Page 2 sur 3 PremièrePremière 123 DernièreDernière
Affichage des résultats 31 à 60 sur 73

Discussion: [haute forêt] errance...

  1. #31
    Date d'inscription
    January 2012
    Localisation
    Paris
    Messages 
    3 848
    Fasolt ne mit pas longtemps à revenir*; sans préambule, il déclara*:

    - Je veux voir les gemmes.
    - Voici la mienne… Sylveneige*?
    - Oui, voici.

    Fasolt se tourna vers Kellynn.


    - Je ne fais qu’accompagner, messire.
    - Ah. Et vous*?

    Eldurvellir sourit. Un sourire des plus charmeurs, mais contrôlé. On n’était pas dans le sourire spécial drague.

    - Je n’en ai pas. Mais j’ai absolument besoin de l’accès à ces Fontaines de la Mémoire. En fait, nous venons tous pour quelque chose de semblable et pourtant différent…
    - Cela n’est pas le problème, vraiment. Mais je ne peux garantir que notre mage-clerc acceptera de vous permettre d’aller aux Fontaines. Lui décidera. Je vais vous mener à son logis.

    Fasolt eut un geste discret à l’attention de la petite troupe de gardes. Ceux-ci reculèrent légèrement et abaissèrent leurs armes.


    - Et moi*? Et l’enfant*?
    - Venez aussi. Maître Daro Kheyl voudra certainement savoir qui vous êtes, pour oser accompagner ces chercheurs de souvenirs téméraires.

    Ils suivirent donc Fasolt dans les couloirs souterrains, chacun d’entre eux plongé dans ses pensées. Eldurvellir intrigué et quelque peu impatient, Seroaunk se tenant mentalement près à un refus et à l’idée de devoir combattre pour gagner l’accès aux Fontaines de la Mémoire par la force, Kellynn simplement curieux. Tirigh, quant à lui, s’était empressé de prendre la main du mage. Sylveneige semblait ne penser à rien qu’à son angoisse grandissante.

  2. #32
    Date d'inscription
    January 2012
    Localisation
    Paris
    Messages 
    3 848
    Fasolt les arrêta face à une caverne richement ornementée de stalagtites taillées, qui révélaient des animaux sculptés aux yeux ornés de pierres fines.

    - Notre clerc-mage désire tous vous rencontrer à tour de rôle.

    Le duergar entra dans la caverne, leur intimant d’un geste à rester dehors. Au bout d’un court instant il revint.


    - D’abord vous, jeune elfe.

    Kellynn fut donc invité à entrer le premier. Il nota le riche aménagement de la pièce*: les stalagmites avaient été utilisées comme supports pour des sièges, certaines portaient une plaque les transformant en tables basses. Ces plaques étaient faites de mosaïques de pierres colorées, créant des motifs abstraits magnifiques. Ca et là, des peaux d’ours offraient un confort inattendu en un tel lieu.


    - Eh bien, jeune elfe, ma caverne vous plaît-elle tant que cela*?

    Kellynn bafouilla une excuse, rougissant face au maître des lieux. Un être surprenant*: c’était un elfe noir, très âgé, peut-être proche de huit cents ans. Il était vêtu d’une immense cape bleu sombre, drapée plusieurs fois autour de son corps mince. Il portait à son cou un collier étrange, qui semblait représenter un couvain d’araignées. Ses doigts étaient ornés de bagues aux pierres de vives couleurs.

    - Quel est ton rôle, parmi le groupe de téméraires qui a osé parvenir jusqu’ici*?
    - Je suis guide, maître.
    - Et pourquoi as-tu accepté*?
    - Je suis guide de profession…

    Le regard pâle de l’elfe noir se vrilla dans les yeux de Kellynn. Le jeune elfe sentit les battements de son coeur s’accélérer.


    - Tu fais donc cela pour l’argent.
    - Mais… Non*!
    - Ne dis rien*! Tu fais cela pour de l’argent, comme tous les pervertis*!
    - Maître, je vous en prie, je fais cela pour gagner ma vie, mais aussi par passion du voyage…

    Maître Daro Kheyl resta silencieux. Le jeune elfe inquiet se mit à parler d’abondance, cherchant à justifier le métier qu’il avait choisi, tout en sentant qu’il s’ancrait dans la désapprobation muette de son interlocuteur. Au terme de son discours, il leva un regard angoissé vers le clerc-mage.

    - Jeune Kellynn, tu ne viens donc pas pour les Fontaines de la Mémoire*?
    - N-non, maître.
    - Tu peux partir, Kellynn. Mieux, tu dois partir. Mais avant, va chercher l’enfant qui t’accompagne.

    Kellynn alla vers l’entrée de la caverne et fit signe à Tirigh de venir. L’enfant se mit à fixer Daro Kheyl.


    - Qui es-tu, enfant*?
    - Ze zuis ami des animaux. Ze zuis un elfe. Ze m’appelle Titi.
    - Tu t’appelles… Titi*?
    - Les autes m’appellent Ti-righ. Moi ze m’appelle Titi. Z’aime beaucoup les animaux. Quand ze serai g-rand, ze serai maze des animaux.
    - Mage des animaux*?
    - Vi.
    - Clerc, tu veux dire.
    - Ze ne sais pas. Peutête.
    - Pourquoi as-tu accompagné le groupe, Titi*?
    - Z’ai t-rouvé mon papa.
    - Qui est*?
    - Le maze Eduvellirr. Ze l’ai hoisi comme papa. Il va me fomer.
    - Ah. Il va te former… Mais tu es bien petit, mon garçon.
    - Vi. Il dit ça aussi.

    Daro Kheyl sourit.


    - Tu es un gentil petit. Va avec Kellynn, vous repartirez ensemble. Le papa que tu as choisi te retrouvera bientôt, ne t’inquiète pas.

    Les deux elfes retournèrent à l’entrée de la caverne*; c’était le tour de Seroaunk Sombreterre.

  3. #33
    Date d'inscription
    January 2012
    Localisation
    Paris
    Messages 
    3 848
    Le demi-orc entra dans la caverne et salua Daro Kheyl d’un hochement de tête respectueux.

    - Ton nom, fier guerrier*?
    - Je suis Seroaunk Sombreterre, chevalier noir. Voici le fragment de gemme qui me vient de ma défunte épouse.
    - Et tu souhaites accéder aux Fontaines. Pourquoi*?
    - Mon désir est de conserver le souvenir parfait de ma chère épouse Sombria, morte héroïquement au combat. Je voudrais également, si cela est possible, acquérir la mémoire de ses faits d’armes, afin de les conserver et les faire chanter par les bardes.
    - Louable intention. Ta fidélité sera récompensée. Tu accéderas aux Fontaines de la Mémoire.

    Seroaunk inclina de nouveau la tête.


    - Va… Et fais venir à moi la jeune elfe.
    - Elle a grand besoin d’aide, maître Kheyl. Sa mémoire passée semble morte, à l’exception de son répertoire de barde.

    Le chevalier noir salua et sortit de la caverne.


    - Sylveneige*? A vous.

    La rôdeuse-barde frémit, serrant la gemme dans sa main. Elle pénétra à son tour dans le logis du clerc-mage.


    - Qui es-tu, jeune femme*?
    - Je suis Sylveneige d’Evereska… Mais je ne m’en souviens pas…
    - Qui donc pourrais-tu être*?
    - Je n’en sais rien, maître, j’ai besoin de retrouver la mémoire pour savoir. Tenez, voici le fragment de gemme que j’ai obtenu en faisant… Je ne saurais vous dire quoi… Quelque chose de noble pour les Duergars… Mais je ne m’en souviens pas.
    - Permets-moi…

    Avec l’assentiment inquiet de la jeune elfe, Daro Kheyl passa les mains autour de sa tête. Ses mains pâlirent légèrement. Un léger halo gris émanait de la tête de Sylveneige. Enfin le clerc-mage arrêta son processus.


