( le tout dernier paragraphe est suceptible de subir un grand nombre de modifications. Les autres, quelques unes comme d'habitude.)


Le chariot transportant le corps de Cordrech cahotait dans les ornières du chemin menant au cimetière. Sangan ouvrait la marche, bénissant avec véhémence la terre du sentier. Tous les autres invités suivaient derrière la carriole mortuaire. Le trajet promettait d’être long, le lieu de sépulture étant relativement éloigné de Cremala. En effet, les enterrements étaient des cérémonies sacrées, et tous, quelles que soient leurs factions et leurs croyances, avaient droit d’être inhumés dans le lieu de repos commun à tous les nobles des montagnes. Les funérailles étaient l’un des rares cérémonials qui n’étaient jamais troublés par les trahisons ni par la guerre. Jamais un cortège funèbre n’était attaqué, même par les bandes de pillards qui frappaient nos régions de temps à autre. Trop de gens étaient assurés de se voir poursuivre par l’âme en peine du défunt s’ils dérangeaient la cérémonie. Je n’avais moi-même cure de ces croyances, mais remerciait les clercs de l’avoir instaurée car elle assurait une relative sécurité aux commémorateurs dont je faisais partie.

Mis à part Sangan qui allait à pied, enfonçant profondément ses lourdes bottines dans l’épaisse couche de neige, nous montions tous nos chevaux respectifs que nous menions au pas. Leurs sabots avaient été bandés de chiffons épais pour les protéger du froid de la neige. Le temps n’était pas glacial, mais la longue chevauchée qui nous attendait nécessitait cette précaution. Eva ne nous accompagnait pas, se refusant à affronter de nouveau le grand prêtre. J’espérais que Sangan ne se venge pas sur elle comme il avait le pouvoir de le faire. Il pouvait la jeter en disgrâce politique, la pire calamité qui puisse s’abattre sur un petit noble montagnard.

D’un coup d’œil en arrière, je repérai la silhouette du messager de Kassac. Il semblait attendre que je me décide à le rejoindre. Je donnai une légère secousse aux rênes de ma bête pour la ralentir et me laissai dériver parmi les invités jusqu’à ce que je sois à la hauteur de Ronix. Il portait, serrée dans son bras gauche, la petite silhouette de Mia, qu’il veillait comme un trésor sans prix. La fillette semblait apprécier le contact de la poitrine du messager, et s’y abandonnait dans un demi-sommeil bienheureux. Des funérailles n’étaient décidément pas une cérémonie pour de si petits enfants, et je me pris une fois de plus à me demander si Kassac avait encore toute sa tête. Je me tournai vers le messager. Il avait l’air gêné, soudain empli d’une timidité qu’il n’avait pas exprimé une seconde lors de sa première visite, quelques jours plus tôt. J’étais étonnée du changement qui s’était opéré dans cet homme. Je ne parvenais pas à savoir si son humilité soudaine était une réverbération des brûlures qui semblaient tant le ravager. Pour tenter de dissiper la gêne que son comportement créait entre nous, je tirai mes lèvres en un léger sourire timide. Mon interlocuteur sembla se détendre, alors je me lançai :
« Vous souhaitiez me parler ? »

