[HIST] Le Vent se lève, une palme d'or?

Bienvenue dans notre temple de l’image animée : ici, vous pouvez parler de cinéma, de vidéos trouvées sur Internet, de séries diverses et variées, d’animation de toute sorte. Que vous attendiez impatiemment un film, que vous ayez un coup de cœur pour une série, que vous ayez des questions sur une fin déroutante, cette section est faite pour vous.
Répondre
Avatar du membre
Agrippa
 
Ettercap
Messages : 878
Enregistré le : ven. 13 mai 2005, 00:48
Localisation : Paris, FRA
Contact :
Statut : Hors ligne

[HIST] Le Vent se lève, une palme d'or?

Message par Agrippa »

Un hold-up, c'est le premier mot qui m'est venu pour parler de ce film avec mes camarades à la sortie du ciné. Un film honnête avec quelques grandes scènes (j'y reviendrai), mais une palme d'or?????
Moi qui avant de le voir avait du mal à croire les critiques qui trouvaient que cette palme d'or était discutable (après tout, la qualité du jury et son unanimité sur le choix de la palme me laissaient croire que ce n'était que des chipotages de critiques en mal d'article), je ne peux qu'être encore plus sévère pour juger ce film.

Pour ceux qui n'auraient pas suivi l'actualité cinématographique, le Vent se lève est un film du réalisateur britannique Ken Loach, cinéaste connu pour son engagement très à gauche (cf. Land and Freedom, ...). Le sujet est la guerre d'indépendance irlandaise contre le Royaume-Uni, puis l'accession à l'indépendance (au sein du Commonwealth) à la suite de la signature du traité qui divise l'Irlande en deux.

Un mot tout d'abord sur la réalisation : oui, c'est bien filmé, c'est du Ken Loach, c'est propre et c'est crédible. A son habitude, des grandes scènes didactiques où les protagonistes débattent des problèmes posés, et des plans larges pour montrer les hommes qui vivent et meurent ensemble.

Sur l'histoire et les personnages (je n'arrive pas à dissocier) : Certes, j'accepte que Ken Loach ait sa vision propre des choses, avec ses fondements idéologiques qui lui appartiennent. C'est son film après tout. Mais le pêché cardinal dans ce film, c'est son absolutisme. Rien n'est gris, tout est noir ou blanc. Car on peut toujours dire que Loach veille au contraire à nous montrer les deux côtés des choses, mais ce n'est que pour mieux mettre en valeur son héros, celui qui ne se compromet pas, et qui va jusqu'au bout, quoi qu'il arrive, quel qu'en soit le coût (pour lui, pour ceux qu'il aime, pour les autres!).

Pour Loach, il n'y a pas d'autre explication que : les gentils (qui avaient des idées et des principes) se sont fait bouffés par les méchants (qui sont sans idées, sont vendus au capitalisme, et sont prêt à vendre père et mère et toute la famille pour s'en mettre plein les poches, cette bande de faibles et de lâches...).
Je ne peux pas accepter cela, et s'il y avait une seule chose dont j'avais peur en allant voir le film, c'est bien ça. Ce manichéisme, cette simplification, sont de ceux qui trahissent la vérité humaine : forcément double, ambigüe. Quant on voit ces "méchants", on finit par se demander : "pourquoi tant de haine"? Et ces "gentils" complètement fanatisés : "pourquoi ils ne gagnent pas avec tous leurs bons sentiments, qui plus est avec la raison et le romantisme de leur côté?".

Loach soutient que ceux qui avaient raison sont ceux qui voulaient continuer la lutte, et refuser le traité qui coupait l'Irlande en deux. Il donne des noms historiques, jette des évènements en pature pour justifier son point de vue. Mais certaines choses méritent d'être contredites, car elles ne montrent qu'une partie des faits.
Je ne remets pas en cause son a priori, à savoir que la lutte pour l'indépendance ne sert à rien si elle n'est pas suivie d'une révolution socialiste. Pour Loach, on n'est pas libre tant qu'on est pas libéré de la propriété (cf. une petite citation de Conolly au passage, leader irlandais socialiste, tué lors de la révolte de Pâques 1916 à Dublin). Ok, c'est son postulat, ce n'est pas ça qui me gène, même si je ne partage pas son point de vue.

