Page 2 sur 2 PremièrePremière 12
Affichage des résultats 31 à 51 sur 51

Discussion: [Quête] Horreur en chemin

  1. #31
    Date d'inscription
    June 2013
    Messages 
    180
    La réponse ne se fit pas attendre. Là où bon nombre d’adultes auraient eu peur par la soudaine apparition de la femme rousse, là où le geste instinctif aurait été le recul, Antoine fit tout le contraire. En un même mouvement, il fit volte-face et sa hachette fendit l’air. Le plus ironique, ce fut que Louve manqua de peu la recevoir en pleine poitrine. Et avec la fougue de la jeunesse, c’aurait été une bien vilaine blessure, profonde, douloureuse, de celles dont on garde des traces. De tous les coups qu’on lui avait porté, les tirs d’arbalètes, les lames Manostiennes, c’était cette hachette de loin la plus menaçante.

    Dans le regard du novice, une flamme était passée, une détermination d’acier. Ce n’était pas pour rien qu’il suivait la voie de Tempus, la ferveur religieuse courrait en lui. Il n’était qu’un enfant et pourtant, face à la bête, il ne songea qu’à faire couler le sang. Déjà il frappait de nouveau.


    « La rousse ! La rousse est là !!! » hurla-t-il.

    Un signe, c’était un signe ! Enfin l’occasion lui était donné de s’illustrer. Jamais il ne la laisserait passer. Ce soir, il rapporterait la tête du monstre à Gaspard. Ce soir, il serait le héros de la troupe. La pâle lumière lunaire se refléta sur sa cotte de mailles. Si fragile et pourtant si solide... Derrière lui, les premières sentinelles commençaient à peine à réagir. Plus loin, bien trop loin, Hurlegloire s’en était allé, n’entendant rien, ne sachant rien...

  2. #32
    Date d'inscription
    June 2013
    Messages 
    368
    Il se défendait bien le petit bougre*! Sous sa forme humaine, Louve en eut presque peur. D'autant que la hachette avait manqué l'atteindre et cela par deux fois. Était-ce de l'inconscience ou du courage*? Il lui faisait face sans trembler et avait même alerté les autres qui ne tarderaient pas à arriver. Elle s'amusa quelques instants à parer les coups. Juste pour tester sa force. Son épée fendit l'air à plusieurs reprises. Mais il para à chaque fois.

    Elle commença alors à reculer, à lui donner l'illusion d'un repli. La hachette manqua de peu sa gorge. Une tentative de trop. En quelques secondes, la colère la submergea. Fini de jouer petit homme. En quelques secondes, elle passa sous forme hybride. Une de plus et elle griffa cruellement la main qui tenait la hachette. Mais il répliqua, encore et encore. Autour de lui commençaient à affluer les autres. Certains, contrairement à Antoine eurent un mouvement de recul.

    Toujours aucune peur dans les yeux du gamin. Il rendait coup pour coup, malgré le sang empoissant son armure. Il ne la craignait pas. Et s'il souffrait, il n'en montrait rien. Cela la mit en rage. Elle feula. Ses griffes fendirent l'air une fois de plus. Trouvèrent une gorge tendre … Perdu petit humain ....
    J'aime la viande !!! Et je suis jouée par Althéa

  3. #33
    Date d'inscription
    June 2013
    Messages 
    180
    Il tomba, une vague surprise dans le regard. S’il n’avait s’agit que de volonté, il serait resté droit. En son poing ferme, il tenait encore la hachette. La mâchoire serré, pour lui ce n’était pas terminé. Tant de conviction, tant de force dans l’attitude, Antoine donnait là une belle leçon à bon nombre de soldats. Mais la bête avait eu raison du petit guerrier. Dans l’herbe humide, déjà empourpré, il s’était effondré, sans presque un cri, sans presque un bruit, murmure de mailles sous l’astre de la nuit.

    Autour, on accourait, on s’approchait. Parmi ses ombres, l’une delle fut plus vive, plus rapide. A peine le novice effacé que le sergent Rocrive frappait de taille. Lui hurlait toute sa rage. Des poils roux volèrent, au sang du garçon se mêla celui du loup, cette fois belle et bien blessé. Pas grand-chose, une zébrure dans sa fourrure, mais une brûlure nette, un avertissement certain. Cette épée voulait sa vie. Derrière le sergent, ils étaient dix à charger, galvanisé dans le feu de l’action. La colère avait succédé à la peur. Ceux qui avaient vu savaient que quelque chose de grave était arrivé, quelque chose d’impardonnable. Peut-être tout espoir n’était pas encore perdu. Aux pieds de Rocrive, Antoine fixait encore le monstre, inflexible, invincible.

  4. #34
    Date d'inscription
    June 2013
    Messages 
    368
    Pauvre petit homme. De m'avoir attaquée, tu as signé ta perte. A toi le grand repos. Mais mon objectif est atteint. J'attends son chant de haine. Il est à moi*! Sûrement sera-t-il amoindri par ta perte. Ou aurais-je seulement le retentissement de sa colère*? Non, petit homme, ton sacrifice n'aura pas été vain. Hurlegloire, hurle aux loups, hurle aux dieux. Déchaîne ta tristesse.

    Le tonnerre retentit. Une fraction de seconde, la foudre illumina le ciel, fendit un arbre en deux non loin des hommes. Colère du ciel comme pour sublimer la leur. L'air était parcouru d'impulsions électriques, faisant se dresser les poils de Louve sur son échine.

