Le vieux Tornix pressa sa monture pour rejoindre son seigneur. Le chemin escarpé qui reliait les propriétés d’Ezderon et de Cremala était recouvert d’une couche de près de trente centimètres de neige qui gênait hommes et bêtes dans le moindre de leurs mouvements. De plus, il s'avérait suivre le flanc de la montagne, ce qui allongeait considérablement la durée de la marche. Si le château Ezderon n'était physiquement qu'à quelques centaines de mètres de la propriété de Cordrech, il fallait parcourir plus de deux kilomètres pour l'atteindre.

Le vent ne tombait pas, et semblait même empirer. Les rafales de neige glacée fouettaient les visages et mordaient les chairs, mortifiaient les sens et aveuglaient la petite armée. Les courants tourbillonnants rendaient la progression plus ardue encore, car ces brusques changements de cap fatiguaient les hommes encore plus que s’ils avaient constamment eu à marcher contre le vent.

Tornix était le seul soldat véritablement expérimenté de la petite troupe, et avait été nommé commandeur de l’armée dérisoire qui serpentait sur le sentier pour cela. Il avait près de cinquante ans, et sa forme physique commençait à décroître. Sa constitution jadis légendaire, cette fois ci, il le savait, ne saurait lui épargner les engelures que tous ramèneraient à leurs foyers.

Il éperonna sa monture une fois de plus. L’animal excité batailla quelques instants avec la gangue de neige qui gelait en croûte autour de ses sabots, avant de parvenir à s’en dégager. Tornix flatta son encolure de sa main gantée de cuir, avant de cravacher. Il dépassa les quelques piétons à sa hauteur et remonta la petite file de cavaliers. Après une éternité passée à affronter les éléments déchaînés, il parvint enfin à la hauteur de Cordrech et du messager de Kassac. Il abaissa juste assez son écharpe pour dégager sa bouche le temps de crier quelques phrases à son seigneur par-dessus le fracas de la tourmente.

« Mon maître, c’est de la folie ! Jamais nos soldats n’arriveront à temps pour la bataille. Et avec un temps pareil, on en perdra la moitié avant d’être rentrés, à cause des engelures, oui ! Et on devra sûrement amputer certains autres, vous le savez aussi bien que moi. Seuls les cavaliers peuvent espérer arriver en état de combattre. Je conseille de laisser l’infanterie, elle nous ralentit. »
Il remonta immédiatement son foulard pour protéger sa bouche, mais le froid avait eu le temps de laisser quelques glaçons dans sa moustache fournie. Le visage de Cordrech, enfoui derrière son masque de cuir et de laine qui protégeait pour le mieux de la morsure du froid, s’assombrit plus qu’il ne l’était déjà. Pendant qu’il réfléchissait, Tornix frictionna vigoureusement le bas de sa figure à l’aide de son cache nez solidifié par la neige pour évacuer les cristaux glacés qui parsemaient son visage. Il ne connaissait que trop le danger du contact prolongé de la neige sur la peau nue.

« Nous ne pouvons pas nous permettre de n’amener qu’une douzaine de combattants, hurla Ronix, le messager, par-dessus la cacophonie ambiante. Ils ne feront jamais la différence ! »
Cordrech sembla sortir de sa torpeur et répondit à Ronix d’une voix posée qui trahissait ses craintes.
« Douze cavaliers en état de combattre feront peut-être plus la différence que quarante hommes trop gelés pour soulever leurs armes. Allez vous nous dire qui nous attaque ?
- Ce sont les hommes du Seigneur Varnsal de Kamarin.
- Ce gueux nous a trahis ? S’emporta le seigneur de Cremala. Je savais qu’il nous attirerait des ennuis. Mais comment a-t-il pu acheminer ses hommes dans cet enfer gelé, si nous nous n’y arrivons pas ?
-C’est parce que c’est Sa tempête, reprit Ronix, l’air sinistre. »

****

Eva tournait comme un fauve des montagnes en cage. Je savais qu’elle fulminait de ne pas avoir été autorisée à partir avec Père. Elle avait toujours voulu mettre en pratique ses leçons d’escrime, et rageait d’avoir perdu une si belle occasion, mais les discours de Mère, les réprimandes de Père et la furie des éléments l’avaient finalement ramenée à la raison. Je m’avouais que j’étais bien mieux près du feu que dehors à croiser le fer. Dans cet instant, je me faisais vaguement honte de rester assise sans rien faire près du foyer pendant que Père risquait sa vie, mais j’étouffais bien vite ce sentiment par le refus catégorique que Cordrech avait fait à ma sœur.

