Page 5 sur 17 PremièrePremière ... 3456715 ... DernièreDernière
Affichage des résultats 121 à 150 sur 507

Discussion: [MP] Histoire : Echo

  1. #121
    Smidge Invités
    Elles franchirent la porte d'où était arrivée la jeune fille, qui débouchait sur le grand salon à la statue de serpent par lequel elle était arrivé la veille au soir en compagnie du majordome, puis poursuivirent toutes deux par le grand hall, d'où un courant d'air très frais la saisit dès l'ouverture des portes.

    Là, elles croisèrent le docteur, accompagné d’Émile, qui les saluèrent poliment. A un juger par quelques rougeurs sur sa peau, il devait certainement sortir de la douche. Quant au docteur, il arborait un caleçon bariolé... pour le moins susprenant.

    "C'est par là", répéta Yvette qui la précédait toujours.

    Elles pénétrèrent enfin dans l'aile Nord, qui débutait sur un long et large couloir, pour enfin arriver à une intersection, d'où partaient aussi deux escaliers vers l'étage.

    "La salle d'eau commune est juste là, lui indiqua-t-elle en désignant la première porte sur leur droite, passé l'intersection. Je vais devoir vous laisser, on a besoin de moi à la lingerie. Si vous avez besoin de quelque chose, vous pourrez m'y trouver."

    A un juger par les discussions qu'elle y percevait au loin, la lingerie se trouvait vraisemblablement sur sa droite, au fond du couloir.

    Gabrielle acquiesça, et la cuisinière s'éclipsa.

    Cet endroit était un véritable labyrinthe... Deux portes sur sa droite, une sur sa gauche dans la partie du couloir qu'elle venait de traverser. Et vraisemblablement à peu près autant de tous les côtés... Sans parler de ces escaliers qui menaient elle ne savait où...

    Un frisson la ramena rapidement à la réalité. De nouvelles explorations allaient-elles pouvoir attendre une douche ?
    Dernière modification par Smidge ; 11/05/2013 à 13h02.

  2. #122
    Avatar de Echo
    Echo est déconnecté Princesse licorne fétichiste des pieds
    Date d'inscription
    July 2012
    Messages
    1 479
    Ce château était un vrai labyrinthe et Gabrielle aurait été bien incapable de retourner sur le lieu du crime si elle l'avait voulu. Le couloir était glacé et elle n'avait de toute façon pas vraiment envie de s'éterniser ; elle franchit les portes de la salle d'eau, l'exploration attendrait. Tout d'abord, la douche, elle verrait ensuite à quoi ou à qui elle s'attaquerait en premier. Peut-être irait-elle parler à Marjorie, la fille d'Yvette. Elle était curieuse de savoir si elle était aussi déséquilibrée que sa mère le prétendait. Il y avait également plusieurs invités qu'elle n'avait pas eu le loisir d'interroger la veille et dont elle ne connaissait même pas le nom. Et puis le fameux banquier, elle n'était pas prête de l'oublier celui-là. Elle espérait pour lui qu'il ait pris des cours de comédie auprès de la troupe d'acteurs durant la nuit, pour apprendre à mentir de façon plus convaincante...
    Dernière modification par Echo ; 11/05/2013 à 14h47.
    On peut douter de tout, sauf de la nécessité de se trouver du côté de celui qui a le pognon.

  3. #123
    Smidge Invités
    La salle était sommaire, mais largement suffisante pour une simple "salle d'eau commune". La douche eut un effet particulièrement revigorant sur Gabrielle, qui sentait ses forces lui revenir avec la sueur qui se dissipait sous l'eau chaude.

    Elle repassait ses suspects un par un, avec une lucidité étonnante. Son travail était loin d'être terminé. Cependant, elle avait encore d'autres atouts dans sa manche, en plus des indices sur la scène de crime, et des interrogatoires : fouiller dans la vie privée du Comte pourrait aussi lui fournir de nouvelles pistes.

    Une fois lavée, séchée, et habillée, Gabrielle se disciplina les cheveux rapidement, rassembla ses affaires, et sortit.

    "Oh, bonjour !", lança une voix dans sa direction.
    "Bonjour !", répéta une autre, plus aiguë.

    Maître Marquand, et sa femme vraisemblablement, venait de sortir de leur chambre au même moment qu'elle quittait la salle de bain.

