Voilà, je poste tout ce qui est déjà apparu sur l'atelier de travail, pour continuer là bas avec le nouveau texte. C'est long, je sais...)


Cette fois-ci, la danse ne fut qu’une formalité, qui se déroula sans incident notable. Le morceau qu’avaient choisi les musiciens était une sorte de Passe-pied rustique, simple et joyeux, très loin de la complexité galante de la danse précédente. Une pièce musicale telle qu’on en jouait dans les bals populaires, que de piètres danseurs pouvaient toujours exécuter presque honorablement. Nous n’eûmes donc aucun mal à suivre le rythme, et beaucoup de danseurs échaudés reprirent la piste d’assaut.
Lorsque la pièce musicale s’acheva, j’offris ma main droite à Legenis pour qu’il me mène à la rencontre du dernier héritier des Domaines. Le nouveau compagnon de Dame Félicia s’exécuta diligemment, et nous nous avançâmes de nouveau vers l’estrade des musiciens. Ce que j’y vis ne me plut aucunement.

Cordryssen, le premier de Falmaran, n’avait toujours pas réapparu. Edrask occupait toujours la place désignée de l’héritier, à la droite et un pas en arrière du seigneur Stallar. Danser avec un tel individu me répugnait singulièrement, et je me doutais bien que le sentiment était réciproque : Edrask et moi nous détestions cordialement depuis notre première rencontre, lors de l’une des quelques visites amicales que le domaine Falmaran avait rendu à Cremala. Je n’avais alors que huit ans, mais il n’était pas d’âge pour s’offenser de la prétention dominatrice de cet être insignifiant, qui entendait tyranniser tout ce qui portait des jupons et ne le dépassait pas d’une tête. Eva et moi l’avions pris en grippe immédiatement, alors qu’il paradait stupidement dans le hall de notre propriété, et depuis lors, les tensions entre nous ne s’étaient jamais affaiblies.

Pourtant, en l’observant discrètement alors que nous nous rapprochions rapidement de l’estrade, je remarquai qu’il n’avait pas le moindre regard pour moi, lui qui d’habitude ne ratait jamais une occasion de me rappeler combien il méprisait les femmes refusant de se plier systématiquement à sa volonté de grand monarque. Au contraire, il contemplait ses bottines avec une assiduité pour le moins étonnante. Il semblait tendu, son visage fin et délicat contrarié, et ses mâchoires se serraient, comme quelqu’un qui attendrait le fouet. Ce n’était certes pas le type d’attitude auquel il m’avait habituée, lui d’habitude si imbu de sa personne.

Alors que Legenis et Stallar se saluaient brièvement, je me rendis compte que l’attitude de la salle avait de nouveau changé. Si les nobliaux avaient montré un certain intérêt quant à mon premier contact avec Karth, suivi placidement celui avec Eldan, et s’étaient amusés de l’échange entre Legenis et Ronix, il ne faisait désormais aucun doute que l’on arrivait au clou de la soirée. Tous s’étaient ostensiblement rapprochés : les nobliaux formaient désormais un mur derrière nous, serrés les uns contre les autres, prêts à ne pas perdre un mot de ce qui allait se dire. Eldan et Karth, pourtant apparemment en grande conversation jusqu’ici, s’étaient interrompus et retournés vers la scène. Ronix lui-même, et ce malgré l’échec cuisant dont il sortait à peine, avait fait trois pas pour se placer dans le dos du seigneur Stallar, prêt à prendre note de tout ce qui sortirait de la bouche des protagonistes. Legenis se rendit compte lui aussi du brusque changement d’atmosphère, à présent lourde et pressante, chargée d’une attente presque malsaine, et je le sentis se raidir à mon côté. Sans doute s’attendait-il à quelque nouveau piège, à moins qu’il n’en sache déjà plus que moi. C’était peut-être là le deuxième point dont Elanda avait voulu m’entretenir, et il était certain que depuis le début de la soirée, l’information avait circulé parmi les convives. Et que mes obligations m’avaient empêché d’entendre. J’étais, ainsi, l’une des rares personnes de la salle à être encore ignorante de ce qui allait résulter de l’échange...

Legenis prit une légère inspiration, puis, brisant le silence accablant qui planait sur la salle, prononça les quelques paroles rituelles :
« Au nom de la famille Elstran, quatrième vassale d’Ezderon, je confie à la maison Falmaran le soin de faire danser l’héritière de Kassac. »
Puis il retomba dans le silence. Stallar eut l’air d’hésiter un instant, quelques secondes qui parurent des heures dans le temps suspendu à des dizaines d’esprits avides, en attente de l’événement du jour. Enfin, le seigneur Falmaran parla, se contentant d’une seule et unique phrase :
« Au nom de mon domaine, et pour les raisons que le seigneur Edrich Kassac connaît, je me vois obligé de refuser. »

La tempête après le calme. A peine ces quelques mots eurent-ils quitté les lèvres de Stallar que la noblesse se déchaîna. On se mit à parler, à tout va, à monter le ton, à crier même. On s’échauffa rapidement, des dissensions naquirent au sein de l’auditoire, et je n’y comprenais rien. Alors que l’éclat des voix entremêlées se faisait plus intense, je vis Ronix se pencher sur l’épaule du seigneur Falmaran et lui chuchoter quelques mots. Je vis Edrask, blanc comme un linge, regarder d’un air hébété Eldan et Karth, qui lui souriaient à pleines dents, visiblement ravis de ce qui se passait. Je vis Legenis passer d’un pied sur l’autre, ne sachant trop quoi faire. Je vis le seigneur Falmaran acquiescer à l’intention du Porte-parole d’Ezderon, qui se détourna et vint chuchoter à l’oreille de Legenis. Je vis le teint d’Edrask se teinter de vermillon, et je le vis quitter précipitamment sa place, dans une direction apparemment choisie au hasard. Et je ne comprenais toujours rien. J’entendis le ton monter encore dans mon dos. Confusion…