A peine avais-je prononcé ces quelques mots que Ronix changea radicalement d’attitude. L’adulte timide troublé par la présence d’une jeune fille redevint le messager que je connaissais, la Voix de Kassac. Tout en bridant sa puissante voix pour éviter de déranger les autres invités, il parla avec assurance.
« Ce que j’ai à vous dire est assez complexe. Je suppose que vous n’êtes pas totalement ignorante de la difficile situation politique et militaire dans laquelle la guerre nous a jetés ? »
Je n’étais évidemment pas sans savoir quels troubles nous menaçaient. J’acquiesçai donc d’un hochement de tête, l’engageant à continuer. La direction que prenait la conversation me laissait perplexe : peu de gens parlaient de la chose politique et militaire avec une jeune fille de quinze ans, fût-elle l’aînée de sa maison. La question dont allait m’entretenir Ronix pouvait déboucher sur bon nombre de sujets qui, je le sentais confusément, ne me plairaient guère. Intriguée, je le laissai continuer son exposé.
« Je dois néanmoins vous faire un rapide compte-rendu des catastrophes qu’a entraînées la trahison de Varnsal Kamarin. Tout d’abord, la guerre a provoqué la destruction totale de l’armée d’Ezderon. Nous sommes en ce moment même en train de recruter de nouveaux combattants, mais la population de nos villages n’est pas illimitée, et il nous faudra plusieurs années pour être capables de nous défendre à nouveau correctement. Mais la bataille dans laquelle il s’est engagé a ruiné le Kamarin. Il n’a plus rien, ses caisses sont vides et ses soldats morts. Sentant son royaume à la merci des brigands montagnards, il s’est rendu à Kassac, le suppliant de l’aider à défendre ses terres en échange de sa fidélité…
-Ne me dites pas que le seigneur d’Ezderon a accepté ? Demandai-je sur un ton aigre que je ne parvins pas à dissimuler. C’était ce qu’il avait juré la première fois que vous l’aviez admis comme vassal. Et dès le retour de l’otage politique que fut sa fille cadette, il n’a eu de cesse que de renverser Kassac et de prendre sa place ! »

L’air abattu qui se peignit sur le visage de Ronix me répondit mieux que n’importe quel discours. Kamarin était revenu dans les bonnes grâces de Kassac, six jours à peine après que sa traîtrise ait dévasté Ezderon. Je sentis monter en moi une bouffée de courroux qui manqua de me submerger. Je faillis gifler le pauvre messager à toute volée. Sur l’instant, il était devenu dans mon esprit le symbole de l’imbécillité de Kassac, et je dus faire un effort surhumain pour me contrôler. Il n’était après tout que la personne qui me communiquait la sombre nouvelle, et n’avait sûrement pas pris part à la décision. Lorsque j’eus retrouvé la majeure partie de mes moyens, je laissai ma colère s’exprimer sous une forme plus bénigne et criai, sans plus faire attention à baisser la voix :
« Comment avez-vous pu… ? »

La tête de Ronix s’enfonça légèrement dans le col de sa capeline élimée, subissant de plein fouet la puissance de la colère qui m’aveuglait presque. Il reprit un instant cet air plein d’humilité qu’il avait montré une petite minute plus tôt. La petite Mia ouvrit les yeux et regarda d’un air étonné cette personne qui lui avait paru si douce et dont les traits se déformaient sous la colère qui l’emplissait. Tous les petits seigneurs qui suivaient le cortège se retournèrent pour me regarder, mais je n’en avais cure. J’attendais, tendue comme si prête à me rompre, la réponse que pourrait bien m’opposer le messager.
« Hélas, calmez vous ! dit-il en tentant de m’apaiser. Sachez que la situation est toute autre, en ce jour ! Ne jugez pas les choix de Kassac sans en connaître tous les tenants ! »

En prononçant ces quelques phrases, il avait tendu sa main libre vers moi en un geste qu’il voulait apaisant. Il venait d’oublier quelques instants l’état déplorable dans laquelle celle-ci se trouvait, et la révélait pour la première fois de la journée.
Il aperçut le membre calciné et inutile sortant de sa manche au moment où je fus saisie d’un mouvement de recul irrépressible. L’horrible cadavre de main était pointé vers moi en une monstrueuse parodie de vie. Il rétracta vivement son bras mutilé par les flammes magiques et la cacha de nouveau dans sa large poche, rougissant d’une culpabilité qui n’aurait jamais dû l’habiter. Il semblait avoir honte de son infirmité, et souffrait de me l’avoir ainsi révélée. La haine m’abandonna pour faire place à la pitié. L’homme qui se tenait devant moi semblait fort mais vivait sa mutilation comme une véritable calamité. Là où Tornix acceptait sa nouvelle condition sans trop de soucis, Ronix la subissait comme un fléau qui sapait son moral de manière effrayante. Je fus soudain honteuse de m’être emportée contre cet homme qui ne parvenait pas à se défaire de son désespoir insensé.
« …Veuillez excuser ma réaction, repris-je l’air contrite, elle était démesurée. Je vous en prie, continuez votre exposé. »

Il hocha lentement la tête, reprenant peu à peu calme et contenance, et reprit la parole.

