Page 10 sur 10 PremièrePremière ... 8910
Affichage des résultats 271 à 274 sur 274

Discussion: Atelier de travail

  1. #271
    Date d'inscription
    novembre 2004
    Localisation
    Metz
    Messages 
    1 625
    Ayééééé. Il n'aura pas été facile à pondre celui-là. Et il est bien casse-gueule, donc faut me taper dessus si besoin est, parce que bon... Enfin, je laisse lire, vous verrez bien . mais c'est casse-gueule, alors j'attends les commentaires avec impatience...







    Il me fallut plus de temps que je ne le pensais pour découvrir où se terrait l’homme à tout faire d’Ezderon. Où plutôt, il me fallut beaucoup de temps pour filer ses déplacements à travers les communs du palais, l’étage privé et les salons, et arriver avant qu’il soit déjà parti. Sa tâche au palais semblait écrasante en ces quelques jours de fête ou la population d’Ezderon était multipliée par trois ou quatre, et il s’en acquittait avec une célérité étonnante. Je finis enfin par le coincer dans le couloir du premier étage, et par chance, à deux pas de ma propre chambre. Je n’eus aucun mal à faire semblant de le croiser par hasard en retournant dans mes appartements. Il me salua rapidement, sans mettre la moindre chaleur dans son acte, bien évidemment, et miraculeusement, continua à me parler. Kassac lui avait transmis un message privé pour moi. Une fois n’étant pas coutume, je remerciai intérieurement mon géniteur, qui me fournissait là une occasion parfaite de m’isoler avec Ronix sans avoir à user des mêmes stratagèmes que lorsque j’avais été le chercher aux cuisines. Je n’étais pas à l’aise à l’idée de devoir lui inventer une nouvelle mission pour lui parler directement, et je savais qu’il tenterait sans doute de fuir si je n’usais pas de mon statut d’héritière pour le retenir. C’était donc un coup de chance que Kassac l’ait amené à demander de lui-même une entrevue privée.
    Je répondis à son salut et à sa demande avec timidité, et je restai le regard bas, de peur de croiser le sien. Cet état d’esprit n’était pas feint, même s’il différait totalement celui que je lui avais présenté le soir précédent. La peur d’avoir gâché mes chances m’animait, et me rendaient désormais beaucoup plus circonspecte. Et je craignais désormais de lui apparaître sûre de moi et certaine de mon pouvoir sur lui. Tout comme de lire dans ses yeux ne serait-ce qu’une indifférence totale. Ou de la crainte. Ou du mépris, ce que je redoutais le plus, et dont la dernière phrase que j’avais pu entendre de lui lors de la fête du Renouveau était chargée. La douche froide provoquée par le mot « courtisane », proféré dans sa bouche comme une insulte, m’avait ouvert les yeux sur le fait que je commandai peut-être en temps que maître, mais que les âmes n’étaient pas forcément asservies à ma volonté. Et cette humilité soudaine m’arrangeait grandement, car elle faisait partie de mon plan pour gagner les faveurs de Ronix. Je voulais lui montrer que lui aussi avait du pouvoir sur moi, ce qui était d’ailleurs loin d’être faux.
    J’ouvris la porte de ma suite et y pénétrai la première. Je sentis qu’il hésitait à me suivre, restant un instant indécis à l’entrée de la grande salle qui me servait de chambre. Puis, le sens du devoir reprenant le dessus, il me suivit à l’intérieur. Je refermai la porte sur lui et passai de nouveau devant lui, ne m’autorisant qu’un regard furtif vers son visage, que je découvris admirablement fermé, l’œil braqué droit devant lui, fixant un point imaginaire légèrement au dessus de ma tête.
    « Nous irons dans le petit cabinet, l’informais-je en contrôlant ma voix au mieux. »
    Il acquiesça d’un hochement de tête silencieux, et m’emboîta le pas, cette fois-ci sans hésiter. La pièce attenante à ma chambre était un petit cabinet privé, garni d’un bureau et d’un matériel d’écriture, luxe suprême dans les Darkanisses. Peu de gens savaient réellement écrire. J’avais quelques notions en la matière car Cordrech avait tenu à cette partie de l’éducation que seuls les héritiers mâles recevaient généralement, et mon adoption par Kassac m’avait poussée à m’intéresser plus avant à l’art des missives. Tous les nobles savaient lire, cependant et ce savoir se transmettait à chaque enfant, car il était tenu qu’une partie de la sagesse du monde était entreposée dans les vieux tomes poussiéreux que chaque domaine gardait précieusement dans les rayonnages rachitiques de leur bibliothèque. Cremala disposait de cinq tomes, dont deux seulement contenaient autre chose qu’un