Lorsque je redescendis dans la salle de bal, la première moitié de la soirée s’achevait. Ronix et Alcerta allaient d’un invité à l’autre, annonçant sans doute l’ouverture du dîner qui devait succéder aux danses. Les premiers groupes s’ébranlaient déjà, dérivant lentement vers le corridor menant au hall, que je venais d’emprunter. La salle à manger se trouvait juste sous l’étage que j’avais visité précédemment, lorsque j’avais rejoint l’antre du seigneur d’Ezderon. Je m’enfonçai à contre-courant dans le flot, cherchant ma mère adoptive du regard. Je n’eus pas à attendre longtemps; dès qu’elle se rendit compte que j’étais revenue, elle laissa Ronix s’occuper de prévenir les autres invités et piqua droit sur moi, cachant mal l’impatience inquiète qui lui encombrait l’esprit. Lorsqu’elle parvint à ma hauteur, elle posa sa main sur mon bras et m’entraîna vivement à la suite du premier groupe qui entrait dans le couloir menant au hall. Elle parla tout bas, sur le ton de la confidence :

« Alors, il ne t’a pas trop chahuté? questionna-t-elle, anxieuse, ses grands yeux d‘un bleu sombre rivés aux miens.
-On ne peut pas dire qu’il ait été d’un tact fantastique, répliquai-je en grimaçant. En tous cas, je crois que je comprends de moins en moins ses motivations. Il m’a dit qu’il avait des bâtards mâles, mais qu’il désirait une fille, et moi tout particulièrement, sans accepter de m’expliquer pourquoi… J’ai comme l’impression que je vais combattre dans une guerre dont je ne connaîtrai pas les enjeux, les tenants et les aboutissants.
-Je ne puis t’aider sur ce point, je n’en sais pas plus que toi. Tu as raison en parlant de guerre, il se comporte un peu en général devant une carte d’état major, il place ses pions… et je ne connais pas le conflit dans lequel il est engagé. Je me demande si quiconque ici sait de quoi il retourne réellement, d’ailleurs. Il t’a confié une tâche, ou bien voulait-il juste bavarder?
-Il m’a demandé de faire quelque chose en son nom ce soir, et m’a aussi fait promettre de ne pas le révéler avant que le moment ne soit venu…
-Ça est. Cela lui reprend. Je me demande bien pourquoi il veut cacher quelque chose qui se saura d’ici quelques heures au plus tard. Enfin, tant pis, j’attendrai. »

Nous avions dépassé le hall et pénétré dans la salle à manger qui servait lors des grandes réceptions à Ezderon La pièce était presque aussi grande que la salle de bal, quoique d’aspect plus rustique, plus imposant. De hautes fenêtres garnies de verres teintés lui donnaient l’aspect d’un lieu de culte monumental, une sorte de sanctuaire de la ripaille. Cinq longues tables de bois de sapin massif se partageaient l’espace, l’une au centre de la salle et quatre autres occupant chacune un des points cardinaux. De grands vides les séparaient, tant pour faciliter la tâche des serviteurs et autres sommeliers que pour marquer les inégalités au sein des invités; la table centrale était en effet réservée aux seigneurs des Domaines alliés, à leurs femmes et à leur héritier en titre. Tous autres, cadets, cousins de faible rang et nobles sans Domaines, en fait la grande majorité de l’assemblée, se voyaient octroyer les quatre tables restantes.
J’avais déjà festoyé par huit fois dans cette salle, à l’occasion d’autres fêtes du Renouveau, mais aussi des deux Discussions auxquelles Cordrech m’avait conviée. Je n‘avais cependant pas eu la chance de m’asseoir à la table centrale, car si j’avais à l’époque été l’aînée de mon Domaine, mon sexe ne me donnait pas le droit de prétendre siéger aux côtés de Cordrech et de Félicia, à la place de l’héritier. Cette chaise avait dans mon souvenir toujours été vide, et le serait encore aujourd’hui. Quant à moi, je siégerais en tête de table.

Un grand siège de bois et de cuir décoré, travaillé du plus bel artisanat montagnard, faisait office de trône. Il était flanqué de part et d’autres par deux fauteuils semblables, quoique plus petits et moins ouvragés. Les places de la dame d’Ezderon et de l’héritier, qui aujourd’hui portait robe et jupons. Alcerta et moi prîmes place d’un commun accord, chacune d’un côté du trône délaissé par le seigneur impotent. Les quelques nobles qui étaient déjà présents s’assirent de même à leurs places respectives. Le seigneur Kandress Selmène fondit comme un rapace sur la chaise située directement à ma gauche, l’air furibond. Il se laissa choir sans grâce sur sa chaise, posa un coude sur la table, abattit sa main sur le main de chêne, avant que d’y faire pianoter ses doigts. Karth apparut derrière lui, et vint se poser à son côté en compagnie de sa mère, une certaine Anthéa que je ne connaissais que de vue; l’héritier Selmène m’adressa un petit sourire gêné lorsque nos regards se croisèrent, puis il baissa la tête, contemplant son assiette vide. Le climat familial ne semblait pas être au beau fixe. A la droite d’Alcerta, soit face aux Selmène, prirent place le vieux Garl Krimin ainsi qu’Eldan. Le siège attribué à la Dame de Krimin resta vide, le vieux seigneur n’ayant pas eu le cœur de se remarier après que la Grande Grippe eut emporté sa femme. Une nouvelle chaise vide, celle réservée au grand prêtre Sangan et actuellement délaissée de son propriétaire, séparait les Krimin des Elstran. Comme je m’y attendais, personne ne siégeait entre Félicia et Legenis. Face à eux, aux côtés des Selmène, le seigneur Stallar Falmaran et sa compagne. Ici encore, la place de l’héritier n’était pas occupée. Et enfin, en bout de table, face à moi, trois nouveaux sièges vides rappelaient la disgrâce des Kamarin, qui se voyaient relégués aux tables des petits nobles sans importance. Une table affreusement dépeuplée, stigmate criant des troubles de notre société. Avant la trahison de Varnsal Kamarin, il n’y avait jamais plus de deux ou trois absents, et pas une seule fois le suzerain d’Ezderon n’avait manqué de participer aux festivités. C’était d’un monde éclopé que j’allais hériter.

Les sommeliers commencèrent à parcourir la salle et à remplir les coupes d’un vin des plaines que l’on n’extrayait des celliers d’Ezderon que pour les grandes occasions. Je trempai mes lèvres dans le breuvage sombre et parfumé, tout en laissant mon esprit et mon regard errer d’un convive à l’autre. Les conversations commençaient peu à peu à renaître, mais je n’y portai tout d’abord pas grande importance. Je préférais observer faciès et expressions. Je m’arrêtai longuement sur le triste visage mangé par la maladie de Garl Krimin, alors en discussion avec Alcerta, et à nouveau, j’eus la certitude que cet homme là ne vivrait pas deux ans.
Pendant que nous buvions notre première lampée d’alcool en attendant les entrées, je pus voir apparaître la silhouette du grand prêtre, qui traversa la pièce vivement pour venir trouver sa place parmi nous. Il ne passa certes pas inaperçu, mais personne ne lui demanda la cause de son retard, son visage froid et fermé n’engageant pas à la discussion. Je bus une nouvelle lampée de vin.

Le son d’une coupe posée bruyamment me fit sursauter. Je tournai la tête pour en chercher la source, de même que la plupart des nobles présents. Le seigneur Selmène venait de vider d’une traite son breuvage, et d’abattre sa coupe sur la table d’un brusque mouvement de colère. La tête de Karth était rentrée dans ses épaules, et je devinai que c’était vers lui que le mécontentement était tourné.
« Mais enfin, brama le seigneur Selmène d’une telle manière que toute la table ne put ignorer l’altercation, C’est ta sœur tout de même, et tu as tes responsabilités! Les intérêts du domaine te concernent autant que moi. Explique-toi!
-Mais… bredouilla Karth, rougissant jusqu’aux oreilles. Enfin, père, je ne peux pas être en trois endroits à la fois.
-Tu ne vas pas me dire que tu ne savais rien de son projet? Acoquinés comme vous êtes?
-Mais, enfin, non! Elle ne me dit pas tout. Je déplore ce qu’elle s’amuse à faire, mais je n’en ai pas eu vent, je n’aurais pas pu l’arrêter… »

Ils parlaient d’Elanda. Je compris que celle-ci avait dû mettre son plan à exécution pour se débarrasser du futur mari dont elle n’avait aucune envie. Au vu de l‘état d‘énervement du seigneur Selmène, il était fort probable que la famille du promis n‘ait pas apprécié que la fille de Selmène répande le secret de famille bien gardé que je lui avais livré par inadvertance. Les négociations avaient dû être âpres, et le seigneur se débarrassait de la tension accumulée sur son héritier. Je décidai de ne pas intervenir dans la dispute, de peur que le Selmène sache que j’étais l’origine de la fuite, et qu’il rejetât sa fureur sur moi.

