Page 1 sur 2 12 DernièreDernière
Affichage des résultats 1 à 30 sur 60

Discussion: [Lieu-dit] La Cordillière du Faucon

  1. #1
    Date d'inscription
    February 2004
    Localisation
    Sur la route, encore
    Messages
    6 954

    [Lieu-dit] La Cordillière du Faucon

    La cordillière du faucon


    La côte sud de Dorrandin s’étire naturellement, à l’est comme à l’ouest, en deux profondes péninsules entre lesquelles se creuse le vaste golfe de l’oubli. La péninsule occidentale, sur laquelle est greffé le grand port de Manost, s’achève sur le cap dit du Vigilant, tandis que son pendant oriental porte à son extrémité le port plus modeste de Paymill.

    Manost doit en bonne part sa sécurité aux protections naturelles dont elle bénéficie : non seulement son territoire immédiat - la péninsule - est bordé sur trois côtés par la mer, mais il est fermé au nord par la haute chaîne de montagnes appelée cordillière du faucon, qu’il est fort malaisé de traverser autrement qu’en longeant les côtes en quête d’un col abordable.

    Vue depuis Manost, la cordillière n’est rien de plus qu’un alignement de crêtes dans le lointain, où l’on distingue, par temps clair, sur les plus hauts sommets, la blancheur éclatante de neiges éternelles.

    Il ne faut pourtant guère plus d’une journée de marche pour atteindre le pied des montagnes. Vues de plus près, ces dernières ne tardent pas à donner au visiteur un sentiment d’écrasement total : la cordillière a en effet la caractéristique d’être très escarpée et difficilement franchissable, à moins de réussir à éviter les glaciers aux crevasses profondes, les roches particulièrement friables, les aiguilles creuses et les nombreux éboulis qui menacent de vous prendre pour cible.

    Dans cet environnement hostile, quelques chemins malaisés grimpent pourtant à flanc de montagne, traversant en lacets serrés forêts d’épineux, pacages et champs de roches. Ce sont des chemins de bergers, de chasseurs, de maraudeurs… de gobelins.
    Nombreuses sont par ici les vallées encaissées totalement inconnues des cartographes et les cavernes où gîte on ne sait quoi. Dans les villages les plus haut perchés, ce n’est pas le gobelin que l’on redoute : on murmure que certaines des grottes ouvriraient un passage vers Ombre-Terre…

    Et ce faucon, alors ? Certains érudits se sont penchés sur les récits des temps passés. Ils ont écouté les contes à la veillée, consulté les chamans, examiné la forme des montagnes, la nidification des rapaces.
    Leur conclusion ? Que la cordillière devait ce nom atrocement banal à la légendaire imagination des helmites.
    Administratrice en charge de la Forge et des sections BG.
    Code Couleur : #7AC5CD I Arrivée à Manost et Biographie RP
    Rp en cours : Les Caprices de Fortune (MJ / Joueur)

  2. #2
    Date d'inscription
    February 2004
    Localisation
    Sur la route, encore
    Messages
    6 954
    Quête : Entre Ombre et Lumière - Prologue


    Crewyn se hâtait de remonter vers les pacages. Quand il était redescendu dans la vallée, à peine une heure plus tôt, il avait oublié derrière lui l’une des quelques dix brebis que comptait son maigre troupeau. Autant dire un dixième de la fortune familiale… la volée de bois vert à laquelle il avait déjà eu droit de la part du paternel n’était rien en regard de ce qui menaçait de lui tomber dessus s’il ne retrouvait pas l’animal avant la nuit. Le jeune pâtre revenait donc sur ses pas, guettant de temps à autres le son d’une cloche… mais rien. Fichue Saïdrah… comment avait-elle pu filer sans qu’il ne l’aperçoive ? ! Sans doute était-elle restée sur le plateau… Il était bon pour refaire tout le trajet maintenant.
    Mais le soir tombait rapidement. Crewyn resserra sur lui sa pelisse. S’il voulait être de retour au logis avant la nuit noire –et, en vérité, il aurait bien peu de chance de retrouver la brebis dans l’obscurité, si blanche que soit sa laine – il allait falloir emprunter un raccourci, un de ceux que son père lui avait toujours interdit de prendre s’il n’était pas accompagné. Le vieux prétendait qu’il y avait parfois des créatures maléfiques qui rôdaient autour des cavernes, montant la garde. Moui… Le vieux avait aussi la cravache facile, et il était moins difficile de mentir sur un itinéraire que sur le nombre de têtes du troupeau.

    Crewyn quitta donc le petit sentier qui serpentait à flanc de montagne pour longer la forêt sur sa lisière. Le raccourci en question était un raidillon étroit qui filait droit dans la ligne de pente. De quoi vous épuiser en quelques pas. De quoi avaler du dénivelé à grande vitesse aussi. Soufflant comme un phoque, le garçon se félicitait au moins de ne plus avoir froid. Il allait être bon pour escalader un à un les blocs du dérochoir, puis pour…
    Il s’arrêta net.
    Dans la pénombre grandissante, il venait de voir luire un feu, juste à l’entrée de cette profonde caverne dont tout le monde lui avait toujours recommandé de s’écarter. Les voyageurs n’avaient pas froid aux yeux. Faire halte au pied même du dérochoir !

    Le jeune humain alla se tapir en silence derrière un beau réseau d’orties et s’efforça de voir à qui ou à quoi il avait affaire. Il en eut pour sa curiosité… Une poignée d'humanoïdes se tenaient assis autour du feu, achevant de manger des restes de gigot. Ils avaient la peau noire, les cheveux blancs ou argentés et les oreilles aussi effilées que Zahna, la semi-elfe du village… la langue qu’ils parlaient était dure, gutturale, formant un contraste étrange avec les sonorités plutôt harmonieuses de leurs voix. « Des drows », songea Crewyn, qui connaissait ses contes et légendes. Des drows… Si près. Il allait pouvoir faire un rapport complet pour le conseil du village, à défaut d’avoir désormais la moindre chance d'atteindre le plateau ce soir-là. Peut-être éviterait-il ainsi la colère paternelle…

    Ils étaient six, quatre mâles, deux femelles ; apparemment, ils ne campaient pas là depuis plus de quelques heures, mais, supportant sans doute mal la fraîcheur des altitudes, ils n’avaient pu s’empêcher d’allumer un feu en attendant la nuit complète. Ils ne paraissaient pas équipés ni pour la guerre ni pour un long voyage, cela dit, avec leurs légers paquetages et leurs armures de cuir souple. Les armes qu’ils portaient n’étaient le plus souvent que des dagues relativement discrètes, rien de bien effrayant pour les trappeurs de la région, experts en massues diverses. Crewyn se promit néanmoins d’en rajouter quand il reviendrait. Plus on songerait aux drows, moins on songerait à lui... Du reste, il ne se faisait pas d’illusions : si léger que soit leur armement, s’il était remarqué, il était mort.

    Une des femelles, une petite jeune élancée avec un grand cimeterre à la ceinture, parlait plus que les autres. Elle faisait parfois de grands gestes vers les lumières de Manost que l’on apercevait loin dans le sud. Pour autant que le pâtre pouvait le deviner, elle affirmait et les autres écoutaient ses ordres sans broncher, la relançant parfois d’une simple question. La deuxième femelle, cependant, une femme apparemment plus âgée qui ramenait ses cheveux presque gris en un chignon étrange, paraissait plus critique que les autres. Les deux femmes se mesurèrent plusieurs fois du regard. Il y avait de l’orage dans l’air, sans doute des conflits d’autorité...

    - Ori'gato udossa alu ulu Manost, ilythiirin. Udos inbal natha k'lar ulu har'luth lu' natha qu'ellar ulu kla'ath...


    Mais, au finale, c’est sur une dernière intervention de la drow au cimeterre que le petit groupe se mit en branle. En un instant, tous furent sur pied, et le feu étouffé. Les six elfes noirs se mirent alors à dévaler à toute allure et sans le moindre bruit le chemin même que Crewyn venait de suivre.

    C'est qu'il faisait tout à fait nuit désormais. Dans le silence qui revenait, Crewyn entendit le léger tintement d'une cloche qui paraissait rebondir sur des rochers. En s'approchant du foyer encore fumant des elfes noirs, il trouva des bouts de laine blanche, des sabots et une carcasse encore à moitié couverte de viande. Saïdrah.


