Affichage des résultats 1 à 21 sur 21

Discussion: Pérégrinations à Féérune

  1. #1
    Date d'inscription
    April 2011
    Localisation
    plongé dans un bouqin, mais comment savoir lequel ?
    Messages 
    272

    Pérégrinations à Féérune

    Un mois après avoir quitté Ioma, Théolen, maintenant initié aux arts des redresseurs de torts par Erath Derlan arriva en vue des côtes tant attendues de Féérune. Les deux compagnons avaient fait le voyage à bord de l'Oie des mers, un navire à la coque effilée et à la mâture élancée, commandée par le capitaine Endraven, un homme droit et bon qui dirigeait son équipage d'une main de fer et inspirait le respect et la dignité à bord.

    Le navire marchand était parti d'Ioma au mois de Mirtul, avait fait escale à Velen une semaine plus tard avant de prendre le large et arriver à Athkatla le quatrième jour du mois de Kythorn. L'Oie des mers mouilla dans le port quelque peu agité d'Athkatla en fin de mâtiné...
    Les mourants réclament de l'eau parce qu'ils savent qu'elle contient la vie. Gaëlan Brandel, dans "études de la nature"
    Si vous aimez lire : Voici ce que j'écris:http://www.baldursgateworld.fr/lacou...-new-post.html

  2. #2
    Date d'inscription
    April 2011
    Localisation
    plongé dans un bouqin, mais comment savoir lequel ?
    Messages 
    272

    Arrivée à Athkatla

    Théolen et Erath descendirent du navire tout en faisant leurs adieux au capitaine. Ils se frayèrent un chemin à travers la foule de marins qui déchargeaient les caisses de marchandise et les habitants qui affluaient dans tous les sens. Les deux compagnons avaient remarqué le phare du port, qui se tenait sur un ponton de pierre surélevé, dominant la mer et les bas fonds. Un imposant bâtiment attirait la vue, mais les deux compagnons ne surent pas quelle était sa fonction et continuèrent leur chemin, à la recherche d'une auberge.

    En trouver une ne fut pas compliqué, La bonté marine, une taverne à l’aspect simple et propre, tenus par un aubergiste du nom du Pouce se tenait face au port. Les deux amis achetèrent une chambre et se payèrent un repas chaud constitué de bœuf rôti, de haricots, de pain et de fromage. L'ambiance était plutôt joyeuse, comme souvent vers midi, les gens ne semblaient pas querelleurs, mais ce ne pouvait être qu'une apparence...

    Erath et Théolen ne passèrent qu'une nuit à l'auberge avant de reprendre la route vers les portes de la ville. Le roublard regardait avidement autour de lui en traversant les rues, observant les habitants, les maisons, dont l'architecture, quoi que proche de celle de Manost était tout de même très différente. Ce fut Théolen qui donna l'alerte, en apercevant des mouvements dans l'ombre d'une ruelle, au moment ou cinq bandits les chargèrent.

    Le combat fut très rapide : Le premier bandit tenta de donner un coup d'estoc au visage de roublard avec une épée courte, coup qui fut dévié et redirigé vers son compère qui fut obligé de parer. Théolen fit un demi tour sur lui même et décapita le bandit d'un coup puissant. Le second bandit à la portée du roublard ne vit pas partir la javeline qui se ficha dans son estomac, et ne réagi même pas lorsqu'une épée abatis sur lui.

    De son côté, Erath avait étripé ses adversaires et tentait de rattraper le troisième qui fuyait. La poursuite fut interrompue par une javeline qui se planta avec un son mat entre les omoplates du bandit.
    Les mourants réclament de l'eau parce qu'ils savent qu'elle contient la vie. Gaëlan Brandel, dans "études de la nature"
    Si vous aimez lire : Voici ce que j'écris:http://www.baldursgateworld.fr/lacou...-new-post.html

  3. #3
    Date d'inscription
    April 2011
    Localisation
    plongé dans un bouqin, mais comment savoir lequel ?
    Messages 
    272
    HRP : reprise du scénario après un longue pause due au fait que je fais aussi des jeux de rôles sur table en vrai et que faire les scénarios prends du temps.

    Les deux compagnons ne restèrent pas longtemps à Athkatla, juste le temps que le roublard remplisse sa bourse, allégée par le prix du voyage...aussi partirent t-ils une semaine à peine après leur arrivée. Le nord attirait le roublard, les contrées sauvages et inhospitalières auraient sans doute bien plus à lui apporter que les cités, bien que celles-ci soient fortes lucratives...

    Un vent froid balayait les routes, et ils ne rencontrèrent que peu de monde : l'automne était bien entamé, les paysans achevaient de récolter leurs semences, et les marchands cessaient leurs pérégrinations. A cette époque de l'année, seuls les marchands venu du Val-bise étaient susceptibles de se trouver sur ces routes. Théolen serrait étroitement sa cape en lin autour de lui dans l'espoir d’empêcher le froid de le frigorifier. Erath se tenait à ses côtés, aussi muet qu'une tombe. Le redresseur de torts semblait songeur, taciturne peut être...

    Les deux amis ne rencontrèrent aucun bandit sur les routes, rien ne troublait le calme plat, hormis le chant du vent dans les arbres ou l'écoulement d'un ruisseau. L'ennui gagna peu a peu Théolen, qui espéra, le soir venu, au coin du feu que demain lui réserve plus de dangers...ce fut la dernière pensée qu'il eut avant de sombrer dans un profond sommeil, près du feu de bois...

    Dernière modification par Elarion ; 10/01/2012 à 13h18.
    Les mourants réclament de l'eau parce qu'ils savent qu'elle contient la vie. Gaëlan Brandel, dans "études de la nature"
    Si vous aimez lire : Voici ce que j'écris:http://www.baldursgateworld.fr/lacou...-new-post.html

  4. #4
    Date d'inscription
    April 2011
    Localisation
    plongé dans un bouqin, mais comment savoir lequel ?
    Messages 
    272
    Un courant d'air glacé, comme annonceur de mort réveilla le roublard au petit matin. Erath se tenait contre le tronc d'un frêne, scrutant la brume matinale. Théolen se leva. Quelques braises fumantes animaient encore la buche de bouleau, mais aucune chaleur réconfortante ne semblait en émaner. La lande en contrebas, envahie par le brouillard ne laissait transparaître que quelques ramures au feuillage épars.