« Il n’empêche que c’est ta sœur cadette, et que tu devrais te sentir responsable! »
Karth se tassa plus encore, le regard fuyant, cherchant un soutien parmi les convives. Il le trouva en la personne d’Eldan Krimin, qui sans lever les yeux de sa coupe, répliqua d’un ton badin:
« Voyons Kandress, est-ce donc la faute du frère si la sœur est mal élevée ? J’ai souvenir que vous étiez responsable de son éducation, ce me semble. Prenez vous en à vous-même si vous sentez le besoin de vous défouler. »
Karth se redressa légèrement, alors que le Selmène pâlissait sous l’insulte. Je soupçonnai un moment qu’il allait perdre pied, partir dans une colère folle, mais il se contenta de ne pas répondre à l’héritier Krimin. D’un brusque mouvement de tête, il chercha une nouvelle victime des yeux.
Je tentai de garder mon calme lorsque ses yeux se posèrent sur moi. J’y parvins fort heureusement, et je conservai mon air serein alors qu’il m’apostrophait.
« Et vous, Fianna, n’avez-vous pas deviné son projet? Vous vous êtes parlé, je l’ai vu, vous avez fait des conciliabules. Vous auriez tout de même pu intervenir.
-Cela n’était pas de mon ressort, très cher, fis-je d’une voix calme et posée. Je ne suis ici que la représentante de la volonté de Kassac. Je me garderais bien d’intervenir dans les affaires de Selmène sans le consentement de mon seigneur et maître… »

Un petit ricanement amusé jaillit des lèvres d’Eldan alors que j’achevais ces mots. Je lui jetai un coup d’œil léger, croyant qu’il se moquait de moi. Je vis ses yeux sans expression aller de moi au seigneur Selmène, et seul un léger plissement des lèvres permettait de voir qu’il s’amusait de la situation. J’eus l’impression que sa raillerie était plutôt destinée à mon adversaire, sans en être certaine. Eldan replongea bientôt dans la contemplation de sa coupe à peine entamée. Je reportai mon attention sur Kandress presque statufié face à moi, et terminai de peaufiner ma défense:

« Elanda m’a effectivement touché mot de ce qu’elle souhaitait faire. De femme à femme, je lui ai conseillé de ne pas le faire, bien évidemment. Cependant, je me suis gardée de lui intimer quoi que ce soit; de toute façon, il est impossible de raisonner quelque un qui s’est juré d’agir.
-Et pourquoi n’en as-tu touché mot ni à Kandress, ni aux Mentar? s’indigna dame Félicia; Après tout, si le pouvoir de décision ou d’intervention auquel tu sembles tant tenir leur appartenait, il fallait au moins qu’ils soient informés, non? »
Je restai coite un instant, surprise de cette intervention. Je ne m’attendais pas à ce que ma mère intervienne dans la conversation, et encore moins pour se placer du côté de mes détracteurs. Je me rendis cependant compte que le petit scandale provoqué par ma bourde diplomatique l’éclaboussait directement, puisqu’elle était aussi concernée que Fersen Mentar ou Eva par cette histoire de mariage avorté. Elle devait déjà soupçonner que c’était ma faute si cette histoire à commérage était sortie du cercle privé des Mentar et des Elstran. Et m’en vouloir, légitimement. Je n’eus cependant pas à répondre à l’accusation, car Eldan s’en chargea.
« Évidemment, ma dame, évidemment, s‘exclama-t-il d‘un ton condescendant, s’il n’y avait de secrets entre chacun d’entre nous, tout serait pour le mieux dans le meilleur des mondes. Mais nous sommes à la cour, Félicia, pas dans un confessionnal, si un seul de ces deux mots vous dit quelque chose, bien entendu…
-OH! »

Ma mère rougit violemment, manquant suffoquer d’indignation. L’attaque était particulièrement méchante, presque sans fondement, mais je ne pris pas la peine de m’en indigner, trop heureuse de ne pas avoir à répondre aux accusations de Dame Félicia. Je jetai un œil à l’héritier Krimin, me demandant pourquoi il m’avait aidée. Était-il simplement à la recherche d’un bon mot, ou pouvais-je commencer à le classer dans mes alliés potentiels? Ce ne fut pas l’étude de son visage qui put m’éclairer; il était minéral et froid, comme à son habitude, et ses yeux délavés, impénétrables, plongeaient toujours au fond de sa coupe. Il avait l’air décontracté.
« Vous êtes bien en verve, ce soir, Eldan, interrompit froidement Kermal Sangan, empêchant ainsi Félicia de répondre vertement. Trop, dirais-je, même…
-C’est vrai, répliqua placidement l’intéressé. J’aurais dû suivre votre exemple, me taire et partir en courant, comme vous l’avez si bien fait tout à l’heure. »

Le grand prêtre sursauta, puis d’un brusque mouvement projeta sa chaise en arrière et se dressa de toute sa taille au dessus de l’héritier Krimin assis à sa gauche. Drapé de sa colère sainte, sa silhouette de faucon déplumé regagnait en superbe, et il savait se faire réellement impressionnant. J’aurais été à la place d’Eldan, je me serais certainement recroquevillée sur place, attendant que la tempête passe. Lui, non content de l’avoir provoqué, restait immobile, sans changer de position ni accorder un regard à son interlocuteur.

« Depuis quand vous permettez-vous d’insulter le représentant du culte, jeune écervelé?
-Simplement depuis qu’une cadette Elstran se le permet en toute impunité… répliqua froidement Eldan, sans la moindre émotion.
-CELA NE VOUS REGARDE PAS ET NE VOUS DONNE AUCUN DROIT! Alors veuillez me présenter vos…
-Voyons, Kermal, le coupai-je d‘un ton moqueur, étonnée de ma propre audace, vous êtes tellement plus agréable silencieux. Vous qui vous taisez si rarement, je vous prie de continuer encore un peu, c’est si plaisant. »

J’accompagnai mes mots du sourire charmeur que j’aimais à afficher lorsque je me payais la tête de quelqu’un. Maintenant que je savais ce qu’il avait à cacher, j’avais bon espoir qu’il ne me réponde pas. Eva avait eu sa vengeance, et je voulais avoir la mienne. Si le grand prêtre capitulait face à moi ce soir, il serait la risée de toute la cour, et cet état de fait ne me déplaisait pas. D’un côté parce que je le détestais, et de l’autre parce qu’un souffre-douleur attirant à lui toute la verve des courtisans m’éviterait sans doute une partie des quolibets que je ne manquerais pas de mériter. Ce n’était pas très honorable de ma part de frapper un adversaire déjà blessé, mais c’était si plaisant.