*****

« Nous avons de véritables preuves de la bonne volonté de Kamarin. Il a accepté, en échange de son retour parmi nous, de céder sa fille aînée en mariage à Ferlyz Selmène. Etant cadet de son domaine, celui-ci ne peut avoir aucune prétention au siège de son père. Par ailleurs, le seigneur Selmène est le plus sûr de nos vassaux. Cela fait près d’un siècle que sa famille n’a rien tenté contre Kassac ou ses alliés. Ainsi, nous avons Kerdilla à notre merci comme otage politique permanent : aucune possibilité d’accéder au pouvoir par son mari, ni de corrompre sa belle-famille. Kamarin tient à sa fille comme à la prunelle de ses yeux, et ne pourra donc plus rien tenter contre nous pour un bon moment. »

Je comprenais mieux maintenant la présence de Kerdilla à l’enterrement. Elle n’était pas venue de son plein gré, mais avait été mandée par Kassac pour signifier aux autres nobles la nouvelle position du seigneur Kamarin sur l’échiquier politique. On l’exposait comme un animal de foire pour montrer que son père était maté et à la botte du seigneur d’Ezderon. Ces révélations bouleversaient la perception que j’avais de Kerdilla. Jusqu’ici, je l’avais injustement considérée comme une personne sans honneur qui venait s’afficher là où elle avait répandu le malheur, dans le seul but de voir souffrir d’autres êtres humains. J’en avais fait une sorte de monstre qui méritait un châtiment pour ses actes vils et mesquins. Mais, alors que Ronix m’informait de la réelle condition de la fille de Kamarin, je me rendis compte que je l’avais arbitrairement chargée des crimes de son père, et que j’avais fait d’elle la coupable parfaite, à blâmer sans retenue. Je voyais maintenant clair en elle et compris qu’elle n’était qu’une victime des actes de son père et de la barbarie des politiciens. Je me fustigeai âprement pour mon manque de clairvoyance qui m’avait poussé à mal juger Kerdilla.

Je maudis une fois de plus cette manœuvre déplorable qu’était la prise d’otages politiques. Les tortionnaires de Kerdilla venaient d’appliquer à son égard le stade suprême de cette pratique inhumaine. Le mariage arrangé représentait la pire plaie susceptible de s’abattre sur une jeune femme : il ne s’agissait pas moins d’un emprisonnement à vie avec un mari inconnu, visant à servir une cause dont les principaux intéressés se moquaient généralement éperdument. Cette pratique malheureusement si courante me révulsait au plus haut point. N’était-ce pas, une fois de plus, faire payer aux enfants les crimes de leurs parents ? Dans un élan de dérision qui, je le savais pertinemment, cachait mon exaspération envers cette coutume lamentable, je me dis que c’était Varnsal Kamarin lui-même qu’on aurait dû unir à Ferlyz Selmène.

Ferlyz. Quel choix. Mon cœur se serra à l’idée qu’on puisse offrir Kerdilla sur un plateau d’argent à cet être abject qu’était le cadet Selmène. Dans sa jeunesse, il avait été quelqu’un d’intelligent et de sensé, avec qui il faisait bon discuter, aux dires de mon regretté père. Mais, il y avait de cela sept étés, lors de ses seize ans, une visite à Ezderon avait éveillé en lui le goût du pouvoir. Depuis, il vouait une haine sans limites à son frère aîné Karth, qu’il rendait coupable d’être né héritier. C’était un être déjà aigri, malgré sa jeunesse. Il était pessimiste et fataliste, et seul l’animait l’espoir que son frère meure dans d’atroces souffrances. Parmi les autres courtisans, seul Edrask Falmaran me semblait encore plus antipathique. Unir la destinée de Kerdilla à celle de cet homme sinistre et violent me semblait être un crime gravissime. Je ne pardonnerais jamais réellement cet acte à Kassac.

