Page 2 sur 13 PremièrePremière 123412 ... DernièreDernière
Affichage des résultats 31 à 60 sur 370

Discussion: Quête : les Cimeterres Maléfiques, sur l'océan

  1. #31
    Date d'inscription
    janvier 2012
    Localisation
    Paris
    Messages 
    4 718
    - Eh, on interpelle pas le capitaine comme ça, le bleu, vu ?

    Erich était de fort mauvaise humeur. Tabaxiland, île paradisiaque, ah ouiche ! lui savait fort bien ce que l'apparente bonhomie des habitants recelait. Le demi-ogre partit en grommelant et faillit faire tomber un des mousses qui traînait dans ses jambes. Là aussi, il avait de quoi râler : pourquoi employer ces demi-portions de gamins ? mes fils à moi auraient été dix fois mieux, et pas trouillards au point de se jeter dans les jupes d'une aristo ! en pensant à la scène, il sentit son humeur s'alléger. Dame Tiercinet était très à son goût.

    Sylveneige faillit rire, se retint en voyant l'air farouche d'Erich. Gariel arriva pour distribuer les tâches aux marins.


    - Soriel, Jaime, Hurté, Streen : les caisses à décharger sont marquées. Orbert et Davey installent le treuil. Nous n'avons pas de caisses très lourdes, mais vous veillerez à équilibrer tout de même les charges. On ne décharge pas tout le même côté en premier ! Soriel et Hurté, vous avez l'habitude, vous dirigerez la bleusaille. Erich, tu viens ? allons voir ce que nous aurons à charger... on négociera du tabac pour vous autres, les gars, pas de problème.

    Jusiané Balmondin jeta, sur un ton négligent :

    - Mon cher petit Streen, ne vous formalisez pas. Erich n'aime pas trop le pays, c'est tout... Denor, viens, nous devons voir les douaniers. On va encore crouler sous la paperasse...

  2. #32
    Date d'inscription
    juin 2006
    Messages 
    2 485
    Le bleu ? Et lui, il se croyait mieux ? Il s’est vu au moins dans une glace ? Pendant un instant, Streen songea à prendre son épée et se jeter sur Erich tout en se faisant un plaisir de le décapiter. Il lui montrerait de quoi il était capable le bleu. Malheureusement, ni le capitaine ni les passagers n’approuveraient. Il avait beaucoup de chance. De plus, les paroles de capitaine l’avaient calmé. Et puis mieux valait porter des caisses que crouler sous la paperasse. Alors qu’ils allaient descendre d’un instant à l’autre du navire, les marins devaient commencer à s’organiser. Streen demanda à ses trois collègues.
    -Par quoi commençons nous ?
    Ma bio rp est ici

  3. #33
    Date d'inscription
    janvier 2012
    Localisation
    Paris
    Messages 
    4 718
    Gariel héla quelques dockers ; moyennant quelques marchandises un peu spéciales, ils acceptèrent d'aider à décharger le navire. C'était la coutume, bien ancrée : on discutait un prix en nature, même s'il n'y avait que peu de choses à débarquer. Ainsi on se mettait bien avec les gens du cru, ce qui était généralement fort utile. Sans être démunis, les Tabaxilandais subissaient régulièrement les conséquences de relations diplomatiques tendues. Les produits importés y étaient donc rares, et se monnayaient fort cher à l'intérieur des terres.
    Le navire fut vite déchargé des marchandises commandées par les Tabaxilandais. Ou plutôt par le gouverneur de Tabaxiland, qui agissait pour l'ensemble de son peuple et régentait sévèrement les entrées et sorties des marchandises, quelles qu'elles fussent.

    Les passagers étaient descendus, mais les douaniers pinaillaient sur les passeports. Les marins, curieusement, subirent beaucoup moins ce genre de soucis : ils purent rapidement rejoindre les tavernes locales, où d'accortes filles leur proposèrent la spécialité locale : le tabac. Chiquer, fumer les fameux cigares tabaxilandais, voilà où étaient les joies simples des marins. Ajoutés à cela, la musiques et chansons gaies, les couleurs vives, les danses locales et l'alcool délicieux que les Tabaxilandais mélangeaient aux jus de fruits... C'était le paradis !

    Streen et Sylveneige avaient suivi le mouvement, et entrèrent dans une taverne enfumée aux tables garnies de cotonnades de vives couleurs. Une servante leur proposa de goûter la spécialité locale : le Tabaxi Libre.
    Dernière modification par Féérune ; 25/07/2014 à 20h28.

  4. #34
    Date d'inscription
    juin 2006
    Messages 
    2 485
    Peu intéressé par le marchandage, Streen ne s’attarda pas une fois les caisses débarquées. Il préféra suivre les marins dans une des taverne accompagné par Sylveneige. Lorsqu’il y a entra, l éprouva un sentiment mitigé. Certes la taverne paraissait animée et conviviale mais pour l’odeur il faudrait repasser. Qu’est ce que ca puait. Comment pouvait on supporter une telle odeur ? C’était presque pire que le fond de la barique. On aurait beau lui proposer du tabac, il y refuserait catégoriquement. La fumée dégagée faillit lui donner la nausée. Il tenta de s’éloigner puis remarqua la serveuse qui leur proposa de gouter la spécialité locale. Ouf, enfin quelque chose qui allait lui permettre d’oublier un instant l’odeur. Il lui adressa un sourire puis accepta.
    Ma bio rp est ici

  5. #35
    Date d'inscription
    janvier 2012
    Localisation
    Paris
    Messages 
    4 718
    - Si, lé beau gars, tiens ! mais toutés les spécialités d'ici sont déliciouss ! ténez, camaradés !

