Affichage des résultats 1 à 20 sur 20

Discussion: [Bâtiment] Palais de Melandis

  1. #1
    dragum Invités

    [Bâtiment] Palais de Melandis

    Un immense palais de granit se dresse à cet endroit. La façade est magnifiquement ouvragée, moultes gravures l'ornent et la décorent avec un goût subtil et inéniable. Le palais en lui-même est entouré d'un immense jardin où fleurissent des plantes magnifiques, toutes plus splendides les unes que les autres, et toutes imprégnées de poisons plus ou moins fulgurants.
    Une immense porte de bronze s'ouvre sur l'intérieur du palais impérial. Une immense allée s'étend alors, croisée par des dizaines de couloirs perpendiculaires, formant un véritable dédale. Les murs y sont recouverts de tapisseries relattant le passé du peuple Mélandien, et celui de l'Impératrice Venuma. D'immenses colones de marbre s'élèvent vers la voûte qui domine les visiteurs à une dizaine de mêtres de haut. Celle-ci majestueusement décorée de magnifiques peintures.
    Au fond du couloir principal recouvert d'un tapis de velours pourpre, derrière une magnifique porte d'argent, une gigantesque salle, au faste sans pareil. Et au milieu un splendide trône, tout de mithryl incrusté des gemmes les plus précieuses et les plus rares, des opales, des esseulites, des larmes des rois. Sur le trône un petit coussin de velour pourpre, brodé d'or et d'argent. Une troupe de soldats d'élite gardent la salle du trone de Venuma, leurs hallebardes merveilleusement ouvragées scintillant à la lumière du soleil qui perce une voûte toute de cristal, éclairant les armures d'adamantine des soldats de la garde personnelle de l'Impératrice. En ces Lieux tout n'est que luxe et richesses. Un palais digne de la dirigeante des Mélandiens !


    Bien entendu, nul ne peut se promener impunément dans le palais de Venuma à défaut d'être un de ses proches !

    (Hrp : Merci à Nathiel pour le coup de pouce )

  2. #2
    Date d'inscription
    July 2003
    Localisation
    Dans l'antre de la fooooliiiie
    Messages
    1 152
    Cela faisait maintenant quelques mois que le jeune héritier au trône impérial était né, et déjà moult tentatives d'infanticide avaient été commises sur sa personne. De plus l'enfant royal grandissait vite et faisait preuve d'une grande sagacité. Ainsi un homme de confiance devait être nommé, un homme à même de défendre le rejeton de l'impératrice, mais aussi capable de l'instruire au maniement des armes et autres arts guerriers.

    Il y a quelques jours, un héraut impérial avait rallié Mélandis portant une importante missive. Cette missive était adressée au dirigeant de la cité en place : Sire Dragum. La lettre lui étant destinée venait directement de Neuralys où résidaient la Grande Impératrice et son fils. Et comme le laissait présager le sceau impérial l'ornant, elle venait directement de Vénuma.

    Dans cette dernière la Grande Impératrice des Royaumes du Chaos ordonnait à Dragum de rejoindre Neuralys, en effet elle avait décidé que lui et nul autre ne saurait mieux convenir au poste de garde du corps, et de précepteur pour le jeune Laurentus. Le dirigeant rassembla alors ses affaires et en quelques jours tout avait été préparé pour son départ, il ne lui restait plus qu'à confier la barque à ceux qui restaient.

    Le départ de Dragum se fit en grandes pompes. Une immense fête fut organisée la veille, des paladins furent écartelés publiquement en l'honneur du dirigeant qui prenait grand plaisir à voir ce spectacle. Alors que les hurlements de supplice des guerriers retentissaient, l'orchestre du Mélandinopole entama la marche impériale. Les festivités se poursuivirent avec un immense banquet, de merveilleuses nymphes vêtues de voiles diaphanes se déhanchaient lassivement alors que les mets les plus délicieux et les alcools les plus rares ornaient les tables. Les poètes les plus réputés de la ville succédèrent aux plus grands conteurs des environs. Les bardes, les bouffons et autres cracheurs de feu se relayaient sans cesse, alors que la foule s'adonnait à une immense beuverie autour de la table où quelques unes de plus grandes personnalités de la cité siégeaient aux côtés du dirigeant.

    Le Seigneur des Cryptes Walar, le conseiller Culturel et Scientifique Sylvain, le Général des Armées Beorn étaient assis à la même table que le futur précepteur impérial et discutaient joyeusement ensemble. La fête continua ainsi jusqu'à l'aube, et le départ se fit peu après. L'armée se rangea en haie d'honneur de la demeure de Dragum jusqu'à la porte de la grande cité et la foule acclamait son leader sous le regard bienveillant de ce dernier qui prenait lentement la route sous la bonne garde d'un groupe de gardes impériaux.

    L'hymne impérial résonnait dans toute la cité alors que le dirigeant passait les portes prenant la direction d'un lieu où les mages pourraient créer le passage à travers les plans sans être dérangés par qui que ce soit, afin que l'ancien dirigeant de la capitale impériale puisse rejoindre enfin la Grande Impératrice.


    HRP : merci à Beorn et à Walar pour leur aide et leur participation
    La plus grande peur des chauves-souris, c'est l'incontinence diurne. (oui parce qu'elles dorment le jour, pour le reste... comprendra qui pourra )

  3. #3
    Date d'inscription
    July 2003
    Localisation
    Dans l'antre de la fooooliiiie
    Messages
    1 152
    Le vampire avait été convoqué par le Haut-Conseil mélandien plus tôt dans la soirée. C'est donc avec un peu d'appréhension qu'il se rendait au lieu de rencontre. Rarement le conseil se réunissait de la sorte, et presque toujours il s'agissait de cas graves.

    Il pénétra dans le palais de l'Impératrice, arpentant moultes couloirs avant d'emprunter une petite porte dérobée qui donnait sur des escaliers en colimaçon. Chaque conseiller ne connaissait qu'une entrée et chacun avait la sienne, il s'agissait là d'une sorte de sécurité, l'unique personne connaissant tous les passages étant l'Impératrice en personne. Il arriva dans la petite salle de réunion. Sombre et légèrement humide elle était dépourvue de meubles en dehors d'une table avec le symbole de Talos gravé dessus, de quatre fauteuils de bois, un pour chaque conseiller et d'un trône ouvragé pour la Grande Impératrice.

    Ses collègues étaient déjà là, Walar, vampire forgeron, Beorn, Druide Sombre, Sylvain, Dirigeant Scientifique. Tous assis autour de la lourde table de bois dans une pénombre pesante. Le vampire s'assit parmi eux. Ce fut Sylvain qui prit la parole le premier.


