien que je ne sache pas comment. » Je décidais donc de m’éloigner définitivement des miens, mais pas avant d’avoir achevé ma « purification ».

    Les orques sont un peuple brutal, et les traces qu’ils laissent derrières eux ne sont pas difficiles à suivre, surtout pour un chasseur expérimenté. Je retrouvais donc leur campement malgré les semaines qui s’étaient écoulé depuis leur attaque, et me mit en embuscade en attendant le moment idéal. Je finis par trouver leur chef isolé, et l’abattit sans semonce, d’une flèche dans la tête. Je disparu ensuite dans la nuit et trouvais refuge dans une grotte, où je sombrais dans l’inconscience, ayant sans le savoir accompli la prophétie d’Eldaron. Lorsque je me réveillai et rentrai à Adante, je ne trouvais que ruines sur mon passage et devinais avant de les voir les conséquences de mon acte irréfléchi.

    Enragés par la perte de leur chef, les orques s’étaient retournés contre leur ennemi le plus proche ayant pu commettre un tel meurtre, et le village n’était pas prêt à affronter une nouvelle fois ces sauvages. Hébété, je marchais donc un moment au milieu des cendres fumantes, restes du massacre effroyable dont j’étais la cause. Malgré la perte de mes sens, je parvenais à nommer chaque cadavre elfe que je croisais, malgré les mutilations qu’ils avaient subis et leurs fantômes me hantèrent sans répit, puis je retrouvais Eldaron. Agonisant, le prêtre dut me voir arriver et utilisa ses dernières forces pour me lancer une terrible malédiction : « Tu vivras Lilthean… tu vivras ta vie… entière… et tu n’échapperas jamais… à notre souffrance… »

    Effrayé par le sens de ces mots, je fuis au hasard des jours durant, ne m’arrêtant jamais de courir sans but au travers de la forêt et je crus que j’allais mourir tant j’abusais de l’énergie de mon corps. Mais même ainsi, ma malédiction ne put être déjouée, et mon corps se releva malgré moi pour me nourrir. Après un temps indéterminé de cette folie suicidaire, je compris que je ne pourrai jamais en finir seul avec ma vie, et je maudis la Seldarine entière. Je mis tout en œuvre pour oublier ou réfuter mon passé, par un entrainement intensif aux armes, et en ne restant jamais longtemps au même endroit. Je finis par quitter la région, et m’éloignai par delà les mers, loin de Faerun. Après de nombreux travaux ingrats en tant que mercenaire, je finis par arriver à la ville de Mélandis.

    Nom : Lilthean Race : Elfe doré Classe : Guerrier AL : CM
    Force 14
    Dextérité 17
    Constitution 9 (résurrection)
    Intelligence 13
    Sagesse 7 (folie)
    Charisme 13

    Equipement : épée longue, épée courte, dague, armure de cuir, arc long, flèches.

    Arme de prédilection : Arc long

  10. #40
    Date d'inscription
    November 2010
    Messages
    435

    Re : [Bios] Les bios RP des aventuriers

    ROWAN BLACKWOOD

    Rowan Blackwood: femelle humaine rat-garou roublad 7/rôdeur 1 ; FP 8 ; Humanoide de taille M ; DV 8 ; PV 41 ; Init +3 ; VD 9m ; CA 19 (contact 15, prise au dépourvu 19) ; BBA +6 ; Lutte +5 ; Att dague +1 (+10/+5 corps à corps, 1D4/19-20) ; Att dague +1 (distance, 1D4/19-20) ; Esp/All 1,50 m/1,50 m ; particularités: empathie lycanthropique (rats), détection des pièges, sens des pièges +2, forme hybride, odorat, vision nocturne ; AL LM ; JS Réf +12, Vig +6, Vol +9 ; For 8, Dex 17, Con 10, Int 12, Sag 16, Cha 13.
    Compétences et dons: Acrobaties +10, Bluff +12, Connaissances (folklore local Mer de Lune) +5, Crochetage +8, Déguisement +11, Déplacement silencieux +15, Désamorçage/sabotage +8, Détection +14, Diplomatie +8, Discrétion +15, Equilibre +10, Escalade +10, Fouille +10, Intimidation +10, Nage +10, Perception auditive +6, Premiers secours +6, Renseignements +5, Saut +7, Sens de la nature +6 ; Arme en main, Attaque sournoise (+4D6), Discret, Ennemis jurés (humains +1), Esquive, Esquive instinctive, Esquive totale, Expertise au combat, Pistage, Vigilance, Volonté de fer.
    Langues: Chondathan, Commun, Damarien.
    Possessions: Dague +1 (revient en main si lancée), bracelets d'armure +2, anneau de protection +2, anneau permettant de contrôler sa nature lycanthropique, l'amulette du lycanthrope (cette pierre d'onyx noir fut créé par une puissante guilde de lycanthrope de Portcalim pour permettre à son porteur de conserver ses effets personnels quand il prend sa forme animale. Quand le porteur se transforme en animal, ses effets sont absorbés par la pierre qui se transforme en anneau d'oreille pendant que le porteur se maintient sous sa forme animale. L'effet est annulé quand le porteur passe à une autre forme), 650 PO, une potion de soins modérés, une potion de soins importants.

    Biographie

    "1373 devait être une année faste pour moi, celle où mon clan accèderait enfin à la place qui lui revenait. 1373 fut l'année du cauchemar, celle qui vit l'annihilation totale des miens et l'extinction de mon âme.
    Plusieurs années auparavant j'arrivais à Montéloy, une cité de la Mer de Lune, en provenance d'Eauprofonde fuyant les assassins de mon époux. Je fus enrolée au sein de la guilde des voleurs locale où je gravis rapidement les échelons jusqu'à avoir accès à tous leurs secrets.
    En vérité, jamais je n'étais allé à Eauprofonde, jamais je n'ai été mariée, et par conséquent personne ne me poursuivait.

    Je suis une rat-garou de naissance et par conséquent je ne souffre pas de changements involontaires de ma forme de rat, quant à mes impulsions lycanthropiques non désirées je les contrôle à l'aide d'un anneau magique (à l'époque j'usais de drogues spéciales, les rares personnes de la guilde qui étaient au courant présumaient que ces drogues étaient la raison de ma fuite d'Eauprofonde et je ne le démentais pas). De plus je remplissais le rôle de meneuse du clan, et mon ambition était de prendre le contrôle de la guilde.
    Notre plan était simple, nous devions nous infiltrer à l'intérieur de la cité en passant par les égouts, tuer ou annihiler la plupart des voleurs de la guilde, et en prendre le contrôle. Nous voulions infecter les membres clés que j'estimais digne de confiance et manger les autres. Nous pensions que Montéloy était un excellent endroit où s'installer en dépit de la xénophobie légendaire de son dirigeant, le seigeur Maalthiir.

    Malheureusement, la pièce de Tymora tomba du mauvais côté et ce jour là le destin allait se montrer particulièrement cruel avec moi. Lorsque les membres de mon clan portèrent le premier coup en attaquant par surprise une retraite sécurisée de la guilde dans les égouts où les chefs étaient susceptibles de se replier en cas de problème, des aventuriers surgirent soudainement durant les combats. Ces pseudo-héros partis en quête d'un hypothétique trésor dans les égouts de la cité suite aux divagations d'un ivrogne dans une obscure taverne ne trouvèrent qu'une rixe entre deux bandes rivales. Choisissant le camp des pauvres humains aux prises avec de maléfiques lycanthropes, ils firent pencher la balance du côté de nos ennemis. La plupart de mes hommes périrent, les autres, moins chanceux, furent capturés. En quelques heures les interrogateurs de la guilde eurent tôt fait de leur extirper tout ce qu'ils devaient apprendre.

    Ma seule erreur fut de ne pas assurer le suivi de la première attaque, cette erreur suffit pourtant à entrainer la fin de ma famille. Alors qu'inconscients du danger nous nous préparions à partir pour mettre la suite du plan en mouvement, la guilde nous tomba dessus. Nous fûmes pris au dépourvu, le combat ou plutôt le carnage fut bref. Tous les membres de ma famille furent massacrés à l'exception de quelques uns qui soit purent s'échapper soit furent capturés, pour mon plus grand malheur je faisais partie des prisonniers. Si j'avais pu savoir ce qui m'attendait je me serais donnée la mort sans aucune hésitation. Des fers aux chevilles, aux poignets et au cou, je fus trainée devant les responsables de la guilde qui d'un ton haineux que je ne leur connaissais pas me condamnèrent à mort après avoir subi mille tourments aux mains des individus les plus exécrables de la guilde pour trahison.

    Mes bourreaux me jetèrent dans une pièce crasseuse où l'odeur de la mort imprégnait tellement l'atmosphère que l'on pouvait presque la toucher. Ils amenèrent un homme enchainé qu'ils obligèrent à s'agenouiller devant moi, il s'agissait de Benjamin mon second et le compagnon de mes nuits. C'est alors que mon calvaire commença, ils arrachèrent mes vêtements et riant de mes cris ils me battirent, m'humilièrent et me violèrent chacun à leur tour. Les rugissements, les invectives, les protestations et les menaces de mon aimé se terminèrent dans un immonde gargouillis quand ils lui tranchèrent la gorge devant mes yeux horrifiés. Sept des miens furent capturés, sept fois le même manège macabre recommença. Même quand la dernière flaque de sang eut séché depuis longtemps, la source de mes larmes tarie et ma voix brisée à force de cris et de vaines supplications mon calvaire continua malgré tout chaque coup de rein déchirant mon âme un peu plus davantage, mes bourreaux ne s'interrompant que lorsque je tentais de trouver refuge dans l'inconscience. J'eu beau les implorer de m'achever rien n'y fit, aucun d'entre eux ne montra la moindre once de pitié pour mettre fin à mes tourments d'un coup de dague bien placé. Mon agonie dura trois jours et trois nuits sans interruption et aurait pu encore continuer longtemps avant qu'ils ne se lassent et finissent par m'exécuter si les rares membres survivants de mon clan ayant pu s'enfuir n'avaient pas organisé une opération de la dernière chance pour me libérer. Le sauvetage fut un succès ; j'étais libre...mais désormais seule au monde, tous payèrent de leur vie ma libération.

    Durant les huit années suivantes je m'enfuis, m'éloignant de plus en plus de Montéloy et de la guilde. Si le temps a effacé les blessures physiques et la magie cléricale remplacé les dents perdues et réparé mon nez, rien n'a pu guérir les plaies de mon âme. Cette pénible épreuve m'a tellement marquée que certaines nuits quand mes cauchemars ne me laissent plus aucun répit, je suis prise d'un besoin viscéral de verser le sang. Je pars alors dans la nuit à la recherche d'un pauvre hère pour assouvir ma faim sanguinaire. Une fois ma future victime repérée, je la paralyse d'une estafilade de ma dague empoisonnée. Je l'emporte alors dans un lieu discret où je pourrais m'occuper de lui sans risquer d'être dérangé. Après l'avoir chevauché jusqu'à son épuisement complet, je lui tranche sa virilité pour la dévorer pendant qu'il agonise se vidant lentement de son sang.
    Le plus triste, je ne retire absolument aucun plaisir dans cet assouvissemet de mes pulsions macabres, remplir mes entrailles de la semence de ces hommes étant une vaine tentative de combler le vide de mon âme.

    Je sais très bien que je laisse une trainée sanglante dans mon sillage qui agit comme un miroir aux alouettes pour les différents assassins que la guilde envoie périodiquement à mes trousses. Mais à mesure que je m'éloigne j'ose espérer qu'ils finiront par se lasser."

    Description physique

    Rowan mesure 1,50m, a une peau claire, des yeux sombres, et des cheveux noirs. Elle est mince avec des traits anguleux, et ses mains sont longues avec des doigts délicats. Elle est le plus souvent vêtue d'une banale tunique grise, d'une courte culotte, et d'épaisses sandales de cuir. Une mince ceinture à sa taille porte une bourse et une dague fuselée. Elle porte parfois des bijoux bon marché, bien qu'elle les garde habituellement rentrés dans ses vêtements. Sous forme hybride ou de rat elle est colorée comme un rat encapuchonnée avec un corps blanc-gris, une tête noire, et une rayure noire courant le long de son dos ; elle porte spécifiquement des vêtements faciles à enlever durant ses changements de forme, et tout ses bijoux comme des objets magiques sont assez larges pour qu'elle puisse les porter sous n'importe quelle forme.

    Personnalité

    Rowan est impitoyable et perfectionniste. Dans sa vie antérieure il lui est déjà arrivé de tuer un ami de sang-froid pour protéger sa famille ou faire avancer ses intérêts. Avant le drame qui lui a flétri le coeur, c'était une jeune femme entrainante, vive et charismatique. Maintenant Rowan est devenue distante, indifférente à tout ce qui peut se passer autour d'elle, huit longues années sans le moindre sourire ont fini par s'imprimer sur son visage où toute étincelle a disparu de son regard perdu dans le vague .

    Religion

    Rowan rend un culte à Shar, plus par pragmatisme que par réelle dévotion. Elle sait que l'âme des incroyants finissent dans le Mur des Infidèles.

    Signes particuliers
    Le corps de Rowan a conservé peu de traces des sévices subis il y a huit ans à l'exception de trois cicatrices qui sont ce qui reste de graves estafilades infligées par les armes de ses bourreaux. La première descend de son cou jusqu'au sein droit, la seconde court tout le long de l'intérieur de la cuisse gauche, et la troisième part de l'espace entre son oeil gauche et le haut de son nez et court sur 8 centimètres de sa joue.
    Dernière modification par Rowan Blackwood ; 29/10/2014 à 19h06.

  11. #41
    Date d'inscription
    December 2009
    Messages
    241

    Re : [Bios] Les bios RP des aventuriers

    • Nom : Soraes
    • Sexe : Féminin
    • Race : Humaine
    • Classe : Barde niveau 2
    • Age : Entre 20 et 25 ans
    • Alignement : Neutre strict
    • Divinité : Aucune

    • Caractéristiques :
    Force: 9
    Dexterité: 18
    Constitution: 10
    Intelligence: 16
    Sagesse: 12
    Charisme: 18

    • Sorts de niveau 0 :
    Convocation d'instrument
    Détection de la magie
    Lecture de la magie
    Ouverture/fermeture
    Message

    • Sorts de niveau 1 :
    Déguisement
    Charme-personne

    • Description physique : Malgré sa petite taille (1m58), Soraes attire le regard du fait de ses longs cheveux dorés, de sa peau pâle et délicate, et de l'ambré peu commun de ses yeux en amandes. Elle n'est pourtant pas ce qu'on pourrait appeler une belle femme. Elle est même plutôt ordinaire mais elle dégage un étrange magnétisme. Sa petite stature, sa maigreur (une petite quarantaine de kilos toute mouillée) et sa silhouette androgyne lui permettent de se déguiser aisément en jeune garçon quand le besoin de passer inaperçue se fait sentir.

    • Caractère : Soraes n'est pas bavarde au premier abord. Si elle est prudente et silencieuse, voire en retrait et solitaire, elle n'exerce pas moins une attraction évidente quand son regard ambré vient se planter dans celui d'autrui. Sous ses dehors sombres, qui constituent davantage une façade méfiante qu'une réelle noirceur, elle peut finalement se révéler espiègle et amicale lorsqu'elle se met à conter les légendes du pays dont elle vient. Ses doigts habiles pinçant les fines cordes métalliques de la mandoline, la voix un peu trop grave pour sa fluette silhouette, se brisant sur certains accents, elle laisse sa mythomanie tisser la toile d'une histoire qui finalement prend vie dans un enchevêtrement de mots et de notes.

    • Equipement : Une dague, une mandoline, une cape, des bottes de marche.

    • Biographie : Soraes était beaucoup moins loquace lorsqu'il s'agissait d'évoquer sa famille que lorsqu'elle se laissait submerger par la narration des hauts-faits d'un héros. Mais en cherchant bien, il existait une poignée de personnes qui avait déjà entendu son histoire. Certes, si l'on confrontait toutes les versions que l'on trouverait, on s'apercevrait qu'aucune n'est identique. Cependant, quelques concordances entre les différents récits permettent d'imaginer un passé quelque peu cohérent.
    Il était difficile de situer son pays d'origine : en cela, elle était toujours restée très énigmatique. Soraes avait été forcée de quitter sa famille au début de son adolescence, quand elle avait commencé à faire preuve d'un goût et d'une habileté pour le maraudage. Si elle n'avait pas choisi de partir, alors elle avait fini par s'en réjouir. Elle considérait que ce départ était ce qui lui était arrivé de mieux.
    Ses parents avaient choisi le moyen le plus simple mais le plus coûteux de se débarrasser d'elle. Ils n'avaient pas cherché à lui trouver un maître auprès de qui elle deviendrait apprentie, non. Ils choisirent le moyen de l'éducation pour la faire revenir dans le droit chemin, et pour cela, l'avaient confiée à un monastère. Dans son pays d'origine, il existait des monastères où les femmes s'employaient aux arts, tandis que les hommes étaient formés pour devenir des guerriers.
    C'était à cette époque qu'on lui avait enseigné l'art du chant et de la mandoline. Elle avait appris à lire avec avidité, et écoutait les légendes avec intérêt. Elle aimait les retranscrire en les chantant ou en les copiant sur parchemin. Elle s'était aussi révélée habile à la broderie et elle passait des jours entiers à narrer, dessiner et broder les aventures de l'Héroïne mythique.
    Si elle n'était pas une élève revêche en littérature et en arts, elle était beaucoup moins docile avec les questions de religion. Elle n'avait pas la foi et son insolence lui valait des jours entiers de réclusion.
    Soraes n'avait pas pour habitude de parler de l'événement qui l'avait fait quitter la protection des moines quelques années plus tard. Etait-ce une guerre qui l'avait fait fuir d'un monastère, à feu et à sang ? Ou bien avait-elle simplement renoncé à apprendre davantage et à rester recluse toute sa vie ? En tous les cas, l'événement impliquait les ardeurs violentes d'un homme qu'elle était parvenue à fuir, drapée dans sa cape, mandoline à la main.
    Les années suivantes de sa vie étaient un peu plus floues. Parsemées d'errance, de voyages et de rencontres en tout genre, il était difficile d'établir une chronologie, ou de simplement dégager le vrai du faux de ses aventures. Il s'avéra cependant que Soraes avait vécu plus proche de la nature, des tavernes, mais aussi plus proche des malandrins auprès de qui elle apprit des rudiments du maniement de la dague.
    Et par une belle soirée d'automne, elle entendit parler de Luménis au détour d'un comptoir de taverne. Luménis… la cité du savoir et de la culture.
    Elle se rappelait combien, plus jeune, cette cité lui était apparue comme un Eldorado à travers ses lectures. Aussi vite que sa mémoire s'était réveillée, son choix fut définitif : n'importe quel moyen serait bon pour embarquer pour Hélonna !
    ------------------------------------------------
    > Débarquement au Port de Lumenis ([Structure] Le débarcadère)

    ------------------------------------------------
    • Couleur rp : #d8d800
    ------------------------------------------------
    Dernière modification par Soraes ; 27/08/2013 à 20h33.

  12. #42
    Date d'inscription
    March 2011
    Localisation
    La Comté
    Messages
    187

    Elmindreda

    Ma fiche de personnage

    Description
    Nom : Elmindreda
    Age : 18
    Taille : 1,78
    Poids : 61

    Elmindreda est une femme grande et assez mince, d'une grande beauté. Sa démarche souple et élégante dénote juste ce qu'il faut de noblesse, sans pour autant être hautaine. Son visage est assez fin, avec des traits réguliers que certains trouvent agréables. Sa voix est douce et chaleureuse, parfois chantante.
    Lorsqu'elle ne les attache pas par commodité, ses cheveux d'ébène coulent telle une cascade sur ses épaules, jusqu'à environ la moitié du dos.
    Ses grands yeux pétillants sont l'un vert, l'autre bleu : certains disent que cela porte malheur, elle considère que Séluné et Torm, ses deux dieux tutélaires manifestent ainsi leur double protection sur sa vie.

    Elmindreda aime rire. Se liant très facilement d'amitié, elle inspirerait confiance à un troll, et avec raison : elle ne lui ferait aucun mal si celui-ci ne lui en faisait pas d'abord. Elle considère l'usage de la force comme le dernier recours et lui préfère de loin la diplomatie. Elle n'hésitera pas néanmoins à s'élever contre le mal.
    Si elle tue quelqu'un, même mauvais, cela l'affectera autant que si c'était son ami, et elle lui rendra si possible les derniers hommages et en son temps versera des larmes pour lui.
    Aimant par dessus tout chanter ou danser, Elmindreda considère que les dieux nous ont donné la vie pour être heureux et que dans les moments difficiles comme dans les autres, il faut vivre heureux. « Cueille le jour, cueille le bonheur là où il est, soit heureuse dans ce que tu fais et tu le feras bien. ». Si les dieux nous ont donné les rires, les chants et les danses, il convient de profiter de leurs dons. Il faut juste choisir l'instant.

    Bien que très ouverte, Elmindreda est intraitable lorsqu'il s'agit de mal, mais distingue les actes de la personne : si les actes sont mauvais, la personne qui les commet ne l'est pas forcément et le cas échéant, elle peut arriver à la rédemption.
    Lorsqu'elle est en mission aventureuse, on peut la voir habillée de diverses manières, mais le temps restant, elle aime porter des robes longues, le plus souvent de couleur blanche, parfois bleue, parfois violette. Le fait de se rendre belle est un hommage aux dieux, mais cela ne doit pas se faire au détriment d'autrui : il est raisonnable de se maquiller, de se coiffer, de porter une robe bien taillée ou quelques bijoux sans grande valeur ou à valeur sentimentale, mais celle qui s'exhibe avec sur elle les revenus de toute une cité, celle-là fait offense aux dieux.

    Quelques détails
     Cliquer ici pour révéler le texte

    Caractéristiques techniques
     Cliquer ici pour révéler le texte

    Equipement :
     Cliquer ici pour révéler le texte


    Les dix-huit premières années d'Elmindreda

    Comment je vins au monde
     Cliquer ici pour révéler le texte

    Comment je grandis
     Cliquer ici pour révéler le texte

    Comment je refusai de rendre hommage à Iyachtu Xvim
     Cliquer ici pour révéler le texte

    Comment je fus tuée
     Cliquer ici pour révéler le texte

    Comment je ne fus plus jamais la même
     Cliquer ici pour révéler le texte

    Un premier voyage
     Cliquer ici pour révéler le texte

    Ma vie à Athkatla
     Cliquer ici pour révéler le texte

    Comment je quittai l'Amn
     Cliquer ici pour révéler le texte
    Dernière modification par Dark Manuor ; 05/09/2011 à 23h38.
    "La violence est le dernier refuge de l'incompétence" (Isaac Asimov, Fondation).
    "La grossièreté est le dernier recours des imbéciles" (Mon épouse).