C'est sur d'autres points que le film est profondément dérangeant.
Il y a tout d'abord deux poids, deux mesures quant au traitement des combats : lorsque les "gentils" tuent des "méchants", c'est ok parce qu'ils sont méchants, mais lorsque l'inverse se produit, c'est le massacre des innocents. Sans spoiler, la dernière scène de combat est caricaturale, où un malheureux "désarmé" est tué, ce qui soulève l'indignation du héros, alors que le malheureux en question avait abattu deux secondes avant un officier de l'armée irlandaise (un ancien camarade de lutte contre les anglais) qui ne lui avait rien fait. A vomir. La conviction de se battre pour une cause juste et d'avoir le "bon droit " de son côté ne justifie pas que deux vies ne soient pas de valeur égales.

Loach nous montre un pays où les héros sont ceux qui refusent la paix, sont prêts à faire continuer les massacres, et tuent leurs anciens camarades qui eux ont eu le courage de faire le pari de la paix. La haine est facile, mais pardonner et vivre en bon voisinage avec son ancien ennemi est ce qui demande le vrai courage. Pour moi, les héros du film ne sont pas ceux que Ken Loach croit.

Il mentionne Michael Collins (parmi la masse d'autres citations de noms qui ne diront rien aux spectateurs qui ne connaissent pas l'histoire de l'irlande). Collins était le fondateur de l'IRA, et il fut du côté des signataires du traité de paix. Les "héros" de Loach lui tendirent une embuscade (ce n'est pas dit dans le film), et ces hommes, qu'il avait formés et entrainés pour se battre contre l'occupant, l'assassinèrent sans scrupules.

De plus, quelque chose m'intrigue. Loach parle des "nationalistes" (pour ceux qui ont vu Land and freedom, un parrallèle facile avec les nationalistes espagnols) irlandais pour désigner ceux qui "remplacent" les anglais en acceptant le traité de paix, alors que les "gentils" qui refusent la paix s'opposent aux nationalistes.

Il est bon de rappeler que dans la vérité historique les nationalistes sont précisément ceux qui, au sein du Sinn Fein et de sa branche armée l'IRA provisoire [= les provos mentionnés dans Bloody Sunday], continueront à se battre (par tous les moyens, y compris terroristes), tout à la fois contre le nouveau gouvernement irlandais, et contre les protestants en Irlande du Nord. Et que leur leader, Eamon de Valera, deviendra président de la république d'Iralnde.

Une dernière info : la guerre civile entre Irlandais qui a suivi la signature du traité de paix a fait plus de morts que la guerre contre les Britanniques... De quoi méditer sur les choix et les responsabilités qui en découlent pour le "héros".

EDITS : Désolé pour ceux qui ont lu ce post en parties, j'ai beaucoup rajouté de choses au fur et à mesure. Et je me rends compte que j'ai encore oublié d'autres choses...

J'avais dit en intro qu'il y avait de grandes scènes tout de même, qui sauvent le film de la médiocrité. Une d'entre elles m'a fait pleurer toutes les larmes de mon corps, celle du premier vrai dilemne pour le héros, sur une colline (je ne spoile pas, ceux qui me répondront me diront s'ils ont fait de même?). Et c'est pour cela que j'en veux à LOach. Tout le film aurait du être traité avec la même finesse, la même justesse historique, psychologique et HUMAINE. C'est la seule scène qui a fait pleurer la madeleine que je suis.

Quant aux dernière scènes qui se veulent émouvantes, rien mais alors rien du tout... Pour moi le héros est vraiment trop c*n, j'avais envie de bondir de ma chaise.

Et j'oubliais, loupage complet de l'histoire d'amour, pas crédible pour un sou : Loach ne passe pas assez de temps à donner du relief à cette histoire. On n'a pas le temps de s'attacher aux personnages. Tant pis. Ce sera pour un autre film.
Entre le film politique et l'histoire d'amour, il faut parfois choisir, Ken.

