Page 1 sur 13 12311 ... DernièreDernière
Affichage des résultats 1 à 30 sur 370

Discussion: Quête : les Cimeterres Maléfiques, sur l'océan

  1. #1
    Date d'inscription
    janvier 2012
    Localisation
    Paris
    Messages 
    4 307

    Quête : les Cimeterres Maléfiques, sur l'océan

    Quête : les Cimeterres Maléfiques

    En provenance de : http://www.baldursgateworld.fr/lacou...tml#post362081

    - Oh, c’est trop calme… Mais nous avons encore un peu de temps avant que le temps se lève.

    Jusiané Balmondin souriait.

    - Ma chère Sylveneige, vous allez nous interpréter quelques belles romances, j’espère ! les passagers en seront enchantés et cela les consolera d’avoir quitté la splendide Lumenis.
    - Oh, très volontiers !

    Le temps était doux. Streen et Sylveneige découvrirent avec étonnement que le pont avait été aménagé pour une soirée : de grandes pièces d’étoffe épaisses, curieusement ornées, étaient posées à même le sol, des poufs colorés et de petites tables très élégantes sur lesquelles des pichets étaient posés. Une voile hors d’usage avait été décorée et servait de dais. La toile en avait été teinte de façon extraordinaire, mariant des coloris vifs et insolites.

    - C’est de l’artisanat maztèque ! magnifique, n’est-ce pas ? Denor se montrait enthousiaste. Voyez, cette finesse des motifs, ce choix de couleurs incroyable ! les Maztèques réutilisent les objets abîmés et les transforment en œuvres d’art… Tenez, regardez les poufs et ces petites tables : ils se marient magnifiquement aux coloris de la voile, et pourtant ils viennent de Kara-Tur, à l’autre bout du monde ! c’est la preuve que les arts se rejoignent et s’épousent, quelle que soit leur origine… Sylveneige, quand comptez vous chanter ? en deux séances ce serait bien, je pense ?
    - Oui, idéalement en début de soirée puis à la fin du dîner.
    - C’est parfait ! vous commencerez quand les passagers seront là, d’ici un bon quart d’heure.

    Sylveneige courut chercher ses instruments de musique, puis rejoignit Streen qui s’était accoudé au bastingage.

    - Hé, ça promet d’être bien, ce voyage ! j’espère juste que mes chansons vont plaire… Le public n’est pas celui du Fond de la Barrique ! ah, comme je regrette la patronne, cette demi-ogresse si gentille ! tu ne trouves pas, qu’elle était charmante ?
    Dernière modification par Féérune ; 09/07/2014 à 19h41.

  2. #2
    Date d'inscription
    juin 2006
    Messages 
    2 429
    -Oh moi aussi répondit Streen qui manqua de pouffer. Il est vrai qu’il manque la charmante patrone, la douce et bonne odeur de la taverne qui sent la rose et surtout…le choupinou bien sur. Quel dommage qu’il n’ai pas embarqué. Mais ne t’en fais pas, je suis certain que tu trouveras un soupirant qui ne résistera pas à ta musique et qui va te draguer. Oh pour ca je ne me fais aucun doute.
    Puis il courut en gloussant le long du pont avant que Sylveneige n’ai le temps de l’attraper.
    Ma bio rp est ici

  3. #3
    Date d'inscription
    janvier 2012
    Localisation
    Paris
    Messages 
    4 307
    Sylveneige esquissa un geste vers Streen, puis le laissa courir.

    - Rends-toi ridicule sans moi... Je te rappelle que nous devons travailler et pas faire mumuse. D'ailleurs je crois que le capitaine te fait signe.

    Effectivement Jusiané Balmondin, l'air moins souriant que d'habitude, appelait Streen.

    - Dites, Streen, au lieu de lutiner notre amie, vous allez avoir du travail ! j'ai besoin de serveurs, pour ce soir.

    Un sourire malicieux apparut sur le visage de la rôdeuse.

  4. #4
    Date d'inscription
    juin 2006
    Messages 
    2 429
    Streen fut un peu surpris. Que le capitaine le rappelle à l’ordre soit. Qu’il transporte des marchandises d’un endroit à un autre sur le bateau , passe encore. Mais pourquoi faire le serveur ? Ce n’était ni dans le contrat ni dans ses compétences. Mais au moins, ce serait moins fatigant que de transporter des caisses ou des bagages. D’un sourire, il se dirigea vers le capitaine. Pas question de refuser, il n’avait absolument aucune envie de se mêler aux spectateurs tous proches de la noblesse. Mieux valait se limiter à servir les personnes sans les côtoyer. Au final, leurs facéties seraient plus supportables.
    Ma bio rp est ici

  5. #5
    Date d'inscription
    janvier 2012
    Localisation
    Paris
    Messages 
    4 307
    - Tenez, vous apporterez les amuse-gueule et les plats. Aucun risque, ils sont parfaitement protégés, leur couvercle est fixé. Et vous ne porterez pas les boissons, j’ai un mousse qui fait cela parfaitement bien… Il a le pied marin ! Sylveneige, pouvez-vous commencer à jouer de la harpe ? Cela mettra une ambiance… Un petit air gai !