    Une nouvelle fois, elle rendit les coups mais s'aperçut très vite que la colère les rendait invincibles. Avatars de colère. Pire encore, ils la personnifiaient. Il ne fallait pas pousser les hommes dans leurs retranchements. Ils risquaient de devenir fous.

    Louve recula lentement puis plus vite. Soudain, elle se mit à courir, trouva refuge dans la forteresse végétale parmi les arbres vengeurs. La forêt était son alliée. Les hommes ne la retrouveraient pas, à moins de la chercher vraiment.

    Cette nuit, elle ne reviendrait pas. Mais elle guetterait la réaction de Hurlegloire.
    J'aime la viande !!! Et je suis jouée par Althéa

  5. #35
    Date d'inscription
    June 2013
    Messages 
    180
    La bête était en fuite, s’effaçant dans les ombres nocturnes après avoir versé le sang. A chaque fois, c’était ainsi, présence éphémère et pourtant omniprésente dans les esprits. Rocrive ne chercha pas à entreprendre une poursuite perdue d’avance. Il y avait plus urgeant que la vengeance. D’un geste, il fit cesser le mouvement des autres soldats. Puis, il s’agenouilla au côté d’Antoine.

    « Elle s’enfuit... », murmura le garçon d’une voix qui n’était déjà plus qu’un souffle.
    « On l’aura, tôt ou tard, on l’aura. Ne parlez pas Antoine. Economisez vos forces. »

    Le sergent prit la mesure de la gravité des blessures. D’une main, il chercha à endiguer l’hémorragie tout en appelant un collègue.

    « Avertissez le lieutenant, vite ! Et qu’on vienne m’aider ! »

    Trois cavaliers partirent sur l’instant rattraper Gaspard, toujours en route vers le pont. Pendant ce temps, le novice, désormais inconscient, fut transporté au cœur du camp où on lui administra les premiers secours. Un silence de mort s’était abattu sur les Manostiens. A la rage succédait l’angoisse, l’abattement. La guerre n’était-elle pas un fléau assez dur pour qu’ils soient ainsi victime de ce monstre ? Que fallait-il y voir ? Un signe ? Que le novice soit grièvement touché était une perspective que peu aurait pu envisager avant de devoir froidement le constater. Ce visage juvénile au milieu des adultes était forcément une exception. On l’appréciait, on ne l’appréciait pas, n’en demeurait pas moins que le garçon était à part, peut-être plus encore que le colossal prêtre de Tempus.

    Ce dernier, quand il eut vent de ce qui se tramait, quand il réalisa que son piège à peine débuté était déjà un échec, revint sans tarder en arrière. Un piège... voilà ce qu’était son isolement, un piège... Le pont n’était qu’un prétexte. Ayant parlé en bordure du camp, ayant provoqué le loup, il escomptait l’attirer à lui, le retenir pour laisser à Rocrive et les renforts qu’il devait diriger le temps de mettre un terme à ce harcèlement qui n’avait que trop duré. Mais le monstre, au lieu de frapper le plus grand, s’en était pris au plus petit. Par ce geste, il finissait de se déshonorer. Par ce geste, Hurlegloire ne pouvait que le haïr. Aucune règle ne tenait, il n’y avait pas de limite à la bassesse... La sauvageonne était-elle plus rusée qu’elle n’en avait l’air ? Félonne diablesse ! Justice sera rendue par l’acier.

    Ce fut sans un mot que Gaspard revint. Son heaume participait à son impassibilité en masquant ses traits tendus. C’était parce qu’il était casqué, caché, que son visage s’autorisait pareille liberté. Descendu de cheval, on le conduisit à Antoine. Rocrive faisait les cents pas au côté du mourant. Sitôt que le géant pénétra dans la tente, il se tourna vers lui.


    « On a fait notre possible. »

    L’enfant était blanc comme un linge. Débarrassé de ses mailles empoissées, sa forme inerte faisait déjà craindre le pire. Gaspard se refusa ne serait-ce qu’un instant d’arrêt devant cette image qui pourtant lui serra le cœur. Antoine, pas Antoine, hurlait son fort intérieur. En plusieurs semaines, comment ne pas s’attacher ? Ce fut à cette seconde qu’il prit pleinement conscience de ce lin tissé en toute discrétion. Portant ses mains gantées de fer à la gorge du novice, il en appela à sa magie divine. Un halo bleu-argent nimba la pénombre. La blessure se résorba, laissant une vilaine trace sur la peau. Le gamin ne réagit pas. A peine devinait-on sa respiration. Hurlegloire se recula.

    « Il s’est battu. Je l’ai vu, il fut brave », dit le sergent.
    « J’aurais dû vous écouter. Mon idée était mauvaise. J’aurais dû être là. »
    « N’y a-t-il plus d’espoir pour lui ? »
    « Je ne serais dire. Faut qu’il passe la nuit. »

    Sur ce, le colosse quitta la tente, encore plus rigide que d’habitude. Il resta quelques instants à fixer les hauts arbres, immobile comme une statue. Puis il entreprit de mener une inspection du camp... pour oublier... pour espérer.

