Page 3 sur 3 PremièrePremière 123
Affichage des résultats 61 à 90 sur 90

Discussion: [Bâtiment] Le Palais du Conseil

  1. #61
    Date d'inscription
    November 2002
    Messages 
    1 258
    Quête : Vol d'une Relique

    Ravestha ne répondit pas tout de suite. Son esprit s’efforçait d’établir un ordre de priorité aux actions à mener. Il fallait commencer par palier le sentiment d’insécurité qui régnait à Manost et faire en sorte que la vie reprenne rapidement son cours. La banalité du quotidien constituerait le meilleur remède au traumatisme que venait de connaître la cité bénie. Quand au manipulateur qui se cachait dans les ombres, Ravestha se savait impuissant, ce qui augmentait d’autant plus son sentiment de frustration. Leur ennemi ne laissait absolument rien au hasard et il n’avait pas l’ombre d’une piste pour démarrer la moindre enquête. Patience et vigilance en attendant une éventuelle faille dans le plan de cet ennemi constituait la meilleure option. Il pourrait au moins tenter d’établir son profil : s’agissait-il d’un homme ou d’un groupe ? Obéissait-il lui-même à un supérieur ? Quels étaient ses motifs ? Devait-on y voir une nouvelle fois l’ombre d’un dieu ?
    Enfin il y avait les druides noirs. A chaque exaction commise par ces derniers, Ravestha s’était souvent posé la question de leur élimination. Mais il avait là la possibilité d’arriver à un accord et il en profiterait. Mais au moindre faux pas, il n’hésiterait pas à revenir sur ses engagements.
    Quand le Grand Emissaire tourna les yeux vers les autres conseillers, il vit qu’ils attendaient poliment que le Grand Emissaire achèvent ses réflexions.


    - Moi non plus je n’aime pas l’idée de recourir à la milice. Ils sont trop instables et ont plus le profil de mercenaires que de soldats. Je vais faire appel à la garnison de Graëlon pour que l’armée vienne renforcer temporairement les rangs de la Garde manostienne. La milice sera employée seulement le temps de l’arrivée des soldats. De plus, il serait souhaitable que toute patrouille de la milice soit accompagnée d’au moins un paladin. Je sais que le Cœur Radieux risque de s’en trouver vidé mais cela permettra de garder un œil sur les miliciens…

    Ravestha fit une pause alors qu’une autre pensée lui traversait l’esprit :

    - Si les purges au sein de notre clergé ont éclairci ses rangs, elles l’ont aussi fragilisé. Tant au niveau de la confiance des Manostiens et des pélerins de passage envers lui que de la confiance au sein du culte même. Les dissensions internes ont fait beaucoup de dégâts. J’aimerais croire que les derniers événements à Manost ont nettoyé totalement les rangs du clergé mais j’en doute. Nous devons redonner au culte la crédibilité que ses vrais membres méritent. Si je pense que le temps érodera la méfiance envers les prêtres de Helm, nous pouvons toutefois essayer d’accélérer les choses. Il serait peut être bon, en biaisant un peu sur l’identité du véritable destinataire, que le Grand Prêtre redise publiquement une partie du message que Helm vous a adressé personnellement, Lothringen, afin de montrer aux Helmites qu’il n’abandonne ni la cité, ni ses fidèles. « Que tous sachent » après tout…

    Le Grand Emissaire écarta les bras en un geste d’impuissance lorsqu’il continua :

    - En ce qui concerne notre ennemi, autant courir après une ombre. Le renforcement d’hommes d’armes dans la cité ne le dissuadera en rien. Il faut le reconnaître, notre ennemi a toujours un coup d’avance : il semble connaître parfaitement la cité et ses points faibles - le vol de la relique l'a prouvé - tandis que nous ne savons quasiment rien de lui, sinon qu’il possède de grandes ressources et que sa façon procéder s’apparente à jouer avec tous tel un marionnettiste et ses pantins. Nous guetterons la moindre de ses erreurs, c’est tout ce que nous pouvons faire. Nous ne pouvons nous payer le luxe de mobiliser beaucoup de ressources pour chasser une ombre.

    Ravestha soupira. Ca ne lui plaisait pas, mais y avait-il d’autres choix ?

    - Puisqu’au moins nous avons possibilité de clore l’opposition avec les druides noirs, nous en profiterons. Je dépêcherai dès que possible quelqu’un vers le bosquet pour leur faire savoir que nous acceptons leur proposition d’accord, et qu'il est dans leur intérêt de s'y tenir...
    "Quand tu es poursuivi, rien ne sert de courir plus vite que la menace, il faut courir plus vite que tes potes". Proverbe gobelin

  2. #62
    Date d'inscription
    February 2004
    Localisation
    Sur la route, encore
    Messages 
    7 340
    Quête: Vol d'une relique

    Exception faite des derniers mots du Grand Emissaire, Lothringen n’avait écouté que d’une oreille distraite les échanges précédents, les questions de sécurité intérieure ne le concernant guère de très près. Durant tout ce temps, il était demeuré l’esprit fixé sur la pensée de cet ennemi anonyme qui avait bien failli renverser le régime. Il s’en était fallu de si peu qu’il ne réussisse, qu’il ne soit jamais repéré… Une flèche un peu mieux visée, un temps d’hésitation de moins devant les agités du bosquet… Il aurait été bien incapable d’expliquer pourquoi il n’avait pas lui-même attaqué les druides à vue, par exemple : peut-être par lassitude des combats ? Mais cela ne lui ressemblait guère… Ou plutôt, il s’était intrigué du ton de panique à peine contenue des archidruides, lequel correspondait si peu à un plan aussi bien ourdi… Oh oui, il s’en était fallu de si peu, vraiment.

    En venant au conseil, il avait secrètement espéré que les conseillers « historiques » de la cité sauraient deviner mieux que lui qui pouvait se cacher derrière cette manœuvre: après tout, se pouvait-il que l'adversaire en soit à son coup d'essai? Il était bien déçu. Manost avait déjà tellement d’ennemis déclarés, pouvait-elle encore s’offrir le luxe d’en avoir d’inconnus, prêts à frapper dans l’ombre ...

    Le silence était retombé sur la salle après les déclarations du Grand Emissaire. Il semblait bien que tout était dit. Lothringen releva un regard interrogateur, se demandant si la question était close.

    Administratrice en charge de la Forge et des sections BG.
    Code Couleur : #7AC5CD I Arrivée à Manost et Biographie RP
    Rp en cours : Les Caprices de Fortune (MJ / Joueur)

  3. #63
    Date d'inscription
    November 2002
    Messages 
    1 258
    Quête : Vol d'une Relique

    Ravestha laissa le silence durer un peu. Autant par souci de laisser le temps aux conseillers d'assimiler ce qu'il venait de dire et, le cas échéant, de leur permettre d'exprimer des objections ou des idées, que dans le but de respirer un peu après sa tirade. Comme rien ne vint, il regarda les deux conseillers et croisa le regard de Lothringen, puis répondit à sa question non formulée.

    - Bien, alors nous ferons comme j'ai dit. A moins que vous n'ayez quelque chose à ajouter, nous aurons fait le tour de la question. Maintenant y a-t-il d'autres sujets que vous souhaiteriez aborder à présent ? Sans quoi nous pourrons mettre un terme à la réunion.
    "Quand tu es poursuivi, rien ne sert de courir plus vite que la menace, il faut courir plus vite que tes potes". Proverbe gobelin

  4. #64
    Date d'inscription
    February 2004
    Localisation
    Sur la route, encore
    Messages 
    7 340
    Quête: Vol d'une relique

    Lothringen hocha la tête. C’était le moment ou jamais… Il ne savait ni ne voulait savoir ce qu'il en résulterait, mais il était certain de devoir le dire. Pour lui, pour Elle.


    - J’ai pour ma part une déclaration à vous faire. Ce n’a pas de rapport direct avec cette affaire… sinon que cette affaire m’a empêché de vous en parler plus tôt, et que, dans le contexte, ça ne va pas vous plaire...


    A présent les instants lui paraissaient des heures. Pris en tenailles entre son appréhension et son désir ardent d'en finir, Lothringen prit son inspiration - cessa de déambuler - se prit d’un soudain intérêt pour les rainures dans le bois de la table… se lança.


    - Vous savez sans doute que j’ai été longtemps absent de Manost, entraîné jusqu’à Melandis par une quête dont j’ai touché quelques mots au conseiller Folken à mon retour. J’ai pourtant été loin de tout lui raconter - pour un grand nombre de raisons, la première de toutes étant que je n’avais pas de réelles raisons de le faire… Je ne m’attendais pas non plus à ma nomination. Tout cela pour dire qu’il s’est passé bien des choses durant ce voyage, dont certaines m’ont changé davantage que je n’aurais cru possible.

    Il cherchait ses mots, s’agaçant lui-même de tant de détours. Assez de précautions inutiles. Il y avait fort à parier que toute explication serait à reprendre, de toute façon. Au fait, donc ! Il redressa la tête, regardant tour à tour les deux conseillers.


    - En bref… J’ai remarqué à plusieurs reprises depuis lors, et jusqu’à ce conseil, qu’on se méprenait sur mon compte. S’il est vrai que j’étais helmite à mon départ, et que je n’en faisais pas mystère… sachez que je suis désormais un servant de Tymora.


    Il détourna un regard vide, se détendant enfin, à la façon d’un arc après le tir. Voilà, c’était dit, s’il lui restait quelque inquiétude il n’avait plus ce gonflement persistant dans la gorge, il ne trahissait plus la foi qu’il avait embrassée, il était en paix avec lui.
    Et, curieusement, à cet instant, ce ne fut pas aux conseillers qu’il pensa, ni aux possibles conséquences de cet aveu, ni aux circonstances de sa conversion - ni même à sa déesse - mais aux paroles d’un fou qui l’avait provoqué… à Seina.