    - Ton esprit est gravement malade. Tu pourras aller aux Fontaines, mais ton contact avec l’eau sacrée devra être très progressif. Il y a quelque chose, un lien maléfique… Ton esprit aide quelque chose, un sort qui a besoin d’être alimenté… Si l’auteur du sort n’est pas identifié, s’il ne redirige pas son sort vers une autre source d’énergie psychique, je ne sais comment tu parviendras à t’en sortir.

    Le visage de Sylveneige révélait son angoisse.


    - Je ne peux que t’offrir l’accès aux Fontaines… Je ne t’aiderai pas davantage. Tu devras trouver le lanceur du sort qui vampirise tes forces psychiques. Lorsque tu retourneras en Evereska, ta famille saura probablement t’aider… Va. Je dois recevoir le dernier d’entre vous.
    - Oui… Je vous remercie.

    Sylveneige sortit.

    - Alors*? C’est mon tour*!

    Eldurvellir, presque joyeux, franchit le seuil de la caverne. Un bref instant plus tard les elfes, à l’ouïe plus aiguisée que leur compagnon demi-orc, crurent entendre un cri*:


    - Eldur*! Eldur, pauvre fou*!

  4. #34
    Date d'inscription
    January 2012
    Localisation
    Paris
    Messages 
    3 848
    Ce fut tout ce qu’on put entendre. Mais un temps long, très long, passa avant qu’Eldurvellir ne sortît enfin. Il sortit l’air légèrement préoccupé et déclina toute tentative de discussion. Fasolt entra dans la caverne.

    - Maître, dois-je tous les conduire aux Fontaines*?
    - Certes non. Seulement le demi-orc, aux intentions nobles, et la jeune elfe qui a perdu la mémoire passée. Eux seuls ont un fragment de gemme… Et je dois les accompagner pour les guider, chacun devant pénétrer l’eau d’une manière particulière.

    Daro Kheyl prit son bâton de marche et le garde duergar l’aida à sortir.


    - Messire Sombreterre, jeune Sylveneige, suivez-moi.

    Le clerc-mage jeta un bref coup d’oeil à Eldurvellir, qui resta coi.


    - Fasolt, emmène ces gens. Ils attendront la fin des cérémonies de la Mémoire à l’entrée de notre territoire. Leurs amis les rejoindront plus tard.
    - Mais, maître… Eldurvellir lui aussi a perdu la mémoire*! Ne pouvez-vous pas le soigner*?
    - Jeune fille, je décide. Moi. Et je sais. Je sais que recouvrer sa mémoire serait dangereux pour cet homme.
    - Mais, enfin…
    - Silence*! Allons aux Fontaines.

    Contrarié, Eldurvellir dut suivre le garde duergar avec Kellynn et Tirigh. Son esprit repassait l’entretien avec Daro Kheyl, cherchant une faille par laquelle il puisse s’échapper et échapper à la décision selon lui injuste du clerc-mage.

  5. #35
    Date d'inscription
    January 2012
    Localisation
    Paris
    Messages 
    3 848
    Sylveneige et Seroaunk suivirent donc le clerc-mage, qui marchait péniblement devant eux. Fasolt fermait la marche, armé semblait-il d’une hallebarde d’une qualité particulière*: un reflet mauve la traversait, luisant doucement à la proximité des lampes.

    La marche parut interminable à Sylveneige*; à l’inverse, Seroaunk Sombreterre semblait profiter de chaque instant, l’attente participait selon lui à son pèlerinage en mémoire de Sombria.

    Il arrivèrent enfin dans un couloir étroit et peu éclairé. Daro Kheyl leur intima l’ordre de s’arrêter*; lui-même avança de quelques pas. Fasolt lui tendit la hallebarde, le clerc-mage la tendit vers quelque endroit particulier*: on entendit comme un déclic, puis Daro Kheyl leur fit signe de se remettre à marcher.

    Le couloir sembla s’élargir de façon magique. Les épais murs de pierre se dissipèrent en brume blanche et, sous les regards émerveillés, la Fontaine de la Mémoire apparut.

    C’était un immense bassin embrumé et nanti de plusieurs fontaines sculptées dans des pierres quartz de différents coloris très pâles, qui semblaient contenir une teinte plus intense en leur coeur. La fontaine principale était d’un bleu très pâle, translucide, presque blanc. Son centre brillait d’un ton plus intense, un léger turquoise. Les fontaines voisines, plus petites et inégales, présentaient toutes un coloris très pâle translucide et un centre de couleur légèrement plus intense. La sculpture des fontaines ne représentaient pas quelque chose de connu, mais d’étranges volutes aux formes adoucies et rassurantes. L’eau émanant des fontaines était de même teinte que la fontaine dont elle sortait, malaisée à distinguer de son support dans le bassin aux brumes légères.

    Personne ne parla pendant un long moment. Tous étaient imprégnés de la solennité du lieu.
    Dernière modification par Féérune ; 18/07/2019 à 10h07.

  6. #36
    Date d'inscription
    January 2012
    Localisation
    Paris
    Messages 
    3 848
    Daro Kheyl parla enfin*:

    - C’est une cérémonie, je pense que vous l’avez parfaitement compris.

    Il s’approcha des fontaines et leva les bras vers le ciel. Incanta doucement. Une vibration douce traversa le bassin des eaux.


    - La mémoire n’est pas monolithique. Il faudrait parler de plusieurs mémoires… La mémorisation n’est pas la même aux différents âges de la vie, le souvenir se transforme au fur et à mesure que l’oubli s’installe. Il ne faut pas souhaiter la mémoire parfaite, inaltérée*: l’oubli est l’ami du beau souvenir, la nécessité de l’esprit qui continue à mémoriser et à apprendre. Permettez-moi...

    Il prit Seroaunk par le bras, avec solennité.


    - Venez. La fontaine qui vous convient est une de celles-ci…

    Daro Kheyl montra une fontaine mauve pâle.


    - Vous devez boire de cette eau, que vous prendrez dans vos mains en vous concentrant sur l’être aimé. Le souvenir de votre épouse reviendra peu à peu. Vous boirez lentement. Inutile de boire beaucoup. Ensuite vous irez vers cette autre fontaine et ferez de même.

    Seroaunk procéda comme le clerc-mage l’avait recommandé. Un halo de mauve l’enveloppa. Puis il alla vers l’autre fontaine désignée, d’un rouge très pâle et ce fut un halo rouge qui le saisit. Le chevalier noir frémit et ferma les yeux. Le fantôme d’une belle femme demi-orc flotta au dessus de lui – et, à la surprise de tous, le cruel Seroaunk Sombreterre eut les larmes aux yeux.

  7. #37
    Date d'inscription
    January 2012
    Localisation
    Paris
    Messages 
    3 848
    Le chevalier noir fut invité à se retirer dans une grotte adjacente. Il découvrit une petite salle aménagée pour le recueillement, très sobrement agencée mais confortable, et se prépara à laisser entrer en lui des souvenirs oubliés ainsi que ceux de sa chère Sombria.

    Puis Daro Kheyl s’adressa à Sylveneige*:


    - Jeune elfe, tu dois boire l’eau de la fontaine principale… Mais il y a un risque, due à ta fragilité psychique actuelle. Viens ici.

    Le clerc-mage l’invita à s’approcher de la fontaine centrale. Sylveneige prit un peu d’eau dans ses mains et la but lentement.


    - Cela suffit. Tu vas aller te reposer dans la salle voisine de celle où se trouve messire Sombreterre. Tu y resteras quelques minutes puis reviendras me voir et, si tout va bien, tu boiras de nouveau à la même fontaine. Par ici...

    Sylveneige se retira à son tour.

  8. #38
    Date d'inscription
    January 2012
    Localisation
    Paris
    Messages 
    3 848
    Le garde duergar avait l’air étonné.

