Affichage des résultats 1 à 7 sur 7

Discussion: Sylveneige : départ d'Evereska vers Lumenis

  1. #1
    Date d'inscription
    January 2012
    Localisation
    Paris
    Messages 
    3 920

    Sylveneige : départ d'Evereska vers Lumenis

    La vie en Evereska suivait son cours, calme et sereine. Les elfes de lune étaient-ils heureux ? Certainement, comment ne pas l’être dans une contrée soumise à des dieux bienveillants, à la place principale nantie de la délicate statue de la déesse de la Beauté ?

    Sylveneige soupira. Etait-elle donc si lasse des forêts qu’elle arpentait depuis son plus jeune âge ? Certes non, mais le monde entier la tentait… Et particulièrement les villes lointaines, parées des atours que leur donnaient les trouvères visitant Evereska.

    Ce soir arriverait, d’après les chasseurs revenus d’une longue traque, un convoi dans lequel serait la trouvère Orage Main-d’Argent. Ses contes et chants sauront certes ravir les chasseurs du Hall de Haute-Chasse ainsi que tous les habitants réunis pour y apprendre les nouvelles des contrées les plus éloignées de Féerune.

    Pourquoi ne pas quitter Evereska par ce convoi ? à pied il faudrait des mois de voyage pour atteindre la ville brillante de Lumenis dont Sylveneige souhaitait découvrir les merveilles, mais si le convoi va vers la Côte des Epées, de là elle trouvera bien un bateau sur lequel embarquer pour rejoindre plus rapidement son but.

    Le convoi arriva le soir, alors qu’une fine bruine accompagnait le crépuscule. Un convoi marchand, à la hauteur des espérances des habitants ! des étoffes, des plus fines soies aux plus épais tissus de laine, des fils d’argent et d’or firent la joie des tailleurs ; un herboriste de Halruaa avait franchi ses montagnes pour apporter des herbes rares de sa région et les troquer contre les plantes de guérison les plus efficaces d’Evereska ; un mage sur le déclin proposait (cher !) ses parchemins… Les récits des voyageurs, les chants et contes d’Orage Main-d’Argent allaient probablement animer les discussions pendant un moment !

    Eielle et Oriis, les parents de Sylveneige, étaient bien entendu dans le Hall de Haute-Chasse. Ils furent rassurés de voir que les voyageurs du convoi semblaient parfaitement disposés à accueillir Sylveneige parmi eux. Oriis, barde talentueux, chanta avec Orage et lui confia sa chère fille. Eielle offrit à la trouvère une élégante casaque de cuir fin et remit à Sylveneige une petite bourse dûment remplie.

    Le surlendemain, Sylveneige quittait Evereska, son harfang des neiges Lumi campé sur une épaule, sa besace et un léger carquois sur l’autre.

    Sylveneige : départ d'Evereska vers Lumenis-harfang-des-neiges1.jpg
    Dernière modification par Féérune ; 11/05/2013 à 17h53.

  2. #2
    Date d'inscription
    January 2012
    Localisation
    Paris
    Messages 
    3 920
    Le convoi s’ébranla vers le sud-ouest, en direction de la Côte des Epées. Orage Main-d’Argent s’étonna de la forme bizarre de la besace de sa nouvelle amie. Sylveneige avait fourré toutes ses possessions pêle-mêle, incapable de se concentrer sur une tâche aussi basique tellement elle était émue de son départ.

    La première partie du voyage fut donc occupée par une tâche de rangement : la besace reprit une forme plus noble après le retrait de l’arc. Sylveneige regarda son arc de près : taillé dans une branche de noisetier, sa couleur était sobre et belle à la fois, hésitant entre le doré et une teinte marron glacé. L’inventaire continuant, caché dans les vêtements d’usage, Sylveneige trouva un pendentif. Sa mère l’y avait probablement placé là pour une surprise ! elle le mit autour de son cou, avant d’être brutalement extirpée de son siège par un gigantesque cahot.

    Tous les voyageurs du chariot avaient été durement secoués. Une roue avant était sortie de son essieu, occasionnant quelques dégâts ; si personne n’était blessé, l’herboriste déplorait quelques précieuses fioles brisées et le mage râlait sur un ton dédaigneux - pour le plaisir le râler semblait-il.