    " La sincérité ? en quoi est-elle meilleure que le mensonge ? ne fait-elle pas plus de dégâts... Devons nous rester sincère aux dépens des bonnes gens ? Dites-moi Lothringen... resterez-vous sincère avec vos amis Manostiens ? Dans cette cité qui voit d'un mauvais œil les autres cultes ? Leur avouerez-vous votre Allégeance ? J'en doute... La sincérité est aussi futile que la bonté et que l'honneur... Seule compte l'intelligence."
    Administratrice en charge de la Forge et des sections BG.
    Code Couleur : #7AC5CD I Arrivée à Manost et Biographie RP
    Rp en cours : Les Caprices de Fortune (MJ / Joueur)

  5. #65
    Date d'inscription
    November 2002
    Messages 
    1 258
    Quête : Vol d'une relique

    Ravestha avait fixé sur Lothringen un regard intrigué pendant que ce dernier parlait. Le Grand Emissaire voyait mal où voulait en venir le nouveau conseiller… jusqu’à ses dernières paroles. Le cœur de Ravestha manqua un battement et cette fois ses yeux s’agrandirent de surprise. Inconcevable ! Impossible ! Cela ne pouvait être ! Un maelstrom de pensées submergea son esprit et l’empêcha d’adopter une attitude particulière pour répondre au semi drow. En 17 ans de domination helmite sur la cité, jamais un non helmite n’avait atteint le plus haut niveau hiérarchique de Manost et il en était d’ailleurs hors de question.
    Ravestha tourna rapidement son regard vers le Haut Prélat en quête de réponses mais ce dernier semblait aussi abasourdi. Il reporta son regard vers le semi drow. Un mélange de colère et de peur envahit le Grand Emissaire : la seule présence de cet homme au conseil était un danger pour le système et Ravestha faillit le renvoyer sur le champ. Il ne voyait en la présence d’un non Helmite au conseil qu’une fragilisation de la théocratie helmite et cela ne pouvait être. D’autant plus qu’il s’était délibérément détourné du Vigilant pour Tymora : l’insulte !

    Si Manost était une ville des plus tolérante, le conservatisme de son entité dirigeante marquait les limites de cette tolérance : rien ne devait venir contrarier l’intégrité helmite du conseil. Et c’était pourtant bien ce qui se passait.

    La colère qui se lisait sur le visage du Grand Emissaire trahissait en réalité une profonde inquiétude devant les implications de cette situation. Ravestha pouvait simplement écarter le problème en renvoyant Lothringen mais il sentait que ce n’aurait été là que lâcheté. Jamais ce problème ne s’était posé parce qu’il avait toujours veillé à ce que l’intégrité du conseil ne soit jamais remise en cause. Mais cette fois, il devait faire un choix qui déciderait de l’orientation de la politique dirigeante de Manost : fermer définitivement la porte du conseil aux non Helmites et condamner le culte à gouverner comme il l’a toujours fait, limitant sa vision à celle de ses membres. Ou alors laisser la porte ouverte, à l’image de la nouvelle politique d’ouverture de la cité, saisir cette opportunité et bénéficier d’un autre regard pour dispenser des décisions plus justes…

    Mais Ravestha avait peur, peur qu’à terme la deuxième solution ne marque la fin de la théocratie helmite à laquelle le Grand Emissaire, convaincu qu’elle représentait le système qu’il fallait à Manost, était plus accroché que tout, peur de l’émergence d’une nouvelle autorité qui finirait par se disputer la domination de Manost avec le culte helmite, peur de… Ravestha était paniqué devant toutes les perspectives désastreuses qui se présentaient à lui et s’emporta :


    - Jamais en 17 ans un non Helmite n’a siégé au conseil ! Jamais ! Vous aviez embrassé la voie du Vigilant et vous en êtes détourné. Votre seule présence ici est une insulte à l'égard du culte ! Je pourrais vous faire exclure de cette salle sur le champ !

    Mais il ne le ferait pas, pas tant qu'il n'aurait pas pris de décision. Ravestha tourna le dos au semi drow pour tenter de se calmer et mettre de l’ordre dans ses idées. Ces paroles, ce n'était que du bluff, un coup de colère qui ne reflétait pas le fond du problème. Tous savaient que les enjeux dépassaient de loin le simple changement d'obédiance de Lothringen. L’anxiété lui fit passer plusieurs fois la main sur le visage puis il ajouta d'une voix plus faible :

    - Et pourtant je dois reconnaître que vous avez déjà fait pour Manost plus que beaucoup d'Helmites...

    Le risque était-il si grand ? Mais le système actuel n'avait-il pas fait ses preuves ? Le Grand Emissaire devrait se décider.
    "Quand tu es poursuivi, rien ne sert de courir plus vite que la menace, il faut courir plus vite que tes potes". Proverbe gobelin

  6. #66
    Date d'inscription
    April 2003
    Messages 
    634
    Quête : Vol d'une Relique

    HRP : désolé pour le temps de réponse et la pauvreté du sujet, un jour ça va revenir.

    Le Conseiller de Breizh n’avait rien à ajouter aux déclarations du Grand Emissaire et il était prêt à se lever et prendre congés de la réunion, quand le semi-drow prit la parole.
    Les révélations qu’il fit troublèrent la petite réunion. Ainsi, Lothringen avait retourné sa veste et il était désormais un disciple de Tymora. Cela remettait tous les préceptes de Manost en question. De quoi faire couler la ville si cela s’apprenait. Déjà que le culte d’Helm était vacillant, mais là.

    De plus, le conseiller se disait porteur d’un message d’Helm. Mais celui-ci pouvait-il avoir une autre signification à la lumière de cette découverte ? Helm ne voulait-il pas faire passer un message pour signifier la dérive de la ville sainte ?
    Ravestha semblait hors de lui, et il y avait de quoi.

    Hugues se décida à prendre la parole.


    "Il faudrait que je regarde plus attentivement dans les lois de la Cité, afin de voir ce qu’avait décidé et statufié nos prédécesseurs. Mais il me semble que cette situation crée un précédent. Il va falloir agir avec prudence et discernement et voir ce qui est le meilleur pour la cité.
    Quant à moi, je me garderais bien de donner un avis, je me dois de rester impartial, eu égard à mon statut de maître des lois."

  7. #67
    Date d'inscription
    February 2004
    Localisation
    Sur la route, encore
    Messages 
    7 340
    Quête: Vol d'une relique

    A peine Ravestha avait-il commencé de parler que Lothringen s’était mis sur la défensive. Il n’était pas vraiment surpris de cette réaction de colère froide et il en comprenait les raisons – il avait été helmite après tout - mais cela ne l’empêchait pas de guetter les paroles blessantes avec avidité, comme s’il n’attendait que celles qui iraient plus loin que les autres pour sortir en claquant la porte. Sa présence, une insulte ? qui donc insultait qui ? lui avait-on demandé quoi que ce soit, quand on l’avait nommé ? avait-il manqué à sa charge ? avait-il ménagé sa peine, comploté ou trahi ? ou bien avait-il réussi à prendre une teinte plus sombre, depuis deux minutes...
    Il voulait demeurer à Manost, bien sûr : mais à quel prix ? Peut-être croyaient-ils qu’il n’y avait qu’à eux que la situation posait problème, et que le semi-drow n’était nullement gêné de voir qu’il se retrouvait à la tête d’une cité dévouée à un autre dieu que le sien ? Il s’était plusieurs fois demandé jusqu’où il pouvait pousser le compromis sans se compromettre… et il attendait de cette réunion qu’elle le lui apprenne.

    Il regarda par la fenêtre l'amas désordonné de toits ocres qui chutait en cascade jusqu'à la mer étale. Comment cette folie était-elle devenue possible ?

    Mais après tout – son cœur se serra – qu’importait… Il partirait, s'il le fallait, sans faire d'histoires. Les routes de l’exil lui étaient familières...
    Il referma les yeux, un bref instant. Puis avala avec difficulté. Mensonge. Il se revoyait, sur Féerûne, fuyant de ville en ville, la peur au ventre. Il aurait donné cher pour un foyer… Il avait même cru l’avoir trouvé : Manost n’était-elle pas la seule cité où il soit jamais revenu? Et voilà qu’une déesse était apparue, et que tout vacillait sur son axe… Dans quoi l’entraînait-elle ? Pour son bien, vraiment?
    Il se morigéna intérieurement d’avoir douté de Tymora, puis rouvrit les yeux, pour constater que rien ne bougeait.

    Lothringen hésita à prendre la parole, mais il se ravisa bien vite, baissant la tête. Il ne chercherait pas à se justifier. Oh, il n’aurait pas eu à rechercher longtemps des arguments en sa faveur, s’il avait voulu, et il avait un certain talent d’orateur lorsqu’il s’en donnait la peine… Mais les conseillers pensaient aux conséquences politiques avant tout, et c’était un point de vue qu’il ne pouvait atteindre. Compte tenu des circonstances, il ne se sentait représentatif de rien de plus que lui-même - les non helmites de Manost méritant un meilleur porte-parole qu’un semi-drow renégat. Et il n’avait pas non plus la prétention d’être irremplaçable... Bien qu’il ne se sentît en rien fautif, s’il ne s’agissait que de lui… et malgré la panique qui le prenait à la gorge à l’idée de reprendre la route et sa fuite en avant… il avait trop d’orgueil pour vouloir seulement lever le petit doigt pour se défendre.
    Et d’ailleurs, à quoi bon ? Ils ne le voyaient déjà plus…
    Administratrice en charge de la Forge et des sections BG.
    Code Couleur : #7AC5CD I Arrivée à Manost et Biographie RP
    Rp en cours : Les Caprices de Fortune (MJ / Joueur)

  8. #68
    Date d'inscription
    November 2002
    Messages 
    1 258
    Quête : Vol d'une Relique

    Ravestha ne décolérait pas. Ses pensées se bousculaient dans son esprit au point qu’il ne savait plus vraiment laquelle suivre. Un éclair de lucidité l’avertit de ne pas prononcer de paroles inconsidérées. Quelques secondes passèrent, il se devait de statuer sur la situation de Lothringen rapidement. Quand Ravestha jugea que la tourmente qui l’habitait s’était suffisamment calmée pour lui permettre d’afficher un visage impassible, il se retourna vers Hugues :

    - Vous ne trouverez dans le registre des lois aucune règle statuant l’identité des conseillers simplement parce que le système théocratique que nous avons instauré n’en a jamais eu besoin. Manost est tout simplement helmite !

