Page 1 sur 15 12311 ... DernièreDernière
Affichage des résultats 1 à 30 sur 429

Discussion: [MP] Histoire : Armand

  1. #1
    Smidge Invités

    Nain [MP] Histoire : Armand

    Emile Martineau se repassait le fil des évènements dans son esprit... Presque tous les invités étaient arrivés : monsieur Marquand et sa femme, monsieur et madame Chambernaud, ces jeunes saltimbanques de la troupe de théâtre... Il ne manquait plus que le docteur Dupré, sans doute en retard, comme il l'avait mentionné dans sa lettre de réponse, à cause d'une urgence de dernière minute.

    Les bras chargés de nombreux manteaux en cuir et visons hors de prix, il ouvrit le placard de la penderie du hall et en tira plusieurs cintres, sur lesquels ils suspendit son fardeau.

    Le maître et ses invités ne lui avaient qu'à peine adressé un regard, même s'il n'avait rien laissé paraître de son agacement.

    "Vous irez dans mon bureau, il y a une enveloppe pour Nils", lui avait-il ordonné une fois ses invités accueillis, avant de refermer les portes de la salle à manger.

    Nils était le directeur de la troupe de théâtre "La Croix Bleue", qui devait se donner en spectacle le soir même. Il avait d'ailleurs passé un temps considérable à l'étage à dépoussiérer la scène, en compagnie de la femme de ménage qu'ils avaient dû exceptionnellement recruter, Marie-Madeleine, aussi peu loquace qu'elle lui avait paru au premier abord...

    Tandis qu'il suspendait le dernier manteau de cuir, un bruit métallique sourd résonna sur le marbre du carrelage à ses pieds. Emile se pencha lentement - sa sciatique le faisait souffrir en cette saison trop humide - plissant les yeux pour s'accommoder à la faible lumière ambiante. Le contact froid sur ses doigts le fit tressaillir un instant, puis il réalisa ce qu'il tenait entre les mains. L'objet qui venait de tomber de la veste était un revolver.

    Un millier de pensées traversèrent son esprit, toutes plus inavouables les unes que les autres... Combien seraient-ils ce soir au château ? Quatorze ? Quinze ? C'était une occasion rêvée de mettre un terme à toutes ces années d'humiliation. Venger Père, qui s'était donné la mort de désespoir suite à sa faillite...

    Une bourrasque virulente fit vibrer les grandes vitres qui donnaient sur le parc au dehors, ce qui le tira soudainement de ses réflexions.

    Il ferma les yeux et poussa un long soupir, sans pour autant lâcher l'arme dans sa main. L'enveloppe pour Nils. Le bureau du Maître se trouvait dans l'Aile Nord, à l'étage.



    [Le Hall de l'Aile Sud est le pièce la plus au sud de l'aile. On peut en sortir par une grande porte au nord, en direction de la salle à manger, puis du grand salon. A l'Est, une autre porte donne sur le petit salon, avant de finir sur un long couloir semi circulaire desservant les cuisines, puis la bibliothèque. Un second grand couloir semi circulaire part de l'Ouest, aboutissant cette fois à son extrémité directement dans le grand salon - étant la pièce permettant de communiquer avec les autres ailes du château]

    [HRP : Émile travaillant au château, il en connait les résidents et les lieux. Si tu as besoin de précisions sur quelque chose qu'il est censée connaître, indique-le moi en couleur grise de cette façon, et je te fournirais les informations adéquates comme au dessus ]
    Dernière modification par Smidge ; 11/02/2013 à 23h41.

  2. #2
    Date d'inscription
    décembre 2007
    Localisation
    Dordogne
    Messages 
    1 141
    Qu'était-il en train de faire ? Cette arme ne lui appartenait pas et si jamais on s 'apercevait de sa disparition... Et bien dans ce cas on devrait expliquer sa présence et justement cette arme ne lui appartenait pas donc...
    Sans vraiment réfléchir à ce qu'il faisait emile laissa sa main se glisser dans la poche intérieure de son veston afin d'y déposer l'arme. La sensation glacée du métal faisait palpiter sa main et rendait ses doigts gourds. Lentement il relâcha son étreinte puis laissa retomber mollement sa main le long de son veston. Puis il expira longuement tout en faisant mine de d'ajuster les manteaux sur les cintres. Après quelques instants, il referma le placard dans un petit bruit sourd qui le fit presque sursauter.

