Page 9 sur 13 PremièrePremière ... 7891011 ... DernièreDernière
Affichage des résultats 241 à 270 sur 370

Discussion: Quête : les Cimeterres Maléfiques, sur l'océan

  1. #241
    Date d'inscription
    juin 2006
    Messages 
    2 489
    Streen s’était réveillé de mauvaise humeur. L’échange qu’il avait eu avec les chevaliers l’avait agacé. Ce fut donc taciturne qu’il prit le petit déjeuner. Seule la remarque de Sylveneige lui fit levers les yeux. Certes il était étrange que les deux chevaliers noirs ne soient pas sortis de leur cabine mais Streen n’allait pas s’en plaindre. Il commençait à être insupporté par ces vils êtres. Il répondit à Sylveneige :
    -Pfffff, ces deux fripouilles ? Qu’ils restent dans leur cabine, je ne vais pas aller les supplier de venir nous rejoindre. Tu ne crois tout de même pas qu’ils vont laisser les cimeterres sans surveillance.
    Ma bio rp est ici

  2. #242
    Date d'inscription
    janvier 2012
    Localisation
    Paris
    Messages 
    4 786
    - Non, non, non. Bien sûr. Enfin, je veux dire : bien sûr que non.

    La rôdeuse se tut, semblant réfléchir intensément.

    - Mais ça vaudrait le coup de vérifier, non ?

    Milien d’Otrante dévisageait pensivement Sylveneige. A-t-elle beaucoup changé depuis son départ d’Evereska ? Elle a plus de vivacité d’esprit, plus de jugeote – mais elle en avait bien peu, voire pas du tout, ça n’a pu que s’améliorer, forcément… Il porta ensuite son regard sur son compagnon Yerr-Ir. Ce dernier était très pâle, triste et ne semblait pas disposé à parler à qui que ce soit. Il mangeait à peine, sans regarder ce qu’il prenait et faillit plusieurs fois se brûler avec son thé trop chaud.

  3. #243
    Date d'inscription
    juin 2006
    Messages 
    2 489
    Streen secoua la tête.
    -Pas question que j’aille vérifier sauf si c’est pour cracher devant leur porte. Ah ben tiens, tu viens de me donner une idée là.
    Puis il garda le silence. Tandis que Milien réfléchissait sur Sylveneige, Streen avala son petit déjeuner et se perdit dans ses pensées. Il ne faisait plus attention à ses compagnons ni au monde extérieur.
    Ma bio rp est ici

  4. #244
    Date d'inscription
    janvier 2012
    Localisation
    Paris
    Messages 
    4 786
    Sylveneige se leva pour aller s'installer à côté de Yerr-Ir.

    - Ne vous inquiétez pas, Streen et moi avons parfois l'air pas malin, mais nous avons des ressources insoupçonnées ! et nous retrouverons ces cimeterres, je vous le promets.
    - Ne promettez rien, de grâce ! je crains le pire, ces chevaliers noirs haïssent Lathandre et tout ce qui s'y rapporte. Pourquoi accepteraient-ils de nous les remettre ? Je ne me fais aucune illusion.
    - Cela ne sert à rien de désespérer, mon cher ami. Sylveneige a une qualité, que Streen partage aussi je pense : elle est tenace et ne s'avoue jamais battue. Ne perdez pas courage, c'est probablement ce qu'attendent nos adversaires.

    Milien regarda autour de lui lentement.

    - Ce que je ne comprends pas, c'est pourquoi Seroaunk et Sombria ne sont toujours pas ici...

