Page 4 sur 4 PremièrePremière ... 234
Affichage des résultats 91 à 120 sur 120

Discussion: [haute forêt] errance...

  1. #91
    Date d'inscription
    janvier 2012
    Localisation
    Paris
    Messages 
    4 307
    - Eh bien, oui, je sens certaines choses… Ma première vocation n’était pas l’art de la séduction*!

    On rit de nouveau. Tirigh réclama une tartine, du thé, de la compote de pommes à la cannelle et obtint tout ce qu’il voulut. On continua à parler de la meilleure façon de parvenir à l’adoption de Tirigh
    .

    - Ah évidemment, on pourrait demander au sieur Belbesan son aide*! Le pauvre gosse*! Enfin, il apprendrait à jurer, à chiquer… Des choses indispensables à l’édification du parfait gentilhomme*!

    Décidément Penthéa ne manquait pas d’humour. Eldurvellir la parcourut du regard, détaillant la délicatesse de son teint très sombre aux reflets bleutés, la finesse de sa taille et ses délicieuses rondeurs. Il termina par son regard, y lut un sentiment qui le fit bêtement rougir. On rit encore.

    Finalement l’idée de confier l’enfant à Sylveneige parut la plus sûre. Penthéa, qui avait étudié le droit, parla de la possibilité d’une adoption en deux temps*: la première consistant à faire accompagner Tirigh par Sylveneige à Evereska, où Eric Legris pourrait les retrouver et où la procédure d’adoption serait alors finalisée et les documents retransmis à Chêne-Feuillu.


    - Mais en fait… Si le capitaine Léante est reparti à Lunargent, toutes ces précautions sont inutiles*!
    - Si, c’est le mot.
    - Et le procès étant fini, je suppose qu’il est reparti.
    - Tu supposes mal.
    - Je ne vois pas ce qui pourrait le reten… Ah*! Une elfe flanquée d’un harfang des neiges*!
    - Exactement*! De plus, tu risquerais d’être questionné de près par dame Malvinaë.
    - Evidemment… Tu as raison…
    - Cela t’embête tant que ça d’aller jusqu’en Evereska*?
    - Je m’en serais bien passé…

    On entendit le heurtoir de la porte d’entrée.

  2. #92
    Date d'inscription
    janvier 2012
    Localisation
    Paris
    Messages 
    4 307
    - Léanna*! Ouvre*! c’est moi, ton frère.
    - J’arrive*!

    Léanna désigna la porte de l’escalier à Eldurvellir, qui fila avec l’enfant dans les bras. Penthéa alla ouvrir la porte d’entrée.


    - Ma dame, bonjour. Je suis à la recherche d’une certaine… jeune femme, portant un manteau fauve.
    - Vraiment*? Je ne vois pas…
    - Non. Bien sûr.

    Sans attendre le capitaine passa dans la pièce voisine. Une odeur désagréable de bière y flottait encore malgré la fenêtre largement ouverte. Sur un des canapés se trouvaient divers effets*dont une large besace de cuir et un manteau ample, fauve au revers vert clair. Léante le saisit et lança machinalement*:


    - Pièce à conviction… Ma chère sœur devra expliquer bien des choses.
    - Hé*! Mon manteau*! Laissez-le donc, c’est le mien*!
    - Vraiment*? Vous prenez un manteau pour traverser la rue par ce temps si doux*?
    - Je voulais montrer ma nouvelle acquisition à Léanna, bien sûr.
    - Chère Penthéa, je m’en voudrais de vous mettre dans l’embarras. Je vais oublier les mensonges que vous débitez, avec un certain talent d’ailleurs.
    - Léante, es-tu devenu fou*?

    Léanna, qui venait de redescendre l’escalier, toisait son frère.


    - Ecoute, ma chère sœur…
    - Rien du tout. File, je te prie.
    - Très bien. Mais d’ici quelques minutes, sachez qu’une petite escorte viendra ici. Les gens du village que j’ai recrutés pour vérifier les dernières journées de chacune des personnes étrangères au village qui y résident actuellement. Une fouille complète des maisons est prévue, au cas où quelqu’un s’y serait caché.

    Un lourd silence accueillit ces paroles. Léante serra les lèvres et ajouta*:


    - Tous les bâtiments sont concernés. Même le pensionnat de l’école.

  3. #93
    Date d'inscription
    janvier 2012
    Localisation
    Paris
    Messages 
    4 307
    Une ombre glissa doucement vers eux.

    - Vous ne lâchez pas votre affaire, capitaine…

    Léante considéra l’homme qui lui souriait aimablement. Eldurvellir se tenait devant lui, serrant toujours le petit garçon dans ses bras. Sur l’épaule de l’enfant se trouvait une minuscule chauve-souris qui scrutait intensément le capitaine.

    - Non… Je ne lâche rien. Un bon chef des gardes suit sa piste comme un bon chien de chasse*!

    Curieusement le capitaine trouvait l’homme plutôt sympathique. Il a changé… Léante se remémora le vagabond hâve et fébrile, drogué et continuant à se droguer en douce afin de se maintenir hors d’état d’être interrogé. Eldurvellir, qui semblait lire dans ses pensées, souriait toujours.


    - Je me demande à quel titre vous allez bien pouvoir m’inculper.
    - Ah ne craignez rien. Il suffira de voir l’empreinte de vos chaussures. Entre autres petites choses. Comme le fait d’aider des accusés à s’évader de la prison du village.

    Le sourire d’Eldurvellir changea légèrement, s’imprimant dans le coin de sa bouche.


    - Mais alors pourquoi n’êtes vous pas venu avec cette fameuse escorte*?
    - Parce que je ne veux pas traîner ma sœur dans les ennuis, voilà pourquoi.
    - Mon Léante*!

    Léanna embrassa chaleureusement son frère.


    - … Par ailleurs, le couple orc a été reconnu innocent, les coupables châtiés par les Géants de Givre… C’est juste que je ne voulais pas vous laisser croire m’échapper aussi facilement. Ni me prendre pour un crétin. Mais une chose m’intrigue, c’est que vous soyez apparu aussi vite… Je pensais que vous auriez tenté une nouvelle entourloupe.
    - Non. Je dois faire certaines démarches, qui nécessitent un peu de sincérité et d’honnêteté.

    Eldurvellir sourit de nouveau franchement et expliqua*:


    - Tirigh m’a adopté. Nous allons faire les démarches nécessaires, hein Titi*?
    - Vi.

    Le capitaine Léante ouvrit de grands yeux. Se pourrait-il que le fait de devenir père change un homme à ce point*? songeait t-il. Et l’enfant a l’air si heureux…

    - Eh bien, ce sera à dame Malvinaë de s’assurer de la sincérité de votre démarche d’adoption. Quant à moi, je m’assurerai juste que vous quittiez le village sans faire d’autres actes contraires à la loi.

    Faut-il prévenir le cher papa qu’il aura tout de même quelques explications à donner à dame Malvinaë concernant l’évasion du couple orc*? Léante décida que non. Mieux vaut qu’il s’explique sans être prévenu sur quoi… Au moins la réponse risque d’être honnête, en tous cas davantage que s’il a le temps d’en imaginer une…
    Dernière modification par Féérune ; 03/02/2020 à 21h55.

  4. #94
    Date d'inscription
    janvier 2012
    Localisation
    Paris
    Messages 
    4 307
    Léante considéra un instant le petit groupe et finit par saluer et partir. Après tout, le clan criminel n’est plus et c’est tout ce qui importe… Ma mission s’arrête ici. Allons retrouver Sylveneige…

    A peine le capitaine parti, Léanna dit ce que tous pensaient face au coup à l’apparition surprise d’Eldurvellir*:


    - Tu courais tout de même un sacré risque*!
    - Lequel*? Au final il n’y a pas de charges contre moi. Au pire j’aurais fait quelques jours de prison pour avoir nargué un capitaine de la garde lunargentienne et aidé des gens à quitter le village… Comment aurait-il prouvé que je les ai aidés à s’évader*?
    - Oui, c’est vrai… Mais du coup, pourquoi t’enfuir*?
    - Je pourrais juste avoir eu envie de changer d’air, de passer du bon temps avec toi. M’être fâché avec mon compagnon de route, que sais-je*?
    - Décidément tu as réponse à tout.
    - Mouais.

    Seroaunk restait dubitatif.


    - Enfin, l’essentiel est que cela facilite la procédure d’adoption de Titi. Hein bonhomme*?

    Pour toute réponse, Tirigh sourit et se blottit un peu plus contre son futur père.

    Après le petit-déjeuner, les deux compagnons flanqués de Tirigh quittèrent la maison de Léanna pour se diriger vers l’auberge.


    - Nous demanderons à l’aubergiste où se trouve la maison de dame Malvinaë.
    - Léanna m’a expliqué où elle se trouve.
    - Je crois qu’il vaut mieux que je ne vienne pas avec vous deux. Si ma présence est nécessaire, par exemple pour attester de ta bonne notoriété, je serai à l’auberge.
    - Je te remercie. A plus tard, donc*!

    Eldurvellir laissa le guerrier orc devant l’auberge et continua vers la petite place des Elfes-Perdus où se trouvait la maison de Malvinaë Haltevive.

  5. #95
    Date d'inscription
    janvier 2012
    Localisation
    Paris
    Messages 
    4 307
    Dame Malvinaë ouvrit après un temps un peu long.

