Affichage des résultats 1 à 5 sur 5

Discussion: Exilés

  1. #1
    Date d'inscription
    December 2007
    Localisation
    Environs de Nantes
    Messages
    234

    Exilés

    Bon, et bien voici ma contribution, maigrelette soit, mais sa taille augmentera éventuellement avec le temps. Avec un peu de chance vous allez aimer.


    *******************


    Une boîte de pierre grise au milieu d'autres semblables. C'est pourtant précisément ici qu'il l'amène souvent, trop souvent, avec pour seule compagnie celle de cet homme, frissonnant dans son sommeil. Au-dessus, bien trop haut, la seule ouverture de ces murs se dessine, oeil de géant épiant son hôte. Puis, la façade devient aveugle. Un jeune goéland, malmené par le souffle littoral est venu s'y réfugier un instant. Un cri. L'homme grogne un peu, change de position. Ailes en ciseaux, l'oiseau reprend son envol, libre, quittant l'ouverture déformée. Une bouche, muette. Le vent hurle - de joie ou de rage ? - et couvre à peine le son des vagues brisées, vaincues inlassablement par le même rocher. Les lèvres de pierre s'ouvrent un peu plus et deviennent le réceptacle de plusieurs murmures :
    " Il va être temps d'aller le chercher.
    - Nous en avons encore un peu devant nous.
    - Peut être, mais un peu d'avance serait apprécié.
    - Bien, comme vous voulez. "

    Toujours ce même rituel bruyant et répétitif, scandant cette réalité amère. Cliquetis d'un trousseau, grincement d'un verrou puis... Clac ! La porte s'ouvre sur le geôlier, rangeant une clé tâchée de sang au milieu de dizaines d'autres. Il regarde l'homme couché au fond. On lui demande de dégager le passage et il s'en va. Un masque blanc inexpressif apparaît et lévite jusqu'à toucher quasiment le visage de l'homme au sol. Un second identique au premier entre à son tour dans la cellule sombre. Pas tout à fait identique en fait. Celui là, gueule ouverte, traîne de courtes chaînes dont l'extrémité se confond avec le sol de pierre. Il les relâche mais elles ne tombent pas.
    "Prisonnier, il est temps. Maintenant, lève toi !"
    L'ordre est à peine audible mais l'homme se redresse néanmoins. Il ne fait pas attention aux grossiers anneaux de métal entrelacés, serpent sinuant vers ses chevilles et ses poignets. Les deux figures crayeuses se détournent et attendent que l'autre les devance. Il se décide bientôt.

    Quatre, et une dizaine. Quatre sont les enchaînés, fantômes de chair et de sang. Une dizaine sont les visages figés, tous semblables, blancs et froids, flottant dans la cour et en haut des murs de la bâtisse fortifiée. Dans un coin, près d'une imposante herse, un marteau est posé en équilibre sur une enclume. Ils y sont invités. Par quatre fois, l'outil vacille dans les airs quelques secondes puis, s'abat brusquement sur la tige de fer scellant les bracelets d'une seconde chaîne, plus longue. Il ne la rate pas une fois. Aucune cheville, quelques millimètres à côté, n'est brisée. Nul blessé, nulle surprise, nul retard. Liés par le fer, le groupe s'avance sous la large grille à présent élevée. Le vent souffle à présent à pleins poumons - c'est bien la rage qui l'inspire - et une pluie naît à leur sortie, lamentable spectacle que ce cortège de loques humaines.

    Une grande allée pavée, cernée de maisons silencieuses. Leurs occupants sont déjà sortis pour l'Evènement. Aucun ralentissement à l'approche de la haute estrade de bois. Marche après marche, un champ immaculé de têtes immobiles s'étend en face. Pas de fauchage pour ceux-là. A droite, surélevés par le terrain inégal de la colline, des tentes sont plantées, toutes blanches sauf une, noire. Le masque flottant devant l’est lui aussi. Il fixe l’estrade lorsque résonne : « Voici l’exemple ». Son expression figée ne change pas à ces mots tandis que les autres se déforment. Une joie fiévreuse s’y lit. Un gigantesque faciès est apparu sur les planches escorté d’une hache démesurée. Le premier prisonnier s’avance et son corps décapité tombe, entraînant le second dans sa chute. Il est relevé et défait de sa tête à son tour. Puis vient le tour du dernier. La sienne roule sous la pluie pour faire face à la tente noire, les gouttes ruisselant autour de ses yeux, les larmes d’un mort. Puis le masque noir glisse…


    *******************


    Il avait l’impression d’être secoué à la façon d’un pantin désarticulé qu’un marionettiste s’acharnerait à dépoussiérer. " Du calme, bon sang ! Hoon ! Ca suffit ! " Le géant grisonnant relâcha aussitôt Aldeth.
    " J’ai cru que vous étiez encore … enfin vous savez bien.
    - Oui, oui, je sais. En fait, j’y étais, mais tout de même, allez-y moins fort.
    - Pardonnez-moi, j’étais inquiet. "
    Inquiet, oui, sans aucun doute. Cela se lisait sur son visage. Il en était même venu à apporter cette putain de fiole. Ce foutu liquide noirâtre contenue dans cette putain de flasque. Il avait toujours du mal à admettre qu’il dépendait de cette saloperie. Et pourtant…
    " Allez donc ranger ça, Hoon. Vous pourrez vous retirer ensuite.
    - Bien, " fit ce dernier, jetant un dernier coup d’œil à son maître, avant d’ajouter : " Je devais aussi vous prévenir que nous serons arrivés à terre dans peu de temps. "
    Tandis que son serviteur se baissait pour passer la porte, Aldeth s’étira, ignorant difficilement les craquement plaintifs de ses articulations. C’est lui qui va finir par me tuer.