    Le Grand Emissaire tapa du poing sur la table. Manost appartient aux Helmites ! La colère le regagna instantanément, le replongeant dans ses doutes. Ils avaient tant œuvré pour la cité, nul autre que Helm ne dirigerait Manost !

    La frontière entre la théocratie et le despotisme est mince. Le souverain de l’une peut devenir le dictateur de l’autre…

    La pensée frappa Ravestha qui resta figé un instant. Tout son petit monde semblait vaciller. Lui-même basculait-il dans une radicalisation critique ? Et Lothringen au conseil, les Helmites perdraient-ils réellement un peu de leur pouvoir ? Il secoua la tête.

    - Il est inconcevable qu’un infidèle ne siège à ce conseil ! Et encore plus un renégat ! Vous… vous n’avez pas votre place !

    Intolérance. Intégrisme. Immobilisme. Injustice. Lothringen n’a-t-il pas fait énormément pour la cité bénie ?

    D’une voix qui manquait d’assurance, Ravestha s’écria :

    - Je n’ai pas fait perduré ce système pour le voir menacé à présent par un traître !

    Egoïste. Qui menace qui ? Tu es aveugle, c’est toi qui a le pouvoir. Tu ne vois même plus le semi drow, c'est à peine si tu remarques le non Helmite même à présent. Tu ne te vois que toi. Ouvre les yeux et regarde : où est-il ce semi drow dans tout ça ? Où est Manost ? Egoïste.

    Ravestha regarda Lothringen. A l’exception d’un plissement des yeux, il n’avait pas bougé, encaissant la colère du semi elfe en attendant uniquement le moment où l’un d’eux prendrait la décision : quand la patience du semi drow cèderait ou quand le Grand Emissaire se serait enfin exprimé sur le fond du problème. Ce dernier s’assit, posa les coudes sur la table et joignit les mains devant sa bouche.
    Un silence pesant s’installa. Hugues de Breizh s’abstint de donner son avis sur la question comme il l’avait explicitement énoncé avant et Lothringen patientait, affermissant sa volonté, prêt à encaisser un nouvel éclat de colère du Grand Emissaire.


    - Vous resterez. Le Grand Emissaire avait parlé calmement, comme si ce qui s’était passé depuis la révélation de Lothringen l’avait trop épuisé pour qu'il s'énerve encore. Vous serez membre à part entière du Conseil de Manost et serez en charge des relations avec l’extérieur. Vous apporterez autours de cette table la voix qu’il manque à Manost, celle des non Helmites et nous aiderez à prendre les meilleures décisions – pour tous.
    "Quand tu es poursuivi, rien ne sert de courir plus vite que la menace, il faut courir plus vite que tes potes". Proverbe gobelin

  9. #69
    Date d'inscription
    February 2004
    Localisation
    Sur la route, encore
    Messages 
    7 340
    Quête : Vol d’une relique

    A vrai dire, cela faisait déjà quelques temps que Lothringen n’était plus dans la salle. Lorsqu’il avait entendu le Grand Emissaire le traiter de traître – le mot auquel il s’attendait depuis le début, et peut-être le seul qu’il ne pouvait accepter, si fortement qu’il bandât sa patience – son esprit avait déserté la pièce sur le champ, vibrant à son tour de colère et d’indignation, en rugissant sa déception à travers les couloirs. Alors, c’était donc cela, leur justice ? Il avait risqué sa vie une bonne poignée de fois pour la ville, jusqu’à tout récemment, pour entendre cela ? ! Il était revenu de Melandis, revenu du Bosquet, pour se voir débiter CELA ? ! Peut-être aurait-il été mieux inspiré d’aider les druides à corrompre l’objet, ou bien de le revendre aux mélandiens, pour mériter au moins ce titre ? COMMENT OSAIENT-ILS…
    Ainsi vitupérait son esprit écœuré dans les couloirs du palais du conseil, tandis qu’il cherchait encore la sortie.


    Mais ses talons n’avaient pas voulu suivre… et, dans la pièce, le calme s’était installé de nouveau, cependant que le Grand Emissaire réfléchissait. C’était comme si la stupeur, ou quelque sombre instinct de mort avait cloué Lothringen sur place: et il était bien malgré soi demeuré immobile, afin de boire jusqu’au fond de la coupe, afin d’entendre jusqu’au bout de la scène, alors même que tout semblait déjà joué.

    Les paroles de Ravestha le surprenant dans cet état de complète hébétude, il ne réagit pas aussitôt. Quand leur sens parvint jusqu’à lui, c’est à peine s’il éprouva ce soulagement nerveux que l’on peut ressentir lorsque retombe une forte tension. Il aurait sans doute éprouvé le même si la décision avait été exactement inverse… Et il lui venait à présent une maligne envie de refuser, à cause de ce qu’il venait d’entendre, à cause de cette morsure acide sous ses paupières, et pour ne plus jamais avoir à recroiser ceux qui venaient de le traiter ainsi... les recroiser ! leur obéir… Mais ce n’aurait été qu’une réaction puérile et revancharde, dont il aurait été la seule victime.


    Le semi-drow hocha la tête, afin de reprendre possession de son corps. Réagir… Après ce qu’il venait d’entendre, il ne risquait pas de se confondre en remerciements. Et néanmoins… Il regarda Ravestha, qui n’avait pas bougé de sa chaise, les mains toujours jointes à hauteur du visage. Il paraissait épuisé. Ce n’avait sûrement pas été une décision facile à prendre. Lothringen soupira, puis se rapprocha de ce dernier, et pressa fugitivement de la main celles du Grand Emissaire. Sa main noire sur ses mains blanches – et c’était bien ce qu’il pensait : ses mains fiévreuses, sa main glacée –


    - Qu’il en soit donc ainsi…


    Sur ces mots, il se détourna et sortit sans hâte, un peu sonné, afin de retrouver ses esprits qui continuaient de flotter, à l’abandon, dans les couloirs.

    Tout en marchant il s’essuyait les yeux d’un revers de main rageur, mais inutile ; rien ne coulait : il avait tout gardé pour soi. Comme d’habitude. Comme d’habitude…


    Désepérant de retrouver son chemin dans ce palais où il mettait les pieds pour la première fois, il finit par se tirer d'embarras en se téléportant directement au palais des murmures. Si tout pouvait toujours se résoudre aussi simplement.


    Lothringen = = > téléportation = = > Lothringen


    Il cligna une dernière fois des yeux en s'effaçant des lieux. De tout cela, il garderait un souvenir amer. Toute chose a son prix...


    HRP : et c’est avec un plaisir non dissimulé que je constate que le Vol de la relique est cette fois, enfin, et pour de bon, vraiment, vraiment fini.

    :champagne:

    Edit: mazette, j'oubliais un détail. :notme:

    Lothringen = = > changement d'alignement ==> chaotique bon
    Administratrice en charge de la Forge et des sections BG.
    Code Couleur : #7AC5CD I Arrivée à Manost et Biographie RP
    Rp en cours : Les Caprices de Fortune (MJ / Joueur)

  10. #70
    Date d'inscription
    November 2002
    Messages 
    1 258
    [Quête : l’invasion des ombres]

    Le groupe arriva au palais administratif non sans se faire remarquer. Escortés de plusieurs gardes, les Luméniens avait parcouru la distance qui séparait les quais du quartier du gouvernement le pas rapide. Lorsqu'ils se présentèrent aux portes du palais, ce fut un capitaine de la garde directement qui vint s'enquérir de la requête des Luméniens, alerté par les visages alarmés à la fois des gardes et des hommes qu'ils accompagnaient. Le garde fit un bref rapport à son supérieur qui le rassura d'un hochement de tête en lui affirmant qu'il avait bien fait de ne pas traîner.

    - Je vais aller en informer le Grand Emissaire qui vous reçevra dans la salle du conseil. Lesquels d'entre vous ont autorité ou sont à même de communiquer les informations dont vous êtes porteur ?
    "Quand tu es poursuivi, rien ne sert de courir plus vite que la menace, il faut courir plus vite que tes potes". Proverbe gobelin

  11. #71
    Avatar de Taliesin
    Taliesin est déconnecté Élu de Mystra
    Date d'inscription
    December 2004
    Messages 
    34 654
    [Quête : l’invasion des ombres]

    Tous les membres du groupe, enfants et vieillards, se tournèrent dans un même mouvement vers la grande femme qui hocha la tête et avança d’un pas.

    -Messire, je n’ai d’autre autorité que celle qu’on bien voulu m’accorder mes compagnons d’infortune. Mais peut-être connais-je effectivement plus que d’autres l’un des protagonistes de cette terrible affaire, et les informations qu’il m’a confiées pourraient s’avérer précieuses pour la réussite de notre démarche. Je parlerai donc au nom des miens, si le Grand Emissaire m'accorde l'honneur de me recevoir.
    Admin RP. Pour participer, suivez le guide.et envoyez-moi vos biographies ! Envie de devenir MJ ? Cliquez ici ! Amateur d'imprévu ? C'est par !
    Dirigeant de Melandis. Visitez la Cité du Chaos et découvrez les factions qui y ourdissent sans cesse de nouveaux complots.
    "Sois gentil, pas méchant, c'est pas gentil d'être méchant, c'est mieux d'être gentil..." (La chanson de Dewey)

  12. #72
    Date d'inscription
    November 2002
    Messages 
    1 258
    [Quête : l’invasion des ombres]

    Le capitaine acquiesca aux paroles de la femme avant de faire signe aux gardes en poste de s'approcher.

