Page 3 sur 3 PremièrePremière 123
Affichage des résultats 61 à 63 sur 63

Discussion: [Bâtiment] Le Hard-Rock & Champ' Café

  1. #61
    Date d'inscription
    novembre 2002
    Localisation
    Reims / Ardennes
    Messages 
    2 650

    Werewolf Re : [Bâtiment] Le Hard-Rock & Champ' Café

    Vide. Vide ou calme. Peu importe, en ce lieu l’un sous-entend l’autre. Et ainsi allait le refuge depuis deux jours. Deux jours durant lesquels un épais blizzard avait balayé le dehors, empêchant quiconque d’accéder aux hauteurs du Jahlin et de son refuge, le HRC. Et si le blizzard empêchait tout accès au HRC, il aurait fallu un sacré grain de folie pour oser en sortir. De fait, Madame Huds et la jeune Irvide s’étaient retrouvées seules dans le chalet.

    Les périodes de calme n’étaient pas rares durant l’hiver. Si le Jahlin était un territoire très apprécié des aventuriers en mal de quêtes extraordinaires ou de chasse à la créature du même cheptel, le froid glacial et le blizzard épais de l’hiver avaient tôt fait de rabrouer les ardeurs les plus vindicatives… ou de mettre un terme aux jours de ceux qui avaient l’outrecuidance d’arpenter cette masse rocheuse malgré ces conditions. Ces considérations faites, Irvide revenue du bain, jeta un œil au travers de la fenêtre :

    - On dirait que le temps s’est calmé au dehors.

    La vieille cuisinière répondit en grommelant quelque onomatopée incompréhensible.

    - L’activité va peut être enfin pouvoir reprendre ! cria la jeune serveuse pour se faire entendre de la sourde oreille de la cuisinière.
    - Si ces tas de feignants de chasseurs daignent nous rapprovisionner un jour !

    Un courrant d’air frais emplit alors la salle ; laissant s’engouffrer une volée de flocons, la porte s’ouvrit, une ombre couverte de neige s’y faufila visiblement pressée de se mettre à l’abri. L’homme couvert des pieds à la tête d’une lourde cape déposa alors un sac au sol et murmura :

    - Je peux peut-être vous dépanner

    La vieille répondit du tac au tac.

    - Notez que c’est pas qu’on manquait de vivres… d’ailleurs, je m’en retourne préparer mes salamandres marinées pour ce soir…

    Quelque peu gênée par l’attitude de la cuisinière qui n’avait pas même salué ce nouveau client, Irvide s’excusa :

    - Soyez le bienvenu… ne faites pas attention à notre cuisinière, sous son air...
    - …un peu bougon se cache un cœur gros comme une maison et une volonté de fer… je sais, je connais la maison coupa le voyageur

    Un sourire se dessina au travers de la longue tignasse de cheveux poivre et sels qui descendait de la capuche du voyageur. Intriguée, la jeune Irvide tâchait de rassembler tous ses souvenirs afin de remettre cet intrigant personnage, jusqu’à ce que ce dernier fasse tomber son manteau.

    - Je suis un peu chez moi ici…

    Les yeux de la jeune serveuse s’écarquillèrent, reconnaissant avec peine son interlocuteur :

    - Seigneur Folken ?
    - Ne m’appelez plus Seigneur ( ), je doute pouvoir mériter à nouveau ce titre un jour… En plus, on ne peut pas vraiment dire que je sois en odeur de sainteté en ce moment.

    Les cheveux décrépis de la vieille cuisinière passèrent la porte de la cuisine avec hésitation, glissant son regard dans l’ouverture, la cuisinière qui ne laissait nullement paraître surprise lança :

    - Les dernières nouvelles vous donnaient mort, alors on savait plus trop quoi penser.
    - Hé bien voila … comme ça vous êtes fixés… en tous cas ça a pas eu l’air de vous inquiéter tant que ça… ça fait plaisir.
    - Moi j’étais morte d’inquiétude ! s’emporta soudainement Irvide en larmes. Et vous étiez où d’abord pendant tout ce temps, ça va faire plus d’un an que vous avez disparu ! Qu’est-ce qui vous est arrivé ?

    Folken prit une longue inspiration qui laissait comprendre que narrer ses derniers jours n'était pas une chose facile, puis lâcha :

    - Alors… il m’est arrivé pas mal de trucs, c’est vrai… mais là, je reviens d’Evendum, j’ai les arpions gelés, alors si vous pouviez me laisser juste le temps…

    Originaire d’Helonna dont elle connaissait la géographie dans les moindres détails, Irvide coupa :

    - d’Evendum ? Mais qu’est-ce que vous êtes allé faire là bas ?

