Page 1 sur 10 123 ... DernièreDernière
Affichage des résultats 1 à 30 sur 274

Discussion: Atelier de travail

  1. #1
    Date d'inscription
    novembre 2004
    Localisation
    Metz
    Messages 
    1 625
    Voilà l'introduction d'un récit de grande envergure que j'entreprends, et, une fois n'est pas coutume, avec sérieux. L'intro est pour l'instant le seul élément stable, mais il faut dire que je n'ai ourdi ce projet qu'hier soir, alors... Voilà, donnez moi vos commentaires, histoire que je voie si je ne suis pas trop mauvais... :notme:
    Au passage, sicela plaît à assez de monde, j'essayerais peut-être de passer de sous-forum. Pour faire cela, est-il nécessaire d'envoyer un MP à un admin?

    Introduction (récit de Fianna Elstran)


    Je resserrais convulsivement le grand manteau de fourrure qui me protégeait les épaules. J’étais pourtant habituée au froid qui régnait en permanence sur les Darkanisses, mais le vent glacial qui balayait cette nuit d’hiver dépassait mon entendement. Jamais je n’avais eu à endurer de telles bourrasques gelées, même sur le plus haut et dénudé des cols glacés des Darkanisses.

    Je maudis ma montagne avant de traverser la cour de la propriété en courant presque pour rejoindre l’abris du foyer. C’était dans de tels moments qu’il me venait à l’esprit de la détester. Pendant toute ma jeunesse, j’avais appris à la révérer avec crainte, comme une entité propre. Une déesse dangereuse, avec laquelle il fallait lutter chaque jour pied à pied pour espérer survivre. Nos prêtres, qui la personnifient sous les traits de Kanyssa, la reine des vents et des glaces, lui consacrent une pléiade de temples tous plus rutilants les uns que les autres. Je n’ai que peu de foi en ces croyances populaires, mais j’ai appris à honorer la montagne, à ma façon.

    Pressant le pas, j’atteignis enfin la porte salvatrice qui me ramènerait dans la salle commune. Je fis jouer la clenche et me jetais à l’intérieur. Malgré ma célérité, je ne pus empêcher une rafale de vent de me suivre dans le hall, maculant le sol de neige glacée. M’arqueboutant contre le battant, je parvins avec peine à le refermer. Carlotta vint en boitillant me soulager de mon manteau trempé et me tendis un châle sec, avant de se lancer à l’assaut des petites flaques de neige fondantes. C’était une de nos rares servantes, une vieille mégère qui était attachée à notre famille depuis, me semblait-il, la nuit des temps. Une sorcière qui nous avait souvent battues, Eva et moi, mais qui cachait un cœur d’or et une loyauté à toute épreuve.

    N’écoutant que d’une oreille ses fades commentaires sur la tempête qui faisait rage dehors, je croisais mon regard dans le petit miroir oxydé qui ornait le mur me faisant face. On m’a toujours dit que j’étais jolie, et j’espérais sincèrement que cela soit vrai. J’avais un visage fin prolongé par un menton un peu volontaire, qui me donnait un petit air mutin. Mes cheveux étaient d’un noir de jais, que je gardais toujours coiffés en chignon, deux mèches encadrant mon visage. Deux yeux d’un brun puissant venaient compléter mon portrait. J’avais enfin une silhouette plutôt élancée, mais je trouvais que ma sœur était bien plus belle que moi.

    Je laissais mes pas me conduire dans la salle commune ou un feu réconfortant brûlait. Je restais quelques instants immobile, m’imprégnant toute entière de la douce tiédeur qui régnait dans la pièce. Il s’agissait d’une assez grande salle meublée de mobilier que la haute noblesse qualifierait de rustique. Une grande table de bois noir en occupait la partie est, et servait aux repas, tandis que la partie ouest faisait office de salon et de salle de réception. C’est pourquoi elle était meublée de tables basses et de grands fauteuils d’étoffe rude. Dans l’un d’eux, le plus proche du feu, se tenait la silhouette de ma mère, occupée à sa broderie, comme tous les soirs aussi loin que remontait ma mémoire. Attablé devant un énorme livre qui servait à vérifier les comptes de notre domaine de Cremala, la forte stature de mon père se découpait devant la grande fenêtre obscurcie par la tourmente qui régnait au-dehors. Près de lui, le dossier d’un grand siège dissimulait à ma vue la silhouette d’Eva, le regard perdu dans la violence du déluge de neige. Le regard interrogateur de mon père me ramena à la réalité, et à la mission qui m’avait été confiée.

    Je me laissais couler dans le premier fauteuil qui vint à ma portée, avant de reporter toute mon attention sur la face de gargouille de mon géniteur. Les traits de son visage étaient durs, comme cristallisés par de longues années d’exposition aux vents des Darkanisses. Il avait une forte carrure, et ressemblait à un géant. Je ne m’imaginais toujours pas comment un être si masculin avait pu engendrer deux filles, avant de se retrouver stérile. A mes yeux, c’était quelqu’un à parcourir les cols avec un héritier mâle pour chasser ou guerroyer. Il avait pourtant été un bon père pour nous, et s’était gardé de nous reprocher de n’être pas nées de l’autre sexe.

    Je soutins son regard quelques secondes avant de répondre à sa question tacite. Occupé aux comptes des revenus du petit domaine que nous dirigions, il n’avait pu effectuer la tâche lui-même, et me l’avait confiée : j’avais dû sortir dans la tempête pour vérifier l’état de notre réserve de bois sec, Carlotta ne pouvant s’en charger à cause de ses rhumatismes et Stephen, notre deuxième serviteur, étant en visite dans sa famille.

    « Vos soupçons étaient fondés, répondis-je à ses yeux inquisiteurs. Le toit de la réserve a cédé en trois endroits, et la plupart des bûches sont gâtées. »
    Il jura doucement entre ses dents, ce qui fit lever les yeux de son ouvrage à ma mère, qui brodait au coin du feu. Elle avait beaucoup vieilli, et n’avait jamais été très belle, mais un charme particulier émanait encore de sa petite silhouette frêle, qui semblait pouvoir se briser au moindre souffle de vent. Etrangement, aucune personne ne pouvait plus être dissemblable de mon père, à la carrure de taureau.
    « Voyons, Cordrech, soigne ton langage en présence de tes filles ! »

    Le seigneur Cordrech Elstran de Cremala ignora magistralement la remarque, et se replongea dans son livre de comptes, non sans fustiger Stephen, qui n’était jamais là quand il le fallait. Cette petite scène était très représentative de ma famille. Ma mère pouvait toujours faire des remarques sur son comportement et notre éducation, Père n’en avait toujours fait qu’à sa tête. Je m’en félicitais, d’ailleurs, car dame Félicia était une de ces personnes rigoristes et froides qui privent les jeunes filles de tout ce qui peut les distraire de leur broderie. J’avais ainsi appris, grâce à mon père, quelques notions d’escrime, un sport qu’exécrait ma mère. Je savais aussi, tout comme ma petite sœur Eva, monter à cheval en homme, et non pas en amazone, l’inconfortable posture que nécessitait le port de robes trop encombrantes pour faire plus de quelque pas. Enfin, je savais écrire et compter, ce que même la plupart des hommes du village ne savaient pas faire. C’était un père dur, mais nous l’aimions, et il nous le rendait bien.

    Le sifflement continu du vent fut interrompu par la voix de ma sœur, qui jaillit de derrière son dossier.
    « Père, permettez moi, mais cette tempête n’est pas normale. »
    Alors qu’elle parlait, elle avait orienté son siège pour se retrouver face à nous. Elle avait à peine quatorze ans, mais semblait déjà physiquement plus âgée que moi. Elle ne me ressemblait pas beaucoup. Elle était un peu moins grande, mais m’avait toujours semblé mieux équilibrée que moi. Je me suis toujours considérée comme dégingandée, mais Eva était la perfection même à mes yeux. Elle possédait un long visage en lame de couteau, mais plein de grâce, non de violence comme cela arrive si souvent lorsqu’on porte ce type de figure. Elle tirait ses magnifiques cheveux, aussi blonds que les miens étaient noirs, en arrière et les retenait par un serre-tête de cuir brun assortis avec ses yeux noisette. Sa chevelure descendait jusqu’à son bassin en une cascade blonde qui faisait son succès auprès des garçons. Contrairement à moi, elle n’avait jamais été coquette, mais semblait posséder naturellement cette grâce qui l’avait déjà fait demander deux fois en mariage.

