[Lieu] Bortheias

Les fiers cavaliers luméniens aiment à parcourir ces longues prairies parsemées de terres plus sablonnées et plus rocailleuses, prises en étau par les deux grands massifs de l'île. Moult légendes font état de licornes et autres destriers légendaires, tels les centaures parcourant au galop une fine vallée qui s'est creusée au fil du temps par le passage incessant des nobles montures sauvages. L'armée luménienne apprécie ce lieu servant aussi de centre d'entraînement à son équitation et ses griffons, mais qui dit créatures merveilleuses, implique d'étranges rencontres dans un sanctuaire qu'elles voudraient garder inviolé.
Avatar du membre
Galathée
Élu de Mystra
Messages : 36360
Enregistré le : mer. 25 août 2004, 15:26
Localisation : Ailleurs
Contact :
Statut : Hors ligne
.

Message par Galathée »

Reynald les guida dans l'activité tranquille du début de matinée. Le crachin avait l'avantage d'avoir chassé les promeneurs des rues et leurs ânes semblaient peu s'inquiéter du mauvais temps et de la boue. Ils franchirent la porte nord et s'élancèrent sur la route de terre au petit galop. Les animaux qu'avait choisis Astrée étaient jeunes, vigoureux et ne manquaient pas de sang, aussi filèrent-ils dans un nuage de mottes de terre. Ils ralentirent plus loin comme les nuages s'étiolaient et laissaient le soleil reprendre ses droits sur le printemps. Leurs montures en profitèrent pour baisser la tête et arracher les graminées qui poussaient sur les talus. La rôdeuse put alors découvrir des prairies beaucoup plus vertes et couvertes de millions de fleurs, décor enchanteur, qu'un écureuil timide observa du bord de sa poche, sans oser s'aventurer à l'extérieur. Le terrain montait doucement, se déclinant en collines paresseuses. La montagne était encore relativement éloignée, mais on en apercevait déjà les pics enneigés, noyés de brume. Avant cela, il faudrait atteindre les hauts plateaux en empruntant des sentiers escarpés. Mais pour l'heure, ils étaient encore en plaine.
Avatar du membre
Voyageuse
Dignitaire de Lumenis
Élu de Mystra
Messages : 22837
Enregistré le : ven. 27 oct. 2006, 10:35
Localisation : Dans un petit hameau perdu
Contact :
Statut : Hors ligne
.

Message par Voyageuse »

Quête : Equité

Astrée caressa du doigt la tête de l'écureuil. S'il avait sa forme équine, nul doute qu'il serait déjà en train de brouter ces myriades de fleurs.
Elle laissa son âne brouter tranquillement un moment. Ils avaient bien droit de ralentir un peu, après tout. Détachant sa capuche, elle en profita pour admirer un moment le paysage, heureuse de retrouver le soleil.

- C'est vraiment magnifique par ici...
Elle sourit à Reynald, avec encore une vague interrogation dans le regard. Son inquiétude pour Tybert s'étiolait peu à peu, chassée par le bonheur de faire ce petit bout de route avec le sorlyn. Mais peut-être n'en allait-il pas de même pour son compagnon. Quoiqu'il ne semblait pas vouloir s'en inquiéter tant que ça.
- Et c'est vraiment chouette de pouvoir faire la route avec toi... Dis-moi, est-ce que tu as une destination précise en tête, pour ce soir, ou est-ce qu'on compte sur le hasard ?
en RP : Astrée, rôdeuse-druide.
Co-modératrice Luméno-hélonienne
Peu disponible...
Avatar du membre
Galathée
Élu de Mystra
Messages : 36360
Enregistré le : mer. 25 août 2004, 15:26
Localisation : Ailleurs
Contact :
Statut : Hors ligne
.

Message par Galathée »

Reynald se retourna vers elle et lui sourit.
" Il y a une myriade de petits villages d'ici à la montagne... Normalement, nous trouverons toujours une auberge ou une grange pour y passer la nuit. Enfin, sauf si tu préfères tenter le diable... Mais avec le temps changeant, le manque d'abris... Nous aurions dû nous procurer une tente, peut-être ?"
Il haussa les épaules, puis poussa son âne contre le sien.
" Cela dit, je peux me réchauffer à ta présence... Même sous la pluie... Ça me fait d'ailleurs penser à une chanson mais... j'ai chanté toute la soirée, et nous nous sommes réveillés sous les torrents du ciel... Je crois que quelqu'un essaie de me passer un message... Peut-être Eldath !"
Avatar du membre
Voyageuse
Dignitaire de Lumenis
Élu de Mystra
Messages : 22837
Enregistré le : ven. 27 oct. 2006, 10:35
Localisation : Dans un petit hameau perdu
Contact :
Statut : Hors ligne
.

Message par Voyageuse »

Quête : Equité

Astrée rit.
- Ca ne peut être qu'Eldath qui ressent l'humeur de Tybert... Parce que ta prestation était bien trop parfaite pour provoquer le moindre petit nuage. Oui, je sais, je ne suis pas du tout impartiale...
Elle sourit, et profita de la proximité de leurs montures pour poser doucement sa main sur sa cuisse.
- Peut-être que le retour du soleil est signe qu'il s'est apaisé ? Mais tout de même, mieux vaut une grange pour cette nuit. Même si je te sais parfaitement capable de me réchauffer quelle que soit la météo... ajouta-t-elle avec un clin d'oeil.
en RP : Astrée, rôdeuse-druide.
Co-modératrice Luméno-hélonienne
Peu disponible...
Avatar du membre
Galathée
Élu de Mystra
Messages : 36360
Enregistré le : mer. 25 août 2004, 15:26
Localisation : Ailleurs
Contact :
Statut : Hors ligne
.