    Le demi-elfe dévisagea un instant, les yeux en accent circonflexe, la jeune serveuse puis reprit :

    - … et donc, si vous pouviez juste me laisser le temps d’aller me réchauffer un peu, je verrai ce que je peux faire pour répondre à vos questions.

    La jeune fille et la cuisinière se regardèrent un instant, Madame Huds haussant les épaules, s’en retourna à la cuisine pendant que le demi-elfe montai les marches afin de réquisitionner une chambre.

    Le repas de midi qui suivit fut des plus calmes. Aucun client n’avait pointé le bout de son nez, et c’est donc en trio que déjeuna l’équipe du HRC, chose qui n’était pas arrivée depuis des lunes et des lunes … et qui n’était d’ailleurs peut-être même jamais arrivé du tout.Et si le repas commença dans un silence pesant, les questions de la jeune Irvide eurent vite fait de fuser

    - Mais alors du coup…
    - …
    - Vous allez faire quoi ? demanda Irvide
    - Rien… je sais pas… rester ici déjà. Après… je verrai.
    - Vous avez l’air fixés, c’est effrayant railla la vieille
    - Vous allez retourner à Manost ?

    Le demi-elfe conserva le silence un instant, à nouveau les questions d'Irvide, sans qu'elle soit à blâmer, lui faisaient l'effet d'une masse à porter.

    - Je ne pense pas… à moins qu’ils ne viennent me chercher pour me mettre les chaînes.

    Le silence se fît à nouveau, et Irvide, plus hésitante, relança la conversation

    - Et…c’est pas vrai ce que les gens racontent, hein ? Luménis, c’était pas vous n’est-ce pas ?

    Madame Huds leva les yeux afin d’essayer de percevoir la réaction du demi-elfe. Les yeux dans le vague, il posa son couvert et souffla :

    - Le pire… c’est que je l’ignore moi-même.
    Pensez à la fonction recherche avant de poster

    RP : Patron du HRC, bar RP Extraordinaire !



  2. #62
    Date d'inscription
    novembre 2002
    Localisation
    Reims / Ardennes
    Messages 
    2 650

    Re : [Bâtiment] Le Hard-Rock & Champ' Café

    [Les tourments de l’instrument du mal.]

    La nuit était devenue un moment redouté pour Folken. L’obscurité, l’absence de tout faisaient remonter, ce qui, le jour, ne le préoccupait qu’en partie, du fait de l’activité qui lui était liée. De sombres pensées. Des doutes. Des remords. Du dégoût. Des doutes. Des questions. Des regrets… et toujours des doutes. Tout n’était plus qu’angoisse.

    La nuit n’était plus qu’un amas de tracas qui tournaient sans cesse dans l’esprit du demi-elfe. Tous les soirs, il se repassait le film de sa vie, posant le constat d’un immense gâchis, de choix qui l’ont toujours amené à choisir le mal alors que ses intentions avaient toujours été d’être juste. Depuis sa jeunesse, où il avait lui-même mené la guerre qui l’avait conduit à détruire le royaume qui l’avait vu naître, son royaume… et tout ça, au nom du progrès et de la liberté, jusqu’à la mise à feu et à sang de Mélandis puis de Luménis, dont il était persuadé d’avoir une part de responsabilité, en passant par les tristes périodes que Manost avait connu à des moments où il figurait au rang des abonnés absents… tout dans sa vie ne lui semblait plus qu’être échec. Et s’il avait su passé outre à chaque fois, souhaitant plus que tout se donner tout entier pour racheter ses erreurs puis ses fautes, cette fois-ci, c’était l’envie de baisser les bras qui prenait le dessus. Tout ce qu’il avait entrepris lui semblait avoir été voué à l’échec, et pis encore… il avait l’impression de n’être qu’un instrument destiné à détruire… se rappelant alors des paroles que lui avait tenu un druide dans sa jeunesse.

    « Tu es maudit, ton passé te pèsera sur tes épaules à jamais »

    Sa jeunesse l’avait poussé à affronter ces paroles, et à se révolter, à tout mettre en œuvre pour racheter ses fautes. Aujourd’hui, il avait l’impression d’enfin saisir la portée de ces mots… et toutes les nuits depuis ce jour où il s’était affronté, où son corps lui avait fait face sous les traits de Morfea, ses pensées l’amenaient à se poser sempiternellement la même question : « et maintenant ? » Que faire sachant qu’on aimerait faire une chose qui quoi qu’il advienne tournera forcément dans l’autre sens ? Même Helm, chez qui il avait trouvé la paix intérieure un moment ne pouvait plus lui apporter ces réponses.

