Petit post pour comprendre ce qui s'est passé chez les elfes Elmanesse.
Nous sommes en 1372 (année de la Magie Sauvage, celle de la dernière édition des Rouyames Oubliés publiée pour la 3e éd. AD&D)

La tribu Elmanesse est l'une des deux tribus de la forêt de la Wealdath, s'étendant depuis une péninsule à hauteur du Téthyr, jusque dans l'intérieur des terres. Une autre tribu elfique vit dans la même forét: les Suldusk. Une série de créatures peuplent également la région et fournissent une défense efficace pour les royaumes elfes. 4 dragons ( :!!!: ) ont également leur domicile là-bas: 2 verts, un bronze et un doré. Voilà pour la version officielle. Les éléments ci-dessous sont une suggestion librement inspirée de tout et de rien pour fournir à Masha'a beaucoup de sueurs froides ...

La tribu Elmanesse est face à une crise sans précédents : le vieux roi est mort et le Grand Conseil devait choisir un successeur entre Elayysir et son demi-jumeau Elayyat. Avec le soutien d’Argonn, premier conseiller du défunt et grand mage de la tribu, Elayysir a été choisie. Sa victoire contre le dragon vert Zakma’rytkazkan qui avait tenté d’étendre son domaine durant la période de deuil a convaincu ceux qui étaient réticents à laisser une femme monter sur le trône.
Elayyat a peu apprécié. Depuis, il cherche à prendre sa vengeance. D’autant qu’il rejette la politique de sa sœur décidée à ouvrir la tribu vers les humains dont le nouveau roi Haedrak III, ancien scribe d’Elminster, représente pour elle un soutien inespéré. Elayyat déteste les humains. Sans doute par pur préjugé, mais il veut maintenir la tribu Elmanesse repliée sur elle-même. Il a des accointances avec des elfes des Suldusk qui partagent ses idées.
Aussi, Elayyat a décidé d’en finir. Il engage un humain, le mage Kaelon de Baldur, pour préparer un artefact piégé qu’il fera envoyer à sa sœur au nom de Haedrak III. Cet artefact sera examiné obligatoirement par Argonn. Et le mage périra. Le plan est très simple mais sa mise en œuvre extrêmement complexe : il faut que l’artefact passe entre les mains de Haedrak. Sans quoi, un bon magicien (et Argonn en fait partie, mais une fois éliminé, il ne pourrait plus mettre à jour le complot) pourrait déceler immédiatement la supercherie. Or, Kaelon a été choisi pour avoir eu une liaison avec une magicienne de la cour de Téthyr. Kaelon n’a donc aucun mal à entrer dans les entourages du roi. Au cours d’une cérémonie de gala, son ancienne maîtresse soumet à Haedrak une requête particulière : elle demande la bénédiction du scribe d’Elminster. Haedrak la lui donne, sans soupçonner quoi que ce soit. Il bénit la pierre sculptée tendue par la magicienne, elle-même ignorante des motivations de Kaelon. L’objet porte désormais la signature du roi humain. Le plan est prêt à se déclencher.
Mais c’est sans compter les remords d’un garde du corps d’Elayyat. Le jeune elfe surprend une conversation et avertit Elayysir. La jeune reine est horrifiée par ce qui se trame. Elle se tourne vers Argonn qui lui propose d’engager Artemis. L’assassin est chargé de dérober la pierre et de venir avec elle jusqu’au royaume en prétendant être le messager tel que prévu dans le plan du prince Elayyat. Elayysir a cependant donné des ordres supplémentaires en grand secret : il devra supprimer Argonn, afin de la venger et d’affaiblir voire d’écarter Elayyat définitivement. Elayysir déteste Argonn : le mage l’a violentée de nombreuses années auparavant. Et si le remords prédomine dans le cœur du vieux mage qui, pour se faire pardonner, a favorisé la jeune elfe pour le trône, Elayysir, elle, n’a jamais pardonné.

