Affichage des résultats 1 à 13 sur 13

Discussion: [Structure] Asile de Melandis

  1. #1
    Date d'inscription
    April 2003
    Messages 
    979
    En périphérie de la sombre cité de Melandis, parmi les méandres des sillons rocheux des arides terres du Basilic, se dresse un sinistre bâtiment.
    La ténébreuse bâtisse, aussi opaque que les nuits les plus lugubres, s’élève à une hauteur infernale, perçant de ses arêtes acérées la barrière de nuages noirs du ciel tourmenté.
    Tout semble avoir été conçu avec un machiavélisme terrifiant, les aspérités des parois de cet édifice funeste ressemblent à de macabres faux lacérant l’air glacial du dehors et une frayeur indicible émane de la zone elle-même.
    De blanchâtres spectres de terreur paraissent planer entre les tranchantes sinuosités des gargantuesques murs de pierre noire, recouvrant cet antre de la souffrance d’un linceul sépulcral.
    D’atroces chaînes rouillées sont arrimées sur les pointes rocheuses du bâtiment, se balançant au gré d’un vent maudit dans de sinistres gémissements de fer martyrisé.
    D’inquiétantes sculptures, ancrées dans l’architecture même, dardent des regards emplis de joie funeste sur le visiteur franchissant l’enceinte de la zone, sinistre grillage aux piques hérissées empêchant toute tentative de fuite sauf par le lugubre portail principal.

    Tout ici semble évoquer la folie des concepteurs de ce lieu hanté et repoussant, la folie pour contenir la folie… Car l’extérieur n’est que le pâle reflet du cœur troublé de l’endroit.
    L’intérieur est peuplé des personnages les plus intrigants qu’il soit donné de voir dans les terres Melandiennes…
    Ils déambulent inlassablement et sans but dans le terrifiant dédale de couloirs et de passages obscurs, insensé cheminement dans le labyrinthe de leur esprit malade.

    Cet endroit inquiétant est souillé à jamais par les terribles contes et légendes qui se racontent à son sujet, mais quel qu’il soit, le voyageur explorant ce lieu maléfique, l’âme taraudée par un désespoir indicible, constatera que ces racontars ne sont en fait que l’éloge d’un édifice sombré à jamais dans une mer de désolation.



    Descriptions :

    - La palissade protectrice : l’asile est entouré par une grande clôture (environ 2,5 mètres de haut), hérissée de piques aiguisées. De temps à autre, une personne est retrouvée empalée sur ces piquants dans une tentative désespérée de fuir l’endroit. Des sphères de cristal divinatoires sont positionnées tout les trente mètres le long de cette sinistre barrière, permettant de lancer l’alarme lorsque le moindre essai d’évasion est repéré. Le seul véritable passage dans ce lugubre « enclos » est le portail principal.

    - Le portail principal : il s’agit d’une immense arche de pierre permettant d’accéder à l’asile. Les massives portes de bois couvertes de runes étranges sont verrouillées la plupart du temps, les inquiétants gardiens n’aiment guère montrer le plus petit signe de liberté. Un chemin terreux mais entretenu passe sous ce macabre édifice, se dirigeant vers le sinistre asile.

    - Les jardins de l’asile : il s’agit de la cinquantaine de mètre de terrain séparant la palissade de l’asile. Le sol y est ravagé par un mal profond et seule une végétation aux teintes noirâtres y pousse pitoyablement, conséquences d’une antique malédiction liée à l’endroit. De temps à un autre, un ou deux patients sont autorisés à y faire quelques pas, notamment lorsque l’on souhaite se débarrasser discrètement d’eux car ils s’empresseront de tenter d’escalader la mortelle clôture, puis de malheureusement s’y empaler.

    - L’extérieur de l’asile : voir premier paragraphe.

    - L’intérieur de l’asile : il s’agit d’un dédale gigantesque, totalement impossible à cartographier. Seules quelques rares personnes arrivent à s’y retrouver, mais leurs âmes sont souillées à jamais par les maléfices imprégnant ce lieu damné. Le voyageur s’y perdra très rapidement, s’emmêlant dans le flot de couloirs lugubres et de salles inquiétantes. L’endroit est bien sûr truffé de passages cachés, certains doivent contenir des secrets datant de temps immémoriaux, sombres relents de temps oubliés. Il paraîtrait même que les cloisons changent de position sous l’effet d’une magie occulte, pour perdre le visiteur dans ce terrible labyrinthe. Mais la plupart des gens prétendant ce genre d’affabulations sont maintenant des membres de l’établissement… Un grand nombre d’activités illicites se déroulent en ces murs noirs comme la suie, du simple stockage de contrebande à la disparition de témoins gênants. Celui qui contrôle l’asile devient immédiatement extrêmement influent.

    - Prisons : certains fous, jugés dangereux à cause de leur aptitude à user de la magie profane ou divine de façon entropique, sont placés dans des zones d’antimagie. D’autres sont enfermés seuls, car potentiellement agressifs. Il vaut mieux parfois ne pas ouvrir certaines cellules, car certains individus n’y ont pas été emprisonné pour rien… Il ne s’agit pas de cellules traditionnelles à barreaux mais de véritables cachots, ne bénéficiant parfois que d’une minuscule alvéole de lumière, signe de la liberté.

    Habitants de l’endroit :

    - Les malades mentaux : nul ne sait le nombre que la terrifiante bâtisse contient, mais il est quasiment impossible de ne pas en croiser un peu partout. (voir ci-dessous pour la description de certains cas)
    - Les gardiens : il s’agit des maîtres de l’asile, une communauté extrêmement bien organisée. Ils sont composés de soldats, de magiciens, de tortionnaires et d’une myriade de spécialistes aux compétences parfois douteuses (comme les prétendus jardiniers). Ils assurent d’une poigne de fer la sécurité dans l’asile. Mais les plus terrifiants sont de loin leurs maîtres.
    - Les formateurs : il s’agit de médecins, de sages et de savants s’occupant des aliénés dans le détail, pour mieux les contrôler… et parfois les utiliser.
    - Le reste : l’asile fourmille d’une kyrielle d’autres singuliers personnages, de l’aventurier perdu en passant par des choses dont il ne vaut mieux pas prononcer le nom.

    Personnages :

    - Dimor de Grefdian : c’est le dirigeant officiel de l’asile, il s’agit d’un noble humain. Il se sent important alors qu’il n’est qu’un pion dans un machiavélique échiquier. Il est peureux et lâche mais il n’est pas un mauvais serviteur.
    - Thaxilian : c’est le véritable maître de l’asile, il tire toutes les ficelles. Il s’agit d’un sinistre ensorceleur Illithid, l’un des êtres les plus malfaisants et les plus redoutables des Terres du Chaos. Le nombre de personnes connaissant véritablement son existence se compte sur les doigts d’une main.
    - Garvin : c’est le commandant en chef de la milice des gardiens. Il s’agit d’un ogre gargantuesque, cruel et perfide. Il est particulièrement intelligent pour quelqu’un de sa race.

