Affichage des résultats 1 à 16 sur 16

Discussion: [Bâtiment] Camp des réfugiés.

  1. #1
    Avatar de Dedalus
    Dedalus est déconnecté Voyageur au long cours
    Date d'inscription
    October 2003
    Localisation
    Besançon
    Messages 
    906
    C’est un ensemble de cahutte qui a été monté rapidement. Celles-ci doivent servir à accueillir les réfugiés ayant fuis Melandis. Elles sont sur l’ancien emplacement d’une place, au centre du quartier Est. Au centre trône une fontaine et autour, le sol est en pierre.

    Les cabanes sont construites sur le même modèle : Quatre poteaux sont solidement ancrés dans le sol, un à chaque coin. Les murs et le plafond est fait de planches clouées et imperméabilisé par du goudron.
    L’intérieur est couvert de tissus.

    Proche de la fontaine et du centre de cet amoncellement de petites masures, ce trouve un bâtiment plus grand : C’est le réfectoire, qui fait aussi office de salle commune.
    Des tables et des bancs sont alignés, elles permettent aux hommes et aux femmes de manger en toute quiétude.
    Attenante à la grande salle, il y a deux dépendances : Une réserve et la cuisine.

    Les réfugiés erraient d’une maison à une autre. La cité de Lumenis leurs fournissaient le gîte et le couvert mais ils n’avaient pas d’argent pour améliorer leur situation. Certains avaient cherché du travail, offrant leurs services pour quelques piécettes de cuivre mais personnes ne les acceptaient.

    A vrai dire, les personnes peuplant le camp des réfugiés vivaient dans les mêmes conditions que les lumeniens des taudis.

    Si la vie était remplie de bonté et de compassion, pensez-vous que j'aurai autant arpenté les terres de Faerûn ?

  2. #2
    Avatar de Taliesin
    Taliesin est déconnecté Élu de Mystra
    Date d'inscription
    December 2004
    Messages 
    34 595
    [Quête : l’invasion des ombres]

    Cela faisait près d’une semaine que les réfugiés s’étaient installés dans le camp de fortune dressé sur la place. Près de 130 âmes peuplaient ce village de bois, erraient sans but dans ses ruelles étroites ou dans l’espace ménagé près de la fontaine et du réfectoire.

    Au fil des jours, l’ambiance qui régnait en ces lieux s’était insensiblement dégradé. L’inactivité, le décor crasseux des bas quartiers, l’hostilité de certains habitants pesaient lourdement sur le moral des évadés de Melandis. Partout, la tension était palpable : derrière les visages maussades, les attitudes désoeuvrées, les conversations à voix basse… Parfois, des disputes éclataient ; l’une d’entre elle avait même dégénéré en rixe.

    Souvent, le village recevait la visite de Lumeniens bien intentionnés qui apportaient des vivres, des vêtement ou de l'argent aux réfugiés : ils ne manquaient pas de critiquer les conditions d’hébergement dans lesquelles ils étaient maintenus, arguant que la cité de Lathandre devrait mieux traiter ceux qui avaient demandé sa protection. Se faisant, ils nourrissaient le mécontentement des anciens esclaves, leurs griefs à l’encontre des autorités.

    Taliesin était parfaitement conscient de l’état d’esprit général, et, aidé de ses proches, il faisait tout son possible pour détendre l’atmosphère. Il parlait aux plus abattus ou aux plus mécontents ; il cherchait à distraire la petite communauté en jouant chaque soir quelques morceaux Ses efforts n’étaient pas vains, mais ils étaient insuffisant pour inverser la tendance générale : les effets bénéfiques de ses interventions n’étaient pas longs à se dissiper, et le climat continuait sa lente mais inéluctable détérioration.

    De plus, le barde percevait la montée, parmi les réfugiés, d’une certaine hostilité à son égard. Elle était diffuse, légère, jamais exprimée ouvertement, mais il sentait bien que beaucoup commençaient à lui en vouloir pour la situation actuelle. Pour eux, l’elfe n’avait pas tenu ses promesses : à sa suite, ils s’étaient révoltés, avaient secoué le joug melandien, s’étaient enfuis vers un avenir qu'ils voulaient meilleur… Ils avaient certes gagné leur liberté, mais leurs conditions de vie étaient – du moins était-ce ainsi qu’ils le ressentaient – à peine meilleures que durant leur servitude.

    Taliesin était profondément blessé par cette rancœur tue : ils n’en perdait cependant pas courage, multipliant au contraire ses efforts, réaffirmant à chaque instant que, bientôt, les choses iraient mieux. Mais il ne pouvait parler à tout le monde personnellement, ni être partout à la fois, d’autant qu’il quittait régulièrement du camp pour aller visiter ceux de leurs compagnons qui étaient hébergés dans le quartier ouest.

    C’est durant ses absences que l’atmosphère était la plus pesante, la plus fébrile. On murmurait plus que de coutume. On se rassemblait. On écoutait, aussi. Oui, on écoutait beaucoup...
    Admin RP. Pour participer, suivez le guide.et envoyez-moi vos biographies ! Envie de devenir MJ ? Cliquez ici ! Amateur d'imprévu ? C'est par !
    Dirigeant de Melandis. Visitez la Cité du Chaos et découvrez les factions qui y ourdissent sans cesse de nouveaux complots.
    "Sois gentil, pas méchant, c'est pas gentil d'être méchant, c'est mieux d'être gentil..." (La chanson de Dewey)

  3. #3
    Date d'inscription
    February 2005
    Localisation
    Gaeïa
    Messages 
    120
    [Quête : l'invasion des ombres]

    L'inactivité, c'est bien connu, pousse les hommes à réfléchir, même si ces derniers ont été traités comme des bêtes toute leur chienne de vie, les esclaves de Mélandis n'échappaient pas à cette règle. Et de même que pour tout Homme qui soit en pareille condition, ce sont rarement les choses les plus joyeuses qui lui viennent alors à l'esprit. Impuissant, leur seul but était d'attendre en se complaisant dans leur misère. Famille, travail, vivre, à quoi pouvaient bien penser ces pauvres âmes ? La plupart n'ayant ni famille, ni travail, on pouvait comprendre qu'à cette troisième chose, il ne pouvait tout au mieux ne penser qu'amèrement.