    La serveuse posa un grand gobelet d'une mixture d'un brun-roux, au parfum exquis. Sylveneige goûta : c'était vraiment très bon !

    - Streen, tu en penses quoi ?
    - Y après, yé vous propose lé Tabaxi-Déliss : avec dé frouits d'ici, mangué, papay', ananas. Y pour accompagner, les frouits sécs !

    Elle posa une assiette de fruits inconnus, des espèces de noix que ni Sylveneige ni Streen ne connaissaient.

  6. #36
    Date d'inscription
    juin 2006
    Messages 
    2 485
    Streen prit le gobelet à son tour et goûta le breuvage.
    -Franchement, c’est une très bonne mixture.
    Puis la serveuse leur avait proposé une autre spécialité. Si Streen était attiré à nouveau par la curiosité, il se demandait si c’était raisonnable alors qu’il n’avait pas les moyens de payer. Bien sur, elle n’avait rien demandé jusqu’à maintenant mais que se passerait il si elle leur donnait l’addition après ? Alors qu’elle leur avait donné une assiette de fruits inconnus, Streen proposa à Sylveneige de goûter à nouveau, ne serait ce qu’un peu.
    Ma bio rp est ici

  7. #37
    Date d'inscription
    janvier 2012
    Localisation
    Paris
    Messages 
    4 718
    Sylveneige fouilla ses poches et en sortit quelques pièces. Elle s'avisa qu'il vaudrait mieux aller chercher de l'argent dans la cabine du navire avant de faire le tour des petites échoppes, mais elle avait suffisamment pour payer plusieurs consommations.

    - Vas-y, Streen, j'ai assez pour voir venir. Nous repartirons à bord pour en prendre davantage, mais là ça va.

    De nouveaux gobelets furent posés sur leur table, d'un parfum plus enivrant que jamais. Très vite, l'effet se fit sentir : Sylveneige devint très gaie et joignit les chansons entraînantes des Tabaxilandais. Soudain, tout se figea. Un homme de belle stature, au maintien digne et paternel, était entré dans la salle.

    - Hasta siempré, Commandante !

    L'homme sourit, fit un geste élégant, et la vie de la taverne reprit. La serveuse revint à la table de Streen et Sylveneige.


    - C'est lé Commandante Lédif Ortsac, il dirigé lé pays. Il fait l'honneur de venir au port voir les navirés et les gens qui débarquent. Si vous avez dé la chancé, il vous parléra pét-êtré.

    Sylveneige regarda l'homme, fascinée. Un dirigeant qui agit comme un homme du peuple, c'est tout de même extraordinaire ! songeait-elle.
    Dernière modification par Féérune ; 04/01/2019 à 19h23.

  8. #38
    Date d'inscription
    juin 2006
    Messages 
    2 485
    Streen était figé de stupeur à la vue de l’homme qui rentra dans la taverne. Il fit machinalement arrière lorsqu’il apprit qu’il était un des dirigeants de l’île. Il se sentit soudain intimidé. Cet homme lui rappelait de mauvais souvenirs tels que les conseillers luméniens ou le comte Aiglepierre. Même si cet homme devait être respectable, il préféra baisser les yeux cherchant soudain à se faire tout petit. « Faîtes qu’il ne vienne pas nous parler, faîtes qu’il ne vienne pas nous parler » pensa t’il. Avec un peu de chance, il ne les remarquerait pas. Ils n’étaient même pas de l’île.
    Ma bio rp est ici

  9. #39
    Date d'inscription
    janvier 2012
    Localisation
    Paris
    Messages 
    4 718
    Jusiané Balmondin, accompagné de Denor Roolalah et de quelques passagers, entra enfin dans la taverne. Le Commandante se tourna vers lui, un immense sourire aux lèvres. La musique s'arrêta ; en fait tout parut se figer, respectant la parole de Ledif Ortsac.

    - Ah, camarade Jusiané ! que nous apportes-tu donc, en ce beau jour ?

    L'élocution et la prononciation du Commandante étaient parfaites. Il était un des meilleurs tribuns du monde, bien que le continent de Féérune ne le connaisse que par ouï-dire. Les gens de Maztica connaissaient certains de ses discours, que les Tabaxilandais leur faisaient parvenir au gré des épineuses relations diplomatiques.

    - Eh bien Commandante, nous avons des armes magnifiques de la Forge Flamboyante de Lumenis ; des tissus rayés de toute beauté, des bougies de cire parfumées... Rien de Manost, hélas, à cause de la guerre... Actuellement qui commerce avec Lumenis ne peut espérer commercer avec Melandis, donc rien de là-bas non plus.
    - Camarade Commandante, s'il te plaît... C'est dommage que tu nous apportes si peu... Tu sais comme le peuple est heureux quand les navires apportent toutes ces richesses !

    Ledif Ortsac alluma un énorme cigare, dans un silence absolu.

    - Tu comprends, camarade, il ne faut pas décevoir le peuple. Jamais.