florilège de contes et d’histoires populaires. Le plus important était un traité de stratégie auquel mon ancien père tenait comme à la prunelle de ses yeux. Moi-même avais bien du mal à déchiffrer celui-là. Mais le don d’écrire ne pouvait s’apprendre qu’avec l’aide d’un scribe, dont les honoraires étaient forcément exorbitants. C’était une tâche fastidieuse et coûteuse que les Domaines réservaient au futur régnant. S’il était possible d’apprendre en autodidacte ou sous la tutelle d’un frère ou d’une sœur déjà initiée à l’art, rares étaient ceux qui s’y intéressaient, car il ne leur servirait jamais s’ils ne montaient jamais sur un trône. De fait, Eva et moi étions sans doute les seules femmes de notre société depuis quelques décennies à savoir tracer malhabilement quelques signes sur du parchemin.
    La pièce était exposée au sud alors que la chambre était ouverte sur le flanc est du bâtiment pour recevoir la lumière matinale. La fenêtre était suffisamment large malgré la petite taille du cabinet, et dévorait tout le mur du fond.
    Je m’appuyai sur le petit rebord de pierre des deux coudes, et posai mon menton sur mes paumes jointes en coupe, laissant mon regard suivre le chemin escarpé qui montait vers les hauteurs de Cremala. Je parlai sans me retourner, d’une voix la plus neutre possible :
    « Quelle nouvelle mon père vous a-t-il chargé de me transmettre ?
    -Il vous demande d’informer Eva Elstran ainsi que Fersen Mentar qu’ils sont appelés à prendre leurs fonctions dans deux semaines précisément. Il entend qu’ils y soient préparés, aient déjà choisi leurs seconds pour pouvoir les présenter aux soldats lors de leur intronisation. »
    Bien que je n’aie pas prévu de le faire, je me retournai vers le messager, confuse. C’était encore là une superbe décision de notre seigneur et maître, toute aussi idiote que les précédentes.
    « Mais… Eva n’est pas encore majeure. Il suffirait d’attendre deux mois pour qu’elle ait dix-sept ans, il n’y a pas besoin de forcer ainsi les choses… »
    Le messager répondit à mon regard interrogateur par un haussement d’épaules d’impuissance.
    « Je ne fais que vous transmettre les instructions de Kassac. Comme vous devez vous en douter, elles sont irrévocables. J’ai rempli ma mission. Ai-je l’autorisation de me retirer, Ma Damoiselle? »
    Il ne bougea pas d’un pouce, attendant l’ordre libérateur, mais je sentais combien il voulait fuir cette pièce. Hier, cela m’avait mis en fureur. Aujourd’hui, j’avais peur d’être de nouveau la marionnette d’un tel sentiment, si peur que plus aucune trace de cette verve méchante ne me venait à l’esprit. Ne restait que la douleur, celle de se sentir crainte et d’être fuie.
    « Attendez un instant, fis-je avec un rien de précipitation. Je voudrais… Je voudrais m’excuser pour mon…
    -Je ne garde pas un bon souvenir de la dernière fois où vous vous êtes fendue d’excuses à mon égard, coupa brutalement le messager, restant stoïque malgré le ton furieux. Si je pouvais éviter cela, je vous en serai très reconnaissant. »
    Mon cœur rata un battement. Dans mon esprit, lorsque je m’étais rejoué la scène à venir, je n’avais pas un seul instant imaginé qu’il pouvait simplement refuser de m’entendre. Ni qu’il puisse se permettre cette brusquerie de ton avec moi. J’avais encore oublié que la servitude impliquait l’obéissance, pas le respect du puissant. Et ce sentiment là ne dominait visiblement plus dans le cœur du messager. Et si je devais me servir à nouveau de sa servitude pour le forcer à m’écouter, cela signerait la fin de toute possibilité de relation, pour lui comme pour moi. Parce que jamais je n’allais pouvoir me contenter d’un homme qui couche avec moi par devoir. L’idée même me dégoûtait.
    Je ne pus faire de discours posé, comme je me l’étais promis. Au lieu de cela, je répondis d’une manière chaotique et précipitée, une note de désespoir au fond de la gorge, sans aucun contrôle de ma voix.
    « Hier, hier soir dans le salon, mes excuses n’étaient pas sincères! Je m’étais comportée stupidement lors du bal, et… Mon état d’esprit n’avait pas changé. J’ai été stupide… »
    Je ne sus pas si c’était le ton, l’attitude suppliante ou le contenu même de mes propos, mais Ronix fronça un sourcil. Et ne chercha plus à m’interrompre. Encouragée, je continuais, avec plus de passion que je ne l’aurai cru, continuant les aveux directs et sans retenue, sentant confusément que seule cela pouvait me permettre de lui faire comprendre que j’étais sincère :