    Après une dizaine de jours de ce traitement, certains commençaient à songer à se donner la mort. La chose était horrible et avait déjà poussé le barde à user de son influence pour remonter le moral des troupes, mais celui-ci était trop bas. Le moral au plus bas, c'est la colère qui montait. Entre eux, les ex-esclaves parlaient beaucoup, à voix basse, tachant souvent de ne pas se faire entendre de luméniens ou même du barde. Les esprits s'échauffaient souvent de ça de là, jusqu'à ce que quelqu'un vienne les calmer... temporairement.

    Curieusement, depuis ces dix jours, le seul qui n'avait presque pas bougé était le demi-elfe : Morfea Nwalk. Assis en tailleur dans un coin sombre du campement, le mélandien passait ses journées à faire aller et venir inlassablement un pendule orné d'une petite pierre verte taillée en forme de pointe. Ses yeux, perdus dans le vague, la fixait sans jamais détourner le regard. Et même si cette patience sans limite pour certains, étaient pour d'autre le signe de la folie, il n'en gagnait pas moins en influence. D'une part, sa magie avait aidé à l'occasion certains réfugiés, d'autres part, quand il prenait la parole, le demi-elfe prenait soin de se rallier à la cause de ses camarades de galère, entretenant un mécontetement croissant. De temps à autres, le demi-elfe se levait et entammait un tour méthodique du campement, laissant traîner ses oreilles, écoutant ce qui se disait. Ces tours duraient rarement plus d'une demi-heure, mais ils étaient également l'occasion de placer quelques petites réflexions ou prises de paroles qui avaient le don de faire naître une flamme vindicative. Résignés durant des années à n'être rien, ces Hommes, en temps normal auraient sûrement baissé le regard et accepté leur sort sans mot dire. Mais le barde leur avait appris à se révolter contre la fatalité, et désormais cet apprentissage se retournait contre lui. La colère prenait le dessus sur le bon sens et Morfea sans jamais s'adresser publiquement à tous, savait prendre chacun à partie, et trouver les arguments pour le persuader qu'on se fichait de lui et qu'on allait continuer à le traiter comme un animal :il n'y avait qu'à voir les conditions indécentes dans lesquelles ils vivaient depuis 10 jours ... et en attendant quoi ? qu'on trouve à tous un nouveau maître pour leur faire reprendre le service ? Avait-on seulement aperçu l'ombre d'une autorité luménienne ? d'un prêtre ? Les arguments étaient forts, mais prononcés à voix basse, ils ne s'adressaient pas à tous, mais venaient se glisser subrepticement dans la conversation d'autrui, comme un soutien enragé... Le temps passait, Morfea se faisait le joug naissant d'une révolte.
    La mort est mon seul guide
    La haine mon essence
    Mais moi, que suis-je ?

  4. #4
    Avatar de Dedalus
    Dedalus est déconnecté Voyageur au long cours
    Date d'inscription
    October 2003
    Localisation
    Besançon
    Messages 
    906
    [Quête : L’invasion des ombres.]

    Dedalus marchait, pensivement vers le camp des réfugiés. Alors que le demi-elfe était à la périphérie du camp, surplombant légèrement les maisonnettes, il entendit quelqu’un le saluer.

    Une patrouille du guet venait de s’arrêter à son niveau. Mais si le visage du Haut-Conseillé trahissait une certaine appréhension, celui des soldats montraient plutôt de la nervosité.

    Le sergent commandant à la tête de la patrouille expliqua ce qu’ils faisaient aux abords du campement : Ils couraient à la suite d’un adolescent qui avait chapardé des marchandises or ce dernier était maintenant dans le camp.

    Le demi-elfe dit au sergent qu’il n’avait pas vu le fuyard et laissa les hommes du guet continuer leur investigation.

    Dedalus contemplait les cahuttes et l’effervescence autour puis avança vers le réfectoire.
    Si la vie était remplie de bonté et de compassion, pensez-vous que j'aurai autant arpenté les terres de Faerûn ?

  5. #5
    Avatar de Taliesin
    Taliesin est déconnecté Élu de Mystra
    Date d'inscription
    December 2004
    Messages 
    34 595
    [Quête : l’invasion des ombres]

    Ce n’était pas la première fois que le Conseiller se rendait dans le campement, et il avait déjà eu l’occasion de se rendre compte de la tension croissante qui y régnait. Cependant, lorsqu’il pénétra dans la rue principale menant au réfectoire, il fut frappé par l’aggravation de la situation. Ce n’étaient plus simplement de petits groupes de réfugiés qui devisaient de ci, de là, mais des bandes entières qui discutaient fébrilement. Lorsque Dedalus approchait, les conversations s’interrompaient, et le lumenien sentait peser sur lui des regards peu amènes. Non, ce n'était plus simplement de la tension qui empoisonnait l'atmosphère : c'était de la peur, de la colère. Des menaces, même...

    Lorsque Dedalus parvint sur la place centrale, la nouvelle de son arrivée avait déjà fait le tour du camp, et les réfugiés accouraient de tous côtés. Taliesin sortit du réfectoire et, suivi par ses plus proches compagnons, vint saluer le lumenien. Le barde souriait… ce qui ne dissimulait pas tout à fait sa profonde inquiétude.


    -Conseiller, c’est un plaisir de vous voir ! Que nous vaut donc l’honneur de votre visite ?

