Masha’a suivait la route relativement large mais peu fréquentée encore à cette heure précoce de la journée. La brume embrassait de ses lambeaux les ombres lugubres des grands pins. L’air était gorgé de gouttelettes et de grisaille. Le frais de l’aube rougissait les joues de la jeune femme qui accéléra le pas. La route s’était engagée dans un massif forestier, replongeant Masha’a dans l’ombre, lorsque des cris déchirèrent le silence. Masha’a saisit son cimeterre et, sans un bruit, sortit de la piste pour glisser entre les grands piliers de bois.

Des cliquetis métalliques se faisaient entendre avec plus de précision. Masha’a déboucha sur une petite clairière. Devant elle, un groupe de bûcherons tentait de maîtriser un jeune bretteur à la lourde cape. Malgré sa dextérité, l’individu semblait en difficulté devant les énormes coups de haches qui pleuvaient sur lui. Masha’a sentit une angoisse sourdre en elle. Elle devait intervenir, mais ne savait comment. Elle prit rapidement la décision d’employer ses sorts.

De ses mains jaillirent une onde de terreur qui vint frapper le groupe. Le bretteur ne semblait pas affecté mais deux bûcherons poussèrent des hurlements et, lâchant leurs armes, se mirent à galoper sous les arbres. Les autres assaillants, surpris, se tournèrent vers Masha’a, à quelques mètres de là. Le bretteur en profita pour blesser les jarrets de son plus proche assaillant qui s’écroula. Deux bûcherons, en proie à une rage meurtrière, s’élancèrent vers la jeune femme. Celle-ci ne dut son salut qu’à sa concentration et son sang-froid. Alors que les deux énormes personnages terminaient de franchir l’espace les séparant de l’ensorceleuse, celle-ci lâcha une boule de soie qui éclata devant elle et prit les bûcherons dans ses filets. Sans prêter attention aux jurons et aux mouvements désordonnés des deux hommes pour se dégager des fils gluants de la toile, elle prit son temps pour lancer un dernier sort. Les bûcherons s’immobilisèrent d'un seul coup et leurs têtes s'affaissèrent. Masha’a ne put s’empêcher de sourire en les entendant ronfler bruyamment.
« - Impressionnant !, fit le jeune bretteur. Je suis dans l’obligation de vous remercier, ma Dame. Sans vous, je serais sans doute à manger du pissenlit par la racine. » L’homme semblait, par ses manières familières, venir de la région de Baldur.
« - Je n’ai fait que mon devoir, répondit la jeune femme. Cinq hommes contre un seul est assez inégal. Mais qu’est-ce qui a provoqué leur hargne ?
- Valcen Bledor, pour vous servir. Apprenti mage et bretteur. Je terminais une longue journée de marche lorsque la nuit m’a surpris. J’ai trouvé le gîte dans cette cabane. » Il désigna du doigt la hutte en rondins qui se dressait au bord de la clairière derrière lui. « Je n’aurais sans doute pas dû : les bûcherons ont mal pris et quand ils ont découvert que je suis mage, ils ont laissé exploser leur hargne.
- Mmh. Je vois… Excusez-moi, je suis Masha’a Pradonis. Ravie d’avoir pu vous aider. » Ils se serrèrent la main. Masha’a put mieux cerner les traits de Valcen. Le mage était un homme apparemment assez jeune, au visage émacié, les yeux et la chevelure sombres. Il se dégageait de lui quelque chose de… contradictoire. Sa barbe de trois jours le rendait plus chaleureux alors que tout son corps, parfaitement constitué, témoignait d’un grand soin et d’une attention soutenue. Valcen prit d’ailleurs devant elle le temps de vérifier d’un coup d’œil l’état de ses affaires et de ses blessures.
« - Je ne voudrais pas insister, mais les sorts de sommeil ne sont pas très longs, ni ceux de terreur d’ailleurs. Nous devrions mettre la distance tant qu’ils sont… occupés. » Valcen acquiesça et le duo s’éloigna rapidement.

Au bout d’une demie-heure, alors qu’aucun signe de poursuite ne s’était manifesté, Masha’a se tourna vers Valcen qui n’avait desserré les dents une seule fois :
« - Puis-je vous demander ce qui vous amène sur cette route ?
- C’est moi qui devrais vous poser la question. » Valcen lui avait lancé un regard emprunt d’ironie. Masha’a se mordit la lèvre. L’homme l’intriguait et sa curiosité avait été la plus forte.
« - Répondez d’abord, je vous dirai ensuite.
- Soit. Je suis au service d’un mage de la Porte de Baldur. Mon maître m’a chargé de porter une missive à un confrère de Murann. D’où ma présence dans la région, tout simplement.
- Murann ?
- Oui, c’est une petite cité au nord du Téthyr, aux pieds des Petites Dents.
- Une sacrée route, en effet.
- Et vous ?
- Je viens moi aussi de la Porte de Baldur. Et, euh… , je parcours les chemins à l’aventure. Je me suis dernièrement arrêtée à Crimmor et mise au service d’un patron d’auberge. C’était un gros vicelard aux mains baladeuses. Evidemment, un jour, il est allé trop loin. J’ai crié et un jeune nobliau m’a porté secours.
- Charmant !
- Oui, sauf que le nobliau a réclamé ensuite sa part pour se faire remercier.
- Vraiment charmant !
- Vous trouvez aussi ? En attendant, il doit avoir gardé comme souvenir une jolie bosse au sommet du crâne ! » Valcen rit. « Quel rire étrange ! » pensa Masha’a. C'était un rire unique, le premier du genre qu'elle ait jamais entendu. Un mélange de joie et d'ironie, d'intérêt et de détachement, comme si une part importante de l'apprenti restait à l'écart, voilé derrière un voile de mystère. La jeune femme ne pouvait s’empêcher de se sentir troublée.

