Affichage des résultats 1 à 22 sur 22

Discussion: [Lieu] Maleval

  1. #1
    Avatar de Galathée
    Galathée est déconnecté Impératrice d'Erhedun
    Date d'inscription
    August 2004
    Localisation
    sur une autre longueur d'ondes...
    Messages 
    33 413

    [Lieu] Maleval

    Situé dans les contreforts des Montagnes de Fer, au nord-est d’Antelucas, Maleval est un petit village de montagne sans intérêt particulier. Peuplé d’une vingtaine de familles, il s’organise autour d’une taverne et de la forge, dispose d’un petit moulin, et la plupart de ses habitants sont éleveurs de moutons ou de vaches.

    ---


    RP Solo : Des Racines et Des Ailes.


    Abandonnant la haute montagne, Albérich et Hubert avaient cheminé toute la matinée, et il était presque midi quand ils quittèrent la voie principale qui descendait vers la vallée pour bifurquer vers Maleval. Le village était établi sur le versant ouest de la montagne, tourné vers la vallée en contrebas, mais disposait de plusieurs zones plus planes où on avait vaillamment planté quelque chose (Albérich aurait été bien incapable de dire quoi…). Hubert mit pied à terre avant d’atteindre la première maison et son compagnon l’imita. A la mi-journée, les lieux semblaient déserts : sans doute mangeait-on à l’intérieur, à moins que tout le monde ne fut en vadrouille dans les alpages alentours. Seule une femme étendait du linge devant l’une des petites maisons et Hubert la salua poliment. Elle les dévisagea sans hostilité mais sans chaleur tandis qu’ils continuaient leur chemin.
    Albérich entendit la forge avant de la voir. C’était un bâtiment gris, trapu, à deux étages, pourvu d’une longue cheminée latérale et d’un vaste auvent. Sous celui-ci, le foyer de la forge rougeoyait et un homme, penché sur l’enclume, travaillait le fer, à gros coups de marteau. Hubert, à ses côtés, prit une profonde inspiration, le regard distant, mais ne s’arrêta pas. Grand Vent renâcla, secouant sa grosse tête. Albérich hésita, puis s’immobilisa à quelques mètres, indécis. Printemps en profita aussitôt pour brouter les herbes folles du bord de route.
    Le forgeron était jeune, trop jeune pour être le père d’Hubert. Il était grand, presqu’autant que le paladin, mais aussi sombre de cheveux que l’était Albérich, et avait des épaules larges comme le linteau d’une porte. Pendant une seconde, le Luménien se demanda si la famille d’Hubert avait pu déménager, s’il s’agissait là d’un étranger, mais à la manière déterminée dont son ami continua son chemin, il devina que c’était un de ses frères aînés, Adrien ou Arnaud. Léoric, le cadet, vivait non loin de Luménis.
    Le forgeron les avait entendus approcher car il plongea ce qu’il travaillait dans un tonneau d’eau froide, faisait siffler le fer, avant de se frotter les mains sur un morceau d’étoffe et de se tourner vers eux. Hubert s’était immobilisé à quelques pas et l’homme le dévisagea sans bouger. De derrière, Albérich devinait la nuque écarlate du paladin, reflet de son embarras. L’expression de son vis à vis trahissait sa stupéfaction. Sa seule ressemblance avec Hubert était dans ses yeux clairs : tout le reste de sa physionomie, forme du visage, du nez, lèvres, sourcils, rien ne reflétait leur parenté.
    « Et bien, c’est pas trop tôt. » cha le forgeron.
    Ils firent un pas en avant de concert et s’étreignirent vigoureusement. Ensuite, le forgeron tint le paladin à bout de bras.

    « Je suis désolé, souffla Hubert.
    — Et moi pas. Ne bouge pas. Je vais… préparer le terrain. »
    Il jeta un regard vers Albérich, le salua d’un geste de la tête, puis se dirigea vers la porte du mur latéral, qu’il ouvrit, avant de disparaître à l’intérieur. Hubert frissonna et se retourna vers Albérich, les traits congestionnés par l’émotion.
    « Adrien ou Arnaud ? demanda Albérich, pour détourner son attention.
    — Arnaud. »
    C’était l’aîné.
    Ils ne purent pas échanger davantage car la porte se rouvrit et une petite créature blonde en surgit, franchissant les quelques mètres qui la séparaient d’Hubert pour se ruer vers lui et l’enlacer avec une force qui paraissait surhumaine. Hubert lui rendit son étreinte et nicha son visage dans ses cheveux qui, sous un examen plus attentif, n’étaient pas blonds mais argentés. Arnaud était resté dans l’embrasure de la porte, un léger sourire aux lèvres, ému, tandis que le paladin et sa mère restaient dans les bras l’un de l’autre. Albérich réalisa que lui aussi arborait cette expression, de soulagement tranquille, de bonheur par procuration. Il repéra un mouvement sur la droite, quelqu’un s’était arrêté sur le chemin pour les observer, une femme en robe grise, qui portait un seau. Le Luménien devina que le retour du fils perdu serait bientôt chose connue de tous dans le hameau.

    « Ne me fais plus jamais ça.
    — Je suis désolé. » répéta Hubert.
    Elle se dégagea de son étreinte et le dévisagea avec une expression féroce, comme si elle voulait s’imprégner de chacun des détails de son visage avant de le laisser filer. Elle lui prit la main et l’entraîna vers l’intérieur, sans qu’il ne lui résiste. Albérich ne bougea pas : Arnaud venait dans sa direction.

    « Arnaud, annonça le forgeron.
    — Albérich. » répondit le Luménien.
    Ils se serrèrent la main.

    « Venez, je vais vous montrer où vous pouvez installer les chevaux. »
    Grand Vent, placide, n’avait pas bougé de l’endroit où Hubert l’avait abandonné mais il se mit en branle quand Albérich l’approcha. Ils suivirent Arnaud jusqu’à un enclos situé à l’arrière du bâtiment, actuellement vide, mais qui devait d’ordinaire abriter l’un ou l’autre animal : le crottin en attestait.
    « Vous allez rester ? demanda Arnaud.
    — Je n’en sais rien. Ça dépend de… comment ça se passe, je suppose.
    — Alors vous allez rester. » dit le forgeron.
    Il flatta l’encolure de Grand Vent puis entreprit de le desseller et de le délester de son paquetage. L’étalon le laissa faire en soufflant par les naseaux, suivant ses déplacements du regard. Albérich, de son côté, retira le harnachement de Printemps. Ils déposèrent le tout, bride, selle, fontes, dans un appentis voisin.