    Sylveneige rassura tout d’abord Lumi, son précieux harfang, et alla courir après la roue qui avait dévalé quelques mètres dans une ravine. Elle la récupéra sans encombre, mais un léger grattement lui parvint à l’oreille. Elle ne s’arrêta pas, remontant la ravine de toute la vitesse possible en traînant l’énorme roue pesante.

    Le bruit de grattement disparut. Sylveneige aida à la remise de la roue sur l’essieu ; la cale de l’essieu semblait usée, mais l’usure était trop fraîche pour avoir été le seul fait du temps. Le premier postillon avait l’air surpris et fut d’emblée soupçonneux. Il appela le garde principal et discuta quelque temps avec lui.

    Le mage hargneux recommença à râler de plus belle, les postillons remontèrent sur les selles des chariots, les gardes sur leurs chevaux et le convoi finit par reprendre sa route.

    Le voyage se poursuivit sans encombre jusqu’après les Marches de Chelimber. Puis, quelques lieues plus loin, une vision fantasmatique apparut, des ruines étranges et inquiétantes sur lesquelles un vent sifflant ajoutait encore à la beauté sinistre du lieu.

    - Je crois que c’est Ss’thar’tiss’ssun, mon père a composé un chant sur cet endroit. C’était la capitale de l’Empire Serpent, dit Sylveneige

    - Oui, répondit Orage Main-d’Argent, des souvenirs antiques embrument cette cité. Il y a probablement plein de mystères à y découvrir… Les mages sont très férus de ce genre de ruines, où ils peuvent trouver une magie puissante. Soit en captant les énergies sombres qui hantent ce lieu, soit en fouillant – à leurs risques et périls ! – les ruines mêmes.

    - Allons-nous y entrer ?

    - Ce ne serait pas une bonne idée, je pense, mais il est très probable que nous faisions le camp à proximité. Il est tard, les bêtes sont fatiguées. Un des gardes a un cheval mal ferré, il ne veut pas le faire peiner davantage.

    - Le mage sera tenté d’y aller…

    - Non ! trop dangereux. Il ne faut jamais aller seul dans des lieux hantés par des âmes maudites.

    Sylveneige soupira. Une antique culture, des secrets à découvrir… Et interdit, comme si elle était encore une petite fille !

    La nuit pouvait peut-être être mise à profit. Si le mage avait l’esprit quelque peu aventureux, il aimerait avoir une compagnie capable de déjouer les pièges, de voir dans l’obscurité… Elle attendrait qu’il soit un peu à l’écart – facile, il se tenait quasiment toujours à l’écart des autres, les toisant de sa supériorité de mage, de caste – et lui confierait son plan de sortie nocturne.
    Dernière modification par Féérune ; 13/08/2016 à 20h25.

  3. #3
    Date d'inscription
    January 2012
    Localisation
    Paris
    Messages 
    3 920
    Les voyageurs se réunirent autour du feu que les gardes avaient allumé après s’être assurés de la sécurité du lieu de campement choisi. Les postillons s’occupèrent des chevaux, le mage consentit d’un air rogue à donner une potion au cheval mal ferré, enfin le premier postillon apporta une soupe fumante et quelques poulets furent mis à rôtir. Pommes et baies furent sortis des paniers.

    La soirée s’annonçait belle, malgré la proximité des sombres ruines. Orage Main-d’Argent proposa un lai courtois, puis une ode aux grands guerriers de la Porte de Baldur. Elle alterna habilement chants d’amour, chants guerriers et même quelques comptines délicieuses accompagnées de mimes, qui firent la joie des plus jeunes. Les voyageurs étaient ravis et personne ne vit Sylveneige quitter le campement.

    Le mage, naturellement dédaigneux de ces agapes champêtres, s’était rapidement retiré après avoir exigé sa part, assez frugale selon son habitude. Sylveneige comptait bien le trouver dans le chariot où il avait véritablement élu domicile, chassant les quelques voyageurs qui auraient voulu profiter du même chariot.
    Arrivée au chariot, Sylveneige constata qu’elle ne pouvait pas y entrer ; le mage avait utilisé un de ses sorts pour en interdire l’accès. Tant pis ! elle irait donc seule.