  5. #245
    Date d'inscription
    juin 2006
    Messages 
    2 489
    Streen était sorti de ses pensées. Impossible de réfléchir quand deux armes dangereuses étaient entreposées chez des personnes maléfiques.
    -Moi je dis que nous devrions nous méfier d’eux. Une fois qu’ils obtiendront l’échange, ce sera contre nous qu’ils essaieront de se retourner. On ne peut pas leur faire confiance. Gardons nos armes lorsque nous serons à Barbe d’Ulgoth. Mais tant que nous serons sur ce navire, nous ne pourrons rien tenter contre eux. En revanche, une fois que l’on sera sur terre…
    Il se mit à devenir songeur :
    -Oui, je crois avoir ma petite idée. On leur fera payer pour nous avoir subtilisé les cimeterres. Leur corps rejoindront ceux de leur congénère : dans un cercueil au cimeterre. Oui ca pourrait être intéressant.
    Puis sortant de son imagination :
    -Quoi ? Qu’avez-vous dit ? Pourquoi ne sont ils pas ici ? Je n’en sais rien. Mais je ne compte pas les voir. Ils n’ont pas pris le risque de partir à la nage.
    Ma bio rp est ici

  6. #246
    Date d'inscription
    janvier 2012
    Localisation
    Paris
    Messages 
    4 786
    Sylveneige se mit à scruter l’horizon. S’il n’est pas possible de partir à la nage, avec un canot cela reste dangereux mais faisable. Et les chevaliers noirs ne reculent pas devant le danger.

    - Streen, viens, allons tout de même voir où ils sont. Ils ne se nourrissent pas d’amour et d’eau fraîche, ces deux-là, j’ai bien vu qu’ils mangeaient confortablement. Je te dis, il y a quelque chose… Ils devraient vraiment être là. Et s’ils ont mangé dans leur cabine, j’aimerais savoir pourquoi.

    - Oui, je pense que vous avez raison… Il se passe quelque chose et il importe de savoir quoi. Allez-y tous deux.

  7. #247
    Date d'inscription
    juin 2006
    Messages 
    2 489
    Streen fut agacé suite aux remarques de Sylveneige et Milien.
    -Pourquoi suis-je obligé d’y aller ? râla t’il.
    Puis voyant que tout le monde était d’avis pour qu’ils y aillent tous les deux, il décida de partir à la suite de sa compagne.

    -Bon d’accord, je viens mais pas question que je rentre dans leur cabine.
    Ma bio rp est ici

  8. #248
    Date d'inscription
    janvier 2012
    Localisation
    Paris
    Messages 
    4 786
    - Ooooh mais c’est vrai que Messire Streen est tellement occupé ! il a tant à faire à bord du bat…
    - Sylveneige ! tu nargueras ton ami une autre fois ! allez voir où sont les chevaliers noirs, point !

    La rôdeuse maugréa quelques secondes, puis prit la main de Streen et ils descendirent tous deux aux cabines.

    - Streen… Tu ne trouves pas curieux que Frizr non plus… Ah ! Frizr ! comment allez-vous ?
    - Sylveneige, Streen, mes chers amis, je vous en prie ! je vous ai vus frayer avec ces chevaliers noirs ! ne me dites pas qu’ils sont vos amis, ils sont dangereux !
    - Non, chère Frizr, ne vous inquiétez pas ! juste que Milien et Sombria connaissent une même personne, nous avons donc dû être polis le temps de la discussion…
    - Non, ma chère, je sais qu’il y a autre chose… Je voulais vous en parler. J’ai vu hier ce Seroaunk sortir de votre cabine… Comme son amie était malade, j’ai pensé qu’il voulait demander un soin à messire Yerr-Ir, mais il est resté un moment… Je me suis permise de le guetter. Pardonnez-moi. Il est ressorti de la cabine un grand sac à la main, qu’il n’avait pas en entrant, j’en suis certaine. Et savez-vous ? Je suis certaine que ma propre cabine a aussi été visitée. Heureusement rien ne m’a été dérobé.

    Sylveneige eut la grâce de rougir. Elle se mit à tousser violemment.

    - Excusez-moi, les charcuteries étaient poivrées… Je viens de croquer un grain de poivre.

    Elle se reprit.

    - Mais c’est absolument incroyable ! et les cabines ne ferment pas, seulement par le loquet intérieur… C’est pain béni pour un voleur ! heureusement que les coffres ferment, eux !
    - Oui… N’est ce pas ? Enfin ! faites bien attention à vous.

    Dame Garong partit enfin, son petit chien sur les talons.
    Dernière modification par Féérune ; 04/01/2019 à 21h08.