  6. #36
    Date d'inscription
    June 2013
    Messages 
    368
    Tu luttes encore contre l'inéluctable. Tu ne veux pas le laisser partir. Ne vois-tu pas que c'était sa destinée de mourir sous ma main ? Affutées son mes dents et mes griffes. J'étais sa mort. Et tu oses me le soustraire, à moi ? Maudis sois-tu ! Au moins, s'il survit, restera-t-il indéfiniment faible et blafard. Peut-être fera-t-il des cauchemars, revivant chaque nuit l'instant où il faillit mourir ? Peut-être te maudira-t-il de n'avoir pas été là pour lui ? Et toi, Hurlegloire ? Que ressens-tu ? Celui que tu protègeais n'est pas intouchable. Vois-tu, l'attachement ne suffit pas. Une griffe et il n'aurait été que souvenir. Un échec. Ton échec. Equilibre précaire, n'est-ce pas ? J'espère que le jeu t'amuse ...

    Louve observait la tente en silence. Allongé sur le sol avant qu'on ne le soigne et le transporte hors de vue, le gamin avait l'air si petit, si fragile. Aussi fragile qu'une bougie qu'à tout moment, le vent pourrait souffler. Elle sourit. Elle passerait la nuit à attendre, mais elle finirait pas savoir si le novice choisirait de voir le jour ou l'éternelle nuit.
    Dernière modification par Louve ; 06/07/2013 à 07h11.
    J'aime la viande !!! Et je suis jouée par Althéa

  7. #37
    Date d'inscription
    June 2013
    Messages 
    180
    Ce fut une nuit tourmenté pour Gaspard. Même en son esprit, la femme rousse, la louve félonne, s’invitait. Elle ne lui inspirait pas la peur, contrairement à beaucoup de ses hommes. Il ne craignait pas la mort, tout du moins pas au point de lui donner corps dans ses songes. Il incarnait la guerre, et la guerre était la mort par les armes, chose plus que familière pour lui. Non, point de peur, pas celle-ci... celle de l’impuissance plutôt. Cette bête était comme un spectre. Jamais de face, toujours dans le dos elle n’agissait. Et quand on voulait l’affronter, déjà ce n’était plus qu’un souvenir. Le titan marchait dans la brume, chassant l’insaisissable, se débattant entre les filaments laiteux. Il frappait, il hurlait, elle riait, elle, la fugace silhouette. Et voilà que de son sillage vaporeux émergea un groupe d’individus. Hurlegloire s’en approcha et, dans un sursaut, reconnu ses défunts soldats. Ils étaient tout comme on les avait découvert, l’un à demi dévoré, l’autre pratiquement coupé en deux, le dernier la nuque brisée. Il s’excusa auprès d’eux, ils l’accusèrent de ne rien avoir fait, de ne rien pouvoir faire. Et voilà qu’un quatrième défunt se présentait. Plus petit, plus jeune, enfant égorgé... Antoine...

    « Non ! »

    Gaspard ouvrit les yeux, en sueur. Dans la tente, tout n’était que pénombre. Fébrile, il se redressa. Plus loin, allongé, inerte, il devinait à peine la forme du novice. Le voilà prit d’un pressentiment terrible. Un instant incapable de faire le moindre geste, il se résolut ensuite à chasser l’infâme doute. Il alluma la torche, fit quelques pas. Le visage du garçon était d’une pâleur mortelle. Mais sa poitrine trahissait sa lente et régulière respiration. Il dormait... il allait s’en sortir... Gaspard s’autorisa un sourire que personne ne vit. Puis, incapable de retrouver le sommeil, il déposa en face de lui le symbole religieux qu’il portait en pendentif afin de prier le Saigneur des Batailles.

    C’était désormais l’aube. Dans le camp, on se préparait au départ. Gaspard, égal à lui-même, ne tarda pas à se montrer, vérifiant que tout aille comme il l’entendait. L’ambiance était morose. Beaucoup avaient sur les lèvres cette question que personne n’osa poser. La réponse vint d’elle-même lorsqu’Antoine apparut hors de la tente centrale. Un soldat le soutenait, il semblait encore si faible. Il lui faudrait des jours pour récupérer. Néanmoins, sur son visage, dans son regard, il y avait cette même flamme, cette même détermination inébranlable. Quelqu’un avait tenu tête au loup-garou et lui avait survécu, un garçon qui plus était... Les soldats s’exclamèrent, l’enthousiasme gagna car beaucoup y virent un signe. Le camp vibra sous cette motivation nouvelle. Antoine n’était peut-être pas parvenu à blesser la bête, mais en cette minute, il pourfendait son image, ruinait son travail. Gaspard, qui ne montra rien de sa joie, finit par réclamer le calme et, peu après, la troupe se mit en marche. Le garçon fut installé sur l’un des chariots, au beau milieu des Manostiens. On lui assigna même quelques gardes attentifs afin d’être certain de le mettre hors d’atteinte.

    Désormais, il fallait passer le pont...

  8. #38
    Date d'inscription
    June 2013
    Messages 
    368
    Non, tu n'aurais pas dû survivre petit homme. Tu aurais dû préférer le repos. Et cette victoire aurait dû être la mienne et non la tienne. La suprématie de la violence et de la rage. Vide aurait dû être ta place. Et pourquoi tout ces gens t'acclament-ils ? Tu es tombé pourtant ! Tu as failli petit homme. Te voilà pâle et livide, presque sans force. Guériras-tu jamais ?

    Hurlegloire, maudis sois-tu, encore et pour toujours. Toi et ta force, ton arrogance et ta foi. Toi qui te joues de moi. Savoure bien cette semi victoire. Regarde bien le garçon que tu protèges. Il est amoindri et cela pour longtemps. Je l'ai marqué de mon sceau. Et cette empreinte sauvage toujours lui restera. Et tu t'en souviendras chaque fois que tu reposeras les yeux sur lui. Maudite soit la chance qui t'a permit d'arriver à temps. Et maudit soit ton dieu qui t'a octroyé ce pouvoir de sauver une vie. Je te détruirai Hurlegloire.