    - Quelque chose ne va pas...c'est trop calme, les animaux se taisent, la forêt aussi.

    - Ce matin, une volée de corneilles est partie de cet endroit, en bas, et a fuit vers l'est, ce qui suggère que le danger venait de l'ouest...mais je peux me tromper. Le temps ne m'inspire pas confiance. Ce froid n'est pas...naturel.

    - Je suis bien d'accord, mais qu'importes. Continuons, mais tâchons de rester sur nos gardes l'ami, prudence et longue vie vont de pair !

    Les deux compagnons rassemblèrent leurs affaires et descendirent le flans de la petite colline sur laquelle ils avaient établi leur campement. La visibilité était réduite à quelques mètres, contraignant les deux amis à scruter les alentours avec plus d'attention, dans le but de distinguer tout mouvement suspect.

    La mâtiné se déroula dans un silence oppressant, uniquement perturbé par le souffle glacé du vent. Une menace, indescriptible, presque déstabilisante planait sur la vallée, minant le moral des deux compagnons, faisant naitre une peur oppressante, insaisissable. Le repas de midi fut constitué de fromage, de pain et de vin, Erath continua à donner quelques conseils aux roublard, lui indiquant comment un redresseur de torts devait réagir face à telle ou telle situation, si bien que la menace passa au second plan, remplacée par une sieste au coin du feu...
    Les mourants réclament de l'eau parce qu'ils savent qu'elle contient la vie. Gaëlan Brandel, dans "études de la nature"
    Si vous aimez lire : Voici ce que j'écris:http://www.baldursgateworld.fr/lacou...-new-post.html

  5. #5
    Date d'inscription
    April 2011
    Localisation
    plongé dans un bouqin, mais comment savoir lequel ?
    Messages 
    272
    Somnolant, Erath se tenait assis contre un massif tronc de chêne qu'une tempête avait à moitié déraciné. Theolen était perché sur une branche haute, scrutant les bois que la brume dévoilait peu à peu. Ses oreilles d'elfe avaient perçues une agitation lointaine, venue du nord, son instinct l'avait averti d'un danger, mais il n'avait pas réveillé le redresseur de torts, préférant guetter l'arrivée du danger. Ce dernier ne tarda pas à arriver, et il prit la forme d'une petite troupe d'orges. Plus petits que ne l'étaient en général les ogres classiques, ils ressemblaient davantage à des orques, Théolen n'avait jamais rien vu de pareil, et n'avait jamais imaginé que des ogres puissent d'assembler eu une troupe aussi importante...

    Il appela Erath, qui se releva et dégaina son épée. Ne voyant pas le danger, il interrogea le roublard du regard. Ce dernier lui désigna le nord. Une des créatures arriva près du campement, sans doute alertée par l'odeur du feu. Deux énormes dents, semblables aux défenses de sangliers dépassaient de la partie inférieure de la mâchoire. Le teint de la créature était bourbeux, quelques peu verdâtres, et ses traits étaient grossiers. Ses bras pendaient le long de ses flancs, et l'un d'eux était muni en son extrémité d'une lourde branche servant sans doute de gourdin.


    Erath aperçu la créature et hurla

    - Un Ogrillon !

    Le cri eut pour effet d'attirer le reste de la troupe, et bientôt un concert de grognements gutturaux emplit les bois. Erath fondit sur le premier Ogrillon mais fut contraint à se jeter à terre pour éviter le gourdin de la bête. Théolen saisi une de ses javelines et la lança sur le monstre. Elle atteignit la cible avec un son mat. Le poison dont la pointe était enduite ne tardât pas à faire effet, et le monstre s'effondra aux pieds du redresseur de torts qui venait de se relever.

    Sept Ogrillons en fureur débarquèrent soudain dans la petite clairière. Erath se campa sur ses jambes, son épée en main, le teint livide. Théolen, toujours sur sa branche saisi ses quatre javelines restantes et visa. Le sol trembla sous les pas monstrueux, des cris jaillirent, des grognements résonnèrent dans les bois. Théolen lança prestement sa première, puis sa seconde javeline; la troisième manqua sa cible de peu, et la quatrième se planta dans un bras musclé. Erath redoublait de coups et de parades, acculé de trois monstres. Les bêtes n'étaient pas malines, L'elfe sauta sur le dos de l'une d'elles qui passait sous lui, son épée en main, prête à frapper.
    Les mourants réclament de l'eau parce qu'ils savent qu'elle contient la vie. Gaëlan Brandel, dans "études de la nature"
    Si vous aimez lire : Voici ce que j'écris:http://www.baldursgateworld.fr/lacou...-new-post.html

  6. #6
    Date d'inscription
    April 2011
    Localisation
    plongé dans un bouqin, mais comment savoir lequel ?
    Messages 
    272
    Seulement, la tentative échoua, la bête, passa son bras armé de sa massue par dessus sa tête par un réflexe purement défensif et frappa lourdement le roublard dans le ventre, l'envoyant trois mètres plus loi, où il s'affala contre un arbre. Erath, toujours acculé de deux monstres se battait furieusement, et parvint à blesser l'un de ses ennemis d'un revers de son épée. Il enchaina feintes et coups latéraux afin de déstabiliser les bêtes et de les empêcher d'attaquer en mobilisant leur attention.

    Le troisième monstre, celui qui avait frappé le roublard s'approcha à pas lourds, en brandissant sa lourde massue. Théolen se redressa et se jeta de justesse sur le côté en un roulé boulé qui lui évita de se retrouver le crâne fendu. Il se campa sur ses jambes, mais désarmé, il ne possédait plus que ses dagues, ce qui rendait son adversaire difficile à toucher et dangereux à approcher, en considérant la force du colosse. Il avança tout de même, et couru en zigzags irréguliers pour empêcher son adversaire de se concentrer sur une stratégie d'attaque. Un cri de douleur monstrueux retenti derrière le roublard qui sourit en pensant au monstre qui mourrait.

