[Débat] Doit-on dissocier une Âœuvre de son créateur ?

Ici, on parle de tout, de rien, des sujets importants, ou pas du tout… Passez faire une pause ici autour d'un bon verre pour papoter et parler des sujets qui vous tiennent à cœur. Convivialité et bonne humeur y sont les maîtres mots !
Répondre
Avatar du membre
Taliesin
Grand Gourou
Élu de Mystra
Messages : 33550
Enregistré le : lun. 20 déc. 2004, 21:35
Contact :
Statut : Hors ligne

[Débat] Doit-on dissocier une œuvre de son créateur ?

Message par Taliesin »

La mort de Michael Jackson me paraît une bonne opportunité pour lancer un débat sur un thème épineux... Doit-on dissocier une création de son créateur ? L'œuvre d'un artiste de l'artiste en question ?

En l'occurrence, on a affaire à un homme à la personnalité controversée mais dont l'œuvre compte dans le domaine musical, revêt une importance que l'on ne peut nier, que l'on soit par ailleurs amateur ou non (personnellement, je n'aime pas du tout). Alors, faut-il rejeter cette dernière à cause des débats liés à son créateur ? Faut-il au contraire oublier l'individu pour ne se concentrer que sur sa création ?

La question se pose pour tous les artistes, et pour tous les domaines de création. Bien sûr, dans le cas de la musique et du cinéma, la chose est plus complexe, car on a affaire à une starification des artistes, les fans adorent tout autant les films et les morceaux que ceux qui les créent, les interprètent. La littérature, les arts graphiques ou plastiques sont encore un peu préservés, à ce niveau... Mais le star system les gagne aussi, peu à peu. Du coup, la dissociation est plus ardue...

Mais tant pis, tentons l'exercice :gign: Devrait-on rejeter les peintures de Michel-Ange si l'on découvrait qu'il était cannibale ? Ne plus lire les textes de Shakespeare si l'on apprenait qu'il était amateur de confiture de chatons ? Et, pour prendre des cas plus sérieux, ne plus aimer Hugo parce qu'il semblerait bien qu'il ait eu des penchants pour les petites filles, ou Lovecraft à cause de sa xénophobie supposée ? Ne plus écouter Noir Désir à cause des événements que l'on sait ?

(Attention, il n'est pas question, ici, de discuter de la culpabilité de celui-ci ou de celui-là. Juste de débattre du principe de dissociation de l'œuvre et de l'artiste).
Admin RP. Pour participer, suivez le guide.et envoyez-moi vos biographies ! Envie de devenir MJ ? Cliquez ici ! Amateur d'imprévu ? C'est par !
Dirigeant de Melandis. Visitez la Cité du Chaos et découvrez les factions qui y ourdissent sans cesse de nouveaux complots.
"Sois gentil, pas méchant, c'est pas gentil d'être méchant, c'est mieux d'être gentil..." (La chanson de Dewey)
Avatar du membre
Armand
Adepte de Grondemarteau
Ours des cavernes
Messages : 1141
Enregistré le : lun. 03 déc. 2007, 22:04
Localisation : Dordogne
Statut : Hors ligne

Message par Armand »

Je pense qu'on ne doit pas sanctionner une oeuvre sous prétexte que l'artiste a fait des choses "méchantes". :p unish:

C'est pas l'objet c'est un peu comme l'histoire du cocu qui s'ignore et qui en est parfaitement satisfait. Pourquoi se facherait-il en apprenant que sa femme le trompe ? La réalité reste la même, rien ne change.... :whistle3:

Et c'est encore plus vrai avec les créatifs car je pense qu'on perçoit mal la célébrité. On croit à tort être fasciné par un artiste alors qu'en fait c'est l'oeuvre que l'on adore. Si l'oeuvre peut être merveilleuse, fantasmatique, divine... L'artiste n'en reste pas moins humain, fragile, imparfait voir même pire : ennuyeux ! Donc je suis absolument contre le fait qu'on assimile un artiste à son oeuvre.


Néanmoins dans certain cas ça peut apporter un éclairage intéréssant. Prenons (au hasard:tongue :) le marquis de sade. On est face à quelqu'un qui a passé les 3/4 de sa vie en prison qui a subi le poids de la morale de l'époque qui a vécu dans un environnement avec un contexte bien spécifique... A ce niveau c'est important de prendre en compte la vie de l'artiste on perçoit pas l'oeuvre de la même maniére.