Ronix releva la tête, observant la salle par-dessus mon épaule d’un air excédé. Du plus puissant de sa voix, il tenta de surmonter le vacarme ambiant :
« Mesdames ! Messieurs ! Un peu de calme, je vous prie ! »
Brouhaha ininterrompu, intervention échouée. Le messager tenta de nouveau de dominer la foule, de ramener l’ordre. Eclats douloureux de bruits blessant mon esprit. Incompréhension. Une main sur mon bras… Elanda.
« Je vais t’expliquer ce qui se passe. Tu ne peux pas savoir, tu viens d’arriver… »
Je ne répondis rien, encore étourdie par la tornade sonore qui sévissait dans la salle. Elanda glissa son bras sous le mien et m’entraîna légèrement à l’écart du tumulte, m’aidant en cela à reprendre quelque peu mes esprits.
« Moi-même, reprit la Selmène d’un ton excité, légèrement fébrile, je l’ai appris seulement avant-hier, et pourtant je vis à la cour. L’héritier de Falmaran, Cordryssen, a eu un grave accident il y a quelques jours. Un cheval au galop sur un chemin gelé, un rocher au mauvais endroit, au mauvais moment… Le pauvre a subi une grave commotion cérébrale. Il est mort il y a quatre jours, maintenant.
-…Messieurs, nous ne somme pas ici pour nous entretuer !
-Mort ? répondis-je sans réellement comprendre.
-…Soyez raisonnables, je vous en prie !
-Oui, mort. Le domaine doit donc revenir à Edrask, d’après les lois des Darkanisses. Seulement… L’idée de Kassac, je veux dire, celle de te choisir comme héritière…
-… taisez-vous, bons Dieux !
-Pas de blasphèmes en ces lieux ! Claqua la voix de Kermal Sangan, en réponse à celle de Ronix, par-dessus le tapage incessant.
-… Je disais donc, reprit Elanda, tentant de garder le fil de son récit malgré le chahut ambiant, que Stallar Falmaran s’est apparemment mis en tête de faire de Kaldryssa son héritière, aux dépens d’Edrask. Il vient d’officialiser sa position : il a refusé à celui-ci son premier rôle en tant que successeur. Il a renié ses droits au trône…
-Silence !hurlèrent de concert le grand prêtre et le porte-parole d’Ezderon, ayant décidé d’unir leurs forces plutôt que de s’affronter. »

Je restai coite, incapable de trouver quoi répondre. J’attendais tout sauf cela. J’avais pourtant vu Kaldryssa, avais échangé quelques mots avec elle et observé Edrask à la dérobée, mais rien n’aurait pu me faire deviner qu’ils étaient en deuil de leur frère aîné. Je ne connaissais pas ledit Cordryssen, mais il ne me semblait pas qu’il fût en conflit avec Kaldryssa. Du moins, pas au pont qu’elle ne pleure pas sa mort. Pourtant, je l’avais vu discuter, rire, comme si rien ne s’était passé, que tout allait pour le mieux. Ce n’était pas le comportement que j’aurais attendu d’une Dame en deuil. Peut-être était-ce un moyen de se protéger de sa propre peine. A moins, simplement, que ce ne soit la joie d’être la deuxième femme des Darkanisses à bouleverser l’ordre établi. Je fermai les yeux, espérant intensément que ce ne fût pas le cas. J’avais une grande estime de Kaldryssa, et j’espérai fortement me tromper sur les raisons de son apparente indifférence à la mort de l’un des siens : je n’étais pas prête à revoir mon jugement sur elle, qui représentait à mes yeux la courtisane fréquentable par excellence. Si elle devait se révéler aussi amorale que son imbécile de frère, il n’allait pas me rester grand monde à estimer au sein de ce fatras de petits nobles qui constituaient la cour d’Ezderon. Edrask, lui, s’était montré préoccupé toute la soirée, mais je me rendais maintenant compte qu’il s’agissait plus du risque d’être répudié par son père et de perdre ce que son frère lui léguait par défaut, que d’une peine réelle.
Cette mort brutale, couplée avec l’imminence de la fête du dégel, avait apparemment précipité les choses. De tels conflits de successions n’auraient pas dû apparaître avant que Cordryssen ait été mis en terre. Les funérailles officielles n‘avaient même pas encore pu être organisées, puisque la nouvelle venait à peine d’atteindre Ezderon lorsque les invités avaient commencé à arriver. Rien ne pressait l’inhumation, puisque les chapelles ardentes creusées dans les sous-sols des résidences darkaniennes étaient assez froides pour conserver les corps plus de deux semaines dans un état décent. Le seigneur Stallar avait profité de cela pour différer l’enterrement, et affirmer son choix au cours de cette soirée, poussé par la ruse du seigneur Selmène. Et déjà, dans l’agitation de la salle, on s’enflammait non pour ce coup du destin qui frappait Falmaran, mais pour ou contre le choix politique qui en découlait. Déjà, Cordryssen devait être oublié dans les esprits, sa mort étouffée par le scandale de la décision du Falmaran. Car lui ne disposait pas de l’état de grâce qui avait permis que la décision d’Edrich Kassac ne soit pas ouvertement contestée, et de plus, il n’avait pas l’excuse de n’avoir aucun héritier mâle sous la main pour compenser la perte.

J’étais pourtant assez heureuse du choix du seigneur Stallar, qui semblait vouloir privilégier sa fille pour accéder au trône, heureuse de voir qu’un autre progressiste se trouvait au sein même des plus influents acteurs des Domaines. Cependant, sa décision me faisait peur : car si le choix de Kassac avait provoqué de nombreuses réactions parmi les conservateurs, celui du Falmaran sonnait comme une déclaration de guerre ouverte. Chose que le chahut de la salle ne confirmait que trop bien. J’étais décidément arrivée à l’un des pires moments possibles au cœur des intrigues de cour. Car la suite des événements promettait d’être pour le moins mouvementée.
Plongée dans mes réflexions, je remarquai à peine que les efforts conjugués du grand prêtre, dont la voix sinistre savait s’immiscer dans l’esprit des croyants par son ton d’imprécateur si particulier, et du porte-parole, dont l’organe dominait encore celui de Sangan, commençaient enfin à porter leurs fruits, et peu à peu, la salle se calmait.

Restait un autre petit mystère. L’apparition si rapide d’Elanda, des explications à fleur de lèvres, était certes opportune pour moi, mais m’étonnait quelque peu. Elle n’avait pas mis plus d’une quinzaine de secondes à me rejoindre, et ce malgré le fait que je ne sois encore qu’une vague connaissance pour elle. Malgré le fait qu’elle aurait certainement dû, comme l’ensemble des nobliaux présents, débattre ardemment de la chose avec la personne la plus proche d’elle. Le fait qu’elle ait jeté son dévolu sur moi n’avait somme toute rien d’innocent.