    Théolen évita un coup de massue et un coup de poing, il sauta sur le coté, en direction du flanc de la bête, toutes dagues brandies, mais échoua quand un vigoureux coup de pied le contraint à se jeter dans la direction opposée. L'elfe prolongea son saut, afin atterrir dans le dos de son ennemi, sur lequel il tenta de lancer une des deux dagues, qui, mal équilibrée n’égratigna même pas la bête. Un coup de poing jaillit. Le roublard saisi sa chance et s'y agrippa, avant de planter sa dague dans le flanc gauche exposé de l'Ogrillon qui hurla de douleur. Le poison allait se charger du reste...


    Erath acheva son adversaire peu après, quand Théolen ramassa son épée. Le combat était fini.
    Les mourants réclament de l'eau parce qu'ils savent qu'elle contient la vie. Gaëlan Brandel, dans "études de la nature"
    Si vous aimez lire : Voici ce que j'écris:http://www.baldursgateworld.fr/lacou...-new-post.html

  7. #7
    Date d'inscription
    April 2011
    Localisation
    plongé dans un bouqin, mais comment savoir lequel ?
    Messages 
    272
    - Tu n'as rien l'elfe ?

    - Non, mon dos me lance affreusement, mais je n'ai rien de cassé. J'ai connu pire dans le temps.

    Le redresseur de torts essuya son épée sur un des demi orques/demi ogres et la glissa dans son fourreau, pendant que Theolen récupérait sa dague, son épée et ses javelines. Le dos de l'elfe de lune était douloureux. Le choc contre l'arbre l'avait bien plus atteint qu'il ne voulait l'admettre, et la douleur se fit plus vive au fur et à mesure que l'effet de l’adrénaline s'estompe.

    - Reprenons la route, vers le nord, nous nous reposerons plus loin.

    - Je suis entièrement d'accord avec toi, des charognards ne vont pas tarder, les corbeaux et les vautours sont déjà là. Ces bêtes n'ont rien qui puisse nous servir.

    Les deux amis repartirent. Theolen dut prendre un bâton pour s'appuyer, tant son dos lui faisait souffrir. La forêt dense s'effaça peu à peu, laissant place à des bosquets épars, et à des collines basses. Le redresseur de torts parti en avant, et s’arrêta au sommet d'une butte herbeuse. L'endroit était idéal pour monter un campement pour la nuit.
    Le soir venu, ils mangèrent un frugal repas composé de pain et de fromage. Erath Derlan pris un peu de temps pour soigner le dos de son ami, qui se laissa faire, bien que chaque fois que son dos était touché, une douleur sourde l'envahissait.


    - Tu est salement amoché, jamais vu un bleu aussi énorme. Tu vas avoir mal un moment, mais c'est bénin, tu guérira vite, Ton bleu s'étend de ta nuque jusqu'à ta hanche, et te couvre la moitié du dos en largeur, sois plus prudent la prochaine fois !

    Theolen grogna, remercia son compagnon d'arme pour ses soins et s'allongea, presque en hurlant, se mit sur le côté et s'endormit. Lea brise était fraiche, la foret calme, le lendemain leur réservait d'autres aventures, d'autres merveilles...
    Les mourants réclament de l'eau parce qu'ils savent qu'elle contient la vie. Gaëlan Brandel, dans "études de la nature"
    Si vous aimez lire : Voici ce que j'écris:http://www.baldursgateworld.fr/lacou...-new-post.html

  8. #8
    Date d'inscription
    April 2011
    Localisation
    plongé dans un bouqin, mais comment savoir lequel ?
    Messages 
    272
    une semaine plus tard, au cœur des montagnes, à l'est du lieu de l'assaut des Ogrillons. Le vent était mordant et beaucoup plus froid que la semaine précédente, l'hiver approchant, les premières gelées étaient apparues, rendant la progression dans les montagnes longue et difficile. Erath marchait péniblement, courbé sous l'assaut du vent. Théolen, dont le dos était désormais à peu près guéri avançait derrière lui, sa cape serrée contre lui.
    Le sommet des montagnes venait de se couvrir de neige la veille, et ils leur fallait traverser les montagnes avant que l'hiver ne soit là.


    - La nuit tombe, il faut nous trouver un abri, déclara soudain le redresseur de torts

    - Regarde, une grotte ! Dressons là le camp pour la nuit, on sera au sec, ces nuages ne sont pas de bon augure.

    Une grande cavité s'enfonçait dans la montagne, quelques petits sapins poussaient entre les rochers, les deux amis avancèrent prudemment, mais il n'y avait rien dans la grotte, aussi s''installèrent-ils tranquillement, dans le simple but de passer la nuit...
    Les mourants réclament de l'eau parce qu'ils savent qu'elle contient la vie. Gaëlan Brandel, dans "études de la nature"
    Si vous aimez lire : Voici ce que j'écris:http://www.baldursgateworld.fr/lacou...-new-post.html

  9. #9
    Date d'inscription
    April 2011
    Localisation
    plongé dans un bouqin, mais comment savoir lequel ?
    Messages 
    272
    La nuit tomba rapidement. Les flammes, léchant le bois mort avec avidité faisaient danser d’effrayantes ombres sur les murs, la soirée se prêtait bien aux histoires au coin du feu, aussi Erath commença un long, racontant sa première rencontre avec un vampire, qui avait tué quatorze innocents, et qui lui avait montré la voie de la justice. Théolen raconta ensuite son enfance, et les deux amis passèrent la soirée ainsi, avant de s'endormir.

    La nuit s'épaissit en allant, une ombre indéterminée s'avança, menaçante, oppressante, La pierre se fendit, et le passage oublié fut ouvert, la mort s'avança, menaçante, le vent hurla, l'acier grinça, la lune éclaira la scène de se lueur blafarde, passant entre les nuages noirs. Puis le vent se tut, la temps suspendit son vol...et l'ouragan s’abattit...
    Les mourants réclament de l'eau parce qu'ils savent qu'elle contient la vie. Gaëlan Brandel, dans "études de la nature"
    Si vous aimez lire : Voici ce que j'écris:http://www.baldursgateworld.fr/lacou...-new-post.html

  10. #10
    Date d'inscription
    April 2011
    Localisation
    plongé dans un bouqin, mais comment savoir lequel ?
    Messages 
    272
    Un infime courant glacé réveilla le redresseur de torts, dont l’instinct avait perçu le picotement infime annonçant le danger. Il roula sur le côté et criant afin de réveiller le roublard et réussi tant bien que mal à se défaire de la couverture et à tirer son épée courte. Le roublard, alerté par le cri de son ami ouvrit les yeux juste à temps pour voire une lame courbe, reflétant la lueur de la lune fondre sur lui. Une épée courte lui sauva la vie. Erath dévia la lame sur le coté et fit face à son adversaire, pendant que Théolen, abasourdi saisi son épée, posée à coté de lui.
    La créature qu'affrontait Erath était des plus étranges, semblable à une ombre, son aura glaçante et mauvaise imprégnait la grotte, mais cette ombre là était plus...matérielle que les autres, et elle se battait avec une lame. Pour la première fois de puis bien longtemps, l'humain fut confronté à une créature des ténèbres dont il ignorait jusqu’à l'existence, une créature qui se battait avec excellence.