    - Excusez-moi… Ah*! Messire Legris*! Vous n’étiez donc pas parti*? Entrez, je vous en prie.

    La vieille dame montra un siège confortable à Eldurvellir et s’assit à son tour.

    - Dites-moi ce qui vous amène… Tirigh a l’air très heureux avec vous*!

    Le petit garçon elfe, qui avait trottiné main dans la main avec Eldurvellir, venait de monter sur ses genoux. Il en descendit pour courir embrasser Malvinaë, qui connaissait tous les enfants de l’école.


    - Ce qui m’amène, c’est l’adoption de Tirigh, que je sais orphelin.
    - C’est lui qui vous a choisi, je suppose*!
    - Oui.
    - Et vous êtes prêt, pour prendre soin de lui ?
    - Oui. Notez bien que je ne sais pas encore pourquoi Titi a jeté son dévolu sur moi… Mais une amie pense que je pourrais être celui qui lui ouvre un destin.
    - Une amie*? Vous avez donc une amie ici*?
    - Plus exactement une amie de Léanna, la maîtresse d’école de Tirigh.
    - Ah.

    Ce «*ah*» résonna désagréablement aux oreilles du mage. Il n’en laissa rien paraître et continua*:


    - Je suppose que vous devez savoir à qui vous avez affaire.
    - Certes.
    - Je suis Eldurvellir du Val Bise, mage extérieur de l’Ecole du Necronomicon à Melandis.

    Eldurvellir eut la satisfaction d’avoir surpris dame Malvinaë.

    - Maître Eldurvellir, je dois vous informer… Ne le prenez pas en mauvaise part…
    - Non, bien sûr, n’ayez crainte*!
    - Le capitaine Léante pensait que… C’est absurde, évidemment… Que vous auriez aidé le couple orc à s’évader et les auriez accompagnés en lisière de la forêt.

    Eldurvellir respira profondément. Il se lança, quoi qu’avec une réserve de taille.


    - Je dois vous avouer m’être assez mal comporté avec les autorités lunargentiennes.

    Le mage expliqua son ancienne situation, sa mémoire oubliée et la crainte qui l’avait poussé à s’enfuir de la prison de Lunargent. Il omit sciemment sa participation au clan criminel (il est vrai en tant que guérisseur) et celle de Sylveneige qui l’avait – malgré elle – aidé à s’enfuir. Il laissa aussi de côté son aide au couple orc. Bref, il en dit suffisamment pour ne pas paraître à son désavantage et sembler aussi honnête que possible.

    Malvinaë Haltevive acquiesça, le regard fixé sur Tirigh. Le garçonnet ne cessait de monter et descendre des genoux de son futur père, faisant à chaque montée un petit câlin à Tiamandis qui se tenait dans le cou de son maître.

    Elle posa davantage de questions, notamment sur l’enfance d’Eldurvellir. Le récit de l’enfance difficile du mage lui fit comprendre sa sincérité.


    - Maître Eldurvellir… Quels seraient vos projets pour Tirigh*? Son installation dans votre maison*? Je suppose que vous avez une maison à Melandis*? Je vous avoue que je détesterais que Tirigh vive dans une maison étrangère, si vous étiez dépendant d’un des princes de la ville…
    - J’ai bien ma propre maison, tenue par une jeune naine, Perline. Elle-même est une orpheline*; elle m’a été conseillée par dame Béroalde d’Airainie, dont j’ai l’honneur d’être l’ami de coeur.

    La mention de la célèbre barde finit de persuader dame Malvinaë de la chance qui s’offrait à Tirigh. Après quelques questions supplémentaires, elle prit sa décision.

    - Vous partirez avec Tirigh. Mais je tiens, comme pour tous les orphelins qui quittent ce village, à avoir de ses nouvelles et la garantie qu’il reviendra nous voir.

    Tirigh s’arrêta net de courir partout et alla embrasser la vieille dame.

  6. #96
    Date d'inscription
    janvier 2012
    Localisation
    Paris
    Messages 
    4 307
    Quelques instants plus tard, Eldurvellir et Tirigh ressortaient de chez la vieille dame. La cérémonie d’adoption avait été fixée au lendemain matin. A la question du mage, Malvinaë Haltevive avait été péremptoire*:

    - La cérémonie est pour cet enfant, pour le village qui l’a hébergé et pour vous-même aussi un renouveau. Un renouveau pour le meilleur. C’est donc sous l’égide du lever du soleil que la cérémonie a lieu.

    Eldurvellir avait alors acquiescé. J’espère juste que ça conviendra à Sylveneige… Bon, si ça ne lui va pas aucune importance, elle partira seule ou avec ce grand dépendeur d’andouille de capitaine.

    - Allez mon Titi, on file à l’auberge. Voir tata Neige.

    ... Et tonton Seroaunk… J’ai hâte de voir sa tête*!
    Dernière modification par Féérune ; 27/02/2020 à 07h58.

  7. #97
    Date d'inscription
    janvier 2012
    Localisation
    Paris
    Messages 
    4 307
    Souriant, Eldurvellir entra dans l’auberge avec le petit elfe dans les bras. Les tables réservées pour le déjeuner étaient déjà installées et la serveuse tentait désespérément de persuader un humain avachi sur une des tables centrales de la libérer.

    - Messire*! Messire*! Je vous prie… C’est bientôt l’heure du repas… Je dois mettre les couverts…

    Assis sur une marche de l’escalier, Seroaunk rigolait sous cape. Eldurvellir alla vers lui et posa Tirigh sur ses genoux.


    - Tu seras officiellement tonton*! Ça te va, j’espère*!
    - Parfaitement bien*! Avec plaisir*!
    - Naturellement, tu aiderais bien la malheureuse qui cherche à virer ce poivrot…
    - Bien sûr*! Mais le sieur Belbesan est quasiment un ami. Très amusant, il te plairait. Il m’est tombé dans les bras à mon arrivée, avec une haleine révélatrice de ses frasques vespérales. Je l’ai repoussé et il est tombé à peu près dans la position où il se trouve actuellement, se disant mon grand ami et jurant qu’il m’accompagnerait jusqu’à la prochaine ville pour une beuverie encore plus réussie.
    - Donc tu n’as pas le coeur de le bousculer…
    - Voilà. Mais si tu veux tenter quelque chose, libre à toi. C’est l’homme qui a sauvé la mise au couple orc, apportant le témoignage du combat des Géants de Givre contre le clan coupable du massacre…
    - Ah*! Je vais le saluer. Enfin, s’il est en état de comprendre quelque chose…

    Eldurvellir alla donc saluer le sieur Belbesan. La réaction de l’homme fut pour le moins étrange.

    - P’tit mago*! Je rêve*! Ah*!

    Il se secoua et hurla à la serveuse*:


    - Hé toi*! De l’eau*! Vite*!

    Sans attendre, il saisit un broc d’eau et se le renversa sur la tête.

  8. #98
    Date d'inscription
    janvier 2012
    Localisation
    Paris
    Messages 
    4 307
    - Hé*! Il devient fou*!
    - Non*!

    Eldurvellir venait de crier, joyeux.


    - Non, il n’est pas fou*! Hein, Belle-Besantine*!

    Toujours prévenant, le mage s’empara d’une serpillière et effaça prestement les dégâts causés par le sieur Belbesan. Sur le visage de la serveuse, qui avait pris une teinte apoplexique, se dessina un sourire.


    - Grand merci, messire*! Et si vous pouviez raisonner quelque peu votre ami*?
    - Sans problème, jeune dame*!

    Eldurvellir étreignit affectueusement «*Belle-Besantine*».


    - Mon cher Fhiongan*! Je suis heureux de te voir*!
    - Et moi donc*! Tu me raconteras comment tu ressuscites, ça pourrait m’intéresser…
    - Comment donc*! Viens, je vais te présenter à Seroaunk Sombreterre. Le mari de Sombria. Et à mon fils Tirigh*!

    Les présentations faites, ils s’attablèrent pour le repas. Eldurvellir et Fhiongan avaient certes beaucoup de choses à se raconter.
    Dernière modification par Féérune ; 28/12/2019 à 22h56.

  9. #99
    Date d'inscription
    janvier 2012
    Localisation
    Paris
    Messages 
    4 307
    - Alors comme ça, tu as un fils. Je savais juste que tu avais une fille, moi.

    Eldurvellir rit.

    - L’alcool ne te réussit pas, on dirait… Je te conseille l’eau, pour le repas*!
    - Tu veux ma mort*? L’eau c’est pour se laver, p’tit mago*!

    Ils commandèrent le plat du jour, un assortiment de saucisses avec chou braisé et champignons.

    L’instant d’après, un plat fumant trônait sur leur table.


    - Bonjour tout le monde*! Houlà, quel plat*! Il y en aurait pour cinq, on dirait*!

    Sylveneige fut rapidement conviée à la table et tous mangèrent avec appétit.

  10. #100
    Date d'inscription
    janvier 2012
    Localisation
    Paris
    Messages 
    4 307
    - Le capitaine Léante n’est donc pas là*?
    - Non…

    Ce fut dit d’une petite voix, presque tragique. Ça sent la dispute ou je ne m’y connais pas, songea Eldurvellir.