    « Je me suis comportée stupidement. J’ai été prétentieuse, hautaine, méchante, je me suis comportée de manière honteuse. Oui, j’ai honte de moi, honte des horreurs que j’ai pu dire et dont je ne pensais pas un mot, honte de mes emportements, honte de ma faiblesse qui m’a poussée à y céder… »
    Son œil unique me scrutait désormais, indéchiffrable. Je ne m’arrêtai de parler que le temps de reprendre une inspiration salvatrice, ainsi qu’un peu de contenance.
    « J’ai conscience de vous avoir blessé, de vous avoir humilié. Je ne me le pardonne pas… Je sais que j’ai fauté envers vous. Si vous deviez ne pas me pardonner, je le comprendrai. Je voulais juste que vous sachiez… Que je regrette sincèrement. Que je regrette amèrement. »
    Je me retournai vers la fenêtre, tant pour cacher mes joues que je sentais en feu que pour fuir son regard, devenu insupportable à mesure que le premier élan de passion qui m’avait emportée retombait. Je butai sur les mots lorsque j’achevai ma tirade, vidée de mon énergie, le corps pris d’un tremblement irrépressible.
    « Je… Je n’ai pas utilisé le mot hier… J’aurais dû… Je n’ai pas parlé honnêtement et… Voilà, aujourd’hui je vous le dis. Je me suis… trompée en vous disant que vous me… plaisiez. C’est faux. Je vous aime. »
    Je ne pus pas prononcer un mot de plus, et de fait, cela aurait sans doute été déplacé. Mon esprit s’arrêta complètement alors qu’une boule me remontait dans la gorge, comme si mon cœur avait décidé de m’étouffer. J’eus beau chercher à réfléchir, à trouver une pensée cohérente, rien ne vint. Je ne rencontrai qu’une mélasse informe de sensations brutes, un magma gras qui embourbait tout, annihilait mes capacités mentales. Je posais mon front brûlant sur la vitre glacée, mais cela ne me fit aucun bien.
    Ronix resta silencieux pendant quelques instants, qui me semblèrent être une éternité. Je me refusais à le regarder, de peur de perdre complètement pied. Lorsqu’il répondit enfin, ce fut d’une voix sans fureur, mais parfaitement neutre.
    « Ai-je l’autorisation de me retirer, Ma Damoiselle ? »
    Si mon esprit n’avait pas encore été totalement dévasté, j’aurai certainement souffert un peu plus. Je m’entendis répondre un « oui » d’un ton chevrotant, puis ses pieds frapper le sol et s’éloigner de moi. Je me doutais depuis le début que les choses se passeraient ainsi, que malgré le fait que je me sois ainsi dévoilée et humiliée, il n’allait pas changer tout d’un coup d’attitude envers moi. Tout ce que j’avais espéré, c’était qu’il entende mon discours pour le forcer à réfléchir, à changer peu à peu de jugement sur moi. Et le laisser en paix, du moins dans un premier temps. Le temps que le reste de mon plan se mette en place. Que les ragots sur notre affaire pleuvent sur moi. Je voulais sur le long terme attirer sa pitié, je voulais… Lui ressembler. Lui révéler ma faiblesse, comme je venais de le faire, tout autant que ma force intérieure, en résistant stoïquement aux racontars des nobliaux. Je voulais me mettre dans une position de dualité proche de la sienne, me montrer pétrie de fragilités et de forces qui seraient complémentaires des siennes. Avec de la patience, cela pouvait faire naître en lui les sentiments que j’espérai.
    Mais tout aurait été plus simple, s’il avait pu me comprendre dans l’instant, s’il avait pu me pardonner d’avoir blessé sa fierté et tomber de suite sous le charme de la faible femme passionnée qu’il avait devant les yeux, s’il avait pu me prendre dans les bras pour me réconforter. Hélas, cela n’était pas le cas.
    Je n’aurai jamais cru que mener à bien cette partie de mon plan me coûterait autant. J’avais pensé pouvoir affronter la situation la tête froide, et j’avais complètement perdu le contrôle, là encore. J’avais voulu me montrer fragile et repentante. J’avais voulu me faire passer pour telle. Et, contre toute attente de ma part, je m’étais révélée comme telle, tant à lui qu’à moi-même, je m’étais rendue compte que ces sentiments dont je voulais me faire un masque n’avaient rien de fictifs, et qu’ils me dévoraient pour de bon.
    Je n’avais pas voulu lui dire que je l’aimais. D’ailleurs, le mot amour ne m’était jamais encore monté à l’esprit pour exprimer ce que je ressentais pour lui. Intérêt, désir, conquête… mais pas amour, je m’en rendais compte, maintenant. Et là, en plein cœur de l’action, cela m’avait semblé la seule vérité, le mot était venu à mes lèvres naturellement, les barrières de la raison abattues par la passion du moment.
