(Tout à déjà été pas mal amélioré, mais j'ai fait ces corrections relativement rapidement car je bosse sur la suite et ne veux pas ralentir trop. Pas mal d'amélioration quand même, mais le premier passage manque encore un peu de quelque chose.)



Trois jours plus tard, j’envoyai comme convenu un messager au château d’Ezderon pour faire savoir que j’acceptais l’adoption qui m’était proposée. Ce n’était évidemment pas de gaieté de cœur, mais je n’avais plus d’autre alternative.

Je n’avais bien évidemment pas eu la possibilité de cacher à Eva quelles étaient ma naissance et la sienne. Elle s’était vite étonnée de la tension soudaine qu’elle sentait entre notre mère et moi, et m’avait pressée de questions. Mais je m’étais arrangée pour que la révélation vienne de Dame Félicia, en partie pour me délivrer du poids de la colère de ma sœur, en partie pour me venger une dernière fois du coup du sort qu’elle m’infligeait. Je savais pourtant que j’en savais assez sur les réelles implications de son adultère pour lui pardonner ses actes, mais je ne pouvais m’empêcher de la forcer à affronter la violence passionnelle de sa deuxième fille, par un esprit de vengeance que je me reprochais mais ne parvenais pas à me défaire. Je savais parfaitement quelle réaction allait être celle de ma sœur. Elle qui avait toujours considéré Cordrech comme le meilleur des pères avait écouté son caractère enflammé, et la dispute avait duré près d’une heure. Suite à quoi, bien qu’il ne fût pas dans mes habitudes de suivre ma sœur dans ses élans caractériels, nous nous étions entendues pour conserver un mutisme parfait en présence de Dame Félicia. Nous lui avions mené une vie infernale jusqu’à la cérémonie d’adoption, puis j’avais enfin accepté de tirer un trait sur le passé. Eva continua sa bouderie encore quelques jours, mais ne sentant plus mon soutien, elle revint elle aussi à une vie normale.

Ma sœur était certes bien malheureuse de n’être pas la fille de Cordrech, mais un autre point la tracassait. Elle était heureuse pour trois de ma soudaine promotion, ce qui ne manqua pas de m’agacer. Je voulus lui faire comprendre ce qui m’attendait lorsque j’entrerais à la cour, mais elle me rit au nez, m’assurant que je n’aurais qu’à ignorer les médisants. Je l’enviai longtemps pour son enthousiasme envers cet évènement que, je dus bien me l’avouer, je redoutais d’affronter. Mais Eva n’était pas psychologiquement prête à être séparée de moi, et voulut absolument m’accompagner à Ezderon, en partie pour s’écarter de Dame Félicia qu’elle n’avait toujours pas pardonné. Ma mère et elle avaient eu beaucoup de conversations animées sur ce sujet, Dame Félicia refusant de se séparer de ses deux filles à la fois. Elles étaient finalement tombées d’accord sur une solution qui me laissa perplexe : ma sœur resterait avec moi à la cour d’Ezderon jusqu’à ce que Dame Félicia lui ait trouvé un mari convenable. Eva semblait très satisfaite de cette solution, ce qui ne manqua pas de me surprendre. Je n’avais pour ma part aucune envie de me marier, et ne parvenait pas à saisir pourquoi ma sœur ne pensait pas comme moi.

A mon grand étonnement, les circonstances et les désirs d’Edrich Kassac retardèrent la date de mon entrée à la cour. La reconnaissance de sa nouvelle héritière s’était faite dans une intimité qui m’étonna, tant elle était éloignée des fastes habituels des fêtes courtisanes. Notre suzerain avait insisté pour que la cérémonie se passât entre les murs de Cremala, et ses blessures l’avaient forcé à voyager en litière sur les difficiles sentiers des Darkanisses. Il n’avait amené avec lui que Ronix et Dame Alcerta, sa femme légitime, pour tous Témoins de Cérémonie. Il était indispensable que des membres de l’entourage de chaque actant du cérémonial y assiste pour certifier la validité de l’adoption. Malgré ma connaissance neuve des choix fantasques de notre seigneur et maître, je ne pus que m’étonner d’une telle inconvenance. Mener sa propre femme à la reconnaissance d’une fille illégitime et donc d’un adultère relevait presque de l’injure d’après le code d’honneur des montagnes. Le choix du deuxième Témoin n’était pas moins étonnant. La naissance du messager officiel était teintée de soupçons, mais il ne faisait aucun doute qu’il n’avait pas suffisamment de sang noble pour pouvoir prétendre représenter les intérêts d’Ezderon.