    Suite.
    Dernière modification par Lothringen ; 14/08/2007 à 22h59.
    Administratrice en charge de la Forge et des sections BG.
    Code Couleur : #7AC5CD I Arrivée à Manost et Biographie RP
    Rp en cours : Les Caprices de Fortune (MJ / Joueur)

  3. #3
    Date d'inscription
    February 2005
    Localisation
    Cergy
    Messages
    16 667
    Quête : voleur inspiré

    En provenance du Golfe de l'oubli

    Kasumi avait suivi la piste du gnome toute la journée. Cette escapade au grand air, loin de le lasser l’avait au contraire ragaillardi. Le gnome ne faisait aucun effort visible pour tenter de dissimuler les traces laissées par son poney. Le chemin qu’il avait choisi d’emprunter était également révélateur de sa nonchalance. Au lieu de chercher rapidement un abri dans l’entrelacs des sentes de la Cordillère du Faucon, le voleur avait choisi de longer négligemment l’éminence rocheuse pour louvoyer en plaine en direction de la Côte Ouest.

    Les faibles connaissances géographiques de l’île qu’avait consciencieusement acquises Kasumi durant sa traversée en mer, grâce aux cartes de la capitaine du Goéland, ne lui laissaient que peu de doutes quant aux destinations possibles du gnome : il cherchait très probablement à rejoindre la route côtière contournant les hauteurs à destination de Manost, la plus grande ville de cette partie de l’île.

    Quoiqu’il en soit, soit pensait-il ne pas être suivi, soit s’en moquait-il tout simplement. La seconde hypothèse ne laissait rien présager de bon et pouvait signifier que le gnome était assuré de pouvoir se défendre en cas de problème. Il me faudra être prudent, se dit Kasumi, plus que lors de notre première rencontre en tous cas.

    La suite à Manost
    Dernière modification par Kasumi ; 10/08/2007 à 16h52.
    "Eldath tellement qu'il est mort à force de Lathandre..." Taliesin.
    Envie de vous lancer en RP ? Ou encore de vous lancer comme MJ ?
    Modérateur de Luménis, Helonna et The Witcher.
    Mon rôdeur ici.

  4. #4
    Date d'inscription
    September 2003
    Localisation
    Wien, Österreich
    Messages
    925

    Re : [Lieu-dit] La Cordillière du Faucon

    Un petit feu de camp pétillait dans la clairière, entourée de chênes et de hêtres rabougris là où elle n'était pas bordée par le chemin. Plus pour la présence rassurante et la lumière que ça apportait que pour les dangers ou le froid qui les attendaient cette nuit. L'homme remit une branche dans le feu, tout en flattant l'encolure de sa monture, qui hennit doucement en réponse. Un humain, qui avait amorcé sa troisième décennie, aux touches grises qui commençaient à apparaître dans sa barbe chatain. Il n'était pas excessivement grand. Mais suffisamment trapu pour qu'on évite de le traiter avec trop de légèreté. Ses armes étaient à portée de lui, et il semblait savoir s'en servir assez bien pour dissuader la plupart des gêneurs. Un arc long à son dos. Une épée qui pendait le long de sa jambe. Une armure de cuir clouté éraflée. Il dégageait de lui une impression de grand calme. De sérénité.

    Il sourit à l'arrivée d'un deuxième homme, maugréant. D'un autre style. Plus fin, plus sec, guère plus grand. Avec une allure de monte en l'air qui avait clairement raté sa vocation de rôdeur. Qui ne comptait pas le moins du monde changer d'avis sur la question. Et qui le faisait régulièrement savoir depuis l'échouage sur les côtes de leur bateau, il y avait quelque dix jours de cela. Le fait qu'ils se soient égarés en cours de route contribuait à entretenir cette humeur chagrine.


    « Il nous reste combien de temps à supporter cette odeur de canasson? »


    « Trois à quatre jours jours avant d'atteindre la ville la plus proche, si on a bien suivi les instructions données par ce petit vieux à moitié sourd et gâteux. Tu pourras sentir la bière éventée autant que tu voudras après. » Il flatta l'encolure de sa bête. C'était un petit cheval aux poils longs, trapu, au tempérament calme, qui l'avait fort bien servi jusqu'ici. Pas très rapide, mais endurant, et il portait leurs affaires sans rechigner; bien plus montagnard qu'eux deux réunis; c'est bien tout ce qu'il lui demandait. « Mais je suis sûr que tu dis ça parce qu'il sait mieux repérer les dangers que toi. »

    Une petite pique. Qui n'eut qu'en réponse un grommellement exaspéré. De toute façon, aucun d'entre eux ne sentait véritablement la rose. Et même si la vie au grand air ne lui convenait pas tout à fait, il n'était pas tellement pressé d'arriver en ville à la différence de son ami. La route était assez large sur les contreforts de la chaine de montagnes, semblait assez fréquentée, et ils avaient mis le plus de distance possible entre eux et leur commanditaire. Les sommets de la Cordillière du faucon étaient derrière eux, et c'était sans regret qu'ils s'en étaient éloignés. Un océan commençait à constituer une distance appréciable, même si selon toute vraisemblance, c'était une sécurité purement illusoire. Oui. Les choses auraient pu être plus mauvaises, et de loin. Une fois en ville, ce pour quoi on les avait fort obligeamment engagés -une dague contre le cou et un sortilège de quête aidant- risquait de leur pourrir l'existence pour les prochaines semaines à venir, en restant optimiste. Au mieux, ils y laissaient la peau en essayant. Au pire... Grimace cynique.

    « Tu aurais mieux fait de mieux choisir tes amies. Ou au moins de parier sur les gagnants de l'histoire. »


    « Ouais, c'est ce que j'arrête pas de me dire à ton sujet. »
    Il éclata de rire. L'autre se renfrogna encore un peu plus. « On parie sur ce qu'on peut. » Dérision. Et il ne pouvait pas grand chose, en l'occurence. Il se roula un mégot avec les miettes de tabac qu'il lui restait, pour s'occuper les mains et en attendant que son ami récupère un semblant de bonne humeur, puis installa le campement après avoir attaché la monture à un arbre. Il y avait une différence entre ne pas se laisser marcher sur les pieds, et disons, tout simplement, mourir; négocier avec une sorcière elfe en pleine possession de ses moyens et passablement puissante -assez pour les tuer sans se fouler- plus quelques un de ses compagnons avait déjà été assez compliqué comme ça. Jusqu'ici, ils s'en sortaient bien, même si les perspectives d'avenir étaient peu enviables.
    Il alluma la cigarette en s'asseyant, prépara en silence un repas sommaire mais consistant après la journée de marche. L'autre ne se dérida pas et mangea sans un bruit.
    L'ambiance s'était posée après les protestations de la journée. Dans une ambiance tout aussi maussade.
    Dernière modification par Eliaëdel ; 23/02/2009 à 00h30.
    "I saw you hit your own chin and you're wondering why
    fat cops make bigger targets
    so don't forget:
    these things that you see just ain't right" Radar Bros - Happy spirits

  5. #5
    Date d'inscription
    September 2003
    Localisation
    Wien, Österreich
    Messages
    925

    Re : [Lieu-dit] La Cordillière du Faucon

    Le lendemain fut à peine plus intéressant. Mais le voleur semblait d'une humeur un peu meilleure. L'après midi de printemps était bien amorcée lorsqu'ils découvrirent au hasard d'un long virage un petit sentier étroit qui menait à une petite construction, bien masquée au milieu des arbres. Ils l'empruntèrent; ça leur ferait une pause qui n'était pas malvenue.

    La cabane était inoccupée lorsqu'ils arrivèrent enfin. La porte grande ouverte et les vitres brisées. L'homme s'est approché, la lame au clair. Prêt à tout éventualité. Une odeur de vieille charogne le fit reculer alors qu'il a passé sa tête devant la porte, puis plisser les yeux. Deux cadavres trainaient là.


    « Tiens, tiens. »


    Il s'est avancé dans la cahute. Il y avait eu une lutte particulièrement violente. Il ne restait plus grand chose debout; sa botte marcha sur un objet de métal. Un vieux stylet rouillé, couvert de sang séché. Avant de découvrir du regard d'autres objets, qui avaient aussi servi. Des instruments de torture. Il siffla d'un air appréciateur.


    « Joli attirail, non? » Le voleur s'était approché aussi. Pas vraiment incommodé par l'odeur non plus. « Oui. Certains maitres de guilde ne seraient pas dépaysés ici. »

    « Tu crois qu'ils ont servi sur eux? » Désignant du bout du menton les dépouilles desséchées habillées de lambeaux de vêtements, et dont les os commençaient à ressortir.