    "Vous avez bien dormi ?", demanda-t-il d'un sourire gêné.

    Il semblait nerveux. Un peu trop pour un petit matin. Il scruta plusieurs fois le couloir d'un bout à l'autre, le regard fuyant.

  4. #124
    Avatar de Echo
    Echo est déconnecté Princesse licorne fétichiste des pieds
    Date d'inscription
    July 2012
    Messages
    1 479
    Était-ce seulement sa présence qui mettait certains invités mal à l'aise ou bien avaient-ils quelque chose à se reprocher ? Difficile à dire. Maître Marquand avait le regard fuyant et donnait l'impression de vouloir être partout sauf ici, dans ce couloir, avec elle. Gabrielle leur adressa à tout deux un sourire poli.

    - Bonjour, répondit-elle à son tour. Je crois qu'une longue journée nous attend mais heureusement je suis en très grande forme.

    En réalité, elle n'avait pas passé une très bonne nuit sur le canapé du salon, mais il n'était pas obligé de le savoir.


    - Je crois que nous n'avons pas été présentées, dit-elle en se tournant vers la femme du notaire. Gabrielle Lemaçon, lieutenant de police. Avez-vous déjà pris votre petit-déjeuner ? Si ce n'est pas le cas alors je pourrais peut-être vous accompagner, et nous en profiterons pour parler un peu.

    Elle se tourna vers le notaire.

    - J'aurais aimé vous poser quelques questions également, monsieur Marquand. Nous n'avons pas vraiment eu l'occasion de parler hier, après tout.
    Elle le regarda un instant comme si elle venait seulement de se rendre compte de sa nervosité. Quelque chose ne va pas ?

    Gabrielle avait retrouvé sa bonne humeur mais elle ne savait pas très bien si elle devait cela à la douche brûlante qu'elle venait de prendre ou à la perspective de faire perdre les moyens de tout le monde ici...
    On peut douter de tout, sauf de la nécessité de se trouver du côté de celui qui a le pognon.

  5. #125
    Smidge Invités
    "Oui, je vous ai vue hier soir, quand vous êtes arrivée", lui répondit Mme Marquand avec un sourire.
    "
    Georgette, ma femme", intervint le notaire.

    Il émit un petit toussotement nerveux.

    "Tu... pourrais m'attendre dans la salle à manger, s'il te plait, je crois que... j'ai oublié quelque chose dans la chambre..."

    Sa femme l'interrogea du regard, mais n'insista pas devant ses gestes pressants lui indiquant le bout du couloir.

    Une fois celle-ci suffisamment éloignée, il s'approcha de l'inspectrice.

    "Je peux vous parler... en privé ?", demanda-t-il à voix basse.
    Dernière modification par Smidge ; 12/05/2013 à 16h34.

  6. #126
    Avatar de Echo
    Echo est déconnecté Princesse licorne fétichiste des pieds
    Date d'inscription
    July 2012
    Messages
    1 479
    Gabrielle fronça tout d'abord les sourcils puis acquiesça et attendit que la femme du notaire ait quittée le couloir pour lui dire :

    - Allez-y, je vous écoute.
    On peut douter de tout, sauf de la nécessité de se trouver du côté de celui qui a le pognon.

  7. #127
    Smidge Invités
    Le notaire prit une profonde inspiration.

    "J'ai... entendu quelque chose, cette nuit, expliqua-t-il. C'était peu après que nous soyons tous allés nous coucher."

    Il désigna les escaliers qui montaient à l'étage, à l'intersection des deux couloirs.

    "J'étais parti... aux toilettes, et c'est là que j'ai entendu du bruit, à l'étage. Je me suis approché, j'ai vu de la lumière en haut des marches, et je suis monté...
    "

    Il tremblait presque de tous ses membres.

    "Mais avant que j'ai atteint le haut des marches, j'ai entendu quelqu'un tousser. Fort."

    Il marqua une courte pause, une moue contrariée sur le visage.

    "Je... ne suis pas monté jusqu'à en haut, et je suis vite retourné dans ma chambre. Mais... j'ai reconnu la personne dont il s'agissait..."

    Il scruta de nouveau le couloir, vérifiant qu'ils étaient bien seuls.

    "C'était Émile."

    La conclusion sonnait trop juste pour n'être qu'une pure invention de sa part.