    - Conduisez cette femme à la salle du conseil. Ne laissez pas les autres membres à l'extérieur, qu'ils s'installent dans la grande salle et qu'on leur apporte de quoi se restaurer, le voyage a dû être éprouvant.

    Deux gardes emmenèrent donc les Luméniens dans la grande salle où furent installés en hâte des tables et des bancs, en attendant que les premiers vivres arrivent.

    Un autre des soldats escorta la femme jusque dans la salle du conseil. La terrasse qui donnait sur la place principale baignait dans la lumière encore timide du soleil naissant. Une unique grande table ovale avec des sièges de part et d'autre ornait la pièce sobrement décorée. Pendues aux murs, quelques tapisseries aux motifs simples arboraient le symbole de Helm.

    Le garde invita la femme à s'assoir à l'un des sièges et se posta près de la porte. Quelques minutes de silence passèrent lorsque la porte s'ouvrit de nouveau, laissant apparaître Ravestha accompagné du capitaine de la garde. Le Grand Emissaire s'inclina devant la Luménienne qui s'était relevée à son entrée.

    - Bonjour Madame. J'espère ne pas vous avoir fait trop patienter car on m'a dit que vous étiez porteuse de nouvelles sur Luménis qui ne souffraient aucun délai. La terrible mention d'un coup d'état m'a été rapportée, est-ce la vérité ?
    "Quand tu es poursuivi, rien ne sert de courir plus vite que la menace, il faut courir plus vite que tes potes". Proverbe gobelin

  13. #73
    Avatar de Taliesin
    Taliesin est déconnecté Élu de Mystra
    Date d'inscription
    December 2004
    Messages 
    34 654
    [Quête : l’invasion des ombres]

    -Oui, messire. Morfea Nwalk, l’ancien bourreau de Mélandis, à manipulé le petit peuple de la cité de Lathandre et l’a poussé à se rebeller. Non pas pour améliorer les conditions de vie de ces malheureux, mais bien pour satisfaire ses propres ambitions…

    Elle s’interrompit un instant, le temps que Ravestha prenne la mesure de l’information, puis elle poursuivit :

    -C’est une affaire complexe, et si vous le permettez, je voudrais vous exposer les faits depuis leur commencement. Ainsi, vous serez à même de juger tout ce qui s’est passé…

    Lorsque le Grand Emissaire eut donné son accord, la vielle femme se lança dans le récit de cette sombre histoire : elle commença avec l’arrivée de Taliesin à Mélandis, décrivant les bienfaits qu’il avait dispensés aux esclaves et aux indigents, au point de se faire surnommer le prophète gris. Elle expliqua la révolte d’un groupe de malheureux asservis qui avait entraîné une véritable insurrection, dont Taliesin avait finalement accepté de prendre la tête. Elle parla de la victoire à portée de main, de la défaite, de la fuite à travers le désert, puis de l’installation à Lumenis où le Haut Conseil avait accordé asile aux quelques centaines de réfugiés. Enfin, elle aborda le cœur de l’affaire : les manigances de Morféa qui, jusqu'ici, s'était fait passé pour l'un des alliés du barde, l’escarmouche au camp, la capture de Taliesin, le ralliement des pauvres de la cité et, en fin de compte, la prise du pouvoir.

    -Voilà les faits, messire, conclut-elle. Au nom des liens qui unissent Manost à Luménis, mais au nom de Taliesin qui, si j’en crois ce que je sais, ne serait pas sans vous avoir rendu quelques services… Je vous demande de ne pas laisser se poursuivre une telle félonie. Si Morfea reste au pouvoir, je crains qu’il n’en découle des circonstances terribles pour Helonna… Et pour tout Dorrandin.
    Admin RP. Pour participer, suivez le guide.et envoyez-moi vos biographies ! Envie de devenir MJ ? Cliquez ici ! Amateur d'imprévu ? C'est par !
    Dirigeant de Melandis. Visitez la Cité du Chaos et découvrez les factions qui y ourdissent sans cesse de nouveaux complots.
    "Sois gentil, pas méchant, c'est pas gentil d'être méchant, c'est mieux d'être gentil..." (La chanson de Dewey)

  14. #74
    Date d'inscription
    November 2002
    Messages 
    1 258
    [Quête : l’invasion des ombres]

    Le Grand Emissaire avait écouté avec attention ce que venait de lui dire la Luménienne. Le silence qui suivit les dernières paroles de la femme en dit long sur la surprise du dirigeant manostien. Ravestha ne cessait de tourner en rond pendant qu'il réfléchissait. Tout était allé si vite qu'à l'heure où ils parlaient, Luménis était déjà complètement tombée aux mains de Morfea Nwalk.
    D'une part, l'idée que l'ancien bourreau de Melandis dirige à présent la capitale d'Helonna ne lui plaisaît pas du tout, d'autre part, la femme avait raison : Taliesin leur avait rendu quelques services bien dédommageants ces derniers temps. Mais le visage du Grand Emissaire trahissait son inquiétude. Totalement imprévue, cette prise de pouvoir risquait à coup sûr de rompre la stabilité dans laquelle les continents se trouvait.


    - Jamais je n'aurais imaginé que la situation que vous décrivez aurait pu arriver. C'est effroyable ! Déjà le fait qu'un coup d'état ait eu lieu à Luménis est une très mauvaise nouvelle, mais savoir la ville aux mains de l'ancien bourreau de Melandis achève le tableau. Personne ne veut d'une autre Melandis ! Manost ne pourrait pas faire face seule. Les choses ne peuvent rester en l'état et la population de Luménis ne mérite pas le sort qu'elle connait.

    Ravestha planta ses yeux dans ceux de la femme puis ajouta :

    - Je répondrai à votre requête, Manost ne laissera pas Luménis sombrer sous la coupe de ce tyran. Mais avant de lancer une quelconque expédition je dois savoir à quoi m'attendre. Est-ce que vous avez une idée des forces dont dispose Morfea Nwalk mais aussi sur quel soutien nous pourrons compter sur place ? Savez-vous si, mis à part Taliesin, des personnalités de la cité seraient susceptibles de nous aider ? Quand bien même elles n'auraient pas toutes été exécutées bien entendu...

    Le Grand Emissaire avait rajouté ces derniers mots avec amertume et dégoût.
    "Quand tu es poursuivi, rien ne sert de courir plus vite que la menace, il faut courir plus vite que tes potes". Proverbe gobelin

  15. #75
    Avatar de Taliesin
    Taliesin est déconnecté Élu de Mystra
    Date d'inscription
    December 2004
    Messages 
    34 654
    [Quête : l’invasion des ombres]

    La vieille femme secoua négativement la tête.

    -En cela, je ne puis vous être d’aucune utilité, messire. Mes compagnons et moi-même ne devons notre salut qu’à notre prompte fuite : en tant qu’alliés notoires de Taiesin, nous aurions immanquablement été capturés et exécutés. Je ne peux donc émettre que des suppositions : Morfea disposera un moment du soutien des pauvres de la cité, exaspérés par la corruption qui rongeait le précédent régime. Ils lui seront favorables jusqu’à ce qu’ils découvrent que sa politique est mille fois pire que la précédente… Lorsque ce sera le cas, ils se sentiront trahis et seront prêts à se révolter à nouveau. Cependant, l’ancien bourreau aura à n’en pas douter su rallier nombre de dignitaires et d’officiers qui auront vu dans ce coup d’état un moyen d’assouvir leurs ambitions… L’armée, la marine et l’administration seront donc étroitement contrôlées par des sbires de Nwalk, et la cité toute entière sera tenue avec une poigne de fer. Si des opposants ont survécu, si des résistants se sont organisés, ils doivent se cacher et tenter d’agir dans l’ombre. Entrer en contact avec eux ne sera pas chose aisée.
    Admin RP. Pour participer, suivez le guide.et envoyez-moi vos biographies ! Envie de devenir MJ ? Cliquez ici ! Amateur d'imprévu ? C'est par !
    Dirigeant de Melandis. Visitez la Cité du Chaos et découvrez les factions qui y ourdissent sans cesse de nouveaux complots.
    "Sois gentil, pas méchant, c'est pas gentil d'être méchant, c'est mieux d'être gentil..." (La chanson de Dewey)

  16. #76
    Date d'inscription
    November 2002
    Messages 
    1 258
    [Quête : l’invasion des ombres]

    Ravestha acquiesca. Les réfugiés avaient profité du chaos qui régnaient pour s'échapper de la cité, il n'était donc pas surprenant que la Luménienne n'ait la connaissance de toutes les données.

    - Je vois. Pourtant ils représentent notre meilleur atout. Il est inutile de chercher le conflit ouvert avec Luménis. Nous n'avons ni le temps ni les moyens de nous lancer dans une guerre avec Morfea et son coup d'état a suffisamment fait couler le sang. Il faudra frapper vite et fort de l'intérieur, porter les estocades qui fragiliseront l'autorité de Morfea dans la cité.

    Le Grand Emissaire marqua une pause avant de continuer.