    Sylveneige fixait toujours l'orateur, fascinée. Mais le ton de l'homme était inquiétant. Heureusement, le Commandante continua de parler, sur un ton beaucoup plus rassurant.


    - Ha ha ha ! n'aie pas peur, camarade Jusiané... Je plaisante ! j'aime plaisanter. Allons, musique !

    Comme par enchantement, la musique parut reprendre à l'endroit exact où elle s'était arrêtée. Sylveneige en profita pour payer aussi discrètement qu'elle put et murmura à Streen :

    - Streen, ça sent le roussi... Allons dehors, j'ai une très mauvaise impression...
    Dernière modification par Féérune ; 04/01/2019 à 19h15.

  10. #40
    Date d'inscription
    juin 2006
    Messages 
    2 485
    Streen était comme fasciné par le fameux « commandante ». Il lui parut aussi bien plus intimidant encore avec son cigare. Il lui rappelait un chef de gang malfaisant qui donnait des ordres à tout le monde. Plus froid encore que le conseiller Maelwedd pourtant le plus sévère des trois conseillers luméniens. D’ailleurs l’orchestre qui s’était arrêté à ce moment précis n’était peut-être pas un hasard. Peut-être que les membres avaient peur de lui. Les propos que tinrent le commandante ne fit que confirmer l’impression que Streen avait à son égard. Même s’il admettait que toute cette mis en scène était une plaisanterie, il voulait à présent se trouver partout sauf ici. Il confirma les propos de sa compagne et n’attendit pas qu’elle lui répète les mêmes paroles pour la suivre. « Faîtes qu’il ne nous remarque pas » implora t’il.
    Ma bio rp est ici

  11. #41
    Date d'inscription
    janvier 2012
    Localisation
    Paris
    Messages 
    4 718
    Sylveneige se leva négligemment, son verre à la main.

    - Il fait si beau dehors… Tu viens, Streen ? Prends ton verre, et allons prendre le frais.

    Tous deux sortirent. Sur le port, l’ambiance était très différente. Des soldats armés, l’air sévère convenant à leur fonction, arpentaient le port. L’un d’eux vint droit vers eux.

    - Ay, camarades ! où allez-vous donc ?
    - Mais simplement ici, camarade soldat. Nous prenons le frais sur le pas de la taverne…
    - Vous savez, on né sorrt pas dou lié où se trrouve lé Commandanté Ledif Ortsac. Céla né sé fait pas. Rrentrrez immédiatément.
    - C'est-à-dire… Nous devons aller chercher nos instruments de musique à bord du bateau la Ravissante…
    - Ah ! la Ravissanté ! trrés bien. Un soldat va vous accompagner, alors. Camarade Tio ! accompagné ces étrangers, ils vont faire dé la mousique pour lé Commandanté.

    Sans un mot, un homme très costaud, encore plus grand que Streen, leur fit un geste en direction du navire. Silencieusement ils montèrent à bord.

  12. #42
    Date d'inscription
    juin 2006
    Messages 
    2 485
    Streen ne fut pas rassuré à l’idée de retrouver ce commandante. De plus, qu’allait il pouvoir justifier au garde qui les accompagnait ? il ne faisait pas de musique et le seul prétexte qu’il avait de monter à bord était qu’il lui tenait compagnie. Il pouvait bien entendu toujours bluffer en prétendant qu’il était don assistant mais Sylveneige risquait de se demander à quel jeu il jouait et la situation se retournerait contre lui. S’il avait pu communiquer avec elle, cela aurait pu marcher. Mais comme, le garde les accompagnait, il ne le pouvait pas. Tant pis, il devait accompagner Sylveneige et espérer que le garde ne poserait pas de question. Pour le moment, il la suivit en silence.
    Ma bio rp est ici

  13. #43
    Date d'inscription
    janvier 2012
    Localisation
    Paris
    Messages 
    4 718
    Sylveneige descendit jusqu'à la cabine, l'ouvrit et tous y entrèrent. Elle prit leurs sacs, jeta les objets et vêtements qui traînaient dans la petite pièce dedans, prit les sacs qui contenaient les cimeterres.

    - Vous comprenez, nous allons probablement rester ici... La peur envahissait le cœur de la rôdeuse. Il y avait un danger. Proche. Très proche.

    Des clameurs retentirent. Le soldat leur fit signe de sortir et ils quittèrent le bateau.

    Sidérés, ils virent les passagers et l'équipage sous la menace des soldats, les mains sur la tête. Le Commandanté entama un discours, d'une voix vibrante, hypnotique.

    - Camarades ! Peuple de Tabaxiland ! les puissances colonialistes, celles mêmes qui avait menacé notre île, sont de retour... Leurs manœuvres, à travers l'envoi d'espions étrangers, sont lumineuses : encore une fois le Peuple est trahi, le Peuple est trompé, le Peuple est outragé ! nous avons ici un équipage formé de camarades, de vrais travailleurs sains et honnêtes, qui suent sang et eau pour servir ceux qui se prétendent "nobles" ! nobles, vraiment ? Est-ce être noble que d'être oisif, de ne rien apporter de concret au Peuple, de chercher à le pervertir en l'achetant ? En apportant sur notre sol les marchandises de temples de la consommation effrénée, ces marchandises pour lesquelles ces "nobles" ont fait trimer des camarades ? Des camarades, oui. Des frères, des sœurs... Bref, encore, le Peuple.

