Masha’a suivait la route relativement large mais peu fréquentée encore à cette heure précoce de la journée. La brume embrassait de ses lambeaux les ombres lugubres des grands pins. L’air était gorgé...