Mais nous étions bien peu nombreux pour nous en offusquer. Mis à part le grand prêtre, qui ne manqua pas de jeter des regards noirs chargés de malédictions, et le trio, seules moi et ma mère pour Témoin étions présentes pour la cérémonie. Aucun représentant de domaine. Aucun courtisan n’était présent. J’en avais été heureuse, car cette manœuvre étrange du seigneur d’Ezderon m’avait évité la honte publique d’une reconnaissance de bâtardise, mais j’avais eu l’impression que tout n’était prétexte qu’à offenser une fois de plus les rigoristes de la cour, et Kermal Sangan le premier. Je m’étais encore une fois sentie le jouet de cet homme qui n’avait pas daigné écarter les rideaux de sa litière de toute la cérémonie, et dont je n’avais entendu que le son de la voix. J’avais un instant craint que Dame Alcerta ne fasse scandale et s’en prenne à ma mère au cours du rituel, mais la frêle silhouette à la peau blanche et maladive ne sembla pas avoir de ressentiment envers Dame Félicia. Comportement qui, comme il était maintenant de coutume pour tout ce qui touchait Kassac, me surprit grandement. Je ne comprenais pas qu’on puisse se savoir trompée, puis venir s’abaisser à reconnaître l’enfant bâtarde sans qu’aucune animosité ne nous habite. J’avais encore beaucoup à apprendre pour pouvoir prétendre connaître mon père naturel et sa famille.

Le jour même, il m’avait fait savoir qu’il m’autorisait à rester à Cremala tant que je ne serais pas majeure. Une fois de plus cette décision repoussait le moment d’affronter les courtisans et je m’en félicitai, bien que je m’interrogeasse sur le bien-fondé de ce sentiment. Ne valait-il pas mieux me jeter dès maintenant dans l’arène plutôt que de toujours repousser l’affrontement ? Mais une fois de plus, la décision du seigneur d’Ezderon me laissait perplexe. D’après ce que m’avait révélé Ronix de l’état de santé d’Edrich Kassac, celui-ci risquait de perdre la vie ou de se trouver dans l’incapacité de gouverner à tout moment, et sa décision éloignait son héritière dorénavant reconnue pour plus d’un an. C’était à y perdre la tête. Le comportement de mon vrai père me le montrait comme un fou qui n’a plus conscience de ses actes, mais je le soupçonnais de parfaitement maîtriser une situation que lui seul comprenait. Car ses folies n’avaient rien de désordonné : la plupart d’entre elles étaient orientées dans un seul but : provoquer les courtisans conservateurs. Mais que voulait-il réellement obtenir d’eux par ces manœuvres tortueuses ? Quoi qu’il en fût réellement, je n’avais d’autre choix que de servir son jeu, bien que ne sachant pas ce que je représentais véritablement pour lui. Cette marche en aveugle m’irritait au plus haut point, et je passai de nombreuses heures à tourner et retourner les évènements dans ma tête, cherchant vainement à en extraire une quelconque logique. Mais c’était peine perdue.

Je passais donc toute l’année ainsi que Printemps suivant à Cremala, ou j’assistai au remariage de Dame Félicia avec un cousin éloigné et inconnu de Cordrech. Je pus apprécier la froideur de ma mère envers son nouveau conjoint qui, je pus le supposer sans trop risquer de me tromper, ne la toucherait peut-être jamais de sa vie. L’homme en question n’avait rien de trop repoussant et s’avérait agréable à la conversation, mais Dame Félicia lui fit clairement sentir, à mon grand bonheur, qu’elle ne retirait aucune joie de ce mariage forcé. Je me pris à admirer sa froide hospitalité qui lui donnait un aspect de vierge sacrée et m’imprégnai de sa manière d’être, au cas où j’aie moi-même à subir une situation de la sorte.