Message par Galathée »

Il profita de sa proximité pour lui voler un baiser, puis releva la tête de son âne et le renvoya au pas sur la route.
" Ce soir, point de grange. Nous logerons dans un village qui s'appelle Pré-aux-Joncs, à l'auberge des Marais. Il n'y a pas de marais, ni de joncs, mais autrefois, semble-t-il, dans des temps immémoriaux que même les ancêtres ont oubliés... Bref. Nous y serons bien, il devrait y avoir de la place, un lit moelleux et une truite en papillote qui figurera un jour dans mon guide touristique de la Trouée..."
Il sourit.
" Remettons-nous en route... S'il ne reste pas de chambre, nous devrons dormir dans la grange du Père Marceau, et elle est pleine d'araignées grosses comme ma main... Je sais que tu aimes les bestioles, mais moi pas trop..."
Claquant de la langue, le Sorlyn mit son âne au trot et ils repartirent vers les contreforts des Pics des Orcs.
Avatar du membre
Arthur de Faisanlys
Personnage des Royaumes
Ogre mage
Messages : 1396
Enregistré le : lun. 18 mai 2009, 16:35
Localisation : Commanderie des Paladins de Luménis
Statut : Hors ligne
.

Message par Arthur de Faisanlys »

RP Solo : En Quête de Lumière...

Portés par la vitesse fulgurante de Grand Vent, les deux paladins arrivèrent à Bortheias en début de soirée, sous un crachin désagréable. Ils s’arrêtèrent à distance des portes, qu’on devinait, éclairées de grandes torches, en bout de route.
Arthur s’y présenta perché sur Grand Vent. Hubert avait l’intention de survoler les remparts pour entrer en ville sans se faire repérer. Ils avaient rendez-vous dans un établissement nommé l’Auberge des Champs, dont le tenancier était un elfe noir, ce qui ne rassurait qu’à moitié Arthur. Seul, il aurait sûrement évité de s’y poser.
Mais l’Auberge en question était une vaste demeure de pierre claire aux croisillons de bois, bien entretenue, dont se dégageaient musique et bonnes odeurs. Un palefrenier aux aguets vint prendre le destrier en charge, tandis que le jeune Luménien se glissait à l’intérieur. La salle lui parut pleine. Des cavaliers de la Trouée s’y mêlaient aux voyageurs, mais l’ambiance semblait moins rude que dans la plupart des tavernes de la région. Un trio de bardes jouait près du comptoir, derrière lequel se trouvait le drow en question, un homme plutôt large d’épaules et sans doute grand pour sa race, à la peau gris sombre, aux cheveux blancs courts et aux yeux d’un rouge flamboyant. Il surveillait la pièce, bras croisés, reflétant un flegme de surface. Arthur fut persuadé que, tout aubergiste qu’il fut, il était capable de bien d’autres choses. Le Luméniens’approcha, tâchant de ne pas refléter son inquiétude. Le drow l’aperçut puis jeta un regard circulaire sur la pièce.

« Je crains que nous ne soyons plein, messire. » annonça-t-il d’une voix profonde, qui lui fit penser à celle d’Othon.
Arthur se sentit rougir.

« Je… Hum… Je suis avec Hubert de Maleval. Qui arrive. Ou peut-être qu’il est déjà là. »
L’expression du drow changea et il esquissa un sourire.
« Prenez le couloir juste ici, deuxième porte à droite. »
Arthur acquiesça vivement, murmura des remerciements, et fila vers la pièce qu’on lui avait désignée.
C’était une petite salle confortable où brûlait un âtre chaleureux, meublée d’une table ronde, de trois chaises et d’un tabouret. Une pile d’assiettes, des couverts et des coupes étaient posés au centre de la table, attendant d’être placés. Arthur ne sut pas où se mettre et resta debout près du feu. Comme il était mouillé, cela semblait la meilleure chose à faire. Il compta la vaisselle, il y en avait pour quatre. Hubert avait parlé d’un ami, mais ils seraient manifestement deux. Arthur frissonna. Il n’était pas sûr d’être au bon endroit. Pas du tout. Mais il ne pouvait pas s’enfuir subitement, ça aurait été trop étrange, et s’il disparaissait, il était plus ou moins persuadé que le paladin céleste se mettrait à sa recherche.
Hubert arriva peu après, apportant une bouteille de vin et un plateau d’amuse-gueules. Ils avait les cheveux et les ailes trempés.

« Tu as trouvé, parfait ! Désolé pour le retard, je n’avais jamais volé sous la pluie. »
Il avait de la boue sur les genoux et Arthur devina, sans pouvoir l’imaginer, qu’il avait eu des soucis. Il alla se placer juste à côté de lui, devant l’âtre, dans le même but. Il n’y resta cependant pas plus de quelques minutes, avant de se diriger vers la table.
« On peut déjà boire un verre en les attendant, proposa-t-il en désignant une chaise à son jeune compagnon.
— Je… Je ne voudrais pas vous déranger, murmura Arthur. Avec vos amis. Je veux dire… Vous avez sûrement des choses à vous raconter et… »
Hubert se tourna vers lui, les lèvres pincées.
« Franchement, ça me fait plaisir que tu sois là. Et ça ne les dérangera pas. Tu peux manger avec nous, quand même… Sinon, qu’est-ce que tu vas faire ? Dîner seul ? »
Ça avait l’air tout à fait scandaleux pour Hubert, mais Arthur l’avait fait mille fois, déjà.
« Ensuite, si la compagnie te pèse, je ne te retiendrai pas. »
Arthur n’aurait jamais osé avouer qu’une quelconque compagnie lui pesait, surtout si elle était liée à un homme qui lui avait sauvé la vie, céleste de surcroît, et paladin de Lathandre. Guilleret, Hubert déboucha la bouteille et il leur versa à chacun un verre, avant de pousser un soupir de contentement. Arthur s’approcha, hésitant, et prit la chaise en face de lui. Hubert, à cause de ses ailes, avait opté pour le tabouret.
« Merci pour tout ça, dit finalement Arthur.
— Nous sommes frères d’armes, c’est la moindre des choses. » répondit son aîné.
Arthur était soulagé que son vis-à-vis ne ressente pas le besoin d’en dire davantage. Il huma le verre de vin. Il tenait raisonnablement bien l’alcool, bien qu’il n’ait pas l’habitude d’en boire. Il n’y connaissait rien mais le trouva délicieux, et réconfortant aussi, après toutes ces journées chahutées.
Avatar du membre
Arthur de Faisanlys
Personnage des Royaumes
Ogre mage
Messages : 1396
Enregistré le : lun. 18 mai 2009, 16:35
Localisation : Commanderie des Paladins de Luménis
Statut : Hors ligne
.

