Rien de nouveau depuis le 20 février, la TS ayant une sale tendance à empêcher mon esprit d'écrire correctement. Je poste ici le chapitre 8, que ceux qui ont suivi ont déjà lu, ce en espérant que mon actuelle volonté de recommençer (j'ai à peu près bouclé le retravail et bien avançé dans l'univers et l'histoire des Darkanisses, je libère donc mon temps pour recommençer à composer) sera suivie de résultats.



Elanda se mit alors à parler, certaine que je lui avais gardé toute mon attention pendant ce court laps de temps :
« Ah ! Voilà, il en arrive au passage qui nous intéresse. Ecoute bien, cela te concerne plus que moi. »
Je ne répondis pas, trop heureuse d’être sortie de mon petit enfer personnel pour reprendre parfaitement conscience de la situation. Je n’accordai qu’une légère partie de mon attention au discours de Ronix, trop occupée à vérifier que j’étais bien ancrée dans la réalité. Je ne dressai finalement l’oreille qu’au moment où j’entendis mon nom prononcé :
« … Si cette fête est l’occasion de nombreux évènements pour chacun d’entre nous, le plus important d’entre eux, qui nous concerne tous ainsi que les Darkanisses dans leur ensemble est bien l’arrivée parmi nous de Fianna Kassac, héritière désignée du trône d’Edrich Kassac, dorénavant libérée de sa tutelle par la maison d’Elstran. Pour honorer cela, le Seigneur d’Ezderon a daigné accepter l’humble idée de son vassal Selmène : il est donc décidé qu’une danse sera donnée en l’honneur de Fianna, et qu’elle ouvrira le bal en prenant pour cavaliers les héritiers de chaque Domaine vassal d’Ezderon. »

Immédiatement, à peine ces quelques mots prononcés, la salle se remit à bourdonner, signe que les courtisans échangeaient leur réflexions sur cette décision sans précédent. Le ton des voix qui m’entouraient était parfois âpre, parfois amusé, et je comprenais à demi-mot qu’on fustigeait, ou au contraire vantait l’audace dont la proposition faisait preuve. Je m’étonnai malgré tout d’un tel déchaînement de passions pour une simple danse.
« Messieurs, je vous prie, un peu d’attention ! Apostropha le Porte Parole d’Ezderon, visiblement irrité. »
Je l’observai du coin de l’œil. Ronix avait un peu perdu de la superbe dont il était paré quelques instants auparavant. Les nobliaux ne l’écoutaient plus, la situation lui échappait. Un air contrarié s’était peint sur ses traits défigurés par le feu. Il réitéra son injonction, cherchant à faire revenir la cérémonie dans son bon déroulement. Le brouhaha ambiant ne se calma pas pour autant.
Je profitais de cet intermède momentané pour me pencher vers Elanda, à qui je fis part de mes réflexions, désireuse de savoir ce qui choquait tant les courtisans. Car à mes yeux, cette décision semblait tout à fait logique : c’était un moyen simple de représenter l’union qui se devait d’exister entre le suzerain et ses vassaux, en passant par leurs héritiers respectifs. Je ne voyais rien là qui puisse susciter telle polémique.

« Hélas ! Me répondit-elle, tournant vers moi ses beaux yeux verts empreints d’une lueur amusée qui démentait son ton attristé. Tu viens de parler du symbole de l’union entre les différentes puissances des Darkanisses, n’est ce pas ? La petite proposition de mon père semble effectivement porter un message de fédération, mais en fait, elle exprime tout le contraire. Ca peut paraître étrange, mais il s’agit d’une provocation envers les autres Domaines…
-Est-ce que tu peux m’expliquer ? Je ne saisis pas bien.
-Tu vas comprendre. Le premier élément, tu le connais déjà. Il s’agit du domaine de Cremala. Les Elstran n’ont pas d’héritiers masculins, tu le sais mieux que personne, et je ne croie pas qu’Eva soie plus de sang Elstran que toi, je me trompe ? »
Je hochai la tête en guise d’assentiment, l’incitant à continuer, ce qu’elle fit sans tarder. J’entendis à peine que les voix des autres nobles amassés décroissaient rapidement. Ronix était semblait-il parvenu à capter de nouveau leur attention, mais sa voix éclatante ne parvint pas à toucher mon esprit. J’étais bien trop concentrée sur les chuchotements d’Elanda, et le programme du bal qu’il devait énoncer ne m’intéressait absolument pas.

« Mon père, le seigneur Selmène, a voulu faire affront au nouveau régent d’Elstran, en guise de… Nous dirons, cadeau de bienvenue ? Cela n’a rien de dramatique, mais forcera le mari de Dame Félicia à faire sa première déclaration publique dans un domaine risqué : pour respecter les convenances, Elstran ne peut demander à une fille de son domaine de danser avec l’héritière en titre d’Ezderon. Il devra refuser publiquement la danse, et puisque Kassac a approuvé cette idée, c’est aller contre sa volonté que de refuser d’obtempérer.
- Je ne vois pas en quoi le manque d’héritiers est un acte de désobéissance, répondis-je d’un ton aigre. Kassac l’a lui-même connu récemment, ce me semble…
-Je te l’accorde, ça n’aura absolument aucune portée politique. Seulement, cela permettra aux mauvaises langues qui n’ont pas digéré le remariage de Dame Félicia dans la lignée des Elstran de commérer sur son dos. Trop de lignées secondaires auraient souhaité voir un des leurs prendre possession de Cremala. Le fait que la raison ne soie pas valide ne gêne pas les bavardages et les basses revanches, tu sais. Mais cela, ce n’est que la partie…Correcte ? Du projet de mon père. La deuxième est nettement moins tendre… »
Elle se tut un instant, puis me fit signe d’approcher mon oreille Je n’eus pas le temps d’accéder à son désir. Je n’avais pas entendu ce qu’avait pu dire Ronix pendant que je discutais avec Elanda, mais je ne pus ignorer son interpellation :
« Fianna, veuillez approcher de la scène, je vous prie, fit l’éclatante voix du porte parole d’Ezderon. »