Lorsque je prononçai ces mots, Eldan eut un léger sursaut, et son regard quitta enfin les profondeurs de sa coupe de vin pour se poser sur moi. Cette fois-ci, je crus bien y percevoir de la surprise. Sangan pour sa part, se contenta de pâlir comme la mort. Il hésita un instant, incertain de la conduite à suivre. Il jeta un œil dans la salle, et vit que les convives des autres tables avaient le regard fixé sur sa silhouette. Suivant son regard, je pus apercevoir Eva, assise près de d’Elanda Selmène, lui adresser un petit signe de la main d’un air de raillerie effrontée.
Le grand prêtre se racrapota littéralement. Il sembla se tasser de dix bons centimètres. Une plainte sourde d’animal blessé à mort s’échappa fortuitement de ses lèvres alors qu’il se laissait choir sur sa chaise, pour s’y prostrer et n’en plus bouger. Les yeux s’arrondirent à gauche, s’écarquillèrent à droite, et les ailes du nez d’Eldan se plissèrent, première véritable marque d’émotion que je pus déceler sur son visage figé. On passa de Sangan à moi, puis de moi à Sangan, et de nouveau de Sangan à moi. Je me contentai de porter ma coupe à mes lèvres et de siroter mon vin. Je pris juste la peine d’observer Sangan. Son air était misérable, celui d’un jeune garçon pris en faute, rougissant sous les regards étonnés et scrutateurs, j’eus brusquement pitié de lui, ou plutôt honte de moi-même. J’avais un pouvoir certain sur cet homme, de par ce que j’avais appris sur lui. Et j’en avais usé simplement pour le plaisir de l’humilier. C’était très courtisan de ma part, moi qui avais pourtant horreur de ces procédés. Je me fustigeai mentalement de m’être laissé emporter par le tourbillon d’insultes voilées qui avait agité la table, et me promis de mieux surveiller mes propos à l’avenir.

Dame Alcerta fut la première à reprendre ses esprits. Elle se rendit compte de la pression des regards sur Sangan, et de l’état pitoyable de ce dernier. Elle eut pitié, et chercha à lui épargner le calvaire qu’il subissait. Elle frappa dans ses mains, appela un serviteur, et fit servir le premier plat. La diversion eut l’effet escompté. Si la mésaventure du prêtre ne quitta pas les esprits, elle fut au moins reléguée à un plan secondaire, la grande majorité des nobles étant affamés. Les plateaux couverts de perdreaux fourrés aux baies accaparèrent la majeure partie des esprits le temps que chacun fut servi. Trois d’entre nous ne s’y intéressèrent cependant pas; Kermal restait immobile, regardant le sol, cherchant à se faire oublier, l’appétit coupé pour la soirée. Eldan Krimin, pour sa part, ne m’avait pas quitté de son regard impénétrable. Et je le regardai, tentant de deviner ce qui pouvait bien lui trotter dans la tête. Autant tenter de comprendre les pensées d’un mur de pierre.

Je détournai finalement le regard, déconcentrée malgré tout par l’alléchant fumet qui s’élevait des plats et assiettes pour venir titiller mes narines. J’attendis que Karth Selmène ait fini de se servir sur l‘oiseau qui trônait sur notre bout de table, avant de jeter mon dévolu sur un morceau que j’affectionnais particulièrement. Je prélevai de même une pleine louchée de l’accompagnement de champignons rôtis mitonnés par les cuistots d’Ezderon. Alors que je repoussais le plat d’argent dans lequel je m’étais servie, je vis qu’Eldan se levait. Il s’excusa brièvement, promit à Alcerta, qui se navrait de son départ, de revenir promptement, puis quitta la table de sa démarche athlétique. Il prit la direction du hall, passant à l’occasion dans mon dos. Je ne le suivis pas des yeux, mais je sentis sa présence lorsqu’il se pencha sur mon épaule, pour me murmurer à l’oreille:

« Je me demande bien pourquoi vous êtes venue à mon secours… »
Je relevai la tête, approchait à mon tour ma bouche de son oreille, et chuchotai:
« Vous étiez bien venu au mien. Nous sommes quittes.
-Je n’en avais nul besoin. Merci quand même.»
Il se retira sans bruit. Un rapide coup d’œil sur ma droite m’apprit que Garl Krimin et Alcerta Kassac s’étaient aperçus de notre bref échange. Je décidai de m’intéresser de plus près à ma volaille.

*****

Eldan ne fut absent qu’une paire de minutes. Il revint rapidement prendre sa place parmi nous. La table était silencieuse, chacun étant occupé à se remplir la panse. J’en étais à la moitié de mon assiette lorsque le seigneur Kandress Selmène fut de nouveau pris de velléités de conversation. Il adressa quelques banalités à Alcerta sur la qualité du repas, mais le ton n’y était pas. Il était encore chargé de la colère violente qui l’animait depuis qu’Elanda l’avait mis en difficulté avec les Mentar. Il avait l’air mauvais, et je soupçonnais quelque mauvais tour; je tournai la tête vers la dame d’Ezderon, croisai son regard alors quelle lui répondait. Elle aussi semblait avoir remarqué l’attitude du Selmène, et s’inquiétait de ce qu’il avait en tête.

Il éleva la voix, conviant tous les nobles présents à l’écouter. Il refit publiquement son éloge aux cuisiniers d’Ezderon, chercha l’approbation des siens, l’obtint. Et profita de l’attention générale.
« Tenez, j’ai pour vous un jeu. Peu de chose, à vrai dire, mais, histoire de détendre un peu l’atmosphère… Il s’agit d’un jeu d’esprits; chacun notre tour, nous donnerons notre avis sur une question concernant l’un de nous. Par exemple, commençons par notre très vénéré grand prêtre. Notre si puissant moralisateur s’est fait écraser deux fois aujourd’hui, en quelques phrases seulement, par de deux ses ouailles les moins dociles du troupeau. Je n’ai pas souvenir que l’intéressé ait souvent montré telle faiblesse; selon vous, quelle en est la raison? »
C’était donc cela. Kandress Selmène avait besoin de passer ses nerfs, et exercer sa méchanceté sur qui n’était plus en état d’y répliquer était un bon expédient pour ce faire. Sangan ne bougea pas d’un millimètre, trop abattu pour protester.

« Et bien, notre prêtre se fait vieux, répliqua laconiquement le seigneur Falmaran en se faisant resservir une coupe de vin.
-Ah, Stallar, intervint Alcerta, tentant diplomatiquement d’éviter une nouvelle épreuve à la victime de la soirée, je souhaitais vous poser une question. Où est donc votre héritier?
-Ma Dame, vous savez parfaitement que je n’ai plus d’héritier à l’heure actuelle, répliqua froidement le Falmaran. Pourquoi m’interroger là-dessus?
-Simplement car il est de mon devoir de m’inquiéter de l’absence de succession pour votre domaine, cher ami.
-Ne vous inquiétez donc pas. C’est simplement l’affaire de quelques jours.
-Permettez-moi de vous parler en ami, Stallar, fit Eldan. Ne faites pas l’erreur de nommer Kaldryssa. C’est simplement contre nature…
-Pourtant, cela ne serait pas la première fois, interrompit timidement Karth. Il y a bien un précédent, non? »
L’héritier Selmène acheva sa phrase en me jetant un regard appuyé. Les yeux d’Eldan firent le même trajet, et se rivèrent sur moi. Il répondit, passant ses doigts dans son bouc:

« Tu sais bien que Kassac est intouchable, Karth. Libre à lui de prendre des décisions stupides et déshonorantes, nous n’y pouvons rien. Il ne doit pas en être de même chez les vassaux; il convient que nous gardions notre propre fierté.
-En quoi serait-il déshonorant de choisir une femme pour héritière, répliquai-je vertement, blessée de la remarque.
-Mais enfin, une femme n’est pas faite pour diriger un Domaine, c’est contre nature. Je ne conteste pas le fait qu’elles puissent avoir un sens politique, mais elles ne peuvent gouverner seules, cela ne fait aucun doute.
-Dans ce cas, que peut bien faire le seigneur Falmaran selon vous? A part accepter de légitimer cette triste loque d’Edrask… »
Ces derniers mots provoquèrent un petit cri de protestation de la part de la Dame Falmaran, qui poussa le bras de son mari, sans doute pour le pousser à prendre la défense de son fils, sans y parvenir. Le seigneur Stallar ne prit pas la peine de contester mon jugement sur Edrask.