    - Que se passe t-il, Fasolt ?
    - Maître, c’est la première fois que vous donnez l’accès aux Fontaines de cette façon…
    - Ai-je des explications à te donner*? Non. Reste à ta place, qui te convient parfaitement. Nul ne doit chercher au-delà de sa condition.
    - Maître…

    Le garde duergar cherchait ses mots, avec la simple idée de ne pas se trouver trop humilié. Mais le regard sévère de Daro Kheyl lui intima le silence.

    Dans la salle où il se trouvait, Seroaunk Sombreterre commençait à se dire que s’il avait de la chance d’avoir réussi et d’être heureux des souvenirs retrouvés. Mais l’idée de son ami Eldurvellir si mal loti alors qu’il avait tant besoin des Fontaines le taraudait. S’il était cruel, le chevalier noir savait être altruiste avec ceux qu’ils reconnaissait comme les siens. Il avisa un couloir étroit menant à la salle voisine.


    - Sylveneige*? Comment vous sentez-vous*?
    - Je vais bien… C’est étrange… Ce sont les voix qui reviennent… Les odeurs et les sons… Maître Kheyl me dit qu’il me faudra de nouveau boire l’eau de la fontaine principale…
    - Et Eldurvellir n’y a pas accès.
    - Non… Le pauvre…
    - Le pauvre, le pauvre*! Il ne s’agit pas de le plaindre, mais de voir comment nous pouvons l’aider.
    - Voulez-vous que je lui redemande*?

    Seroaunk Sombreterre soupira. Ces elfes et leur naïveté…


    - Ne demandez rien. Contentez-vous de gagner du temps. Du temps pour que je puisse agir. Du temps pour aider notre ami Eldurvellir. Occupez-les, c’est tout ce que je vous demande.

  9. #39
    Date d'inscription
    January 2012
    Localisation
    Paris
    Messages 
    3 848
    Le clerc-mage rappela Sylveneige, qui revint un peu inquiète de savoir comment «*occuper*», c’est à dire trahir la confiance de gens qui l’aidaient. Heureusement, elle n’eut absolument rien à faire*; le temps que Daro Kheyl donne ses directives à la jeune elfe, Seroaunk avait réussi un de ses plus hauts faits d’armes*: quitter discrètement la salle où il était censé méditer sans faire cliqueter son armure. Sa chance tint au fait que le garde duergar était reparti, oubliant la hallebarde magique. Seuls restaient les deux elfes, concentrés et près du murmure de la fontaine principale, tournant le dos aux salles de méditation.

    Seroaunk longea le mur du couloir aussi vite que possible, saisissant la hallebarde au passage. Il ralentit en entendant le pas lourd de Fasolt, puis reprit une allure plus modérée. Comment va t-il sortir*? Il y a une serrure spéciale et il a besoin de la hallebarde pour l’actionner… Fort heureusement Fasolt, dans l’attente de Sylveneige et du clerc-mage, n’avait pas refermé le tunnel. Quelque chose l’a fait quitter les fontaines, mais quoi*?

  10. #40
    Date d'inscription
    January 2012
    Localisation
    Paris
    Messages 
    3 848
    La nouvelle s’était vite répandue, et un jeune duergar était parti prévenir Daro Kheyl*: le mage humain avait disparu. On l’avait vu aimablement se pencher pour ramasser le contenu du panier d’une jeune fille, l’accompagner jusqu’à sa demeure toute proche avec l’assentiment d’un des gardes qui le pensait inoffensif, puis plus rien. C’était comme s’il s’était envolé. La jeune fille fut longuement interrogée, avec le seul résultat de la faire pleurer.

    Lorsque Seroaunk sortit du tunnel qui menait aux Fontaines, il décida de ne pas chercher à se dissimuler et de suivre son inspiration. Avec Eldurvellir, on ne sait jamais ce qui peut advenir…

    Il tomba sur un Fafner affolé. Le marchand, de nature inquiète, craignait qu’on ne lui mette sur le dos la fuite du mage.


    - Que se passe t-il*?

    Fafner ne perdait pas le nord, malgré son affolement.


    - Que faites-vous, avec la Hallebarde Souvenance en main*?
    - Je la rapporte à Fasolt. Il est reparti précipitamment, je ne sais pourquoi. Que se passe t-il donc*? Et sachez que je n’aime pas répéter mes questions…

    Le chevalier noir parut tout de suite impressionnant. Fafner pâlit légèrement.

    - Messire, l’un de vos compagnons a disparu.
    - Laissez-moi deviner… Le mage humain*?
    - Tout juste.
    - Il a croisé une femme, sans doute…
    - Euh… Oui.
    - Eh bien, dans ce cas, ne vous inquiétez pas. C’est un séducteur… A moins que vous ne craignez pour la vertu des dames…
    - Mais… Même la jeune fille n’a pas compris comment il avait disparu*! Il a disparu chez elle*!

    Seroaunk sentait monter en lui des sentiments contradictoires. D’abord, une forte envie de rire, en voyant l’air paniqué du marchand duergar*; ensuite un fort sentiment d’agacement à l’idée qu’Eldurvellir compliquait la vie de tout le monde avec ses pulsions amoureuses.

  11. #41
    Date d'inscription
    January 2012
    Localisation
    Paris
    Messages 
    3 848
    Le chevalier noir opta pour une tactique simple*: réconforter l’adversaire. Ce qui n’était pas dans ses habitudes, mais il devait à ce peuple d’avoir conforté sa mémoire et de lui avoir donné une partie de celle de sa défunte épouse. De plus, il suffisait de faire en sorte qu’Eldurvellir bénéficie également des Fontaines de la Mémoire. Et visiblement il était en bonne voie. Seroaunk se doutait bien que le mage parviendrait à s’en assurer l’accès, l’aider était possible puisque la hallebarde Souvenance était en sa possession.

    - Ne vous en faites pas. Le mage aura été tenté par une petite exploration de votre ville souterraine – ou peut-être a t-il rejoint une autre demoiselle… Il sortira bientôt de sa cachette. Je vois que Fasolt n’est pas là, je vais déposer la hallebarde chez maître Kheyl.
    - Oui, messire, je vous en remercie.

    Seroaunk alla d’un pas vif vers la maison du clerc-mage. Si Eldurvellir est quelque part, ce devrait être là, pour négocier son accès aux Fontaines… Et s’il est encore en train de folâtrer avec quelque beauté locale, je lui coupe les…

    Dans la maison, quelqu’un jaillit derrière lui et lui plaça une dague sous la gorge.

  12. #42
    Date d'inscription
    January 2012
    Localisation
    Paris
    Messages 
    3 848
    L’individu finit naturellement les quatre fers en l’air. Seroaunk Sombreterre n’était pas de ceux qui se laissent surprendre aisément.

    - Eh*! À quoi joues-tu*?

    Le chevalier noir contemplait, l’air narquois, Eldurvellir qui se relevait en secouant sa main endolorie.


    - Je n’allais pas me laisser mettre sur la touche comme ça, tu penses bien. Je me suis débrouillé…
    - Pour suivre une jolie fille*?
    - Oh… Jolie… Enfin, j’avais dans l’idée de brutaliser un peu le cher Daro Kheyl pour qu’il se décide à m’emmener aux Fontaines. Juste lui faire peur… En le prenant par surprise…
    - Ca ne t’a pas échappé, j’espère, qu’il est probablement bien meilleur mage que toi*?
    - Oui oui oui, bien sûr… Mais il y a un truc… Tu sais, je crois bien que je l’ai déjà rencontré. Il me connaît.
    - Donc, le fait de te connaître, ça suffirait à ce qu’il ne te transforme pas en grenouille*?
    - Je sens le doute… Bon, maintenant, ces fontaines*? On y va*?
    - On y va. Sachant que tout le monde te cherche, que Daro Kheyl est encore là-bas, que je ne vais pas faire un rempart de mon corps pour te défendre contre une petite armée de gardes.
    - Ah, je pensais que tu avais trouvé un autre chemin… Je suis déçu*!

    Comme à son habitude, Eldurvellir prenait les choses avec légèreté et ironie. Le chevalier noir envisagea tout bonnement de lui casser la gueule, mais il n’eut pas longtemps à tergiverser.