    Le HRC lui apparaissait comme sa seule maison désormais. Sa seule famille, et la première satisfaction pour lui depuis très longtemps. L’accueil et la confiance d’Irvide et de Madame Huds illuminaient faiblement un ciel obscur, mais suffisait à peine à chasser cette noire pensée qui lui avait traversé l’esprit un instant de regretter de ne pas avoir trouver la mort dans son dernier combat contre Morfea.

    Le demi-elfe, restait ainsi des heures sur le dos sans bouger physiquement, mais s’infligeant une véritable torture morale. Le sommeil ne lui viendrait pas en aide cette nuit. Les questions d’Irvide l’avaient chassé. Que pouvait-il faire maintenant ? Un instant, il avait pensé entreprendre des recherches pour retrouver celui qu’il avait trahi et qui devait sûrement, pour peu qu’il soit encore en vie, souffrir mille tourments : le barde Taliesin, mais la fatalité avait tôt fait de le rattraper et la peur de le détruire plus encore l’avait poussé à s’isoler loin de tout, pensant que quelques jours de réflexion lui feraient le plus grand bien, mais réflexion faite : la mort seule, l’impitoyable fin de tout semblait pouvoir mettre un terme à toute cette fatalité.

    Absurde. Quel comble de la fatalité. Lui qui avait toujours tout mis en oeuvre pour aller à l'encontre de ce qui lui semblait prédestiné, il finissait vaincu ? Un soupir finit alors par l’emporter soudainement dans un demi-sommeil. Finalement épuisé par ses journées de marche, sa conscience s’évapora un instant, l’entraînant dans un monde onirique inquiétant… de sombres desseins, un ciel noir, et un visage qui dessinait au travers de ces nuages. L’ombre inquiétante, qui le regardait devint alors un visage amical et rassurant. Folken reconnut son précepteur. Le Druide Myrfield. Le vieil homme semblait vouloir lui parler, et des images qui avaient traversé les âges se succédèrent alors dans l’esprit du jeune homme qu’il était alors. Tout semblait s’enchaîner de façon narrative. Il se revoyait au service de la liche Azgard, alors qu’il n’avait pas 20 printemps… il revit le petit druide et ses prédictions macabres… puis des scènes de combat où il avait perdu de nombreux proches… enfin le visage de Myrfield et cette idée à la fois idiote et évidente : peut-être y a-t-il une origine à tous ces maux, peut-être y a-t-il effectivement un espoir … réparer quelque chose : mais quoi ?
    Dernière modification par Folken ; 05/01/2009 à 20h26.
    Pensez à la fonction recherche avant de poster

    RP : Patron du HRC, bar RP Extraordinaire !



  3. #63
    Date d'inscription
    novembre 2002
    Localisation
    Reims / Ardennes
    Messages 
    2 650

    Re : [Bâtiment] Le Hard-Rock & Champ' Café

    [Les tourments de l’instrument du mal.]

    Les jours passaient et jamais le malaise ne semblait pouvoir s’effacer. Folken, rentré depuis de long mois maintenant, n’avait plus quitté le refuge du Jahlin que pour aller chasser de temps à autres, par besoin d’isolement plus que par passion pour ce sport. Parfois, ses chasses duraient plusieurs jours, et l’habitude qu’il avait pris de ne pas prévenir ses deux collaboratrices de la durée de ses sorties avait quelque peu tendance à agacer Irvide, la serveuse, qui se faisait un sang d’encre dès que la nuit s’annonçait sans que le demi-elfe ne soit rentré.

    Mais pour ce dernier, cette liberté était nécessaire et l’aidait à tenir. Certes, il appréciait la compagnie de la jeune serveuse, comme l’accueil, pourtant d’apparence beaucoup plus froide de la vieille madame Huds. Ces deux femmes étaient sans doute les deux seules personnes encore capables d’apprécier sa compagnie sur tout le territoire de Dorandin. Mais l’intérêt que lui portait la jeune serveuse avait trop souvent à son goût, le défaut de prendre la forme de questions embarrassantes sur son avenir, sur ce qu’il allait faire...autant de questions aux quelles il n’avait pas de réponse. Tel un adolescent pommé, Folken ne savait plus regarder devant lui, effrayé par le flou qui s’y dessinait. L’extérieur lui était devenu hostile, et l’idée d’un jour remettre les pieds en dehors du Jahlin inenvisageable, pour son bien comme pour celui de toute autre personne vivant sur Dorrandin…