    Elle s’en retourna vers son chariot, qu’elle partageait avec Orage, l’herboriste halruaan et un aimable couple de tisserands du Cormyr. Un léger grattement se fit entendre mais elle était si plongée dans ses pensées aventurières qu’elle sursauta quand une main se plaqua sur son épaule.

    - Holà, petite, un instant. Le mage la contemplait avec un rictus qui se voulait engageant. J’ai besoin d’une personne habile pour m’aider à aller chercher des manuscrits dans l’antique bibliothèque de Ss’thar’tiss’ssun.
    - Mais il n’y a plus que des ruines !
    - Que des ruines pour ceux qui ne voient pas, une bibliothèque aux pouvoirs puissants pour ceux qui voient au-delà des apparences.
    - Mais…
    - Pas de mais, on ne discute pas avec Edwin, mage de Thay ! si tu m’accompagnes, tu recevras une récompense de 25 pièces d’or si tout se passe sans accroc, davantage en cas de problème… Si tu n’y survis pas, une somme conséquente sera envoyée à ta famille, si aucun de nous ne survit, nous raconterons nos aventures dans un autre Plan pour distraire les dieux. Ta réponse ?
    - Oui. Je viens avec vous.
    - Alors allons-y, prends arc et flèches, je me charge de la protection magique.

    Le mage lui tendit une fiole d’un liquide ambré : elle but et sentit la fatigue du voyage s’envoler. Ils marchèrent tous deux rapidement, Sylveneige devançant le mage afin d’écarter les branchages poussés incongrument sur les vieilles rues. Le harfang Lumi la rejoignit et se posa sur son épaule.

    - La bibliothèque se trouve à l’est, dit le mage.
    - Comment la verrais-je ? Je ne vous suis là d’aucune aide, messire Edwin.
    - Regarde : ici cette dalle d’un vert-gris. Elle peut être piégée… A toi de jouer.

    Sylveneige examina rapidement la dalle ; une minuscule encoche dans le coin supérieur gauche attira son attention. Délicatement elle pressa sur le coin opposé puis souleva de la pointe de sa petite dague le coin supérieur droit, glissa une flèche souple le long du pan supérieur : un fin cliquement la prévint que le piège avait été désamorcé avec succès. Edwin et elle enlevèrent la dalle, qui révéla un escalier descendant vers un sous-sol brumeux. Ils descendirent précautionneusement.

    Soudain l’escalier parut prendre vie : il s’élança vers le ciel et les deux compagnons n’eurent que le temps de perdre l’équilibre : mais un champ de force les entourait et les empêcha de tomber. L’escalier monta dans une brume cotonneuse pendant ce qui leur sembla être une éternité ; enfin la brume se dissipa, le champ de force perdit de sa substance jusqu’à s’évanouir et la bibliothèque apparut aux yeux éblouis de Sylveneige et aux yeux blasés d’Edwin.

    Elle se retint juste à temps de sauter de la marche de l’escalier, mais le piège sensible se déclencha ! elle parvint à dévier le flux d’énergie avec sa petite dague, qui cassa sous le choc, laissant juste le temps nécessaire à Edwin pour contrer le piège avec un sort basique.

    - Tu as bien failli tout gâcher, petite !
    - Messire, pourquoi ne pas m’avoir tout bonnement prévenue ?
    - On ne répond pas ! cela t’apprendra la prudence.

    Sylveneige retint péniblement un haussement d’épaules, respira à fond, et s’adonna à l’examen minutieux des lieux. Aucun piège. Edwin se hâta vers une grande bibliothèque noire curieusement ornementée d’arabesques gris-argent. Des rouleaux de parchemin antiques, d’une étrange couleur mordorée, couvraient l’avant-dernière étagère. La dernière étagère, vide, luisait d’un étrange éclat.

    - Ne touchez à aucun rouleau, messire Edwin, la dernière étagère est piégée. Mais je crains de ne pas être capable de désamorcer celui-ci.
    - Bien sûr, grogna le mage, c’est un piège magique. Je vais lancer un sort de protection puissant sur toi, tu pourras le désamorcer.
    - Je dois tout d’abord observer de près la dernière étagère, afin de voir à quel type de mécanisme je vais avoir affaire…
    - Oui, oui.