Message par Arthur de Faisanlys »

Hubert n’était pas encore complètement sec lorsque la porte s’ouvrit sur un homme de taille moyenne dans une cape de voyage, qui baissa son capuchon en entrant. Arthur ne parvint pas à détacher des yeux stupéfaits, puis horrifiés, de son visage. Dans la quarantaine, il avait les cheveux noirs, les yeux sombres et son expression reflétait une totale surprise, dont Arthur était indéniablement la cause.
« Incroyable. » murmura le nouveau venu en s’approchant de la table.
Arthur se sentit virer au rouge sombre tandis qu’Hubert se levait. Les deux hommes s’étreignirent avec chaleur.

« Albérich, je suis… hum. »
Hubert se tourna vers son jeune collègue.
« Je te présente Arthur.
— Nous nous connaissons.
— Ah ? Logique, je suppose. »
Pour un paladin lathandrite et luménien, ne pas connaître Albérich Megrall, l’ancien aubemestre et conseiller de la capitale, aurait été un poil étrange.
« Je voulais vous le dire, mais je n’ai pas trouvé l’opportunité ! » se défendit Arthur.
Plus circonspect, Hubert se tourna vers Arthur, puis vers Albérich, puis à nouveau

« Me dire quoi ? Que tu connaissais Albérich ? Je ne t’ai même jamais parlé de lui ! »
Albérich s’assit et haussa les épaules, un sourire tranquille sur les traits.
« Ce n’est pas à moi de révéler les choses qui fâchent, dit-il sobrement.
— Je suis le fils du Général Maelwedd. » bafouilla Arthur, écarlate.
Les yeux d’Hubert s’écarquillèrent.

« C’est ça, cette impression de te connaître…
— Il m’a désavoué ! Je ne suis plus son fils ! Juste de sang !
— Lathandre a de l’humour, murmura Hubert.
— Ça ne change rien, si ?
— Ça change beaucoup de choses. Non, ça ne change rien, tu as raison. Ça explique beaucoup de choses. »
Hubert croisa les bras, toujours debout.
« J’ai connu ton oncle. Gawain. Bien connu. Tu lui ressembles plus qu’à Gareth. C’était un paladin formidable. Une tête brûlée. Pardon. Bouse. Hum. Je vais aller prendre l’air. »
Il se leva et sortit, se glissant devant un troisième homme. Roux comme Hubert, il était plus petit, moins athlétique, et portait les robes d’un élu de Milil.
« Il y a un souci ? » demanda le dernier arrivé.
Arthur était pivoine.

« Je suis désolé. Je ne voulais pas… lui mentir ou… simplement… Je ne voulais pas que cela… compte… Il m’a tellement aidé et…
— Ne t’en fais pas. Il va avaler et revenir. Il sait que ça n’a pas d’importance. » dit Albérich.
Arthur se sentait mal.

« Il va falloir m’expliquer, dit le Milite.
— Reynald, je te présente Arthur. Arthur est le fils de Gareth Maelwedd.
— Le Gareth Maelwedd ?
— Celui-là, oui.
— Ah. »
Il jeta un œil vers la porte.
« Hubert ne le savait pas, je présume.
— Non, gémit Arthur.
— Tu connais l’histoire d’Hubert et de ton père, pas vrai ?
— Pas dans les détails. Ça m’est revenu… un peu tard.
— J’ai une complainte sur le sujet… Interdite de représentation, cela dit. »
Albérich haussa les sourcils.
« Mon père m’a… désavoué. Je ne voulais pas qu’il gâche encore autre chose, murmura Arthur.
— Et il ne le gâchera pas. Hubert est juste surpris, dit Albérich. Cette sortie… c’est sa manière de faire. Ne t’inquiète pas. »
Avatar du membre
Arthur de Faisanlys
Personnage des Royaumes
Ogre mage
Messages : 1396
Enregistré le : lun. 18 mai 2009, 16:35
Localisation : Commanderie des Paladins de Luménis
Statut : Hors ligne
.

Message par Arthur de Faisanlys »

Comme pour donner raison au clerc, la porte s’ouvrit et Hubert revint s’asseoir. Reynald lui donna l’accolade.
« Bon anniversaire ! » s’exclama-t-il.
Hubert lui sourit.

« Merci à vous d’être venus jusqu’ici pour le fêter avec moi.
— Albérich me tanne depuis une veille entière… Il trépigne comme un chiot qui doit faire pipi.
— Voilà une comparaison qui me met tout à fait à mon avantage. » dit le principal intéressé.
Arthur était mortifié tandis que les trois autres riaient.