    "Messieurs, nous sommes réunis aujourd'hui pour débattre d'un fait important. Il s'avère que l'un d'entre nous a quelque peu changé de comportement ces derniers temps, sa sévérité habituelle semblant mollir quelque peu."

    Le vampire avait compris, on parlait de lui, de son changement d'habitude depuis l'arrivée de la jeune Elfe dans son existance. Walar prit la suite

    "Effectivement Messire Nathiel, nous avons cru remarquer que vous vous êtes particulièrement adouçi ces derniers temps et cela déplait fortement au conseil. Vous n'êtes pas sans ignorer que nous vous tolérons parmi nous malgré votre nature bonne uniquement en raison de votre attitude des plus chaotiques."

    L'accusé tiqua, ilsavait ce qu'il risquait, mais mieux vallait ne rien dire pour le moment, la situation était trop tendue, il ne fallait pas agraver son cas. C'est alors que Beon enchaina.

    "Nous supposons que ce revirement d'attitude de votre part est en grande partie dû à cette nymphomane elfe que vous hébergez actuellement et dont vous semblez vous être amouraché. Mais nous nous posons quelques questions à son sujet. Nous ne sommes pas sans ignorer votre passé fort triste au deumerrant, mais nous ne pouvons tolérer cela. Rien ne nous dit que cette jeune fille n'est pas une espionne à la solde de nos nombreux ennemis. Il nous faut donc, vous le comprendrez aisément, mettre votre loyauté à l'épreuve. Nous allons donc vous confier une tâche, fort simple n'ayez crainte.

    Me mettre à l'épreuve?!" Explosa le vampire, frappant de ses poings blanc la table alors que de fureur il se levait. "Pour qui me prenez-vous?! Je crois avoir prouvé maintes fois ma loyauté ! Qui a défendu la ville alors que vous follatriez dans la forêt lors de la bataille de la faille?! Qui a renfloué votre quartier culturel?! Qui a oeuvré pour la reconstruction de la cité après le grand cataclysme?! Vous croyiez que j'ai travaillé de la sorte pour mieux vous berner?! Combien de fois aurais-je pu vous assassiner chacun d'entre vous?!

    "SILENCE ! Cessez cette mascarade ! Ce n'est pas que vous que nous remettons en cause, mais surtout votre petite protégée ! Nous allons donc vous confier sa mise à l'épreuve. Faladil, un mage ermite notoire, nous a dérobé l'oeil de Tynil, un artefact magique assez puissant pour que nous y tenions. Vous allez donc charger cette jeune fille de retrouver ce mage et de récuperer l'objet. Qu'il soit en vie ou non à la fin de la... "récupération" nous importe peu, nous voulons surtout retrouver notre cher oeil. Dans ce pli elle trouvera toutes les informations nécessaires à l'accomplissement de la mission." Le dirigeant lui tendit un parchemin scellé avant de rajouter "Vous pouvez disposer."

    Tous dardèrent alors des regards lourds sur le vampire qui bouillait interieurement de colère, mais il lui fallait se contenir. D'un mouvement sec il s'empara du parchemin et quitta la pièce sans saluer ses très chers collègues. En proie à la reflexion et une fois sorti du palais il prit la direction de son domaine où il retrouverait sa tendre.
    La plus grande peur des chauves-souris, c'est l'incontinence diurne. (oui parce qu'elles dorment le jour, pour le reste... comprendra qui pourra )

  4. #4
    Date d'inscription
    July 2003
    Localisation
    Dans l'antre de la fooooliiiie
    Messages
    1 152
    A nouveau le conseil s'était réuni. Le vampire leur rapportait l'artefact tant convoité, l'elfe n'avait pas faillit à sa mission. Devant l'assemblée il déballa l'objet le déposa sur la table et d'une voix claire et impassible énonça :

    "Voila ce que vous vouliez réccupérer. Vos espions vous auront sans doute averti que le mage n'est plus comme les miens l'ont fait. Je crois que sa loyauté et la mienne ne sont plus à démontrer pour le moment.

    Et avant même que quiconque ne réponde, il se retourna dans une envolée de cape théatrale et quitta la salle d'un pas décidé.
    La plus grande peur des chauves-souris, c'est l'incontinence diurne. (oui parce qu'elles dorment le jour, pour le reste... comprendra qui pourra )

  5. #5
    Date d'inscription
    April 2003
    Messages
    979
    Walar eut un faible hochement de tête approbateur, une expression aussi sinistre que malicieuce se grava sur son visage cadavérique. Se métamorphosant en une fine brume surnaturelle, il sortit à son tour de la sombre pièce. S’enfonçant dans le dédalle de couloirs du palais, l’aspect labyrinthique de l’endroit était de loin sa meilleure défense.

    Avoir vu le conseiller Ecthelion si prompt et colérique dans cette histoire avait fait germé quelques idées macabres dans son esprit tourmenté. La colère est mauvaise conseillère. Il saurait s’en souvenir, et l’exploiter au mieux. Il savait parfaitement qu’une loyauté ne se prouvait pas sur un simple acte. Mais cela suffirait… Pour le moment…

  6. #6
    Date d'inscription
    April 2003
    Localisation
    Quelque part près du col des Mosses
    Messages
    946
    Beorn resta là un moment à regarder l'artefacte. La pénombre dans laquel il se trouvait était parfaite pour ses yeux d'elfe noir que la morsure du soleil agressant encore chaque jour. Préférant la nuit au jour, le drow attendit là une bonne heure affin que l'astre bleuté fasse son irruption et que ses rayons englobent la cité noire. Il eut tout le temps de réféchir à propos de son confrère Ecthelion... La loyauté, cette idée l'avait fait fortement sourir... Qu'était-ce réellement que la loyauté? En ombre terre, cette loyauté était valable jusqu'à ce que la personne en question désirait prendre la place de celle à qui elle le devait, chose fortement différente à la surface.

    Une fois la nuit tombée, Beorn Devir se retira avec la discretion de sa race, se fondant dans les ombres pour inspecter la ville et regagner sa tour. Mais l'astre bleu l'attira vers le bois...
    Beorn Devir, Général du Chaos et tenancier de la boutique du dragon asthmatique
    L'Encyclopédie de Toril, les druides
    Statut: Etudiant donc...

