Je contemplai, horrifiée, les ravages que le gel avait fait sur la peau du vieil homme. La chair, fragilisée par les engelures, n’avait pas supporté le frottement de l’écharpe. La lèvre supérieure de Tornix n’était plus qu’une infâme bouillie rougeâtre et répugnante, trop atteinte déjà pour que le sang vienne la maculer. Je jetai un œil au cache nez que je venais de lui ôter. Comme je m’y attendais, il était plein de peau et de chairs arrachées.

Le vieux soldat le vit aussi. Il poussa un petit gémissement pitoyable, car il connaissait aussi bien que moi les implications que cela engendrait. Son regard se teinta d’une lueur de folie qui me fit froid dans le dos. Je repliai précipitamment le foulard de toile grossière et le tendit brutalement à Carlotta, debout derrière moi avec son air bête qui lui prenait parfois lorsqu’elle se trouvait en face d’une situation difficile. C’était sa manière de se défendre face aux horreurs de la vie : elle faisait semblant de ne pas les comprendre. Ainsi, elle oubliait plus vite que nous ces quelques calamités qui s’abattaient sur nous de temps à autre.

Mais en cet instant, je savais qu’il fallait agir vite, et sa passivité m’exaspérait. Alors qu’elle saisissait précautionneusement le châle comme s’il était porteur de la peste, Je lui dis, avec une brusquerie qui ne m’était pas commune :
« Allez me brûler cela dans le poêle. Ah, et puis faites-moi deux bassines, une d’eau chaude et l’autre glacée. »

Sans attendre sa réponse, je me retournais vers le reste des hommes qui piétinaient sur le perron, toujours battu par les rafales de neiges.
« Alors, qu’attendez-vous ? Repris-je, toujours anormalement agressive. Faites rentrer tous ceux qui ont des engelures, ou voulez vous qu’ils ne passent pas la nuit ? Ceux qui sont peu atteints se dirigent vers la cuisine. Eva, tu sais quoi faire ? » Demandai-je à ma sœur qui m’observait depuis l’embrasure de la porte de la salle commune, une lueur d’amusement dans les yeux.
« Bien sûr, me répondit-elle. A tes ordres, Seigneur ! » Se moqua-t-elle avec malice.

Et elle prit le chemin de la cuisine, entraînant derrière elle les cinq hommes légèrement touchés. Je vis que ma mère tentait de dissimuler un petit sourire derrière sa main. Je me rendis alors compte de ce qui les amusait tant.
J’avais pris en charge la direction des opérations sans même m’en rendre compte. J’avais soupiré sur l’incompétence passagère de notre servante, lui avait donné des ordres ainsi qu’à ma propre soeur. J’avais montré assez d’autorité naturelle pour intimider les hommes du village et me faire obéir d’une domestique qui avait toujours été mon chaperon. Eva avait vu en moi la meneuse de troupe qu’elle rêvait de devenir, et dame Félicia la maîtresse de maison qu’elle espérait bien un jour faire de moi.

Et pourtant, Montagne Savait que je ne rêvais d’aucun de ces deux destins. J’étais trop placide pour mener une charge comme Père savait le faire, mais trop active pour passer le reste de ma vie à commander mes gens depuis mon fauteuil, de derrière ma broderie. Je n’étais même pas sûre de vouloir me marier. Je restai quelques secondes incertaine de la conduite à suivre, plantée au centre du hall. Je ressentis l’envie de les interpeller, de leur dire qu’elles se trompaient, qu’elles ne voyaient ma personnalité que déformée par leurs propres rêves. J’hésitai un instant.

Puis je me rendis compte que les soldats de fortune étaient toujours là, soutenant deux de leurs camarades gravement gelés. Je sentis ma verve me reprendre, et sans plus me poser de questions, je repris le commandement, embrasée par le sentiment d’être enfin indispensable. Je me retournai vers la petite troupe et leur dit, d’une voix forte et pleine d’une assurance que je ne me connaissais pas :

« Bien. Quatre d’entre vous resteront pour porter vos deux camarades au salon. Les autres repartent au village, nous n’avons pas la place pour vous accueillir tous. L’un d’entre vous me ramènera la guérisseuse, au cas ou nous devrions procéder à des amputations. Un autre portera le cheval de Tornix à nos écuries. »
Au fond de moi-même, j’entendis une petite voix, celle de la petite fille que j’étais lorsque j’avais dix ans, me murmurer : je ne te reconnais plus.