« Je suis heureux, très heureux, de vous avoir tous avec moi ce soir. En un an… mon existence s’est radicalement métamorphosée… et je ne pourrais en être plus heureux.
— Il va nous faire pleurer, remarqua Reynald.
— Les paladins sont toujours adeptes des grandes déclarations, dit Albérich.
— Tu peux parler, tiens. » grogna Hubert.
Arthur n’avait jamais été plus mal à l’aise de sa vie. Même avec Chandara. C’était dire. La porte s’ouvrit sur l’elfe noir et le Milite se leva pour lui serrer la main.

« Dis donc, on s’empâte, remarqua le prêtre.
— Je ne te permets pas, rivvil, rétorqua froidement l’aubergiste. Quand est-ce que vous voulez manger ? »
Reynald se retourna vers les autres.
« D’ici une demi-heure ? proposa Albérich.
— Parfait. Et qu’est-ce que je vous sers ? Hubert a embarqué une bouteille de rosé d’Evendum, mais ce n’est pas exactement de saison…
— Un blanc fruité pour moi, dit Albérich. Peut-être quelque chose de Fondor, si tu as ?
— J’ai un petit muscat d’Antelucas dont les amateurs disent beaucoup de bien.
— Un sirop sunite ? grommela Hubert.
— Je prends ça, dit Albérich, se récoltant une grimace du paladin.
— Moi aussi, renchérit Reynald.
— Je veux bien ta bière, intervint Hubert.
— Tu es certain ?
— Pourquoi tant de doute ? Elle est délicieuse !
— Va pour une Terreuse. La triple, je suppose ?
— Tu supposes bien. »
L’elfe noir se tourna vers Arthur et celui-ci se pétrifia dans son regard rouge.
« Et pour vous ?
— Tu es plutôt vin ou plutôt bière ?
— A mon avis, plutôt eau, murmura Reynald.
— Plutôt vin ? osa Arthur. Je peux continuer au rosé ?
— Mets-lui un pétillant de Solarcis, dit Albérich. C’est la fête, après tout. »
Le drow acquiesça, un léger sourire aux lèvres.
« C’est parti.
— Merci Maedron. »
L’aubergiste se retira.
« Comment va Erhedun ? demanda le paladin, manifestement désireux de ne pas revenir au pavé qui avait chu dans la mare.
— Mon vieux, tu n’imagines pas, dit Reynald. Albérich a un succès de fou.
— De succès ? Auprès de qui ?
— De Soren.
— Quoi ?
— Il raconte n’importe quoi, dit Albérich. Je n’ai pas vu Soren depuis le jour où il est venu faire ses derniers croquis. »
Arthur restait muet comme une carpe. Soren, il connaissait. Oh misère, ce n’était pas quelqu’un qu’il aurait aimé rencontrer de manière régulière. Mais les Sunites le perturbaient, c’était presque organique.
« Non, il a du succès auprès des femmes.
— Vraiment ?
— C’est juste que la grande prêtresse de Mystra m’aime bien, dit Albérich. Elle a dix ans de plus que moi.
— Quinze, dit le Milite. Mais elle est en forme.
— Et c’est purement platonique. Diable, Reynald, regarde sa tête !
— Où est ma Terreuse ? » demanda le paladin.
La porte s’ouvrit en réponse à sa question, Maedron posa les verres sur la table et Arthur en profita pour lui demander le chemin des latrines. Il y resta un moment, tentant de rassembler ses esprits. Que faisait-il dans cette assemblée ? Un paladin céleste, un ancien conseiller luménien, un prêtre barde, tous bien plus âgés que lui, de bons amis, manifestement. C'était un cauchemar.
Quelqu’un tambourina à la porte et Arthur s’esquiva en s’excusant. Il hésita à traîner dans le couloir, mais c’était sans doute encore pire que d’y retourner : il était certain qu’Hubert partirait à sa recherche, ce qui le couvrirait d’une honte insurmontable. Non, il devait carrer les épaules et affronter la soirée.
Avatar du membre
Arthur de Faisanlys
Personnage des Royaumes
Ogre mage
Messages : 1396
Enregistré le : lun. 18 mai 2009, 16:35
Localisation : Commanderie des Paladins de Luménis
Statut : Hors ligne
.

Message par Arthur de Faisanlys »

Arthur retourna dans la petite salle où la conversation battait son plein. Hubert l’accueillit d’un sourire et lui désigna son verre. Le jeune homme s’assit. Il était question du conseil d’Erhedun, d’un conflit sur l’affectation de certains fonds, de la rénovation nécessaire d’un pont. Arthur goûta à son vin — délicieux — mais ne chercha pas à s’intéresser à ce qui se disait. C’était une discussion obscure pour qui n’était pas impliqué. Mais alors qu’il décrochait, Reynald se tourna vers lui.
« Mais racontez-nous plutôt comment vous vous êtes rencontrés ? Je dois dire que… c’est assez improbable. Même si, d’après ce que j’ai compris, vous avez le même métier. »
Arthur rougit. Hubert croisa les bras sans rien dire. Il était manifeste que son confrère n’avait pas l’intention d’éventer sa honte.
« J’ai été détroussé par des… gens… dit finalement Arthur. Et Messire de Maleval…
— Ah non, hein, s'exclama Hubert, scandalisé.
— Hubert… m’a trouvé dans le fossé. »
C’était honnête, il était paladin, les paladins ne mentaient pas.
« Je lui dois une fière chandelle.
— Hubert fait ce genre de choses, sauver les gens, dit Reynald. Tu n’es ni le premier, ni le dernier, tu ne dois pas en faire tout un foin. »
Arthur savait que le Milite disait cela pour le mettre à l’aise, mais il ne manqua pas le regard que s’échangèrent les deux Lathandrites.
« Je pourrais en tirer une chanson, je pense. Peut-être humoristique…
— J’éviterais, dit Hubert. Arthur est déjà bien assez gêné.
— C’était une blague. Je ne me permettrais jamais d’écrire une chanson sur quelqu’un sans avoir sa permission. »
Albérich s’étrangla dans son verre.
« Enfin. Je ne me permettrais… plus ? »
La conversation bifurqua sur le répertoire du Milite, puis sur la grande susceptibilité d’un certain Foldibert Marchedru, avant que Reynald n’interroge Arthur sur les raisons de sa présence dans la Trouée. L’elfe noir, Maedron, vint servir le repas — de l’antilope aux raisins, Arthur n’en avait jamais mangé et c’était exquis — et la petite assemblée poursuivit ses bavardages entre deux bouchées. Reynald animait les débats, Hubert participait avec plaisir, Albérich était plus circonspect, Arthur demeurait silencieux, sauf quand on l’interrogeait directement. Le vin l’aida peu à peu à se montrer moins gardé, mais il en connaissait les risques et veilla à ne rien dire d’imprudent, d’autant qu’il était conscient que le prêtre lathandrite le jaugeait. Hubert lui avait certainement confié le sens qu’il avait donné à sa mésaventure en aparté.