    - Le Sépulcral : une sinistre créature rôde depuis des temps immémoriaux dans les profondeurs de l’asile où l’obscurité a établi son règne. De temps à autre, un malchanceux est retrouvé égorgé dans un boyau lugubre, une expression d’horreur absolue gravée sur le visage. Peu à peu ces crimes ont tissé un mythe autour d’un être légendaire errant dans les ombres.

    Certaines maladies mentales que l’on trouve parmi les fous de l’asile :

    - Amnésie (partielle/totale/déformation du passé) : le patient peut par exemple se mettre à croire (à être persuadé) qu’il est le roi du Cormyr.
    - Phobies : le patient possède une peur folle de certaines choses (insectes), ou bien d’être observé par des gens par exemple. Il peut devenir agressif et incontrôlable dans certaines conditions. Les thérapies consistent souvent à montrer au malade que la source de sa frayeur n’est pas dangereuse.
    - Traumatismes : le patient a subit un choc grave à un moment de sa vie (vision d’un seigneur démon en train de massacrer sa famille etc.). Son état mental est très instable.
    - Double personnalité
    - Délire total : souvent une conséquence (pas besoin de préciser…).
    - Schizophrénie : émotion et pensée divisée (≠ double personnalité). Très complexe (hallucinations etc.).
    - Dépressions : patients dépressifs à l’état mental chaotique.
    - Troubles du mouvements : tics, mouvements incontrôlés, somnambulisme.
    - Troubles du langage : le patient répète inlassablement un même mot par exemple (rapport avec les amnésies).
    - Problèmes obsessionnels
    - Paniques/anxiété : patient incontrôlable dans certaines situation.


    Exemples de causes :

    - Substances malsaines pour l’organisme (drogues, produits hallucinogènes).
    - Le stress, le surmenage...
    - Chocs psychiques violents.
    - Enfance difficile. etc.


    [peut encore être amené à être modifié. Merci à l'Helmite déjanté qui se reconnaîtra]

  2. #2
    Date d'inscription
    April 2003
    Localisation
    Quelque part près du col des Mosses
    Messages 
    946
    Alors qu’une pluie diluvienne s’abattait sur les contrées de l’empire mélandien, et que la nuit descendait inexorablement, englobant toute forme dans ses ténèbres, un groupe armé approcha de la grande bâtisse. Deux des gardes impériaux tenait un homme qui visiblement n’avait plus toute sa raison et se prenait malheureusement pour un Xvart. Par mis le groupe, se trouvait également Beorn Devir, l’un des dirigeants de la ville du chaos. L’un des gardes frappa à la gargantuesque porte, seul détail dans les murs noires qui encerclaient l’asile tel un nuage noire aux travers duquel il est toujours possible d’entendre les bruits. Pour cet endroit, les bruits se traduiraient en cris épouvantés ou hallucinés. Au moment même ou le garde toquait, un pauvre malade vint s’empaler sur la herse, laissant s’écouler là ses viscères sanglants. Deux voit parvinrent alors aux oreilles des gardes :

    -Je t’avais dit qu’il ne volerait pas bien
    -Je dois l’avouer mon cher confrère, je suis déçu. Alors qu’il était si bien partit…

    La porte s’entre ouvrit et un garde de petite taille à la carrure fortement voûtée fit face aux guerriers mélandiens. Le petit homme s’appuyait sur une hallebarde, seul point d’appuis sans lequel il serait certainement tombé. Il adressa un grognement antipathique aux guerriers, avant de leur demander dans une petite voix grinçante et sarcastique :

    -Hein, Ques’ vous voulez ? Vous venez pour l’exhibition ?

    Ne comprenant rien à ce que le petit homme disait, les gardes restèrent songeurs. Beorn dû prendre les devant et interroger ce qu’il prit au premier abord pour un nain anorexique sur le pourquoi du comment de cet « exhibition ». Ce dernier, lui répondit dans sa petite voix discordée :

    -L’exhibition, le mage Hyorg et son confrère Buril ont décidé de faire voler l’être humain. Certain volontaire se sont déjà présenté, mais ils ne sont pas tous sélectionnés. D’après les deux mages aliénés, seul « l’élite » aurait les capacités pour pouvoir accomplir l’évolution.

    A ce moment, l’une des deux voix que les mélandiens avaient entendue précédemment se fit plus proche et une tête émerge de par l’entre bâillement de la porte en métal.

    -Bien le bonjours belle compagnie, désirez vous prendre par à notre cérémonie ?
    -Tiens, voilà justement l’un de ces deux mages. Dit le petit homme. Allons Buril tu sais que n’as pas le droit de t’approcher de la porte. Retourne donc du côté de ta cellule.

    Décidemment, les mélandiens y comprenaient de moins en moins. Beorn poussa la grille et entraîna ses gardes avec lui. Ils se dirigèrent en direction des bureaux, affin de faire leur tâche au plus vite, et de repartirent à la même vitesse. Nul ne désirait rester au milieu de ces gens, reniés par la raison même. Arrivant près desdits bureaux, Beorn aperçut Mr de Grefdian qui le reconnut aussitôt. Ils eurent une assez courte discussion à propos de l’homme que les garde impérieux tenaient. Ce dernier continuait à pousser des sortes de grognements aigus et se débattait désormais avec une force nouvelle, comme certains de ces animaux qui sentent que l’ont va les mettre en cage. L’homme en question était un employer de la boutique du dragon asthmatique tenue par Beorn. Il était chargé de la maintenance des cages des Xvarts et de veiller à ce qu’ils ne se battent pas. Mais le pauvre homme travaillait trop, voulant gagner le maximum pour nourrir sa pauvre petite famille. Il avait été retrouvé au milieu des Xvarts en train d’en étriper un. Depuis, Gogal, car tel était son nom ne s’était plus exprimer que par des grognements et n’arrivait plus à se tenir debout qu’à la façon d’un primat. En désespoir de cause, Beorn avait décidé de l’amener ici après avoir essayé d’enlever une quelconque malédiction qui se serait potentiellement abattue sur le pauvre Gogal.

    En très peu de temps, deux personnages en blouse étaient arrivé et avait passer une camisole à Gogal. Ce dernier hurlait désormais, mais le bâillon le fit taire. Beorn et les gardes repartirent pour la ville après avoir touché deux mots à M. de Grefdian à propos de ce qu’il se passait dehors. Ce dernier lui répondit que ces deux mages résidaient depuis fort longtemps ici et qu’il cherchaient à tous prix à démontrer que l’homme descend du dragon… Ils cherchaient en ce moment à montrer l’aptitude des hommes à « planer ». Pour ce faire, on laissait certains cas suicidaires se porter volontaire…

    En ressortant, Beorn et les guerriers virent avec regret qu’un deuxième homme, visiblement un elfe, s’était embrocher sur la herse. Ils virent alors une catapulte bien placée en plein milieu de la coure.
    Beorn Devir, Général du Chaos et tenancier de la boutique du dragon asthmatique
    L'Encyclopédie de Toril, les druides
    Statut: Etudiant donc...

    #55F578 pour me faire parler

    Chambre et Table d'hôte au Perigord

  3. #3
    Date d'inscription
    December 2003
    Localisation
    DIJON
    Messages 
    702
    [Quête : dans les Tréfonds de la Folie]

    Oblivion ne comprenait pas ce qu'il lui arrivait.