    « Vous venez de loin ?
    — Evendum. Avant ça… et bien, tout a commencé à Solarcis, je suppose. Mais nous sommes descendus en bateau jusqu’à Evendum.
    — Vous êtes de Luménis.
    — Effectivement. »
    En un an, il n’avait pas perdu l’accent. A présent qu’il n’y vivrait plus jamais, il se demanda en combien de temps ses origines s’estomperaient.
    « Je suis le frère aîné.
    — Je sais. Il m’a beaucoup parlé de vous… et d’Adrien, de Clémence, d’Alice et de Léoric… et de vos parents. »
    Arnaud avait levé un sourcil et il sourit.
    « Je vois. »
    Ils repartirent du côté principal de la petite maison, laissant les chevaux s’ébattre.
    « Vous voulez boire quelque chose ? Manger ?
    — Ne vous embêtez pas pour moi. Vous étiez en train de travailler. Je peux attendre.
    — Je ne crois pas que je vais encore beaucoup travailler aujourd’hui. »
    Il délaça son tablier de cuir.
    « Mon père et Adrien sont à Cogne, mais ils vont rentrer dans l’après-midi. Alice vit à Maleval, mais pas Clémence. Je pense que je vais aller la prévenir. Si je ne me dépêche pas et qu’elle l’apprend par la rumeur, je vais me faire tuer. Or la rumeur va vite, croyez-moi.
    — Je n’en doute pas. »
    Le forgeron se tourna vers la porte.
    « S’ils vous oublient, allez frapper.
    — Je n’y manquerai pas. »
    En réalité, tandis qu’Arnaud s’éloignait à grands pas sur la route de terre, Albérich songea qu’il n’avait aucune intention d’interrompre les retrouvailles entre Hubert et sa mère. Ils pouvaient rester en tête à tête des heures, lui-même prendrait le soleil, assis sur la margelle du puits, parmi les fleurs et les abeilles, profitant de la félicité d’un jour parfait.
    Dernière modification par Galathée ; 30/05/2018 à 09h41.
    Créateurs de tous poils, rejoignez-nous : Ecrivains, moddeurs, traducteurs, amateurs de RP, une place pour chaque plume !

    MJ sur Hélonna, full en ce moment

  2. #2
    Avatar de Galathée
    Galathée est déconnecté Impératrice d'Erhedun
    Date d'inscription
    August 2004
    Localisation
    sur une autre longueur d'ondes...
    Messages 
    33 413
    Ce n’est pas ce qui se passa. Il était assis depuis moins d’un quart d’heure lorsqu’une femme surgit d’un pas rapide sur le chemin et vint se planter à côté de lui. Grande, les longs cheveux noirs tressés, le regard incisif, elle appartenait manifestement à la famille du forgeron. Albérich paria sur Alice, la première des deux filles.
    « Qui êtes-vous ? demanda-t-elle.
    — Albérich, répondit-il.
    — Vous êtes venu avec Hubert ?
    — Oui. »
    Elle jeta un coup d’œil à la forge, revint à lui.
    « Pourquoi est-il revenu ?
    — Il était mûr. Il en avait besoin. »
    Il vit qu’elle regardait le symbole de Lathandre, brodé sur son pourpoint gris. Elle pinça les lèvres, soupira et s’assit à côté de lui.
    « Je suis Alice.
    — Enchanté.
    — Il n’aurait jamais dû faire une chose pareille. Partir. Ne donner aucune nouvelle pendant des veilles... Ils ont cru qu’il s’était tué. Maman a pris dix ans en dix jours.
    — Il le sait. Mais c’était autrefois.
    — C’est bien lathandrite, de dire ça. »
    Il sourit.
    « Désolé. Vous avez raison. Il aurait pu revenir ici. Mais il avait honte. Et il avait peur. Il aurait dû vous rassurer mais je ne sais pas s’il aurait dû revenir ici.
    — Non, ça je l’ai compris aussi. »
    Elle sourit à son tour.
    « C’est vous qui l’avez fait quitter Solarcis, alors ? Vous qui l’avez convaincu de revenir ?
    — Moi ? Comment ça, moi ?
    — Il a écrit à Clémence, pour lui dire qu’il quittait Solarcis, qu’il redescendait vers le sud. Parce qu’il devait escorter un prêtre. Quelque chose comme ça. C’est vous le prêtre.
    — Je suis le prêtre mais je suis surtout le prétexte, à cet égard. »
    Ce n’était pas vraiment vrai, évidemment, mais Albérich ne parvenait pas à relire toute leur histoire au travers du prisme de ce qu’Hubert avait ressenti pour lui, dès le premier jour.
    « Je ne savais pas qu’il vous avait parlé de moi. »
    Et il n’en avait rien dit, le traître.
    « Pas en détails. Il a dit que vous étiez… une sorte de dignitaire. »
    Albérich se sentit rougir.
    « Il a exagéré. »
    Alice croisa les bras sans se départir d’un léger sourire.
    « Vous avez traversé les montagnes ?
    — Depuis Evendum, oui.
    — C’est une sacrée trotte. J’espère que vous avez l’intention de rester quelques jours.
    — Ce n’est pas à moi d’en décider. »
    Elle ne ressemblait pas davantage à Hubert qu’Arnaud. Elle lui ressemblait presque moins, sans doute parce que c’était une femme.
    « Maman va l’enfermer dans sa chambre et Papa lui mettra des chaînes, s’il le faut. »
    Il sourit.
    « Je ne pense pas que ce sera nécessaire. »
    Ils repartiraient, pourtant, mais sans fuite cette fois, du moins Albérich l’espérait.
    « Il est toujours aussi séduisant ? » demanda Alice.
    Albérich la regarda en coin, sur ses gardes, mais elle fixait toujours la porte de la forge.

    « Je suppose que oui. » répondit-il.
    Elle sourit et se leva.

    « A plus tard. »
    Puis elle entra à son tour dans la petite maison. Il se demanda s’ils savaient, tous, qu’il n’était pas complètement leur frère, ou si la révélation leur tomberait dessus par surprise. Hubert détonnait au moins autant dans la famille de forgerons que lui-même chez les Megrall.
    Créateurs de tous poils, rejoignez-nous : Ecrivains, moddeurs, traducteurs, amateurs de RP, une place pour chaque plume !

