(J'ai taillé à la barbare dans ce chapitre, parce que comme je sens qu'il va traîner dans les vingt-cinq pages, il faut bien que je le poste en deux passages différents. Voilà donc une version plus lisible que sur l'atelier de travail )

Ferlyz passa la porte et j’entendis retentir la voix du valet qui avait la charge de nommer les arrivants. Alors qu’Elanda marchait dans les pas de son frère, pénétrant dans la salle déjà bourdonnante de bavardages, serrée de près par Kaldryssa, le laquais cria leurs noms pour se faire entendre de l’assemblée bruyante amassée dans l’imposante salle de bal :
« Elanda Selmène, deuxième de Selmène, du domaine de Tellann ! Kaldryssa Falmaran, deuxième de Falmaran, du domaine de Strambis, représentante de Falmaran à la cour… »

L’énergumène crachait les titres à la suite sans prendre la moindre inspiration. Je vis sa face rougeaude et suante lorsque son regard s’arrêta sur moi. Il n’avait pas fini de parler, et entreprit de hurler mes titres sans reprendre plus haleine. Je crus que sa face de pruneau trop mûr allait m’exploser à la figure en un jus brun et immonde tant la tension qui animait ses traits bouffis et fripés semblait violente, comme si sa tâche ne pouvait souffrir d’aucune tare sans qu’il trépasse sur place. Le son tonitruant de sa voix agressa mes pauvres sens lorsqu’il brailla mon nom à pleins poumons, presque dans mon oreille :
« … Fianna Kassac, première de Kassac, du domaine d’Ezderon, ancienne pupille du domaine de Cremala, héritière du trône d’Ezderon ! »

Le calme soudain et irréel qui suivit cette déclaration me fit revenir mes pires craintes à l’esprit. Le vacarme des bavardages avait brutalement pris fin, faisant régner un silence surnaturel dans cette salle précédemment si agitée. Je fis un pas hésitant et franchis définitivement le seuil de du lieu de réjouissances, me retrouvant face à la foule. L’attroupement de nobles n’était peut-être pas qualifiable de foule, car seule une quarantaine de seigneurs, héritiers, cadets, cousins, oncles et tantes éloignés s’amassaient là, mais jamais je n’avais eu à subir les regards curieux, méprisants ou hostiles d’un tel rassemblement de pairs. Je me sentis tout à coup perdue devant l’amoncellement de visages tournés vers moi comme si j’étais une bête curieuse. Puis je me dis que c’était très certainement ce que j’étais aux yeux de la plupart d’entre eux. Cette pensée ne me réconforta absolument pas, et c’est en somnambule que j’avançais à la suite de Kaldryssa.

Il y eut quelques remous dans les rangs des nobles, puis quelques chuchotements se firent entendre. A mesure que j’avançais vers le centre de la salle, les murmures s’amplifièrent, passant progressivement de grondements menaçants à cacophonie de commentaires de vive voix. Le désordre turbulent qui s’empara rapidement des petits groupes d’aristocrates répartis sous l’immense voûte de pierre se fit l’exact pendant du chaos qui régnait dans mon âme. J’avais l’impression de me mouvoir au ralenti sur un chemin parsemé de tessons de bruits coupants comme du verre, m’écharpant l’esprit comme s’il s’était agi de ma chair toute entière. Ces observations, dont je ne comprenais somme toute pas un traître mot tant les voix se brouillaient mutuellement, me firent rapidement l’effet d’un assourdissant vacarme qui me mit au supplice. Etrangement, je regrettais de ne pas discerner ce qu’on disait de moi. Il me semblait qu’il serait plus facile de réfuter sereinement des commentaires malavisés plutôt que d’en rester dans l’ignorance, ballottée par une tornade furieuse de sons incohérents. J’aurais voulu m’arrêter et crier, hurler assez fort pour ne plus entendre ce brouhaha incessant, les sommer l’un après l’autre de me répéter ce qu’ils avaient médit sur mon compte. Je dus faire un effort surhumain pour résister à la pulsion violente qui faisait vibrer tout mon être et tendait furieusement le moindre de mes muscles. Je ne devais pas me ridiculiser de la sorte, leur donner dès la première seconde un moyen légitime de rire de moi. Je maîtrisais à grand peine les tremblements convulsifs qui s’emparaient de moi contre ma volonté, et continuais d’avancer la tête haute, tentant de faire abstraction de la tourmente sonore qui m’encerclait de sa furie plénière et folle.

