Féérûne, quelque part.

L’homme était en pleine prière de son dieu pour bénéficier de ses faveurs et de ses sorts. L’aube se levait à peine, et déjà le soleil perçait le brouillard matinal. Le petit autel prêt du lac n’allait pas tarder à grouiller de paysans soucieux de préserver leur récolte. Dans cette partie de Féérune, c’est la magnificence du soleil qui était vénéré.
Le culte de Son dieu avait remplacé celui d’Amaunator, mais qu’importe pour les paysans, tant qu’Il leur accordait les mêmes faveurs, cela ne faisait pas beaucoup de différence.

Athanor se releva et décida de ne pas s’attarder. Une logue journée l’attendait, et la fatigue ne le quittait pas depuis quelques temps. Des songes peuplés depuis quelques temps ses rêves. Au départ, cela n’avait duré que quelques secondes, puis, cela n’avait fait que s’amplifier. Il espérait bien que ceux-ci se calmeraient, mais rien n’y faisait. Ni les potions de soins, ni les incantations d’un vieux prêtre rencontré durant ses dernières pérégrinations.

Dans chaque village qu’il traversait, Athanor apportait la bonne parole de Son dieu. Il parlait de Sa force, de Sa bonté. Bien sûr, il se chargeait d’enjoliver toujours un peu plus le mythe de Son dieu, mais c’était pour la bonne cause.

Il avait tout laissé tomber quand les premiers rêves s’étaient fait plus explicites. Il occupait pourtant une place très haute dans le clergé de Son dieu à Eauprofonde. En tant que Hiérophante de Sa divinité, il avait l’une des plus hautes places dans la cité même. Gardien d’un savoir sacré, formateur de nombreux prêtres, il était le second du Grand Prêtre de son Ordre. A sa disposition, les plus grandes richesses, tant fiduciaire que littéraire. Mais rien n’y fit, même les protestations des autorités aquafondiennes. Il cherchait sa voie dans ce monde parsemé de ténèbres, et ce n’était pas en restant dans cette ville qu’il la trouverait. Il savait que rien ne se trouvait dans les livres.

Sa journée était passée plus vite qu’il ne l’espérait. Il craignait d’aller dormir, ressentant au plus profond de son âme les rêves qu’il vivait. Les songes s’était fait presque réel, d’où la fatigue engendrée et ressentit à l’aube.
Cette nuit, comme toutes les nuits précédentes, il rêva. Mais le rêve fut différent cette fois-ci. Il le vivait pleinement, il savait enfin ce qu’on attendait de lui. Son dieu parlait à travers lui, en lui. Il connaissait désormais sa mission, et rien ne pourrait l’arrêter.

Au réveil, il pleura de joie. Il était un élu de Son dieu. Celui-ci lui avait confié une mission sacrée et plus rien ne compterait au monde que de la réussir.

Athanor Aubevive marcha d’un cœur léger en ce jour. Son dieu le réclamait dans Son domaine.