    Cordrech leva à peine le nez de son livre pour observer la tempête, avant de pousser un grognement dédaigneux.
    « Peuh, j’en ai déjà vu de bien pires. Ne t’inquiètes donc pas pour si peu.
    -Quand même, reprit Eva. Nous ne sommes pas au plus fort de l’hiver. Je n’ai jamais connu autant de neige et de vent à une telle époque de l’année…
    -Sottises ! Tonna Père. Je connais cette montagne pour y avoir vécu quarante ans, et je sais mieux que toi les caprices dont elle est capable. Laisse moi donc, tu vois bien que je suis occupé ! »

    Et il replongea son nez dans son tome, griffonnant quelques remarques ici et là. Eva chercha mon regard, comme elle le faisait souvent lorsque Père la rabrouait. Mais dans ses yeux brillait une lueur que je ne lui connaissais presque pas. C’était celle de l’appréhension. Intriguée, et devant son regard suppliant, je vins la rejoindre près de la fenêtre. Nous nous mimes à converser à voix basse pou ne pas encourir le courroux de Cordrech, car nous le savions irritable et terrible.
    « Toi qui est sortie, qu’est ce que tu en pense ? Me chuchota-elle, attendant anxieusement la réponse. »

    Je me tournais vers la baie vitrée et sondais l’obscurité quelques instants, avant de répondre.
    « J’avoue que nous n’avons pas connu beaucoup d’hivers aussi rudes. Mais les Darkanisses sont imprévisibles, tu le sais bien… »
    Je vis bien que ma réponse ne lui convenait pas. Elle semblait vaguement furieuse, maintenant, mais sa peur prédominait dans son esprit et sur son visage. Elle ouvrit la bouche sans rien dire, et fixa à nouveau, à travers la vitre, quelque chose que je ne pus distinguer. Elle prononça quelques mots, si bas que j’eus du mal à en comprendre le sens immédiatement.
    « Si cette tempête est normale, crois-tu que quelqu’un pourrait allumer un feu et le conserver vivace à l’extérieur d’un bâtiment ? »

    Je faillis lui éclater de rire au nez. L’idée était tellement saugrenue que j’avais du mal à croire qu’elle puisse venir à l’esprit d’une personne qui avait vécu quatorze années avec tempêtes et alysées. Mon amusement dût transparaître sur mon visage, et Eva éclata, sa colère prenant le dessus quelques secondes sur sa peur.
    « Répond moi ! Cria-t-elle presque. Puis : Réponds moi, reprit-elle d’un air piteux où l’appréhension reprenait le pouvoir.
    Je restais un instant interloquée par son comportement. Je ne lui avais pas souvent connu de crises de terreur, car elle avait un tempérament d’acier trempé, au plus grand plaisir de mon père. Je répondis enfin, en partie pour enlever de son visage l’expression pitoyable qui s’y peignait, en partie pour connaître ce qui la tracassait ainsi.
    « Bien sûr que non, tu sais bien qu’il est impossible d’allumer un feu et de le conserver dans de telles conditions.
    - Alors dis moi ce que c’est que CA ! »

    Et elle pointa rageusement son doigt sur un point de l’immensité obscure qui s’étendait derrière les carreaux. Je regardais dans la direction qu’elle m’indiquait, de plus en plus déconcertée. Je ne vis d’abord rien. Puis, mes yeux s’accoutumant à la noirceur de la nuit, je vis effectivement un tache de lumière qui tremblotait, à l’instar d’un feu de camp. La lumière ne semblait pas subir les effets du vent.
    « Peut-être est-ce un des feux d’intérieur de château Ezderon que nous apercevrons par une fenêtre, dis-je pour donner le change, bien que mes convictions commençaient à faiblir.
    - Tu sais bien que non ! ragea ma sœur, au bord de l’hystérie. Regarde le ! Il se déplace, il fait des allers et retours ! » Elle tourna vers moi ses grands yeux bruns. Ils étaient pleins de larmes. « Dis moi, Fianna, dis moi ! Qu’est ce que cela peut-être ? »

    Je n’en avais pas la moindre idée. Je trouvais que le comportement de ma sœur était un peu abusif, mais elle avait toujours été un peu superstitieuse, même si elle n’a jamais voulu se l’avouer. Je la soupçonnais d’avoir pris cette chose pour un esprit. Comme pour confirmer mes dires, Père cria de sa voix de Stentor exaspérée :
    « Alors fillettes, qu’avez-vous vu ? Des banshee, peut-être ? Questionna-t-il sur un ton de dérision qui cachait son énervement. »

    Il n’eut jamais la réponse. Quelque chose provoqua à l’instant même un tumulte d’aboiements dans la cour. Nos chiens de garde avaient repéré un intrus. Il ne fut fait aucun mystère sur son identité puisqu’il frappa immédiatement à la porte et entra sans cérémonie. J’entendis la vieille Carlotta protester contre la neige que l’étranger avait ramené avec lui alors que sa silhouette se découpait dans l’embrasure de la porte de la salle commune.

    C’était un grand homme mince et sportif au visage d’épervier et aux cheveux gris trempés par la neige. Sa cape élimée témoignait de ses fonctions de messager. Je l’avais déjà vu auparavant, et savais qu’il était rattaché au service du seigneur Kassac D’Ezderon, dont nous étions les vassaux. J’eus à peine le temps de me demander ce qu’il faisait là en pleine tempête. Il traversa la salle à grandes foulées, se dirigeant droit vers mon père. Celui-ci se leva respectueusement à son approche.

    « Seigneur Cordrech Elstran de Cremala, le seigneur Edrich Kassac d’Ezderon vous mande pour la défense de son fief. Levez tous vos hommes valides dans les plus brefs délais. Partez immédiatement. »
    Les Neiges des Darkanisses. Onze chapitres postés. Arrêt de diffusion sur le net, pour suite et texte réorganisé, MPéez moi
    Mon moi RP; La Naissance du Maudit ; L'Invasion des Ombres
    Amis métalleux, venez visiter mon petit blog de chroniques métal

  2. #2
    Avatar de Mornagest
    Mornagest est connecté maintenant Chantre du mauvais goût
    Date d'inscription
    octobre 2003
    Localisation
    Juste derrière vous, prêt à hurler BOUH !
    Messages 
    16 253
    Une première impression : bravo !!!!

    J'adore ton style, et, sans vouloir me vanter, il ressemble fort à ce que j'écris de temps à autre, ça me réconforte

    Juste un petit bémol :
    Attablé devant un énorme livre qui servait à vérifier les comptes de notre domaine de Cremala, la forte stature de mon père se découpait devant la grande fenêtre obscurcie par la tourmente qui régnait au-dehors. Près de lui, le dossier d’un grand siège dissimulait à ma vue la silhouette d’Eva, le regard perdu dans la violence du déluge de neige. Le regard interrogateur de mon père me ramena à la réalité, et à la mission qui m’avait été confiée.

    Je me laissais couler dans le premier fauteuil qui vint à ma portée, avant de reporter toute mon attention sur la face de gargouille de mon géniteur. Les traits de son visage étaient durs, comme cristallisés par de longues années d’exposition aux vents des Darkanisses. Il avait une forte carrure, et ressemblait à un géant.
    Tu décris deux fois la stature du père, à ta place je retirerais la première fois, ce serait plus correct de dire "attablé [....], mon père..." sinon tu accordes attablé avec stature...

    Enfin je ne sais pas si je me fais bien comprendre Mais c'est très bien, continues comme ça, c'est encourageant

    Edit : pour éviter le double post, je n'aime pas ça Si tu pouvais poster des parties de texte plus menues en un coup, ce serait super, niveau lecture à l'écran, ça facilite les choses :fleur:
    Administrateur général, également en charge des sections The Witcher, Torment, Icewind Dale et Morrowind. Je modère dans cette couleur.

    Rejoignez Melandis, la Cité du Chaos
    La biographie de Mornagest ainsi que ses quêtes et sa couleur RP #6C84FF ; la biographie de Henk et sa couleur RP #3BBB34

    "Ne vous imaginez pas être différente de ce qu'il eût pu sembler à autrui que vous fussiez ou eussiez pu être en restant identique à ce que vous fûtes sans jamais paraître autre que vous n'étiez avant d'être devenue ce que vous êtes."
    (Lewis Caroll)

  3. #3
    Date d'inscription
    août 2004
    Localisation
    sur une autre longueur d'ondes...
    Messages 
    33 565
    Je trouve que c'est très prometteur!