    - Tu vas en Evereska, dans ta famille… Tout ira mieux.
    - Oui…

    Même ton tragique. Elle allait mieux, beaucoup mieux… Je me demande ce que ce brave capitaine a fait pour la mettre dans cet état…
    L’instant d’après, le mage savait. Sylveneige finit le visage dans le ventre duveteux de son harfang, sanglotante.


    - I-il est parti, il de-devait retourner à Lunargent… C’était important, pour son t-travail… J’ai ess-essayé de le retenir, mais il n’a rien voulu entendre…

    Lumi semblait agacé. Le visage de sa maîtresse lui interdisait d’atteindre sa patte, sous laquelle restait calé un petit morceau de saucisse. Il se contorsionna sur le côté et finit par atteindre quelque chose. Mordit dedans. Sylveneige poussa un cri.


    - Mon doigt*!

    Ses compagnons éclatèrent de rire, sauf Tirigh qui vint constater les dégâts*: le petit doigt de Sylveneige se parait d’une minuscule écorchure, que la rôdeuse brandit en un geste accusateur.

    - Oh mais ça va se payer, tout ça*! Tu vas voir*! Tu ne perds rien pour attendre*!

    Penaud, Lumi prit enfin son petit morceau de saucisse d’un air piteux. Allez, voyager jusqu’en Evereska avec elle, ça ne devrait pas être si pénible*! Eldurvellir sourit.

    - Tiens, une application de ce liniment fera disparaître la plaie. Attention, il en faut très peu… C’est assez poisseux.

    Une expression indéfinissable passa sur le visage de Sylveneige. Lentement, elle appliqua le liniment sur son doigt – avec largesse contrairement aux recommandations du mage – et essuya le surplus sur le ventre de Lumi.
    Dernière modification par Féérune ; 27/02/2020 à 08h02.

  11. #101
    Date d'inscription
    janvier 2012
    Localisation
    Paris
    Messages 
    4 307
    Un cri inattendu fendit l’air. Un cri de rage, mêlé de dégoût et de dépit. Une onde d’air vif passa, l’envol du harfang qui s’enfuyait vers des cieux plus hospitaliers par une fenêtre ouverte.

    - Tu as vessé Lumi*!

    Tirigh semblait désemparé.

    - Vessé*? Fessé*? Ah non, vexé*!

    Tout le monde rit, sauf le petit garçon dont les sourcils restaient obstinément froncés.


    - Ze vais le serser.
    - Non mon Titi, il reviendra tout seul.
    - Oui, il aime trop les saucisses…

    La conversation reprit, abordant l’avenir. Il fut décidé que Seroaunk et Fhiongan iraient à la Porte de Baldur, tandis qu’Eldurvellir et Tirigh accompagneraient Sylveneige à Evereska. Le mage tenta bien de persuader la rôdeuse de rejoindre Lunargent avec le capitaine Léante, mais elle leva le nez fièrement et rétorqua*:

    - On ne veut pas de moi, je n’insiste pas*! d’ailleurs, le cadeau qu’il m’a fait, je n’en veux plus*!

    Elle dégrafa la petite broche d’un air dramatique et la jeta sur la table.


    - Tu exagères… Allons*!

    Eldurvellir prit le petit hibou d’argent et l’agrafa à l’intérieur de la besace de Sylveneige.


    - Voilà. Tu ne la verras plus, mais elle sera là. Comme le sieur Léandre, d’ailleurs.

    L’elfe se serait bien remise à pleurer, mais en l’absence du ventre douillet de Lumi elle décida de s’abstenir. Rageusement elle se resservit de choux et saucisses, envoyant quelques gouttes de sauce sur le visage de Seroaunk, qui émit un grognement rauque.

  12. #102
    Date d'inscription
    janvier 2012
    Localisation
    Paris
    Messages 
    4 307
    Tirigh était toujours inquiet. Il en oubliait de picorer dans l’assiette de son futur père adoptif, qui s’inquiéta.

    - Titi, il faut manger… Lumi va revenir, il a l’habitude de partir bouder.

    Il fallut quelque temps pour calmer l’enfant. Eldurvellir soupira, héla la serveuse et lui demanda de confectionner un en-cas.


    - Tu mangeras mieux plus tard, mon Titi. Merci, jeune dame.

    Sylveneige s’agita.


    - Bon, Eldurvellir, Tirigh et moi filons en Evereska. Pourquoi vous deux ne viendriez-vous pas, d’ailleurs*?

    Seroaunk sourit. Un beau sourire d’Orc, assez proche d’une féroce grimace.


    - J’ai à faire à la Porte de Baldur. Quant à messire Fhiongan, même chose… Enfin… Sans doute.

    Le bandit lâcha un sourire à peine moins inquiétant que celui du guerrier. Sylveneige pensa soudain connaître des vieux chiens à la meilleure hygiène dentaire. On ne doit pas se battre pour l’embrasser, celui-là…


    - Hé oui, tiens, vieux brigand, pourquoi veux-tu aller là-bas*?
    - Ah, hé*! Un homme peut avoir ses secrets, non*?

    Sylveneige pouffa. L’image de Fhiongan flanqué d’une tendre maîtresse aux dents aussi jaunes que les siennes venait de lui traverser l’esprit. Le bandit, comme s’il avait lu dans ses pensées, lui jeta un regard mauvais.


    La serveuse venait d’apporter le plateau de fromages et une corbeille de fruits.


    - Eldurvellir, on part quand*? Il est un peu tard pour partir aujourd’hui.
    - Et c’est hors de question, nous allons avoir une petite cérémonie pour l’adoption de Tirigh. Elle aura lieu demain au lever du soleil.
    - Parfait, alors*! Nous partirons demain matin. Sauf si la cérémonie s’éternise…
    - Je ne pense pas. De toute façon, même s’il nous fallait partir seulement après-demain, l’auberge pourra encore nous héberger.
    - Je crois que nous devrions partir également demain, Fhiongan, si cela vous convient…
    - Pas de problème, messire Seroaunk*! Tu me diras quand tu seras décidé à me tutoyer…

    Eldurvellir eut un petit sourire en coin. Espérons que les manières de Belle-Besantine conviennent à peu près à Seroaunk*! Ce qui n’est pas gagné*!
    Seroaunk se contenta de grogner.

    L’après-midi fut paisible. Ou presque. Fhiongan organisa une partie de cartes, qui fut vite très animée. Les paris étaient hauts, les injures fusèrent, les bières rafraîchirent les gosiers. Si Seroaunk et Eldurvellir abandonnèrent rapidement l’affaire, l’un par agacement l’autre par manque d’argent, Sylveneige s’amusa beaucoup. Chanceuse, son harfang revenu, elle se fit un joli petit pécule et se retira en promettant de payer les chambres de ses compagnons.

  13. #103
    Date d'inscription
    janvier 2012
    Localisation
    Paris
    Messages 
    4 307
    Sylveneige partit se promener en forêt avant le dîner. Elle semblait soucieuse de se réconcilier avec son harfang et la balade fut fructueuse*: Lumi en profita pour chasser. Discrètement, il glissa même une offrande dans la poche de sa maîtresse.

    Seroaunk et Eldurvellir firent le tour du village, hésitèrent à faire une nouvelle visite à Léanna.


    - Nous pourrions juste passer pour l’inviter à dîner à l’auberge*! Et Sylveneige serait contente de la voir.
    - Bonne idée.

    Arrivés devant la maison, ils firent leur proposition qui fut acceptée avec enthousiasme. Il fut convenu que Penthéa se joindrait à eux, le rendez-vous étant à l’auberge au crépuscule. Tirigh embrassa sa maîtresse d’école avec affection.

    Puis Seroaunk décida d’une visite au forgeron du village.


    - Tu comprends, si je pouvais au moins revendre mon épée cassée au prix du métal…

    Malheureusement les morceaux de l’épée, rongée par les buissons magiques qui avaient protégé le village, s’avérèrent irrécupérables. Le guerrier orc jura, tempêta, mais dut admettre que le forgeron n’y pouvait rien.


    - Messire, je suis vraiment désolé… Cependant je puis vous proposer une magnifique épée à bon prix.
    - Ah*! Quel dommage*! c’est mon ami ici présent qui devait me l’offrir… Et il a perdu ce qui lui restait d’argent au jeu.
    - Fous-toi de moi, c’est ça…
    - Eh bien… Dommage, en effet… Voulez-vous la voir tout de même*? C’est une arme superbe, juste pour le plaisir des yeux*!

    Le forgeron se glissa derrière le comptoir et en tira une longue boîte de bois précieux. Il l’ouvrit et en sortit un fourreau de cuir ouvragé d’où il tira une grande épée.
    Seroaunk l’admira immédiatement. L’épée était d’une beauté à couper le souffle. Eldurvellir s’approcha à son tour et murmura une question à l’oreille du forgeron.


    - Mille deux cents pièces d’or. Et c’est cadeau, pour une arme de cette valeur.

    Le mage haussa un sourcil. Chère, très chère épée… Mais il faut bien reconnaître qu’elle est exceptionnelle.


    Seroaunk était fasciné. L’épée lui jeta un reflet noir aile de corbeau, comme si elle reconnaissait une âme de guerrier digne d’utiliser sa lame puissante.


    - Je ne négocierai pas le prix. J’ai sur moi… Voyons…

    Le guerrier orc posa une bourse bien remplie sur le comptoir.