« Asté Krimin, gueula soudain la voix du valet beuglard qui m’avait annoncée, première de Krimin, du domaine de Merloc ! »
L’amante de Ferlyz venait de pénétrer à son tour dans la salle de fête. Immédiatement, le ton des voix se modifia partiellement. Prêtant l’oreille contre mon gré, je compris rapidement que les commentaires s’étaient divisés. J’étais toujours le centre d’intérêt de la soirée, mais on ne se gêna pas pour faire une remarque désobligeante sur la nouvelle arrivante. Si les éclats de voix n’avaient pas mué d’intensité, je sentis que mon esprit s’apaisait peu à peu de n’être plus l’unique point de mire de toute la noblesse montagnarde, et la puissance affolante que mon obsession avait prêtée aux commérages s’estompa peu à peu. A mesure que le brouhaha reprenait son amplitude réelle à mes oreilles, je sentis ma terreur et ma tension passagères fondre comme neige d’Eté. Je me fustigeai mentalement pour mon instant de dérive. J’allai devoir apprendre à mieux contrôler mes sentiments, à l’avenir, ou je n’allais pas faire de vieux os à Ezderon.

*****

Je profitais de la relative accalmie pour rejoindre rapidement le devant de l’estrade qui accueillait les musiciens. C’était là que j’aurais dû trouver Kassac, à qui je devais aller présenter mes hommages. Ce ne fut pas lui qui vint vers moi, mais son épouse, Alcerta. La petite dame au visage pâle et maladif, cheveux bruns ternes et ramenés sur l’arrière de son crâne, s’avança à ma rencontre avec un sourire de circonstance qui me parut malgré tout sincère. Dans son sillage, je vis la silhouette légèrement voûtée de Ronix, posté à deux pas derrière la dame d’Ezderon, dans l’attitude de l’écuyer, raide et engoncé dans son costume cérémoniel noir et argent. Un masque de velours noir lui cachait la moitié du visage, dissimulant les horribles brûlures qui lui mangeaient la face. Il semblait mal à l’aise, comme s’il n’était pas à sa place, et tentait visiblement de réprimer l’envie de se balancer d’un pied sur l’autre. Il regardait droit devant lui, cherchant à ne croiser aucun regard. Sa conduite m’intrigua tout d’abord, puis je haussai les épaules et marchai à la rencontre de ma mère adoptive. L’attitude de servitude de Ronix me montrait que c’était elle qui représentait le pouvoir d’Ezderon ce soir, et non pas son mari.

Après avoir expédié les politesses d’usage, je lui demandais, avide de savoir ce qui nous valait l’absence de mon père biologique :
« Edrich Kassac ne nous honorera donc pas de sa présence ? »
Les traits de Dame Alcerta se plissèrent légèrement en une petite moue soucieuse.
« Las ! Il n’a pas su se lever, comme d’habitude. Cela fait plusieurs mois qu’il dirige Ezderon depuis sa chambre. Il m’inquiète vraiment, tu sais. Il ne reçoit que son médecin personnel, une servante, Ronix et moi. Nous autres ne le voyons que de derrière les tentures tirées de son lit. Même moi, il refuse de me laisser approcher. J’ai bien tenté d’interroger son rebouteux pour connaître la vérité sur son état, mais le bonhomme est muet comme une tombe… Depuis cette bataille où il a été blessé, il est devenu irascible et lunatique, comme tu as dû t’en rendre compte. Il prend des décisions étranges et contestables…
-Dont je ne suis que la première, acquiesçais-je sombrement. »

Les traits tirés de la petite femme se fendirent d’un humble sourire penaud qui fit fondre la dernière barrière de méfiance qui me défiait contre elle. Je n’avais pas remarqué qu’elle fût belle jusqu’à ce moment, mais la manière qu’elle avait d’illuminer son visage par un simple mouvement de lèvres magnifiait tout son être. Je me sentis en confiance avec elle, alors qu’elle me faisait des confidences comme si nous étions déjà intimes. Elle semblait si simple, dépourvue de tous les mauvais côtés habituels des courtisans, qu’elle me séduisit immédiatement. J’avais l’impression d’être avec une vieille amie
« Ce fut effectivement un choix étrange, mais je ne saurais t’avouer à quel point j’en ai été aise… »