    - "Peur... Mes tripes sont nouées." Il regardait la brume l'envelopper. Peur, seul ce sentiment régnait en ces lieux. D'une main il chercha son compagnon Hugues.

    Peur, indicible, destructrice, elle prenait le pas sur le courage du Drow.

    - "Tu m'as trahi". A ces mots Oblivion se releva tant bien que mal. La voix sépulcrale semblait venir prés de lui. Cette voix... Il la connaissait. Et cette Peur sans nom qui continuait son chemin. La rue disparut peu à peu dans la brume.

    - "Hugues ? es-tu là ?" Oblivion sentit une main le toucher à l'épaule. IL se retourna mais ne vit personne.
    La ruelle avait totalement disparu sous la nappe de brume. L'air était malsain. Une odeur de mort planait. Le mage décida d'avancer dans l'inconnu mais son pied refusa de bouger. Peur, indescriptible et pourtant forte. Cette arme était la pire de toute. Un hurlement de terreur fit sursauter le drow.

    - "TU M'AS TRAHI"

    La mort... putride. Elle était là comme une infection qui ronge le corps en le détruisant petit à petit. Pire encore était la sensation du drow. Oblivion avait peur. Peur de se retrouver face à lui.

    -"TRAITRE, AHRGGGHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHH".
    Un bruit de chair en décomposition. Une Main squelettique s'abattit sur l'épaule du drow. Oblivion se retourna horrifié.

    - Tu as vu se que tu as fais ? Tu as vu se que tu as fais ?

    Son mentor disparut dans la Brume. Peur, Oblivion la sentit monter d'un credo. Là ou se tenait son mentor quelques secondes auparavant, il ne vit que le néant... et la peur.
    Une autre voix attira son attention derrière lui.

    - "Tu es à moi, mâle."

    Oblivion fit demi-tour. Terrifié, il vit huit pattes géantes d'araignée l'enlacer. Un étreinte mortelle et amoureuse de la terreur qu'il avait.

    - "Viens à ta reine, Oblivion."

    Dans un Hurlement de d'horreur, Oblivion se réveilla. Il était en sueur. Cauchemar, ce n'était qu'un cauchemar. Mais la peur était bien là. Oblivion était complètement terrorisé. Recroquevillé sur lui même, il se tenait les jambes, laissant échapper un sanglot. Une larme perla sur sa joue.

    Après quelques minutes, le drow essaya de se ressaisir. Peine perdue, son corps ne lui obéissait pas. Ses souvenirs étaient confus, rêvait-il encore ? Etait-ce la réalité. L'immense salle ou il se trouvait se moquait de lui. Il y voyait des sourires voraces à chaque obscurité. Il resserra son étreinte. La peur, l'indicible peur était presque devenu un compagnon de route. Oblivion regarda autour de lui. Les ténèbres, le monde n'était que ténèbres et Peur. Il passa sa langue sur ses lèvres, geste machinal engendré par sa phobie des ombres.

    Au loin, il apercevait une clarté. Mais il resta prostrés à regarder cette lueur impie. Le drow essaya de se lever. Mal assuré, il se mit en quête d'indices pour savoir où il était. Peut-être n'avait-il pas survécu à l'assaut des vampires. La reine araignée avait-elle finalement réussi à le punir ?

    Comme pour toute réponse à cette question, le mage entendit un hurlement lointain. Sa peau frémit, sa colonne vertébrale s'hérissa. Le cri semblait venir de partout. Tel l'écho de ses peurs, un autre cri retentit, plus proche. Oblivion décida d'avancer dans sa direction.
    La salle était immense. Elle baignait dans des lueurs mortes. L'étreinte de la peur déformait les murs aux yeux du mage. Parfois il croyait voir des visages sur ceux-ci. Il arriva vers un couloir. Lorsqu'il entreprit de le parcourir, un autre cri retentit.

    Tel une balle sur deux murs faces à faces, l'écho du cri résonna. Oblivion n'arrivait pas à calmer son effroi. Les murs ternes et grisattres lui rendaient son sentiment. Refermant sa robe sur lui, comme pour se rassurer, il avança dans le couloir. Aidé de son baton qu'il avait retrouvé pret de lui, il arpenta le grand couloir. Soudain, il resongea à son mentor et chercha machinalement sa sphère. Elle était bien là, mais froide, comme vidée de toute essence magique. La tenant serrée, il longea le couloir en quête de réponses.
    pour faire parler mon avatar en RP #FF4500
    La conscience est la voix de l'âme, les passions sont la voix du corps
    Discord :
    https://discord.gg/46ceAF8



  4. #4
    Date d'inscription
    April 2003
    Messages 
    634
    [Quête : dans les Tréfonds de la Folie]

    Hugues se promenait sur le sentier qui menait aux monolithes sis près de son village, à environ 700 mètres. Il avait souvent demandé à son père la signification de ces monuments, mais n'avait obtenu pour simple réponse qu'un perpétuel haussement d'épaules, et l'interdiction formelle de s'y rendre. Mais, aujourd'hui, un étrange individu avait fait son apparition. Il se disait mage et il avait reçu tous les honneurs de la part du Maire. Tout semblait avoir été préparé pour lui, avec soin et minutie. A croire que les villageois savaient qu'il allait apparaître aujourd'hui. Hugues avait alors demandé à son père des explications, mais celui-ci lui avait répondu que c'était le protecteur du village.

    Hugues était intrigué par cet étrange individu, et malgré l'interdiction, il avait voulu se rendre auprès de lui, afin d'en apprendre plus. C'est pour cela que par cette chaude après-midi, il avait décidé, en secret, de se rendre auprès des monolithes. Approchant en silence, il vit l'étrange individu creuser de nombreux trous dans le champ de monolithe. Ce manège perdura pendant de longues minutes encore, Hugues observant le mage à l'abri des frondaisons de la forêt avoisinante. Par la suite, le Mage incanta de nombreuses minutes autour desdits trous. Hugues était fasciné par ce qu'il voyait. Pour la première fois de sa vie, il voyait un mage en exercice. Heureux, il rentra chez lui, gardant son secret au plus profond de lui.

    Froid, il avait froid. Tout semblait si sombre, et si humide. Une odeur d'eau stagnante et de chaire putride lui assaillait les narines. Il tenta de bouger, mais ne réussit qu'à se faire grimacer de plus belle. Il devait avoir quelques côtes de cassées pensa t'il. Clignant des yeux, il tenta de se repérer, mais la pénombre et son visage tuméfié ne l'aidèrent pas, et il n'y vit goutte. Il regretta de n'avoir pas mis son heaume durant le combat. Le combat. Hugues se remémora les derniers instants de son combat, et il se vit tomber au côté d'Oblivion. Oblivion, le sorcier elfe noir. Hugues dans un souffle l'appela, mais ne reçu que pour seule réponse son pathétique écho et quelques rires qui semblaient sortir tout droit des tréfonds obscurs.
    Le Paladin sombra de nouveau dans l'inconscience.