Vint alors le temps de mes dix-sept ans, et avec eux la sombre promesse de découvrir enfin la cour d’Ezderon. Kassac n’avait semblait-il pas subi de trop graves séquelles et n’avait pas eu à me faire appeler. Je fis ma première apparition véritable à la fête de Renouveau, au début de l’été. Cette commémoration, la plus importante de notre société montagnarde, célébrait le court dégel des deux mois d’été Darkaniens, mais c’était surtout l’occasion pour tous les nobles familles de se regrouper pour manger, boire et danser. C’était ce que j’avais trouvé de mieux pour faire mon entrée discrètement. J’espérais que les festivités distrairaient assez mes détracteurs pour que je puisse me faire voir sans être constamment le centre d’intérêt des hommes de cour. D’un autre côté, jamais autant de nobles ne seraient assemblés dans l’année à venir. Il était presque impensable de ne pas se présenter aux réjouissances, tant elles représentaient l’union des petits domaines montagnards. Seigneurs, héritiers, cadets et enfants, pas un ne manquerait le banquet. C’était, en quelque sorte, mon épreuve du feu.

J’espérai pouvoir commencer à découvrir quels seraient mes ennemis et quels pourraient être mes alliés. En somme, cette fête n’en serait pas vraiment une pour moi…

*****
Arriva le jour tant attendu et tant redouté. Ce fut dans un état de surexcitation grandissante que je sellais mon cheval d’un de ces pénibles sièges de dames, ma robe de moire obscure parsemée de larmes d’argent aux couleurs des Kassac m’empêchant de monter comme j’en avais pris l’habitude de le faire avec Cordrech. L’équipage n’était pas moins fébrile, pour diverses raisons.

Le nouveau régent d’Ezderon allait, lui aussi, s’exposer pour la première fois au jugement des courtisans. Sa condition était à peine plus enviable que la mienne : il était l’inconnu, choisi par la femme infidèle dont l’aventure avait comblé les commères de la cour. J’avais un peu pitié de lui, car si je savais ce qui m’attendait, il ignorait beaucoup de la pléthore de petits nobles qui peupleraient Ezderon ce soir là. Néanmoins, j’étais heureuse qu’il vienne : sa présence donnerait autant à parler que la mienne, et allégerait d’autant ma propre épreuve. Eva, pour sa part, était pressée de parvenir aux festivités, car elle allait y rencontrer le cadet Kamarin que Dame Félicia et Varnsal Kamarin projetaient de lui fiancer avec la bénédiction d’Ezderon. Je ne comprenais pas la fébrilité de ma sœur. Elle allait rencontrer un parfait inconnu et elle se comportait comme s’ils étaient déjà amants. Montagne savait combien il me serait difficile de rencontrer un prétendant secret le sourire aux lèvres.

Je remarquais amèrement que ma sœur et moi n’avions pas le même état d’esprit. Eva était plus impulsive que moi, que ce soit pour se mettre en colère où pour apprécier quelque chose. Elle avait une étrange tendance à l’optimisme qui me forçait à m’avouer l’une de mes faiblesses. J’avais tendance à trop voir la face sombre et déprimante des choses, et oubliais de me réjouir lorsque tout allait bien. De plus, j’avais par moments des bouffées de haine inconsidérées pour tous ceux qui ne s’alignaient pas sur ma propre pensée. En cet instant, je détestais idiotement cette sœur qui avait décidé d’espérer que son prétendant soit un homme de qualité. Pour moi, un promis imposé représentait forcément le tyran infect qui me ferait vivre le pire des enfers jour après jour. J’avais pourtant devant mes yeux la preuve du contraire : le nouveau régent de Cremala venait d’accomplir un mariage arrangé, et malgré cela, c’était un être sociable et même agréable lorsqu’on prenait la peine de lui prêter attention. Il n’avait pas décidé de faire de ma mère son souffre douleur, son esclave. Il avait même accepté de subir la froideur cassante que Dame Félicia affichait à son égard. Cependant, je refusais d’ouvrir les yeux et d’accepter mes idéaux comme erronés, malgré cet exemple frappant. Pour me masquer ma mauvaise foi, j’évoquais le souvenir du mariage de Kerdilla Kamarin avec Ferlyz Selmène, l’être abject qui ne connaissait que deux sentiments : l’ambition et l’amertume de se voir écarté du pouvoir. Je n’osai pas imaginer ce que pouvait être la vie d’une femme liée à un tel homme, et cela me réconfortait sans raison.