  9. #249
    Date d'inscription
    juin 2006
    Messages 
    2 489
    Streen n’avait dit un mot durant l’échange entre Sylveneige et dame Garond. En revanche, le fait que les deux chevaliers restent cloitrés dans leur cabine lui paraissait incongru.
    -Bon, au moins on sait comment ils se sont emparés des cimeterres. je regrette que l'on aie été trop imprudents. Nous aurions du savoir que des personnes avaient connaissance des cimeterres et chercheraient à s'en emparer. Crois tu néanmoins que ce soit une bonne idée de leur rendre visite? J'ai l'impression que rien qu'en les regardant, ils brûlent d'envie de nous tuer. Et comment dame Garond sait elle qu’ils sont maléfiques ?
    Dernière modification par Streen ; 26/10/2014 à 23h07.
    Ma bio rp est ici

  10. #250
    Date d'inscription
    janvier 2012
    Localisation
    Paris
    Messages 
    4 786
    Sylveneige tourna vers Streen des yeux effarés.

    - Mais enfin, les chevaliers noirs sont par définition voués aux divinités du Mal ! Baine, Cyric, des malfaisants dans ce goût-là, quoi…

    La rôdeuse haussa les épaules.

    - Franchement, je me demande ce que tu as dans la tête, parfois…

    Ils arrivèrent devant la cabine de Seroaunk et Sombria. Sylveneige frappa à la porte. Personne ne répondit. Elle poussa doucement la porte. Rien.

    Rien.

    Couchettes vides, coffre ouvert et vidé de son contenu. Aucun vêtement pendu aux patères. Aucune trace des occupants. Comme si les chevaliers noirs n'avaient jamais occupé la cabine.
    Dernière modification par Féérune ; 27/10/2014 à 20h03.

  11. #251
    Date d'inscription
    juin 2006
    Messages 
    2 489
    -Vraiment? demanda Streen. Alors là tu m'apprends quelque chose. Les chevaliers noirs voués aux divinités du mal, merci pour ce conseil que je savais déja d'ailleurs. Le prochaine fois que je souhaiterais que l'on me prenne pour un idiot, je saurais à qui m'adresser.
    Lorsque Sylveneige ouvrit la porte et qu'ils ne virent rien, Streen reprit:
    -Et voilà, ils sont partis à la nage avec les cimeterres. Ah ca valait le coup de leur faire confiance.
    Il jeta un oeil vers le fond en reprenant:
    -Ou non, je parierais qu'ils sont cachés dans la pièce voisine prêts à nous attaquer.
    Ma bio rp est ici

  12. #252
    Date d'inscription
    janvier 2012
    Localisation
    Paris
    Messages 
    4 786
    - Et ils auraient déménagé tout leur barda ? Pourquoi donc ? Juste pour donner le change ? Enfin, allons voir dans cette « pièce voisine ».

    La pièce en question était plutôt une sorte d’alcôve, l’endroit où Sombria s’était dissimulée pour les attaquer la fois précédente. Un bref coup d’œil suffit à leur apprendre que les chevaliers noirs n’y étaient pas.

    - Bon… Mais partis à la nage en armure, là ça m’étonnerait fort… Il faudrait demander au capitaine s’il ne manque pas un ou deux canots de sauvetage… Mais d’abord, prévenir Milien et Yerr-Ir… Enfin, en fait je ne sais pas… Peut-être faudrait-il mieux que nous cherchions d’abord… Tu en penses quoi, toi ?

    Au pire, si la proposition de Streen était aussi illogique que d’habitude, il suffira de faire exactement le contraire, pensait la rôdeuse non sans quelque bon sens.

  13. #253
    Date d'inscription
    juin 2006
    Messages 
    2 489
    Streen secoua la tête.
    -Non, la dernière fois que nous avons agi seuls, cela nous a couté cher. Séparons-nous en deux. L’un va demander au capitaine s’il manque un ou deux canots tandis que l’autre va en informer d’urgence Milien et Yerr-ir.
    Ma bio rp est ici

  14. #254
    Date d'inscription
    janvier 2012
    Localisation
    Paris
    Messages 
    4 786
    - Heu… Pourquoi ne pas y aller ensemble ? D’abord voir Milien et Yerr-Ir, ensuite pendant que nous commencerons à chercher… Ah non. Tu as raison. En fait, s’ils sont partis à bord de canots, le navire pourra peut-être les rattraper, si nous faisons vite. File voir le capitaine, je vais voir Milien.