    « Possible. Mais ça m'étonnerait. On s'est plus occupé à les couper en petits morceaux et à leur créer des articulations là où il y en avait pas avant qu'aux manières douces. Ca a du prendre du temps. » Sarcasme. Ce qu'ils voyaient de leur faisait rien. Pas même le crane enfoncé par ce qui avait du être un coup d'épée particulièrement brutal. Pas de haut le coeur ou de protestations d'estomac trop fragiles. Ils en avaient vu d'autres. Et ce n'était pas leur métier où la sensiblerie menait à beaucoup de choses; sauf peut être entre quatre planches de sapin. Et ils n'avaient pas envie d'en arriver là tout de suite, même si c'est ce qui leur arriverait sans doute un jour où l'autre.

    « C'est pas quelqu'un qui voulait faire parler qui a fait ça. Régler ses comptes, en tous cas, oui. Et ça a été réussi. »


    L'autre de répondit pas. Il se baissa avant de ramasser quelque chose du bout des doigts.


    « Merde. Regarde moi ça. » Il a pâli d'un coup. Un doigt desséché. Entouré d'une chevalière caractéristique. « On dirait bien que ton amie est passée par là. » Le guerrier a regardé l'anneau et s'est figé à son tour. S'est passé la main dans la barbe en jurant. Ils venaient de retrouver une trace quasiment certaine de sa présence. Certes, plus toute récente. Mais ça puait les ennuis proches qui arrivaient au galop. Pas besoin d'être un génie pour le savoir.

    « Elle doit être toujours aussi frappée. Et toujours aussi dangereuse si elle a survécu. »
    Le si était facultatif. Il en était persuadé. Nouveaux jurons. « Famille de dingues. »
    « On fait quoi? »

    « On la prévient. Elle aurait peut être plus d'intérêt à nous garder vivants si elle apprend que deux autres de ses proches ont fini par nourrir les asticots. » Il a haussé les épaules, sans trop y croire. Mais il la préviendrait. Rien que pour voir sa tête lorsqu'elle découvrirait la nouvelle; c'était une forme de satisfaction comme une autre.

    Il sortit un petit miroir de son sac. Il dut ressortir au dehors pour ça, le cheval refusant obstinément d'approcher à moins de cinq mètres de la cabane. Prononça le mot de commande- dont on lui avait bien fait comprendre qu'il ne serait pas raisonnable de l'oublier- avec soin.
    La surface se troubla, pour laisser apparaître presque instantanément un visage. Beau, soucieux, et dur. L'air de famille avec la barde qu'ils cherchaient le surprit encore une fois.


    « Je t'attendais; je t'écoute. »
    Sans perdre de temps. Sans fioritures.
    « On a retrouvé votre frère et Serrar. Ils... » Elle l'interrompit sèchement.
    « Es tu seulement sûr qu'il s'agit bien d'eux? » Demande pressante; sur un ton particulièrement dangereux. Il montra la chevalière pour toute réponse. Sans prendre le risque de hausser les épaules.
    « Nous sommes à ou ou deux jours de la bourgade la plus proche. Et à une semaine de Manost si nos indications sont fiables. Il paraitrait possible qu'elle se soit réfugiée là bas, selon toute vraisemblance. C'est plus facile de se dissimuler dans une grande ville. » Il se tut sur la fiabilité de ses estimations; elle n'était pas censée savoir.
    La nouvelle de la perte parut l'ébranler un peu. L'enchantement palpita, fluctua, et les traits de la sorcière se brouillèrent.
    « Ca ne fait que confirmer ce à quoi nous nous attendions. »
    Elle se tut, et reprit, avec un contrôle de soi impressionnant: « C'était... intéressant, guerrier. Continue à me tenir informée si tu découvres du nouveau. » Ce n'était pas seulement une requête. Mais aussi un conseil à ne pas négliger.

    Le tout s'évanouit, et l'objet reprit son apparence initiale. Lui par contre, payait l'usage de cet artefact. Puissant, rare, et des plus étranges. Un mal de crâne des plus insoutenables s'était réveillé à l'instant où il avait cessé de fonctionner. Pas assez pour l'empêcher de se demander pourquoi il avait hérité de cette babiole si utile et non les deux imbéciles qui finissaient de sécher dans la petite cabane perdue au milieu de la montagne. Il n'était pas prêt de s'en resservir tant qu'il n'aurait pas éclairci cette question qui subitement ne lui apparaissait pas si secondaire.
    Dernière modification par Eliaëdel ; 23/02/2009 à 00h46.
    "I saw you hit your own chin and you're wondering why
    fat cops make bigger targets
    so don't forget:
    these things that you see just ain't right" Radar Bros - Happy spirits

  6. #6
    Date d'inscription
    September 2003
    Localisation
    Wien, Österreich
    Messages
    925

    Re : [Lieu-dit] La Cordillière du Faucon

    « On se casse. » Grincement ulcéré. Il a massé ses tempes longuement, mais la migraine ne s'est pas atténuée pour autant. L'autre lui a emboité le pas sans trop rechigner. Il était tout aussi préoccupé par leur avenir proche. Ils ont repris la route. En direction de la vallée, sur la sente qui serpentait paresseusement à fleur de montagne. À travers une forêt étrange de sapin et de hêtre, morcelée de clairières et d'arbres de taille respectable couchés au sol, dans un printemps qui prenait son temps. Et des moustiques. Des putains de moustiques, face aux jurons qui leur échappaient de temps à autres.

    Lorsqu'ils l'ont traversée au rythme du petit cheval, ils ont débouché dans des prairies nouvellement occupées par les bêtes. Mais le paysage bucolique ne les a pas davantage égayés. Ils ont continué à marcher. Ils avaient clairement l'air de ce qu'ils étaient. Deux voyageurs pas vraiment avenants et à bout de nerfs. Et d'humeur sombre.
    Ils finirent pas arriver à un relais, dans la vallée, tard dans l'après midi.

    Ils se sont attablés en silence après qu'un des commis se soit occupé de mettre leur bête à l'étable. La fille de salle est venue prendre leur commande. Ou plutôt, leur annoncer qu'ils auraient le choix entre le plat du soir, le plat du soir, et le plat du soir. Le procédé ne les choquait pas. L'inverse les aurait plus surpris vu la taille du relais. La fille était plutôt jolie. Brune. Assez élancée. Des taches de rousseur éparses sur le visage. Des seins qu'on devinait jolis sous le corsage. Ils n'était pas assez épuisés pour ne pas remarquer ça. Presque déplacée au milieu du trou dans lequel ils venaient de poser leurs guêtres. Mais ils n'allaient pas s'en plaindre. Nul doute qu'elle devait participer à la fréquentation de l'endroit.
    Ils étaient presque seuls. Le tenancier surveillait la salle d'un oeil morose. Les clients étaient encore peu nombreux en cette saison. Il s'est approché de leur table. Plus pour rompre l'ennui que par véritable désir de mener la conversation.
    "I saw you hit your own chin and you're wondering why
    fat cops make bigger targets
    so don't forget:
    these things that you see just ain't right" Radar Bros - Happy spirits

  7. #7
    Date d'inscription
    September 2003
    Localisation
    Wien, Österreich
    Messages
    925

    Re : [Lieu-dit] La Cordillière du Faucon

    « Des voyageurs. » Les cheveux grisonnants. Un peu dégarnis sur le front. Il était assez grand, et avec un léger embonpoint qu'on devinait assez récent. L'oeuvre de l'âge, de la bière et d'une trop longue inaction.

    « C'est pas ce qu'on a vu de plus courant ces derniers temps. L'hiver a été rude. Et on a vite fait oublier que cet endroit existe quand on veut se simplifier la vie. » Il a haussé les épaules. « Teylah. Sers une chope à nos deux amis. »
    La fille s'est approchée, a posé les bières sur la table avant de retourner en cuisine. « Vous venez d'où? »

    Sur un ton qui manquait totalement de suspicion. La question était plus machinale. Et si cela pouvait occuper sa soirée, il n'allait pas cracher dessus.

    « On devait arriver par bateau. Et suite à un petit accident de parcours, nous avons fini sur les côtes un peu précipitamment. Et... »
    Il a souri. Un peu ironique. Ce n'était pas si loin de la vérité. « Nous nous sommes un peu perdus face aux instructions qu'on nous a données pour retrouver notre route. Au moins, ça nous a fait rentabiliser ce cheval qu'on nous a fait payer à un prix proprement prohibitif. »

    « Vous avez eu de la chance. Les côtes peuvent être assez mauvaises, par ici. Mais je ne vais pas me plaindre que votre trajet vous mène à faire étape ici. »


    « Il y a eu si peu de passage ces derniers temps? »
    Une simple question. Pour sonder la boue. Le guerrier a soigneusement masqué son intérêt pour la réponse.