  14. #104
    Date d'inscription
    janvier 2012
    Localisation
    Paris
    Messages 
    4 307
    Seroaunk ne trouva pas la somme demandée en monnaie sonnante et trébuchante, mais finit heureusement par s’entendre avec le forgeron en proposant les gemmes glanées sur les corps de ses ennemis.

    Ils repartirent à l’auberge en silence. Seroaunk appréciait son achat tel un Orc*: les sourcils froncés et l’air féroce, déjà en communion mentale avec sa nouvelle arme. Eldurvellir, quant à lui, était un peu inquiet*: je lui ai promis de lui offrir… Evidemment il a choisi l’arme la plus chère. Je ne peux ni lui reprocher, ni me débiner… Ni demander à Sylveneige de m’avancer une telle somme*! Enfin*! Nous verrons ça plus tard…

    Dîner et soirée se passèrent fort agréablement. Sylveneige revit avec plaisir Léanna et fit la connaissance de Penthéa. La conversation roula principalement sur les mérites comparés des villes que les uns et les autres connaissaient. Fhiongan en avait un éclairage particulier en tant que voleur, qui amusa beaucoup la petite compagnie.

    Tirigh, fatigué, avait fini par s’endormir sur les genoux de son futur père. Vint le moment où la conversation s’étiola, signe de fin de soirée. On se quitta avec effusion et promesse de se retrouver pour la cérémonie de l’adoption de l’enfant par Eldurvellir.
    Dernière modification par Féérune ; 27/02/2020 à 08h05.

  15. #105
    Date d'inscription
    janvier 2012
    Localisation
    Paris
    Messages 
    4 307
    La nuit fut brève. Un peu avant l’aube, on vint toquer aux portes des chambres. L’heure solennelle approchait.

    Feuilluchênois et voyageurs s’attroupèrent sur la place du Bonheur de la Forêt, la grande place face à la salle où s’était tenu le procès du couple orc. A l’ouest se dressait un arbre étrange, au tronc tordu, qui présentait une surface plane. La vue dégagée sur l’est permettait de voir le lever du soleil.

    Dame Malvinaë dirigea la cérémonie.


    - Nous sommes ici réunis pour l’adoption et le départ d’un enfant du village. Tirigh du Vert-Bois nous quitte, pour aller avec son père Eldurvellir du Val Bise vers sa nouvelle vie.

    Elle alla embrasser l’enfant, puis prit les mains d’Eldurvellir dans les siennes.


    - C’est une vie précieuse que le village de Chêne-Feuillu vous confie. Je sais que vous en serez digne, parce que Tirigh vous aime et que vous êtes déjà attaché à cet enfant.

    Le mage eut un lent hochement de tête et Tirigh se serra contre lui. Il voulut prendre l’enfant dans ses bras ; un geste doux mais péremptoire de dame Malvinaë l’en empêcha.

    Un silence s’installa. Le soleil se levait, jetant sur la place ses reflets roses et or.

    Enfin les petits enfants s’agitèrent, les vieux toussèrent, un léger bavardage débuta.


    - C’est le temps… Vous ne pouvez pas encore prendre Titi dans vos bras, messire Eldurvellir. Il doit recevoir ses cadeaux d’adieu, de la part de chaque foyer du village. Un petit enfant ne quitte pas le village sans rien.

    Eldurvellir sourit et acquiesça.

    Les feuilluchênois défilèrent en bon ordre, sur un geste discret de Malvinaë Haltevive.

    Le maroquinier du village vint en premier*: il déposa sur la table de l’arbre tordu une bourse en cuir vert. Puis les villageois défilèrent pour y déposer une pièce d’or chacun. Puis vinrent ceux qui ne déposaient pas d’argent*: la couturière et ses apprenties déposèrent des vêtements, le forgeron remit une fort jolie dague. Léanna vint déposer une paire de chaussures, Penthéa des petits chaussons. Un couple âgé apporta un bonnet et une écharpe de laine, l’épouse du maroquinier vint ajouter une belle ceinture.

    Enfin dame Malvinaë remit à l’enfant un collier de protection et une grande besace pour contenir tous les cadeaux. Eldurvellir fut invité à y ranger le trousseau de son fils, tandis que les enfants de l’école disaient adieu, bruyamment, à leur condisciple et ami.
    Dernière modification par Féérune ; 05/02/2020 à 18h45.

  16. #106
    Date d'inscription
    janvier 2012
    Localisation
    Paris
    Messages 
    4 307
    A la fin du repas, Sylveneige eut la bonne idée d’acheter des victuailles pour la route. Elle garnit sa besace de gros pain frais, d’un jambon, de saucisses sèches. Puis elle s’attaqua à la besace d’Eldurvellir qu’elle farcit de même. Il fallut l’intervention de ce dernier pour que la rôdeuse ne fît pas éclater les coutures du sac.

    Seroaunk et Fhiongan, Sylveneige et Eldurvellir avaient finalement décidé de partir tous ensemble, de rester ensemble aussi loin qu’ils pourraient.

    Tirigh fut très heureux de monter sur le cheval de son père. Il passa son temps à en caresser la crinière en murmurant des mots affectueux.


    - Nous pouvons aller de conserve sur la route qui descend jusqu’à Secomber. Ensuite nous vous laisserons aller en direction d’Eauprofonde, notre destination sera Eau-Forte, puis Llorkh…
    - Vous allez donc couper par les Pics Gris et la Forêt Oubliée*?
    - Oui.
    - Ce sont des régions assez isolées.
    - Oui, et alors*?
    - Et alors*? Alors vous voyagez avec un enfant, dont Eldurvellir est désormais le père. Vous avez l’obligation de le protéger et de ne pas le mettre inutilement en danger. Je vous conseillerais très sincèrement de choisir une route plus sûre.
    - Seroaunk, la route entre Mithral Hall et Lunargent était très sûre, cependant un convoi a été massacré sur cette route*! Ne pensez-vous pas que nous risquons moins dans des régions retirées*? Les risques, ce sont au pire quelques araignées géantes, au mieux de simples loups*! Contre ces animaux nous saurons nous défendre sans problème.
    - Et n’oublie pas que nos petits chevaux sont rapides. Plus rapides que n’importe quelle araignée géante*!
    - Très bien. Mais prenez garde à vous et surtout à Tirigh. Allons*!

    La conversation ne put continuer. Le chemin vers Secomber était assez mauvais, le sol glissant suite à d’abondantes pluies.

  17. #107
    Date d'inscription
    janvier 2012
    Localisation
    Paris
    Messages 
    4 307
    Pleurs et grincements de dents auraient pu être du voyage. Mais les voyageurs furent d’une inaltérable bonne humeur*; il y eut bien l’incident de la poche de Sylveneige, mais la bonne humeur prévalut malgré la colère légitime de la rôdeuse. Cet incident, que Fhiongan appela plaisamment «*la poche pleine d’un espoir déçu*» était la vengeance de Lumi. Ce dernier avait laissé quelque chose dans la poche de sa maîtresse. Lorsque la rôdeuse farfouilla dans sa poche, elle en sortit son index flanqué d’un mulot sylvestre fermement attaché. Il fallut décrocher le petit animal, dont les dents laissèrent une minuscule mais douloureuse morsure sur l’index de l’elfe. Lumi fut menacé de mille morts, devant l’hilarité générale.

    - Quand je vous dis que certains êtres portent le bonheur avec eux*!

    Eldurvellir serra Tirigh contre lui.

    - Toi aussi, mon Titi*! Tu portes le bonheur en toi*!

    Seroaunk acquiesça.


    - Ah*! Je lui souhaite de tout mon coeur, mon cher ami… Il t’amènera la fortune*! Et le remboursement de ma belle épée*!

    La chance leur sourit effectivement, notamment pour les abris des campements du soir.


    La première et la deuxième nuits, ce fut le couvert d’arbres au feuillage dense et une pluie trop légère pour les tremper. La troisième nuit, ils trouvèrent une caverne libre d’occupation. La quatrième nuit fut la seule sans pluie. Le campement put se tenir à ciel ouvert et ils se protégèrent de l’humidité en dormant sur des rochers plats fort opportunément disposés.
    La cinquième nuit fut la plus exaltante*: Serouank et Fhiongan délogèrent les gobelins réfugiés dans une vaste grotte. Délogèrent à leur manière*: les gobelins y laissèrent leur peau pour les deux tiers d’entre eux. On récupéra les bourses bien remplies des combattants morts. Sylveneige parla bien de les enterrer, mais Seroaunk se contenta de les jeter dans le ravin tout proche pendant que Fhiongan faisait le ménage sommaire des lieux abandonnés. Eldurvellir, quant à lui, s’était éloigné avec son fils. Autant que mon enfant ne soit pas trop tôt mis en présence de la haine et du sang…


    - Hé, p’tit mago*! Toi qui sait si bien partager, prends donc ça et fais œuvre d’équité*!

    Seroaunk jeta au bandit un regard aigu. Eldurvellir récupéra huit bourses de cuir rondelettes et les posa sur un côté de la grotte.

    - Nous verrons cela tout à l’heure, pour l’instant il nous faut faire un feu. Ces braves garçons avaient commencé… Il y a une provision de bois à peu près sec ici*!

    Le mage fit le feu, aidé par Seroaunk. Fhiongan fit la conversation à une Sylveneige un peu sur la défensive.