« …A moins bien sûr que vous ne lui conseillez d’adopter un bâtard, ce qui selon votre damné sens de l’honneur, est tout aussi déshonorant?
-Rien de cela. Qu’il marie Kaldryssa, puis nomme le conjoint héritier. Le domaine ne sortira pas des mains familiales, et tout sera rentré dans l’ordre des choses. Un mariage à Ezderon nous sortirait de même de l’impasse, d’ailleurs.
-Quelle impasse? fis-je d’un ton cinglant, exaspérée par la tournure que prenait la conversation. Je n’en vois aucune…
-Et pourtant, vous l’avez vous-même évoquée, répliqua-t-il sans se départir de son calme inébranlable. Si je ne me trompe, vous aviez dit que vous n’êtes que la représentante de la volonté de Kassac. A votre avis, s’il vient à disparaître en vous laissant seule, sans personne pour guider vos pas, que va-t-il bien pouvoir advenir? »

Le sang commençait à me monter à la tête. Eldan était donc lui aussi à classer dans les ennemis déclarés. Je ne m’y attendais pas; après tout, il s’était montré très diplomate au début de la soirée, et avait montré une grande expérience de la gent féminine au cours de notre première rencontre sur la piste de danse. Qu’un homme qui connaît les femmes comme lui puisse conserver de tels propos misogynes me semblait impossible, et en tout cas, atterrant.
Je n’eus pas le loisir de lui répondre comme je l’aurais souhaité. A nouveau, Alcerta s’interposa, sentant que je perdais ma retenue.

« Allons, allons, pas de politique le soir du Renouveau. Parlons d’autre chose, voulez-vous? »
Je me contentai donc de jeter un regard flamboyant à l’héritier Krimin, ce qui sembla évidemment ne lui faire ni chaud ni froid.
« Bien, reprit Dame Alcerta. Legenis, voulez vous bien évoquer pour nous le mariage qui se prépare à Cremala? »
Le régent de Cremala finit posément de mastiquer sa bouchée, et porta sa serviette à ses lèvres avant de prendre la parole. Je ne lui en laissai pas le temps.
« Tu me demandais quelle était la tâche qu’Edrich m’a confiée, Alcerta. Il est temps, car elle concerne justement le mariage d’Eva.
-Précise donc ta pensée, fit dame Félicia d’un ton rogue, sentant déjà venir la mauvaise nouvelle au ton de ma voix.
-Kassac s’oppose à l’union. »

Legenis échangea un regard surpris et atterré avec ma mère. Le projet était concerté de longue date car, même si Eva et moi n’en avions eu vent que quatre mois auparavant, l’entente entre les Elstran et les Kamarin devait bien avoir un an, sinon plus. Qu’en quatre mots, on ait ruiné ce qu’ils voyaient comme le seul moyen de remettre le Domaine Elstran sur pieds, était particulièrement dur à accepter. Si Kassac avait voulu mettre fin aux préparatifs, il n’aurait pu s’y prendre plus tard; le contrat de mariage devait être signé dans la semaine qui suivrait la fête du Renouveau, une fois l’accord des futurs conjoints obtenu, ce qui ne faisait aucun doute. De fait, il arraisonnait en pleine course un navire déjà lancé, alors qu’il aurait pu, que disais-je, dû intervenir plus tôt. Ma théorie était qu’il avait agi de la sorte simplement pour rabaisser les deux familles et leur rappeler qu’il était la souveraineté de ces montagnes.

« Et… lâcha Félicia d‘une voix pleine de hargne, peut-on connaître la raison de ce refus?
-Le seigneur Kassac demande la mise en tutelle d’Eva à Ezderon en temps que je me montre garante de l’amitié entre nos deux Domaines. »

Charmante formule en vérité, pour dissimuler l’un des droits du suzerain les plus déplorables après le droit de cuissage: celui de prendre en otage politique la progéniture d’un vassal pendant une durée variable, pour s’assurer la loyauté des domaines subordonnés. Rares étaient ceux qui osaient courir le risque de retrouver leur enfant découpé en petits morceaux pour oser trahir leur seigneur. Varnsal Kamarin avait attendu trois ans que sa fille Kerdilla ait achevé sa période de détention diplomatique pour lancer son offensive contre les murs du suzerain. Cela ne s’appliquait généralement qu’en temps de troubles, mais il n’était pas rare qu’un allié pourtant sûr soit mis à contribution; ainsi, malgré l’indéfectible loyauté de Cordrech envers Kassac, ma sœur avait-elle déjà passé trois mois à la cour d’Ezderon, en prisonnière choyée, lors de sa douzième année.

« C’est ridicule! s’insurgea Félicia. Les Elstran ont déjà payé leur dette de loyauté. De plus, Eva sera majeure dans cinq mois. Il n’a aucun droit de prendre en tutelle une fille majeure!
-Le seigneur Kassac a parfaite connaissance de ses droits et devoirs, répliquai-je, maudissant le protocole qui m’obligeait à parler ainsi à ma propre mère. Il n’a aucune envie d’outrepasser les limites de son pouvoir…
-Simplement de les atteindre et de les repousser, je suppose, murmura Eldan, plus pour lui-même que pour l’assemblée.
-…Je disais que Kassac ne désirait garder sous tutelle la fille d’Elstran que jusqu’aux derniers jours précédant son dix-septième anniversaire. Du fait des chamboulements récents ayant eu lieu au sein de votre famille, notre Seigneur et maître ne considère plus la dette de loyauté comme valide, et vous demande aimablement de la renouveler.
-Mais alors, intervint Legenis, pourquoi s’opposer au mariage? Après tout, il ne s’agit que d’un contretemps: admettons qu’il soit indispensable que…heu… notre aînée soit gage de notre loyauté, il nous suffira d’attendre cinq mois pour conclure l’union. En quel honneur…?
-En son droit inaltérable de suzerain tout puissant des Darkanisses. Il se trouve qu’au cours de cette période, le seigneur Kassac souhaite faire d’Eva la capitaine des armées d’Ezderon. »

Comme je m’y attendais, les réactions furent à la hauteur de l’annonce. Eldan s’étouffa à moitié avec la gorgée de vin qu’il venait d’engloutir. Le seigneur Selmène laissa échapper un couvert dans la sauce de son plat, ce qui eut pour fâcheux effet de tacher son costume de cérémonie et d’empirer encore son humeur massacrante; des protestations plus ou moins articulées s’élevèrent; la voix d’Eldan, plus puissante que les autres, domina un instant le brouhaha ambiant.

« C’est insensé! On ne nomme pas capitaine une jeune fille de seize ans, même initiée à l’art de l’escrime. On ne donne pas le commandement de près de cinquante hommes à qui n’a aucune expérience des champs de bataille! »

Cette fois-ci, sa colère était parfaitement légitime. Moi-même, je ne comprenais absolument pas ce choix. Lorsque Kassac avait évoqué son projet, j’avais tout d’abord cru qu’il plaisantait, et avait failli lui exploser de rire au nez. Eva était certes douée à l’escrime, elle qui s’entraînait tous les jours pendant près d’une heure. Son rêve était sans aucun doute celui de commander un jour des hommes sur le terrain. Mais elle savait parfaitement que son désir était insensé; sinon, pourquoi aurait-elle accepté de se marier, alors que cette extrémité lui coupait toute possibilité de jamais se trouver sur un champ de bataille? Un tel commandement était l’affaire d’une personne expérimentée, rompu à toutes formes de tactiques de combat, depuis le simple corps à corps jusqu’aux mouvements d’éclaireurs ou les charges de cavalerie. Eva ne possédait ni l’expérience, ni les connaissances nécessaire pour se retrouver ainsi propulsée au sommet de la hiérarchie militaire de nos montagnes. Et si ce n’était que cela… Je me trompais peut-être, mais je doutais sincèrement qu’une bande de cinquante soldats de tous âges, habitués à la camaraderie mâle et à la domination d’un chef viril, accepte sans sourciller qu’une femme les commande. Kassac avait lui-même occupé le poste de capitaine des armées, de même que son premier fils; il devait donc connaître cet état de fait mieux que personne. Cela ne l’empêchait pas de prendre une décision stupide, sans doute dans le seul but de provoquer les courtisans. Oui, la colère d’Eldan était plus que compréhensible, et je la partageai sur plus d’un point. Cependant, je n’étais pas complètement mécontente du choix. Sans doute parce qu’il arrachait Eva des griffes du mariage.