Je me retournai vers lui, hésitai un instant. Je jetai un œil en arrière vers Elanda, et la vis écarter les mains de son corps en signe d’impuissance. Je lui rendis son signe, avant de sortir du relatif anonymat que la foule me procurait. Pendant ce temps, d’autres personnes convergeaient vers l’avant de la scène. J’y reconnus le vieux Garl Krimin, accompagné d’un homme de petite taille, brun de cheveux et d’yeux, que je supposais être Eldan, héritier légitime du domaine Krimin. Le nouveau régent de Cremala marchait dans leurs pas, mal à l’aise, Eva à ses côtés. Le seigneur Selmène et son héritier Karth, un grand jeune homme roux, dégingandé à outrance, marchaient dans leurs pas. Suivait enfin Stallar Falmaran, serré de près par un Edrask désireux de faire bonne impression. Le port faussement altier, l’individu semblait entretenir son père d’une affaire de la plus haute importance, sans aucun doute pour se donner un semblant d’importance. Il s’était toujours appliqué à faire du charme aux puissants, et semblait plus que jamais tenter de montrer à la cour comme il était compétent et appliqué. Chose à laquelle il ne parvenait aucunement, du moins à mes yeux. Il ressemblait plutôt à un imbécile qui faisait grand cas d’un rien. J’espérais bien que sa pantomime grossière ne trompait personne.

A ce petit rassemblement des sommités des Darkanisses manquait Varnsal Kamarin et son héritier. Son absence était certainement un nouveau moyen pour Kassac de montrer que l’homme n’était plus rien. Qu’il s’était montré indigne d’être son vassal. J’avais pourtant aperçu la silhouette du seigneur renégat, et de plusieurs membres de sa famille, mais on ne lui avait donc pas reconnu le droit de siéger pour son domaine. Que ma mère ait décidé de marier Eva dans cette famille déchue me sembla soudain étrange. Mais il n’était plus temps de m’étonner sur les décisions de Dame Félicia.
Je rejoignis le petit groupe de nobles qui s’étaient rangés devant la scène par ordre d’importance, Selmène en tête, puis Krimin, Falmaran, et enfin Elstran. La voix de Ronix s’éleva de nouveau, et je ne pus m’empêcher de frissonner d’aise à l’entente de son ton à la fois vibrant et caressant.
« Par la volonté d’Edrich Kassac, seigneur d’Ezderon, je déclare ce bal, synonyme d’amitié entre les Domaines, ouvert ! Si le seigneur Kandress Selmène voulait bien se donner la peine… Conclut le porte-parole, s’inclinant avec un sourire charmeur, à moitié caché par le masque de velours noir qui dissimulait ses mutilations, vers le père d’Elanda. »

Le seigneur, grand homme à la peau claire, au visage fin et affable, rasé de près, s’inclina à son tour vers Ronix pour signifier son assentiment. Je fis quelques pas pour me retrouver face à lui. Je gardai un instant les yeux bas, intimidée par les regards que je sentais peser sur moi, et sur les Selmène. Le seigneur prit la main de son héritier, et je relevai les yeux sur Karth.
Le jeune homme semblait aussi mal à l’aise que moi, et cela me rassura quelque peu. Karth était particulièrement grand, caractère qu’il tenait assurément de son père. Il était de plus très mince et son allure dégingandée accentuait l’impression de disproportion qui émanait de lui. Ses cheveux d’un roux violent, coiffés en pagaille, trouvaient une résonance sur son visage aux joues rosies par la timidité qui émanait de son être. Je fus un peu surprise de voir qu’un héritier de domaine pouvait montrer tant de gêne en pleine fête. Il ne s’était apparemment jamais habitué aux réceptions publiques.

Comme le protocole l’indiquait, je tendis ma propre main. Le seigneur Selmène avança celle de son héritier et nous les joignirent. Karth attrapa gauchement ma main, comme s’il s’était agi d’un objet précieux et fragile qu’il ne savait aucunement manipuler. Je réprimai un petit sourire amusé devant l’embarras de mon cavalier. Je n’étais certes moi-même pas très à l’aise avec cette danse imposée, mais j’avais pris soin de dissimuler ma gêne. Karth, lui, me donnait l’impression de ne savoir où se placer, ni quelle attitude adopter face à l’héritière de son suzerain. J’étais un peu perdue par ce comportement. J’avais certainement espéré un cavalier sûr de lui, qui saurait me montrer la voie à suivre, m’aurait fait entrer dans la danse avec assez de détermination pour me faire oublier mes craintes. Cependant, il n’en était rien, et Karth manquait de l’aplomb qui aurait pu pallier à mes propres faiblesses.
Ne sachant trop comment réagir face à la gaucherie pudique de l’héritier Selmène, je levai mon regard vers son visage, figé en un masque d’indifférence peu convainquant. Je le dévisageai quelques secondes, le temps qu’il se décide à me regarder dans les yeux. Ses pupilles, comme à regret, finirent par se poser sur moi.
Si j’avais forcé ce contact, je n’étais tout à coup plus sûre de ce que j’avais cherché à provoquer. Le croisement soutenu de nos deux regards, pareillement hésitants, avait provoqué entre nous pendant un bref instant un rapprochement brutal, une intimité forcée qu’aucun de nous deux n’attendait. L’échange, aussi court fut-il, me troubla fortement. J’eus l’impression, à la fois que ses deux yeux ambrés plongeaient en moi pour y lire à livre ouvert, et que mon propre regard violait l’intimité du jeune noble. Je fus soudain prise par le besoin de fuir ce regard inquisiteur que j’avais pourtant moi-même voulu croiser. J’adressai à mon cavalier un petit sourire gêné, et détournai les yeux pour échapper à ses pupilles ambrées, rompant ainsi cette intimité involontaire et perturbante.