    MJ sur Hélonna, full en ce moment

  3. #3
    Avatar de Galathée
    Galathée est déconnecté Impératrice d'Erhedun
    Date d'inscription
    August 2004
    Localisation
    sur une autre longueur d'ondes...
    Messages 
    33 413
    Albérich finit par aller chiper un tabouret dans la forge, en chassa la suie d’une paume, puis s’installa au soleil et sortit son nécessaire d’écriture. Tous ces derniers jours, recru après les heures en selle, accaparé par les nécessités du bivouac, avide d’étreintes dans la pénombre, il n’avait pas tracé une phrase. Or, il avait besoin de raconter Evendum, de relater l’angoisse et l’indicible, puis de tenter — seulement tenter — de rendre justice à la magnificence des montagnes. Il savait qu’un jour, il rassemblerait toutes ces pages et il en ferait quelque chose, les mémoires d’une époque, la trajectoire improbable d’une vie commencée entre les entrepôts du port. Ce n’était pas pour tout de suite mais il avait à cœur de coucher rapidement ses impressions et ses souvenirs sur le vélin : avec l’âge, les choses s’effaçaient et se transformaient de plus en plus rapidement.
    « Ils vous ont oublié ? » demanda une voix sur sa droite.
    C’était Clémence. Elle sauta de son âne, en noua les rênes à la margelle, et vint dans sa direction. Blonde, plus menue que les deux autres, elle avait les yeux bleus du paladin. Peut-être.

    « Je ne me plains pas. » répondit le prêtre.
    Elle lui sourit.

    « Je suis heureuse de faire votre connaissance, Albérich. J’ai… pas mal entendu parler de vous. »
    Son sourire s’élargit tandis que le Luménien pinçait les lèvres dans une grimace.
    « Seulement en bien. Et je ne révélerai rien, promis. »
    Que savait-elle, au juste ? Albérich se sentit rougir.
    « Mes parents ne sauraient plus où se mettre s’ils savaient qu’ils hébergent quelqu’un de votre calibre. Il vaut mieux en rester au prêtre de Lathandre, en tout cas pour commencer. Enfin, sauf si vous désirez être traité autrement… mais Hubert avait l’air de penser que ce ne serait pas le cas.
    — Qu’est-ce qu’il vous a raconté, au juste ?
    — Que vous étiez Albérich Megrall, le conseiller luménien, l’ancien aubemestre.
    — D’accord. Je suis enchanté de faire votre connaissance, Clémence. »
    Ils se serrèrent la main.
    « Ils sont à l’intérieur, alors ?
    — Oui.
    — Vous avez mangé ?
    — Pas encore. Mais j’ai ce qu’il faut dans mes fontes. Vous ne devez pas vous en faire. Vous devriez aller les rejoindre.
    — Je ne suis pas pressée. Je verrai Hubert plus tard. Je vais plutôt profiter de vous tant que je vous ai sous la main et pour moi toute seule.
    — Profiter de moi ? Je n’ai pas grand chose à offrir.
    — Si ! De l’information de première main. Comment va mon grand frère préféré ?
    — Bien, je pense. Nous avons connu… quelques cahots ces derniers temps, mais j’imagine qu’il vous racontera.
    — Il m’a dit qu’il n’avait jamais été aussi heureux qu’aujourd’hui. Bon, ça date de quelques mois… mais ça me semblait quand même assez clair. »
    Albérich s’éclaircit la gorge.
    « Et bien… C’est Hubert… Il a… un certain goût pour les superlatifs. »
    Elle rit.
    « Sans doute. Mais après toutes les lettres grises que j’ai reçues au fil des ans, c’est agréable. Bon… mais on va aller voir ce qu’ils fabriquent, vous ne pensez pas ?
    — Je ne veux pas m’imposer.
    — Vous ne vous imposez pas. Venez. »
    Elle lui prit la main et l’entraîna vers la porte, déjà bondissante d’excitation.
    Créateurs de tous poils, rejoignez-nous : Ecrivains, moddeurs, traducteurs, amateurs de RP, une place pour chaque plume !

    MJ sur Hélonna, full en ce moment

  4. #4
    Date d'inscription
    July 2013
    Localisation
    Hélonna
    Messages 
    3 301
    Hubert était dans un état émotionnel indescriptible. Loin de prendre les choses en main, il s’était contenté de servir de réceptacle au torrent jailli de sa mère, embrassades, larmes et rires, déclarations, reproches, jusqu’à l’arrivée d’Alice, qui avait remis le couvert. Il avait répondu aux questions, s’était excusé, avait pleuré avec elles, et il se sentait déjà épuisé, comme s’il avait combattu toute la journée et plus encore. Il se sentait heureux, effrayé, défait, plus honteux que jamais, mais aussi en sécurité, et aimé, et immensément bien. En fait, il devait lâcher prise, accepter chaque émotion comme elle lui venait, sans chercher à comprendre, à contrôler, juste vivre.
    Puis Clémence et Albérich étaient entrés, la première le sourire aux lèvres, le second embarrassé. Le voir là, dans la petite salle à manger de la maison familiale, emplit le paladin de nouvelles émotions, d’une envie débordante de se lever pour l’étreindre, de déclarer à tout le monde la force de sa flamme, aussi choquante soit-elle, mais ils n’en avaient pas parlé, il ne savait pas ce qu’Albérich aurait voulu, aussi resta-t-il silencieux et puisa-t-il tout ce dont il avait besoin dans cette simple présence, et il ressentit avec force l’incroyable bonheur d’avoir un instant, sous le même toit, les gens qui comptaient pour lui le plus au monde.
    Et puis Clémence fut dans ses bras et il suspendit un instant ses ruminations pour se nourrir de son contact.

    « Je n’y croyais presque plus. » dit-elle avec un sourire.
    Elle avait grandi, bien sûr. Elle était tout juste adulte quand il l’avait vue pour la dernière fois.

    « Il faut toujours espérer. » répondit-il.
    Du coin de l’œil, il surveillait sa mère qui, de son côté, regardait Albérich. Ce dernier, en retrait, hésitait manifestement à retourner à l’extérieur. Mais Alice lui proposa une tasse de thé, lui coupant toute retraite.
    La pièce, meublée simplement, n’était pas grande, mais elle avait suffi à accueillir toute la maisonnée pendant des années. Hubert l’avait quittée vers onze ans, pour ne plus y revenir que de manière sporadique, à la faveur des rares congés qu’ils obtenaient à la commanderie, pour les moissons, Herbeverte, parfois en fin d’année.
    Et puis dix ans d’absence complète. Il avait des neveux, des nièces, qu’il n’avait jamais vus. Avant de partir, il avait connu les femmes d’Arnaud et d’Adrien et le mari d’Alice, mais pas l’épouse de Léoric, qui était déjà décédée, et qu’il ne rencontrerait donc jamais. De toute façon, son plus jeune frère vivait non loin de Luménis : il ne le verrait pas aujourd’hui, peut-être plus tard, s’ils passaient par là en remontant vers Clairétoile. Quant à Clémence, elle était toujours célibataire et avait toutes les intentions de le rester.