    En revanche, Gabrielle pressentait qu'il ne lui disait pas toute la vérité...
    Dernière modification par Smidge ; 11/07/2013 à 17h24.

  8. #128
    Avatar de Echo
    Echo est déconnecté Princesse licorne fétichiste des pieds
    Date d'inscription
    July 2012
    Messages
    1 479
    - Très bien, dit-elle doucement, comme si elle n'était pas tout à fait sûre de l'importance à donner à cette information. Qu'Émile se soit levé en pleine nuit pour aller vagabonder dans le château ne prouvait strictement rien. Par contre, Gabrielle savait maintenant où aller en premier lieu si elle décidait de mettre son nez partout. Elle observa l'escalier à l'intersection des deux couloirs ; où pouvait-il bien mener ? Il n'y avait qu'une seule façon de le savoir.

    La lieutenante se tourna vers le notaire, persuadée qu'il lui cachait autre chose.

    - Vous êtes sûr que vous me dîtes tout ?
    On peut douter de tout, sauf de la nécessité de se trouver du côté de celui qui a le pognon.

  9. #129
    Smidge Invités
    Maître Marquand pâlit plus que de mesure à sa question.

    "Je... oui, pourquoi ?", bégaya-t-il d'une voix blanche.

    Après un silence qui parut lourdement peser à son interlocuteur, il reprit d'une voix faussement enjouée.

    "Si nous allions déjeuner ? Je meurs de faim, pas vous ?"

  10. #130
    Avatar de Echo
    Echo est déconnecté Princesse licorne fétichiste des pieds
    Date d'inscription
    July 2012
    Messages
    1 479
    - J'ai déjà mangé, finit-elle par dire lorsqu'elle jugea que la pression était suffisante. Vous êtes très pâle, est-ce que tout va bien ? C'est peut-être le manque de sucre, vous devriez vraiment aller manger quelque chose.

    Sa voix était étrangement doucereuse, puis elle ajouta :

    - À moins que ce soit juste la réaction de quelqu'un qui essaye de mentir à un lieutenant de police ?


    Elle croisa les bras sur sa poitrine. Le ton qu'elle employait n'était nullement menaçant mais le notaire allait vite se rendre compte qu'il était pris au piège.
    On peut douter de tout, sauf de la nécessité de se trouver du côté de celui qui a le pognon.

  11. #131
    Smidge Invités
    "Je... ne vois pas de quoi vous voulez parler ?", répondit-il d'une voix suraiguë.

    Mais le silence pesant et l'autorité de la policière ne lui permettaient pas de s'en sortir aussi aisément.

    "Qui... qui vous l'a dit ?", demanda-t-il, avouant déjà à moitié.

    Il poussa un long soupir.

    "Enfin, ça n'a pas d'importance..."

    A nouveau, il balaya le couloir d'un coup d’oeil.

    "Je n'allais pas aux toilettes, concéda-t-il. Je voulais... je pensais en apprendre un peu plus en allant fouiller dans le bureau de Lucien... Avec toutes ces histoires de trésor, vous comprenez..."

    Il avait enfin cessé de trembler.

    "Mais tout le reste est vrai, je vous jure !"

  12. #132
    Avatar de Echo
    Echo est déconnecté Princesse licorne fétichiste des pieds
    Date d'inscription
    July 2012
    Messages
    1 479
    Oui, elle aurait dû se douter que ce genre de choses arriverait. Pourquoi avait-il fallu que le comte organise une espèce de grande chasse aux trésors à sa mort ? Et maintenant elle était supposée faire son enquête alors que la moitié des suspects traînaient dans les couloirs la nuit pour espérer mettre la main dessus... Elle soupira.

    - Vous savez que le meurtrier est ici avec nous, n'est-ce pas ? Partir à la chasse au trésor – trésor qui n'existe probablement pas - en pleine nuit, c'est irresponsable compte tenu des événements. Vous irez tous fouiller ce château de la cave au grenier si cela vous chante, mais une fois que j'aurais arrêté le meurtrier.


    Elle ne plaisantait pas. Personne n'était vraiment en sécurité ici et ce n'était pas sa seule présence qui dissuaderait le coupable de récidiver si l'envie lui prenait.

    - Bien, allez-y maintenant. Nous reparlerons plus tard.