    Théolen, une fois remis du choc intervint dans le duel, mais, chose à laquelle il ne s'attendait pas et le fit crier de surprise fut le dédoublage soudain de la bête. Théolen baissa sa garde une fraction de seconde, la lame courbe plongea, l'elfe de lune sauta vers la gauche et se récéptionna par une roulade, avant de se relever. il jeta un rapide coup d’œil derrière le monstre : Une vaste ouverture sombre ouvrait le mur de la grotte et Erath avait l'air sidéré. la vision infrarouge de Théolen ne lui était d'aucune aide, puisque son adversaire n'émettait aucune chaleur, ce qui le rendait difficilement observable. Une série de coups brefs et précis visant à jauger la garde de Théolen fit chanter l'acier dans la grotte, ajoutant aux échos déjà bruyants du combat d'Erath.

    Théolen avait rarement eu affaire à des créatures d'outre-tombe, mais celle ci n'avait rien de comparable avec ce qu'il connaissait, ce qui la rendait d'autant plus dangereuse. Son épée allait elle lui servir, ou devait-il la vaincre autrement. Seul le temps pourrai le lui dire, car il lui sembla que la créature devinait toute sa stratégie. Chaque botte, aussi rapide et osée soit-elle était bloquée par la lame courbe. La nuit allait être longue...
    Les mourants réclament de l'eau parce qu'ils savent qu'elle contient la vie. Gaëlan Brandel, dans "études de la nature"
    Si vous aimez lire : Voici ce que j'écris:http://www.baldursgateworld.fr/lacou...-new-post.html

  11. #11
    Date d'inscription
    April 2011
    Localisation
    plongé dans un bouqin, mais comment savoir lequel ?
    Messages 
    272
    Les échos du combats résonnèrent dans la nuit, à travers toute la vallée, ainsi que dans les profondeurs. La cavité, ouverte dans la paroi interne de la grotte menait à un dédale de grottes, travaillées il y a bien des siècles. Les galeries naines menaient directement à une vieille mine abandonnée d'où était extrait de l’argent, du fer et du Mithral. Les ombres n’effrayaient nullement le pilleur de donjons, qui se déplaçait silencieusement le long de la paroi rocailleuse, à la recherche d'un trésor depuis longtemps recherché : L'épée de Felmara, une ancienne arme ayant appartenu à un ancien combattant elfe, ami des nains, qui péri dans ces montagnes à l'issue d'un combat sanglant contre une troupe d'ogres en défendant l'accès du col aux côtés des troupes du clan Poingdacier. Les manuscrits que possédait l’opportuniste voleur l'avaient emmené depuis un continent lointain jusqu'en Féérune, son ancienne patrie.

    A des dizaines de mètres plus haut, Erath et Théolen menaient un combat acharné contre la créature ténébreuse. De grandes traces noires, brumeuses, et étrangement opaques envahissaient la grotte, Théolen sentait son énergie vitale faiblir, comme si ces trainées noires vampirisaient ses forces. Erath de son côté était acculé contre le mur, il murmurait d'étranges paroles à voix base et sa main s'illumina, Théolen se jeta vers la droite pour déconcentrer son adversaire, mais il traversa une des trainées de fumée noire, un froid mortel l'envahi, des taches noires apparurent devant ses yeux, la bête approchait. Puis la lumière fusa à travers la grotte, aveuglant le roublard. Un cri inhumain résonna dans la nuit, assourdissant et sonnant les deux compagnons, une douce chaleur de rependit, puis les deux créatures de l'ombre redevinrent poussière.
    Les mourants réclament de l'eau parce qu'ils savent qu'elle contient la vie. Gaëlan Brandel, dans "études de la nature"
    Si vous aimez lire : Voici ce que j'écris:http://www.baldursgateworld.fr/lacou...-new-post.html

  12. #12
    Date d'inscription
    April 2011
    Localisation
    plongé dans un bouqin, mais comment savoir lequel ?
    Messages 
    272
    Le silence revint enfin dans la caverne, Erath époussetait ses vêtements, et rengaina son épée courte, pendant que Théolen, vivifié par la chaude lumière observait la vaste percée dans la paroi rugueuse de la grotte. Son ami s'approcha de lui, et d'un air entendu, ils rangèrent leurs affaires et entrèrent dans les ténèbres, après avoir allumé une torche. La paroi semblait travaillée : elle était lisse, mais portait d'infimes traces d'outils. Théolen, aussi excité que son compagnon avançait prestement parmi les ombres et les pierres.

    Loin au dessous d'eux, un talentueux voleur mettait la main sur une étrange épée lumineuse, pendant que ses compagnons l'attendaient un peu plus loin. Un nain d'aspect bourru, à l'imposante barbe brune tenait une grande hache à forme draconique, scrutant les ténèbres avec avidité. A ses côtés se tenait un étrange personnage, vêtu d'une cape aux couleurs chatoyantes, et armé quant à lui d'une longue épée argentée et d'un fin bouclier elfique. Leur compagnon ne tarda pas à revenir, chargé de son précieux butin, mais un autre obstacle s'élevait entre eux et la sortie. L'individu à la cape chatoyante tenait dans ses mains une pierre de détection, la chaleur qu'elle émettait lui indiquait de d'autres êtres vivants se trouvaient non loin de là...
    Les mourants réclament de l'eau parce qu'ils savent qu'elle contient la vie. Gaëlan Brandel, dans "études de la nature"
    Si vous aimez lire : Voici ce que j'écris:http://www.baldursgateworld.fr/lacou...-new-post.html