« Pourquoi m’as-tu raconté cela ? demandai-je à Elanda en me retournant à moitié vers elle. J’aurais pensé que tu allais plutôt en discuter avec Kaldryssa, puisqu’elle est la principale intéressée…
-Votre comportement est inacceptable ! sermonnait le grand prêtre plus avant dans la salle.
-Qu’est ce que… Oh ! Fit-elle, apparemment surprise de ma question. En fait, tu sais, c’est assez bête, mais comme tu ne savais pas encore, j’avais besoin de te raconter. La plupart des autres savaient tout, c’est tout de même moins amusant…
-…Nous sommes ici pour apaiser les tensions qui existent entre nous, pas pour en créer de nouvelles ! suppléait Ronix.
-Amusant ? répliquai-je, surprise, en la regardant de travers.
-Oui, toutes ces petites intrigues sont d’un divertissant ! me répondit-elle d’un ton léger, presque enfantin. C’est tellement vivifiant de commérer sur les complots des courtisans…»

Je m’attendis presque à la voir battre des mains tant elle avait l’expression réjouie d’un bambin qui s’exerce à son activité préférée. Sa réponse me fit froid dans le dos. J’avais simplement oublié que toutes les personnes qui me semblaient sympathiques pouvaient elles aussi avoir une certaine mentalité courtisane, et Elanda venait d’en faire magistralement la preuve. Elle aussi semblait avoir oublié le mort, et s’excitait de la manigance alors que moi cela me dégoûtait. Je restai coite un instant, avant de reprendre, pour m’assurer que j’avais vu juste.
« Mais… et Cordryssen ?
- ? … Oh ! Pauvre homme, c’est bien dommage, ce n’était pas le mauvais bougre. Mais… Ce qui est fait est fait, n’est-ce pas ? »
Elle avait, je le sentais, parfaitement compris le sens de ma question. Son ton s’était fait un peu coupable, et sa dernière phrase sonnait comme une excuse, accompagnée d’un geste d’agacement qui semblait clore le sujet. Je n’allais cependant pas abandonner aussi rapidement, prête à la culpabiliser de son manque d’émotion, mais elle reprit immédiatement, sans aucun doute pour ne pas me laisser le temps de revenir à la charge. Pendant ce temps, sous l’ordre du Porte Parole, les musiciens s’étaient remis à jouer, et la salle oubliait peu à peu ses dissensions pour se replonger dans la danse.
« L’enterrement aura lieu dans trois jours, si tout se passe normalement. J’irai, bien entendu. Je suppose que tu y seras conviée aussi, Kassac ne va pas envoyer de nouveau Mia le représenter comme il l’avait fait pour le seigneur Elstran… Enfin, sait-on jamais avec lui. Depuis qu’il garde le lit, j’ai l’impression qu’il fait un peu n’importe quoi. »

Je hochai la tête, ne l’écoutant qu’à moitié. D’un œil distrait, je suivis la silhouette de Ronix se coulant vivement dans l’embrasure d’une porte de service, passant juste à côté d’Eldan et de Karth. Ceux-ci avaient semblait-il repris leur conversation, et regardaient tous deux, l’air grave, légèrement inquiets, un coin de la salle de bal qui m’était caché par les convives.

« Je suis désolée, je vais devoir te laisser d’ici peu, il paraîtrait que mon père m’aurait trouvé un prétendant, et que je suis sensée lui faire des simagrées… reprit la Selmène, accompagnant ses mots d’une grimace dégoûtée qui ne laissait aucun doute quant à l’intérêt qu’elle portait à cette rencontre. »
J’eus tout à coup un sursaut d’intérêt. Les mariages arrangés étaient toujours l’une de mes plus grandes sources d’indignation face aux coutumes traditionnelles des Darkanisses, et trouver une nouvelle victime avec qui je pourrais m’épancher sur le sujet me procurait une certaine satisfaction. Ce n’était pas à Cremala que j’aurais pu trouver d’autres personnes révoltées par ces mesures : Dame Félicia préparait sans remords le mariage arrangé d’Eva, Legenis devait à cette coutume d’être passé d’une branche cousine et sans aucune influence des Elstran, à la tête d’un domaine, si petit soit-il. Quant à Eva, son acceptation paisible de la chose m’empêchait de partager avec elle ce besoin de révolte. Elanda était la première depuis longtemps à aborder le sujet avec l’air suffisamment écoeuré pour que je me sente prête à en discuter avec elle.

« Comment donc ? Ton père n’a pas remarqué l’échec du mariage de Ferlyz et de Kerdilla ?
-Oh, pour lui, cela n’a rien d’un échec, rétorqua-t-elle, d’un ton chargé désolé qui contrastait violemment avec son aspect enjoué des instants précédents. Politiquement parlant, cela lui permet de montrer au Kamarin qu’il est désormais dépendant de la volonté des domaines, et aussi de calmer les espérances de Ferlyz pour la succession du domaine. Il ne s’est simplement pas soucié du bonheur des futurs mariés. Comme il ne se soucie pas du mien, je suppose. Karth a de la chance, il prend plus soin de lui, puisqu’il est l’héritier.
-Et qui est… l’heureux élu ?
-L’aîné des garçons de la lignée cousine des Falmaran, les Mentar. Tu les connais bien, n’est ce pas ? »

Je secouai la tête en signe d’assentiment. Les Mentar entretenaient depuis longtemps des relations cordiales avec le domaine de Cremala, y mariant régulièrement leurs filles. Avant d’être Elstran, Dame Félicia avait d’abord été une Mentar, mariée à Cordrech par intérêt, et qu’elle avait la chance d’aimer. La mère de Cordrech, elle-même, était elle aussi issue de cette lignée. La famille Mentar n’avait pas la moindre puissance au sein des Domaines, légitimement placée sous l’égide de leurs cousins les Falmaran. Cependant, l’alliance entre nos deux familles avait permis d’éviter une guerre, à l’époque où le père de Stallar, encore non soumis à la volonté d’Ezderon, s’était trouvé des velléités expansionnistes et avait louché du côté des terres de Cremala. Le mariage de mon grand-père et de ma grand-mère, tous deux aînés de leurs familles, avait permis de raisonner le seigneur gourmand et d’installer une paix relative entre les deux domaines, qui s’était renforcée au fil des ans. De fait, nos trois familles, Mentar, Elstran et Falmaran, étaient très proches les unes des autres, et nous nous rendions visite les uns aux autres assez fréquemment. Je connaissais donc assez bien l’homme qu’on souhaitait marier à Elanda, d’autant mieux qu’il avait aussi été le premier prétendant d’Eva. Sa demande en mariage avait été déboutée d’un commun accord entre nous, car les chefs de famille craignaient par trop la consanguinité qui nous guettait si nos deux lignées continuaient ainsi de se mélanger. L’individu était plutôt plaisant à mon goût, intelligent et raffiné, doté d’un grand sens du contact qui le rendait éminemment sympathique.