    Louve regarda de nouveau le convoi s'ébranler, l'enfant sur le chariot. Elle devina sans mal où ils se dirigeaient. Vers le pont connu par tous pour être périlleux. Branlant, glissant et sans garde fou. Il enjambait les eaux tumultueuses d'un torrent loin en contrebas. Un endroit parfait pour une embuscade. Ou un duel à mort.
    J'aime la viande !!! Et je suis jouée par Althéa

  9. #39
    Date d'inscription
    June 2013
    Messages 
    180
    La vague d’allégresse provoquée par la survie et la détermination d’Antoine fut éphémère. Le monstre courrait toujours, quelque part mais, assurément, pas loin. Il frapperait encore. Pourquoi en serait-il autrement ? Danger lattant auquel toutefois ils étaient plus nombreux à ne pas céder trop visiblement. Parmi les murmures demeurait la femme rousse. Mais elle devait désormais composer avec d’autres sujets. On se forçait à ne pas parler que d’elle. Il y avait d’autres sources, souvent elles-aussi d’inquiétude. Il suffisait de songer à la guerre, à ses enjeux, à Melandis, le siège de la ville... Et puis, dans un présent plus immédiat, il y avait ce fameux pont, lieu sensible, lieu parfait pour de mauvaises surprises.

    Comme à son habitude, Gaspard ouvrait la marche, perché sur son lourd destrier. Figure inébranlable de la troupe, il était fermement décidé à ce que s’achève la chasse de la bête. Son plan de la veille était un échec... un demi-échec en y réfléchissant. Il avait voulu attirer la créature à lui, la provoquer. Il y était plus ou moins arrivé... à la provoquer. Le garçon vivait encore, véritable brèche dans le jeu de la rousse. Elle ne pouvait pas en rester là si elle avait un temps soit peu d’orgueil. Tout avait été fait pour mettre hors d’atteinte de ses griffes le garçon. Alors, quel coup lui restait-elle ? Le pont... le pont forcément car après, il n’y aurait pas de meilleurs occasion. Pire, quand viendrait la fin de la forêt, ce serait un terrain dégagé, favorisant les soldats, compliquant la chasse. Non, vraiment, ce serait le pont. Voilà ce que se disait le prêtre de Tempus.


    « Antoine va bien ? » fit le colosse au bout d’un moment.
    « Oui, lieutenant. Il voudrait revenir à vos côtés » répondit Rocrive.
    « Il en est hors de question. »
    « C’est ce que je lui ai dit. Et pour le pont, on fait quoi ? »
    « On va vite être fixé. Il est là. Je traverse en premier. Je veux une forêt d’arbalètes pour me couvrir. D’une façon générale, je veux tout le monde prêt à se battre. Il y a peut-être du Melandien dans le coin. Si je passe, je vous veux après avec vos hommes. On sécurise l’autre rive et on fait passer les chariots en toute sécurité. »

    Tel était le plan. Après quelques minutes, voilà Hurlegloire devant le fameux pont. Il ne payait vraiment pas de mine. En temps ordinaire, rares étaient ceux qui le traversaient. Le seul côté positif, c’était qu’on pouvait assez facilement le reconstruire en cas de besoin. Le torrent était profond mais peu large. Le prêtre préféra mettre pied à terre et tenir sa monture par la bride. Il observa l’ouvrage de bois, chercha à y déceler un éventuel sabotage puis, avec cette implacable assurance qui le caractérisait tant, il s’y engagea. Derrière lui, une ligne d’arbalétriers était prête à aviser en cas de problème.

  10. #40
    Date d'inscription
    June 2013
    Messages 
    368
    Est-ce donc là que vous m'attendez tous, en terrain découvert ? Armés de vos dérisoires carreaux ? Pensez-vous que je m'offrirai bien sagement à vos projectiles ? Humains imbéciles. N'avez-vous encore point compris ce qui vous menace ? C'est la nature même qui se rit de vous, qui vous conchie et moi, je suis son représentant le plus zélé. Vous êtes bien stupides, Hurlegloire le premier. Comme je te hais, Hurlegloire. Et dans le même temps, je suis heureuse de te compter parmi mes ennemis.

    Elle apparut de l'autre coté du pont, sous le couvert des arbres de façon à ce que les arbalètes ne l'atteignent pas, mais assez près pour qu'ils puissent la voir. De ses vêtements, seule avait substité sa vieille pélisse qui ne la quittait pas. Elle la tenait à peine serrée, laissant deviner les formes féminines dont elle ne se souciait pas. Vierge farouche et impudique aux cheveux de sang. Elle les considéra un long moment, les défiant, le visage levé. Au dessus d'eux, l'orage gronda de nouveau.

    Je suis la foudre, je suis la tempête. La nature déchaînée. Je pourrais porter la vie mais je suis la mort incarnée. Je suis le début et la fin. Et toi, je te défie.