    Daro Kheyl arrivait au loin.

  13. #43
    Date d'inscription
    January 2012
    Localisation
    Paris
    Messages 
    3 848
    - Mets ça et cache-toi… Retourne ton manteau et aie l’air le plus féminin possible… Je vais l’occuper un peu et tu iras aux Fontaines. Couloir sur la gauche, puis tu continues jusqu’à une espèce de niche avec un mécanisme qui ouvre le tunnel… Il sera ouvert, il faut cette hallebarde pour l’ouvrir et le refermer. Si Sylveneige est encore dans une des salles de méditation adjacentes, demande-lui comment procéder. Allez, cache-toi*!

    Le chevalier noir tendit son foulard à Eldurvellir, qui le mit sur sa tête, comme un fichu. Il retourna son manteau bicolore et se faufila prestement derrière un rideau qui masquait un débarras, juste à côté de la porte d’entrée. Juste à temps. Le clerc-mage entra et s’étonna de voir Seroaunk Sombreterre chez lui.

    - Vous n’êtes donc pas resté en salle de méditation*?
    - Non… Tenez, je vous ai rapporté la hallebarde, que Fasolt avait laissée dans le tunnel.
    - Merci… C’est étrange, permettez-moi d’être un peu surpris… La méditation est essentielle…
    - Je comprends bien votre étonnement, mais vous savez que la méditation n’est pas le fort de nous autres Orcs.
    - Oui… Bien sûr… Enfin, l’essentiel est que votre mémoire soit meilleure et les souvenirs de votre épouse sauvegardés. Je ferai refermer le tunnel lorsque la jeune Sylveneige d’Evereska sera revenue.
    - Je vous dois beaucoup, maître Kheyl*; je saurais me souvenir de votre aide si un jour vous avez besoin de la mienne.

    Ils échangèrent encore quelques politesses, puis Seroaunk prit congé.

  14. #44
    Date d'inscription
    January 2012
    Localisation
    Paris
    Messages 
    3 848
    Pendant la discussion, Eldurvellir était prudemment sorti de sa cachette et avait quitté la maison, prenant une démarche chaloupée. Je dois faire une sacrée belle fille… Il avait mis le foulard de Seroaunk sur sa tête, son manteau vert anis retourné du côté orangé. Sans se presser, il prit le couloir de gauche, marchant à petits pas. Il arriva devant le mécanisme, l’examina quelques instants le temps de vérifier que personne ne l’observait, puis se mit à courir dans le tunnel.

    Il arriva enfin aux Fontaines et fut émerveillé par leur beauté. Sylveneige parut tout à coup.


    - Vous avez réussi à venir*? Je vais vous expliquer comment il faut procé…

    Eldurvellir retirait manteau, pantalon, chemise et plus encore. Il sourit à la rôdeuse.

    - Ne t’inquiète pas pour moi…

    Sur ces paroles, il plongea dans le bassin.

  15. #45
    Date d'inscription
    January 2012
    Localisation
    Paris
    Messages 
    3 848
    Ce fut un flash. Eldurvellir trembla de tout son corps, cria brièvement, puis disparut sous l’eau, sous les jets de toutes les fontaines conjugués. Sylveneige cria à son tour et se précipita pour sortir le mage imprudent du bassin.

    La rôdeuse sentit un éclair étrange la traverser. Un souvenir aigu la traversa, puis un autre… Des souvenirs étonnamment anciens, de ceux qui sont tellement enterrés dans la mémoire qu’ils ne reparaissent jamais. La jeune elfe entendit son tout premier cri, «*sentit*» sa propre naissance… El parvint à bloquer son mental pour éviter que d’autres souvenirs bouleversants lui fassent perdre la capacité à gérer l’urgence*: sauver l’homme qui se noyait. Elle y parvint non sans mal, avec l’aide de Lumi qui maintint la tête d’Eldurvellir hors de l’eau en le tirant par les cheveux. Pantelante, elle regarda longtemps Eldurvellir sorti de l’eau.


    «*Eldur, Eldur, pauvre fou*!*»*; les paroles de Daro Kheyl lui revenaient à l’esprit. Mais pourquoi*? Et pourquoi ce surnom*? Ils se connaissent, c’est certain… Eldurvellir lui aurait donc dit qu’il allait utiliser les Fontaines de cette façon*? Ou bien y’a t-il autre chose*?
    Sans nul doute Sylveneige allait mieux. La récupération de sa mémoire, aidée par la méditation, n’avait pas levé la désespérance qui obscurcissait ses facultés. Mais là, quelque chose s’était passé, peut-être lié à la tentative folle d’Eldurvellir. Le voile noir sur son esprit se déchirait lentement, ses capacités mentales retrouvaient leur vitalité.

    Tel n’était pas le cas d’Eldurvellir, dont l’esprit était devenu un chaos sans nom. Un maëlstrom d’images, de sons, d’odeurs, de sensations. L’homme tremblait fortement, aux frontières d’une telle masse de souvenirs qu’elle faisait vaciller sa raison.

  16. #46
    Date d'inscription
    January 2012
    Localisation
    Paris
    Messages 
    3 848
    Sylveneige regardait le mage agoniser, impuissante. Le corps d’Eldurvellir sembla se parcheminer, faner, s’étrécir.
    Alors le miracle advint.


    Le froid. La salle des Fontaines s’emplit de givre. Puis une chaleur intense transforma d’abord le givre en vapeur d’eau, puis en brume impénétrable qui s’éclaircissait lentement. Enfin on put y voir*; Sylveneige cria*: un être immense, d’un blanc translucide, était apparu. Un dragon à cinq têtes, chacune d’une couleur différente. La jeune elfe, pétrifiée de terreur, ne chercha même pas à se cacher*; le dragon, sentant sa frayeur, parut s’en contenter. Il se tourna vers Eldurvellir*; ses cinq têtes l’effleurèrent tour à tour, avec ce qui semblait être de l’affection.

    «*Tu me vénères. Sois béni.

    Le mage frémit. Sa peau se défripa et son teint redevint olivâtre. Il parut grandir légèrement.

    «*Tu viendras à moi à l’issue de ta dernière vie. Celle qui existe maintenant.

    Puis le dragon s’effaça avec lenteur, commençant par son corps. Les cinq têtes s’évanouirent jusqu’à devenir de simples taches de couleur, noire, blanche, bleue, rouge et verte qui demeurèrent quelques instants avant de s’affadir doucement jusqu’à disparition complète.

    Tiamat était venue*: Eldurvellir était sauvé.

  17. #47
    Date d'inscription
    January 2012
    Localisation
    Paris
    Messages 
    3 848
    Sylveneige attendit quelques minutes, ébahie de la scène dont elle avait été témoin, avant de s’approcher d’Eldurvellir qui reprenait lentement ses esprits.

    - Hé*! Ça va*? Comment vous sentez-vous*?
    - Oh… Je… ça va… Enfin, je crois…

    La rôdeuse s’agenouilla près de lui et le prit par les épaules.


    - Ah*! Doucement*! j’ai mal partout… L’impression d’avoir été lancé à bas d’une montagne…

    Sylveneige crut que l’homme reperdait conscience. Elle lui massa les tempes. Eldurvellir ouvrit un œil et commença à penser aux bienfaits qu’un faux évanouissement pouvait lui procurer. Il resta donc silencieux et inanimé. L’instant vint où Sylveneige, inquiète, se lança dans les gestes de réanimation. Ses lèvres frôlèrent celles d’Eldurvellir…

    - Eldur*! qu’as-tu fait*?

    L’elfe de lune sursauta, Eldurvellir aussi. Il jura à voix basse.