    #55F578 pour me faire parler

    Chambre et Table d'hôte au Perigord

  7. #7
    Date d'inscription
    July 2003
    Localisation
    Dans l'antre de la fooooliiiie
    Messages
    1 152
    Un messager arriva à dos de destrier au grand galop. Il portait une missive qui arborait le sceau du dirigeant Ecthelion pour la remettre à ses confrères. Elle expliquait en détails le problème auquel le vampire était confronté, exprimant les réclamation des ambassadeurs Almochéens.
    La plus grande peur des chauves-souris, c'est l'incontinence diurne. (oui parce qu'elles dorment le jour, pour le reste... comprendra qui pourra )

  8. #8
    Date d'inscription
    April 2003
    Localisation
    Quelque part près du col des Mosses
    Messages
    946
    Le général ayant été introuvable, c'est le sergeant qui fit son entrée dans le palais. L'orque trainait si rudement les pied à terre que les dalles en serrait à jamais souillées par l'immondice émanant de la bête-homme.

    "'Paraît que les zétrangers ont b'soin d'aide pour leur chtites zaffaire?!?, dit-il grossièrement, non sans saluer dignement Sir Ecthelion.
    Bon, vaut p'tet mieux q'ce soit nous p'lutot qu'ces lavettes d'Almauk qui aide pour leur affaire... Quoiq'ci c'té moi qui d'vait prendre la décision... j'les laisserais dehors... suffisemment d'racail comme ça..."

    Le regard glacé du vempire lui fit très vite comprendre qu'il avait vu juste... ce n'était PAS àlui de prendre la décision...

    "'fin... bon, on a des zomes pour les zaider... J'veux bien les faire se bouger de la caserne vu que l'général n'est point là..."
    Beorn Devir, Général du Chaos et tenancier de la boutique du dragon asthmatique
    L'Encyclopédie de Toril, les druides
    Statut: Etudiant donc...

    #55F578 pour me faire parler

    Chambre et Table d'hôte au Perigord

  9. #9
    Date d'inscription
    April 2003
    Messages
    979
    Dans la salle la plus secrète du majestueux palais de l’Impératrice se tenait une bien sombre assemblée. Les Conseillers, l’air lugubre étaient assis autour d’une grande table ronde, d’un bois encore plus noir que l’ébène. L’atmosphère était fébrile et un être humain normal n’aurait sans doute pas tenu bien longtemps avant de faire une crise de nerf. Seul le léger bruissement des sortilèges de protection perturbait le silence glacial. La sinistre scène n’était éclairée que par une sorte de lustre aux aspérités diaboliques qui pendait juste au dessus du centre de la table, si bien que d’immenses zones d’ombres emplissaient la quasi-totalité de l’endroit, formant un machiavélique tableau.

    Walar se leva puis jeta un regard noir à chacun de ses semblables. Il s’exprima d’une voix corrompue par un mal insidieux, qui rongeait son âme chaque jour un peu plus.


    « Bien mes chers confrères, vous vous demandez certainement pourquoi je vous ai dérangé de vos replis viciés, je dois vous informer de deux événements méritant toute votre attention.

    Tout d’abord, revenons sur l’histoire de l’encens de foudre, cette épice si précieuse et si rare. Comme vous le savez sans doute, notre principale source d’approvisionnement de cette substance adulée de nos prêtres se situe sur l’île de Ghiff, à l’Est de nos côtes. Les deux nations se partageant ce territoire, Blinkian et Certil, menaçaient sérieusement de s’allier pour augmenter le prix de l’encens ou nous extirper des avantages, ce qui aurait été intolérable. Cependant, grâce à nos habiles tractations diplomatiques, un froid les sépare à nouveau, notamment parce que les Certiliens croient que nous allons nous allier à Blinkian pour les écraser, ce qui est faux, mais il est temps de porter un grand coup pour éviter que cette affaire ne nous préoccupe durant les prochaines décennies… »


    Un rictus sépulcral se dessina sur le visage desséché du vampire lorsqu’il prononça ces dernières paroles. Il fixa à nouveau ses acolytes d'un oeil torve, vérifiant qu’il avait l’attention de chacun.

    « Comme je le disais, il nous faut frapper vite et fort. L’assassinat de l’ambassadeur Blinkianais serait forcément imputable aux Certiliens, ce qui déclencherait probablement une guerre entre les deux contrées, faisant ainsi notre jeu. Il y aurait de nombreuses possibilités à exploiter. Notamment une alliance avec les Blinkianais pour raser définitivement de la carte ces maudits Certiliens, qui jonchent notre glorieuse route d'obstacles depuis trop d'années...

    Le problème est qu’envoyer un de nos propres assassins est beaucoup trop risqué, au cas où il en résulterait un échec nous risquerions de subir l’effet inverse, une alliance entre les deux pays. Si bien que seul un indépendant à l’air relativement innocent pourrait nous aider dans cette tâche. Ainsi un assassin non affilié à la ville, même s’il est pris, sera considéré comme un mercenaire employé par l’autre nation, et on ne pensera pas à nous. Même en l'interrogeant magiquement ils ne trouveront rien sur nous, un sort d'aura indétectable sera lancé sur l’assassin et de plus il ne connaîtra pas la moitié de sa mission si bien qu’il ne pourra rien révéler. Par ailleurs il aura les ordres de s'éliminer au cas où il serait pris, et nous veilleront à l'aider... Moi et le général Beorn pensons bien avoir trouvé cette perle rare… »


    Une expression de pure malveillance scintillait dans les prunelles du mort-vivant, signe d’une intense satisfaction.


  10. #10
    Date d'inscription
    April 2003
    Localisation
    Quelque part près du col des Mosses
    Messages
    946
    A son tour, le drow étreignit ses traits fasciaux dans un sourir blafard.

    -En effet. Ceci nous procurera toute la satisfaction de voir le prix de cette denrée innestimable chutter, ne fut-ce que pour un bref moment. Pour mettre à bien notre plan, nous avons plus ou moins choisi une personne des plus disposée pour ce genre de tâche. Une nouvelle venue en ville répondant au non de Zéphira. Mon bref entretien avec elle au bureau des citoyens m'a fait comprendre deux choses l'une, qu'elle sait visiblement se disimuler dans les ombres. Aucun de mes hommes ne l'a vue franchire la porte de la ville. Et l'autre, qu'elle sait guidé sa lame dans les ombres.

    Vous l'aurez compris chers confrères, cette assassin, bien que totalement nous servira au mieux.


    Il marqua une pose pour inspecter la réaction des autres dirigeants, puis repartit.