Tornix était toujours debout près de moi. Je sentais que son esprit était dérangé. Il avait subi un choc émotionnel grave, en oscillait sur ses pieds en gémissant doucement, comme un enfant inconsolable. Pendant que les hommes sortaient et que leurs camarades portaient les gelés dans le salon, je pris doucement la main du vieux soldat et lui glissai quelques mots à l’oreille, lui parlant comme je l’aurais fait avec un bambin de cinq ans.
« Allez, tu es un grand garçon. On va aller au salon. Il fait bon là bas, tu sais ? D’accord ? »

Il hocha vaguement la tête. Le ton avec lequel je lui avais parlé était le seul que sa conscience pût entendre pour le moment. Je tirai doucement sur la main gelée, couverte de taches blanchâtres et luisantes, et le guidais lentement vers le fauteuil de la salle commune qui était le plus proche du feu.

Carlotta vint m’apporter les bassines que j’avais demandées. Je la renvoyai chercher en réserve quelques cataplasmes médicinaux que tout bon habitant des montagnes possédait en prévision de ce genre de cas. Je laissai ma mère s’occuper des deux autres gelés et concentrai mon attention sur le vieil homme qui regardait dans le vide. Attirant les bassines à moi, j’attrapai doucement ses mains vilainement touchées par les engelures. Je continuai de lui parler tendrement pour le rassurer pendant que je plongeai ses membres jusqu’aux coudes dans l’eau bouillante. Il poussa un petit gémissement effrayé et tenta de me les retirer, mais je les retins quelques instants avant de les sortir de l’eau. C’était bon signe. S’il avait été brusqué par la chaleur du liquide, la sensibilité de ses mains ne s’était pas encore totalement enfuie, et il y avait bon espoir de les sauver.

Je plongeai ses avant bras dans la bassine d’eau glacée. Il tenta encore de se débattre, mais je le calmai en flattant sa nuque de ma main. La réalité des sensations qu’il éprouvait semblait ramener quelques lueurs d’intelligence dans ses yeux, alors je tentai une phrase plus complexe :
« La différence de chaleur va rétablir la circulation dans vos mains. Voulez vous continuer seul de tremper successivement vos bras dans ces deux bassines ? »
Je crus un instant que j’avais échoué. Puis quelque chose brilla au fond de ses yeux, une lueur qui exprimait de la reconnaissance. Il hocha lentement la tête, avant de plonger ses membres dans la cuve brûlante.

Je soupirai de soulagement. Ses mains et son esprit guériraient. Mais mon regard se porta sur ses lèvres, et j’eus un serrement douloureux au cœur. La chair, que le sang n’irriguait plus depuis trop longtemps déjà, prenait une affreuse couleur noire. La gangrène guettait le vieux soldat. Il nous allait falloir l’amputer, et j’avais des doutes sur ses capacités à endurer cette nouvelle épreuve…

*****

Ronix et ses trois cavaliers étaient toujours à la recherche des magiciens de Kamarin. Ils erraient aux alentours du champ de bataille lorsque enfin les lanceurs de sorts dévoilèrent leur position. Une monstrueuse boule de feu apparut, comme venue de nulle part, et s’en alla frapper les deux lanciers isolés qui combattaient près de la brèche, abattant trois des hommes à pied qui les combattaient. Ronix tourna vivement la tête pour ne pas avoir à endurer la vue d’une incinération magique, et aperçut un miroitement du coin de l’œil. Pendant un instant, les silhouettes de quatre hommes vêtus de la bure d’un gris verdâtre qui faisait office de costume chez les sorciers apparurent. Ils étaient en transe, concentrant leurs énergies magiques pour créer ces projectiles contre nature qui frappaient le champ de bataille. Puis ils disparurent comme ils s’étaient dévoilés, mais Ronix avait vu.

Il désigna rapidement à ses hommes le point où se trouvaient les quatre magiciens qui menaçaient de leur arracher la victoire. Ils descendirent promptement de cheval, dégainèrent leurs armes et avancèrent à pas de loup, pour ne pas briser la concentration de leurs cibles. Garder les magiciens dans l’ignorance de leur approche les laisserait malheureusement lancer un, voire deux sortilèges supplémentaires sur leurs alliés combattant près de la forteresse, mais cela leur permettrait de ne pas être eux même la cible des boules de feu qui compromettraient irrémédiablement leur mission.