    Ledif Ortsac semblait vouloir continuer longtemps. Tous étaient hypnotisés par sa carrure, sa dignité outragée et charismatique, les gestes lents et gracieux de sa main qui tenait l'énorme cigare. Profitant du moment, Sylveneige montra à Streen une ruelle déjà obscurcie par le crépuscule :

    - Là-bas, ce n'est pas gardé... Filons.

    Ils s'éclipsèrent vivement au moment où le soldat qui les avait escortés hurlait avec la foule un vibrant : Hasta siempré, Commandanté !
    Dernière modification par Féérune ; 29/07/2014 à 18h23.

  14. #44
    Date d'inscription
    juin 2006
    Messages 
    2 485
    Streen avait blêmi en entendant le garde dire qu’il allait devoir rester ici ? Qu’est ce que cela signifiait ? Qu’il comptait les faire prisonniers ? Non ce n’était pas possible, il devait y avoir une autre raison. Il ne pouvait pas y croire. Il avait encore plus blêmi en entendant le discours de Ledif Ortsa. Finalement, les propos du garde n’étaient peut-être pas anodins. Ledif comparait l’équipage à une bande de colonialistes ? Il les accusait d’apporter des marchandises crées par le peuple. A moins qu’il ne veuille parler d’un autre équipage. Mais pourquoi un tel discours ? Pour feindre qu’il se trouve du coté des opprimés et accroître sa popularité ? Ou bien pensait il vraiment ce qu’il disait ? Mais dans un cas comme dans l’autre, cela ne changeait rien aux yeux de Streen. Ledif était un dictateur pour lui. Le fait que le soldat les ait accompagnés sans discussion était révélateur. Dans le premier cas, ce dictateur vivait dans le luxe et plaignait le peuple. Il ne manquait pas de culot dans ce cas. Cette injustice révoltait Streen. Dans le deuxième cas, c’était pire car les ennuis ne faisaient que commencer. Si Ledif considérait l’équipage comme des messagers de colonialistes, il ne se faisait guère d’illusions sur leur chance de survie. D’autant plus qu’il avait le soutien du peuple qui pouvait se montrer peu arrangeants si leur passion prenait le dessus par leur raison. En y réfléchissant, Streen comprenait pourquoi les relations diplomatiques étaient mauvaises. Ledif en était la cause et le peuple le suivait sans réserve. Pour le moment, il trouva l’idée de Sylveneige judicieuse. Il était peu avisé de rester ici. Par chance, le garde qui les escortait était trop occupé à acclamer son souverain. Ils filèrent en direction de la rue obscure. Ils devaient absolument se cacher et attendre que les évènements se calment. Mais si Ledif décidait d’exécuter les luméniens, Streen jurerait la vengeance de leur mort. Il avait sa dague cachée dans sa tunique. Son épée dans le sac lui serait peu utile car elle ne servait qu'au corps à corps. Et Ledif risquait fort se retrouver la tête plantée dans la pointe de sa dague si les choses se déroulaient ainsi.
    Dernière modification par Streen ; 30/07/2014 à 20h39.
    Ma bio rp est ici

  15. #45
    Date d'inscription
    janvier 2012
    Localisation
    Paris
    Messages 
    4 718
    Filer était un grand mot : les sacs étaient assez lourds, Sylveneige avait mis tout en vrac à l'intérieur. Heureusement, le brouhaha enthousiaste du peuple tabaxilandais en train d'applaudir le Commandanté couvrit sans peine le bruit des armes qui s'entrechoquaient. Il est vrai que les vêtements de Streen, jetés en vrac dans son sac, adoucissaient les chocs. La rôdeuse s'inquiéta bien un instant de l'état des habits de son compagnon au contact de l'épée qu'elle avait lancée dessus. Eh oui. Dans sa précipitation, Sylveneige n'avait pas eu le temps - ni la présence d'esprit d'ailleurs - de remettre l'épée dans son fourreau. Bref, le découpage malencontreux des affaires de Streen était inévitable...

    Ils atteignirent sans encombre la ruelle déserte et regardèrent autour d'eux. Il faudrait certainement se cacher pour la nuit, qui tombait vite sous ces latitudes. La ruelle était bordée de maisons mitoyennes hautes et étroites, dont la blancheur se détachait dans le crépuscule. Les fenêtres étaient assez petites, probablement pour protéger les habitants du soleil ardent. Ils arrivèrent aux dernières maisons ; la façade de celle de droite s'arrondissait, s'étendant sur une autre ruelle, encore plus étroite, perpendiculaire.

    - Streen ! essayons celle-là ! elle nous offre deux possibilités de fuite, si les soldats nous retrouvent...

    Sylveneige sortit son épée, puis la rangea d'un air dubitatif.

    - Non, on verrait tout de suite que la porte a été forcée...

    Elle appuya sur la poignée de la porte, qui s'ouvrit. Ils entrèrent aussi silencieusement que possible.

    La pièce d'entrée était déjà très assombrie, mais un rai de lumière filtrait sous une porte. Prudemment, la rôdeuse fit un signe de silence à son compagnon. Et, malheureusement, eut la mauvaise idée de poser les sacs à terre. Là, Lumi, qui s'était endormi sur l'épaule de sa maîtresse, piqua une colère. Bruyante.