    -Je ne peux vous cacher que voir ces maudits Certiliens enfin balayés me procurerait une joie des plus apréciable. Cela fait trop longtemps qu'ils lorgnent nos terres. Mettre un terme à leurs rêves burlesques ne sera que trop mérité.
    Beorn Devir, Général du Chaos et tenancier de la boutique du dragon asthmatique
    L'Encyclopédie de Toril, les druides
    Statut: Etudiant donc...

    #55F578 pour me faire parler

    Chambre et Table d'hôte au Perigord

  11. #11
    Date d'inscription
    April 2003
    Messages
    979
    Les conseillers réglèrent divers détails concernant la mission de Zéphirah ainsi que les préparatifs de la potentielle guerre à venir.

    Le Seigneur Walar commença ensuite à exposer le second objet de cette réunion.


    « Abordons maintenant une autre affaire qui mérite notre attention au vu de son importance pour la réalisation de la première. Je parle bien évidemment de l’alliance avec les Almochéens et les suppôts de Baine pour déstabiliser le clergé de Cyric en détruisant le bastion de fort Berûm, et par la même occasion d’attaquer les Bainites par surprise à la fin de la bataille.
    J’ai servi ce prétexte scabreux de lutte pour le contrôle des adorateurs à l’ambassadeur d’Almoch, un homme rusé, bien qu’un peu automatisé… Il se doute bien qu’il y a autre chose que cette volonté d’affermir notre emprise, mais il n’a malheureusement pour lui aucun moyen de le savoir. »


    Le vampire se permit un léger sourire avant de reprendre d’une voix où vibrait l’excitation des combats à venir.

    « Ce petit conflit nous aidera également à secouer quelque peu nos hommes et à les réhabituer à la clameur de la guerre. Depuis plusieurs semaines déjà les entraînements ont repris avec une intensité accrue, mais cela ne suffit pas, il nous faut des vétérans.
    Mais je me rends compte que je tourne autour du pot, j’ai pris la fâcheuse habitude de dissimuler la vérité. Comme vous le savez, les Almochéens recherchent un artefact scellé dans les profondeurs du fort, ce dernier ne nous intéresse pas pour le moment, bien que nous recherchions également un objet. Un vieux manuscrit traitant de la Toile d’Ombre, il serait situé dans une bibliothèque secrète dont j’ai l’emplacement exact, grâce aux informations de notre commanditaire. En échange de ce « service », ce dernier nous prêtera main forte lors de notre guerre face aux Certiliens, sa puissance magique et ses connaissances seraient un atout non négligeable. »


    Le mort-vivant s’interrompit et contempla le plafond de la salle qui disparaissait dans les ténèbres. Il reposa lentement son regard de cendre sur ses confrères.

    « Je me chargerai personnellement de récupérer le grimoire dans la forteresse, l’escouade de vampires d’élite formés par la traîtresse Helmite, restés fidèles à leur véritable maître, m’épaulera dans cette mission. Bien, qu’en pensez-vous ? »

  12. #12
    Date d'inscription
    April 2003
    Localisation
    Quelque part près du col des Mosses
    Messages
    946
    Alors que le mot "guerre" fut prononcé, le général se mit à sourire en son fort intérieur sans en laisser paraître l'ampleur. Les moments passés à se battre étaient les seuls durant le drow exilé se sentait en vie, pouvait lâcher sa haine sans retenue aucune. De plus, voir les insectes rampant sous Baine et Cyric se faire écraser par les force de Talos serait pour lui une autre source de jouissance. Mais ce qui lui ferait le plus plaisir était de se jouer des Almochéens qu'il assimilait à une peste sur la ville. D'autre suppôts d'ont ne sais quel dieu dans la cité de Talos. Jamais il ne les avait bien vu et encore moins apprécié.

    « Cela me va plus même que vous pouvez vous l'imaginez mon cher Seigneur des Cryptes! Mes troupes sont avides de batailles et assoiffées de sang sur leurs lames. Les entraînements les gavent à force de les répéter. Ils devenaient trop machinaux. Un peu de vraie bataille sur le terrain leur fera le plus grand bien! Puisse le Chaos de Talos leur donner encore plus de plaisir! »

    Songeant aux dernières paroles du vampire, le drow devint plus froid.

    « Je crois voir de qui vous voulez parler. Il va sans dire que son aide un atout des plus grand en note faveur pour balayer ces chiens. Une autre entité, qui de plus suivait les intentions de l'empire aurait été plus qu'apprécié. Mais nous savons tous que le passé est le passé. On ne peut le changer aussi facilement que l'on peut modeler le futur. Tout comme le général auquel j'ai succédé. Il aurait été fort aise de voir mis à bas deux clergés pour la plus grande gloire de Talos. »
    Beorn Devir, Général du Chaos et tenancier de la boutique du dragon asthmatique
    L'Encyclopédie de Toril, les druides
    Statut: Etudiant donc...

    #55F578 pour me faire parler

    Chambre et Table d'hôte au Perigord

  13. #13
    Date d'inscription
    April 2003
    Messages
    979
    Quelques secondes furent encore consacrées à divers détail de la vie Melandienne. Finalement le vampire se leva.

    Messieurs, je vous quitte, nous avons tous fort à faire je pense ! Vous savez où me trouver.

    Après avoir adressé un bref salut à ses confrères, Walar disparut dans les ténèbres du palais, aussi silencieux qu'une ombre.

  14. #14
    Date d'inscription
    April 2003
    Localisation
    Quelque part près du col des Mosses
    Messages
    946
    Aussitôt, le drow se leva à son tour.

    "J'y vais moi aussi, les troupes ont besoin d'un grand coup de motivation. Ils l'ont mérité!"

    Jouant avec les ombres, le drow s'eclipsa comme à son habitude
    Beorn Devir, Général du Chaos et tenancier de la boutique du dragon asthmatique
    L'Encyclopédie de Toril, les druides
    Statut: Etudiant donc...

    #55F578 pour me faire parler

    Chambre et Table d'hôte au Perigord

  15. #15
    Avatar de Jasmal Mossana
    Jasmal Mossana est déconnecté Chancelière de Melandis
    Date d'inscription
    September 2009
    Messages
    5
    Dans le bureau du nouvel Empereur, les discussions allaient bon train entre le fils de Venuma et Jasmal Mossana, la chancelière nouvellement promue. L'avenir de Melandis était encore hautement incertain, et les décisions à prendre restaient délicates. Malgré son héritage particulier, Swaren restait un jeune homme qui manquait d'expérience dans le domaine de la politique, tandis que Jasmal côtoyait depuis longtemps les milieux du pouvoir mélandien. Elle avait suffisamment d'adresse pour essayer d'influencer l'Empereur sans trop y laisser paraître. Mais après tout, qui le remarquerait ? Étant la seule conseillère directe du jeune homme, elle avait une latitude certaine sur la gestion de l'Empire.