    - Ah, dis jeune fille, heureuse au jeu*! On pourrait faire une bonne équipe, j’en suis sûr*! Ça te dirait*?
    - Heu…
    - Une belle vie, aventureuse à souhait*! On ferait des tables de jeu dans les bonnes auberges, on dépouillerait tous les gogos*!
    - C’est à dire que…
    - Et pour les turnes des bourges, tu ferais le guet pendant que j’irai faire mes petites visites*! Et tu sais quoi*?

    Fhiongan approcha dangereusement sa bouche du nez de la rôdeuse, qui ne put éviter de reculer légèrement.

    - Je suis un super amant. Toutes les gonzesses qui y sont passées le disent.

    Ce fut Eldurvellir qui sauva la situation.


    - Eh, Belle-Besantine*! Occupe-toi donc d’éclairer la maison*! Tiens*!

    Le mage lui tendit les torches qu’il venait de fabriquer.


    - Merci… Je vais m’occuper de Tirigh.
    - Oh, il s’occupe tout seul*! Enfin, il a décidé de ramener les chevaux.

    Sylveneige sortit de la grotte pour voir arriver l’enfant guidant les chevaux.


    - Ze vais les r-entrer.

    La rôdeuse sourit aux petites erreurs du garçonnet.

    - Ton papa t’apprendra à mieux parler, Titi, mais tu as déjà fait des progrès*!
    - Vi. Z’amène les ssevaux dans la rr-otte.

    Enfin ils s’installèrent autour du feu, à la lueur dansante des torches installées par Fhiongan.
    Dernière modification par Féérune ; 17/02/2020 à 20h43.

  18. #108
    Date d'inscription
    janvier 2012
    Localisation
    Paris
    Messages 
    4 307
    Sylveneige farfouilla dans sa besace et, n’y trouvant rien, commença à explorer celle d’Eldurvellir. Elle jeta un coup d’oeil prudent au mage, mais celui-ci était fort occupé à étaler et compter le contenu des bourses gobelines.

    - Il y a en tout mille trois cent huit pièces d’or*! Je propose qu’on compte les pièces d’argent et de cuivre après.
    - Pas mal*! Compte donc ça en plus…

    Seroaunk déposa les gemmes trouvées à côté des pièces.

    - Je propose aussi qu’on vende les gemmes au prochain village et qu’on se partage l’argent… Mais il y a un petit souci.
    - Ah*! j’aime quand tu es équitable. Allons*! Crache-la, ta pastille.
    - Les gobelins n’ont pas été attaqués par nous tous. C’est Sylveneige, Seroaunk et toi qui avez fait le boulot.
    - Ecoute, Eldurvellir. Tu as besoin d’argent, plumé au jeu comme tu l’as été. Sombria n’aurait pas aimé que je laisse son frère de sang dans le besoin.
    - Comme tu y vas*! Je peux fabriquer des potions et les vendre, tu sais.
    - Oui… Mais un petit enfant a des besoins, il grandit vite et il doit être parfaitement bien nourri. Donc tu auras besoin d’argent pour lui.
    - Il a son trousseau…
    - Non, il dépensera lui-même son argent quand il sera en âge d’en comprendre la valeur. Ce petit trésor offert par les villageois ne doit pas servir à n’importe quoi.
    - Si tu le dis… Je suis assez d’accord avec toi, d’ailleurs.
    - Hé*! On ne me demande pas mon avis, à moi*?

    Seroaunk eut un sourire carnassier.

    - Mon cher Fhiongan, tu ne voudrais pas que ton ami Eldurvellir désormais père manque de quoi que ce soit*?
    - Ah tu es gentil, toi, au fond*!

    Le bandit narquois n’alla pas plus loin. Ou plutôt si*: il se retrouva à deux pieds de distance au fond de la grotte, les quatre fers en l’air.
    Sylveneige dut se tenir les côtes pour ne pas éclater de rire.


    - Et ne me traite plus jamais de «*gentil*», mon cher Fhiongan…
    - Ouais. Sûr.

    Eldurvellir ricanait sous cape, tout en reprenant ses comptes.


    - Cela nous fait, divisé par quatre, trois cent vingt-sept pièces d’or chacun. La ferraille, je vous propose de la dépenser à Secomber*: nous paierons l’auberge et les repas avec. S’il reste quelque menue monnaie, on la donnera à Titi*! Je vous laisserai partager l’argent des pierres…
    - Nous ne sommes pas sûr de trouver quelqu’un qui nous les achète, Secomber est bien petit…
    - Nous trouverons bien, ne t’en fais pas. Sinon, je vous laisserai les partager entre vous trois.
    - Tu n’es pas très intéressé, dis-moi, p’tit mago*!
    - J’ai une maison, un commerce… Je suis déjà assez riche*!
    - Eh bien… Faudra qu’on discute, là-dessus…

    Eldurvellir n’écoutait plus. Il avait fait des petits tas et donnait déjà leur quote-part à Sylveneige et Seroaunk.

    Ils se préparèrent pour la nuit. Se laver fut on ne peut plus simple*: il leur suffit d’aller faire un tour sous les trombes d’eau gracieusement offertes par les dieux locaux. Quant à se sécher, la belle flambée fit l’affaire.

    La nuit fut calme. Lumi pesta bien un peu, mécontent de la pluie qui troublait sa sortie nocturne. Il lorgna bien un peu du côté de Tiamandis qui parcourait la grotte avec l’air déçu de l’animal qui ne trouve pas pitance, mais ne se risqua pas à l’attaquer. La pipistrelle n’était certes pas son plat favori.

    Lorsque Sylveneige s’éveilla avant l’aube, elle décida de parcourir les documents trouvés dans la besace d’Eldurvellir.

  19. #109
    Date d'inscription
    janvier 2012
    Localisation
    Paris
    Messages 
    4 307
    Sylveneige commença par les cartes annotées semblait-il de la main du mage. Deux d’entre elles étaient nettement plus récentes*: un plan fait avec grand soin du bois du Gobelin Pouilleux et un autre d’un village nommé Krengrock. Aucun intérêt, sauf pour qui veut visiter… Elle regarda la carte de plus près. Dorrandin*! Il y a eu la guerre, entre la chère ville de Luménis et Mélandis… Eldurvellir vient donc bien de Mélandis…
    Elle remit les cartes dans la besace du mage et prit un carnet de cuir entouré d’un lacet, le défit et lut quelques passages*:

    Journal de Fénelone Doublange, roublarde

    Mon journal ! cher journal, je te raconte tout, à toi ! et rien à ces maudits compagnons ! maudits, ils le sont, les malheureux… Ne fallait-il pas être maudits, pour perdre la vie si près de Melandis ?
    Fénelone Doublange, tel est mon nom. Roublarde est ce que je suis, ma passion, ma raison de vivre, ma vie même !
    Toute ma famille était dans la roublardise… Oh, il y a bien eu quelques cousins à peu près honnêtes, mais l’honnêteté… C’est tellement surfait.
    Pour faire court, j’ai fait partie d’une guilde – celle de ma famille – puis j’ai recruté quelques compagnons pour courir l’aventure. Quelques compagnons peu scrupuleux, insouciants de leur vie… C'est-à-dire désireux de vivre intensément, désireux de devenir riches pour vivre toutes leurs passions, même les plus inavouables.
    Alors nous sommes partis : Lahire Sombrefeu, chevalier noir, sans qui je ne serai plus de ce monde depuis longtemps… Mon amour, mon sombre amour, même si je sais que notre histoire aurait mal fini… Ambre Tristelune, mage émérite au cœur glacé, Dzerr-Epeire, le clerc elfe noir, et enfin mon compagnon de toujours, mon frère de sang Athis Apremont, un guerrier-voleur joyeux, qui réchauffait l’atmosphère de ses rires.
    Melandis, petite ville ambitieuse et qui semblait grandir à vue d’œil, retint notre attention.

    Lahire Sombrefeu et moi décidâmes de partir à l’aventure au nord de la jeune cité de Melandis.
    ...
    - Il y aurait eu des traces d’une antique cité, enfouie dans les profondeurs de la forêt du nord. Ainsi Ambre, notre mage, a parlé.
    - Qui dit antique cité dit choses intéressantes… Or, argent… Le nord et sa forêt seront donc notre destination ! qu’en dites-vous ? a aussitôt dit mon Lahire chéri.
    Tout le monde a acquiescé, moi la première ! d’emblée nous sommes tous tentés par la perspective de richesses oubliées. Ambre Tristelune est une érudite, férue d’histoire, et son idée d’explorer les terres du nord, eh bien ! qui la remettrait en doute ?

    En cette année 1364, le printemps avait été pluvieux, après un hiver assez froid, où de véritables congères étaient apparues pour la première fois sur le continent. Les bois grouillaient de Gobelins, faciles à vaincre et amateurs de belles gemmes et d'argent !