Eva s’arrêta un instant de rôder dans la pièce telle une âme en peine pour contempler à nouveau l’étrange foyer qui luisait près d’Ezderon, à travers les rafales de neige.
« Les feux se sont multipliés, dit-elle autant pour moi que pour elle. On voit clairement la cour du château de Kassac, maintenant. »

Dans l'espoir de m'arracher à mon oisiveté, je me fis violence et m'extirpai de mon fauteuil. Je fis quelques pas en direction de la fenêtre et regardai à mon tour. Ma sœur n’avait pas menti : plusieurs brasiers brûlaient à plusieurs centaines de mètres de là, et illuminaient entièrement la silhouette austère de la forteresse d’Ezderon. Certains de ces feux, immobiles, semblaient flamber directement dans la cour de la place forte, alors que d’autres, en mouvement, frappaient les murailles à coups répétés.

Je frissonnai à la pensée que mon père allait devoir affronter ces étranges entités plutôt que des êtres humains. Quelles que fussent ces choses, je fus prise d’un mouvement de colère contre ceux qui les maniaient. Seuls des couards pouvaient vraisemblablement user de telles armes, qui semblaient pouvoir prendre d’assaut une citadelle des montagnes sans l’appui d’hommes à pied. Je ne savais pas encore qui était l’auteur de cet acte vil et pleutre, qui pouvait bien se cacher à des kilomètres d’ici pour contrôler ces choses en sûreté, loin du fil de l’épée. Sur l’instant, je fus prise d’une bouffée d’impuissance insupportable, qui me jeta dans le même état psychologique que ma sœur. J’étais emplie de la même rage de partir en campagne, d’éradiquer cette infâme engeance qui dominait le feu et le maniait à sa guise. A mon tour, je me mis à arpenter la pièce sans but, enrageant intérieurement, prête à éclater. Dame Félicia semblait elle aussi inquiète, ce qui s’exprimait chez elle par un abandon provisoire de son insupportable broderie.

Soudain je vis la physionomie de ma sœur, accoudée aux rebords de la fenêtre, changer d’un seul coup. L’expression agitée qui se peignait sur son visage reflua rapidement pour laisser place à une mine intriguée. Puis, butant sur les mots comme une enfant en proie à la confusion, elle cria d’une voix surexcitée:
« Mais ? … Ils reviennent ! »

Abasourdie, et oubliant pour le coup ma colère quelque part dans les tréfonds de mon esprit, je bondis rejoindre Eva qui, la bouche entrouverte, ne pensait pas à brider sa surprise. Je regardai en direction du sentier sur lesquelles notre troupe insignifiante s’était engagée, et y distinguai effectivement une colonne de silhouettes courbées en deux, luttant contre le vent glacial et le déluge de neige. La compagnie n’était qu’à quelques dizaines de mètres de notre entrée.
Alors que je les regardais progresser, je sentis le souffle de ma mère dans mon dos.
« Cordrech n’est pas avec eux ? Nous questionna-t-elle anxieusement. »

Je plissai les yeux pour mieux distinguer les arrivants, et n’y vis qu’une seule silhouette de cavalier, celle d’un vieux villageois qu’on nommait Tornix, éclairé par la lanterne qu’il tenait à la main. J’eus une coulée de sueur glacée sur la nuque. La petite armée était partie accompagnée de douze cavaliers dont mon père, et je n’en voyais qu’un seul revenir. Eva entonna d’une voix basse et altérée une prière à Kanyssa et, à ma grande surprise, j’entendis ma propre voix se mêler à la sienne. J’étais pourtant certaine de ne pas croire en ce fantoche pour prêtre. Etait-ce l’adversité qui réveillait les passions et les croyances ? Etait-ce la peur de perdre un proche qui provoquait ce besoin de foi, cet espoir en un esprit supérieur, qui serait capable d’influer sur les événements ? Je commençais à comprendre comment les gens pouvaient se laisser duper par le clergé, se laisser embrigader dans cette farandole de pitreries et de donations qui accompagnaient chacun de ces supposés Dieux. En cet instant, je me crus même prête à renverser mes croyances si la montagne me rendait Père vivant.