    "Les rapports pointent davantage chaque jour la situation religieuse à Manost. Visiblement, ils s'apprêtent à subir le même boulversement que ce qu'a connu Melandis. Ils vont s'affaiblir."
    - Et c'est à ce moment que vous me conseillez de rassembler mes troupes et prévoir un affrontement ?
    - Au contraire. Notre situation n'est pas encore stabilisée. La garde reprend le contrôle de la populace, mais l'armée n'est pas disposée à se battre pour Cyric. Les officiers rechignent à accepter la perte de leur divinité de pacotille, et préfèreraient s'en remettre à Tempus.
    - Faites-les remplacer au besoin. Notre armée a besoin de généraux solides, et non de stupides pantins qui reculent devant le simple nom du Dieu du Mensonge.
    - Malheureusement, Monseigneur, nous ne pouvons pas nous le permettre pour l'instant. Soyons patients, et, plutôt que de déclarer ouvertement la guerre à Manost, préparons nos défenses. Et attaquons d'une manière digne de Cyric : par la ruse.
    - Qu'avez-vous en tête ? Des espions ? Des sabotages ?
    - C'est un bon début. L'ancien réseau d'assassins avait été démantelé suite à ces ridicules accords entre les deux cités, mais je me ferai fort de le reconstituer rapidement, avec votre accord, Monseigneur. Nous aurons alors quelques éléments spécialisés dans les actes de terrorisme, qui agiront à votre guise."

    Swaren réfléchit quelques instants à la proposition de sa chancelière. L'idée était intéressante, et elle rendait grâce au Dieu Fou, certes. Mais il fallait mettre les moyens nécessaires pour rétablir ce groupuscule...

    "Laissons-nous le temps de la réflexion, et voyons d'abord de qui nous disposons pour ce faire. Il y a d'autres affaires dont nous devons nous occuper tout-à-l'heure, à commencer par la pacification au sein de nos murs."

    La discussion se poursuivit longuement, ce jour-là. La Cité du Chaos portait bien son nom, mais l'Empereur souhaitait avoir un certain ordre établi en sa cité, afin de régner sans devoir prêter l'attention à chaque incident. Ses troupes de choc lui permettraient évidemment de faciliter la tâche...
    L'unique moyen de gouverner les hommes est de taire la vérité

  16. #16
    Avatar de Swaren sar Venuma
    Swaren sar Venuma est déconnecté Empereur de Melandis
    Date d'inscription
    September 2009
    Messages
    7
    L'Empereur recevait une nouvelle fois sa chancelière. Cette dernière était présente pratiquement tous les jours dans les appartements du fils de Venuma, et les choses n'étaient pas près de changer au vu de la situation embarrassante de Melandis, intra muros comme avec sa voisine, Manost.

    "J'ai un rapport récent qui laisse supposer que le Grand Émissaire de Helm prépare la guerre contre nous. Il est plus audacieux encore que nous le supposions...
    - Il pense probablement bénéficier de l'effet de surprise, ce qui est vrai. Si cela s'avère être vrai, il pourra faire avancer ses hommes le long de la frontière sans que nos troupes puissent s'organiser à temps.
    - Aucune échéance n'est connue pour l'instant. Seulement cette information. Il faut parer à toute éventualité. Le Grand Émissaire abhorre Melandis, et l'avènement de Cyric n'est sûrement pas pour calmer ses pulsions justicières.
    - Vos ordres seront transmis sur l'heure, Monseigneur. De mon côté, j'ai pu remettre en place une partie du réseau d'espions assassins, prêts à partir pour Manost dès que vous le souhaitez. Il y a quelques mages, qui pourront envoyer des rapports à votre convenance.
    - Bien. Très bien. Faites-les éviter les routes trop fréquentées. Qu'ils passent par la mer. Les frontières vont être fermées, à terre. Qu'ils débarquent plus loin, et qu'ils terminent à pied. Les manostiens ne peuvent pas surveiller toutes les côtes.
    - Il en sera fait selon votre désir, Monseigneur.
    - Bien sûr. Je vous laisserai également le soin de recevoir seule le Conseil. J'ai fort à faire de mon côté, pour faire régner la discipline en ville. Les émeutiers sont de moins en moins nombreux, mais je les soupçonne de se tapir dans l'ombre en attendant une bonne occasion de frapper.
    - Je puis peut-être dépêcher d'autres hommes...
    - Non. Gardez l'armée pour la préparation de la guerre.
    - ... à vos ordres, Monseigneur."

    Jasmal s'en fut du bureau de l'Empereur, non sans lui avoir décoché un regard lourd. Ce jeune homme était présomptueux, arrogant, fier, mais il avait incontestablement la tête sur les épaules. Et son charisme était redoutable ; personne ne songerait à contredire ses ordres, pas même elle. La chancelière s'empressa de remplir sa mission.
    Pour enchaîner les peuples, on commence par les endormir

  17. #17
    Avatar de Jasmal Mossana
    Jasmal Mossana est déconnecté Chancelière de Melandis
    Date d'inscription
    September 2009
    Messages
    5
    La belle chancelière hâtait le pas. Elle revenait d'une mission en dehors de Melandis, mission qu'elle avait menée à bien : s'assurer du soutien des seigneurs des cités inféodées à l'empire. Vus les derniers événements, une insoumission n'était pas à exclure de leur part ; quelques-uns, téméraires, pouvaient très bien décider de se déclarer indépendants de l'empire mélandien, et priver ainsi ce dernier des troupes disponibles, au mépris de la plus élémentaire prudence, cependant. Mais Jasmal était satisfaite : les menaces avaient largement suffit à contraindre les indécis à confirmer leur obédience envers l'empereur. Un accident était si vite arrivé...

    Elle fut autorisée à rencontrer Swaren une fois les vérifications d'usage effectuées. Même la chancelière n'était dispensée des contrôles de sécurité. Précaution superflue, peut-être, mais en ces temps troublés, mieux valait écarter tous les risques possibles. Et une métamorphose puissante pouvait leurrer même le plus aguerri des gardes personnels de l'empereur, c'était pourquoi plusieurs devins étaient affectés à divers postes de garde au sein même de l'antichambre.

    Enfin, elle se présenta au devant de Swaren sar Venuma.