  18. #48
    Date d'inscription
    January 2012
    Localisation
    Paris
    Messages 
    3 848
    - Viens, Eldur. Si tu veux bien te rhabiller*! Nous avons à parler. En privé.
    - Sylveneige et moi allons retrouver notre guide et le petit Tirigh. Je suppose qu’ils sont près de l’échoppe de Fafner…
    - Oui. Mais je vous invite à les ramener à l’auberge du Chien Perdu, à l’est de la ville. Fafner vous y fera conduire. Et vous viendrez dîner chez moi, disons d’ici une bonne heure, le temps de discuter avec Eldur. Qu’en dites-vous*?
    - C’est très aimable à vous, maître Kheyl.
    - Avec plaisir…

    Le plaisir attendu par Sylveneige transparaissait tant sur son visage inquiet que tous éclatèrent de rire.

    - Euh… C’est à dire… J’aime tellement dormir à la belle étoile… Enfin… Vous voyez…

    Devant l’air penaud de la rôdeuse Eldurvellir enfin vêtu eut vaguement pitié de la jeune elfe. Hé*! Elle devient belle, maintenant qu’elle va bien*!

    - Chère Sylveneige, je t’en prie ne t’inquiète pas*; tout ira bien.

    Il lui lança un clin d’oeil complice et eut le plaisir de la voir rougir.

  19. #49
    Date d'inscription
    January 2012
    Localisation
    Paris
    Messages 
    3 848
    Ils revinrent près de la maison de Daro Kheyl. Le clerc-mage et Eldurvellir y entrèrent, alors que Sylveneige et Seroaunk Sombreterre allaient chercher Kellynn et le petit Tirigh.

    - Assieds-toi, Eldur. Nous avons tant de choses à nous dire… Tu n’as pas vraiment changé, tu sais… Les traits de toi adolescent... Comment as-tu fait, c’est un mystère que j’aimerais assez voir éclairci.
    - Tant que tu veux, je pense pouvoir te faire confiance*! Depuis tout ce temps… Je suis heureux d’avoir pu me souvenir de ces siècles passés.
    - Tu me l’avais juré, tu te souviens*?
    - Oui…

    L’esprit d’Eldurvellir s’envola vers ses années d’enfance. Il y avait les souvenirs de brutalité, de cris, de haine. Souvenirs d’un enfant souffrant, menacé chaque jour, chaque heure. Le désespoir, puis la fuite. Fuite enfantine, fuite d’un tout jeune enfant courant loin dans la forêt, effrayé. Puis l’elfe noir qui recueille l’enfant et l’élève avec le sien, le jeune Daro. Sa découverte de la longévité de la vie elfique, son serment de vivre aussi longtemps pour que puisse durer l’amitié avec Daro.

    - Tu as réussi. Tu as toujours su avoir ce que tu voulais… C’est si rare, chez un humain*! Surtout réussir à vivre aussi longtemps qu’un elfe… Plus même*! Tu es jeune, tu vivras plus longtemps que moi*! Et combien de temps encore...
    - Puissent les dieux t’entendre, Daro*!

    Ils rirent tous deux.

    - Comment as-tu fait*? Comment as-tu pu apprendre aussi vite les sorts essentiels à la prolongation de la vie humaine*?
    - J’ai séduit une mage, bien sûr. Je n’avais pas les connaissances et n’aurais pu les apprendre avec l’espérance de vie ridicule des humains.
    - Combien de fois*?
    - Il y a de bien belles mages, parmi les Elfes… Même âgées, elles sont toujours belles… Et l’expérience intellectuelle, l’esprit*! Ah vraiment, j’ai eu de la chance.
    - Et si ça se trouve, il y avait des bonnes amies à moi dans le lot*!
    - Oh*! Certainement*!

    Il rirent de nouveau. Daro Kheyl sortit une liqueur à l’arôme fort agréable et deux petits verres. Il les remplit et ils burent avec appréciation.


    - Exquise, vraiment. Ta fabrication*?
    - Oui. Faite un peu pour toi, d’ailleurs, j’y ai mis tes ingrédients favoris.
    - Alors… Sureau, cassis… Je dirais aussi un soupçon de menthe poivrée…
    - C’est cela, bravo.
    - Et toi, Daro*? Comment se fait-il que je n’aie jamais pu te retrouver auparavant*? Des soucis*?
    - Oui… J’ai dû repartir précipitamment parmi les miens. Tu connais l’ostracisme des gens de la surface vis à vis des elfes noirs… Au bout d’un moment, j’ai malencontreusement déplu à Lolth…
    - Pas bien difficile, ça…
    - Tu peux le dire*! c’est à partir de là que j’ai quitté mon pays pour celui des Duergars. Mes talents les ont suffisamment intéressés pour qu’ils m’accueillent bien. Très bien, même.
    - Tu n’as jamais regretté la surface*?
    - Si… Mais on ne fait pas toujours ce qu’on veut… Enfin, tout le monde n’a pas la chance d’un Eldur*!

    Daro Kheyl sourit et remplit de nouveau les verres à liqueur.


    - En fait, je vais bien souvent en forêt. J’aime bien cueillir mes simples moi-même. Toi aussi, je me souviens, tu aimais ça…
    - Oui. Toujours, d’ailleurs. Il faut savoir quand cueillir telle ou telle plante… L’une aura davantage de qualités cueillie sous la pleine lune, l’autre au petit matin après la rosée…
    - Absolument. C’est le savoir du mage et du druide. Pas du tout-venant.
    Dernière modification par Féérune ; 03/08/2019 à 13h41.

  20. #50
    Date d'inscription
    January 2012
    Localisation
    Paris
    Messages 
    3 848
    Les deux compères discutèrent des temps passés jusqu’à ce qu’un serviteur vienne pour connaître les désirs de maître Kheyl pour le soir. Quelque temps après, ce fut l’arrivée de ses invités.

    - Jeune Kellynn, j’ose espérer que vous êtes remis de l’entretien peu amène que nous avons eu…

    Le jeune guide rougit comme une pivoine. Puis risqua un timide sourire face à l’allure presque débonnaire du sévère elfe noir.


    - Ne profitez pas de mes aimables dispositions pour vous croire autorisé à sourire, jeune elfe*!

    Eldurvellir et Seroaunk éclatèrent de rire. Sylveneige prit le garçon par le bras.

    - Dis, tu ne marches pas, toi, tu cours*!

    Le petit Tirigh, quant à lui, explorait la maison. Il tomba sur une collection d’animaux empaillés qui eut pour effet de le faire pleurer. Il retourna vers Eldurvellir et se blottit contre lui. Le mage caressa distraitement la tête du garçonnet, qui finit par s’endormir appuyé contre sa jambe. Il fallut le prendre le plus doucement possible pour l’allonger sur un des canapés. Eldurvellir posa son manteau sur l’enfant et on put revenir à la discussion.


    - Est-ce ton fils, Eldur*?
    - Non… Mais il semble bien qu’il m’ait adopté*!
    - Une coutume veut qu’un orphelin puisse choisir un parent parmi son entourage… Une coutume qui viendrait de mon père…

    Eldurvellir se souvenait de ce jour où lui-même, petit enfant en pleurs, avait raconté les coups et brimades qu’il subissait*; le mage elfe noir avait fait faire une enquête et il s’était avéré que le jeune Eldur n’était pas le seul enfant recueilli souffrant de mauvais traitements. Une loi avait été promulguée, qui disait que les enfants devaient pouvoir choisir eux-mêmes un parent aimant pour les protéger et les éduquer. Le jour est venu où je dois rendre la pareille, dirait-on… Eh bien… Mais je ne vois pas cet enfant si doué avec les animaux devenir un mage… Enfin… Sait-on jamais ce que la vie peut réserver*? Il vit Sylveneige bâiller, avec une discrétion toute relative, et s’aperçut que lui-même tombait de sommeil.


    - Vous êtes fatigués… C’est assez normal, après l’épreuve des Fontaines de la Mémoire.

    Daro Kheyl soupira et Eldurvellir posa la main sur son épaule.

    - Allons*! Couché tôt, levé tôt… Je passerai te voir tôt demain. Si ça te va*?
    - Bien sûr*! Tu diras à la tavernière de nous apporter un petit déjeuner pour deux. Tes amis ne nous en voudront pas, j’espère*!