    J'aime beaucoup ton personnage principal qui me semble potentiellement une héroïne de choix, ni trop superbe, ni trop sûre d'elle, humaine en somme. J'aime bien. Cela dit, ces quatre lascars forment un ensemble génétique improbable :happy: ...

    Si tu persévères (ce que j'espère), tu peux me compter dans tes lectrices.

    Niveau stylistique (pas très fondamental), un peu trop de participes présents dans les premiers paragraphes à mon goût (mais c'est seulement mon goût)... C'est un détail.

    Et j'espère que cette mère n'est pas qu'un monstre...
    Créateurs de tous poils, rejoignez-nous : Ecrivains, moddeurs, traducteurs, amateurs de RP, une place pour chaque plume !

    MJ sur Hélonna, full en ce moment

  4. #4
    Date d'inscription
    novembre 2004
    Localisation
    Metz
    Messages 
    1 625
    Originally posted by Mornagest@mardi 28 juin 2005, 12h10
    Une première impression : bravo !!!!

    J'adore ton style, et, sans vouloir me vanter, il ressemble fort à ce que j'écris de temps à autre, ça me réconforte

    Juste un petit bémol :
    Attablé devant un énorme livre qui servait à vérifier les comptes de notre domaine de Cremala, la forte stature de mon père se découpait devant la grande fenêtre obscurcie par la tourmente qui régnait au-dehors. Près de lui, le dossier d’un grand siège dissimulait à ma vue la silhouette d’Eva, le regard perdu dans la violence du déluge de neige. Le regard interrogateur de mon père me ramena à la réalité, et à la mission qui m’avait été confiée.

    Je me laissais couler dans le premier fauteuil qui vint à ma portée, avant de reporter toute mon attention sur la face de gargouille de mon géniteur. Les traits de son visage étaient durs, comme cristallisés par de longues années d’exposition aux vents des Darkanisses. Il avait une forte carrure, et ressemblait à un géant.
    Tu décris deux fois la stature du père, à ta place je retirerais la première fois, ce serait plus correct de dire "attablé [....], mon père..." sinon tu accordes attablé avec stature...

    Enfin je ne sais pas si je me fais bien comprendre Mais c'est très bien, continues comme ça, c'est encourageant

    Edit : pour éviter le double post, je n'aime pas ça Si tu pouvais poster des parties de texte plus menues en un coup, ce serait super, niveau lecture à l'écran, ça facilite les choses :fleur:
    Merciiii!!!! :happy: :happy:
    Pour ce qui est de la répétition, figures toi que j'y avais pensé, mais si elle est là, c'est parce que j'ai rajouté la description de la pière APRES, d'où cafouillage. Je le rectifie tout de suite.

    Pis, arf, d'accord, je poste moins la prochaine fois!

    J'aime beaucoup ton personnage principal qui me semble potentiellement une héroïne de choix, ni trop superbe, ni trop sûre d'elle, humaine en somme. J'aime bien. Cela dit, ces quatre lascars forment un ensemble génétique improbable* ...
    C'est le but que je recherche: tenter de faire de tous les personnages, y compris lesgrands méchants, des gens normaux, avec forces et faiblesses. C'est pour cela que tes craintes sur la mère sont infondées... :hein:
    Pour ce qui est de l'ensemble génétiques, c'est voulu, tu verras cela dans le chap 3, ou quelque part par là...

    Si tu persévères (ce que j'espère), tu peux me compter dans tes lectrices.
    Pas d'inquiétude, vu que j'ai déjà deux avis avisés et favorables, je ne vais pas lâcher comme ça!
    Les Neiges des Darkanisses. Onze chapitres postés. Arrêt de diffusion sur le net, pour suite et texte réorganisé, MPéez moi
    Mon moi RP; La Naissance du Maudit ; L'Invasion des Ombres
    Amis métalleux, venez visiter mon petit blog de chroniques métal

  5. #5
    Drydo Invités
    Pas d'inquiétude, vu que j'ai déjà deux avis avisés et favorables, je ne vais pas lâcher comme ça!
    Si tu enlèves le "avisé" tu obtiens mon avis !
    J'aime beaucoup ton histoire, et je trouve aussi que c'est une bonne idée de faire une héroïne principale qui doute, et qui n'est pas excellente.
    Oui, ce serait mieux de poster un peu moins la prochaine fois.
    Et le décor de l'histoire est intéressant.
    Bref continue !! :hein: :hein:

  6. #6
    Date d'inscription
    novembre 2004
    Localisation
    Metz
    Messages 
    1 625
    Allez, et de trois! :happy:
    Si c'est comme ça, je me mets tout de suite au chapitre 1, non mais! :rigoler:

    Et promis, je ne posterais plus quatre pages word d'un coup.
    Les Neiges des Darkanisses. Onze chapitres postés. Arrêt de diffusion sur le net, pour suite et texte réorganisé, MPéez moi
    Mon moi RP; La Naissance du Maudit ; L'Invasion des Ombres
    Amis métalleux, venez visiter mon petit blog de chroniques métal

  7. #7
    Date d'inscription
    novembre 2004
    Localisation
    Metz
    Messages 
    1 625
    Allez, c'est parti pour la suite! Première partie du chapitre 1, où il ne fait pas chaud.

    Chapitre 1


    Le vieux Tornix pressa sa monture pour rejoindre son seigneur. Le chemin escarpé qui reliait les propriétés d’Ezderon et de Cremala était recouvert d’une couche de près de vingt centimètres de neige qui gênait hommes et bêtes dans le moindre de leurs mouvements. Le vent ne tombait pas, et semblait même empirer. Les rafales de neige glacée fouettaient les visages et mordaient les chairs, mortifiaient les sens et aveuglaient la petite armée. Les courants tourbillonnants rendaient la progression plus ardue encore, car ces brusques changements de cap fatiguaient les hommes encore plus que s’ils avaient constamment eu à marcher contre le vent.

    Tornix était le seul soldat véritablement expérimenté de la petite troupe, et avait été nommé commandeur de l’armée dérisoire qui serpentait sur le sentier pour cela. Il avait près de cinquante ans, et sa forme physique commençait à décroître. Sa constitution jadis légendaire, cette fois ci, il le savait, ne saurait lui épargner les engelures que tous ramèneraient à leurs foyers.

    Il éperonna sa monture une fois de plus. L’animal excité batailla quelques instants avec la gangue de neige qui gelait en croûte autour de ses sabots, avant de parvenir à s’en dégager. Tornix flatta son encolure de sa main gantée de cuir, avant de cravacher. Il dépassa les quelques piétons à sa hauteur et remonta la petite file de cavaliers. Après une éternité passée à affronter les éléments déchaînés, il parvint enfin à la hauteur de Cordrech et du messager de Kassac. Il abaissa juste assez son écharpe pour dégager sa bouche le temps de crier quelques phrases à son seigneur par-dessus le fracas de la tourmente.

    « Mon maître, c’est de la folie ! Jamais nos piétons n’arriveront à temps pour la bataille. Et avec un temps pareil, on en perdra la moitié avant d’être rentrés, à cause des engelures, oui ! Et on devra sûrement amputer certains autres, vous le savez aussi bien que moi. Seuls les cavaliers peuvent espérer arriver en état de combattre. Je conseille de laisser l’infanterie, elle nous ralentit. »

    Il remonta immédiatement son foulard pour protéger sa bouche, mais le froid avait eu le temps de laisser quelques glaçons dans sa moustache fournie. Le visage de Cordrech, enfoui derrière son masque de cuir et de laine qui protégeait pour le mieux de la morsure du froid, s’assombrit plus qu’il ne l’était déjà. Pendant qu’il réfléchissait, Tornix frictionna vigoureusement le bas de sa figure à l’aide de son cache nez solidifié par la neige pour évacuer les cristaux glacés qui parsemaient son visage. Il ne connaissait que trop le danger du contact prolongé de la neige sur la peau nue.