Quand ils eurent terminé de manger, Reynald proposa à Arthur de laisser Albérich et Hubert en tête à tête pour aller profiter de la musique qu’ils entendaient à travers les murs. Le jeune paladin était conscient que c’était un prétexte, mais il obtempéra sans se faire prier. Ils gagnèrent donc la salle principale de l’auberge et se coulèrent dans un coin : sans Hubert et ses ailes encombrantes, ils étaient parfaitement anonymes dans la petite assemblée. Deux jeunes femmes et un flûtiste animaient la soirée, de chansons aériennes et mélancoliques, qui arrachèrent un bâillement au Milite. Maedron revint les servir, Arthur refusa d’abord, puis finit par céder. Il avait la tête de plus en plus légère.

« Cette complainte… sur messire de Maleval… et mon père… Est-ce que je peux l’entendre ? »
Reynald se tourna vers lui, surpris.
« Est-ce que c’est sage ?
— Je ne sais pas. Je suis curieux. Et Hubert n’est pas là. »
Le Milite eut un sourire.
« En fin de soirée, alors. Si tu tiens encore debout. »
Avatar du membre
Arthur de Faisanlys
Personnage des Royaumes
Ogre mage
Messages : 1396
Enregistré le : lun. 18 mai 2009, 16:35
Localisation : Commanderie des Paladins de Luménis
Statut : Hors ligne
.

Message par Arthur de Faisanlys »

Arthur tint le coup. Reynald finit par se lever et échanger quelques mots avec le drow, qui acquiesça sur un haussement d’épaules. Les musiciens mélancoliques en avaient terminé et le Milite les remplaça. Il ne se lança pas tout de suite dans le morceau qu’Arthur attendait. Il prit d’abord le temps de séduire son auditoire avec quelques chansons plus enjouées, des classiques bienaimés, de quoi réveiller ceux qui roupillaient à l’arrière. Il jouait de son charme, sa voix était chaleureuse et bien posée, il convainquit sans mal ceux qui songeaient à rentrer chez eux de rester encore un moment. L’aubergiste, derrière son comptoir, paraissait satisfait.
Puis le Milite se tourna vers Arthur et lui décocha un clin d’œil.

« A présent, je vais vous interpréter une complainte de ma composition, qui s’appelle Le Soudard et le Preux. Je la dédie à tous ceux qui, parfois, hésitent à rester sur le droit chemin. Qu’ils se souviennent, dans les moments de doute, qu’on laisse toujours une trace derrière soi. »
Arthur rougit, comme pris à partie. Mais Reynald s’était détourné, il pinça deux cordes de son luth et prit une profonde inspiration.
« C’était en bordure de forêt, printemps pluvieux et primevères,
Que des hommes de la capitale traquaient le mal dans les fougères,
Car le sous-bois enténébré, abritait un brigand sauvage
Insaisissable dans ses rapines, semant la mort dans son sillage.
Alors les soudards et les preux s’étaient un temps fait alliés,
Pour dénicher le sacripant, qui dévalisait la contrée,
Ce n’était pas chose naturelle, preux et soudards ne s’aimaient guère,
Ils se méprisaient sans le cacher, à cheval ou dans la poussière,
Et leurs chefs surveillaient les rangs, inquiets de les voir se heurter,
Guettant la petite étincelle, qui les mènerait à s'étriper... »