Ah oui, une dernière chose : Pour ceux que la question irlandaise intéresse, voir absolument le film brillant et superbement bien réalisé Bloody Sunday, de Paul Greengrass. J'espère que Ken le regardera pour comprendre qu'on peut faire des films engagés sans les excès mentionnés plus haut.
Agrippa, Clerc de Dénéir d'alignement neutre/bon, diplomate de la ville de Luménis
[post=120542]Biographie[/post], et quêtes en cours: [post=131491]Voir Manost et mourir[/post], [post=147082]Sans Foi ni Lois[/post], [post=147843]L'Invasion des Ombres[/post]
Rejoignez
[post=10355]Luménis,[/post] ville de Culture et de Lumière
Avatar du membre
Duo
 
Muloup majeur
Messages : 2579
Enregistré le : mer. 10 déc. 2003, 16:49
Localisation : Lille City Beach
Contact :
Statut : Hors ligne

Message par Duo »

Bon bon bon :p , déjà mon avatar signale que j'ai aimé le film tout comme titre :D . Pour les grandes scènes, je dirai que la scène sur la colline (si on parle bien de la même, mais je pense que oui) m'a ému au plus haut point.

J'ai globalement beaucoup aimé ce film mais si la descente du héros dans la violence et la perte de ses principes est un peu rapide. Au début rien, il rechigne à tuer et après l'avoir fait (je ne spolie pas sur les noms ni sur les lieux :p ), il ne se gêne pas pour recommencer, encore et encore. J'admets volontier ne pas connaître toute l'histoire de l'indépendance Irlandaise et je te crois sur parole, et ce que tu racontes me fait doucement changer d'opinion sur ce film, certes fort mais qui ne vaut pas, comme tu l'as dis, Bloody Sunday de Paul Greengrass.

Edit: dans les scènes fortes, on peut citer celle qui suit la scène d'ouverture qui met tout de suite en place l'image des anglais tyranniques.
Kettrarik Purmarteau, forgeron nain exilé à Dorrandin
Avant j'étais Duorok Gutrash. Mais ça, c'était avant. Être vert, ça gère !
Avatar du membre
Agrippa
 
Ettercap
Messages : 878
Enregistré le : ven. 13 mai 2005, 00:48
Localisation : Paris, FRA
Contact :
Statut : Hors ligne

Message par Agrippa »

Pour être honnête, c'est ton avatar qui m'a incité à écrire cette chronique... :p Ca m'a rappelé que j'avais envie de dire des trucs sur ce film.

Oui, on parle de la même scène sur la colline (déchirante au possible), et celle que tu mentionnes également. En fait, toute la première partie du film est très bonne.

C'est comme tu le dit la "descente" qui va un peu vite, mais ce qui est terrible c'est que précisément je ne crois pas que Loach le voit comme une descente, mais juste comme de l'héroisme...
Agrippa, Clerc de Dénéir d'alignement neutre/bon, diplomate de la ville de Luménis
[post=120542]Biographie[/post], et quêtes en cours: [post=131491]Voir Manost et mourir[/post], [post=147082]Sans Foi ni Lois[/post], [post=147843]L'Invasion des Ombres[/post]
Rejoignez
[post=10355]Luménis,[/post] ville de Culture et de Lumière
Avatar du membre
Ben-jXX
 
Loup vampirique
Messages : 1859
Enregistré le : mer. 16 juin 2004, 12:02
Localisation : Paname
Contact :
Statut : Hors ligne

Message par Ben-jXX »

Je suis tout à fait d'accord avec toi Agrippa, ce film est totalement manichéen, comme tous les films de Ken Loach d'ailleurs.

Il ne méritait pas la palme d'or, mais pas plus que "F 9/11" ou "Elephant"... La liste est longue.
Téléchargez donc ce superbe perso pour SOA... Et celui-ci pour TOB !
Mon vrai moi...
... et mon moi RP
Pour faire parler Ben-j en RP: salmon (comme le poisson)
Avatar du membre
Duo
 
Muloup majeur
Messages : 2579
Enregistré le : mer. 10 déc. 2003, 16:49
Localisation : Lille City Beach
Contact :
Statut : Hors ligne

Message par Duo »

Disons que le film est bon jusqu'à la signature du traité, après ça devient n'importe quoi, que ce soit les nationalistes, ou encore Teddy qui change complètement d'opinion, etc...
Kettrarik Purmarteau, forgeron nain exilé à Dorrandin
Avant j'étais Duorok Gutrash. Mais ça, c'était avant. Être vert, ça gère !
Répondre

Retourner vers « Cinéma, Vidéos et Télévision »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 0 invité