  13. #43
    Date d'inscription
    May 2011
    Messages
    20

    Bosco Engrand

    Historique
    Second puiné d'une famille de 5 enfants, fils de milicien et milicien lui-même, Bosco est actuellement âgé de 28 ans. Sa taille atteint à peine le mètre 80, pour un poids estimable à 90kg. Ses cheveux, portés long, sont châtains foncés et laissés libres, et sont loin de l’opulente crinière qu’il aurait aimé : l’ensemble n’est qu’un amas inextricable, dont l’arrangement doit plus à la gravité qu’aux efforts de peignes et de brosses.
    Le plus frappant reste néanmoins son visage. Un amalgame de traits, qui pris séparément, présentent bien, mais dont l’ensemble laisse une impression de brouillon. Ainsi, il arbore un menton un peu trop fort et une bouche suffisamment délicate pour avoir été parfois qualifiée de féminine. Il porte également un nez busqué, qui remonte jusqu’à un front fuyant. Ce visage ingrat pourrait être racheté par ses yeux, d’un vert intense et souvent plus bavards que leur propriétaire, mais malheureusement, l’œil droit a tendance à trop y regarder, à droite.
    De sa famille, Bosco parlera aisément de ses frères et sœurs : Aedan, l’ainé, entré au service de Lathandre, et cherchant à atteindre Luménis ; Clarel, son cadet et, à l’entendre, « le plus grand des bardes et troubadours que ce monde et les autres connaitront » ; Damaris et Elife, ses sœurs. La première est partie pour Manost dans l’espoir d’intégrer un ballet et la seconde, benjamine de la famille, cherche encore sa voie dans le giron familial.
    L’enfance de Bosco ne présente pas grand intérêt, mis à part l'exclusion que lui valut son visage ingrat. Ses relations avec ses frères et sœurs étaient ordinaires, mis à part avec Clarel, désireux d'éviter de s'afficher avec lui. Cela n'empêcha néanmoins pas Bosco de profiter de son physique pour sortir sa fratrie des affres que se destinent les enfants.
    C'est à l'adolescence qu'il acquit, bien malgré lui, la personnalité renfermée et taciturne qui le caractérise encore aujourd'hui. A l’âge des flirts, lui resta seul. Pour l'essentiel, de la gent féminine, seules ses sœurs ne l'évitaient pas. Malgré cela, il s'est toujours révélé être serviable. Et cela ne l’a pas empêché non plus de soupirer après une des filles du village, qui se maria plus tard avant de partir pour la ville.
    Fils de milicien, Bosco suivit la voie familiale, mais parvint à ne pas être dans la même compagnie que son père. Son chef de corps, un homme plus attaché aux résultats qu’aux apparences, reconnu en lui l’âme d’un épéiste, et surtout la carrure nécessaire au port d’un bouclier. Il l’entraina au maniement de ces deux armes, transformant Bosco en un rempart pour son corps. Il se lia d’amitié avec un de ses camarades, Aloïs, un jeune homme à l’âme rêveuse, piquier dans le même corps de garde, parlant toujours de dragons, de légendes et surtout, des trésors associés.
    C’est à lui qu’il dut de choisir de partir à l’aventure : ils se promirent de partir à la recherche du « Trésor du Dragon » ensembles, dès qu’ils auraient obtenu chacun une promotion, où dès que l’un d’eux viendrait à mourir. C’est dans la semaine qu’Aloïs rendit l’âme, écrasé par des fûts libérés par le voleur qu’il poursuivait.
    Bosco mit un peu d’ordre dans ses affaires, prit congé de sa compagnie et de sa famille et se mit en route pour l’Aventure, comme il la nommera plus tard. Son premier point de chute se trouva être Manost.
    On l’a dit, Bosco est taciturne et renfermé. Il se montrera facilement maladroit en public, souffrant d’un manque plus que flagrant de confiance en lui. A contrario, toute épreuve de force, tout défi physique le fera se sentir à l’aise, confiant en ses capacités. Il saura aussi se montrer serviable.

    Feuille de personnage
    Guerrier 1, humain
    Chaotique Bon
    Cheveux châtains, yeux verts
    1m79, 91 kg

    Caractéristiques
    Force 15
    Dextérité 13
    Constitution 18
    Intelligence 12
    Sagesse 12
    Charisme 8

    Possessions
    Epée longue, bouclier, armure de cuir clouté

    Dons
    Conscription
    Arme de prédilection (épée)
    Attaque en puissance

    Compétences - 12 au niveau 1, (2+Int) par niveau
    Intimidation (Cha) : 2 (3 -1)
    Escalade (For) : 5 (3 +2)
    Artisanat – forge (Int) : 4 (3 +1)
    Saut (For) : 5 (3 +2)

  14. #44
    Date d'inscription
    June 2011
    Localisation
    Breizh
    Messages
    174

    Magicien Maligorn Dissengulp

    [Bios] Les bios RP des aventuriers-character51.jpg





    Mon nom est Maligorn Dissengulp et je suis un illusionniste gnome de Lumenis. J’ai appris l’illusion à la célèbre université de la magie de Lumenis, dès mon jeune âge, mais faute de moyens financier, je dût arrêter ma formation, et la continuer seule grâce aux livres.
    Ma jeunesse ne m'a pas laissé beaucoup de souvenirs, si ce n'est que je suis le fils du roi Ankou Dissengulp, et que je fut emmener loin de l'Outreterre avec ma mère après que ma cité fût envahi par les perfides drows.
    J’ai travaillé pendant un temps dans le cirque des « Dragons Pourpres », et je faisais des numéros d'illusions pour impressionner les gens de Lumenis, mais je dût le quitter suite à des conflits avec les autres artistes.
    Je dût alors me lancer dans des affaires plus lucratives, mais pas très légale. Je transportais du lotus noir pour mes employeurs et j’allai les livrer discrètement aux clients. Au départ, tout alla bien et se déroula sans problème ( sans doute grâce à ma capacité à disparaître et à tromper les autorités grâce à ma magie ). Mais un jour, je fût arrêté avec tout ma drogue. Je dût passer deux ans en prisons et j’en ressortit plus endurcis que jamais.
    Après ces évènements, je commençait une vie faîtes de petits travaux plus ou moins douteux, mais je n’eut plus aucun problème avec la loi. Je ne suis de tout façon pas du tout du genre bandit ou délinquant, mais je me fiche un peu de la loi et des règles.
    Aujourd’hui je ne sais plus que faire pour regagner un d’argent, et j’accepterai n’importe quel contrat tant qu’il y aura de l’or à la clé…
    Pour ce qui est de mon caractère, on me désigne comme posé, érudit mais d'un caractère plutôt sombre, comme beaucoup de svirfneblin. J'ai aussi une tendance à tout depensé au jeux, et je ne peut résister à l'âppat du gain.
    Une petite remarque cependant, je dois avouer que j’ai et que je garderai toujours une haine ( certains diront qu’elle est démesurée) envers les demi-orques ( et donc bien entendu aussi les orques ! ), car c’est une bande de malfrats orque qui a tué ma mère, qui s'était reconvertie en vendeuse de crêpe ( sous- prétexte qu’elle n’avait pas assez sucré leurs crêpes … enfin, c’est ce que m’a dit mon père, mais j’en doute fortement ! ).
    J'ai une grande passion pour les livres et l'histoire. Beaucoup me qualifieront de lunatique, mais lorsqu'on parle de courage, j'en ai à revendre, surtout lorsque il est questions de pourfendre des brigands où de mettre une bonne correction à des monstres ( même contre seulement quelques piécettes ! ) Attention, car je suis très susceptible et j'ai déjà mit une bonne raclée à un ogre pour m'avoir traiter de "demi-portion" ( même si tout ceux qui ont bien voulu m'écouter raconter cet événements ne m'ont visiblement pas cru ).






    Informations sur le personnage :

    -Nom : Dissengulp
    -Prénom : Maligorn
    -Genre : Masculin
    -Race : Gnome des profondeurs ( svirfneblin )
    -Classe : Mage illusionniste niveau 3, ( Maligorn possède quelques compétences de voleurs, qu'il à acquis lors de ses années où ils dût se débrouiller pour survivre, donc lorsqu'il volait et pratiquait d'autres actions illégales lucratives. Les dons qu'il a ainsi acquis seront écris en bleu ). Je part du fait que c'est d'abord un voleur puis un illusionniste.
    -Âge : 94 ans
    -Alignement : Chaotique neutre
    -Divinité servie : Callarduran Doucemains, dieu des gnomes des profondeur, que ça mère lui a appris à vénerer.
    -Taille : 1m13
    -Poids : 35 kg
    -Caractère : Imprévisible, érudit et intelligent, perspicace. Maligorn n'est ni bon, ni mauvais, comme quasiment tout les snifverblins.
    -Apparence : ( se référer à la photo du post ) Chauve, , lunette ( style Jan Jansen ),yeux mauves brillants. Il porte des vêtements sombres, un long manteau ( style "cache poussière", pour ceux qui connaissent ), et sa peau est assez sombre, voir noirâtre.

    [Bios] Les bios RP des aventuriers-darius.jpg

    ( Svirfneblin = + 2 en DEX et SAG, - 2 en FOR et – 4 en CHA. )
    Force : 12 - 2= 10 ( Comme tout les gnomes, ça petite taille ne lui permet une force formidable, même s'il n'est pas non plus faible )
    Constitution : 14 ( Il est d'une carrure assez imposante pour un gnomes, et reste assez résistant à la douleur )
    Dextérité : 13 + 2 = 15 ( Il est habile de ses mains et crocheter quelques serrures ou exécuter quelques tours de passe-passe ne sont pas des problèmes pour lui )
    Intelligence : 16 ( Des années à bouquiner ont fait de lui un grand érudit, doué d'une bonne intelligence et d'une certaine maîtrise des sorts d'illusionnisme ) )
    Sagesse : 12 + 2 =14 ( Son expérience et son caractère posé ont fait de lui un gnome plutôt raisonnable, et il sait quoi et quand faire quelque chose )
    Charisme : 15 - 4 = 11 ( Il ne parle pas énormément, et reste assez fermé, mais malgré cela il peut aussi, après quelques temps de fourberies lors de son passé, essayer de tromper ou flatter les personnes moindres d'esprit )

    Équipement : Bien qu'il soit un voleur-mage, il sait très bien utiliser son arbalète, qu'il a appris à manier depuis son enfance. Il porte des lunettes gnomes dont l'usage est inconnu, car il ne veut pas le révéler (, même si certain croiront que c'est un pure accessoire esthétique ).
    Maligorn envoie toujours avec quelques pétards et fumigènes, très utiles lors des situations compliquées, ainsi que quelques autres gadgets douteux. Il porte aussi avec lui quelques outils de cambriolage ( pour crocheter les serrures, ... ). Il ne se déplace jamais sans son épée et sa dague, dont il n'a pas une technique très avancé, mais qui lui servent lorsqu'il est obligé de se battre au corps à corps.
    [Le seul souvenir qu'il ait de son père est une pendentif d'invocation d'élémental de terre ( cf. La légende de Drizzt : tome 1), une créature que les svirfneblin savent invoquer. Cet élémental suit exactement les ordres que son maître lui donne, car il n'a pas de conscience ( un peu comme un golem ).]

    Dons :
    - Crochetage
    - Désamorçage/Sabotage
    - Discrétion
    - Diplomatie
    - Art de la magie

    Sorts connus :
    - Sons illusoires
    - Déguisement
    - Ventriloquie
    - Invisibilité
    - Image miroir
    - Simulacre
    Miniatures attachées Miniatures attachées [Bios] Les bios RP des aventuriers-darius.jpg  
    Dernière modification par eluveitie ; 24/02/2012 à 12h10.
    Vallhalla ! Deliverance, why've you ever forgotten me !

  15. #45
    Date d'inscription
    June 2011
    Localisation
    chez moi....
    Messages
    182

    Damien Alexender

    Nom:Alexender

    Prenom: Damien(je sais c'est pas très fantaisiste mais bon...)
    race: humain

    Age: 21

    Taille:1m70

    Poids:75kg(besoin d'un regime?)

    classe:ensorceleur

    Niveau:4

    Alignement:chaotique bon

    Caracteristiques:
    force:10(20,seconde personalité)
    dexterite:10(17,seconde personalité)
    contitution:10(15,seconde personalité)
    intelligence:18(11,seconde personalité)
    sagesse:17(11,seconde personalité)
    charisme:18(9,seconde personalité)

    divinité:sunie(un peu),mystra (un peu)

    langues parlées:commun,elfique

    Caractere:Au premier abort Damien est quelqu'un de timide,peu sur de lui,legerement renfermé sur
    lui même mais déterminé ce qu'il entreprend,il est très emotif mais évite de le montrer,lorsque il perd le contrôle de ses émotions
    ses pouvoirs s'amplifie et il change de personnalité,il devient plus sombre,diabolique,avide de pouvoir sans-pitié et cruel
    il est cependant a l'aise et curieux quand il sagit de magie,depuis la mort de ses parents il est devenu depressif
    (ps:je ne met pas tout afin de garder quelques surprises)

    Physique:le torse bien déssiner,les épaules carrée,les bras bien formé,il possède des traits fins au visage
    il possède des yeux de couleurs qui réagisses selon son etat emotionnel chose
    qui sucite la curiosité des gents,ses cheuveux sont mi-long et argentés,il dégage une sorte d'aura naturelle qui
    appaise et met en confiance les gents.

    couleurs des yeux:émotion
    rouge: colère
    bleu: tristèsse
    rose: stress,amour
    noir: seconde personnalitée
    blanc: joie
    jaune: peur
    argenté:neutre

    Biographie : Damien fut receuilli a 1ans par une famille de nobles située dans l'amn,il reçu une éducation
    correct ainsi un enseignement sur la magie à 8 ans dont il fit preuve d'une affinitée exeptionnelle
    il pouvais littéralement"sculter la magie" chose que Damien touvais fascinante mais aux
    yeux des villageois il représentait un signe de malheur et de mort,un jour alors que il revenait
    de chasse au loups avec son père,les villageois décidère de tuer tous les membres de sa famille lui compris
    son père et sa mère furent tuée en tentant de le protéger,fou de rage il perdit le contrôle de ses émotions
    et tua tous les villageois femmes et enfants compris lorsqu'il repris ses esprits il pleura de toute ses forces
    réalisant se qu'il venait de se produire,après avoir enterrer ses parents il décida de partir mais
    avant il fouilla sa maison afin de trouver des documents pour connaître sa destination,il trouva
    une feuille ou il y est ecrit que un de ses oncle qui s'appelais "Bryce Alexender" vivait à luménis
    et qu'il étais un noble de la ville.Une fois ses affaires reunies,il se mis en marche le coeur meurtri
    mais décidé à aller à cet endroit.

    Equipement:
    1 baton+1
    1 FETICHE DE PROTECTION CONTRE LES POISONS
    1 simple cape avec capuche(pour cacher son visage)
    1 dague

    sorts:
    niveau 1:
    Projectiles magiques
    Identification
    Armure
    niveau 2:
    flèche acide de melf



    Compétences:
    Connaissances ( Général)
    Connaissances (Histoire)
    Connaissances (lois)
    Bluff

    Dons:
    Lanceur de sorts polyvalent
    Prodige magique
    Perspicace
    Illumination magique
    Dernière modification par dada141089 ; 06/10/2011 à 00h15.

  16. #46
    Date d'inscription
    July 2011
    Messages
    12

    Quallulani

    The Lantan's gunsmith girl
    A consommer avec modération.



    Qui suis-je ?
    Ma race. Humaine, encore que certains soirs, on se demande s'il n'y aurait pas une ascendance naine ... voir trolle ...
    Mon âge. Je cours après celui de raison, nombre de mes camarades de jeu sont déjà mères.
    Mon alignement. Alcoolique neutre.
    C'est l'angoisse ! Les mondanités, cuisiner, les colloques (surtout des magiciens), se maquiller, l'académisme
    C'est pas mon truc. Se laver, méditer, soigner, garder le silence, bien présenter, rester polie, se cacher, crocheter
    C'est mon affaire. Négocier, enjoliver la vérité, intimider, éviter les coups, draguer, partir sans payer, faire des tours
    C'est ma spécialité. Réparer, bricoler, picoler, cogner à mains nues, tirer

    Un portrait ?
    Je suis surtout une bricoleuse, on me dit curieuse, paresseuse, et avec un penchant pour l'alcool indigne d'une dame.
    Je bois la vie à la tireuse, et je comprends le fonctionnement des choses de façon assez intuitive. Les gens c'est une autre affaire ...
    Je sais réparer et utiliser les choses qui me tombent sous la main, réaliser quelques tours ... en revanche ne me demandez pas comment je fais. Ce que j'apporte chez vous, c'est sans doute un peu de chaos, l’œil pour les mécanismes, les pièges, de pieux mensonges, et des ardoises dans pas mal de tavernes, héhé.
    Et si vraiment les choses tournent mal, un tir plus ou moins bien assuré selon l'heure de la journée, et un ou deux explosifs maison.

    Caractéristiques.
    Dextérité 16
    Constitution 16
    Charisme 14
    Intelligence 14
    Sagesse 13
    Force 10

    Une description physique ?
    De taille moyenne, rousse, une silhouette marquée par l'exercice mais aussi par des excès réguliers (mais allez me faire la remarque pour voir), le teint laiteux carminé par endroit, une pluie de tâches de rousseur sur les joues et le nez, quelque chose qui pétille dans la chope et dans le regard. Une voix gouailleuse et un port presque masculin.
    Il paraît que j'ai une apparence à faire jaser, mais des manières à faire grincer les dents.
    Je porte souvent du vert, mais rien à voir avec avec un quelconque lien avec la nature ...

    Mes compétences ?
    Je me débrouille un peu :
    Concentration
    Détection
    Escalade
    Escamotage
    Maîtrise des cordes
    Natation
    Je me défends bien :
    Bluff
    Diplomatie
    Fabrication de pièges
    Intimidation
    Psychologie
    Là j'assure :
    Acrobatie
    Désamorçage/Sabotage
    Fabrication d'explosifs
    Mécanique
    Saut

    Mes dons ?
    Armes improvisées
    Science du combat à mains nues
    Attaque sournoise
    Recherche des pièges

    Mes possessions ?
    Une tenue épaisse, faite pour affronter le grain et le froid, et ranger beaucoup de chose
    Un ceinturon équipé de sacoches
    Une sacoche à outils
    Un sac de poudre à fumée ayant connu l'eau de mer
    Une paire de vétillards (petites arquebuses vaguement fiables) dont les crosses sont enchantées et équipées de crocs pour le corps à corps.
    Une bouteille de rhum entamée
    Un peu d'or, de quoi vivre quelques semaines

    Petites histoires...
    Avant Hélonna
    Dernière modification par Quallulani ; 12/07/2011 à 19h25.

  17. #47
    Date d'inscription
    July 2008
    Localisation
    Là où mènent les étoiles
    Messages
    2 322
    Fiche de personnage :

    Nom : Silmandel Songevent
    Race : elfe de lune – chat-garou
    Classe : ensorceleur – niveau 5
    Alignement : chaotique neutre
    Divinité : aucune en particulier, c’est selon la situation

    Age : 98 ans, donc jeune
    Cheveux : châtains
    Yeux : verts
    Taille : 1,79 m
    Poids : 60 kg

    Caractéristiques :

    Force : 11
    Dextérité : 16 (+4 en chat)
    Constitution : 10
    Intelligence : 14
    Sagesse : 10
    Charisme : 18

    Dons :

    Signature magique (étoiles) : rend les sorts de Silmandel difficiles à identifier à cause de leur apparence insolite basée sur le thème des étoiles.
    Forte personnalité : la volonté de Silmandel dépend du charisme et non plus de la sagesse.
    Attaque en finesse et Volonté de Fer : dons supplémentaires acquis grâce à la lycanthropie.

    Compétences :

    Points de compétences : 32
    - Art de la magie (Int) : 4 +2
    - Bluff (Cha) : 8 +4
    - Concentration (Con) : 8
    - Connaissances (mystères) (Int) : 8 +2
    - Déplacement silencieux (Dex) : 0 +7 en elfe, +9 en chat
    - Discrétion (Dex) : 0 +7 en elfe, +9 en chat
    - Equilibre (Dex) : 0 +7 en elfe, +13 en chat
    - Escalade (For en elfe, Dex en chat) : 0 +4 en elfe, +9 en chat
    - Natation (For) : 2 (coût doublé)

    Lycanthropie :

    Les chats-garous sont très rares et ils ne comptent dans leurs rangs que des personnes de petites tailles, comme des gnomes ou des halfelins. Silmandel est certainement le seul elfe chat-garou sur Toril. Sa contamination a été rendue possible grâces à des circonstances très particulières. (Quête : Relique du Passé)

    Silmandel est un lycanthrope infecté. Pour l’instant, seul l’aube peut lui rendre sa forme elfique lorsqu’il est devenu, volontairement ou pas, un chat. "Chat" désigne dans cette fiche indistinctement la forme hybride ou animale.

    Particularités acquises grâce à la lycanthropie :
    - Empathie avec les chats
    - Odorat
    - Légère réduction des dégâts physiques, en chat uniquement. Les armes en argent passent outre.

    Sortilèges :

    Remarque :
    - Actuellement, Silmandel ne sait pas lancer de sort en chat.
    - Ses sorts se manifestent sous la forme d’étoiles, d’étoiles filantes ou de scintillement étoilé. Ils sont dorés ou argentés, avec de nombreuses nuances. Ils produisent des sons assez purs et aériens.

    Niveau 0 (6/jour) :
    Détection de la magie, Lecture de la magie, Lumière, Lumières dansantes, Manipulation à distance et Message.
    Niveau 1 (7/jour) :
    Déguisement, Charme-personnes, Feuille morte et Projectiles magiques.
    Niveau 2 (5/jour) :
    Invisibilité et Rayon ardent.

    Description :

    Silmandel est un jeune elfe de lune. Grand et élancé, il a le teint clair, de longs cheveux châtains et des yeux verts. Il dispose d’un charme assez mystérieux que lui confère sa nature d’ensorceleur. Le visage joyeux, le sourire facile, il en faut beaucoup pour que son expression se ternisse. Il prend soin de son apparence, sans que ce soit excessif. Il affectionne ce qui est raffiné mais pas trop voyant, ce qui est élégant mais fonctionnel. Ce qu’on remarque le plus dans sa tenue, c’est son grand manteau qui lui tombe presque jusqu’aux chevilles. Botté, ganté, de sa ceinture pend une rapière. Il ressemble à ce qu’il est : un fougueux aventurier.

    Sous sa forme animale, Silmandel est un beau chat gris argenté. Fin et gracieux, il fait partie des représentants les plus grands de son espèce. Ses yeux ne change pas de couleur et il en va de même pour leur expression. Ils peuvent donc trahir sa véritable nature, ce dont il doit se méfier s’il désire se faire passer pour une bête ordinaire.

    Sous son aspect hybride, Silmandel est un chat humanoïde grand comme un enfant de douze ans. Son pelage et ses yeux sont les mêmes que sous forme animale. Toujours très gracieux, il se déplace aussi bien à deux qu’à quatre pattes. Il lui est possible d’enfiler des vêtements, mais encore faut-il qu’il en trouve à sa taille, effort qu’il s’épargne généralement.

    Caractère :

    Silmandel est un aventurier dans l’âme. Il a soif de lieux à découvrir, de mystères à élucider, de monstres à combattre, de trésors à acquérir. La routine l’ennuie, il la fuit comme la peste. Les règles également lui déplaisent. Il désire être libre, n’en faire qu’à sa tête. Avant, il était excessivement téméraire. Cependant, les récents événements l’ont poussé à se modérer. Toujours impulsif et d’un remarquable courage, il sait désormais se montrer prudent quand nécessaire. Jovial optimiste, hédoniste convaincu, il est agréable à fréquenter. Il aime jouer le héros, parce que c’est également de l’aventure. Et à force de se prendre au jeu, il se découvre un peu plus généreux qu’il ne l’aurait lui-même crut.

    Avoir contracté la lycanthropie ne le dérange pas spécialement. Il est en fait assez fier d’être devenu un chat-garou. C’est son petit secret. Ça le rend spécial. Et puisqu’il n’en tire principalement que des avantages, pourquoi se guérir ? Il n’y a pas pour l’instant d’influence notable dans son caractère, si ce n’est qu’il à tendance à suivre des yeux les souris.

    Biographie :

    Silmandel Songevent est né, selon lui, au royaume de l’ennui. Il vous dira que les elfes de la lune sont fait pour l’aventure, que c’est bien connu, mais que lui a cru devoir attendre au moins deux longs siècles avant de pouvoir y goûter. A l’entendre raconter son enfance, on en viendrait presque à le plaindre. Mais comme beaucoup, hélas, Silmandel est trop prompt à ne voir que ce qui lui manquait. Il oublie que les premières décennies de son existence furent emplies de paix, d’amusement, de joie et d’épanouissement. On peut aisément trouver raison plus juste pour se plaindre.

    Le fils Songevent naquit au cœur des Marches d’Argent, des terres prospères au nord de Faerûn où elfes, nains et humains ont su mettre leurs différents de côté. La famille de Silmandel avait fait fortune dans le commerce d’objets d’art. Elle lui offrit toute l’affection dont il avait besoin, ainsi qu’une solide éducation. Très tôt, l’enfant montra une force de caractère remarquable qui allait de paire avec de vives prédispositions envers les arcanes. Très populaire parmi les jeunes gens de son âge, il se plaisait à émerveiller les uns avec de petits tours de magie, particulièrement amusants, alors que les autres étaient victimes de ses farces, parfois fort déplaisantes. Mais déjà il se sentait à l’étroit dans son petit univers. Il voulait parcourir le monde, il voulait l’aventure. Ce désir devint une véritable obsession. Et cette obsession dégrada ses relations avec ses ainés. Son père eut l’idée de l’emmener avec lui dans ses voyages d’affaire. Seulement, l’enfant capricieux trouva ceux-ci trop courts et pas assez fréquents. Il réclama d’avantage, mais ce fut en vain. Il se renferma sur lui-même. La seule activité qui l’enthousiasmait encore était d’apprendre à utiliser ses pouvoirs magiques. Il se disait qu’il en aurait besoin pour donner corps à ses rêves.