    "Monseigneur. Je reviens directement d'Albar. Le seigneur Wientovicz vous transmet ses respects, et confirme qu'il tient ses divisions à votre disposition, en attente de vos ordres.
    - Parfait. Je ne pense pas devoir en arriver là, mais mieux vaut prendre des précautions. Une attaque de front de la part de Manost pourrait simplement être évitée avec un peu d'intimidation... je suppose que, concernant les autres bannerets, tout s'est déroulé comme prévu ?
    - Si fait, Monseigneur. Même si quelques-uns se sont montrés... réticents, je leur ai rappelé ce qu'ils risquaient s'ils venaient à leur prendre des idées de désobéissance.
    - Lorsque la situation sera stabilisée, nous déciderons s'il faut nous en débarrasser ou non. Je n'accepterai pas de défaillance de la part de ces faibles. S'imaginent-ils pouvoir nous échapper ?
    - C'est à peu près ce que je leur ai fait comprendre, Monseigneur. Ils ont alors accepté sans plus d'hésitation. Tout est donc en ordre de ce côté.
    - Bien. Pendant votre absence, les émeutes à Melandis se sont taries. Il n'y a plus guère que quelques groupes de dissidents qui sont traqués à l'heure actuelle. Nous allons pouvoir nous consacrer exclusivement à la préparation de nos troupes. Et à nos petites affaires... du neuf à ce sujet ?
    - Le groupe est sur le point d'arriver à Manost. Ils ont pris le temps nécessaire pour ne pas attirer les soupçons, comme vous le souhaitiez, Monseigneur. Ils sont neuf, exactement, dont deux mages qui maintiennent en permanence leurs déguisements actifs. Et ils attendent vos instructions.
    - Non. Je vous délègue provisoirement cette tâche. J'aurai beaucoup de choses à régler dans les jours à venir, je vous fais confiance pour les diriger de façon discrète et efficace."

    La chancelière fit un effort pour ne rien laisser paraître de sa surprise. Certes, Swaren lui avait déjà confié des missions délicates, mais celle-ci était simplement primordiale pour la suite des opérations. Affaiblir les positions de Manost en procédant à quelques actes de sabotage ou assassinats dans les hautes sphères de la cité bénie, voilà qui relevait de la plus haute importance. Et l'empereur lui laissait toute latitude là-dessus !

    "Comme vous le souhaitez, Monseigneur", répondit-elle sans hésiter, avant de reprendre, un instant plus tard : "D'autres sujets, Monseigneur ?
    - Mmh non, pour l'instant, ce sera tout. Vous avez bien travaillé. Ne me décevez pas maintenant, Jasmal."

    Nouvelle surprise : jamais l'empereur ne l'avait appelé par son prénom. Invariablement, il s'adressait à elle en tant que chancelière. Que mijotait-il ? Elle s'inquiéta soudain, certaine d'avoir pourtant rempli les ordres de son empereur à la lettre. Mais avec lui, il fallait se méfier à tout moment ; il était capable du meilleur comme du pire... L'entretien était terminé, cependant, et elle se retira sans un mot, l'esprit alerte, cherchant à déterminer où tout ceci la mènerait, elle.
    L'unique moyen de gouverner les hommes est de taire la vérité

  18. #18
    Avatar de Jasmal Mossana
    Jasmal Mossana est déconnecté Chancelière de Melandis
    Date d'inscription
    September 2009
    Messages
    5
    Une certaine effervescence régnait au palais depuis quelques jours. La confirmation de la préparation de la guerre contre Manost était acquise et sue de tous, et les différents ambassadeurs, diplomates et délégués des nombreuses factions manostiennes s'étaient succédés dans la salle de réception de l'Empereur, qui se montrait invariablement intraitable quant aux conditions qu'il imposait à la Cité Bénie : une reddition sans coup férir, ou une guerre qu'il promettait rapide et efficace.

    La tension s'était accrue d'un ton encore lorsque l'écho de l'assassinat d'un diplomate mélandien arriva aux oreilles de Swaren. Même si les preuves n'étaient pas formelles, il soupçonnait fortement les manostiens d'avoir organisé la chose. Évidemment, un coup monté était facilement envisageable, même au sein de la Cité du Chaos : l'Empereur n'avait pas que des alliés dans ses sujets. Et mettre de l'ordre dans tout cela demandait du temps, temps dont il ne disposait pas. Heureusement que sa chancelière était là pour l'épauler dans certaines tâches...

    C'était justement à propos de l'une d'entre elles qu'ils s'entretenaient présentement, dans ses appartements impériaux.


    "... le dernier rapport à ce sujet est encourageant. Les hommes sur place se sont installés, et traquent leur première cible.
    - La machine est en place... bien. Si tout se déroule comme prévu, le chaos frappera bientôt davantage Manost. Leur crise identitaire et religieuse les a déjà grandement désorganisé, et le Grand Émissaire ne s'est plus montré depuis plusieurs jours, maintenant.
    - Vous pensez qu'il a été assassiné, Monseigneur ?
    - J'en doute. Je pense plutôt qu'il a disparu de la place publique, et... peut-être que Lothringen lui-même ignore où il se trouve en ce moment. Délicieux, vous ne trouvez pas ?"

    La chancelière se contenta de répondre par un sourire malicieux. Elle avait également eu connaissance de l'absence très remarquée de Ravestha, alors que sa cité traversait une crise sans précédent suite à la mort de Helm. Son propre réseau d'espions lui avait révélé quelques informations que même l'Empereur ignorait... il serait toujours temps qu'il les apprennent dans les jours à venir. Autant étaler les succès dans le temps, et savourer davantage la victoire.

    Elle avait craint pour sa vie, voici quelques semaines, mais sa situation s'était considérablement améliorée depuis lors. Le jeune Empereur était fougueux et intelligent, mais il dépendait encore beaucoup de la sagesse de sa conseillère, et il le savait pertinemment. Un lien particulier qu'il lui faudrait entretenir avec beaucoup de soin, si elle désirait conserver ses fonctions, et bien sûr, son intégrité physique ; elle ne doutait pas que Swaren était impitoyable, même envers ceux qui l'avaient fidèlement accompagné depuis longtemps.