Autour de nous, les nobliaux s’écartaient pour dégager une piste de danse improvisée. J’en profitai pour attirer Karth au centre de la piste, trop heureuse de pouvoir me concentrer sur autre chose que ce contact fugace et pourtant violent. Alors que l’orchestre entamait les premières mesures d’une ballade traditionnelle des Darkanisses, j’attirai doucement mon cavalier contre moi. Son regard était toujours posé sur moi, et se faisait comme une présence floue, incertaine. Comme un homme qui, caché dans l’ombre d’un porche, attend timidement qu’on lui donne la permission d’entrer. Par dessus son épaule, mon regard fuyant rencontra la salle et les convives qui y étaient amassés. Le premier pas de la danse vint presque naturellement s’imposer à mon corps, et je le sentis se mouvoir, entraînant celui de l’héritier Selmène à sa suite.
Un premier pas, puis un deuxième… Puis la chorégraphie nous amena à inverser nos positions respectives. Je tournai alors le dos à un petit groupe de vieilles dames respectables venues de petites lignées cousines des Falmaran, pour me retrouver en face d’une figure pâle et hautaine, émaciée, maladive. Le profil d’aigle déplumé de Kermal Sangan. Le regard du prêtre, posé sur moi, était glacé comme un hiver Darkanien. Il était chargé d’une telle fureur sourde à mon égard que je ne pus le soutenir plus de quelques secondes. Je me détournai rapidement, et reportai mon attention sur mon cavalier. Je levai à nouveau les yeux, pour les replonger dans les prunelles ambrées du Selmène.
Le contact fut plus doux cette fois-ci. Nous y étions tous deux préparés, lui parce qu’il cherchait à accrocher de nouveau mon regard, moi parce que je m’y réfugiais pour fuir la foule et les regards noirs du grand prêtre. Je me détendis légèrement. Karth avait cherché à rétablir le contact parce que lui aussi avait trouvé là le moyen de ne plus avoir conscience de l’assistance qui nous observait. En somme, il avait besoin de moi.

Graduellement, à mesure que mon assurance remontait, j’oubliai complètement que moi-même avais ressenti ce besoin de contact pour échapper au monde qui m’entourait. Je sentais que je pouvais aider Karth, lui procurer un peu de réconfort. Faire disparaître ses appréhensions, simplement en montrant que je n’étais somme toute qu’une simple femme humaine, et pas une courtisane perfide et froide comme la neige. Je pouvais oublier mes propres faiblesses en me concentrant sur les siennes. La salle n’existait plus à mes yeux, il ne restait dans mon univers que l’homme fragile, que je me devais de protéger.
Nous tournions au rythme de la musique, et chaque passe voyait mon assurance se raffermir. Rapidement, je fus totalement maîtresse de moi-même.
Peu à peu, les nobles attroupés autour de nous se lassaient de nous regarder danser, et de nouveaux couples se formaient progressivement. Je vis du coin de l’œil Kaldryssa accepter l’invitation d’un jeune cousin de la lignée Elstran. J’aperçus aussi Eva, au bras du cadet Kamarin qu’on lui destinait, un petit homme brun au visage rond et à l’air jovial.
La salle commençait à s’échauffer, et plusieurs couples de danseurs avaient déjà pris la piste d’assaut. Les regards ne se portaient plus sur nous avec autant d’intensité. Cela acheva de lever le malaise de mon partenaire.

*****

La chorégraphie qu’imposait cette première danse, faite de pas de deux, de passes et de jeux d’écartées, était particulièrement complexe. L’effet produit se devait d’être galant, mais cette danse s’avérait être l’un des pires fléaux des danseurs inexpérimentés. Car éviter le ridicule amené par la moindre erreur de passe relevait de l’exploit pour les réfractaires aux cours de danse. Heureusement, j’avais comme toute bonne fille de domaine eu droit à un précepteur personnel, et je me félicitais de ne pas avoir négligé cet aspect ennuyeux des devoirs qui incombaient aux filles de mon rang. Karth non plus n’était pas dénué d’un certain talent, quoi qu’il ne fît aucun doute qu’il ne prit aucun plaisir à parader ainsi. En temps qu’héritier de domaine, on l’avait certainement forcé à s’éduquer sur un tel point, pour ne pas paraître ridicule face à d’éventuelles filles à marier.