    Ils se séparèrent. Sylveneige retourna à la cabine pendant que son ami se dirigeait vers le pont, à la recherche du capitaine.

  15. #255
    Date d'inscription
    juin 2006
    Messages 
    2 489
    Streen ne posa pas davantage de questions. La situation était urgente. Néanmoins, cela ne pouvait fonctionner que si les deux chevaliers n’étaient pas partis depuis longtemps. S’ils avaient filé pendant la nuit, il y avait fort à parier qu’ils ne les retrouveraient jamais. Après tout, ils pouvaient avoir pris n’importe quelle direction. Ce n’était même pas la peine d’y songer sauf si un mage pouvait les localiser. Et puis même s’ils étaient partis, rien n’indiquait que le capitaine accepte de les rechercher. C’était leur droit après tout, ils n’étaient ni esclaves ni prisonniers ni travailleurs. Mais pour le moment, il fallait s’assurer qu’ils étaient encore ici. Il demanda à un matelot où se trouvait le capitaine. Il y avait peut -être un urgence.
    Ma bio rp est ici

  16. #256
    Date d'inscription
    janvier 2012
    Localisation
    Paris
    Messages 
    4 786
    Le matelot, un tout jeune homme, semblait très effrayé.

    - Messire, je vous en prie, je dois aller chercher tout le monde et vous réunir sur le pont. Ordre des chevaliers noirs.

    Le matelot, Andruze, frappa à la porte des cabines et exposa la requête aux passagers. Tous montèrent sur le pont.
    Serouank et Sombria, en armes, s’y trouvaient déjà. Le capitaine aussi, le visage blême.
    Dernière modification par Féérune ; 04/01/2019 à 21h10.

  17. #257
    Date d'inscription
    juin 2006
    Messages 
    2 489
    -Hein quoi ? demanda Streen. Ordre de qui ?
    Il crut mal comprendre mais il ne put en savoir davantage, le matelot était entrain d’ameuter tous les passagers. Que se passait il ? Pourquoi tout le monde se rendait il sur le pont ? Il décida d’y aller lui aussi mais de manière plus prudente. Il vit alors les deux chevaliers noirs qui semblaient menaçants avec leurs armes. Que fabriquaient-ils ? Pourquoi embêtaient-ils les passagers alors que c’était lui, Sylveneige et leurs compagnons qu’ils voulaient ? Il resta en arrière hors de vue des chevaliers noirs. Si une retraite était obligatoire, il devrait tenter sa chance. Où étaient Sylveneige et ses autres compagnons ?
    Ma bio rp est ici

  18. #258
    Date d'inscription
    janvier 2012
    Localisation
    Paris
    Messages 
    4 786
    [HRP : post précédent "Tous montèrent sur le pont", qui inclut aussi Sylveneige, Milien d'Otrante et Yerr-Ir]

    Les deux chevaliers noirs, revêtus de leur armure et armés, étaient impressionnants. Les jeunes enfants les regardaient, yeux écarquillés. Ils commencèrent à pleurer en se serrant contre leurs parents. Les mousses n’en menaient pas large, le plus jeune tremblait. Le capitaine avait l’épée de Serouank appuyée sur son flanc. Sombria prit la parole.

    - Tout le monde est-il bien là ? S’il reste une personne en balade sur le navire, elle ne restera pas en vie longtemps… Soyez donc honnêtes si vous constatez qu’il manque quelqu’un.

    Les passagers regardèrent autour d’eux. Nul ne manquait.