Voila en gros mon point de vue... C'étais assez chiant mais bon je ferais mieux le prochain coup.
http://toutlemondesontrolistes.blogspot ... ation.html
Ancien moddeur pour bg2, critique sur la sphère roliste et gamedesigner en herbe
Smidge
Statut : Hors ligne

Message par Smidge »

Je pense que sur le fond, oui, on "devrait" dissocier les deux, pour la raison simple que ce qu'on écoute, ce qu'on lit, ce qu'on admire en règle générale, est un "objet" - plus ou moins abstrait- , et pas un homme ou une femme.

En même temps, on peut respecter une certaine "éthique personnelle", en se refusant de cautionner un tel ou une telle. (pour faire une analogie peut être légèrement hors propos, ce serait comme trouver les films où joue Tom Cruise excellents, mais boycotter ceux ci car on ne peut pas s'encadrer un scientologue notoire :gign: )

Personnellement, j'essaie autant que possible de dissocier les deux, mais j'ai parfois du mal, et je le fais même carrément exprès dans certains cas.
Avatar du membre
Lothringen
Messages : 7412
Enregistré le : mar. 17 févr. 2004, 21:34
Localisation : Sur la route, encore
Statut : Hors ligne

Message par Lothringen »

Moi j'ai une réponse scolaire à apporter, et elle est du genre définitive : dans un commentaire composé, vous êtes priés d'étudier le passage pour lui-même et de le replacer dans l'oeuvre, mais les développements sur la bio de l'auteur (Proust était homo... Rimbaud s'est fait tirer dessus avant d'écrire Une saison en Enfer...) n'ont pas à accéder le strict minimum nécessaire à éclairer la compréhension littérale. :tongue: Pour le reste, on s'intéresse à ce que dit le texte, et même (éventuellement !) aux sens auxquels l'auteur n'avait peut-être pas pensé. Et pourquoi pas ? L'œuvre survit à son auteur, à son époque, et peut trouver des échos dans une société qui n'en partage plus les référents. C'est même ce qui fait la longévité des plus grands chef d'oeuvres.
Ex: lisez "la dispute" de Marivaux en pensant à Loft story, vous trouverez des parallèles étonnants...


Sur le chapitre de l'interprétation et de l'appréciation, je pense que c'est une exigence d'honnêteté intellectuelle. Nous pouvons avoir un accès direct à l'oeuvre et ce qui la rend belle ou émouvante est indépendant d'éléments biographiques extérieurs (même si cette opinion peut en être altérée par la suite).


Quant à l'idée de boycotter une oeuvre à cause de ce que l'on pense de son auteur... C'est une réaction que je ne comprends pas. Ce n'est pas cela qui va faire partir Tom Cruise de la scientologie. En attendant, c'est plutôt soi-même qu'on punit, en se privant d'une oeuvre. Il gagnera un peu moins d'argent ? Et alors ? On lutte contre des idées avec de l'argent, maintenant ? Et quand il s'agit d'un auteur mort depuis des siècles, c'est encore plus absurde. On peut toujours débaptiser des rues et des collèges, si l'on veut le stigmatiser... (ils ont débaptisé mon lycée il y a quelques années, parce que ce... compositeur... avait tenu des propos antisémites. )
Code Couleur : #7AC5CD I Arrivée à Manostet Biographie RP
Rp en cours : Les Caprices de Fortune (MJ / Joueur)
Streen
 
Muloup majeur
Messages : 2506
Enregistré le : lun. 12 juin 2006, 21:07
Contact :
Statut : Hors ligne

Message par Streen »

Pour moi, il m’est difficile de dissocier les deux. Certes un artiste a beau avoir un talent extraordinaire, cela ne m’empêchera pas de ne plus l’apprécier et de boycotter ses œuvres. Je n'ai jamais réussi à ne aps tenir compte de la vie de l'artiste et ce n’est pas faute d’essayer. Il existait auparavant certains artistes dont j’admirais les œuvres. Lorsque j’ai appris ce qu’ils avaient fait, je trouvais leurs œuvres insupportables et il ne m’était plus possible de les utiliser alors que cela n’a normalement rien avoir. Je pense par exemple à Florent Pagny dont ses tubes et sa musique me fascinaient. Lorsque j’ai appris qu’il ne éclairait pas ses revenus au fisc volontairement (ce qui est donc une fraude), je n’ai plus aimé sa musique.

Faut il alors dissocier l’artiste et les œuvres ?
Prenons dans ce cas la comparaison entre un artiste et un inconnu. Imaginons que tous les deux sont des violeurs (ou autre acte de ce genre). Le civil ira directement en prison et tout le monde le haïra étant donné qu’il n’est pas connu. En revanche il n’en sera pas de même pour un artiste très aimé du public et possédant de nombreux fans. Ces derniers pourraient excuser ou minimiser l’acte de l’artiste alors qu’il est le même que celui du civil. Si le juge qui s’occupe de l’affaire de l’artiste l’admire, il peut réduire sa peine. Est-ce que l’on peut parler d’égalité alors ?