    Sylveneige s’installa sur le pouf que lui désignait le capitaine, un peu sur le côté, et entama un air joyeux. Streen descendit chercher les plats, guidé par un Denor Roolalah très en verve.

    - Ah mon cher Streen, nous avons du beau monde ! le capitaine adore. Une belle soirée, pour consoler nos passagers d’avoir quitté la gaieté luménienne… Après tout, la guerre est loin ! et bientôt finie, je pense… Melandis sera écrasée, au mieux, au pire acceptera la paix. Je suis confiant, voyez-vous…

    Les mets, dans de curieux plats à couvercle qui s’attachaient verticalement les uns aux autres, furent installés dans les bras de Streen.

    - Petit Pierret ! tu vas guider Streen, lui servir de parade. S’il trébuche, tu retiens les plats. Mais l’océan est calme, donc vous ne devriez pas avoir de souci. Je remonte… Orlonin, tu es en charge des boissons. Ordre du capitaine.
    - Oui, messire Roolalah ! c’est parti !

    Le mousse fila, avec une quantité impressionnante de bouteilles dans les bras et un tire-bouchon dans chaque poche. Streen remonta avec précaution, ne trébucha pas. Mais le petit Pierret lui fut indispensable : avec cinq énormes plats superposés, il ne voyait absolument rien devant lui.

    Jusiané Balmondin accueillait les riches passagers, un immense sourire aux lèvres. La soirée fut très réussie, malgré la fraîcheur. On envoya Streen chercher des fourrures, Sylveneige reçut une belle couverture maztèque que l’armateur drapa artistement autour d’elle alors qu’elle chantait.

    - On ne peut pas permettre à notre artiste de prendre froid !
    Dernière modification par Féérune ; 04/01/2019 à 18h37.

  6. #6
    Date d'inscription
    juin 2006
    Messages 
    2 429
    Tout le long de la soirée, Streen avait serré les dents. Servir les plats, ce n’était pas son truc. A plusieurs reprises, il avait manqué de trébucher. Non pas à cause du poids mais parce qu’il ne voyait rien. Il n’était pas à son avantage dans ces conditions. Le comble venait de la suite du programme. Il en était resté mortifié tellement que cela le choquait. Bénéficier de fourrure pour ne pas avoir froid ? Et sa compagne qui en bénéficiait en plus ? Mais quelle bande de petites natures sur ce navire. Voilà bien une mentalité de noble qu’il haïssait par-dessus tout. Très bien, qu’ils en bénéficient. Lui il n’en aurait pas pour montrer qu’il n’adhérait pas à ce principe non mais…et en plus, il n’avait rien entendu concernant la voix de Sylveneige. Mais tant pis, il lui dirait que c’était très bien. Il jouerait l’hypocrite. Elle n’apprécierait pas si il disait le contraire. A ce propos, elle s’était trouvée un amoureux à qui draguer pour la soirée ?
    Dernière modification par Streen ; 10/07/2014 à 22h35.
    Ma bio rp est ici

  7. #7
    Date d'inscription
    janvier 2012
    Localisation
    Paris
    Messages 
    4 307
    A plusieurs reprises, Sylveneige tenta de souffler à Streen qu'il n'était pas utile de porter si haut les plats au risque de les poser sur les genoux des gens au lieu de les mettre sur les tables basses... Peine perdue. Evidemment, porter les plats superposés était assez périlleux, mais les servir un par un en continuant à les tenir à hauteur d'yeux était simplement ridicule. A moins que Streen masque ainsi une crise de rire... Mais le connaissant, Sylveneige savait pertinemment qu'il masquait son air désapprobateur. Nom d'un kobold, quand parviendra t-il à prendre les choses comme elles viennent, sans juger les gens ? La rôdeuse désespérait de ce petit côté rigide, qui risquait de finir par leur poser problème. Je devrais lui en parler, songea t-elle, sinon il va se faire asticoter, tant par le capitaine que par les marins.

    Enfin elle décida de se concentrer uniquement sur sa prestation. Malgré sa concentration, la jeune barde fut heureuse quand l'armateur posa sur ses épaules une couverture chaude et soyeuse. Assise, elle sentait la fraîcheur vespérale un peu plus qu'elle ne l'aurait souhaité.