    - Bien. Il est donc temps de vous l’annoncer, ce navire n’ira pas au port prévu. Serouank et moi venons de le réquisitionner pour aller directement à Barbe d’Ulgoth. Vous êtes tous nos prisonniers jusqu’à l’arrivée. Si vous vous comportez normalement, tout ira bien. Si vous tentez de résister, le capitaine sera passé par les armes. Ensuite un des passagers sera tué, au hasard.
    - Nous jouerons cela aux dés, Sombria chérie !
    - Excellente idée ! enfants inclus, je tiens à le préciser. Et une autre rébellion donnera lieu à un nouveau sacrifice… Un matelot et un passager, dont la désignation se jouera également aux dés.

    Sombria regarda les passagers, les toisant d’un air sévère.

    - J’espère que tout le monde a bien compris ?

  19. #259
    Date d'inscription
    juin 2006
    Messages 
    2 489
    HRP : Je sais qu’ils y sont mais Streen les cherche du regard.

    Si au départ Streen cherchait ses compagnons, Seroaunk le tira de ses pensées. Cette fois c’était certain, ils étaient tous prisonniers. Cela ne surprit guère Streen provenant de deux chevaliers noirs. D’un autre coté, ce n’était pas un mal. Plutôt que de poireauter, autant se rendre à destination directement pour voir s’ils respecteront leur pacte ou s’ils les trahiront. Streen ne se voyait pas de partir pour un port différent et de supporter les deux chevaliers noirs pendant le voyage jusqu’à barbe d’Ulgoth. Au moins, il était certain qu’il n’y aurait aucune rébellion à bord du navire. Le problème était maintenant de savoir comment seraient ils tous traités. Pourraient ils continuer leurs affaires sur le navire ? Seraient ils condamnés à rester chacun enfermé dans sa cabine jusqu’à la fin du voyage ? Seuls les chevaliers noirs avaient la réponse à cette question.
    Ma bio rp est ici

  20. #260
    Date d'inscription
    janvier 2012
    Localisation
    Paris
    Messages 
    4 786
    Sylveneige se glissa près de Streen.

    - On ne fait rien… Au fond, ça nous arrange… J’espère que personne ne tent…
    - Silence ! pas de messes basses. Répétez ce que vous venez de dire.

    Sombria avait un caractère impatient et impérieux, propre à la personnalité habituelle des chevaliers noirs. La rôdeuse grimaça et répéta presque docilement :

    - Je disais à Streen que ça nous arrangeait. Et que j’espérais que personne ne refusera votre aimable invitation à rester calme. Surtout que c’est si gentiment dit.
    - La première à qui il arrivera quelque chose si jamais le voyage ne se passait pas parfaitement, je veillerai à ce que ce soit toi, morveuse.

    Sylveneige allait répliquer, mais Milien la retint en la saisissant par le bras.

    - Derniers détails : le capitaine restera sous surveillance constante, de Seroaunk ou de moi-même. Toutes les armes, outils non indispensables et potions seront collectés dans chaque cabine et enfermées dans une des caisses de la cale préalablement vidée de son contenu. Cette caisse sera clouée. Vos biens vous seront restitués à notre arrivée.

    Serouank parla à son tour.


    - Capitaine, à combien de temps estimez-vous l’arrivée à Barbe d’Ulgoth ?
    - Près de trois semaines. Mais nous n’aurons pas assez de vivres pour tenir autant, il ne nous reste que quatre jours pour une première escale à Sundrah, où nous devons ravitailler, puis deux semaines pour arriver à Samarach…
    - Pas d’escale.
    - Mais nous habitons à Sundrah !

    La jeune maman demi-elfe s’affolait.

    - Eh bien vous prendrez un canot ! et vous irez à la rame !

    Les passagers commençaient à s’affoler. Sombria porta la main à son arme.

    - Silence ! des canots seront mis à disposition des passagers obligés de s’arrêter à Sundrah. Il leur sera concédé un matelot pour les aider si nécessaire. En contrepartie, leur or sera confisqué à notre profit. Quant aux vivres, il y aura les denrées qui devaient être débarquées à Sundrah… Et s’il n’y a pas assez, la pêche occupera les désoeuvrés !