    Oui l'envellope pour nils. Le maître ne se priverait pas de lui faire mille reproches si tout ne se passait pas exactement comme prévu. Passant sa main négligemment sur son front il se dirigea du coté ouest afin de rejoindre le grand salon.
    Dernière modification par Armand ; 10/02/2013 à 22h38.

    http://toutlemondesontrolistes.blogs...nitiation.html
    Ancien moddeur pour bg2, critique sur la sphère roliste et gamedesigner en herbe

  3. #3
    Smidge Invités
    Emile s'engagea donc entre les deux colonnes qui séparaient le hall du couloir. Il n'aurait su dire pourquoi, mais cet endroit l'avait toujours mis mal à l'aise. Etait-ce l'éclairage ? Ou plus vraisemblablement ces visages torturés et grimaçants qui ornaient les chapiteaux de chaque colonne qui le bordait ? Un courant d'air fugace caressa ses mains et le revers de son costume. Le plafond semblait vibrer légèrement lui aussi, mais au rythme de bruits de pas étouffés et lointains. Quelqu'un se trouvait certainement à l'étage...

    Une discrète sortie sur sa gauche, à mi chemin vers sa destination, donnait directement sur l'immense salle à manger, d'où il aperçut Yvette
    [l’Intendante] disposer le couvert pour le dîner. Il ne devait pas traîner cependant. Il tira brièvement sa montre à gousset de la poche de sa chemise, qui indiquait presque 6 heures 30. Le docteur arriverait certainement d'une minute à l'autre. Il pressa le pas, et franchit finalement l'arche qui donnait sur le grand salon.

    Confortablement installés dans les canapés de cuir brun, les Marquand et les Chambernaud devisaient sur quelque sujet avec le maître, qui ne sembla pas remarquer plus qu'eux sa présence. D'instinct, son regard se porta sur la cheminée sur sa droite, ornée d'une statue d'un serpent mythologique. Le feu brûlait encore vivement, mais il faudrait certainement apporter de nouvelles bûches d'ici moins d'une heure. Son regard balaya ensuite méthodiquement la pièce. Marie-Madeleine
    [la nouvelle domestique] guettait sobrement leurs verres, prête à intervenir à leur moindre souhait.

    Tout semblait en ordre.



    [HRP : le couloir Ouest d'où tu arrives débouche sur la partie ouest du grand salon. La pièce comporte deux grandes portes vers le sud, en direction de la salle à manger, et dans les angles sud de la pièce, deux escaliers montent à l'étage, vers le théâtre. En face du couloir, sur le mur Est, une porte donne sur un bureau lui-même accolé à la bibliothèque. Au nord enfin, une grande porte donne accès au grand hall central, qui relie les différentes ailes du château.]
    Dernière modification par Smidge ; 14/02/2013 à 00h30.

  4. #4
    Date d'inscription
    décembre 2007
    Localisation
    Dordogne
    Messages 
    1 141
    Alors qu'il s’apprêtait à rejoindre le hall central, il sentit le poids de l'arme cogner contre son buste. Il posa les yeux sur sa veste se demandant si l'on pouvait soupçonner quelque chose : oui peut être pouvait-on discerner une forme c'étais possible. Mais peut être aussi était ce juste son imagination et puis personne ne faisait attention à lui de toute manière, cela faisait partie de son travail de se fondre dans le mobilier. Il s'arrêta un instant non loin de la bibliothèque, se pinçant les lèvres... De toute maniére il n'avait pas le temps, il prit la direction du hall central.

    http://toutlemondesontrolistes.blogs...nitiation.html
    Ancien moddeur pour bg2, critique sur la sphère roliste et gamedesigner en herbe

  5. #5
    Smidge Invités
    Émile avait traversé le grand salon d'un air absent jusqu'à la porte du bureau, s'y immobilisa un instant... puis bifurqua enfin en direction du hall central.

    "Mais regardez-moi cet empoté !", soupira ostensiblement le maître, dans un éclat de rire méprisant.

    Si les invités ne lui avaient pas prêté attention, ce n'était finalement pas le cas de leur hôte.
    Quelques rires goguenards retentirent, dont celui de maître Marquand - le notaire -, plus fort encore que les autres.

    "Et il va, par ici, par là, d'un côté... Je vous jure, de nos jours, on ne trouve vraiment plus personne qui fasse l'affaire... Enfin, heureusement qu'il ne me coûte pas cher !"

    Émile s'arrêta une fraction de seconde, esquissant un demi tour inachevé.
    Lucien De Rochebois fit un signe de tête agressif en direction de Marie-Madeleine - dont l'esprit semblait parfaitement absent - en levant son verre dans sa direction.

    Il n'avait qu'une envie. Dégainer l'arme qu'il sentait presque palpiter contre son plastron, et leur traverser le crâne d'une balle chacun. Lentement. Avec délectation.

    Il frissonna imperceptiblement, puis se maîtrisa.

    Son coeur bouillonnait dans sa poitrine. De Rochebois voulait jouer au plus malin ? Il pouvait aisément lui tenir tête. Voire le ridiculiser devant ses amis. Même si perdre son emploi en des temps pareils n'était peut-être pas la chose la plus intelligente à faire...