    Dans l’assistance, le silence se fit. Chacun guettait avec anxiété les paroles de Dedalus.
    Admin RP. Pour participer, suivez le guide.et envoyez-moi vos biographies ! Envie de devenir MJ ? Cliquez ici ! Amateur d'imprévu ? C'est par !
    Dirigeant de Melandis. Visitez la Cité du Chaos et découvrez les factions qui y ourdissent sans cesse de nouveaux complots.
    "Sois gentil, pas méchant, c'est pas gentil d'être méchant, c'est mieux d'être gentil..." (La chanson de Dewey)

  6. #6
    Avatar de Dedalus
    Dedalus est déconnecté Voyageur au long cours
    Date d'inscription
    October 2003
    Localisation
    Besançon
    Messages 
    906
    [Quête : L’invasion des ombres].

    Le Haut-Conseillé reconnu le barde alors que ce dernier venait à sa rencontre. Le faite d’avoir Taliesin et non Morfea, comme interlocuteur privilégié rassurait un peu Dedalus. Par contre, l’attroupement et le silence pesant gênait le demi-elfe.

    « Lorsque j’étais venu vous accueillir, je vous avais dit qu’il faudrait un mois pour que nous connaissions les capacités d’accueil des villages. Les communications sont difficiles sur l’île d’Helonna. Je suis au regret de vous annoncer qu’il nous faudra un peu plus de temps. »

    Dedalus marqua une pause et se demanda une énième fois si les chefs de village n’avaient pas répondu car ils ne voulaient des réfugiés ou parce qu’ils n’avaient pas de place. Mais alors que le demi-elfe réfléchissait encore, des chuchotements se faisaient entendre, les réfugiés parlaient entre eux. Avant que le bruit ne s’amplifie, le Haut-Conseillé repris la parole :

    « Ce contretemps ne remet pas en cause votre statut d’hôte de la ville de Lumenis … »

    Le demi-elfe ne pu continuer à parler car le vacarme fait par les réfugiés couvrait ses paroles. Dedalus compris un peu tard qu’il aurait du demander une audience privée aux représentants avant de faire une annonce publique.

    Si la vie était remplie de bonté et de compassion, pensez-vous que j'aurai autant arpenté les terres de Faerûn ?

  7. #7
    Date d'inscription
    February 2005
    Localisation
    Gaeïa
    Messages 
    120
    [Quête : l’invasion des ombres] : la Trahison

    Un brouha assourdissant avait vite pris place au bref discours du conseiller. Sans réellement s'échauffer, les esprits s'inquiétaient. Ce retard n'était pas prévu. Le barde avait assuré que le conseiller était avec eux, tiendrait ses prommesses... Qu'allait-on devenir ? La seule personne à avoir prédit qu'ils resteraient terrés comme des chiens, sous bonne garde, était ce personnage singulier... le seul, mis à part le barde, à n'être pas vêtu de quelques franges en lambeau ou de sacs de pomme de terre : Morfea Nwalk. Le demi-elfe les avait prévenu : on allait les faire languir... dans le but de les rendre à leur vie de servitude... ou pire : de les rendre à Mélandis pour éviter un conflit diplomatique. Mais si le vacarme qui avait accompagné cette triste nouvelle était impressionant, les esprits demeuraient pacifiques... du moins, pour la plupart.

    S'il ne s'était pas pressé aux bottes du conseiller luménien dès son arrivé, c'est Morfea avait préféré se mettre à proximité d'un groupe d'esclaves qui avait plus mauvaise réputation que les autres. Ceux là n'étaient pas de la même trempe que les autres. Des anciens guerriers, mercenaires, pirates et bandits de grands chemin que la justice mélandienne avait condamnée à l'esclavage mais pas depuis assez longtemps pour leur apprendre à rester à leur place. Parmi eux, un demi-orc qui dépassait de plus d'une tête le restant de la foule, serrait les poings.


    - Le demi-elfe avait raison... Moi j'dis qu'on devrait essayer de sortir de là avant que ça ne commence à sentir mauvais

    Un humain placé à côté de lui, visiblement dépité hurla :

    - Et alors quoi ? tu vas nous tenir encore longtemps dans ton chenil ?

    Cette voix avait couvert de son désespoir toutes les autres qui s'interrogeaient sur les tenants et aboutissants de la nouvelle qui venait de tomber. Un léger silence se fut alors. Quelqu'un avait oser hurler son mécontement, se révolter devant l'autre partie. le barde ne s'y trompait pas non plus : on venait de franchir un cap vers la violence. Avant même que le conseiller n'ouvre la bouche, c'est lui qui prit la parole pour tenter d'appaiser les esprits.

    - allons ! du calme mes amis, je suis sûr que ça ne prendra pas longtemps ...

    Mais il fut immédiatement couper par la voix teintée de cynisme du bourreau :

    - Avant de retrouver à chacun un foyer avec de bons maîtres... ou avant l'arrivée des troupes mélandiennes ?

    Cette dernière parole acheva d'alarmer les derniers esprits qui résistaient encore à la panique, la tension venait de monter d'un cran, et Morfea, placé à proximité d'une véritable bombe, venait d'en allumer la mèche. Au loin, le barde avait été complètement décontenancé par ce véritable coup de poignard que venait de lui infliger son compagnon de voyage. Certes, il savait qu'il avait le sang bouillant, mais de là à commettre un tel acte... Taliesin le regardait, comme pour lui demander comment il avait pu lui faire ça ?