    Le succès fut au rendez-vous. Les applaudissements furent nourris et Sylveneige, mise en confiance par l'enthousiasme de son public, put manger sans avoir l'estomac noué. Le trac ! quel sale truc, le trac ! heureusement un des passagers, un homme d'âge mûr au charme indiscutable, la couvait du regard. Ainsi encouragée, elle chanta avec beaucoup de conviction les ballades romantiques les plus célèbres. Et pourtant, ce sont des scies impossibles, pour la quasi-totalité ! pensa t-elle.

    A la fin du dîner des boissons chaudes furent servies. Sylveneige chanta encore un peu, sous le regard fasciné de l'homme charmant qui la couvait des yeux. Aïe donc ! Streen va encore la ramener, sûr ! bon, autant que ce soit pour quelque chose... La rôdeuse lança un sourire immense vers le passager conquis.
    Dernière modification par Féérune ; 11/07/2014 à 19h27.

  8. #8
    Date d'inscription
    juin 2006
    Messages 
    2 429
    Streen n’avait pas manqué le numéro de charme que Sylveneige faisait à un homme. Comme d’habitude, elle draguait. Qui sait, peut-être que cet homme allait remplacer le choupinou. Et bien entendu, il avait mordu à l’hameçon. Oh l’homme bien entendu était charmant, peut-être même plus que Streen. Ce qui l’étonnait davantage, c’était l’âge mûr de celui-ci. Il poussa à nouveau un soupir que personne n’entendit heureusement. Tant qu’elle y était, elle n’avait qu’à déloger Streen de la chambre pour y mettre cet homme. Comprenant qu’il s’était trop attardé sur cette vision, il reprit péniblement son service mais néanmoins stoïque. Streen se garda d’intervenir. Elle avait pour rôle de chanter et il était hors de question que Streen l’interrompt sous peine de risquer de s’attirer les foudres des marins et du capitaine. De toute façon, il devait servir les plats et les boissons pour ceux qui avaient encore faim ainsi que débarrasser les autres.
    Ma bio rp est ici

  9. #9
    Date d'inscription
    janvier 2012
    Localisation
    Paris
    Messages 
    4 307
    A la fin de la soirée, l’homme vint parler à Sylveneige.

    - Chère jeune barde, vous êtes une musicienne prometteuse ! très prometteuse. Je me présente : Han Deh Ki’an, je viens de très loin… Mon métier est assez particulier, je recrute des bardes pour la bonne société, ou plus exactement je mets en rapport des musiciens et leurs employeurs. Je ne traite qu’avec de très bons artistes. Pour tout vous avouer, vous m’intéressez beaucoup… Je sens que vous êtes sur le chemin du succès, vous avez du talent. Mais il vous faut encore travailler, trouver votre véritable voie.

    Han Deh Ki’an prit Sylveneige par la taille, dans un geste familier – mais que l’elfe trouva délicieux.

    - Quel est votre nom, charmante artiste ?
    - Sylveneige, messire.
    - Eh bien, Sylveneige, travaillez ! dans la direction créatrice qui vous sied, non dans la redite de ballades surannées… J’écouterais avec plaisir votre vrai répertoire, si vous avez un.
    - Oui, bien sûr, mais je débute dans la composition.
    - Si vous avez quelques chansons prêtes, chantez-les à la prochaine soirée… Vous ferez un heureux ! et probablement plusieurs !

    Le capitaine arriva vers eux.

    - Messire Deh Ki’an, j’ose espérer que la soirée vous a plu !
    - Parfaitement, capitaine Balmondin, j’ai beaucoup apprécié votre barde. Je lui disais qu’entendre ses propres compositions m’agréérait beaucoup…
    - Alors ce sera fait ! Sylveneige, nous comptons sur votre talent !

    L’elfe, frémissante d’excitation, remercia vivement. Han Deh Ki’an lui prit les mains avec ferveur, les serra et lui lança un regard éloquent.
    Streen, qui avait fini son service, avait regardé la scène.

  10. #10
    Date d'inscription
    juin 2006
    Messages 
    2 429
    Alors que Streen achevait de débarrasser et de nettoyer les tables et que les passagers quittaient le pont, il jeta à plusieurs reprises un œil sur Sylveneige. N’ayant pas entendu l’échange, il eut un frémissement lorsqu’il vit l’homme lui prendre les mains. Cela dit, il s’y attendait. Il avait aperçu qu’il la dévorait du regard. Et bien entendu, celle-ci se laissait faire. Etait elle si volage pour changer d’un moment à un autre d’amoureux ? Et le capitaine qui semblait en plus approuver cette relation. Mais si elle agissait ainsi, c’était toutefois son libre choix. Il ne pouvait pas l’en blâmer de préférer un homme plus charmant que lui. Lorsqu’il vit que toutes les tables étaient nettoyées, il fut soulagé. Il ne pouvait pas rester ici une minute de plus. Sans un mot ni même un regard de plus, il s’en alla dans leur cabine tout en se demandant si il allait passer la nuit à l’intérieur ou si Sylvenegie allait le remplacer par cet homme.