    Persuadé que d’attendre l’âge adulte, encore distant de près d’un demi-siècle, ne suffirait pas pour s’évader de la prison familiale, Silmandel se résolut à fuguer. L’occasion de le faire se présenta lorsqu’il apprit qu’une importante commande devait être livrée loin, très loin, hors des Marches d’Argent, en direction d’Eauprofonde. Il se dissimula dans une caisse faisant partie du chargement. Puis il attendit. Lui-même était dubitatif sur ses chances de succès et il fut donc surpris que son plan fonctionne à merveille. Passager clandestin de la caravane, le voilà en route pour une destination dont il ne connaissait guère que le nom. La nuit succéda au jour et la faim commença à se faire sentir. Les quelques provisions qu’avait emporté le jeune elfe s’épuisèrent rapidement. Le jour suivant, alors que le soleil atteignait le zénith, alors que Silmandel était tenté de sortir de sa cachette en faisant le pari qu’il était trop tard pour qu’on le ramène chez lui, un effroyable imprévu se produisit. La caravane fut attaquée par une bande d’orcs. Peu rassuré, Songevent essayait de deviner ce qui se passait grâce aux bruits qui lui parvenaient. Une brève tentative de fuite, un combat qui tourna vite au massacre… voilà la marchandise aux mains des peaux vertes. Ils ouvrirent quelques caisses pour découvrir ce qu’était leur butin. Craignant d’être découvert, Silmandel se fit plus silencieux que jamais dans l’obscurité de sa caisse, heureusement épargnée. Le voilà bientôt en route pour une destination encore plus mystérieuse que la précédente. Quelques heures plus tard, les marchandises furent déchargées des charrettes sans ménagement. Songevent, attendit jusqu’à ce que la lune apparaisse et que le calme se fasse autour de lui avant de sortir de sa cachette.

    A la pâle lueur nocturne, il découvrit un modeste campement rassemblant tout de même deux dizaines d’orcs. Il se mit en devoir de fuir cet endroit sans être remarqué mais après pratiquement deux jours passés dans une inconfortable immobilité, son corps endolori lui fit commettre une maladresse. On l’entendit, on le vit. L’instant d’après, on était sur lui. Ses modestes sortilèges ne lui furent d’aucun secours et le poignard dont il s’était saisi fit plus rire qu’autre chose. Il crut sa dernière heure venue lorsqu’on l’attrapa. Mourir à cause d’un caprice, il n’y avait pas de quoi être fier. Mais c’était sans compter sur un nouveau coup du destin. Voilà que deux inconnus surgirent des broussailles, arme au poing. Les cris de l’enfant elfe les avaient attirés. Le premier était un nain robuste, vêtu d’acier, portant une lourde hache et un épais bouclier. Le second était un humain dissimulé derrière son manteau à capuche gris et brandissant un arc long. Seuls contre tous, les deux compères firent la démonstration de leur puissance tout en échangeant des remarques comiques sur la situation. C’était certain, il fallait plus qu’une poignée de peaux vertes pour les inquiéter. Silmandel, émerveillé, observa ce violent spectacle qui ne dura pas plus de quelques minutes. Quelques orcs s’enfuirent, les autres gisaient au sol, morts ou blessés. La bataille achevée, les deux aventuriers se partagèrent les tâches. Le nain pilla le campement et se mit à râler car il n’y trouva pas grand-chose d’intéressant. Il considéra la marchandise volée comme un simple amas de babioles elfiques tout juste digne à brûler. L’homme, lui, interrogea l’unique survivant de la caravane, cherchant à savoir qui il était et ce qu’il faisait là, seul, si jeune, au milieu de nulle part. Silmandel comprit qu’il y avait peut-être là une opportunité à saisir. L’Aventure tant convoitée lui tendait les bras. Il se mit à mentir sur ses talents, laissant sous-entendre qu’il pouvait être d’une grande aide pour ses deux sauveurs. Il voulait les accompagner et il le demanda sans détour. Personne ne le prit vraiment au sérieux, surtout pas le nain. Les deux compères se résignèrent toutefois à laisser l’enfant les suivre jusqu’au prochain village. Ils ne pouvaient quand même pas le laisser là.

    Songevent ne laissa pas cette chance, aussi infime soit-elle, passer. Il profita du trajet pour montrer qu’il était débrouillard et volontaire. En faisant plus ample connaissance avec Tugnar Forge-Flamme et Vincent Belmir, il découvrit que le premier était vénal et le second fourbe. Beaucoup auraient voulu quitter cette compagnie mais pas lui, il n’en trouverait pas d’autre. Il se mit en tête de payer sa place au côté des deux compères. Arrivé à un hameau isolé où il était sensé se séparer des aventuriers, il subtilisa les économies du tavernier grâce à ses dons et ses belles paroles. Cela ne passa pas inaperçu et la colère des villageois fut vive. Voilà le nain, l’homme et l’elfe forcé de fuir sans même pouvoir prendre une nuit de repos. Silmandel crut néanmoins à l’échec de son plan lorsque Tugnar, furibond, lui fit fermement comprendre qu’il n’était pas disposé à materner un gamin, que sa patience avait des limites et qu’à la prochaine maison, hutte ou cabane, on l’éjecterait à coups de botte dans le postérieur. Vincent calma son bourru compagnon sans le contredire. La petite compagnie reprit la route et le jeune elfe ne pouvait plus que se raccrocher à l’espoir fou qu’un soudain fléau ravage jusqu’à la moindre ferme de la région.

    Vingt ans plus tard, Tugnar continuait toujours de protester envers la présence de Silmandel mais à présent, c’était le nain qu’on ne prenait plus au sérieux. Songevent, toujours très jeune pour un aventurier, était devenu un ensorceleur digne de ce nom. Ce ne fut pas sans effort. Lui-même pendant les premiers mois de sa nouvelle vie, se demanda s’il ne ferait pas mieux de retourner auprès de sa famille. Malgré toute sa bonne volonté, il peinait vraiment à suivre les deux amis si expérimentés. Il ne comptait déjà plus les fois où il s’était rendu ridicule et où il avait échappé à d’horribles trépas grâce à ceux qu’il était censé aider. Mais il s’accrocha, il tenait à ses rêves. Au côté de Tugnar et de Vincent, il apprit beaucoup de choses, il trouva sa place. Le duo était devenu un trio. Ensemble, ils sillonnèrent Faerûn en quête de trésors et de sensations fortes, parfois aussi de mauvais coups prometteurs ou de bonnes actions opportunistes. Alors que la compagnie était de passage aux Marches d’Argent, Silmandel en profita pour rendre visite aux siens et s’excuser pour cette longue absence. On le croyait mort, il n’avait pas pensé à donner de ses nouvelles. Son père, sévère, eut du mal à le lui pardonner. Mais il préféra ne pas entretenir un conflit qui ne profiterait à personne. Il laissa donc aller son fils, lui souhaitant une glorieuse carrière et lui assurant que si jamais l’aventure venait à le lasser, il y aurait toujours une place pour lui, ici, aux Marches d’Argent. La compagnie reprit sa route. Mais elle n’allait pas tarder à se dissoudre.

    Le temps des hommes est bref. Celui de Vincent Belmir s’acheva au fond d’un lit d’une sombre auberge. Lui qui avait traversé tant de dangers fut emporté par la fièvre et peut-être aussi par la fatigue d’une existence bien remplie. Quelques semaines après cette tragique disparition, Tugnar et Silmandel cessèrent de sillonner les routes de Faerûn. La compagnie avait perdu son âme, à quoi bon continuer ? Le nain et l’elfe, se découvrant plus amis qu’ils ne l’auraient cru, se dirent adieux. Le premier retourna chez les siens alors que le second décida de s’embarquer sur un navire et de voguer vers de nouvelles aventures. C’était au tour de Dorrandin d’accueillir le téméraire ensorceleur.

    Relique du Passé

    L’arrivée à Melandis fut riche en aventure, c’est le moins qu’on puisse dire. Silmandel, peu habitué à se débrouiller seul, peu habitué à ce que personne ne modère son excessive témérité, ne perdit pas un instant pour trouver des problèmes dignes de ce nom. Fraichement débarqué en ville, il se mit en devoir de la visiter. Son guide eut le malheur de lui parler d’un endroit où il était possible de jouer aux Cartes Merveilleuses. Dès lors, tout s’enchaina. Maudit par les cartes, réduit de surcroit à la taille d’un enfant par ces mêmes cartes, Songevent dût courir au temple le plus proche afin de sauver sa vie. Pas de chance car le temple le plus proche, c’était celui de Beshaba. Le grand prêtre, après avoir levé la malédiction, mais incapable de remédier à la réduction de taille, , le soumit à un sort de quête, le forçant ainsi à lui rapporter un mystérieux artéfact soit disant volé au culte de la Dame de l’Infortune. Au terme d’une courte et hasardeuse recherche, l’elfe miniature dénicha les voleurs, en réalité un autre culte. Peu habile dans son approche, il fut capturé et dût tout avouer à ceux qu’il voulait duper. Il en profita pour tourner sa veste. Il retourna bien au temple de Beshaba avec le convoité objet mais uniquement pour occire le grand prêtre et fuir sans demander son reste, sans l’artéfact surtout. Entra alors en jeu Asmodeus, être rusé et ambitieux. Ayant assisté à l’attentat, il attira à lui Silmandel afin d’en savoir plus. Il eut tôt fait de désirer à son tour l’artéfact. Quand à l’ensorceleur, toujours à taille réduite, il réalisa avoir besoin de l’objet pour redevenir ordinaire. Tous les deux s’associèrent. Une enquête fut menée, un plan fut dressé, de fausses identités furent créées. Attiré par le drôle de manège de l’ensorceleur usant et abusant de déguisements, un chat bavard fort curieux vint à lui et lui proposa son aide. Au final, l’elfe ne gagna grâce à cet insolite protagoniste que quelques informations dispensables et un coup de griffe malencontreux. Ce fut isolé dans le désert qu’arriva la conclusion de l’affaire. Elle eut la forme d’un indescriptible chaos. L’objet autour duquel tout gravitait avait pour propriété d’amplifier la magie. Asmodeus ayant réussi à se procurer des alliés de circonstance, bataille fut livrée. Et la bataille devint une démesurée pluie de sortilèges déments. Tous voulaient l’artéfact, il fut perdu pour tous et presque tous périrent par la même occasion. Silmandel put s’estimer heureux. Il s’en sortit en un seul morceau et, c’était son but, à sa taille normale. Par contre, le coup de griffe, détail insignifiant, ne l’était en fait pas tant que ça car il fit de lui un lycanthrope... peu commun.
    Dernière modification par Manfred ; 16/06/2014 à 12h52.
    Personnage RP :
    Silmandel SongeventBiographie – Couleur RP : #DDDD00

  18. #48
    Date d'inscription
    April 2009
    Localisation
    Wherever I may roam
    Messages
    52
    BIOGRAPHIE:

    "On aimerait tous parfois être né sans particularité, grandir en faisant partie du peuple, mener une existence sans accroc, mourir en toute sérénité. Le seul fait d'être issu de deux races différentes balaie cet espoir et fait de nous une anomalie. Les Dieux ont accepté ma naissance, il aurait dû en être de même pour les miens. Être pourchassé à cause de ses origines n'est jamais simple; certains veulent simplement ma mort au nom d'un équilibre, d'une quelconque divinité, par soif de sang ou par intérêt, tandis que d'autres veulent me capturer pour m'étudier. Je ne blâme pas la curiosité humaine, cependant il y a une différence entre curiosité et cupidité, la plupart des personnes qui me traquent ne cherchent pas la connaissance, mais le pouvoir."


    Je m'appelle Elrin Indoel et je suis né sur Faêrun dans les basses vallées du Dessarin.
    Ma mère, Elenwë, était une Haut-elfe (Magicienne), rejetée à cause de ses idéaux par les siens et mon père, Alwen, un Humain (Rôdeur). En tant que demi-elfe, je n'aurais pu grandir avec les Haut-elfes. Mon père était natif d'un village maudit dans le sud de la forêt brumeuse; un village qui a succombé au culte de Malar. Il l'a fui, ainsi refusant sa doctrine et ses dons; il est devenu l'une des proies de ces druides lycanthropes.

    Je n'ai pas beaucoup de souvenirs d'eux. La première chose que j'ai vue lorsque je suis né, c'est leur visage lumineux, comme s'ils avaient obtenus ce pour quoi ils s'étaient battu toute leur vie. Lorsque j'y repense, je me sens bien; non seulement j'étais bercé d'amour, mais la forêt dans laquelle je me trouvais ressemblait certainement à l'endroit le plus beaux auquel un barde puisse un jour faire
    allusion.

    Malheureusement ce fut le seul souvenir heureux lié à mes parents; le reste manque de substance. Le second souvenir marquant dont je me rappelle est celui de leur mort: une mort sanglante.
    A cette époque j'avais 7 ans, nous venions de nous engager dans la Haute Forêt. Le ciel noir grondait, une tempête se préparait, augurant un sinistre présage. J'avais peur. Heureusement que mes parents étaient là, sans quoi j'aurais péri.

    Il nous fallait fuir cette tempête qui semblait animée d'une bestialité surnaturelle. Nous sommes donc allés en direction des Monts Etoilés afin de nous abriter dans une grotte. En cours de route nous avons rencontré une créature que je vis pour la première fois de ma vie: un loup aussi grand qu'un homme. Mais il n'était pas seul. En un rien de temps nous nous sommes retrouvés face à 5 de ces créatures. Nous n'avions d'autre choix que de fuir, car nous n'avions aucune chance.

    Nous réussissâmes à rejoindre le pied des Monts Etoilés, mais nous n'étions pas seuls. L'heure du combat avait sonnée, mais c'était perdu d'avance. Mes parents réussirent en tuer 3, non pas sans dégâts. Les deux derniers voyant leurs semblables morts, entrèrent en frénésie. L'un d'eux manquant de me tuer de justesse, me blessant gravement au niveau de la poitrine. Mon père voyant cela lança un cri terrifiant et se jeta contre ces monstres, malgré ses blessures.

    Pendant ce temps, ma mère tentait de minimiser mes blessures, mais elle tenait à peine debout. Mon père réussit à en tuer un, mais le second prit l'avantage, le renversa avec un coup de griffe, le laissant pour mort, baignant dans son sang. Il fonça ensuite sur ma mère.

    Juste avant le choc, dans un ultime effort, elle réussit à atteindre sa dague et à la placer en trajectoire du coeur de la créature, mais elle n'échappa pas à l'impact et mourut sur le coup. Je ne pouvais rien faire, mes parents s'étaient fait massacrer, tandis que je gisais à portée de leur bras.

    La nuit avait eu le temps de tomber entre temps, un vent fort soufflait encore, mais la tempête était terminée et le ciel était découvert. Dans un dernier souffle, mon père lança un sortilège sur moi (Lueur féerique) et me dit:
    "Il est temps pour nous de partir mon enfant. Nous continuerons à veiller sur toi aux côtés des étoiles. Ne t'arrête pas de vivre", telles furent ses dernières paroles.
    A bout de force, je finis par m'évanouir.


    Je ne savais pas combien de temps j'avais été inconscient, je ne savais pas plus où je me trouvais exactement; le fait est que je ne savais pas grand chose, ce qui était sûr c'était que mes parents étaient bel et bien morts. Après un rapide coup d'oeil, je m'étais rendu compte que j'étais dans une grotte. Malgré toute ces questions, ma principale préoccupation restait ce qui se trouvait en face de moi: un Dragon. Pour quelle raison me trouvais-je aux côtés de sa progéniture? Encore une question à laquelle je ne pouvais répondre.

    Si à l'époque on m'avait demandé ce qui m'arriverais si je devais me retrouver en face d'un Dragon, j'aurais répondu que j'aurais probablement été dévoré. Aujourd'hui encore je me rends compte que la crainte que nous inspire les dragon se base sur des préjugés et vagues connaissances. C'est une erreur de limiter les dragons à d'énormes lézards au souffle meurtrier et à l'appétit légendaire. Les anciens grimoires draconiques, réserves intarissables de magie profane, sont bels et bien écrits avec l'alphabet de ces " monstres ". A partir de cela, il est impossible de nier toute trace de civisme chez eux.

    A l'époque, je ne me rendais pas tout à fait compte de ce qui s'était passé, et encore moins de l'importance de ce qui m'était arrivé. Tout s'était si soudainement déroulé. Et pour dire vrai, j'étais assez effrayé par l'imposante créature qui me faisait face. C'était la première fois que je voyais un dragon. Mais finalement, mourir dans mon sang ou dévoré par un Dragon, le résultat aurait été le même.

    J'avais attiré son attention, je pensais que ma vie touchait à sa fin. Cependant je me trompais, le dragon ne me voulait aucun mal. Il avait soigné mes blessures. Afin de ne pas m'effrayer, il prit la forme d'une jeune femme. Ce Dragon était visiblement une femelle.

    Elle s'appelait Aestheryä, c'était une Dragonne d'Argent. Elle savait ce que je venais de vivre, et sentait ma peur. Malgré les récents événements, j'étais rassuré par sa présence; elle était belle, avait une voix douce et dégageait une telle pureté qui m'aurait paru impossible ,si je ne l'avais vu se transformer, qu'elle fut un Dragon d'Argent . Elle m'expliqua qu'elle m'avait trouvé grâce au sortilège de mon père. Sans celui-ci, jamais elle ne m'aurait vu, je serais mort à l'heure
    qu'il est.

    Elle me dit qu'elle avait enterré mes parents aux pieds des Monts Etoilés près du cour d'eau, et avait scellé leur tombe par magie afin que personne ne puisse la profaner. Sans comprendre pourquoi, je m'évanouis dès que sa phrase fut terminée.

    Je me réveillais le lendemain de nouveau aux côtés de son enfant; le Dragonnet d'Argent semblait inconscient; il était gravement brûlé au niveau du coeur. Aestheryä était là, à veiller sur lui dans un espoir de rétablissement, mais les résidus magiques de la brûlure portaient une trace maléfique. Me voyant réveillé, elle me saluât, avec un regard empli de tristesse.

    Son Dragonnet s'appelait Iskorn, c'était son seul enfant, il avait peu de chance de survivre. Elle me raconta ce qui s'était passé: une semaine avant mon arrivée, une chose terrible se produisit; son Antre, bien qu'en hauteur, se fit attaquer par un groupe de mages rouges de Thay. Aestheryä n'eut aucun mal à les éliminer, mais avant d'avoir pu dire quoi que ce soit, ceux-ci s'en prirent à elle avec des sortilèges de feu, n'épargnant pas son enfant. Elle ne subit pas grand chose, mais son enfant fût gravement blessé. Son état ne s'était pas amélioré depuis.

    Moi-même, je n'étais pas totalement guéri de la blessure que m'avait infligé le lycanthrope: j'étais maudit, plus les jours passeraient plus Malar aurait de contrôle sur moi, me transformant en l'une de ses créatures assoiffées de sang.

    Cependant je connaissais les dogmes de certaines divinités grâce à mes parents; Corellon Larethian, Mystra par ma mère Elenwë, Séluné, Chauntéa par mon père Alwen, ainsi que quelques divinités ennemies: Shar, Malar, Lolth, Baine. Je savais qu'en me remettant à Séluné, je pourrais transformer la malédiction de Malar en Bénédiction. Ceci fait, je pourrais peut être libérer Iskorn des résidus de flamme maléfique imprégnant son coeur.

    Afin de faire appel à Séluné, il me fallut prier pendant plusieurs Lunes. Au bout de la quatrième Lune un changement se fit en moi; j'avais l'impression que mon coeur, jusqu'à maintenant mort, se remit à battre. Mon corps se mit à briller d'une lueur blanche, symbolisant l'accord de Séluné.

    Je bénissais le nom de la Déesse pour m'avoir apporté son aide, et me précipita vers le Dragonnet inconscient. Je blottis mon corps contre Iskorn et une partie du résidu disparu. Malheureusement ce fut insuffisant pour le soigner, la brûlure magique était toujours crépitante, une partie du résidu maléfique dans son coeur persistait. Affaibli et désespéré, je m'endormis auprès de lui.

    Le lendemain matin, Aestheryä, sous la forme humaine que je lui connaissais, me réveilla. Elle avait détecté la fluctuation de l'aura d'Iskorn ainsi que la mienne. Je lui expliquais que j'avais cherché des conseils dans les étoiles et prié Séluné afin qu'elle transforme ma malédiction en bénédiction, la lycanthropie n'était plus à craindre. A partir de cette bénédiction je voulais soigner Iskorn.

    J'avais réduit mon espérance de vie en tentant d'insuffler de mon énergie à celui-ci, l'énergie négative de sa plaie avait absorbé une partie de la mienne. Aestehryä me prit dans ses bras, son coeur pleurait: j'avais risqué ma vie pour tenter de soigner son enfant. Elle m'expliqua que ce n'était pas aussi simple, j'avais compris une partie du rituel, mais le principal m'échappant, j'aurais pu succomber à la puissance des deux énergies.

    Je n'avais plus rien à perdre, mes parents étant morts, j'étais devenu orphelin, plus rien ne me retenait dans ce monde; autant donner ma vie pour sauver Iskorn. les Dragons d'Argent sont des créatures bienveillantes, généreuses, leurs vies valent des centaines de vies comme la mienne. Aestheryä colla son front contre le mien et me dit:" Tu n'as pas besoin de te sacrifier, er~Elrin, il y a un autre moyen, mais il est tout aussi dangereux".

    Elle m'expliqua que la blessure d'Iskorn était composée de plusieurs auras, les mages rouges de Thay vénérant plusieurs divinités telles que Kossuth, Baine, Shar, Loviatar leur magie contient les marques de ceux-ci. La blessure d'Iskorn est donc composée d'énergie négative de Shar, Baine. Cette énergie contient aussi une part de Kossuth, dieu élémentaire du feu, celle-ci étant neutre, elle est dirigée par le flux le plus puissant.

    De ce fait, si nous détruisons les énergies négatives, les particules de l'énergie de Kossuth remonteront directement à la sources d'énergie positive, moi. Kossuth envoie son feu pur pour calmer les âmes, les forger afin de leur permettre d'atteindre un état pur. Il faut s'attendre à être testé et parvenir au défi, peu importe la difficulté et la douleur que cela amène. Ma foi envers mes dieux ne devait pas faillir, car sinon j'y succomberais.

    C'est ainsi que Kossuth désigne ceux qui sont dignes d'obtenir une infime partie de ses pouvoirs, se manifestant différemment selon la personne. Peu importe la douleur, je n'aurais pu me regarder de nouveau en face si j'avais laissé mourir Iskorn. Je n'ai rien pu faire pour sauver mes parents, j'aurais donc tout fait pour sauver l'enfant d'Aestheryä; c'était ma dette.

    Nous avons donc commencé le rituel la nuit suivante. Je m'allongea à côté d'Iskorn. Avant de reprendre sa forme de Dragon, Aestheryä dessina un dôme de runes autour de nous, dans un écrit qui m'était totalement inconnu. Elle entama un chant, une vibration sourde envahit son Antre.


    Un fourmillement commença à se faire sentir dans tous mes membres. Une force plaqua mon
    corps contre le sol. Mon esprit se détacha: je devins un corps spirituel faisant face à mon propre corps physique. Mon corps physique commença à grossir, mes vêtement se déchirèrent, ma peau devenait couleur argent et des poils poussèrent: je devenais un Lycanthrope.
    Des particules d'énergies émanèrent subitement d'Iskorn, de mon corps physique, et fusionnèrent; créant ainsi une chaîne de force.

    Je souffrais, signe que l'épreuve initiatique de Kossuth avait commencé. Des flammes apparurent son mon corps physique, elles étaient blanches et pures, se dessinant sur mon corps au fur et à mesure que la douleur grandissait. Elles étaient comparables à des chaînes, liant mon corps et mon esprit à la douleur. Mon corps spirituel plongea soudainement dans le corps du dragonnet inconscient, me faisant sombrer dans l'inconscience à mon tour.