    « Qui irait se perdre par ici en plein hiver, lorsque les cols sont bloqués par la neige? »
    L'homme a haussé les épaules, un peu désabusé, avant de tapoter du bout de la botte une lame du plancher de mélèze. « Il n'y a guère qu'un vieux fou veuf avec sa fille, et quelques cabanes occupées par des bergers encore plus cinglés qui s'obstinent à tenir les lieux dans cette période de l'année. »

    « Il y a bien ces deux types un peu bizarres, qui s'étaient installés dans l'ancienne cabane du vieux Tim. Enfin, des elfes. C'était assez rare pour qu'on le remarque. Je ne leur ai pas vraiment parlé. Ils étaient souvent de passage. Comme s'il avaient l'air de chercher quelque chose. Puis à un moment, on ne les a plus vus. »
    Le regard de l'homme s'est figé un instant à ce souvenir. Il a secoué la tête imperceptiblement.
    « Je peux pas dire que ça nous a vraiment attristés, par ici. Ils avaient quelque chose de pas normal. Me demandez pas quoi. »

    La fille, Teylah, est sortie des cuisines. Deux assiettes fumantes de lentilles chaudes accompagnées d'un morceau d'agneau en équilibre sur le bras. Son père a hoché de la tête, avant de les déposer en face des deux voyageurs.


    « Mangez tant que c'est chaud. Si vous êtes d'humeur à discuter après, vous me trouverez derrière le comptoir. »
    Dernière modification par Eliaëdel ; 02/05/2009 à 10h42.
    "I saw you hit your own chin and you're wondering why
    fat cops make bigger targets
    so don't forget:
    these things that you see just ain't right" Radar Bros - Happy spirits

  8. #8
    Date d'inscription
    August 2003
    Messages
    4 961

    Re : [Lieu-dit] La Cordillière du Faucon

    [Quelque part dans une forêt, sur les contreforts de la Cordillière...]


    La nuit était déjà bien avancée. Le ciel étoilé baignait la forêt enneigée d'une douce lumière bleutée, réfléchie par les cristaux de glace qui recouvraient le sol et les branches des résineux. Un léger vent chatouillait les épines des arbres, refroidissant un peu plus l'atmosphère du lieu.


    Un petit nuage de vapeur d'eau se formait au-dessus de la louve à chacune de ses expirations. Son pelage gris frissonait sous la brise qui venait de se lever. Elle modifia sa position, afin de donner moins de prise au vent, et leva son museau tout en humant l'air, les oreilles en arrière et la gueule légèrement ouverte. Voilà quatre bonnes heures qu'elle cherchait de la nourriture pour nourrir sa portée de six louveteaux.
    Agés d'un vingtaine de jours, ils avaient plus que jamais besoin de son lait maternel et ce, en grande quantité. Mais sans nourriture, pas de lait. Or les quelques provisions qu'elle avait enterré tout au long des soixante trois jours de gestation étaient à présent épuisées, et ce n'était pas la meute, installée sur les hauteurs, qui lui fournirait de quoi calmer la faim de ses petits. Ni son compagnon. Leur rôle se bornait à veiller à leur sécurité, tâche qu'ils accomplissaient par leur présence, dissuasive, et quelques allées et venues. Si elle voulait de la nourriture, il lui faudrait en chasser elle-même, ce qu'elle faisait... depuis quatre heures. Quatre heures de vaines courses, quatre heures de frustrations en tout genre, à part cet écureuil des neiges que l'imprudence avait placé sur sa route. Sa maigre chair n'avait eu que pour effet de raviver sa faim. Il lui fallait cependant commencer à songer au retour ; encore quelques minutes à ce rythme et son horloge interne lui intimerait de rentrer : dix heures de chasse n'étaient que ce qu'elle pouvait s'autoriser en ce moment. Après cela, il lui faudrait reprendre quelques forces avant de repartir en quête de gibier. Et puis elle ne pouvait pas se permettre d'abandonner trop longtemps ses petits. Même si la meute ne semblait pas avoir ce type d'instincts, les jours étaient difficiles et ses louveteaux et loupiotes, des proies faciles et bien tentantes. Qui sait ? Peut-être que sur le chemin du retour, elle rencontrerait un renard... Elle bondit au-dessus d'un fourré et reprit sa marche en avant avec souplesse.

    Dix minutes plus tard, elle stoppa à nouveau : son odorat surdéveloppé venait de capter fugitivement une odeur différente de celles qu'elle humait depuis des heures. Elle n'avait pas pu la renifler suffisamment longtemps pour l'identifier précisemment, aussi tentait-elle à présent de la retrouver en jetant son museau de toutes parts. Là... oui... par là... ses pattes caressaient le tapis neigeux au fur et à mesure qu'elle avançait, ne laissant que des traces peu profondes. Sa proie se situait à un peu plus de deux kilomètres en direction du nord ; son odeur était étrange mais sans conteste celle d'un animal.
    Elle se figea à nouveau : sa cible n'était plus qu'à une centaine de mètres d'elle, ce n'était pas le moment de se faire repérer. Elle étudia la configuration de cette partie des bois et, après s'être mise sous le vent, approcha avec précaution de son objectif.
    Celui-ci gisait sur la neige, probablement depuis plusieurs heures à en juger par l'état de putréfaction qui commençait à détériorer son organisme. La chair du lièvre n'était donc plus toute fraîche, mais la louve était bien trop affamée pour s'arrêter à ce genre de considération. Avec méfiance, elle s'approcha de l'animal mort et le renifla, puis mordilla une des oreilles. En tentant de le tirer à elle, elle rencontra un peu de difficulté, comme s'il était accroché à quelque chose de plus important. Assurant sa prise plus largement dans sa gueule, elle imprima un coup sec vers l'arrière : un déclic se fit entendre, un élastique se tendit, et 2 mâchoires de bois dur se refermèrent sur la tête de la louve qui poussa un jappement. Deux corbeaux qui assistaient à la scène s'envolèrent en poussant de grands cris.
    Le piège n'avait pas tué la louve du premier coup, aussi se débattait-elle tant qu'elle pouvait, griffant la neige, grattant le collet... Mais rien n'y faisait : sa tête était fermement emprisonnée entre les dents de bois. Son agonie promettait d'être lente...
    Dernière modification par Graoumf ; 13/09/2009 à 21h06.
    "Gnorish vor kladden imtach, haddick vor lotten, an zamock vor nuamsch !"

  9. #9
    Date d'inscription
    August 2003
    Messages
    4 961

    Re : [Lieu-dit] La Cordillière du Faucon

    [Quelque part dans une forêt, sur les contreforts de la Cordillière...]


    Le soleil dardait de ses rayons la forêt qui s'éveillait. Marmottes, écureuils et autres rongeurs s'affairaient déjà au son des oisillons affamés gazouillant sur les branches des arbres. Leurs parents, des passereaux des forêts, faisaient leur toilette quotidienne ignorant les cris de leur progéniture. Ils iraient bientôt en quête de nourriture.
    En contrebas de leur perchoir, gisait la louve, recroquevillée sur elle-même. Sa langue et un mince filet de bave, solidifié par le froid, dépassaient de sa gueule ; le froid de la nuit et la rosée du matin avaient déjà commencé leur travail de conservation : son poil, jadis soyeux, était à présent recouvert d'une fine couche de glace. Si aucun charognard ne la trouvait avant, elle pouvait rester dans cet état pendant des jours.
    Deux biches paissaient ça et là quelques herbes qui dépassaient de la neige, leurs sens aux aguets. Un bruit étouffé leur fit vivement relever la tête en direction du nord. S'accordant quelques instants de réflexion, elles scrutèrent les bois minutieusement puis, d'un bond, s'enfoncèrent sans bruit dans la forêt touffue. Quelqu'un approchait...