    Plus que sa maison, ces montagnes étaient devenues son lieu d’ermitage. Et plus les jours passaient, plus ses absences devenaient longues et fréquentes. Malgré ses efforts, Irvide n’avait pas réussi à le faire sortir de la solitude dans laquelle il s’enfermait et dans laquelle il se persuadait que sa compagnie était une malédiction qu’il fallait fuir et qui ne pouvait qu’apporter du mal. Pourtant, malgré cette idée, Folken ne pouvait s’empêcher de retourner au refuge de temps en temps, s’assurer que ses deux amies allaient bien et n’avaient besoin de rien… et surtout apprécier leur compagnie…juste ce qu’il fallait avant de disparaître à nouveau pour une durée indéterminée. Ses visites se faisant de plus en plus rares, Irvide entreprit alors un jour de prendre celui qu’elle considérait comme plus proche qu’un ami à partie. Sa conduite lui faisait mal et quelque chose la poussait à oser franchir le cap, oser aller au-delà de tout le respect qu’elle lui portait, lui à qui elle devait tant, oser l’obliger à l’affronter pour enfin le sortir de sa torpeur.

    C’est ainsi que, lorsqu’il revint, le demi-elfe eut à affronter la jeune fille. Lorsqu’il franchit la porte, il s’étonna de la voir encore là. Auparavant, la jeune fille redescendait des montagnes au moins une fois par lune, histoire d’aller rendre visite à quelques amis, faire quelques achats pour elle, mais il lui semblait depuis son retour qu’elle n’avait plus quitté l’établissement…

    « Irvide… encore là ? tu as réellement décidé de passer ta vie ici, ma parole »
    « Tout comme vous semblez avoir décidé de passer la votre dans les grottes du coin »

    Le ton de la jeune serveuse, pour la première fois depuis qu’ils se connaissaient, ne semblait pas des plus amicaux. Occupée à nettoyer quelques tables, la jeune fille tourna même les talons avant de servir deux clients qui avaient commandé un hydromel maison façon Huds. Comme à son habitude, le demi-elfe monta poser ses affaires dans sa chambre, avant de redescendre et aller se poser au bar. Ni Irvide ni madame Huds ne venant à lui, après quelques minutes de patience, il se dirigea alors vers les cuisines à la recherche de ce qu’il était venu trouver… de la compagnie.

    « Quelles sont les nouvelles ? »
    « Que du vieux… hé… je sais bien que vous n’êtes plus qu’un fantôme ici, mais quand même, qu’est-ce que vous imaginez ? Ce n’est qu’un refuge perdu dans les hauteur du Jahlin » railla la vieille

    « Les nouvelles sont que vous êtes devenus un véritable ermite. Je sais bien que c’est un refuge ici, mais quand même, vous n’en êtes pas client, vous en êtes toujours le responsable à ce que je sache… vous pourriez éviter de jouer les courants d’air » attaqua Irvide

    Folken écarquilla les paupières… surpris par l’agressivité renouvelée de la jeune serveuse.

    « Hé bien dites donc, quel accueil… ça fait plaisir »

    « Non mais c’est quoi cette attitude à deux sous ? s’emporta la serveuse. Vous venez, vous disparaissez, sans nous dire seulement où vous allez ou quand on vous reverra…c’est tout juste si vous prévenez quand vous partez, et vous vous étonnez qu’on ne saute pas de joie quand vous revenez ? »

    Le demi-elfe se mordit les lèvres, il aurait bien menacé de repartir, mais au fond, il savait que la jeune fille avait raison. Les bras croisés, il baissa la tête puis soupira :

    « Ecoutez… je sais que je ne suis pas franchement marrant à vivre, mais j’ai mes raisons… et je ne vous oblige pas à rester, si c’est si dur… jusqu’ici … »

    Irvide le coupa net :

    « Que je parte ? vous comprenez donc rien ? »

    Dévisageant le demi-elfe d’un regard désabusé et plein de colère, la jeune fille ne put retenir ses larmes. Hochant la tête, ne trouvant pas encore le courage de balancer tout ce qu’elle avait sur le cœur, elle qui quitta la pièce, laissant s’échapper quelques larmes. Folken ne parvint pas à l’empêcher de partir malgré toute l’envie qu’il avait d’arranger la situation. Conscient que son attitude n’était pas des plus faciles à vivre pour ses dernières proches, il ne comprenait pas pour autant en quoi il avait pu blesser la jeune fille. Complètement décontenancé, il commençait à craindre de voir le peu de choses aux quelles il pouvait se raccrocher lui échapper jusqu’à ce que, à sa surprise, la vieille madame Huds vienne lui apporter les réponses qu’il cherchait. S’approchant de « son patron », la vieille cuisinière lui remplit un plein verre de suze manostienne et l’invita à s’asseoir.