Bien sur,il ne faut pas juger sur tout ce que fait l’artiste jusque dans les moindres détails de sa vie privée. Tout dépend de la gravité de ses actes. Du moment que l'artiste respecte les autres,je ne vois pas le problème
PS:je suis desolé d'avoir un peu debordé sur le sujet mais c'est pour expliquer selon moi à quel point il est necessaire d'associer ou pas l'artiste et son oeuvre.
Ma bio rp estici
Avatar du membre
Ben-jXX
 
Loup vampirique
Messages : 1859
Enregistré le : mer. 16 juin 2004, 12:02
Localisation : Paname
Contact :
Statut : Hors ligne

Message par Ben-jXX »

Je pense que ça dépend du lien qui existe entre l'auteur et l'oeuvre.

Dans le cas de Michael Jackson, ses oeuvres sont relativement impersonnelles. Dans son cas, je pense qu'il faut faire la distinction entre sa discographie (que je trouve excellente) et son personnage.

Dans le cas de Florent Pagny qui a écrit une chanson sur ses différents avec le fisc ou, par exemple, d'un rappeur qui raconte son quotidien, le lien entre l'auteur et l'oeuvre est évident. De fait, difficile d'aimer la musique sans aimer le personnage (et réciproquement).
Téléchargez donc ce superbe perso pour SOA... Et celui-ci pour TOB !
Mon vrai moi...
... et mon moi RP
Pour faire parler Ben-j en RP: salmon (comme le poisson)
Avatar du membre
Zdwarf
Banni
Ours brun
Messages : 321
Enregistré le : dim. 02 mars 2008, 15:08
Statut : Hors ligne

Message par Zdwarf »

Personnellement, avant j'avais tendance à ne pas dissocier les deux, mais depuis que j'ai lu le "Voyage au bout de la nuit" de Céline (qui m'avais bien plu a première lecture), et qu'on m'avait limite traité de nazi au lycée en me disant qu'il était collabo, antisémite etc...
Après recherche sur sa biographie, j'ai relu le livre, et je me suis dit qu'il fallait quand même distinguer les deux.
Avatar du membre
Althéa
Conseiller de Manost
Dragon rouge
Messages : 10432
Enregistré le : mar. 02 nov. 2004, 21:08
Localisation : Pas très loin de Fossy :p
Contact :
Statut : Hors ligne

Message par Althéa »

En même temps, que sait-on de ces gens "célèbres", ou du moins touchés pour la notoriété. Alors que "nous" ne prenons pas la peine de connaître notre voisin de palier, nous pensons les connaître car nous avons dans nos mains leurs livres, dans nos oreilles leurs chansons, leur musique, que nous les voyons dans des magazines.

Même si nous avons une information sur eux, un tel ou tel fait plus ou moins avéré, pourra-t-on le prendre pour argent comptant sachant que les médias (livres, témoignages, reportages télés) ne donnent q'un éclairage partiel de l'affaire. Et la surmédiatisation joue beaucoup là dedans. Et certains jouent de la surméditasation. Notre Sarkozy national est-il un homme politique ou un personnage people ?

Je pense, qu'à cause de ce facteur là, il peut-être difficile de dissocier un artiste de son œuvre.


D'un autre coté, cela ne me paraît possible. Quoi qu'on en dise, personne n'est obligé de courir après les informations embarassantes et les histoires sordides. On peut rester sous le charme d'un roman, d'une musique, d'un tableau.

Pour ma part, j'essaye de faire la part. Mais, blague à part : si Anne Sylvestre avait eu des accointances avec le FN, je l'aurais beaucoup moins appréciée.

Ps : pour ce qui est du négacionisme, du collaborationiste, du racisme, des hommes qui battent leurs femmes, ou autre, j'ai vraiment, vraiment du mal à faire la part.
Super modératrice (oui, ça pète :gign:) et modératrice de Pillars of Eternity, de la section cinéma et littérature. J'interviens dans cette couleur.
Mon personnage rp : entre ombre et lumière, entre été et hiver : Angèle d'Aulfray, paladine de Tyr.
Avatar du membre
Mornagest
Grand Gourou
Élu de Mystra
Messages : 18332
Enregistré le : ven. 17 oct. 2003, 10:48
Localisation : Juste derrière vous, prêt à hurler BOUH !
Statut : Hors ligne

Message par Mornagest »

Je pense qu'il est difficile de faire la part des choses, humainement... se détacher entièrement de la personne tout en écoutant/regardant ses œuvres, ça me semble parfois délicat. Évidemment, ça dépend aussi des faits "reprochés" à l'artiste en question... j'imagine qu'on grade un peu lesdits faits (entre ce qui a été reproché à Mickaël Jackson, par exemple, ou les textes orientés de Pagny concernant ses impôts, pour reprendre un autre exemple déjà cité).