    HRP : Streen a-t-il entendu l’échange ou seulement visualisé la scène ? J’en ai déduit qu’il a simplement visualisé. Envoie moi un mp si ca ne convient pas. N’oublie pas que je pars maintenant et que je ne rentre que lundi. Ce que j’ai écrit ne sont que les pensées de Streen, pas la réalité.
    Ma bio rp est ici

  11. #11
    Date d'inscription
    janvier 2012
    Localisation
    Paris
    Messages 
    4 307
    Le petit mousse Perret rejoignit Sylveneige alors que Han Deh Ki’an s’éloignait avec un geste d’adieu.

    - Dame, messire Roolalah vous fait porter ceci, pour vous et votre ami qui a servi pendant la soirée.
    - Merci, Perret.

    La rôdeuse prit le plat que le mousse portait avec difficulté. Sous son bras, il avait calé un cruchon de bière, qu’il reprit prudemment à la main. Tous deux descendirent à la cabine et Sylveneige tambourina joyeusement à la porte.


    - Ouvre donc, messire Streen ! ton dîner est servi !

  12. #12
    Date d'inscription
    juin 2006
    Messages 
    2 429
    Ouf, Streen avait eu chaud. Il n’avait pas eu besoin de côtoyer un de ces nobles qu’il trouvait méprisable. Le capitaine occupé à discuter avec Sylveneige et son soupirant l’avait laissé partir. Arrivé dans leur cabine, il se laissa tomber sur le lit et sombra directement dans les limbes du sommeil.

    Il se réveilla en sursaut en entendant une voix féminine. Quoi ? il était déjà le matin ? Il fallait se remettre au travail ? En examinant, sa tenue, il réalisa qu’il avait gardé la même que hier soir sans prendre le temps de la changer pour dormir. S’il avait reconnu la voix de sa compagne, il n’avait rien capté de ses propos ? Tiens pourquoi était-elle dehors alors qu’il suffisait de rentrer pour le réveiller ? Il y a quelque chose qui échappait à Streen. Oh quel mal de tête il avait ? Et puis que s’était-il passé hier soir ? Pourquoi ne voyait il pas la lumière du jour qui aurait pourtant dû le réveiller. Ce fut donc un Streen aux yeux fatigués et marchant comme un zombie que Sylveneige vit lorsqu’il ouvrit la porte.
    Ma bio rp est ici

  13. #13
    Date d'inscription
    janvier 2012
    Localisation
    Paris
    Messages 
    4 307
    - Alors, Streenounet ? on n'ouvre plus à son amie de cœur ?

    Rapidement le petit Pierret posa le cruchon de bière au sol, puis installa la table et Sylveneige y plaça le plat. Des gobelets jaillirent des poches du garçon, qui tarda à repartir.

    - Un souci, Pierret ?
    - Oh... Je... S'il y a assez, pourrais-je en avoir un peu ? à cette heure, les autres ne m'auront rien laissé...
    - Oui, bien sûr... D'autant plus que moi, je suis tellement excitée que je n'ai plus vraiment faim.

    Cela, c'était tout à fait étonnant. Mais bon, après tout, on était à bord d'un bateau.
    Dernière modification par Féérune ; 04/01/2019 à 18h42.

  14. #14
    Date d'inscription
    juin 2006
    Messages 
    2 429
    Streen se frotta les yeux durant tout l’échange. Il n’avait rien suivi, tant il tardait à se réveiller. Néanmoins, ses pensées n’étaient pas très encore claires. Lorsqu’il vit le plateau avec le cruchon de bière, il s’étira bruyamment et lui demanda :
    -Hum, bien dormi Sylveneige ? Oh c’est trop mignon, tu m’apportes le petit déjeuner ?
    Il se palpa le corps jusqu’à froncer les sourcils comme s’il avait remarqué quelque chose d’anormal.
    -heu mais qu’est ce que… ? C’est étonnant, je n’ai pas très faim on dirait. Et j’ai encore sommeil.
    Ma bio rp est ici

  15. #15
    Date d'inscription
    janvier 2012
    Localisation
    Paris
    Messages 
    4 307
    Devant ce qui ressemblait bien à une morgue de la pire espèce, Sylveneige éclata.