    "Tout est de ta faute Hugues. Tu nous as condamné. Par ta faute, notre protecteur doit se venger sur nous. Ah malheur, qu'as-tu fait ?"

    Ces mots raisonnèrent longtemps dans l'esprit d'Hugues. Surtout quand il vit son père se faire couper en deux par un squelette sortit tout droit de la terre sacrée autour des monolithes. Le jeune homme avait croisé le regard du sorcier maléfique au moment où il avait donné l'ordre à ses légions squelettiques de détruire le village. Ces mots raisonnèrent encore plus fort, quand il vit son père se relever d'entre les morts pour rejoindre les rangs de ce nécromancien, et devenir une pathétique copie humaine.
    Hugues avait longtemps courut cette nuit là. Aussi vite qu'il le pouvait, aussi longtemps. Il avait fini par semer ces poursuivants, et pendant de nombreux jours, il avait ensuite rôdé à la lisière du village, attendant que les derniers restes de la légion démoniaque quitte cette terre autrefois prospère.


    "Tout est de ta faute." Tels furent les derniers mots qu'il entendit avant de sombrer dans une inconscience irréelle, ponctuée de rire et de cris.

    A son réveil, le Paladin regarda autour de lui. Les rires et les cris étaient toujours présents, se répercutant inlassablement sur les murs de cet étrange édifice. Le Paladin scruta la pièce où il se trouvait, à la recherche d'une fenêtre, ou d'une quelconque meurtrière, mais rien ne laissait filtrer la lumière à autour de ses yeux. La seule lueur semblait tout irréelle et venu de nul part.

    Hugues fit le tour de la pièce pour s'apercevoir d'une que son équipement était posé près de lui au complet ; deux qu'une issue non fermée lui permettait de sortir de cette pièce.
    Ne gambergeant pas, le Paladin saisit son équipement, passa son épée à son côté, et se dirigea vers le long couloir, avec tois buts. Retrouver Oblivion. Faire passer un sale quart d'heure à celui ou ceux qui lui avait fait ça. Et sortir de ce bâtiment aussi rapidement que possible.

  5. #5
    Date d'inscription
    April 2003
    Messages 
    979
    [Quête : dans les Tréfonds de la Folie]



    Oblivion inspecta prudemment le couloir, faiblement éclairé par une lumière argentée frisant le surnaturel. De massives arches de granit disparaissaient dans les hauteurs nappées d’une obscurité étouffante. Les ombres –silhouettes malveillantes vous épiant sans trêve- baignaient de leurs obscurs manteaux la moindre interstice, menaçant même de recouvrir de leur funeste joug les rares oasis grisâtres. Une terrible froideur s’exhalait de l’endroit, comme incrustée à jamais dans la pierre glaciale. Mais le plus affreux était sans doute le sentiment de confusion qui émanait du lieu, des formes tourmentées se lisaient dans les parois, des arabesques torturées s’esquissaient sur le sol dallé, relents enterrés d’un autre âge. Il était impossible d’avoir la moindre notion de temps dans cette prison, aussi gargantuesque qu’opprimante, sombre paradoxe. Tout ce trouble néfaste était rythmé par une incessante sarabande de cris –venant d’on ne sait où-, de grognements bestiaux et de soufflements sépulcraux sur fond d’un silence écrasant, bien pire que le plus abominable des hurlements.

    Le mage drow se demanda soudainement à quel délassement cruel jouait leur tortionnaire, ils n’étaient que des pions sur un échiquier de folie, mais où étaient donc les figurines du camp adverse ? Il réprima un frisson et tenta d’ordonner le flux chaotique de ses pensées d’une façon rationnelle, alors que tout autour le poussait à sombrer dans la démence. Il ne pouvait se fier à aucun de ses sens. Sa vision était noircie par ses propres chimères, son odorat percevait tour à tour des vapeurs émétiques et des relents de chair calcinée, son toucher ne reflétait que froideur, ses tympans ne faisaient que lui répéter une funeste mélopée, et, comble de l’horreur, l’amer goût de la désillusion emplissait sa gorge, noyant le moindre soupçon de douceur. Et son mentor semblait ne plus être là pour l’épauler, il était tout seul, perdu dans ce machiavélisme architectural.

    L’amertume au cœur, le visage déconfit, il continua pourtant la recherche de son ami, mû par une force dont il ne se serait point cru capable. Il s’enfonça dans les ténèbres...

    Après une errance solitaire de durée stochastique, il déboucha en face d’une massive porte de bois lustré, criant férocement avec les alentours. Brusquement, une voix résonna dans l’air vicié. Elle était presque dépourvue d’intonation et semblait sourdre de la porte elle-même.


    « Tu souhaites retrouver quelqu’un n’est-ce pas ? Je peux t’y aider. Il te suffit pour cela de répondre à une petite énigme, cependant il y a un petit risque, mais minime… De toute façon tes perspectives sont limitées il me semble… »

    ----------------------------

    Hugues sentait encore les hématomes des coups qu’il avait reçus le mortifier sous son armure, le souffle âcre de la fumée qui l’avait plongé dans le néant de ses cauchemars emplissait toujours ses narines. Et par-dessus tout, il revoyait encore le visage marmoréen du meurtrier, qui continuait de les martyriser et de jouer avec eux. Mais l’heure de la vengeance sonnerait…

    Cette solide résolution en tête, Hugues fondit dans le labyrinthe des immenses et tortueux couloirs, fruits d’un esprit malade. Plusieurs fois, il tenta d’appeler son ami, mais seul son écho, déformé par le vice lui répondait. Cet endroit était hanté. Plusieurs fois, il lui arriva de dégainer son épée devant la monstrueuse et difforme silhouette d’une ombre. Plusieurs fois, il voulut jeter l’éponge et se jeter sur sa propre épée, mais il ne pouvait s’y résoudre.

    Il n’aurait su dire depuis combien de temps il errait dans l’inquiétant dédalle, quand il arriva dans une salle d’où s’exhalait la putride haleine de la Mort. Le vice était présent dans la moindre aspérité des murs de cette pièce en ogive, l’unique entrée visible était celle par laquelle il venait d’arriver. Au moment même où il y pénétra, une voix grave retentit tel un aphorisme dans l’atmosphère :


    Tout est de ta faute.

    Il frémit de tout son être, le mal s’insinuait jusque dans les tréfonds de l’esprit, pour y instiller la graine de l’aliénation. Ces réflexions horrifiques furent interrompues quand il aperçut ce que contenait la salle.

    Trois miroirs, aux cadres aussi noirs que l’abîme le plus profond. Une inscription, en langue commune, était inscrite sur un parvis de pierre.


    Affronte donc le reflet de ton âme,
    Et peut-être que de ce sombre drame,
    Démêlant les nœuds de la noire trame,
    Tu émergeras, évitant les charmes.