Pour ma part, je sais que si je découvre qu'un artiste que j'aime a fait quelque chose qui va à l'encontre de mon opinion ou de mes valeurs, j'aurai plus facilement tendance à le pardonner que si c'est un artiste que je n'aime pas... je sais que c'est totalement idiot, mais c'est humain (oui, c'est synonyme, pourquoi ? :gign: ).

Cela dit, en général, j'écoute ou je regarde des artistes qui ont globalement les mêmes comportements que moi. En musique, j'ai beaucoup de mal à écouter des trucs commerciaux. En littérature, je lis plutôt des romans, difficilement orientés dans la plupart des cas (heroic fantasy), mais lorsqu'ils le sont, c'est souvent dans le même sens que moi. En arts plastiques, je suis totalement ignare :gign: donc je n'ai pas vraiment d'avis sur la question.
Administrateur général. Je modère dans cette couleur.

Rejoignez Melandis, la Cité du Chaos
La biographie de Mornagest ainsi que ses quêtes et sa couleur RP #6C84FF ; la biographie de Henk et sa couleur RP #3BBB34

"Ne vous imaginez pas être différente de ce qu'il eût pu sembler à autrui que vous fussiez ou eussiez pu être en restant identique à ce que vous fûtes sans jamais paraître autre que vous n'étiez avant d'être devenue ce que vous êtes."
(Lewis Caroll)
Avatar du membre
Joon
 
Ours noir
Messages : 183
Enregistré le : mer. 03 juin 2009, 18:44
Localisation : Paris
Statut : Hors ligne

Message par Joon »

Personnellement je préfère vraiment dissocier les deux. Pour moi, l'auteur en tant que personne est différent du "créateur". Une oeuvre (musicale, cinématographique, etc...) ne change pas selon les opinions politiques ou morales de son auteur. Ces informations ne modifient pas la valeur d'une oeuvre mais sa portée. Pour prendre un exemple d'un film que j'ai vu récemment, le film American History X de Tony Kaye et Alan Smithee, et traitant principalement du racisme, est un film excellent (Edward Nortoooon ! ... hum pardon), selon un avis plutôt répandu. Que les réalisateurs, ou certains acteurs soient des salauds finis ne changera aucun plan, aucune réplique culte, ni émotion suscitée par un acteur. Après, si on essaie de se renseigner sur les acteurs et qu'on en découvre un qui soit

Savoir qu'un cinéaste est homophobe, qu'un chanteur est pédophile... ça ne change rien à son oeuvre qui une fois écrite, devient indépendante, son contenu ne change plus. À mon sens, il faut aimer (ou pas) une oeuvre pour ce qu'elle est. Connaître l'auteur, ses opinions et sa vie permet de comprendre l'oeuvre.
"Evey night and every morn some to misery are born.
Every morn and every night, some are born to sweet delight.
Some are born to sweet delight, some are born to endless night.
"
William Blake, Auguries of innocence.
Avatar du membre
Zyl
Messages : 861
Enregistré le : dim. 06 juil. 2008, 16:27
Contact :
Statut : Hors ligne

Message par Zyl »

Dans une certaine mesure... Je pense que les opinions d'un artiste ont toujours au moins une petite influence sur sa création, qu'elle soit voulue ou inconsciente. Et donc pour moi, ce n'est pas toujours évident de dissocier les deux (même si c'est au cas par cas). Je prends l'exemple de Lovecraft, que je savais xénophobe avant de commencer à le lire. Bon, très bien, mais voulant enrichir ma culture générale, j'ai essayé de lire quelques nouvelles... Ben je suis restée complètement bloquée sur l'une d'elles (chaisplus laquelle) où des allusions assez racistes sont faites, je n'ai pas pu aller plus loin et j'ai refermé le bouquin. C'est probablement assez stupide comme comportement, mais c'est comme ça. Après, c'est sûrement parce que les allusions venaient du narrateur, que je considère inconsciemment comme plus proche de l'auteur. Ca m'aurait nettement moins choquée dans la bouche d'un autre personnage (et pourtant, les propos restent les mêmes).
C'est vraiment une manière de percevoir... Est-ce-qu'en appréciant l'oeuvre d'un artiste, on a l'impression de cautionner celui-ci? Pour moi, c'est oui à partir du moment où j'arrive à percevoir l'influence de la vie/des opinions/de la couleur des chaussettes de l'auteur sur son oeuvre. Sinon, je m'en moque.
Vita, mortis, careo !
Avatar du membre
Ailyn
Messages : 5275
Enregistré le : mar. 20 avr. 2004, 20:04
Localisation : Le nez dans un bouquin
Contact :
Statut : Hors ligne