    Habitué depuis des années à arpenter ces forêts, l'homme avançait sûrement à travers les bois. Les pans de son manteau battaient ses cuisses au rythme de ses enjambées. Ses pieds semblaient déceler la moindre ornière, la plus petite des dépressions, et les évitaient à chaque fois. Lorsque qu'aucun autre chemin n'était possible, ses mains écartaient habilement les quelques branches et roseaux qui se mettaient en travers de sa route. Au besoin, une hachette à la lame émoussée pendait à sa ceinture, mais elle semblait ne pas avoir servi depuis des hivers. Outre son manteau en haut duquel pendouillait une capuche, l'homme portait une espèce d'écharpe remontée jusqu'aux oreilles et un bonnet miteux en guise de couvre-chef, ne laissant entrevoir qu'un début de favoris gris en travers de ses joues.
    A l'approche du piège, l'homme marqua un temps d'arrêt, cherchant du regard celui-ci. Puis, apercevant sa prise, il se remit en route, ses bottes soulevant davantage de paquets de neige au fur et à mesure qu'il approchait de l'animal.
    Il s'agenouilla près de la louve et délogea sa tête du collet ; dans la manoeuvre, l'élastique du piège lui resta dans les mains, sa durée de vie achevée. Il fourra le tout dans sa poche en se promettant d'y jeter un coup d'oeil plus tard, puis hâla les trente-cinq kilos de l'animal sur son dos et repartit de là d'où il venait, sans un regard en arrière.


    [...]

    Une heure et demie plus tard, il arrivait enfin à destination. En lisière de la forêt s'élevait une petite tour de pierre et de bois, d'où s'échappait un léger fumet. Protégée par les prémisses des contreforts rocheux des montagnes qui s'élevaient derrière, cette retraite n'était pas sujette aux vents glaciaux d'altitude, de sorte qu'elle constituait un lieu agréable à vivre ; propice à la méditation et au recueillement.


    Sur le côté, une petite cabane, à moitié détruite, permettait de stocker assez de bois pour tenir quelques jours en cas de forte tempête.
    L'homme déposa son fardeau devant la porte et entreprit de décrotter ses bottes à l'aide d'un morceau de bois. Une fois cela fait, il poussa le loquet et disparut à l'intérieur de la cabane.
    Dernière modification par Graoumf ; 13/09/2009 à 21h07.
    "Gnorish vor kladden imtach, haddick vor lotten, an zamock vor nuamsch !"

  10. #10
    Date d'inscription
    August 2003
    Messages
    4 961

    Re : [Lieu-dit] La Cordillière du Faucon

    [Quelque part dans une forêt, sur les contreforts de la Cordillière...]


    Il en ressortit bientôt, armé d'un long couteau à la lame incurvée et d'une large bande d'étoffe. Il défit soigneusement son écharpe et l'accrocha à une planche qui dépassait de l'un des pans de murs de la cabane, son bonnet suivit le même chemin. Se campant de part et d'autre du corps de la louve, il entreprit de s'attaquer au cadavre. Maniant son outil avec dextérité, l'homme ne prit que quelques minutes pour dépecer l'animal.
    Il rejeta la fourrure de côté et se concentra sur les membres. Le coutelas trouvait rapidement les articulations et les tranchait sans difficulté ; il s'attarda quelques instants sur la tête qui finit par venir comme tout le reste. Restait le tronc. Empoignant son coutelas, lame vers le bas, l'homme ouvrit le ventre de la bête et écarta les parois abdominales et thoraciques pour en extraire tripes, abats et coeur qu'il rejeta de côté. Il se releva alors, s'accordant quelques secondes de répit qu'il mit à profit pour s'éponger le front d'un revers de la manche, puis se replongea dans l'ouvrage...

    L
    es membres et le tronc de la louve, soigneusement emmaillotés, sur une épaule et la fourrure sur l'autre, l'homme se dirigea vers la tour, dont il poussa la porte.
    Il reparut quelques minutes plus tard, les bras encombrés d'une écuelle remplie d'eau. Une légère fumée s'échappait de la cheminée de la tour.
    En attendant arrivé son maître, l'équidé poussa un râle :


    - Prrr !
    - Et oui mon vieux compagnon, le moment est venu.

    L'homme déposa l'écuelle hors de portée de l'équidé et se mit en devoir de panser l'animal. Cure-pied, étrille, bouchon et brosse se relayèrent durant quatre bonnes heures, l'homme ne s'arrêtant que pour s'engouffrer dans la tour de temps en temps. L'écuelle fut enfin poussée en guise de récompense.

    - Prends des forces mon ami, une longue route nous attend.

    Fouillant ses poches, l'homme produisit une pipe qu'il se mit à bourrer et s'éloigna en direction d'un tas de pierres, près duquel il s'assit. Il y resta une petite heure, marmonnant d'inintelligibles paroles de temps à autre.

    [...]

    L'heure du départ approchait. La monture fut sellée, chargé de victuailles et d'eau - de quoi tenir quelques jours en autonomie. Toutes les affaires nécessaires au voyage étaient dans les sacoches : couteau, briquet, corde, collets, casque, marteau... la fourrure de la louve en travers ; l'homme ne laissait que très peu de choses derrière lui.
    Il se hissa sur le solipède puis regarda une dernière fois ce qui avait été sa demeure durant la moitié de sa vie et, le coeur serré, intima l'ordre à sa monture de se mettre en route. Celle-ci s'éloigna en trottinant... vers Manost
    Dernière modification par Graoumf ; 10/11/2009 à 03h11.
    "Gnorish vor kladden imtach, haddick vor lotten, an zamock vor nuamsch !"

  11. #11
    Avatar de Mornagest
    Mornagest est déconnecté Chantre du mauvais goût
    Date d'inscription
    October 2003
    Localisation
    Juste derrière vous, prêt à hurler BOUH !
    Messages
    14 117

    Quête : le réveil de l'Ombre

    En provenance du Bosquet des Pierres (Quête : cœur de sève)

    La route fut longue, et une véritable torture pour Umbre, qui grimaçait maintenant à chaque cahot de sa monture sur le chemin de terre qui menait droit vers la cordillère. Allaient-ils tenter la traversée par les montagnes ? Il ne pourrait pas tenir en selle s'ils grimpaient trop...

    Fort heureusement, le sentier bifurqua à un endroit encore relativement éloigné de la chaîne de montagnes. L'une des deux branches semblait se rendre vers la côte, invisible depuis leur position, mais dont on devinait la proximité au vent qui soufflait tranquillement, mais qui apportait son lot d'odeurs caractéristiques des embruns marins.


    "Nous pouvons peut-être faire une halte ici. Je pense que notre ami a déjà eu sa part de souffrances pour la journée... même si c'est vrai qu'il nous reste encore sans doute au moins deux jours de voyage.
    - Ce serait peut-être plus court par les montagnes...
    - Plus dangereux, surtout. Et la difficulté du tracé contrebalance sa longueur réduite." Il se tourna vers le moine. "Désires-tu te reposer un peu ? Nous ne sommes pas très en retard...
    Administrateur général, également en charge des sections The Witcher, Icewind Dale et Morrowind

    Pseudonyme en RP : Hugues Montfort. Rejoignez Melandis, la Cité du Chaos
    Ma biographie ainsi que mes quêtes et ma couleur RP #6C84FF

    "Ne vous imaginez pas être différente de ce qu'il eût pu sembler à autrui que vous fussiez ou eussiez pu être en restant identique à ce que vous fûtes sans jamais paraître autre que vous n'étiez avant d'être devenue ce que vous êtes."
    (Lewis Caroll)

  12. #12
    Date d'inscription
    August 2008
    Localisation
    Quelque part en France
    Messages
    2 239

    Quête : le réveil de l'Ombre

    en provenance de bosquet des pierres (Quête : cœur de sève)

    Le simple fait de tenir en selle était un calvaire pour Umbre, mais il ne voulait surtout pas être mal vu par les autres et il serrait donc les dents depuis des heures. Lorsque le mage lui parla il hésita sur la conduite à tenir. "Je ne voudrais pas déranger la mission."
    Au fond de lui Umbre souhaitait qu'ils s'arrêtent.
    Dernière modification par Umbre ; 25/03/2010 à 22h49.
    Le vrai pouvoir se cache dans l'ombre.

    La bio de Umbre, Tieffline demi Elfe de Lune et moine de la Lune Noire: ici
    Quêtes en cour: Le voyage de l'Ombre et Le réveil de l'Ombre couleur RP: #FFCC33

  13. #13
    Avatar de Mornagest
    Mornagest est déconnecté Chantre du mauvais goût
    Date d'inscription
    October 2003
    Localisation
    Juste derrière vous, prêt à hurler BOUH !
    Messages
    14 117

    Quête : le réveil de l'Ombre

    "Fadaises !", s'écria Brianna. "Tu tiens à peine en selle. Ne tente pas de te surpasser. Ce serait une erreur qui pourrait s'avérer mortelle, si tu as affaire à des adversaires puissants. Mais le pire ennemi que tu puisses jamais rencontrer, c'est toi-même..."