    Hugues fixa les miroirs, un linceul blanchâtre recouvrait la glace de chacun, attendant son heure…



  6. #6
    Date d'inscription
    December 2003
    Localisation
    DIJON
    Messages 
    702
    [Quête : dans les Tréfonds de la Folie]

    Oblivion, réprimant une angoisse grandissante due à l'environnement, s'approcha quelque peu de la porte. La porte massive ressemblait plus à un mur de l'esprit à ses yeux qu'à un obstacle réel. Et cette voix. Cette voix qui murmure un espoir. Cet espoir si mince de retrouver son ami le paladin.

    Oblivion scruta la porte et regarda autour de lui. La pénombre semblait s'approcher de lui, comme pour l'engouffrer et le faire tomber dans le néant. Une pensé furtive ressurgit dans l'esprit du mage. Et si le vampire l'avait tué ! Et si la reine araignée avait réussi à l'attraper par delà la mort ! Ces pensées le firent frissonner d'horreur à l'idée de ce qu'elle pourrait faire de lui.

    -" Quels sont les risques," reprit Oblivion avec une voix qui trahissait son état d'esprit.
    pour faire parler mon avatar en RP #FF4500
    La conscience est la voix de l'âme, les passions sont la voix du corps
    Discord :
    https://discord.gg/46ceAF8



  7. #7
    Date d'inscription
    April 2003
    Messages 
    634
    [Quête : dans les tréfonds de la Folie]

    Hugues avançait dans les méandres des couloirs sombres. La voûte était si haute qu'il n'apercevait même pas le plafond. A croire que tout ça n'était que magie. Mais dans la ville du vice et de la déchéance, on ne pouvait se fier aux apparences, et le Paladin resta sur ses gardes, tachant d'éviter autant se faire que peu de se faire surprendre. Néanmoins, les séquelles du combat contre les Vampires se faisaient sentir. Chaque muscles et chaque os se faisaient sentir, et les mouvements du Paladin n'étaient pas aussi fluide qu'il l'aurait voulu. De plus on armure se faisait de plus en plus pesante. Il aurait voulu tout arrêter et se reposer, mais ça voulait probablement dire la fin de tout.

    Tout autour de lui, ce n'était que gémissement et cris. Râle de mort et hurlement de folie. Tous ces cris commençaient à donner le tournis au guerrier, et plus ça allait plus il avait l'impression que le son s'amplifiait. Il parcourut plus rapidement les couloirs espérant semer ce vacarme ahurissant, mais non, ça ne voulait pas en finir. Il allait devenir fou s'il restait une minute de plus dans cet insondable endroit.

    Finalement, à force de marcher et de prendre couloir sur couloir, le Maréchal finit par se retrouver dans un cul de sac. Décidément, l'architecte de cet endroit était lui aussi complètement dingue, à moins que la construction de ce lieu lui ait ramolli le cerveau.
    Hugues décida de s'octroyer une pause, afin de reprendre quelques forces pour poursuivre son exploration. Il espérait pouvoir rapidement retrouver Oblivion, et en finir avec cette ville maudite.

    Le Paladin posa son équipement sur le sol lisse de la pièce, et il s'adossa au mur afin de prendre un peu de repos. Il espérait être au calme dans cette pièce, mais il s'aperçut rapidement qu'il n'en était rien. Une espèce de sourd bourdonnement montait du fond de la pièce. Le Maréchal essaya de ne pas en tenir compte, mais c'était plus fort que lui, une force obscure semblait vouloir l'attirer devant lui. Résigné, le Guerrier Saint se leva, et se dirigea, les jambes lourdes, vers le bruit. Il découvrit alors trois miroirs qui trônaient au fond de la pièce. Hugues s'avança vers celui du milieu et soudainement un voile de brume l'enveloppa, oppressant, macabre. Se sentant happé, le Paladin ne pouvait rien faire, il était comme prisonnier du miroir.

    En ouvrant les yeux, Hugues ne reconnut pas, sur le coup, l'endroit où il se trouvait. Puis, l'image se dessina autour de lui. Il était de retour dans les ruelles de Mélandis.
    Un homme semblait se débattre dans le fond de la ruelle. S'approchant, quelle ne fût pas la stupeur du Paladin de reconnaître Oblivion au prise avec deux Ombres. L'effroi emplit le cœur du Paladin. Il n'avait pensé qu'à sortir de cette obscure bâtisse. Mais il avait laissé seul Oblivion, seul au prise avec ces monstres. Hugues se mit alors à courir, mais son corps ne répond pas comme d'habitude. Ses gestes sont lents, gauches, ses pas sont lourds, et il voit les ombres prendre inexorablement le dessus sur le mage drow. Et devant les yeux du Paladin, une des ombres égorge d'un coup de dague le drow. Tombant à genoux, le Paladin se met à hurler autant que faire ce peu.

    Soudain, la brume l'entoura de nouveau, et inexorablement, il se retrouve de nouveau happé.

    Rouvrant les yeux, le Paladin se retrouve comme par miracle à Manost. Mais ce qu'il vit lui glaça les sangs. Des milliers de barbares menaient un siège sanglant contre Manost. Les engins de siège prélevaient leur tribu parmi les civils, les pierres des trébuchets et autres mangonneaux s'écrasant sur les habitations. Manost semblait sur le point de céder à l'assaut. Et lui, lui, n'avait pensé qu'à venger ses amis. Pour son idéal, il avait abandonné Manost, et désormais, celle-ci se retrouvait submergée. Au lieu de vouloir assouvir une sombre vengeance, il aurait pu mener la défense de Manost. Mais non, il n'en était rien. Un rocher mis finalement fin à ses souffrances.

    Hugues se retrouva projeté dans une pièce sombre. Pour seul élément de décor, un miroir qui scintille d'une faible lueur. Hugues s'approcha de ce miroir, et ce qu'il vit le terrifia. La glace lui rejetait sa pathétique image, l'enveloppe vide et orgueilleuse d'un lâche, d'un traître à sa famille qu'il avait fait tuer, un traître à sa patrie qu'il avait abandonné.
    Soudain, son image se transforma en gouffre sans fin. Ce gouffre qui lui permettrait de mettre fin à ses jours, de mettre fin à ses tourments.
    Au moment où il allait finalement tout abandonner, une vois retentit dans son esprit.


    "Hugues, n'abandonne pas. Je t'attends et j'ai besoin de toi. Hugues, je t'aime."

  8. #8
    Date d'inscription
    December 2003
    Localisation
    DIJON
    Messages 
    702
    [Quête : dans les tréfonds de la Folie]

    Oblivion s'approcha de la poigné.

    Risque. Le mot battait la chamade dans sa tête. Le risque peut avoir un gout amer, un gout de sang et de putréfaction. Le risque de se retrouver face à la reine araignée est pire que tout. L'ombre et la lumière se mariaient dans la pièce. L'ombre grandissante et impie prenait le pas sur la lumière. De la pièce, le mage ne distinguait plus que la porte. Comme si tout le reste de la pièce s'était figée dans l'ombre, attendant le moment fatidique ou le drow ouvrirait la porte.

    Ombre, ténèbres, la tête du mage lui tournait. Et si ce combat n'était pas le sien. Et si tout cela n'était qu'illusion pour le tromper. Comment le savoir. Peut-être était-ce la voix du maître d'oeuvre de cette illusion. Mais ou voulait-il en venir. Montrer sa puissance ? se faire reconnaître ? Ou tout simplement laisser le mage sombrer dans la folie avant de l'achever.