  16. #46
    Date d'inscription
    juin 2006
    Messages 
    2 485
    Streen resta dubitatif face à l’idée de Sylveneige.Si les soldats les retrouvaient, il y avait de fortes chances qu’ils encerclent la maison avant d’agir sauf s’ils ignoraient la présence de deux portes menant à l’extérieur. Cependant, ne voyant pas d’autre solution, il la suivit. Le cri de Lumi le prit totalement au dépourvu. Il dit calmement :
    -Non Lumi, calme toi, je t’en prie
    Malheureusement, les chances de l’apaiser avec ces paroles allaient probablement avoir peu d’effet. Il pria pour que personne ne les ai entendu. Avec un peu de chance, le commandante était entrain de poursuivre son discours et peut-être ne les avait-on pas entendu.
    Ma bio rp est ici

  17. #47
    Date d'inscription
    janvier 2012
    Localisation
    Paris
    Messages 
    4 718
    Un bruit de chaise qu'on déplace répondit à la supplication de Streen. Puis une porte qu'on ouvre... Et une voix s'éleva dans la pénombre :

    - Qué ha pasado ahi ? Quien esta aqui ?

    Sylveneige et Streen virent arriver une petite femme, âgée mais très apprêtée. Elle portait une longue robe d'un gris rosé, aux longues manches qui lui couvraient jusqu'à la moitié des mains, garnie de dentelles couleur crème ; l'ensemble était très élégant. Un collier et un petit diadème de perles fines complétaient sa tenue.

    - Ma dame, nous sommes des voyageurs égarés. La rôdeuse réfléchit un court instant. Dou you spiik halruaan, maï leïdi ?
    - Je parle votre langue, damoiselle. Mais aussi égarés soyez-vous, il est fort inconvenant d'entrer sans frapper... Ou peut-être ne vous ai-je pas entendus ? J'ai cependant l'ouïe très fine...
    - Mille pardons, ma dame, nous avons cru pouvoir entrer...
    - Ce n'est pas grave. Ne vous excusez pas. Je vois bien que vous n'êtes ni des bandits ni les traîtres habituels mandés par... Oh, peu importe ! entrez dans le salon, je vais faire un petit dîner... C'est si rare pour moi d'avoir de la visite !

  18. #48
    Date d'inscription
    juin 2006
    Messages 
    2 485
    Streen se mordit la lèvre. Il se sentit soudain embarrassé de s’être infiltré dans la maison d’une vieille femme sans lui avoir demandé la permission. Il s’excusa en répliquant :
    -Oh nous sommes désolés, nous ignorions que cette maison était habitée et heu…
    Il regarda Sylveneige comme si il attendait qu’elle prenne la suite. Cependant il reprit lui-même :
    -C’est très gentil à vous. J’accepte votre hospitalité mais nous ne voudrions pas en abuser.
    Ma bio rp est ici

  19. #49
    Date d'inscription
    janvier 2012
    Localisation
    Paris
    Messages 
    4 718
    - C'est avec plaisir, au contraire... Peu d'étrangers franchissent ce seuil... Le dernier était un très vieux druide de Féérune, qui repartait vers son village natal... J'ai préparé un plat local, que vous aimerez certainement... Ola, mais j'ai oublié de me présenter : je suis Dona - "dame", si vous préférez - Angustias de las Casas y Marquez. J'étais une dame de la noblesse, il fut un temps... Mais les "commandantés" qui sont désormais les maîtres du pays ont fait ce qu'il fallait pour que je n'aie plus que le strict nécessaire pour vivre, alors que j'étais une femme aisée.
    - Qui sont ces "commandantés" ?
    - Des aventuriers ! trois aventuriers, aidés d'une petite troupe bien armée, qui ont profité des querelles des dirigeants de l'île pour prendre le pouvoir. Quelques personnes ont bien tenté d'intervenir, mais ils y ont laissé leur peau... Mes cousins, qui faisaient partie de ceux qui n'acceptaient pas la domination des commandantés, ont été leurs victimes... Deux d'entre eux ont été exécutés, les autres ont été emprisonnés.
    - Nous avons vu l'un d'entre eux, Ledif Ortsac.
    - C'est lui le grand chef. Les autres sont des seconds couteaux... Luar, son frère, et Ehc Aravéug. Ce dernier a dirigé la capture de tous ceux qui se sont opposés à leur prise de pouvoir. Mais les malheureux ont été vengés : Ehc Aravéug a été tué, lors d'une tentative d'une nouvelle prise de pouvoir, vers Maztica je crois. Son souvenir est vénéré. Assez logiquement par les deux frères Ledif et Luar, mais aussi par de petites gens qu'il soignait gratuitement. Moi-même, j'avoue avoir du mal à le haïr, bien qu'il n'ait pas épargné les miens. Et vous, damoiselle, et votre compagnon, qui êtes-vous ?

    - Je suis Sylveneige d'Evereska, et mon ami s'appelle Streen. Nous nous sommes rencontrés à Lumenis. Je viens d'Evereska, sur le continent féérunien... Et j'avais simplement envie de revoir mon pays et le montrer à mon ami. Ah ! et voici mon cher Lumi, qui m'accompagne depuis mon enfance.