Quoi qu’il en fut, cette subtilité des pas de danse requérait la majeure partie de ma concentration et de celle de mon cavalier. Elle nous empêcha donc d’échanger le moindre mot tout au long du morceau. Pourtant, les questions se bousculaient dans ma tête, et je brûlais de questionner Karth sur ses activités en temps qu’héritier. Après tout, c’était ce que j’allais devenir moi aussi, j’avais bien le droit de savoir quel genre de travail m’attendais. Et puisque j’avais un parfait sujet à qui poser mes questions, je fus tristement frustrée de n’avoir pas la chance de me renseigner.
Bientôt, la première danse tira à sa fin, et les musiciens égrenèrent les dernières notes de la ballade qui avait accompagné nos pas. Autour de nous, les différents couples s’arrêtaient, se séparaient ou restaient ensemble, commençaient à se reformer sous de nouvelles combinaisons, au gré des envies ou des convenances. Karth et moi nous arrêtâmes à notre tour lorsque la dernière note fut jouée. Nous échangeâmes un petit sourire, encore chargé d’une once de timidité. Il pressa légèrement ma main, m’invitant à rejoindre le devant de l’estrade, ou m’attendait mon deuxième cavalier. Je me laissais guider sans réticences. Le premier pas de la soirée était fait, et je pensais que les autres viendraient d’eux-mêmes, sans être plus éprouvants que cette première danse.

Le vieux seigneur Garl Krimin se tenait là, à quelques pas de moi et de Karth. L’homme semblait avoir pris plusieurs années depuis que je l’avais vu à l’enterrement de Cordrech. A cette époque, il paraissait ses soixante ans, mais aujourd’hui, il semblait en avoir vingt de plus. Sa silhouette s’était voûtée, et plusieurs taches lie de vin commençaient à manger son visage, mal cachées par sa longue barbe poivre et sel. A le voir ainsi, j’avais l’impression qu’un mal sournois le rongeait, et qu’il ne passerait pas l’hiver. Ce qui avait bien pu lui arriver était un mystère pour moi. Cela me fit de la peine. C’était un homme que j’estimais beaucoup, bien que je ne le connaisse presque pas. Il était relativement éloigné de toutes les intrigues de cour, préférant gérer son domaine plutôt que de se concentrer sur des futilités politiques, et ce simple état d’esprit suffisait à me le rendre sympathique.

Son fils Eldan, mon deuxième cavalier se tenait à côté de lui. Je ne l’avais juste entre aperçu lorsque Cordrech m’avait mené à une Discussion. J’avais de lui un vague souvenir confus, et je me rappelais juste qu’il était d’une nature plutôt calme et posée. Il était étonnamment petit, et détonait particulièrement avec Karth, qui faisait figure de géant à côté de lui. Moi-même, je le dépassais d’une demi tête. Sa silhouette était fine mais étonnamment musclée, particulièrement bien balancée. Sa posture générale trahissait l’escrimeur professionnel. Son visage semblait taillé à la serpe, non pas au niveau de ses traits plutôt doux, mais du contour de son visage ; il possédait en particulier une mâchoire forte et légèrement proéminente. Ses yeux étaient d’un bleu délavé, presque gris, et ses cheveux d’un brun sombre presque noir, légèrement bouclés, étaient tirés sur l’arrière de sa tête d’une manière savante qui dégageait son front haut. Un léger bouc venait compléter son portrait. L’homme n’était physiquement pas déplaisant, mais son regard bleu m’intimida rapidement lorsqu’il se posa sur moi. Il n’avait rien des braises ardentes que le grand prêtre dardait sur moi lorsqu’il réprouvait ma conduite, mais leur couleur fade, presque humide, leur conférait un aspect inexpressif assez peu avenant. Cependant, il détourna son regard de moi lorsque, accompagnée de Karth, je m’arrêtais devant lui. Son regard croisa celui de l’héritier de Selmène, et se réchauffa quelque peu. Karth tendit la main dans laquelle reposait toujours la mienne avec une rigueur toute protocolaire, accompagnant son geste des quelques mots que la circonstance appelait:

« Au nom de la famille Selmène, première vassale d’Ezderon, je confie à la maison de Krimin le soin de faire danser l’héritière de Kassac. »
Eldan se retourna alors vers moi, le regard redevenu rapidement inexpressif, et s’inclina rapidement devant moi, pour signifier du respect qu’il devait envers l’héritière de meilleur sang. Cette civilité avait été épargnée à Karth, car son rang était suffisamment proche du mien pour qu’il puisse me considérer en égale. Je remarquai néanmoins qu’Eldan n’avait pas beaucoup appuyé son geste, l’expédiant comme une formalité désagréable. Certes, par définition, toute formalité était désagréable, mais cela semblait à mes yeux être une légère marque d’irrespect qui m’était destinée. J’avais peut-être tendance à tout voir sous le mauvais angle, trop craintive d’être malmenée par les courtisans en ce premier jour à la cour, mais je ne pouvais m’empêcher de mal ressentir ce genre de détails.

Pourtant, Eldan se montra fort civil. Il enleva doucement ma main de celle de Karth et la porta à sa bouche. Il y a appliqua un petit baiser furtif, bien loin des baisemains mouillés dont m’avaient déjà gratifié quelques flagorneurs au cours des trois années qui avaient suivi la transformation de mon corps de jeune fille en corps de femme en âge de se marier. La délicatesse simple de ce contact fugitif fut bien plus agréable que ce à quoi les hommes m’avaient habituée. Puis, sans perdre plus de temps, il passa délicatement son bras gauche sous le mien, près de ma taille, et m’attira doucement vers le centre de la piste. Sa gestuelle galante révélait une certaine expérience des femmes, assez légère pour ne pas brusquer sa partenaire, mais suffisamment appuyée pour la mettre à l’aise. Contrairement à Karth, Eldan avait sans hésitation aucune pris l’initiative, et me menait tranquillement vers une danse qui avait été une épreuve pour le Selmène. Cette sérénité était contagieuse, et je pris à peine conscience que j’avançais sans plus de peur vers la deuxième étape de la soirée, dont la simple pensée m’avait remplie d’appréhension quelques minutes plus tôt.