  13. #13
    Date d'inscription
    April 2011
    Localisation
    plongé dans un bouqin, mais comment savoir lequel ?
    Messages 
    272
    Les couloirs s’obscurcissaient de plus en plus, la pénombre se refermait autour des deux compagnons, qui, leurs épées pointées vers le gouffre inconnu de l'infini progressaient à tâtons, sous la faible lueur de la torche du roublard. Des pavés furent bientôt visibles, Le roublard fit signe à Erath de faire moins de bruit. Ils ne savaient pas ce qui les attendaient au delà, et le roublard, comme à son habitude préférait jouer la carte de la prudence, surtout après avoir affronté l'étrange ombre. Le couloir s'affaissa peu à peu, et s'enfonça un peu plus rapidement dans les entrailles de la montagne, mais bientôt, d'autres pas que les leurs furent audibles par la fine ouïe de Théolen. Les deux amis s'immobilisèrent sur un geste du roublard.

    Horgan Poingdefer, son imposante hache de forme draconique dressée devant lui, avançait prudemment dans le tunnel. A sa suite venaient l'elfe du soleil Glaëmdil Fihlën, dont la cape aux mille couleurs changeantes déstabilisaient ses adversaires au combat flottait dans son sillage, cachant une légère arbalète chargée d'un carreau enchanté. En dernier lieu venait Echter Deliber le fouilleur de donjons, armé de son épée chercheuse et de sa dague au poison mortel. Ce dernier perçu un léger frottement contre la paroi, quelque part devant eux, Une forte tension envahit l’air ambiant, le combat était imminent.

    Soudain, Un nain hurla son cri de guerre au nom de Moradin, se jetant sur le redresseur de torts qui dut se baisser pour éviter la hache mortelle. Deux torches tombèrent, les armes s'entrechoquèrent avec fracas. Un carreau enchanté fit fibrer l'air et illumina momentanément la scène, avant de s'écraser sur la paroi, après avoir manqué sa cible. Un instant de stupeur saisi les deux partis. Chacun s'étant attendu à rencontrer quelque bête immonde. Le combat cessa. Quelques instants passèrent longuement et silencieusement, jusqu'à ce que le nain allume une torche et demande d'un ton quelque peu bourru :


    - Qu'est-ce qui vous amène ici ?

    Un silence suivit la question. Erath fit un pas en avant et commença à expliquer ce qui s'était passé plus tôt. Avant de retourner la question aux membres de l'autre expédition, qui leur expliquèrent à leur tour leur quête de l'artéfact elfe de Felmara. Théolen reconnu alors son vieil ami Echter, lorsque celui-ci montra la l'épée bleutée finement sculptée. les deux amis s'étreignirent, brisant ainsi l’atmosphère tendue qui régnait dans les couloirs.
    Les mourants réclament de l'eau parce qu'ils savent qu'elle contient la vie. Gaëlan Brandel, dans "études de la nature"
    Si vous aimez lire : Voici ce que j'écris:http://www.baldursgateworld.fr/lacou...-new-post.html

  14. #14
    Date d'inscription
    April 2011
    Localisation
    plongé dans un bouqin, mais comment savoir lequel ?
    Messages 
    272
    Trois semaines plus tard, au cœur des bois, quelques miles au sud du Fort du Seigneur du matin


    Le fracas de l'acier résonnait dans les bois. Un hurlement guerrier invoquant Moradin fendit l'air. Théolen, dos à dos avec son ami Echter parait les assauts furieux de deux bandits. Le groupe d'aventuriers venait de tomber dans une embuscade et de retrouvaient acculés contre la paroi d'un surplomb rocheux, encerclés pas une vingtaine de bandits, dont quatorze étaient encore en vie. Horgan Poingdefer exultait, son ardeur au combat était visible, trois cadavres dont deux étaient maintenant dépourvus de tête gisaient autour de lui. Un carreau fendit les airs et se ficha dans le torse d'un bandit. Son corps se couvrit rapidement de glace, la douleur et l'horreur étaient peintes sur le visage du pauvre homme. Glaëmdil eut un hochement de tête satisfait, tandis que trois adversaires couraient vers lui.

    Théolen occis un de ses ennemis d'un coup bref à la carotide et stabilisa le second par un coup de pied renforcé par la stabilité que permettait la prise de l'épée fichée dans la gorge du premier bandit. Echter, blessé par une flèche décochée un peu plus tôt avait plus de mal à en découdre, mais le roublard ne doutais pas de la capacité de son ami à survivre, aussi alla-t-il porter assistance à l'elfe de soleil, laissant son ennemi étrangement plié sur le sol, pendant que le second se vidait de son sang, suite à la blessure, occasionnée par la courte lame de la botte du roublard.


    - Je n'ai pas besoin de ton aide Roublard ! Cria Glaëmdil.

    La concentration, nettement visible sur son visage le contredisait pourtant parfaitement. Théolen dégaina une dague enduite de poison et la lança sur l'ennemi le plus proche, avant de courir vers le groupe restant, sérieusement débordés par Erath et le nain. Quelques flèches tombaient sur le champ de bataille, le roublard se chargea donc des archers. Une javeline fit siffler le vent froid. Le bruit sourd d'un choc et un cri bref lui indiqua qu'il avait eu sa cible. Trois flèches à longue hampe répondirent. L'elfe de lune se jeta de côté. deux flèches le manquèrent, mais la dernière se ficha douloureusement entre l'épaule et le torse. Faisant chuter le roublard
    Les mourants réclament de l'eau parce qu'ils savent qu'elle contient la vie. Gaëlan Brandel, dans "études de la nature"
    Si vous aimez lire : Voici ce que j'écris:http://www.baldursgateworld.fr/lacou...-new-post.html

  15. #15
    Date d'inscription
    April 2011
    Localisation
    plongé dans un bouqin, mais comment savoir lequel ?
    Messages 
    272
    La douleur crispait les traits du roublard, et de petites taches blanches scintillantes étaient apparues devant ses yeux. Sa vision normale revint rapidement, mais il avait lâché son épée et ne pouvait bouger son bras droit sans hurler de douleur. aussi couru-t-il maladroitement en zigzags irréguliers pour atteindre les archers sans être touché par les traits mortels, tandis que le gros du groupe se repliait en grand désordre. Une dague empoisonnée fila en sifflant dans l'air glacé et se planta dans le torse protégé d'une fine côte de maille en acier. Le roublard se désintéressa dès lors de cet adversaire, qui mourrait dans les instants à venir. Un dernier bandit embusqué tentait de fuir. Une dague se ficha dans la neige, comme venue de nul part, puis une autre se ficha dans le mollet du fuyard, déclenchant un cri de douleur...la fuite équivalait la plupart du temps à la mort.