    Un groupe d'esclave se mit alors à scander le nom de Liberté, sans cesse rejoint par d'autres. La garde affolée commit alors l'irréparable, malgré la tentative du conseiller de les en empêcher. Sous l'ordre de l'officier responsable de la sécurité du camps, quatre gardes s'enfoncèrent dans la foule pour tenter de faire taire les auteurs de cette requête et ainsi tuer dans l'oeuf la révolte. Dans l'affolement général, l'un d'eux frappa un jeune garçon qui tentait de s'opposer à lui, suite à quoi le demi-orc, visiblement berserk, entra dans une furie qu'aucun des soldats ne put contenir : attrapant le premier garde, il lui broya les os du cou, avant de saisir de sa lance pour transpercer le second. Complètement paniqué, le troisème garde, transperça alors une jeune fille parcequ'elle venait d'approuver le geste de son compagnon, avant de tuer un second homme qui tentait de le maitriser. C'était devenu une véritable bataille rangée : la garde qui, au bénéfice d'un meilleur armement et d'une meilleure organisation avait dans un premier temps pris le dessus, s'était ensuite laissée débordée et avait fini par perdre le contrôle de la porte et du camps tout entier. Il ne restait plus que deux ou trois noyaux de résitance dans le camps, qui tentait de raisonner la masse qui leur pesait dessus.


    La mort est mon seul guide
    La haine mon essence
    Mais moi, que suis-je ?

  8. #8
    Avatar de Taliesin
    Taliesin est déconnecté Élu de Mystra
    Date d'inscription
    December 2004
    Messages 
    34 595
    [Quête : l’invasion des ombres]

    Le plus important de ces noyaux se trouvait dans la rue principale et tentait, tant bien que mal, de se replier vers la sortie du camp.

    Taliesin avait vite compris qu’apaiser les réfugiés n’était plus de mise : si lui et ses proches étaient parvenus à rassembler autour du Conseiller Dedalus un groupe suffisamment imposant pour tenir un temps en respect les insurgés, il avait vu l’un de ses compagnons isolés, tentant d’appeler au calme, se faire sauvagement mettre à mort. La rage au cœur, comprenant qu’il faisait face à un véritable complot, à un traquenard savamment orchestré, le barde s’était résigné à battre en retraite. Mais même cela paraissait à présent désespéré : la masse enragée les pressait de toute part, et ils ne progressaient que lentement.

    Morfea… Depuis le début, Talieisn se méfiait de lui. Cependant, il n’aurait jamais cru que celui-ci fut suffisamment vil pour orchestrer une révolte. Et pourtant, il aurait dû le comprendre : depuis leur arrivée, le demi-elfe jouait des craintes des réfugiés, attisait leur colère. Et il n’avait eu, dès lors, qu’à exploiter un incident pour déchaîner leurs foudres et les manipuler pour servir ses noirs dessins… Aurait-on pu l’en empêcher ? Rien n’était moins sûr. Et pourtant Taliesin se maudissait de n’avoir pas vu venir l’orage. Encore une fois, alors qu’il essayait d’agir au mieux, les événements lui échappaient. Bientôt, il finirait par croire qu’il apportait le malheur partout où il allait.

    Mais si ce n’était plus le temps des négociations, ce n’était pas encore celui de désespoir. Il fallait sauver ce qui pouvait l’être, il fallait permettre à ses compagnons, au Conseiller Dedalus d’échapper à ce traquenard afin qu’ils puissent réagir et mettre un terme à cette folie. L’entrée du camp, d’ailleurs, était en vue : s’ils tenaient à distance leurs assaillants encore quelques instants, ils seraient peut-être sauvés.

    Lorsque le petit groupe émergea enfin du village de cabanes, débouchant dans les quartiers Est proprement dits, sa joie fugace se transforma en abattement sans bornes. Une foule immense les y attendait, agglutinée dans les rues avoisinantes. Attirée par le tumulte, gagnée par des rumeurs proclamant que la soldatesque s’en prenait aux malheureux réfugiés, le peuple des bas-quartiers s’était rassemblé, prêt, si l’information se confirmait, à venir en aide à leurs compagnons de misère. Là aussi, Morfea n’avait rien laissé au hasard, et ses manœuvres avaient porté leurs fruits.

    Revenu de sa surprise, Talieisn passa aussitôt à l’action. Il n’avait sans doute qu’une ou deux minutes avant que les miséreux, savamment manipulés, ne se mettent à les charger. Mais ce répit, aussi infime fut-il, serait peut-être suffisant pour tenter quelque chose.


    -Conseiller ! cria Taliesin pour se faire entendre de Dedalus malgré le tumulte. Je vais tenter une diversion ! Profitez-en pour vous échapper et pour aller mobiliser l’armée ! Je crains que ce Nwalk ait autre chose en tête qu’une simple échauffourée !

    Sans attendre de réponse, le barde se mit à incanter.

    Taliesin ---> convocation de monstres III ---> Rue

    Un élémentaire de feu apparu soudain à l’extérieur du camps. La foule des miséreux, prise au dépourvu, battit en retraite et ouvrit un passage tandis que la créature s’avançait dans leur direction.

    -Allez-y, suivez-le ! hurla Taliesin au conseiller.

    Puis il se détourna et, levant son épée, fit face à la meute des sbires de Morfea qui les talonnaient.