    Elle avait d'abord eu l'intention de rejoindre les invités pour en interroger certains mais finalement elle allait peut-être prendre ces fameux escaliers pour essayer de savoir ce que le majordome était allé faire là-haut. Courrait-il après le trésor lui aussi ? Probablement. Mais peut-être que c'était pour une toute autre raison.

    Elle attendit que le notaire s'éloigne et commença à monter les marches
    On peut douter de tout, sauf de la nécessité de se trouver du côté de celui qui a le pognon.

  13. #133
    Smidge Invités
    L'escalier, ou plutôt les escaliers, donnaient dans une sorte de petit vestibule tout en longueur. D'un côté, face à elle, la pièce donnait sur une porte à double battants fermée. De l'autre, à l'opposé, une porte identique - mais entrouverte - débouchait vraisemblablement sur ce qu'elle identifia comme une chambre, au lit qu'elle y aperçut.

    Le vestibule en lui-même ne recelait pas grand chose, si ce n'était deux chaises rembourrées, et quelques tableaux insipides suspendus au mur.

  14. #134
    Avatar de Echo
    Echo est déconnecté Princesse licorne fétichiste des pieds
    Date d'inscription
    July 2012
    Messages
    1 479
    Elle passa sa tête dans l’entrebâillement de la porte qui donnait sur la chambre et vérifia qu'il n'y avait personne. Puisqu'elle avait plus ou moins décidé de mettre son nez dans les affaires des autres, autant commencer ici.
    On peut douter de tout, sauf de la nécessité de se trouver du côté de celui qui a le pognon.

  15. #135
    Smidge Invités
    La pièce était un véritable musée. Des tableaux, de maîtres cette fois-ci, elle en était sûre, ornaient des tapisseries dentelées de soie et de fils d'or. Un lit à baldaquin trônait au centre de la pièce, juste sous la fenêtre. Un peu partout, des étagères, coffres, armoires, et autres guéridons mettaient en valeur de multiples bibelots de tous âges et de toutes origines. On pouvait même y sentir un soupçon d'arômes exotiques, que Gabrielle ne parvint pas à identifier. Un certain désordre organisé régnait cependant dans la chambre, ce qui n'allait pas faciliter son éventuelle fouille.

    Après avoir fait quelques pas, elle remarqua sur le mur derrière elle deux portes, sur sa droite et sur sa gauche, toutes deux entrouvertes.

    Elle n'eut cependant pas l'opportunité de les inspecter plus avant, qu'une sonnerie grinçante retentit de la pièce de gauche.

    Un téléphone, à n'en pas douter.

  16. #136
    Avatar de Echo
    Echo est déconnecté Princesse licorne fétichiste des pieds
    Date d'inscription
    July 2012
    Messages
    1 479
    Elle s'apprêta à fouiller la chambre lorsqu'une sonnerie se téléphone retentit, apparemment dans la pièce sur sa gauche. Elle poussa le battant de la porte entrouverte, chercha du regard le téléphone et le décrocha.
    On peut douter de tout, sauf de la nécessité de se trouver du côté de celui qui a le pognon.

  17. #137
    Smidge Invités
    La pièce sur la gauche s'avéra être un bureau. Sur le secrétaire, de nombreux papiers trainaient un peu partout, parfois un peu plus ordonnés en piles. Deux étagères encadraient la fenêtre, elles-mêmes regorgeant de documents en tous genres. Sur le mur d'en face, un tableau, penché, laissait apparaître le verrou d'un coffre-fort, à n'en pas douter celui d'où le majordome et le notaire avaient tiré le fameux testament.

    Et en face d'elle, de l'autre côté du secrétaire qui trônait au centre, un boitier brun laqué et cloué contre le mur et d'où émanait la sonnerie, le téléphone.

    Gabrielle décrocha.

    "Allo ? Je suis bien au château "De Rochebois" ? Ici le commissariat de Villeneuve, est-ce que je pourrais parler à Mme Lemaçon s'il vous plait."

    C'était Antoine.
    Dernière modification par Smidge ; 15/05/2013 à 17h19.

  18. #138
    Avatar de Echo
    Echo est déconnecté Princesse licorne fétichiste des pieds
    Date d'inscription
    July 2012
    Messages
    1 479
    Elle s'était doutée que la chambre devait être celle du comte, vu la richesse de la décoration, mais maintenant elle en était sûre. Elle se trouvait à présent dans son bureau, l'endroit idéal pour en savoir un peu plus sur sa vie privée. Lorsqu'elle décrocha le téléphone, elle eut la surprise d'entendre la voix de son collègue.