    Le pont avait été recouvert de vieux draps bleu ciel et l’on voyait vaguement au loin de larges formes scintillantes aux sommets aiguisés. Les voiles étaient descendues. Aussi, on entendait clairement le tambour régulier des rames plongeant et émergeant de la Mer des Accusés. Le capitaine était à la proue et regardait l’eau en dessous, apparemment concentrée. Aldeth l’y rejoint. Au milieu des vaguelettes formées par l’avancée du navire, de longues lançazurs ailées, bondissaient hors de l’eau, planaient quelques secondes et empalaient la surface.
    " Bonjour capitaine. Si je peux me permettre, vous auriez pu descendre les voiles plus tard. Nous sommes encore loin. Un de vos hommes, vous aurait-il manqué de respect pour que vous leur demandiez cet effort ?" A ces mots, la femme se tourna vers Aldeth, souriante.
    " Non, rien de cela. C’est simplement que nous ne sommes pas si loin. C’est la première fois que vous visitez les terres-lagons, n’est-ce pas ?
    - En effet. J’ai beau avoir de longues années derrière moi, je n’avais jusque là pas encore eu l’opportunité de m’y rendre auparavant. Est-ce vraiment si évident ? demanda t’il, accoudé au bastingage.
    - Oui, un peu, " avoua la jeune femme. Elle porta une nouvelle fois son regard vers les ondulations de la mer et s’aperçût que les poissons avaient disparu.
    Dernière modification par Zayn ; 25/04/2008 à 15h06.
    Un petit ajout personnel aux oeuvres couroniennes : ici

  2. #2
    Rimbaud Invités

    Re : Exilés

    ça m'étonne que cela soit passé inaperçu...

    Je suis assez stupéfiée par ce que j'ai lu. Premièrement, l'emploi du présent qui est loin d'être commun, et deuxièmement, le style qui rappelle un poème...et enfin troisièmement, la qualité de l'expression...Le tout donne un rendu original et presque 'onirique'...On a vraiment l'impression de se promener dans un rêve, avec ces 'masques blancs' qui semblent flotter...Vraiment, je trouve personnellement que c'est là du grand art même si mes goûts personnels me poussent plutôt vers le passé simple.

    Continue comme ça, Jérémie, je lirai la suite, sans faute. ça tient en haleine, c'est très bien écrit...Que du bonheur!

  3. #3
    Date d'inscription
    December 2007
    Localisation
    Environs de Nantes
    Messages
    234

    Re : Exilés

    J'ai eu une matinée au boulot sans réseau, donc à glander dans mon bureau. Puis je regardais ce que j'avais sur clé de façon absente jusqu'à tomber sur ce que j'avais écrit jusque-là et puis je me suis dit : "tiens, je pourrai peut être en écrire un peu plus ce matin." Le résultat des mes idées vagabondes a donc été ajouté au rêve (Bah vi, le présent, c'était pour cette raison). Oh, on ne sait jamais, certains termes vulgaires peuvent choquer mais c'est monnaie courante maintenant dans la littérature et je trouve que ça colle bien à la situation présente.

    Deuxième chose importante que j'ai oublié honteusement !!! Remercier ma chère Steph pour son commentaire si élogieux de mon petit écrit. J'espère simplement ne pas te décevoir par la suite... même si je suis relativement (TRES) lent dans la mise à jour.
    Dernière modification par Zayn ; 25/04/2008 à 15h09.
    Un petit ajout personnel aux oeuvres couroniennes : ici

  4. #4
    Trichelieu Invités

    Re : Exilés

    "- c'est bien la rage qui l'inspire -" J'adore !
    Beaucoup de brio dans ce "maigre" récit. Maigre par la taille, énorme en tout cas par l'intérêt qu'il suscite. J'attends la suite non sans impatience. J'aurais tant de commentaires élogieux à faire qu'il vaut peut-être mieux me réserver pour une future agiographie ...

    Non, sans rire, c'est très agréable à lire. Je m'abonne !

  5. #5
    Rimbaud Invités

    Re : Exilés

    Je serai très honnête. Je suis rarement emballée par un récit de fantasy car je trouve la plupart immatures, sans originalité (youpee, des elfes, copions tous Tolkien!) et certains que l'on encence à l'excès (je n'en citerai pas pour ne froisser personne ici) ne le méritent aucunement, face à certains autres dont on entend bien moins parler (là par contre je parlerai du Trône de fer de George R.R. Martin qui lui, n'a même pas été adapté au cinéma, contrairement à une certaine daube).

    Alors voilà, ton récit m'a totalement conquise, depuis le début d'ailleurs, et le cadre que tu as choisi pour la suite (la mer) parle à mon coeur de Bretonne qui vit à deux pas de la mer. Si je n'aime pas vraiment le prénom Aldeth, c'est bien là la seule critique que je pourrais faire.

    "Lançazurs"," terre-lagons" renforcent le sentiment de réalisme qui se dégage du récit, en même temps qu'ils sonnent agréables et poétiques à l'oreille.
    Je me laisse porter, et j'aimerais bien pouvoir lire ton récit au chaud dans mon lit...Un livre, plutôt qu'un support informatique.

    Continue, je suis impatiente de lire la suite!!

Les tags pour cette discussion

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •  

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 203 204 205 206 207 208 209 210 211 212 213 214 215 216 217 218 219 220 221 222 223 224 225 226 227 228 229 230 231