J’en fus contrariée. Après tout, j’avais questionné Elanda pour pouvoir critiquer le prétendant, et au travers lui le choix du seigneur Selmène. S’il s’avérait que le futur fiancé était l’un des rares hommes que j’aurais moi-même accepté d’épouser quelle que fut la manière dont il m’aurait été imposé, j’allais être en mal pour m’épandre comme je le souhaitais.

« Tu l’as déjà rencontré auparavant ?
-Pas vraiment, juste entraperçu au cours de l’une ou l’autre fête du Renouveau ou quelque cérémonie officielle.
-Tu aurais pu plus mal tomber, fis-je, un peu hésitante de peur que ma remarque ne blesse ma compagne. Je le connais assez bien, et il n’a rien d’un monstre sanguinaire…
-Là n’est pas le problème, rétorqua Elanda, accompagnant ses mots d’un geste d’agacement : comme je l’avais soupçonné, ma réaction n’était pas celle qu’elle attendait. Je me fiche simplement de savoir s’il est humain ou aussi invivable qu’Edrask, c’est une question de principe. Je ne ferais pas le plaisir à mon père d’exécuter sa volonté. Je ne veux pas être un pion entre ses mains, un point c’est tout.
-Tu ne feras pas… Je croyais qu’on ne laissait pas le choix aux futurs mariés. Ton frère n’a pas eu le droit de refuser, si je ne me trompe. »
Elanda repoussa une mèche folle qui s’échappait de sa chevelure derrière son oreille, puis sourit comme pour elle-même, d’un petit mouvement de lèvres un peu rêveur, mais pourtant chargé de violence.

« Vois-tu, me répondit-elle du ton doucereux et presque pervers de l’intrigante qui se cachait en elle, ce mariage-ci n’a rien à voir avec celui de Ferlyz et de Kerdilla. Le Kamarin n’a jamais eu voie au chapitre, et il a dû livrer sa fille préférée comme un vulgaire trophée de guerre au premier allié du vainqueur. Dans mon cas, il doit y avoir mariage si les deux partis s’accordent. Je sais parfaitement que je ne pourrais faire dévier mon père de son projet, il est trop borné. Il aurait très bien pu signer le contrat de mariage avant même de m’en parler. Mais les Mentar n’ont pas accepté. Ils préfèrent apparemment que leur fils et moi nous rencontrions au moins une fois avant d’accepter l’alliance entre nos deux familles.
-Et alors ?
-Alors, fit-elle avec un sourire carnassier, il suffit qu’à partir de ce soir, mon prétendant n’ait plus la moindre envie de se marier avec moi pour que les Mentar se rétractent.
-Si je comprends bien, tu vas profiter de ce soir pour le dégoûter à jamais de toi ? »
Le sourire s’élargit encore, me confirmant que tel était bien son projet. Je ne savais pas trop que penser de l’action d’Elanda. Il était un temps où je l’aurais glorifiée sans condition, comme le symbole d’une lutte courageuse contre l’imbécillité d’un choix castrateur. En cet instant, pourtant, j’hésitais à l’interpréter plutôt comme une action irréfléchie portée contre un futur plutôt enviable, sans connaissance de cause.

« Pauvre homme. On ne peut pas dire qu’il ait de la chance avec les femmes… fis-je distraitement, tout en suivant le cours de ma pensée.
-Qu’est ce que tu dis ? »
Le front de la Selmène s’était plissé, et une lueur intriguée s’était mise à luire au fond de ses yeux de jade. Je haussai les épaules pour écarter l’interrogation, mais Elanda revint immédiatement à la charge, désireuse de savoir ce dont j’avais voulu parler. J’eus soudain l’impression que je devais me taire, mais je cédai sous la pression de ma compagne, et lui racontai succinctement l’histoire du mariage avorté avec Eva, certaine qu’elle devait connaître l’histoire aussi bien que moi. Je me trompais.

« Oh ! Le beau ragot ! fit-elle, tout sourire, avec, de nouveau, cet air de petite fille à qui on offre une sucrerie.
-Tu ne savais pas ?
-Non, cette histoire là ne s’est jamais répandue à Ezderon ni à Selmène. Ou sinon, j’aurais été la première à le savoir. Mais je suis bien contente de l’apprendre ce soir, comme cela il aura une bonne raison de me détester. »
Je me rendis soudain compte de la bourde que je venais de faire. J’avais toujours cru que cette histoire de déboutement était connue de tous, simplement parce que tous à Cremala en étaient informés. Il ne m’était jamais venu à l’esprit que ce petit épisode avait pu être gardé secret entre nos deux familles, et que je venais d’en offrir l’exclusivité sur un plateau d’argent à la personne qui allait s’empresser au plus vite de le répandre partout. Car pour Elanda, cette information représentait une arme politique indéniable, et elle ne se priverait pas de l’utiliser. Une sueur glacée naquit au sommet de ma nuque, et entreprit de dévaler la pente de mon dos alors que je prenais conscience de ma première erreur diplomatique de mon séjour à Ezderon.

« Elanda ! »
La jeune femme tourna vivement la tête en direction de l’appel. Il émanait de la haute stature du seigneur Kandress Selmène, qui fondait droit sur nous. Elanda soupira bruyamment, certainement assez fort pour que son père l’entende, puis se prit à contempler le plafond alors qu’il nous rejoignait, l’air furieux.
« Eh bien, qu’attends-tu ? Tu devais venir honorer ton fiancé dès la fin des premières danses ! Ne les laisse pas s’impatienter. »
Elle rabattit son regard sur lui, affichant un sourire goguenard lui mangeant presque tout le visage. Ses yeux de jade, pleins de défi, croisèrent les yeux clairs et enragés de son père. Il se jaugèrent un instant, puis Elanda répliqua, d’un ton de dérision :
« Oh ! Comme c’est triste. J’avais oublié, vois-tu… Comme c’est gentil à toi de venir me le rappeler, cher père. »
Kandress Selmène ne broncha pas sous le sarcasme, et attrapa vivement le bras de sa fille pour l’attirer vers un coin de la salle où je pus repérer la silhouette du couple Mentar et de leur aîné. Sentant que je perdais l’occasion de rattraper mon erreur, je saisis la deuxième main d’Elanda et la retins une seconde. Sous le regard soupçonneux du seigneur vieillissant, j’approchai mes lèvres de l’oreille de la Selmène et lui murmurai précipitamment :
« Je n’étais pas sensée te dire cela… »
Elle résista encore un instant à la traction que Kandress exerçait sur son bras et me glissa à son tour :
« Ne t’inquiète pas, je n’ai aucune idée de qui a bien pu me le dire. Mais je l’ai entendu, et cela, c’est certain. »