    Alors nous sommes partis : Lahire Sombrefeu, chevalier noir… Ambre Tristelune, mage émérite au cœur glacé, Dzerr-Epeire, le clerc elfe noir, et enfin mon compagnon de toujours, mon frère de sang Athis Apremont, un guerrier-voleur joyeux...
    ...
    Nous découvrîmes un éboulement de roches :
    - Là !
    Ah que j’ai été fière de ce « Là ! », fière d’avoir vu la première, sous l’amas de roches effondrées, ce qui semblait bien être une porte. Athis me le confirma, puis parvint à l’ouvrir. Quel bon voleur que mon cher ami Athis d’Apremont !
    ...
    Ah le beau trésor que nous avons trouvé ! des pièces d’or à profusion et de la belle bijoutaille, qui donnèrent à Ambre l’occasion d’étaler, une fois n’est pas coutume, son ignorance :
    - Incroyable ! je n’ai jamais vu de telles runes… Un soleil côté face, des runes inconnues côté pile… Et ces bijoux, martelés, mais avec une précision et un sens artistique indéniables. Je ne connais aucun peuple qui travaille ainsi les métaux précieux.
    ...
    Est-ce l'hiver et ses glaces qui ont déstabilisé le terrain ? Un éboulement, un véritable glissement de terrain ouvrit une fissure dans le sol, qui s'agrandit brutalement, nous faisant choir dans les entrailles de la terre. Ambre Tristelune et Dzerr-Epeire disparurent dans les tréfonds de la terre. Quant à Lahire Sombrefeu et Athis d’Apremont, je parvins à ramper jusqu'à eux une fois que les tremblements se furent calmés. Tous deux étaient morts, leurs corps déchiquetés par une énorme roche luisante.

    La quête d'or et de richesses vaut-elle la mort d'hommes si braves ? Le trésor, lui, était perdu. Et je ne désire pas le retrouver, le sang de mes compagnons a coulé dessus.


    Alors les cartes lui auraient servi à courir après le trésor de la roublarde*? Eh bien, s’il l’a trouvé je comprends qu’il se fiche bien d’avoir ou non de quoi vivre… A Mélandis il doit être un homme riche*!

    Sylveneige poursuivit l’inventaire des documents. Une liste*de noms… Elle murmura à voix basse*: Alexiel, Chance, Fhiongan, Eldurvellir. Plus les chevaux. Fhiongan était donc de la partie*! Encore des noms, Neera Allar et Melusia + cheval. Et là, c’est illisible… Ah*! Neera : très très bon coup. L’elfe dut faire un effort pour ne pas éclater de rire. Ah, il ne perd jamais le nord, l’Eldurvellir*! Ah*! Une lettre*! L’écriture ressemble à la mienne, on dirait.
    Sylveneige n’hésita qu’un instant, avant de déplier la lettre et de la lire.

    Mon tendre Ami
    J'ai tant hésité à te confier la présente lettre... Pardonne-moi de précipiter les choses, mais te voir partir à l'aventure dans des lieux dangereux m'inquiète grandement. Et je connais la façon de te porter bonheur et de m'assurer ton retour sain et sauf : c'est de t'avouer mon amour et te proposer enfin de vivre ensemble !
    Ton Alde qui t'adore et chantera ton bonheur tout au long de sa vie


    Il a bien de la chance… Une femme l’aime vraiment, pas juste une qui n’est là que pour le plaisir, une qui l’aime vraiment…
    Elle sentit une vague de mélancolie monter en elle. Un peu abattue, elle replaça les documents dans la besace du mage. Tiamandis vint se poser sur le sac et grimaça à l’intention de la rôdeuse, sans toutefois oser cracher ses injures de chauve-souris habituelles.

    Sylveneige s’allongea à côté de Tirigh, serré contre son père. Plus besoin de veille… Hé, on ne sait jamais. Elle vit Fhiongan qui ouvrait l’oeil et lui fit un signe de la main. Le bandit hocha la tête et s’assit face à l’entrée de la grotte, arc à portée de main, pour le dernier tour de garde.
    Dernière modification par Féérune ; 23/02/2020 à 18h47.

  20. #110
    Date d'inscription
    janvier 2012
    Localisation
    Paris
    Messages 
    4 307
    Ils reprirent la route sans autre incident notable qu’un couple d’humains ivrognes. Fhiongan exprima bien le vœu de leur faire avouer d’où ils tenaient une bibine qu’il supposait d’emblée être de qualité, mais Seroaunk menait la marche d’un train d’enfer et ne lui en laissa pas le temps. Malgré les ornières du chemin accentuées par les pluies des derniers jours, les chevaux avançaient d’un pas vif et assuré. Même le cheval du bandit, une rosse un peu âgée, fut à la hauteur.

    On campa une dernière fois. Ce fut une belle nuit, la pluie s’interrompant suffisamment longtemps pour leur permettre d’installer le campement sous les arbres. Il y eut bien quelques belles gouttes d’eau lâchées par le feuillage que le vent bousculait, mais seul Fhiongan en fit les frais lors de son tour de garde. Ses jurons ne manquèrent pas de réveiller ses compagnons*; mais l’aube se levait déjà et on convint de partir au plus tôt afin d’arriver à Secomber en fin de matinée.

    L’arrivée dans la petite ville fut particulière. Ils crurent avoir des hallucinations*: cinq chats croisèrent leur chemin, cinq chats de couleurs inhabituelles. Le premier, d’un rose framboise. Puis se succédèrent un vert pomme, un bleu ciel, un rouge grenat et enfin un jaune d’or du meilleur effet.

    - Dites, on a bu quoi, en route*? P’tit mago, tu as encore fichu une saloperie dans les gourdes*?
    - Non… Quelqu’un doit s’amuser… Un mage qui s’ennuie un peu, sûrement*!
    - Oui, ça doit être ça…

    Arrivant près d’une auberge, ils descendirent de cheval.

  21. #111
    Date d'inscription
    janvier 2012
    Localisation
    Paris
    Messages 
    4 307
    Une auberge bruyante s’imposait à eux, mais Eldurvellir proposa d’aller un peu plus loin. Ils trouvèrent une seconde auberge, d’allure plus tranquille où on décida de faire halte.

    A l’intérieur, deux hommes aménageaient une petite estrade.


    - Bienvenue, voyageurs. Oh le bel oiseau*! Et un tout petit garçon*! Ah, vous serez fort bien ici, sires et dame, et le petit certainement ravi du spectacle de ce soir.

    Fhiongan retint un soupir désespéré.

    - Quel spectacle*?
    - Les Marionnettes Magiques de Miraj. C’est très joli, vous verrez, et pas si enfantin qu’on pourrait le penser.
    - Une table près de l’estrade*! Je veux une table pour ce soir*!

    L’homme qui venait d’entrer tenait un chat mauve dans ses bras et trépignait d’impatience.

    - Oui, maître Amanitas, bien sûr*!

    Déja l’homme tournait les talons, lorsque la vue d’Eldurvellir le retint.

    - Oh tiens donc*! Comme c’est amusant*! Vous ressemblez à Eldur, un sacré coquin qui donnait de ces fêtes*! Mais il est mort, le pauvre, on a trouvé son cadavre il y a quelque temps. Noyé.
    - Où l’a t-on trouvé*? Je me souviens avoir trouvé un noyé, un mage qui donnait des orgies dans sa tour isolée.
    - Du diable si je me souviens*! Mais si ça me revient, si vous êtes là au spectacle de ce soir, je vous dirai ça*! Bien le bonjour, la compagnie.

    Messire Amanitas sortit et fit claquer la lourde porte de chêne de l’auberge.
    Eldurvellir fixait la porte d’un air étonné. Il fallut le tirer par la manche pour le faire sortir de sa rêverie.


    - Hé*! Ho*! On nous parle*!
    - Messire*? Votre commande*? Plat du jour*?
    - Ah*! Euh… Pardon.
    - Sanglier rôti.
    - Parfait*!
    - Donc plat du jour pour cinq, cuistot*! Dont une part enfant*!

    Fhiongan serrait les dents.

    - Je hais les marionnettes*! J’irai dîner à l’autre auberge, ce soir. Il y a des ribaudes, je crois bien… Ça te tente, Seroaunk*?
    - Pourquoi pas… Mais je te laisserai ribauder à ton aise, pour ma part je n’aime guère ce genre de dames.
    - Je ne te demande pas, p’tit mago, tu es père et donc obligé de supporter les horreurs de la paternité*!

    Eldurvellir ne répondit pas. Il fixait une vision enchanteresse*: cinq jeunes filles venaient d’entrer dans la salle d’auberge.

    - Hé*! P’tit mago*! On se réveille*!
    - Oui, oui… Ah*!

    La serveuse venait d’apporter un énorme plat fumant. Le tavernier arriva à son tour pour déposer un gros pichet de bière et un autre d’eau fraîchement tirée du puits.

    - Dites-moi, qui sont ces damoiselles*?
    - La troupe Miraj, justement. Marjolaine, l’aînée des cinq sœurs, puis Iris, Rose, Anémone et Jusquiame. Elles sont bardes toutes les cinq.

    Eldurvellir, du coin de l’oeil, détaillait les jeunes filles. Fhiongan murmura quelque chose comme rester au spectacle de marionnettes, déjà persuadé lorsque le tavernier enchaîna en baissant la voix*:

    - Après le spectacle pour enfants, il y en a un autre… Pour adultes. Les trois sœurs aînées, évidemment… Anémone et la petite Juju assurent le décor… Vous verrez, c’est très réussi.

    Le regard de Marjolaine s’attardant vers leur table, Eldurvellir lui décocha un léger sourire.
    Dernière modification par Féérune ; 24/03/2020 à 11h04.