Je haussai un sourcil à demi étonné. C’était bien la dernière personne que j’aurais crû capable de me dire cela sur un plan strictement politique. Mais Dame Alcerta dégageait tant de candeur que je compris que le mot politique n’avait pas de raison d’être pour elle. Elle prenait les choses comme elles venaient, et suivait ses sentiments, non l’éthique alambiquée et douteuse de l’élite des Darkanisses. Elle avait semblait-il guetté ma réaction, et ma mine légèrement intriguée parut lui convenir à merveille. Elle se lança dans la petite révélation qu’elle devait brûler de me faire. Je la soupçonnais d’avoir jeté cette phrase uniquement pour m’attirer sur ce sujet de conversation, qui semblait tant lui tenir à cœur. N’ayant aucune raison de ne pas entrer dans son jeu, je la laissai parler :
« J’ai toujours aimé les enfants, tu sais. Cette guerre stupide avec le Kamarin a fauché mes deux fils à peine majeurs. Et, il y a cinq ans de cela, cette maudite grippe qui fit tant de mal aux Krimin m’enleva mon aînée, et ma dernière n’a pas vécu une semaine… »

Ses yeux brillaient tels deux diamants humides de rosée alors qu’elle évoquait ses désespoirs de mère. Ses déboires ne m’étaient certes pas inconnus. La Grande Grippe avait ravagé nos montagnes et décimé nobles et paysans, sans aucune distinction. Aucun rebouteux n’avait su sauver ni la femme de Garl Krimin des tourments fiévreux et délirants de la maladie, ni ses enfants Esrdeth et Stanièle. Pas plus que la première des filles d’Alcerta. Cette hécatombe resterait certainement gravée dans les esprits comme l’hiver le plus meurtrier pendant bien des années. La Grande Grippe s’était heureusement fait oublier depuis lors, mais chacun redoutait son retour comme celle d’Ereth la Collectionneuse d’âmes, tant les endroits qu’elle contaminait puaient la mort et les larmes.

J’écoutai cette voix vibrante de douleur refoulée, et compris rapidement que parler de sa peine lui allégeait quelque peu le cœur. Lorsqu’elle se serait elle-même écoeurée de son malheur à force de lamentations, elle trouverait certainement la paix d’un oubli bienheureux. Elle tirerait un trait sur la perte de ses quatre enfants, et se tournerait vers le futur au lieu de s’enfoncer dans ce passé révolu qui ne reviendrait jamais.

L’amour sans borne qu’elle portait à sa descendance disparue, trahi par l’altération de sa voix, me troubla intensément. Je n’avais pas imaginé qu’on puisse receler en soi une telle passion, si proche d’une dévotion pieuse, pour quoi que ce soit sur cette terre. Son deuil me rappela celui d’Eva, qui elle aussi possédait cette étincelle d’amour fanatique pour un être passé. Je m’en étais irritée, embarrassée de voir ma sœur se complaire dans son malheur, mais je voyais maintenant ses actes sous un autre jour. Il me sembla soudainement que j’étais incomplète, et que je le resterais tant que je n’aurais pas connu une telle flamme. Je me pris à jalouser ma sœur et Dame Alcerta, qui savaient ce qu’était le véritable amour. Peu m’importait qu’elles aient souffert et souffraient encore de la perte du joyau de leurs jours. Elles devaient être heureuses de connaître ce malheur que j’aurais voulu partager, ne serait-ce que pour me sentir humaine, pensai-je sans prendre conscience du paradoxe.

Alors que je ruminais ces singulières pensées, ma mère adoptive continua son discours. Absorbée dans ses pensées, elle n’avait même pas remarqué l’étonnante expression de jalousie qui se peignait sur mon visage :
« Les bambins ont toujours été ma raison de vivre. La maison de ma mère était toujours pleine de garçons et de fillettes dont j’ai pu m’occuper, et le goût des enfants m’est resté. Après, lorsque je me suis mariée avec Edrich, j’ai eu mes deux premiers enfants au plus vite, perpétrant ainsi mon entourage de mes précieuses têtes blondes. Lorsque Magyar et Keltenni sont morts sur le champ de bataille, et que je me suis retrouvée pour la première fois de ma vie avec une seule petite fille dans mes jupes, j’avoue que j’ai manqué de perdre goût à la vie. Edrich n’était même pas là pour me consoler, puisqu’il garde la chambre depuis lors. Alors, quand j’ai su qu’il avait une fille cachée et qu’il souhaitait la faire reconnaître, j’ai oublié de m’indigner et me suis réjouie de savoir que tu viendrais à Ezderon. Un peu tard, certes, mais tu es là, maintenant… Conclut-elle en rougissant légèrement, un petit sourire penaud éclairant son visage d’une grâce étrange.
- Mais je ne suis plus une enfant, fis-je avec une moue teintée de scepticisme. Je vous imagine mal me dorloter comme si j’avais l’âge de Mia…
-Je t’en prie, ne me vouvoie pas ! Je ressens cela comme une marque d’obséquiosité. Et j’ai toujours détesté les courbettes de mes pairs. Ils sont trop nombreux à ne pas comprendre qu’on puisse parler d’amitié sans impliquer la moindre part de leur damnée politique… »