Alors que je méditais sur la destinée sordide de l’aînée Kamarin, Ronix continuait son exposé. Je reportai donc mon attention sur lui pour éviter de perdre le fil de la conversation.
« Kamarin ferré n’est donc plus un danger pour nous. Reste le problème de la succession de Cremala. »
Ainsi, c’était donc de cela dont voulait m’entretenir le messager. Je l’avais confusément senti, et avait espéré me tromper. Redoutant le pire, je lui gardai mon attention, me préparant à encaisser le choc d’une révélation qui pouvait me bouleverser gravement. J’allais enfin savoir pourquoi j’étais le point de mire de toute la noblesse montagnarde.
« Votre mère se charge de trouver un nouveau régent, en attendant que vous ou Eva enfantiez un héritier mâle pour le domaine. »

Je restai interloquée. Ce que me révélait Ronix était une histoire commune de succession, qui ne me concernait même pas directement. C’était la procédure habituelle utilisée lors de l’absence de succession masculine dans une lignée : la mère se remariait, et ses filles se chargeaient de procréer l’enfant qui gérerait le domaine. Eva et moi étions reléguées au rang de juments poulinières, juste bonnes pour enfanter un héritier. Malgré cette nouvelle tâche dégradante qui m’était assignée, je me sentais soulagée. Ma mère n’avait pas fait la folie de me jeter à la tête du domaine. J’étais légèrement contrariée d’apprendre sa volonté de se remarier si peu de temps après la disparition de Cordrech, mais le sentiment de liberté qui s’insinuait en moi dominait largement, m’emplissant d’une étrange euphorie. J’étais libérée du poids du domaine, et mes pires craintes ne s’étaient pas réalisées.

La joie qui m’emplissait dut transparaître sur mon visage. L’œil unique de Ronix s’en aperçut, et il s’y alluma une étrange lueur craintive. J’avais déjà aperçu cette expression sur le visage du messager, lorsqu’il m’observait dans la chapelle. Il se mordit la lèvre, avant de m’asséner :
« Désolé de vous faire déchanter, mais l’histoire ne s’arrête pas là. Je ne vous ai pas encore révélé ce qui vous concernait directement. »

Il fit disparaître les émotions qui se peignaient sur sa figure, se masquant de l’air impersonnel seyant au messager annonçant de mauvaises nouvelles. Je me raidis, toute joie refluant soudain de mon esprit. Son comportement était assez explicite, et je sus immédiatement que la nouvelle était malheureuse. Ronix se racla la gorge, avant de parler. Il n’eut à prononcer que trois uniques phrases pour que mon sang se glace. La situation dans laquelle il me jeta était plus désastreuse que la pire des craintes que j’avais pu développer. La déclaration était si insensée à mes yeux que je n’avais même pas pu imaginer un tel destin…

«La vie du seigneur Kassac d’Ezderon est menacée par ses blessures qui ne veulent guérir. Son seul héritier est cette petite fille de sept ans, et il lui faut quelqu’un pour lui succéder en cas d’accident. Il a émis le désir de vous adopter pour faire de vous son héritière en ligne directe. »

*****

Je restai un instant sans voix, atterrée par la nouvelle. Là où n’importe quel héritier mâle eût bondi de joie, je ne pouvais que m’horrifier. Je n’avais pas la moindre sympathie pour la politique, et le jeu des évènements me projetait directement en plein cœur de la tourmente diplomatique. De plus, cette nomination était, à mon sens, une bravade de Kassac aux conseillers rigoristes qui l’entouraient et qu’il détestait par-dessus tout. Kassac avait toujours été quelqu’un de large d’esprit, et ricanait intérieurement devant toutes les absurdités que proféraient les conservateurs. Les sachant trop puissants, il n’avait jamais osé les critiquer ouvertement, mais s’était ingénié à leur faire sentir son mépris. Et aujourd’hui, se sentant au seuil de la mort, il se décidait enfin à les provoquer en face. Il n’avait plus rien à perdre. Et j’étais sa bravade.

Il semblait m’avoir choisie à seule fin de scandaliser ses idiots de conseillers et ses courtisans les plus bornés. Tout d’abord, je n’avais aucun lien de parenté immédiat avec lui. La logique aurait voulu que Kassac élise un tuteur pour sa fille parmi les nombreux cadets des domaines avant de la marier. Le dit mari héritant bien évidemment du domaine. Au lieu de cela, il reniait sa fille et choisissait l’aînée de son vassal le moins influent, outrepassant tous les droits de succession, par le sang comme par le rang. J’étais presque la dernière sur la liste des prétendants au trône. Seule Eva, d’un an ma cadette, avait moins de droit sur le trône que moi.