    Je fis un rêve. C'était un soir étoilé, j'étais avec mes parents. Nous étions allongés dans l'herbe sous l'égide de nos croyances. C'est cette nuit-là que mes parents me parlèrent des divinités: Séluné, Mystra, Chauntéa, Corelon Larethian; et leurs ennemis: Shar, Malar, Baine, Lolth.

    Mes parents pensaient que chaque âme était liée à une étoile. Ainsi même mort, la volonté survit dans celle-ci.

    Après ça, leurs corps furent aspirés vers ce sombre nuage qui ressemblait à la gueule d'un loup. J'entendis de nouveau les paroles de mon père qui résonnèrent:
    "Il est temps pour nous de partir mon enfant. Nous continuerons à veiller sur toi aux côtés des étoiles. Ne t'arrête pas de vivre".


    Puis un choc me réveilla soudainement, c'était Iskorn qui me poussait avec sa tête.

    Le rituel semblait l'avoir soigné. Mon corps et mon esprit avaient été altérés. J'avais des marques blanches gravées le long de mon corps et mes membres fourmillaient encore. Malgré cette désagréable sensation, j'avais l'impression d'être plus vigoureux qu'avant: mes muscles étaient plus solides, ma vision ainsi que mon ouïe semblèrent avoir été affûtés et ma peau était plus épaisse. Comme si je venais de renaître.

    J'avais hâte de découvrir et comprendre les autres changements qui s'étaient effectués en moi.

    Aestheryä était là, à nous regarder Iskorn et moi, comme si nous étions deux frères, deux fils. J'étais heureux: j'avais réussi à sauver le dragonnet, malgré les risques que comportait le rituel, j'avais payé ma dette, survécu à la damnation et conservé mon intégrité.

    Elle m'explica les conséquences qu'eut le rituel sur mon corps. Nos deux pressions spirituelles fusionnèrent lors de celui-ci, ne formant plus qu'une seule et même chaîne de force dans la Toile; Iskorn et moi étions désormais liés par nos âmes, nous étions frères.

    Lors du rituel, pendant que je lui fis don de ma lycanthropie, mon corps changeat de forme et la marque de Kossuth remonta la chaîne spirituelle en direction de celui-ci. La positivité du don de Séluné entra en choc avec les énergies négatives de la blessure d'Iskorn, se neutralisant mutuellement. Mon corps retrouva sa forme humaine, mais avait subi des changements. Mes cheveux s'étaient éclaircis, mes yeux étaient passés du bleu à argenté. La pression de mon aura avait changé, se rapprochant de celle d'Aestheryä. Il y avait autre chose, j'étais maintenant capable de parler et comprendre le Draconien. C'est à ce moment que je compris le sens du nom de son fils, Iskorn. Ce nom signifiait "Etoile d'Argent" en Draconien. Le rituel avait affecté son rythme de croissance: son espérance de vie n'était pas écourtée, mais il atteindrait la morphologie d'un Dragon adulte en même temps que j'atteindrais l'apothéose de ma croissance.

    Aestheryä choisit de m'élever et m'éduquer comme son propre fils, en restant sous sa forme humaine. Elle me rappelait ma mère, par sa grâce, sa beauté et sa douceur. Elle décida de me donner un nom en hommage à mes parents : Indoel, qui signifie "Coeur d'Etoile" en Elfique.

    Pour moi ce nom avait beaucoup de signification; en un sens par cette phrase,
    "Nous continuerons à veiller sur toi aux côtés des étoiles", la mémoire de mes parents, ainsi que le sens de leur sacrifice continueraient à survivre à travers mon nom. En un second sens, il me rappelait aussi le lien privilégié que je partageais avec Iskorn; nos âmes ainsi que nos coeurs avaient fusionnés pour ne faire plus qu'un. Aestheryä et Iskorn étaient ma nouvelle famille.





    Plus les années passèrent, plus Iskorn et moi étions inséparables. Aestheryä m'apprit à contrôler les flux magiques, et j'acquis de nouveaux pouvoir: en façonnant mon énergie spirituelle, j'étais capable d'invoquer un pseudo-dragon argenté à l'éfigie d'Iskorn. Celui-ci était contrôlé par Iskorn lui-même à travers mon coeur, peu importait la distance. Il était capable de se servir de ses capacités, et pouvait me parler.

    14 années s'écoulèrent depuis mon arrivée, j'étais devenu un adulte. Iskorn était devenu un magnifique jeune dragon, et Aestheryä était toujours aussi belle. Le temps était venu pour moi de prendre mon envol. Je fis mes adieux à ma famille. Cependant ce ne furent pas des adieux déchirants. Aestheryä comprenait ce que je ressentais, de plus je pouvais invoquer Iskorn à tout moment, ce qui me permettais d'être en contact permanent avec eux. Aestheryä me prit dans ses bras, et Iskorn me poussa avec sa tête en guise de bonne chance.


    Aestheryä m'indiqua la direction d'Eauprofonde, et me fit un sourire, signe que j'avais sa bénédiction. Avant de commencer mon voyage, je décida de déposer des fleurs sur la tombe de mes parents, leur annonça ma destination, et fis une prière.
    Mon voyage venait de commencer. Je me diriga en direction d'Eauprofonde, mon objectif était le Collège de guerre. Ayant acquis une certaine maîtrise de l'énergie magique et de mon corps, il était temps pour moi d'être formé afin d'apprendre des arcanes et l'art de la guerre.

    Une année passa, ayant appris tous ce que le collège pouvait m'apprendre, plus rien ne m'y retenais. Je décidais de continuer mon voyage afin de m'aguérir, et devenir capable d'honorer la mémoire de mes défunts parents. Un opportunité se présenta: un crieur publique faisait la promotion d'un bâteau qui avait pour destination Dorrandin, un continent lointain
    se trouvant au Sud-Ouest de Faêrun.

    Je fit rapidement un choix; peut-être existait-il là-bas des arcanes encore inconnues à Faêrun. N'ayant pas d'autre option, je décidais d'entamer mon périple en saisissant cette opportunité.





    DESCRIPTION:

    Elrin est un jeune demi-elfe au regard profond, mêlant sur son visage finesse et douceur de son héritage elfique, a un corps robuste et emprunt de vigueur de son héritage humain. Il est accompagné d'une créature volante de petite taille que l'on ne peut identifier pour cause d'un quelconque sortilège brouillant son aspect, Iskorn.

    Mystérieux, possédant une forte aura et un charisme prononcé, Elrin est un personnage intriguant et persuasif. Il attire aussi bien la gente féminine pour sa finesse, que des personnes malveillantes qui peuvent en avoir après les étranges inscriptions gravées sur son corps et son visage, trahissant des origines inconnues.
    Ses marques se mettent à irradier d'une lumière bleutée, lorsqu'il se sert de la Toile, telles un flot de magie, ce qui a tendance à intimider ceux qui en sont témoins.

    Tel le vent, il ne s'arrête jamais bien longtemps au même endroit et n'a réellement d'attache avec qui que ce soit. Il voyage, de conflit à conflit, dans un but inconnu, comme s'il cherchait à combattre la moindre once de chaos engendré par l'homme.

    "L'homme est une bête. Il faut gouverner cette bête en la noyant dans l'absurdité pour renforcer son caractère réfléchi, la faire dépasser cette bestialité responsable des malheurs, et museler le souverain sanguinaire."

    CARACTERE :

    Elrin possède un certains sens de l'humour, parfois cynique, parfois ironique; il sait s'adapter à l'audience. Lorsque l'occasion se présente, il se rend à l'auberge pour prendre un bon repas et se réchauffer au coin du feu avec une bière naine, à l'écoute de diverses rumeurs et histoires. Il n'aime pas montrer ses émotions et réagit souvent comme si rien ne l'affectait.

    Sa tendance à être froid, le rend assez intimidant pour que la plupart du temps, les ivrognes bagarreurs repartent sans avoir pousser la provocation. Il aime les endroits fréquentés et le contact avec les gens malgré tout, ainsi que la réflexion philosophique.

    Dès lors où les choses se corsent, il est prêt à intervenir, discrètement, mais si la situation l'exige, il dégainera son épée et même de la part d'une autorité, il n'hésitera pas à lancer un sort afin de donner une leçon à celle-ci.

    Il ne refuse pas la présence de femme à son chevet, cependant c'est le genre de personne qui n'est plus là à son réveil. Il peut lui arriver d'agir de façon extrême, tuer une personne, voler quelqu'un, mais rarement, et jamais de manière à avoir de remords et à pouvoir être pisté.


    "La notion de bien et de mal n'existe que pour jauger les mesures appropriées selon notre morale, je sers mon équilibre, ainsi que l'équilibre humain, aucunement celui d'un quelconque souverain."

    FICHE PERSONNAGE:




    - AVENTURIER
    - ALIGNEMENT: Neutre-Bon
    - NOM: INDOEL (C.F. Biographie)
    - PRENOM: ELRIN *Suivi par Iskorn son Familier Dragonnet (C.F. Biographie)


    - RACE: Demi-Elfe
    - SEXE: Masculin
    - AGE: 23 ans
    - TAILLE: 1m80
    - POIDS: 70kg

    - CHEVEUX: Blond pâle/Blanc
    - YEUX: Argentés (C.F. Biographie)
    - PEAU: Métis, Dessins corporels (C.F. Biographie)


    INVENTAIRE: Sac à dos (2 po)

    - Matériel d'escalade (80 po)
    - Grappin (1 po)
    - Corde en soie, 15 mètres (10 po) - Etui à carte ou parchemin (1 po)
    - Trieur de parchemins (5 po)
    - Trousse de premier secours (50 po)
    - Sacoche à composantes (5 po)
    - Jeu d'échec (2 po)
    - Talis (jeu de Tarot) (2 po)
    - Torche éternelle (110 po)
    - Diamant coupe-verre (15 po)
    - Carnet de notes vierge (5 pa)
    - Crayon (5 pc)
    - Carte ( 2 pa)
    - Nécessaire de couture (1 po)
    - Savon parfumé (1/2 livre, 1 po)
    - Silex et amorce (Feu de camp, 1 po)
    - Longue-vue (1000 po)
    - Tenue polaire (8 po)
    - Paillasse (1 pa )
    - Couverture d'hiver (5 pa)


    EQUIPEMENTS:

    - Carquois efficace (1500 po) :
    -> Lance (1D8, 2 po)
    -> Epée longue (1D8 , 15 po)
    -> Morgenstern (1D8, 8 po)
    -> Arc long (1D8, 75 po)
    -> Flèches x 40 (1 pa/unité )
    -> Dague de lancé x 10 (1D3, 2 po unité)

    - Chemise de mailles de mithral couleur nuit sombre (1100 po)
    - Manteau de Voyage (1200 po):
    -> Protégé par un sort d'"Endurance au Froid" (5 points de protection)
    -> Protège des intempéries, gardant au sec (tête/ chevilles)
    -> 3 x jour: flasque d'eau fraîche/thé sucré chaud et ration de nourriture
    -> Mot de commande: transformation en une tente individuelle 1x par jour

    - Gantelet clouté main gauche couleur nuit sombre (1D4 / 5 po)
    - Symbole de Séluné en argent (25 po)
    - Ceinture à potions en cuir couleur nuit sombre (1 po):
    -> Flasque d'acide x3 (1D6, 10 po unité)
    -> Onguent de soin x3 (1d4, 10 po unité)

    - Bottes, hautes, souples (1 po) + Lame de Bottes x2 (15 po unité)
    - Bourse, en cuir (2 po) + 37 po
    - Morceau de jade (5 po unité) x5

    = 5400 po/ 36kg


    DIVINITES
    :


    - Corelon Larethian: Créateur des elfes, Premier de la Seldarine, Couronne d'Arvendor.
    - Séluné : Notre Dame d'Argent, la Vierge Lunaire
    - Mystra: Mère de Toute Magie, Dame des Mystères.
    - Chauntéa: La Grande-Mère, Mère-Nature, la Déesse du Grain



    CARACTERISTIQUES:

    - CLASSE: Mage de Batailleniveau 4
    - CLASSE PRESTIGE en devenir: Chantelame

    - FORCE: 15
    - CONSTITUTION: 14
    - DEXTERITE: 13
    - INTELLIGENCE: 13
    - SAGESSE: 11
    - CHARISME: 17

    Particuliarités raciales:

    - Vitesse : 9m au sol
    - Vision nocturne (comme les elfes)
    - Immunité contre les sorts de type sommeil

    - Sang Elfe: Les demi-elfes sont considérés comme des Elfes à part entière pour tous les effets dépendant de la race : tous les Elfes possèdent les dons Maniement d'une arme de guerre pour l'épée longue, l'épée d'escarmouche, la rapière, l'arc long, l'arc court (ainsi que les composites); tous savent donc manier ces armes.

    +1 aux tests de Détection, Fouille, Perception auditive
    +2 aux tests de Diplomatie et Renseignements
    +2 aux jets contre les enchantements


    DONS:

    - Académie
    - Héritage


    * Invocation illimitéed'Iskorn son Familier (C.F. Biographie):

    -> Iskorn atteindra sa taille adulte plus vite qu'un Dragon normal, cependant il vivra aussi longtemps. Dans le cadre de l'invocation Illimitée d'Iskorn, le sort n'est pas assez puissant pour invoquer une autre forme que celle d'un dragon-fée éthéré, limitant donc ses pouvoirs.

    -> L'invocation d'Iskorn étant de forme éthérée (visuellement sous le sort flou), seul Elrin, qui le voit clairement, peut avoir un contact physique avec lui et le comprendre.

    -> Iskorn ne peut pas se battre. L'invocation ne peut être stoppée que part des moyens magiques. (Renvoi ou dissipation majeure)

    ROBUSTESSE DES DRAGONS:
    Iskorn partage un lien symbiotique avec Elrin, ce qui octroie à Elrin un bonus permanent de vie. (comparable au lien entre un familier et son maître) (C.F. Biographie)
    Plus Elrin s'affaibli, plus l'invocation d'Iskorn à de chance de se dissiper.


    COMPETENCES:


    De Classe:

    - Art de la magie
    - Artisanat (Général)
    - Concentration
    - Connaissances (Histoire)
    - Connaissances (Mystères)
    - Intimidation
    - Profession (Général)
    - Magie affiliée
    - Armes et armures : Maniement armes courantes/rondaches/armures légères .
    - Maniements armes de guerre: épée longue, épée d'escarmouche, la rapière, l'arc long, l'arc court
    (compétence raciale)

    Supplémentaires:

    - Saut (Rôdeur, débloqué par Héritage)
    - Diplomatie (Paladin, débloqué par Héritage)

    Indépendantes:

    - Langue parlée: Elfique, Commun,*Draconien (Familier Iskorn/C.F. Biographie)
    - Langue connue: Nain, Gobelin


    REPERTOIRE MAGIQUE:


    NIVEAU 0: (6 par jour)
    - Rayon de givre
    - Aspersion acide
    - Illumination
    - Destruction de mort-vivant
    - Lumières dansantes
    - Lumière (Composante matérielle : une luciole ou un peu de mousse phosphorescente.)

    NIVEAU 1: (6 par jour)
    - Projectile magique
    - Orbe de feu mineur
    - Orbe de son mineur

    - Contact glacial
    - Grêle de pierre (Composante matérielle: un morceau de jade de 5 po.)

    NIVEAU 2: (3 par jour)
    - Lame tourbillonnante
    -
    Image miroir (*pouvoir d'apprentissage avancé)


    Si vous avez une/plusieurs question(s), n'hésitez pas à la/les poser.



    Dernière modification par Faust ; 19/11/2011 à 15h27.
    "Wrath is the burden of those who haven't faith in humanity but there's no mean to avoid it. I guess it's my choice, just try to stand it."

    Wherever I May Roam.

  19. #49
    Date d'inscription
    January 2012
    Localisation
    Dans une caverne
    Messages
    10

    Hakith Devonur (Fiche Perso+ Biographie)

    Nom: Devonur
    Prénom: Hakith
    Race: Demi-Elfe (Humain/Drow)
    Âge: 34 ans
    Classe: Druide (niveau 4)
    Alignement: Neutre Bon
    Divinité:Shiallia
    Compagnon animal: Un loup gris nommé Miram
    Couleur: #622626

    Physique:

    Hakith est Demi-Drow de 1M68 sur 57 KG, il est fin et svelte, tout étant assez musclé. Étant donnée que les demi-elfes mettent plus de temps à grandir, à 34 ans, il a l'âge équivalent d'un humain de 17 ans.
    Il a hérité des gènes de son père elfe noir et a donc la peau noire bleutée, de long cheveux couleur neige et des yeux violacée.
    Il porte généralement une bure avec une capuche. Il ne se sert de sa capuche seulement pour se couvrir de la pluie (l'idée de cacher ses origine drow ne lui ait jamais passé par la tête). Il est accompagné d'un loup gris du nom de Miram, il est un peu plus massif que ceux de sa race en général.
    Hakith aurait beaucoup de succès auprès de la gente féminine, si ses cheveux en bataille n'étaient pas plein de nœuds, de bouts de bois, si son visage et ses vêtements n'avaient pas de trace de terre et de boue. Il est tel un paillasson. Il dégage aussi une odeur de terre et de mousse fraîche.


    Caractère:

    Ayant passé toute son enfance dans une forêt, il est complètement analphabète et n'a aucune notion de la civilisation. Cela le rend alors très naïf, très crédule et manipulable à souhait. S'il n'est pas dans une forêt, il est comme un enfant qui découvre le monde. Les seules choses que le demi-drow connaisse vraiment, c'est tous ce qu'il se passe dans la nature et les principes de Shiallia qu'il suit aveuglement.
    Il est cru et dit ce qu'il pense. Il lui arrive souvent de blesser l'amour propre de certaine personne en posant d'innocentes questions. On le prend souvent pour un rustre, voire même un sournois, lorsqu'il dit innocemment certains propos mal placés.
    On a souvent l'impression que Hakith n'a pas de sens l'humour mais c'est faux. C'est juste qu'il ne les comprend pas. Lorsqu'il lui arrive de comprendre certaines plaisanterie ([I]et souvent les plus stupides et les plus ridicules[I]), il part alors dans un fou rire qui dure une dizaine de minutes. Ensuite on l'entendra alors pouffer de rire toute la journée, se remémorant sans cesse la blague stupide.
    Même s'il est druide de Shiallia, il n'a pas vraiment comprit (voire pas du tout) ce qu'était l'amour. S'il se fait dragué par la gente féminine (faut il encore qu'il se lave), tel un enfant, il ne comprend pas du tout les signes et les sous entendues qu'elles font. D'autant plus qu'il n'a aucune idée de la façon dont s'y prend pour faire des enfants (même s'il sait comment ça marche chez les animaux). Un jour, alors que Hakith insistait pour connaître ce mystère, son maître embarrassé, lui avait dit,: ''Bon, écoutes*! C'est comme un papillon qui plante sa trompe dans une jolie fleur, et POUF*!!! La femme tombe enceinte.''. Même maintenant, Hakith ne comprenait toujours pas comment marchait la relation femme/fleur/papillon.

    Caractéristique:
    Force: 14
    Dextérité: 14
    Constitution: 12
    Intelligence: 10
    Sagesse: 18
    Charisme: 12

    Équipement:
    - Armure de cuir
    - Bure grise (par dessus l'armure)
    - Lance

    Équipement Magique:
    - Amulette de Rhelird (Amulette de protection +1)


    Dons:
    - Connaissance (Nature)
    - Art de la magie
    - Dressage
    - Premier Secours
    - Natation
    - Survie


    Sorts:

    Sorts de niveau 0:
    - Lumière
    - Création d'eau
    - Purification de Nourriture et d'Eau

    Sorts de niveau 1:
    - Main Araignée
    - Soins Léger
    - Enchevêtrement

    Sorts de niveau 2:
    - Convocation d’alliés naturels II
    - Pattes d'Araignée



    Biographie:

    Alita Devonur, la mère de Hakith venait du petit village Aard, perdu au milieu de l'épine dorsale du monde. C'était un village montagnard qui subsistait grâce à la chasse, la récolte de panais et la vente de fourrure. Cependant, le village était près d'une sortie de l'Ombre-terre et subit un raid d'elfes noir. Les villageois, pris par surprise, n'offrirent qu'une maigre résistance. Les assaillants pillèrent Aard et capturèrent les survivants.

    Le voyage fut long et douloureux, passementé de râles, de cris et de gémissements. Pendant un mois, ils firent descendre les prisonniers dans l'Ombre-terre, les fouettant ou les torturant quand ils souhaitaient assouvir leurs pulsions de cruauté. Les enfants, les vieillards, les malades et les blessés ne survirèrent pas au voyage.
    Il arrivèrent alors à Dul, une ville drow, où ils furent emmené dans une grande habitation appartenant à la famille Delin'Hal, une des familles les plus influente de la ville. Sous les cris de déchirement, les drows séparèrent les femmes et les hommes, les parquant comme du bétail.

    Les hommes ne purent pas survivre longtemps, n'étant pas capable de voir dans la pénombre de la cité, ils n'étaient d'aucune utilité, ils pouvaient seulement servir de mannequin d'entraînement pour les plus brave et les plus combatifs, pour les autres ils pouvaient toujours offrir le spectacle d'une mort divertissante à l'arène ou servir de cibles mouvante d'entraînement.
    Les femmes, quand elles, se faisaient violer par des elfes noirs jusqu'à ce qu'elles tombent enceinte. Par ailleurs, ces viols étaient très souvent agrémenté de tortures. Les drows étant obligés de devoir s'abaisser à féconder ces créatures inférieures, relâchaient leurs frustrations en se vengeant sur elles.

    En effet, Delana, la grande matrone de la maison Delin'Hal, forçait les mâle à son service à féconder les femelles humaines. Celles-ci étant bien plus fertiles que les elfes, elles pouvaient donner à un grand nombre de bâtard et à en faire une armée, juste bonne à envoyer en première ligne. Elle avait même essayée de transformer des demis-drow en drider, dans l'espoir de faire une production de masse de drider. Malheureusement, les bâtards qui avaient subit l'expérience avaient tous péri d'une mort atroce, donnant aucun résultat positif. Le sang humain bloquait tout le processus.

    Toute les femmes du villages furent violer jusqu'à en tomber enceinte, Alita ne fit pas exception. Elle eut même la malchance d'avoir un partenaire particulièrement violent et cruel.

    Six mois plus tard, il y eu une grande guerre civile dans la cité de Dul, la matrone la plus influente de la cité fut assassinée et les grande maisons se retournèrent les une contres les autres pour décider succession de la matrone. Le combat fut terrible et d'innombrables ruisseaux de sang coulaient dans les rues. Pour ajouter à la confusion, chaque maison libérait les esclaves d'autre maison pour espérer leur faire détourner l'attention.
    Ce fut le chaos total, les drows s’entre-tuaient en essayant de tuer au passage les esclaves affolés qui essayaient de s'échapper.

    Alita, quant à elle, réussit à s'échapper de la ville avec un groupe d'une vingtaine d'esclave, elle était la seule de son village, il y avait majoritairement des nains, une poignée d'elfes et un gnome. Elle était la seule humaine.
    Ils décidèrent remonter à la surface ensemble. Mais c'était sans compter les périls du monde souterrains. Ne sachant pas vraiment où allé, la remontée dura quatre mois. Ils durent fuir des driders, flagelleurs mental, troglodytes et même des tyrannoeils.

    Alors qu'Alita atteignait les septs moi de grossesse, elle ralentissait le groupe, cependant aucun membre ne voulut la laisser derrière. Il y avait un sentiment de solidarité qui régnait sur cette vingtaine d'ex-esclaves. Elfes et nains passaient leur temps à se disputer, mais ils n'hésitaient pas s'entraider. Chacun prétextant que c'était pour montrer leur supériorité raciale sur l'autre.
    Elle avait aussi lié une sincère amitié avec le gnome, qui s'appelait Miram.
    Deux mois plus tard, l'humaine accoucha alors d'un bâtard drow, qu'elle nomma Hakith, c'était le nom de son grand père, le plus grand chasseur du village d'Aard.