Je souris malgré moi, ne pouvant contenir la vague d’amusement qui m’emplit à l’écoute de ces paroles. Kassac était vraiment l’homme le plus énigmatique qu’il m’avait jamais été donné d’observer. J’avais longtemps cru que j’étais la première de ses bravades envers les conservateurs qui peuplaient la cour, cependant l’existence même de Dame Alcerta me prouvait le contraire. Elle n’était que candeur et simplicité, l’exact opposé de ce qu’on attendait de la femme du plus grand souverain montagnard. On l’aurait voulu retorse et intrigante, pourtant Kassac l’avait choisie pure et ingénue. Et je commençais à soupçonner qu’elle non plus ne devait pas être le premier affront de ce grand seigneur écoeuré par son entourage. Je lui répondis, les yeux étincelants et les sourire au lèvres, trop euphorique pour pouvoir dissimuler mon amusement :

« Qu’il en soit ainsi. Mais… Tu n’as pas répondu à ma question. Vais-je être couvée comme si j’avais encore l’âge de Mia ? Repris-je avec malice.
-Bien sûr que non, voyons ! Je n’ai pas uniquement besoin de marmots ! Tes deux demi-frères étaient majeurs lorsqu’ils ont péri, et ça ne m’a pas empêché de souffrir de leur disparition. Je n’ai jamais vu aucun de mes enfants dépasser les dix-neuf ans, et il m’a toujours tenu à cœur de voir évoluer ma progéniture. A mes yeux, tu représentes le prolongement de mon Keltenni,…Oh, j’espère que je ne t’ai pas froissée, je m’exprime comme une idiote ! Je dois te sembler bien égoïste… »

Je secouai la tête en signe de dénégation. Il était facile de comprendre ce que je représentais pour Alcerta. Je n’étais pas à ses yeux l’exécrable symbole d’un mari volage, comme je m’y étais tout d’abord attendue. Au contraire, j’étais l’enfant cachée qui venait atténuer à l’hécatombe ayant fait rage parmi les héritiers de Kassac. Et, bien au-delà de la politique, j’étais une sorte de compensation des peines d’Alcerta. J’aurais pu m’offenser de n’être qu’un palliatif pour ma mère adoptive, mais je sentais confusément à quel point elle avait besoin de moi. Et j’étais déjà persuadée, après seulement quelques instants de discussion, qu’il était enviable d’être le remède de cette dame là.
Je m’apprêtai à formuler ma pensée lorsque la voix de Ronix jaillit de derrière le dos d’Alcerta, me devançant de quelques instants.
« Ma Dame, je crois qu’il est temps d’ouvrir le bal. Voulez-vous bien monter avec moi sur l’estrade des musiciens, comme il est d’usage en l’absence du seigneur Kassac? »

Ma mère adoptive leva les yeux au ciel à l’entente du mot usage. Elle m’adressa un petit sourire complice avant que de se tourner vers le porte-parole du suzerain. Elle lui glissa quelques mots, l’enjoignant à le devancer. Lorsqu’il se fut écarté suffisamment, elle se retourna vers moi avant que de me souffler :
« Et voilà. Edrich garde le lit et c’est à moi qu’il incombe désormais ce genre de civilités passablement ineptes. Je ne pourrais certainement pas négliger mes devoirs d’hôtesse assez longtemps pour discuter à nouveau avec toi ce soir. Amuse-toi bien ! »