« Le seigneur Kassac vous invite à lui présenter vos griefs directement si l’envie vous en prend. Sa chambre est ouverte aux récriminations pour peu qu’elles soient constructives.
-Edrich reçoit? S’étonna l’héritier Krimin. Voilà qui est nouveau.
-Il est conscient des remous que sa décision peut causer, lui répondis-je. Exceptionnellement, il accepte d’en discuter avec les représentants des familles qui souhaiteraient protester.
Legenis se leva d son siège, passa les mains derrière son dos.
« Elstran proteste. Je me propose de même pour représenter les intérêts des Kamarin.
-Kamarin n’a pas voix au chapitre, répliquais-je catégoriquement. Ne parlez qu’au nom d’Estran. Qui d’autre?
-Je proteste pour Selmène, répondit Kandress en se redressant à son tour.
-Qu’en dit le seigneur Falmaran?
-Je me range au jugement de mes homologues. Je ne monterai pas moi-même, mais je leur délègue la parole au nom de Falmaran.
-Bien. Qu’en est-il des Krimin? Achevais-je en me tournant vers le seigneur Garl. »
Lui et Eldan échangèrent un regard. Le vieil homme hocha de la tête sans répondre. Son héritier se redressa à son tour, avant que de parler:
« Je représenterai Krimin. »

Comme je m’y attendais, tous protestaient. S’il n’y avait qu’Elstran à être concerné par l’annulation du contrat de mariage, tous avaient leur mot à dire sur la défense des territoires d’Ezderon. L’armée de Kassac restait la plus grande force militaire des Darkanisses, et en bon suzerain, il se devait de l’utiliser pour défendre ses vassaux. Le moindre risque de déstabilisation de cette puissance non négligeable pouvait menacer la sécurité de tous les domaines.

« Si nous devions renoncer à marier notre fille et à la léguer au service militaire d’Ezderon, puis-je demander ce que nous conseille Edrich pour combler notre manque d’héritier mâle? Intervint Dame Félicia, fébrile d’énervement. Puisque notre fille nous sera arrachée, qu’elle ne saura pas se marier et avoir des enfants pour repeupler le Domaine? Que doit-on faire, donner Cremala au premier gosse de paysan venu, lui donner le nom d’Elstran et en faire l’égal de chacun d’entre nous?
-Non pas, répondis-je, fuyant le regard de ma mère. Le seigneur Kassac vous rappelle que vous êtes encore en âge d’enfanter. Il propose que vous acceptiez de porter un enfant de Legenis, puisqu’il est votre mari. »

La Dame de Cremala ferma la bouche et se renfonça dans son fauteuil, non sans m’avoir préalablement gratifiée d’un regard incendiaire. Je savais pertinemment que c’était la dernière chose qu’elle accepterait de faire. A ses yeux, Legenis était un mal nécessaire, un mari de façade et un allié politique qui l’aidait à conserver le Domaine. Il ne l’avait jamais intéressé d’aucune autre manière, et elle le lui faisait savoir en se comportant avec lui de manière purement glaciale dès qu’ils étaient en privé. J’admirais d’ailleurs le régent de Cremala pour son acceptation patiente de cet état de fait. Toujours était-il qu’elle ne risquait pas de l’accepter dans son lit sans avoir d’abord exploré toutes les autres issues qui se présentaient à elle, si elle s’y résolvait jamais.

« Mais… Voulut intervenir Legenis.
-Assez, coupais-je. Je ne suis pas en mesure de répondre à toutes les questions. Que toutes les protestations soient débattues à la fin du repas. Les représentants des familles se chargeront d‘en informer Kassac, et au besoin de négocier avec lui. Le sujet est clos pour le moment.»
Malgré quelques réticences, tous acceptèrent de ne plus en parler. La nouvelle occupa cependant trop les esprits, et on entendit plus que de rares voix s’élever, tentant timidement et sans succès de briser le climat malsain qui s’était abattu sur la table. Les restes du premier service furent prestement enlevés, et remplacés par le second plat, un cochon en sauce qui aurait eu l’air séduisant s’il m’était resté la moindre trace d’appétit. Considérant sans passion la tranche fumante qui atterrit devant moi, je décidai qu’il était temps pour moi de m’occuper d’autre chose. J’allais à mon tour m’éclipser quelques instants.

*****
Alcerta était abattue. Tout allait de mal en pis, la réception tournait au vinaigre, et son très cher Edrich faisait encore une fois preuve de son don pour envenimer les choses, même en étant absent. Elle qui cherchait à écarter la politique des conversation, avait finalement réussi mettre sur le plateau, sans en avoir conscience, le sujet le plus épineux de la soirée. Dans ces conditions, elle avait décidé de ne plus s’occuper de rien, et s’était mise à discuter avec le vieux Garl Krimin. Abattu par la maladie, le vieillard était l’un des rares à n’avoir pas encore élevé la voix de la soirée, et de ce fait était du nombre du petit nombre d’individus civilisés encore dignes d’attirer son attention. J’aurais voulu lui poser une question, mais je me refusais à la tourmenter un peu plus, et me levai le plus discrètement possible. Si je n’attirai pas l’attention de la Dame d’Ezderon, plusieurs paires d’yeux me suivirent alors que je quittais la salle. Une héritière s’en va rarement sans attirer l’attention. Mais qu’importait, j’avais déjà mon excuse toute prête si on cherchait à me questionner.

J’atteignis sans encombre la porte du hall; je m’adossai un instant au mur de pierre qui me séparait de la salle à manger, en cherchant à me repérer. Il était l’homme à tout faire d’Ezderon, et devait donc se trouver à portée de voix de Dame Alcerta. Sans doute du côté des cuisines, pour superviser les opérations, et manger un morceau lui aussi. Les cuisines, c’était le plus probable. Je ne pouvais évidemment pas retraverser la salle à manger et rentrer par la porte de service. Je n’étais pas la maîtresse de maison, je n’avais donc théoriquement rien à faire de ce côté. Cependant, je savais qu’il existait une porte donnant sur les cuisines depuis le hall. Un couloir longeait à flanc gauche la salle de réception, et à flanc droit une flopée de petits salons où les courtisans pouvaient s’éclipser pour discuter tranquillement à l’abri des oreilles indiscrètes, avant de déboucher dans l‘antre des cuistots. Mon déplacement ne passerait peut-être pas inaperçu si les salons étaient occupés, mais c’était hautement improbable. Les nobles devaient tous être attablés devant leur cochon. Je passai donc l’arche de pierre simple donnant sur le couloir, sans chercher à être discrète.

Le bourdonnement continu qui émanait de la grande salle à travers le mur me cacha tout d’abord le son des voix. Ce fut la lumière filtrant doucement sous la porte du troisième salon qui me renseigna tout d’abord. Je m’arrêtai un instant, craignant que l’on me remarque et que l’on me questionne. Quelques éclats de voix étouffées se répondaient. Je pus identifier une voix féminine répondant à une masculine. L’échange semblait houleux. J’oubliai la prudence au profit de la curiosité, et m’approchai de l’entrée du salon, en veillant tout de même à rester invisible aux yeux des occupants.