    Pendant que Seroaunk tenait le capitaine sous la menace de son arme, Sombria accompagna chaque groupe de passagers dans sa cabine afin de confisquer armes et potions. Ceci prit une bonne heure, mais un calme tendu se maintint.
    Quelques matelots furent chargés, toujours sous la surveillance de Sombria, d’enfermer ce butin dans une caisse, qu’ils clouèrent afin que nul ne puisse y toucher. Enfin les passagers furent priés de reprendre une activité quasi normale.

    Sombria se dirigea vers Streen et Sylveneige.


    - Vous ! vous aiderez les mousses à gérer les vivres. Il s’agit d’inventorier ce qui reste et comment le faire durer jusqu’à Barbe d’Ulgoth. Non que je vous croie particulièrement compétents, mais cela vous tiendra occupés... Ne me remerciez pas.
    Dernière modification par Féérune ; 13/03/2019 à 22h03.

  21. #261
    Date d'inscription
    juin 2006
    Messages 
    2 489
    Ca c’était sur qu’il ne s’en donnerait pas la peine. C’était inutile de le préciser. Evidemment qu’il n’allait pas la remercier. En revanche, c’était mieux que d’être en contact direct avec les chevaliers. Il était évidement que personne n’allait se révolter étant donné que toutes les armes ont été confisqués. Streen se sentait un peu nu sans armes mais dans l’optique où on ne lui rendrait pas, il devrait apprendre à combattre à mains nues. Bon jusqu’à Barbe d’Ulgoth, ce n’était pas vraiment la peine ni le moment. Il espérait que les gens n’aient pas assez d’or et que les chevaliers noirs récoltent un faible butin. Après tout, ce n’était pas des nobles qui se trouvaient à bord mais plutôt des passagers ordinaires. Il haussa les épaules et dit à sa compagne :
    -Bon…je crois que l’on n’a pas le choix.
    Ma bio rp est ici

  22. #262
    Date d'inscription
    janvier 2012
    Localisation
    Paris
    Messages 
    4 786
    Streen et Sylveneige accompagnèrent donc les mousses dans la cale, où ils inventorièrent les caisses de nourriture. Oui, il y aurait assez… Enfin, à condition de se serrer la ceinture ! d’ailleurs, ni les mousses ni les deux amis n’étaient très au fait des quantités nécessaires pour la quarantaine de personnes qui étaient à bord.
    Ils remontèrent sur le pont au bout de deux bonnes heures. Une heure avait suffit à inventorier les denrées, mais une autre heure avait servi surtout à tenter d’élaborer un plan d’évasion. Sans grand succès, comment s’évader d’un navire ? La question était donc restée en suspend.


    - Je suis sûre que Milien et Yerr-Ir réfléchiraient mieux que nous… Nous devons discuter de tout ça avec eux. Non ?

  23. #263
    Date d'inscription
    juin 2006
    Messages 
    2 489
    -Ca serait une bonne idée reconnut Streen, mais la vrai question c’est comment s’évader les cimeterres. Pour être franc, on peut très bien partir pour Sundrah, ils ne nous retiendront pas. Mais pas question de s’en aller sans les armes.
    Après tout, les chevaliers avaient proposé aux personnes de partir en échange de leur or. Sylveneige et Streen étaient quasiment fauchés donc ils ne leur donneraient rien. Il devait en être de même pour Milien et Yerr-Ir. Le seul problème, c’est que les cimeterres étaient bien cachés. Et en admettant qu’ils les trouvent, le fait de quitter le navire ne fait qu’éveiller les soupçons des chevaliers noirs. Ils vérifieraient que les cimeterres étaient bien présents et comme ils ne seraient plus à leur place, ils les accuseraient de vol et les tueraient. Ce serait un jeu d’enfant, ils seraient désarmés sauf s’ils combattaient avec les cimeterres eux-mêmes.
    -Allons voir ce qu’en pensent Milien et Yerr-ir
    Ma bio rp est ici

  24. #264
    Date d'inscription
    janvier 2012
    Localisation
    Paris
    Messages 
    4 786
    Milien fut péremptoire.