Un dernier sourire, un petit salut de la main, et elle avait plongé entre les dos de trois nobliaux qui la séparaient de l’estrade montée dans le fond de la pièce. Je la regardai se faufiler jusqu’aux quelques marches qui permettaient de gravir la tribune. Je n’avais pas la moindre idée de ce que me réservait le reste de la soirée. Mais jusqu’ici, elle s’avérait moins dramatique que je ne l’avais imaginé. La belle mère froide et distante que j’avais inventée lors de mes nuits de doutes était en fait un ange tendre et chaleureux. Ferlyz Selmène avait trop d’ennuis personnels pour m’accorder son hostilité. Peut-être aurai-je véritablement la possibilité de m’amuser, comme venait de me le souhaiter Dame Alcerta…

*****

Alors que j’observai le porte-parole d’Ezderon gravir avec agilité les quelques marches menant au sommet de la tribune, je sentis une présence à mes côtés. Je jetai un œil en direction de la personne qui venait de me rejoindre. C’était Elanda, s’étant à l’instant rangée à mes côtés. Sans trop me soucier d’elle, je reportai mon regard vers l’estrade où Ronix s’effaçait galamment pour laisser place à Dame Alcerta. Je l’observai un instant, et remarquai qu’il n’avait plus rien de l’homme gauche et embarrassé qu’il était à peine quelques instants auparavant. Ses gestes étaient alertes et son œil avait perdu son aspect terne et ennuyé, dorénavant habité par une lueur que je n’avais vu que quelques rares fois : celle des guerriers amateurs de lutte montant au front. Cela me parut étrangement déplacé. Quel combat, dont la simple évocation mettait déjà le messager dans un tel état de tension jubilatoire, pouvait bien se tramer au beau milieu d’une fête mondaine ?

La voix d’Elanda me tira de mes réflexions, et ce fut avec mauvaise grâce que je lui portais mon attention, légèrement contrariée d’être interrompue dans le cours de mes pensées.
« Alors, que penses-tu de Dame Alcerta ? »
Je ne répondis pas immédiatement, scrutant la scène ou Ronix s’éclaircissait la voix pour attirer l’attention des nobliaux agglutinés dans la salle. Le silence se fit près de la scène, et commença à se propager de proche en proche. Alors qu’il menaçait de gagner toute la salle, je me décidai à répondre à Elanda, sans perdre la silhouette du messager des yeux.
« Notre Dame est bien étrange. J’imagine mal une femme aussi simple et sympathique vivre sans tourments au milieu des intrigues de cour…
-C’est pourtant ce qu’elle fait depuis près de deux décennies, me répondit la Selmène, un petit sourire peint sur les lèvres. C’est vraiment une femme extraordinaire. Rien n’atteint jamais sa sérénité en dehors des déboires qu’elle a eu avec ses enfants. Elle s’est enfermée dans sa sphère d’irréalité et s’en porte le mieux du monde. J’aimerais pouvoir m’échapper ainsi, et pouvoir vivre la vie que j’ai souhaitée quel que soit l’hostilité de mon environnement… »

Sa voix se teintait d’une nuance de respect déférent et d’amertume alors qu’elle évoquait la Dame d’Ezderon. Le vague sourire s’était transformé en une légère moue de regret qui fit naître une jeune ride aux commissures des lèvres. Je commençais à m’étonner sérieusement au vu des personnes composant la cour d’Ezderon. Plus j’en découvrais sur eux, plus j’avais l’impression qu’aucun d’entre eux ne se sentait heureux au milieu des leurs, à s’échanger des mondanités. Ferlyz restait à Ezderon ainsi qu’Asté et Kerdilla, alors qu’ils supportaient à grand-peine les quolibets qui pleuvaient sur eux. Dame Alcerta et Edrich Kassac méprisaient tous les intrigants qui peuplaient leur cour. Elanda regrettait visiblement de passer la plus grande partie de son temps dans ce climat sordide, et je soupçonnais Kaldryssa de penser de même. Enfin, Edrask s’ennuyait certainement à bâiller comme une fosse, forcé de surveiller les moindres propos que sa sœur voudrait bien servir en sa présence. Il devenait clair à mes yeux qu’une grande majorité des courtisans faisaient acte de présence et cohabitaient de manière totalement artificielle. Il n’était alors pas étonnant qu’un tel climat d’hypocrisie et de méchanceté règne entre gens qui ne pouvaient se souffrir.