    Détournant son regard de la porte, Oblivion tata le mur. Froid. Froid et sombre. Le mur n'était que froideur et ténèbre. Le mage sentait ses instinct primaire remonter encore une fois à la surface. Oblivion avait peur.

    Il se retourna et regarda de nouveau la pièce où il se tenait. Et si cela n'était qu'un méandre de son esprit. un recoin caché ou il pouvait donner libre cours à sa folie. Mais alors pourquoi cette sensation de peur ? Et ces cris, d'ou pouvaient-ils provenir ?

    Son attention fut attiré de nouveau par la porte. Dans un élan de courage, chose devenu rare en ces lieux impie, Oblivion tourna la poignée.
    pour faire parler mon avatar en RP #FF4500
    La conscience est la voix de l'âme, les passions sont la voix du corps
    Discord :
    https://discord.gg/46ceAF8



  9. #9
    Date d'inscription
    April 2003
    Messages 
    979
    [Quête : dans les tréfonds de la Folie]


    La voix rassurante de sa dulcinée fut pour le paladin l’étincelle de liberté dans le sinistre piège mental qui le suppliciait cruellement. Durant un bref instant, l’aurore de la lucidité chassa les monstrueuses ténèbres aux émanations méphitiques, qui le noyaient sous leur dôme de noirceur. Ces cauchemars n’étaient donc pas invincibles, leur étau de hantise pouvait se défaire, se briser. L’espoir, jusque là pathétique petite cendre fumante dans les pensées de l’Helmite, se raviva soudainement, jamais il ne cesserait le combat ! Il sentait les phalanges éthérées des aberrations sinuer sur son derme, exhalant l’horrifique froideur du caveau. Mais ils existaient ! Ce n’était pas une abjecte tumeur empreinte de nébulosité qui croissait inexorablement dans les sinuosités de sa cervelle, il n’était pas fou !

    Puisant dans ses derniers retranchements, le Manostien tenta de rejeter toutes les horreurs qui fondaient sur lui. Il ne savait guère comment s’y prendre, il se focalisait uniquement sur la voix de la sorcière, qui tel un fil de clarté, démarquait le sentier de la Lumière au sein de l’opprimante Nuit. Soudainement, un hurlement abominable, mélange de rage et de frustration, résonna dans ses tympans fébriles. Puis l’Obscurité disparut, il retomba dans le Brouillard…

    Le guerrier s’effondra sur le sol dallé, qui malgré sa froideur térébrante lui sembla être un tiède oreiller de plumes d’oie. Il venait de sortir d’une féroce léthargie mentale, ses sens avaient été anesthésiés, désormais l’odeur étrangement âcre de l’Asile se reflétait pleinement dans ses poumons, et les voix spectrales qui ânonnaient dans l’atmosphère ne lui paraissaient que plus oppressantes ; il était mal-à-l’aise, fiévreux, mais en vie, en chair et en os, le tourment de ses blessures le lui témoignait. Il ouvrit faiblement les paupières, la lumière des torches de l’endroit, tout d’abord salvatrice lors de son épouvantable pérégrination onirique, était devenue une flamme brûlante et cruelle. Après quelques secondes d’acclimatation, il parvint finalement à défier l’éclairage. Un frémissement le parcourut alors, il n’était plus dans la salle des miroirs, cela ne fit qu’accentuer sa désespérante impression de perdition.
    Il se refusait cependant de renoncer à la liberté, et malgré la kyrielle de contusions qui constellaient son corps, il se leva, serrant les dents pour s’empêcher de crier…

    Il se trouvait dans un large couloir adoptant une forme de voûte ogivale, cette dernière disparaissait dans les hauteurs enténébrées, malgré les rangées de torches qui démarquaient l’endroit. Une inquiétante impression de malaise baignait sur les lieux. C’était comme avant, simplement qu’Hugues était désormais conscient de la mortelle caresse de ce trouble.

    Tout à coup, un gémissement étouffé le fit quitter ses réflexions et se retourner brutalement, ce qu’il vit l’épouvanta, comme si une poigne glaciale venait de saisir son cœur et le perforait de ses griffes délétères…



    -------------------------------------------------


    Au moment où il toucha la porte, le mage drow sentit une atroce émanation maléfique pénétrer en lui. Une présence démoniaque, digne de la lie des créatures abyssales, se mit à rire dans sa tête. Le pire était cependant le ton du rire, il était plus dérangeant que mauvais, comme l’expression d’un négativisme inhérent à la réalité même, un cas de démence pure. La voix qu’il avait entendue précédemment résonna à nouveau, mais cette fois-ci elle s’imbiba au plus profond de sa chair, le faisant frissonner d’effroi. Son enveloppe charnelle lui paraissait cependant de plus en plus lointaine, comme si une force odieuse aspirait son âme à elle. Il sentit malgré le contact rugueux du bois alors que son corps était littéralement englouti par la porte.

    « Tu as choisi de jouer, très bonne idée, j’adore la compagnie ! »

    Oblivion se sentit réintégrer partiellement son corps, même si son champ visuel n’était que ténèbres. Une infâme sensation se mit à le parcourir, une pléthore de picotements sur son épiderme déjà trop tuméfié, comme si une armée de larves voraces s’était mise à ronger sa carnation. Mais il ne pouvait rien faire, sa paralysie était totale, il parvenait à peine à respirer, inhalant un air fétide et poussiéreux, seule sa main droite paraissait capable de bouger, ses doigts papillonnaient dans le vide, cependant tout aussi impuissants.

    Brusquement le timbre perforant de l’esprit vicié par la folie retentit à nouveau.


    « Etant quelqu’un de loyal, je vais te laisser une chance de t’en sortir, réponds donc à ma petite énigme, qui je l’espère, ne te fera pas de mal, en tout cas moins qu’un échec ! »

    Le drow frémit, la funeste claustrophobie qui l’enserrait d’une étreinte morbide aurait eu tôt fait de l’aliéner s’il n’avait pas été habitué à l'astreignante incarcération perpétuelle d’Ombre-Terre. Il retint son souffle, une étrange peur le tenaillait. Il soupira, aurait-il la force de continuer dans cet océan de démence ?

    « Mets-toi à l’aise, tu me sembles bien pâle pour quelqu’un de ton espèce, haha ! Ecoute bien !

    Sinistre, impassible, maître du Temps,
    Ne voyageant que dans l’obscure Nuit,
    Suçant la vie des vifs, ce rouge Fruit,
    Malheur à toi, Je suis le pire Vent.

    Qui suis-je ? »



  10. #10
    Date d'inscription
    December 2003
    Localisation
    DIJON
    Messages 
    702
    Oblivion était tétanisé. Il ne voyait plus le sol, plus les murs, ni la porte. tout n'étaient que ténèbres et chaos. Dans le puit de son âme, il ne trouvait plus son salut. Réfléchir, chose devenue quasi impossible tant la peur envahissante neutralisait sa personne. Elle s'était insinuée, avait détruit chaque défense de ce corps presque catatonique et maintenant l'empêchait de réfléchir.