    - Nous avons plusieurs contingents de soldats en garnison à la citadelle de la Lame d'Argent, ce qui représente environ 200 hommes immédiatement disponibles. Insuffisant cependant pour lancer une attaque frontale. Nous devrons trouver un moyen d'affaiblir le régime actuel et quand le vent tournera en notre faveur, alors ils viendront appuyer notre offensive pour reprendre la ville. Rencontrer la résistance fera partie de nos priorités pour pouvoir mener à bien cette lutte.
    "Quand tu es poursuivi, rien ne sert de courir plus vite que la menace, il faut courir plus vite que tes potes". Proverbe gobelin

  17. #77
    Avatar de Taliesin
    Taliesin est déconnecté Élu de Mystra
    Date d'inscription
    December 2004
    Messages 
    34 654
    [Quête l’invasion des ombres]

    -L’aide de ces contingents nous sera très précieuse, et je pense qu’il ne devrait pas être trop dur de les dissimuler sur Hélonna tandis que nous nous infiltrerons en ville. Mais c’est justement cette étape d’infiltration qui m’inquiète : les portes et le Port de Lumenis seront étroitement surveillés, et il nous faudra user de ruse pour pouvoir entrer sans trop éveiller les soupçons... Mais je ne veux point vous assommer tout de suite avec l’ensemble des détails pratiques, car j’imagine que vous aurez fort à faire pour préparer l’expédition... Dans tous les cas, sachez que je vous suis infiniment reconnaissante pour votre si prompte décision. Grâce à vous, il existe encore peut-être un espoir pour la cité de Lathandre... et pour Taliesin.

    Elle s’inclina puis ajouta :

    -Si moi-même ou mes compagnons pouvons vous être d’une quelconque utilité, sachez que nous nous tenons à votre entière disposition.
    Admin RP. Pour participer, suivez le guide.et envoyez-moi vos biographies ! Envie de devenir MJ ? Cliquez ici ! Amateur d'imprévu ? C'est par !
    Dirigeant de Melandis. Visitez la Cité du Chaos et découvrez les factions qui y ourdissent sans cesse de nouveaux complots.
    "Sois gentil, pas méchant, c'est pas gentil d'être méchant, c'est mieux d'être gentil..." (La chanson de Dewey)

  18. #78
    Date d'inscription
    November 2002
    Messages 
    1 258
    [Quête l’invasion des ombres]


    - Votre aide est naturellement la bienvenue. Peu de nos hommes ont déjà mis les pieds sur Helonna et connaissent donc Luménis. Il ne sera pas inutile de profiter du voyage pour les informer sur la ville, son organisation, ses points stratégiques et autres informations qui peuvent se révéler utiles. Mais c'est sur place que nous aurons le plus besoin de vous, car j'ai peu de contacts à Luménis et faire le tri entre amis et ennemis ne sera sans doute pas toujours chose aisée.

    Ravestha réfléchit un bref instant avant de reprendre.

    - En ce qui concerne l'infiltration en ville, effectivement elle ne sera pas simple. Nous ferons débarquer discrètement les soldats assez loin de la ville à l'abri des regards de Nwalk. Pour le reste, nous aviserons quand nous aurons plus de données. L'une des priorités sera de sauver Taliesin, d'autant plus que son influence peut être le déclencheur d'une nouvelle vague de résistance. Pour l'heure, si vous souhaitez rejoindre vos compagnons et vous restaurer, je vous en prie. Le temps de préparer les navires et de mobiliser tout le monde, il s'écoulera sans doute une bonne partie de la journée. En attendant vous êtes libres de vos mouvements, nous vous ferons savoir quand nous partons.

    La femme se retira accompagnée d'un garde non sans avoir renouvelé ses remerciements. Une fois sortie, Ravestha se tourna vers le capitaine Metren Treck :

    - Rendez-vous à la Vierge d'Argent, nous aurons besoin de l'un des leurs. Vous avez compris pourquoi.

    Le capitaine acquiesca d'un air entendu avant de sortir.
    "Quand tu es poursuivi, rien ne sert de courir plus vite que la menace, il faut courir plus vite que tes potes". Proverbe gobelin

  19. #79
    Date d'inscription
    November 2002
    Messages 
    1 258

    [Epilogue de la quête : L'enlèvement d'Alréac. Oui il était temps, je vous prout.]

    Le soleil s’apprêtait à se coucher et c’est donc à la fin du jour que les deux Manostiens arrivèrent à Manost. Les chemins de Vergil et Ravestha se séparèrent aux portes de la ville. Le conseiller remercia son compagnon avant de se détourner sans plus d’échange. Il n’avait pas envie de parler. Cela faisait d’ailleurs de nombreux jours qu’il communiquait lui-même peu. C’est à peine s’il osait s’adresser à Helm tellement la honte et le déshonneur l’habitait. Ses quelques prières se voulaient timides et imploraient le pardon du Vigilant. Il essayait de se convaincre que ce n’était pas en soi sa faute, mais bien qu’il avait été dupé par ces illusions. Mais rien n’y faisait, il avait toujours ce poids sur le cœur, ce sentiment d’avoir trahi…
    Il prit la direction du palais administratif, refusant sèchement l’escorte que l’officier de la garde lui proposa à l’entrée de la ville. Il traversa la ceinture extérieure pour gagner le cœur de la ville sans descendre de selle. Il avait peu d’allure, son manteau était sale et abîmé et les passants qui le reconnaissaient lui jetaient des regards curieux. Lui continuait son chemin sans en avoir cure et posa le pied près du palais, confiant son cheval à l’un des écuyers. Il grimpa les marches et pénétra dans le bâtiment, visiblement pressé de retrouver le calme de ses appartements. L’un des hommes dans le hall l’ayant reconnu, il s’approcha du conseiller en l’interpelant.

    « Messire ! Ah heureux de vous voir ! »

    Ravestha lui adressa un regard noir avant d’ajouter un sec :

    « Pas maintenant. »

    Mais l’homme ne se démonta pas et entreprit de tenter sa chance une deuxième fois, bien mal lui en prit.

    « Mais Sire, c’est que ! »

    Il attrapa cette fois l’homme à l’épaule et approcha son visage visiblement très irrité.

    « Vous êtes sourd ou vous avez besoin d’un tour dans les geôles pour vous que vous compreniez ce que l’on vous dit ? »

    Il repoussa sans ménagement celui qui l’avait dérangé et continua son chemin, sous le regard interloqué des gens présents. Certes le Grand Emissaire n’avait pas la réputation d’être chaleureux, mais cette colère froide était assez inhabituelle. Lorsqu’il pénétra dans ses appartements, il jeta son manteau et défit la ceinture portant ses épées. Il se sentait malpropre et souillé mais n’avait pas la tête à voir quelqu’un, ne serait-ce que pour demander un bain. Il s’assit sur son lit, ôtant sa chemise collante et poussiéreuse pour l’envoyer rejoindre le manteau. Après s’être déchaussé, il s’allongea sur le lit, seul avec sa conscience. Malgré ses tiraillements, malgré sa colère, il s’endormit rapidement, trop épuisé par le voyage et les épreuves.
    "Quand tu es poursuivi, rien ne sert de courir plus vite que la menace, il faut courir plus vite que tes potes". Proverbe gobelin

  20. #80
    Date d'inscription
    November 2002
    Messages 
    1 258

    Re : [Bâtiment] Le Palais du Conseil

    Debout dans la pénombre, il serra sa ceinture en passant le métal dans un trou usé par un geste si souvent répétés. Il lissa le tissu de sa robe, ajusta la position de sa lame, referma la broche de sa cape dans un rituel devenu machinal. Il ouvrit la porte de ses appartements avant de s’engager dans un couloir où la pénombre déclinait, laissant place aux premières lueurs timides du jour. Les gardes en faction se mettaient au garde à vous sur son passage et ceux qui n’en prenaient pas la peine se voyaient rappeler leur devoir d’un coup rapide sur le harnois. Le Grand Emissaire soupira lorsqu’il dût une fois de plus reprendre l’un d’eux. Comment pouvait-on prétendre servir le Vigilant en faisant preuve d’un tel laxisme pendant sa veille ?

    Là où quelques mois plus tôt un bataillon de fonctionnaires de l’administration l’aurait interpellé à la volée pour régler quelque problème à l’urgence toute relative, personne ne vint le voir lorsqu’il pénétra dans la grande salle. Les regards noirs et les remarques acerbes dont il avait gratifié certains depuis son retour de Melandis avaient calmé jusqu’aux plus courageux d’entre eux. Le bruit de ses bottes heurtant le marbre résonnait dans une salle creuse seulement troublées par quelques chuchotements.

    Il avait abandonné les affaires courantes de la cité et on avait de ce fait cessé toute tentative de sollicitation à ce sujet. Il traversa la salle sans un regard autour de lui, prenant la direction du hall. Lorsqu’il franchit les portes à double battants, deux hallebardiers postés sur chaque côté lui emboitèrent le pas. Descendant les marches qui le séparaient de la place, il plissa les yeux lorsque les rayons matinaux du soleil vinrent heurter son visage. Le soleil qui pointait à l’est mettait en valeur sur le sommet des murailles les soldats de la garde manostienne, sentinelles surveillant inlassablement les environs de la cité.

    Ses pas conduisirent Ravestha au temple où s’amassaient toujours un peu de monde à l’heure de la prière matinale. Les torches et les rais de lumière faisaient briller les impeccables armures des prêtres sur lesquelles était gravé le gant de métal. Les heaumes qu’ils portaient dissimulaient une partie du visage mais pour autant le Grand Emissaire aurait pu facilement en reconnaître la moitié. A chaque fois qu’il levait les yeux vers ces clercs réunis, la pensée qu’il en manquait un s’imposait à lui systématiquement. Dans un silence pieux, le semi-elfe se glissa sur le côté pour ne pas perturber les sourdes incantations des serviteurs du Vigilant. Tourné vers l’autel, il inclina la tête et entama sa propre prière.