    Toutes ces pensées ne m’étaient arrivées que par vagues de sensations primitives jaillissant du néant privé de mots qui régnait dans mon crâne. Tentant de rassembler les fragments éparpillés de ma conscience éclatée, je sortis peu à peu de la poix qui engluait mes pensées. Je pus enfin penser en mots, et me concentrer sur autre chose que le néant spirituel qui m’avait quelques instants engloutie. Ce fut seulement à ce moment là que je remarquai les premiers signes.
    Cela commença par une atroce tension dans la nuque, l’impression que mes muscles même s’entendaient pour me briser le cou. Le temps que j’y porte la main, la désagréable sensation s’était déjà propagée, et envahissait tout mon dos, comme une traînée d’alcool fort progressant dans l’œsophage, en bien plus douloureux. Je voulus pousser un petit cri, mais seul un filet de son sortit de ma gorge, tandis que ma bouche refusait de s’ouvrir, mes muscles faciaux s’étant contractés contre ma volonté, forçant tellement mes mâchoires l'une contre l'autre que je crus que mes dents allaient exploser. Ma lucidité se brouilla complètement lorsque la contraction se répandit jusque dans mes jambes. Sans plus de contrôle sur elles, je tombai à genoux puis, comme une poupée désarticulée, sans pouvoir non plus me servir de mes bras, ramenés contre ma poitrine et immobilisés là par le même phénomène de contraction spontanée et violente, je glissai au sol. Perdue dans la douleur physique effrayante que m’infligeait ce phénomène incompréhensible, je ne sentis même pas ma rude réception sur le sol dallé. Mais je le sentis s’enrouler sous mes jambes, comme un piège gluant, et me pousser vers le mur. Pris entre les dalles mouvantes et le mur rude, je me sentis peu à peu dévorée par la paroi minérale, la lumière provenant de la pièce qui me digérait réduite à un point blanchâtre et pâle. Celui-ci s’effaça soudain, alors que le mur me recrachait, et je me retrouvai seule et impuissante avec un monstre de bois qui me dominait de toute sa hauteur. De l’un de ses bras raides et tentaculaires, il me frappa violemment dans le dos, mais à nouveau, je ne sentis presque rien, obnubilée par la douleur de tout mon corps et par la terreur que la créature m’inspirait. Sous moi, les dalles ondulaient encore par vagues, me ballotant comme un vulgaire fétu de paille et me repoussant encore et toujours contre le membre du monstre, que je voyais maintenant sous sa vraie nature, une nature phallique et repoussante, dégoûtante d’une sève poisseuse que je sentais aussi sur mon visage et entre mes jambes. Avec un détachement étonnant, je me rendis compte qu’il ne s’agissait pas de la même substance, puis qu’une troisième se répandait sous mon flanc gauche, et je m’étonnai qu’un membre mâle puisse déverser tant d’humeurs et de coulées différentes. Mes considérations furent chassées par une nouvelle vague du sol, qui m’éloigna un instant du répugnant violeur de bois. Je restai ainsi quelques instants, ne touchant rien d’autre que le sol mouvementé et, terrifiée, j’en vins à espérer de nouveau le contact du membre poisseux, pour ne plus me sentir si seule dans l’immensité de l’étendue de dalles froides et agressives qui prenaient un tel plaisir à jouer sous moi, jouer un jeu joueur pervers à me traumatiser par leur jeu alors que mon corps ne pouvait plus jouer dans l’espace de jeu. Mais sous la pression d’une dalle salvatrice, je fus de nouveau projetée contre le membre à la verticalité bénie de la bête, la bête qui, je le compris était femme, était Mère, était centre du monde, était Ma Mère de toutes les Mers de dalles joueuses. Jouant la symphonie en liquides majeurs de dix-sept ans, la Sœur verticalité au creux de mon ventre irradiait chaleur partout dans mon corps, comme le pilier de Toujours, la présence de tous les êtres aimés, jouant, dansant en ronde autour du Pilier-Moi, moi, moi en son creux de la Mer, la Mère folle du mari stérile aux humeurs sans Sœur, elle joue avec moi la Sœur noire et chaude qui est mienne sans l’être, musique d’utérus et bois de la Terre-Mère au creux du ventre comme le membre mâle de la femelle magnifiée réchauffe mes entrailles et bannit la douleur. Extase.
    Puis, rien, les ténèbres. Noir. Extase. Noir.
    Les Neiges des Darkanisses. Onze chapitres postés. Arrêt de diffusion sur le net, pour suite et texte réorganisé, MPéez moi
    Mon moi RP; La Naissance du Maudit ; L'Invasion des Ombres
    Amis métalleux, venez visiter mon petit blog de chroniques métal