Puis, elle se laissa arracher à moi. Le regard noir que lui jeta son père après avoir glissé sur moi m’apprit qu’il s’était apparemment convaincu que nous nous étions moquées de lui. La phrase d’Elanda tourna et retourna dans ma tête, alors que je les regardais se frayer un chemin entre les couples de danseurs et les groupes bavardant ça et là. Elle me couvrirait, mais la chose se saurait malgré tout. Dépitée par mon étourderie, je ne me rendis pas immédiatement compte que j’étais dorénavant seule, et ce pour la première fois depuis le début de cette soirée.

*****

Je restai un instant sur place, soudain désoeuvrée. La soirée s’était jusqu’ici révélée savamment encadrée par la volonté intrigante d’Edrich Kassac, mais j’étais désormais libre de mes actes, au cœur même de la réception. On ne faisait plus attention à moi, chacun parti de son côté, à ses propres activités. Près de la moitié de la salle s’était décidée à danser encore une partie de la soirée, et tout l’espace central était occupé par les couples en mouvement. Les quelques groupes occupés à discuter s’étaient vus refouler vers les coins de la salle, ainsi que dans la galerie de colonnades discrète qui courait tout le long des murs est et ouest. J’étais toujours près de la scène, et ma position me donnait une vue privilégiée sur l’ensemble de la salle de bal. Je profitai de cet avantage pour laisser mon regard errer, tandis que je cherchais quoi faire pour occuper le reste de la soirée avant le dîner.

La première chose que je vis fut la stature courte et râblée de Ferlyz Selmène s’approcher seule de l’ouverture donnant sur la galerie est. Le jeune homme arborait un air dégagé, et avançait d’un pas nonchalant, comme s’il laissait ses pas le porter où bon leur semblait. Le regard, pourtant, démentait l’attitude. Je ne pus apercevoir clairement le fond de ses yeux, qui allaient et venaient, se posaient sur tout et rien, ne restant pas plus de quelques fragments d’instants fixés sur quoi que ce soit, mais leur vivacité et la lueur indéfinissable qui y traînait, comme une aurore boréale luisant sur un fond de nuit fuyante, révélait l’état de tension dans lequel le cadet Selmène se trouvait. Son comportement, s’il était fait pour détourner l’attention, n’avait fait qu’attiser la mienne.
Je l’observai le plus discrètement possible alors qu’il s’arrêtait à quelques pas de la galerie, apparemment hésitant. Il oscilla quelques secondes, puis sembla se décider, et pénétra dans l’ombre relative de la colonnade. Là, il déambula à nouveau, les épaules affaissées par la tension, gagnant peu à peu l’extrémité de la galerie, plus sombre et plus solitaire. L’ombre à cet endroit était épaisse, et je ne distinguais plus bien sa silhouette au travers des colonnes marbrées. Au détour d’un pilier, il disparut brusquement dans les ténèbres pour ne plus reparaître. Je tendis le cou pour tenter d’apercevoir le moindre indice de sa présence, car je le devinais embusqué derrière le fût de roche, assez large pour le cacher. Mais je ne vis rien.

J’allais abandonner mon observation lorsque je vis du coin de l’oeil, à quelques pas de moi, la longue et fine silhouette enchâssée dans son fourreau de velours ocre et or d’Asté Krimin se prêter à un manège identique à celui de Ferlyz. Les mains jointes dans le creux de son dos, faisant ressortir ses bras fins presque maigres, elle avançait comme à l’aventure. Lorsqu’elle se trouva face à l’entrée de la galerie qu’avait emprunté le cadet Selmène, elle leva les yeux d’un air presque étonné de se trouver là. Pourtant, elle n’hésita pas un instant, et s’engouffra à son tour dans la semi obscurité de la voûte basse.

Le mystère était résolu. Les amants se rejoignaient, loin des regards des courtisans indiscrets et des langues de vipère. Ils avaient pris la précaution de ne pas se déplacer ensemble. Pourtant, leur manège ne m’avait pas échappé. Et au moins deux autres personnes de l’assemblée les avaient vus s’éclipser.
Karth et Eldan discutaient toujours à voix basse depuis que j’avais laissé ce dernier pour danser avec Legenis. Mais ils s’étaient ostensiblement déplacés, passant d’un côté de la scène à l’autre. Ils me tournaient le dos jusqu’alors, tournés vers la salle, appuyés au mur à une bonne dizaine de mètres de moi. Mais dès qu’Asté eut pénétré les ténèbres de la galerie, dont l’entrée se situait entre les deux héritiers et moi, Eldan se retourna vivement, jeta son regard à gauche et à droite. Ses yeux s’arrêtèrent un instant sur moi, toujours aussi vides d’expression, avant de reprendre leur course quelques secondes encore. Puis il fit de nouveau face à Karth. Ils échangèrent quelques paroles brèves, avant de s’approcher à leur tour de la colonnade.
Etrangement, leur comportement me parut soudain plus louche que celui des deux amants. Elanda et Kaldryssa m’avaient appris la relation passionnelle et frustrée qu’entretenaient Ferlyz et Asté, et il me semblait naturel qu’ils cherchent à se retrouver secrètement. J’avais beau détester Ferlyz presque autant qu’Edrask, je ne pouvais m’empêcher de ressentir un peu de sympathie apitoyée pour ce couple brisé par le mariage imposé par le seigneur Selmène à son plus jeune fils, obligé de se cacher pour partager un peu d’intimité. Que Karth et Eldan les prennent en chasse me semblait beaucoup moins acceptable ; car si je ne connaissais pas leurs motivations, je n’avais aucun de mal à deviner qu’ils allaient déranger la retraite des amants d’une manière ou d’une autre.

Je suivis les deux silhouettes des yeux, au travers de la colonnade, comme je l’avais fait pour Ferlyz. Je n’osai pas quitter le côté de la scène, bien que je mourusse d’envie d’aller fureter moi aussi près de l’extrémité de la galerie, curieuse de ce qui allait se passer, mais je ne voulais pas courir le risque de me faire remarquer, et peut-être de commettre la seconde erreur diplomatique de ma soirée. Je n’avais pas besoin de me faire de nouveaux ennemis, ceux qui m’attendaient déjà me suffiraient amplement.