    « Nous ne pouvons pas nous permettre de n’amener qu’une douzaine de combattants, hurla Ronix, le messager, par-dessus la cacophonie ambiante. Ils ne feront jamais la différence ! »
    Cordrech sembla sortir de sa torpeur et répondit à Ronix d’une voix posée qui trahissait ses craintes.
    « Douze cavaliers en état de combattre feront peut-être plus la différence que quarante hommes trop gelés pour soulever leurs armes. Allez vous nous dire qui nous attaque ?
    - Ce sont les hommes du Seigneur Varnsal de Kamarin.
    - Ce gueux nous a trahis ? S’emporta le seigneur de Cremala. Je savais qu’il nous attirerait des ennuis. Mais comment a-t-il pu acheminer ses hommes dans cet enfer gelé, si nous nous n’y arrivons pas ?
    -C’est parce que c’est Sa tempête, reprit Ronix, l’air sinistre. »
    Les Neiges des Darkanisses. Onze chapitres postés. Arrêt de diffusion sur le net, pour suite et texte réorganisé, MPéez moi
    Mon moi RP; La Naissance du Maudit ; L'Invasion des Ombres
    Amis métalleux, venez visiter mon petit blog de chroniques métal

  8. #8
    Avatar de Mornagest
    Mornagest est connecté maintenant Chantre du mauvais goût
    Date d'inscription
    octobre 2003
    Localisation
    Juste derrière vous, prêt à hurler BOUH !
    Messages 
    16 253
    Alors je vais faire mon rabat-joie, mais.. là c'est juste un peu trop court :rigoler: :notme2:

    Je suppose que tu as arrêté le découpage juste avant un moment crucial ?

    Enfin sinon j'aime toujours autant, c'est intéressant, surtout que la dernière phrase du messager fait peur... :hein:
    Administrateur général, également en charge des sections The Witcher, Torment, Icewind Dale et Morrowind. Je modère dans cette couleur.

    Rejoignez Melandis, la Cité du Chaos
    La biographie de Mornagest ainsi que ses quêtes et sa couleur RP #6C84FF ; la biographie de Henk et sa couleur RP #3BBB34

    "Ne vous imaginez pas être différente de ce qu'il eût pu sembler à autrui que vous fussiez ou eussiez pu être en restant identique à ce que vous fûtes sans jamais paraître autre que vous n'étiez avant d'être devenue ce que vous êtes."
    (Lewis Caroll)

  9. #9
    Date d'inscription
    août 2004
    Localisation
    sur une autre longueur d'ondes...
    Messages 
    33 565
    Toujours très chouette... Bon, je ne m'y retrouve déjà plus dans les noms (mais c'est moi, ça me prend toujours quelques chapitres), mais sinon, je trouve que c'est toujours très bien ficelé...

    Encore juste un détail, mais "piétons", je trouve que ça "jure" avec le genre du texte. Je mettrais fantassin (ou hommes à pied ou je ne sais quoi) (même si tu parles d'infanterie ensuite).

    La longueur me semble optimale.

    Bonne continuation, en tout cas... :fleur:

    EDIT: à chaque lecteur, sa longueur
    Créateurs de tous poils, rejoignez-nous : Ecrivains, moddeurs, traducteurs, amateurs de RP, une place pour chaque plume !

    MJ sur Hélonna, full en ce moment

  10. #10
    Date d'inscription
    novembre 2004
    Localisation
    Metz
    Messages 
    1 625
    Originally posted by Galathée@mercredi 29 juin 2005, 08h15
    Encore juste un détail, mais "piétons", je trouve que ça "jure" avec le genre du texte. Je mettrais fantassin (ou hommes à pied ou je ne sais quoi) (même si tu parles d'infanterie ensuite).
    Oké, je changerais cela dans la version "officielle".

    Au passage, il n'y a personne qui n'aime pas? Histoire que je sache ce qui déplaît à certains, c'est toujours utile pour un écrivain en herbe.
    Les Neiges des Darkanisses. Onze chapitres postés. Arrêt de diffusion sur le net, pour suite et texte réorganisé, MPéez moi
    Mon moi RP; La Naissance du Maudit ; L'Invasion des Ombres
    Amis métalleux, venez visiter mon petit blog de chroniques métal

  11. #11
    Date d'inscription
    mars 2004
    Messages 
    640
    'lut.

    Tu peux cocher un lecteur de plus.

    Je ne serai pas le 1er à ne pas aimer.

    Je rejoins volontiers le reste du "comité de lecture" en ce qui concerne ton style et les personnages que tu commences à développer.

    Peut être juste 2 points à légèrement modifier en vue d'une version définitive:
    1)
    Je resserrais convulsivement le grand manteau de fourrure qui me protégeait les épaules. J’étais pourtant habituée au froid qui régnait en permanence sur les Darkanisses, mais le vent glacial qui balayait cette nuit d’hiver dépassait mon entendement. Jamais je n’avais eu à endurer de telles bourrasques gelées, même sur le plus haut et dénudé des cols glacés des Darkanisses.
    Tu as 2 fois Darkanisses de manière rapprochée. Peut être faudrait il en faire "sauter " un. Du genre "... froid qui régnait en permanence sur la région" ou "le plus haut et dénudé des cols glacés qui entourait le domaine".

    2) la "mission" confiée à ton héroine c'est bien de vérifier la réserve de bois?

    ca a un petit coté décalé: mission, tache confiée ca sonne "épique" vérifier la réserve de bois (sauf si la réserve est vraiment très loin) c'est une tache "banale".

    Du genre "Jim votre mission si vous l'acceptez sera de descendre les poubelles Attention si vous êtes pris le département d'état niera avoir eu connaissance de vos agissements".

    On ne voit pas trop pourquoi non plus personne ne s'est rendu compte avant que le toit était cassé (ca fait apparemment un petit moment déja puisque des buches sont gatées) ni pourquoi le père tout d'un coup a eu des soupçons (vision nocture? présage? buche qui fume dans l'âtre?). Peut être tout simplement qu'il a entendu un gros craquement la nuit dernière. Ca gagnerait à être précisé.

    voila ca n'engage que moi, c'est vraiment mineur un grand bravo pour l'ensemble, merci de nous le faire partager et vivement la suite :fleur:

  12. #12
    Date d'inscription
    novembre 2004
    Localisation
    Metz
    Messages 
    1 625
    Originally posted by gogorafido@mercredi 29 juin 2005, 11h10
    Du genre "Jim votre mission si vous l'acceptez sera de descendre les poubelles Attention si vous êtes pris le département d'état niera avoir eu connaissance de vos agissements".
    Méga LOL!!!!
    En fait, le décalage est voulu, c'est un passage légèrement ironique. L'héroïne se moque discrètement des rares tâches qu'on lui confie. Il y avait initilalement un autre petit passage, plus clair, mais que j'avais supprimé dans un grand élan de réécriture de paragraphe, en oubliant de le remettre. Cela reste à faire.
    Je dois effectivement cerner mieux l'épisode du toit. Je préciserais un peu, histoire que ça passe mieux.

    Et pour la répétition, bah, ça il n'y a pas de prob, c'est corigé tout de suite. (cela n'apparaît pas encore sur le texte posté ici, mais à chaque fois qu'une partie est bouclée, j'appliquerais les corrections nécessaires.)
    Les Neiges des Darkanisses. Onze chapitres postés. Arrêt de diffusion sur le net, pour suite et texte réorganisé, MPéez moi
    Mon moi RP; La Naissance du Maudit ; L'Invasion des Ombres
    Amis métalleux, venez visiter mon petit blog de chroniques métal

  13. #13
    Drydo Invités
    La suite est tout aussi bien :love: !
    Comme je l'ai déjà dit, j'aime beaucoup l'environnement de lecture et la description que tu en fais, mais les chevaux eux mêmes ne courent-ils pas des risques d'engelures ? Je ne m'y connais pas trop, donc désolée pour la question si elle est idiote.... :sad:

  14. #14
    Date d'inscription
    novembre 2004
    Localisation
    Metz
    Messages 
    1 625
    Originally posted by Drydo@mercredi 29 juin 2005, 12h11
    Comme je l'ai déjà dit, j'aime beaucoup l'environnement de lecture et la description que tu en fais, mais les chevaux eux mêmes ne courent-ils pas des risques d'engelures ? Je ne m'y connais pas trop, donc désolée pour la question si elle est idiote.... :sad:
    Si, si, les chevaux courent eux aussi des risques d'engelures. Mais comme ils sont plus rapides que les fantassins, ils restent moins longtemps exposés, donc le risque est moindre.
    Les Neiges des Darkanisses. Onze chapitres postés. Arrêt de diffusion sur le net, pour suite et texte réorganisé, MPéez moi
    Mon moi RP; La Naissance du Maudit ; L'Invasion des Ombres
    Amis métalleux, venez visiter mon petit blog de chroniques métal

  15. #15
    Date d'inscription
    novembre 2004
    Localisation
    Metz
    Messages 
    1 625
    Allez, voilà la suite du chapitre 1, où l'on regarde par la fenêtre.