  2. #272
    Date d'inscription
    mars 2004
    Messages 
    640
    Hum...

    Pas mal de choses à dire en fait.

    1) de manière générale sur le plan de Fianna.

    Un peu déçu en fait. J'attendais un truc vraiment tordu et machiavélique et... bah il est pas forcément génial son plan.

    c'est vrai qu'il peut marcher... mais bon.

    Ce qui me suprend surtout c'est le "décallage" entre le moment ou elle l'élabore sur ce qu'elle donne l'impression d'être un coup de génie. Elle discute avec sa soeur et ... tout d'un coup paf "euréka" on a l'impression que c'est vraiment le plan ultime qu'elle trouve.

    Or le plan qu'elle nous propose... je vois plutot ca comme le plan auquel on se résoud après des nuits d'insomnie et de désespoir.

    2) sur la scène en elle meme avec ronix.
    Pas grand chose à redire.
    Peut être quelques longueurs à couper (avis perso) ou à retravailler un peu.
    parfois à mon avis quelques phrases un peu "bancale" niveau rythme surtout au début avant que Fianna et Ronix aillent dans le cabinet privé.

    du style: "Où plutôt, il me fallut beaucoup de temps pour filer ses déplacements à travers les communs du palais, l’étage privé et les salons, et arriver avant qu’il soit déjà parti" (et arriver ou?).