En pleine confusion, je vis la petite compagnie passer devant le sentier qui menait au village sans l’emprunter. Ils continuèrent ainsi jusque dans notre cour. Je distinguais mieux les hommes, maintenant, à la lueur des lanternes qui brûlaient vaille que vaille à l’extérieur. Aucun ne semblait avoir combattu, mais certains étaient soutenus par leurs camarades, inconscients ou trop faibles pour se mouvoir. Je vis Tornix qui s’approchait de la porte pour frapper. Il frottait sont écharpe contre sa bouche comme par automatisme, dans un va et vient incessant. Mon regard tomba sur ses mains, jointes sur son cache-nez congelé. Elles étaient d’un rouge qui se parsemait de taches blanchâtres et luisantes. Et soudain je compris.

Je me sentis soudain emplie d’une mission que je pouvais remplir. Je n’étais plus inutile. Pleine d’un enthousiasme qui n’était pas de circonstance, je me jetais avec passion vers la porte d’entrée. J’y parvins avant Carlotta et l’ouvris violemment, oublieuse du courant d’air glacial que j’allais provoquer. Ne sentant pas la morsure du froid, je hurlais au vieil homme qui se tenait devant moi, et qui frictionnait toujours sa peau avec son écharpe:
« Tornix ! Arrêtez de frotter, vous allez perdre votre lèvre ! »

*****

Cordrech resserra sa prise sur son épée. Il sentait à peine ses mains glacées, et espérait qu’il aurait encore assez de sensibilité dans ses doigts pour manier son arme correctement.

La petite douzaine de cavaliers, qui avait abandonné l’infanterie pour espérer arriver en état de combattre, venait de parvenir au sommet de la longue pente qui menait au château Ezderon. Le spectacle qu’ils contemplaient semblait être la Porte même des Enfers. Les murailles calcinées étaient fendues en plusieurs endroits par l’action des béliers de feu magique, et autour de ces ouvertures béantes s’agglutinait une trentaine d’hommes que le froid et la neige ne semblaient pas affecter. La cour de la forteresse était enfouie sous les brasiers inextinguibles. Tous les toits étaient en flammes, et jetaient des lueurs sanglantes sur la neige qui entourait la propriété. La luminosité était telle qu’on se serait cru en pleine journée, éclairée par le disque d’un immense soleil vermillion. Ils contemplèrent quelques instants la ruine fumante et terrifiante qu’était devenu le château, puis Ronix dégaina son épée, une lame simple mais forte et équilibrée. Il la présenta au ciel avant de nous hurler de sa voix si grave et si puissante :
« Trois hommes avec moi ! Le sort de la bataille dépend du destin de leurs magiciens ! Cordrech, prenez le reste de vos hommes et allez prêter main forte aux défenseurs des brèches. »

Il cracha la neige qui lui emplissait la bouche avant de crier : « Pour Kassac ! ». Il éperonna sa monture et se mit à dévaler la pente, prestement suivi des autres cavaliers. La déclivité était si forte que la prudence aurait nécessité une descente précautionneuse, mais les événements en avaient décidé autrement. Cependant, la neige fut cette fois ci leur alliée : l’épaisseur de la couche qui recouvrait le paysage freina en effet la course folle des chevaux, et ce qui aurait dû se solder par une chute vertigineuse se transforma en une impressionnante glissade. Les montures, emportées par leur vitesse, fendaient les congères comme des navires fendraient des flots, dévalaient la pente comme une avalanche.

Les soldats du seigneur de Kamarin luttaient pour pénétrer dans une brèche sauvagement défendue par le dernier carré de Kassac, mais les vétérans allaient bientôt être submergés sous le nombre des assaillants. Toutefois la troupe ennemie était aveuglée par sa certitude de gagner la bataille. A cette vision d’une charge héroïque et folle, menée par une troupe de cavaliers hurlant à pleins poumons, les combattants qui n’avaient pas pu s’engager dans la brèche crurent qu’une véritable horde allait leur tomber dessus. Ce brusque changement de situation en affola une partie, et la petite armée se désorganisa rapidement. Quelques uns prirent la fuite. D’autres restèrent sur place, indécis. La panique monta dans ce qui restait des rangs lorsque les cavaliers parvinrent au bas de la pente indemnes et les chargèrent avec sauvagerie. Les lances pointées vers les combattants restés stoïques, et forts de la vitesse prise lors de leur descente folle, les trois lanciers qui composaient l’avant-garde forcèrent la ligne de front. Deux d’entre eux traversèrent la masse des combattants affolés, tuant et mutilant cinq hommes sur leur passage. Le troisième fut arrêté dans sa charge par la pique d’un fantassin qui s’enfonça dans le garrot de sa bête. Emporté par son élan, l’animal renversa le piquier et le piétina avant de s’abattre sur un autre soldat, qui finit écrasé sous le poids de l’animal. Son cavalier se rétablit prestement au sol, mais n’eut pas le temps de dégainer sa lame que trois épées s’enfonçaient dans son corps jusqu’à la garde. Il eut un bref sursaut d’agonie avant de s’effondrer.