    Eva tournait comme un fauve des montagnes en cage. Je savais qu’elle fulminait de ne pas avoir été autorisée à partir avec Père. Elle avait toujours voulu mettre en pratique ses leçons d’escrime, et rageait d’avoir perdu une si belle occasion, mais les discours de Mère, les réprimandes de Père et la furie des éléments l’avaient finalement ramenée à la raison. Je m’avouais que j’étais bien mieux près du feu que dehors à croiser le fer. Dans cet instant, je me faisais vaguement honte de rester assise sans rien faire près du foyer pendant que Père risquait sa vie, mais j’étouffais bien vite ce sentiment par le refus catégorique que Cordrech avait fait à ma sœur.

    Eva s’arrêta un instant de rôder dans la pièce telle une âme en peine pour contempler à nouveau l’étrange foyer qui luisait près d’Ezderon, à travers les rafales de neige.
    « Les feux se sont multipliés, dit-elle autant pour moi que pour elle. On voit clairement la cour du château de Kassac, maintenant. »

    Pour m’extraire de mon oisiveté, je me fis violence pour m’extirper de mon fauteuil. Je fis quelques pas en direction de la fenêtre et regardais à mon tour. Ma sœur n’avait pas menti : plusieurs brasiers brûlaient à plusieurs centaines de mètres de là, et illuminaient entièrement la silhouette austère de la forteresse d’Ezderon. Certains de ces feux, immobiles, semblaient flamber directement dans la cour de la place forte, alors que d’autres, en mouvement, frappaient les murailles à coups répétés.

    Je frissonnais à la pensée que mon père allait devoir affronter ces étranges entités plutôt que des êtres humains. Quelles que fussent ces choses, je fus prise d’un mouvement de colère contre ceux qui les maniaient. Seuls des couards pouvaient vraisemblablement user de telles armes, qui semblaient pouvoir prendre d’assaut une citadelle des montagnes sans l’appui d’hommes à pied. Je ne savais pas encore qui était l’auteur de cet acte vil et pleutre, qui pouvait bien se cacher à des kilomètres d’ici pour contrôler ces choses en sûreté, loin du fil de l’épée. Sur l’instant, je fus prise d’une bouffée d’impuissance insupportable, qui me jeta dans le même état psychologique que ma sœur. J’étais emplie de la même rage de partir en campagne, d’éradiquer cette infâme engeance qui dominait le feu et le maniait à sa guise. A mon tour, je me mis à arpenter la pièce sans but, enrageant intérieurement, prête à éclater. Dame Félicia semblait elle aussi inquiète, ce qui s’exprimait chez elle par un abandon provisoire de son insupportable broderie.

    Soudain je vis la physionomie de ma sœur, accoudée aux rebords de la fenêtre, changer d’un seul coup. L’expression agitée qui se peignait sur son visage reflua rapidement pour laisser place à une mine intriguée. Puis, butant sur les mots comme une enfant en proie à la confusion, elle cria d’une voix surexcitée:
    « Mais ? … Ils reviennent ! »

    Abasourdie, et oubliant pour le coup ma colère quelque part dans les tréfonds de mon esprit, je bondis rejoindre Eva qui, la bouche entrouverte, ne pensait pas à brider sa surprise. Je regardais en direction du sentier sur lesquelles notre troupe insignifiante s’était engagée, et y distinguais effectivement une colonne de silhouettes courbées en deux, luttant contre le vent glacial et le déluge de neige. La compagnie n’était qu’à quelques dizaines de mètres de notre entrée.
    Alors que je les regardais progresser, je sentis le souffle de ma mère dans mon dos.
    « Cordrech n’est pas avec eux ? Nous questionna-t-elle anxieusement. »

    Je plissais les yeux pour mieux distinguer les arrivants, et n’y vis qu’une seule silhouette de cavalier, celle d’un vieux villageois qu’on nommait Tornix, éclairé par la lanterne qu’il tenait à la main. J’eus une coulée de sueur glacée sur la nuque. La petite armée était partie accompagnée de douze cavaliers dont mon père, et je n’en voyais qu’un seul revenir. Eva entonna d’une voix basse et altérée une prière à Kanyssa et, à ma grande surprise, j’entendis ma propre voix se mêler à la sienne. J’étais pourtant certaine de ne pas croire en ce fantoche pour prêtre. Etait-ce l’adversité qui réveillait les passions et les croyances ? Etait-ce la peur de perdre un proche qui provoquait ce besoin de foi, cet espoir en un esprit supérieur, qui serait capable d’influer sur les événements ? Je commençais à comprendre comment les gens pouvaient se laisser duper par le clergé, se laisser embrigader dans cette farandole de pitreries et de donations qui accompagnaient chacun de ces supposés Dieux. En cet instant, je me crus même prête à renverser mes croyances si la montagne me rendait Père vivant.

    En pleine confusion, je vis la petite compagnie passer devant le sentier qui menait au village sans l’emprunter. Ils continuèrent ainsi jusque dans notre cour. Je distinguais mieux les hommes, maintenant, à la lueur des lanternes qui brûlaient vaille que vaille à l’extérieur. Aucun ne semblait avoir combattu, mais certains étaient soutenus par leurs camarades, inconscients ou trop faibles pour se mouvoir. Je vis Tornix qui s’approchait de la porte pour frapper. Il frottait sont écharpe contre sa bouche comme par automatisme, dans un va et vient incessant. Mon regard tomba sur ses mains, jointes sur son cache-nez congelé. Elles étaient d’un rouge qui se parsemait de taches blanchâtres et luisantes. Et soudain je compris.

    Je me sentis soudain emplie d’une mission que je pouvais remplir. Je n’étais plus inutile. Pleine d’un enthousiasme qui n’était pas de circonstance, je me jetais avec passion vers la porte d’entrée. J’y parvins avant Carlotta et l’ouvris violemment, oublieuse du courant d’air glacial que j’allais provoquer. Ne sentant pas la morsure du froid, je hurlais au vieil homme qui se tenait devant moi, et qui frictionnait toujours sa peau avec son écharpe:
    « Tornix ! Arrêtez de frotter, vous allez perdre votre lèvre ! »


    Les Neiges des Darkanisses. Onze chapitres postés. Arrêt de diffusion sur le net, pour suite et texte réorganisé, MPéez moi
    Mon moi RP; La Naissance du Maudit ; L'Invasion des Ombres
    Amis métalleux, venez visiter mon petit blog de chroniques métal

  16. #16
    Date d'inscription
    août 2004
    Localisation
    sur une autre longueur d'ondes...
    Messages 
    33 565
    Toujours très prenant. Pas grand chose à ajouter (mais ça veut tout dire).

    Personnellement, j'ai toujours un peu du mal avec l'âge qu'on donne aux protagonistes (14 ans et vouloir aller se battre dans la neige, je sais pas, j'y crois qu'à moitié) mais je sais que c'est classique dans ce type de récits, donc je ne dis rien, et j'ai confiance en ton développement à venir (je veux dire, un fan d'Ambre, c'est une bonne référence!)

    Encore un détail (pour le plaisir d'ajouter une ligne...):
    Pour m’extraire de mon oisiveté, je me fis violence pour m’extirper de mon fauteuil.
    Bof "extraire", "extirper", je trouve que c'est un peu redondant... Je pense que "Je me fis violence pour m'arracher à mon oisiveté, et par là même à mon fauteuil", ou un truc du genre (je brainstorme) sonnerait mieux.

    Sinon, bonne continuation! :chance:

    (et j'aime beaucoup les "où on regarde par la fenêtre", "où il ne fait pas chaud"... J'imagine que ce n'est pas vraiment comme ça que tu vas titrer tes chapitres, mais je trouve ça éminément sympathique...)
    Créateurs de tous poils, rejoignez-nous : Ecrivains, moddeurs, traducteurs, amateurs de RP, une place pour chaque plume !

    MJ sur Hélonna, full en ce moment

  17. #17
    Avatar de Mornagest
    Mornagest est connecté maintenant Chantre du mauvais goût
    Date d'inscription
    octobre 2003
    Localisation
    Juste derrière vous, prêt à hurler BOUH !
    Messages 
    16 253
    Pour m’extraire de mon oisiveté, je me fis violence pour m’extirper de mon fauteuil. Je fis quelques pas en direction de la fenêtre et regardais à mon tour. Ma sœur n’avait pas menti : plusieurs brasiers brûlaient à plusieurs centaines de mètres de là, et illuminaient entièrement la silhouette austère de la forteresse d’Ezderon. Certains de ces feux, immobiles, semblaient flamber directement dans la cour de la place forte, alors que d’autres, en mouvement, frappaient les murailles à coups répétés.
    Y a une fauuuute ! Bouhhhh il a fait une faute !!! Un gage ! Un gage !!!