    « Toujours pas de belle amoureuse ? » demanda Alice, comme si elle lisait dans ses pensées.
    Hubert échangea un rapide regard avec Albérich, eut l’impression que Clémence les avait vus, pinça les lèvres. Il sortit la parade habituelle.

    « Mon métier ne me le permet pas. »
    Alice haussa les sourcils.
    « Comme si ce genre de choses se commandait, fit-elle. On dit les Solarciennes très belles, un peu exotiques… J’ai pensé que c’était ce qui te retenait là-bas.
    — Laisse ton frère tranquille. » intervint leur mère.
    Alice rit doucement.

    « Je pose les questions que personne n’ose formuler !
    — Si Hubert avait ramené quelqu’un, tu le verrais, dit sa mère.
    — Il a ramené quelqu’un, dit Clémence, mutine.
    — Je ne parle pas de ce genre de quelqu’un. »
    Hubert regarda un instant par la fenêtre, c’était plus prudent.

  5. #5
    Date d'inscription
    July 2013
    Localisation
    Hélonna
    Messages 
    3 301
    Arnaud rentra peu après avec deux beaux agneaux à rôtir. Il fut question d’aller vérifier ce qu’on avait en cave, de sortir les tables au dehors, d’emprunter des chaises aux voisins, de préparer du pain, des salades, et Hubert essaya de freiner l’organisation des réjouissances, sans y parvenir le moins du monde. Il y aurait une fête, le soir-même, qu’il le veuille ou non, quel que soit son degré de fatigue, et il s’y résigna, conscient qu’il n’avait pas droit au chapitre, qu’il avait trahi les siens autrefois et qu’il était désormais à leur merci. L’épouse d’Arnaud arriva la première, avec ses trois enfants, puis ce fut le tour du mari d’Alice et leurs quatre petits, enfin de la femme d’Adrien et de leur unique fils. Des voisins vinrent jeter un coup d’œil, saluer le paladin, certains enthousiastes, d’autres plus mesurés. Hubert savait que personne, dans le village, n’ignorait ce qui l’avait jeté sur les routes. Mais l’eau avait coulé sous les ponts, encore et encore, et en dépit de sa disgrâce, il était accueilli parmi les siens. Sans doute Maleval était-il, de tout Hélonna, l’endroit où le général Maelwedd était le moins populaire, et cela lui réchauffa étrangement le cœur.
    Albérich, de son côté, offrit son aide à quiconque la sollicitait. Il porta des assiettes et du petit bois, éplucha des carottes, puisa de l’eau, déroula des nappes et parut faire conversation à toute personne à sa portée. Voir qu’il se mouvait sans heurts dans cet environnement modeste emplit Hubert d’une douce chaleur. Il n’en avait pas douté, en réalité, mais le vivre était une autre chose que l’imaginer. Clémence, en particulier, semblait l’avoir à la bonne et au bout d’un moment, Hubert commença à en ressentir une légère jalousie. Ils avaient l’air de bavarder et de rire juste un peu trop.
    Enfin, le chariot du forgeron apparut sur la route, transportant son père et Adrien. Geoffroy avait une expression froncée, signe qu’il avait été averti de son retour avant de pouvoir le constater de ses propres yeux, et en le voyant descendre de son siège, Hubert se sentit paralysé de frayeur, comme lorsque gamin il avait fait une monstrueuse bêtise qu’il allait devoir assumer.
    Si Adrien et Arnaud étaient plus larges que lui, Geoffroy était le seul à être plus grand, et l’âge ne semblait pas l’avoir diminué. Confiant les rênes de sa paire de mules à Arnaud, le vieux forgeron marcha droit vers le paladin figé. Autour d’eux, les gens continuaient à vaquer aux préparatifs de la fête, petits-enfants, belles-sœurs, sa mère, Albérich, mais au fond du fond, tout le monde les observait du coin de l’œil. Geoffroy en était conscient, lui aussi, car il paraissait embarrassé.

    « Bonjour papa, cha finalement Hubert.
    — Bonjour fils. » répondit le forgeron.
    Ils s’observèrent une seconde puis, d’un commun accord, franchirent les quelques pas qui les séparaient pour s’étreindre. Hubert ressentit un bouleversement brutal, irrépressible, prenant conscience que d’entre tous, Geoffroy avait été celui qui aurait pu le repousser et qu’il ne l’avait pas fait. Personne ne semblait lui en vouloir pour le mal qu’il leur avait fait, à tous, et il ne comprenait pas pourquoi.
    L’aura, aurait dit Albérich.
    Il avait la sensation de ne pas mériter tout cet amour, qu’il avait rejeté avec hargne, quand sa vie lui avait été volée, alors qu’il ne lui avait jamais fait défaut. Avaient-ils cru qu’il ne les estimait pas assez bons pour lui ?
    Il s’arracha à l’étreinte paternelle. Geoffroy avait les yeux humides, lui aussi.

    « Tu as l’air en forme, lui dit-il.
    — Toi aussi. »
    Geoffroy haussa les sourcils.
    « Ah si tu savais. J’ai grisé. Et les trois-quarts sont de la graisse, désormais.
    — Je n’en crois rien.
    — Et tu fais bien. »
    Adrien s’était approché et lui serra la main. Il arborait son habituel sourire et paraissait plus fort que jamais. Des quatre fils de la famille, il avait toujours été le plus costaud.
    « Que nous vaut le plaisir ?
    — Un désir de me racheter, je suppose. Et la force de le faire. »
    Son frère sourit.
    « Bienvenue à la maison. »
    Le paladin relâcha sa respiration, la poitrine gonflée d’émotions à nouveau difficiles.
    « Merci. Je suis heureux d’être rentré. »

  6. #6
    Avatar de Galathée
    Galathée est déconnecté Impératrice d'Erhedun
    Date d'inscription
    August 2004
    Localisation
    sur une autre longueur d'ondes...
    Messages 
    33 413
    Tout semblait tourner pour le mieux, mais Albérich était recru. On avait installé des tables, préparé des feux pour les agneaux, ouvert des bouteilles de vin, prié pour que le ciel reste clair, mais il se sentait de plus en plus déphasé, rattrapé par la fatigue et les émotions du jour.
    « Vous m’avez l’air d’avoir besoin d’un endroit où vous allonger. Venez avec moi, je vais vous montrer où vous allez loger. » murmura la mère d’Hubert, juste à côté de lui.
    Albérich faillit nier et se défendre, mais il avait besoin d’une pause avant les hostilités de la soirée. Il la suivit donc à l’intérieur, jusqu’au premier étage, et une chambre aérée, pourvue de deux lits qui venaient d’être faits. Le Luménien se demanda à quel moment son hôtesse en avait eu le temps : il avait l’impression de l’avoir vue courir à gauche et à droite depuis l’instant de leur arrivée, et il se sentit encore un peu plus honteux de sa lassitude.