    "Il me salua rapidement, sans mettre la moindre chaleur dans son acte, bien évidemment, et miraculeusement, continua à me parler"

    "C’était donc un coup de chance que Kassac l’ait amené à demander de lui-même une entrevue privée" (à mon avis tu peux carrément la virer, elle n'apporte rien tu as déja utilisé "chance" 2 lignes plus haut.

    "La douche froide provoquée par le mot « courtisane », proféré dans sa bouche comme une insulte, m’avait ouvert les yeux sur le fait que je commandai peut-être en temps que maître" celle la ca va, c'est juste "en tant que maitre" je pense et pas "en temps".

    Globalement dans tout ce passage, tu as 2, trois idées qui reviennent en boucle, peut être un peu trop :
    - il est obligé de me servir mais pas de me respecter (super intéressant comme idée)
    - j'ai peur de l'avoir perdu.
    -...
    Je pense que du coup tu peux un peu "élaguer". (arf c'est comme ca que ca s'écrit?).

    3) le malaise de Fianna.
    Hum... C'est peu être le passage qui me convainc le moins depuis le début du roman (en meme temps d'habitude je suis vraiment fan)

    Déja, il est compact. Aère peut être un peu.
    Ensuite je le trouve un peu confus. Il a fallu que je le relise plusieurs fois pour avoir une image précise de ce qui se passait.

    "Mais je le sentis s’enrouler sous mes jambes, comme un piège gluant, et me pousser vers le mur."

    Le "le" de "je le sentis" se rapporte si j'ai bien suivi à "phénomène de contraction" ou "phénomène incompréhensible" qui sont juste au dessus (2 fois phéonomènes c'est pas top) je vois mal comment un phénomène peut s'enrouler.

    "une nature phallique et repoussante, dégoûtante d’une sève poisseuse que je sentais aussi sur mon visage et entre mes jambes" "Aussi??" il se rapporte à quoi le aussi? aux coups dans le dos? Et qu'est ce qu'elle sent? des coups entre ses jambes et son visage ou de la sève qui dégouline?

    "je me rendis compte qu’il ne s’agissait pas de la même substance, puis qu’une troisième se répandait sous mon flanc gauche" j'airaté les 2 premières substances.

    "Je restai ainsi quelques instants, ne touchant rien d’autre que le sol mouvementé et, terrifiée, j’en vins à espérer de nouveau le contact du membre poisseux" Quel contact? celui ou je crois que c'est la sève qui dégouline? ca serait logique qu'en fait ca soit pas la sève mais le "membre violeur" en meme temps, c'est pas vraiment clair qu'il la viole. on est resté sur un membre qui la domine de toute sa hauteur.

    pis je peux voir le membre entre ses jambes (ca oui je vois) mais sur le visage??? (tu veux dire la bouche????)

    "la bête qui, je le compris était femme, était Mère, était centre du monde, était Ma Mère de toutes les Mers de dalles joueuses. Jouant la symphonie en liquides majeurs de dix-sept ans, la Sœur verticalité au creux de mon ventre irradiait chaleur partout dans mon corps, comme le pilier de Toujours, la présence de tous les êtres aimés, jouant, dansant en ronde autour du Pilier-Moi, moi, moi en son creux de la Mer, la Mère folle du mari stérile aux humeurs sans Sœur, elle joue avec moi la Sœur noire et chaude qui est mienne sans l’être, musique d’utérus et bois de la Terre-Mère au creux du ventre comme le membre mâle de la femelle magnifiée réchauffe mes entrailles et bannit la douleur" :..: le membre male de la femelle :..:

    voili voilo. ca me fait drole de ne pas avoir fait un post genre "comme d'habitude j'adore".

    Bah un peu moins ce coup ci. Alors attention, ca reste qu'un avis très personnel hein... je suis pas critique pro et surtout je suis très loin d'avoir ton talent pour l'écriture. Pour moi c'est une légère contre performance mais ca reste quand meme une sacrée performance.