    Ils se levèrent pour prendre congé. Eldurvellir alla prendre le petit elfe endormi avec délicatesse. Tirigh ne se réveilla pas et ils sortirent en chuchotant les politesses d’usage à l’intention de leur hôte.

  21. #51
    Date d'inscription
    January 2012
    Localisation
    Paris
    Messages 
    3 848
    La nuit fut très calme. On vint réveiller Eldurvellir très tôt, à sa demande faite la soirée précédente. Il remit sa pipistrelle au creux du cou de Tirigh, passa au comptoir prendre le petit déjeuner commandé et fila chez Daro Kheyl.

    Le clerc-mage l’accueillit avec affection.


    - Cher Eldur*! Bien dormi*?
    - Eh bien pour tout dire… Oui et non. Je me suis réveillé en pleine nuit, à cause d’un souvenir… Un souvenir récent.
    - Ah. Une femme*?
    - Tu me connais bien*! Malgré ces siècles passés… Oui, une femme.

    Daro Kheyl sourit.


    - Mais pas n’importe quelle femme, Daro. Une femme sans égale, une barde. Intelligente, drôle, cultivée, belle… En un mot magnifique. Elle me croit mort…

    Le clerc-mage s’arrêta de disposer les ustensiles du petit-déjeuner. Lentement, il versa le thé et s’assit.


    - Assieds-toi. Vraiment tu m’intrigues… Tu es donc réellement amoureux*!

    Eldurvellir hocha la tête.

    - Je suis amoureux, oui, mais je n’en perds pas le goût des autres femmes… Je ne lui ai jamais demandé de m’être fidèle, d’ailleurs. C’est une femme libre, je n’ai pas la prétention d’agir en propriétaire de sa personne*! Mais mon âme est à elle… Comment pourrait-il en être autrement, je ne l’imagine même pas.

    Le mage prit une inspiration et cita*:

    Es-tu mon toujours en mon coeur ?
    Loin tu es parti, si loin...
    De si loin ton âme touche la mienne
    Unique, belle et noire à la fois
    Retenant mes larmes, je songe à toi
    Vois comme nous sommes proches encor
    En laissant les larmes de ton absence
    Luire doucement dans la nuit
    Lentement enfin couler de mes yeux
    Iridescentes, elles sont toi, seulement toi
    Reliées à ma vie, reliées à ta mort.

    Un silence suivit.

    - C’est de sa composition*?
    - Oui.
    - Je comprends… Comment as-tu eu connaissance de ce poème*?
    - Par dame Eleani Eali d’Eauprofonde, qui l’a chanté à Everlund.
    - Tu as de la chance, Eldur. Beaucoup de chance.

    Surpris, Daro regarda Eldurvellir. Des larmes perlaient à ses yeux, des larmes qui révélaient un sentiment proche de la colère ou du dépit.


    - Qu’as-tu donc*?
    - C’est ma dernière chance, Daro. Ma dernière vie. A la demande de Tiamaat, qui m’a sauvé la vie aux Fontaines… Ou plutôt qui a sauvé ma raison. Ma vie, je la dois probablement à Sylveneige… Tiamaat m’a sommé de cesser de vivre...

    Devant la surprise de son frère d’adoption, Eldurvellir cita encore*:

    «*Tu viendras à moi à l’issue de ta dernière vie. Celle qui existe maintenant.*»

    Le visage de Daro Kheyl s’attrista d’un coup.


    - Mon ami, mon cher frère… Dis-toi que ta si longue vie humaine a été splendide… Tu as vécu ce que vivent si peu d’humains*!
    - Je sais, je sais… Mais je n’ai pas l’idée de mourir un jour, comprends-tu*?

    Un nouveau silence s’installa, un silence de profonde amitié et de compréhension mutuelle. Enfin Eldurvellir reprit la parole.


    - Je ne peux pas rentrer tout de suite à Melandis, où je me suis installé et où j’ai cette magnifique maîtresse… Mais je dois la prévenir que je ne suis pas mort, que je l’aime et la rejoindrai dès que possible.
    - Veux-tu que je lui fasse parvenir un message*?
    - J’allais t’en prier… Je l’ai écrit cette nuit, voici.

    Eldurvellir remit un parchemin scellé à son ami.

  22. #52
    Date d'inscription
    January 2012
    Localisation
    Paris
    Messages 
    3 848
    - Béroalde Voix d’Airain, Melandis. Cela suffit…
    - Je me doute*! Béroalde Voix d’Airain, pas moins*! Eh bien…

    Daro Kheyl, qui pensait au vu de son grand âge ne plus s’étonner de rien, montra un visage si surpris que son invité se mit à rire.


    - Ah, tu peux rire*! Et tu pleures à l’idée de ne pas vivre encore plus… Mais mon cher Eldur, c’est une apothéose que sera le reste de ta vie*! Aimé par une femme réputée et talentueuse, donc forcément admis parmi la grande société mélandienne… N’aurait été mon si grand âge et ma santé déclinante, je t’aurais supplié à genoux de m’inviter chez Dame Béroalde*!
    - Cela aurait été avec grand plaisir, bien que je n’y ai mis les pieds qu’une seule fois. J’ai ma petite maison, ma boutique de potions, flanquée d’une jeune domestique pour gérer tout ça.
    - En plus*! Une jeune femme à domicile… J’espère que ton amoureuse n’est pas jalouse…

    Ce fut au tour de maître Kheyl de rire, face à l’air vaguement dépité d’Eldurvellir.


    - Eh bien… C’est ma tendre Alde qui l’a choisie… Une enfant naine, très efficace d’ailleurs. Et qui ne manque pas de caractère ni de détermination*! Elle m’a obligé à prendre un animal, le chiot dont elle rêvait… Mais je n’ai pas à m’en plaindre, elle sait même lire et écrire*; de plus elle sait négocier comme personne avec les commerçants du quartier.
    - Tu es heureux, Eldur… Tu es heureux et tu ne le sais pas vraiment…
    - Oui… Je crois que tu as raison…

    Ils terminèrent le petit-déjeuner en silence, savourant leur amitié retrouvée. Enfin il fallut se quitter. Ils s’étreignirent avec émotion, puis Eldurvellir repartit vers l’entrée d’Ombreterre où il devait retrouver ses compagnons.


    HRP pour info, lien vers la boutique d'Eldurvellir : https://www.baldursgateworld.fr/laco...tml#post343429 ([Bâtiment] La Boutique d'Eldurvellir du Val Bise, Mage Extérieur)
    Dernière modification par Féérune ; 10/08/2019 à 18h37.

  23. #53
    Date d'inscription
    January 2012
    Localisation
    Paris
    Messages 
    3 848
    Les chevaux apprécièrent particulièrement le retour en forêt. Mais le répit fut bref*: à peine sorti d’Ombreterre, des flèches arrivèrent vers le groupe. Seroaunk héla un ordre et tous firent aller leurs chevaux en demi-cercle, remontant vers l’origine des tirs.

    - Paix*!

    Seroaunk faillit en avaler de travers. Une rôdeuse, aussi charmante soit-elle, donnerait un tel ordre ? Il jeta un regard torve à Sylveneige, qui répondit*:

    - Ce ne sont pas des agresseurs ordinaires, messire…

    Alors le demi-orc les vit enfin. Vit aussi le regard émerveillé de son ami Eldurvellir et les yeux brillants de Tirigh.

    Kellynn se lança alors dans un curieux discours de trilles, claquements de langue et sifflements, qui semblaient comporter un ton réprobateur. Eldurvellir, quant à lui, examinait une des «*flèches*» qu’il avait reçue*: un bâtonnet léger même pas pointu.


    - Alors*?

    Le chevalier noir, à qui le mage avait tendu une des prétendues flèches, s’impatientait.


    - Ce sont de jeunes Aarakocras. Ils se sont amusés à nous jeter ces petits bâtons… Je les ai réprimandés.
    - Vraiment*? Ajoute donc qu’ils courent le risque de se faire plumer*!