    Sylveneige s’approcha avec précaution de l’étagère, utilisant le marchepied, se haussa sur la pointe des pieds, retenant sa respiration afin d’éviter tout trouble de la poussière, aussi infime fut-il. Le mage lança une brève invocation, qui eut pour effet de dissiper l’éclat de l’étagère. La rôdeuse repéra le mécanisme et redescendit prestement. Le mage lança aussitôt le sort de protection et la jeune fille remonta se mettre à l’œuvre.

    Elle commença à désarmorcer le piège, puis la bibliothèque se mit à tourner. Sylveneige sombra dans l’inconscience.
    Dernière modification par Féérune ; 13/08/2016 à 20h25.

  4. #4
    Date d'inscription
    January 2012
    Localisation
    Paris
    Messages 
    3 920
    La conscience revint peu à peu à Sylveneige. Inutile de chercher ce qui venait de se passer. Inutile de penser. Inutile d’être. Juste une vague conscience d’être dans un nuage, quelque chose de gris, quelque chose d’immobile.

    Soudain, un grattement, suivi d’une sensation aigue d’urgence, de nécessité absolue. Puis, le noir.



    Lumi apparut dans le ciel de Ss’thar’tiss’ssun.

    - Regardez ! cria Orage Main-d’Argent, si l’oiseau est là sa maîtresse ne doit pas être bien loin. Il faut partir à sa recherche !
    - Nous avons déjà perdu du temps… dit le chef des gardes. Donc un peu plus, aucun problème.
    - On ne devrait pas avoir trop de difficultés maintenant, Lumi nous guidera.

    Elle tendit le poignet et appela l’oiseau. Ce dernier voleta au-dessus d’elle puis prit la direction de la ville.

    - Autant vous prévenir, Orage, je n’emmène pas mes hommes sans protection dans ces ruines. Elles sont extrêmement dangereuses. Si le mage a des pouvoirs autres que le pouvoir de râler tout le temps, prenons-le avec nous.
    - Il est dans son chariot, je pense, répondit Orage.

    Le chef des gardes alla jusqu’au chariot du mage, se heurta au champ de forces interdisant son accès, hurla de rage puis se contenta de crier pour signaler sa présence au mage. Edwin sortit, furieux et prêt à en découdre :

    - QUOI ??? Ne peut-on ici avoir la PAIX ?
    - Messire, la jeune elfe que nous cherchons depuis près de deux jours peut être retrouvée à l’aide de son harfang. Elle serait partie dans les ruines de la ville ; nous avions exploré les environs mais pas la ville, qui est dangereuse. Ces ruines sont protégées par de sombres magies, vous seul pourriez nous aider et m’épauler pour y conduire une troupe.
    - Nous attendions juste cette petite étourdie, assez bête pour sortir de nuit dans un lieu pareil ? Et vous comptez sur moi pour vous aider à y aller maintenant, alors que vous m’aviez interdit d’y mettre les pieds, craignant je ne sais quelle vengeance des esprits de Ss’thar’tiss’ssun sur le convoi ?
    - Euh… Oui, messire. J’en suis désolé, mais Sylveneige est sous la protection d’Orage Main-d’Argent, nous ne pouvons pas partir sans avoir tout tenté pour la retrouver. Et c’est une gentille petite, qui a su se rendre très utile quand l’essieu du premier chariot a perdu sa roue.

    Edwin murmura un juron indistinct et sauta prestement du chariot :

    - Je suppose qu’on n’a pas d’espoir de repartir avant de l’avoir trouvée… Allons-y, vite.

    Les gardes étaient déjà prêts et la troupe partit vers la ville, guidée par le harfang.

    Edwin pestait dans sa barbe. Une fois obtenus les précieux manuscrits, il ne s’était plus préoccupé de la jeune Sylveneige. Ses préceptes d’éducation concernant les jeunes étaient assez basiques : si ces idiots sont assez bêtes pour accepter une balade dangereuse avec un étranger notoirement mauvais, c’est qu’ils ne sont pas dignes de vivre. Le monde se régulait ainsi de lui-même ; la nature éliminait les faibles, les situations de danger éliminaient les crétins. Il aurait probablement pu inverser le sort métamorphe qu’il lui avait lancé, mais à quoi bon ?