    Le but bien sur est d'essayer d'être constructif.

    J'attends la suite avec impatience, mais ca tu le sais.




  3. #273
    Date d'inscription
    novembre 2004
    Localisation
    Metz
    Messages 
    1 625
    voili voilo. ca me fait drole de ne pas avoir fait un post genre "comme d'habitude j'adore".

    Bah un peu moins ce coup ci. Alors attention, ca reste qu'un avis très personnel hein... je suis pas critique pro et surtout je suis très loin d'avoir ton talent pour l'écriture. Pour moi c'est une légère contre performance mais ca reste quand meme une sacrée performance.

    Le but bien sur est d'essayer d'être constructif.
    Pas de problèmes, ça l’est . Je vois que j’en avais besoin d’ailleurs, comme je m’en doutais.
    Bon, point par point.

    1) de manière générale sur le plan de Fianna.

    Un peu déçu en fait. J'attendais un truc vraiment tordu et machiavélique et... bah il est pas forcément génial son plan.

    c'est vrai qu'il peut marcher... mais bon.
    Le truc, c’est que Fianna est persuadée d’avoir un plan génialissime. Il ne l’est pas, mais elle le considère comme tel, et se croit très intelligente de l’avoir trouvé (d’où illumination et tout et tout dans les passages précédents). Je verrais si je peux éclaircir ça sans avoir à changer l’opinion de Fianna sur son propre plan. Mais en tout cas, elle n’en changera pas et continuera de le trouver génial…

    Pour les lourdeurs de style, c’est noté, je vais y remédier.

    Globalement dans tout ce passage, tu as 2, trois idées qui reviennent en boucle, peut être un peu trop :
    - il est obligé de me servir mais pas de me respecter (super intéressant comme idée)
    - j'ai peur de l'avoir perdu.
    -...
    Je pense que du coup tu peux un peu "élaguer". (arf c'est comme ca que ca s'écrit?).
    Oui, effectivement, je peux tailler un peu dans le tas. Noté aussi.

    Pour le passage du malaise, en fait je l’ai franchement pondu d’une traite celui-là, et à la relecture, je comprends parfaitement ce que je veux dire, donc j’avais pas remarqué que c’était aussi confus. Bon, éclaircissements :

    "Mais je le sentis s’enrouler sous mes jambes, comme un piège gluant, et me pousser vers le mur."

    Le "le" de "je le sentis" se rapporte si j'ai bien suivi à "phénomène de contraction" ou "phénomène incompréhensible" qui sont juste au dessus (2 fois phénomènes c'est pas top) je vois mal comment un phénomène peut s'enrouler.
    Pour les deux fois phénomène, je bidouille ça tout de suite, c’est une erreur de l’écriture précipitée, mais je ne savais pas comment écrire ce passage autrement (j’avais besoin de tout pondre d’une traite sans m’arrêter).
    Je parle du sol, en fait. Bon, effectivement, c’est pas clair, je pensais que le fait qu’il s’agisse du dernier élément cité serait suffisant mais apparemment pas, je note.

    Bon, pour la suite je vois que t’es assez loin du compte :blush: , alors je vais rebosser une mouture par-dessus, et je la reposterai bientôt pour voir si tu comprends mieux.

    "la bête qui, je le compris était femme, était Mère, était centre du monde, était Ma Mère de toutes les Mers de dalles joueuses. Jouant la symphonie en liquides majeurs de dix-sept ans, la Sœur verticalité au creux de mon ventre irradiait chaleur partout dans mon corps, comme le pilier de Toujours, la présence de tous les êtres aimés, jouant, dansant en ronde autour du Pilier-Moi, moi, moi en son creux de la Mer, la Mère folle du mari stérile aux humeurs sans Sœur, elle joue avec moi la Sœur noire et chaude qui est mienne sans l’être, musique d’utérus et bois de la Terre-Mère au creux du ventre comme le membre mâle de la femelle magnifiée réchauffe mes entrailles et bannit la douleur"* :..:* le membre male de la femelle* :..:
    Tu sais, ce passage n’a aucun sens, c’est pas fait pour qu’il soit compris :notme: . C’est juste qu’elle délire complètement, et que c’est encore moins cohérent qu’avant. En fait, en cherchant bien, il y a une connexion logique entre tous les termes utilisés ici, mais faut être dans ma tête ou dans celle de Fianna pour comprendre, alors… Et ce passage là de toutes façons, il va rester et tel quel, parce qu’il est tout à fait réussi par rapport à ce que j’en attendais.