    Tandis que leur conversation reprenait sur les meurtres programmés de certains responsables du clergé et de la politique manostienne, Jasmal échafaudait quelque plan afin de conserver sa mainmise sur l'Empereur. Jeune et influençable...
    Dernière modification par Mornagest ; 10/12/2010 à 12h49.
    L'unique moyen de gouverner les hommes est de taire la vérité

  19. #19
    Avatar de Jasmal Mossana
    Jasmal Mossana est déconnecté Chancelière de Melandis
    Date d'inscription
    September 2009
    Messages
    5
    Melandis se métamorphosait. Du moins, du point de vue de ses dirigeants et de ses élites. La situation avait grandement évolué en quelques semaines, et si la guerre était remportée, la gloire passée de la cité du Chaos renaîtrait, voire atteindrait des sommets inégalables. Tout un continent sous le joug de l'empire... certains se prenaient à en rêver, à commencer par Jasmal elle-même, dont la soif de puissance avait crû ces derniers temps. L'absence de son empereur, qui avait décidé de façon aussi abrupte qu'inexplicable de rejoindre ses troupes sur le front, lui laissait les coudées franches pour diriger la cité d'une main de fer ; bien plus encore que Swaren lui-même, d'ailleurs. La beauté de la chancelière tranchait décidément singulièrement avec sa froideur impitoyable.

    Pour le commun des mortels, en revanche, la vie suivait son cours. Talos, Cyric... quelle importance pour le gueux, dont les préoccupations étaient tout d'abord bassement matérielles. Se trouver à manger, à boire, où dormir semblaient être leurs seuls centres d'intérêt, et c'était bien là ce que l'on attendait d'eux. Inutile de leur laisser le temps de réfléchir à leur misérable existence. Dangereux, aussi.

    La chancelière partait de ce postulat pour prendre quelques décisions qui renforceraient la misère des mélandiens. Guerre oblige, les vivres étaient rationnées, et les contrôles aux portes de la cité étaient bien plus stricts que naguère. Les espions et assassins en provenance de Manost ne manquaient pas, et malgré une armada de gardes impériaux, certaines têtes finissaient toujours par tomber.


    "Bah... dans la droite ligne des purges entamées, après tout. Quelques nobles imbéciles en moins, cela nous dégage un peu la voie, finalement", susurra Jasmal pour elle-même, tournant dans son bureau et réfléchissant aux rapports qu'elle venait de recevoir. Des assassinats ciblés, sans réel lien entre eux, survenaient depuis une dizaine de jours, maintenant. Elle en avait avisé l'empereur, qui lui avait répondu en substance qu'il s'en moquait éperdument. Ce jeune impétueux était trop occupé avec sa guerre pour se soucier d'autres problèmes qui pouvaient s'avérer graves... Une chance à saisir ? Elle y avait déjà songé l'une ou l'autre fois auparavant. Puis, elle secoua la tête. Trop de risques. Et puis, sa situation était confortable : elle dirigeait pratiquement autant que Swaren, sinon plus, sur certains aspects. Et elle agissait dans l'ombre, à l'écart des dangers politiques. Non, le temps n'était pas venu, loin de là.
    L'unique moyen de gouverner les hommes est de taire la vérité

  20. #20
    Avatar de Kededric
    Kededric est déconnecté Manipulateur émérite
    Date d'inscription
    November 2013
    Localisation
    Melandis
    Messages
    242
    L'activité au palais était bourdonnante, comme à l'accoutumée. Bourdonnante mais calme : le bruit des conversations était feutré, et il ne serait venu à personne l'idée de se mettre à hurler pour se faire entendre. Rien de ce qui se disait ici n'était secret, mais la bienséance dictait la conduite à tenir. Kededric ne déparait pas au sein de ces courtisans, fonctionnaires, greffiers et autres commissaires qui devisaient tranquillement, dégoisant parfois sur quelque détail croustillant relatif à un noble peu en cour au palais, ou s'échangeant des nouvelles de la guerre, dont l'issue et les conséquences demeuraient incertaines. Même si elle était lointaine, elle conditionnait leur travail, leur avenir, et leur droit de continuer à vivre, plus directement. On comprenait aisément leur inquiétude, sans pour autant leur éprouver la moindre commisération.

    Kededric n'en avait guère, pour qui que ce fût. Il se contentait d'apprendre, d'observer, d'écouter et de conclure. Bien sûr, il simulait à merveille l'intérêt pour autrui, répliquant à intervalle régulier à ses interlocuteurs des "Vraiment ?" ou des "Bien entendu !" polis mais totalement hypocrites. Cette technique amusante lui permettait d'obtenir des renseignements précieux, en apparence banals, sur les gens qui l'occupaient. Présentement, il s'intéressait de très près à une greffière dont la tâche se bornait à recopier le contenu de parchemins dans des registres de commerce officiels, plus aisément consultables, d'autant qu'ils seraient par là débarrassés de leurs scories et ratures.

    La jeune femme s'appliquait, sur un pupitre un peu à l'écart pour éviter d'être déconcentrée par le bruit, même relatif. Elle était assez grande, mince, et dotée d'une longue chevelure oscillant entre le roux et le blond vénitien. De là où il se trouvait, Kededris ne pouvait pas discerner son visage, mais il en aurait le loisir plus tard, s'il s'y prenait correctement.

    Saluant aimablement son interlocuteur, bavard et ravi de profiter d'un moment de pause pour lui raconter par le menu tous les racontars qu'il avait appris durant la journée, le jeune homme déambula pendant un certain temps, attendant patiemment que la jeune femme prît sa pause. Chose qui ne tarderait pas à arriver, s'il en croyait les informations qu'il avait recueillies à son sujet. Il pourrait alors l'aborder sans crainte de représailles pour avoir interrompu son travail.

    La femme se leva enfin et dégagea son visage d'un bref mouvement de tête, couplé à un geste de la main pour écarter les mèches de cheveux qui lui masquaient la vue. Elle se dirigea vers l'arrière du hall du palais, là où elle pourrait trouver quelque boisson, qu'elle siroterait tranquillement en se dégourdissant les jambes.

    Kededric sauta sur l'occasion et alla à sa rencontre, alors qu'elle terminait de se servir un thé tiède.


    "Mademoiselle. Pardonnez mon audace, j'aurais souhaité m'entretenir d'une question professionnelle avec vous, si, bien entendu, vous me le permettez." Il la dévisageait avec bonhomie, notant ses traits, remarquant les taches de son qui ornaient son visage délicat quoique pas réellement joli. Elle devait avoir une grosse vingtaine d'années tout au plus. Elle lui sourit un peu timidement avant de lui répondre, d'une voix douce : "Mais... certainement. Dites-moi, en quoi puis-je vous aider ?"