    -Avec moi ! lança-t-il avait de charger, imité par ses derniers fidèles. Si Dedalus se précipitait sans attendre dans le sillage de l’élémentaire... Si, comme il l'espérait, son attaque soudaine désarçonnait un instant leurs poursuivants... Alors, le conseiller avait une chance de s’en tirer vivant.
    Admin RP. Pour participer, suivez le guide.et envoyez-moi vos biographies ! Envie de devenir MJ ? Cliquez ici ! Amateur d'imprévu ? C'est par !
    Dirigeant de Melandis. Visitez la Cité du Chaos et découvrez les factions qui y ourdissent sans cesse de nouveaux complots.
    "Sois gentil, pas méchant, c'est pas gentil d'être méchant, c'est mieux d'être gentil..." (La chanson de Dewey)

  9. #9
    Date d'inscription
    August 2005
    Localisation
    En France sûrement
    Messages 
    204
    [Quête : l’invasion des ombres]

    Ildieren avait tenté de se rapprocher de la place du Quartier Est en entendant, dans la ville, des gens parlant d'un camp de réfugiés Mélandiens installé dans ce même quartier. Il s'engageait dans une ruelle menant à la place quand la clameur d'une foule le fit sursauter, oubliant toute prudence, celui ci s'élançant en direction de la cause du trouble. La vue de la foule en prise avec la Garde Lumenienne le fit s'interroger sur la situation, il se mit à l'écart et chercha du regard un dignitaire Lumenien capable de lui éclaircir la situation. Apparemment, il s'agissait d'une révolte, Ildieren en avait déjà vu il y a longtemps, dans son ancienne ville d'Ombre-Terre: Des esclaves gobelins et orcs s'étaient emparé d'un des arsenaux de la ville et avait voulu se venger sur les citadins. La Milice Elfe Noir avait réprimée la révolte dans le sang et sacrifiée les prisonniers à la déesse-araignée Llolth...

    La situation ne semblait pas différente ici bas: Le drow vit la Garde Lumenienne tenter uen percée pour visiblement protéger la fuite d'un haut dignitaire. Se fichant des conséquence, il s'élança aux côtés de la garde et tenta d'interroger un garde mais aucun d'entre eux ne put lui répondre, tous était trop occupée à repousser et calmer l'émeute... Un insurgé devant lui, brandissant un bout de bois improvisé en gourdin, le drow envoya le malheureux au sol d'un coup de poing dans la machoire. Il sortit sa rondache et son épée et se méla au rang de la garde, suivant les manoeuvres sans tenter de jouer les héros qui, dans cette situation, serait plus que suicidaire...

  10. #10
    Avatar de Dedalus
    Dedalus est déconnecté Voyageur au long cours
    Date d'inscription
    October 2003
    Localisation
    Besançon
    Messages 
    906
    [Quête : L’invasion des ombres].

    Dedalus ne comprenait plus rien à la situation. Certes, les nouvelles qu’il amenait n’étaient pas bonnes mais elle n’était pas catastrophique.
    Le demi-elfe restait interloqué, en quelques minutes, le camp de réfugiés et les environs se transformaient en champ de bataille.

    Comment en était t’on venu à une telle situation ?

    Mais déjà, les gens s’agitaient autour de lui, certains le poussaient dans un sens, d’autres lui criaient dessus.
    Puis, un objet vient s’écraser sur sa joue : Le Haut-Conseillé essuya machinalement le jus de tomate qui coulait le long de son visage.

    Cet événement sortit Dedalus de sa rêverie. Devant lui se dressait un élémentaire de feu et plus loin, une foule menaçante. Mais la populace restait attentiste et s’écarta lorsque l’élémentaire marcha dans sa direction.

    Le demi-elfe mit ses pas dans ceux de l’élémentaire. La foule n’osait pas s’approcher du monstre de feu, ce qui laissait la voie libre au Haut-Conseillé.
    Regardant où il allait se diriger, le demi-elfe aperçu un détachement de soldats lumeniens faisant barrage à quelques indigents. Dedalus se déplaça vers les militaires.

    Rapidement, le Haut-Conseillé s’entretient rapidement avec l’officier commandant la petite troupe. Dedalus expliqua qu’il avait besoin d’une escorte jusqu’au Palais présidentiel. L’officier ordonna le désengagement lent mais étudié calculé du détachement et la troupe partit.

    Si la vie était remplie de bonté et de compassion, pensez-vous que j'aurai autant arpenté les terres de Faerûn ?

  11. #11
    Date d'inscription
    February 2005
    Localisation
    Gaeïa
    Messages 
    120
    [Quête : L’invasion des ombres].

    Fort heureusement pour le conseiller, ce soulèvement n'avait pas été préparé, du moins, au sens purement stratégique du terme, et la seule présence de l'élémentaire de feu appuyé par la diversion du barde, avait très largement suffit à lui assurer une retraite assez tranquille compte tenu du contexte. Les quelques insurgés qui avaient eu le courage d'attenter à sa vie n'avaient pas été très nombreux, et l'avaient tous payé de leur vie. Le repli des troupes luméniennes semblait assuré.

    La stratégie adoptée par l'officier de garnison portait ses fruits, et ses hommes purent se désengager sans pertes... mais ce fut au détriment de son seul allié : le barde Taliesin, qui de ce fait se trouva rapidement encerclé, devenant la seule et dernière cible du mouvement insurectionnel. Quelques-uns des ex-esclaves lui étaient restés fidèles et avaient tenté de le suivre avec quelques gardes isolés... en vain. Les gardes furent débordés et succombèrent sous le trop grand nombre de leurs agresseurs. Quant au barde et aux quelques compagnons qui le soutenaient, l'affrontement avec leurs semblables était devenu inévitable. Son épée levée, Taliesin fut forcé de tuer deux hommes qui s'étaient emparés des armes des soldats qu'ils venaient de terrasser pour assassiner leurs semblables. La faible constitution d'une grande partie d'entre eux, permettait à Taliesin de prendre le dessus assez facilement et même de se débarrasser de certains d'entre eux sans avoir à les tuer. Tant et si bien qu'au fur et à mesure que la mêlée avançait, Taliesin commençait à croire en ses chances de repli. De plus, la plupart des esclaves étant sans armes, l'échauffourée ne tourna pas à l'effusion de sang... Ce qui n'empêcha la perte de plusieurs de ses camarades, que de trop nombreux adversaires étaient parvenus à maîtriser.