  5. #5
    Date d'inscription
    January 2012
    Localisation
    Paris
    Messages 
    3 920
    Edwin avançait toujours en direction des ruines, entrant dans l’antique cité toujours plongé dans ses pensées. Inconsciemment il guida la troupe à l’est de la ville et finit par buter du pied dans la dalle permettant l’accès à la bibliothèque fantôme.

    - Quel plan local d’urbanisme lamentable ! marmonna t-il. A-t-on déjà vu des accès au savoir si mal placés.

    Il fallait trouver quelque chose pour éviter les soupçons qui ne manqueraient pas de tomber sur lui quand Sylveneige serait retrouvée. Ce convoi ne repartirait probablement pas sans elle ; mais s’en retournerait à Evereska annoncer la triste nouvelle aux parents de la jeune fille. D’ailleurs, Edwin se rappela qu’il s’était engagé à verser une somme d’argent conséquente à ces derniers si elle ne revenait pas. Or, s’il n’était pas généreux de nature, le mage savait que les dieux finissaient toujours par faire payer les parjures. Non qu’il tînt la croyance religieuse en estime, mais certains mages habiles tournés vers le bien finiraient bien par trouver quelque chose. Il se souvint d’une mage qu’il avait cherché à exterminer, dans le pays gnoll, quelle fouine celle-là ! il ricana à son souvenir.

    - Messire, avez-vous trouvé quelque chose ? demanda Orage
    - Non. Ou plutôt si. Cette dalle est sûrement piégée, qui peut vérifier et désamorcer le piège ?
    - Moi, dit-elle. J’ai quelque talent en ce domaine.

    Orage examina la dalle et plaça sa dague sensiblement de la même manière que Sylveneige, mais ne parvint pas à désamorcer le piège.

    - Peut-être pourriez-vous essayer en glissant quelque objet long en haut de la dalle ? dit Edwin.
    - Je vais essayer, messire.

    La trouvère fit une nouvelle tentative en suivant les conseils du mage. Elle parvint enfin à soulever la dalle sans déclencher le piège.

    Edwin prit sa respiration et souffla longuement, ce qui eut pour effet d’attirer l’attention de toute la petite troupe. Il fit quelques mouvements amples prétendument magiques, prit un air inspiré :

    - Je sens l’aura de ce lieu. Les profanes ne doivent pas y avoir accès. Reculez-vous, tous !

    La troupe sembla hésiter. Edwin se racla la gorge et reprit :

    - Ces lieux sont sacrés. Seuls des mages talentueux peuvent circonvenir les dieux et déjouer les pièges magiques.
    - Bien, dit le chef des gardes, donc vous dites que vous seul pouvez y entrer ? De toute façon, cela ne sert pas à grand-chose si Sylveneige n’y est pas. Et il n’est guère possible qu’elle y soit, puisque le piège n’était pas désactivé. Il nous faut donc chercher ailleurs, vous assouvirez vos désirs d’exploration une autre fois. Allons !

    Edwin grinça des dents. Il fallait jouer serré. S’il insistait pour descendre dans ce sous-sol, il risquait d’éveiller les soupçons.

    - Ne perdez pas de vue qu’il peut y avoir plusieurs accès à un même lieu. Afin de déterminer où peut être la petite, je pourrais utiliser un sort de détection puissant, spécialisé dans les êtres vivants.
    - Faites, messire, vous avez raison, répondit le chef des gardes.

    Le mage sortit un sort esthétique mais parfaitement inutile, un de ceux qu’il conservait pour impressionner les profanes. Il lança le sort avec une fausse simplicité remarquable, loin des simagrées de certains mages de Thay de sa connaissance.
    Une sphère luminescente d’une couleur bleu tendre apparut, puis glissa doucement vers la dalle.

    - La sphère indique bien cette dalle. Je vais y aller.
    - C’est dangereux, messire, dit Orage Main-d’Argent
    - Vous voulez qu’on la retrouve, ou pas ? dit Edwin avec sa patience habituelle
    - Oui, bien sûr, faites comme vous l’entendez, messire.