    Ils étaient enfin sur le point de rejoindre la surface, que le groupe se fit attaqué par un raid Duergar et tous périrent ou furent capturé. Seuls Alita et Miram purent échapper à l'escarmouche, au prix d'une blessure grave à la jambe du petit homme, l'empêchant de marcher.
    Pleurant ses amis morts ou capturé, la jeune mère décida de continuer l’ascension, en portant son fils et son ami gnome.
    Quatre jours plus tard, ils sortirent enfin d'Ombre-Terre et purent apprécier la lumière du jour. Sauf que la blessure de Miram s'était infectée, et il mourut avant qu'Alita n'ait pu atteindre un village.

    Ne pouvant plus retourner à Aard, qui était maintenant une ville fantôme. La jeune mère parti alors à la recherche d'un endroit où elle pourra élever son enfant. Sauf qu'elle obtint aucun résultat. Personne ne voulait d'une mère avec un enfant drow. Tout le monde les rejetaient, les villageois leur jetaient des pierres et les gardes des cités les jetaient hors des villes...
    De nombreuses fois, elle a du fuir pour éviter que certains ne les tues, elle et son enfant.

    Au bout de trois ans, elle décida de vivre seule avec son enfant dans une immense forêt, au sud de l'épine dorsale du monde. Alita était débrouillarde et habituée aux forêts depuis son enfance, elle construisit une petite cabane au milieu d'une clairière, et elle réussi sustenter, elle et son fils, pendant une dizaine d'années. Elle donna affection, amour à son fils et elle l’éduqua comme elle le pu. Elle lui apprit à connaître la forêt et lui conta les contes et légendes que ses propres parents lui contaient. Mais ce que Hakith préférait, c'était le récit des aventures de sa mère lors de la fuite de l'Ombre-Terre. Lorsqu'elle racontait cette histoire, son fils buvait ses paroles avec avidité. Cela n'empêchait pas d'attendrir Alita, voyant à quel point son fils n'avait rien en commun du drow qui l'avait violée et torturée.

    Douze ans plus tard, elle mourut d'une maladie, laissant Hakith seul. Le jeune demi drow ne comprenais pas vraiment se qui se passait, mis à part que sa mère ne se réveillait plus.... Il dut alors se débrouiller seul pour survivre. Les premiers temps furent difficiles, surtout l'hiver où il faillit mourir de faim, mais peu à peu, en s'inspirant des animaux, il trouva de nouvelles sources de nourriture, de nouvelles façon de chasser, etc... Ce n'est pas croyable tout ce qu'on pouvait trouver de comestible dans une forêt, des petits animaux, des baies, des racines, des insectes etc...

    Mais sans civilisation, sans personne pour le guider, le jeune drow se comportait de plus en plus comme un animal, avec pour seul pensée, est-ce qu'il allait pouvoir manger aujourd'hui*?
    Un jour, en hiver, transi par le froid il entra dans une caverne et d’endormi. Le lendemain, au réveil, il était entouré de louves qui dormaient à ses côtés. Il avait été ''admis'' à une meute. Il devait principalement veiller sur les louveteaux pendant que les loups chassaient, les femelles arrivaient avec leur bébés dans la gueule et les déposaient devant Hakith pour ensuite partir avec l'équipe de chasse. Il était aussi utile, lorsqu'un jour il libéra le mâle alpha (le chef) d'un piège à loup, lorsqu’il ramenait des petits gibiers qu'il dénichait dans des petits terriers, ou lorsqu'il faisait d'autre petites choses qui ne peuvent être faîtes qu'avec des mains. De temps en temps, il pouvait aller avec l'équipe de chasse, où son rôle était d'attirer le gibier vers les chasseurs, tel un rabatteur. Le bâtard elfique passa de nombreuses années avec la meute, oubliant ce qu'était être ''humain''.

    Dix ans plus tard, alors qu'il chassait seul il rencontra un homme, le premier être humain mis à part sa mère. C'était un homme de deux mètres de haut, avec une musculature imposante, il avait de long cheveux noir et une grande barbe hirsute, il portait une bure et avait un bâton. C'était un druide.
    Étonné de voir un jeune drow se prenant pour un loup, il décida d'en savoir plus à son sujet. À l'aide de nourriture et ses dons de druide, le grand homme parvint à amadouer l'elfe sauvage. Et voyant que comme les animaux, le demi drow n'avait rien de mauvais, il décida de le prendre sous son aile.

    Hakith fit alors la connaissance de Rhelird, druide de Shiallia, sœur de l’Arbre fantôme (l’esprit collectif de la Haute-Forêt et l’un des totems d’Uthgar) et la fille de Tapann l’Immortel. Elle servait Mailikki, et donc Sylvanus, le père de la forêt.
    Le demi-drow apprit alors que le dessein de toute créature était de se reproduire et que c'était pour cela qu'il devait respecter la vie ainsi que de soutenir la naissance, où qu'elle apparaisse. Il ne devait pas pour autant craindre la mort, celle-ci faisant partie du cycle naturel.

    Grâce à sa mère et à son enfance dans la forêt, il avait déjà acquit une grande connaissance sur la faune et la flore, mais auprès de ce druides, il remarqua pleins de petites choses qui lui avaient échappées...
    Il s'émerveilla devant la complexité de la chaîne alimentaire, comment poussaient les plantes, les arbres fruitier se reproduisaient grâce aux animaux qui mangeaient ses fruits, ou alors comment la naissance d'un animal pouvait être un spectacle émouvant.
    On lui donna un tout autre point de vue de la forêt et de la vie.
    Rhelird lui enseigna aussi comment prier Shiallia et ainsi obtenir des sorts ainsi que sa bénédiction.

    Une dizaine d'année plus tard, Hakith passa un rituel, lui permettant de devenir druide. De ce rituel, il obtint une amulette de la part de Rhelird et eu aussi un compagnon animal qui se révéla être un loup gris, ce qui ne surpris guère son maître.
    Il nomma son loup Miram. Nom venant du gnome qui a accompagné sa mère lors de sa fuite d'Ombre-Terre.
    Le lendemain du rituel, le demi-drow et Rhelird eurent tout deux une vision. Une vision montrant que Hakith devait aller dans une contrée lointaine pour suivre les préceptes de Shiallia, protéger la nature et soutenir la vie.

    Le vieux druide avait des réserves quand à envoyer son disciple dans une terre peu connue alors qu'il n'avait même pas encore atteint l'âge adulte (pour un demi-elfe). Mais les ordres de Shiallia étaient irrévocables.
    En cachant soigneusement l'origine drow d'Hakith, les deux druides allèrent dans le port le plus proche. Après avoir écoutés les dix milles recommandation de Rhelird et après des adieux déchirant, le jeune demi-elfe se dirigea vers Dorrandin, au port de Manost.

  20. #50
    Date d'inscription
    March 2012
    Localisation
    Non loin de Luménis
    Messages
    51

    Elarion Fir'Hinen

    Histoire d’Elarion

    Du sang et des larmes

    Un agréable vent doux soufflait paisiblement dans les bois de la Haute Forêt. L’odeur de l’humus et de la forêt emplissaient l’air alentours, et le chant du ruisseau rivalisait de concert avec celui des oiseaux. Elarion arpentait les bois en quête de solitude et de paix, la méditation lui permettait de se concentrer et rendait sa magie plus efficace. Malgré l’apparente paix régnant sur les bois, Elarion sentait que la forêt était inquiète, une tension contenue dans les feuilles, une appréhension ressentie jusqu’au bout des racines ! Quelque chose de mauvais allait survenir. Le jeune elfe sauvage reprit la route de son village niché dans les ramures de la forêt profonde. Seulement, la forêt se tendit, Elarion ressenti une violente douleur au fond de lui. La forêt…le village…Elarion se mit à courir. Il traversa les bois et le pont de corde passant par-dessus la course de la Licorne en courant…

    Mais il était trop tard lorsqu’il déboucha, hors d’haleine dans la clairière marquant l’entrée du village. Les siens gisaient autour de lui. Du sang…tant de sang…le jeune mage tituba vers le corps le plus proche. La nausée le submergea, c’était sa sœur. Ilenia. Elarion hurla sa peine et sa douleur au ciel, hurla à s’en briser les cordes vocales, quand surgit d’entre les arbres un humain. Grand, large, il tenait une épée longue et une hache, toutes deux ensanglantées. Elarion, aveuglé par sa rage entama l’incantation pour lacer une boule de feu. Cette dernière partit en vrombissant vers son ennemi et explosa en gerbes de flammes mortelles. Il ne restait plus le l’homme que des os noircis et des cendres fumantes. Elarion regarda autour de lui. Des corps humains se mêlaient à ceux des elfes, ces cadavres étaient criblés de flèches et étaient nombreux. Le jeune elfe sauvage pris la fuite, meurtri de chagrin pour son peuple, massacré par les Hommes…

    L’arbre Universel


    Trois mois plus tard, à Lunargent, la merveilleuse cité de la magie. Cité de paix et d’harmonie, ou chacun peux trouver un refuge et un foyer. Le jeune mage avait intégré l’école de magie et se montrait doué et déterminé. L’apprentissage s’acheva bientôt, et l’elfe sauvage commença à étudier un moyen de voyager entre les plans Elarion arpentait la bibliothèque de la cité, les tables autour de lui débordaient de livres traitant de divers sujets, allant de la magie au fonctionnement des couloirs inter-planaires. Le jeune mage, poussé par une curiosité naturelle sans bornes s’acharnait depuis deux ans maintenant à l’apprentissage de la magie et à l’étude des plans et de l’arbre Universel. Désormais, le but était proche. La pierre était prête, tous les ingrédients rassemblés, le rituel pouvait débuter. L’incantation prit plusieurs heures, et apparut finalement le portail vers l’ailleurs, vers ces couloirs astraux, ces portes vers l’infini, vers d’autres mondes. Elarion prit une dague, son bâton et son sac de voyage, et traversa le portail.

    La traversée lui donna l’impression de traverser une cascade d’eau froide, sans en être mouillé. Tout son être ressentit ce froid…revigorant. Le jeune mage se retrouva debout au milieu dans un lieu lumineux et forestier. Le sol semblait fait de bois. Elarion, curieux, posa sa main au sol. Il ressenti de grandes palpitations de vie. C’était un arbre…c’était l’arbre Universel ! Empli d’une crainte respectueuse, le jeune elfe se releva et regarda autour de lui. Des branches de toutes tailles et de toutes formes, couvertes de feuilles de toutes sortes, depuis les feuilles de chêne aux feuilles de châtaigner en passant par celles de noisetier. Elarion en avait le souffle coupé. Aussi loin que sa vue portait, il lui était impossible de distinguer une fin à cet arbre monumental. Sur certaines branches aux dimensions plus que titanesques s’étendaient au loin des cités verdoyantes ou argentées, et de fins rayons de lumière d’un blanc pur entraient par certaines failles situées dans les frondaisons de l’arbre universel. Elarion avança en titubant et atteint quelques instants plus tard le bord de la branche. Cela lui permit d’évaluer la largeur de la branche : plusieurs dizaines de mêtres ! Et c’était une des plus petites ! Les branches verticales par rapport à celle ou se tenait Elarion formaient une forêt gigantesque et merveilleusement belle, l’écoulement de l’eau formait des grandes rivières qui passaient de branches en branches, et une épaisse couche de mousse recouvrait certaines parties de la branche. Elarion se pencha pour voir le fond. Il n’y en avait aucun. En bas s’enchevêtraient des centaines de milliers de branches feuillues. Le fond, s’y il en avait demeurait invisible. Elarion regarda autour de lui. Une autre surprise l’attendait : il y avait des animaux ! Des cervidés à la robe d’argent se promenaient au milieu des « arbres » Fasciné, l’elfe sauvage erra longtemps sous les ramures des branches, jusqu’à ce qu’une lumière vive surgisse au milieu de la « forêt » et n’attire son attention. Une excroissance d’écorce formant une colline s’élevait vers le ciel, en son somment, s’élevait une branche large et tortueuse, semblable à un auguste chêne. Son tronc se séparait en son milieu, avant de se rejoindre plus haut. Mais à la place du trou brillait une lumière aveuglante. Elarion reconnu là une porte astrale, conduisant à un autre plan. Curieusement attiré, l’elfe sauvage avança, pas à pas, et d’y engouffra…

    Découvertes et fascinations


    La lumière avait prit possession du corps d’Elarion, laissant ce dernier aveuglé et meurtri sur le sol dur de ce nouveau monde. Le jeune mage se releva avec peine, le monde chancelait autour de lui, mais il parvint à se ressaisir après quelques instants. La douleur s’amenuisait, et fut remplacée par une impression de puissance soudaine. L’elfe se tenait sur le sommet d’un plateau boisé, jalonné de cascades et de ruisseaux. Un soleil à l’éclat vivifiant illuminait la région. Loin en bas se dressait une cité lumineuse, dont l’agencement la rendait très similaire à une école de magie, mais aux proportions gigantesques. Elarion ressentit une énergie magique d’une puissance sans pareil émaner de la cité, et fut convaincu de son origine magique presque aussitôt. Avide de connaître l’origine et l’identité du lieu où il se trouvait, Elarion se mit en route, tout en contemplant les montagnes, le ciel et les plaines boisées, les animaux et les oiseaux étranges d’aspect, mais magnifiques.

    Quelques heures plus tard, Elarion pénétra dans la cité, sous le regard de ses habitants. La magie imprégnait les lieux et les citadins y vivant. Beaucoup semblaient aptes à la magie, et l’elfe s’arrêta pour demander où il se trouvait. L’habitant accosté était un elfe de lune répondant un nom de Faëras et semblait assez jovial. Il révéla à Elarion qu’il se trouvait à Mystra, la cité de la déesse de la magie, dans le plan du Cœur des merveilles. Elarion, fasciné écoutait et observait, avant de finalement demander où loger. L’elfe de lune lui répondit qu’il devrait rencontrer Mystra avant de s’installer, et que certaines règles étaient à appliquer sur ce plan, surtout concernant la magie.

    Elarion rencontra la déesse de la magie en début d’après midi, après que Faëras l’eut accompagné. Elarion parla longuement, fasciné et curieux à la fois. La déesse se montra patiente et intéressée la le jeune mage et déclara à la fin avoir été émue par l’histoire tragique du jeune elfe. Elarion obtint l’autorisation de rester, et Faëras se chargea d’enseigner les lois naturelles valables sur ce plan. Elarion n’eut aucun mal à assimiler les variations de ses pouvoirs magiques ou encore le fait que le temps n’avait pas de prise sur ce plan, aussi put-il errer à sa guise dans la ville et chercher où loger.

    Le jeune elfe s’assagit au fil du temps et accumula du savoir et de la maitrise, il étudia et voyagea aux quatre coins du Cœur des Merveilles. Trois siècles de notre temps s’écoulèrent, jusqu’à ce qu’un jour…

    Le vent du changement


    Elarion avançait à travers le réseau de grottes découvert il y a peu par ses soins. La mort suintait des murs, et le mal soufflait son haleine fétide au visage du monde. Prudent, l’elfe sauvage, maintenant âgé de 352 ans, s’arrêta au milieu d’une grande cavité, et incanta un sort afin de mieux voir dans les ténèbres opaques. Un écho lointain résonna dans la nuit éternelle. Un écho de pensée. Elarion tendit son esprit, et avança. Les couloirs se divisèrent, et l’elfe entra bientôt dans une région aux murs marqués de profondes entailles, formant d’étranges glyphes. Les pensées résonnèrent de plus en plus fortement, et Elarion fut bientôt submergé par ce flot houleux de pensées. Il banda son esprit, et inconsciemment ses muscles, il lutta contre ce flot, et distingua bientôt les paroles…

    Dans sa tête résonnèrent la voix des morts, la voix d’amis et la voix d’inconnus, mais tous étaient compréhensibles. La voix de la mère d’Elarion s’empreint dans l’esprit du mage, ses dernières paroles « pitié ! ». Elarion s’effondra contre la paroi, meurtri de chagrin et de haine, puis se fut la chute, le vide et…le choc de l’atterrissage. La paroi rocailleuse égratigna et arracha des lambeaux de chair sous les vêtements, la robe de mage se déchira au niveau de l’épaule gauche, La seconde chute, un peu plus bas fut moins douloureuse, tout comme les trois suivantes, qui défilèrent, pour s’achever sur le sol dur d’une caverne. Elarion gémit de douleur. Il ne voyait rien que des petits points blancs, dansant devant ses yeux. Quelques minutes lui furent nécessaires pour se remettre d’aplomb, et quelques autres minutes pour se relever. L’elfe se mit en marche en titubant. Mais quelque chose clochait.

    Dans l’ombre de la mort


    Dans les ténèbres se mouvaient des formes humanoïdes, la plupart courbées, comme par le poids des âges sur les Hommes. Mais Elarion remarqua d’autres formes, plus abstraites et presque invisibles, de vagues ombres menaçantes…Le mage se releva et entama une formule dans le but de créer l’illusion d’un levé de soleil. L’incantation prit fin et une lumière vive jaillit de derrière l’elfe, révélant la sombre nature de ses ennemis. Autour de lui s’élevaient cadavres ambulants, ombres et vampires. Certains hurlaient de douleur, d’autres avançaient résolument vers l’elfe. Une créature, plus grande que les autres et affreusement difforme, s’avança, sa volonté brisant celle du mage, sa puissance écrasant la conscience de l’elfe, sa haine submergeant tout son être.

    Impuissant, Elarion senti naitre en lui un sentiment de répulsion comme le seigneur des morts sondait son âme et ses souvenirs. Les ombres alentours lui happaient peu à peu son énergie, le privant de ses forces. Les ombres du monde des morts-vivants se refermèrent peu à peu sur l’elfe, qui sentit la jubilation du maitre des morts, et alors il comprit. Le mort-vivant cherchait à s’emparer de son esprit et de son être. Cette brusque révélation enflamma une haine vivace dans le cœur d’Elarion, qui par un dernier effort repoussa les assauts du seigneur des morts. Seulement, il se rendit compte que le combat était perdu. Il allait mourir. C’est alors que l’éclat de la gemme porte scintilla vers l’elfe. La dernière volonté du mage réussit à le libérer, il s’effondra sur la pierre, la main refermée dessus, et libéra un filet de magie. Puis ce fut la lumière…

    Errances et amitiés


    Brisé et affaiblit, Elarion mit deux ans à se remettre physiquement d'aplomb après la confrontation avec les non-morts. Ce délai passé, il erra durant près d’un siècle à la recherche de savoir et d’expérience, voyageant à travers les plans et les mondes. Il se lia à un faucon magique extrêmement intelligent et rencontra beaucoup de monde, se fit des amis et des ennemis. Une détermination nouvelle s’était emparée d’Elarion, et il apprit à Chasser les morts vivants à travers les plans et les mondes. Ses errances lui firent rencontrer Leïndel, qui devint son amante et compagne de voyage. Plus d’un siècle passa, Elarion s'endurcit mentalement et s’assagit encore, jusqu’à ce que le hasard...ou le destin ne le sépare de sa bien-aimée et le ramène en Féérune.

    De là, il traversa la mer des épées, pour visiter les lointaines contrées de Toril. Après deux ans à explorer les terres inconnues, il arriva non loin de la belle cité de Luménis...







    Identité
    Prénom: Elarion
    Nom: Fir'hinen
    Race: Elfe sauvage
    Age : 493 ans
    Classe: Chasseur de morts vivants, niveau 4
    Alignement: Neutre Bon
    Divinité: Mystra, veilleuse de la Toile, déesse de la magie et de la Connaissance
    Taille : 1m 68

    Description physique

    Elaron est un elfe sauvage cheveux couleur de cuivre et aux yeux d’or. Trois marques violettes marquent sa poitrine gauche, résultat du serment de liage entre Elarion et son compagnon El’hien. L’elfe à un tatouage au milieu du dos, représentant un soleil couchant sur une mer calme. Assez grand pour un elfe, il allie agilité et rapidité lors de ses combats, bien qu'il préfère abattre ses ennemis à distance et éviter le corps à corps, et il aime rester discret et ne pas éveiller l’attention.

    Description Psychique


    Elarion est très méfiant envers les humains, et hait les Hommes mauvais. Il sonde souvent les esprits humains afin de s’assurer de leur bienveillance. Il est de nature joviale, les amis comptent beaucoup pour lui, et son amour pour la nature, la beauté et la vie n’ont de pareille que son pessimisme prononcé. Vif d’esprit, prudent et sage, il prend des décisions en mesurant le pour et le contre, et ne va jamais à l’ encontre de ses principes. Pour lui, l’ordre absolu n’est pas bon, la nature s’auto détruit parfois, mais renait plus belle encore, du chaos peut naitre la beauté et la force, aussi bien que dans l’ordre et la bonté. Aussi préfère t-il faire le bien tout en restant plus ou moins neutre dans les conflits et les choix qui se présentent à lui.

    Caractéristiques :
    Points :

    For: 10
    Dex: 17 (15+2)
    Con: 12
    Sag: 18
    Int: 14 (16-2)
    Cha: 12

    Les nombreux voyages inter-planaires d’Elarion ont considérablement modifié son métabolisme, modifiant ses résistances et faiblesses.

    Résistance à la magie : +20%
    Resistance au froid : +10%
    Resistance au foudre : +10%

    Resistance aux blessures : -20% (se traduit par une augmentation de 20% des dégâts subits)
    Resistance à l’acide : -10%
    Resistance au feu : -10%

    Compétences martiales:


    - arme à une main : *
    - cimeterre : *
    - arc long : **

    Inventaire :
    - Une cotte de maille elfique
    - Un cimeterre +1 (+2 contre les morts vivants)
    - Un arc long
    - Un carquois de 25 flèches
    - Une dague +1
    - 30 PO
    - Une escarcelle contenant des simples pour soigner
    - Une corde
    - Un pendentif représentant un visage elfe féminin

    Un compagnon : El’hien, un faucon blanc lié à Elarion par l’âme et l’esprit. Ils communiquent par pensées. L’un ne peut survivre sans l’autre
    Dernière modification par Elarion Fir'hinen ; 06/05/2012 à 09h12.

  21. #51
    Date d'inscription
    March 2010
    Localisation
    Toulouse
    Messages
    15
    BIOOOOGRAPHIE !! (comme dirait le roi Burgonde)


    Les yeux de Pin s’embuèrent de larmes. Un tel spectacle lui était insupportable. Il avait toujours été une source d’inspiration pour elle, un modèle de perfection. Le voir ainsi, seul et abandonné de tous, baignant dans l’écarlate…Non, elle ne pouvait le concevoir.
    Les mains tremblantes, la gnome le caressa une dernière fois. Ses lèvres boudeuses se mirent à trembler d’émotion lorsqu’elles y déposèrent un ultime baiser.

    « Jamais, je ne t’oublierai. C’est toi et toi seul qui m’ a redonnée goût à la vie, sache-le. »

    Puis, sa tête bascula en arrière et s’écrasa dans le bavarois à la framboise dont elle avait tant rêvé. La chaire onctueuse de la pâtisserie gicla sur la vitrine du boulanger, tandis que les gémissements passionnés de Pin, semblables à ceux d’un petit phacochère ayant découvert un nid de glands, résonnaient dans la boulangerie.

    « Gruii, mrumph, mrumph ! »

    Avant même que le pâtissier Cafiotin se soit rendu compte de quoique ce soit, Pin Profiterole avait disparu. Le Pâticide avait encore frappé.

    Car c’était là le nom sous lequel elle était le plus connue. Nulle ne connaissait son visage, mais tous connaissaient ses hauts faits. Le Pâticide était des plus impopulaires : il prenait aux riches – et aux pâtissiers, non pas pour donner aux pauvres, mais à son Estomac. Le pouvoir de Pin réside essentiellement dans sa bouche : si elle est capable d’engloutir une forêt noire en 40 secondes, ses talents d’oratrice et d’actrice lui permettent d’embobiner aussi bien la plèbe que la noblesse.

    Pin Profiterole n’a ni dieu ni maître, si ce n’est son système digestif qui lui joue parfois des tours. Loin de manger cinq fruits et légumes par jour, il n’est pas évident d’échapper aux effets indésirables d’une alimentation à base de cake et de cookies. Les efforts qu’elle met dans le vol de pâtisseries lui permettent de gagner la ligne, l’empêchant de ressembler à un petit pudding sur pattes. Elle erre donc sans cesse à la recherche de nouvelles friandises à se mettre sous la dent. Si vous voulez obtenir quelque chose d’elle, mieux vaut donc d’abord s’adresser à son Estomac.