J’attendis alors, impatiente de connaître la suite des événements. Il n’y eut pas d’éclats de voix comme je m’y attendais. Aucun vent de scandale ne souffla. En lieu et place de cela, je vis bientôt Karth émerger près de moi, le bras d’Asté passé dans le sien. Tous deux discutaient doucement, la tête penchée vers l’autre, simplement. Je ne compris pas. C’était tellement éloigné de ce que j’avais prévu. Les deux héritiers avaient bien interrompu le rendez-vous secret, mais Asté ne semblait pas en tenir rigueur à l’héritier Selmène. Je les regardai s’approcher de la piste, hésiter un instant, puis se joindre au flot des danseurs, s’y fondre, et disparaître. Alors que je l’attendais hautaine et froide, ou peut-être enflammée de ressentiment envers le jeune homme, elle m’était apparue sereine et aimable. Mon esprit mélodramatique m’avait encore joué un tour bien à sa manière. J’aurais tant voulu voir clair dans tous les jeux de cette soirée, pouvoir tout comprendre d’un simple regard, anticiper même. Bien sûr, c’était impossible, et j’en étais pleinement consciente, sans pouvoir m’empêcher ces petites déconvenues un peu puériles à chaque fois que je jugeais mal une situation.
Comme pour mieux me démontrer que l’heure n’était pas à l’affrontement public, Eldan et Ferlyz sortirent à leur tour de la galerie, côte à côte, devisant d’une manière qui aurait pu être gaie si le visage de Ferlyz n’avait été incapable de se déparer de sa moue désabusée, et celui d’Eldan aussi illisible qu’à l’accoutumée.

Ils se mirent à déambuler, causant toujours, et je remarquai qu’ils prenaient la direction opposée à celle que Karth et Asté avaient emprunté ; alors que ces derniers s’étaient enfoncés au cœur de la foule, ils dérivèrent peu à peu vers le fond de la salle, dépassant l’estrade à laquelle j’étais encore accoudée, pour atteindre l’espace dépeuplé qui la séparait du mur nord. Alors qu’ils passaient près de la petite porte de service par laquelle Ronix s’était échappé alors que je discutais avec Elanda, celle-ci s’ouvrit pour laisser le passage au porte-parole d’Ezderon. Surpris par cette apparition brutale, Ferlyz et Eldan se turent brusquement. Ronix s’immobilisa sur le pas de la porte, l’air un peu hébété, comme tiré d’une rêverie profonde par la rencontre inattendue. Chacun des trois resta un instant en suspens, sans trop savoir quelle attitude adopter. Puis, le sens civique d’Eldan reprenant le dessus, il salua brièvement le messager, avant que de lui glisser quelques mots d’un air affable. Ronix haussa les épaules, accompagnant son geste d’une grimace blasée.

Quelques phrases s’échangèrent encore, puis l’héritier Krimin se détourna, entraînant le cadet Selmène dans son sillage. Ronix les regarda s’éloigner d’un air épuisé, le front soudainement barré d’une ride soucieuse. A nouveau, il m’apparut misérable, si loin de l’homme public à la voix si charmante, à la présence publique éclatante. Je ne voyais là qu’une silhouette légèrement voûtée par le poids d’un mal-être dont je ne connaissais peut-être que la raison la plus visible, sa main et son visage dévorés par les flammes, morceaux de chair torturés dissimulés sous le velours noir de son demi masque et de ses gants. L’œil, un peu noyé, avait l’air éteint du résigné, du vieillard déjà mort mais encore rattaché à la vie par un fil ténu de conscience, subissant une dernière souffrance, inutile, avant de disparaître. En somme, il semblait pour le moins malheureux.

Pourtant, à mesure qu’il s’approchait de la finesse presque maigre de scène et de la foule qui se trouvait par-delà, il semblait se redresser, plus fort à chaque pas. L’expression sombre qui hantait son visage reflua peu à peu, laissant place à une sérénité apparente fort bien simulée. Lorsqu’il passa près de moi, l’instant de faiblesse était effacé, et l’homme public se tenait de nouveau là, fier et droit. Mon esprit se mit alors à travailler à toute allure, sans que je saisisse réellement pourquoi. Je n’avais pas encore consciemment décidé de ce que j’allais faire lorsque je saisis l’occasion.
Il tressaillit légèrement lorsque ma main se posa sur son bras. Il se retourna vivement vers moi, Je vis à son air interrogatif qu’il allait me questionner sur le pourquoi de mon geste. Mais mon inconscient avait continué d’œuvrer, et les mots me vinrent naturellement, comme si je les avais mûrement médités.

« Dites-moi, fis-je en lui adressant un sourire que j’espérais charmeur, est-il prévu que j’aie de nouvelles responsabilités au cours de la soirée, où bien suis-je libre de mes mouvements ? »
Ronix hésita un instant, remarqua que ma main était toujours posée sur son bras, le retira doucement avant de répondre :
« Pas que je sache. Kassac n’a pas exprimé de désirs particuliers. Mais peut-être souhaitera-t-il vous voir avant le banquet. D’ici là, vous êtres en mesure de faire ce qui vous plaît.
-Et vous ? »
Son sourcil encore visible se plissa légèrement vers le bas, glissant de l’arcade, signe d’incompréhension. J’avais mal formulé ma pensée, et je repris précipitamment :
« Je veux dire… Si mes obligations publiques sont terminées, vous-même ne devez plus avoir grand-chose à faire avant le dîner. Comment allez-vous occuper votre temps ? »
Il haussa les épaules sans répondre, comme pour clore un sujet sur lequel il ne souhaitait pas s’étendre. Il allait se détourner de moi mais j’insistai, mon petit plan commençant à se mettre en place dans ma tête. Il n’osa apparemment pas me tenir tête, et satisfit ma curiosité de mauvaise grâce :
« Comme d’habitude, je suppose. Je vais rester dans un coin à regarder, faire de temps en temps le tour des invités pour s’assurer qu’ils n’ont besoin de rien… Pas grand-chose, en somme, conclut-il en haussant de nouveau les épaules pour chasser une éventuelle nouvelle question. »

Mais je n’allais pas m’arrêter là. J’avais envie de jouer avec lui. Après tout, la dualité de son être à la fois glorieux et misérable me le rendait attrayant ; j’avais toujours eu un certain penchant pour les êtres faibles, sans trop en savoir la raison. J’avais été prise d’intérêt pour Karth Selmène car je l’avais senti fragile et mal assuré ; maintenant, c’était Ronix qui, de par le moment de faiblesse que j’avais perçu, faisait naître en moi un étrange besoin de conquête. Peut-être parce que je le savais plus sensible que la majorité des courtisans, j’avais le désir qu’il fût la première victime de mon charme. Toujours est-il qu’en cet instant, je le voulais à moi, et que je n’allais pas le laisser partir sans tenter ma chance. Je le laissai s’éloigner d’un pas, dans un besoin un peu pervers de lui laisser croire qu’il m’échappait, avant que de mieux le reprendre dans mes rets. Il s’était déjà à moitié détourné de moi lorsque je lui lançai, l’amenant à me faire de nouveau face.