Artemis va à Baldur, maîtrise Kaelon et l’enferme dans un plan-cage, s’empare de la pierre et descend sur La Wealdath. Son plan est périlleux : il doit entrer dans la forêt, se faire prendre pour être amené sans encombre au cœur de la cité Elmanesse, tuer Argonn et, lors de son procès, désigner Elayyat comme le commanditaire, faisant venir Kaelon de son plan-cage pour témoigner. Il n’échapperait à son exécution avec Kaelon que grâce à un parchemin de téléportation préparé par Elayysir. Mais Artemis se méfie, et il a bien raison de se méfier : la reine ne compte pas laisser en vie les seuls témoins de son propre crime. Le parchemin est censé les envoyer chez Zakma’rytkazkan qui, bien qu’affaibli, les anéantirait en quelques secondes, sans laisser de traces. Le voleur prépare une pierre de rappel qui l’emmènerait, seul, près de son repère.

Mais deux grains de sable à nouveau se glissent dans ce plan bien huilé : alors qu’Elayysir fait éliminer le jeune archer qui lui a révélé le complot, Elayyat comprend que son plan est éventé. Il fait alors courir la rumeur qu’on cherche à tuer sa sœur. Il espère ainsi que le « messager » se fera descendre dès son arrivée. Il ne jouera pas de chance car le rendez-vous entre Artemis et une patrouille elfe était déjà prévu. C’est Kemenlil, un vieux général qui sera orienté sur place pour le cueillir. Elayyat n’aura d’autre choix d’éliminer l’assassin avant qu’il n’agisse, au nom de la haine contre les humains qui veulent s’en prendre à sa sœur.
Le second grain de sable, c’est Masha’a. Artemis tente de la semer, mais elle réapparaît peu avant la capture. Aussi, Artemis décide de glisser le parchemin de téléportation dans la poche de Masha’a afin d’éviter toute mauvaise surprise pour lui-même.

Dans la cité, plusieurs évènements vont se produire :
- Elayyat va tenter de tuer Artemis dans sa geôle, dès son arrivée, dans un accès de rage simulée. Argonn intervient et Artemis le tue au passage avec l’arme d’Elayyat. Il prend sa pierre de rappel et disparaît.
- Elayysir qui s’est emparée des effets d’Artemis ne trouve pas le parchemin. Elle apprend la fuite de l’assassin et intervient en accusant son frère d’être la cause de la mort d’Argonn et de la fuite d’Artemis. S’ensuit une violent dispute mais ni la reine ni le prince n’ont intérêt à ce que cela dégénère. Elayyat se retire, outré, tandis qu’Elayysir annonce une enquête officielle.
- Masha’a est convoquée chez Elayysir qui se demande le rôle exact joué par le jeune femme. Elle trouve sur elle le parchemin compromettant et va le lui prendre lorsqu’Artemis apparaît à la fenêtre. Il vient réclamer le solde de sa paie. Masha’a est abasourdie. Artemis saisit le parchemin et accuse la reine d’avoir trahi le contrat. Aussitôt la reine lance un sort de domination sur la jeune fille et la pousse contre Artemis. Celui-ci esquive, mais hésite à la tuer. Il fait appel à son prisonnier qui apparaît. Elayysir et Kaelon se font face. Masha’a tue Kaelon. Elle reprend contrôle d’elle-même à ce moment-là, l’épée enfoncée dans le corps du mage. Elle se tourne horrifiée vers la reine. Artemis estime qu’il est temps de mettre fin à la mascarade. Les deux protagonistes semblent revenir un peu à la raison. La reine le paie.

Quant à Masha’a, la reine s’engage à la laisser saine et sauve. Elle l’exile loin de La Wealdath, loin d’Artemis, loin de Faerune. Masha’a regarde Artemis qui laisse faire. Elle accepte son destin et se retrouve projetée au hasard. Elle atterrit sur l’île de Manost et Mélandis sans trop comprendre ce qui lui arrive. Elle s’abandonne à une sorte de dépression face à une solitude qui la poursuit, la malmène et la console. Mieux vaut finalement la solitude que de faire confiance à des êtres vils comme Elayysir ou même Artemis :snif: ...