C’était davantage un conte qu’une chanson, les rimes étaient éparses, le rythme sans cesse changeant, mais Arthur se laissa prendre par le récit et la mélodie mouvante, qui s’adaptait à l’intonation, tantôt admirative, tantôt scandalisée, de l’artiste.
Le barde déroula tout ce qu’Arthur savait : le brigand, sa maîtresse, la manière dont son père l’avait exécutée sous les yeux des habitants de son village, et de son fils encore petit, puis l’intervention furieuse d’Hubert, la rixe entre soldats et paladins, l’arrestation d’Hubert, le renvoi du capitaine Maelwedd à Luménis, la cour martiale, la condamnation. Il semblait incroyable que son père soit désormais général et conseiller tandis qu’Hubert était banni de la cité lathandrite. Reynald, bien sûr, ne cita aucun nom, mais il prenait clairement parti, expliquant le résultat des choses par le statut relatif de l’un et de l’autre, un capitaine noble, un chevalier encore jeune, sans soutien. Arthur aurait compris qu’Hubert conserve un sentiment de trahison envers ses pairs, qui n’avaient pas pu le protéger, mais Reynald suggérait que sans leur intervention, il aurait été pendu plutôt que banni.
Le Milite termina par un couplet sur l’injustice des lois humaines, et sur l’omnipotence des dieux, qui depuis leurs Plans lointains, surveillent, savent et récompensent. Personne ne pouvait espérer échapper à leur vigilance, et ceux qui avaient failli paieraient tôt ou tard, tandis que ceux qui étaient restés fidèles à leurs principes seraient accueillis dans la lumière.
Le public applaudit timidement, un peu sonné, l’elfe noir avait l’air dubitatif, mais Reynald enchaîna sur le célèbre hymne luménien qui, même à Bortheias, avait un certain succès. Ensuite, il salua, échappa à quelques admirateurs, et rejoignit Arthur.
« Mission accomplie ?
— Merci.
— Désolé pour ton paternel.
— Il le mérite. Et ce n'est plus mon père."
Curieusement, après quelques verres de vin et une chanson bien inspirée, il pouvait le croire, peut-être pour la première fois.
Avatar du membre
Arthur de Faisanlys
Personnage des Royaumes
Ogre mage
Messages : 1396
Enregistré le : lun. 18 mai 2009, 16:35
Localisation : Commanderie des Paladins de Luménis
Statut : Hors ligne
.

Message par Arthur de Faisanlys »

Au petit matin, Arthur mit un moment à émerger. Il était installé dans un lit confortable, sous un édredon douillet, dans une chambre propre et tranquille. Objectivement, c’était mille fois plus agréable que toutes les dernières nuits passées dans la broussaille. Le souci était qu’il n’avait aucun souvenir d’être allé se coucher. Même seul, il ne put s’empêcher de rougir. Il avait aussi un sacré mal de crâne.
On frappait à la porte et il réalisa que c’était ce qui l’avait réveillé.

« Debout, c’est l’aube ! » lança la voix étouffée d’Hubert depuis le couloir.
Evidemment. Peu importait le nombre de verres de vin de la veille, le soleil se levait toujours.

Arthur était en meilleure forme quand ils s’installèrent pour petit déjeuner dans leur salle privée. Communier entre un paladin céleste et l’aubemestre d’Erhedun, il y avait moins glorieux, et le jeune homme avait l’impression que l’énergie divine formidable que dégageaient ses deux aînés avait trouvé le moyen de s’immiscer en lui. Il ne savait pas trop quoi en penser : il se sentait ragaillardi, animé d’un élan neuf, et en même temps, un peu contraint par tant de rayonnement. De Reynald le Milite, il n’y avait aucune trace. Albérich ne pensait pas qu’il émergerait avant midi.
Ils mangèrent en devisant à mi-voix. Arthur comprit que les deux Lathandrites avaient l’intention de rester une seconde nuit à l’auberge, avant de repartir chacun de leur côté. Il devait lui-même se poser la question de la suite : il n’avait plus de cheval, pas un sou, et les vêtements qu’il portait appartenaient à son confrère. Mais en tant que paladin de Lathandre, il était entretenu par l’Ordre de l’Aster, et l’ordre était directement lié au Temple. En cela, Albérich pourrait subvenir à ses besoins. Il fallait juste qu’il trouve le courage de lui demander. Mais Arthur avait aussi compris que les Erhedins étaient arrivés à Bortheias par téléportation et cela signifiait qu’il pouvait repartir avec eux. Erhedun n’était pas plus proche de Luménis que Bortheias, mais à nouveau, il s’y trouvait un temple, et il pourrait s’y poser un temps, avant de repartir vers la capitale pour prendre ses grandes décisions.

« Arthur, est-ce que je peux te parler un moment ? » demanda la voix d’Albérich.
Le jeune homme revint à l’instant présent. Ils avaient terminé, Hubert rassemblait les assiettes, l’air de rien.

« Bien sûr. » souffla Arthur, empourpré.
Albérich lui adressa un sourire apaisant, puis l’entraîna vers l’extérieur. Ils traversèrent la salle principale de l’auberge et sortirent. En plein jour, Bortheias parut grise et boueuse, la pluie de la veille avait constellé les rues terreuses de flaques. Ce n’était pas surprenant que la cité soit surnommée « la morne » : elle n’avait aucun attrait pour le visiteur. Sans se laisser démonter, l’aubemestre se dirigea vers le nord, contournant les mares les plus profondes. En quelques dizaines de pas seulement, ils quittèrent la fange pour fouler des rues pavées, bordées de maisons blanches aux façades enluminées et d’arbres dorés par l’automne. Arthur reconnut de nombreux symboles elfiques, même s’il n’y avait personne à l’extérieur. Albérich le mena vers un banc humide, au pied d’un chêne, et s’y assit. Le jeune homme l’imita puis jeta un coup d’œil inquiet au prêtre.