    Orage soupira. Quel type épouvantablement hargneux ! elle s’étonnait cependant que le mage ait été capable de lui montrer comment désactiver le piège. Probablement avait-il vu faire d’autres personnes au cours de sa vie aventureuse, mais c’était assez fort d’avoir retenu le truc avec précision.

    Edwin invoqua une sphère d’invisibilité afin de dissimuler aux yeux de la troupe l’escalier magique. Il refit l’ascension et arriva dans la bibliothèque. Se dirigeant rapidement vers les rayonnages noirs ciselés d’argent, il grimpa sur le marchepied et repéra une fine toile d’araignée chargée de menus insectes. Il la prit délicatement du bout de sa baguette et prit quelques tissus posés en vrac sur l’étagère puis redescendit.

    Le mage posa la toile à terre : une mouche aux fines ailes bleutées, quelques moucherons en étaient prisonniers. Edwin lança un sort bref : la mouche sembla trembler, se nimber d’une aura étrange et commença à grandir. Le mage observa la scène d’un regard froid. Sylveneige reprenait sa forme elfique originelle. Il prit les vêtements de la jeune fille, lui rajusta hargneusement, la secouant juste ce qu’il fallait pour la ramener à un semblant de vie. Elle était certainement sous l’effet des poisons que l’araignée lui avait injectés. Effet combiné avec le sort assez violent qu’il venait de lui lancer, destiné à lui troubler la mémoire. Edwin traîna Sylveneige jusqu’à l’escalier et revint sur la dalle.

    La troupe avait vu descendre le mage sous la dalle ; il sembla que le lieu se troublait, comme si une vibration d’un Plan supérieur se faisait visible. Edwin et Sylveneige apparurent enfin.

    - Vous l’avez sauvée ! oh merci, merci, merci ! s’exclama Orage Main-d’Argent
    - Portez-la, maintenant, j’ai fait ma part, ronchonna le mage.
    - Oui ! oh je vous suis vraiment très reconnaissante, je n’ose pas penser ce que j’aurais dû dire à Oriis et Eielle, ils auraient été fous de chagrin ! je vous revaudrais cela, je vous le promets.

    Elle prit délicatement la jeune fille et la porta jusqu’au chariot. Là elle pourrait la soigner efficacement grâce aux soins de l’herboriste.
    Dernière modification par Féérune ; 09/02/2013 à 23h40.

  6. #6
    Date d'inscription
    January 2012
    Localisation
    Paris
    Messages 
    3 920
    Le convoi, cette fois au grand complet, put enfin reprendre la direction de l’ouest, vers la Porte de Baldur. Orage Main-d’Argent avait promis aux parents de Sylveneige de lui trouver un passage à bord d’un navire sûr.

    Installée aussi confortablement que possible par son amie, Sylveneige réfléchissait intensément : qu’avait-il pu se passer ? Elle s’était promis d’aller faire un tour, de nuit, dans les ruines de Ss’thar’tiss’ssun et impossible de se souvenir de ce qui avait suivi. Elle se rappelait avoir voulu parler au mage, être allée jusqu’à son chariot, mais rien d’autre. Il faudrait qu’elle lui demande. Puisqu’il l’avait sortie des sous-sols de la ville, il savait probablement quelque chose. Quel dommage que Lumi ne puisse parler ! le harfang l’avait sauvée, très certainement, en guidant la troupe partie à sa recherche.

    Et pourquoi le mage, si misanthrope et égoïste, avait-il tenu à lui donner une petite bourse de pièces d’or ? Il y en avait pas moins de cinquante ; ajoutées aux trente pièces d’or données par ses parents, elle avait une petite fortune ! de quoi se payer la traversée, une épée, et bien des haltes dans de bonnes auberges. Elle se promit de demander au mage un conseil sur l’achat d’un bijou : elle l’achèterait avec une petite partie de l’argent offert et garderait ainsi un souvenir de lui.

    Le voyage se poursuivit sans incident notable, à l’exception d’une attaque d’araignées géantes, négligemment contrées par quelques boules de feu lancées par un mage plus maussade que jamais. Personne ne se risquait plus à adresser la parole à Edwin, il ne cessait pas de rabrouer le plus aimable des interlocuteurs. Sylveneige n’osa donc pas le déranger, pensant pouvoir avoir une discussion avec lui au moment de la séparation des voyageurs à la Porte de Baldur.