    L'elfe de lune arracha doucement la flèche en tirant par à coups sur la hampe, tout en gémissant de douleur. Ses compagnons fouillaient les cadavres, tandis qu'Erath soignait Echter. Quand ce dernier fut soigné, Théolen s'approcha et s'assit, sur un signe du redresseur de torts. Tout en soignant le roublard, Erath lui expliqua l'utilité des plantes qu'il utilisait et comment les reconnaitre. Les plantes et la magie réchauffèrent la blessure de l'elfe de lune par vagues d’énergie curative, soulageant la douleur, assouplissant les tissus et refermant la plaie.

    Après avoir récupéré or, flèches et objets utilisables, les compagnons d'aventure se remirent en route vers le nord, vers la forêt des Wyrms.
    Les mourants réclament de l'eau parce qu'ils savent qu'elle contient la vie. Gaëlan Brandel, dans "études de la nature"
    Si vous aimez lire : Voici ce que j'écris:http://www.baldursgateworld.fr/lacou...-new-post.html

  16. #16
    Date d'inscription
    April 2011
    Localisation
    plongé dans un bouqin, mais comment savoir lequel ?
    Messages 
    272

    La forêt des wyrms

    Les bois se refermèrent sur les aventuriers aussi vite que la nuit survient en hiver. Les troncs imposants d'augustes arbres empêchait toute visibilité au delà de vingt pieds, et la nervosité gagna les compagnons au fur et à mesure qu'ils progressaient dans les bois ancestraux. De temps à autres, un cri déchirait le silence pesant sur la foret, peu d'oiseaux chantaient et Théolen ne remarqua guère d'animaux. La seule lumière qui filtrait à travers la voute feuillue était verte, et une ambiance morbide régnait en ces lieux, bien que l'elfe de lune se sente à l'aise dans les forêts. Une sensation sous-jacente de danger perpétuel mettait mal à l'aise aussi bien le roublard que ses compagnons. Seul l'elfe de soleil, son perpétuel sourire suffisant sur les lèvres semblait dans son état normal. Le roublard grimaça. Les deux elfes ne s'aimaient pas, depuis que Glaëmdil l'avait traité de "gris". Seule sa volonté de préserver la paix dans le groupe avait empêché Théolen de se jeter sur son hautain compagnon.
    Un nouveau cri tira le roublard de ses pensées. Il était cette fois particulièrement proche.


    - Viens là ! sale bête! Hurla soudain Horgar, Allez ! Approche ta jolie pt'ite gueule de ma hache espèce d'orque borgne couvert de verrues !

    - Pour l'amour du ciel espèce de nain sans cervelle, soupira Glaëmdil, pourrai-tu enfin surmonter tes instincts primaires et te taire, j'écoute la forêt et ses animaux, tu trouble ma méditation, en plus tu risque d'attirer la bête droit sur n...

    - Tait toi Glaëmdil, cracha le roublard, il n'y a aucun animal vivant autour de nous, ton excuse est donc nulle et c'est toi qui devrait te taire. Notre ami à au moins le bon sens de l'attirer de sorte à ce que nous puissions enfin en finir avec !

    - Voilà les paroles les plus sages que j'ai jamais entendu sortir de la bouche d'une elfe, appuya Horgar, bien dit !!

    Un craquement sinistre interrompit soudain la discussion, comme un arbre tombait derrière eux. Un hurlement féroce fit résonner les troncs les plus proches, les compagnons dégainèrent et se regroupèrent, formant un demi cercle défensif. Un jet de flammes brulantes leur révéla la nature de leur adversaire : un dragon...
    Les mourants réclament de l'eau parce qu'ils savent qu'elle contient la vie. Gaëlan Brandel, dans "études de la nature"
    Si vous aimez lire : Voici ce que j'écris:http://www.baldursgateworld.fr/lacou...-new-post.html

  17. #17
    Date d'inscription
    April 2011
    Localisation
    plongé dans un bouqin, mais comment savoir lequel ?
    Messages 
    272

    La forêt des wyrms

    La formidable tête écailleuse du reptile géant scintillait sous les rayons de lumière qui perçaient de la voute sylvestre. Il fixait les aventuriers de ses yeux bruns et émettait un grondement sourd, semblable aux prémices d’un tremblement de terre. Théolen était stupéfait par la beauté du dragon, et resta à le contempler sans se soucier de ses compagnons qui fuyaient. Le dragon était haut de quelques mètres environs et semblait doté d’une force sans pareille. Le respect était le sentiment que le roublard ressentait. Derrière lui retentit un autre rugissement, qui attira l’attention du dragon. La bête s’élança dans les airs d’un puissant mouvement de ses ailes, dont le souffle fit s’effondrer l’elfe de lune comme un vulgaire fétu de paille.