    - Quoi ? QUOI ? on s'escrime à porter à Messire Streen un des meilleurs plats servis aux passagers de marque, alors qu'il ne devrait avoir que le brouet des matelots ; on fait servir Messire Streen par un petit mousse qui devrait déjà dormir, le pauvre ! sans compter qu'on est obligé de travailler à bord, pourquoi, hein ? pourquoi ? POURQUOI ? pour payer son voyage, parce que Messire Streen ne pouvait pas aller chercher son argent ; parce qu'il faut TOUJOURS QUE MESSIRE STREEN SE SINGULARISE ! HA !

    Le petit Pierret avait discrètement attrapé dans le plat ouvert une cuisse de poulet, qu'il suçotait timidement, effrayé par la colère de la barde. Hé oui, ça bardait. Tant et si bien que la porte de la cabine s'ouvrit après un toc-toc que ni Streen ni Sylveneige n'entendirent.

    - Dites, mes petits agneaux, vous n'allez pas me faire regretter de vous avoir pris à bord ! on ne peut pas dormir ! et demain - ah, c'est déjà demain - on se lève tôt ! c'est un bateau, ici, hein ! la fête, on l'arrête à minuit ! on n'est pas chez Kas-Thel. Alors vous allez faire plaisir à votre capitaine chéri, vous allez dormir ! et ne criez plus, Sylveneige, ou vous n'aurez plus de voix...

    Jusiané Balmondin aperçut le mousse qui tentait de se cacher derrière un des coffres.


    - Petit Pierret ! allez, file ! prends un morceau de pain, tu mangeras mieux demain. Allez, ouste.

    Se tournant vers Streen, il ajouta :

    - Ces mousses, il faut les tenir, sinon on n'en obtient plus rien.
    Dernière modification par Féérune ; 04/01/2019 à 18h43.

  16. #16
    Date d'inscription
    juin 2006
    Messages 
    2 429
    Streen parut totalement déboussolé. Il entendit Sylveneige qui s’énervait, le capitaine qui les rappelait à l’ordre mais il était encore dans un état comateux et n’entendit que d’une oreille tout ce qui se disait. Lorsqu’il eut l’occasion de parler, il répondit d’une voix distraite au capitaine :
    -Heu…oui.
    Il jeta un œil dans la pièce comme s’il avait perdu quelque chose avant de reprendre :
    -Vous avez raison capitaine, il est temps de dormir.
    Il s’affala de nouveau sur son lit avant de dire à Sylveneige :
    -Quant à toi, tu ferais effectivement mieux d’arrêter de crier ou sinon tu n’auras plus de voix. Ca serait dommage, plus de succès, plus de possibilité de draguer.
    Il songea à présent à fermer les yeux. « Ne ris pas surtout Streen, ne ris surtout pas » pensa t’il. Alors que Sylveneige avait passé sa soirée à draguer un type, il trouva amusant de retourner la situation pour la rendre plus cocasse.
    Ma bio rp est ici

  17. #17
    Date d'inscription
    janvier 2012
    Localisation
    Paris
    Messages 
    4 307
    Sylveneige leva un regard contrit vers le capitaine.

    - Streen a raison… Je vous prie de m’excuser, capitaine, ça ne se reproduira pas.
    - Bon… Parce que vous débarquer à la première escale, ça me désolerait… Vous avez beaucoup plu, ma chérie, ce soir ! beaucoup ! Han Deh Ki’an a été enchanté, vraiment ! enfin, nous reparlerons de cela demain. Bonne nuit.

    Jusiané Balmondin sortit avec sa distinction habituelle.

    Sylveneige, prononça avec lenteur, d’un ton doucereux :

    - Désolée, Streen… Vraiment… Vraiment vraiment vraiment. Je vais te laisser dormir, et aller partager ceci avec le petit Perret ; le gamin meurt de faim, pas question qu’il attende demain pour manger. Contrairement à certain sire de ma connaissance.

    La rôdeuse ferma le plat. Ouvrit la porte de la cabine. Cala le cruchon de bière sous son bras. Prit le plat. Sortit et repoussa la porte du pied. En avant vers le petit recoin où les mousses avaient une minuscule cabine sans porte, munie de hamacs.

  18. #18
    Date d'inscription
    juin 2006
    Messages 
    2 429
    Streen avait adressé un sourire à sa compagne.
    -Je suis désolé aussi murmura t’il comme s’il était près de l’état comateux, mais je suis épuisé et je n’ai pas très faim. Profite bien de ton repas.
    Lorsqu’elle fut partie, il sombra dans l’inconscient jusqu’à ce qu’il soit réveillé le lendemain.
    Ma bio rp est ici

  19. #19
    Date d'inscription
    janvier 2012
    Localisation
    Paris
    Messages 
    4 307
    Sylveneige n'avait pas entendu pas ce que Streen avait dit, un Streen apparemment trop fatigué pour avoir une parole sensée.