    La cité apparut enfin dans le lointain. Il fallut redoubler de prudence, les ankhegs pullulaient dans la région. Les gardes espéraient bien pouvoir être autorisés à en chasser quelques-uns, la prime de 500 pièces d’or étant encore distribuée aux aventuriers risque-tout.

    Sylveneige se prenait à rêver : 500 pièces d’or, ça ouvrait de grandes possibilités, même en partageant avec deux ou trois gardes. Elle pourrait s’offrir une épée magnifique, avec un pouvoir magique !

    - Orage, j’ai envie d’y aller, la chasse aux ankhegs est autorisée et paye bien. Si on y va avec deux gardes, cela nous ferait 125 pièces d’or chacun par ankheg ! c’est jouable, non ?
    - Sylveneige, réfléchis un peu : crois-tu que nous ayons perdu deux jours à te chercher pour encore perdre du temps pour tes fantaisies ? Si un ankheg nous attaque, les gardes nous défendront, point.

    Soudain le sol se mit à trembler, les gardes crièrent et se mirent en position de protection autour des chariots.
    Sylveneige profita de l’effet de surprise pour attraper arc et carquois et sauta prestement hors du chariot.

    L’ankheg avait jailli à quelques pieds de là, s’était de nouveau enfoui… Il jaillit brutalement juste sous Sylveneige, qui eut le réflexe de rouler suffisamment loin de la bête menaçante. Elle banda rapidement son arc, visa…

    L’ankheg s’écroula, mort sur le coup.

    - Mais c’est impossible ! s’écria le chef des gardes.
    - Oh que si, répondit l’herboriste. J’ai repéré que la petite prenait trop de risques avec une facilité déconcertante. Du coup, j’ai enduit quelques unes de ses flèches avec une décoction particulièrement virulente. Hé ! elle a gagné 500 pièces d’or !
    - Oh messire, je vous en dois une grande partie !
    - Non, Sylveneige, je suis déjà suffisamment riche pour te laisser l’argent. C’est toi qui a eu l’habileté nécessaire pour abattre l’ankheg.
    - Je vous revaudrai ce geste, messire, je vous le promets.
    - Si tu vas à Lumenis, j’aurais justement quelque chose à te demander.
    - Avec plaisir !
    - Eh bien…

    L’herboriste se tut brusquement.

    - Nous verrons, à tout à l’heure.

    Le mage venait d’apparaître hors de son chariot. Il toisa tout le monde, jeta un regard à peine surpris sur l’ankheg mort, puis sur Sylveneige :

    - Prends au moins ce que l’ankheg portait ! s’il s’agit d’un parchemin, tu me le donneras.

    Sylveneige fouilla la carapace épaisse, trouva une fiole d’un liquide rosâtre. Elle la tendit à l’herboriste, qui la mira à la lumière d’un œil expert.
    Dernière modification par Féérune ; 09/02/2013 à 23h45.

  7. #7
    Date d'inscription
    January 2012
    Localisation
    Paris
    Messages 
    3 920
    Le liquide se troubla lentement, comme s’il était animé d’une vie propre et désirait se dissimuler aux regards.

    - C’est un liquide bien étrange… Puis-je le garder, Sylveneige ?
    - Oui, bien sûr !
    - Tu devrais essayer de conserver la carapace. A la forge de Grondemarteau, à Bérégost, on t’en donnerait un bon prix. Sinon, un magasin avisé de la Porte de Baldur te la prendrait aussi, mais probablement moins cher. A toi de voir.
    - Oui, mais elle est probablement trop lourde à transporter…
    - Je la voudrais bien, moi, dit le chef des gardes. Verrais-tu une objection à me la vendre ? Je ne peux pas t’en donner autant que la forge de Bérégost, mais je peux te donner un anneau de protection en échange. Qu’en dis-tu ?
    - Topez-là !

    Le chef des gardes remit à Sylveneige un anneau d’or serti d’une belle turquoise veinée. Il se mit à l’ouvrage sur l’ankheg, le dépeçant avec habileté.
    La garde-chasse arriva près du convoi, avisa l’ankheg et se renseigna sur sa mort. Elle ouvrit une énorme bourse de cuir, s’installa commodément et en retira quantité de bourses plus petites.