Quelques secondes avant que les troubadours entament une nouvelle ballade, Eldan se retourna discrètement vers la scène. Je tournai légèrement la tête pour voir ce qu’il regardait, et je le vis faire un petit signe de la main à l’héritier Selmène, toujours planté devant l’estrade qui supportait les musiciens. Celui-ci releva légèrement la tête en direction de mon nouveau cavalier, et fronça légèrement les sourcils. Eldan chuchota alors quelques mots à son intention :
« Je te vois après la danse. Il faut que je te parle. Tu sais de quoi. »
Karth le dévisagea un instant, l’air grave, puis secoua légèrement sa tignasse rousse en guise d’assentiment. L’héritier Krimin n’attendit pas plus longtemps, et reprit sa position initiale. Un seul coup d’œil vers mon visage suffit apparemment à lui apprendre que j’avais suivi leur court échange, et il me dit sur un ton affable, sans se départir du masque inexpressif qui figeait son visage :

« Quelques affaires de familles, rien de grave. Du moins, rien d’important pour vous. »
Le ton était catégorique, et semblait signifier que l’incident était clos, ce qui ne fit bien entendu qu’aviver ma curiosité. Mais je sentis confusément qu’insister était une mauvaise idée, et je ravalai une fois de plus mes interrogations. J’aurais suffisamment de temps pour me plonger dans les affaires de cour dans les jours qui viendraient. J’espérai juste que celle là ne me concernait effectivement en rien.
Le luth de l’un des ménestrels se mit à égrener quelques notes joyeuses, entamant la mélodie d’une autre danse Darkanienne. Dès que j’eus reconnu l’air, je fus prise d’un léger sentiment d’appréhension. Cette danse là était encore plus difficile à exécuter que la précédente, car elle enchaînait pas de deux et pas sautés à une vitesse déstabilisante, et tenir en piste sur un tel air ne m’avait jamais été aisé. Heureusement, je sentais près de moi la présente confiante d’Eldan, qui ne semblait pas s’inquiéter outre mesure de la subtilité des mouvements qu’imposait l’air vif et sautillant. L’héritier Krimin prit une fois de plus les devants et m’entraîna dans la danse avec une telle délicatesse que je crus un instant avoir bougé de ma propre volonté.

Il exécuta le premier pas avec élégance, pressant légèrement sa main gauche sur ma hanche pour m’inviter à le suivre. Je connaissais relativement bien l’enchaînement des mouvements, mais n’avait pas le pied suffisamment sûr pour être certaine de bien les exécuter. Pourtant, les premières secondes se passèrent sans accident, et ce dû en partie à la grande dextérité de mon cavalier, qui non content de danser merveilleusement bien, se payait le luxe de me guider.
Mais tous n’avaient pas le bonheur d’avoir un cavalier talentueux pour compenser leurs propres faiblesses, et je pus apercevoir que la piste se libérait peu à peu, désertée par des couples aux ardeurs refroidies. Après près d’une minute de danse, nous n’étions plus que six couples en piste, sur la quinzaine qui avaient initialement pris part à la danse. Je commençais à me demander si les airs qui accompagnaient mon exhibition officielle étaient choisis au hasard. Il n’existait que deux danses plus compliquées encore que celle à laquelle je prenais part, et elles étaient réputées irréalisables. Moi-même ne conservait le rythme que grâce à l’indéniable talent d’Eldan. Etait-ce encore un moyen détourné de me tester, de tenter de me couvrir de honte dès le premier jour, où est-ce que je voyais le mal partout, une fois de plus ? Après tout, c’était bien le genre de petits de complots stupides dont était capable le seigneur Selmène, et cette danse était une idée de son crû… Non, décidément, je me faisais trop d’idées. Ce soir, je me sentais capable d’accuser une table d’avoir essayé de se moquer de moi. Il était certes possible que j’aie vu juste, mais cela ne rendait pas la chose probable pour autant. Et puisque j’avais la chance d’avoir Eldan pour cavalier, peu m’importait qu’on ait voulu m’atteindre d’une telle manière.

L’esprit encombré autant par la difficulté des pas que par mes interrogations maladives, je ne remarquai pas immédiatement que le pouce de l’héritier Krimin avait changé de position, et caressait délicatement l’intérieur de ma main. Lorsque je pris conscience du frôlement, il se passa en moi quelque chose que je ne compris pas. Le contact de sa main sur la mienne ne m’avait pas troublée outre mesure, mais ce toucher pourtant si léger me fit l’effet d’un coup de fouet, tant il était éloigné des contacts autorisés par les convenances. Ce fut comme si une énorme chape de plomb fondu s’était brusquement abattue sur mon esprit, acérant mes sens et mutilant ma lucidité. Une violente sensation que connaissais mal m’envahit sans crier gare, bousculant le cours de ma pensée, annihilant totalement mes capacités de réflexions. J’eus beau chercher à formuler ce que je ressentais, je ne pus trouver qu’un amas sans forme de mots entremêlés, perdus les uns dans les autres, sans queue ni tête. C’était comme si ma pauvre cervelle venait d’être balayée par un puissant raz de marée. Un frisson intense me parcourut de la tête aux pieds. Ma main se contracta involontairement, et Eldan le sentit. Il rétracta vivement son pouce, le replaçant dans sa position d’origine.
Je ratai le pas suivant. Mon déséquilibre soudain me ramena peu à peu à la réalité, me laissant légèrement sonnée par ce qui venait de se passer en moi, sensations puissantes et encore mal connues éveillées par un simple contact non protocolaire. Eldan prit immédiatement conscience de la mauvaise passe dans laquelle mon trouble m’avait jeté, et d’une brusque traction sur mon bras, me ramena promptement dans le droit déroulement de la danse. Je repris rapidement le rythme, et le reste de la danse se déroula sans plus d’incident.
Au cours des quelques secondes qui suivirent cet incident, je levai les yeux sur Eldan pour tenter de comprendre ce qui avait motivé son geste. L’écart au protocole était des plus inattendus de la part de cet homme que je savais d’ordinaire si posé. Cependant, je me heurtais de nouveau au regard bleu, froid et inexpressif, impénétrable. Je tentais de le soutenir quelques instants, mais je ne parvins pas à résister longtemps, et je détournai les yeux quelques secondes plus tard, effarouchée par l’immuabilité presque statuaire de ce visage perpétuellement fermé.