    Lorsqu’il se releva, les fracas d’un combat lui parvinrent, ainsi que des cris et un rugissement terrifiant. Théolen scruta les bois, mais une épaisse fumée, à l’odeur acre de souffre mêlée de sève brûlée l’empêchait de distinguer quoi que se soit. Il reconnu néanmoins le cri de guerre du nain
    « Moradin », suivi d’un horrible craquement et d’une gerbe de flammes. Théolen toussait, ses yeux pleuraient, et l’épée au poing, il courait dans la fumée, à l’aveuglette, il taillait autour de lui, mais ne rencontra que des troncs calcinés. L’elfe fut néanmoins surpris lorsque soudain se dressa une forme gigantesque devant lui et qu’un fouet géant, écailleux et couvert de barbelures le frappa avec une violence inouïe, le projetant contre un arbre. La queue du dragon siffla encore, dans le vacarme, le vrombissement fut interrompu net lorsque la queue rencontra l’arbre contre lequel le roublard se tenait. Un énorme morceau de tronc s’abattit brusquement à ses pieds, avec un grand « Broumff ». Le nain hurla à nouveau, à la droite du roublard. Un arbre craqua, une gerbe de flammes jailli des ténèbres fumeuses…

    Soudain jailli une créature écailleuse, semblable à un dragon, mais dépourvue de pattes et d’ailes. Une formidable gueule, pourvue quant à elle de quatre crochets tranchants aussi grands que l’elfe et de trois mâchoires remplies de dents acérées claquèrent devant le torse du roublard, avant que ce dernier ne se jette brusquement en arrière, hors de portée du wyrm. Une sorte de gaz vaporeux verdâtre s'échappa de la gueule du reptile, et Théolen eut juste le temps de se jeter derrière un rocher en retenant sa respiration, afin de ne pas respirer le gaz mortel. Quelque chose attira le wyrm car il détourna brusquement la tête et attaqua plusieurs fois quelques chose que le roublard ne pouvait pas voir.
    Dernière modification par Elarion ; 23/02/2012 à 09h59.
    Les mourants réclament de l'eau parce qu'ils savent qu'elle contient la vie. Gaëlan Brandel, dans "études de la nature"
    Si vous aimez lire : Voici ce que j'écris:http://www.baldursgateworld.fr/lacou...-new-post.html

  18. #18
    Date d'inscription
    April 2011
    Localisation
    plongé dans un bouqin, mais comment savoir lequel ?
    Messages 
    272

    La forêt des wyrms

    Horgan Poingdefer se débattait entre les pattes immenses du dragon brun en taillant à droite et à gauche à coups de hache. La fumée l’empêchait de distinguer quoi que se soit de précis, mais ses coups ne semblaient pas faire grand effet, parce que la poigne du reptile géant ne se desserrait pas le moins du monde, au grand Dam du nain. Des formes humaines couraient ça et là, sans doute ses compagnons. Le nain n'aurait cependant pu le dire, tant la visibilité était faible. Un cri perçant retenti dans la foret, au milieu du vacarme du combat, des craquements et crépitements :

    - UN WYRM !!

    C'était Glaëmdil. Le nain jura et tenta à nouveau de se débattre. Sans résultat.

    Non loin de là, Théolen, son épée toujours en main courait en direction du cri, en évitant de son mieux les coups de queue furieux du wyrm. Un carreau rebondit sur la peau écailleuse du monstre avec une petite explosion bleue. Le roublard aperçu quelques formes humaines dans la fumée devant lui, il avança encore, couru et appela ses compagnons un à un, ce qui eut pour seul effet d'attirer l'attention du monstre géant sur lui. Tel un serpent, le wyrm balança sa tête d'arrière en avant à la vitesse de l'éclair et mordit. La terre à coté de Théolen explosa avec intensité comme la mâchoire phénoménale de la bête se refermait. Glaëmdil surgit soudain d'entre les troncs calcinés, brandissant ses deux haches, et frappant la gueule exposée du wyrm. Les coups ne frappèrent que l'air et la fumée, et l'elfe de soleil fut violemment percuté par la queue du monstre. Théolen se planqua derrière un arbre et observa le reptile, qui approchait de son ami. Saisissant un javelot, le roublard visa l’œil rouge. Le tir était puissant et rapide, mais le javelot ricocha sur les écailles, à côté de l’œil. Le second tir fut aussi rapide que le premier, à la différence que celui ci fit mouche. Un cri désarticulé jaillit des entrailles de la bête, un jet de gaz toxique sortit de sa gueule. Le poison n'allait pas tarder à agir. Théolen pria pour que le monstre ne résiste pas au poison. Un grondement sinistre suivi d'une gerbe de flammes et une atroce sensation de brulure au bras gauche interrompirent les prières du roublard qui se jeta de côté en jurant et en grimaçant de douleur. Devant lui se tenait un dragon brun. Dans l'une de ses pattes se débattait le nain, la mort et la crainte enserraient l'elfe de lune. Son épée pendait mollement au bout de son bras...à quoi bon résister...
    Les mourants réclament de l'eau parce qu'ils savent qu'elle contient la vie. Gaëlan Brandel, dans "études de la nature"
    Si vous aimez lire : Voici ce que j'écris:http://www.baldursgateworld.fr/lacou...-new-post.html

  19. #19
    Date d'inscription
    April 2011
    Localisation
    plongé dans un bouqin, mais comment savoir lequel ?
    Messages 
    272
    Le souffre, la fumée, le feu, la chaleur, la mort...Théolen distingua tout cela malgré lui. Le dragon s'avança plus rapidement qu'il ne s'y attendait. Lorsque la mâchoire de la bête se referma sur lui, le roublard eut un dernier réflexe, celui de planter sa lame dans le gosier du monstre. La réaction du dragon brun sauva le roublard : La bête hurla, retira vivement sa gueule à moitié refermée et cracha une longue gerbe de flammes. La haine se lisait dans ses yeux, l'épée de Théolen, toujours plantée lans la mâchoire supérieure de la bête fondit et se liquéfia. Théolen dégaina deux dagues à lame barbelée enduites de poison et couru droit sur le dragon en hurlant.

    Erath et Echter, dos à dos, étaient entourés d’humanoïdes reptiliens et ferraillaient rageusement pour survivre. seulement deux monstres semblaient surgir à chaque mort, si bien que les deux compagnons se trouvèrent sérieusement débordés. Erath fut submergé par une vague de désespoir. Du sang maculait sa cotte de maille d'argent, le sien et celui, opaque et visqueux, de ses adversaires. La fin était proche...
    Les mourants réclament de l'eau parce qu'ils savent qu'elle contient la vie. Gaëlan Brandel, dans "études de la nature"
    Si vous aimez lire : Voici ce que j'écris:http://www.baldursgateworld.fr/lacou...-new-post.html

  20. #20
    Date d'inscription
    April 2011
    Localisation
    plongé dans un bouqin, mais comment savoir lequel ?
    Messages 
    272

    La forêt des wyrms

    Mais les dieux en décidèrent autrement. Horgan, enserré dans la patte du dragon brun se débattait toujours, Théolen évita de justesse un coup de patte monumental, Glaëmdil tirait toujours ses carreaux en courant parmi les troncs, Erath et Echter se battaient toujours furieusement pour survivre, mais la mort ne vint pas. Un dragon vert surgit d'entre les arbres et balaya les reptiliens, pendant qu'un second envoya valser le dragon brun d'un revers de patte. Un combat entre titans avait commencé, les dragons crachaient flammes et jets de gaz toxiques, la Vouivre se tordait pitoyablement sous les griffes du premier dragon, tout en crachant une série de jets d'acide.