« Mais comment? Explique-moi comment elle l’a su! »
La voix légèrement traînante même déformée par la colère, basse et sonore tout ensemble, les mots découpés à la serpe, détachés les uns des autres, ne pouvaient appartenir qu’à Ferlyz Selmène.
« Nous n’en avons parlé à personne, continua le cadet, furieux, à part à toi! Et à Karth, mais je n’ai pas de raisons de le soupçonner, lui. Tu n’aurais tout de même pas répandu l’information, comme tu sais si bien le faire?
-Voyons Ferlyz, rétorqua celle qui j‘identifiai comme Elanda Selmène, tu sais bien que la famille, c’est sacré. Enfin, sauf père, bien entendu…
-Bien entendu, ricana doucement son frère, encore sur la défensive.
-… Tu devrais même louer mes bavardages incessants. Sans ça, je n’aurais moi-même pas découvert ce qu’elle projetait. Heureusement qu’elle a gaffé auprès de Kaldryssa, sinon je ne l’aurais jamais su. Et je n’aurais pas pu prévenir Karth et Eldan. Ne sois pas injuste envers moi, pour une fois.
-Oui, oui, bien sûr. Excuse-moi, cette histoire me met les nerfs en boule…
-De toute façon, le vieux était hors service, vous ne risquiez pas grand-chose. Mais ça, on ne pouvait pas le prévoir… »

J’entendis des bruits de fauteuils que l’on repousse. Il était temps pour moi de quitter les lieux si je ne voulais pas être découverte lorsqu’ils sortiraient de la salle. Je n’avais pas compris grand-chose à leur échange, mais il se pouvait que j’aie capté des informations que je n’étais pas censée entendre. Il est rare qu’on s’isole de la sorte pour converser de banalités. Mieux valait être prudente, et disparaître promptement. Je reculai de quelques pas, me plaçai au centre du couloir, et me remis en marche, en espérant avoir réellement l’air de passer par là si jamais ils regardaient dans la direction de la porte. Aucune voix ne m’interpella depuis l’intérieur du salon. Je pressai l’allure, espérant atteindre les cuisines avant qu’ils ne sortent. Ça n’avait sans doute rien de grave de se rendre aux cuisines, surtout avec l’excuse que je m’étais forgée, mais je préférais ne pas prendre le risque de me faire remarquer.

Lorsque je poussai le panneau de bois léger, conçu pour s’écarter sous la pression d’un homme encombré de victuailles ou d‘un chariot quelconque, le remue-ménage des cuisines m’atteignit de plein fouet. Les odeurs de porc braisé, de volailles rôties, de fruits, de lait, de tripes, de gâteaux, de pain et de sueur se mélangeaient anarchiquement en un parfum violent et plutôt désagréable. Les serviteurs affectés aux cuisines couraient en tous sens, l’un ramenant en équilibre instable sur son bras une pile d’assiettes sales, l’autre se précipitant à la recherche de bouteilles de vin dans le cellier, un troisième criant au dessus du tintamarre après un œuf manquant, un quatrième battant sa crème d’une main, pressant un cinquième de l’autre. Je manquai de me heurter à une petite servante chargée de verres en cristal. Surprise, celle-ci manqua de trébucher, mais retrouva son équilibre avec une facilité étonnante, sans rien perdre de son précieux chargement. Elle me jeta un regard étonné et chargé de crainte. Sans aucun doute, la visite d’un puissant en plein milieu du repas n’était pas bon signe pour le petit personnel.

« Que… Que peut-on faire pour Notre Damoiselle?
-Oh, rien, répliquai-je en fermant soigneusement la porte derrière moi. Je cherche juste Ronix. Se trouve-t-il parmi vous?
-Si fait, répondit la jeune servante apparemment soulagée. Il mange avec le personnel des chambrées, près de la porte de service. Si Notre Damoiselle a besoin de quoi que ce soit d’autre… »

Je la libérai d’un petit geste de la main. Elle reprit immédiatement sa course à travers la cuisine. Je me frayai péniblement un chemin entre les tables de découpe, les chaudrons et les aides cuisiniers, en direction du fond de la pièce. Au détour d’une étagère de vaisselle, j’aperçus le large pan de bois, entouré de bancs de facture rustique, qui servait pour les repas du personnel. Ronix était assis là, en compagnie de deux serviteurs et de cinq bonnes. La nourriture qu’ils ingurgitaient était moins séduisante que celle qu’on nous servait à table, bien évidemment. D’après l’aspect général, cela ressemblait à un soupe de légume à la manière paysanne, mais l’aspect informe de la mixture ne rendait pas le verdict facile. Le porte-parole et premier serviteur d’Ezderon siégeait en bout de banc, sur le qui-vive, a moitié tourné vers la porte de service, à quelque pas de lui.
Mon apparition soudaine, et par un chemin inattendu, les prit de court. Dans un mouvement de panique, ils se levèrent brusquement, de manière totalement désordonnée. Un banc manqua de verser, et une des servantes avec. Finalement, ils furent debout, cherchant à se redonner un semblant de prestance. Seul Ronix demeura impassible, tous les autres visage exprimant avec plus ou moins d’intensité, la honte et la crainte. Je ne me savais pas si effrayante, et cela me fit un drôle d’effet de me sentir l’objet de la peur du puissant. A Cremala, nos deux serviteurs faisaient presque partie de la famille, et il n’y avait pour eux aucune raison de craindre quiconque, s’ils faisaient correctement leur travail. Sans doute ceux-là étaient-ils encore ignorants du caractère de la nouvelle venue dans la famille Kassac. Ils craignaient sans doute que fusse un tyran domestique. Ils avaient tort, j’aimais bien le personnel. Enfin, c’était à moitié faux; j’aimais surtout les porte-parole mutilés et introvertis. Pour les autres, j’avais bien le temps de me faire une opinion. Ce n’était pas pour eux que j’étais là.

Je m’approchai de Ronix, et lui adressai la parole, tout en faisant signe aux autres serviteurs de se rasseoir.
« J’ai besoin de vos talents. Une petite tâche à effectuer.
-Je suis à votre service, répliqua-t-il protocolairement.
-Bien. Suivez moi, je vous prie. »

S’il eut quelque appréhension au sujet de mes intentions, il n’en laissa rien paraître. Il s’inclina très légèrement et m’emboîta le pas, restant derrière moi, légèrement décalé sur ma droite à la manière de l’écuyer, comme je l’avais déjà vu faire pour Dame Alcerta. Nous rebroussâmes chemin. Lorsque j’atteignis la porte séparant les cuisines du couloir donnant sur les salons, je m’arrêtai et me retournai vers le porte-parole.

« Voilà de quoi il retourne. Tout d’abord, j’ai besoin de savoir si les salons de discussion sont actuellement occupés. Faites-en le tour. Si vous rencontrez quelqu‘un prétextez que vous avez entendu du bruit et que vous étiez venu voir si personne n’avait besoin de rien, ou toute autre excuse qui vous semblerait plus plausible. Ensuite, revenez me faire votre rapport. »

Il n’hésita qu’un instant, qu’il mit à profit pour me scruter de son œil valide. Puis il claqua légèrement des talons, se raidit, et partit de sa démarche souple et militaire en direction de sa mission, sans se retourner. L’habitude d’obéir sans poser de question, sans doute. Je restai à l’intérieur de la cuisine, de peur de me faire voir du couloir si quelque un avait l’idée d’y passer. Je craignais moins les bavardages des serviteurs qui devaient m’observer à la dérobée que les commentaires des nobles. De deux maux il faut choisir le moindre, disait-on. Seul le personnel des cuisines pouvait me voir là où je me trouvais, et je doutais que d’autres nobles qu’Alcerta fussent en contact avec eux. Et j’avais déjà appris à ne pas craindre de mauvais tours de la part de ma belle-mère. Mes oreilles siffleraient peut-être si les gens de cuisine avaient l’habitude de commenter les agissements de leurs maîtres entre eux.

Étrange. A la réflexion, je faisais preuve d’une prudence exagérée. Je n’avais qu’à m’isoler avec Ronix dans un salon sans prendre toutes ces précautions. Après tout, il y avait bien peu de chances qu’on nous surprenne. Et le cas échéant, je pouvais toujours prétendre que je transmettais au porte-parole des informations essentielles et secrètes destinées à Kassac. On n’irait pas vérifier. On ne ferait sans doute pas le rapprochement avec la scène qui avait provoqué la colère de Sangan, car personne n’avait dû avoir le temps de comprendre seulement son accès de colère à mon égard. Tout avait été trop vite. Aucun doute à ce sujet. Mes multiples précautions me rendaient peut-être plus suspecte qu’une décontraction feinte. La paranoïa était un mal de cour des plus courants, et j’y cédais déjà. Je résistai à la tentation de me retourner pour chercher les paires d’yeux qui, dans mon dos, devaient certainement m’observer.