Pire encore, j’étais une fille. Que seule une héritière du sexe faible subsiste dans une famille était une fatalité que tous savaient accepter, et régler par un mariage avantageux. Mais nommer directement une fille à sa succession, lui donnant ainsi les pleins pouvoirs lorsqu’il mourrait relevait du sacrilège pour bon nombre de petits nobles montagnards. Jamais une femme n’avait siégé autrement qu’aux côtés de son mari. Elles étaient autorisées à participer aux Discussions et étaient écoutées, mais seulement si elles représentaient leurs père, frères ou cousins absents. Mais un poste à haute responsabilité tel la direction d’un domaine et, à fortiori, d’une seigneurie comme Ezderon, n’avait pas à être occupé par l’une de ces faibles créatures que sont les femmes. Aux dires des imbéciles, une femelle ne pouvait que mener son domaine à la perte, l’abandonnant au premier aventurier séducteur venu, ou laissant l’Ennemi saccager les montagnes sans réagir par peur du combat. C’était mal connaître certaines d’entre nous. Je ne doutais pas un instant que Kaldryssa Falmaran ait toutes les capacités nécessaires pour faire une dirigeante éclairée, mais les conservateurs savaient s’aveugler sur les vérités gênantes.

Une sourde douleur pulsait dans ma tête alors que je tentais de comprendre toutes les implications de la demande de Kassac. L’échiquier politique des Darkanisses était extrêmement complexe et régi par des lois plus tortueuses les unes que les autres et souvent incompréhensibles pour moi. Je faisais un blocage psychologique dès que le sordide vocable « politique » parvenait à mes oreilles. Ce que je savais me venait uniquement de Cordrech, qui avait voulu que je connaisse les bases régissant notre société féodale.

Je fulminais intérieurement contre ce coup du sort que Kassac m’infligeait. Il se servait de moi comme d’une arme contre ses courtisans et conseillers. Le pire dans cette affaire était que Kassac agissait pour une cause que je soutenais entièrement. Je détestais tous ces vieux racornis qui refusaient le moindre progrès et la moindre parité, se voulaient supérieurs alors qu’ils se savaient dépassés. Mais le geste de Kassac s’avérait plus lâche que courageux. Lui-même n’aurait pas à subir la vengeance des gens qu’il humiliait par cet écart aux règles. Contrarie-t-on un mourrant ? Ils ne pourraient pas faire éclater un scandale sur Kassac si son état de santé le menait au seuil de la mort comme Ronix le prétendait. Eux-mêmes seraient considérés comme des lâches et déshonorés par leur conduite. Ce serait donc sur moi qu’ils se vengeraient.

J’avais devant moi l’un des choix les plus difficiles qu’il fut donné de faire à une personne de ma condition. J’avais droit à deux solutions, toutes aussi détestables l’une que l’autre : je pouvais refuser la proposition de Kassac et ainsi contenter les rigoristes, mais en déshonorant mon nom : je serais sûrement bannie des montagnes si je refusais publiquement une demande de mon seigneur et maître, comme le serait tout seigneur vassal qui contrarierait son suzerain. J’éviterais une vie de brimades pour tomber dans une vie de déshonneur. Je n’aurais nulle part où aller sans être critiquée ou raillée et ne pourrais plus jamais revoir les Darkanisses, ces monts qui étaient toute ma vie. Ou je pouvais accepter la proposition et conserver mon honneur et mon rang. Mais ce comportement allait m’obliger à passer le reste de ma vie au milieu des loups, pour qui ma simple existence serait un sacrilège de tous les instants. Je n’osais même pas imaginer ce que serait ma vie dans ces conditions.