    - Qui l’a tué ? Toi, la petite ??? Eh bien, bel exploit ! tiens, recompte si tu y tiens, mais cette bourse contient ton dû : 500 pièces d’or. Ne dépense pas tout ça en vétilles, hein !
    - Merci ! je compte aller à Lumenis et y acheter une épée. Je pourrai m’en offrir une superbe !
    - Hmmm. Mouais. Il y a quelques problèmes, à Lumenis ; les derniers arrivages de métaux ont été fort décevants, d’après les rumeurs qui circulent. Fais attention à ce que tu vas acheter ! et si une potion te paraît douteuse, jette-là. Certaines corrompent les métaux de façon définitive.

    Sylveneige écouta poliment, remercia, se contenant avec peine pour ne pas sauter de joie. La garde-chasse sourit, flatta de la main le harfang, salua et partit.

    Le convoi repartit vers la Porte de Baldur, dont le pont était déjà en vue.

    Les gardes du Poing-Enflammé laissèrent entrer le convoi sans problème, après avoir chaleureusement salué les gardes, qu’ils connaissaient pratiquement tous. A l’entrée de la ville, le convoi s’arrêta et les voyageurs commencèrent à se dire adieu. L’herboriste halruaan avait la larme à l’œil.

    - Sylveneige, fais bien attention à toi ! et j’aimerais que tu portes cette potion à un artisan de Lumenis, Dorian. C’est un forgeron de bonne réputation, il saura forger l’épée de tes rêves. Tu lui diras qu’il pourra en traiter les métaux qu’il utilise, afin de les prémunir contre les dégradations étranges que ceux-ci subissent actuellement.
    - Merci beaucoup !
    - Retiens mon nom, je m’appelle Therl. Tu seras la bienvenue à Halruaa, dès que la fantaisie te prendras de visiter mon beau pays.
    - Avec plaisir, messire Therl, je ne vous oublierai pas !

    Sylveneige alla ensuite vers le chariot du mage ; à sa surprise aucun champ de force ne la retint dans son élan pour pénétrer dans le chariot. Elle se faufila à l’intérieur : il était vide. Edwin avait profité du tumulte des adieux pour se sauver sans daigner saluer ses compagnons de voyage. Sylveneige en ressentit un peu de contrariété, mais c’était bien typique de ce personnage au caractère ombrageux.

    Les voyageurs commencèrent à se disperser. Le couple de tisserands embrassèrent chaleureusement Orage et Sylveneige, on promit de se revoir aussi tôt que possible, puis ce fut la véritable fin de cette équipée.

    Orage Main-d’Argent emmena sa jeune compagne jusqu’au port, au sud-est de la ville. Un navire prêt à lever l’ancre les accepta toutes deux à son bord. Le navire devant longer la Côte des Epées, Orage débarquerait avant l’arrivée à Helonna, mais elle était ravie de continuer à voyager avec Sylveneige. Le voyage en convoi lui avait inspiré de nouvelles chansons.

    Le capitaine lança l’ordre de lever l’ancre, et le navire glissa sur la mer infinie

Discussions similaires

  1. [TLR] Problème au départ
    Par Non inscrit dans le forum Compagnons d'Amn : Les modules dit "PNJ"
    Réponses: 8
    Dernier message: 13/07/2010, 14h37
  2. [BGT] Niveau de départ
    Par Varscona dans le forum Baldur's Gate Reloaded : les mods TUTU et Baldur's Gate Trilogy
    Réponses: 3
    Dernier message: 13/05/2010, 13h17
  3. [Carte] Plan de la Ville de Luménis et liens vers les lieux principaux.
    Par Voyageuse dans le forum Les Portes de la Ville
    Réponses: 1
    Dernier message: 07/11/2009, 16h25
  4. [Départ] Eternité
    Par Oan dans le forum Les archives des quêtes de Melandis
    Réponses: 0
    Dernier message: 30/05/2005, 21h34

Les tags pour cette discussion

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •  

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 203 204 205 206 207 208 209 210 211 212 213 214 215 216 217 218 219 220 221 222 223 224 225 226 227 228 229 230 231 232 233 234 235 236 237 238 239 240 241 242 243 244 245 246 247 248 249 250 251 252 253 254 255 256