Ronix ouvrit de nouveau la porte de la cuisine, pénétra à l’intérieur, et la referma avant de me faire face. Pendant qu’il parlait, je me pris à observer les contours du demi masque qui cachait ses mutilations, à la recherche de traces de brûlures qui seraient mal dissimulées. Je n’en trouvai pas, l’ouvrage était parfait. Cela me frustra, inexplicablement.
« Elanda Selmène sortait du premier salon lorsque je suis sorti dans le couloir. Elle est retournée à table. Asté Krimin est dans cette même pièce, elle est seule, et n’a besoin de rien. Les autres salons sont vides. »

Je soupirai doucement. Finalement, ma circonspection me servait. Elanda avait décidément le don d’ubiquité; si j’étais sortie avec le porte-parole, elle n’aurait pas manqué de nous voir. Et d’après ce que je commençais à savoir d’elle, c’était bien la pire chose qui aurait pu m’arriver. Restait Asté, mais je doutais d’avoir à la craindre. Si elle se trouvait seule dans un salon à une heure où personne n’aurait dû les occuper, je pouvais conjecturer que Ferlyz n’était pas loin. Ils seraient certainement trop occupés l’un par l’autre pour remarquer que le quatrième salon était le siège d’occupations peu avouables. A moins qu’ils ne soient aussi paranoïaques que moi, bien évidemment…

« Bon, repris-je après un instant de réflexion, suivez- moi. »
Je poussai le battant et marchai droit sur la première porte qui s’ouvrait à moi. Ronix entra à ma suite, et je pris soin de refermer le battant. Le quatrième salon de discussion était une petite pièce tendue de tentures rouges d’un épais molleton velouté, censé aider à conserver la chaleur du feu de bois. Aucune bûche ne flambait dans la cheminée, le temps des bavardages n’ayant théoriquement pas commencé. Quatre fauteuils entouraient un canapé faisant face à une bergère; les tissus recouvrant leurs coussins rembourrés étaient assortis aux tentures des murs. La faible lueur que jetaient quelques bougies mourantes sur le vermillon des sièges avait quelque chose d’étrange, à mi-chemin entre le convivialité chaleureuse d’un dîner au chandelles et l’aspect sombre du sang fraîchement versé. Je ne savais qui avait fait décorer cette pièce ainsi, mais il n’avait pas bon goût.

Je fis quelques pas en direction de la bergère avant de faire signe à Ronix de me suivre. Il jeta un œil résigné vers la porte fermée, résolut d’ignorer l’échappatoire, et marcha dans mon sillage. Je m’installai dans la bergère, me demandant ce que valait mon profil à la lueur d’une bougie. D’après Eva, le clair obscur allait bien à mon teint pâle.
Comme je m’y attendais, Ronix ne prit pas place à mes côtés, et resta planté près d’un fauteuil, attendant de voir ce que je lui voulais. Je croisai les jambes, laissant la fente basse de ma robe révéler mes mollets à la vue du porte-parole, avant de parler à nouveau :

« J’ai une première chose à vous dire. Je veux que vous alliez parler à Edrich Kassac. Dites-lui que comme il s’y attendait, les courtisans n’ont pas apprécié son idée. Eldan Krimin les représentera ce soir, une fois le repas terminé. »
Il hocha la tête en signe d’acceptation, puis se passa les mains dans son dos, attendant que je veuille bien le libérer. Ce que je ne fis évidemment pas.
« Deuxième chose. Je voulais m’excuser pour la conduite que j’ai pu avoir envers vous au cours du bal. J’ai été méchante avec vous, et vous ne le méritiez aucunement; je vous demanderais d’accepter mes excuses sincères.
-Vous n’avez pas à vous justifier ni à vous excuser auprès d’un serviteur, Ma Damoiselle, répliqua-t-il froidement.
-Je prends le loisir de le faire. Je ne veux pas que vous me traitiez en maître.
-Permettez-moi de vous rappeler vos mots, Ma damoiselle. Si j’ai bonne mémoire, vous en appeliez à votre rang d’héritière pour me forcer à danser avec vous…
-Oubliez cela, je disais n’importe quoi. Mais rappelez vous que le fond de ma pensée n’a pas changé.
-C’est-à-dire?
-Que je m’intéresse à vous. Vous me plaisez, c’est un fait…
-Il n’est pas dans mes attributions de plaire à l’héritière de Kassac, ni de l’amuser, me coupa-t-il sèchement.
-C’est pour cela que je ne veux pas que vous me considériez comme votre supérieure. Vous n’êtes pas mon obligé. Après tout, vous êtes bien plus qu’un serviteur. N’êtes vous pas un héros de guerre, un homme valeureux qui a perdu beaucoup pour défendre Kassac? En cela, vous méritez ma reconnaissance, comme mon intérêt. »

Ronix se voûta légèrement, changea l‘appui de ses jambes et ne répondit pas immédiatement, gêné d’être complimenté. Comme à chaque fois que j’avais réussi à le troubler, il reprit rapidement contenance, et m’opposa un nouvel argument.

« Supposons que j’accepte d’être autre chose qu’un serviteur pour vous. Vous n’êtes pas sans savoir que je sers Kassac avant tout, en plus de vous et de Dame Alcerta. Batifoler avec vous, ce serait aller contre toutes les convenances, ce serait passer outre la volonté de votre père, m’attirer sa colère et perdre mon poste. Or, je n’ai pas la moindre envie de devenir la risée des Darkanisses et de me faire démettre de mes fonctions pour les caprices d’une femme, fusse-t-elle héritière de mon seigneur. Surtout si elle est héritière de mon seigneur.
-Si vous voulez bien me passer le mot, j’ai la nette impression que Kassac se fout royalement de mes choix en matière d’hommes, sans doute autant qu’il peut se foutre des convenances. »

Le porte-parole tiqua, et se raidit. Il répliqua d’une voix froide, légèrement teintée de colère.

« Vous pourriez vous montrer plus respectueuse envers votre père.
-Allons, vous le connaissez mieux que moi, vous devriez connaître par cœur ses manières d‘agir et de penser. Vous êtes à son service depuis… quinze, seize ans? Pour ma part, je le soupçonne même d’être capable de vous ordonner de m’amuser, au cas où l’un de nous lui rapporterait mes intentions. Je suis bien placée pour savoir que lui-même n‘était pas le dernier à butiner du côté du petit personnel ou des femmes des autres. Est-ce que j’ai tort?
-Ce n’est pas une raison, grommela-t-il, déstabilisé, avec un semblant de mauvaise foi dans la voix. Vous évoquez les erreurs de Kassac dans l’idée de justifier la vôtre. Vous devriez plutôt en tirer une leçon, et ne pas les reproduire.
-Laissons de côté la morale et toute idée de servitude, voulez-vous…
-D’accord, répliqua-t-il après avoir pris une grande inspiration Je n’ai strictement aucune envie d’avoir une aventure avec vous. C’est plus compréhensible, de cette manière?
-Bien. Vous me brusquez, je préfère cela. D’homme à femme, dites-moi franchement… Est-ce que vous me trouvez belle?
-Ça n’a pas de rapport avec…
-Bien sûr que si, le coupai-je brutalement. Je vous ai demandé d’oublier les questions de devoir et de morale. Ce que je veux savoir de vous, c’est si je suis capable de vous plaire. De femelle à mâle, dirons-nous trivialement, pas d’héritière à serviteur. »

Ronix commençait à osciller doucement d’un pied sur l’autre. Il jeta un rapide coup d’œil vers la porte, un regard d’animal piégé. Il finit par répondre, en évitant soigneusement de me regarder en face:

« Je crois que je vais aller prévenir le seigneur Kassac à propos de la visite d’Eldan Krimin, si vous voulez bien m’excuser. »
Il s’inclina sèchement et bondit vers la sortie du salon si vivement qu’il était presque dehors lorsque je compris qu’il m’échappait. Sans m’en rendre compte j’étais en train d’entrer dans la même fureur méchante que lorsqu’il m’avait résisté au cours du bal. État que je m’étais pourtant promise d’éviter à l’avenir. J’interrompis son mouvement en l’interpellant de nouveau.

« Ronix! »

Il s’immobilisa, la main sur la poignée, et se retourna de mauvaise grâce.