    Il avait certes digéré ce qu’il avait considéré comme un échec. Mais en son cœur subsistait une aigreur et une colère latente qu’il ne parvenait pas à effacer. Il avait été l’outil d’une fourberie digne d’un cyricien, victime d’une illusion et d’une tromperie qui l’avait conduit à tuer le chef de son propre clergé entre les sombres murs de Melandis…
    Melandis… Ravestha rouvrit les yeux. La cité du chaos quitta immédiatement ses pensées, ce n’était ni le lieu ni le moment pour bouillir en repensant à elle. Dans la sérénité du temple de Helm, c’était lui faire trop d’honneur. Il regarda les prêtres réciter leurs litanies. Il savait qu’il avait fallu remplacer Alréac Poingvaillant au poste de Grand Prêtre, mais il n’avait jamais participé à la moindre décision. Un choix forcément assez mal compris par l’ensemble du clergé mais il n’en avait cure : il avait mis du temps à retrouver une certaine paix avec lui-même. A ses yeux il avait été doublement coupable : le manque de vigilance avait permis qu’Alréac soit enlevé jusque dans la ville qu’il abhorrait et dans sa tentative de sauvetage, il avait conduit lui-même la mort du prêtre. Quand s’était posée la question de sa succession, il n’avait pu affronter les conséquences de ce qu’il jugeait relever de son incompétence.

    A la fin des chants religieux, le Grand Emissaire alla saluer comme de coutume les prêtres qui avaient officié. Dans sa volonté de se racheter, jamais sa foi n’avait connu telle flamme et les représentants du culte dans le temple pouvaient aisément le ressentir. Rares étaient ceux qui lui tenaient vraiment rigueur de ce qui s’était passé dans la cité du chaos, beaucoup plus nombreux étaient ceux qui l’avaient aidé à combattre ce sentiment de trahison envers son dieu. Après tout, n’était-ce pas l’ennemi qui avait guidé sa lame ?

    Il finit par quitter le temple, toujours flanqué de ses soldats. Arborant immuablement le visage sévère qu’on commençait à lui connaître, il entama la revue de ses hommes. Car la vigilance de Helm ne tolérait aucune défaillance.
    "Quand tu es poursuivi, rien ne sert de courir plus vite que la menace, il faut courir plus vite que tes potes". Proverbe gobelin

  21. #81
    Date d'inscription
    November 2002
    Messages 
    1 258

    Re : [Bâtiment] Le Palais du Conseil

    L’officier messager se tortillait, visiblement peu à son aise tandis qu’en face de lui, le Grand Emissaire parcourait des yeux le parchemin qu’il tenait entre ses mains moites. A mesure qu’il lisait, Ravestha blêmissait à vue d’œil. Plusieurs fois il parcourut le texte afin d’être certain qu’il ne se méprenait pas et un regard vers l’homme anxieux qui se tenait devant lui l’assurait qu’il ne s’agissait nullement d’une mauvais plaisanterie.

    Les rapports avaient été nombreux ces derniers temps, plus ou moins alarmants sur la situation aux frontières. Certaines caravanes marchandes s’étaient vues simplement refuser l’accès en terre melandienne quand des camps manostiens avaient parfois été la cible d’escarmouches. Et on ne parlait pas des pauvres sires qui avaient pénétré les terres sous régence de la Cité du Chaos et que l’on ne reverrait probablement pas. Il avait mobilisé les armées, intensifié les patrouilles, renforcé les frontières.

    Mais si la ville faisait de nouveau honneur à son appellation, rien ne l’avait attendu à ça. Que la confusion gagne de nouveau une cité dont la divinité principalement vénérée était Cyric n’avait rien de surprenant. Que les accords entre Manost et Melandis aient tenus le temps de les mettre en place ne l’étonnait pas vraiment bien qu’il le regrettait… un peu.

    -Vous êtes certain ? Vos sources sont fiables ?

    -Absolument Messire.

    Mais que le nom de Venuma réapparaisse comme dans un mauvais cauchemar dont l’on pensait s’être défait, il avait du mal à y croire. Un maelstrom de sentiments s’emparait de lui tandis que les souvenirs se mélangeaient : de la haine, de la peine, de l’abattement, de la rage… Armonis, Artryl, Manost, c’est comme si le spectre de l’impératrice elle-même revenait à travers Swaren Sar Venuma. Et Cyric… comment une cité pouvait ouvertement se déclarer sous la tutelle du Prince des Mensonges ?


    Il serra le papier dans sa main, la pression de ses doigts réduisant celui-ci à l’état de simple boulette. Le regard qu’il porta sur le sergent de la garde était acéré et ce dernier remercia Tymora que le Grand Emissaire ne portât pas son épée sur son côté. Non pas qu’il pensait Ravestha capable d’une telle impulsivité, mais… sait-on jamais.

    -Vous allez sur le champ faire porter le message à toutes les cités du territoire où se trouve un soldat frappé du Gantelet que tout Melandien doit être appréhendé et que les sommations sont inutiles. A mesure qu’il parlait, l’irritation perçait dans sa voix de plus en plus nettment. Je veux que le moindre garde que compte cette cité se tienne prêt à servir dans l’enceinte de la Citadelle. Je veux que l’ambassade melandienne soit tellement assiégée que même un insecte n’entrerait ni ne sortirait sans être repéré. Que tous soient prêts à perquisitionner, dans le sang s’il le faut. Et convoquez les généraux !

    Le ton avait monté au fur et à mesure de la déclaration, si bien que le sergent avait été contraint de faire un pas en arrière lorsque le dernier ordre tomba presque comme un cri.
    -Oui Monseigneur !

    Le garde ne se fit pas prier pour détaler, laissant Ravestha recouvrer son calme lentement, pensif, mains jointes dans le dos. La boulette de papier, elle, continuait de souffrir mille tourments entre les phalanges blanches du Grand Emissaire.
    Dernière modification par Ravestha ; 08/10/2009 à 22h03.
    "Quand tu es poursuivi, rien ne sert de courir plus vite que la menace, il faut courir plus vite que tes potes". Proverbe gobelin

  22. #82
    Date d'inscription
    February 2004
    Localisation
    Sur la route, encore
    Messages 
    7 340

    Rp : Aux quatre vents

    Arrivant du Palais des Murmures :http://www.baldursgateworld.fr/lacou...tml#post223310

    Lorsque Lothringen pénétra dans le Palais du Conseil, il ne cessa de croiser des gardes qui allaient et venaient en toute hâte, porteurs des derniers ordres à transmettre. Le semi-drow arrêta l'un d'eux pour en prendre connaissance. Cet ordre d'arrêter tous les mélandiens présents sur le territoire... disait clairement ses intentions. Le conseiller songea fugitivement à Mornagest. Dire qu'il avait pensé que ce dernier serait en sécurité à Manost !... Il allait falloir se hâter avec cette métamorphose.

    Mais d'autres idées sollicitaient déjà son attention. Manost pouvait-elle se permettre une guerre en ce moment ? Evidemment, c'était une façon comme une autre d'étouffer la crise du clergé. Mais... était-ce là les bouleversements politiques à venir évoqués par le Grand-Prêtre de Tymora – ceux qui devaient amener une possible promotion de son culte en territoire manostien ? Est-ce que cela devait passer par la chute du régime helmite ? Son cœur se serra. Il ne voulait trahir, ni décevoir personne. Dans un monde bien fait, il aurait choisi ce moment précis pour démissionner. Qu'avait-on besoin d'un diplomate quand la diplomatie a échoué, cédant la place aux armes... Mais il y avait tant à faire que ce serait de la désertion en temps de crise. Et il avait donné sa parole aux tymorans...

    Le semi-drow parcourait rapidement les couloirs du Palais, comme s'il pouvait marcher plus vite que sa pensée. Son escorte le laissa à la porte de la salle du conseil, où Ravestha, lui tournant à demi le dos, paraissait méditer sur la situation.

    Sur les charbons ardents, remarqua Lothringen. Et, somme toute, en bien meilleure forme que je ne l'ai jamais vu ces derniers mois. Cet état d'urgence le galvanise autant qu'il me mine. Le voilà dans son élément...

    "Emissaire", dit simplement le conseiller pour signaler sa présence.
    Administratrice en charge de la Forge et des sections BG.
    Code Couleur : #7AC5CD I Arrivée à Manost et Biographie RP
    Rp en cours : Les Caprices de Fortune (MJ / Joueur)

  23. #83
    Date d'inscription
    November 2002
    Messages 
    1 258

    Re : [Bâtiment] Le Palais du Conseil

    Les mains jointes dans le dos, l'air absent, Ravestha ne voyait plus la salle dans laquelle il se trouvait. Les paysages se substituaient aux murs tandis que ses pensées voyageaient vers le nord. Remontant les terres, il voyait la cordillère du faucon se dresser telle une muraille naturelle au milieu de la quelle pointait la Tour de Vigie. Il poursuivait sa route, survolant la chaîne de montagne, longeant le bosquet des pierres par l'ouest tandis qu'apparaissait à son tourla cité d'Aghoralis. Mais il ne s'y attardait pas, pénétrant les grandes étendues ardentes des terres du basilic jusqu'à se représenter Melandis et ses sombres murs. Une voix le tira de son voyage. Une voix qu'il n'avait plus entendu depuis quelques temps maintenant.

    Il se retourna, son visage avait l'air apaisé et ne trahissait guère son sentiment. Chaque fois qu'il se sentait perdre son sang froid, le Grand Emissaire tentait, sinon de calmer véritablement ses pensées, au moins de sauver les apparences.


    - Conseiller Lothringen. Bienvenue à vous. J'imagine que votre présence en ces lieux signifie que vous avez connaissance de ce qui s'est passé. Qui ne le saurait pas d'ailleurs ? Inutile pour cela d'être au palais des murmures quand ce sont de véritables cris qui descendent du nord présentement.