    Le groupe mettait déjà pied à terre. Le moine ne semblait guère avoir le choix, finalement...

    "De toute façon, il est temps que tu commences à te préparer pour ton rituel. D'autant qu'il pourra peut-être t'aider à récupérer plus rapidement, qui sait ?"
    Administrateur général, également en charge des sections The Witcher, Icewind Dale et Morrowind

    Pseudonyme en RP : Hugues Montfort. Rejoignez Melandis, la Cité du Chaos
    Ma biographie ainsi que mes quêtes et ma couleur RP #6C84FF

    "Ne vous imaginez pas être différente de ce qu'il eût pu sembler à autrui que vous fussiez ou eussiez pu être en restant identique à ce que vous fûtes sans jamais paraître autre que vous n'étiez avant d'être devenue ce que vous êtes."
    (Lewis Caroll)

  14. #14
    Date d'inscription
    August 2008
    Localisation
    Quelque part en France
    Messages
    2 239

    Quête : le réveil de l'Ombre

    Umbre descendit tant bien que mal de sa monture, avec son bras cassé et l'autre encore douloureux, il ne pouvait pas aidé beaucoup le groupe pour monter le camp, il essaya de ramasser un peu de bois mort pour le feu à l'aide de sa main encore valide. Il avait aussi des douleurs dans le dos car il n'était pas habitué à tenir en selle et le stresse de tomber n'avait pas aidé...
    Il se demandait toujours ce qu'allait être le rituel dont lui parlait le mage...
    Le vrai pouvoir se cache dans l'ombre.

    La bio de Umbre, Tieffline demi Elfe de Lune et moine de la Lune Noire: ici
    Quêtes en cour: Le voyage de l'Ombre et Le réveil de l'Ombre couleur RP: #FFCC33

  15. #15
    Avatar de Mornagest
    Mornagest est déconnecté Chantre du mauvais goût
    Date d'inscription
    October 2003
    Localisation
    Juste derrière vous, prêt à hurler BOUH !
    Messages
    14 117

    Quête : le réveil de l'Ombre

    Petit à petit, la troupe s'installa, et les discussions purent reprendre tranquillement. La région était paisible, et le temps maintenu au beau fixe. Ils pouvaient aborder sereinement la soirée sans trop de craintes, même si chacun était en réalité prêt à réagir à la moindre menace extérieure ; une seconde nature chez ces assassins confirmés et entraînés depuis de longues années.

    Le mage vint alors trouver Umbre.


    "Te sens-tu prêt ? Tu risques d'affronter certaines épreuves assez périlleuses... je ne puis t'en dire plus, cependant."
    Administrateur général, également en charge des sections The Witcher, Icewind Dale et Morrowind

    Pseudonyme en RP : Hugues Montfort. Rejoignez Melandis, la Cité du Chaos
    Ma biographie ainsi que mes quêtes et ma couleur RP #6C84FF

    "Ne vous imaginez pas être différente de ce qu'il eût pu sembler à autrui que vous fussiez ou eussiez pu être en restant identique à ce que vous fûtes sans jamais paraître autre que vous n'étiez avant d'être devenue ce que vous êtes."
    (Lewis Caroll)

  16. #16
    Date d'inscription
    August 2008
    Localisation
    Quelque part en France
    Messages
    2 239

    Quête : le réveil de l'Ombre

    Il attendait se moment depuis que le mage lui en avait parlé. Umbre ne savait pas vraiment à quoi s'attendre mais la curiosité et les promesses de pouvoirs sont une motivation plus que suffisante. Malgré la douleur il voulait savoir et tenter l'expérience. "Oui, je le suis."
    Le vrai pouvoir se cache dans l'ombre.

    La bio de Umbre, Tieffline demi Elfe de Lune et moine de la Lune Noire: ici
    Quêtes en cour: Le voyage de l'Ombre et Le réveil de l'Ombre couleur RP: #FFCC33

  17. #17
    Avatar de Mornagest
    Mornagest est déconnecté Chantre du mauvais goût
    Date d'inscription
    October 2003
    Localisation
    Juste derrière vous, prêt à hurler BOUH !
    Messages
    14 117

    Quête : le réveil de l'Ombre

    Il hocha la tête. La détermination d'Umbre était primordiale pour la suite des opérations. Sa volonté serait mise à mal durant le processus, bien plus que son enveloppe physique, qui, elle, reposerait simplement dans l'herbe tiède de la plaine...

    "Bien. Pour faciliter le rituel, il serait bon que tu entres en méditation. Que tu fasses abstraction du monde qui t'entoure. Que tu te détaches de la réalité. Que tu ne penses plus à rien..."

    Ce genre d'exercices, le moine les pratiquait régulièrement. Malgré le bruit des conversations, malgré la douleur qui l'assaillait par vagues régulières et désagréables, il pouvait réussir à s'extraire de tout cela, et méditer. Il obtempéra donc aux injonctions du magicien...
    Administrateur général, également en charge des sections The Witcher, Icewind Dale et Morrowind

    Pseudonyme en RP : Hugues Montfort. Rejoignez Melandis, la Cité du Chaos
    Ma biographie ainsi que mes quêtes et ma couleur RP #6C84FF

    "Ne vous imaginez pas être différente de ce qu'il eût pu sembler à autrui que vous fussiez ou eussiez pu être en restant identique à ce que vous fûtes sans jamais paraître autre que vous n'étiez avant d'être devenue ce que vous êtes."
    (Lewis Caroll)

  18. #18
    Date d'inscription
    August 2008
    Localisation
    Quelque part en France
    Messages
    2 239

    Quête : le réveil de l'Ombre

    Umbre ferma les yeux, il ralenti son souffle et le fit plus profond. Sa respiration se faisait maintenant avec le ventre, ses muscles se détendirent petit à petit, grâce à ça les courbatures du voyage et son bras lui firent un peu moins mal au début, puis les son commencèrent à devenir de plus en plus lointain. Son coeur ralentissait ses battements, ses pensées devinrent de plus en plus abstraite, son esprit commença lentement à se détacher de son corps, puis son corps et son esprit furent en méditation, à la fois distant et ne faisant qu'un. Umbre était bien et détendu comme le souhaitait le mage.
    Dernière modification par Umbre ; 26/03/2010 à 22h33.
    Le vrai pouvoir se cache dans l'ombre.

    La bio de Umbre, Tieffline demi Elfe de Lune et moine de la Lune Noire: ici
    Quêtes en cour: Le voyage de l'Ombre et Le réveil de l'Ombre couleur RP: #FFCC33

  19. #19
    Avatar de Mornagest
    Mornagest est déconnecté Chantre du mauvais goût
    Date d'inscription
    October 2003
    Localisation
    Juste derrière vous, prêt à hurler BOUH !
    Messages
    14 117

    Quête : le réveil de l'Ombre

    Il attendit quelques minutes encore avant de procéder au début du rituel, s'assurant qu'Umbre était parfaitement réceptif aux sortilèges à venir. Pendant ce temps, il avait sorti les diverses plantes qu'il avait récoltées au cours du voyage. Une dizaine d'espèces variées étaient allongées sur l'herbe, parmi lesquelles du cresson, de la digitale, des racines de lupins, de l'herbe-aux-tanneurs et de la jusquiame. La plupart d'entre elles possédaient des effets psychotropes, voire mortels en cas de dose trop importantes. Le magicien connaissait heureusement ces effets sur le bout des doigts, et savait exactement quelle quantité apporter pour plonger Umbre dans l'état comateux désiré.

    Il lança alors une incantation, longue mais assez facile, afin d'amplifier l'état de méditation du moine. Vint ensuite le rituel proprement dit, qui consistait en plusieurs sortilèges, mais également en l'ingestion d'une fraction des plantes récoltées. Le mage en glissa une première fraction dans la bouche du moine, lui intimant fermement, mais doucement l'ordre de l'avaler.

    Lentement, Umbre quitta vraiment le monde réel et entra progressivement dans celui, jouxtant l'état de mort apparente, de coma. Ses songes commençaient à apparaître rapidement.