    Théolen, étourdi par un coup reçu dans le dos se releva au cœur du chaos, tituba dans la fumée. des corps s’amoncelaient autour de lui, les cris passèrent au second plan, les fracas s’effacèrent, le roublard, ses dagues toujours en main cherchait ses compagnons. Horgan émergea soudain devant lui, sa hache au poing.


    - c'est la première fois que je suis aussi content d'te voire l'elfe !

    Théolen acquiesça , mais aucun mot ne franchit ses lèvres, tant la fumée le suffoquait. C'est tout juste s'il vit l'humanoïde reptilien surgir devant lui, et abattu par un grand coup de hache.

    - il faut partir ! Rugit le nain en tranchant la tête de son ennemi, les autres sont plus loin devant, allez viens !

    L'adrénaline que procurait la vivacité et l'oubli de soi au combat disparaissait et ses effets avec. Une douleur insoutenable avait envahi le corps du roublard, son dos était humide, ses yeux le piquaient, ses forces le quittèrent peu à peu. le nain s'approcha.

    - T'as pas l'air bien l'ami, déclara le nain, Besoin d'aide ?

    - Oui, merci...je dois être...plus touché que je ne le pensais...

    ce furent ses derniers mots, avant que l'obscurité et l'apaisement ne le gagnent.
    Dernière modification par Elarion ; 14/09/2012 à 17h51.
    Les mourants réclament de l'eau parce qu'ils savent qu'elle contient la vie. Gaëlan Brandel, dans "études de la nature"
    Si vous aimez lire : Voici ce que j'écris:http://www.baldursgateworld.fr/lacou...-new-post.html

  21. #21
    Date d'inscription
    April 2011
    Localisation
    plongé dans un bouqin, mais comment savoir lequel ?
    Messages 
    272

    Souvenirs et Renaissance

    Cela faisait trois mois maintenant que Théolen était en convalescence dans la vieille maisonnée, au bord de la forêt des wyrms. Ses blessures, datant du combat avec la vouivre, les reptiliens et les dragons avaient été d'une telle gravité que le roublard était resté dans un état comateux durant une semaine suivant les hostilités. Il avait alors perdu beaucoup de sang et s'était énormément affaibli. Ayant trouvé une maisonnée inhabitée en bordure de forêt, les compagnons s'étaient installés, afin de soigner leur compagnon blessé. Seulement, l'état de ce dernier mit bien plus de temps qu'escompté pour s'améliorer. Aussi furent-ils contraints de passer l'hiver dans la maisonnée, attendant l'arrivée du printemps et le rétablissement du roublard.

    Théolen eut beaucoup de temps pour réfléchir au passé, à ses actes et dénouements. Son maitre venait chaque matin lui prodiguer ses conseils avisés, ce qui brisait quelque peu la monotonie dans laquelle se trouvait Théolen. Le roublard resta alité durant un mois entier, avant de pouvoir finalement se lever. Ses compagnons avaient alors l'air en forme, bien que Horgar avait un épais bandage autour du crane, et qu'Echter ne se déplaçait plus sans un solide bâton en chêne pour remplacer sa jambe blessée. Glaëmdil était assis, d'épais bandages couvrant son torse en dessous sa chemise verte. Erath semblait en pleine forme quant à lui.

    Dans l'état ou se trouvait alors le groupe, aucun voyage n'était envisageable, en considérant le dangerosité des environs. Aussi les cinq compagnons avaient-ils décidé de passer l'hiver dans la maisonnée, et de se rétablir complétement avant le printemps. Leur régime alimentaire était surtout fruit de leurs chasses, auxquelles Théolen ne put participer avant la fin du second mois de sa convalescence. Il n'aait certes rien perdu de son habileté, mais il se sentait beaucoup plus faible, beaucoup plus fragile, après cette rude experience. Théolen fit alors connaissance avec la prudence...instinct qui ne l'avait jamais atteint jusqu'alors, toujours balayé par son impétuosité naturelle et son amour du défi...

    Durant ces trois mois de vie commune, les cinq compagnons se lièrent étroitement d'amitié, devinrent bien plus proches les uns des autres, après cette experience désastreuse et la nécessite de s'entraider pour survivre...Et c'est au terme de ce troisième mois, que la fonte des neiges commença...promesse indéniable de nouveauté et de changement, promesse d'aventures et d'un nouvel horizon...
    Les mourants réclament de l'eau parce qu'ils savent qu'elle contient la vie. Gaëlan Brandel, dans "études de la nature"
    Si vous aimez lire : Voici ce que j'écris:http://www.baldursgateworld.fr/lacou...-new-post.html

Discussions similaires

  1. Géographie de Féerune
    Par Mornagest dans le forum L'Encyclopédie des Terres Désolées
    Réponses: 16
    Dernier message: 11/04/2019, 20h51
  2. Simplification du forum "Vers Féérûne"
    Par Taliesin dans le forum Les Archives du Concile
    Réponses: 0
    Dernier message: 07/05/2008, 14h55
  3. Réponses: 28
    Dernier message: 11/02/2008, 14h21
  4. [Côte des Epées] [RP] Quelque part en Féérûne
    Par Athanor Aubevive dans le forum Vers Féérune
    Réponses: 0
    Dernier message: 22/01/2006, 20h25
  5. Féérune est en cours de construction
    Par Egrevyn dans le forum Vers Féérune
    Réponses: 0
    Dernier message: 07/02/2004, 20h24

Les tags pour cette discussion

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •  

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 203 204 205 206 207 208 209 210 211 212 213 214 215 216 217 218 219 220 221 222 223 224 225 226 227 228 229 230 231 232 233 234 235 236 237 238 239 240 241 242 243 244 245 246 247 248 249 250 251 252 253 254 255 256