    - Antoine ? C'est moi. Qu'est-ce qui se passe ?
    On peut douter de tout, sauf de la nécessité de se trouver du côté de celui qui a le pognon.

  19. #139
    Smidge Invités
    "Patron, c'est vous ? "

    Gabrielle confirma, ce qui sembla ravir son collègue.

    "J'espère que tout va bien. Bon, je vous appelais pour plusieurs choses... Pour commencer, les employés municipaux ont commencé à déblayer les routes inondées, et ils ont trouvé votre voiture, près du château. Comme la voiture n'a rien, et que vous n'aviez pas appelé, je me suis dit que vous aviez les choses en main... Enfin, tout ça pour vous dire qu'on a récupéré le véhicule, et que tout est en ordre de ce côté là. Quand vous voudrez repartir, passez-moi un coup de fil, je vous enverrai un taxi."

    Antoine se racla la gorge, et Gabrielle l'entendit feuilleter plusieurs fiches.

    "Ah, oui, voilà, reprit-il. Je voulais savoir quand est-ce que vous aviez besoin qu'on vienne chercher le corps. Je peux vous envoyer quelqu'un... (nouveaux bruissements de papier) ...disons en fin de matinée, au plus tôt. Si vous avez terminé de ce côté là, on va pouvoir passer à l'autopsie, et je pourrais vous envoyer les résultats d'ici quelques temps. Vu le poisson en question, je dirais que ça ne devrait pas trop trainer...
    "

    Il marqua une nouvelle pause.

    "Vous vous en sortez sinon ? C'est comment là bas au fait ? C'est aussi bourge qu'on le raconte ?"

    Il ricana à sa propre provocation.

    "Je peux faire quelque chose d'autre pour vous ?"
    Dernière modification par Smidge ; 17/05/2013 à 06h54.

  20. #140
    Avatar de Echo
    Echo est déconnecté Princesse licorne fétichiste des pieds
    Date d'inscription
    July 2012
    Messages
    1 479
    Ah oui, le corps. C'est vrai qu'elle ne pouvait le laisser pourrir à côté de la cuisine pendant des jours. La veille, elle n'avait pas eu le temps de pendre les mesures des empruntes laissées dans le sang, mais ça ne devrait pas prendre trop de temps. Elle espérait que personne n'ait touché à sa scène de crime, autrement ils allaient l'entendre...

    - Envoie quelqu'un en fin de matinée, pour le corps, je pense que j'aurais fini ce que j'ai à faire d'ici là. Elle sortit son carnet de sa poche arrière. Et puisque je te tiens, pourrais-tu me trouver des infos sur Sofia Stöan, le maître Marquand et Gaston Chambernaud ? Inutile de me sortir leur biographie, trouve moi juste ce qu'il y a de plus intéressant à savoir sur eux.
    On peut douter de tout, sauf de la nécessité de se trouver du côté de celui qui a le pognon.

  21. #141
    Smidge Invités
    "...Sto...än... arquand... ber...naud..., répéta Antoine, vraisemblablement un papier coincé entre les lèvres. C'est noté, patron ! Je vous fais parvenir ça par le taxi de tout à l'heure ! Et je vous tiens au courant pour l'autopsie. Bonne journée !"
    "Merci. Bonne journée, Antoine.", répondit-elle.

    Et il raccrocha.

    Gabrielle se concentra enfin un peu plus posément sur son environnement. Le secrétaire (à trois tiroirs), les documents, une corbeille à papier, le coffre-fort derrière un tableau, quelques étagères... Sans parler de la chambre... Ce n'était pas les éléments qu'il manquait à fouiller...

  22. #142
    Avatar de Echo
    Echo est déconnecté Princesse licorne fétichiste des pieds
    Date d'inscription
    July 2012
    Messages
    1 479
    Bon, il lui restait quelques heures avant de devoir retourner sur les lieux du crime, autant en profiter pour fouiller un peu. Elle commença par les tiroirs du secrétaire, les ouvrant un à un et survolant les documents qui pourraient s'y trouver. Après, elle jetterait sans doute un oeil dans le coffre fort, puis dans la corbeille à papier. Elle était déterminée à mettre la main sur quelque chose d'intéressant, histoire d'éviter de perdre bêtement sa matinée alors qu'elle aurait pu interroger quelques personnes - et par " quelques personnes ", elle pensait surtout au banquier...
    On peut douter de tout, sauf de la nécessité de se trouver du côté de celui qui a le pognon.