    - Vous avez fait assez de gâchis comme cela. Je vous intime de rester en-dehors de toute négociation, de ne faire aucune recherche des artefacts. La vie des passagers et de l’équipage en dépend. Yerr-Ir et moi nous sommes chargés de convaincre les chevaliers noirs des dangers des cimeterres, ils ont compris mais décident de faire à leur manière.
    - Puissent-ils raisonner aussi sainement que tu le penses, Milien !

    Sylveneige écarquilla les yeux. Ce n’était pas l’habitude du clerc d’émettre un doute sur les affirmations de son ami.
    Le mage soupira.


    - Tu as raison, nous sommes toujours à la merci d’un revirement de situation… Mais je dirais que Sombria est assez fiable. Assez fiable aussi, son petit discours de menaces. Bref, ne faisons aucune manœuvre susceptible de mettre en danger passagers ou équipage.

  25. #265
    Date d'inscription
    juin 2006
    Messages 
    2 489
    Streen soupira :
    -Hum, je ne parierais pas grand-chose sur ces chevaliers. Nous ne sommes par pour autant à l’abri d’un revirement de situation. Nous devrions quand même songer à élaborer un plan de secours si jamais ca tournait mal à Barbe d’Ulgoth. Mais jusque là, il n’y a rien à faire, je le conçois
    Ma bio rp est ici

  26. #266
    Date d'inscription
    janvier 2012
    Localisation
    Paris
    Messages 
    4 786
    - HA ! là Streen a raison. Je veux dire, une fois arrivés…
    - Une fois arrivés, les chevaliers noirs percevront leur récompense et tueront leurs commanditaires. Que demander de mieux ? Notre seul souci sera de repartir à Athkatla pour remettre les cimeterres au temple de Lathandre.
    - Et nous aurons Seroaunk et Sombria comme escorte, pour être assurés d’arriver jusque là ?

    Le ton de Sylveneige était narquois. Vraiment, comment peut-on être si naïf ? A l’âge de ce vieux fou de Milien !
    Dernière modification par Féérune ; 04/01/2019 à 21h16.

  27. #267
    Date d'inscription
    juin 2006
    Messages 
    2 489
    Streen écarquilla les yeux.
    -Et si les chevaliers décidaient de ne pas suivre le plan prévu ? Nous n’avons aucune certitude qu’ils tueront les sharites, tout comme qu’ils en resteront là. Ils peuvent très bien avoir prévu de se retourner contre nous accompagnés des mêmes sharites avec qui ils doivent faire l’échange. Je m’inquiète peut être pour rien mais partir à Barbe d’Ulgoth sans songer à un plan de secours est risqué, très risqué.
    Ma bio rp est ici

  28. #268
    Date d'inscription
    janvier 2012
    Localisation
    Paris
    Messages 
    4 786
    Soudain, un brouhaha se fit entendre. Sortant de la cabine, ils virent la famille de Sundrah désespérée.

    - Mais nous risquons de nous noyer !
    - Dernier de mes soucis, j’en ai bien peur…
    - Pitié !
    - Ne me provoquez pas non plus… Vous avez une chance d’aborder chez vous, soyez-en contents ! et dites à vos gosses d’arrêter de brailler, ou il leur en cuira.

    Sombria guidait avec rudesse la famille demi-elfe sur le pont. Un canot fut mis à la mer et la famille sommée de s’y installer. Un des matelots, Andruze, accepta de les accompagner, cherchant à les rassurer.

    - On peut être très vite à Sundrah, ne craignez rien. Les eaux sont calmes.

    Un des mousses leur donna aussi discrètement que possible un tonnelet et quelques vivres, après s’être assuré que les chevaliers noirs s’occupaient à autre chose.
    Ce fut le seul incident notable du reste de la traversée. Si Milien et Yerr-Ir eurent fort à faire pour brider les tentatives de révolte de Streen et Sylveneige, ils y parvinrent d’autant mieux que les chevaliers noirs avaient sagement décidé d’intégrer les impétueux jeunes aventuriers dans l’équipage, leur donnant des tâches différentes et veillant à ce qu’ils soient le moins possible ensemble. Ils avaient même pensé au déménagement de Sylveneige dans la cabine précédemment occupée par la famille demi-elfe afin d’éviter que les aventuriers élaborent un plan. D’ailleurs le travail les maintint suffisamment occupés pour couper toute vélléité de recherche d’un plan ; ils ne restèrent pas un instant sans la surveillance de Sombria ou Serouank.
    Les jours passèrent dans l’organisation de fer des chevaliers noirs, dont la capacité à surveiller à deux l’ensemble des passagers et de l’équipage forçait presque l’admiration.