    « Hurlegloire ! Enfin, tu es venu. »

    Elle leva les mains en signe de paix. Ou tout du moins pour inviter les hommes à rester en place.
    J'aime la viande !!! Et je suis jouée par Althéa

  11. #41
    Date d'inscription
    June 2013
    Messages 
    180
    Des murmures fusèrent parmi les Manostiens, quelques exclamations aussi. Un carreau alla se perdre entre les ombres végétales, mauvais réflex. Gaspard, lui, n’eut qu’un temps d’arrêt, mais déjà il reprenait sa lourde marche. Son cheval s’agita, en proie à un stress soudain. Lui sentait le prédateur. Sous ses sabots ferrés, le pont vermoulu protesta en de plaintifs grincements. L’homme raffermit sa prise sur la bride. Désormais de l’autre côté, sa monture rechigna d’avantage à le suivre. Il la força, il fallait dégager le pont, au moins ça. Là-haut, un éclair claqua, accompagné par des hennissements. Hurlegloire, fidèle à lui-même, demeura de marbre. Casque en place, visière baissée, on ne voyait rien de son visage déterminé. Tout au plus pouvait-on deviner qu’il fixait la rousse sans ciller.

    « Je ne suis pas là pour toi, femme », fit-il.

    Sa voix rocailleuse était plus expressive que son image. Elle trahissait cette hostilité pour l’instant froide, grondante, mais qui n’attendait qu’une occasion pour exploser, tout embrasé à l’instar d’un volcan. Encore quelques pas en avant, son cheval se cabra, refusant tout à fait d’aller plus loin. Il le lâcha.


    « Toi, par contre, tu sembles l’être pour moi. Touchant... Vas-tu encore te défiler ? Vas-tu encore t’effacer, la queue entre les jambes ? Ou vas-tu enfin faire face ? »

    D’un mouvement de l’épaule, son bouclier glissa de son bras, atteignant son poing. Son autre main empoigna l’imposante hache d’armes. Deux mètres d’acier et de muscles prêts à la bataille. L’idée du duel lui efflora l’esprit mais il n’était pour le moment pas question de cela. Il était seul sur l’autre rive, la troupe devait traverser et, dans ce but, le loup-garou devait être tenu à distance.

  12. #42
    Date d'inscription
    June 2013
    Messages 
    368
    Idiots ! Croyez vous m'effrayer avec vos piteux projectiles ? Vos ridicules jouets ! A quoi vous servent-ils si vous n'êtes pas capables de maîtriser vos nerfs ? Est-ce là tout le potentiel de ton armée Hurlegloire ? Des femmelettes et des enfants ? Des cadavres en sursis, des morts ambulants ! Des imbéciles. Mais tu es le seul qui m'intéresse. Oui, comme tu l'as deviné, je suis venue pour toi. Telle une maîtresse attirrée par tes charmes. Dansons cette danse de guerre, ce somptueux ballet. Mêlons nos pas et nos souffles dans cette orgie de haine et de métal. Confondons-nous, saignons. Et je l'emporterai. Il n'y a pas d'autre issue.

    "Crois-tu que tu me fais peur, Hurlegloire ? Et que c'est pour cela que je t'évite ? Tu ne vois pas que tout cela fait partie d'un jeu ?"

    Sa voix avait un accent guttural, étrange. Un ton presque monocorde, comme si elle n'avait pas parlé depuis longtemps et qu'elle testait les sons provenant de sa gorge comme l'aurait fait un bambin avide de parler. Elle passait sans transition d'un aigu presque hystérique à un grave quasiment inaudible.

    "Je te lance un défin, Hurlegloire. Je veux me mesurer à toi, seule à seul. Ou nous reprendrons le jeu. Je connais le terrain mieux que personne. D'autres des tiens mourront. A commencer par le gamin auquel tu tiens tant !"

    Je crache sur ta bravoure. Elle n'est qu'illusion. Tu es un homme de paille et je compte le prouver. Et à eux tous. Quand ils verront que tu n'es fait que de tripes et de sang. Et non du fer dont tu te parres. Ils verront bien lorsque je les aurai sortis de ton ventre !
    J'aime la viande !!! Et je suis jouée par Althéa

  13. #43
    Date d'inscription
    June 2013
    Messages 
    180
    « Tu veux savoir ce que je vois quand je te regarde ? », tonna le géant qui peinait de plus en plus à masquer son dégoût.

    Il avançait toujours, pas à pas, avec ce calme apparent, celui glacial du soldat déterminé. Derrière lui, son cheval paniqué fit demi-tour, revint sur le pont, surprenant Rocrive qui s’apprêtait à traverser. Hasard ou volonté divine, le bois branlant se décida à céder, d’abord en partie mais la monture, par ses piétinements anarchiques, eut tôt fait de terminer le travail. Il y eut un fracas terrible lorsque le cheval et les débris moisis disparurent dans les remoud tumultueux du torrent en contrebas. Le sergent, quand à lui, manqua de faire le grand saut. Une main salvatrice lui épargna se triste sort. Ramené en arrière, déjà il ordonnait qu’on apporte de quoi remplacer le pont. Gaspard tourna juste la tête, constata, maudit intérieurement ce coup du sort, puis refit face. Etait-ce là un signe, une épreuve ? Sans cela, jamais il n’aurait offert ce duel. Il n’avait rien à prouver. Il avait juste une mission et devait la remplir. Le loup-garou était un obstacle à cette mission, tout simplement.

    Non, tout n’était pas aussi simple. Il y avait eu Antoine, il y avait eu trop de choses... ce prit à parti personnel. Cette femme rousse, diablesse, l’attirait sur un terrain qu’il n’aimait pas. L’émotivité, à la guerre, ce n’était jamais bon. Mais qu’il en soit ainsi... Il poursuivit sur sa lancée déjà trop amorcée pour qu’il ne l’interrompe.


