Tar’Aël Velluthra avait voyagé dans une caraque mélandienne, comme passager clandestin. Il n’avait pas un centime pour payer la traversée, pas un kopek, pas le moindre petit sou vaillant, tout juste...