Message par Ailyn »

Question assez épineuse...
Effectivement, mon éducation plutôt littéraire et mon habitude des commentaires composés aurait dû, comme Lothringen l'a fait remarquer plus haut, me pousser à dissocier durablement artiste et œuvre...

Mais ce n'est malheureusement pas aussi simple. Et c'est une question que je ne parviens pas vraiment à trancher. Et cela pour plusieurs raisons :

Première chose gênante : comme le dit Althy, on ne sait pas si ces choses sont vraies. La plupart des choses que l'on entend ne sont pas forcément prouvées, elles sont parfois interprétées à partir de détails, de phrases particulières...

Deuxième chose gênante : certains détails vont malheureusement complètement à l'encontre de mon comportement, de mes valeurs... Je pense en particulier à un livre que j'ai très envie de lire, mais que mon éthique personnelle me censure malgré tout : Alice au pays des merveilles. En effet, certaines rumeurs et détails dans la vie de Lewis Carol peuvent laisser penser que ce cher monsieur était pédophile... et avait quelques vues sur une petite fille bien précise... qu'il a rendu l'héroïne de ce roman... Est ce que je vais pouvoir supporter de lire le bouquin en me demandant si il a réellement fait quelque chose à cette petite fille ? Parce que je ne pourrais probablement pas m'empêcher d'y penser malgré moi...

Il y a d'autres exemples que je pourrais citer dans la même veine... Par exemple, il y a un film idiot que j'appréciais beaucoup car l'un de mes proches est d'origine corse : L'enquête Corse, avec Christian Clavier et Jean Réno. Je ne peux plus regarder ce film depuis l'histoire du préfet de Corse mis à la porte suite à une histoire avec le sieur Clavier, copain de notre Sarko national...

C'est maladif, c'est le genre de détails auxquels je ne peux m'empêcher de penser... Mais évidemment, je ne suis pas renfermée, les artistes sont des êtres humains après tout, ils ont leurs bons côtés ainsi que les mauvais, comme nous tous... Mais les actes un peu "particuliers", comme les agressions ou les abus sur plus faible que soi me gênent tout de même...

Finalement, je dirai que concernant mes sentiments, c'est Zyl qui a raison : je crois que je peux savourer l'œuvre d'un artiste tant que ne transparaissent pas dans ses écrits ou ses images, ou encore ce que vous voulez, des éléments qui mettent en avant ses penchants qui me gênent...
Mais bon, comme je le disais, tout ne me gêne pas, je suis suffisamment ouverte pour comprendre et apprécier l'œuvre d'un artiste malgré ses a priori.
Je n'ai pas "censuré" les lettres de Mme de Sévigné tout ça parce qu'elle y exprimait des préjugés émanant de sa position sociale, je n'ai pas censuré tous les écrits mythologiques concernant les Chevaliers de la table Ronde et la Quête du Graal, malgré l'étrange position que revêtent la plupart des narrateurs/auteurs au sujet de femmes...


Je suis très ouverte, mais il est vrai que dans certains cas qui me paraissent assez pourris (L'enquête Corse), ou encore assez ignominieux (Alice au pays des merveilles), je ne parviens plus à profiter de l'œuvre pleinement, que je le regrette ou pas...

Pour ce qui est de Mickeal Jackson, je n'ai pas cessé d'apprécier sa musique (enfin, celles qui me plaisent) mais je me suis promis un bon truc : ne pas lui faire gagner de fric pour qu'il aille s'arranger à l'amiable avec les parents d'enfants violés ou menteurs (et oui, c'est facile ça, par ici la monnaie !) avec les sous que j'aurai dépensé.
RP : Ailyn, ensorceleuse entropiste déjantée. Quête : La morsure du cobra Calimshite
Venez écrire et lire dans notre atelier d'écriture !
Un problème ? Une question ? Une idée ? Un thème à proposer ? Par ici !
Avatar
 
Ours noir
Messages : 191
Enregistré le : ven. 26 août 2005, 19:33
Contact :
Statut : Hors ligne

Message par Avatar »

Ailyn a écrit : Deuxième chose gênante : certains détails vont malheureusement complètement à l'encontre de mon comportement, de mes valeurs... Je pense en particulier à un livre que j'ai très envie de lire, mais que mon éthique personnelle me censure malgré tout : Alice au pays des merveilles. En effet, certaines rumeurs et détails dans la vie de Lewis Carol peuvent laisser penser que ce cher monsieur était pédophile... et avait quelques vues sur une petite fille bien précise... qu'il a rendu l'héroïne de ce roman... Est ce que je vais pouvoir supporter de lire le bouquin en me demandant si il a réellement fait quelque chose à cette petite fille ? Parce que je ne pourrais probablement pas m'empêcher d'y penser malgré moi...