    Je frissonnais à la pensée que mon père allait devoir affronter ces étranges entités plutôt que des êtres humains. Quelles que fussent ces choses, je fus prise d’un mouvement de colère contre ceux qui les maniaient. Seuls des couards pouvaient vraisemblablement user de telles armes, qui semblaient pouvoir prendre d’assaut une citadelle des montagnes sans l’appui d’hommes à pied. Je ne savais pas encore qui était l’auteur de cet acte vil et pleutre, qui pouvait bien se cacher à des kilomètres d’ici pour contrôler ces choses en sûreté, loin du fil de l’épée. Sur l’instant, je fus prise d’une bouffée d’impuissance insupportable, qui me jeta dans le même état psychologique que ma sœur. J’étais emplie de la même rage de partir en campagne, d’éradiquer cette infâme engeance qui dominait le feu et le maniait à sa guise. A mon tour, je me mis à arpenter la pièce sans but, enrageant intérieurement, prête à éclater. Dame Félicia semblait elle aussi inquiète, ce qui s’exprimait chez elle par un abandon provisoire de son insupportable broderie.
    Hum la répétition se voit un peu fort... peut-être intenable ?

    Sinon c'est toujours aussi bien, je reste dans ta liste de lecteurs assidus, crois-moi :fleur:
    Administrateur général, également en charge des sections The Witcher, Torment, Icewind Dale et Morrowind. Je modère dans cette couleur.

    Rejoignez Melandis, la Cité du Chaos
    La biographie de Mornagest ainsi que ses quêtes et sa couleur RP #6C84FF ; la biographie de Henk et sa couleur RP #3BBB34

    "Ne vous imaginez pas être différente de ce qu'il eût pu sembler à autrui que vous fussiez ou eussiez pu être en restant identique à ce que vous fûtes sans jamais paraître autre que vous n'étiez avant d'être devenue ce que vous êtes."
    (Lewis Caroll)

  18. #18
    Date d'inscription
    novembre 2004
    Localisation
    Metz
    Messages 
    1 625
    Originally posted by Galathée@jeudi 30 juin 2005, 11h08
    Personnellement, j'ai toujours un peu du mal avec l'âge qu'on donne aux protagonistes (14 ans et vouloir aller se battre dans la neige, je sais pas, j'y crois qu'à moitié) mais je sais que c'est classique dans ce type de récits, donc je ne dis rien
    Arf, elles en parlent mais n'y vont pas. C'est juste une envie, une impulsion, que le père refuse catégoriquement (or, lui est un temps soit peu raisonnable, pas comme Eva...). De toutes façons, si elles étaient parties, elles auraient fait demi tour après cent mètres, alors...
    Pour l'erreur de style, c'est noté.

    (et j'aime beaucoup les "où on regarde par la fenêtre", "où il ne fait pas chaud"... J'imagine que ce n'est pas vraiment comme ça que tu vas titrer tes chapitres, mais je trouve ça éminément sympathique...)
    Ca, c'est de la faute à Pen Of Chaos, c'est comme cela qu'il titre ses épisodes (cf le deux: où on descend un escalier...). Mes chapitres ne seront pas nommés, ou alors beaucoup plus trad, mais je me permets une petite imbécilité. Faut vivre, un peu... :eye:

    Y a une fauuuute ! Bouhhhh il a fait une faute !!! Un gage ! Un gage !!!
    Argh! Je suis fait! Allez, une minute trente de Derrick, pour me mortifier (pas plus sinon je m'endors...)
    Les Neiges des Darkanisses. Onze chapitres postés. Arrêt de diffusion sur le net, pour suite et texte réorganisé, MPéez moi
    Mon moi RP; La Naissance du Maudit ; L'Invasion des Ombres
    Amis métalleux, venez visiter mon petit blog de chroniques métal

  19. #19
    Drydo Invités
    Quelle horreur !! J'arrive toujours en dernière pour te clamer mon admiration !! Je parie que Galathée et Mornagest le font exprès... :sad:
    J'aime toujours autant, j'ai hâte de lire le prochain chapitre !
    Bon come je suis en dernière je n'ai plus d'erreurs à dire....
    Continue comme ça !

  20. #20
    Avatar de Mornagest
    Mornagest est connecté maintenant Chantre du mauvais goût
    Date d'inscription
    octobre 2003
    Localisation
    Juste derrière vous, prêt à hurler BOUH !
    Messages 
    16 253
    Une autre !!!!
    Je plissais les yeux pour mieux distinguer les arrivants, et n’y vis qu’une seule silhouette de cavalier, celle d’un vieux villageois qu’on nommait Tornix, éclairé par la lanterne qu’il tenait à la main. J’eus une coulée de sueur glacée sur la nuque. La petite armée était partie accompagnée de douze cavaliers dont mon père, et je n’en voyais qu’un seul revenir............
    Mouhahahahahahaha pour ta punition tu en regarderas deux, en plus d'un épisode complet de Mon petit poney

    @ Drydo : l'avenir appartient à ceux qui postent tôt *sort*
    Administrateur général, également en charge des sections The Witcher, Torment, Icewind Dale et Morrowind. Je modère dans cette couleur.

    Rejoignez Melandis, la Cité du Chaos
    La biographie de Mornagest ainsi que ses quêtes et sa couleur RP #6C84FF ; la biographie de Henk et sa couleur RP #3BBB34

    "Ne vous imaginez pas être différente de ce qu'il eût pu sembler à autrui que vous fussiez ou eussiez pu être en restant identique à ce que vous fûtes sans jamais paraître autre que vous n'étiez avant d'être devenue ce que vous êtes."
    (Lewis Caroll)

  21. #21
    Date d'inscription
    novembre 2004
    Localisation
    Metz
    Messages 
    1 625
    Ha mon dieu, qu'ai-je fait? :snif: Mon petit poney c'est vraiment vache quand même, même si j'écris trop vite pour faire gaffe à la grammaire...

    Edit: voilà, j'ai mon tout nouveau tout beau sous forum (merci Folken). Maintenant, interdit de me critiquer, sinon le modo va frapper, muahahahah! (Euh, en fait non, c'est une blague. C'est plus possible de s'améliorer si on n'écoute pas les critiques.)

    L'organisation du sous forum va se faire ainsi: je continuerais de poster les bouts de texte ici, tant que les chapitres ne seront pas complets. Les critiques peuvent se faire ici ou dans le topic du chapitre correspondant, une fois qu'il sera fini. Les versions postées ici ne seront jamais modifiées, par contre celles qui seront postées dans les topics correspondants seront constamment modifiées et améliorées en fonction de mes idées et des vôtres, bien sûr. Donc, si vous voulez que vos remarques aient un sens, postez les ici lorsqu'il s'agit de style, ailleurs lorsqu'il s'agit de considérations générales. Je passe tout de suite l'intro améliorée dans le topic correspondant. Je renomme le sujet: atelier de travail.
    Les Neiges des Darkanisses. Onze chapitres postés. Arrêt de diffusion sur le net, pour suite et texte réorganisé, MPéez moi
    Mon moi RP; La Naissance du Maudit ; L'Invasion des Ombres
    Amis métalleux, venez visiter mon petit blog de chroniques métal

  22. #22
    Date d'inscription
    août 2004
    Localisation
    sur une autre longueur d'ondes...
    Messages 
    33 565
    Bon, puisque tu as l'air d'avoir envie de rentrer dans les détails, let's do it!
    Si tu trouves que je chicane, préviens-moi (gentillement :snif: ) et j'arrête ... Je commence un morceau d'intro...

    Introduction,
    Premier paragraphe:
    j'enlèverais le "gelées" de bourrasques. Déjà beaucoup de glacial et de froid dans les phrases, je ne mettrais pas d'adjectif, ou alors un truc comme "hostiles" histoire de changer la qualification du vent.

    2ème parag.
    "abri" ne prend pas d'"s"
    "en courant presque" : bof...

    3ème parag:
    "je me jetai" (je mettrais le passé simple)
    A mon sens, trop de participes présents.
    "me tendit" (avec un "t")
    "neige fondante"

    4ème parag.
    "Je croisai"

    5ème
    "où un feu"
    "je laissai, je restai..." il faut tout mettre au passé simple...
    grande fenêtre, puis grand siège... Peut-être mettre un large siège, ou je ne sais quoi...