    « Je vous ai mis ensemble, j’espère que ça ne pose pas de problèmes. »
    Elle le regardait avec curiosité, il sourit.
    « Nous avons l’habitude, en effet.
    — La salle d’eau est au bout du couloir… mais nous n’avons pas de latrines intérieures. Elles sont à côté de la forge, près du paddock.
    — Pas de soucis. »
    Elle l’observa un instant, et Albérich eut la certitude qu’elle savait exactement à quoi s’en tenir le concernant. Hubert croyait peut-être que ses parents étaient naïfs, mais sa mère le connaissait sans doute mieux que lui-même, et à tous niveaux.
    « Merci. De l’avoir ramené. » dit-elle alors, appuyée contre la porte.
    Albérich pinça les lèvres.

    « Je n’ai rien fait. Il le voulait.
    — Il avait besoin de force. Vous la lui avez donnée. Sans quoi il serait resté à Solarcis pour toujours, à se couvrir de poussière. Clémence me l’a dit, qu’il se fanait. Je pensais… monter jusque là, parfois, aller le chercher… Mais en même temps, je devais respecter cette distance qu’il avait voulue… J’aurais fini par le faire, peut-être. Mais vous êtes arrivé. Clémence l’a senti, dans ses lettres, que quelque chose avait changé. »
    Albérich s’éclaircit la gorge.
    « C’est le rôle d’un paladin de Lathandre… de veiller sur un prêtre de son obédience… »
    Elle eut un petit sourire entendu.
    « Bien sûr. J’espère qu’il veille bien sur vous. »
    Albérich se sentit rougir sous ce regard bleu ciel.
    « C’est un chevalier de grande valeur. » dit-il finalement.
    Elle opina du chef.
    « Je n’en ai jamais douté. »
    Elle détourna la tête, sans se départir de son sourire.
    « Je vais vous laisser vous reposer. Si vous vous endormez, nous vous enverrons chercher.
    — Merci. »
    Elle referma la porte et il lâcha un profond soupir, avant de frissonner. Il avait confirmé tout ce qu’elle voulait savoir. Mais elle savait déjà, en réalité, Hubert ne pourrait pas lui en vouloir. Il aurait pu essayer de mentir, jouer les surpris, éluder autrement mais… pourquoi diable n’avaient-ils pas abordé ce sujet avant d’arriver à Maleval ?
    Parce qu’Hubert, et lui, espéraient que les choses se sauraient, simplement. Ils avaient envie de pouvoir vivre ce qu’ils ressentaient en pleine lumière. C’était un souhait stupide, égoïste, peut-être dangereux, et en réalité, Albérich sentait que ce ne serait jamais complètement possible, nulle part, même à Clairétoile. Ils ne seraient pas forcés de se cacher, mais n’auraient jamais la latitude d’une complète liberté. A bien y réfléchir, c’était le cas pour les couples ordinaires en bien des endroits. L’amour, l’affection, étaient choses privées, et leur étalage était souvent malvenu. Luménis avait été un lieu tolérant, à cet égard, comme l’était sans doute Antelucas. Mais ni l’une, ni l’autre n’était leur destination.
    Il retira ses bottes, s’étendit sur un des lits, huma les parfums du printemps qui se glissaient jusqu’à lui par la fenêtre ouverte, puis s’endormit.
    Créateurs de tous poils, rejoignez-nous : Ecrivains, moddeurs, traducteurs, amateurs de RP, une place pour chaque plume !

    MJ sur Hélonna, full en ce moment

  7. #7
    Avatar de Galathée
    Galathée est déconnecté Impératrice d'Erhedun
    Date d'inscription
    August 2004
    Localisation
    sur une autre longueur d'ondes...
    Messages 
    33 413
    Il ouvrit les yeux. Hubert était penché sur lui, la main sur sa joue, et lui décocha un léger sourire. La lumière avait décru au dehors.
    « Je me suis endormi. Désolé, murmura le Luménien.
    — Ne t’excuse pas. Je me doutais que la présence d’un véritable lit aurait ce type d’effet sur toi. »
    Il s’inclina, lui baisa les lèvres, puis se redressa.
    « Mais je pense qu’il serait de bon ton que tu fasses ta réapparition. Les gens commencent à s’inquiéter. Surtout Clémence. »
    Albérich ne manqua pas la légère causticité de sa remarque.
    « Ta mère sait, cha-t-il.
    — Sait quoi ?
    — Pour toi et moi. Elle sait.
    — Tu racontes n’importe quoi.
    — Je te jure, Hubert.
    — Elle te l’a dit ?
    — A demi-mots.
    — Tu te fais des illusions.
    — Je suis sûr que non. »
    Albérich se redressa.
    « Regarde, déjà, elle nous a installés ensemble.
    — C’est une petite maison.
    — Vous étiez six enfants ! Il y a sûrement au moins une autre chambre.
    — Elle sait que je suis ton garde du corps. »
    Le Luménien entreprit de remettre ses bottes.
    « La belle affaire : je suis vraiment en danger mortel à Maleval, c’est certain. Elle sait, Hubert. Je suis sûr qu’elle abordera le sujet tôt ou tard.
    — Et ? »
    Ils se dévisagèrent. Albérich sourit.
    « Et tu peux lui dire ce que tu veux. Moi, je suis fier de nous. »
    Hubert secoua la tête et s’assit sur le lit.
    « Ah misère. Ils m’ouvrent leurs bras avec tellement… tellement d’amour, tellement de… de pardon…
    — C’est ta famille. Ils t’aiment. Personne ne veut gâcher l’instant avec des récriminations anciennes.
    — Ça viendra, Albérich. Ce soir, avec la fatigue, le vin… Les reproches viendront.
    — Tu les affronteras. Tu es conscient de tes torts… et des raisons derrière eux. C’est ta plus belle défense, cette franchise et ta volonté d’expiation. Ils t’aiment, Hubert. Ils t’aiment tous. Leurs reproches seront à la mesure de cet amour. Que voudrais-tu ? Qu’ils écartent ces années comme si elles n’avaient pas d’importance ? Cela… minimiserait votre lien. »
    En prononçant ces mots, il se sentit un instant vide, prenant la mesure de ce qu’Hubert avait et de ce qui lui faisait défaut, un foyer de lumière. Le paladin perçut le changement dans son expression, bien qu’il tentât de le dissimuler aussitôt.
    « Viens. Nous parlerons plus tard. »
    Et ils regagnèrent le rez de chaussée.
    Créateurs de tous poils, rejoignez-nous : Ecrivains, moddeurs, traducteurs, amateurs de RP, une place pour chaque plume !