    Dona Angustias avait achevé de préparer le repas. D'un plat de poisson prévu pour elle-même, elle avait fait une belle présentation, enrichie de crevettes à la crème, de pain fait maison et de curieux bâtons de grains jaunes.

    - Qu'est-ce donc ?
    - Du maïs. Goûtez, ma chère, c'est sucré et délicieux. Et ces légumes, ce sont des bananes plantains et des patates douces. Nous avons des fruits que vous ne trouverez pas sur Féérune, je pense. La plupart d'entre eux peuvent se manger crus, mais on les cuisine volontiers. Ils donnent un léger goût sucré aux viandes et poissons ; c'est ainsi que nous avons une cuisine tout à fait originale.

    Ils mangèrent, dans un silence presque absolu, découvrant des saveurs inédites et délicieuses.

  20. #50
    Date d'inscription
    juin 2006
    Messages 
    2 485
    Streen savoura le repas préparé par la vieille femme. Lorsqu’il eut terminé il dit :
    -Vous avez raison, ces légumes sont tout à fait délicieux et votre poisson succulent. Vous êtes une cuisinière hors pair à n’en pas douter.
    Streen n’aimait pas trop les nobles lui-même et en temps normal, il aurait haussé les épaules en se disant qu’une noble devenant roturière n’était que justice pour le peuple et un juste retour des choses. Mais il n’était pas sadiqueau point de s’en prendre à eux. De plus, cette vieille femme semblait avoir un cœur très généreux. Elle n’avait pas vraiment mérité ce sort.
    -Ce qui vous est arrivé est regrettable, j’en suis navré. En revanche, tout le peuple semble être d’accord avec ces commandantés. Lorsque nous avons entendu le discours Ledif Ortsac, tout le peuple l’acclamait. Il faisait une diatribe contre les nobles. Nous sommes venus ici grâce à un navire et nous avons l’impression que l’équipage va passer un très mauvais quart d’heure alors qu’ils se n’ont fait que décharger des marchandises. Pensez vous que Ledif serait capable de les exécuter sous prétexte qu’ils viennent d’un pays dirigé par des nobles ?
    Ma bio rp est ici

  21. #51
    Date d'inscription
    janvier 2012
    Localisation
    Paris
    Messages 
    4 718
    Un rire cristallin répondit à Streen.

    - Oh non ! ne craignez rien. Ce sera comme d'habitude... Ledif Ortsac va palabrer, puis cantonner passagers et équipage à bord du navire sous surveillance militaire, envoyer un émissaire à Lumenis pour négocier ce qu'il appelle un "dédommagement" et que j'appellerais plutôt une rançon... Ce "dédommagement" acquis, il autorisera, à titre de "bienfait exceptionnel du Peuple", le départ du navire - non sans s'être servi au passage dans les marchandises. Les capitaines qui abordent ici en ont l'habitude... D'ailleurs une certaine cordialité s'est établie entre la plupart d'entre eux et le Commandanté.
    - Et l'autre Commandanté ?
    - Luar ? Il est beaucoup plus réservé et suit absolument tout ce que dit son frère aîné. Ce n'est pas un toutou, il a sa personnalité. Simplement, il a un caractère très différent, moins jovial que Ledif. Il s'occupe de gérer toute l'administration, ce qui n'est pas rien ! et il le fait tout aussi bien que le précédent gouvernement.
    - Et le peuple de Tabaxiland les suit aveuglément ?
    - Eh bien, disons que les opposants au régime ne restent pas longtemps libres. Certains, parmi eux mes cousins, ont bien tenté de proposer leur candidature aux postes clés, ainsi que quelques changements de politique, mais ils ont tous fini en prison... Avec un motif simple et aisé à trouver : "l'insulte au Peuple". Et croyez-moi, c'est très facile ici d'insulter le peuple !

    Sylveneige resta pensive. Pouvait-on rendre les gens heureux en les dirigeant d'une main de fer ? Elle n'eut pas le temps de réfléchir longtemps à la question. Un tambourinement féroce sur la porte d'entrée les fit tous sursauter.

    - Je crois qu'il vaut mieux vous cacher... Tenez, la cave... Elle donne sur un long souterrain, mais ne partez pas avant que je vous ai donné mes instructions... Prenez vite vos sacs, vite ! je me charge de l'importun, quel qu'il soit.

    Streen et Sylveneige prirent leurs affaires et descendirent les marches qui menaient à la cave.
    Dernière modification par Féérune ; 04/08/2014 à 19h10.

  22. #52
    Date d'inscription
    juin 2006
    Messages 
    2 485
    Streen doutait que le sort qui attendait l’équipage était préférable à la mort. Existait il vraiment quelque chose de pire que de se retrouver enfermé sous la haute surveillance de gardes hostiles armés jusqu’aux dents ? Evidemment ils seraient libérés un jour ou l’autre dans le cas où Luménis paierait la rançon. Alors que la plupart des conseillers étaient absents, la rançon serait elle présente ? Et dans le cas contraire, que se passerait il ? De toute façon, les gardes allaient probablement piller le bateau et dévaliser toute la nourriture. Si tel était le scénario, Ledif prenait un risque énorme. Luménis ne laisserait pas cet acte impuni et enverrait ses navires de guerre liquider toute l’île. Enfin peut-être pas en ce moment mais probablement après la guerre. Mais Streen se moquait des relations diplomatiques. Pour le moment, il fallait se cacher et survivre. Et si possible quitter l’île. Il suivit Sylveneige à la cave.
    Ma bio rp est ici

  23. #53
    Date d'inscription
    janvier 2012
    Localisation
    Paris
    Messages 
    4 718
    Dona Angustias alla ouvrir la porte.