    « Je ne vois pas une femme, mais une bête. Et tu vas mourir comme une bête !!! »

    Il avait presque hurlé les derniers mots. Nul doute qu’il pensait tout à fait ce qu’il disait. Il allait la tailler en pièces, la briser pour lui faire payer, pour ses hommes, pour Antoine, il le devait et le ferait. Dans un nouveau rugissement, il en appela à ses pouvoirs. Une aura rouge l’illumina un bref instant, lui accordant plus de force qu’il n’en avait déjà.

    Gaspard Hurlegloire --> Force de Taureau --> Gaspard Hurlegloire

    Maintenant, il était prêt. Il ne parlait jamais à la légère. Son avancée se fit plus rapide, tout son corps se préparait à la mêlée. Louve n’était sans doute pas de celle qu’on pouvait impressionner. Néanmoins, quand le titan passait comme ça à l’attaque, on pouvait aisément comprendre pourquoi certains paniquaient.

  14. #44
    Date d'inscription
    June 2013
    Messages 
    368
    Vois-tu ce que je vois quand tu t'avances, Hurlegloire ? Une force bestiale en mouvement. Une bête ? Tu ne vaux pas mieux que moi. Vois comme tu te précipites pressé d'en découdre, n'écoutant que ta colère que tu prends pour du courage. Est-ce ainsi que tu négocies, en faisant parler tes armes ? Oh, tu ne me déçois pas. Peut-être me plairais-je à te mordre, à te faire devenir l'un de mes semblables. Que dirais-tu si je t'infectais et que tu soudain, tu perdais le contrôle ?

    En une seconde, Louve se changea en hybride et se jeta sur Gaspard avant qu'il n'arrive sur elle. Au dessus d'eux, la foudre claqua. L'air s'emplit d'une forte odeur d'ozone.

    Affrontons-nous, c'est ce que j'attendais. Et que seulement la mort ou le sang nous départagent. Nature en mouvement. Allez, petit prêtre, montre moi ce que tu vaux.
    J'aime la viande !!! Et je suis jouée par Althéa

  15. #45
    Date d'inscription
    June 2013
    Messages 
    180
    Jamais Gaspard n’avait eu à faire à pareil adversaire. Rapide, agile, comment ce monstre pouvait-il se mouvoir avec tant d’aisance ? Et puis, cette ruse dans l’approche, cette intelligence dans le positionnement, cette maîtrise des gestes... le titan peinait à suivre. Sa hache ne mordait que le vent. Le loup se jouait de lui. D’un pas de côté, d’un bond léger, il s’effaçait. La moindre maladresse, une infime ouverture dans la garde, et il en profitait. Insaisissable jusqu’à être exaspérant, la bête révélait son effroyable potentiel. Chasseur né, elle était à la hauteur de la légende forgée par ses sinistres semblables.

    Mais ses griffes restaient des griffes, ses dents, des dents. Or Hurlegloire portait l’armure intégrale. Sans cet acier, il serait vite passé de vie à trépas. Avec, il devenait si difficile de l’atteindre avec des moyens aussi primitifs. De plus, il avait pour lui la force mais également la portée. Long était son bras. Puissante était sa hache. Louve ne pouvait l’approcher comme elle voulait. Solide sur ses appuis, le prêtre, véritable montagne, n’était pas destabilisable. Autant s’attaquer à un roc.

    Les coups s’échangeaient, les secondes s’écoulaient, l’orage grondait, maintenant la pluie tombait. Aussi incroyable que cela puisse paraitre, à égal fureur, à désir partagé de voir l’autre mort, pas une seule goûte de sang n’avait encore été versée. Dans cette danse haineuse, le loup menait, l’homme suivait, personne ne se départageait. Chacun eut droit à sa frayeur. Le casque de Gaspard était désormais orné de traces qui en disaient long sur les envies meurtrières du monstre. Quand à ce dernier, il prit sans doute conscience de la force exceptionnelle de son adversaire quand la hache, après avoir manqué de peu sa poitrine fuyante, s’égara dans un arbre. Des éclats de bois et d’écorce avaient volés en tout sens, un large sillon balafrait désormais le tronc. L’arbre était grand. Gaspard l’avait presque coupé net d’un seul coup. Et il ne fatiguait pas. Entre ses mains, cette grosse hache semblait n’avoir aucun poids. Trop concentré, il ne parlait plus. Tout son esprit était tourné vers Louve. En cet instant, pour lui, la guerre n’existait plus, Antoine n’existait plus, la troupe n’existait plus, le monde n’existait plus. Il n’y avait que ce loup-garou devant lui qui refusait de céder, de disparaitre. Par Tempus, que faudrait-il pour y arriver ?

  16. #46
    Date d'inscription
    June 2013
    Messages 
    368
    Fer contre griffe. Combattants acharnés sous l'orage. Les roulements incessants du tonerre couvraient à peine le bruit de leurs cris et de leurs coups. La pluie battante ronflait en notes discordantes sur l'armure de Gaspard et trempait la fourrure de Louve trempée de sueur. Sous eux, le pont craquait et plus loin en dessous, le torrent roulait ses eaux tumultueuses en grondant. Les zébrures des éclairs, illluminant à intervales réguliers le combat éblouïssaient les combattants et faisaient piaffer les chevaux.

    Maudits soient ton fer et ta force. Maudit sois-tu, excrécrable humain ! J'aurai ta peau. Oui, tu peux te vanter d'être fort et t'endormir tous les soirs en te disant que tu tues pour le bien. Ou peut-être pour ton dieu. Mais cette nuit, tu seras un homme mort. Un souvenir. Rien. Ta fin est proche, ne le vois-tu pas ?