    Eldurvellir et Sylveneige ne purent s’empêcher de rire. Tous scrutèrent le ciel et la cime des arbres, où l’on pouvait entrevoir le plumage brillant des Aarakocras facétieux. Tirigh les appela, en utilisant les cris d’oiseaux qu’il connaissait. Le résultat fut que deux d’entre eux, intrigués, atterrirent près du groupe.

  24. #54
    Date d'inscription
    January 2012
    Localisation
    Paris
    Messages 
    3 848
    C’était un jeune couple d’aarakocras. Etaient-ils frère et sœur ou jeunes amoureux*? Aucun de leurs gestes entre eux ne permettait le déterminer. La plus curieuse affichait des plumes de couleurs douces, dans des tons de bruns, de vert et de roux très léger*; le mâle portait des plumes plus vives, vertes et rouge carmin. Tous deux avaient l’air curieux et à la fois méfiants. Ils tournèrent lentement autour des chevaux, plusieurs minutes qui parurent interminables, en fixant longuement chacun des cavaliers. Enfin le mâle fit mine de saisir le cheval de Sylveneige par la bride.

    La distraction que causa ce simple geste fut fatale*: la femelle saisit Tirigh et s’envola, le mâle s’envola à peine une demi seconde plus tard.

  25. #55
    Date d'inscription
    January 2012
    Localisation
    Paris
    Messages 
    3 848
    Sylveneige lança son harfang après les aarakocras et l’enfant.

    - Va, mon beau*! Suis-les*! Et crie pour que nous puissions rester assez près…

    Lumi monta au-dessus de la cime des arbres, repéra la direction des aarakocras et cria.


    Le groupe avança vers le nord-ouest, suivant les cris du harfang. De nombreuses difficultés apparurent*: ils avaient quitté le chemin et durent se tracer un passage à travers les broussailles, contourner des buissons denses. Enfin, le terrain même devint extrêmement abrupt et inégal. Seroaunk jeta une bordée de jurons.


    - Bon sang de bois, il faut reprendre la route… Pensez-vous qu’on puisse tout de même les suivre*?
    - Il faudra bien. Allons, ne perdons pas de temps.

    Eldurvellir fit faire demi-tour à son cheval, puis laissa passer celui de Kellynn devant lui. Tous suivirent le jeune guide.


    - Je pense qu’il n’est peut-être pas nécessaire de reprendre le chemin, qui monte nettement vers le nord. Il y a sur la ligne nord-ouest un ru dont les rives sont suffisamment planes pour que les chevaux circulent aisément. Le tout est de trouver le cours d’eau, qui est vraiment très discret… Venez, par là nous devrions le trouver.
    - Tu ne pouvais pas le dire avant, jeune crétin*?

    Seroaunk était furieux. J’empalerais volontiers cet elfe imbécile sur mon épée, mais restons calme…

  26. #56
    Date d'inscription
    January 2012
    Localisation
    Paris
    Messages 
    3 848
    Ils n’eurent pas trop de difficultés à trouver le ru, mais le suivre fut un autre affaire*: le petit cours d’eau disparaissait sous les herbes et on se retrouvait vite sur l’autre «*rive*» simplement parce que les chevaux l’avaient franchi sans le voir. Enfin ils purent continuer vers le nord-ouest, même si les cris du harfang semblaient de plus en plus lointains.
    Le groupe arriva sur une colline dégagée, une clairière qui leur permit de scruter le ciel.


    - Je ne comprends pas… On entend toujours Lumi, mais plus rien dans le ciel…
    - Ils sont planqués dans les arbres. Ne craignez rien, les aarakocras ne sont pas méchants, ils ne feront rien de mal à Tirigh. Et je pense qu’ils ont créé leur habitat dans les arbres… C’est pour cela qu’on ne les voit plus, ils sont dissimulés par la canopée…

    Eldurvellir réfléchissait intensément. Seroaunk finit par grommeler*:


    - Tu la craches, ta pastille*? Le soir tombe, on n’a pas que ça à faire*!
    - Imaginons…
    - Ouais*! c’est le moment…
    - Imaginons que ces aarakocras soient effectivement bons et ne fassent aucun mal à Tirigh… Pourquoi donc l’ont-ils enlevé*?
    - Têtes de piafs, c’est tout*! Ils l’ont trouvé mignon, ils l’ont pris*!
    - Non… Je crois qu’ils ont considéré que l’enfant n’était pas bien avec nous.
    - Hein*? Mais pourquoi*?

    Eldurvellir en temps normal aurait volontiers ri, mais il était trop inquiet pour le petit elfe. Il soupira et expliqua*:


    - Si Sylveneige et Kellynn font des compagnons acceptables pour un petit garçon elfe, un grand guerrier orc et un mage modérément respectable le sont moins…
    - Hein ? Je n’ai pas la lâcheté de m’en prendre à des enfants*! Toi non plus, je pense*!
    - Non, non, bien sûr. Mais eux ont probablement cru que nous allions être mauvais pour lui.
    - Vous voulez dire qu’ils avaient l’idée de sauver Tirigh*?
    - Oui… Je n’en ai aucune certitude, naturellement, mais c’est une possibilité.
    - Alors tu préconises quoi, messire le grand penseur*?
    - Eh bien, qu’on établisse notre campement ici, qu’on mange et qu’on réfléchisse tous ensemble à une solution. Qui devra forcément être pacifique, ne t’en déplaise, mon cher ami*!

    Seroaunk grimaça ce qui semblait être un sourire et sortit sa hache pour s'en prendre à un arbre mort.

    - Faites donc un foyer pour le feu, vous autres.

  27. #57
    Date d'inscription
    January 2012
    Localisation
    Paris
    Messages 
    3 848
    Ils s’organisèrent efficacement pour la nuit, qui tombait vite. Eldurvellir et Seroaunk jurèrent plus d’une fois, trébuchant sur une racine devenue invisible ou obligés de tâtonner pour sortir le nécessaire des fontes des chevaux. Les deux elfes durent se retenir plus d’une fois de rire, conscients de l’agacement du chevalier noir.

    - Je sais bien que nous sommes anxieux… Mais ce serait une bonne idée de chanter…

    La proposition d’Eldurvellir, après un repas frugal, surprit tout le monde.

    - Mais oui… On en a tous envie*!

    Seroaunk était de fort méchante humeur. D’abord la bêtise de cet elfe, qui nous a fait perdre un temps précieux… Ensuite cette nuit particulièrement noire, alors qu’un peu de lune nous aurait servis… Enfin, moi et Eldurvellir… Manquerait plus qu’un des chevaux boîte et on serait bien*!

    - Ecoute, Seroaunk, il faut que nous attirions les aarakocras. Et que nous nous rendions sympathiques à leur endroit…
    - Mais quel naïf tu fais*! Rien ne dit que les aarakocras seront attirés par la divine musique, aussi talentueuse soit Sylveneige*! J’ai une bien meilleure idée. Ecoutez…

    Et Seroaunk exposa son idée. Une idée pas bête du tout, qui s’appuyait sur le fait que deux elfes étaient parmi eux, qu’un orc était forcément un affreux méchant patibulaire, bref une idée qui s’appuyait sur les pires des clichés.

  28. #58
    Date d'inscription
    January 2012
    Localisation
    Paris
    Messages 
    3 848
    Un temps plus tard, des cris déchirants perçaient dans la nuit.

    - Au secours*! Au secours*!

    Kellynn y ajouta les étranges roucoulements et sifflements propres à la langue aarakocranes, sur un ton particulièrement désespéré.

    Ce fut tout d’abord Lumi, étonné, qui arriva. Puis un aarakocra méfiant atterrit avec précaution, torche en main. Il sembla soulagé de voir les deux elfes. Attachés aussi bien que les meilleurs saucissons, un foulard sur la bouche – foulard qui avait fort opportunément glissé, leur permettant d’alerter – les deux elfes faisaient piètre figure.