    L'heure de la vengeance sonnerait bien assez tôt, de toute façon. Peut-être même bien plus tôt qu'il n'y paraissait...



    [HRP : le grand hall central permet d'accéder à l'Aile Nord, qui abrite de nombreuses chambres, la plupart du temps inoccupées. Y logent aussi traditionnellement Yvette et Marjorie - l'intendante et sa fille - et en ce moment, dans la grande suite, la troupe de théâtre censée se donner en spectacle dans la soirée. Le bâtiment est découpé en 4 quarts, desservis par deux couloirs perpendiculaires. Près de l'intersection de ces deux couloirs, deux escaliers en symétrique mènent tous deux à l'étage, où se situent le bureau et la chambre personnelle du maître.
    A l'Ouest du grand hall se trouve la cours extérieure, et son enclos à chevaux. Y loge la plupart du temps aussi dans une cabane aménagée, Fernand, le jardinier.
    Quant à l'Aile Est, elle est désaffectée depuis longtemps. Déjà bien avant qu'il soit embauché ici. Émile ne l'a que peu visitée, et les seules choses qu'il sait de cet endroit sont les légendes peu amènes que certains colportent à son sujet...]
    Dernière modification par Smidge ; 27/05/2013 à 18h02.

  6. #6
    Date d'inscription
    décembre 2007
    Localisation
    Dordogne
    Messages 
    1 141
    De mauvaises pensées se bousculaient dans sa tête, il revoyait des images anciennes et désagréables et dans chacune d'elle toujours le même détail. Ce détail toujours rigoureusement identique et agaçant au verbe haut et au sourire méprisant. Y aurait-il seulement une personne pour le regretter parmi toute cette cour qui l'entourait aujourd'hui ? On pourrait probablement dire la même chose de lui mais... Mais ce n'étais pas de son fait, non c'étais de SON fait. Il regarda le maître d'un air penaud, de cet air si caractéristique qui était à même de rassurer ces individus méprisable devant lesquels ils avaient tant de fois courbé l'échine. Qu'est-ce qu'il n'aurait pas donné pour pouvoir leur faire perdre leur sourire, là, ici même, en cet instant, voir leurs visage se décomposer et le regarder avec respect, avec...


    L'aile nord, il devait se rendre dans l'aile nord, c'étais les ordres du maître. Peut être "l'environnement" y serait plus agréable, avec un peu de chance.

    http://toutlemondesontrolistes.blogs...nitiation.html
    Ancien moddeur pour bg2, critique sur la sphère roliste et gamedesigner en herbe

  7. #7
    Smidge Invités
    Émile poussa presque violemment les deux battants des portes du grand hall, puis s'engouffra tout droit en direction des portes Nord. Un courant d'air soudain attira son attention sur sa gauche. La jeune Marjorie [la femme de chambre] - qu'il avait à peine remarquée - venait d'entrouvrir les portes de la cours. Le temps qu'il réalise l'incongruité de la situation, une sonnerie stridente résonna dans tout l'édifice.

    Quelqu'un sonnait à la porte principale. Le Docteur, à n'en pas douter.

    Emile poussa un long soupir d'agacement... S'il tardait à aller ouvrir, il aurait droit à de nouvelles réprimandes... Avait-il le temps de monter à l'étage, chercher l'enveloppe, puis redescendre, dans un délai suffisamment court ? Rien n'était moins sûr... Enfin. Le docteur Dupré serait certainement l'invité le plus sympathique de cette soirée, et il se sentait coupable de le faire attendre par ce temps exécrable.
    Dernière modification par Smidge ; 14/02/2013 à 00h29.

  8. #8
    Date d'inscription
    décembre 2007
    Localisation
    Dordogne
    Messages 
    1 141
    Faisant volte face emile reprit la direction du grand hall. Qui sait, peut être que le maître serait trop occupé pour s’intéresser à lui. On ne risque rien à jouer les naifs après tout...

    http://toutlemondesontrolistes.blogs...nitiation.html
    Ancien moddeur pour bg2, critique sur la sphère roliste et gamedesigner en herbe

  9. #9
    Smidge Invités
    Une légère appréhension lui pinça le coeur lorsqu'il traversa derechef le grand salon, mais il préféra se concentrer sur ses pas plutôt que de porter attention à son environnement. C'est à peine s'il saisit une bribe de phrase finissant par "... et allez donc ouvrir, mon pauvre ami !". Coupant tout droit par la salle à manger, il croisa Yvette qui terminait de placer couverts et serviettes pliées à la grande table de banquet. La grande horloge indiquait précisément 18h30, et sonna un coup retentissant à cette occasion.

    Pressant encore le pas, il poussa enfin les portes du hall sud, rajusta un instant sa cravate, puis ouvrir le battant de l'entrée principale.