Le bruit de leurs pas dans la neige craquante était heureusement couvert par le hurlement du vent rageur qui leur battait le visage. Alors qu’ils n’étaient plus qu’à quelques mètres de la position que Ronix leur avait indiquée, le miroitement reprit, et les magiciens réapparurent quelques dixièmes de secondes avant de replonger dans la déformation de l’espace qui les cachait aux yeux de la compagnie. Une nouvelle sphère flambante naquit dans le ciel, et plongea vers la forteresse dans un crépitement infernal. Les hommes du messager s’agitèrent un peu puis, lorsqu’un braillement de brûlé jaillit de derrière le petit promontoire qui leur cachait la forteresse, l’un d’eux fut pris d’un accès de rage subite. Il bondit vers les magiciens, prêt à leur faire payer la vie du camarade qu’ils venaient de ravir, mais Ronix attrapa son bras et le retint fermement. Il plaqua sa main libre sur la bouche de son compagnon d’armes, craignant que dans son aveuglement, il prévienne les sorciers de leur approche. L’autre se débattit un instant avant de revenir à la réalité. Il fit signe à son camarade qu’il pouvait le lâcher sans risque, et ils reprirent leur progression sournoise.

En quelques secondes ils furent sur les jeteurs de sorts. Ronix désigna silencieusement les places approximatives qu’ils occupaient, et ses hommes se positionnèrent. Il leva son épée, imité des autres soldats, resta quelques instants dans cette attitude, avant de crier :
« Frappez ! »
Il abattit son arme sur l’être invisible dont il connaissait parfaitement l’emplacement. Il sentit sa lame pénétrer les chairs jusqu’à l’os et un cri exprimant la plus grande des souffrances jaillit du vide apparent. Un autre hurlement de douleur, bref celui-ci, tonna près du soldat le plus proche, rapidement suivi d’un bruit de chute. Ses autres compagnons avaient raté leurs cibles.

C’était trop peu, Ronix le savait. Il restait deux magiciens indemnes, et son magicien n’était pas mort. Il allait devoir prendre le temps de l’achever, or chaque seconde comptait. Les sorciers réapparurent soudainement, la concentration de celui qui tenait le charme d’invisibilité ayant été brisée. Il vit rapidement que son adversaire avait l’épaule entaillée de telle manière que ses os étaient visibles. Il pressait dérisoirement sa plaie de sa main valide, les yeux hagards et remplis de douleur. Ronix enfonça vivement son épée dans sa gorge, répugnant grandement à tuer un adversaire désarmé. Il resta quelques secondes à regarder, horrifié à l’idée de ce qu’il avait fait, l’homme hoqueter, cracher un peu de son sang avant de rendre l’âme. Il retira enfin son épée du corps du cadavre ensanglanté, et se tourna vers les autres soldats.

Deux d’entre eux se dirigeaient droit sur l’un des mages, qui reculaient en incantant. Ils pressèrent leur allure pour le tuer avant qu’il ait pu finir son sort, mais c’était sans compter l’impressionnante couche de neige qui gênait leurs mouvements. Tout comme les soldats de Kamarin, les thaumaturges semblaient immunisés aux effets du gel, et glissaient sur la couche de neige sans s’y enfoncer. Alors qu’ils venaient de le rejoindre, il prononça un mot de pouvoir et tendit la main. Une sphère d’énergie magique pure en jaillit pour s’en aller frapper le plus proche des soldats. Dans un craquement sinistre, les côtes du malheureux cédèrent sous l’impact surpuissant du globe de pouvoir. Son corps fut emporté dans les airs pour retomber trois mètres plus loin, s’enfonçant tant dans la neige que sa silhouette y disparaissait presque. Ronix ne put dire si son camarade était inconscient ou mort.

Le deuxième soldat faillit paniquer devant la débauche de puissance dont son adversaire venait de faire preuve. Néanmoins, il se reprit rapidement, et, profitant de l’incapacité du mage à incanter de nouveau sans se mettre en danger, il fondit sur lui. Le sorcier para vivement l’attaque grâce au bâton ferré qu’il tenait à deux mains. Ronix les quitta des yeux alors que le sorcier dirigeait un coup de bâton vers les jambes du troupier, qui l’esquiva facilement. Son regard porta vers le dernier affrontement. Il eut un mouvement d’horreur qui faillit le terrasser. Il avait trop tardé à réagir, perdu dans la contemplation de l’affrontement précédent qui se prolongeait toujours. Le dernier de ses hommes montait dans les airs, agitant ses membres d’une manière désordonnée et inutile pour tenter de se dégager de l’étau spirituel que son ennemi exerçait sur lui. Il émettait de petits sons, qui auraient paru ridicules au messager s’il n’avait pas su que la mort allait s’abattre sur le corps de son homme pris de soubresauts violents s’il n’agissait pas rapidement.