    Après s'être assuré que le conseiller avait pu sortir du camps en vie, Taliesin commença donc à envisager une retraite à son tour. Faisant tournoyer son épée, et lançant quelques sorts plus impressionants qu'offensifs, l'elfe était parvenu à revenir à quelques pas de la porte d'entrée. Une meute d'insurgés continuaient de l'entourer... Et il ne lui restait plus que deux alliés, qui étaient parvenus à récupérer des dagues pour faire face à l'adversaire. Taliesin savait au plus profond de son être que s'il voulait passer la porte, il lui faudrait cette fois tuer plus qu'une ou deux personnes...

    La ligne d'esclaves qui lui faisait barrage avait l'air bien décidé à en découdre... quoi qu'il en coûte. Avec un sort ou deux, pendant que ses camarades tiendraient à distance leurs adversaires placés de l'autre côté, il lui serait facile de s'ouvrir une voie pour fuir... mais cette décision lui en coutait. Tâchant de rester concentré sur le combat, le barde essayait de trouver une solution qui lui permettrait de s'enfuir sans oter la vie de ceux avec qui il avait traversé tant d'épreuves. Mais sa réflexion fut interrompue par un fou rire sarcastique ponctué par deux bruits sourds de lame qui ne venait visiblement pas que de fendre l'air.
    Jetant un coup d'oeil inquiet par dessus son épaule, le barde ne put qu'assister impuissant à la mise à mort atroce de ses deux derniers compagnons... Les deux corps s'écroulèrent d'un seul homme. Un nouveau ricanement vint déranger le court moment de deuil que le barde put s'accorder.


    - T-t-t... Allons, Taliesin, mon cher compagnon... Tu n'allais pas déjà t'en aller ?

    Le barde, nerveux, tenta alors de raisonner à nouveau l'assemblée.

    - Le sang a déjà bien assez coulé, vous ne croyez pas ? Qu'avons nous à gagner à nous entre-tuer ? C'est un malentendu !

    - Epargne-nous tes sarcasmes ! Tu nous as trahi... tu les as trahi ! ils ont risqué leur vie, enduré mille souffrances pour quitter une vie de servitude... et pour quoi donc ? POUR CA ?

    Le barde protesta énergiquement, il savait très bien que tout cela était faux, mais la soif de sang de son interlocuteur allait de nouveau l'emporter sur sa prose, et il allait de nouveau falloir recourir à la violence. Usé nerveusement, tout autant que physiquement, Taliesin parvint néanmoins à contrer les deux premiers assauts de son adversaire. Autour d'eux, les esclaves avaient formés un cercle et regardaient l'affrontement avec anxiété... comme si celui-ci allait, quelque part, déterminer leur sort. Sans se l'avouer, beaucoup d'entre eux ne savaient en fait plus vraiment à quel saint se vouer. Les paroles du barde avaient quand même eu un certain effet. Mais il ne dura point. Après un échange ou les fers se furent bruillament croisés, Taliesin fut désarmé d'un coup de lame fulgurant venu percuter son poignet : Morfea le tenait à sa mercie.

    Le bourreau retrouvait des sentiments qui lui étaient familiers... ceux qui s'emparaient de lui sur l'échaffaud, au moment de mettre à mort ses victimes, devant une foule avide de justice saignante. Un sourire s'était dessiné sur son visage. Le barde tomba à genoux... sentant un instant sa dernière heure arrivée, il leva les yeux vers ceux du bourreau, espérant y déceler ce qu'il croyait exister en chacun : du bon. Le regard du bourreau, empli de sang plongea alors dans celui interrogateur du barde, du leader déchu. Sa lame pointée sur son cou... il n'avait plus qu'une pression à appliquer pour enfin se débarrasser de ce compagnon si encombrant... quand quelque chose, un miracle survint. Le bras du bourreau se mit à trembler... d'abord un peu, mais le bourreau parvint à contenir cette défaillance...jusqu'à ce qu'elle devienne incontrolable. Le barde tourna alors son regard vers la lame tremblante de son bourreau, glissant ses yeux le long du bras, comme pour s'assurer que celui-ci ne tremblait pas d'excitation. Ses yeux replongèrent alors dans ceux de son bourreau : un vert émeraude y avait pris la place du rouge sang qui le toisait cinq secondes plus tôt. Le bourreau ferma alors ses yeux, comme s'il tentait de dissimuler quelque chose dont il avait honte, luttant contre lui-même, contre quelque chose que son supplicié ne saisissait pas. La scène insolite s'acheva finalement par une grâce innatendue. Comme s'il se résignait malgré lui, Morfea rengaina alors son katana, fermant un poing rageur, il ordonna qu'on enferme le barde dans une cage, et prit à son tour la direction du palais royal, suivi par une armée d'esclaves qu'il avait pris le soin de survolté à l'aide de paroles enragées ... comme si rien ne s'était produit, mais au fond de lui, le bourreau s'en voulait profondément.
    La mort est mon seul guide
    La haine mon essence
    Mais moi, que suis-je ?

  12. #12
    Avatar de Taliesin
    Taliesin est déconnecté Élu de Mystra
    Date d'inscription
    December 2004
    Messages 
    34 595
    [Quête : l’invasion des ombres]

    Ildieren avait fait son possible pour infléchir l’issue du combat, luttant comme un beau diable contre la foule d’insurgés en colère. Mais les forces étaient trop disproportionnées pour que lui et les quelques gardes présents puissent changer quoi que ce soit au sinistre dénouement.

    Lorsque Dedalus, précédé par un élémentaire de feu, avait pu quitter la zone, Ildieren et d’autres gardes avaient tenté de le rejoindre, sans y parvenir : les insurgés qui les séparaient étaient trop nombreux. Dès lors, ils avaient combattu pour sauver leur vie, reculant pied à pied vers une hypothétique retraite. Après avoir vu tous ses compagnons succomber, le drow avait réussi à s’extraire de la mêlée pour s’enfuir le long d’une étroite ruelle. Mais aussi vite qu’il puisse aller, ils était toujours talonné par les séides de Morfea qui, enflammés par leur victoire, se hâtaient en direction du palais présidentiel.