    - Nous avons été pris à partie par un humain et un orc, qui nous ont menacé de prendre notre enfant… Vous l’avez sauvé, dites, il est vivant*?

    Kellynn traduisait au fur et à mesure les propos de Sylveneige.
    La réponse vint, satisfaisante. Oui, l’enfant allait très bien, oui deux aarakocras s’étaient doutés qu’il était en danger.
    Sylveneige était quelque peu sidérée de l’imbécilité des deux jeunes aarakocras, elle l’était également de la propension des autres aarakocras à ne pas douter des idiots de leur espèce. Elle souffla à Kellynn*:


    - Dis, tu pourrais leur demander pourquoi ils ont accepté aussi vite l’idée que Tirigh était en danger, tout simplement en suivant l’avis de crétins mal finis…
    - Oui, si tu veux gâcher nos chances de le revoir, je fais ça tout de suite.
    - Euh… Ah… Ben non, finalement…

    L’aarakocra libéra les deux elfes et demanda des explications dans sa langue, qu’il obtint de Kellynn. Ces explications, bien que peu précises, semblèrent le satisfaire et il proposa de ramener Tirigh, ce qui fut accepté bien sûr avec enthousiasme. L’aarakocra repartit enfin, promettant de ramener l’enfant.

    - Lumi, reste ici mon beau… Dis, Kellynn, combien de temps dirais-tu que Seroaunk puisse rester caché sans avoir envie de massacrer tous les aarakocras du monde*?

    Ils rirent. Eldurvellir, dissimulé dans les buissons aux côtés du guerrier orc, dut le retenir pour que ce dernier n’aille pas tout gâcher.


    - Chut*! c’est ton idée, elle a l’air de marcher, alors du calme*!
    - Ils reviennent*! Avec Tirigh*! Bon, on sort, on massacre.
    - Non, sinon les autres vont arriver. On ne sait pas combien ils sont…
    - Eldurvellir, tu as moins de courage qu’un bébé*!
    - C’est ça. J’ai un peu plus de cervelle, par contre.

    Une petite troupe d’aarakocras était arrivée. Tirigh fut remis à Sylveneige. Et, bien sûr, tout se gâta. Et même pas par la faute d’un orc énervé.

  29. #59
    Date d'inscription
    January 2012
    Localisation
    Paris
    Messages 
    3 848
    Une petite troupe de hobgobelins avides, probablement attirée par le feu du campement et le ballet des torches, se jeta sur eux.

    Evidemment, quelques elfes et aarakocras, ça ne présentait a priori que peu de danger. Mais un orc rendu furieux par quantité de petites choses vécues comme autant de petites vexations imbéciles, ça, ils ne l’avaient ni prévu ni vu.

    Les hobgobelins eurent à peine le temps d’effleurer Sylveneige d’un coup d’épée mollasson et de toucher deux aarakocras de leurs flèches*: Seroaunk fonça sur eux, en tua deux d’un coup tandis que Kellynn et Sylveneige en touchaient deux autres de leurs flèches précises. Les aarakocras ne furent pas en reste, frappant de leurs bâtons les trois hobgobelins restants.

    Les agresseurs survivants tentèrent bien de fuir, mais le chevalier noir ne leur offrit aucune chance. Il monta sur son destrier et les poursuivit*; on entendit des cris et des râles d’agonie, puis Seroaunk revint au campement, satisfait et de bien meilleure humeur.

    Pendant ce temps, Eldurvellir avait pris l’enfant et l’avait éloigné de la scène du combat.


    - Viens mon Titi, ce n’est pas pour un gentil garçonnet comme toi, tout ça…

    L’enfant s’était blotti contre le mage et tremblait de frayeur. Seroaunk amena son cheval près de lui.


    - Tirigh, occupe-toi de Finsk… Allez, ça t’évitera de pleurer…

    L’apparente rudesse du guerrier orc eut pour effet de tranquilliser Tirigh, qui s’appliqua à caresser les jambes du cheval.
    Un peu plus loin, la discussion semblait âpre.

  30. #60
    Date d'inscription
    January 2012
    Localisation
    Paris
    Messages 
    3 848
    Les aarakocras récriminaient entre eux. Même Kellynn, qui parlait assez bien leur langue, n’arrivait pas à suivre le fil de la dispute. Un des plus grands désignait Eldurvellir en train de prendre soin du garçonnet, une autre plus âgée semblait prendre à partie le couple qui avait enlevé Tirigh. Pour finir, la plus âgée s’avança vers Sylveneige et articula*en langue commune :

    - Pourquoi vous faire semblant de prisonniers*être*? Pourquoi le mensonge*? Vous pas bien dans la tête, crois-je.

    L’autre aarakocra parut lui donner une explication. Seroaunk serra les mâchoires héroïquement. Il prit une décision non moins héroïque. Il avoua.

    - Ça, c’était mon idée.

    L’aarakocra âgée ouvrit de grand yeux.

    - Orc est courageux. Pas malin, mais courageux.

    Le chevalier noir grinça des dents. Tirigh courut vers lui et lui prit la main.

    - Le sseval va bien.
    - Merci, Titi. Je savais que ça te ferait plaisir de t’en occuper.
    - Vi.

    Le petit garçon courut vers les autres chevaux, prêt à les dorloter à leur tour.
    L’aînée des aarakocras se confondit en explication
    s.

    - Vous être bons avec petit elfe. Nous confondant en excuses auprès vos personnes. Vos personnes mieux que Trrrli-trrrl et Kzziout pensent. Désolés nous sommes. Vraiment.
    - Eh bien, nous sommes rassurés de votre décision… Et très heureux que Tirigh soit de nouveau parmi nous*!

    Eldurvellir ne pouvait cacher l’inquiétude qu’il avait ressentie. Seroaunk, quant à lui, était assez pressé de retourner auprès des cadavres qu’il avait laissés un peu plus loin. Il y a toujours de belles gemmes, sur ces crétins d’hobgobelins… Il y a toujours un avantage à massacrer ces types-là*!

    Les aarakocras saluèrent et s’envolèrent. Sylveneige soupira.


    - Tout de même, pouvoir voler… Ce doit être un bonheur sans nom*!
    - Crois-tu*? Peut-être, nous demanderons à Titi*! Il a volé, lui*!

    Seroaunk lança un ordre bref à leur guide*:

    - Kellynn, rends-toi utile, fouille donc ces hobgobelins… Je m’occupe de ceux que j’ai laissés là-bas.
    - Allez-y, Eldurvellir et moi remballons le campement.

    Tous furent bientôt fort occupés, même Tirigh qui aida de son mieux.
    Dernière modification par Féérune ; 24/08/2019 à 09h55.

Page 2 sur 3 PremièrePremière 123 DernièreDernière

Discussions similaires

  1. [EVERLUND] Errance...
    Par Féérune dans le forum Vers Féérune
    Réponses: 19
    Dernier message: 21/03/2019, 17h47
  2. [LUNARGENT] Errance...
    Par Féérune dans le forum Vers Féérune
    Réponses: 21
    Dernier message: 17/01/2019, 18h29
  3. [MITHRAL HALL] Errance...
    Par Féérune dans le forum Vers Féérune
    Réponses: 25
    Dernier message: 16/11/2018, 20h44
  4. [Haute-Forêt] Quête : Racines
    Par Voyageuse dans le forum Vers Féérune
    Réponses: 1788
    Dernier message: 11/11/2014, 11h09
  5. [La Haute Forêt] Quête : Pas très normale activity
    Par Taliesin dans le forum Vers Féérune
    Réponses: 340
    Dernier message: 19/08/2011, 18h54

Les tags pour cette discussion

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •  

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 203 204 205 206 207 208 209 210 211 212 213 214 215 216 217 218 219 220 221 222 223 224 225 226 227 228 229 230 231 232 233 234 235 236 237 238 239 240 241 242 243 244 245 246 247 248 249 250 251 252 253 254 255 256