La danse prit bientôt fin, non sans nous avoir imposé quelques autres passes des plus ardues à exécuter. Quand nous nous arrêtâmes enfin, j’étais essoufflée par l’effort, et je m’accordai quelques instants de pause avant de reprendre les civilités. Eldan, resté près de moi, resta silencieux quelques instants, puis prit si abruptement la parole que je manquais de perdre le sens de ses mots :
« Vous êtes une très bonne danseuse, Fianna…Me dit-il de but en blanc, sur un ton étrange, tout à la fois neutre et chargé de brusquerie. »
Je levai de nouveau mon regard vers lui, comme à mon habitude, pour essayer de percevoir quelles pensées pouvaient bien se bousculer sous son crâne. Une fois de plus, je fus déçue : il ne s’était aucunement départi de son masque impénétrable. Je le dévisageai un instant, avant de lui répondre, légèrement intriguée par cette remarque, qui ne me semblait pas des plus pertinentes :

« Pas aussi bonne que cela. Vous avez bien plus de talent que moi…
-Mais vous êtes parvenue à me suivre, me répondit-il promptement, me coupant presque la parole. Toutes les femmes de la cour ne peuvent pas en dire autant, acheva-t-il, écartant ses lèvres en un semblant de sourire froid et aride, sans aucune sincérité. »
Je ne savais trop que lui répondre. Son attitude me déconcertait singulièrement. Il ne jouait pas franc jeu dans cette conversation, calfeutré derrière son inaltérable face d’où était bannie la moindre trace d’expression, et je ne savais si le compliment qu’il m’avait adressé était sincère où s’il s’agissait de quelque fausseté de sa part. Je pris le parti de me défier du compliment, de peur de tomber dans un quelconque piège dissimulé derrière ses mots.

« Je ne suis pas parvenue à vous suivre constamment. J’ai raté un pas, si j’ai bonne mémoire.
-Et si la mienne ne me fait aucunement défaut, cet incident était de ma faute. »
J’étais perplexe. Je n’arrivais pas à comprendre le comportement de l’héritier Krimin. Il ne semblait pas hostile, et me parlait de manière flatteuse, mais il ne faisait réellement rien pour que cette apparente sympathie me soit assurée. Je soupçonnai qu’il aurait pu m’annoncer à la place la mort d’un parent ou la destruction prochaine des Darkanisses sans changer de ton et d’expression. Cela me donnait l’impression d’avancer en aveugle, complètement incapable de suivre le sens réel du discours d’Eldan.
« Vous voudrez bien m’excuser pour mon petit écart de conduite, reprit-il, voyant que je ne savais pas quoi répondre. J’étais curieux, et j’ai bêtement succombé à la tentation de satisfaire ce désir. »
-Et… Quel était l’objet de cette curiosité ? »

Eldan ne répondit pas immédiatement. Il jeta d’abord un œil par-dessus son épaule, en direction de l’estrade des musiciens. En suivant son regard, je pus apercevoir Ronix, qui nous faisait signe de nous presser. Notre petite discussion retardait le bon déroulement du protocole de la soirée. Eldan adressa un léger signe d’agacement au porte parole d’Ezderon, avant de se retourner de nouveau vers moi. Il m’offrit son bras et je lui abandonnai le mien sans réticence. Mon esprit considérait un tel contact comme mondain, et m’épargna l’émoi qu’avait provoqué le frôlement plus intime auquel Eldan m’avait soumise quelques instants plus tôt. Je ne savais toujours pas quel était le réel sens de l’émoi en question, je n’arrivai pas à cerner s’il exprimait une forme de rejet, de dégoût, ou au contraire un intérêt particulier que mon corps porterait à mon cavalier. Ou si une troisième sensation, que je ne parvenais pas encore à imaginer, était venue se mêler de l’affaire. La chose me dérangeait singulièrement : c’était la première fois que je ressentais quelque chose de tel, et de fait je n’en saisissais pas le sens : et cela me frustrait, moi, car s’il était une chose que je détestais entre toutes, c’était bien de sentir que quoi que ce soit en ce monde puisse m’échapper.
Eldan me guida à pas lents, avec la même douceur galante dont il avait fait montre jusqu’ici, vers l’estrade. Nous prîmes cependant bien notre temps, nous attirant un regard exaspéré de la part de Ronix. Eldan avait réussi à attiser ma curiosité en évoquant la sienne, et j’attendais sa confession avec une certaine impatience, sans trop savoir pourquoi cela m’intéressait.