« Voilà qui n‘est pas des plus passionnants. Mais si vous tenez tant à ce programme, commencez à faire le tour des invités, si cela vous importe de contenter leurs désirs. Puisque vous êtes avec moi, j’aurais une envie que vous êtes à même de combler. Celle de vous voir danser avec moi, conclus-je en plongeant intensément mon regard dans le sien, m’accompagnant du même sourire que je lui avais adressé au début de notre conversation. »
Il ne bougea pas, sidéré par ma demande. Il resta là, les yeux ronds d’étonnement, la bouche légèrement entrouverte comme pour dire quelque chose, mais sans qu’aucun son en sorte. J’attendis patiemment, sans le lâcher du regard, qu’il retrouve ses esprits. Ce qu’il ne manqua pas de faire.
« Vous vous rendez compte de ce que vous me demandez ? fit-il, d’un ton où perçait son incrédulité.
-Je me rends compte que je vous ai invité à danser. Où est le mal ? fis-je de mon air le plus innocent, car je savais parfaitement pourquoi il me posait cette question, mais je voulais entendre ses réponses de sa bouche pour mieux les contrer. »

Son œil unique se ferma quelques instants, pour se rouvrir assuré. Le porte-parole était de nouveau maître de lui-même, l’instant de surprise passé.
« Premièrement, commença-t-il à réciter d’un ton un peu condescendant, j’ai trente-sept ans. Et vous en avez dix-sept. Cela n’est pas particulièrement convenable d’inviter des gens de mon âge pour une jeune fille à marier…
-Allons, vous n’êtes pas encore un vieillard, que je sache. J’aurais le droit d’inviter de beaux jeunes gens à même de me séduire alors qu’un homme entre deux âges qui a bien peu de chances de me plaire me serait refusé ? répliquais-je, mentant de manière éhontée sur le charme particulier qui émanait de son être à mes yeux. J’ai pourtant bien dansé avec Legenis… »
Sa moitié de visage visible se crispa à l’évocation de l’épisode malheureux qui l’avait vu ridiculisé par le régent de Cremala. Réitérant son haussement d’épaules irrité, il me répondit :
« Ca n’est pas la même chose. Votre danse s’est faite dans le cadre des invitations de bienséance. Maintenant que vous êtes libre de choisir un partenaire, il n’est pas convenable pour vous de jeter votre dévolu sur moi, et pour moi encore moins d’accepter votre proposition. Si vous voulez faire courir les ragots, vous ne pourriez pas mieux vous y prendre. »
Par mimétisme, je haussai à mon tour les épaules.
« Les ragots, je n’en ai que faire, dis-je, mentant à moitié.
-Vous dites cela aujourd’hui, mais vous ne le direz plus d’ici une semaine, lorsque les pipelettes vous auront pourri la vie. De toute façon, moi, je n’ai pas la moindre envie d’en subir plus que de coutume. De plus, il n’y a pas que cela, reprit-il après un instant de pause, voyant que je ne me décourageais pas. Si on oublie le fait déjà malséant que je suis roturier et vous noble, je suis au service de Kassac, et vous êtes son héritière ; je suis donc à votre service. Or, il ne me semble pas que donner ses faveurs à un domestique soit particulièrement recommandé par le code de bonne conduite de la noblesse darkanienne.
-Justement. »
Nouvel instant d’incrédulité. Je savourai quelques instants l’effet de mon mot sur la physionomie de Ronix, le temps qu’il reprenne contenance.
« Justement quoi ? fit-il d’un ton un peu brusque.
-Justement, vous avouez être à mon service, n’est-ce pas ? Si je me servais de mon titre d’héritière pour vous ordonner de danser avec moi, qu’est ce que vous feriez ? achevais-je, tout sourire. »

Cette fois, ce ne fut plus de l’étonnement qui brilla dans sa prunelle. Plutôt une sorte de peur. Il avait apparemment compris que j’allais pousser le jeu jusqu’au bout, alors que jusque là, il croyait encore que je plaisantais à moitié. A moins qu’il m’ait crue un instant inconsciente des risques que je prenais, et apte à être raisonnée. Mais si j’étais au courant des bienséances que j’allais bafouer, plus il me résistait, plus le besoin d’obtenir ses faveurs d’une manière où d’une autre se faisait grand, et occultait les risques que je prenais. J’allais certainement le regretter plus tard, mais je n’en avais cure en cet instant. Il n’était pas question pour moi de lâcher prise. Et je restai là, bras croisés, à le scruter, attendant une réponse. Et il restait là, lui aussi, comme planté en terre, hésitant sur la manière de se tirer d’affaire.

« Fianna Kassac ! »
La voix du grand prêtre claqua dans mon esprit, accompagnée de la résonance que son bourdon avait créée lorsqu’il l’avait abattu sur le sol pour renforcer son effet, brisant le silence de notre tête à tête muet. Je détournai à regret les yeux de Ronix, pour faire face au regard de feu de Kermal Sangan. Si j’avais été de bois, j’aurais été littéralement embrasée par la violence incendiaire qui brillait là, enfoncée dans les sombres orbites de ce visage de charognard déplumé. Dans d’autres circonstances, j’aurais détourné aussitôt le regard, mais il avait interrompu ma chasse, et la bouffée d’adrénaline qui m’emplissait alors me donna le courage d’affronter sans flancher les deux boules de braises qui servaient d’yeux au grand prêtre lorsqu’il était en colère. La sonore entrée en matière de Sangan avait fait son petit effet, et une bonne partie de la foule s’était détournée de ses activités pour chercher la cause du raffut.
Nous nous affrontâmes quelques instants du regard, mais je ne lui fis pas le plaisir de détourner les yeux. Il parla donc, d’un ton glacial et tranchant, résonnant jusque dans les moindres recoins de la salle, de manière à ce qu’aucun ne puisse ignorer ce qu’il allait dire :