Quittant enfin son attitude contemplative qui risquait de leur faire perdre l’affrontement, il se rua en hurlant vers l’homme en robe de bure verdâtre qui concentrait sa puissance sur l’anatomie de son compagnon d’armes, prêt à le démembrer telle une poupée de chiffons. Le mage eut un sursaut de surprise et se retourna vers son attaquant, relâchant sa prise magique sur le soldat, qui chuta d’une hauteur de deux mètres. La neige amortit sa chute, et il resta un instant estourbi, mais presque indemne. Ronix leva son arme, emporté par son élan, prêt à l’abattre, mais c’était sans compter l’énergie fantastique que le sorcier avait accumulé pour fracasser le corps du soldat.

Il la relâcha sans crier gare vers la silhouette hurlante qui bondissait sur lui. La boule de feu, plus petite que celles qui s’abattaient jusqu’alors sur le champ de bataille, s’élança, comme animée d’une vie propre. Le rideau de neige drue qui s’abattait sur la terre empêcha le magicien de viser correctement, et les flammes ne tuèrent pas leur cible. Elles englobèrent sa main levée pour frapper et frôlèrent la moitié droite de son visage avant de s’en aller continuer de brûler un peu plus loin, à même le sol.

La vague de chaleur intolérable s’empara de la main de Ronix, qui sentit ses chairs se consumer dans un crépitement dégoûtant. La douleur s’empara de son être et il tomba à genoux, braillant sans discontinuer, incapable de surmonter l’intolérable sensation de brûlure qui s’étendait à son visage et ravageait sa peau trop tendre pour supporter pareil traitement. Le feu pénétrait ses chairs et mordait, dévastant sa figure et réduisant sa main à l’état de torche vivante.
Il perdit toute autre notion que celle de la souffrance qui ravageait son être. Il ne sut jamais combien de temps il resta à genoux à mutiler sa gorge par ses cris inhumains. Il eut à peine conscience qu’un corps s’écroulait près de lui, et qu’on le poussait violemment dans la neige. La matière blanche était glacée, et calma légèrement les monstrueux tourments qui l’occupaient tout entier. Il eut le temps de penser : « C’est bien », avant que le noir de l’inconscience ne se fit dans son esprit…

*****

D’un coup de botte dans le corps qu’il venait de transpercer, Kassac retira son arme ensanglantée. Un seul de ses gardes était encore vivant, et ils tenaient tête à deux soldats de Kamarin. Le seigneur de Cremala encore défendu par deux cavaliers, tentait de contenir la charge furieuse que les cinq guerriers restants menaient contre eux. Le cheval de Cordrech avait été éventré par l’épée d’un de ses adversaires et son cavalier avait dû mettre pied à terre.

Kassac recula un instant, laissant le vétéran qui l’accompagnait seul contre deux, et regarda d’un air plein d’appréhension la colline qui les surplombait. Bientôt, les bruits qu’il croyait reconnaître se virent confirmés : une nouvelle boule de feu crépitante dépassa le petit promontoire. Il lui fallut une fraction de secondes pour découvrir où allait s’abattre la mangeuse de chairs flamboyante.

« Cordrech ! » Tonna-t-il en direction de son vassal, de toute la puissance de sa voix de ténor. Le seigneur de Cremala abandonna un instant des yeux la lame de son opposant et les leva au ciel. Il vit la sphère embrasée qui filait droit sur son petit groupe. En une seconde il s’était jeté au sol, sentant la morsure de l’acier que le soldat venait d’abattre sur son bras. Surmontant la douleur de sa blessure bénigne, il se jeta hors du champ d’action du projectile magique, criant à ses hommes de faire de même.

Le globe ardent s’abattit en un fracas infernal, roussissant légèrement la tunique du seigneur de Cremala. Tous n’eurent pas cette chance. L’homme d’armes qui l’avait blessé s’était avancé jusqu’à se trouver au point que Cordrech occupait précédemment. Il fut littéralement anéanti par le boulet igné qui se fracassa juste à cet endroit. Le souffle de l’explosion atteignit l’un des cavaliers de plein fouet, le renversant lui et son animal, les embrasant comme de simples fétus de paille. L’homme brailla à la mort en s’écroulant sur son adversaire, auquel il communiqua les flammes qui s’emparaient de son corps. Leurs hurlements se mêlèrent quelques instants avant que leurs carcasses soient réduites à deux silhouettes noires, fumantes et enlacées dans la mort.

Arrachant son regard à cette vision terrifiante, Cordrech se releva péniblement. Les trois mercenaires qui les affrontaient encore semblaient perdre à nouveau confiance, voyant leurs camarades tomber aussi bien que leurs ennemis. Son dernier homme, encore à cheval, avait eu le sang-froid de ne pas se retourner pour regarder les morts, et harcelait sans discontinuer les trois fantassins qui n’avaient plus en tête que leur propre survie. Voyant que le cavalier était capable de se débrouiller seul, le seigneur de Cremala se retourna vers son suzerain. Kassac croisa son regard et vit ses yeux se dilater, regardant par-dessus son épaule, en direction du vétéran qui affrontait deux soldats.