    Identité

    Nom : Profiterole
    Prénom :Pin
    Race : gnome
    Classe : roublarde
    Alignement : Chaotique neutre
    Divinités : Les pâtissiers et tout ce qui est susceptible de lui donner à manger.
    Age : ? ?
    Niveau : 4

    Caractéristiques



    Caractéristiques :
    Force : 13 (11+2)
    Constitution : 11 (13-2)
    Dextérité : 16
    Intelligence : 14
    Sagesse : 11
    Charisme : 15

    Capacités


    Acrobatie
    Bluff
    Déguisement
    Diplomatie
    évasion
    perception auditive

    Equipement et autres possessions


    • Une dague
    Le Guide du Petit Gourmet
    Les plaisirs de la chère (les pages de ce livre sont imbibées, encrassées de diverses crèmes et sauces)
    • De l’essuie-tout
    • Des cure-dents
    • Une fiole de menthe poivrée (pour la digestion)

  22. #52
    Date d'inscription
    August 2012
    Messages
    71
    Nom : Gorgomer le jeune
    Genre : masculin
    Race : gnome des roches
    Âge : 31 ans
    Classe : mage illusioniste (école d'opposition : nécromancie)
    Niveau : 1
    Alignement : neutre mauvais

    Sorts connus :
    - Projectile magique
    - Hantise
    - Rupture hasardeuse de Nahal
    - Surdité
    - Connaissances des alignements

    Don : Métis (les gens peuvent vous prendre pour un humain - alors jouez le jeu, jsuis pas un gnome )

    Est sous l'effet d'une malédiction puissante lancée par un mage rouge de Thay, Kalab Shar (un moine/sorcier au service de Shar). Cette malédiction le rend physiquement faible et lui donne un malus de -2 en FOR et -2 en CON.

    Fervent adorateur de Gond.

    Synopsis de son aventure :

    Possédant une magie particulière, Gorgomer se sent à part dès son enfance, qu'il passe sur l'île de Lantan. Repéré par des mages rouge de Thay en quête de nouvelles puissances magiques dans leur lutte incessante contre la Rashéménie, il est vendu par sa communauté pour une somme non négligeable et torturé par les mages qui veulent extraire son don.

    Après plusieurs essais infructueux de la part du tout-venant de l'armée des mages de Thay, Kalab Shar, un mage rouge renommé, s'y essaye à son tour. Son sort est parfait mais l'oeil ingénieux de Gond veille sur son protégé. Le Dieu des gnomes, Gond, envoie alors dans le cachot une étincelle de magie pure. Gorgomer, voyant l'opportunité de s'échapper de la garde des mages de la citadelle, se saisit de cette étincelle et tente de façonner ce qu'il peut. Par chance, l'effet produit est un sort de zone de déblocage. Les cellules s'ouvrent les unes après les autres, libérant tous les prisonniers.

    Profitant de la confusion, Gorgomer s'enfuit à toutes jambes.

    Son chemin croise celui d'un chasseur de primes au service de la glorieuse Rashéménie tantôt prisonnier de l'infâme donjon. Ce dernier l'aide à s'enfuir en crochetant la dernière serrure qui les sépare de la liberté. Profitant de l'occasion pour apprendre quelque chose d'utile, Gorgomer observe le voleur et acquiert une certaine compétence pour crocheter les serrures (les serrures très simples soit dit en passant).

    Furieux de son inaptitude à contenir les détenus, Kalab Shar décide se venger de l'auteur du désastre, il appelle la Déesse Shar, mère de la nuit, pour l'aider dans son entreprise. Cette dernière, étant vicieuse, lui propose un marché piégeux : si Kalab veut maudire Gorgomer, il doit écoper de la même malédiction que lui. N'écoutant que sa hargne, Kalab accepte, et soudain, ses pas deviennent pénibles, il est envahi d'une nausée puissante et ses muscles faiblissent. Il est uniquement conforté par le fait que son némésis le gnome subit les mêmes malheurs que lui.

    Fuyant la chasse orchestrée par les mages pour rattraper les prisonniers, Gorgomer et le chasseur de primes, après d'épuisantes courses à travers bois et champs, se retrouvent quelques jours plus tard à Manost et décident de se séparer.

    Profondément marqué par ces quelques jours de captivité et de tortures, Gorgomer devient méchant et méfiant. N'ayant pas de véritable but, il se fixe l'objectif de conjurer la malédiction.

    Ainsi commence son errance...


    Caractéristiques :

    FOR 11 (-2 race - 2 malédiction) > 07
    DEX 15
    CON 10 (+2 race - 2 malédiction) > 10
    INT 19
    SAG 12
    CHA 13

    Total des points 80

    Inventaire :
    - Dague (très utile pour lui pour manger, par contre pour se battre avec...)
    - Livre de blagues (il a beau être pas très sympa, sa race reprend le dessus)
    - Loupe (si jamais il trouve une pierre précieuse et qu'il n'a pas de quoi l'examiner, il devient encore plus méchant et il mord)

  23. #53
    Date d'inscription
    October 2003
    Localisation
    Pas loin...
    Messages
    3 440

    Elzen Eilydersen

    Pour la plupart des gens, Elzen Eilydersen semble être, au premier coup d'œil, un jeune humain à peu près ordinaire. Svelte, légèrement plus petit que la moyenne, il semble, peut-être par une sorte de coquetterie, avoir teint en roux flamboyant quelques mèches éparses dans sa chevelure brune ; ce qui ne jure pas, il faut le dire, avec sa coupe courte et coiffée à la hérissonne. On ne le dirait plus tout-à-fait adolescent, mais pas encore vraiment adulte.
    Le regarder laisse parfois une impression assez déstabilisante, peut-être à cause de la pâleur légèrement anormale de sa peau, ou bien d'une lueur particulière dans son regard de jade ; mais cette impression se dissipe aisément au son de sa voix calme, posée, harmonieuse et qui inspire confiance. Peut-être cette voix laisse-t-elle, par instants, deviner quelque indéfinissable accent étranger, mais cela ne la rend que plus chantante.

    Pour le regard aguerri et pénétrant d'un aventurier ayant parcouru de longues distances et bravé maints dangers, ou de quelque personne très attentive à ce sur quoi ses yeux se posent, cependant, quelques détails apparaissent qui échappent à la plupart des gens.
    Ainsi, le noir de geai de ses cheveux est-il en fait, si l'on y regarde au plus près, d'un bleu extrêmement sombre ; et cette couleur, de même que le flamboyant qui la parsème, est uniforme jusqu'à la racine des cheveux, signe qu'il ne s'agit là d'aucune sorte de teinture, mais bien de leur couleur naturelle.
    La teinte de sa peau, elle aussi, est peu commune : légèrement plus pâle que l'ordinaire, comme on l'a vu, elle est aussi, aux yeux les plus perçants, légèrement violacée. Quant à l'opale de ses yeux, les regards les plus vigilents qui croiseront le sien pourront le voir tendre vers une couleur ambrée.
    Ceux qui observent avec une attention plus grande encore, ou peut-être ceux, s'il y en avait, qui partagent son existence depuis de nombreux jours, peuvent peut-être même entre-apercevoir, habilement dissimulés dans sa chevelure sombre et dense, deux petites cornes dressées.
    Car, plutôt qu'humain, Elzen Eilydersen est tieffelin, et l'impression déstabilisante qui l'entoure est l'aura démoniaque que lui ont légué ses ancêtres abyssaux.

    Une seule chose de cette ascendance saute aux yeux, pour peu que l'on prenne le temps de parler avec lui, et c'est qu'il n'est point si jeune qu'il le semble de prime abord : quoiqu'il ait encore, dans la voix et dans les gestes, la fougue de la jeunesse, sa longévité sans doute accrue par le sang non-humain dans ses veines, il a incontestablement vécu et apprit plus que ne l'aurait fait un humain de cet âge.
    Il connaît ainsi un certain nombre de recettes magiques, communes ou beaucoup plus rares, et sait fabriquer de nombreuses sortes d'outils et d'instruments. Il a également mémorisé divers récits mythiques ou légendaires, qu'il peut réciter, chanter ou scander dans plusieurs langues.
    Ses compétences sont clairement celles d'un barde ; il indique cependant ne jamais avoir eu d'affinités particulières pour ce métier ou pour un autre. Il a, dit-il plutôt, apprit au gré de ses voyages et en fonction de ses besoins, un certain nombre de connaissances séparées qui, réunies, font de lui ce qu'il est.
    Quoiqu'il passe habituellement pour un humain, ses traits fins, son absence de barbe et sa capacité à déguiser sa voix lui permettent tout-à-fait, avec le costume adéquat et si le besoin s'en fait sentir, de se faire passer pour un elfe, voire pour une jeune femme de l'une de ces deux espèces.
    En cas de conflit, son aura démoniaque associée à ses compétences de bluff lui permettent, de prime abord, de passer pour un redoutable maître d'arme ; il ne fera cependant aucun doute à ses adversaires, si le combat se poursuit, qu'il est loin d'être aussi doué. Il peut relativement bien manier l'épée ou la hache, et possède la dextérité et l'instinct suffisants pour improviser le maniement d'une autre arme s'il n'a qu'elle à portée de main, mais force est de constater qu'il n'excelle dans aucune de ces disciplines martiales.

    Nom : Elzen Eilydersen

    Classe : Barde.

    Niveau : 4.

    Alignement : Chaotique Neutre.

    Race : Tieffelin.

    Note : comme indiqué ci-dessus, à moins d'avoir une valeur de sagesse supérieure à la moyenne, votre personnage n'aura pas conscience qu'Elzen est un tieffelin, en tout cas sans autres indices que son apparence.

    Caractéristiques :

    Force 11
    Dextérité 14
    Constitution 11
    Intelligence 17
    Sagesse 14
    Charisme 16

    Spécial : en raison de son aura démoniaque, +1 au charisme envers les personnages chaotiques, -1 envers les personnages loyaux, et jusqu'à -2 envers les loyaux-bons.

    Résistances : en raison de son ascendance, Elzen encaisse plutôt bien les dégâts de feu et de froid. Il est en revanche très sensible à la magie d'origine divine.

    Chants de barde : le chant de barde d'Elzen peut soit booster les alliés, soit oppresser les ennemis, selon la chanson choisie. L'effet cesse aussitôt qu'il cesse de chanter.

    Compétences principales : bluff, diplomatie, premiers secours (incluant la préparation de remèdes).

    Sortilèges :

    Elzen dispose d'assez peu de sortilèges offensifs, sa magie est surtout axée sur l'esquive et la diversion, lui permettant d'éviter les combats, ou, s'il doit réellement combattre, de détourner l'attention et de déconcentrer l'adversaire. Il peut, en dernier recours, lancer un sortilège d'entropie (provoque un effet indéterminé, laissé à la décision du Maître du jeu).

    Équipement :

    À première vue, Elzen voyage léger. Il ne transporte que des habits et son baluchon, sans arme. Cependant, une dague acérée est toujours dissimulée sous ses habits, prête à jaillir en cas de besoin ; et son baluchon, plus chargé qu'il n'y paraît au premier coup d'œil, renferme une quantité appréciable de petit matériel de toute sorte, incluant notamment le nécessaire pour écrire ou fabriquer quelques petits objets magiques de faible puissance (potions, baguettes), quelques instruments de musique, des réserves alimentaires d'urgence, un jeu de cartes et une petite lanterne.
    Il porte souvent des habits simples, aux couleurs plutôt fantaisistes qui aident à détourner l'attention de ses traits particuliers. En pantalon la plupart du temps, il transporte néanmoins dans son baluchon au moins une robe de magicien, qui lui sert de temps à autres. Lorsqu'il s'en revêt, son manteau sombre le couvre entièrement et lui permet d'échapper plus aisément aux regards dans l'obscurité. Il ne s'agit en revanche que de simples habits, non-enchantés, et qui, quoiqu'assez solides, ne lui offrent aucune résistance particulière.
    Lorsque les conditions l'exigent, il arbore parfois ostensiblement à la ceinture ou dans le dos une hache, un ensemble de poignards de jet, ou parfois même une épée ; ou bien s'appuie sur un bâton de marche qui peut également servir d'arme. Il s'en débarrasse cependant aussitôt qu'il le peut, préférant avoir les mains libres et sembler de prime abord inoffensif.

    Biographie succinte :

    Eilydra…

    Ma mère se nomme Eilydra. Elle est… comment vous dire ? Un peu l'équivalent de ce que vous nommez « prêtresse ». À ceci prêt que ce ne sont pas des dieux qui lui confient sa force.

    Lorsque je suis né, notre communauté vivait aux confins des abysses, tentant de subsister malgré les conditions rudes, et de trouver, échappant à la Guerre Sanglante, un répit que nous aurions pu qualifier de paix.

    Les souvenirs de mes premières années sont ceux de cette époque. La guerre ne m'effraie pas : j'y ai débuté ma vie. Avec le temps, cependant, les jeux de puissances se nouent et se dénouent ; et les dominances changent. L'entité qui, depuis des siècles, gouvernait la strate où nous avions notre refuge, finit par être vaincue. Si elle tolérait notre existence insignifiante, celle qui prit sa place avait d'autres buts. Nous devions nous enrôler, ou fuir. Nombre d'entre nous ont choisi la seconde solution. Ma mère était de ceux-là, m'entraînant avec elle.

    Où aller ? Un nom revenait sans cesse à nos esprits, qui nous avait été soufflé par quelque imprudent voyageur de passage : Sigil. Nous ignorions tout de ce dont il s'agissait ; hormis que les êtres comme nous pouvaient y survivre, sinon y vivre. Mais comment trouver cet endroit, avec le peu que nous savions ?
    Guidés par nos éclaireurs et nos « prêtres », nous partîmes pour ce long voyage à travers les plans ; qui finalement ne nous mena nulle part. Nous visitâmes de nombreuses contrées, croisâmes de nombreuses créatures ; dont notamment de véritables prêtres et leurs magies horribles.
    Sigil elle-même fut finalement atteinte, puis délaissée, car il advint que la réalité brisa nos illusions. Non pas qu'il ne nous y était pas possible de vivre, mais la foule y était bien supérieure à tout ce que nous connaissions. Nous n'étions pas hostiles aux autres, mais nous avions été si longtemps repliés sur nous-mêmes qu'il nous fallait à présent apprendre à vivre avec d'autres.

    Nous décidâmes de nous séparer. Nous restions liés les uns aux autres, et notre communauté, immanquablement, finirait par se reformer un jour, mais avant cela, chacun d'entre nous devait, seul, affronter les plans et les mondes. Quand l'heure sera venue, nous nous retrouverons tous à Sigil, et fort de ces expériences nouvelles, nous trouverons le lieu où fonder notre nouveau foyer ; mais cette heure est encore lointaine.
    J'avais grandi. J'avais atteint l'âge où nous cessions d'être des enfants. Je quittais ma mère et les miens pour partir, seul, dans la direction que je m'étais à moi-même imposé.

    J'errais longuement, seul, apprenant autant qu'il m'était possible d'apprendre sur les mondes que je traversais, sans jamais en trouver un qui me donne envie de m'attarder. Jusqu'à ce que j'en trouve un, finalement. Toril.
    J'y arrivais par hasard, par le gré d'un portail que je n'aurais pas su ouvrir moi-même, et qui derrière moi se referma ; mais dès lors que je le vis, ce monde me convint. Il y avait ici tout ce qu'il nous fallait ; et nous pourrions, l'heure venue, nous y installer, en étant à la fois assez proches et assez à l'écart de ses véritables habitants.
    Il me fallait maintenant confirmer cette première impression ; et cela signifiait m'attarder, mettre fin à mon errance, et apprendre à connaître ce monde mieux que je ne connaissais tous les autres.

    Je suis Elzen Eilydersen. Et ce monde – le vôtre – sera mon terrain d'étude pour les prochaines années.
    Dernière modification par Elzen ; 05/09/2014 à 00h45. Motif: Niveau 4
    Elzen (mon blog, le Livre d'Argent). Statut : Plus ou moins dispo.
    RP : …promenons-nous dans les bois, pendant que les trolls y sont… (#3CB371ma fiche).
    Auteur de la Gigue des Ombres ; initiateur de feu le Projet nBg.
    Supercalifragilisticexpialidocious, Kupo !!

  24. #54
    Date d'inscription
    January 2013
    Localisation
    Dans mon antre, en train de dormir sur mon or.
    Messages
    466

    Lekhtarin, Sorcier Draconique

    Journal de Lekhtarin Sinalque


    Jour 1 : Aujourd'hui, la Communauté des Adorateurs de l'Aube Draconique se réunit pour la première fois. J'en suis le Maître-Erudit.

    Après un débat pour trier les connaissances et artefacts draconiques connus et moins connus, nous avons mis la main sur quelques livres parlant de différents artefacts draconiques puissants situés dans la Forêt de Théthyr, dans la Passe du Petit Croc, et à la Promenade de Waukyne.
    J'ai envoyé Sire Leenaah'Tzylarius récupérer l'écaille de dragon sylvestre localisée dans la forêt de Théthyr, ce qui a rendu mécontent quelques autres conseillers. La Vénérable Melindra fait des tentatives de séduction pour s'accoupler avec moi...Vais-je y céder...Je ne sais pas.

    Jour 2 : Le Départ et le Choix

    Leenaah'Tzylarius est parti ce matin accompagné d'une dizaine de mes serfs les plus robustes pour l'aider et lui servir de provisions. J'ai du choisir qui j'enverrai à la Passe du Petit Croc, j'avais le choix entre Melindra et le Comte Losquar, j'ai envoyé le Comte Losquar. Melindra n'a pas cessé de m'en rebattre les oreilles mais j'ai fini par lui exposer mon dernier choix : Elle et moi partirons pour Athkatla après-demain avec une vingtaine de mes serfs.

    Jour 3 : Fertilité

    Je suis passé visiter mes serfs accompagné de Melindra, j'en ai profité pour lancer un sortilège de Fertilité sur leurs femmes, histoires qu'elles produisent de quoi manger en plus grand nombre. Je me suis passionnément accouplé à Melindra, advienne que pourra.

    Jour 4 : Départ pour Athkatla

    Aujourd'hui nous sommes partis pour Athkatla avec une cinquantaine de mes serfs, il est prévu que la Communauté se réunisse à nouveau lorsque les trois Missions seront revenues.

    Jour 15 : Arrivée à Athkatla

    Nous sommes arrivés à Athkatla, la magie y est interdite publiquement...Tsst...Nous commençons nos investigations.

    [Ces pages là sont manquantes, elles semblent avoir été déchirées.]

    Jour 19 : Enquête

    Selon les habitants d'Athkatla, un gnome aurait emmené un étrange artefact trouvé dans des décombres (après une bataille entre deux camps de magiciens) à la taverne des Cinq Cruches. J'y suis allé, j'ai récupéré l'artefact en tuant le gnome dans sa chambre, je me suis de nouveau accouplé avec Melindra dans cette même chambre.
    L'Artefact Draconique d'Athkatla était une griffe de dragon noir, comme mon ancêtre, elle me permettra peut-être d'accéder au stade supérieur de l'évolution.

    [Les Pages sont mouillées et rognées, elles sont parfaitement illisibles.]

    Jour 120 : Leenah'Tzylarius et Melindra m'ont trahi, ils ont mené mes serfs à la révolte, je dois fuir, et vite, j'ai juste le temps d'achever le rituel d'évolution et de fuir avec l'or de ma cachette...Adieu mon joli trésor. Je ne connais qu'une destination que j'avais gardée pour moi, celle où je trouverais la Vertèbre de mon ancêtre : Les Lointaines Contrées de Toril et une ville. Je me lance dans l'aventure.

    [Le Reste des Pages a été corrodé]

    Caractéristiques :

    Force : 10
    Dextérité : 12
    Constitution : 14
    Sagesse : 10
    Intelligence : 17
    Charisme : 20

    Fiche :

    Nom : Sinalque
    Prénom : Lekhtarin
    Race : Drow (Ancêtre lointain de la famille des Dragons Noirs)
    Taille : 1m90 (Dû à sa progressive transformation)
    Âge : 167 ans (En paraît 30)
    Peau : Noire
    Cheveux : Noirs
    Yeux : Entièrement noirs (Comme un aveugle mais à la place d'être blanc, c'est noir)
    Alignement : Neutre Mauvais
    Culte : Vénère les Dragons Noirs et d'Ombre
    Classe : Sorcier/Disciple Draconique
    Niveau : 2/1

    Equipement :

    Robe Noire à Capuche de Résistance à l'Acide (20%) (Note : La Capuche cache complètement le visage de Lekhtarin)
    Anneau Noir de Résistance à l'Acide (20%)
    Fronde avec cent vingt billes
    Sac à dos de taille moyenne
    Gants noirs (Note : Les gants cachent complètement la peau que ne cache pas la robe de Lekhtarin)
    Bottes Noires (Note : Même effet que les gants mais au niveau des jambes)
    Bol à Eau
    Nécessaire de Cuisine
    Livres sur les Dragons
    Griffe de Dragon Noir (Outil de Classe)
    750 PO
    Provisions diverses

    Note : La Peau ou le visage de Lekhtarin ne sont en aucun cas visible, de sorte qu'on ne peut pas savoir que c'est un drow s'il ne s'est pas découvert.
    Dernière modification par Lekhtarin ; 27/01/2013 à 21h24.
    Moi, Nir Athkel, ne me soumet pas, je ne fais que vivre en suivant le Flux de la Beauté et de la Nature.

  25. #55
    Date d'inscription
    January 2012
    Localisation
    Paris
    Messages
    1 838
    Sylveneige est une elfe de lune née en Evereska, au cœur de l’hiver. De bonne famille : sa mère, Eielle, est une cordonnière et couturière de talent ; son père, Oriis, amoureux de musique, joue de la harpe et du pipeau. Barde et aventurier dans l’âme, il a voyagé avec de nombreux groupes. Un peu vantard peut-être, quand il prétend avoir accompagné le légendaire Elminster… Personne ne lui en veut de sa roublardise, il raconte et chante avec trop de talent !

    Sylveneige, encore jeune pour une elfe, n’est pas bien sûre de ce qu’elle aimerait faire… Voyager, certes, mais comment et quand ? Ne ferait-elle pas mieux, plutôt que suivre une troupe d’aventuriers plus ou moins retors, plus ou moins mercenaires, de s’installer dans la belle cité de Luménis, dont le nom seul la fait rêver ?
    La forêt est merveilleuse, pleine de secrets, de petits bonheurs qu’on découvre de temps à autre ; comme ce curieux petit oiseau métamorphe qui l’a sauvée lorsqu’elle était tombée dans un ravin. Ce petit oiseau de couleurs vives et pimpantes, encore tout jeune et pas tout à fait sevré, l’a littéralement guidée hors du ravin, lui indiquant d’un petit cri jovial une sente escarpée au long de laquelle elle s’est traînée, sa cheville gauche foulée.

    L’oiseau est devenu son ami. Elle l’a nourri, hébergé… Puis une nuit d’hiver sombre et agitée, la métamorphose a eu lieu : un harfang des neiges, imposant et splendide, était perché sur son épaule. Le petit oiseau semblable à une fleur flamboyante s’était mué en une merveille couleur de neige.
    Sylveneige, en attendant de se décider, s’essaie aux talents de ses parents ; qui sait, peut-être ont-ils légué leurs dons à leur fille ?

    Malheureusement, si les talents musicaux de Sylveneige sont incontestables, ils ne se révèlent pas extraordinaires. La cordonnerie et la couture, talents artisanaux basés sur des techniques manuelles, nécessitent beaucoup de patience, et Sylveneige est plutôt mal lotie de ce côté-là !

    Elle se découvre d’autres talents : une relation privilégiée avec le monde animal, une passion pour les plantes médicinales et surtout d’excellentes aptitudes pour le tir à l’arc et l’escrime.

    Combien de fois est-elle partie en forêt, crapahutant dans les ravines sombres, se dissimulant pour observer un renard, une corneille, parfois aussi une troupe de brigands ! jamais elle ne s’est trahie, jamais elle n’a été vue par les pisteurs et rôdeurs, aussi fins fussent-ils.