    Kededric lui rendit son sourire. La partie était déjà bien engagée. "Ma foi, en rien de bien compliqué, soyez-en assurée. Voilà l'affaire : mon supérieur hiérarchique m'a demandé de retrouver des informations sur un citoyen mélandien, que, selon lui, je pourrais trouver au palais, dans les registres de commerce. J'ai eu beau demander au greffier là-bas..." il s'interrompit une fraction de seconde pour désigner un gros bonhomme assis non loin de la porte d'entrée, plongé dans un épais registre qui devait peser une quinzaine de livres "mais cet individu m'a mal reçu et conseillé d'aller voir à Manost si la réponse à ma question ne s'y trouvait pas. Je n'ai pas souhaité faire d'esclandre, vous le comprendrez, mais je ne puis retourner voir mon supérieur sans avoir accompli ma mission..."

    Elle prit un air désolé, puis lui répondit, alors qu'il terminait à peine son explication : "Oh, oui, ce goujat de Meiser. Cela ne m'étonne guère : il est malpoli, renifle sans cesse, et donne toujours l'impression de ne pas vous regarder dans les yeux, si vous voyez ce que je veux dire..." elle rougit légèrement, puis continua : "Ne vous en faites pas. Vous n'êtes pas le premier à être éconduit par lui... ni le dernier, je le crains. Allons, dites-moi ce qu'il vous faut, je vais vous trouver cela."

    "Chère petite idiote", fit-il in petto. "L'affaire est faite et tu y auras joué une belle part." Tout haut, il lui répondit : "Oh, je ne sais comment vous remercier..." elle secoua la tête "non, vraiment ! Voyez, cela fait plus d'une heure que je cherche un moyen de convaincre cet homme, et vous allez régler mon problème en un tournemain. Vous êtes bien bonne", lui fit-il, affichant un sourire qu'il savait ravageur auprès de la gente féminine. " Hum. Excusez mon enthousiasme, mais vous m'évitez une déconvenue bien désagréable... voici donc l'affaire : un certain marchand d'armes, établi récemment en ville, a probablement tenté de frauder et manquer à ses devoirs de citoyen en masquant ses revenus réels. D'après mon supérieur, ses comptes sont déclarés ici même, mais ils sont erronés à dessein. Et comme ce marchand... fait commerce de biens sous l'étroite surveillance de l'empereur, vous comprendrez qu'accéder à ses déclarations comptables est compliqué...
    - N'ayez crainte, je vais vous trouver cela. Quel est son nom ?
    - Espar Tristelune. Il est établi non loin de la rue des bateliers, si cette information peut vous aider... ?
    - Son nom me dit quelque chose... mmh... suivez-moi, nous allons chercher ensemble."

    Elle passa devant et se mit à arpenter les couloirs dédalesques du palais, chacun recelant des portes menant vers des salles de registres, d'archives, d'ouvrages et d'autres documents. L'administration était bien implantée depuis l'accession au pouvoir du fils de l'impératrice, car il aimait la discipline, y compris pour ce genre de choses. La jeune rouquine s'arrêta finalement devant une porte qui ressemblait aux autres en tous points. Elle ne prit pas la peine de frapper, et Kededric s'inquiéta un instant : y aurait-il quelqu'un dans la salle ? Fort heureusement, ce ne fut pas le cas, et tous deux entrèrent. Des piles de papiers encombraient un bureau, mais pour le reste, la pièce était dans un ordre impeccable. La femme fouilla les rayonnages des yeux et trouva ce qu'elle cherchait. Elle s'apprêta à tendre la main vers l'ouvrage qu'elle soupçonnait de contenir les informations que Kededric souhaitait obtenir, lorsqu'il prononça quelques paroles incompréhensibles, à voix basse. "Plaît-il ?" fit-elle en se retournant vers lui.

    Kededric ---> charme-personne ---> jeune rouquine

    Elle s'arrêta dans son geste et le regarda à nouveau, d'un œil plus bienveillant encore.

    "Je disais... que j'ai besoin du rapport complet des activités d'Espar Tristelune, tel qu'il a été rédigé par les espions de la chancelière.
    - Oh. Oui, bien sûr. Heureusement, il est ici, dans cette pièce. Hum..." À nouveau, elle chercha, mais dans un autre rayonnage, et trouva une fine liasse de papiers. "Le voici... oui, c'est ça. Tristelune." Elle lui tendit les feuilles, qu'il accepta avec un grand sourire. "Mille mercis. Peut-être devrions-nous retourner dans le hall ? Vous y avez oublié votre thé, il risque d'être froid.
    - Oh. Ça n'a pas d'importance. Mais je vous accompagne, bien sûr." Elle affichait toujours un sourire bienveillant, doublé d'une expression presque béate d'admiration face à ce magnifique jeune homme aux traits fins et au sourire si charmant... elle se serait bien abandonnée dans ses bras, mais ici... le risque était trop grand.

    Tous deux revinrent donc là d'où ils venaient, et, après quelques banalités, Kededric la complimenta pour sa gentillesse et sa grâce, la faisant à nouveau rougir et avoir des pensées plus légères à son sujet. Il finit par prendre congé, tandis qu'elle demeura là jusqu'à ce que le sortilège prît fin et qu'elle se rappela avoir du travail à accomplir avant la soirée. Elle avait complètement oublié que les informations qu'elle venait de remettre à Kededric étaient liées aux activités illicites menées par ce marchand, et que, bien employées, elles pourraient mener à sa perte inéluctable.

    En route vers les rues interlopes du port
    Couleur rp : #2D9C00 - Biographie rp
    "On peut voir de bien des façons. On peut être aveugle de bien des façons." Frank Patrick Herbert
    Dirigé par Mornagest

Discussions similaires

  1. [Bâtiment] Le Palais de Justice
    Par Perdigan Foxglove dans le forum Le Quartier du Gouvernement
    Réponses: 467
    Dernier message: 11/01/2015, 12h06
  2. [Bâtiment] Le Palais de Justice
    Par Folken dans le forum Quartier du Gouvernement
    Réponses: 114
    Dernier message: 15/12/2014, 22h00
  3. [Bâtiment] Le Palais des Murmures
    Par Lothringen dans le forum La Citadelle de la Lame d'Argent
    Réponses: 215
    Dernier message: 02/03/2011, 21h21
  4. [Bâtiment] Le Palais du Conseil
    Par Folken dans le forum Quartier du Gouvernement
    Réponses: 89
    Dernier message: 26/10/2009, 15h53
  5. [Bâtiment] Le Palais de Justice
    Par Duo dans le forum Le Havre Bourgeois
    Réponses: 3
    Dernier message: 16/02/2009, 02h35

Les tags pour cette discussion

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •  

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 203 204 205 206 207 208 209 210 211 212 213 214 215 216 217 218 219 220 221 222 223 224 225 226 227 228 229 230 231