    MJ sur Hélonna, full en ce moment

  8. #8
    Avatar de Galathée
    Galathée est déconnecté Impératrice d'Erhedun
    Date d'inscription
    August 2004
    Localisation
    sur une autre longueur d'ondes...
    Messages 
    33 413
    La soirée se déroula comme prévu : ils bavardèrent, mangèrent avec appétit, l’alcool délia les langues, il y eut quelques révélations, quelques tensions, rien de grave. La mère d’Hubert veillait sur son fils, coupant court aux critiques quand elles devenaient un peu trop dures. Au final, la personne la plus revêche était le mari d’Alice, un étranger, qui avait assisté aux événements de l’extérieur et pardonnait moins aisément que les enfants du forgeron, qui étaient prompts à la plaisanterie mais pas à la rancune. Albérich discerna peu à peu les dynamiques entre eux : Clémence était la rebelle, la petite dernière, protégée de l’opprobre par son père attendri. Alice était plus dure, parfois caustique, avait des avis tranchés et lâchait des vérités dures sans méchanceté mais sans gants. Adrien ne disait pas grand chose, c’était un observateur, presque distant, mais toujours souriant et donnant son avis sans tergiverser s’il était directement sollicité. Arnaud, l’aîné, était protecteur et diplomate, soucieux de ménager les uns et les autres, en particulier ses parents, même si sa tendance à arrondir les angles lui attirait les foudres d’Alice et les moqueries de Clémence. Le père, Geoffroy, était peu bavard, comme Adrien. La mère, Elaine, était dans un état presque euphorique. Les enfants cabriolèrent rapidement en tous sens, incapables de rester assis à table, et au fur et à mesure que la soirée progressait, les belles-sœurs et le beau-frère se retirèrent, pour aller coucher la marmaille. Restèrent la famille proche du paladin et Albérich. Celui-ci tenta plus d’une fois de se retirer, mais il était chaque fois rattrapé par l’un ou l’autre, comme s’ils en avaient fait un jeu. On parlait des cousins, de la forge, de Maleval, de la montagne, des rumeurs de Luménis, mais surtout on essayait de faire parler Hubert, qui se montrait étonnamment modeste, comme embarrassé de ce qu’il avait accompli en leur absence. Mais, petit à petit, ils parvinrent à lui tirer les vers du nez, s’appuyant de temps en temps sur Albérich pour obtenir les informations qui leur faisaient défaut. Il y avait trop à dire pour une seule soirée, cependant, et les émotions les avaient tous fatigués. Ils rangèrent en bavardant à mi-voix, partagèrent une infusion ou un petit verre de tord-boyaux, puis les quatre frères et sœurs d’Hubert prirent congé, chacun retournant chez lui — Alice accueillait Clémence pour la nuit — tandis qu’Hubert et Albérich restaient dans la maison parentale.
    Le Luménien essaya de ne pas se focaliser sur l’étrangeté de la chose mais la mine à la fois réjouie et épuisée d’Hubert avait quelque chose d’attendrissant qui chassa ses inquiétudes. Une fois en tête à tête dans leur petite chambre, ils restèrent silencieux un moment, se changèrent puis s’étreignirent dans la pénombre. A quelques pas de la chambre parentale, aller plus loin était impossible, mais partager la même pièce était déjà inespéré.

    « Ça va ? finit par murmurer Albérich, le front contre l’épaule du paladin.
    — Oui. Oui, ça va. »
    Ils n’ajoutèrent rien. Ils savaient l’un et l’autre qu’il restait des obstacles, un sujet difficile à aborder, mais jusque là, le retour à Maleval tenait toutes ses promesses.
    Dernière modification par Galathée ; 17/10/2018 à 17h41.
    Créateurs de tous poils, rejoignez-nous : Ecrivains, moddeurs, traducteurs, amateurs de RP, une place pour chaque plume !

    MJ sur Hélonna, full en ce moment

  9. #9
    Avatar de Galathée
    Galathée est déconnecté Impératrice d'Erhedun
    Date d'inscription
    August 2004
    Localisation
    sur une autre longueur d'ondes...
    Messages 
    33 413
    Le lendemain matin, il pleuvait.
    Albérich et Hubert descendirent prier sous l’averse, le manteau sur les épaules, face à la vallée immense qui s’ouvrait devant eux. Quand ils revinrent à la forge, trempés mais bouillonnants d’énergie, Elaine les attendait avec un petit déjeuner roboratif, à la mesure des défis présentés par la montagne. Face aux parents du paladin, Albérich hésita à prendre la tangente mais Hubert lui jeta un regard éloquent : il n’avait aucune intention de prendre le taureau par les cornes à une heure aussi matinale.

    « Quels sont vos plans, alors ? demanda Geoffroy, devant sa tasse de thé.
    — Rester quelques jours. Si nous ne dérangeons pas, dit Hubert.
    — Vous ne dérangez pas. » trancha Elaine, catégorique.
    Et l’affaire fut entendue.
    Arnaud et Adrien reparurent à la forge assez rapidement : le retour de leur cadet ne leur permettait pas de suspendre leurs activités professionnelles. Geoffroy et Arnaud travaillèrent à demeure, martelant le fer toute la journée, tandis qu’Adrien emmenait Hubert pour une tournée de livraison dans les villages voisins. Albérich les assura qu’il ne demandait pas mieux que de rester en arrière et partagea sa journée entre un coup de main en cuisine, des discussions avec Elaine et Clémence, sur la carrière de clerc, sur Solarcis, sur la jeunesse d'Hubert, et ses travaux d’écriture.
    Le soir, après un souper plus raisonnable que la veille, rassemblant tous les enfants du forgeron sauf Alice, Clémence les interrogea sur leur périple vers le sud, et Clairétoile fut enfin mentionnée. C’était un terrain glissant et Albérich laissa Hubert manœuvrer, raconter ce qui était acceptable, taire ce qui ne l’était pas. Il fut surpris, cependant, qu’il en dise si peu sur lui-même, ce qu’il avait réalisé, ce qu’il avait vécu, et surtout ce qu’il avait ressenti, comme s’il n’avait été qu’un témoin distant des événements. Au fil de son récit, pourtant impersonnel, ses proches parurent à la fois stupéfaits et amusés.