Au bout de quelques heures, ils arrivèrent à une fourche. D’un côté, un chemin tourant vers Athkatla, de l’autre, la route vers le Sud. Valcen s’apprêtait à saluer Masha’a mais l’ensorceleuse avait fait son choix : elle aussi descendrait vers le Sud. Une fois encore, la réaction du mage la surprit par son ambiguïté. Elle ne pouvait dire si Valcen était heureux ou contrarié. Il accepta sa compagnie (du bout des lèvres, selon Masha’a) et ils reprirent la route d’un bon pas.

Le trajet était à la fois court et long pour la jeune femme. Court par le nombre de choses à voir tout au long des magnifiques paysages traversés. Long par le silence persistant de Valcen qui ne faisait que regarder en avant. Masha’a sentait sa fascination s’accroître : bien que dures, les manières du jeune homme témoignaient d’un esprit brillant, d’une formation certaine, d’une assurance et d’une volonté sans failles qui rassuraient Masha’a. En même temps, elle ne pouvait cacher ce vague sentiment de menace qui venait de temps en temps alerter son cerveau.

Leur voyage les mena au bout de deux semaines au pied des Petites Dents. Ces monts d’habitude dénudés étaient pourtant déjà recouverts de neige sur leurs sommets, annonçant un hiver précoce et rude. Murann se trouvait de l’autre côté. D’après Valcen, la traversée allait prendre cinq ou six jours. Le mage semblait d’ailleurs bien équipé pour cela : sa cape lourde tombait si bien que tout en atténuant sa silhouette et masquant ses armes accrochées à la ceinture, elle l’enfermait dans un cocon chaud et agréable. Masha’a l’envia de ce confort, elle qui n’avait déniché que quelques guenilles à glisser sous la cape étoilés pour la réchauffer davantage. Valcen semblait ne pas s’en préoccuper. Ce n’est qu’au bout du 3e jour, alors que le duo s’enfonçait dans la neige sous le vent de la montagne, qu’il remarqua le teint plus bleuté de sa compagne. Plein de remords et de sollicitude, il la couvrit de sa propre cape et prit le temps de la réchauffer un peu. Ils se remirent ensuite en route, Valcen apparemment peu affecté par la morsure du froid. Ce que Masha’a ne put s’empêcher d’admirer.

Le soir même, convaincue d’avoir trouvé un moyen de toucher la sensibilité du mage, Masha’a se donna à lui. Valcen avait été surpris mais, à la grande joie de Masha’a, s’était à son tour laissé aller. Tandis que leurs étreintes les préservaient de la chute de température de l’air, le sentiment de menace rejaillit au cœur de la voleuse. Elle voulut se rassurer et plongea son regard dans celui de Valcen. Mais les yeux de son amant étaient froids, désespérément froids, glacés comme les gangues gelées qui les entouraient. Masha’a se sentit soudain tomber dans une faille sans fond. Un éclair de lucidité lui fit comprendre la vérité : vide, elle n’était que vide. Et ce vide avait trouvé un écho, plongé en abîme par celui qui rongeait Valcen. Masha’a se retira avec brusquerie, en plein désarroi. Valcen se releva un peu :
« - Qu’est-ce qui te prend ? Masha’a ?
- Laisse-moi !
- Mais…
- Laisse-moi ! Tu sais très bien… » Valcen la regarda, étonné. Puis, son visage s’assombrit. Il garda le silence, en une réponse éloquente. Oui, il savait. Il avait parfaitement compris. Mais que pouvait-il faire ? Il devait se taire, il y était tenu. Il s’y était toujours tenu. Mais cela avait-il ici encore du sens ? Son masque lui sembla soudain très lourd à porter. Masha’a se reprit un peu. Elle parla et sa voix était empreinte de colère et de d’interrogation :
« - Qui es-tu, Valcen ? Qui se cache derrière ce masque ?
- …
- Tu n’es pas un mage, mais un voleur, un fils des arts de l’ombre. Un excellent même. Je sais les reconnaître, j’ai moi-même été à bonne école !
- …
- Et ce nom, Valcen, est-ce vraiment ton vrai nom ? » Le jeune homme regardait le feu qui brûlait entre eux. Oui, il était un voleur. Et c’est pour cela qu’il ne pouvait parler. Encore moins si Masha’a faisait elle aussi partie de la confrérie, ce qu’il avait d’ailleurs remarqué dès qu’il l’avait vue la première fois. Il garda le silence.
« - Tu ne dis rien ? VALCEN ! Parle, bon sang ! Parle !
- Demain, Masha’a. Demain. Pour le moment, il est temps de dormir. Demain, tu sauras. » Masha’a se rhabilla, désarçonnée. Sa colère était retombée. Elle regarda Valcen qui s’était rapproché et allongé derrière elle, lui redonnant chaleur et assurance. Bientôt, seul le feu veillait encore, défiant vaillamment le vent qui faisait gémir la montagne et la nuit.