« Hubert m’a demandé de te parler. De ta vocation. De Lathandre. Je sais que ce n’est pas une entrée en matière très naturelle, mais je pense qu’à ce stade de ta réflexion, tourner autour du pot ne t’apportera rien. Je ne te jugerai pas et je n’en parlerai à personne. »
Le jeune paladin acquiesça mais resta silencieux quelques secondes. Il s’était douté que c’était la cause de cette promenade. Cela lui pendait au nez depuis l’instant où le prêtre avait franchi la porte, la veille, dans cette petite salle chaleureuse.
« Je ne me sens pas à la hauteur, dit Arthur. Je n’ai pas été formé dans les règles, j’ai toujours dû… me cacher. Et les dernières années ont été catastrophiques. Mille fois. Encore ces derniers jours… Sans Messire de Maleval… Je serais mort dans un fossé.
— Il m’a dit que tu voyais cette mésaventure comme un signe.
— Oui. Je cherchais une voie… et je me suis fait… gruger. Complètement. J’ai accordé ma confiance et j’ai failli me faire tuer.
— Oui. Mais tu ne t’es pas fait tuer.
— Non. Lathandre a eu pitié.
— Même si Lathandre a eu pitié, il aurait pu t’envoyer un berger… ou un groupe d’elfes… un druide itinérant… Mais il t’a envoyé Hubert. Est-ce qu’il serait complètement stupide d’y voir un signe, là aussi ? »
Arthur releva les yeux.
« Les gens qui cheminent sans inquiétudes, sans questionnement, sont des gens qui ne prennent jamais le temps de réfléchir. Vouer sa vie à un dieu, ce n’est pas une décision sans conséquences. Mais cette décision, tu l’as prise, autrefois. Je sais que c’était dans l’urgence, les choix possibles étaient peu nombreux, et nous étions tous portés par quelque chose qui nous dépassait. Qu’il y ait un contrecoup… Ce n’est pas complètement une surprise. Et jusqu’ici, par la force des choses, tu n’as pas été encadré. Ce n’est pas vraiment la faute des autres paladins : tu n’as plus l’âge d’être écuyer et vu les effectifs actuels, personne n’a eu le temps de rattraper, avec toi, le temps perdu.
— Erwan en avait l’intention, murmura Arthur. Mais il n’en a pas eu le temps… »
Albérich hocha la tête, les lèvres pincées.
« Erwan t’aurait sans doute merveilleusement bien formé. Armand le ferait sans doute tout aussi bien, s’il en avait la latitude. Mais maintenant, Lathandre t’a mis sur la route d’Hubert. Crois-tu que ce soit anodin ? Qu’un paladin de ton obédience te sauve la vie, sur une route perdue, au milieu de nulle part ? Que ce paladin, de surcroît, ait un lien fort, bien que détestable, avec ta propre famille ? Je ne suis pas du genre à chercher la main des dieux dans les menues coïncidences du quotidien, mais, Arthur, nous sommes bien au-delà de ça. »
Il poussa un bref soupir.
« Entends-moi bien, je ne dis pas que tu dois rester paladin, si ce n’est pas ta voie. Mais je pense que tu devrais te donner la possibilité de le mesurer, vraiment, dans des conditions opportunes. Pas en solitaire, livré à toi-même. Et pas non plus au sein d’une troupe où personne n’a les yeux sur toi. Mon conseil, c’est… donne-toi cette chance, même si ça doit être la dernière. Le signe de Lathandre, il est là, dans cette rencontre. Hubert te montrera ce que c’est que d’être un paladin. Avec ses failles et ses merveilles. Voyage avec lui. Un an, deux. Apprends et décide. Mais pas aujourd’hui, meurtri comme tu l’es. Tu n’en retireras que des regrets. »
Arthur le dévisagea.
« Vous pensez vraiment qu’il accepterait de me prendre sous son aile ? »
Albérich rit et Arthur s’empourpra.
« Au figuré, certainement. » répondit le clerc avec malice.
Le jeune paladin secoua la tête.

« Je crains d’être une déception. Je l’ai toujours…
— Arthur, donne-toi un an. »
Arthur relâcha sa respiration et ferma les yeux. Il percevait l'aura tranquille de son interlocuteur, comme une brise tiède, en mouvement, qui l'étreignait de son bonté. Il avait cherché un signe. Vraiment.
« D’accord. » dit-il.
Albérich se releva et posa la main sur son épaule.

« Parfait. Allons annoncer la bonne nouvelle à Hubert. »
Avatar du membre
Arthur de Faisanlys
Personnage des Royaumes
Ogre mage
Messages : 1396
Enregistré le : lun. 18 mai 2009, 16:35
Localisation : Commanderie des Paladins de Luménis
Statut : Hors ligne
.

Message par Arthur de Faisanlys »

Resté dans son salon caché, le paladin avait guetté leur retour et, lorsqu'ils reparurent, il scruta leurs visages respectifs avant de se fendre d’un sourire chaleureux. Albérich ne s’attarda pas dans la pièce, leur laissant aussitôt un peu d’intimité : il avait joué son rôle. Arthur ne trouva rien à dire, et resta planté comme un poireau, debout, jusqu’à ce qu’Hubert s’approche, bras croisés.
« Tu viens avec moi ?
— Si vous êtes vraiment d’accord…
— Je le suis. Mais… Je veux que tu sois conscient que je ne suis pas un paladin tout à fait ordinaire. »
Arthur releva les yeux.
« A cause des ailes.
— A cause des ailes, oui, en partie. Je suis en route pour une cité dans les Landes… Je te raconterai les détails en chemin. Mais je vais éviter les villes et les villages. Ce sera rude : nous dormirons toujours dehors. Même quand nous serons dans les marécages et qu’il y aura des choses immondes dans le brouillard.
— D’accord. »
Hubert sourit.
« La seconde chose que tu dois savoir c’est que… j’irai toujours au devant du danger. C’est mon métier, mais c’est aussi dans ma nature. Si tu viens avec moi, nous irons au feu, souvent. Les Landes nous en donneront l’occasion plus d’une fois.
— Ça me semble normal. » dit Arthur.
Hubert acquiesça, amusé.