    Enfin la côte apparut, fine bande brune à l’horizon. Quelques heures plus tard, les plus hauts monuments de la Porte de Baldur se précisaient à l’horizon. Le navire obliqua légèrement vers le nord, longeant la côte jusqu’à Barbe d’Ulgoth. La surveillance des chevaliers noirs sembla se relâcher quelque peu : Streen et Sylveneige purent enfin se parler, alors que commençaient les manœuvres d’accostage.

  29. #269
    Date d'inscription
    juin 2006
    Messages 
    2 489
    La méfiance des chevaliers noirs envers le groupe n’avait pas échappé à Streen. Quoi de mieux que de rester auprès d’eux pour mieux les surveiller ? Ils avaient décidé de les disperser probablement pour que les aventuriers évitent toute révolte. Streen préféra éviter une confrontation qui risquait mal de se terminer. Mieux valait obéir aux ordres. Avec un peu de chance, il atteindraient Barbe d’Ulgoth rapidement. Néanmoins, il ne comprenait pas très bien les précautions prises par les chevaliers noirs. Que risquaient ils ? Le groupe n’était même plus armé. Une révolte n’aurait servi à rien si ce n’était entrainer de nouvelles morts. Les autres membres de l’équipage n’allaient pas non plus s’y risquer. Il n’y avait rien à faire. Il espérait que Milien et yerr-ir avaient prévu un plan de secours si l’échange se passait mal. Il ne fut pas fâché d’arriver à destination. C’était l’instant de vérité.
    Ma bio rp est ici

  30. #270
    Date d'inscription
    janvier 2012
    Localisation
    Paris
    Messages 
    4 786
    Le village semblait désert. Dans le minuscule port nul autre bateau que l’Azur, pas de monde aussi loin que l’œil pouvait voir, pas de bruit. Même les oiseaux semblaient avoir suspendu leurs chants, même le vent ne faisait pas bruire les feuillages.
    Seroaunk et Sombria donnèrent quelques ordres brefs. Les caisses furent portées sur le quai, puis ouvertes. Chacun put reprendre ses possessions, sous la surveillance des chevaliers noirs qui menaçaient toujours le capitaine et quelques matelots.


    - Et ne rêvez pas de vengeance… Nous avons ici des appuis. Vous seriez trucidés plus vite que vous ne le pensez.

    Le petit groupe de passagers marcha en direction de la place du village, soucieux d’y trouver une auberge. Sylveneige retint Streen.

    - Faisons juste semblant d’entrer et éclipsons-nous. Il faut que nous repérions où sont les cimeterres. Je n’ai aucune confiance dans ces prétendus accords pris avec les chevaliers noirs.
    Dernière modification par Féérune ; 13/03/2019 à 22h04.

Page 9 sur 13 PremièrePremière ... 7891011 ... DernièreDernière

Discussions similaires

  1. [BG1] Cimeterres, quelle compétence ?
    Par Keliah dans le forum La Taverne de Château-Suif (Baldur's Gate 1)
    Réponses: 7
    Dernier message: 02/02/2008, 12h32
  2. [QUETE] Quête d'admission
    Par Eldora dans le forum Les archives des quêtes de Melandis
    Réponses: 1
    Dernier message: 09/06/2005, 17h27

Les tags pour cette discussion

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •  

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 203 204 205 206 207 208 209 210 211 212 213 214 215 216 217 218 219 220 221 222 223 224 225 226 227 228 229 230 231 232 233 234 235 236 237 238 239 240 241 242 243 244 245 246 247 248 249 250 251 252 253 254 255 256 257