« Je pensais que pour votre première apparition publique, m’apostropha-t-il, un rictus mauvais peint sur les lèvres, vous auriez un peu plus de tenue, jeune Kassac ! »
Il marqua une pause, comme pour laisser au public le temps de digérer sa phrase. Puis, brusquement, théâtralement, il marcha sur moi d’un pas volontaire, faisant claquer à chaque enjambée son bâton sur les dalles de marbre qui couvraient le sol. Il ne lui fallut que quelques secondes pour atteindre l’estrade et me faire face, le visage déformé en un masque de prédicateur de fin du monde. Alors qu’il me rejoignait, je sentis la présence de Ronix s’effacer à mon côté. Il profitait de l’interruption du grand prêtre pour s’éclipser, bien évidemment. Cela ne fit qu’augmenter mon ressentiment envers Sangan, qui m’avait amenée à perdre ma proie. Le regard que je pointais sur lui devait être presque aussi meurtrier que le sien, mais il ne se démonta pas pour autant, et se rapprocha encore de moi. Il parla de nouveau, cette fois à mi-voix, sur un ton doucereux, mais toujours chargé de la même violence:

« A peine arrivée, vous vous amusez déjà avec les valets. Félicitations, Fianna, félicitations… »
Je fus sur le point de lui répliquer du plus cinglant commentaire sur ce que je pensais de sa personne, tant j’étais remontée et combative à son égard comme Eva le jour de l’enterrement, lorsqu’une petite voix que je connaissais bien me devança, d’un ton condescendant des plus irrespectueux :
« Voyons, Kermal très cher, voyons, fit ma soeur, qui s’était glissée dans le dos du grand prêtre alors qu’il m’approchait. Est-ce là des manières pour accueillir ma sœur dans votre très chère Cour ? »

Je regardai Eva et le petit air supérieur peint sur son visage d’ange, puis revint à Kermal. La face presque vermillon de rage qui me faisait face jusqu’alors s’était vidée de toute couleur à l’écoute des quelques mots qu’elle avait prononcés, ce qui, je le savais, était le signe d’agacement suprême chez lui. Lorsqu’il m’avait apostrophé, il se maîtrisait parfaitement, mais maintenant, il perdait ses moyens à vue d’œil. Son regard, alors que j’avais cru que celui qui s’était posé sur moi quelques instants auparavant, était le pire de ceux qu’il pusse lancer, s’était encore noirci d’une hargne immense, qu’Eva affronta d’un air parfaitement serein. Je ne compris pas ce qui se passait, pourquoi ma sœur avait pris le risque de parler ainsi, appelant familièrement Sangan par son prénom, chose que bien peu de nobles se permettaient. Et je l’avoue, j’étais un peu dérangée par son concours. J’étais d’humeur batailleuse, et j’aurais voulu moi-même pousser le grand prêtre dans cet état d’exaspération incontrôlée où son intervention l’avait placé. Pourtant, quelque chose dans son assurance me rappelait la petite sœur qui m’avait maintes fois menacé de révéler à notre mère l’une où l’autre de mes bêtises si je n’accédai pas à un de ses petits désirs d’enfant. Et cette impression me fit quelque peu oublier ma rage, me poussant à me concentrer sur ce qui allait suivre.

Elle reprit, d’une voix confiante, tout en contemplant ses ongles :
« Je croyais que nous nous étions mis d’accord, Kermal. Si je ne me trompe, cet accord concerne autant Fianna que moi, n’est-ce pas ? conclut elle en relevant ses deux yeux emplis d’une malice violente sur son interlocuteur ».
Cette fois-ci, je ne comprenais réellement plus rien. Je croyais que ma sœur n’avait pas le moindre secret pour moi, et voilà qu’elle évoquait une entente dont je n’avais jamais eu vent. J’en fus pour le moins estomaquée. Le reste de l’assemblée commençait à murmurer, une vague d’incompréhension planant sur le public de la scène. La plupart des nobles présents n’avaient certainement même pas eu le temps de comprendre les raisons qui avaient poussé Sangan à m’agresser comme il l’avait fait, puisque sa première et seule accusation s’était faite à mi-voix, et déjà la situation dérivait. Ce n’était plus ce qui avait pu animer la violence du vieil homme qui servait de centre d’intérêt, mais l’échange mystérieux, mené par Eva, qui mettait Sangan dans un tel état. Celui-ci ne prononça pas un mot. Il dévisagea Eva quelques instants, avant de jeter sur le troupeau de nobles amassés autour de lui un regard de bête traquée. Puis, brusquement, il se mit en marche d’une rapide foulée, fendit, bourdon en avant, un groupe de danseurs figés dans leur mouvement, avant de disparaître dans la galerie ouest.

Toutes ces actions ne prirent même pas une minute, et j’étais sous le choc de leur déroulement imprévu et précipité. Les autres spectateurs eux-mêmes semblaient perplexes, surpris par la défaite si rapide du grand prêtre face à l’argument secret de ma sœur, dont apparemment on ne soupçonnait là non plus pas l’existence. Les murmures qui couraient de l’un à l’autre semblaient hésitants, un peu perdus, prendraient de l’assurance dans quelques instants peut-être, n’évoquant pour l’instant que de l’incompréhension. Ce qui, dans un sens, m’arrangeait, c’était que l’on avait complètement oublié que j’étais à la base de la fureur de Sangan, pour se concentrer sur la manière dont Eva l’avait rabaissé. J’étais donc tranquille pour le moment, aucune rumeur ne circulerait sur Ronix et moi dans l’immédiat.
Eva, seule, semblait à l’aise en ce moment, et elle s’approcha de moi, un sourire radieux aux lèvres.

« Aaah, ça fait tellement plaisir de le moucher, celui-là… Joli petit retournement de situation, n’est-ce pas ? »
Je la regardai, haussant légèrement les sourcils.
« Comment as-tu réussi à le faire détaler comme cela ? Et qu’est-ce que c’est que cette histoire d’accord ?
-Tss, tss, la curiosité est un vilain défaut, Fianna, répliqua-t-elle sans se départir de son air malicieux. Mais si tu connais un coin un peu tranquille, je veux bien te mettre au parfum. Ca ne concerne pas les oreilles délicates de nos amis courtisans. »