    6ème:

    Je me laissais couler dans le premier fauteuil qui vint à ma portée,
    laissai, je mettrais simplement "le fauteuil le plus proche". Ou bien "le premier fauteuil à ma portée" voire "qui fut à ma portée".

    Voilà pour l'heure, je reviendrai...
    Créateurs de tous poils, rejoignez-nous : Ecrivains, moddeurs, traducteurs, amateurs de RP, une place pour chaque plume !

    MJ sur Hélonna, full en ce moment

  23. #23
    Date d'inscription
    novembre 2004
    Localisation
    Metz
    Messages 
    1 625
    Tiens, j'ai du boulot!

    Tu chicanes peut-être un peu, mais tout est bon à dire et à entendre. Je verrais les modifs à faire dans quelques temps.

    edit: version officielle modifiée en conséquence. Pour ce qui est des passés simples, je les avais pensés comme tels, mais ma sale manie de mettre des S partout m'a repris. Triste destin, en vérité... :notme2:
    Les Neiges des Darkanisses. Onze chapitres postés. Arrêt de diffusion sur le net, pour suite et texte réorganisé, MPéez moi
    Mon moi RP; La Naissance du Maudit ; L'Invasion des Ombres
    Amis métalleux, venez visiter mon petit blog de chroniques métal

  24. #24
    Date d'inscription
    mars 2004
    Messages 
    640
    J'accroche toujours

    c'est vraiment bien.

    si je chipote un peu :

    Je fis quelques pas en direction de la fenêtre et regardais à mon tour. Ma sœur n’avait pas menti : plusieurs brasiers brûlaient à plusieurs centaines de mètres de là, et illuminaient entièrement la silhouette austère de la forteresse d’Ezderon
    D'après ce que je comprends en lisant, les brasiers seraient à seulement quelques centaines de mètres de notre héroine.

    Vu la difficulté que son père a pour rejoindre la dite forteresse je me dis qu'il y a plus que ça (sauf topographie particulière genre pas loin à vol d'oiseau et loin par le sentier, ce qui peut toujours arriver en montagne).

    Je faillis lui éclater de rire au nez. L’idée était tellement saugrenue que j’avais du mal à croire qu’elle puisse venir à l’esprit d’une personne qui avait vécu quatorze années avec tempêtes et alysées.
    Alysées (ou alysés non ?) il me semble que se sont des vents tropicaux donc normalement pas excessivements froids. En froid tu as la bise .

    En cas de doute, toujours pratique le dico de l'académie française version informatisée

    et encore et :fleur:

  25. #25
    Date d'inscription
    novembre 2004
    Localisation
    Metz
    Messages 
    1 625
    Originally posted by gogorafido@jeudi 30 juin 2005, 18h00
    Je fis quelques pas en direction de la fenêtre et regardais à mon tour. Ma sœur n’avait pas menti : plusieurs brasiers brûlaient à plusieurs centaines de mètres de là, et illuminaient entièrement la silhouette austère de la forteresse d’Ezderon
    D'après ce que je comprends en lisant, les brasiers seraient à seulement quelques centaines de mètres de notre héroine.

    Vu la difficulté que son père a pour rejoindre la dite forteresse je me dis qu'il y a plus que ça (sauf topographie particulière genre pas loin à vol d'oiseau et loin par le sentier, ce qui peut toujours arriver en montagne).
    C'est en fait une histoire de topograhie, que j'ai oublié de préciser. Les petits chemins à flancs de mlontagne par trente centimètres de neige = de looongs trajets pour pas grand chose.

    Sinon, pour Alysé, tu as raison, je changerait cela aussi. Puis merci pour le lien, ça peut toujours servir.
    Les Neiges des Darkanisses. Onze chapitres postés. Arrêt de diffusion sur le net, pour suite et texte réorganisé, MPéez moi
    Mon moi RP; La Naissance du Maudit ; L'Invasion des Ombres
    Amis métalleux, venez visiter mon petit blog de chroniques métal

  26. #26
    Date d'inscription
    novembre 2004
    Localisation
    Metz
    Messages 
    1 625
    Suite de la suite du chapitre 1 (c'est un peu long, mais il s'agit d'une scène complète, que je ne pouvais pas couper), où l'on s'étripe joyeusement:

    Cordrech resserra sa prise sur son épée. Il sentait à peine ses mains glacées, et espérait qu’il aurait encore assez de sensibilité dans ses doigts pour manier son arme correctement.

    La petite douzaine de cavaliers, qui avait abandonné l’infanterie pour espérer arriver en état de combattre, venait de parvenir au sommet de la longue pente qui menait au château Ezderon. Le spectacle qu’ils contemplaient semblait être la Porte même des Enfers. Les murailles calcinées étaient fendues en plusieurs endroits par l’action des béliers de feu magique, et autour de ces ouvertures béantes s’agglutinait une trentaine d’hommes que le froid et la neige ne semblaient pas affecter. La cour de la forteresse était enfouie sous les brasiers inextinguibles. Tous les toits étaient en flammes, et jetaient des lueurs sanglantes sur la neige qui entourait la propriété. La luminosité était telle qu’on se serait cru en pleine journée, éclairée par le disque d’un immense soleil vermillion. Ils contemplèrent quelques instants la ruine fumante et terrifiante qu’était devenu le château, puis Ronix dégaina son épée, une lame simple mais forte et équilibrée. Il la présenta au ciel avant de nous hurler de sa voix si grave et si puissante :

    « Trois hommes avec moi ! Le sort de la bataille dépend du destin de leurs magiciens ! Cordrech, prenez le reste de vos hommes et allez prêter main forte aux défenseurs des brèches. »
    Il cracha la neige qui lui emplissait la bouche avant de crier : « Pour Kassac ! ». Il éperonna sa monture et se mit à dévaler la pente, prestement suivi des autres cavaliers. La déclivité était si forte que la prudence aurait nécessité une descente précautionneuse, mais les événements en avaient décidé autrement. Cependant, la neige fut cette fois ci leur alliée : l’épaisseur de la couche qui recouvrait le paysage freina en effet la course folle des chevaux, et ce qui aurait dû se solder par une chute vertigineuse se transforma en une impressionnante glissade. Les montures, emportées par leur vitesse, fendaient les congères comme des navires fendraient des flots, dévalaient la pente comme une avalanche.

    Les soldats du seigneur de Kamarin luttaient pour pénétrer dans une brèche sauvagement défendue par le dernier carré de Kassac, mais les vétérans allaient bientôt être submergés sous le nombre des assaillants. Toutefois la troupe ennemie était aveuglée par sa certitude de gagner la bataille. A cette vision d’une charge héroïque et folle, menée par une troupe de cavaliers hurlant à pleins poumons, les combattants qui n’avaient pas pu s’engager dans la brèche crurent qu’une véritable horde allait leur tomber dessus. Ce brusque changement de situation en affola une partie, et la petite armée se désorganisa rapidement. Quelques uns prirent la fuite. D’autres restèrent sur place, indécis. La panique monta dans ce qui restait des rangs lorsque les cavaliers parvinrent au bas de la pente indemnes et les chargèrent avec sauvagerie. Les lances pointées vers les combattants restés stoïques, et forts de la vitesse prise lors de leur descente folle, les trois lanciers qui composaient l’avant-garde forcèrent la ligne de front. Deux d’entre eux traversèrent la masse des combattants affolés, tuant et mutilant cinq hommes sur leur passage. Le troisième fut arrêté dans sa charge par la pique d’un fantassin qui s’enfonça dans le garrot de sa bête. Emporté par son élan, l’animal renversa le piquier et le piétina avant de s’abattre sur un autre soldat, qui finit écrasé sous le poids de l’animal. Son cavalier se rétablit prestement au sol, mais n’eut pas le temps de dégainer sa lame que trois épées s’enfonçaient dans son corps jusqu’à la garde. Il eut un bref sursaut d’agonie avant de s’effondrer.

    La chute de l’animal avait forcé quelques hommes à s’écarter, provoquant ainsi la désorganisation totale des rangs. C’est alors que Cordrech jugea bon de mener la deuxième charge. Ses quatre cavaliers se jetèrent dans la cohue et firent virevolter leurs épées. La lame du seigneur de Cremala s’abattit deux fois, pénétrant un plastron, tranchant une carotide. Le sang gicla sur son bras et Cordrech sentit monter en lui la fureur du combattant. Se préparant avec délectation à croiser le fer pour de bon, il tira les rênes de sa bête pour la contenir et camper sur ses positions. L’animal se cabra un instant avant de retomber. Les autres cavaliers, dont les armes luisaient de sang, vinrent prendre place autour de leur seigneur, prêts à se défendre.