    Il se trouvait seul, maintenant, dans une grande étendue de terres désolées et noircies. Il faisait très chaud, et il en comprit la raison : une petite rivière de lave coulait non loin de lui, rapide et bouillonnante. Il regarda instinctivement ses mains, constatant que ses atours physiques d'origine démoniaque étaient largement accentués : des écailles rouges ornaient le dos de ses mains, et sa peau était un véritable cuir.
    Administrateur général, également en charge des sections The Witcher, Icewind Dale et Morrowind

    Pseudonyme en RP : Hugues Montfort. Rejoignez Melandis, la Cité du Chaos
    Ma biographie ainsi que mes quêtes et ma couleur RP #6C84FF

    "Ne vous imaginez pas être différente de ce qu'il eût pu sembler à autrui que vous fussiez ou eussiez pu être en restant identique à ce que vous fûtes sans jamais paraître autre que vous n'étiez avant d'être devenue ce que vous êtes."
    (Lewis Caroll)

  20. #20
    Date d'inscription
    August 2008
    Localisation
    Quelque part en France
    Messages
    2 239

    Quête : le réveil de l'Ombre

    Les hurlements étaient un fond sonore bien étrange, des flammes, de la glace, des diables dans ciel en feu tendit que la glace couvrait le sol noirci par endroit. Au loin un énorme fleuve parcourait le paysage et le vent soulevait la poussière. La rivière de lave sinuait entre les roches escarpé. Umbre était seul et en regardant autour de lui il vit que son ombre n'était plus là. Pour la première fois de sa vie il était sans elle. Du regard il commença à la chercher. Il commença à marcher dans ce lieu qui lui était à la fois inconnu et familier.
    Le vrai pouvoir se cache dans l'ombre.

    La bio de Umbre, Tieffline demi Elfe de Lune et moine de la Lune Noire: ici
    Quêtes en cour: Le voyage de l'Ombre et Le réveil de l'Ombre couleur RP: #FFCC33

  21. #21
    Avatar de Mornagest
    Mornagest est déconnecté Chantre du mauvais goût
    Date d'inscription
    October 2003
    Localisation
    Juste derrière vous, prêt à hurler BOUH !
    Messages
    14 117

    Quête : le réveil de l'Ombre

    Un peu déstabilisé, Umbre avança sans but réel, ne sachant vraiment où il était, malgré le fait qu'il sentait qu'il connaissait ce lieu, sans l'avoir jamais vu. Comme s'il l'avait déjà rêvé avant de le rencontrer vraiment.

    Il marchait d'un pas lent, évitant soigneusement les aspérités du sol. Les cendres recouvrant ce dernier ne lui permettait en outre pas une progression aisée ; cela collait à ses bottes, et il s'enfonçait de quelques centimètres à chaque pas. La fatigue de ses muscles ne tarda pas à se faire sentir.

    Alors qu'il contournait un promontoire rocheux aux formes étranges et inquiétantes, une ombre plana au-dessus de sa tête, puis vint se poser brusquement, mais sans bruit, à quelques pas devant lui. Une forme ailée qui se déployait maintenant, dardant vers lui un regard sombre. Deux yeux rouges à la lueur intelligente, d'une intelligence malsaine. La peau de la créature ressemblait à s'y méprendre à celle d'Umbre, mais les écailles étaient nettement plus découpées. Un véritable démon, probablement.


    "Tu n'es pas des nôtres, mortel. Pas tout à fait. Que fais-tu ici ?" La voix était profonde, gutturale. Il ne devait pas manier le commun très régulièrement.
    Administrateur général, également en charge des sections The Witcher, Icewind Dale et Morrowind

    Pseudonyme en RP : Hugues Montfort. Rejoignez Melandis, la Cité du Chaos
    Ma biographie ainsi que mes quêtes et ma couleur RP #6C84FF

    "Ne vous imaginez pas être différente de ce qu'il eût pu sembler à autrui que vous fussiez ou eussiez pu être en restant identique à ce que vous fûtes sans jamais paraître autre que vous n'étiez avant d'être devenue ce que vous êtes."
    (Lewis Caroll)

  22. #22
    Date d'inscription
    August 2008
    Localisation
    Quelque part en France
    Messages
    2 239

    Quête : le réveil de l'Ombre

    "Je cherche mon ombre, je cherche le pouvoir."dit Umbre La sensation de puissance dégagée par la créature était impressionnante, et Umbre se sentait ridicule, pratiquement tétanisé par le diable. Un diablotin apparu de derrière un rocher, il regarda la scène d'un aire amusé avant de lancer:
    "Petit mortel au sang éternel, vient parmi nous et pas pour des clous. Tu te sens chez toi, cela tu nous le doit, car tu es en parti des notre, tu n'es pas comme les autres. Ton ombre est ici, car elle est ton amie. Il faut rêver de grandeur pour pouvoir prendre de l'ampleur. Tu nous appartiens déjà, bien que tu ne le sache pas. Bienvenus à Baator, bien que tu ne sois pas mort encore. Tout est question de puissance, demande au diable ce qu'il en pense. Des pouvoirs tu as, ils sont caché en toi. A toi de trouver, ce que tu veux posséder. Fais bien attention petit Cambion car nous t'apprécions, mais il reste des conditions." Le diablotin parti en fou rire avant de disparaitre comme si il n'avait jamais existé. Le diable semblait regarder Umbre avec détaille, comme si il lui trouvait un nouvel intérêt.
    Dernière modification par Umbre ; 27/03/2010 à 15h47.
    Le vrai pouvoir se cache dans l'ombre.

    La bio de Umbre, Tieffline demi Elfe de Lune et moine de la Lune Noire: ici
    Quêtes en cour: Le voyage de l'Ombre et Le réveil de l'Ombre couleur RP: #FFCC33

  23. #23
    Avatar de Mornagest
    Mornagest est déconnecté Chantre du mauvais goût
    Date d'inscription
    October 2003
    Localisation
    Juste derrière vous, prêt à hurler BOUH !
    Messages
    14 117

    Quête : le réveil de l'Ombre

    Le démon resta un moment coi, toisant Umbre de son regard perçant, comme s'il le sondait afin d'en déceler tous les secrets. Son ombre... un suivant de la Lune Noire en ces lieux ? Voilà qui s'avérait intéressant. Mais dans ce cas, pourquoi ne le suivait-elle pas ? L'avait-elle quitté lorsqu'il était parvenu ici ? Tant de questions que le démon ne parvenait pas à résoudre.

    "Tu la récupèreras plus tard. Peut-être. Cela ne dépend que de toi, et de tes capacités propres à survivre à cet endroit."

    Il leva la tête vers le "ciel", semblant humer quelque chose, puis revint à Umbre.

    "Ta présence ici nous importune. Tu n'as rien à faire sur notre territoire. Aussi, et parce que tu es, quelque part, l'un des nôtres, bien que mêlé à ces maudits mortels, je t'avertis : échoue à trouver la sortie, et tu périras de ma main. Es-tu prêt ?"

    Et avant même que le moine n'eût le temps de répondre, le démon fondit sur lui, toutes griffes dehors...
    Administrateur général, également en charge des sections The Witcher, Icewind Dale et Morrowind

    Pseudonyme en RP : Hugues Montfort. Rejoignez Melandis, la Cité du Chaos
    Ma biographie ainsi que mes quêtes et ma couleur RP #6C84FF

    "Ne vous imaginez pas être différente de ce qu'il eût pu sembler à autrui que vous fussiez ou eussiez pu être en restant identique à ce que vous fûtes sans jamais paraître autre que vous n'étiez avant d'être devenue ce que vous êtes."
    (Lewis Caroll)

  24. #24
    Date d'inscription
    August 2008
    Localisation
    Quelque part en France
    Messages
    2 239

    Quête : le réveil de l'Ombre

    Umbre senti une décharge d'énergie le parcourir. La haine et le mal décuplés par les lieux le rendait particulièrement vindicatif, ses crocs déjà sorti à cause des lieu devinrent encore plus grands, ses griffes grandirent et il senti quelque chose qui essayait de sortir de son dos au niveau de ses omoplates. Ses yeux devinrent noirs sa peau fonça elle aussi. Il sentait que l'énergie était en lui, il ne lui manquait qu'un petit quelque chose pour la dominer. Umbre commença par se jeter sur le côté avec une roue sans les mains pour esquiver l'arriver du diable et se mettre à distance. Alors qu'il était en l'aire le diable fendit l'aire en vole et étendit son bras avec une facilité déconcertante pour griffer Umbre sur la jambe la plus proche de lui. Umbre du mettre les mains au sol pour ne pas s'écraser sur la tête.
    Le vrai pouvoir se cache dans l'ombre.