    Louve évita avec peine un coup puissant et la hache alla se planter dans un arbre. Elle voulut profiter de l'occasion pour saisir son casque mais déjà, la montagne levait de nouveau son fer et reprenait le combat, laissant une profonde entaille sur le végétal. Elle retint avec peine une insulte. Mais elle manquait de souffle. Jamais elle n'avait mené un si âpre combat.
    J'aime la viande !!! Et je suis jouée par Althéa

  17. #47
    Date d'inscription
    June 2013
    Messages 
    180
    A se rythme, difficile de tenir. Pas une seconde d’épargnée, pas un répit même le plus infime. Gaspard, familier des champs de bataille, coutumier du poids qui le chargeait, savait tenir l’effort. Il le devait, tout simplement, alors il le faisait. Robuste de corps et d’esprit, l’un et l’autre se soutenaient pour qu’aucun ne cède. Plus que jamais, l’homme était un roc. Sous son casque, il serrait les dents, concentré à l’extrême, mais le loup-garou ne le voyait pas. Il ne voyait que l’acier, la visière, la pluie et ce regard toujours aussi déterminé.

    Et le loup fatiguait. Quoi de plus normal ? La guerre avait ses règles, la chasse aussi. Le prédateur traquait pendant des heurs, des jours, mais tuait vite. Une proie qui se défendait trop n’en était plus une. Un chasseur qui se battait trop n’en était plus un. C’était là deux combattants qui se livraient un duel. Hurlegloire, constatant une baisse de régime chez la bête décida d’en profiter. Cela faillit le perdre. Il chargea comme il savait si bien le faire. Louve s’effaça, comme elle en avait le talent. Elle disposa alors d’une très belle occasion d’atteindre pour de bon le titan emporté par son élan. Elle en profita, elle aurait dû y arriver, le sang aurait dû couler, la victoire aurait dû être sienne ! Mais c’était sans compter sur la magie divine.


    Gaspard --> Arrêter la main --> Louve

    Le monstre fut stoppé sans qu’il ne puisse comprendre par quoi. Une force invisible, comme si le vent lui-même complotait contre lui, retint ses griffes, ses dents. Déjà c’était terminé, il retrouvait sa liberté. Mais déjà c’était trop tard, Gaspard faisait face. Et toujours pas une seule goûte de sang ne souillait l’herbe ou la terre piétinée. Fallait-il y voir un signe ? Le curieux jeu des dieux ?

    De l’autre côté du pont rompu, la troupe s’activait en toute hâte. Ils avaient du matériel, il ne leur faudrait pas longtemps pour jeter une passerelle par-dessus le torrent. Du combat, ils ne voyaient rien ou si peu. Deux formes qui s’agitaient entre les arbres, quasi irréelles dans la tourmente. Rocrive n’en pouvait plus d’attendre. A côté de lui, Antoine était venu. Si faible, si blanc, il marchait pourtant. A présent, il se tenait droit et priait en silence le Saigneur des Batailles.

  18. #48
    Date d'inscription
    June 2013
    Messages 
    368
    Maudis-sois tu ? Non, ce n'est pas normal. Par quel tour ? Tu aurais dû mourir ou tout du moins être blessé. Comme je te hais, toi et ta supériorité. Ton avenir sur cette terre aurait dû déjà appartenir au passé. Tu aurais dû gésir, les tripes ouvertes à te vider de ton sang.

    Louve aurait presque pleuré de rage. Elle ne l'aurait jamais. Cela ne cesserait donc jamais ? Elle sentait la fatigue l'envahir. Et avec la panique. Oui, pour la première fois elle craignait d'être blessée ou tuée. Il était clair que s'il se prolongeait, l'échange ne tournerait pas à son avantage. Elle risquait d'être belssée ou pire.

    Mais il était hors de question qu'elle interrompe le combat. Pour le moment, elle avait encore la force de rendre coup pour coup. En espérant qu'une autre occasion viendrait.
    J'aime la viande !!! Et je suis jouée par Althéa

  19. #49
    Date d'inscription
    June 2013
    Messages 
    180
    Mais non, ainsi il en avait été décidé. Ce matin, le sang ne coulerait point ou, tout du moins, pas en ce mortel duel. Sous la pluie battante, hache et griffes, sueur et grognement, rien à faire, aucune occasion, frustration mutuelle ! Louve n’avait que rayé les plaques d’acier, comment s’en contenter ?

    Elle devrait pourtant car ses forces s’amenuisaient. Pire encore, voilà que c’était le temps qui s’achevait. Un peu plus loin, la troupe avait jeté une passerelle de fortune par-dessus le torrent. Insuffisante pour les lourds chariots, elle permit toutefois aux hommes de passer. En tête de ceci, Rocrive. Derrière lui on se pressait, l’arme au poing. Antoine aurait suivit si on ne l’avait retenu. Il protesta, rien à faire, il resterait à l’écart, avec une bonne moitié des soldats tenant la position et protégeant leurs chargements.

    Cruelle désillusion pour le loup-garou quand elle vit fondre sur elle au moins vingt épées. Gaspard était toujours là, inflexible. Loin de relâcher sa garde, il se bâterait jusqu’à la dernière seconde. Derrière ce casque inexpressif, pas un mot ne sortit. Mais dans son regard, la rousse put y lire cette même déception, cette même rage. Elle était encore en vie... il n’avait pas vaincu...