    Elle trouva un hamac du côté des matelots et put l'installer dans la cabine des mousses, où elle dormit plus confortablement qu'elle ne l'aurait espéré.

    Le lendemain, les mousses eurent du mal à se lever et se firent un peu secouer. Sylveneige bondit hors de son hamac et courut jusqu'à la cabine de Streen.

    Mais soudain, des cris s'élevèrent de tout le bateau : une vague immense s'était matérialisée à faible distance du navire.

  20. #20
    Date d'inscription
    juin 2006
    Messages 
    2 429
    Streen s’était réveillé en pleine forme. Il avait passé la nuit comme un loir. Alors qu’il s’habilla et se prépara pour affronter une nouvelle journée, il remarqua que sa compagne était absente. Tiens, s’était-elle donc réveillée avant lui ? Il haussa les épaules, sachant qu’il avait plus important à faire. Lorsqu’il sortit, il entendit des cris provenant de l’extérieur. Que se passait-il ? Pourquoi un tel affolement ? Il se précipita sur le pont en un temps record sans faire attention à qui il pourrait croiser et remarqua une vague gigantesque matérialisée à faible distance du navire. Il fut statufié devant cette vision à la fois d’horreur mais aussi grandiose.
    -Seigneur, murmura t’il. Seul un miracle peut nous sauver.
    En temps normal, Streen aurait dû comme tout être sensé s’accrocher à quelque chose mais la situation ainsi que les cris des passagers et des marins ne l’aidaient pas à se concentrer ni réfléchir. Il resta immobile tel une statue, incapable de faire le moindre geste.
    Ma bio rp est ici

  21. #21
    Date d'inscription
    janvier 2012
    Localisation
    Paris
    Messages 
    4 307
    Sylveneige aperçut Streen, figé devant l'immense vague. Nous allons mourir, pensa t-elle. Les mousses, terrifiés, s'étaient réfugiés vers Dame Tiercinet, dont la rondeur inspirait immédiatement confiance. Les larmes aux yeux, elle murmura :

    - Courage, mes pauvres petits...

    Le temps parut s'éterniser. Sylveneige et Streen regardaient, ébahis, la vague immense et menaçante, figée tel un mur.
    Dernière modification par Féérune ; 18/07/2014 à 17h56.

  22. #22
    Date d'inscription
    juin 2006
    Messages 
    2 429
    Ils allaient mourir, submergés par la vague. Durant un instant, il se demanda comment le capitaine n’avait pas envisagé cette possibilité, n’avait pas évalué le moindre risque alors qu’ils transportaient des passagers de renommée. La mort ne le gênait pas. Il aurait du mourir lorsqu’il s’était jeté dans la faille. Il aurait dû mourir lorsqu’il s’est lancé à la poursuite des deux frères pour récupérer les cimeterres. Simplement, il trouvait stupide de mourir à cause d’un simple vague qui aurait pu être évité si le capitaine t son équipage avait anticipé ce risque ou prévu des précautions. Il aurait été un puissant magicien, il aurait pu tenter quelque chose pour les sauver mais ce n’était malheureusement pas le cas. Il décida de fermer les yeux et d’attendre la catastrophe le submerger. Au moins s’il mourrait, ce ne serait pas dans la panique mais dans le calme.
    Dernière modification par Streen ; 18/07/2014 à 22h54.
    Ma bio rp est ici

  23. #23
    Date d'inscription
    janvier 2012
    Localisation
    Paris
    Messages 
    4 307
    [HRP : nickel]

    Le temps s'était arrêté, ou le temps avant la mort s'étirait-il à n'en plus finir ? Les marins eurent le temps de courir vers les voiles pour les orienter, répondant aux ordres brefs et précis de Jusiané Balmondin. Le capitaine avait bondi à la barre et modifiait souplement la direction de la Ravissante. Le navire partit légèrement en biais, puis recula trois-quarts face à la vague scélérate.


    - Accrochez-vous ! tous !
    - Oh ! murmura Sylveneige, mais c'est trop tard...

    Quelqu'un lui saisit la main, mais elle se dégagea doucement. Fascinée, elle fixait la vague immobile. Puis elle se tourna lentement et son regard tomba sur Denor Roolalah : très concentré, ce dernier était en train de lancer un sort.

    Denor Roolalah souffle de Dhulark vague scélérate

    Le sort changea la nature de la partie la plus proche de la vague. Un mur de verre était apparu en lieu et place du mur d'eau. Passagers et marins s'accrochèrent fermement au bastingage ou aux mâts. Prêts au pire.