La chute de l’animal avait forcé quelques hommes à s’écarter, provoquant ainsi la désorganisation totale des rangs. C’est alors que Cordrech jugea bon de mener la deuxième charge. Ses quatre cavaliers se jetèrent dans la cohue et firent virevolter leurs épées. La lame du seigneur de Cremala s’abattit deux fois, pénétrant un plastron, tranchant une carotide. Le sang gicla sur son bras et Cordrech sentit monter en lui la fureur du combattant. Se préparant avec délectation à croiser le fer pour de bon, il tira les rênes de sa bête pour la contenir et camper sur ses positions. L’animal se cabra un instant avant de retomber. Les autres cavaliers, dont les armes luisaient de sang, vinrent prendre place autour de leur seigneur, prêts à se défendre.

Exaltés par la venue des renforts qu’ils n’osaient plus espérer, les quelques vétérans qui tenaient encore la brèche redoublèrent d’ardeur et lancèrent toute leur volonté dans l’assaut des huit hommes qui continuaient de les harceler. D’eux d’entre eux tombèrent de s’être ainsi exposés, mais les soldats de Kamarin refluèrent dans la plus grande confusion. Ils furent accueillis par les lames des cavaliers de Cordrech, qui purent en abattre trois avant que les rangs se réorganisent.

La pagaille que la charge avait provoquée tendait à disparaître, et les fantassins se regroupaient. Les forces étaient maintenant équilibrées : les deux lanciers qui avaient fendu la masse des combattants contenaient à grand peine quatre guerriers de leurs longues pertuisanes de bois grossier. Sept soldats s’étaient regroupés pour faire front aux cavaliers du seigneur de Cremala, alors que trois d’entre eux cherchaient à retenir les trois vétérans protégeant la haute silhouette d’escrimeur d’Edrich Kassac. Les feux qui battaient les murailles avaient disparu depuis quelques instants, et Cordrech crût que Ronix avait rempli sa mission.

Le seigneur de Cremala, dont la main, réchauffée par le sang de ses victimes, avait retrouvé sa sensibilité, para l’attaque de son opposant. Celui-ci enchaîna par une fente vers la carotide de sa monture. Le seigneur de Cremala vit venir l’attaque, et tira sur les rennes de son cheval avec toute la force de ses bras musclés. L’animal se cabra en hennissant, et la lame adverse vint s’enfoncer de quelques centimètres dans son poitrail, trop bas pour le tuer. Fou de rage, la bête manqua de renverser son cavalier en se dressant de toute sa hauteur sur ses membres postérieurs. Il retomba brutalement sur le fantassin déséquilibré, fracassant le crâne du malheureux sous une avalanche de coups de sabots.

Mais la bataille n’était pas encore gagnée. Le froid commençait à affaiblir les défenseurs alors que les troupes de Kamarin y semblaient immunisées. Cordrech entendit l’un de ses suivants s’abattre avec sa bête, percé des coups d’épées que ses deux adversaires lui avaient infligé. Il dût calmer rapidement sa bête pour faire front à un nouvel attaquant. Plus loin, les deux lanciers ne parvenaient toujours pas à reprendre l’avantage, et leur affrontement s’éternisait.

Soudain, un énorme météore enflammé s’abattit sur les combattants, enflammant sans distinction les deux cavaliers et trois de leurs opposants. Cordrech vit avec horreur ses hommes s’allumer comme des torches et s’abattre dans la neige pour s’y rouler avec des hurlements à fendre l’âme. Mais rien n’y fit : le feu inextinguible les consuma en quelques secondes, ne laissant d’eux qu’une carcasse fumante sur laquelle brûlait toujours la monstrueuse boule de feu.

Tous les combats s’arrêtèrent quelques secondes. Puis les soldats de Kamarin, débordants de joie, hurlèrent :
« Les magiciens sont toujours avec nous ! Tayaut ! Tayaut ! »
Ils réengagèrent leurs duels, pleins d’une ardeur qui manqua de faire flancher la volonté des défenseurs. Cordrech para précipitamment la lame de son nouvel adversaire. Mais que faisait donc Ronix ?