Je quittai Elanda et ses regrets alors que Ronix prenait la parole. Je le détaillai alors qu’il déclamait son petit discours. Le ton de sa voix, vibrant et sonore, était celui de ses grandes déclamations, le ton de la Voix de Kassac. La puissance de son organe de stentor résonna sous l’immense voûte de pierre qui culminait au dessus de nos têtes. Il avait une voix absolument splendide. Il était taillé pour être soliste baryton dans n’importe quelle chorale du Grand Monde. Seul un léger souffle rauque venait perturber la superbe de son allocution, vestige du feu magique qui avait manqué d’emporter ses précieuses cordes vocales avec la moitié de son visage. Je fus soudain parcourue de ces agréables frissons qui se saisissent de nous à l’entente d’une pièce musicale qui fait vibrer notre corde sensible. Je me laissai aller à l’écouter, sans trop chercher à comprendre ce qu’il disait. Peu m’importait, c’était l’entendre parler, non pas écouter les banalités qu’il pouvait bien servir aux nobles, qui m’intéressait. Sa voix tonnait sans qu’il ait besoin de la forcer, à l’exact opposé de l’horrible aboyeur royal qui m’avait annoncée. Il parlait comme un acteur déclame son texte, et je compris soudain que c’était là la lutte qu’il attendait précédemment avec tant de passion : c’était là son accomplissement, son acte de bravoure ; seul sur la scène, lui si réservé, si renfermé sur lui-même, lui meurtri par la guerre et par son propre jugement, il parvenait à captiver n’importe quel auditoire, quel que soit son propos. C’était là sa drogue, la seule chose qui savait lui faire oublier sa figure martyrisée, sa main détruite, son œil perdu, et surtout son orgueil ravagé. C’était pour lui comme un corps à corps avec la foule, qu’à chaque fois il battait par le simple éclat de sa voix, au-delà de son aspect physique repoussant.

J’ignorais s’il était sorti vainqueur de sa joute fictive avec les autres nobles présents. Peu importait. Ce soir, il m’avait vaincue, moi. Je cédai au plaisir de me laisser glisser dans son flot de mots vides de sens, quittant lentement ma conscience du monde réel au profit de la grisante écoute des tons vibrants de sa sublime voix. Ce ne fut qu’après près de deux minutes d’écoute extasiée que le sens des propos qu’il tenait me fit redescendre sur Terre.
« …Cette réunion se doit, comme toutes celles qui ont précédé, année après année, de réconcilier pour quelques heures toutes les personnes présentes dans cette salle. Ce soir, nous serons tous frères, et nous oublierons nos différents le temps d’une danse… »

Elanda, toujours debout à mes côtés, étouffa un petit rire amusé au creux de ses deux mains jointes. Je tournai le chef vers elle, agacée par sa manie d’interrompre mes rêveries. Je n’avais pas l’esprit à la conversation, alors que bavarder semblait être le désir le plus profond d’Elanda. Elle prit mon mouvement de tête pour un signe d’intérêt, et me glissa furtivement, sur le ton de la confidence :
« Celui là n’a pas idée de l’idiotie qu’il vient de proférer. Je sais mieux que personne qu’être frères ne signifie en rien la paix entre les deux parties. Regarde Kaldryssa et Edrask, ou bien encore Karth et Ferlyz, quoi que notre cadet se soit calmé depuis ses déboires de cœur… »
Je haussai les épaules dédaigneusement, en détournant mon profil pour recentrer mon regard sur Ronix. Comme le regard d’Elanda pesait sur mes épaules, en attente d’une réponse à son anodin commérage, je chuchotai à son intention, non sans garder toute mon attention au messager :

« Eh bien ! C’est juste un discours de circonstance. La cohérence n’a jamais été le fort de ce genre de laïus, ce me semble…
-Tu as raison, bien sûr, mais je pense justement qu’il faudrait changer cela. Tant qu’à devoir écouter de tels bavardages, qu’ils aient au moins un sens… Tu ne trouves pas ?
-J’avoue que cela m’importe peu. Cela fait assez longtemps que j’assiste à des offices auxquels je n’ai jamais cru, alors j’ai pris l’habitude de m’accoutumer de ce genre de lieux communs. »