J’espérais encore avoir mal entendu ce que m’avait révélé Ronix. Je me tournai vers lui, un soupçon de panique perçant dans ma voix et enflammant mon regard.
« Ce n’est pas vrai, n’est-ce pas ?
-Malheureusement je ne vous ai dit que le stricte vérité, lui répondit le messager, d’un air sincèrement contrit. Kassac voudrait que vous lui répondiez dans les deux semaines à venir. »
J’écoutai à peine sa réponse, perdue dans mes pensées affolées. Je ne pris pas la peine de lui répondre, enchaînant immédiatement par la première question qui me vint à l’esprit. Ma voix, altérée par mon abattement, résonnait étrangement à mes oreilles. Je n’y pris pas garde et ne cherchai pas à dissimuler mon trouble.

« Mais pourquoi moi ? Demandai-je, même si je connaissais parfaitement la réponse. N’a-t-il pas un cadet mâle dans une autre famille qui serait plus indiqué que moi pour ce trône ? »
Ronix resta un instant silencieux, préparant sa réponse. Puis, d’une voix posée et appliquée, il chuchota à mon oreille :
« Trois nobles masculins auraient pu prétendre à cette position. Le premier est Marad Krimin, un très lointain cousin de l’héritier Krimin. Mais vous savez sûrement comme les autres que ses capacités mentales sont un peu limitées et qu’il n’est pas question de lui laisser le pouvoir. Maintenant réfléchissez. Les deux cadets qui n’ont aucune obligation envers le domaine sont Ferlyz Selmène et Edrask Falmaran. Dites-moi quelle est votre opinion sur eux. »

En observant le visage mutilé du messager, je voyais qu’il récitait son texte. Il n’improvisait pas sa réponse, mais me restituait le raisonnement que Kassac lui avait demandé de me tenir. C’était une grande preuve d’habileté de la part du seigneur d’Ezderon. Il m’amenait sur son propre terrain pour me forcer la main. Il devait savoir à quel point ces deux personnages m’étaient désagréables et justifiait son choix en me forçant à en reconnaître le bien-fondé. Je souhaitais par-dessus tout qu’aucun de ces deux sinistres personnages n’atteigne jamais un poste influent. Kassac me démontrait que c’était ma décision qui pouvait les empêcher d’accéder à la succession d’Ezderon, même si ce n’était pas réellement le cas. Il restait une faille dans son raisonnement et je décidai de m’y jeter à corps perdu. Je ne voulais pas encore m’avouer vaincue.

« Vous avez raison. Ni Ferlyz ni Edrask ne me semblent dignes de succéder à Kassac. Néanmoins, j’aimerais comprendre pourquoi aucune autre femme ne peut prendre la place que le seigneur d’Ezderon me destine. Kaldryssa a toutes les capacités, l’âge et la volonté nécessaire pour diriger un domaine. Et Asté Krimin ? Elle vient d’avoir dix-neuf ans. Elanda Selmène a vingt et un ans. Ces trois filles sont majeures et plus aptes que moi à régler des problèmes politiques. De plus, elles ont une expérience de la cour, alors que moi je suis restée isolée à Cremala, loin des intrigues… »
Un petit sourire penaud se peignit sur le visage de Ronix. Il berçait machinalement le petit corps endormi de Mia, appuyée contre sa large poitrine. Il était de nouveau l’adulte timide et complexé qui contrastait tant avec le Messager. Il avait de nouveau perdu l’assurance qui lui donnait tant de prestance.

« Hélas, je ne suis pas dans le secret de Kassac. Il m’a ordonné de répondre à cette question par une phrase qui est une énigme pour moi. Si vous voulez savoir pourquoi vous avez été choisie, le seigneur d’Ezderon veut que vous demandiez l’explication à votre mère. Elle sait pourquoi. »
J’étais perplexe. Je me demandais ce que ma mère avait bien pu me cacher. Je l’avais toujours crue incapable d’intriguer, mais les évènements de ces derniers temps me démontraient le contraire. Elle en savait beaucoup plus qu’elle ne voulait bien le montrer. Ronix reprit la parole, le masque du messager étant retombé pour cacher sa faiblesse passagère :

« N’oubliez pas. Kassac attend votre réponse dans les deux semaines à venir. Réfléchissez à la situation et prévenez-nous de votre décision. »
Sur ce, il me salua et, le visage fermé, talonna son cheval pour remonter la colonne, m’abandonnant à mes réflexions et mes interrogations.