Le vieux guerrier venait de se faire déborder. Son expérience des champs de batailles ne lui avait pas permis de sortir vainqueur de l’affrontement. Il venait de bloquer la première des lames lorsque, dans une coordination parfaite, il vit celle du deuxième antagoniste glisser irrémédiablement sous sa garde. Se voyant perdu, il jeta toutes ses forces dans un dernier assaut, et alors que l’épée adverse s’enfonçait dans son ventre, son arme tranchait mortellement les chairs de l’un des hommes qui l’affrontaient. Les deux mourants chutèrent l’un sur l’autre dans une pathétique étreinte, leurs sangs se mêlant sur la neige blanche. Mais le deuxième soldat était vivant, et se jetait dans le dos de Kassac, le glaive levé.
C’était ce que vit Kassac se refléter dans les yeux de son vassal. Il sut qu’il n’avait pas le temps de se retourner pour parer l’attaque. Il se jeta sur le côté comme Cordrech l’avait fait pour esquiver la sphère enflammée. Le soldat se fendit, et malgré la célérité du seigneur d’Ezderon, la pointe de fer s’enfonça légèrement dans le bas de son dos. Criant autant de surprise que de douleur, Kassac fut précipité au sol.

Cordrech manqua de paniquer mais se ressaisit rapidement. Le soldat qui venait de blesser son suzerain se tenait debout devant lui, cherchant à camper ses jambes pour retrouver son équilibre compromis par la fente désespérée qui avait envoyé Kassac à terre. Le seigneur de Cremala profita de cette faiblesse passagère et enjamba Edrich. D’un coup net et précis, il trancha la gorge du fantassin du fil de son épée. L’homme saisit sa blessure béante à deux mains avant de s’effondrer, se vidant rapidement de son sang. Au même instant, Cordrech vit des flammes illuminer l’arrière de la colline qui surplombait la forteresse. Un hurlement continu de supplicié fusa et lui vrilla horriblement les tympans. Son sang se glaça plus qu’il ne l’était déjà et soudain il se sentit réellement transi. Il mit quelques secondes à identifier cette voix pour celle de Ronix. Que pouvait-t-il bien lui être arrivé ?

La voix de Kassac, toujours à terre, interpella Cordrech, alors que le hurlement inhumain se taisait. Elle était faible et chevrotante. Le seigneur de Cremala se pencha sur la silhouette du seigneur d’Ezderon. Il observa quelques instants la blessure qui lui balafrait le bas de la nuque. L’épanchement de sang était faible, et la plaie n’était pas profonde. Les yeux de Kassac se levèrent sur lui d’un air implorant.
« Ne vous inquiétez pas, lui dit-il, votre blessure est superficielle. La bataille ne semble pas finie, je reviendrai vous chercher après. »

Il releva doucement le buste de son suzerain et l’appuya contre la muraille pour que celui-ci se trouvât le moins possible en contact avec la neige gelée qui pouvait aggraver ses blessures, puis se retourna pour rejoindre le dernier de ses hommes, qui combattait encore deux soldats.
Il vit l’archer trop tard. Lorsqu’il aperçut la silhouette campée au sommet d’un sapin, elle bandait déjà son arc, pointant sa flèche sur le corps immobile du seigneur d’Ezderon.
La flèche fut décochée avant qu’il ait pu réagir. Sans réfléchir, il se jeta, arme levée, dans la trajectoire du trait, dans l’espoir de détourner le projectile de sa route grâce au fer de son arme. Immédiatement, il sut qu’il avait échoué. Son impulsion l’avait lancé trop rapidement sur la course du dard. Ce ne fut pas son arme qui l'arrêta.

Les crocs d’acier pénétrèrent avec aisance la faible protection que lui offrait son armure de cuir. La flèche traversa sa poitrine de part en part, lacérant les fragiles tissus qui composaient la chair humaine. La douleur qui se propagea dans tout son corps lui fit ouvrir la bouche, mais seule une légère exhalation en sortit. Il oscilla quelques secondes sur ses jambes, sentant toutes ses forces et sa volonté fuir avec le sang qui lui emplissait la bouche et souillait ses vêtements. Sa dernière vision fut celle de deux cavaliers surgissant de derrière la colline. Dans un dernier élan de lucidité, il remarqua qu’il ne neigeait plus. Puis il se sentit chuter et plongea dans les profondeurs obscures de la mort.