Le lendemain, Masha’a dut se rendre à l’évidence. Valcen n’était qu’un traître et un lâche. Il était parti pendant la nuit, l’abandonnant dans le froid et l’obscurité. Sa rage fut telle qu’elle ramassa ses effets en quelques secondes et se lança sans tarder dans une terrible chasse à l’homme. Elle gravit les dernières hauteurs à une vitesse surnaturelle. Et la magie qui accentuait cette rapidité ne suffisait pas à l’expliquer. Masha’a était une femme de constitution fragile. Chaque arrêt était douloureux, sa respiration étant saccadée, son souffle rauque. Mais elle repartait de l’avant avec une volonté indéfectible. Elle voulait dire à Valcen ce qui lui tenaillait le cœur. Mais aussi, elle voulait savoir.
Elle rattrapa le voleur au matin du 3e jour de sa course. Les collines avaient remplacé la montagne, avant de céder à leur tour la place à une grande forêt. Valcen se lavait le visage avec l’eau d’une rivière sous les premiers arbres. Masha’a se rapprocha de lui à pas de loup. Elle allait le héler violemment lorsque Valcen se retourna d’un bond. La pointede sa dague s’enfonça dans la gorge de Masha’a, juste assez pour faire poindre une larme de sang. Reconnaissant son agresseur, il recula :
« - Toi ? Qu’est-ce que tu fais là ? Comment as-tu pu… ? » Il semblait vraiment sidéré.
« - Convaincu d’aller plus vite que n’importe qui ? Tiens ! » Masha’a le gifla avec force. « Pour commencer. » Valcen s’empourpra :
« - Ne refais jamais ça, Masha’a ! Tu ne sais pas…
- En effet, vous ne savez pas qui est cet homme. » La voix venait de derrière Valcen. « Baissez vos armes si vous ne voulez périr à l’instant. » Valcen se retourna. Les deux voleurs étaient cernés par une douzaine d’elfes archers qui les tenaient en points de mire. « Jetez vos armes ! Maintenant ! » Masha’a s’exécuta. Valcen également. « Pour une fois, pensa l’ensorceleuse, il n’a pas hésité. » Elle comprit vite pourquoi : « Ce type est un vrai pro. » Elle devait se l’avouer, Valcen ou quel que soit son nom était un voleur de haut niveau.
« - Bien. Vous êtes sages. » L’elfe qui parlait ne se différenciait de ses compagnons que par une feuille argentée accrochée à la bandoulière de son carquois. Comme les autres archers, il portait une tunique sobre et sombre comme l’automne. Des bracelets et des protections de cuir semblaient être leur seul luxe. « Vous êtes ici sur le territoire de la Wealdath. Et par les pouvoirs du Grand Conseil, vous êtes mes prisonniers. Artemis Entréri, je vous croyais plus habile.
- Artemis, tu… tu es Artemis Entréri ? » Masha’a était abasourdie. Le voleur lui décocha un regard sombre et profondément mélancolique. Un frisson la saisit. L’elfe se tourna vers elle :
« - Votre identité ? Et ne pensez pas pouvoir m’abuser !
- Je… je suis Masha’a.
- Masha’a. Ahaaa. Une voleuse et une ensorceleuse. Vous portez la Cape des étoiles ? Où l’avez-vous volée ?
- Je ne l’ai pas volée ! Cette cape est à moi, mon maître me l’a donnée. » L’elfe hésita un instant, puis se détendit.
« - Vous dites vrai. Qu’est-ce qu’une jeune fille comme vous fait avec l’un des plus terribles assassins de Faerune ? A moins que vous ne soyiez son élève ? » Artemis ne put réprimer un sourire en entendant cela. L’elfe émit un petit grognement méprisant.
« - Nous vous attendions, Artemis. Hé oui, votre visite a été éventée. Mais, vous en apprendrez davantage auprès de celle-là même que vous comptiez éliminer. » Puis, sans un mot, il s’enfonça dans la forêt, suivi des archers et de leurs deux prisonniers.

La suite ici