C'est dommage, c'est un chouette livre. :)

J'ai lu Alice's Adventures in Wonderland en édition Penguin Classics, qui commence justement par une (looongue) introduction abordant notamment le problème de la nature exacte de la relation de M. Dodgson (alias Lewis Carroll) avec ses jeunes amies (car Alice Liddell ne fut qu'une des nombreuses jeunes filles que fréquenta Dodgson). Y a-t-il jamais eu un comportement répréhensible de la part de l'auteur? On ne saura jamais avec certitude je présume. Dans mon intro, ils penchaient plutôt pour l'hypothèse négative: Dodgson était clairement en adoration devant les jeunes filles et a peut-être eu des pensées que la morale réprouve, mais il a trouvé des dérivatifs pour canaliser ses pulsions (l'écriture, la photo, les maths, ...).

Personnellement, cela ne m'a pas du tout gêné de savoir que l'auteur avait peut-être des idées tordues. Je ne pense pas que les (hypothétiques) "mauvaises pensées" de Dodgson se soient (consciemment ou inconsciemment) traduites dans son texte. On pourrait certainement trouver des sous-entendus tordus dans Alice, mais à ce compte-là, on peut en trouver dans n'importe quelle oeuvre. Je rejoins égalemment l'avis de Zyl: si en lisant Alice sans rien connaitre de l'auteur on en venait à se demander s'il était pédophile, clairement il y aurait un problème. Evidemment, ce n'est pas le cas, aucun lecteur ne connaissant rien de Dodgson ne l'accuserait spontanément à peine le bouquin lu...
Arpenteur de l'espace B
Avatar du membre
Finrod Felagund
 
Blême
Messages : 921
Enregistré le : dim. 09 mars 2008, 19:08
Statut : Hors ligne

Message par Finrod Felagund »

Heu... pour moi, difficile de trancher. Mais la plupart du temps, j'essaye de dissocier l'oeuvre de l'auteur. J'essayerais donc de ne pas censurer une oeuvre formidable si son auteur manifestait des tendances incorrectes (Tolkien n'aimait pas la cuisine française ^^ !!!), mais je ne ferais pas non plus de "traitements de faveur" à un auteur parce que son oeuvre est géniale (j'apprécie la musique de Noir Désir, et que le chanteur du groupe soit en prison n'y changera rien. Par contre, il me parait absolument normal qu'il passe le temps qu'il faudra en prison).
Je penserais donc plutôt comme Zyl: tout dépend du contenu de l'oeuvre.
De plus, je n'ai jamais aimé cette tendance des personnes à balancer des théories sans preuves irréfutables à l'appui (tout aux plus reposent-elles sur quelques vagues renseignements ou constats dans la plupart des cas).

Disons que dissocier un auteur de son oeuvre, c'est l'impartialité. Il est donc normal pur nous autres, être humains parfaitement... humains, d'être parfois partial ^^ .
Avatar du membre
Mornagest
Grand Gourou
Élu de Mystra
Messages : 18332
Enregistré le : ven. 17 oct. 2003, 10:48
Localisation : Juste derrière vous, prêt à hurler BOUH !
Statut : Hors ligne

Message par Mornagest »

Bertrand Cantat est sorti de prison :gign:

Pour Lewis Carroll, j'ignorais les soupçons à son encontre... j'ai lu Alice au pays des merveilles sans y voir d'allusions à ce sujet, et très honnêtement c'est un livre qui vaut le coup qu'on s'y attarde, une référence en matière de fantastique effrayant...

Comme quoi, je le disais bien hier, si c'est un artiste dont j'aime les oeuvres, j'ai plus de mal à lui en vouloir d'avoir quelques "ratés" dans sa vie...
Administrateur général. Je modère dans cette couleur.