    Ses parents, inquiets de ses lubies et de ses balades fantasques, lui parlent des villes opulentes et joyeuses, de gens civilisés… Autres aventures, qui sait si elles ne sont pas aussi prometteuses, sinon plus, de la forêt qu’elle adore mais qu’elle connaît désormais trop bien ?

    C’est décidé ! sa première grande aventure la conduira à Luménis ! ses parents, à la fois tristes à l’idée de la voir partir et heureux de la voir prendre son envol dans la vie, lui offrent le nécessaire pour l’aventure : arc et flèches fabriqués par le meilleur artisan du village, besantine de cuir ornée de clous d’argent finement ciselés faite par sa mère et pipeau de noisetier au son joyeux fait par son père.

    Sylveneige aurait aimé une belle épée, mais aucun artisan n’est capable d’en forger d’assez élégante pour son goût (un peu trop ?) exigeant. Les forges de Luménis fourniront probablement une belle arme, quand elle aura suffisamment de pièces d’or pour se l’offrir.


    FORCE : 14
    CONSTITUTION : 14
    DEXTERITE : 18
    INTELLIGENCE : 12
    CHARISME : 14
    SAGESSE : 11

    Rôdeuse elfe de lune
    Alignement BON / CHAOTIQUE

    Dons :
    « discret », « pas de plume », « forestier », « vigilance »

    Sylveneige a acquis un peu d'expérience au cours de ses balades en forêt : elle part à l'aventure avec le niveau 2.

    [Bios] Les bios RP des aventuriers-imagesharfang2.jpg

    Les lunes ont passé, et Sylveneige a atteint son but : la découverte de Lumenis, où elle a vécu ses premières aventures :
    Quête 1 : Chercheurs de Sens I
    Quête 2 : la Disparition de Streen
    Quête 3 : Chercheurs de Sens II
    Quête 4 : les Cimeterres Maléfiques

    Sylveneige a désormais acheté l'épée +1 dont elle rêvait, à la Forge Flamboyante
    Elle a atteint le niveau 3 en tant que rôdeuse / niveau 1 en tant que barde
    Désireuse d'avoir un métier pour gagner sa vie, elle s'est lancée comme barde ! actuellement barde de niveau 1

    Sorts de barde :
    - Déguisement mineur
    - Lumières dansantes
    - Oiseau chanteur
    - Ouverture/fermeture

    Sorts de rôdeur :

    - Camouflage
    - Communication avec les animaux
    - Création de sentier
    - Endurance aux énergies destructives

    Ses nouveaux amis :
    - Dorian
    - Zaïu
    partis à la guerre, elle ne reverra malheureusement pas de sitôt...
    - Streen
    avec qui elle a fait l'essentiel de ses quêtes

    Connaissances :
    - les autorités luméniennes, qu'elle a parfois bien agacées
    - Poikarea, de l'auberge de l'Ombre de l'Arbre
    - Marvin
    - Soraes
    - la patronne de la taverne le Fond de la Barrique
    - Sombria, chevalière noire

    NIVEAU ACTUEL : rôdeuse 4 - barde 1 (à confirmer avec Voya)
    Dernière modification par Féérune ; 06/01/2015 à 22h24.
    Féérune JE SUIS CHARLIE
    "oma maa mansikka, muu maa mustikka"
    Ma bio RP : http://www.baldursgateworld.fr/lacou...tml#post304094

  26. #56
    Date d'inscription
    March 2013
    Messages
    426
    Prénom : Surya (signifie soleil dans sa langue d'origine)
    Race : Humaine
    Age : 27 ans
    Taille : 1m47
    Poids : 48 kg
    Alignement : chaotique neutre (quelques élans chaotique bon)
    Classe : barde (agent ménestrel)
    Niveau : 4 (barde 2, agent ménestrel 2)
    Apparence : Elle porte plupart du temps d'amples vêtements aux couleurs vives, et cache souvent sous une large capuche sa peau noire, tatouée de symboles rituels de sa tribu d'origine, et ses cheveux à l'étrange texture crépue, qui ont tendance à éveiller la curiosité de ceux qui la croisent.
    Religion : Là d'où elle vient, on vénère Ubtao, omniprésent dans chaque pierre et chaque arbre de la nature environnante. Après les nombreuses années passées dans notre monde, elle se découvre une certaine affinité avec Tymora, déesse de la chance et du hasard.

    Caractéristiques :
    For 10
    Dext 17
    Const 12
    Int 16
    Sag 11
    Char 17

    Principales Compétences (à mettre à jour suite à changement de niveau de fin de quête... j'y réfléchis !) : concentration (5), déguisement (5), déplacement silencieux (6), diplomatie (8), discrétion (5), équilibre (6), escalade (4), estimation (4), évasion (5), perception auditive (3), psychologie (2), renseignements (6), représentation (6 et 4), survie (1), acrobatie (4), arts de la magie (3), connaissances (folklore local, histoire et géographie : 6 ; nature : 5, mystères*: 4 ; autres domaines : 3) ; décryptage (4), escamotage (4), langues (2) ; profession : chanteuse et musicienne ; artisanat (fabrication d’instruments)

    sorts :
    sorts connus niveau 0 (3 utilisables par jour) : berceuse ; convocation d’instruments ; manipulation d’objets à distance (max 2,5kg) ; lecture de la magie ; ouverture/fermeture ; détection de la magie
    Sorts connus niveau 1 (3 utilisables par jour) : Hypnose, charme-personne, compréhension des langages
    Sorts connus niveau 2 (1 utilisable par jour) : invisibilité ; soins modérés

    Description :
    Si petite qu'on pourrait la prendre pour une jeune adolescente, le visage souvent en partie dissimulé dans l'ombre d'une capuche, on ne voit d'abord d'elle que ses yeux noirs, généralement brillants de curiosité. Sa peau noire, lorsqu'elle la dévoile, surprend dans les régions peu fréquentées par les voyageurs, suscitant parfois la méfiance chez ceux qui associent instinctivement cette couleur aux drows des profondeurs.
    Lorsqu'elle monte sur scène, c'est sa voix qui surprend, séduit, envoûte. Une voix puissante au timbre chaud, grave, un peu rauque, qui sait aussi bien conter que chanter. Parfois, lors de certains spectacles, lorsqu'elle « sent » bien son public, elle laisse apparaître ses cheveux à l'étrange texture crépue et sa peau noire tatouée de symboles rituels, et charme son auditoire en chantant de longues mélopées aux accents venus d'ailleurs, au rythme syncopé soutenu par d'étranges percussions dont elle joue à la perfection.
    Lorsqu'elle était petite, sa joie de vivre permanente était notoire. Son histoire difficile a certes ramené un peu de gravité dans son caractère, mais ses capacités de résilience étaient suffisantes pour lui permettre, encore et toujours, de vouloir voir la vie éternellement du bon coté. Entre le verre à moitié vide et le verre à moitié plein, c'est toujours le second qu'elle voit, et elle se montre parfois agacée face à ceux qui ne partagent pas son optimisme. Voyageuse infatigable, elle a parcouru maintes routes et sentiers de Féérune mais ne se lasse jamais de découvrir de nouvelles contrées et d'aller à la rencontre de ceux qui les peuplent.
    Curieuse, avec une volonté sans faille de tout apprendre et de tout comprendre, elle manque pourtant souvent de recul et de réflexion sur les conséquences de ses choix. Elle agit dans le feu de l'action, suivant son instinct du moment. Sociable et d'un caractère plutôt enjoué, elle reste souvent superficielle, ne se dévoilant pas facilement, n’accordant guère sa confiance. On pourrait la taxer d'égoïste, tant la vie lui a appris à compter surtout sur elle-même.
    Elle n'aime rien tant que conter, chanter, et danser la magie comme on le dit dans son pays natal (car là-bas la magie barde a une composante non seulement musicale, mais aussi gestuelle, dont elle n'a jamais pu se défaire)... mais aussi -et surtout- écouter et apprendre.

    Possessions :
    un luth offert par son mentor Rynn, un krar (sorte de petite lyre de son pays d'origine), des calebasses comme récipients à tout faire, qu'elle transforme en percussions lorsque l'inspiration lui vient, des bâtonnets striés, instruments de musiques traditionnels de sa tribu, une peau de chèvre tendue sur du bois. Deux épées courtes, quelques dagues de jet qu'elle manie avec adresse. Des peintures corporelle en souvenir de qui elle était. Bien sûr quelques effets personnels. Et également un minuscule singe facétieux, répondant (quand ça lui chante) au nom de Tempo. Il connaît quelques petits tour mais n'est pas toujours très coopératifs.


    Biographie détaillée :


    « Que ceux qui ont des oreilles pour écouter entendent... Que tous écoutent l'histoire du Prince Yonas Selassié, fils de Sembad, qui osa défier Ubtao... »
    Surya écoutait le conteur, fascinée, envoûtée. Elle savait qu'elle était sensée dormir, mais jamais elle n'avait su résister à l'appel de la voix du griot. Peu importait que les contes de la soirée soit réservés aux adultes et qu'elle n'ait que six ans. Elle aimait le son des percussions qui agrémentait le récit, celui du djembé mais aussi de la flûte ou du krar, une lyre qu'il avait lui-même fabriquée et dont il agrémentait parfois la soirée. Elle aimait ces chants qui s'élevaient dans la nuit. Un jour elle serait griote, elle aussi. Elle l'avait annoncé à sa mère, à son père, à la chamane du village. Personne ne s'était moqué. Tous avaient approuvé son voeu. Et demain, le griot lui donnerait sa première leçon. Demain, on allait pour la première fois la parer des peintures rituelles signifiant à tous sa condition d'apprentie... Elle allait devenir celle qui conte, qui chante, qui danse la vie et la magie du monde. Elle était sans nulle doute l'enfant la plus heureuse de la jungle lorsqu'elle s'endormit enfin.

    *****

    « Ta curiosité te jouera des tours... ». Cette phrase, combien de fois l'avait-elle entendue*? Au moins trois fois par jour durant presque neuf années, cela faisait, heu, 3 fois 365, fois 9...
    Elle était si concentrée sur ses calculs qu'elle sursauta lorsque le griot lui adressa la parole.

    - A quoi rêves-tu encore ?
    - Au monde... A ce qu'il y a au-delà de la jungle... S'il te plaît, raconte-moi.
    - Tu poses encore et toujours les mêmes questions, comme si tu n'en était jamais rassasiée... N'es-tu pas heureuse, ici ? On me dit toujours que tu irradies la joie, que tu es un véritable rayon de soleil. C'est ce qui t'a valu ton nom...
    - Oui bien sûr, mais je voudrais tant connaître ce qu'il y a ailleurs...
    - Pourquoi ?
    - Pour savoir, c'est tout... Tu dis qu'il existe d'autres terres, d'autres peuples, peut-être ne vivent-ils pas comme nous, peut-être qu'ils ne nous ressemblent pas ?... J'aimerais tant les rencontrer...
    - Plus tard, tu pourras voyager, si tel est ton désir. Partir à la rencontre du vaste monde. Mais auparavant il te faudra connaître leur langue, et aussi leurs coutumes...
    - S'il te plaît, enseigne-moi...
    Tout ce que lui contait le griot la passionnait. Ses récits étaient si fantastique qu'elle doutait parfois de leur véracité : des êtres vivant plusieurs centaines d'années et pratiquant des magies bien plus puissantes que celle de la chamane, de véritables cités volantes, des dieux multiples alors qu'eux ne vénéraient qu'Ubtao sous toutes ses formes. Des légendes qui se transmettaient de griot à griot. Étaient-elles véridiques ? Elle buvait son enseignement sans jamais en être rassasiée.

    *****

    Elle n'avait d'yeux que pour les humains à l'étrange peau décolorée assis près de la chamane. Elle avait entendu les autres enfant chuchoter qu'ils devaient être atteints d'une maladie grave pour avoir une peau aussi étrange. Blanche. Alors que chacun sait qu'Ubtao a créé l'homme avec une peau sombre pour mieux se dissimuler sous le couvert des arbres. Elle avait ri. Elle savait par son mentor que d'autres peuples avaient la peau claire. Mais tout de même c'était la première fois qu'elle en rencontrait.
    - Ils disent que votre fille a un véritable don pour le chant et la musique, traduisait le griot. Ils l'ont entendue hier lorsque je la faisait répéter. Ils disent qu'ils pourraient l'emmener avec eux pour faire connaître à tous, au-delà de la jungle, notre existence et nos talents. Et même lui apprendre d'autres sortes de musiques.
    - Mais elle n'a que 10 ans, objectait sa mère. Elle sentait la tension qui l'habitait à l'idée de laisser partir son enfant chérie si loin d'elle. Ils pourraient choisir quelqu'un d'autre, un adulte !
    - Ils promettent de prendre soin d'elle, de veiller sur elle. Le griot traduisait, sans laisser transparaître son avis. Il savait, pourtant, combien elle désirait partir...
    - Elle est beaucoup trop jeune, trancha la chamane.
    - Mais je veux y aller ! finit-elle par intervenir malgré le regard courroucé des adultes de l'assemblée. Je veux voyager, explorer le monde! Je veux partir!
    Ni la tristesse de sa mère, ni les injonctions de son père, ni les mises en garde de la chamane et celles -elle ne comprenait pas pourquoi- du griot, ne parvinrent à l'ébranler. Elle partirait avec ces étrangers. C'était là qu'était son destin, elle le sentait. Elle le voulait.

    *****

    Assise sur les talons, Surya laissait son regard glisser le long des planches mal ajustées. Elle en connaissait le moindre petit défaut. Elle donna un coup de pied rageur dans l'espèce d'arbuste en pot parachevant le décor de sa cage. Car c'était bien une cage, quoiqu'ils en disent, elle le savait. Bien sûr, le premier soir, elle n'avait pas voulu le voir. Après des semaines de marche à travers la jungle, et une traversée tout aussi interminable de la mer, ils avaient accosté dans une région dont elle ignorait le nom - le Calimshan. Ils avaient marché, encore, dans les rues d'une grande ville – elle n'avait jamais rien vu de tel et ses yeux écarquillés ne parvenaient pas à en enregistrer tous les détails-, jusqu'à une vaste étendue couverte de tentes colorées, grouillant d'humains mais aussi d'autres races, dans des costumes étranges, en train de répéter divers spectacle de jonglerie, acrobatie, musique. Il y avait des scènes de bois surélevées pour qu'on les voie mieux. Et de grands parcs clôturés de grilles derrière lesquels se trouvaient des animaux tous plus étranges les uns que les autres. On lui avait montré sa place : une scène surélevée, entourée, au fond et sur les côtés, par des parois de bois peintes aux couleurs de la jungle, et avec un arbre grotesque au milieu. Et surtout, fermée à l'avant par des barreaux de bois. Pour ne pas qu'elle se sauve ? Pour la protéger de tous ces gens qui la regardaient avec tant de curiosité ? On lui avait donné ses instruments, et elle avait commencé à jouer, à chanter. Le public affluait. Elle n'avait pas voulu comprendre tout de suite qu'ils venaient avant tout pour voir l'étrange fille à la peau noire et aux cheveux crépus, au corps nu couvert de tatouages et peintures, l'enfant sauvage ramenée des jungles de Chult, et ses bien étranges instruments de musique. Le ton de leur voix était celui de la curiosité, pas celui de l'admiration d'un public pour une chanteuse.

    Elle ne comprenait pas leur langue, malgré les quelques rudiments enseignés par son mentor. Ils ne connaissaient pas la sienne. Elle voulait qu'ils comprennent qu'elle n'était pas une bête, qu'ils n'avaient pas à l'enfermer, qu'elle était une conteuse, une musicienne. Elle devait apprendre leur langage, le comprendre, le parler. Alors, elle pourrait leur dire tout ça. Ils comprendraient... ils comprendraient sûrement.
    Alors, depuis des semaines qu'elle était ici, elle ouvrait ses yeux, ses oreilles, analysait le moindre son sortant de la bouche des personnes qui lui apportaient sa ration quotidienne de nourriture. Il fallait qu'elle comprenne ce langage. Elle avait cessé de chanter, délaissé le krar et les calebasses. Elle avait cessé de se peindre le corps. Mais pour attirer le public on lui avait remis des couches de maquillage, de peinture, sans se soucier qu'il s'agisse de symboles attirant le mauvais œil au lieu de la toile protectrice qu'elle avait appris à tracer dès son plus jeune âge. On lui avait clairement fait comprendre qu'elle devait coopérer, continuer à se donner en spectacle, sous peine de représailles. Elle avait fait mine d'obéir mais ne chantait plus, se contentant de jouer parfois de ses calebasses. On lui avait ôté ses lourds bracelets d'or, reçus à chacun de ses anniversaires et sensés la préserver de la maladie. Elle s'en fichait. Elle se réfugiait sous sa couverture. Il faisait froid. La jungle lui manquait. Sa famille. Elle ne les reverrait jamais. Et elle pouvait blâmer personne d'autre qu'elle-même, son entêtement, sa curiosité maladive. « Ta curiosité te jouera des tours »... Y avait-il quelque part un dieu pour les enfants perdus ? Oui, elle devait le croire.


    *****

    - Ce sont des instruments de musique de chez toi ?
    Dans l'obscurité de la nuit tombée, elle coula un regard noir vers l'homme. Elle avait reconnu sa voix : c'était le barde engagé depuis quelques jours, un homme d'âge mur, qui chantait en duo avec une femme à la voix magnifique. Elle en avait ressenti une telle pincée de jalousie qu'elle s'était bouché les oreilles. C'était elle, qui aurait dû chanter sous les applaudissements. C'était ce qu'on lui avait promis...
    - Tu me montres comment on fait ? Celui-ci, je vois bien, ça ressemble à une lyre, mais ça... -Il désignait le sistre- et ça -deux drôle de bâtons crénelés-, je ne connais pas du tout...
    Elle serra les dents sans répondre.
    - Tu ne comprends pas ce que je dis ?.... Alors, je les prends, je les étudierai tout seul.
    - Non, c'est à moi !
    Elle croisa le regard de l'homme. Il avait souri en l'entendant parler. Il ne paraissait pas méchant, ni agressif, mais comment savoir ?
    - Tu parles, donc... Alors dis-moi... j'aimerais apprendre à en jouer. Veux-tu me montrer ? insista-t-il.
    Elle hésita.

    - Si toi tu ouvres la porte, finit-elle par dire. Elle avait bien fait d'apprendre leur langue. Peut-être ce soir pourrait-elle enfin s'échapper ?
    Il hésita à son tour.

    - Si je fais ça, on me renverra... je viens juste d'être embauché...
    Il revint le lendemain.
    - Pourquoi veux-tu que j'ouvre cette porte ?
    - Toi tu aimes chanter dans cage ?
    - Non bien sûr... Tu sais, j'ai été voir le directeur, j'ai essayé de lui dire qu'il fallait te laisser sortir, il ne veut rien entendre... Il a peur que tu t'échappes, ou peut-être que tu sois récupérée par une troupe concurrente, je ne sais pas... Et puis, si je t'ouvre, que feras-tu une fois dehors ? Tu n'as nulle part où aller...
    Il avait raison. Elle le savait. Même si elle ne voulait pas l'admettre. Elle sentit les larmes couler le long de sa joue et préféra lui tourner le dos.

    Il revint encore. Avec sa femme. Elle avait une silhouette toute légère, aérienne. De drôles d'oreilles. Une elfe.

    - Quel âge as-tu ?
    - Dix ans. Bientôt onze.
    - Et tu sais vraiment jouer de tous ces instruments ?
    - Oui. J'apprends pour être Griot. C'est lui qui chante les histoires, chez moi.
    - Ici on dit Barde.
    - Je sais.
    - Tu nous montres ?
    - Tu ouvres la porte ? Peu importait pour aller où, finalement.
    Ils se regardèrent.

    - Si tu as du talent comme barde, on pourrait te prendre avec nous, monter notre propre spectacle... Ils en avaient apparemment longuement discuté. On ne peut pas te laisser errer dans la ville toute seule, mais pas non plus te laisser ici, ce n'est pas humain... Montre-nous ce que tu sais faire.

    Elle regarda les instruments, au bord des larmes. Elle ne ressentait plus l'élan qui l'avait toujours poussé vers eux.
    - Alors ?
    - Je ne sais pas chanter dans une cage... Mes mots sont enfermés.
    La femme s'accroupit.
    - Libère-les. Prend un instrument, laisse la musique envahir ton âme, ton esprit. Laisse-la porter, sublimer ce que tu ressens. Laisse-la se mettre au diapason avec ta souffrance. Alors ta voix sortira...
    Elle n'avait pas reconnu tous les mots. Mais elle avait compris.
    Elle avait commencé par les percussions, doucement puis plus fortement, laissant le rythme obsédant vider son esprit. Et soudain sa voix s'était envolée, rauque, en un chant rythmé et syncopé qu'elle-même ne connaissait pas, qui ressemblait à une prière, une lamentation, exprimant sa souffrance, ses espoirs déçus, et pourtant, tout au fond, l'Espoir, celui qui ne s'éteint jamais et qui fait croire en un avenir meilleur. Quand elle avait eu fini, beaucoup l'écoutaient. Elle lisait la curiosité dans leurs yeux. Mais n'osait pas y lire l'admiration.
    Deux nuits plus tard, le barde tint parole. Il vint à bout de la serrure en quelques instants. Et ce fut cachée sous une couverture dans un chariot bâché qu'elle quitta la ville en pleine nuit, en compagnie du couple. Ils s'appelaient Siwiel et Rynn.


    *****

    Il lui fallut du temps pour leur faire confiance. Des mois, des années peut-être. Elle avait trop à leur faire payer. L'elfe avait une patience et une foi inébranlable, elle laissait glisser les moments de tension, alors que l'homme laissait paraître sa souffrance et sa déception. Il lui ressemblait trop. Elle savait où appuyer pour lui faire mal, elle savait leur rendre la vie impossible. Il lui fallut du temps pour admettre qu'ils ne souhaitaient pas l'exhiber comme une bête et respecteraient ses désirs. Jamais ils ne l'obligèrent à monter sur scène avec eux, préférant attendre que l'envie lui revienne. Et l'envie fut longue à revenir... mais un jour elle se surprit à laisser ses doigts tapoter sur une calebasse renversée. Puis elle prit le krar. Et finit même par fredonner en sourdine... Le sourire lui revint, petit à petit. Le rire. La joie.
    Siwiel lui donna quelques conseils pour mieux placer sa voix ; malgré leurs timbres très différents, elles eurent plaisir à chanter en duo. Ce fut elle également qui lui enseigna ses premières notions de magie. Rynn lui apprit à jouer du luth, et se montra lui-même un élève particulièrement attentif lorsqu'elle lui expliqua les rudiments de sa musique tribale. Au fil des années, elle prit de l'assurance, et finit même par ressentir une certaine fierté à jouer sur scène. Oh, toujours le doute subsistait : dans le public, combien venaient seulement pour voir l'étrange petite femme à la peau noire et au corps tatoué venue de la jungle, avec ses étranges instruments de musique ? Mais d'autres semblaient apprécier sincèrement son talent. Et ses nouveaux mentor le lui répétaient, du talent, elle en avait. A commencer par une voix exceptionnelle. Et, lorsqu'elle osait laisser son corps entrer en transe et se lier à la musique, comme elle l'avait toujours vu faire dans sa tribu, elle lisait dans les regards une admiration non feinte.