  22. #112
    Date d'inscription
    janvier 2012
    Localisation
    Paris
    Messages 
    4 307
    Sylveneige, moins discrètement, détaillait les cinq sœurs. Marjolaine était vêtue de vert, drapée dans une étrange jupe dont un pan remontait dans le dos par dessus une épaule pour venir s’attacher devant à la ceinture. Dessous un corsage si court et de toile si fine qu’il semblait transparent. Le corsage minimaliste laissait voir son nombril. Iris et Rose étaient habillées de manière plus classique*: jupe et corsage*; mais les tissus brodés et ajourés révélaient des attraits indéniables. Les petites sœurs portaient des robes assez simples, mais très colorées et tenues à la taille par de belles ceintures d’argent.

    - Vous désirez, damoiselle*?

    Sylveneige rougit. Le guerrier orc faillit s’étrangler de rire. Marjolaine fixait la rôdeuse, un grand sourire aux lèvres.


    - Ah… Euh… Je me demandais… Votre robe…

    Eldurvellir toussa bizarrement. Fhiongan pouffa. Mais Marjolaine sembla ne pas s’en apercevoir et répondit aimablement*:


    - C’est un sari. Une grande pièce de tissu qu’on drape. Si cela vous plaît, il y a un arrivage de soieries dans une des échoppes du marché. Vous verrez, il y a de très belles pièces, bien que les gens d’ici s’en servent davantage comme tissus muraux ou couvre-lits*!

    Elle se tourna vers Eldurvellir.


    - Nous sommes-nous déjà rencontrés, messire*?
    - Certes non. Je me serais souvenu de vous*!
    - Votre petit garçon*?

    La jeune femme désignait Tirigh, que sa sœur Jusquiame était déjà en train de cajoler.


    - Oui*! Il sera ravi de voir votre spectacle de marionnettes.
    - Ne manquez pas non plus le suivant… Quand le petit sera couché…
    - Bien sûr*!

    Ben voyons, songea Sylveneige. Il va laisser le petit tout seul dans une chambre d’auberge inconnue, juste pour aller voir de belles filles tortiller du popotin…

  23. #113
    Date d'inscription
    janvier 2012
    Localisation
    Paris
    Messages 
    4 307
    Le repas terminé, Sylveneige décida d’aller faire le tour de la petite ville.

    A sa surprise, Secomber était un endroit très agréable, dont un des attraits était de croiser des félins aux couleurs délirantes. La rôdeuse se dirigea vers le marché, un lieu particulièrement animé. L’échoppe aux soieries débordait de couleurs, et Sylveneige commença à toucher les étoffes avec plaisir.


    - Ah*! Vous avez trouvé la bonne échoppe*! Votre petit garçon est resté à l’auberge*?

    Sylveneige sourit à la jeune fille. Du diable si je me souviens de son prénom… Pas Marjolaine, elle je sais que c’est l’aînée… On avisera.


    - Oui, enfin non. Ce n’est pas mon petit garçon, mais celui de mon compagnon de voyage Eldurvellir.
    - Etrange*!

    La rôdeuse écarquilla les yeux.


    - Que voulez-vous dire par là*?
    - Eh bien, vous êtes elfe, lui aussi, alors c’est assez naturel de penser que vous êtes la mère de cet enfant*! Ça vous gêne que je puisse le supposer*?

    Sylveneige était de plus en plus surprise.


    - Ah*! Désolée*! Je parle un peu trop directement, on me le reproche toujours. Venez, les plus belles pièces de soie sont au fond… Toujours aller au fond des choses*!

    Rose lui attrapa le bras et l’amena au fond de la minuscule boutique.

  24. #114
    Date d'inscription
    janvier 2012
    Localisation
    Paris
    Messages 
    4 307
    Pendant ce temps, Eldurvellir s’occupait très utilement. Alors que Fhiongan et Seroaunk partaient pour la seconde auberge, la Harpe à Sept Cordes à la réputation si attirante, il optait pour une intéressante discussion avec les deux aînées de la troupe Miraj. Conversation qui eut lieu à voix basse, pour ne pas troubler le sommeil de Tirigh et Jusquiame, endormis dans les bras l’un de l’autre.

    Eldurvellir apprit ainsi que les cinq jeunes filles venaient de Moray, des îles Moonshaes. Vivant dans un village côtier régulièrement menacé par les lycanthropes, la famille avait décidé d’émigrer sur le continent féérunien. Leur arrivée avait été rocambolesque, et les jeunes filles avaient finalement quitté leurs parents à Eauprofonde pour se lancer dans l’aventure du spectacle*! La troupe Miraj était leur création à toutes les cinq. Marjolaine et Rose créaient les textes de petits spectacles et saynètes, tandis qu’Iris et Jusquiame fabriquaient marionnettes et costumes. Anémone avait le génie de la mise en scène et avait aussi un petit talent de chorégraphe. Toutes savaient chanter, danser et jouaient de plusieurs instruments de musique.


    - Pourquoi avoir choisi une aussi petite ville que Secomber*?
    - Les chats*!

    Les deux sœurs éclatèrent de rire, et Jusquiame ouvrit un œil.


    - C’était tellement inattendu, tous ces chats de couleurs absurdes*! Et puis, Secomber est un carrefour pour beaucoup de caravanes en route vers Eauprofonde. Ce qui nous permet, lors du retour des marchands de la grand-ville, de bénéficier de petits prix pour les invendus. Les marchands nous connaissent bien, maintenant, et nous gardent les chutes des plus beaux tissus pour nos costumes. Vous verrez ce soir, aucune marionnette n’est mieux habillée que les nôtres*!
    - Secomber nous permet aussi de roder nos spectacles les plus élaborés, que nous présentons dans des villes plus grandes. Ah*! Je crois que votre fils se réveille aussi…

    Eldurvellir se leva et alla prendre le petit garçon, qui se blottit contre lui et l’embrassa.


    - Eh bien damoiselles, je vous remercie pour cette discussion. Je vais m’occuper de mon fils et vous verrai au spectacle de ce soir.

    Il salua aimablement et sortit avec Tirigh. L’après-midi se passa en balade dans la petite ville. Eldurvellir en fit une promenade éducative*: il expliqua à son fils les métiers des gens qu’ils croisèrent, le nom des arbres et des fleurs, et termina par une démonstration magistrale sur l’utilité qu’il pouvait y avoir à teindre des chats.
    Dernière modification par Féérune ; 24/03/2020 à 11h03.

  25. #115
    Date d'inscription
    janvier 2012
    Localisation
    Paris
    Messages 
    4 307
    Le soleil déclinait doucement alors que les familles de la petite ville s’attroupaient devant l’auberge du Lutin Chanteur. Eldurvellir eut un peu de mal à se faufiler pour entrer, quelques personnes lui intimant d’un ton âpre de respecter la file. A l’intérieur un spectacle peu ordinaire l’attendait*: un Fhiongan béat, flanqué d’une grande femme aux cheveux hirsutes d’une teinte verdâtre, et un Seroaunk mort de rire.

    - Ah*! p’tit mago*! Tu tombes bien*! Je te présente dame Milany d’Hirpont, artiste et bretteuse émérite*! Milany, voilà maître Eldurvellir, le meilleur mage de tout Dorrandin. Gare à tes fesses. Ah, et le môme, c’est Tirigh. Alias Titi.
    - Euh… Enchanté, dame Milany.
    - Ouais, pareil, maître. Salut, le môme.

    Eldurvellir n’eut pas le temps d’être trop surpris. Le tavernier venait d’ouvrir la porte en grand et une tripotée de familles s’arrachait déjà les tables proches de la petite scène.


    - Sires et dames*! Laissez les tables du bord de la scène*! Elles sont réservées*pour mes clients !

    Les instants qui suivirent furent quelque peu tumultueux. Le point culminant fut lorsque Sylveneige, qui venait juste d’entrer, se glissa vers un des sièges les plus proches de la scène, à côté d’Eldurvellir et de Tirigh. La rôdeuse battit en retraite et le calme revint enfin parmi les spectateurs. Puis le mage Amelior Amanitas*arriva à son tour, flanqué d’un chat bleu. Il se glissa le long de la scène et le charivari reprit*; il s’en tira en faisant un signe amical à on ne sait qui et repartit près du comptoir où il commanda une bière.

  26. #116
    Date d'inscription
    janvier 2012
    Localisation
    Paris
    Messages 
    4 307
    Ce fut vraiment un très joli spectacle. Eldurvellir put constater que Marjolaine n’avait pas menti*: les marionnettes, faites de bois de tilleul, étaient magnifiquement vêtues. La soie colorée brillait à la faveur des lampes qui encadraient la scène, disposées de façon très étudiée par Anémone. Trois des sœurs manipulaient les poupées et disaient un texte très poétique, les deux autres géraient éclairages et changements de décor, et chantaient très doucement en arrière-plan du texte.

    Le spectacle fut un extraordinaire succès. Sylveneige dut convenir que la troupe Miraj connaissait son affaire*; même Seroaunk apprécia la représentation. On ne sut pas ce qu’en pensait Fhiongan, ni dame Milany, qui avaient semble t-il disparu. Tirigh, émerveillé, babilla longtemps à l’oreille de son père.
    L’aubergiste avait sortit pain, fromages et cochonnailles*et ce fut un autre succès qui lui permit de faire de substantielles rentrées. La troupe Miraj était décidément très utile pour les affaires de l’auberge du Lutin Chanteur.

    Les familles quittèrent la taverne enchantées, et les rires retentirent au dehors pendant un moment. Eldurvellir alla coucher son fils, puis redescendit pour le second spectacle. Sylveneige, agacée, préféra sortir faire un tour.