Rejoignez Melandis, la Cité du Chaos
La biographie de Mornagest ainsi que ses quêtes et sa couleur RP #6C84FF ; la biographie de Henk et sa couleur RP #3BBB34

"Ne vous imaginez pas être différente de ce qu'il eût pu sembler à autrui que vous fussiez ou eussiez pu être en restant identique à ce que vous fûtes sans jamais paraître autre que vous n'étiez avant d'être devenue ce que vous êtes."
(Lewis Caroll)
Avatar du membre
Finrod Felagund
 
Blême
Messages : 921
Enregistré le : dim. 09 mars 2008, 19:08
Statut : Hors ligne

Message par Finrod Felagund »

Mornagest a écrit :Bertrand Cantat est sorti de prison :gign:
Je le sais bien, je n'ai simplement pas accordé le temps (j'ai pris l'exemple au moment où il était en prison).

Content :D ?
Avatar du membre
Rodriguez Alcanzar
 
Berserker ogre
Messages : 1035
Enregistré le : ven. 13 juin 2003, 21:01
Localisation : Besançon
Contact :
Statut : Hors ligne

Message par Rodriguez Alcanzar »

Je suis partagé entre le oui et non. Globalement oui il faut savoir faire la distinction entre une oeuvre et un auteur, mais il est tout de même intéressant d'avoir quelques infos sur l'auteur en question (sans plonger dans le people de très bas niveau) pour comprendre le pourquoi de certaines oeuvres. C'est aussi un moyen à l'auteur d'extérioriser certaines souffrances, ou désirs ou je ne sais quoi d'autre encore. Certes tous ne le font pas et ne pas le savoir n'est pas grave, on aime ou pas une oeuvre, on lit/écoute/regarde une oeuvre pour ce qu'elle est.

Je ne dis pas que c'est facile de dissocier, j'ai parfois du mal aussi. le cas de Tom Cruise m'était un peu rester en travers de la gorge, mais je me dis que je ne dois pas me priver de voir un de ces films si j'aime bien. Lors de la guerrer en Irak, certains acteurs m'ont déçu de savoir qu'ils étaient pour, mais je regarde toujours leurs films avec plaisir, et j'apprécie quand même bon nombre de ces acteurs malgé tout.

Il faut quand même se méfier des médias qui font du people, surtout pour descendre quelqu'un qui a fait une connerie plus ou moins grave, quitte aussi à rajouter des hypothèses plus ou moins folles à ces faits.
Roads ? Where we're going, we don't need roads. ELB
Avatar du membre
Voyageuse
Dignitaire de Lumenis
Élu de Mystra
Messages : 22749
Enregistré le : ven. 27 oct. 2006, 10:35
Localisation : Dans un petit hameau perdu
Contact :
Statut : Hors ligne

Message par Voyageuse »

Personnellement, je dissocie...
En fait, c'est très simple, je suis totalement allergique au star system, je ne sais quasiment rien de la vie des stars, et, pire, je ne sais souvent pas qui chante les chansons que j'entends à la radio et qui me plaisent (sauf les anciennes bien sûr).
Donc je flashe sur une chanson, un livre, un film, en ne sachant généralement rien de l'auteur. Et même si j'apprends ensuite des informations qui me déplaisent, c'est trop tard...

Bon, sinon, dans l'absolu, avoir des infos sur l'auteur peut permettre parfois de mieux comprendre l'oeuvre, surtout si on doit replacer dans un contexte historique ou social. Et je trouve ça intéressant. Mais je juge une oeuvre pour elle-même avant tout, pas en fonction de son auteur.

Une exception, pour le fun : j'étais assez indifférente à Johnny (de toute façon c'est qu'un interprète), mais je peux plus l'encadrer depuis qu'il a soutenu Sarko, et je ne l'écoute plus... Il m'arrive encore malgré moi d'apprécier une ou deux de ses vieilles chansons que j'avais bien aimées autrefois. Mais généralement je le boycotte quand même, et je l'ai rayé de mon répertoire de guitare... Il reviendra un jour.... uniquement quand on aura changé de président !
en RP : Astrée, rôdeuse-druide.
Co-modératrice Luméno-hélonienne
Peu disponible...
Avatar du membre
Elanor
 
Araignée colossale
Messages : 596
Enregistré le : ven. 08 mai 2009, 13:45
Localisation : Lothlorien, premier malorne en rentrant à droite
Statut : Hors ligne

Message par Elanor »

Moi je suis pas non plus très branchée star system, je suis même complètement à la masse donc je m'intéresse rarement à la vie privée de l'artiste dont j'apprécie l'œuvre.
J'étais fan de Jimmi Hendrix pendant mon adolescence (genre cahier de texte plein de photos et posters) et ce brave homme est mort étouffé dans son gerbi parce qu'il était trop défoncé mais ça a rien changé pour moi d'en avoir su plus sur sa vie.