    Dans ses souvenirs, le docteur Dupré était un homme d'une quarantaine d'année, les cheveux grisonnants, plutôt élégant malgré une allure quelque peu frêle.

    Mais sur le pas de la porte se tenait une jeune femme aux longs cheveux bruns, qui le fixait intensément de ses yeux verts émeraude.

    "Bonsoir, cher monsieur,entama-t-elle d'une voix enjouée. Je suis l'une des invités du Comte De Rochebois. J'espère que je ne suis pas en retard !"
    Dernière modification par Smidge ; 14/02/2013 à 19h51.

  10. #10
    Date d'inscription
    décembre 2007
    Localisation
    Dordogne
    Messages 
    1 141
    Une invitée elle ? Le Comte ne l'avait pas évoqué. S'agirait-il encore une fois d'une mauvaise plaisanterie du maître destinée à le tourner en ridicule ? Tout cela détonnait énormément avec la congrégation de flatteurs qui rodait en temps normal autour de lui. Emile regarda la jeune femme d'un air hésitant, puis reprenant contenance se départit de son plus beau sourire avant de dire :

    "Non absolument pas, nous attendons encore du monde. Pourriez juste me rappelez votre nom afin que je puisse vous annoncer ?"
    Dernière modification par Smidge ; 14/02/2013 à 21h53.

    http://toutlemondesontrolistes.blogs...nitiation.html
    Ancien moddeur pour bg2, critique sur la sphère roliste et gamedesigner en herbe

  11. #11
    Smidge Invités
    La jeune femme lui sourit gracieusement, puis déclara d'une voix assurée :

    "Bien entendu ! Je suis Sofia, Sofia Stoän."

    Son intuition avait vu juste, cette jeune femme n'était pas sur la liste des invités. Mais son nom ne lui était pour autant pas inconnu...

    Sofia... Sofia... Oui, cela lui revenait à présent ! Il avait déjà lu son nom quelque part. Dans des courriers qu'il avait surpris dans la pile "confidentiel", intrigué par son nom d'origine étrangère. Si ses souvenirs étaient bons, elle avait eu une relation avec le maître quelques années plus tôt... et ce dernier l'avait abandonnée froidement une fois leur relation consommée. Jamais il n'aurait pensé la croiser ici.
    Que venait-elle faire ici ? Il n'en avait pas la moindre idée. Mais même s'ils n'avaient échangé que quelques mots, elle avait déjà toute sa sympathie. Le maître l'accueillerait-il pour la soirée ? Ou n'hésiterait-il pas à la mettre à la porte par ce temps d'orage... La réponse s'imposait comme une évidence. Cependant... cela dépendrait aussi comment il introduirait la situation.

  12. #12
    Date d'inscription
    décembre 2007
    Localisation
    Dordogne
    Messages 
    1 141
    Le maître était entouré de ses invités et il pouvait en profiter pour tourner en ridicule tout ce qui pouvait lui déplaire mais l'inverse était aussi vrai. Le maître s'attendait à un invité, et non pas à une invitée. De plus il était très sûr de lui , sûr de sa supériorité sur les autres, sûr de son intelligence et surtout sûr d'avoir à sa botte un valet docile et stupide. Oui il pouvait peut être se débrouiller pour faire rentrer cette femme, dans la mesure où il jouait bien son rôle de serviteur obséquieux. Il reprit en direction de la jeune femme :

    - Dans ce cas veuillez me suivre Mademoiselle Stoän. Je vais vous mener auprès de Monsieur Le Compte, il vous accueillera sans doute avec grand plaisir.

    Emile prit une légère inspiration avant de se diriger vers la porte nord, invitant d'un geste la jeune femme à le suivre.

    http://toutlemondesontrolistes.blogs...nitiation.html
    Ancien moddeur pour bg2, critique sur la sphère roliste et gamedesigner en herbe

  13. #13
    Smidge Invités
    La jeune femme franchit le seuil de la porte, qu'il referma derrière elle, endiguant du même coup le courant d'air glacial qui s'engouffrait dans les couloirs.

    Il s'attendait à ce qu'elle le suive, mais elle semblait totalement subjuguée par la décoration omniprésente - et il fallait l'admettre, impressionnante. Émile pivota sur lui-même, et attendit un temps raisonnable avant de poursuivre son introduction, patiemment, mettant cet instant à profit pour se préparer à sa future confrontation.

    Finalement, il émit une petite toux, qui ramena son hôte à la réalité.

    "Cette demeure est magnifique..., finit-elle par avouer. Dans quelle pièce a lieu la réception ?"
    Dernière modification par Smidge ; 17/02/2013 à 10h50.