    Ildieren, harassé, ne tarda pas à se perdre complètement dans le dédale de ces rues qui ne lui étaient pas encore familières. De plus en plus, il croisait des groupes de personnes paniquées qui fuyaient comme lui la marée des rebelles. Et toujours la clameur immense qui le poursuivait...

    Tout à coup, le drow entendit quelqu’un crier.


    -Monsieur ! Par ici !
    Admin RP. Pour participer, suivez le guide.et envoyez-moi vos biographies ! Envie de devenir MJ ? Cliquez ici ! Amateur d'imprévu ? C'est par !
    Dirigeant de Melandis. Visitez la Cité du Chaos et découvrez les factions qui y ourdissent sans cesse de nouveaux complots.
    "Sois gentil, pas méchant, c'est pas gentil d'être méchant, c'est mieux d'être gentil..." (La chanson de Dewey)

  13. #13
    Date d'inscription
    August 2005
    Localisation
    En France sûrement
    Messages 
    204
    [Quête : l’invasion des ombres]

    Ildieren se retourna promptement et vit un homme, caché dans l'ombre d'une petite ruelle, lui faisant signe de le rejoindre. Sans hésiter, l'elfe noir courut vers lui et s'abrita derrière un tonneau en attendant que la foule d'insurgés passent. Sitôt le danger écarté, les deux hommes se relevèrent.

    "Ildieren Corsonnant, n'est ce pas?"

    Le drow répondit par l'affirmative et l'homme poursuivit:

    "J'abrite en ce moment même un clerc du nom d'Agrippa ainsi qu'un paladin et voleur, il est probable que vous vous connaissiez. Suivez moi sans crainte et je vous conduirai à eux."

    Ildieren réagit positivement à l'idée de retrouver un paladin qui risquait fort d'être Iluvatar, son précédent compagnon de quête! Il suivit l'homme à travers les ruelles de Lumenis en progressant dans l'ombre afin de ne pas être repérer par quelques insurgés isolés. Malgré ces précautions, ils ne seraient peut être pas si aisé de parvenir à la planque...

  14. #14
    Date d'inscription
    June 2003
    Localisation
    Languedoc
    Messages 
    3 747

    Re : [Bâtiment] Camp des réfugiés.

    [Quête : l’invasion des ombres]



    Venant d'ici

    http://www.baldursgateworld.fr/lacou...tml#post163989


    Dorian entra dans le camps des réfugiés pas si éloigné ,aussi bien géographiquement que par son aspect du quartier des taudis.De nouveau ,il vit ici la misère humaine,dans sa vérité la plus brutale.Bien qu'il ne fut pas un noble Prince couchant dans des draps de soie, son mode de vie avait au moins le mérite d'être décent au contraire de celui de ces pauvres .

    Dorian respira profondément et chassa ces tristes constatations avant d'arrêter sa monture devant le réfectoire. Il attacha SabotsLégers à l'ombre et la bonne bête se hâte de plonger son long museau dans l'abreuvoir. Le vampire lui entra dans le long bâtiment de bois. Avisant une table de bois particulièrement longue où douze personnes au moins pouvaient s'installer , Dorian s'approcha tranquillement ,s'assit en s'excusant et posa une énorme cruche de vin,comme au Fond de la Barrique.

    Fort poliment il offrit du vin aux 4 ou 5 convives déjà attablés avant de remplit une choppe qu'il portait toujours sur lui .Ensuite il ferma les yeux et soupira en gardant le silence quelques secondes.Troublés qu'ils étaient par les soucis qui ne cessaient de les assaillir depuis le début de la crise déclenchée par Morféa ,les personnes déjà présentes ne réagirent pas.

    Finalement le vampire sortir de son silence et regarda ses "compagnons" de table.

    " C'est bon d'avoir un endroit où s'arrêter "

    dit il en faisant allusion au réfectoire. Hochement approbateur des convives.

    "Cependant je ne vais pas m'attarder et je vous conseille d'en faire autant. Le quartier va bientôt flamber comme une torche ."

    Regards inquiets chez les réfugiés.Il y avait de tout là: des jeunes ,des vieux,des gens d'un certain âge,des célibataires,des couples d'amoureux,des parents de familles déjà nombreuses . Tous semblaient former un bloc compact ,unis par la fraternité qui naît dans le malheur.

    "Dans la rue on n'entend plus parler que de cela " ajouta Dorian.

    "Parler de quoi?" lui demanda avec brusquerie un homme de 30 ou 40 ans,solidement bâti,à qui les travaux les plus difficiles ne devaient pas faire peur .

    "Eh bien de l'attaque des garnisons de Morféa de notre quartier par les insurgés .Si la motivation des insurgés est sans doute forte,la résistance des garnisaires sera farouche et la riposte de Morféa terrible.Le sang et le feu risquent de s'abattre sur cet endroit tel un ouragan.Donc je le répète,je pars tant qu'il en est encore temps" termina le forgeron.

    Autour de lui les visages étaient devenus consternés.Dorian s'en voulait un peu d'ajouter l'inquiétude au malheur déjà immense de ces pauvres gens mais peut-être la liberté retrouvée de Luménis était elle à ce prix. Il quitta la table ,saluant les "convives" et sortit du réfectoire . Il fila au Temple d'Ilmater,autre lieu populeux du Quartier Est .



    HRP: la suite ici :

    http://www.baldursgateworld.fr/lacou...d-ilmater.html
    Dernière modification par Bat ; 02/07/2015 à 18h46.
    Bat la chauve-souris de Gotham ! Rejoignez Luménis,ville de paix et de fortune.Allez voir le forum Elindore sur Baldur's Gate et un JdR sur les ROs. Et Ma Bio JdR .