    - Buenas tardes, tia, como estas tu ?
    - Je vais bien, mon neveu. Parle donc la langue commune, cela te fait pratiquer... Tu ne resteras peut-être pas toujours soldat des Ortsac ! enfin, c'est ce que je te souhaite...
    - Tia chérie, tou né dévrais pas parler commé céla.

    L'aristocrate se redressa, fière :

    - Je n'ai pas peur, mon cher Mario ! que peuvent les commandantés contre une vieille femme qu'ils ont déjà bien dépouillée ?
    - Yé souis sol, tia, mais s'il y avait eu la troupe avec moi, tou aurais été en danger.

    Le soldat serra tendrement sa tante contre lui.

    - Yé né vé pas qu'il t'arrive quoi qué cé soit, tia chérie.

    - Ah ! Mario ! soigne ton accent ! tu avais un meilleur accent, avant, là on croirait que tu prononces mal à plaisir.
    - Pardon, tia ! mais yé... jé dois te demander si tu as vu des étrangers passer dans la ruelle.

    Mario avait fait un effort d'articulation. Dios mio ! que ce "u" est difficile, pensa t-il.


    - Non, je n'ai vu passer personne... J'ai juste entendu des pas, mais je n'y ai guère prêté attention.
    - Il y a un navire qui est arrivé. Et cela fait si longtemps qu'on n'a pas profité un peu ! le Commandanté a décidé de les consigner à bord, il enverra un négociateur à Lumenis...
    - Mais Lumenis est en guerre... Ses dirigeants ont autre chose à penser qu'à payer une espèce de tribut...
    - Non, tia, pas Lumenis... Mais les commerçants de Lumenis ont tout intérêt à pouvoir continuer à exporter ! eux paieront.
    - Mais... A quel titre Ledif veut-il leur extorquer cet argent ?
    - A titre de soutien au Peuple, bien sûr. A titre de reconnaissance envers les Commandantés, qui continuent à les autoriser à exporter. Qui font ce qu'il faut pour que les pirates de l'océan ne volent pas la marchandise. Bref, qui leur fournissent une sécurité certaine ! mais tout se paie... Il faut avouer que les passagers et l'équipage prennent la situation avec philosophie. Bon, il m'a juste envoyé dans les rues voisines vérifier que tous les passagers sont bien où ils doivent être, que personne ne s'est enfui.

    Mario rit.


    - Ce serait dommage ! le temps que le négociateur fasse l'aller-retour, qu'il revienne avec ce qu'il aura obtenu, ça ne prendra qu'un mois et demi. Et tu sais bien, Ledif ne maltraite pas trop les consignés... Juste quelques menaces joviales, histoire de les mettre un peu sur les charbons ardents. Allez, tia, je te laisse !
    - Tu ne veux pas un petit maté ?
    - Non, tia, tu es un amour. Je reviendrai demain, avec plaisir. Là je dois aller rendre compte. Hasta siempre !
    - Buenas tardes, Mario.

    Sylveneige et Streen avaient suivi l'essentiel de la conversation, l'oreille collée à la porte de l'escalier de la cave. Enfin ils entendirent la porte d'entrée claquer, et dona Angustias passa la tête par la porte de la cave.


    - Êtes-vous là ? Attendez-moi un instant.

    Ils entendirent dona Angustias fourrager dans sa cuisine. Elle revint avec un sac de provisions.

    - Voici pour vous. J'ai mis du pain, du poisson séché et du maïs. Et une gourde de bière légère. Suivez-moi.

    Elle les conduisit au fond de la cave, poussa un casier de bouteilles : un déclic se fit entendre et une porte basse s'ouvrit.


    - C'est le souterrain. Il vous conduira loin de la ville, dans une grotte près de la plage. Vous trouverez un petit groupe qui vit quasiment toujours sur la plage, à l'orée de la jungle. Ce sont les rebelles, ceux que les commandantés n'ont pas réussi à trouver... Vous leur direz le mot de passe : "la victoria o la muerte". Vous citerez mon nom complet : dona Angustias dellas Casas y Marquez. Ils vous fourniront de quoi fuir l'île et atteindre un autre rivage lointain... Soyez remerciés pour votre visite, qui m'a redonné courage.

    Streen et Sylveneige remercièrent dona Angustias avec effusion et avancèrent dans le souterrain.
    Dernière modification par Féérune ; 04/01/2019 à 19h32.

  24. #54
    Date d'inscription
    juin 2006
    Messages 
    2 485
    Streen accepta avec reconnaissance l’aide de Dona Angustias. Ainsi, au milieu d’une population hostile, il existait encore des gens ayant un minimum de bon sens voir d’humanité. Il dit ainsi :
    -Merci pour votre accueil Dona Augustias. Puissiez vous retrouver de jours meilleurs à l’avenir.
    Il la salua une dernière fois de la main puis s’engouffra dans le passage en compagnie de Sylveneige. Cette rencontre lui avait lui aussi redonné du courage.
    Ma bio rp est ici

  25. #55
    Date d'inscription
    janvier 2012
    Localisation
    Paris
    Messages 
    4 718
    Dans le souterrain, Lumi se sentait à l'aise. Son instinct de nocturne s'accommodait parfaitement de la pénombre de l'endroit. Le souterrain, bien qu'assez profond, n'était pas éclairé par des torches mais par des espèces de puits de lumière.

