Le pan de mur s’effondra dans un vacarme assourdissant, soulevant d’épais nuages d’une poussière ancestrale. Les volutes de scories se répandirent dans la pièce, formant un fin linceul brunâtre qui semblait littéralement happer les jambes fébriles des pillards aux aguets. Plusieurs affreux sourires se dessinèrent sur les visages couverts de balafres suppurantes : tous les regards se portaient vers l’inquiétante caverne emplie de pénombre que l’éboulement avait découverte. Les hommes, tenant nerveusement leurs faibles tisons, s’engagèrent dans le passage, vers un inconnu de tourments…

La galerie se prolongeait inlassablement, le moral des brigands était mis à rude épreuve, mais aucun n’osait rebrousser chemin, tétanisé par une peur insidieuse tapie au fin fond de son âme. Cela faisait déjà plusieurs jours qu’ils étaient partis, mais aucun n’aurait pu le dire avec plus de précision. La notion du temps semblait s’être éteinte en ces lieux maudits, augmentant interminablement les moments de souffrance et écourtant avec férocité les exceptionnelles périodes de réconfort au coin du feu crépitant. Une grande partie d’entre eux se doutaient qu’ils ne reviendraient jamais de ce périple, mais leurs cœurs angoissés refusaient de l’admettre.

Le premier à remarquer le froid intense ayant envahi l’atmosphère fut Dorzan, mais bientôt, ils furent plusieurs à grelotter piteusement en tentant de réajuster leurs pelisses rapiécées. Mais cela ne suffisait guère, l’air glacé traversait les vêtements, frigorifiant les hommes jusqu’à la moelle. Quelques secondes plus tard, tous eurent convenu qu’il s’agissait d’un phénomène surnaturel et la majorité voulurent rebrousser chemin, cependant le seul regard lourd de haine et de mépris de leur chef, le dénommé Herdual, suffit à les faire changer d’avis.

Quelques heures plus tard, le dédalle se termina, une massive paroi de pierre aussi noire que l’obsidienne l’obstruait, véritable barrière mystique érigée à un emploi protecteur. La lueur des torches dévoila une étrange écriture flamboyante gravée à même le roc, parsemée de sigles et de symboles aux allures machiavéliques. Une minuscule interstice triangulaire se devinait au centre de l’inquiétant « tableau ». Herdual y glissa un fin objet métallique dans un rauquement sinistre, si ce qu’on lui avait promis était vrai, il deviendrait à la tête d’une fortune colossale dans les prochaines secondes...

Un rictus diabolique se forma sur son faciès émacié, un léger déclic venait de se produire et une partie de la cloison paraissait être devenue amovible. Les brigands tirèrent de toutes leurs forces, s’ouvrant peu à peu un passage vers une mort abominable. Dans un langoureux frottement pierreux, l’accès fut dégagé… Dévoilant une grande et austère salle, envahie par une multitude de jarres en terre cuite remplies d’un infâme liquide corrosif et putrescent, bien loin des richesses prévues. Mais le pire restait le large mausolée trônant au centre, composé de quatre colonnes striées soutenant une froide coupole envenimée par des ténèbres incommensurables. Une dalle gargantuesque reposait patiemment au centre de l’édifice, un terrible sentiment de tristesse envahit soudainement le cœur des hommes, malgré le nombre impressionnant de protections magiques. Un petit sceptre jaunâtre à l’aspect commun était profondément fiché dans la structure de la dalle, une aura indéfinissable entourait le mythique artefact… Herdual hurla de rage devant ce spectacle funèbre, rêvant de coffres remplis de pierres précieuses. Frustré, il se jeta sur la dalle avec véhémence et commença à tenter d’en extirper le sceptre. Par on ne sait quel miracle, l’objet se délogea dans un bruissement fluide. Alors qu’il savourait sa frugale victoire, il sentit brutalement un profond sentiment d’intuition se réveiller en lui. « Fuit ! Fuit ! Fuit ! » Bondissant avec prestance, il fondit vers l’entrée de la salle et dépassa la voûte décharnée du Sépulcre, tenant fermement le sceptre entre ses mains calleuses. Les hommes regardèrent interloqués leur chef disparaître si brusquement, ne sachant que faire. Le profond mutisme fut alors interrompu, un grondement sourd venu d’outre-tombe s’insinua dans la salle déjà bien froide, paralysant les pillards d’une frayeur dantesque. Le froid se fit soudain plus fort, gelant les organismes, tuant… Lorsque le dernier homme s’effondra raide mort, la gigantesque dalle était grande ouverte, laissant apercevoir une ouverture béante emplie de cauchemar.

La créature était enfin libre…

Suite ici ([Quête] L'Assaut des Morts)