« Depuis combien de temps n’avez-vous pas connu de femme? fis-je d’un ton sifflant que je ne contrôlais plus. Y en a-t-il beaucoup qui ont su enlever votre masque, qui ont pu vous regarder en face, qui ont accepté de tenir une main carbonisée? Si seulement vous avez été assez courageux pour surmonter vos blessures et en approcher une? »

Le porte-parole s’était statufié, et me contemplait d’un air médusé. Une partie raisonnable de moi-même me souffla d’arrêter, de laisser ma proie en paix, mais le tumulte intérieur qui m’agitait ne souffrait pas d’interruption. Il balaya la raison comme le vent entassant la neige en congères pour se frayer un passage au cœur des pires mois d’hiver, avec une violente brusquerie, laissant les bonnes pensées fourrées pêle-mêle dans un recoin reculé de mon esprit agité.

« Allons, Ronix, vous avez presque quarante ans. Vous croyez que vous aurez encore beaucoup d’occasions? Je suis sans doute la dernière femme qui s’intéressera jamais à vous. Est-ce si compliqué de saisir une occasion lorsqu’elle se présente? »

La main gantée de velours noir s’appuya lourdement sur la poignée de la porte, et le battant s’ouvrit. Avant de disparaître de ma vue, Ronix m’adressa quelques mots d’un ton de surprise indignée:
« Vous êtes bien une courtisane. »

*****

Je quittai le salon quelques instants à sa suite, ressassant avec dépit toutes les erreurs que j’avais commises. Encore une fois, je n’avais su m’en tenir à la ligne de conduite que je m’étais fixée. Au lieu d’en rester aux flatteries et aux propositions aimables, je m’étais encore laissée emporter dans ma petite spirale de folie personnelle. Me sentant impuissante, je l’avais agressé, visé sa fierté avec bassesse, comme si un tel comportement avait la moindre chance de le faire tomber amoureux de moi. J’étais persuadée qu’il me trouvait physiquement à son goût, car je le savais plus apte à se troubler en ma présence qu’en celle d’autres courtisanes, mais cet avantage, aussi réel soit-il, j’étais en train de le gaspiller stupidement.

Je me fustigeai mentalement pour ma conduite alors que je suivais le couloir pour retourner à la salle du festin. Une fois n’était pas coutume, Elanda ne se trouvait nulle part sur mon chemin. Je pénétrai à nouveau dans la grand-salle, et marchai vivement vers ma place, avec suffisamment de promptitude pour que tous n’aient pas le temps de me dévisager. Je pris de nouveau place aux côtés d’Alcerta. Ma mère adoptive se pencha vers moi, un léger reproche dans la voix.

« Tu as été bien longue. Le second plat est reparti et nous attendons les desserts.
-Une affaire urgente à régler. Tu connais ton mari mieux que moi, mentis-je de mon plus beau ton d’innocence. »

Alcerta haussa les épaules, et comme je l’espérai n’investigua pas plus avant, acceptant le fait que mon escapade soit le résultat de l’une des frasques d’Edrich Kassac. Fort heureusement, aucun autre convive n’eut la bonne idée de revenir sur le sujet. Le seigneur Selmène, les seigneur et héritier Krimin, les Elstran, ainsi que le seigneur Falmaran étaient trop occupés à organiser les arguments qu’Eldan porterait au devant du seigneur Kassac pour s’occuper d’autre chose. La suzeraine d’Ezderon les regardait d’un œil torve et ennuyé, chagrinée de voir que la politique collait à leur peau comme aucun vêtement ne saurait jamais le faire. Je jetai un œil vers Karth Selmène, et le vit se désintéresser totalement de la conversation, le nez en l’air et le regard au plafond. Étrange comportement pour un héritier, pensai-je un instant, avant de me rappeler qu’au lieu d’écouter ce qui se disait, j’étais en train d’observer les trognes qui s’alignaient autour de la table. J’absous Karth et repris mon petit tour de table. Kandress Selmène s’agitait, s’emportait violemment contre la décision de son suzerain, tout rouge d’une rage particulièrement mal contenue et sans aucun doute de quelque verre de vin en trop. Il me rappelait l’un de ces personnages de farce, que les acteurs font vivre par de grossières mimiques et un ton coléreux étourdissant d’enrobages inutiles. C’était pourtant un homme généralement affable et posé, plein de sa petite suffisance d’homme d’élite, toujours prêt à trouver une finesse diplomatique pour ennuyer les courtisans. Mais ce soir, il se conduisait comme une brute, parlant à tord et à travers, sans arguments valables, se contentant de pérorer contre l’incompétence de celui qu’il n‘avait jamais contesté avant la guerre du Kamarin. Il fallait dire à sa décharge que la soirée avait été éprouvante pour lui; je ne savais pas exactement comment s’était déroulée l’entrevue avec les Mentar, mais les petits complots d’Elanda n’avaient pas dû les mettre de très bonne humeur. Il était même probable qu’ils aient mis fin au contrat de mariage. Aveuglé de frustration, le vin aidant, notre cher premier vassal d’Ezderon se donnait en spectacle.

Face à lui, Eldan, d’apparence parfaitement serein, semblait prendre un malin plaisir à mettre son aîné dans tous ses états. Il répliquait d’un ton net et vif, écartant tous les arguments ineptes de Kandress sans lui montrer le moindre respect, sans aucune délicatesse. Le seigneur Selmène s’indignait plus encore, et s’enfonçait dans son ridicule. Je scrutai l’héritier Krimin pour tenter d’y lire quelque sentiment de haine, de triomphe ou autres, mais comme à chaque fois, ce fut seulement le masque impénétrable et inexpressif qu’il me fut permis de découvrir. Je trouvai étonnant qu’il montre aussi peu de diplomatie envers le seigneur, alors qu’ils étaient potentiellement alliés dans la petite bataille politique qui se profilait.
En bout de table, ma mère véritable ne parlait pas. Son coup de sang à l’entente de la nouvelle l’avait apparemment vidée de ses forces, et elle restait là, le teint pâle, laissant son regard aller des uns aux autres, au fur et à mesure que la parole changeait de bouche. Legenis s’impliquait pour sa part, raisonnant plus sainement que son homologue Selmène; il n’avait pas l’air particulièrement détendu, mais se maîtrisait plutôt bien. Le seigneur Falmaran restait relativement discret, l’air un peu renfrogné, mais parlait de temps à autres, pour souligner tel argument, ou dénigrer tel autre. Eldan semblait le chef d’orchestre de ce petit comité de discussion, accompagnant ses paroles de mouvements de mains renforçant leur impact, donnant la parole et la reprenant par de petits gestes impératifs. Il émanait de lui une sorte d’aura de commandement et personne, pas même le houleux seigneur Selmène, ne contestait son autorité.

A son côté, son vieux père semblait se ranger systématiquement à son avis sans même discuter une seule fois, comme si le pouvoir du domaine Krimin n’était déjà plus entre ses mains. Sa seule participation au débat consistait en de petits mots d’approbation discrète lorsque Eldan se penchait vers lui pour s’assurer de son avis sur un point particulier. Il avait l’air proprement épuisé par ces quelques heures de mondanités, et son visage, marqué de fatigue et de maladie, semblait cadavérique. A vrai dire, il n’était sans doute plus capable d’assumer pleinement sa charge, et devait se reposer largement sur son héritier pour diriger en ce jour. De fait, Eldan se comportait comme tel, sans prétention aucune, mais avec une présence incontestable.

Tous tombèrent d’accord peu avant l’arrivée du dessert, et à nouveau le calme régna autour de la table. Les conversations reprirent doucement, sur des sujets beaucoup moins explosifs. Karth et Eldan commencèrent à discuter de l’état des écuries des Selmène. La dame de Selmène se tourna vers le seigneur Stallar et l’assomma d’un babillage terrifiant sur la pluie et le beau temps et il n’y a plus de saisons voyez vous, les dames Falmaran et Elstran dérivèrent vers le macramé, tandis que Legenis s’enquérait de la santé de Garl Krimin. Je me retrouvai pour ma part à bavarder du personnel d’Ezderon avec Dame Alcerta. Ces échanges distraits se prolongèrent jusqu’à ce que la pièce montée fût réduite à rien par les plus gourmands d’entre nous, Karth Selmène et ma mère adoptive en tête.