Elanda hocha la tête en signe d’assentiment. Je n’avais pas pris beaucoup de risques en lui avouant mon manque de convictions envers nos niaiseries religieuses, car je la savais aussi atteinte d’incrédulité que je l’étais moi-même. De plus, je soupçonnais Sangan d’avoir vanté à la cour depuis bien longtemps la maigreur de mes transports mystiques. Pensant un instant avoir satisfait son envie de parler, je tentai de me replonger dans l’extase de l’écoute de la voix du messager. Malgré moi, je ne parvins pas à retrouver l’exaltation qui m’avait transportée quelques instants plus tôt. Pour parachever mon mécontentement, je vis du coin de l’œil qu’Elanda se préparait à me prendre à nouveau à partie. L’oppression qui m’avait quitté à peine quelques minutes auparavant me reprit soudain, empesant ma poitrine d’une accablante chape de plomb. Je réprimai un hoquet de dégoût, et tentai de me détourner d’Elanda, sans comprendre pourquoi je réagissais ainsi à une simple envie de bavarder.

Le remède fut pire que le mal. Mon regard, quittant à la fois Ronix et Elanda, erra quelques instants sur les visages des nobles rassemblés dans l’immense salle, et je pris soudain conscience que leur présence m’étouffait. Le dos de la femme debout devant moi sembla soudain se rapprocher et grandir, comme s’il s’apprêtait à se jeter sur moi pour m’asphyxier. Je fut prise d’un début de panique, et regardai autour de moi pour chercher une échappatoire à cette masse informe qui me menaçait de ses horribles contours. Ce fut un tort. Partout autour de moi, les corps sans plus de visage des autres convives se gonflaient comme des outres, prêts à m’envahir de leurs énormes masses adipeuses. J’eus un brusque mouvement de recul, mais cela ne fit qu’augmenter mon affolement : à moins d’un pas derrière moi, un autre de ces monstres me barrait la route. Le petit cri indigné de la Dame que j’avais légèrement bousculée me parut le barrissement d’une entité atroce, prête à me dévorer. Alors que les masses enflaient encore, emplissant l’entièreté de mon champ de vision, je m’imaginais avec horreur les dents longues et pointues de la chose qui se tenait derrière moi se refermer sur mes chairs tendres et offertes, et je contractai mes muscles à l’idée de la souffrance qui m’attendait. Je sentais presque les puissants crocs durs comme l’acier s’enfoncer dans mon être, déchirer mes organes, briser mes os.
Bien évidemment, rien de cela n’arriva. Quelque chose de doux et de chaud me toucha le bras, à l’instar de la caresse d’un vent d’été et aucunement comme la morsure cruelle de dents froides, dégoulinantes de bave et de sang. C’était la main d’Elanda, qui me pressait légèrement pour attirer mon attention. La réalité de ce contact me tira de mon malaise comme celui du bois de la chaise le jour où ma mère et moi nous étions violemment querellées. Je relevai les yeux vers ma voisine, et vit qu’elle n’avait rien remarqué de mon trouble. Elle avait les yeux tournés vers la scène, et ses yeux brillaient comme d’une plaisanterie qu’elle s’apprêtait à faire. Je jetai vivement un regard derrière moi, pour m’assurer que la Dame n’avait rien d’une sombre créature prête à m’engloutir. Je vis avec soulagement la mine renfrognée d’une petite cousine de la famille Falmaran, dont la face me rappelait vaguement quelque chose.

Je commençais sérieusement à m’inquiéter à propos de crises d’hallucinations qui semblaient s’emparer de moi lorsque j’étais victime d’émotions fortes. L’expérience n’avait rien d’agréable, et mon imagination que je croyais pourtant limitée se mettait à fonctionner à toute vitesse, m’offrant des visions et des sensations tellement vraies que je j’y plongeais sans condition. C’était la quatrième fois de ma vie que je subissais un assaut de ce genre, mais aussi la première fois qu’il s’était déclaré sans raison apparente. Jusqu’ici, seul un véritable ébranlement psychologique, comme l’annonce de ma bâtardise, avait su me plonger dans une de ces transes hallucinatoires qui me mettaient au supplice. Cependant, alors qu’il ne s’était rien produit de traumatisant aujourd’hui, la simple envie de bavarder d’Elanda, associée à un léger malaise que je ressentais toujours en présence d’une quelconque foule, avait réussi à me faire perdre pied. Je sautai à la conclusion que c’était l’effet des diverses tensions accumulées depuis le matin même, peu désireuse de commencer à douter de ma santé mentale au beau milieu d’une fête aussi importante que celle du renouveau.