« Tu n’as pas envie d’y réfléchir ? Une heure, un jour, une veille ?
— Non. Maître Megrall a raison. Je dois tenter le coup.
— Dans ce cas, très bien.
— Est-ce que je dois faire un serment ?
— Quel serment ?
— De vous servir, tout ça ?
— Arthur, tu ne crois pas que tu as passé l’âge de ce genre de choses ? Tu n’es pas mon écuyer. D’ailleurs tu vas faire un effort pour me tutoyer, aussi.
— Impossible.
— Tu vas faire un effort.
— Misère. »
Hubert rit et lui tapota l’épaule amicalement.
« Nous ne partirons que demain. Comme tu n’as plus rien, il va falloir que tu t’équipes. Bortheias n’est pas le pire endroit pour ça. Albérich va te fournir les fonds nécessaires. Mais nous allons d’abord nous occuper du cheval. Pour ça, nous allons sortir de la ville et nous éloigner un peu dans la plaine. »
Arthur écarquilla les yeux.
« On va attraper un cheval sauvage ?
— Quoi ?
— Un cheval sauvage ? »
Hubert leva les yeux au ciel.
« Voyons, tu vas invoquer ton destrier, Arthur.
— Je n’en suis pas encore capable.
— On prend les paris ? »
Avatar du membre
Arthur de Faisanlys
Personnage des Royaumes
Ogre mage
Messages : 1396
Enregistré le : lun. 18 mai 2009, 16:35
Localisation : Commanderie des Paladins de Luménis
Statut : Hors ligne
.

Message par Arthur de Faisanlys »

En réalité, Hubert se contenta d’enseigner l’incantation nécessaire à Arthur. Il lui faudrait prier en ce sens le lendemain matin, mais apprendre les gestes appropriés, le rythme de la psalmodie, était déjà un exercice complexe. Il était pratiquement midi quand le demi-céleste se montra satisfait.

Après un rapide repas, Arthur partit dans les rues de Bortheias, histoire de renflouer ses fontes. Reynald l’accompagna. Sous ses dehors flamboyants, le Milite était en réalité un baroudeur, et il connaissait bien Bortheias, ainsi que la plupart de ses commerces. Arthur se félicita de l’avoir avec lui, car il marchandait avec bonheur et efficacité, et lui permit d’obtenir le meilleur de chacun des artisans dont ils poussèrent la porte. Le jeune Luménien se procura des vêtements et des bottes, un matériel de bivouac de base (mais la tente d’Hubert était assez grande pour les accueillir tous les deux), une épée de bonne facture et une cotte de mailles. Au fil de leurs pérégrinations, Arthur comprit que Reynald était de la région, ou qu’il y avait en tout cas de fortes attaches. Le Milite, bavard de nature, finit par lui résumer son histoire et ses liens avec le petit seigneur local, qu’on surnommait le Fier Coursier. Ils rentrèrent en fin de journée, chargés comme des baudets, et partagèrent une pinte de bière à l’auberge. Albérich et Hubert étaient invisibles, et Arthur, après une seconde chope, finit par poser des questions. Reynald y répondit avec honnêteté, et Arthur s’en voulut d’avoir été aveugle. Il apprit aussi qu’il y aurait sans doute d’autres rencontres, peut-être des retours subits vers Erhedun, au gré des téléportations que le Milite comptait distribuer avec largesse auprès de ses amis. Arthur se sentit jaugé par son interlocuteur, à l’affut d’une réaction de dégoût ou d’inquiétude, mais il ne ressentait rien de tel, et Reynald parut satisfait. Les deux Lathandrites reparurent pour le souper.

La conversation s’orienta cette fois sur Clairétoile, la mystérieuse cité des Landes qui constituait la destination du paladin ailé. Arthur n’en avait jamais entendu parler, mais en fin de soirée, il en connaissait toute l’histoire. Elle était proprement stupéfiante et il fut surpris de ressentir une certaine excitation à l’idée de découvrir les lieux de ses propres yeux. Le Milite partageait son enthousiasme et il semblait clair qu’il y ferait un saut avec Albérich dès qu’Hubert et Arthur l’auraient ralliée. Le demi-céleste tablait sur un bon mois de route, en comptant les multiples arrêts dans les tumulus des Landes. L’aubemestre erhedun n’était manifestement pas enchanté, mais il ne fit aucun commentaire.

Ils se couchèrent relativement tôt et relativement sobres, histoire de pouvoir démarrer tôt. Au petit matin, Arthur retrouva ses deux aînés pour prier. A nouveau, il fut emporté par la force de leur ferveur, qui l’embrasa au plus profond de son être, et le guida vers une intimité neuve avec son dieu. Troublé par cette énergie débordante, il manqua oublier de demander le pouvoir d’invoquer un destrier.

Ensuite vint le moment des adieux. Reynald, mal réveillé, accompagna Arthur aux écuries pour laisser un peu d’espace à Hubert et Albérich. Maedron, l’aubergiste, avait accepté d’accompagner les deux paladins à l’extérieur de la cité avec un chariot, pour qu’Hubert puisse sortir de Bortheias sans s’exposer. De bon matin, il était impossible de franchir l’enceinte par la voie des airs sans attirer l’attention. Ils se séparèrent dans la cour. Reynald se félicita d’avoir fait la connaissance d’Arthur et lui suggéra de veiller sur Hubert, non sans le gratifier d’un clin d’œil. Albérich lui répéta qu’il avait foi en lui, en cette expérience qu’il prévoyait fructueuse, mais Arthur perçut quelque chose d’autre, une certaine réticence, peut-être de la froideur. A la lumière de ce que lui avait appris Reynald, il n’en prit guère ombrage, car il n’en était pas la cause. Ensuite, ils s’en furent, laissant le Milite et l’aubemestre derrière eux pour regagner la campagne.
Répondre

Retourner vers « La Trouée des Chevaux »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 0 invité