Après un artiste qui tiendrait des propos racistes, antisémites ou qu'on découvrirait comme étant pédophile, verait son oeuvre sensuré car je ne peux accepté l'inacceptable.
On peut avoir des idées politiques différentes mais les racistes moi je peux pas c'est au dessus de mes forces. oups je m'égard là
Ma bio RP
"Sire, on en a gros" Perceval
Avatar du membre
Zdwarf
Banni
Ours brun
Messages : 321
Enregistré le : dim. 02 mars 2008, 15:08
Statut : Hors ligne

Message par Zdwarf »

Les idées racistes, antisémites et autres de l'auteur me dérange pas si ça ne transparait pas dans son oeuvre... Pour reprendre "Le Voyage au Bout de la Nuit", Céline critique à peu près tout le monde (donc pas de jaloux) et la colonisation ainsi que l'exploitation des populations... Bref, en lisant juste ce livre j'aurais pas deviné que la même personne avais écrit de virulents textes antisémites, racistes etc...
Après, lire les bouquins où il rage sur les juifs et les nègres pendant 50 pages, là je ne pourrais pas (ne serait-ce que par manque de contenu.)
Avatar du membre
Ailyn
Messages : 5275
Enregistré le : mar. 20 avr. 2004, 20:04
Localisation : Le nez dans un bouquin
Contact :
Statut : Hors ligne

Message par Ailyn »

Le star system n'étant pas trop mon truc à moi non plus, je me penchais plutôt sur des artistes classiques, artistes sur lesquels on ne pourra jamais savoir précisément toute la vérité et rien que la vérité...

Donc, peut être qu'un jour j'arriverai à passer outre les rumeurs entendues en cours de littérature, pour le moment, je dois avouer que j'ai un peu de mal...

Après, pour les artistes plus contemporains... je suis complétement à la masse. Je connais une certaine partie des choses qu'on peut apprendre sur la vie d'écrivains tels que Maupassant, Baudelaire, Hugo et encore bien d'autre, mais alors j'avoue que ceux d'aujourd'hui me sont totalement indifférents...
Mais pour ce que j'investis dans la "musique contemporaine" par exemple, ça ne me gêne pas outre mesure...

Mais une oeuvre n'est jamais totalement indifférente à son artiste (à part ce qu'on a actuellement, notamment dans la musique, où ce ne sont pas souvent les chanteurs qui composent leurs chansons et qu'en plus ils n'ont pas de voix...). La Comédie Humaine par exemple, c'est pas la description de la vie de Balzac, mais c'est son projet dans la vie ! C'est l'oeuvre de toute sa vie ! C'est quand même difficile de l'en dissocier totalement...

Oui, il faut probablement savoir dissocier une oeuvre de son auteur, mais elle ne lui est jamais totalement étrangère...
RP : Ailyn, ensorceleuse entropiste déjantée. Quête : La morsure du cobra Calimshite
Venez écrire et lire dans notre atelier d'écriture !
Un problème ? Une question ? Une idée ? Un thème à proposer ? Par ici !
Avatar du membre
Umbre
 
Basilic majeur
Messages : 2267
Enregistré le : jeu. 21 août 2008, 01:56
Localisation : Quelque part en France
Statut : Hors ligne

Message par Umbre »

Je crois me souvenirs que Beethoven était antisémite, mais personne refuse d'écouter sa musique pour autant...
On peut aimer une oeuvre mais détester l'artiste...
Le vrai pouvoir se cache dans l'ombre.

La bio de Umbre, Tieffline demi Elfe de Lune et moine de la Lune Noire: ici
Quêtes en cour: Le voyage de l'Ombre et Le réveil de l'Ombre couleur RP: #FFCC33
Avatar du membre
Elzen
Grand Gourou
Nabassu
Messages : 4789
Enregistré le : mer. 22 oct. 2003, 22:22
Localisation : Pas loin...
Contact :
Statut : Hors ligne

Message par Elzen »

Le problème ne se pose pas que pour les artistes.

De ce que je sais d'eux, je trouve les personnages de Rousseau et de Newton particulièrement antipathiques, et pourtant, chacun dans son domaine a écrit des trucs qui sont difficilement rejetables pour un motif aussi futile.
Elzen (mon blog, le Livre d'Argent). Statut : Plus ou moins dispo.
RP : Angus Mivert, barde bricoleur (#3CB371ma fiche).
Auteur de la Gigue des Ombres ; initiateur de feu le Projet nBg.
Supercalifragilisticexpialidocious, Kupo !!
Répondre

Retourner vers « Le Comptoir de la Sirène Rougissante »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 0 invité