    « Vous avez beau avoir vécu ce que vous avez vécu, foncièrement, et vous le savez parfaitement, vous n’êtes pas mauvais. Si vous aviez l’âme d’un assassin… vous seriez à l’aise dans vos bottes, ce qui n’est visiblement pas le cas et vous ne nous retrouveriez sûrement pas ici à l’heure qu’il est…. Vous avez un problème, on le comprend aisément… même si j’ignore ce que vous avez réellement vécu… je sais que ce n’est sûrement pas en allant vous planquer dans une caverne à longueur de temps pour réfléchir et vous éloignez de nous pour je ne sais quel fallacieux prétexte que vous allez arranger tout ça. C’est précisément la pire des choses que vous puissiez faire : rien ! C’est comme si vous ne viviez plus… et c’est ça que la gamine ne supporte pas. Si vous voulez éviter de nous faire du mal comme vous semblez le sous-entendre, ressaisissez-vous sacrebleu, et faites face ! Vous n’êtes pas un disciple de Beshaba à ce que je sache… »

    Folken ne su vraiment pas quoi répondre, regardant son verre fixement, il aquiesca discrètement d’un geste de la tête.

    « Autre chose, au cas où vous n’auriez pas compris ; cette gamine tient à vous plus qu’à n’importe qui ou n’importe quoi… je ne vais pas vous rappeler son histoire… c’est vous qui l’avez ramené de l’enfer où vous l’avez trouvé… m’enfin, vous êtes sa seule famille, alors ne lui demandez pas de partir… elle n’a que vous… ahuri ! »

    La vieille avala son verre cul-sec, et retourna à ses fourneaux, laissant songeur, le demi-elfe… ces paroles pleines de bon sens étaient certes surprenantes de la part d’une personne aussi réservée et traditionnellement grincheuse, mais cela n’en renforçait que plus leur valeur à ses yeux. Vidant son verre dans la foulée de celui de son interlocutrice, Folken resta un instant à l’arrêt… cette double confrontation lui avait ouvert les yeux, cela ne lui disait toujours pas comment il allait réussir à vivre avec ça, mais pour la première fois depuis son combat avec Morfea, il se sentait la force d’affronter cette situation. Cela prendrait du temps, pour sûr ; il ne prévoyait toujours pas d’aller boire un verre au loyal paladin ou de retourner faire du tourisme à Luménis ou Mélandis, mais ses états d’âmes lui parurent effectivement un peu moins insurmontables…Se levant enfin, il retourna auprès d’Irvide… il avait des explications à lui fournir, et se devait de la rassurer… et puis surtout, la vieille avait raison... il devait reprendre les devants et vivre.
    Pensez à la fonction recherche avant de poster

    RP : Patron du HRC, bar RP Extraordinaire !



Page 3 sur 3 PremièrePremière 123

Discussions similaires

  1. Le champ de bataille du temple de glace
    Par Silvermoon dans le forum Le Monastère du Corbeau Noir (Icewind Dale 2)
    Réponses: 38
    Dernier message: 25/09/2008, 19h37
  2. [SERIE]Caméra Café
    Par Ben-jXX dans le forum Cinéma, Vidéos et Télévision
    Réponses: 5
    Dernier message: 17/10/2006, 15h42
  3. [Lieu] Champ d'équitation
    Par Aloysius Kelsen dans le forum La Trouée des Chevaux
    Réponses: 25
    Dernier message: 17/08/2004, 22h34
  4. Le Hard-Rock&Champ' Café
    Par Folken dans le forum Les Archives du Cartographe
    Réponses: 2150
    Dernier message: 09/02/2004, 20h26
  5. Champ de bataille !
    Par Beorn Devir dans le forum Les Archives de la vie mélandienne
    Réponses: 61
    Dernier message: 20/08/2003, 23h03

Les tags pour cette discussion

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •  

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 203 204 205 206 207 208 209 210 211 212 213 214 215 216 217 218 219 220 221 222 223 224 225 226 227 228 229 230 231 232 233 234 235 236 237 238 239 240 241 242 243 244 245 246 247 248 249 250