    Exaltés par la venue des renforts qu’ils n’osaient plus espérer, les quelques vétérans qui tenaient encore la brèche redoublèrent d’ardeur et lancèrent toute leur volonté dans l’assaut des huit hommes qui continuaient de les harceler. D’eux d’entre eux tombèrent de s’être ainsi exposés, mais les soldats de Kamarin refluèrent dans la plus grande confusion. Ils furent accueillis par les lames des cavaliers de Cordrech, qui purent en abattre trois avant que les rangs se réorganisent.

    La pagaille que la charge avait provoquée tendait à disparaître, et les fantassins se regroupaient. Les forces étaient maintenant équilibrées : les deux lanciers qui avaient fendu la masse des combattants contenaient à grand peine quatre guerriers de leurs longues pertuisanes de bois grossier. Sept soldats s’étaient regroupés pour faire front aux cavaliers du seigneur de Cremala, alors que trois d’entre eux cherchaient à retenir les trois vétérans protégeant la haute silhouette d’escrimeur d’Edrich Kassac. Les feux qui battaient les murailles avaient disparu depuis quelques instants, et Cordrech crût que Ronix avait rempli sa mission.

    Le seigneur de Cremala, dont la main, réchauffée par le sang de ses victimes, avait retrouvé sa sensibilité, para l’attaque de son opposant. Celui-ci enchaîna par une fente vers la carotide de sa monture. Le seigneur de Cremala vit venir l’attaque, et tira sur les rennes de son cheval avec toute la force de ses bras musclés. L’animal se cabra en hennissant, et la lame adverse vint s’enfoncer de quelques pouces dans son poitrail, trop bas pour le tuer. Fou de rage, la bête manqua de renverser son cavalier en se dressant de toute sa hauteur sur ses membres postérieurs. Il retomba brutalement sur le fantassin déséquilibré, fracassant le crâne du malheureux sous une avalanche de coups de sabots.

    Mais la bataille n’était pas encore gagnée. Le froid commençait à affaiblir les défenseurs alors que les troupes de Kamarin y semblaient immunisées. Cordrech entendit l’un de ses suivants s’abattre avec sa bête, percé des coups d’épées que ses deux adversaires lui avaient infligé. Il dût calmer rapidement sa bête pour faire front à un nouvel attaquant. Plus loin, les deux lanciers ne parvenaient toujours pas à reprendre l’avantage, et leur affrontement s’éternisait.

    Soudain, un énorme météore enflammé s’abattit sur les combattants, enflammant sans distinction les deux cavaliers et trois de leurs opposants. Cordrech vit avec horreur ses hommes s’allumer comme des torches et s’abattre dans la neige pour s’y rouler avec des hurlements à fendre l’âme. Mais rien n’y fit : le feu inextinguible les consuma en quelques secondes, ne laissant d’eux qu’une carcasse fumante sur laquelle brûlait toujours la monstrueuse boule de feu.

    Tous les combats s’arrêtèrent quelques secondes. Puis les soldats de Kamarin, débordants de joie, hurlèrent :
    « Les magiciens sont toujours avec nous ! Tayaut ! Tayaut ! »
    Ils réengagèrent leurs duels, pleins d’une ardeur qui manqua de faire flancher la volonté des défenseurs. Cordrech para précipitamment la lame de son nouvel adversaire. Mais que faisait donc Ronix ?





    EDIT: j'ai quelques problèmes pour le découpage en chapitres, j'écris plus que je ne le pensais (c'est bon signe, dans un certain sens, à moins que j'écrive mal... :notme2: ), ce qui fait que mon premier chapitre, qui n'est toujours pas terminé, va être trop long. Si quelqu'un à une idée pour améliorer les découpage...
    Les Neiges des Darkanisses. Onze chapitres postés. Arrêt de diffusion sur le net, pour suite et texte réorganisé, MPéez moi
    Mon moi RP; La Naissance du Maudit ; L'Invasion des Ombres
    Amis métalleux, venez visiter mon petit blog de chroniques métal

  27. #27
    Drydo Invités
    Aime toujours autant, bien sûr....
    Pour tes chapitres....je ne sais pas trop quoi te conseiller....si tu postais en épisode, avec chaque fois une vue de personnage différente ? ça revient au même mais je n'ai que ça comme idée, désolée....

  28. #28
    Date d'inscription
    novembre 2004
    Localisation
    Metz
    Messages 
    1 625
    Originally posted by Drydo@vendredi 01 juillet 2005, 10h34
    Pour tes chapitres....je ne sais pas trop quoi te conseiller....si tu postais en épisode, avec chaque fois une vue de personnage différente ? ça revient au même mais je n'ai que ça comme idée, désolée....
    Tiens, tu es la première, cette fois! :rigoler:

    Pour ce qui est de ta proposition, je ne la retiens pas parce que, pour moi, c'est un roman et pas une saga par épisodes (mêm si cela y ressemble au vu de la façon de je le poste), et au niveau des vues de personnages, je reste sur l'héroïne ou en impersonnel. Et j'aurais déjà beaucoup de boulot pour la psychologie de Fianna, que je veux pousser à fond, alors...

    Mais enfin ,c'est une idée. Ca n'est pas grave si tu n'en as pas d'autres, puisque je coince moi même... :timide:
    Les Neiges des Darkanisses. Onze chapitres postés. Arrêt de diffusion sur le net, pour suite et texte réorganisé, MPéez moi
    Mon moi RP; La Naissance du Maudit ; L'Invasion des Ombres
    Amis métalleux, venez visiter mon petit blog de chroniques métal

  29. #29
    Date d'inscription
    août 2004
    Localisation
    sur une autre longueur d'ondes...
    Messages 
    33 565
    Je ne pense pas qu'il y ait de règles pour la longueur d'un chapitre... Moi ils ne me parait pas encore SI long. Je crois que c'est le format informatique qui donne cette impression, alors qu'en fait, sur papier, il n'est pas rare qu'un chapitre fasse ses 20-30 pages. Et il y a des romans sans chapitres... Je ne me casserais pas la tête avec ça, si j'étais toi.

    Sinon, rien à ajouter. Je suis le récit et je ne chicane plus (j'ai quand même un peu du mal à croire qu'un cheval puisse continuer sous la selle avec "quelques pouces" d'une épée dans le poitrail...)

    EDIT: c'était la selle, pas la salle, évidemment...
    Créateurs de tous poils, rejoignez-nous : Ecrivains, moddeurs, traducteurs, amateurs de RP, une place pour chaque plume !

    MJ sur Hélonna, full en ce moment

  30. #30
    Date d'inscription
    novembre 2004
    Localisation
    Metz
    Messages 
    1 625
    Originally posted by Galathée@vendredi 01 juillet 2005, 10h45
    j'ai quand même un peu du mal à croire qu'un cheval puisse continuer sous la salle avec "quelques pouces" d'une épée dans le poitrail...
    Oui, tu as raison, je change dans la version officielle.

    Je ne me casserais pas la tête avec ça, si j'étais toi.
    C'est ce que je pensais faire, mais mon problème réside dans l'organisation du forum: si je continue selon mon plan, je posterais huit ou neuf pages word d'un coup pour le topic du chapitre 1. Je cherche à le fragmenter un peu pour pouvoir poster plus "léger".

    Je suis le récit et je ne chicane plus
    Mais si, continue, c'est toujours intéressant pour moi. A moins qu'il y ait tant à dire que tu sois découragée devant l'ampleur de la tâche? :rigoler:
    Les Neiges des Darkanisses. Onze chapitres postés. Arrêt de diffusion sur le net, pour suite et texte réorganisé, MPéez moi
    Mon moi RP; La Naissance du Maudit ; L'Invasion des Ombres
    Amis métalleux, venez visiter mon petit blog de chroniques métal

Page 1 sur 10 123 ... DernièreDernière

Les tags pour cette discussion

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •  

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 203 204 205 206 207 208 209 210 211 212 213 214 215 216 217 218 219 220 221 222 223 224 225 226 227 228 229 230 231 232 233 234 235 236 237 238 239 240 241 242 243 244 245 246 247 248 249 250 251