    La bio de Umbre, Tieffline demi Elfe de Lune et moine de la Lune Noire: ici
    Quêtes en cour: Le voyage de l'Ombre et Le réveil de l'Ombre couleur RP: #FFCC33

  25. #25
    Avatar de Mornagest
    Mornagest est déconnecté Chantre du mauvais goût
    Date d'inscription
    October 2003
    Localisation
    Juste derrière vous, prêt à hurler BOUH !
    Messages
    14 117

    Quête : le réveil de l'Ombre

    Le coup porté aurait pu lui arracher un bras sans peine, mais, alors qu'il s'attendait à mourir sur-le-champs, ou à s'évanouir de douleur, Umbre ne ressentit... rien, sinon le choc lui-même, largement atténué. Il chut à terre, les paumes enfoncées dans la cendre collante et visqueuse - impression immonde qu'il ressentit quelques secondes après s'être relevé, comme si son esprit était entièrement focalisé sur l'absence de douleur.

    Redressé, il fixa le démon, qui était resté immobile suite à son attaque aussi violente que brève.


    "Humpf. Aucun réflexe... et tu comptes survivre ici ? Tu es bien naïf... mais je te laisse ta chance. Essaie de quitter ce lieu."

    Il reprit alors son envol, laissant seul Umbre avec ses réflexions.
    Administrateur général, également en charge des sections The Witcher, Icewind Dale et Morrowind

    Pseudonyme en RP : Hugues Montfort. Rejoignez Melandis, la Cité du Chaos
    Ma biographie ainsi que mes quêtes et ma couleur RP #6C84FF

    "Ne vous imaginez pas être différente de ce qu'il eût pu sembler à autrui que vous fussiez ou eussiez pu être en restant identique à ce que vous fûtes sans jamais paraître autre que vous n'étiez avant d'être devenue ce que vous êtes."
    (Lewis Caroll)

  26. #26
    Date d'inscription
    August 2008
    Localisation
    Quelque part en France
    Messages
    2 239

    Quête : le réveil de l'Ombre

    Umbre resta silencieux, mais sa haine se cessait de grandir, comme un feu qui le dévorait. Contre lui, contre son adversaire, contre tout ce qui existait. Il commença à marteler le sol avec ses poings avant de reprendre le contrôle de lui même, il fallait qu'il retrouve son ombre, son amie. Il se dirigea vers la rivière de lave faute de but précis ou d'endroit pour commencer ses recherches.
    Le vrai pouvoir se cache dans l'ombre.

    La bio de Umbre, Tieffline demi Elfe de Lune et moine de la Lune Noire: ici
    Quêtes en cour: Le voyage de l'Ombre et Le réveil de l'Ombre couleur RP: #FFCC33

  27. #27
    Avatar de Mornagest
    Mornagest est déconnecté Chantre du mauvais goût
    Date d'inscription
    October 2003
    Localisation
    Juste derrière vous, prêt à hurler BOUH !
    Messages
    14 117

    Quête : le réveil de l'Ombre

    À mesure qu'il s'en approchait, Umbre pouvait ressentir les vagues de chaleur sèche qui en émanaient. Le spectacle était intéressant à voir : les morceaux de roche encore solides fusionnaient petit à petit avec le fluide visqueux et bouillant, et il pensa vaguement à l'analogie avec un morceau de sucre dans le thé de Kara-Tur - le meilleur de tout Toril.

    La rivière faisait environ deux mètres de large. Il pouvait éventuellement passer par dessus, en prenant un bon élan, et en espérant que le sol fût assez solide sous ses pieds pour ne pas amoindrir son impulsion.
    Administrateur général, également en charge des sections The Witcher, Icewind Dale et Morrowind

    Pseudonyme en RP : Hugues Montfort. Rejoignez Melandis, la Cité du Chaos
    Ma biographie ainsi que mes quêtes et ma couleur RP #6C84FF

    "Ne vous imaginez pas être différente de ce qu'il eût pu sembler à autrui que vous fussiez ou eussiez pu être en restant identique à ce que vous fûtes sans jamais paraître autre que vous n'étiez avant d'être devenue ce que vous êtes."
    (Lewis Caroll)

  28. #28
    Date d'inscription
    August 2008
    Localisation
    Quelque part en France
    Messages
    2 239

    Quête : le réveil de l'Ombre

    Il décida de remonter la rivière de lave. Il n'avait aucune idée de l'endroit ou aller alors il pensa que trouver la source pouvait être un symbole. De par son sang il avait mieux résisté au feu que les mortels sur Faérûn et ici ce genre de don était décuplé, mais malgré cela il sentait bien que la lave était bien trop chaude pour lui et il préféra garder une certaine distance avec la rivière pour éviter toute mauvaise surprise... Il fallait l'admettre il était perdu mais seul les promesses de pouvoirs lui donnait envi de continuer.
    Le vrai pouvoir se cache dans l'ombre.

    La bio de Umbre, Tieffline demi Elfe de Lune et moine de la Lune Noire: ici
    Quêtes en cour: Le voyage de l'Ombre et Le réveil de l'Ombre couleur RP: #FFCC33

  29. #29
    Avatar de Mornagest
    Mornagest est déconnecté Chantre du mauvais goût
    Date d'inscription
    October 2003
    Localisation
    Juste derrière vous, prêt à hurler BOUH !
    Messages
    14 117

    Quête : le réveil de l'Ombre

    Il marcha donc, ressentant la chaleur irradier de la rivière, sèche et rougeoyante. À mesure qu'il avançait, Umbre essayait d'apercevoir l'origine de ce flot de lave, mais il n'en voyait aucune : jusqu'à l'horizon, de la lave en coulée, toujours, toujours.

    Alors qu'il s'arrêta un instant pour jeter un coup d'œil circulaire, il se rendit compte que d'autres filets de lave coulaient autour de lui. Et, avec un sursaut de surprise et d'horreur, que derrière lui, là où il avait posé les pieds quelques instants auparavant, le magma ruisselait également. Il était cerné.
    Administrateur général, également en charge des sections The Witcher, Icewind Dale et Morrowind

    Pseudonyme en RP : Hugues Montfort. Rejoignez Melandis, la Cité du Chaos
    Ma biographie ainsi que mes quêtes et ma couleur RP #6C84FF

    "Ne vous imaginez pas être différente de ce qu'il eût pu sembler à autrui que vous fussiez ou eussiez pu être en restant identique à ce que vous fûtes sans jamais paraître autre que vous n'étiez avant d'être devenue ce que vous êtes."
    (Lewis Caroll)

  30. #30
    Date d'inscription
    August 2008
    Localisation
    Quelque part en France
    Messages
    2 239

    Quête : le réveil de l'Ombre

    La lave était partout il accéléra le pas en quête d'un abri. Il ne devait pas paniquer pour ne pas faire n'importe quoi. Dans le ciel, des diables volaient haut dans le ciel, mais il savait qu'aucun viendrait l'aider... Au bout d'un moment il n'eut plus le choix, il lui fallait sauter par dessus la rivière pour continuer. Il prit un peu d'élan, sauta, mais le sol se déroba sous ses pieds, ce qui entraina un manque total de puissance de son saut. Malgré son cri Umbre atterrit dans la lave...
    Dernière modification par Umbre ; 28/03/2010 à 20h17.
    Le vrai pouvoir se cache dans l'ombre.

    La bio de Umbre, Tieffline demi Elfe de Lune et moine de la Lune Noire: ici
    Quêtes en cour: Le voyage de l'Ombre et Le réveil de l'Ombre couleur RP: #FFCC33

Page 1 sur 2 12 DernièreDernière

Discussions similaires

  1. [Lieu] Cojum
    Par Kasumi dans le forum Les Côtes du Sud
    Réponses: 839
    Dernier message: 07/03/2016, 21h07
  2. [Lieu] La rue des Chapeliers
    Par Kasumi dans le forum La Place du Temple
    Réponses: 48
    Dernier message: 29/06/2015, 00h46
  3. [Lieu] La rue des bateleurs
    Par Folken dans le forum Les Arcades
    Réponses: 20
    Dernier message: 07/07/2010, 21h28
  4. [Lieu] Aghoralis
    Par Morgon dans le forum Les Plaines du Centre
    Réponses: 41
    Dernier message: 17/11/2006, 14h25
  5. [Lieu-dit] Le Pic du Dragon
    Par Perdigan Foxglove dans le forum Les archives de Lumenis
    Réponses: 1
    Dernier message: 27/07/2004, 12h16

Les tags pour cette discussion

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •  

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 203 204 205 206 207 208 209 210 211 212 213 214 215 216 217 218 219 220 221 222 223 224 225 226 227 228 229 230 231 232 233 234 235 236