A mes yeux, ce cadet Kamarin, malgré le fait que ce fût nos parents qui cherchaient à le rapprocher d’Eva, avait déjà l’aspect du monstre bavant et pervers qui prendrait plaisir à humilier ma sœur. Et je ressentais un sentiment de colère irréfléchi envers elle, parce que contrairement à moi, elle ne se laissait pas hanter par des chimères et décidait de s’en remettre au destin.

Il me vint alors une idée qui manqua d’ébranler mes convictions. Et si, dans ma volonté d’émettre une opinion arrêtée trop rapidement sur les gens, je n’avais pas mal jugé celui qui permettait à ma conscience de reposer tranquille ? Et si le cadet Selmène n’était pas l’aberration humaine que je m’imaginais ? Après tout, je ne l’avais vu que deux fois, et n’avait pu juger de lui que sur les dires de Cordrech, dont le jugement pouvait être erroné tout comme semblait être le mien.
J’arrêtai soudainement de sangler ma selle, trop étourdie par la possibilité que je me soie forgé un univers factice à partir de bribes de vérités. Je restai un instant immobile, subissant l’assaut furieux du doute, puis je me repris en main. Je me fis violence et relevai le bouclier de ma sérénité. Je n’aurais jamais pu me tromper à un tel degré. Ferlyz était un être affreux, le cadet Kamarin un tyran et ma sœur une sotte.

Rassérénée par ces pensées pourtant stupides et bornées, je laçai les dernières pièces du harnachement du hongre gris qui me porterait à Ezderon, puis le menai hors de l’écurie, au centre de la petite cour de Cremala. Eva, prête depuis plusieurs minutes était déjà en selle et semblait piaffer d’impatience à l’instar de son étalon au magnifique lustre fauve. Je répugnai un instant à la rejoindre, par trop dégoûtée par sa mine réjouie et détendue. Je jetai un œil dans l’une des flaques immenses qui rompaient la monotonie de la terre battue, et y aperçus ce que j’avais voulu y voir : mon visage sombre et tendu par l’appréhension. Je m’approuvai mentalement. Voilà l’attitude, l’expression qu’il fallait avoir lorsqu’on allait au devant de possibles ennuis.

Je me hissai sur la selle de ma monture alors que ma mère et mon beau-père sortaient à leur tour des écuries. Je leur jetai un regard distrait, pour m’en trouver rapidement contrariée. Lui non plus n’avait pas d’expression dramatique peinte sur la face. Les yeux un peu tirés par une once d’appréhension, sans doute, mais il n’avait rien d’un tragédien à l’acte dernier. Quant à ma mère, son visage ne trahissait aucune émotion, comme elle avait appris à le faire en présence de son conjoint. Etais-je donc la seule à savoir quel visage adopter, quelle expression pouvait convenablement exprimer la détresse profonde qui nous étreignait tous ? Ou bien étais-je la seule à savoir que seule une intense affliction devait nous envahir à l’évocation de la soirée que nous allions passer ? Je fis taire la Fianna qui me hurlait que c’était moi qui me trompait, et laissai les deux adultes me dépasser avancer de mettre ma monture au pas. Je pris instinctivement la dernière place de notre petite colonne, espérant ainsi être laissée tranquille. Je ne voulais pas avoir à répondre à tous ces gens heureux ou insuffisamment affligés. Je voulais rester tranquille, à me morfondre dans ma morosité, sans qu’un de leurs insupportables morceaux de bonheur vienne polluer ma précieuse sinistrose.
Ce ne fut qu’une fois en vue des murs d’Ezderon que je me rappelais que mes raisons d’être accablée étaient somme toute particulièrement faibles. Qu’allais je finalement affronter. Rien que des mots. Un peu de mépris, peut-être. Que m’importait ? Prête-t-on l’oreille au roquet qui aboie ? Et je sus que ma volonté pourrait me permettre de faire abstraction de tout ce qu’on pourrait insinuer ce soir là. Qu’il ne dépendait que de moi de ne pas rentrer dans leur jeu, de ne pas me décourager d’avance. La lutte allait être serrée ? Que m’importait ? L’important était de faire face, de prouver que j’étais capable de me contrôler, que j’avais assez d’aplomb pour affronter les médisants sans sortir des limites de la bienséance.