  23. #143
    Smidge Invités
    Gabrielle commença par les tiroirs, qu'elle ouvrit un à un. Les deux premiers ne contenaient rien de très original pour un bureau... Papier libre, crayons, plûmes, quelques bougies de cire...

    Le troisième était vide. Vide... ? Rien n'échappait à l'oeil expert de la lieutenante. Non, pas totalement vide. Ou du moins ne l'avait-il pas été jusqu'à il n'y a pas si longtemps que ça... A même le bois, la poussière n'était pas uniforme. On aurait dit qu'un... papier avait été déposé ici. Ou une boite. Quelque chose à base rectangulaire, en tous cas. Avant ou après le décès du Comte, cela restait un mystère...

    Les documents sur le bureau se révélèrent davantage intrigants, en revanche : quelques textes en latin, annotés ci et là d'une plume rapide; des plans, de lieux qu'elle ne connaissait pas. Plus elle descendait dans la pile de documents, plus leur contenu la mettait mal à l'aise... La langue s'éloigna du latin, pour devenir plus obscure, presque menaçante... Des symboles étranges et inquiétants apparurent petit à petit en ornementation des textes, dans une encre rouge dont elle ne préféra pas examiner l'origine...

    Le coffre-fort semblait d'excellente facture. Difficile à percer avec quelques outils de fortune en tous cas. Une molette centrale à crans en régulait l'ouverture, mais elle ne pourrait sans doute pas s'en servir sans la bonne combinaison... Après tout, son rôle était d'arrêter les cambrioleurs, pas d'en être un elle-même.

    Gabrielle se pencha enfin sur la corbeille à papiers. Le plus au dessus de la pile fut une enveloppe froissée, qu'elle déplia pour en inspecter l'inscription sur son verso. "Pour Nils".
    Elle découvrit plusieurs autres papiers froissés ou déchirés en deux, puis roulés en boule. Sans grand intérêt apparent... Des feuilles de compte, des formules de chimie ou de physique gribouillées, quelques esquisses plus ou moins réussies (dont une représentant une créature ailée squelettique particulièrement terrifiante), des poèmes... L'une d'elle parlait même d'un site touristique du Maroc... Il était bien sûr possible de passer chacun de ces documents au peigne fin, mais cela lui prendrait au bas mot plusieurs heures...

    La policière, accroupie sous le bureau depuis plusieurs minutes, commençait à s'engourdir. Elle saisit la table du secrétaire d'une main au-dessus d'elle et entreprit de se redresser.
    Rien de très intéressant pour le moment...

    A moins que... ?

    Gabrielle plissa les yeux. Qu'avait-elle vu ? Juste sous la table, à peine plus gros qu'un insecte... C'en était d'ailleurs peut-être un, tout simplement. Lentement, elle plia de nouveau les genoux, pencha la tête, tendit le bras, et posa son doigt sur ce petit centimètre carré engoncé sous le secrétaire.

    Ce n'était pas un insecte, non. Quelque chose était gravé là, à même le bois.

    Elle ne mit que quelques secondes à s’accommoder à la lumière, avant de déchiffrer l'inscription.

    "89 D 25 G"
    Dernière modification par Smidge ; 15/07/2013 à 11h45.

  24. #144
    Avatar de Echo
    Echo est déconnecté Princesse licorne fétichiste des pieds
    Date d'inscription
    July 2012
    Messages
    1 479
    Les documents qu'elle survola plus qu'elle ne lut la mirent mal à l'aise et elle repensa au livre de sorcellerie qu'elle avait trouvé dans l'autre bureau, au rez-de-chaussée. Elle l'avait laissé là-bas, sous clé. La clé était d'ailleurs toujours sur elle, elle ne savait pas pourquoi mais elle avait voulu le mettre en sécurité, comme si ce livre aurait pu avoir de l'importante, voire – mais elle aurait refusé de l'admettre – être lié à l'enquête. Mais elle se reprit rapidement : le comte était simplement un autre fêlé avec des passe-temps un bizarres, elle en avait vu d'autres.