  14. #14
    Date d'inscription
    décembre 2007
    Localisation
    Dordogne
    Messages 
    1 141
    Emile la regarda d'un air bienveillant, ce n'étais pas gagné... Il reprit d'une voix rassurante tout en prenant garde à ce que l'on ne puisse pas l'entendre :

    - Ne vous laissez pas intimidez, cette maison n'a jamais dévoré personne. A moins que vous ne la laissiez faire bien sur... Les invités se sont réunis dans le grand salon, la demeure est grande mais nous devrions parvenir à trouver notre chemin.
    Dernière modification par Armand ; 17/02/2013 à 12h58.

    http://toutlemondesontrolistes.blogs...nitiation.html
    Ancien moddeur pour bg2, critique sur la sphère roliste et gamedesigner en herbe

  15. #15
    Smidge Invités
    Elle lui emboîta le pas, tous les deux empruntant la colonnade. Émile jeta un bref coup d'oeil à la moitié du chemin, à l'intersection avec le petit couloir donnant sur sa chambre minuscule puis rejoignant la salle à manger. Apparemment, les invités s'étaient déplacés du grand salon à la salle à manger.

    "Vous ne m'avez pas donné votre nom, cher monsieur... ?", intervint une voix qui résonna contre les parois incurvées.

    Il se retourna tout à coup, réalisant du même coup qu'il en avait omis de retirer la veste de leur hôte.
    Dernière modification par Smidge ; 17/02/2013 à 13h49.

  16. #16
    Date d'inscription
    décembre 2007
    Localisation
    Dordogne
    Messages 
    1 141
    "On m'app...", il s'interrompit brusquement en réalisant son erreur.

    Bon sang, comment avait-il pu oublier ? C'étais la première chose à faire pourtant. Allez Emile reste calme...

    "Vous pouvez m'appeler emile mais la plupart des gens ne s’encombre pas de ça, je ne suis que le modeste serviteur du comte aprés tout. Je vous prie de m'excuser mais pourrais je prendre votre veste ? La chaleur peut être rapidement étouffante ici..."

    Emile tendit son bras tout en jetant un oeil vers la salle à manger, se tenant prêt à guider sa visiteuse plus avant.
    Dernière modification par Armand ; 17/02/2013 à 16h05.

    http://toutlemondesontrolistes.blogs...nitiation.html
    Ancien moddeur pour bg2, critique sur la sphère roliste et gamedesigner en herbe

  17. #17
    Smidge Invités
    La jeune femme demeura perplexe un instant, et une certaine panique se lisait sur son visage.

    "Oh, euh... pourquoi pas", répondit-elle en descendant la fermeture-éclair de son vêtement.

    "Mais, ajouta-t-elle, hésitante, vous n'avez pas de vestiaire ? Je voudrais pouvoir retrouver mes affaires en cas de besoin."



    [HRP : le vestiaire se trouve dans le hall d'entrée, là où Emile a déjà stocké les vêtements des autres invités]
    Dernière modification par Smidge ; 17/02/2013 à 17h38.

  18. #18
    Date d'inscription
    décembre 2007
    Localisation
    Dordogne
    Messages 
    1 141
    Bon sang quel imbécile, dans le genre grotesque difficile de faire mieux. S'il cherchait à inquiéter davantage cette jeune fille en ayant un comportement digne d'un valet d’écurie, il était sur le bon chemin.

    "Oui bien sur, je vous l'y dépose de suite" dit-il sans se départir de son éternel sourire. " Si vous voulez bien patienter ne serait-ce qu'un instant, l'endroit est assez labyrinthique par ici, on a vite fait de s'y perdre."

    Tout en essayant de garder un oeil et une oreille attentive sur l'invitée, il s’élança prêt à s’éloigner.

    http://toutlemondesontrolistes.blogs...nitiation.html
    Ancien moddeur pour bg2, critique sur la sphère roliste et gamedesigner en herbe

  19. #19
    Smidge Invités
    Courir. A présent qu'il était hors de vue de quiconque, il n'était plus tenu à la bienséance conventionnelle qu'imposait sa fonction. Il sentait le revolver tanguer contre son plastron dans sa poche intérieure à chacun de ses pas. Une pensée incongrue lui traversa l'esprit un instant, et il s'imagina déclencher la gâchette de l'arme pendant sa course, menant aux pires et aux plus improbables scénarios. Il ralentit instinctivement, puis atteint enfin le vestiaire dans l'entrée.

    Le souffle court, il se maudit derechef à plusieurs reprises tandis qu'il déposait la veste en laine gris anthracite de son hôte sur un cintre. Il referma le placard, puis entreprit le même chemin dans l'autre sens, plus lentement toutefois, ne voulant pas apparaître essoufflé, ou pire, paniqué, aux yeux de tous.

    "Mademoiselle Stoän ?" lança-t-il une fois arrivé à destination.

    Son estomac se noua soudainement.

    "Mademoiselle Stoän ?", reprit-il, sensiblement plus fort.

    Il fallait se rendre à l'évidence : elle ne l'avait pas attendu.