    *****

    Elle avait 23 ans lorsque Rynn, qui commençait à ressentir le poids des ans, fut emporté par une pneumonie, après un hiver particulièrement rigoureux. Treize ans d'une vie d'errance, allant de ville en ville proposer leurs talents, une saison ici, une autre là. Sa soif d'apprendre étant revenue, intacte, elle avait appris le nom des continents, des fleuves, des villes, mais aussi les contes, les chants, les légendes. Rynn avait également insisté pour lui enseigner les rudiments de combat à l'épée. Souple et leste, elle aimait « danser » avec deux épées, et savait profiter de sa petite taille pour esquiver les attaques, mais manquait de puissance dans les siennes. En revanche, elle devint vite imbattable au lancer de couteau ! Parfois, dans certaines grandes villes, Rynn s'absentait, rejoignant ses pairs, lors de réunions interminables. Comme elle le pressait de question, il avait fini par laisser échapper quelques informations sur sa caste de Ménestrel. Et elle n'avait eu de cesse de le devenir à son tour, désireuse de représenter et de faire entendre la voix des peuples oubliés de la jungle. Rynn avait plaidé sa cause, et elle-même avait plaidé celle de son peuple, répondant à un interrogatoire poussé, avant de subir les rites d'initiation et de prêter serment.
    Elle appréciait cette vie. Parfois elle songeait à sa famille, à la jungle du Chult où elle était née. Elle avait fait un choix, 14 ans plus tôt. Un choix qui avait bien failli s'avérer funeste. Mais qui finalement l'avait amenée presque là où elle l'avait rêvé... Elle ne le regrettait plus. La chance l'avait guidée... Ou Tymora ? Toujours, elle irait de l'avant. Ne jamais se retourner...
    Siwien pleura longuement le décès de son époux. Longuement à l'échelle humaine. Mais pour un elfe, une année ou deux n'est rien. Après de longues discussions, Surya convint que le moment était venu d'apprendre à voler de ses propres ailes. La séparation fut progressive, Siwiel lui laissant le temps de prendre confiance en ses capacités. Elle avait encore trop souvent cette impression que seule la curiosité, et non son talent, attirait les spectateurs. Elles firent encore quelques spectacles ensemble, Surya dans le rôle de la musicienne accompagnant les chants de l'elfe. Mais de plus en plus, Siwiel la laissait volontairement seule sur scène.

    *****

    Il y a maintenant quelques années que Surya parcourt seule les terres de Féérune. Elle a joué dans de nombreuses villes et hameaux, rencontré d'autres bardes et voyageurs ambulants, vu des choses étranges, traversé des moments de joie ou de tristesse, animant des cérémonies d'adieu, de prière, et même un départ au combat. Parfois, elle retrouve avec une immense joie Siwiel, lorsque le hasard les amène dans des régions voisines. Sa soif d'apprendre et de voyager reste insatiable.
    Son apparence est toujours un sujet de curiosité. Elle a appris à la dissimuler sous d'amples vêtements à capuche, jouant le plus souvent du luth, moins exotique, et ne dévoilant ses tatouages et peintures corporelles que lors de rares spectacles, lorsqu'elle se sent suffisamment en confiance pour sortir ses percussions et redonner vie, un instant, à la griote qu'elle a toujours voulu être. Et il lui arrive même parfois de danser la vie et la magie du monde, comme une transe issue d'un autre temps, d'un autre lieu, toujours présent dans sa mémoire...

    Elle est retournée dans la jungle, en quête de nouvelles de sa famille, de sa tribu. Elle ne les y a pas trouvés : la jungle est vaste et pleine de dangers, et rares sont les aventuriers d'autres peuples qui osent affronter les reptiles, sauriens et autres dinosaures qui y vivent. Elle a interrogé d'autres griots. On lui a parlé des trop nombreux chercheurs d'or qui hantent la région, des dommages qu'ils causent à la nature, des épidémies qu'ils propagent. Peut-être sa tribu a-t-elle été victime de l'une de ces épidémies. Ou peut-être s'est-elle enfoncée plus loin dans la jungle, à la recherche de terres plus tranquilles, moins convoitées. Il y a plusieurs années, en tout cas, que personne n'a eu de leurs nouvelles. Mais la jungle est si vaste... Cela dit, elle n'est pas revenue complètement bredouille de ce voyage aux sources : un minuscule singe répondant au nom de Tempo, arraché à des trafiquants qui comptaient sans doute le vendre à un cirque, ne la quitte plus d'une semelle.
    Elle est donc retourné sur le continent, faisant aux ménestrels un rapport détaillé, insistant pour qu'ils aident à mettre un terme à la cupidité de ces chercheurs d'or qui détruisent sa jungle et tuent son peuple. Elle a été entendue, elle sait que d'autres missions seront envoyées là-bas. Quant à elle, on lui demande désormais de se rendre sur un autre continent dont elle n'a guère entendu parler : Dorrandin. Hélonna. Des rumeurs de guerre en proviennent, inspirées peut-être par Cyric. On lui demande d'aller se rendre compte par elle-même. Elle sera donc les yeux et oreilles des ménestrels dans cette partie du monde.
    Dernière modification par Surya ; 01/09/2014 à 20h17.

  27. #57
    Date d'inscription
    December 2007
    Localisation
    Dordogne
    Messages
    1 101

    Armand

    Ce qu'on en a dit

    Armand était un orphelin humain tel qu'on peut en croiser beaucoup dans les plans, c’était une personne qui devait faire face à un environnement qui bien souvent le dépassait mais qui savait s'adapter. Pendant très longtemps sa capacité à mentir, frauder,voler, flatter autrui et sentir le vent qui tournait lui avait valu un certain succès en tant que « coursier ». Il savait se faire discret tout en restant dans le coin lorsque l'on avait besoin de lui et si vous vous baladiez un tant soit peu dans le quartier du marché vous aviez de bonne chances de tomber sur sa petite trombine. Puis un beau jour,libraires, poissonniers, marchand d'armes et de tenues diverses et variées cessèrent de le croiser. On le crut parti, mort, emmené quelque part, ou utiliser à autre chose peut importais après tout à sigil il y avait peu de choses ou d'êtres qui était irremplaçable.Une année passa, puis deux, puis trois et les gens commencèrent à l'oublier. Seul quelques originaux ayant la mémoire tenace étant encore susceptible de se souvenir de lui...
    Dix années s’écoulèrent,peut être un peu plus, peut être un peu moins, au final le temps est par nature friable et la vie sur les plans a tellement tendance à s 'altérer qu'il est parfois difficile d'être persuadé de quelque chose. D'ailleurs la plupart du temps le mieux est de ne pas savoir,parfois il est préférable ne pas trop poser de question de peur d'avoir une réponse.
    Bref ces dix années passés, il y a certains vieillards pour avoir remarqué que lors de quelques incursions des « fils de la miséricorde », ces fondues extrémistes déterminé à propager le bien quoi qu'il en coûte, on pouvait remarquer un jeune homme au visage tatoué qui arborait une tache de naissance à l’œil. Et cette tache faisait visiblement beaucoup parler tout ceux à même de s'en rappeler...
    Ah oui un petit détail que j'ai oublié de vous préciser concernant Armand , il était facilement reconnaissable à cause d'une tache de naissance qu'il avait sur l’œil : une cicatrice en forme de chat. Enfin du-moins qui évoquait un chat, sous un certain angle on pouvait devinez la forme allongé d'un chat roulé en boule avec sa queue reposant sur son coté.


    Ce qu'il en dit lui même

    Armand n'a pas changé de nom même s'il accepte difficilement qu'on lui parle de ce petit garçon qui rodait dans le quartier du marché.Désormais il se destine à devenir un soldat d’élite aux talent précieux et après tout n'est-il pas un Aasimar ? Un noble descendant des célestes qui a pour vocation d'apporter la lumière là où l'obscurité règne ? Que quiconque le conteste et ils'attirera ses foudres, les ennemis du bien sont toujours là à se glisser derrière vous afin de vous faire douter ! Non lui il savait, il savait qui il était et il ne se laisserai jamais berné par ceux qui cherchait à le corrompre. La loi était force, la loi était bien et dans la mesure où l'on ne s'en écarte pas, notre route était la bonne. Et il agira surement un peu violemment vis à vis de toute personne qui tentera de lui rappeler sa modeste condition de simple humain.


    Ce qu'on en dit aujourd’hui

    Armand est considéré unanimement comme quelqu'un ayant vécu des choses traumatisantes, ce qui notamment à Sigil n'a vraiment rien d’exceptionnel. Mégalomane, idéaliste et profondément dérangé,il est à juste titre un élément prometteur au sein de sa faction pour peu que ses supérieurs sachent le canaliser, ce qu'ils n'ont d'ailleurs pas tardé à faire.
    Après quelques missions d'une importance mineur, les dirigeants se sont aperçu qu'il était parfois peut être un peu trop fougueux et un peu trop décidé pour les servir correctement. Leur mission nécessitait nuances et diplomatie, non de la colère et de la rancœur. La douce folie de leur serviteur était parfois dérangeante... Néanmoins leur organisation était faiblissante et ils étaient naturellement curieux de la nécessité de l'emploi de méthodes différentes. L’expérimenter au sein même des plans aurait été stupide bien sur mais pour un tête brûlé comme Armand une excursion dans les plans primaires n'engageait à rien.
    Mais qu'est-il arrivé au juste à ce petit garçon me direz vous ?Le moindre des mendiants qui erre le long des rues de Sigil vous répondra simplement que les voyages entre les plans laissent rarement intact. Voyage qui a fini par le mener non loin de Melandis dans les terres du chaos rien à priori de nature à l’impressionner néanmoins les planaires ont la fâcheuse tendance à sous estimer les primaires ce qui a coûté la vie a plus d'un.


    Descriptif fils de la miséricorde

    Les Fils de la Miséricorde constituent un groupe de chevaliers blancs bien-pensants ayant leur base en Bytopie et voyageant dans les Plans avec pour seul objectif de démontrer les qualités du Bien. Même s'ils reconnaissent que les lois sont nécessaires à la protection et au bien-être de la communauté, les Martyrs affirment que, comme la loi est corruptible, elle ne doit pas être une entrave à l'achèvement d'un plus grand Bien. Ils affirment aussi que le Mal est contre productif à la paix dans le Multivers, et sont persuadés que la meilleure façon de promouvoir le Bien est de mener une vie exemplaire et d'aider les individus à s'améliorer. Cette approche est noble, mais la philosophie de la modération n'est pas toujours efficace, et leur réputation est aujourd'hui celle de perdants idéalistes.


    Fiche de personnage

    Nom: Armand
    Race: Humain Planaire
    Classe : Guerrier niveau 2/Mage niveau 1
    Alignement : Loyal bon

    Age: 25 ans
    Cheveux: noir
    Yeux: marron
    Taille: 1 m 78
    Poids: 74 kilos

    Force:14
    Dextérité:16
    Constitution:12
    Intelligence:16
    Sagesse:10
    Charisme:9

    Équipement : Armure de cuir, cimeterre à deux mains, sac à dos, cle du portail(une baguette en os qui lui a permis d'ouvrir le portail versmelandis), tenue de voyage, affaires de voyages, livre pamphlétaire sur « les fils de la miséricordes.)

    Sorts de mages

    Attractionmineure
     Cliquer ici pour révéler le texte


    Bredouillements plaintifs
     Cliquer ici pour révéler le texte


    Murmure des runes
     Cliquer ici pour révéler le texte


    Lecture de lamagie
    Fatigue
    Dernière modification par Armand ; 03/05/2013 à 17h22.

  28. #58
    Date d'inscription
    April 2013
    Messages
    449

    Eldurvellir, mage transmutateur humain de niveau 1

    Eldurvellir !

    Ce nom résonna brusquement dans son esprit. Un nouveau mage était né, issu d’un sorcier surpuissant dont le seul défaut était – ou plutôt avait été – le grand âge.

    Mais qui voudrait vivre vieux et chenu quand on pouvait redevenir jeune et fringant ? Même si le sort coûtait fort cher, même si cela signifiait repartir de zéro…

    Ces pensées tournaient dans la tête du jeune Eldurvellir. Jeune, il l’était redevenu, certes, mais peu fringant pour le moment… La transformation l’avait laissé épuisé. Il gisait là, caché dans un recoin de la bibliothèque magique de Ss’thar’tiss’ssun, après avoir fait son invocation. Il s’était servi de ces antiques manuscrits, dont il était l’un des très rares à en comprendre encore les runes.

    Il frémit doucement, cherchant à apprivoiser ce corps neuf. Un bruit léger le fit cesser sur le champ : il vit, de ses yeux neufs et perçants, une minuscule créature s’agiter au-dessus de l’étagère où se trouvaient les plus précieux et rares manuscrits. Elle ne perdait rien pour attendre, personne ne volait impunément de telles merveilles… C’était une mouche aux fines ailes bleutées, prisonnière d’une toile d’araignée. Erreur, donc, rien qui soit capable de dérober les précieux rouleaux de parchemin.

    Le bruit, cependant, ne venait pas de la mouche, mais d’un intrus au pas assuré et noble. Eldurvellir parvint à voir sans être vu. Il vit l’intrus prendre la mouche avec délicatesse du bout de sa baguette, la poser à terre… La métamorphose s’opéra soudain, la mouche devenant une jeune elfe.

    Eldurvellir frémit encore, d’excitation cette fois. Un mage puissant, capable d’un sort métamorphe d’une telle qualité… Mieux valait ne pas moisir ici.
    Il se coula discrètement vers l’escalier, protégé par un sort de brume semblait-il, et le redescendit d’un pas léger. Une troupe attendait en bas, mais l’escalier dissimulé par la brume magique ne trahit pas le jeune mage.

    Eldurvellir sortit rapidement de la ville du Peuple-Serpent, cette race disparue qui avait laissé ces extraordinaires ruines. Il courut droit devant lui, cherchant à mettre un espace important entre sa personne et la troupe menée par le puissant mage.

    La forêt n’était pas très dangereuse, il avait pu laisser son cheval sans crainte dans un endroit sécurisé par ses soins. Il le retrouva sans encombre et se dirigea vers la Porte de Baldur, avec l’intention de prendre un navire. Avoir déjà vécu longtemps lui procurait malgré tout un avantage : celui de connaître le terrain. Donc de savoir éviter les dangers.

    Où irait-il ? Il était tenté par les villes des îles, une en particulier, où son tempérament sombre ferait merveille.


    FORCE : 12
    CONSTITUTION : 13
    DEXTERITE : 12
    INTELLIGENCE : 18
    CHARISME : 12
    SAGESSE : 16

    Humain
    Alignement LOYAL / MAUVAIS

    Compétences de classe
    - Art de la magie
    - Artisanat
    - Décryptage

    + Ecriture de parchemin + Appel de familier

    Ecole de magie : Transmutation
    Sorts connus (ou assimilés au cours de son voyage)
    Niveau 0
    • Manipulation à distance - Télékinésie limitée (2,5 kg max.).
    • Message - Conversation à distance.
    • Ouverture/fermeture - Ouvre ou ferme portes, fenêtres ou objets.
    • Réparation - Répare sommairement un objet.
    Niveau 1
    • Agrandissement – Double la taille d’un humanoïde.
    • Arme magique - Confère un bonus de +1 à une arme.
    • Corde animée - Une corde bouge sur ordre du PJ.
    • Feuille morte - Ralentit la chute.
    • Effacement – Efface un texte, même magique.
    • Rapetissement – Réduit la taille d’un humanoïde de moitié.
    • Repli expéditif - Augmente la vitesse de déplacement de 9 m.
    • Saut – Confère un bonus aux tests de saut.


    Langues parlées : Elfique commun, halruaan, langues humaines de Féérune
    Déesse tutélaire : TIAMAT alignement Loyal Mauvais

    Physique :
    Eldurvellir a le teint olivâtre et les cheveux blond cendré. Ses yeux sont d’une couleur flamboyante ; il se sert beaucoup de son regard perçant pour intimider ses interlocuteurs. Il n’est pas très grand, 1 m 70, mince et cependant musclé.
    Il porte de préférence des vêtements gris, relevés de lisérés brodés. A son cou un simple collier d’or, à ses poignets des manchettes de cuir, d’un brun sombre assorti à ses chaussures.

    Equipement :
    Au cours de sa transmutation de vieux mage de niveau très élevé à jeune mage de niveau 1 (la baisse de niveau étant le prix à payer pour un rajeunissement magique), Eldurvellir a conservé des vêtements de bonne facture, mais qui ne sont désormais plus à sa taille... Heureusement, une ceinture de cuir préserve sa dignité.
    Eldurvellir possède un cheval, dont il devra se défaire à la Porte de Baldur, ne serait-ce que pour s'offrir des vêtements neufs et payer sa traversée jusqu'à Mélandis.
    Il porte quelques fioles sur lui : deux potions de soins encore intactes, de petites bouteilles vides qu'il collectionne pour fabriquer ses potions et onguents. Il possède aussi une dague et un bâton de marche noueux et poli à souhait, qui représente une arme redoutable. Ce bâton a perdu de sa magie au cours de la transmutation d'Eldurvellir en jeune homme, mais conserve un +1.

    Eldurvellir va se trouver un familier au cours de sa quête solo.

    Sorts connus - en gras sorts utilisés :

    Niveau 0
    Manipulation à distance - Télékinésie limitée (2,5 kg max.).
    • Message - Conversation à distance.
    Ouverture/fermeture - Ouvre ou ferme portes, fenêtres ou objets.
    Réparation - Répare sommairement un objet.
    Niveau 1
    • Agrandissement – Double la taille d’un humanoïde.
    Arme magique - Confère un bonus de +1 à une arme.
    • Corde animée - Une corde bouge sur ordre du PJ.
    • Feuille morte - Ralentit la chute.
    Effacement – Efface un texte, même magique.
    • Rapetissement – Réduit la taille d’un humanoïde de moitié.
    • Repli expéditif - Augmente la vitesse de déplacement de 9 m.
    • Saut – Confère un bonus aux tests de saut.

    Eldurvellir s'exprime en #990033
    Dernière modification par Eldurvellir ; 09/06/2013 à 16h24.

  29. #59
    Date d'inscription
    May 2013
    Messages
    88
    Avatar

    Prénom : Tempérance
    Âge : 27 ans
    Race : Humain
    Alignement : Neutre Bon

    Classe : Clerc nv. 3
    Dieu : Ilmater

    Caractéristiques :

    Force : 11
    Dextérité : 15
    Constitution : 10
    Intelligence : 12
    Sagesse : 17
    Charisme : 16

    Physique :

    Lorsque ses grands yeux d'un bleu profond se posent sur vous, un sourire illumine son visage d'une très grande douceur, encadré par une masse de cheveux blonds relevés en un chignon désordonné. Les cernes sous ses yeux attestent d'une très grande fatigue et ses vêtements cachent un corps amaigri par le jeûne. Vous avez soudain l'impression désagréable que ses jambes vont se dérober d'un instant à l'autre et pourtant elle se tient droite, là, devant vous, probablement mue par une force qui vous dépasse. Lorsqu'elle vous demande si elle peut faire quelque chose pour vous, sa voix chaude vous emplit d'un sentiment de paix.

    Caractère :

    Pour elle, ce ne serait qu'une nuit blanche de plus, pour lui ce serait la dernière. Elle avait fait son possible pour apaiser son agonie mais il s'éteindrait ce soir, elle le savait. Ce n'était pas la première fois qu'elle perdait un patient et ce ne serait pas la dernière. Elle avait appris à ne plus craindre la mort mais elle ne pouvait pas en demander autant à tout ceux dont l'heure était venue, aussi restait-elle près de lui, sa main tenant la sienne alors qu'elle lui murmurait des paroles réconfortantes.

    Souvent les gens venaient lui demander ce que coûtaient ses soins, elle leur répondait toujours la même chose : rien. Elle lavait les chairs des lépreux, changeait leurs pansements et pouvait veiller un malade toute la nuit durant, tout cela sans rien demander en échange. Et lorsqu'on lui demandait pourquoi, elle se contentait de sourire patiemment.


    Biographie :


    Interrogée sur son passé, elle reste avare de détails mais se laisse tout de même aller à quelques confidences. Plus jeune, elle soignait déjà les petits bobos des enfants lorsqu'ils s'écorchaient les genoux dans la terre, à l'aide d'onguents qu'elle préparait elle-même. Ce n'est qu'à l'âge de dix-sept ans qu'elle rejoint le clergé d'Ilmater, sans doute après la disparition de ses deux parents, emportés par la peste. Le pire, dit-elle, était de n'avoir rien pu faire, d'être simplement restée là à les regarder mourir.

    Elle s'est lancée sur les routes peu de temps après, oubliant ses propres maux en soignant ceux des autres. Elle fut plusieurs fois tentée d'ouvrir un dispensaire mais finit par y renoncer. Elle parcourt maintenant les routes depuis de nombreuses années, perfectionnant ses connaissances dans les plantes médicinales et apportant son aide à qui le lui demande.




    Tempérance s'exprime de cette couleur (#40E0D0)
    Dernière modification par Tempérance ; 11/05/2013 à 21h02.

  30. #60
    Date d'inscription
    June 2013
    Messages
    76
    Louve
    Age : 25 ans
    Sexe : féminin
    Race : humaine lycanthrope
    Classe : guerrière
    Alignement : chaotique mauvaise (oui, parce que manger des gens, à une vache près, c'est pas bien)

    Caracs :
    Forme humaine

    Force : 12
    Constitution : 14
    Dextérité : 17
    Intelligence : 13
    Sagesse : 10
    Charisme : 11 (un étrange magnétisme dû à ses cheveux roux)

    Augmentation forme hybride ou lupine : For +2, Dex +4, Con +4

    Caractère :
    Louve est un peu sauvage. La vérité, c'est qu'elle n'a pas vu d'hommes depuis longtemps. Oh, ce n'est pas qu'elle les aime bien. Au contraire : avec du sel et bien cuits.

    Apparence : ni très grande, ni très petite. Pas mince sans être corpulente. Louve est moyenne. Quand on la voit, on remarque surtout ses cheveux longs d'un roux presque carotte. Ses yeux sont d'un vert-ocre, assez vifs. Sous forme de louve et de garou, elle conserve cette couleur étrange.
    Elle est souvent vêtue d'un pantalon plutôt ample de couleur terre et d'un surcot de laine grise (ce que portait sûrement son dernier repas) et d'une épaisse pelisse noire à capuche.

    Histoire :
    De l'autre coté du temps, un vieil ermite trouva devant sa porte une petite fille. Fait étrange, elle était seule, entièrement nue et loin de toute habitation. C'est en la prenant dans ses bras pour l'emmener chez lui qu'il lui trouva une odeur étrange qu'il mit du temps à identifier : elle sentait le loup ...

    Louve regarde le vieil homme qui s'est occupé d'elle durant vingt ans. Elle a faim, elle est seule. D'habitude, c'est lui qui va en ville chercher les réserves. Il s'est toujours occupé d'elle. Même après qu'elle l'ait surpris en se métamorphosant pour la première fois. Elle l'avait épargné de justesse. Pendant longtemps, il l'a aidée à maîtriser ses instincts. Il lui a appris son langage jusqu'à ce qu'elle le comprenne. Et aussi à se battre, jeu auquel elle excelle.

    Mais aujourd'hui, il persiste à dormir. Elle l'appelle, le bouscule, le mordille. Il ne réagit pas. En désespoir de cause, elle le mord. Et comme il ne bouge pas et qu'elle a toujours faim ...

    Elle regarde le squelette qui a appartenu au vieil ermite. Elle s'endort roulée en boule, satisfaite et repue. Le lendemain, quand elle se réveille, son estomac la tenaille encore. Alors, elle se met en chasse. Près d'un village, elle attrape sa première cible vivante. Un berger. Elle laisse les moutons intacts. La chair est tendre, fondante. Pas filandreuse et coriace comme celle du vieil homme. Elle a encore faim, toujours plus.

    Depuis cinq ans, elle erre. Lycanthrope sauvage guidée par son instinct. Elle s'est déplacée par delà les montagnes et a gagné les plaines où il y a plus de passage. Et depuis le début de la guerre, elle voit défiler les soldats. Et attend l'occasion de se remplir la panse.
    J'aime la viande !!! Et je suis jouée par Althéa

Page 2 sur 3 PremièrePremière 123 DernièreDernière

Discussions similaires

  1. [CFA] Les Aventuriers de la Mer
    Par Eleonore Midgard dans le forum Le cabinet littéraire et B.D.
    Réponses: 11
    Dernier message: 17/07/2011, 15h54
  2. [RP] Création d'une guilde d'aventuriers
    Par Mekren le maudit dans le forum Les Archives du Cartographe
    Réponses: 1
    Dernier message: 11/09/2005, 08h59
  3. Les groupes d'aventuriers qu'on tue
    Par Picsou_2 dans le forum Le Comptoir d'Amn
    Réponses: 27
    Dernier message: 11/11/2004, 14h02
  4. [BUG] Problème de BIOS, BG retourne sous Windows
    Par PtYODA dans le forum La Taverne d'Amkethran (Baldur's Gate 2)
    Réponses: 15
    Dernier message: 22/07/2003, 21h31

Les tags pour cette discussion

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •  

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 203 204 205 206 207 208 209 210 211 212 213 214 215 216 217 218 219