    Et que dire des caractères gravés dans le bois, si petits qu'on les voyait à peine ? Gabrielle s'empressa de les noter dans son calepin, sans savoir ce qu'ils signifiaient et si elle le saurait un jour. Il y avait certainement beaucoup de choses à examiner ici mais elle ne devait pas perdre trop de temps et passer à autre chose ; peut-être à la fouille de la chambre ? Avant de sortir du bureau, elle regarda s'il était possible de verrouiller la porte. Elle ne tenait pas vraiment à ce que tout le monde vienne fouiner ici, déjà qu'elle avait remarqué qu'on avait déplacé des choses récemment, que ce soit pour trouver ce prétendu trésor ou pour autre chose.

    Elle se dirigea vers la chambre, mais avant de commencer à la fouiller, elle franchit la porte entrouverte de l'autre côté de la pièce pour savoir ce qui se trouvait derrière.
    On peut douter de tout, sauf de la nécessité de se trouver du côté de celui qui a le pognon.

  25. #145
    Smidge Invités
    Hélas, si la porte était bien dotée d'une serrure, elle ne disposait pas de la clé. Par acquis de conscience, Gabrielle inséra la clé du tiroir de l'autre bureau, qui ne correspondait évidemment pas.

    L'autre porte de la chambre donnait sur une salle de bain, sur laquelle un rapide premier coup d'oeil ne permis pas d'y notifier grand chose d'intéressant.

    La chambre en revanche foisonnait de bibelots désordonnés en tous genres. Gabrielle se focalisa en premier sur ce qui pouvait ressembler à des documents écrits, afin d'éviter de trop se disperser, et délaissa les guéridons, tapisseries et autres coffres pour se diriger vers les armoires. Les portes du haut de la première n'étaient pas fermées, et révélèrent plusieurs planches photographiques, datant vraisemblablement d'avant sa naissance, à la mention "été 1870" sous-titré sous l'une d'elles. Elles représentaient pour la plupart un jeune garçon, posant sous un arbre ou courant dans les champs, accompagné d'une femme de la haute société qui aurait pu être sa mère.

    En fait, la plupart des photos représentaient ces mêmes personnes, à différentes dates, la plupart antérieures au début du siècle. Une dernière pile, plus récente, attira son attention. Hiver 1912. Il s'agissait de photos de rues, d'une grande ville à en juger par la quantité de voitures y circulant. Elle tomba aussi sur quelques portraits d'un homme, coiffé d'un chapeau et à l'allure hautaine, évoluant toujours dans le même décor urbain. Sous la pile de photos, enfin, se trouvait une pochette contenant plusieurs négatifs.

    Gabrielle tenta ensuite la seconde armoire... mais celle-ci refusa de s'ouvrir. Elle comportait une serrure, comme la précédente, mais celle-ci avait été verrouillée. Et aucune trace de clés dans les parages...

    Elle n'avait pas fini de chercher un moyen de la forcer qu'un détail de la pièce attira tout à coup son attention. Il s'agissait de l'un des tableaux, au mur, qui l'avait intriguée dès son arrivée sans qu'elle ne parvienne à en saisir la raison. Ce n'était pas tant par sa qualité artistique, non. L'oeuvre en question représentait... la pièce même dans laquelle elle se trouvait actuellement. Et pour parachever l’incongruité de la situation, un autre, en face, dépeignait le bureau dont elle venait de sortir.

  26. #146
    Avatar de Echo
    Echo est déconnecté Princesse licorne fétichiste des pieds
    Date d'inscription
    July 2012
    Messages
    1 479
    Pas de clé pour verrouiller les portes, elle ne pourrait donc pas contrôler les allers et venues des personnes présentes ici. Mais peut-être que le majordome avait un double quelque part ?

    Un instant absorbée par les étranges tableaux qui ornaient les murs, Gabrielle se ressaisit rapidement et chercha du regard quelque chose qui aurait pu l'aider à forcer l'armoire. Elle jeta un oeil sur sa montre, elle n'avait pas toute la matinée pour fouiller cet endroit.
    On peut douter de tout, sauf de la nécessité de se trouver du côté de celui qui a le pognon.

  27. #147
    Smidge Invités
    Trouver un objet suffisamment contondant et maniable pour briser ce loquet en bois n'était pas si aisé à trouver. Elle trouva dans la chambre, sur une fine étagère près du plafond, une collection de trophées en bronze rangés par taille, dont le plus gros pourrait sans doute la mener à ses fins. Les autres bibelots semblaient trop fragiles pour ne serait-ce qu'entailler la serrure.