    Ce n'était pas tant pour elle qu'il s'inquiétait, mais pour ce que pourrait lui reprocher le maître, si toutefois il venait à croiser sa route avant qu'il ne la retrouve. Émile fit quelques pas en avant dans le couloir, avant d'obtenir la réponse à la question qui le taraudait : la jeune femme était entrée dans la salle à manger et s'y tenait en plein coeur, discourant en cet instant même avec le Comte de Rochebois en personne.

  20. #20
    Date d'inscription
    décembre 2007
    Localisation
    Dordogne
    Messages 
    1 141
    Dans son métier il y avait principalement deux erreurs à ne pas faire : d'une ne pas avoir les yeux partout et de deux ne pas tout prévoir à l'avance. Là c'étais certain, Emile avait cumulé les deux, en plus bien sur d'avoir laissé quelqu'un de non habilité rentrer dans la demeure... Il scruta le visage du comte espérant y voir apparaître quelque chose d'éventuellement positif pour lui, les miracles existent après tout.

    http://toutlemondesontrolistes.blogs...nitiation.html
    Ancien moddeur pour bg2, critique sur la sphère roliste et gamedesigner en herbe

  21. #21
    Smidge Invités
    Le temps qu'il se décide de franchir le seuil de la salle à manger, la jeune Marjorie entrait en trombe par les portes du grand salon.

    "Maître ! Maître !", l'entendu-t-il s'écrier.

    Elle alla s'installer auprès du Comte, débitant un flot de paroles ininterrompu qu'il ne parvenait pas à saisir de là où il était. Sofia était là elle aussi, vraisemblablement positivement accueillie malgré son erreur, ce qui le soulagea temporairement.

    "Émile !, tonna tout à coup la voix du Comte. Émile ?"

    Émile inspira profondément, puis se dévoila enfin.

    "Ah, Émile, vous voici !, s’exclama-t-il, passablement exaspéré. Pourriez-vous allez trouver Fernand [le jardinier], ou du moins vérifier qu'il se trouve bien dans sa cabane ?"

    Singulière requête. Toutefois, elle lui permettait de passer sous silence les autres évènements qu'il n'eut aucun regret à laisser derrière lui. Émile s'inclina donc prestement, puis s'éclipsa par les portes du grand salon, en direction du hall central.

    A la réflexion, il n'avait pas vu Fernand depuis un moment, déjà. Que pouvait donc avoir vu Marjorie qui la mette dans cet état... ? S'il n'était pas dans sa cabane, dans la cours, Fernand ne pouvait être que quelque part dans le parc... avec l'orage qui commençait déjà à se déchaîner...
    Dernière modification par Smidge ; 28/02/2013 à 11h10.

  22. #22
    Date d'inscription
    décembre 2007
    Localisation
    Dordogne
    Messages 
    1 141
    Cela risquais d'être une sacré parti de plaisir de mettre la main sur ce fernand, l'individu était particulier. Pas qu'il lui reprocha de faire mal son travail ou quelque chose du genre, non à ce niveau il était irréprochable mais il avait une fâcheuse tendance à s 'organiser à sa manière sans vraiment se soucier de ce que faisait les autres. Enfin par un temps si maussade et à une heure si tardive, emile était en raison d'espérer que la tache ne soit pas si ardu qu'elle en avait l'air. Cela dit c'est vrai que l'attitude inhabituel de marjorie l'avait troublé, lui qui se vantait intérieurement de toujours tout savoir... Il devait bien avouer que quelque chose lui échappait.

    Les récents évènements se bousculaient ainsi dans sa tête tandis qu'il cheminait vers le hall central.

    http://toutlemondesontrolistes.blogs...nitiation.html
    Ancien moddeur pour bg2, critique sur la sphère roliste et gamedesigner en herbe

  23. #23
    Smidge Invités
    Les vitres et la grande porte vibraient au gré des bourrasques, et le crépitement irrégulier de la pluie résonnait dans toute la pièce, ce qui lui donnait une atmosphère assez inquiétante.

    Prévoyant, Émile tira l'un des nombreux parapluies à disposition dans l'une des grandes jarres près de l'entrée, le déplia, puis poussa le battant principal...

    A sa grande surprise, la pluie ne tombait pas tant que ça, trop chahutée par le vent et le tonnerre. Il s'abrita les yeux de son bras, balayant les alentours du regard. Sans succès. Aucune lumière n'illuminait la cours, pas plus que la cabane de Fernand. Le maître ne se satisferait pas d'aussi peu, il devait donc poursuivre son investigation, quitte à finir trempé et glacé jusqu'aux os... A peine eut-il lâché la poignée de la porte qu'elle se referma dans une claquement assourdissant.

    "Quel temps...", soupira-t-il. Allez mon pauvre Émile, en avant..."

