SUS AUX FOLRUNIENS!(épisode précédent ici)

Roborune avait donc entraîné ses deux joyeux compagnons, dont l'un continuait à gesticuler tandis que l'autre interprétait avec brio les rôles conjoints de la serpillière et du balai(prestation que saluèrent au passage les fleurs, inclinant leur délicates corolles en plastique jaune). La protubérance du pantalon du Fou l'inquiétait quelque peu ; elle craignait que ce ne fut une ruse, et qu'il se mît à scier discrètement des branches pour les semer, afin que lui et Link, la rei..le roi, retrouvent leur chemin. Comme elle était maline, Roborune songea qu'elle pourrait toujours ramasser le bois, ou s'en servir pour leur élever un bûcher. Mais comme elle était frêle, c'était en fait impossible, car ses bras menus eussent rompu sous le poids des branches. Et elle décida donc d'arrêter de penser, puisqu'une nouvelle fois il s'avérait que ça prenait beaucoup de temps et de lignes pour rien.


Entretemps, ils étaient arrivés au coeur de la forêt, d'où s'élevait son mélodieux d'une chorale de nymphe, à la voix éraillée. A vue d'oreille, elles s'accompagnaient de corbeaux qu'elles tapaient les uns contre les autres.

_ Oh, Link, regarde, un yaourt!
Pas de réaction. Prenant alors en compte sa récente mutation, elle reprend:
_ Oh, Link, regarde, un yaourt ROSE!
Le lution lève la tête, la boule de boue à ses pieds cherche désespérément la fonction essuie-glaces pour admirer les spectacle, mais n'y voit toujours que du feu. Arnoëld enchaîne alors trois saltos arrière, sous forme de trois gamelles, puis file sans demander son reste (elle n'a jamais trop aimé les petits pois) en invoquant Rhoudhoudhou, pour qu'une brume épaisse s'abtte sur la clairière où elle a laissé le lution-barbie. Or, voilà qu'à la place, on entend un vrombissment, et un avion écrit dans le ciel "Désolée, c'est mon jour de repos, hé, batârde!".

La forêt tremble alors, car retentit un rire sardonique, à glacer les sangs. Roborune s'arrête, affiche un air satisfait "Eh eh, je m'améliore". Mais soudain sa face s'allonge. "Mais... mais c'est pas moi qui ai ri!!! Zut, qui me vole la vedette?". Elle songe alors aux deux idiots. En les torturant, ils auraient peut-être quelque informations à révéler. D'un autre côté, ce rire sardonique est peut-être la preuve qu'elle est débarssée de la barbie géant, assez gênante.

Mais voilà-t'y pas que Roborune fonce tête baissée contre un arbre et se tape violemment la tête contre son tronc! Dans une brusque éclair de lucidité, elle vient de se rappeler qu'elle n'a jamais été perdue dans la forêt par ses parnts, car elle n'avait pas de parents! Elle était née par génération spontanée sur un tas d'orties et de chaussettes . Tout son plan, son superbe plan élaboré avec finesse et... oui, bon, pour parer au plus pressé n'importe comment, n'est qu'une sinistre mascarade! Alors, elle frémit, car on l'a oubliée sur le feu. Qui sait si son roi n'est pas menacé?
Ainsi, il est temps d'aller prendre un goûter, car parler de lait lui a donné faim!!



En même temps, au QG des criminels antifolruniens