« En fait, j’avais cru sentir sur votre main de légers cals, et j’ai voulu vérifier. Vous avez fait de l’escrime, n’est-ce pas ?
-En effet, répondis-je, passablement surprise par l'aveu, qui ne ressemblait en rien à ce que j'attendais. J’ai eu droit à un entraînement personnel avec Cordrech pendant trois ans, avant son décès… Il a tenu à ce qu’Eva et moi soyons éduquées sur plusieurs sujets qui ne touchent normalement jamais les filles de domaine…
-Un homme prévoyant, fit-il avec un ton où je crus déceler une pointe d’ironie. »
Je ne pus m’empêcher d’être légèrement déçue de cette confession. J’avais très certainement espéré quelque chose de plus grandiloquent, de plus théâtral que ce petit détail sans grand intérêt. J’aurais préféré qu’il m’avoue n’avoir pas pu résister à ma beauté, ou quelque chose dans le même ton. J’avais encore l’âge d’avoir un esprit mélodramatique, à peine entrée dans la vie adulte et encore vierge de tout réel contact avec les hommes. Quoi que je ne sache absolument pas comment j’aurais réagi face à une telle déclaration, elle m’aurait montré que j’avais un certain pouvoir sur les mâles qui m’entouraient. Sans une telle assurance, je me sentais nue, comme un chevalier sans armure en plein champ de bataille.
Toujours était-il que cette attente était pour le moins stupide, et je m’en rendais compte sans pouvoir m’en débarrasser. Un homme de cour expérimenté n’allait pas se jeter à mes pieds en me suppliant de l’aimer simplement parce que nous avions dansé ensemble. Dans cette assemblée, j’étais encore l’ingénue qui aurait pu être le plus à même de jouer un tel rôle, et j’allais bien m’en garder.
Nos quelques pas nous portèrent finalement vers l’estrade. Le seigneur Stallar Falmaran attendait là, Edrask sur ses talons, presque au garde à vous. Je fus d’ailleurs étonnée de ne pas voir l’héritier en titre des Falmaran. Après tout, Edrask n’était que le cadet de la famille, mais peut-être que son frère aîné était alité, et qu’il le remplaçait pour les mondanités d’usage. J’espérai que ce n’était pas le cas, car je n’avais pas la moindre envie de danser avec lui. Je fis mine de me diriger vers eux, car la famille Falmaran était de rang plus élevé que la famille Elstran, que représentait Legenis, le nouveau mari de Dame Félicia. Mais Eldan me retint par le bras.

« Non ! Les Elstran passent d’abord. »
Je lui jetai un regard interrogateur.
« Pourquoi donc ?
-Volonté d’Edrich Kassac, me répondit-il laconiquement. »
Voilà qui était pour le moins étonnant. Mon père biologique avait décidément le chic pour outrepasser toutes sortes de protocoles. Et une fois de plus, je fus bien incapable de comprendre ce que le suzerain des Darkanisses manigançait. Car je commençais à savoir d’expérience qu’aucune de ses décisions n’étaient prises à la légère, malgré leur apparence de provocations stériles et désordonnées. Kassac avait une idée derrière la tête lorsqu’il avait accepté la proposition du seigneur Selmène, et il poursuivait certainement cette même idée en changeant l’ordre d’influence des domaines en plein milieu de la journée la plus importante de toute l’année darkanienne. De la à savoir à quel petit jeu il prenait part, et qui en était le meneur… C’était hors de portée de mes capacités de compréhension.

Eldan me mena doucement jusqu’au régent de Cremala. Ronix s’était déplacé silencieusement et s’était placé non loin de nous, un air sournois que je ne lui connaissais pas peint sur la moitié intacte de son visage d’oiseau de proie, qui ne présageait rien de bon. S’il ne représentait pas lui-même une possible menace, son comportement indiquait qu’il guettait le moindre faux pas de la part de l’un des protagonistes. Certainement pour aller en rendre compte à Kassac, dès qu’il pourrait s’échapper.
Eldan et Legenis se firent face un instant, chacun semblant jauger l’autre. Puis ils
s’inclinèrent brièvement, l’héritier Krimin accompagnant son geste d’un léger claquement de talon tout militaire. Il prit alors la parole, sur un ton parfaitement neutre. Son visage était à nouveau couvert de ce voile de mystère impénétrable qui m’avait donné l’impression que j’avançais en aveugle lorsque je conversais avec lui.
« « Au nom de la famille Krimin, deuxième vassale d’Ezderon, je confie à la maison d’Elstran le soin de faire danser l’héritière de Kassac.
-Soin que nous prendrons avec force application, n’en doutez pas, répartit Legenis sur le même ton, un demi-sourire convivial sur les lèvres. »
Haussement de sourcil étonné de la part de Ronix. Retour du demi-sourire de la part d’Eldan. Apparemment, les choses ne tournaient pas comme l’attendait Kassac, ou quiconque se trouvât derrière cette mascarade. Le seigneur Selmène, d’après ce que m’avait dit Elanda, cherchait à mettre le nouveau régent de Cremala en position difficile, en le forçant à refuser la danse. Mais malgré l’absence de l’héritier mâle, Legenis se permettait d’accepter.