    Luttant contre les éléments, Émile s'avança, et toqua à la porte de la cabane, une fois, puis une autre, sans grand espoir.

    "Fernand ?", tenta-t-il enfin.

    Il n'allait pas attendre de finir trempé pour en savoir davantage. Émile saisit la poignée de sa main libre, tourna, et poussa.

    "Évidemment...", souffla-t-il, agacé.

    Ce n'était décidément pas son jour de chance. La porte était verrouillée...


    Dernière modification par Smidge ; 28/02/2013 à 11h12.

  24. #24
    Date d'inscription
    décembre 2007
    Localisation
    Dordogne
    Messages 
    1 141
    Bon sang, qu'est ce que ce fernand pouvait bien encore faire à l'extérieur par un temps pareil ? Décidément il y a des gens qu'ils ne comprendrais jamais, c'est à croire qu'il prenait plaisir à patauger dans la gadoue. En désespoir de cause il partit vers l'enclos à chevaux en direction du parc, à ce rythme là, la soirée risquait d'être beaucoup plus longue que prévu...

    http://toutlemondesontrolistes.blogs...nitiation.html
    Ancien moddeur pour bg2, critique sur la sphère roliste et gamedesigner en herbe

  25. #25
    Smidge Invités
    Prendre un parapluie avait été une riche idée. Mais sans moyen d'éclairage... il n'allait pas pouvoir explorer grand chose.

    Par acquis de conscience, Émile inspecta les bâtiments en périphérie de la cours, sans grand succès. Les chevaux étaient là, tous les deux. Les deux automobiles du maître stationnée dans le hangar, lui-même verrouillé par une large barre de métal. L'entrepôt n'était pas censé abrité qui que ce fut... Et un tel capharnaüm y régnait qu'il aurait pu y passer plusieurs heures, en plein jour, sans espérer y dénicher quelqu'un.

    Malgré tout, nulle trace de Fernand d'aucune part...

    Et ce tonnerre qui grondait toujours... Émile tenait tant bien que mal son parapluie contre le vent, mais ce dernier menaçait de se retourner à chaque seconde. Il fit quelques pas en direction du parc, héla une nouvelle fois le nom du jardinier... sans davantage de réponse qu'il y avait placé d'espoir.

    Il n'était pas particulièrement inquiet, cependant. Fernand disposait des clés du hall nord, et avait très bien pu passer par l'entrée opposée. Si ça se trouvait, il était en ce moment même tranquillement en train de se prélasser dans un bon bain chaud, tandis que lui crapahutait sous la pluie à sa recherche, bravant le vent et le froid.

    Ou peut-être pas...

    Il n'avait cela dit toujours pas vérifié l'intérieur de sa cabane, mais à part en enfonçant la porte, ou en fracturant une vitre, il ne voyait pas comment il allait pouvoir entrer...
    Dans le pire des cas, l'entrepôt devait certainement contenir quelques lampes à pétroles, lui permettant de s’aventurer dans le parc... en pleine nuit d'orage.

    A moins qu'il ne rentre tout simplement, feignant d'avoir accompli sa mission, et prenant un bon repas chaud bien mérité...
    Dernière modification par Smidge ; 21/02/2013 à 16h11.

  26. #26
    Date d'inscription
    décembre 2007
    Localisation
    Dordogne
    Messages 
    1 141
    A vrai dire il pensait sérieusement à rentrer à l'intérieur. La chaleur d'un bon feu, des vêtements propre, la douceur agréable d'une lumière tamisée, tout autant de choses qui étaient beaucoup plus alléchante qu'une exploration nocturne à la recherche de je ne sais quel jardinier errant. Néanmoins, il suffisait justement que le dit jardinier soit en train d 'errer quelque part pour que dans un second temps il en vienne à dire des choses compromettante qu'il serait difficile d'expliquer. Si ces nombreuses années de services au sein de cette maison lui avait appris quelque chose c'étais bien ceci : lorsque l'on ment c'est parce plus personne n'est en mesure de vous contredire. Bon sang il n'allait quand même pas défoncer la porte de la cabane, ce n'étais pas son role.

    Bien on peut raisonnablement penser que s'ils concédaient un petit effort le maître se révélerait compréhensif. Pfff, compréhensif ? Pauvre Emile, tu es vraiment fatigué décidément. Lui et son parapluie de dirigèrent vers l’entrepôt tout en essayant de ne pas s'envoler...

    http://toutlemondesontrolistes.blogs...nitiation.html
    Ancien moddeur pour bg2, critique sur la sphère roliste et gamedesigner en herbe

  27. #27
    Smidge Invités
    Intelligemment suspendues au mur, plusieurs lanternes d'un âge certain se trouvaient à portée de main. Et heureusement... Cet entrepôt abritait tellement de bric et de broc qu'il était pour ainsi dire impossible d'y trouver ce qu'on venait y quérir en premier lieu. Meubles, outils, planches et barres de métal, montagne de papiers et de journaux, mobiliers exotique hérité d'on ne savait où... Sans doute pouvait-on aussi y dénicher quelques armes datant de la dernière guerre... Celui qui devait en savoir le plus sur l'inventaire hétéroclite de ce lieu était sans aucun doute Fernand, même si personne n'était réellement attitré au rangement de ce... fatras désorganisé.