    « C’est vraiment un autre monde, finit par dire Arnaud. A part des bouquetins et des marmottes, je pense que j’ai dû voir… deux fois un ours… et une fois l’oréade du Mont Calme, de loin. Et j’ai 41 ans !
    — On a eu des bandits, quand même, l’année passée, dit Adrien.
    — Trois crétins sur des mulets. » grommela Clémence.
    Ses frères furent forcés d’acquiescer.

    « On ne va pas s’en plaindre, intervint leur mère, levant les yeux au ciel.
    — Chacun sa voie. » compléta Arnaud, philosophe et docile.
    Il n’y avait pas que physiquement, qu’Hubert détonnait sur la famille, mais Albérich se garda bien de le verbaliser. Bien sûr, la plupart des enfants rêvaient d’aventure puis devenaient des adultes rangés, aspirant à la tranquillité… Hubert n’était pas taillé dans ce bois… et il ne le devait manifestement pas à son environnement. Mais comme il n’exprimait que des faits, et si peu d’émotions, peut-être sa famille n’en était-elle pas complètement consciente.
    Ils discutèrent encore un moment de Clairétoile, de leur intention d’y rentrer avant l’hiver, de ce qu’ils y feraient, vaguement, du temple de Lathandre, de la commanderie, des défis — très théoriques — de la renaissance d’une cité, puis passèrent aux sujets qui intéressaient directement la forge, les commandes d’ici, le minerai de métal à aller chercher là-bas, les nécessités de réparation de certains outils, de l’auvent, le besoin de bois. Petit à petit, au fil de la conversation, Albérich mesura la nervosité grandissante de son compagnon, que le simple contact avec ses frères, avec ses parents, crispait de plus en plus. Hubert était mauvais comédien, il s’efforçait pourtant de contrôler cette tension, un désarroi d’être accueilli dans ce qu’il percevait comme un mensonge. Il finit par se replier en lui-même, un changement d’attitude que tout le monde perçut et qui alarma sa mère, Albérich en fut douloureusement conscient. Ce subit malaise mit prématurément fin à la soirée, même si personne n’en fit la remarque et que chacun prétexta une grande fatigue.

    Il fallut bien aborder le sujet, une fois qu’ils furent en tête à tête.

    « Je pense que tu dois leur en parler demain. Tu es en train de transformer quelque chose de merveilleux en un drame.
    — Je ne comprends pas ce que tu veux dire.
    — Tu ne t'en rends peut-être pas complètement compte, mais tu prends tes distances. Hier, tout allait bien, aujourd’hui, c’est comme si tu retirais déjà tes pions… Tu as été… presque froid. Tu leur as raconté Clairétoile comme si tu étais barde. Et un mauvais barde, de surcroît. Pourquoi les tiens-tu si éloignés de toi, soudain ? Ils ne comprennent pas… Hier, tu étais larmes, rires et embrassades, et aujourd’hui… Est-ce qu’il s’est passé quelque chose avec Adrien ?
    — Quoi ? Non. Non, pas du tout. Nous avons parlé… des petites affaires de chacun… Des enfants, des parents… »
    Il s’assit lourdement sur son lit.
    « Je ne le fais pas exprès… mais je pense sans cesse… à ce que je sais…
    — Pour l’heure, tu ne sais rien, Hubert. Mais tu dois leur parler demain.
    — Je ne suis pas sûr…
    — Moi je suis sûr. Tu es en train de… de gâcher quelque chose qui avait bien démarré.
    — Ne sois pas dur avec moi. »
    Albérich le rejoignit, posa une main amicale sur son épaule, puis l’attira contre lui.
    « Excuse-moi. »
    Il lui embrassa la tempe.
    « Je ne peux pas te dicter ta conduite, tu as raison. Je ne mesure pas… ton bouleversement. Mais je pense que chaque jour… chaque heure… que tu passes à ruminer, est une heure perdue. Tu es venu pour les revoir. Pour rentrer chez toi. Mais aussi pour leur poser cette question. »
    Hubert passa un bras autour de lui.
    « Ils t’aiment. Que tu sois leur fils ou pas, ils t’aiment. Cela saute aux yeux. Et c’est la chose la plus importante. Je sais que tu as besoin de comprendre d’où tu viens mais… rien de ce qu’ils pourront dire ne changera jamais ce que vous êtes les uns pour les autres.
    — Je ne peux pas croire que ma mère…
    — Et tu dois cesser d’essayer d’y croire. Pose ta question. »
    Hubert acquiesça.
    « Mais demain. »
    Le paladin rit doucement.
    « Demain. »
    Ses parents étaient sans doute déjà profondément endormis...
    Créateurs de tous poils, rejoignez-nous : Ecrivains, moddeurs, traducteurs, amateurs de RP, une place pour chaque plume !

    MJ sur Hélonna, full en ce moment

  10. #10
    Date d'inscription
    July 2013
    Localisation
    Hélonna
    Messages 
    3 301
    Ils petit-déjeunèrent en devisant de choses triviales. Une fois qu’ils eurent terminé, Hubert s’attarda dans la pièce, fureta de-ci de-là, regarda par la fenêtre en écartant le rideau — son père gagnait la forge, Albérich rejoignait la margelle — puis s’assit. Sa mère, surprise, resta silencieuse, commença à préparer une pâte à tourte, lentement, juste à côté de lui.
    « Vide ton sac, Hubert. » lui dit-elle au bout d’un moment.
    Il pinça les lèvres. Il ne savait pas quoi dire, pas comment. Les larmes lui montèrent aux yeux avant même qu’il ait ouvert la bouche. Elaine posa une main enfarinée sur son épaule, puis frôla sa joue.