  15. #15
    Avatar de Taliesin
    Taliesin est déconnecté Élu de Mystra
    Date d'inscription
    December 2004
    Messages 
    34 595

    Re : [Bâtiment] Camp des réfugiés.

    [Quête : l’invasion des ombres]
    <!--[if !supportEmptyParas]--> <!--[endif]--><o></o>
    Si toutes les personnes présentes se mirent à parler en même temps, commentant la nouvelle avec animation, un observateur attentif n’aurait pas manqué de remarquer la formation d’un petit groupe, dans un coin du réfectoire, qui commença à discuter d’un ton bas et mesuré.
    <o></o>
    Cette partie spécifique du quartier est avait gardé le nom de camp des réfugiés, en référence aux anciens esclaves mélandiens qu’on y avait logés, lorsque, sous la conduite de Taliesin, ils avaient débarqué en ville. Pourtant, le village de cabanes branlantes n’abritait quasiment plus aucun d’entre eux : tués au cours des combats qui avaient mené Morféa au pouvoir ou engagés par celui-ci dans la garde, ils avaient été remplacés par une masse de miséreux qui avaient vu là une opportunité de ne plus dormir à la belle étoile… Il demeurait cependant en ces lieux un noyau de réfugiés : soutiens sans faille de Nwalk, ils aspiraient plus que tout à entrer à son service. Et Dorian venait de leur en fournir l’occasion : nul doute que le Seigneur Noir leur saurait gré de lui avoir rapporté une telle information ! N’était-ce d’ailleurs pas le prétexte dont s’étaient servis ses agents pour leur demander de demeurer ici, alors que tous les autres entraient dans l’armée ?
    <o></o>
    I
    l ne leur fallut pas longtemps pour se décider. Le chef du petit groupe laissa ses compagnons sur place et gagna le quartier nord. On lui avait donné l’adresse d’un bâtiment, là-bas, et il se doutait qu’il devait s’agir du siège des renseignements luméniens, même si ce nom n’était plus de mise depuis le changement de régime.

    Aucune appellation officielle n’avait d’ailleurs été donnée pour l’instant, mais il n’en était nul besoin. Les gens du peuple évoquaient les sinistres serviteurs du pouvoir – si tant est qu’ils aient le courage d'en parler – sous le doux nom d’équarrisseurs. Et ceci pour une raison toute simple : de tous les malheureux tombés entre leurs griffes, les seuls qu’on eut jamais retrouvés l’avaient été sous forme de carcasses sanglantes et presque méconnaissables.
    <!--[if !supportEmptyParas]--> <!--[endif]--> <!--[if !supportEmptyParas]--> <!--[endif]-->
    Dernière modification par Taliesin ; 26/09/2007 à 03h02.
    Admin RP. Pour participer, suivez le guide.et envoyez-moi vos biographies ! Envie de devenir MJ ? Cliquez ici ! Amateur d'imprévu ? C'est par !
    Dirigeant de Melandis. Visitez la Cité du Chaos et découvrez les factions qui y ourdissent sans cesse de nouveaux complots.
    "Sois gentil, pas méchant, c'est pas gentil d'être méchant, c'est mieux d'être gentil..." (La chanson de Dewey)

  16. #16
    Date d'inscription
    March 2012
    Localisation
    Non loin de Luménis
    Messages 
    54

    La résurgence du paladin

    Venant d'ici : http://www.baldursgateworld.fr/lacou...tml#post296326

    Elarion, le chasseur de morts vivants émergea d'entre les ombres nocturnes, sa cape, naguère immaculée était couverte de boue et de sang. Si son visage n'était calme et radieux, son port élégant et son allure fière, on aurait pu le prendre pour un bandit. sorti des égouts, d’où il avait traqué l'étrange goule, il remontait maintenant à le surface, après des jours de chasse vaine, qui l'ont amené à combattre toutes sortes d'engeance répugnantes qui peuplaient les profondeurs des villes. Épuisé et sale, Elarion ne se rendit pas tout de suite compte qu'il se trouvait au milieu de vieilles masures délabrées, sans doute construites à la va-vite par quelques pauvres hères...La pauvreté et la précarité suintait des murs, frappant la sensibilité naturelle d'Elarion. Il distingua quelques habitants, mendiant au coin des rues, et l'un d'entre eux, menant une charrette pleine de breloques et chiffons vantait ses prix bas. L'elfe s'étira, huma l'air quelque peu vicié des lieux et s'avança calmement parmi les maisons...

Discussions similaires

  1. [BG1] Avoir le camp des bandits sur sa carte
    Par Folken dans le forum La Taverne de Château-Suif (Baldur's Gate 1)
    Réponses: 22
    Dernier message: 08/04/2009, 08h28
  2. [Bâtiment] Camp d'entraînement
    Par Gothmog dans le forum La Citadelle de la Lame d'Argent
    Réponses: 131
    Dernier message: 17/05/2006, 14h02
  3. [TD] [Lieu] Le Camp Gobelin
    Par Saiko dans le forum Les Archives du Cartographe
    Réponses: 4
    Dernier message: 09/07/2004, 14h03
  4. [BG1] Camp des bandits....Bug de la cinématique
    Par misfits dans le forum La Taverne de Château-Suif (Baldur's Gate 1)
    Réponses: 19
    Dernier message: 20/04/2004, 19h16
  5. [Bâtiment] Le confessional
    Par dragum dans le forum Les Archives des structures de Melandis
    Réponses: 11
    Dernier message: 12/09/2003, 21h41

Les tags pour cette discussion

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •  

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 203 204 205 206 207 208 209 210 211 212 213 214 215 216 217 218 219 220 221 222 223 224 225 226 227 228 229 230 231 232 233 234 235 236 237 238 239 240 241 242 243 244 245 246 247 248 249 250 251