Ainsi, mon air sinistre fondit, et ce fut avec un demi-sourire que je passais le portail d’Ezderon, prête à entrer en lice et à donner le meilleur de moi-même.

*****

Je devais me présenter aux festivités séparée de mes proches pour montrer que j’acceptais de me défaire de la loyauté familiale. Je laissais donc mes trois compagnons de route s’engager sous le porche ouvragé qui menait à la salle des fêtes. Celle-ci était flambant neuve, et ce bal faisait aussi office d’inauguration : on avait dû la reconstruire, ainsi que toute l’aile d’habitation nord, suite au siège d’Ezderon par le Kamarin. La construction jurait étrangement avec le reste du château, dont aucun maçon n’avait pu estomper les balafres noirâtres laissées par l’incendie et la fumée sur les pierres de taille.

De la musique s’élevait déjà, mais le bal n’avait pas encore commencé, et plusieurs groupes de nobliaux discutaient sur le pas de la salle. Je restai un instant dans l’ombre du porche principal d’Ezderon, observant le petit attroupement avec attention. Cinq de mes compatriotes s’étaient agglutinés en deux groupes indistincts et s’échangeaient quelques mots en attendant le commencement des festivités. Je reconnus trois de ceux qui avaient fait acte de présence à l’enterrement de Cordrech : les yeux d’ambre doré de Kaldryssa Falmaran riaient de concert avec sa bouche aux pulpeuses lèvres fardées alors qu’elle faisait face à la cascade bouclée de cheveux bruns qui me cachaient le visage d’Elanda Selmène. Trois pas derrière elles, la silhouette d’Edrask se balançait d’un pied sur l’autre en regardant le sol, jouant avec son ombre pour tromper l’ennui. Il devait, comme à son habitude, surveiller sa sœur dans l’espoir saisir d’éventuels propos dont je ne connaissais pas la teneur. J’étouffai un pouffement amusé. Il était ridicule comme une poule devant un couteau : sans aucune conviction dans sa tâche qu’il mettait malgré tout un point d’honneur à appliquer, il se morfondait à écouter toutes les fariboles que Kaldryssa pourrait bien inventer pour le contrarier. J’aperçus un instant la bouille ronde de la cadette Selmène, et ses yeux d’un vert flamboyant m’éclairèrent définitivement : les deux femmes se moquaient d’Edrask. A l’expression gênée qui se peignit sur son visage, je supposais qu’elles devaient parler d’un sujet embarrassant pour les hommes. Je me serais volontiers prêtée au même jeu pour rabaisser cet imbécile affreusement imbu de sa personne.

Je laissai à regret le trio pour reporter mon attention sur les deux dernières personnes qui se tenaient là, à une trentaine de mètres de moi. La chevelure raide et presque noire descendant en queue de cheval jusqu’à sa taille presque trop fine, je ne reconnus tout d’abord pas la grande dame. Ce fut sa robe de velours ocre et or, aux couleurs des Krimin, qui me révéla son identité. Je n’avais vu Asté Krimin qu’une seule fois de ma vie, et son souvenir était flou dans mon esprit. J’y voyais une vague forme lointaine, perdue dans le labyrinthe de ma pensée. Je voulus attraper la réminiscence, mais elle se dissipa comme si j’avais eu la lubie d’attraper une vapeur fugace. J’allais devoir me faire une opinion sur elle sans pouvoir me reposer sur mes souvenirs.

La demoiselle, âgée d'un peu plus de vingt-cinq ans, conversait avec un petit homme râblé au visage brun et dévoré par un collier de barbe noire courte et drue, laissant apparaître deux lèvres charnues constamment plissées d’une moue amère et fataliste. Ferlyz Selmène avait depuis peu décidé que la barbe le vieillissait et lui donnait l’air plus âgé que son aîné. Il était fier de cette petite victoire mesquine sur son frère qui, selon ses propres dires, lui avait ravi ses droits au trône du domaine Selmène en naissant le premier. Il était la première des personnes que je ne voulais pas rencontrer : outre le peu de considération que j’avais pour lui, je redoutais la façon dont il me jugerait : je le soupçonnai de se piquer de mon ascension si rapide et si inhabituelle alors que lui devait se contenter du droit de siéger à une Discussion. J’étais presque certaine d’avoir un ennemi en lui.