    Dans le bureau adjacent, elle se souvenait aussi avoir repéré un encrier à tampon en fonte, qui avait le bon goût de ne pas valoir l'équivalent de trois de ses salaires.

    Le plus simple aurait bien entendu été un pied de biche, comme ceux qu'elle avait entraperçu dans l'atelier du jardinier, dans la cours...

    Gabrielle regarda sa montre. Il était 9h30.
    Dernière modification par Smidge ; 29/06/2013 à 21h11.

  28. #148
    Avatar de Echo
    Echo est déconnecté Princesse licorne fétichiste des pieds
    Date d'inscription
    July 2012
    Messages
    1 479
    9h30. Ce n'était peut-être pas vraiment le moment de casser du mobilier et il y avait certainement des méthodes plus simples pour ouvrir cette armoire que de taper sur la serrure comme un sourd avec un objet contondant. De toute façon, pour crocheter les serrures, le mieux c'était d'utiliser une clé, enfin LA clé, la clé qui allait avec la serrure ; elle avait aussi sa chemise mais c'était trop mou. Non et puis elle avait le respect de l'artisan, hors de question d'ouvrir cette armoire avec une clé qui ne correspond pas.

    Un soupir plus tard, elle sortit de la chambre et descendit les escaliers ; il était temps de s'occuper du corps du Comte avant qu'il ne soit autopsié. Elle aurait eu de la peine à retrouver son chemin dans ce château labyrinthique, aussi opta t-elle pour la solution la plus simple : trouver quelqu'un qui puisse la guider rapidement. Elle se dirigea donc vers la salle à manger.
    On peut douter de tout, sauf de la nécessité de se trouver du côté de celui qui a le pognon.

  29. #149
    Smidge Invités
    Le sens de l'orientation n'était vraiment pas le fort de Gabrielle... ce qui n'était pas à son avantage dans cette maison de fous.

    Elle sortit de la chambre, et emprunta les escaliers dans le vestibule.

    Un couloir devant, un couloir derrière, un couloir à droite, un couloir à gauche... Par où était-elle arrivée, déjà ?

    L'inspectrice expira profondément, tentant de rassembler ses esprits. Tout à coup, elle entendit des voix s'élever d'une porte au bout du couloir sur sa gauche. Yvette, lui sembla-il.

    Au même instant, elle distingua maître Marquand, qui arrivait par le couloir en face, puis disparut derrière une porte sur sa droite.

    Allait-elle tenter sa chance, en se fiant à ses souvenirs ?
    Dernière modification par Smidge ; 25/05/2013 à 15h57.

  30. #150
    Avatar de Echo
    Echo est déconnecté Princesse licorne fétichiste des pieds
    Date d'inscription
    July 2012
    Messages
    1 479
    Plutôt que de se fier à ses souvenirs, Gabrielle décida de suivre la voix d'Yvette, une des rares personnes susceptibles de s'y retrouver ici et de la conduire sur le lieu du crime.
    On peut douter de tout, sauf de la nécessité de se trouver du côté de celui qui a le pognon.

Page 5 sur 17 PremièrePremière ... 3456715 ... DernièreDernière

Discussions similaires

  1. [Histoire] Histoire à quatre mains.
    Par Althéa dans le forum La Grande Bibliothèque Impériale
    Réponses: 28
    Dernier message: 28/02/2013, 15h16
  2. Fiche de personnage : Echo
    Par Smidge dans le forum Murder Party
    Réponses: 0
    Dernier message: 10/02/2013, 13h37
  3. [DAO][SOLUCE] Histoire de cendres
    Par john connor dans le forum Les Secrets de Dragon Age: Origins
    Réponses: 6
    Dernier message: 24/11/2009, 13h21
  4. [Histoire] Histoire policière sans titre
    Par Althéa dans le forum La Grande Bibliothèque Impériale
    Réponses: 54
    Dernier message: 09/06/2009, 21h48

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •  

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 203 204 205 206 207 208 209 210 211 212 213 214 215 216 217 218 219 220 221 222 223 224 225 226 227 228 229 230 231 232 233 234 235 236 237 238 239 240 241 242 243 244 245 246 247 248 249 250