Suite d'ici

En route vers Aghoralis, les troupes mélandiennes s'efforçaient de maintenir un train soutenu, tout en effectuant un détour non négligeable afin d'éviter l'éventuelle avant-garde manostienne. Ils avaient eu à faire avec quelques éclaireurs, mais avaient pu se débarrasser de tous ceux qu'ils avaient repérés. Évidemment, pour un homme abattu, combien s'en sortaient indemnes, et donc en état de signaler les manœuvres de l'armée ennemie ?

En réalisant une telle tactique, l'empereur prenait également le risque de diviser ses troupes afin d'encercler la cité. Trois sections des troupes atteindraient les portes d'Aghoralis à l'aube, et l'assaut serait donné aussitôt l'assurance que tout le monde serait paré à son poste. Pour éviter une trop grande fatigue, les périodes de repos étaient décalées, et la nuit était une phase d'activité intense.

Cependant, l'empereur s'entretenait avec l'un des espions en charge de surveiller la riposte manostienne.


"Un appel à la mobilisation... hum.
- Depuis hier, d'après le message reçu. Apparemment, ils engagent tout ce qu'ils peuvent et capable de tenir une arme. Même certains paladins sont repris, alors qu'ils devraient rester en ville avec toutes ces histoires de dieux...
- Qu'ont-ils d'autres ?
- Les troupes sont en train de se rassembler pour partir en campagne. Pour l'instant, ils prévoient deux vagues de soldats, mais la composition des troupes n'est pas encore complètement définies. Quelques cavaliers, mais l'essentiel sont des fantassins.
- Bien. Bonne nouvelle, donc. Autre chose ?
- Pas pour l'instant, mon Seigneur. D'autres messages surviendront très régulièrement, car l'activité à Manost sera très intense pendant très longtemps, dès à présent.
- Parfait."

Sans mot dire, l'empereur signifia à son interlocuteur que l'entretien était terminé. Une mobilisation générale... parfait. Manost était obligée d'agir malgré leur crise helmite... ils considéraient la menace mélandienne comme prioritaire, mais cette guerre intestine risquait de leur coûter encore plus cher. Deux fronts ouverts en même temps, Swaren ne pouvait espérer mieux. Avec un peu de chance, les troupes ennemies n'auraient pas le temps d'intervenir avant leur prise d'Aghoralis, et il posséderait alors un avantage psychologique important. L'annonce d'une nouvelle de cette ampleur ne pourrait provoquer qu'épouvante au sein de la population manostienne. Le chaos surviendrait peut-être, dans une cité peu habituée à cela et déjà fragilisée. Et attaquer un peuple affolé devenait plus aisé. En théorie, bien sûr.