    - Je ne sais pas comment c'est fichu... Si ça se trouve nous sommes repérables, avec un système pareil... Dis, si tu arrêtais de cavaler autant... C'est lourd, ce barda... Pfffou... Attends... Deux secondes... Une p'tite pause... Je n'en peux plus...

    Sylveneige posa les sacs et souffla longuement.

  26. #56
    Date d'inscription
    juin 2006
    Messages 
    2 485
    Streen n’avait pas fait attention aux puits de lumière. Tout ce qui l’importait, c’était de sortir de ce trous à rats le plus vite possible. Mais s’il ne se sentait pas fatigué malgré le poids qu’il transportait, il n’avait pas fait attention au rythme de sa compagne. Il soupira lorsqu’elle réclama une pause. Il répondit :
    -D’accord repose toi un peu. Le plus important est que nous quittions cette île de malheur. Mais nous devons nous tenir prêt. Nous ne serons pas très bien reçus par les rebelles au début.
    Ma bio rp est ici

  27. #57
    Date d'inscription
    janvier 2012
    Localisation
    Paris
    Messages 
    4 718
    - Ou-ouh-ouifff...

    Sylveneige se plia en deux, le visage au niveau des genoux. Ses cheveux balayèrent le sol, ce qui eut pour effet de lui redonner de l'énergie.

    - Rhâââ mais ce n'est pas vrai ! je me suis lavé les cheveux hier ! et on fait quoi, à traîner comme ça ? Bon, Streen, tu prends ce sac-là en plus... Tu peux ? Hein ? On avancera plus vite.

    Lumi se posa sur la tête de sa maîtresse.

    - Ah non ! ça c'est le pompon... Lumi, j'ai dit l'épaule, pas la tête. Streen, ce sac, tu peux le porter, ou ça fait trop ?

  28. #58
    Date d'inscription
    juin 2006
    Messages 
    2 485
    Streen fut au départ ravi de l’énergie retrouvée par sa compagne. Mais très vite, il déchanta. Elle ne servit qu’à râler. Pffff il fallait être vraiment stoïque avec elle. Qu’elle pouvait être exaspérante quand elle voulait. Et puis ses cheveux, c’était une blague. Comment pouvait on se soucier de ses cheveux quand on était en danger de capture voire de mort sur une île hostile où ils ignoraient où se trouvait leur billet de sortie ? D’un ton sec, il ajouta :
    -Bon d’accord mais seulement ce sac. Si tu commences à tout me donner, on marchera vraiment au ralenti.
    Il prit le sac supplémentaire avant de grommeler :
    -Et après, on dit que c’est moi qui suis princesse sous un pois. Maintenant on peut y aller ?
    Ma bio rp est ici

  29. #59
    Date d'inscription
    janvier 2012
    Localisation
    Paris
    Messages 
    4 718
    Sylveneige jeta un regard noir à Streen. Plus que noir, même. La couleur du fond de cabinet de Baine, carrément.

    La rôdeuse reprit le sac des mains de Streen et dit froidement - très froidement (la froideur du cœur de Cyric, genre) :

    - Merci. Je vais m'en sortir.

    Rageusement, elle avança. Puis se tourna vers son compagnon.

    - Et c'est "princesse SUR un pois". Un peu d'intelligence, ça pourrait te servir de temps en temps.

  30. #60
    Date d'inscription
    juin 2006
    Messages 
    2 485
    Streen ne fut guère surpris de l’attitude de Sylveneige. Ce n’était pas la première fois qu’elle le traitait de la sorte et ce ne serait probablement pas la dernière. Néanmoins si cela continuait ainsi, Evereska serait probablement très déplaisant alors qu’il était sensé passer un bon moment à admirer les lieux. Tant pis, si cela devait arriver, il devra supporter. Il écoutera son séjour là bas. Seulement où irait il après ? il n’avait pas de chez lui contrairement à elle. Songeant que ce n’était pas le moment de penser à ca, il répondit un simple :
    -Bah.
    Puis il marcha sans dire un seul mot.
    Ma bio rp est ici

Page 2 sur 13 PremièrePremière 123412 ... DernièreDernière

Discussions similaires

  1. [BG1] Cimeterres, quelle compétence ?
    Par Keliah dans le forum La Taverne de Château-Suif (Baldur's Gate 1)
    Réponses: 7
    Dernier message: 02/02/2008, 12h32
  2. [QUETE] Quête d'admission
    Par Eldora dans le forum Les archives des quêtes de Melandis
    Réponses: 1
    Dernier message: 09/06/2005, 17h27

Les tags pour cette discussion

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •  

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 203 204 205 206 207 208 209 210 211 212 213 214 215 216 217 218 219 220 221 222 223 224 225 226 227 228 229 230 231 232 233 234 235 236 237 238 239 240 241 242 243 244 245 246 247 248 249 250