  20. #50
    Date d'inscription
    June 2013
    Messages 
    368
    Hulegloire ... La rage est notre crédo. Notre violence est notre vie. Tu crois défendre le bien mais tu n'es pas meilleur que moi. Tu es simplement lié à d'autres. Tu les protèges, tu les guides. Mais qui es-tu ? Un simple soldat. Une force brute. Non, vraiment, tu ne vaux pas mieux que moi. C'est ici que notre combat s'achève, parce que nous savons tous deux qu'aucun ne gagnera. Mais quelque chose me dit qu'on se retrouvera. Et que mon visage viendra souvent hanter tes nuits. Mais sache que tu viendras un long moment marcher dans mes rêves. Des rêves en rouge, teints de haine.

    Louve, voyant les alliés d'Hurlegloire approcher fonça sur lui pour l'éviter au tout dernier moment. Elle poursuivit sa course et sauta, s'agripant in extremis aux frondaisons d'un arbre dans lequel elle grimpa sans attendre. En quelques secondes, elle fut hors d'atteinte. Et elle hurla.


    "Hurlegloire ... Tu n'es qu'un lâche. Sache qu'il s'en est fallu de peu pour que je remporte le combat. Mais ma fuite n'est pas une victoire pour toi. Nous nous retrouverons Hurlegloire ... Et cette fois, tu mourras."
    J'aime la viande !!! Et je suis jouée par Althéa

  21. #51
    Date d'inscription
    June 2013
    Messages 
    180
    Des paroles vaines, aveux d’impuissance. Etait-ce pour autant une victoire pour Gaspard, lui qui demeura dans le silence ? Oui, assurément, car il aurait dû mourir et le loup-garou vaincre. Cette égalité était une prouesse, le concernant, alors que pour le monstre c’était une vraie contre-performance, une insulte. Le prêtre devait s’en satisfaire, c’était ce qu’il se disait alors qu’il voyait son ennemi s’effacer avec cette aisance irritante. Mais que de déception dans son regard... Ses soldats morts, Antoine... il ne pouvait leur apporter cette vengeance légitime. Il avait fait de son mieux, ce n’était pas assez.

    « Lieutenant, vous allez bien ? » fit Rocrive, lui-aussi déçu de ne pas pouvoir en découdre.
    « Je n’ai rien. Sécurisez cette rive. Qu’on fasse passer nos chariots le plus vite possible. Je veux être loin du torrent d’ici midi. »

    Sur ce, sans encore tout à fait baisser sa garde, Hurlegloire s’éloigna, revenant vers sa troupe. Il se découvrit plus fatigué qu’il ne le pensait. L’effort passé, il en découvrait le prix. Il s’adossa contre un arbre puis surveilla du regard l’avancement de la manœuvre. Les Manostiens renforçaient la passerelle. Bientôt, elle serait assez robuste. Voilà que le novice, échappant un instant à la surveillance de ses gardiens, la traversa pour rejoindre son professeur. Les dit gardiens le rattrapèrent, mais étant déjà engagé et l’endroit étant désormais relativement sûr, Gaspard fit un signe pour que tous vienne à lui. Les yeux d’Antoine brillaient d’excitation, d’admiration.

    « Je ne l’ai même pas touché, pas une seule fois » avoua le titan, autant pour lui que pour l’enfant.

    Il retira son casque, laissant la pluie inonder son visage déjà trempé de sueur. Son casque... orné de belles traces... il le fixa, pensif. Un des soldats intervint.


    « Mais vous non plus, vous n’avez pas été blessé, lieutenant. »

    Ni Gaspard, ni Antoine ne répondit. Maintenant, c’était terminé. La rousse ne pouvait plus rien faire contre la troupe. La peur ne s’était pas installée comme elle l’aurait voulu. Plus aucune difficulté de parcours n’allait lui permettre d’agir. Pire encore, la forêt allait prendre fin, laissant place à un espace dégagé qui lui serait défavorable. Non, c’était vraiment terminé... Les Manostiens allaient désormais faire face à la guerre, cette guerre qui les appelait. Ainsi prenait fin l’horreur en chemin.

    [color=grey]HRP : dernier message me concernant. Ce fut une jolie histoire ![/color ]

Page 2 sur 2 PremièrePremière 12

Discussions similaires

  1. [BGT] Chemin d'installation incorrect
    Par Keldaran dans le forum Baldur's Gate Reloaded : les mods TUTU et Baldur's Gate Trilogy
    Réponses: 13
    Dernier message: 25/09/2010, 14h59
  2. [DAO][TECH] probleme de chemin
    Par Lycan dans le forum Les Secrets de Dragon Age: Origins
    Réponses: 2
    Dernier message: 11/12/2009, 19h40
  3. [BGT] Installation bloquée après l'indication du chemin
    Par kristof8 dans le forum Baldur's Gate Reloaded : les mods TUTU et Baldur's Gate Trilogy
    Réponses: 1
    Dernier message: 03/06/2008, 22h06
  4. [SK] Changer le chemin d'accès du programme
    Par Latsuta dans le forum Le Bazar de l'Aventurier
    Réponses: 5
    Dernier message: 18/09/2005, 21h28
  5. Chemin d'accès et montage de CD...
    Par Red Spirit dans le forum Le Monastère du Corbeau Noir (Icewind Dale 2)
    Réponses: 4
    Dernier message: 27/09/2004, 21h15

Les tags pour cette discussion

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •  

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 203 204 205 206 207 208 209 210 211 212 213 214 215 216 217 218 219 220 221 222 223 224 225 226 227 228 229 230 231 232 233 234 235 236 237 238 239 240 241 242 243 244 245 246 247 248 249 250