    La vague déferla enfin, tronquée par le mur de verre, en deux parties d'eau gigantesques qui retombèrent de chaque côté de la Ravissante. Le tangage fut épouvantable, les passagers crièrent de plus belle, et enfin un roulis rassurant reprit possession du navire. La Ravissante, sous les actions conjointes de Jusiané Balmondin et Denor Roolalah, était sauvée.
    Dernière modification par Féérune ; 20/07/2014 à 15h17.

  24. #24
    Date d'inscription
    juin 2006
    Messages 
    2 429
    Streen n’avait cessé de fermer les yeux et d’attendre sa fin insensible aux cris et sourd aux paroles. Néanmoins le tangage le ramena à la réalité. Il ne s’était pas accroché à un quelconque accessoire. Il fut projeté plusieurs mètres à l’arrière mais sa course s’arrêta face à un obstacle. Les yeux ouverts, il se demanda s’il était mort. Mais lorsqu’il leva la tête, il réalisa qu’il était sur le navire. Il ne savait pas ce qu’il s’était passé mais le navire était toujours indemne. Il regarda autour de lui avant de demander :
    -Mais par quel miracle sommes nous… ?
    Néanmoins, il se ravisa et déclara :
    -Bah ce n’est pas important. L’essentiel est que l’on s’en soit sorti.
    Ma bio rp est ici

  25. #25
    Date d'inscription
    janvier 2012
    Localisation
    Paris
    Messages 
    4 307
    Ce fut un hourra général. Les passagers n'avaient que peu souffert de l'événement. Tous portaient quelques traces d'écorchures, les deux mousses avaient été protégés par Dame Tiercinet et étaient indemnes. Dame Tiercinet elle-même avait le poignet gauche foulé, Denor Roolalah l'arcade sourcilière droite éclatée. Sylveneige avait failli être projetée par dessus-bord, mais avait été rattrapée à temps par Han Deh Ki'an qui la tenait encore serrée contre lui. Regardant autour d'elle, la rôdeuse aperçut enfin Streen. Il était couvert de sang.

    - Streen ! Streen est blessé !

    La voile avait retenu le jeune aventurier, l'empêchant d'aller se fracasser la tête sur la chaîne épaisse de l'ancre, à la poupe du navire ; mais le tissu glissa, dérivant prestement sa chute sur le bastingage, sur un épais cordage. Sa joue et son front ripèrent violemment, laissant une marque rouge. Le sang coula, sans même que Streen, dans l'excitation et les cris, ne se rende compte de rien.

    - Le sort va se dissiper, cramponnez-vous !

    Le mur de verre avait tenu les quelques secondes suffisantes pour sortir d'affaire le navire. Il éclata sous la violence des flots. Fort heureusement, les débris de verre redevinrent de l'eau et ne firent que retomber en grosses gouttes de pluie.
    Dernière modification par Féérune ; 24/07/2018 à 20h38.

  26. #26
    Date d'inscription
    juin 2006
    Messages 
    2 429
    Streen crut mal comprendre lorsque Sylveneige parla de lui mais les estafilades provoquant une marque pourpre sur le sol finirent par lui faire comprendre que ce n’était guère une plaisanterie. Il se palpa le visage et s’aperçut que son front et ses joues étaient en sang et le sang coulait à une vitesse fulgurante. Soulagé d’être vivant, il n’avait pas ressenti la douleur et il ignorait même qu’il était blessé. Après un évènement proche de la catastrophe, il n’avait pas besoin de ca. Paniqué, il tenta de se libérer pour agir mais dans la panique, il s’était empêtré les jambes dans le cordage. Plus il se déchainait pour pouvoir en sortir, plus il s’emmêlait. Il s’était d’abord empêtré les pieds puis les jambes n’avaient pas tardé à suivre alors que le sang continuait à couler. Streen épuisé ne put agir dans son état. Il voulut crier à l’aide mais sa voix se retrouva noué comme si il avait un chat dans la gorge. Bientôt rester conscient dans son état relèverait du miracle.
    Ma bio rp est ici

  27. #27
    Date d'inscription
    janvier 2012
    Localisation
    Paris
    Messages 
    4 307
    Sylveneige fut partagée entre l'anxiété et une irrépressible envie de rire. Bien sûr, l'envie de rire l'emporta. C'est tout de même insensé qu'un costaud pareil trouve le moyen de se prendre systématiquement les pieds dans tous les tapis qui traînent, pensa t-elle. Et naturellement, l'idée d'un magasin de tapis fréquenté par Streen éveilla des images absolument comiques, drôles, marrantes, à mourir de rire.
    Pendant que dame Tiercinet - qui avait un cœur aussi généreux que sa personne - se précipitait vers le jeune demi-elfe, il faut bien admettre que Sylveneige se roulait par terre incapable de s'arrêter de rire. Han Deh Ki'an tentait avec difficulté de la calmer.