Quoi qu’il en fût, il était temps. J’avais assez retardé mon entrée en piste, et quelques instants de plus ne changeraient plus rien. Je claquai la langue et mis mon hongre au pas pour sortir de l’ombre du portique. Les sabots de ma monture résonnèrent bruyamment sur les pavés d’ardoise qui recouvraient la cour d’Ezderon, alertant les nobliaux dont les regards se tournèrent vers moi. J’évitai tout d’abord de les croiser, reportant mon attention sur le palefrenier qui accourait pour prendre ma bête en charge. Je démontai prestement et tendis la longe au manant qui l’attrapa d’une main sûre et expérimentée. Adressant quelques sifflements apaisants à l’animal docile, l’homme le conduisit rapidement en direction des écuries déjà bondées. Je suivis son dos encore quelques secondes, comme si ces précieux fragments de temps étaient les dernières bulles d’oxygène qu’il me restait avant de me noyer dans le Monde. Puis je me retournai enfin et m’avançai vers mes premiers juges de la soirée.

Je n’accordai qu’un rapide coup d’œil au groupe de Kaldryssa. J’avais déjà pu noter leurs réactions à mon égard lors de l’enterrement de Cordrech. La jeune adulte Falmaran cherchait à conserver une expression de froideur irrémédiablement contrée par le regard complice et pétillant qu’elle portait sur moi. Si Elanda se faisait moins démonstrative, elle n’en avait du moins montré aucune animosité. Ce n’était pas le cas d’Edrask, dont le grognement dédaigneux qui salua mon arrivée ne laissait aucun doute sur ses sentiments à mon égard. J’ignorais le cuistre pour saluer les deux derniers nobles, profitant du rapide échange de politesses forcées pour observer discrètement leurs expressions. Je fus étonnée de leur attitude.

Asté Krimin avait le visage comme couvert d’un masque de tristesse. Deux petites traces ternes sillonnant son visage fin et blanc, légèrement émacié, me firent supposer qu’elle venait de pleurer. Elle jeta sur moi un regard éteint, qui sembla passer à travers moi comme si je n’avais aucune substance. Elle me marmonna quelques molles bienvenues puis se détourna comme si j’étais le dernier de ses soucis. L’expression de Ferlyz n’était pour sa part pas chargée de la haine que je m’attendais à y voir. Son regard était pareillement éteint, bien que je pusse y lire une vague lueur de suspicion. Il avait l’air désabusé du vétéran qui avait vu trop de batailles et haussait les épaules en soupirant à l’annonce d’une nouvelle guerre. Il me salua du ton le plus neutre qui soit et, lui aussi, se détourna vivement de moi et s’écarta en faisant quelques pas, épaules voûtées et tête basse. Leur attitude me mit plus mal à l’aise que si j’avais dû combattre la froide et cynique opposition de Kermal Sangan ou la verve stupide d’Edrask. Je ne m’attendais pas à me trouver ignorée de la sorte alors que je m’étais tant préparée à subir les insultes voilées de courtisans déchaînés. De plus, j’avais la sensation malsaine de m’être immiscée sans le vouloir dans quelque chose que je n’aurais jamais dû déranger. Je laissais ma bouche s’entrouvrir, trop confuse pour comprendre ce qui venait de se passer, somme toute un simple échange de regards, mornes et pourtant rendus intenses par le profond désespoir et la sombre désillusion. La voix d’Elanda vint me tirer de ma gêne, m’apostrophant d’un ton légèrement résigné :
« Tu viens donc de faire la connaissance des amants contrariés, soupira la jeune dame. Ils font peine à voir, les pauvres… »

Je sursautai à l’entente de l’expression de compassion pour Ferlyz. C’était quelque chose d’inconcevable pour moi : Il devait être impossible à n’importe quelle personne sensée de s’apitoyer sur un être aussi lamentable que le cadet Selmène. Je me retournai d’un bloc vers les deux femmes qui se tenaient derrière moi et haussait un sourcil interrogateur. Elles étaient toutes les deux en train d’observer Ferlyz et Asté, qui déambulaient au hasard dans la cour en regardant leurs bottes. L’air peiné qui s’affichait sur le visage de mes camarades s’appliquait sans doute possible aux deux nobles, Ferlyz compris. Je pouvais comprendre qu’Elanda s’attendrît sur ce qui était quand même son frère, mais Kaldryssa ?
Puis je pris brusquement conscience du sens des paroles de la jeune Selmène. Il m’avait jusqu’ici été occulté par ma réaction face au ton compatissant d’Elanda. Le mot amants avait été prononcé. Je fus à nouveau choquée par la bizarrerie apparente de la situation. Les mots Ferlyz et amour ne pouvaient à mes yeux s’associer qu’avec l’aide du mot pouvoir. Je haussai un sourcil interrogateur à l’intention des deux dames.