    Le néant était devant le Drow, impassible et dévastateur. une image vint alors brouiller tout cela. Le défunt mentor était de nouveau là, regardant le Drow dans les yeux. Il parlait où plutôt criait mais aucuns sons ne venaient aux oreilles du mage. Le lieu impie évitait toute magie d'opérer. Il tendit une main à son mentor. Mais au lieu de toucher celui-ci, la main se flétrissait comme un fétu de paille. La peau desséchée se cassait et se morcelait au fur et à mesure que la main allait à la rencontre du mentor d'Oblivion.

    Soudain, la porte, les murs et les ténèbres des lieux revinrent.

    - Allons, dit la voix, vous n'allez tout de même pas tenter de me fausser compagnie ?

    Oblivion, bien que remué par la vision avait compris deux chose. Il était une marionnette et le marionnettiste s'amusait avec son esprit. Ses yeux se rivèrent sur la porte. Les tourments n'étaient que distraction pour le maître des lieux. Ses tourments, on se jouait de lui, et certainement d'Hugues aussi. La réponse se fit clair. Se remémorant la ruelle, il comprit que l'attaque qu'ils avaient essuyé n'était qu'une diversion. Mais qui se divertissait ?

    -"As tu assez joué de moi, Vampire ? Pour me donner une énigme de la sorte ?


    pour faire parler mon avatar en RP #FF4500
    La conscience est la voix de l'âme, les passions sont la voix du corps
    Discord :
    https://discord.gg/46ceAF8



  11. #11
    Date d'inscription
    April 2003
    Messages 
    979
    Un rire étrange résonna dans le crâne d’Oblivion, rappelant sournoisement les battements d’un cœur affolé. Ce rire n’était ni joyeux, ni diabolique, juste dérangeant. Une impression malsaine naquit subitement au fond de son être. Il se sentit happé par une force terrible, emporté dans un océan de tourment.

    Soudainement, une douleur térébrante le transperça, et il ressentit à nouveau la myriade d’ecchymoses qui parsemaient son corps. Durant un très bref instant, il eut l’impression d’être à nouveau libre, et que, lorsqu’il ouvrirait les yeux, ce ne serait non point un autre subterfuge maléfique qui l’assaillerait de ses charmes retords, mais la pure clarté d’un paysage idyllique que le Mal n’a point encore perverti. Un tout autre spectacle l’attendait…

    Le drow, encore frémissant de son interlude dans un propylée diabolique, souleva avec peine ses paupières. Tout autour de lui n’était que ténèbres, il émit une plainte résignée. Cependant, quelque chose clochait. L’adjectif le plus approprié pour décrire la situation aurait été « noir », aucune exhalaison méphitique ne venait troubler le troublant mutisme de l’endroit. Une légère lueur, surgissant de nulle part, l’éclairait faiblement, grisonnant l’opacité environnante. Il jeta un coup d’œil à ses pieds, il ne distinguait qu’à peine le sol qui se morfondait dans une nébulosité surréelle. Il fit quelque pas et leva la tête : une immensité obscure, dénuée d’astres, le contemplait. L’Helmite soupira, il avait échoué dans un terne entre-deux à l’atmosphère cafardeuse. Mais quelque chose en lui hurlait qu’il ne pouvait avoir échappé aussi aisément à la sépulcrale incarnation du portail.

    Tout à coup, une vague d’effroi l’emplit. Une angoisse sourde avait subitement point en lui. Il scruta avec une défiance apeurée les environs. C’était physique, son corps tremblait, son cœur battait la chamade, une répulsion presque violente l’agitait. Il voulait fuir, mais un inconnu d’une effrayant homogénéité lui faisait face.

    Alors il les vit, quatre points lumineux dans le lointain, grossissant petit à petit, un de chaque côté, il était cerné. Ces quatre lumières étaient devenues plus épouvantables que les pires ténèbres. Elles étaient telle une inéluctable sentence qui allait s’abattre sur lui. Un jugement définitif, une souffrance perpétuelle. Il était horrifié. Peu à peu, il voyait se dessiner des silhouettes osseuses. Tétanisé par la peur il n’esquissait le moindre geste. Aucun son ne venait troubler la scène, mais ses tympans percevaient un lugubre bourdonnement sous-jacent.

    Il s’agissait de fillettes d’une blancheur diaphane, revêtant des châles s’apparentant plus à des linceuls qu’à autre chose. Leurs longs cheveux laiteux se balançaient mécaniquement dans leurs dos. Une pureté nauséeuse et détestable s’écoulait de cette candeur éclatante. Les spectres paraissaient flotter, Oblivion était obnubilé par ces démarches envoûtantes, sa liberté corporelle retrouvée n’était plus qu’un vague souvenir, même la douleur s’anesthésiait, s’effaçait.... Les créatures s’arrêtèrent à une dizaine de mètres de lui, l’encerclant, elles formaient une croix dont il était le centre.

    Désormais, il ne discernait que trop bien leurs inquiétants faciès. Le plus étrange était le bandeau d’un rouge sanguin qui dissimulait leurs yeux. Pourtant l’elfe noir se sentait comme transpercé par des lances bardées de pointes pernicieuses. Ces êtres étaient définitivement des aberrations. C’était l’innocence souillée, elle n’existait plus qu’en apparence, manifestant cette aura nivéenne, relique d’une virginité dégradée. Le reste de leurs visages était incolore, morne, comme délavé. Leurs lèvres étaient anémiques, et leur teint blafard et inhumain.

    Toutefois, le plus atroce était l’impression que l’on avait juste devant soi de malheureuses fillettes, victimes d’une tragédie inimaginable. Oblivion frémit, la perversion n’avait pas de limite, il ne pouvait se fier à rien ici.

    A ce moment-là, une voix enfantine résonna dans l’atmosphère. Oblivion sursauta. Ce timbre respirant la naïveté de l’enfance tranchait insupportablement avec la vilenie qui planait dans l’air. Il se tourna vers l’apparition ayant pris la parole.


    - Seule l’une d’entre-nous, l’Assassine, osera t’achever et te détruire, être tant blessé. Nos terribles regards, transperçant ta chair, ne s’affrontent jamais. Même si chacune de Nous observe une de ses paires, miroir d’affliction de notre condition et non toi, simple désillusion. Aucune de Nous n’assume la terrible chape morbide de quatre yeux braqués sur Elle. Cruelle contemplation. Et, les funestes prunelles de ma Sœur septentrionale contemplent la Vis-à-vis de la Tueuse, qui n’oserait scruter la Meurtrière qui me dévore de ses nébuleux iris. Ses pensées sont la graine de ton supplice.

    Affronte et démasque cette dernière si tu souhaites vivre.


    Comme une seule entité, les esprits se remirent en marche, planant lentement et implacablement vers leur proie. Cette dernière était prise dans un immobilisme stuporeux, mais il fallait réagir, et vite !