  27. #117
    Date d'inscription
    janvier 2012
    Localisation
    Paris
    Messages 
    4 307
    Le crépuscule tombait doucement. Lumi, perché sur l’épaule de sa maîtresse, commençait à s’agiter. Il finit par s’envoler, comme à regret, et fit de lents cercles au-dessus de Sylveneige avant de partir en chasse. Un petit animal frôla la rôdeuse en jetant un cri suraigu et agacé. La pipistrelle d’Eldurvellir, certainement… Quel petit animal hargneux*! Très dissemblable de son maître, c’est étrange… Jamais Lumi ne se comporterait aussi mal*! Son esprit divagua sur les hauts faits du harfang*; elle dut convenir qu’un oiseau de proie aussi habile à voler des saucisses n’était pas si parfait.

    Elle continua vers l’auberge de la Harpe à Sept-Cordes, puis se ravisa et descendit vers la rivière Delimbiyr et flâna tard dans la soirée.

    A l’auberge du Lutin Chanteur, à l’issue du deuxième spectacle – qui fut fort apprécié – tout était silencieux lorsque Sylveneige revint. Elle monta à sa petite chambre, fit une brève toilette et s’effondra dans le lit comme une masse.

  28. #118
    Date d'inscription
    janvier 2012
    Localisation
    Paris
    Messages 
    4 307
    Le réveil, une petite heure plus tard, faillit être mouvementé. Quelqu’un secouait la rôdeuse, qui tenta dans un demi sommeil une manœuvre pour déséquilibrer l’importun. La résistance de l’importun en question la réveilla tout à fait.

    - Hé*! Je ne suis pas cette crevette d’Eldurvellir*!
    - Seroaunk*? Que se passe t-il*?
    - Il se passe que j’ai besoin sur le champ d’un immense service.
    - Lequel*?
    - Que tu me donnes ta chambre et ailles dormir dans la nôtre.
    - Ben voyons*!
    - Ce n’est pas une blague… Ou plutôt une des bonnes blagues d’Eldur… Notre cher ami s’en est allé coucher ailleurs et a eu l’excellente idée d’envoyer les deux jeunettes de la troupe Miraj dormir avec Titi.

    Sylveneige dévisagea le guerrier orc et se retint d’éclater de rire.

    - Du coup, partager la chambre de deux gamines, ça ne te dit pas plus que ça*!
    - Voilà.
    - Bon. J’y vais… Quand je pense, devoir quitter une sublime chambrette à cause d’un mage porté sur le jupon…
    - Oui, nous aurons des comptes à régler. En attendant, l’étrangler est hors de cause, vu le respect que je dois à ma défunte épouse. C’était son frère de sang, tu comprends.
    - Moui…

    Sylveneige pensa brièvement qu’on aurait pu aller chercher le mage indélicat par son fond de culotte, mais réalisa qu’il ne devait plus l’avoir sur lui. Et que les petites de la troupe Miraj méritaient leur sommeil. Elle se leva et prit ses affaires pour aller dans la chambre que partageaient ses compagnons.

    - Une minute*! Et Fhiongan*?
    - Parti avec la noble dame qu’il nous a présentée.
    - Noble dame, vraiment…
    - Eh oui, doute partagé sur le sujet de la dame en question*! Enfin… Bonne nuit, merci beaucoup.
    - Bonne nuit*!

    La rôdeuse fila enfin, abandonnant sa chambre à Seroaunk.
    Dernière modification par Féérune ; 16/04/2020 à 18h29.

  29. #119
    Date d'inscription
    janvier 2012
    Localisation
    Paris
    Messages 
    4 307
    Le matin vit une scène épique*: Eldurvellir, nu comme un ver, traîné dehors par un Seroaunk en mode rageur et punitif. Si les chats multicolores s’effarouchèrent, les Secomberiens rirent beaucoup. Marjolaine, dans le lit de laquelle le mage avait passé une nuit délicieuse, n’avait naturellement pas osé s’opposer au guerrier orc.

    Fhiongan arriva sur ces entrefaites, rigolard. On rentra pour le petit déjeuner, Eldurvellir quelque peu contrit, mais avouant avoir un peu exagéré.


    - Tu… Enfin… Tu aurais pu éviter de me mettre aussi mal à l’aise…
    - Ah mais c’était voulu, petit ange. Tu comprends, me retrouver dans la même chambre que deux gamines, j’apprécie modérément. J’ai donc envoyé Sylveneige y dormir pour récupérer sa chambre. Tu comprendras que j’aimerais la dédommager. Sur tes finances personnelles, si possible. Quant à la balade nu à la fraîche, tu ne l’as pas volée*!
    - Ah… Un homme est libre, non*?
    - Un homme est libre, quand il ne piétine pas allègrement les bonnes manières et tient compte de ses compagnons de voyage. On n’en parle plus, mais tu recommences et tu auras les mêmes oreilles que ton fils en plus petit*: taillées en pointe par mes soins.

    Eldurvellir, qui s’était drapé dans la cape que Fhiongan lui avait aimablement prêtée - à défaut de dignité - fila chercher ses vêtements. Il fallut jeter une chope d’eau au visage de Sylveneige, qui riait de manière convulsive sans pouvoir s’arrêter.

  30. #120
    Date d'inscription
    janvier 2012
    Localisation
    Paris
    Messages 
    4 307
    On ne se quitta que le lendemain matin, à l’aube. Un petit déjeuner solide, une recharge de provisions et il fallut persuader Tirigh – qui avait décidé de s’installer à Secomber et de se marier avec Jusquiame – qu’il était encore un peu jeune pour faire des choix et qu’on reviendrait sans faute.

    Ils croisèrent Amelior Amanitas, qui venait de récupérer une chatte et ses chatons dans un grand panier.


    - Grisette a fait ses petits dans un arbre creux, je les ramène chez moi. Vous seriez restés encore un peu, j’aurais pu vous en offrir un*!
    - Papa*!
    - Titi, je te promets que nous reviendrons… Mais là, nous devons accompagner tata Neige en Evereska. Je lui ai promis. Tu comprends*?

    Tirigh s’était précipité vers la chatte et ses chatons. Il prit un des petits avec précaution et admira les minuscules oreilles rondes, la langue rose et le semblant de dents du bébé chat.

    Tata Neige, quant à elle, fronçait le sourcil.


    - Dis, Eldurvellir, «*tata*Neige*» espère qu’on n’abusera pas des surnoms stupides, hein*?
    - Ah*? C’est plutôt aimable, je trouve…

    Mais Sylveneige ne l’écoutait déjà plus. Déjà elle imaginait quels surnoms vengeurs appliquer à son compagnon de voyage. Ah, il ne perd rien pour attendre… Messire Fesses d’Albâtre*? Pas mal… Mais tel que je connais le bonhomme, il se trouverait encore des donzelles pour aller vérifier… Bon… On trouvera*!

    Maître Amanitas rassurait le garçonnet.


    - Mais oui, si tu reviens je te donnerai un joli chaton*! De la couleur que tu préfères*! Tu sais, je crois bien que j’ai dû connaître ton grand-père. Enfin*! Ce n’était pas un grand-père très fréquentable*! Allez, au revoir, mon petit*! Sois toujours aussi gentil.

    Enfin le groupe s’éloigna. Vint, au carrefour, le moment de la séparation. Fhiongan soupirait.


    - Eh*! c’est si douloureux de quitter dame Milany*?
    - Oh, on devrait se retrouver… Mais elle a encore quelques petites affaires à régler…

    Devant la mine déconfite du sieur Belbesan, alias Belle-Besantine, personne ne pipa mot. Un dernier geste amical de la main et ils se séparèrent*: Serouank et Fhiongan sur la route de la Porte de Baldur, Eldurvellir et Tirigh accompagnant Sylveneige en Evereska.

    Les chevaux partirent au petit trot*; la rôdeuse, vaguement mélancolique, écouta le pas de ceux du guerrier orc et du brigand aussi loin qu’elle le put.


    La suite : https://www.baldursgateworld.fr/laco...tml#post480944 ([Vers EVERESKA] ERRANCE...)
    Dernière modification par Féérune ; 10/05/2020 à 21h07.

Page 4 sur 4 PremièrePremière ... 234

Discussions similaires

  1. [EVERLUND] Errance...
    Par Féérune dans le forum Vers Féérune
    Réponses: 19
    Dernier message: 21/03/2019, 17h47
  2. [LUNARGENT] Errance...
    Par Féérune dans le forum Vers Féérune
    Réponses: 21
    Dernier message: 17/01/2019, 18h29
  3. [MITHRAL HALL] Errance...
    Par Féérune dans le forum Vers Féérune
    Réponses: 25
    Dernier message: 16/11/2018, 20h44
  4. [Haute-Forêt] Quête : Racines
    Par Voyageuse dans le forum Vers Féérune
    Réponses: 1788
    Dernier message: 11/11/2014, 11h09
  5. [La Haute Forêt] Quête : Pas très normale activity
    Par Taliesin dans le forum Vers Féérune
    Réponses: 340
    Dernier message: 19/08/2011, 18h54

Les tags pour cette discussion

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •  

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 203 204 205 206 207 208 209 210 211 212 213 214 215 216 217 218 219 220 221 222 223 224 225 226 227 228 229 230 231 232 233 234 235 236 237 238 239 240 241 242 243 244 245 246 247 248 249 250 251