« Tu n’es certainement pas au courant puisque tu ne vis pas à la cour, reprit Kaldryssa, mais ces deux là projetaient de se marier lorsque Kassac et Kamarin se sont arrangés pour marier Kerdilla à Ferlyz. Ils ont très mal vécu de voir leurs projets ruinés, et n’ont toujours pas accepté leur nouvelle situation. Ferlyz fuit Kerdilla le plus possible et continue de voir Asté au grand plaisir des médisants. »
Je plissai la bouche en une petite grimace de dégoût.

« Mais comment Asté a-t-elle pu s’enticher de ce…
-Ferlyz a beaucoup de défauts mais il n’en est pas moins homme, me coupa aigrement Elanda. Humain, pour être plus juste. Ne juge pas un homme sur les apparences, fillette ! »
Le ton était cinglant, le reproche sans détour. Je rentrai la tête dans les épaules, regrettant d’avoir ainsi blessé mon aînée avant même de la savoir alliée ou ennemie. Je baissai le chef humblement, pour signifier que j’acceptais les remontrances, et Elanda reprit sur un ton plus doux :
« Il l’aime plus que son maudit pouvoir, si c’est son arrivisme que tu lui reproches.
Il en a même oublié de haïr Karth, ces deux dernières années… »

Je restai silencieuse quelques instants, tentant de faire le tri dans la masse de nouvelles. Ferlyz avait toujours marqué mon esprit par la violence des sentiments qu’il portait à son frère aîné. Son revirement me faisait l’impression d’une trahison. Trahison envers la manière l’être que je connaissais. Trahison envers l’image que je me faisais de lui. Etait-ce lui qui avait changé, ou moi qui m’était trompée sur son compte pendant de longues années ? A nouveau, mes doutes se mirent à éroder toutes les certitudes que je m’étais forgées jusqu’ici dans ma courte vie de montagnarde. Perdue dans ma propre psyché, une sueur glaciale coulant dans mon dos à la vue de tout ce qui me restait à apprendre sur les Hommes, j’entendis à peine Elanda continuer d’un ton grave et triste :

« Ils détestent ce genre de réunions. Ils savent qu’ils vont subir les quolibets des courtisans les plus vicieux toute la soirée. D’ailleurs, Kerdilla en aura son compte, elle aussi. C’est une des raisons pour lesquelles elle déteste Ferlyz autant qu’il la fuit. Son aventure apporte le déshonneur d’une femme trompée sur elle… »

J’écoutai sans mot dire, ne sachant trop quoi répondre à ces révélations. Je savais que toute la cour avait connaissance de ces faits, mais il me pesait de l’apprendre aussi abruptement. Je m’étais décidément trompée sur cette soirée. Je n’allais pas être la seule cible des sarcasmes, la seule à souffrir de l’incompréhension et de la haine futile et humiliante. Nous serions au moins cinq dans le même cas. Je ne savais trop si je devais m’en féliciter ou m’en navrer. Je n’arrivais toujours pas à me débarrasser de mes a priori sur Ferlyz, mais je plaignais réellement Asté et Kerdilla. Je me sentait soudain égoïste d’avoir tant craint pour moi-même pour ce premier affrontement : si j’allais malgré tout être l’attraction principale de la fête, cela ne faisait pas une année que je subissais les quolibets d’une horde de courtisans médisants.

Mes considérations furent soudainement interrompues par le son noble et grave de la cloche de cérémonie qui annonçait l’ouverture des festivités. Je vis les deux amants échanger un regard apeuré mais résigné, et Ferlyz prit la direction du porche. Il ne voulait certainement pas entrer accompagné d’Asté pour éviter quelques commentaires désobligeants. Kaldryssa et Elanda s’ébranlèrent à leur tour, et je me décidai à marcher dans leur pas. Il était l’heure de se réjouir…