    - Je crois bien que nous avons ici une crise de nerfs... Dame Tiercinet, est-il blessé gravement, ce Streen ?
    - Je ne suis pas sûre... on dirait qu'il va tourner de l'œil ! allons, mon garçon, revenez donc à vous !

    Dame Tiercinet prit son mouchoir trempé d'eau de mer, le serra pour l'essorer, puis débarbouilla le visage de Streen avec doigté.

    - Non, la blessure est peu profonde, mais sa surface est suffisamment importante pour risquer une infection. Oh Lathandre ! il s'est évanoui !

    Les blessés furent pris en charge avec diligence. Seuls Streen et Sylveneige parurent étrangement affectés, l'une riant à en perdre l'esprit, l'autre persuadé d'être à l'article de la mort. Le capitaine ordonna leur isolement, et ils passèrent deux grandes semaines enfermés dans leur cabine, où on leur apporta leurs repas et où les quelques clercs parmi les passagers tentèrent de les guérir. Enfin on parvint à persuader un mage assez misanthrope mais plus intelligent que les autres de soigner les deux jeunes gens : ils guérirent, à temps pour voir le spectacle splendide de l'arrivée du navire à Tabaxiland.
    Dernière modification par Féérune ; 22/07/2014 à 22h25.

  28. #28
    Date d'inscription
    juin 2006
    Messages 
    2 429
    Streen avait senti ses forces revenir peu à peu. Après son évanouissement, il s’était déjà senti un peu mieux même s'il était loin d'avoir récupéré ses forces. L'hémorragie avait cessée au moins. De nombreux clercs incompétents passèrent à leur chevet sans succès. Il fallut attendre l'arrivée d'un mage étrange pour qu'ils reprennent des forces . Lorsqu’il fut totalement rétabli, il sortit de sa cabine et vit qu’ils approchaient une côte. Une île, il devait s’agir d’une île. Comment se nommait elle déjà ? Tabaxiland si sa mémoire était bonne. Streen était curieux de connaître la culture il allait rencontrer même s’il allait principalement décharger des caisses.
    Dernière modification par Streen ; 22/07/2014 à 22h42.
    Ma bio rp est ici

  29. #29
    Date d'inscription
    janvier 2012
    Localisation
    Paris
    Messages 
    4 307
    La magnifique côte apparaissait, mêlant les ors du soleil aux bleus turquoise de la rive. Quelques rochers épars, d'une rousseur flamboyante, agrémentaient les plages de sable blond. Un grand port s'ornait de navires colorés, petits ou grands, tous majestueux. Enfin, même de loin on sentait l'esprit d'une foule extraordinaire, sa gaieté, sa passion de la vie.

    La Ravissante, habilement dirigée, entra parmi les clameurs de la foule. On distinguait le cri joyeux, cent fois repris : "Tabaxi si ! ", mots d'accueil enjoués, chaleureux, qui finirent pas être repris avec enthousiasme par l'équipage, même par quelques passagers transportés par la joie de vivre du pays.

  30. #30
    Date d'inscription
    juin 2006
    Messages 
    2 429
    C’était trop beau pour être vrai. De là où il était, il voyait de nombreux navire majestueux et une foule qui s’apprêtait à leur réserver un acceuil royal. Streen qui n’aimait pas trop les imprévius fut agréablement surpris. Son moral remonta et se laissa aller à la bonne humeur. Il cria à son tour :
    -Tabaxi si ! même s’il n’en connaissait pas e sens exact.
    Enfin il fit un saut puis retomba sur le pont le poing en avant.

    -Banzaiiiiiiiiiii !!!!!!!
    Pas de doute. il avait déjà envie de descendre à terre:
    -Hé capitaine, on débarque quelles caisses?
    Ma bio rp est ici

Page 1 sur 13 12311 ... DernièreDernière

Discussions similaires

  1. [BG1] Cimeterres, quelle compétence ?
    Par Keliah dans le forum La Taverne de Château-Suif (Baldur's Gate 1)
    Réponses: 7
    Dernier message: 02/02/2008, 12h32
  2. [QUETE] Quête d'admission
    Par Eldora dans le forum Les archives des quêtes de Melandis
    Réponses: 1
    Dernier message: 09/06/2005, 17h27

Les tags pour cette discussion

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •  

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 203 204 205 206 207 208 209 210 211 212 213 214 215 216 217 218 219 220 221 222 223 224 225 226 227 228 229 230 231 232 233 234 235 236 237 238 239 240 241 242 243 244 245 246 247 248 249 250 251