    Émile tira un briquet de la poche de sa veste, ouvrit le capot de la lanterne, et embrasa la mèche suintante de graisse.

    Ce n'était pas la panacée, mais cela serait toujours plus efficace que d'avancer à tâtons dans la nuit et l'orage.

    Un puissant coup de tonnerre retentit au même moment, comme pour lui rappeler que ses dérisoires précautions n'étaient que futilité au regard des éléments déchaînés.

    Émile agrippa derechef ses maigres armes contre l'obscurité et la pluie, et s'enfonça en direction des arbres balancés au gré du vent.

    Le sentier se divisait en trois. A gauche, il permettait de rejoindre le hall sud, tout droit, s'engageait vers les profondeurs du parc, et à droite, contournait le château par le nord.
    Dernière modification par Smidge ; 21/02/2013 à 17h55.

  28. #28
    Date d'inscription
    décembre 2007
    Localisation
    Dordogne
    Messages 
    1 141
    La lanterne ne lui offrait qu'une maigre protection contre les ténèbres ambiantes et la pluie ne semblait pas décidé à vouloir se calmer. Peut être n'étais t-il pas trop tard pour faire demi tour et trouver une excuse quelconque ? Il jeta un oeil vers le parc sans toutefois espérer y détecter quoi que ce soit :

    "Bon je suppose que je ne risque pas grand chose à juste y jeter un rapide coup d'oeil" dit-il d'un air las.

    http://toutlemondesontrolistes.blogs...nitiation.html
    Ancien moddeur pour bg2, critique sur la sphère roliste et gamedesigner en herbe

  29. #29
    Smidge Invités
    Le vent dans les arbres hurlait à tout rompre. Cette nuit sans lune ne lui inspirait rien de bon, et il devait autant son éclairage à ses maigres moyens qu'aux éclairs blancs qui illuminaient la voute céleste par intermittence.

    Il se retourna un instant, préférant être certain de ne pas perdre son chemin dans l'obscurité. D'ici, la seule source de lumière émanait du château. Poursuivre plus avant dans le parc n'était peut-être pas très prudent. Pas qu'on y trouve quelques créatures arboricoles dangereuses, mais il préférait éviter certains endroits un peu trop marécageux pour ses chaussures peu adaptées à une telle épopée.

    Émile distingua cependant quelque chose... d'autre, en direction du château. Ce n'était pas le bruit du vent, ni celui de l'orage. Non, c'était autre chose... Et cela provenait de l'entrée principale.

  30. #30
    Date d'inscription
    décembre 2007
    Localisation
    Dordogne
    Messages 
    1 141
    Oui il se passait quelque chose prés de l'entrée... Il n'avait déjà que trop traîné dans les parages, et fernand où qu'il soit ne semblait pas décidé à se montrer. De plus, s'il se passait effectivement quelque chose aux alentour de l'entrée, sa présence risquait d'être requise. Se saisissant plus fermement de son parapluie emile s’apprêta à faire demi tour, cherchant à mieux cerner l'origine du bruit.

    http://toutlemondesontrolistes.blogs...nitiation.html
    Ancien moddeur pour bg2, critique sur la sphère roliste et gamedesigner en herbe

Page 1 sur 15 12311 ... DernièreDernière

Discussions similaires

  1. [Histoire] Histoire à quatre mains.
    Par Althéa dans le forum La Grande Bibliothèque Impériale
    Réponses: 28
    Dernier message: 28/02/2013, 15h16
  2. Garfield (ex - Armand Clerval)
    Par Garfield dans le forum Présentation des membres
    Réponses: 15
    Dernier message: 19/07/2011, 13h56
  3. Armand
    Par Armand dans le forum Présentation des membres
    Réponses: 28
    Dernier message: 28/09/2009, 20h31
  4. [Histoire] Histoire policière sans titre
    Par Althéa dans le forum La Grande Bibliothèque Impériale
    Réponses: 54
    Dernier message: 09/06/2009, 21h48
  5. [Melandien] Armand Clerval
    Par Garfield dans le forum Les Archives du RP
    Réponses: 0
    Dernier message: 02/11/2006, 18h25

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •  

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 203 204 205 206 207 208 209 210 211 212 213 214 215 216 217 218 219 220 221 222 223 224 225 226 227 228 229 230 231 232 233 234 235 236 237 238 239 240 241 242 243 244 245 246 247 248 249 250 251 252 253