    Voilà voilà, je retape un peu tout ça et je reposte les bouts modifiés d'ici un ou deux jours sans doute.
    Les Neiges des Darkanisses. Onze chapitres postés. Arrêt de diffusion sur le net, pour suite et texte réorganisé, MPéez moi
    Mon moi RP; La Naissance du Maudit ; L'Invasion des Ombres
    Amis métalleux, venez visiter mon petit blog de chroniques métal

  4. #274
    Date d'inscription
    mars 2004
    Messages 
    640
    Ok, ton message apporte quelques éclaircissements.

    pour le plan de Fianna, ce qui m'a mis dedans, je pense c'est le :Avec de la patience, cela pouvait faire naître en lui les sentiments que j’espérai. (tiens, le "s" à sauté d'ailleurs à espérais)

    "pouvait" c'est une double condition: 1), le verbe pouvoir qui n'exprime pas de cerrtitude et 2) le mode conditionnel.

    Ca tend à montrer qu'elle n'y croit pas à son plan en fait.

    "ferait naitre en lui", "devrait faire naitre en lui".

    pour le coup du sol qui s'enroule, oui, tu as raison, je suppose que ma vision du sol vraiment statique m'a empéché de voir que grammaticalement parlant c'est lui qui s'enroulait.

    Pour le délire de Fianna, oui j'ai bien compris qu'elle délirait et que c'était pas fait pour être compris.

    Ce qui me gène peut être un peu c'est le temps que tu utilises depuis le début: le passé, ce qui sous-entend qu'elle n'écrit pas la scène au moment ou elle la vit.

    alors à mon avis: soit tu bascules tout ton roman au présent...

    soit tu gardes tout au passé mais tu es obligé (enfin obligé....) tu devrais te demander si tu n'es pas un peu obligé d'introduire à certains moments une distance liée au fait que fianna écrit avec du recul par rapport à la situation.

    tu as ici un exemple flagrant. au moment ou elle écrit elle ne délire plus. Ca devrait plus se sentir dans sa description. on devrait retrouver la difficulté d'une personne cohérente à décrire une situation qui ne l'est pas, ou au moins des indications:

    "je sombrais dans un délire que je suis aujourd'hui bien en peine de décrire, la bête devenait femme, Mère, centre du monde, Elle était Ma Mère de toutes les Mers de dalles joueuses. Jouant la symphonie en liquides majeurs de dix-sept ans".

    A la réflexion ca pourrait s'appliquer aussi à son plan avec Ronix.

    "Avec de la patience, j'étais intimement persuadée que cela ferait naitre en lui les sentiments que j’espérai."

    tu peux, meme sans lacher d'indice sur ce qui va se passer, marquer une distance entre la fianna qui écrit et la fianna qui le vit. Induire que la fianna qui écrit n'est pas dupe et qu'elle sait soit que ca a bien planté, soit que ca a marché mais avec un coup de bol impossible.


    Sinon, j'ai conscience que je ne suis pas forcément objectif pour la scène du malaise. j'aime assez peu ce genre de scène dans la littérature, et je pense que bien souvent... je les survole en diagonale.

Page 10 sur 10 PremièrePremière ... 8910

Les tags pour cette discussion

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •  

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 203 204 205 206 207 208 209 210 211 212 213 214 215 216 217 218 219 220 221 222 223 224 225 226 227 228 229 230 231 232 233 234 235 236 237 238 239 240 241 242 243 244 245 246 247 248 249 250 251