    Il marqua une pause, regardant le semi drow et le dévisageant comme s'il le voyait pour la première fois. Puis il poussa un soupire. Il n'aurait jamais pensé à sa nomination que Lothringen serait finalement le dernier à se tenir ici, même quand les nuages s'assombrissent, annonçant l'orage. Force lui était seulement de constater qu'il s'était trompé. Il balaya la salle du regard. De tous, il ne restait que lui, non helmite et pourtant toujours fidèle.
    "Quand tu es poursuivi, rien ne sert de courir plus vite que la menace, il faut courir plus vite que tes potes". Proverbe gobelin

  24. #84
    Date d'inscription
    February 2004
    Localisation
    Sur la route, encore
    Messages 
    7 340

    Rp : Aux quatre vents

    Lothringen hocha la tête. Les rapports qu'il venait de lire lui avaient amplement confirmé les affirmations de Gerdold. Le nouvel état mélandien faisait ce qu'il pouvait pour mettre la tension à son comble, et beaucoup d'innocents en payaient déjà le prix.

    "J'étais parti immédiatement après l'assassinat du chancelier Mornagest, mais en étant loin de me douter que la situation pourrait autant se dégrader en dix jours... Qu'importe, me voici, et j'ai pu prendre connaissance des décisions prises en mon absence. L'allégeance de Melandis à un dieu dont les adeptes ont assassiné le grand-prêtre de Helm était une chose, cette annulation des accords et ces exactions contre nos ressortissants en sont une autre... Je suis d'accord avec vous qu'il n'est plus temps de négocier."

    Il soupira à son tour. Toute son action au Palais des Murmures n'avait jamais visé qu'à retarder autant que possible un moment comme celui-ci, et il avait conscience que ce n'avait servi à rien, et que tous ses efforts avaient été soufflés aux quatre vents, balayés - oubliés déjà.

    Et il se revoyait, deux ans plus tôt, accédant à son poste. Que la salle du conseil, à présent, semblait immense et vide. Leurs soupirs y créaient des courants d'air glacé...

    "Je devine vers quoi nous nous dirigeons mais, afin de pouvoir agir avec le plus d'efficacité possible, je dois l'entendre de vos lèvres."
    Dernière modification par Lothringen ; 12/10/2009 à 03h00.
    Administratrice en charge de la Forge et des sections BG.
    Code Couleur : #7AC5CD I Arrivée à Manost et Biographie RP
    Rp en cours : Les Caprices de Fortune (MJ / Joueur)

  25. #85
    Date d'inscription
    November 2002
    Messages 
    1 258

    Re : [Bâtiment] Le Palais du Conseil

    "L’inaction serait le pire des péchés quand Cyric se proclame seigneur des terres voisines, annonçant sa présence en frappant à vos portes."

    La simple mention de son nom le rendait malade. Talos c’était une chose, le Soleil Noir en était une autre… Si l’impératrice était morte, et Helm savait combien il l’espérait, elle devait se retourner dans sa tombe de voir son fils ainsi inféodé à Cyric. Cependant fallait-il pour autant se diriger vers une guerre ouverte ? Et comment pouvait-il en être autrement quand Melandis fermaient voir harcelaient vos frontières ? En quelques jours, tout avait été réduit à néant. Inutiles, les efforts diplomatiques, en cendres les accords signés. Tout ca pour en arriver au même point : Manost et Melandis étaient redevenues les ennemies intimes de Dorrandin.

    Ce cadre là, Ravestha le connaissait. Il n’avait jamais été vraiment acteur, voir pire - un frein -, aux relations qui s’établissaient entre les deux cités. Il avait toujours jeté un œil sceptique et pour le moins pessimiste sur ces rapprochements. Mais il avait été sur le point de reconnaître son tort quand le dieu fou s’était emparé de la ville au moyen d’un coup d’état sanglant, mettant un terme au temps de paix. Car oui, c’était…

    "La guerre. Nous sommes en état de guerre avec Melandis, il est de notre devoir de la déclarer. Par respect pour nos valeurs, pas respect pour notre foi. Ma foi. Celle des Helmites. Que vous dit la vôtre, Lothringen ? Le temps des discussions est révolu avec la cité du chaos. Il semble même terminé au sein même de ses sombres murailles. On ne traite pas avec le Prince des Mensonges, on l’affronte."

    Le Grand Emissaire faisait face au semi-drow. Il pensa que si ce dernier s’était aussi bien senti à sa place au Palais des Murmures, c’est qu’il aimait autant les discussions diplomatiques qu’il abhorrait la guerre.

    "Je suis navré, Lothringen, il semble que les cartes que vous avez abattues aient été balayées d’un revers de main par le spectre du passé lui-même."


    Navré, il l’était réellement. Car à sa manière, il lui avait semblé que le conseiller avait plus que jamais donné ces derniers temps dans l'unique but de mieux oeuvrer dans l’intérêt de la Cité Bénie.


    "Maintenant, ce n’est pas n’importe quelle guerre qui se présente. Beaucoup de questions l’entourent qu’il est nécessaire d’éclaircir avant de prendre des décisions trop ambitieuses. A combien d’hommes s’élèvent les forces melandiennes ? Combien de ces hommes ont réellement juré allégeance à leur nouveau seigneur ? Avons-nous nous-mêmes de quoi marcher sur une cité dont l’ampleur des défenses nous est inconnue ? Je gage qu’il faille commencer par faire le ménage chez nous. Et une visite à l’ambassade melandienne ne sera sans doute pas inutile."

    Puis il soupira doucement, murmurant à voix basse, pour lui-même.

    "Peut être cela rappellera-t-il que c’est notre foi et les Yeux Sans Sommeil qui ont veillé sur cette cité sans jamais faillir à leur devoir. Et que notre force est toujours intacte."
    Dernière modification par Ravestha ; 13/10/2009 à 20h09.
    "Quand tu es poursuivi, rien ne sert de courir plus vite que la menace, il faut courir plus vite que tes potes". Proverbe gobelin

  26. #86
    Date d'inscription
    February 2004
    Localisation
    Sur la route, encore
    Messages 
    7 340

    Rp : Aux quatre vents

    Lothringen hocha la tête, un peu amer.

    "N'attendez pas trop d'une perquisition de l'ambassade mélandienne. Depuis qu'il était devenu chancelier, Mornagest continuait d'être mon principal interlocuteur à Melandis ; le diplomate qui dirige cette ambassade n'est qu'un tiers couteau qui doit à ce jour trembler pour sa vie, car c'était un homme de paille du Conseil, et ce dernier a été intégralement massacré par le nouvel empereur..."

    Il marqua une pause, le temps de rassembler ses idées.

    "L'Impératrice n'avait laissé aucun regret dans le souvenir des mélandiens, et de même du dernier conseil. Du point de vue du citoyen, un tyran chasse l'autre... D'après les rapports qui me sont parvenus, les mutineries au sein de leur armée ont été assez peu nombreuses, mais cela ne signifie pas grand chose. Swaren Svar Venuma a pris tout le monde par surprise et il a d'ores et déjà une liste copieuse de nouveaux ennemis – adeptes des dieux lésés, hommes de pouvoir écartés, vieux membres du conseil qu'il n'a pas pris la peine de faire tuer... Sans compter les cyriciens eux-mêmes, toujours si prompts à s'entretuer. S'il doit rencontrer une opposition, celle-ci prend encore la température des événements. A se demander si l'empereur n'est pas à la recherche d'un ennemi commun pour étouffer provisoirement les dissensions internes..."

    C'était sans doute cela, d'ailleurs. Un vieux truc de putchiste : désigner le bouc émissaire. Le Grand Bouc Emissaire.

    "Quant à marcher sur Mélandis... Par la Dame, Ravestha, réfléchissez bien avant de l'envisager. La Cité du Chaos a des défenses aussi bonnes que les nôtres et tout un désert pour en défendre l'accès."

    Mais cela, le Grand Emissaire le savait aussi bien que lui, bien entendu. La pérennité de l'hostilité entre Manost et Mélandis n'avait jamais tenu qu'à cela : l'étendue du désert, la hauteur de la cordillère. On se massacrait sur les marges tout en évitant l'impossible affrontement direct. Il baissa les yeux, songeur.

    "Ma raison me dit que Cyric est aussi indiqué à la tête d'une cité qu'un paralytique au poste de maître d'armes, et que si jamais on n'a vu son culte réussir à régner sur un empire aussi vaste, il y a une raison. Le Dieu des Tempêtes avait rasé Mélandis ; Cyric lui fera pire à moyen terme. Quant à ma foi... Vous me demandiez ce que me dit ma foi. Je dois bien l'avouer, elle parle de croisade."

    Et il le disait sans plaisir, car il savait à présent qu'un autre dieu maléfique succèderait à Cyric comme ce dernier avait si promptement succédé à Talos. Autant il avait toujours eu un espoir pour Mornagest, autant, au niveau des états, il n'y croyait plus...
    Administratrice en charge de la Forge et des sections BG.
    Code Couleur : #7AC5CD I Arrivée à Manost et Biographie RP
    Rp en cours : Les Caprices de Fortune (MJ / Joueur)

  27. #87
    Date d'inscription
    November 2002
    Messages 
    1 258

    Re : [Bâtiment] Le Palais du Conseil

    Ravestha se gratta la joue, une moue dubitative déformant son visage.

    - C'est un fait, Melandis est une ville où le chaos en chasse un autre. Cyric est aussi tyran que Baine est anarchique. Que les dieux nous préservent d'ailleurs que ce dernier viennent un jour prendre la tête de nos ennemis.

    Il y avait de quoi hésiter. Probablement que le peu de légitimité de Swaren suffirait tout de même à fédérer les hommes contre les Manostiens en cas d'attaque. Pourtant le nouveau contexte de la cité semblait la faire tanguer, offrant une brèche dans laquelle s'engouffrer le démangeait. L'idée avait de quoi séduire, éliminer une bonne fois pour toute la sombre tâche dans le paysage de Dorrandin. Mais en avaient-ils seulement les moyens ? Il fallait sans doute tester l'ennemi avant de partir dans de fols espoirs.