  12. #12
    Date d'inscription
    April 2003
    Localisation
    Quelque part près du col des Mosses
    Messages 
    946
    [quête : Préambule : Dans les Méandres de la peur]

    Dans la plaine dévastée par un mal inconnu se dressait le lugubre endroit. Comme hanté par une antique malédiction, le sol n’était que le pâle reflet de ce qui gangrenait les lieux.
    Il ne faisait guère beau cet après-midi d’automne, comme usuellement dans la région. Un épais brouillard recouvrait la plaine de son manteau humide tel un spectre. L’automne avait eu raison de l’été et déjà, un vent du nord venait assaillir la chaire de mille aiguilles, sensation encore réenforcé par l’humidité omniprésente.

    C’est dans ce sinistre tableau automnal qu’une silhouette bien emmitouflée se mouvait dans les limbes de la brume spectrale en direction de la funeste herse. Le pas lent, particulièrement lent alors que n’importe qui aurait pressé le pas pour échapper au froid, l’étrange personnage arrivait inéluctablement à la hauteur de la porte noire dont les runes mystérieuses perçaient faiblement les volutes du brouillard.

    Alors que normalement, les portes ne s’ouvraient que rarement et après un examen approfondi des intrigants désireux d’entrer, elles s’ouvrirent cette fois ci après un très court instant seulement, laissant voie libre à l’individu. Elles se refermèrent par contre avec la même vitesse qu’à l’accoutumée, le son sourd du bois et des gonds de métaux étouffé par l’atmosphère oppressant qui régnait sur le maudit endroit.

    L’étrange silhouette se mû encore jusqu’à l’édifice, longeant le chemin pierreux du jardin mort. Les rares éberlués qui assistèrent à la scène furent pris d’une faible peur, tout au fond de leur esprit, une présence s’installait, terrifiant les « saint d’esprit » du lieu – quoi que très rares – et donnant aux plus atteint une autre raison de délirer dans quelque manière que ce fut.

    Mais cette sensation n’avait pas la même ampleur sur les « patients ». L’un d’entre eux n’eut d’autre réflexe que de vouloir fuir. Se heurtant à la herse, il chercha à y creuser dans le métal à mains nues, s’abîmant les ongles jusqu’à les arracher avant se cogner la tête cotre la paroi en hurlant. Le destin voulu que ce fut sur une des aspérités hérissées du mur. L’épine entra dans son globe oculaire, délestant le pauvre fou de son œil lorsqu’il releva la tête…avant d’y replonger encore… et encore… et encore…jusqu’à ce que le crâne se fêle, ne laissant aucune chance de survie à l’infortuné qui se vidait de son sang, mêlé d’un liquide suspect par le « trou » béant de sa cavité oculaire. Lorsque les gardes vinrent chercher la dépouille, ils remarquèrent quelque chose. Ses cheveux étaient devenus blancs…

    L’étranger entra dans la bâtisse, suivit d’un cri glacial dans lequel résonnait la funeste plainte de l’effroi.
    Beorn Devir, Général du Chaos et tenancier de la boutique du dragon asthmatique
    L'Encyclopédie de Toril, les druides
    Statut: Etudiant donc...

    #55F578 pour me faire parler

    Chambre et Table d'hôte au Perigord

  13. #13
    Date d'inscription
    April 2003
    Localisation
    Quelque part près du col des Mosses
    Messages 
    946
    Trois jours s’étaient écoulés depuis la venue de l’étrange personnage. L’étrange sensation d’oppression si encrée dans cette partie ravagée des terres du basilic semblait s’être accrue. Les agriculteurs tenus, qui tentant tout de même de cultiver près d’ici sentait en eux comme une crainte de quelque chose. Nul n’aurait d’ailleurs pu expliquer de quoi. Comme cette sensation d’être suivi lorsqu’on marche seul dans une ruelle sombre alors que les ombres croissantes mordent les parcelles encore lumineuses dans la tombée de la nuit, regardant derrière son épaule, ou n’osant même pas, de crainte que les fabulations de notre esprits se matérialise réellement sous nos yeux écarquillés par l’effroi. Ce lugubre sentiment se ressentait d’autant plus que les cris provenant de l’asile se faisaient plus fréquent, comme si la folie phobique s’était accrue.

    Par un matin, tout aussi brouillardeux, les lourdes portes noires s’ouvrir, laissant place à un être humain habillé d’une façon plutôt étrange pour le lieu. Il portait une robe de velours vert ornée d’améthystes sur les deux pointes des épaules ainsi qu’un diadème d’argent serti d’un saphir d’un bleu très profond ceignant son front. Fait tout à fait étrange, car personne n'avait jamais vu quelqu'un sortir de l'asile, hormis les convois spéciaux ou alors les dirigeant de l'asile.

    Lorsque deux formes noires - semblables à deux hommes de statures imposante par leur taille, vêtu d’un large manteau noire surmonté d’un capuchon tout aussi noir voilant complètement leur faciès - sortirent à leur tour, flanquant l’homme, l’un des gardes pu remarquer que son souffle s’embuait, comme s’il était en train de fumé l’une des herbes à pipes dont il appréciait les bienfaits apaisant. Loin de se sentir apaisé, il serra sa lance plus fortement, sentant le cuire de son gant crisser contre le bois noire… Au fond de lui, une peur inconnue germait. Se yeux devinrent plus fin et, cherchant la cause d’une crainte si infondée. Ce ne pouvait être ces deux dadais là, jamais unhomme ne lui aurait fait peur, pas après l’Invasion... Mais quelque chose lui rappelait ces jours funèbres ou Melandis était en proie au Mal qui l’avait rongé… Il ne savait pas que les yeux clairs de l’homme étaient presque sur lui, et que ce dernier riait doucement.

    L'homme s'en fut lentement, suivi de ses deux âmes damnées.
    Beorn Devir, Général du Chaos et tenancier de la boutique du dragon asthmatique
    L'Encyclopédie de Toril, les druides
    Statut: Etudiant donc...

    #55F578 pour me faire parler

    Chambre et Table d'hôte au Perigord

Discussions similaires

  1. [Structure] Quai d'embarquement
    Par Perdigan Foxglove dans le forum Le Complexe Portuaire
    Réponses: 429
    Dernier message: 22/03/2019, 18h16
  2. [Structure] Le débarcadère
    Par Perdigan Foxglove dans le forum Le Complexe Portuaire
    Réponses: 497
    Dernier message: 19/03/2019, 11h28
  3. [Structure] Le chantier naval
    Par Perdigan Foxglove dans le forum Le Complexe Portuaire
    Réponses: 65
    Dernier message: 04/05/2007, 21h45
  4. [JEU] Structure
    Par kodlyck dans le forum L'Académie de Padhiver (NWN 1)
    Réponses: 2
    Dernier message: 12/11/2005, 09h54
  5. Les 11 statues de l'asile
    Par modius dans le forum La Taverne d'Amkethran (Baldur's Gate 2)
    Réponses: 3
    Dernier message: 13/12/2003, 20h39

Les tags pour cette discussion

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •  

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 203 204 205 206 207 208 209 210 211 212 213 214 215 216 217 218 219 220 221 222 223 224 225 226 227 228 229 230 231 232 233 234 235 236 237 238 239 240 241 242 243 244 245 246 247 248 249 250