« Et comment vous y prendrez vous ? Intervint prudemment Ronix, avançant d’un pas pour s’immiscer dans la conversation.
-Vous n’êtes pas sans savoir qu’il est indigne pour une héritière de danser avec sa propre sœur, n’est-ce pas ? Reprit Legenis, sans quitter le demi-sourire satisfait qui lui mangeait près de la moitié du visage. Je demande donc, de par mon droit à la régence de Cremala, l’insigne honneur de faire danser moi-même l’héritière d’Ezderon.
-Ca n’est pas très protocolaire… Grommela le porte parole, sur la défensive.
-Peut-être, lui rétorqua son interlocuteur, mais je n’ai pas souvenance que le code de conduite de la noblesse Darkanienne fasse allusion à une telle situation. En temps qu’actuel détenteur du pouvoir décisionnel de Cremala, j’ai tout à fait droit de prendre telle décision qui concerne mon domaine, si tant est qu’aucun code que ce soit ne présente de contre-ordre. »
Ronix ne répondit pas immédiatement, apparemment gêné par la répartie. Il connaissait certainement assez bien le petit ouvrage de morale et de droiture qui régissait les actions protocolaires de la cour pour savoir qu’aucun passage n’interdisait formellement à un régent de choisir de remplacer un héritier absent. Les paupières de son unique œil papillonnèrent un bref instant, avant de se clore presque douloureusement. Lorsqu’elles se rouvrirent, le regard qu’il porta sur Legenis était mieux assuré, mais légèrement altéré. Il répliqua avec circonspection, sur un ton peu convaincant :

« Mais… Vous êtes le mari de Dame Félicia… N’est-il pas écrit dans le code qu’un père ne peut se donner en spectacle avec sa fille que lors de ses noces ? Vous restez malgré tout un beau-père pour elle… »
La réplique fut apparemment malheureuse, car elle provoqua un ricanement méprisant de la part d’Eldan. Le sourire du régent de Cremala s’amplifia encore, faisant presque disparaître tout le bas de son visage. Ronix eut un léger mouvement de recul, soudain conscient de l’idiotie qu’il venait de proférer en désespoir de cause.
« Mais voyons, reprit Legenis sur un ton triomphant, dois-je vous rappeler que Kassac est seul parent de Fianna au regard de la loi ? Félicia n’est autre chose que la nourrice de notre jeune Dame. Notre seigneur à tous serait certainement mécontent de vous voir exhiber ainsi la bâtardise de son héritière pour vous tirer d’un mauvais pas. En temps que loyal sujet des Kassac, je vous demanderais d’être plus respectueux envers tout membre de cette noble famille. Il serait, je pense, nécessaire que vous vous excusiez pour votre impardonnable impertinence… »

Toute trace de couleur reflua promptement de la face du porte-parole, le laissant pâle comme une robe de mariée. La soudaine blancheur de son teint contrastait violement avec le masque de velours noir qui dissimulait la moitié mutilée de son visage. Sa lèvre inférieure frémit imperceptiblement alors qu’il accusait l’humiliation dont Legenis l’avait gratifié. Il resta néanmoins stoïque, le dos raide et le visage impassible, alors que la salle, qui avait suivi le bref échange entre les deux hommes, commençait à pouffer. Je ne pus m’empêcher de souffrir pour lui de l’opprobre qu’une telle tirade jetait sur lui. Dans un tel milieu, la moindre maladresse vous collait à la peau comme un tissu sur la chair d’un brûlé. Ma mère avait déjà commis de telles erreurs du vivant de Cordrech, et je me souvenais parfaitement que, lors de réceptions éloignées parfois de plusieurs mois, on n’avait cesse de lui rappeler ses divers impairs. Ronix était bon pour subir les commentaires désobligeants des mauvaises langues courtisanes pour un bon moment, et c’était un destin que je ne lui enviais aucunement. Pourtant, je ne comprenais pas ce qui avait bien pu le pousser sur un terrain aussi dangereux. Il n’était pas à l’aise dans cet échange, et ce depuis le début. Pourquoi avait-il ainsi cherché à mettre Legenis en défaut, au risque de se perdre lui-même, et ce sur un sujet pour le moins superficiel ?

Il s’inclina sèchement face à Legenis, conservant son calme au prix d’une sévère lutte contre lui-même. Sans relever les yeux, il murmura quelques mots d’excuses polies, assez bas pour que seuls moi, Legenis et Eldan, qui se tenait toujours près de moi, puissions l’entendre, avant de reculer d’un pas et de s’enfermer dans un silence buté qui signifiait son retrait de l’affaire.
J’en voulus un peu à Legenis d’avoir ainsi rabaissé cet homme, bien que celui-ci l’ait ouvertement provoqué. Mais je savais qu’il n’avait pas vraiment le choix. Il se montrait pour la première fois en public, et il devait se faire un nom. Montrer qu’il n’était pas un être faible, incapable de régir son domaine. Et pour être respecté par les loups, il fallait chasser parmi les loups, à l’instar des loups. Il avait fondu sur la première proie facile qu’il avait pu trouver, évitant ainsi d’être victime avant d’avoir été bourreau. C’était son lot s’il voulait être accepté.

Eldan s’écarta d’un pas, laissant à Legenis le soin de me faire danser. Celui qui aurait dû être mon beau-père me tendit affablement la main, que j’acceptais sans réticences. Je l’avais côtoyé assez longtemps à Cremala pour n’avoir aucunement peur de danser avec lui. Nous nous dirigeâmes au centre de la piste alors que les couples de nobliaux se formaient ou se reformaient au gré des envies ou des devoirs de chacun. Puis, pour la troisième fois, l’orchestre ébaucha les premières mesures, et la salle se mit à tourner.