    - Inutile de songer à prendre la cité du chaos, c'est un fait. Du moins pas dans un futur proche, c'est d'abord à son influence qu'il faut s'attaquer. On ne connaît pas bien leur capacité à se battre sous la bannière nouvelle de Cyric, il n'y a pas eu d'affrontement direct depuis la bataille devant les murs d'Artryl. Mais je doute que cela plairait au nouveau seigneur de la ville, il pesterait de se voir ainsi faire honneur au domaine de Tempus. Qui sait, ce putsch cache peut être quelque chose de plus... sombre. Il ne serait peut être pas inutile d'éclaircir le paysage politique de ce continent en voyant ce que la prise d'une ville frontalière peut engendrer.

    Il marqua une pause avant de s'enquérir.


    - Lothringen, vous avez mené de nombreuses négociations avant cela. Vous et le chancelier avez sans doute été au coeur des dissensions autant de notre côté que du côté Melandien. Y a-t-il des éléments que l'on pourrait utiliser pour commencer par fragiliser l'édifice de l'intérieur ? Des personnes que vous connaissez qui pourraient œuvrer à... renforcer le chaos ?

    Et si ce coup d'état était une opportunité de plonger les terres melandiennes dans une guerre civile, avant que le marteau helmite ne s'abatte vivement, dur et fort ?
    Dernière modification par Ravestha ; 19/10/2009 à 20h21.
    "Quand tu es poursuivi, rien ne sert de courir plus vite que la menace, il faut courir plus vite que tes potes". Proverbe gobelin

  28. #88
    Date d'inscription
    February 2004
    Localisation
    Sur la route, encore
    Messages 
    7 340

    Rp : Aux quatre vents

    La suggestion du Grand Emissaire, en d’autres circonstances, l’auraient certainement fait sourire. Voilà que l’helmite se mettait à vouloir répandre le chaos ! C’était plutôt son domaine, cela. Et il réfléchissait à toute allure.

    « Je suis en relation avec diverses familles marchandes dont la loyauté va surtout à leurs propres intérêts. Si nous les avantageons par rapport à leurs rivales de toujours, elles seront prêtes à nous assister de l’intérieur d’une manière assez précieuse, car elles sont bien intégrées à la cité. Elles peuvent s’arranger pour créer une désorganisation massive des stocks, ou aiguiser le mécontentement né de l’annulation des accords commerciaux…

    J’ai aussi des contacts avec une vaste filière d’exfiltration d’esclaves très organisée qui m’a déjà prouvé son efficacité en tant que réseau de renseignement, de sabotage ou de propagation de rumeur. Inutile évidemment de leur en demander davantage. »


    C’était tout de même un allié précieux, et infiltré absolument partout. La moitié de l’économie mélandienne reposait sur l’esclavage, et il était tout simplement impossible de surveiller les faits et gestes de chacun. Sauf à dégarnir l’armée.

    « Du côté des oppositions cléricales. Les dieux de la Fureur ont été très affaiblis par la guerre des cultes qui a fait suite à la chute du temple de Talos… Restent les Sharites, les Tempusiens et les Bainites, ces derniers devant s’estimer les grands lésés de l’affaire mais n’étant pas encore assez nombreux pour défier Cyric. Mmh… En revanche, les Tempusiens n’ont pas pris part à la guerre des cultes et ils pousseront de toutes leurs forces vers un conflit ouvert. Quant aux Sharites… » Il sourit. « Ils sont exactement ce qu’il faut aux cyriciens. »

    Mêmes méthodes, même goût pour le complot, le pouvoir, la trahison, l’assassinat. La folie en moins. Ils ne refuseraient même pas un petit coup de pouce financier… Lothringen sortit de ses spéculations pour conclure sur un haussement d’épaules :

    « Ma foi, Mélandis a une faculté naturelle à plonger dans la guerre civile qui défie toutes les probabilités. La répression des esclaves et la guerre des cultes sont encore proches. Si la cité ne se sent pas directement menacée et que la situation s’enlise, il sera assez facile de raviver les dissensions. »

    Cette idée d’une attaque périphérique en guise de test ne lui semblait pas mauvaise, somme toute. Et pour ce qui était d'aviver le chaos, l’on ne s’attendrait probablement pas à voir Manost recourir à de telles méthodes, ce qui donnait l’avantage de la surprise… La contrepartie nécessaire était de bien maîtriser le territoire manostien. A ce petit jeu-là, les cyriciens pourraient faire des ravages dans la Cité Bénie.
    Administratrice en charge de la Forge et des sections BG.
    Code Couleur : #7AC5CD I Arrivée à Manost et Biographie RP
    Rp en cours : Les Caprices de Fortune (MJ / Joueur)

  29. #89
    Date d'inscription
    November 2002
    Messages 
    1 258

    Re : [Bâtiment] Le Palais du Conseil

    Ravestha eut un léger reniflement à la mention de divinités comme Shar, Baine, Aurile... Talos, évidemment. Plonger la ville dans le chaos, oui, tant qu'il ne s'agissait pas d'une manière ou d'une autre de soutenir ceux qui restaient les ennemis de Helm.

    - Pousser aux affrontements cléricaux est une chose qu'il est envisageable, à la condition toutefois que Manost ne mouille pas dans n'importe quelle manoeuvre. Apporter notre appui, même de façon indirecte, à des Sharistes ou des Talosiens, il en est hors de question. Ce serait trahir notre foi. Mais leur donner l'opportunité de s'engouffrer dans une brèche au travers de laquelle ils pensent pouvoir mettre à mal les putschistes, c'est une autre histoire.

    Le Grand Emissaire eut un demi-sourire.

    - En revanche question clergé, il nous serait moins difficile d'avoir le soutien des Tempusites. Qu'on leur fasse savoir que la guerre à laquelle beaucoup pensent pourrait avoir lieu si nous avons leur support, et je gage qu'ils sauraient répondre présents. Et s'il y a une valeur que l'on sait partager, à défaut du gout pour celui-ci, c'est l'honneur au combat.

    Il fit un petit geste de la main, comme pour balayer ce sujet.

    - Si on laisse de côté cela, votre réseau semble bien étoffé et il serait intéressant d'en profiter. Il en coûtera certainement, probablement beaucoup, mais je préfère de loin sacrifier des pièces d'or que des âmes.

    Il marqua une pause brève, scrutant le semi-drow comme pour chercher une quelconque marque d'assentiment. Mais l'impassibilité du conseiller le fit poursuivre.

    - Ceci dit je n'ai aucune espèce de confiance en quelque Melandien que ce soit, et le premier qui s'amuse à trahir, j'irai le chercher moi-même dans les entrailles de la cité du chaos pour le pendre par les siennes. Nous pourrions commencer par travailler ainsi, et le moment venu, frapper une première fois sur la cité d'Orlado. Nous verrions ensuite les messages que nous envoient Melandis...
    "Quand tu es poursuivi, rien ne sert de courir plus vite que la menace, il faut courir plus vite que tes potes". Proverbe gobelin

  30. #90
    Date d'inscription
    February 2004
    Localisation
    Sur la route, encore
    Messages 
    7 340

    Rp : Aux quatre vents

    Orlado... Evidemment. Autrefois helmite, la cité avait été conquise par l'empire mélandien, ce qui avait ainsi coupé l'accès terrestre à la péninsule de Paymill... L'endroit était un peu prévisible, mais en même temps, les mélandiens s'attendraient-ils à ce que Manost se décide à engager brusquement un conflit ouvert ? Sans doute pas.

    "Très bien. Je vais reprendre contact en ce sens avec les marchands et la filière des esclaves. Pour les tempusiens, j'agirai avec plus de circonspection, car certains événements récents tendent à prouver que leurs méthodes se sont quelque peu... mélandisées... depuis leur implantation là-bas. Ils avaient commandité une série d'assassinats, il y a quelques temps.*"

    Et j'étais sur la liste, d'ailleurs. Il n'empêche, c'était bien la guerre qu'il souhaitaient. Qu'ils souhaiteraient toujours. Charognards...

    "Commençons ainsi et nous pourrons faire le point quand nous aurons les premiers résultats. Je vous tiendrai évidemment au courant de la façon dont cela évolue du côté de mes réseaux."

    Sur ces mots, considérant que tout était dit, le semi-drow salua et prit congé. Il allait avoir fort à faire...


    * Quête : Le saut de l'ange
    Administratrice en charge de la Forge et des sections BG.
    Code Couleur : #7AC5CD I Arrivée à Manost et Biographie RP
    Rp en cours : Les Caprices de Fortune (MJ / Joueur)

Page 3 sur 3 PremièrePremière 123

Discussions similaires

  1. [Bâtiment] Le Palais de Justice
    Par Perdigan Foxglove dans le forum Le Quartier du Gouvernement
    Réponses: 489
    Dernier message: 26/06/2019, 15h39
  2. [Bâtiment] Palais de Melandis
    Par dragum dans le forum Le Havre Bourgeois
    Réponses: 19
    Dernier message: 21/11/2013, 21h57
  3. [Bâtiment] L'Antichambre du Conseil
    Par Mornagest dans le forum Le Havre Bourgeois
    Réponses: 119
    Dernier message: 31/05/2013, 13h13
  4. [Bâtiment] Le Palais des Murmures
    Par Lothringen dans le forum La Citadelle de la Lame d'Argent
    Réponses: 215
    Dernier message: 02/03/2011, 21h21
  5. [Bâtiment] L'antichambre du Conseil
    Par Seina dans le forum Les Archives des structures de Melandis
    Réponses: 170
    Dernier message: 12/02/2008, 01h47

Les tags pour cette discussion

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •  

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 203 204 205 206 207 208 209 210 211 212 213 214 215 216 217 218 219 220 221 222 223 224 225 226 227 228 229 230 231 232 233 234 235 236 237 238 239 240 241 242 243 244 245 246 247 248 249 250 251 252 253 254 255 256