    « Oh, mon ange, que se passe-t-il ? »
    Elle lui tourna le visage pour qu’ils se regardent dans les yeux et elle fronça les sourcils.
    « Hubert… Tu sais que je ne te jugerai jamais, n’est-ce pas ? »
    Il réalisa qu’Albérich avait vu juste, qu’elle savait ce qu’il était mais qu’elle se méprenait sur la source de son émotion.
    « Maman… J’ai… Je ne sais pas quoi dire…
    — Vas-y. »
    Elle reposa sa pâte, croisa les bras.
    « J’ai… J’ai appris… que… mes origines… n’étaient pas celles que je croyais… que… je ne pouvais pas… être complètement de votre sang… »
    L’expression d’Elaine changea du tout et Hubert y vit le reflet de son propre désarroi. Elle se leva brusquement, marcha jusqu’à la porte, l’ouvrit et appela Geoffroy, d’une voix forte. Stupéfait, Hubert s’était levé à son tour. Sa mère revint vers lui.
    « Rassieds-toi. »
    Elle avait les larmes aux yeux, elle aussi.
    « Ce n’est pas une discussion que nous aurons sans ton père. »
    Le forgeron était apparu, bloquant toute la lumière de sa large carrure.
    « Que se passe-t-il ?
    — Nous devons parler. »
    Hubert passa une main rapide sur son visage, comme pour chasser son émotion. Geoffroy, manifestement perdu, ferma la porte et s’assit. Elaine lui prit la main, puis prit celle d’Hubert. Le paladin frémit sans pouvoir s’en empêcher. Il regretta, subitement, qu’Albérich ne soit pas là. Pourtant il devait affronter tout ceci seul, avant de pouvoir le partager, c’était nécessaire.
    « Mon garçon, je veux d’abord que tu saches que nous t’avons aimé… et nous t’aimons toujours… autant que n’importe lequel de nos autres enfants. » dit Elaine.
    Son père avait grimacé, comprenant immédiatement sur quoi portait la conversation.

    « Dis-lui, ma chérie. » murmura-t-il simplement.
    Elle acquiesça.

    « Tu n’es pas de notre sang, Hubert. A aucun des deux. Tu nous as été confié, autrefois… à un moment où tu avais besoin de nous, et où nous avions besoin de toi. »
    C’était dit. Il n’était pas leur fils. Il l’avait pressenti, il n’avait pas voulu le croire, et à présent, il n’y avait plus moyen de se voiler la face.
    « Nous n’avons jamais voulu te cacher quoi que soit, Hubert, mais tu es parti si jeune, et tu es revenu si peu souvent… Nous n’avons jamais trouvé le moment opportun, et puis tu as tout bonnement disparu ! Il semblait cruel de le faire dans une lettre… et inutile, aussi. Pour nous, ça n’avait… n’a aucune importance. »
    Hubert demeura muet puis acquiesça lentement.
    « D’accord. »
    Il sentit une larme se frayer un chemin sur sa joue, tenta de ne pas y prêter attention.
    « J’ai besoin de savoir. » dit-il cependant.
    Ses parents échangèrent un regard et ce fut sa mère qui reprit.

    « Nous avons perdu un bébé, autrefois. Un petit garçon. Il est né mort. C’était une chose terrible… J’étais… »
    Elle sourit tristement, perdue dans ses souvenirs.
    « J’étais défaite. Ton père aussi. Ce genre de malheur frappe souvent, nous le savions bien, mais… le vivre… c’était tout autre chose. Myra, la prêtresse de Lathandre de Fondnoir… C’était la sage-femme, elle avait aidé à la naissance… Elle a été témoin de… de ce qui s’était produit… Mais le bébé, il était… il n’y avait pas moyen de le sauver… »
    Elle soupira.
    « Myra est revenue, deux jours plus tard, avec toi. Elle nous a expliqué que tu étais orphelin, que si nous le voulions… mon lait te sauverait certainement la vie… Elle ne nous a pas dit ce qui était arrivé à tes parents, et nous ne lui avons pas posé la question. Tu étais l’enfant que nous avions tant désiré, un don de Lathandre, et nous t’avons aimé comme si tu avais été nôtre dès ton premier souffle. Adrien et Arnaud étaient à Silence, chez ma sœur, ils n’ont rien su de ce qui s’était passé. Quand ils sont revenus, tu étais là, dans mes bras, lumineux, magnifique, tellement vivant… Et depuis ce moment, tu as toujours été notre fils.
    — Je le serai toujours. » murmura Hubert.
    Sans le décider vraiment, ils se levèrent et s’étreignirent. Hubert sentit ses larmes se perdre dans les cheveux de sa mère, contre l’épaule de son père, se rasséréna dans la chaleur de leurs bras, dans leur force aussi, ce don sans réserve de leur amour. Ces gens qui l’avaient recueilli. Orphelin. Il avait été tellement ingrat alors qu’ils lui avaient tout donné.

    « Je vous aime, cha-t-il. Je suis désolé de vous avoir fait tant de mal.
    — Tu es revenu, fiston, c’est tout ce qui compte. » murmura Geoffroy.
    Ils se rassirent, restèrent silencieux une seconde, ne sachant pas trop où et qui regarder.

    « Je dois aller à Fondnoir. Je ne veux pas que vous le preniez comme un désaveu, murmura Hubert. J’ai besoin d’en savoir davantage sur mes origines… parce que… »
    Il s’éclaircit la gorge, rougit une seconde. Appuyée contre l’épaule de Geoffroy, Elaine séchait ses larmes.
    « J’ai… appris… que je n’étais… »
    Il ne savait pas le dire et il sentit ses yeux déborder à nouveau. Il avait tant envie d’être comme eux, ces gens admirables, ses parents, il avait envie d’être leur fils, de sang, indissociable de leur être, le fruit de leurs entrailles, et pas ce monstre sans identité, sans histoire. Leur dire la vérité, c’était rompre quelque chose, les mettre à l’écart, pour toujours. Il ne pouvait pas le faire. Mais il les aimait. Et taire tout ce qui le hantait, c’était peut-être pire encore.
    « Tu n’es pas obligé de nous le dire, fils. » dit Geoffroy, sensible à son trouble.
    Le paladin gémit malgré lui. Il venait de rentrer. C’était trop tôt. Ils réapprenaient seulement à se connaître.

    « Je vous en parlerai, je vous le promets. Dès que… dès que j’en saurai davantage. »
    Il avait envie d’enlever sa stupide cape, de leur montrer ces ailes risibles qui poussaient peu à peu dans son dos, qui deviendraient bientôt tout à fait impossibles à dissimuler, qui l’arracheraient à l’humanité tout entière. Il s’en sentait incapable. Ils allaient avoir peur, ils allaient le considérer à jamais comme un étranger. Or il avait besoin d’eux, plus que jamais, alors qu’il s’engageait sur ce sentier traître, au milieu de nulle part.
    Elaine avait l’air un peu effrayée.

    « Tu as appris… des choses difficiles ?
    — Des choses imprévues. » dit Hubert.
    Il secoua la tête.

    « Je vous promets de vous en parler. Laissez-moi juste… savoir exactement ce qu’il y a à dire. »
    Geoffroy acquiesça.
    « Bien sûr.
    — Tu ne vas pas mourir ? » demanda brusquement Elaine.
    Hubert la dévisagea, stupéfait, puis sourit.

    « Non, non, ça je ne crois pas. Enfin… quand on fait mon métier, évidemment…
    — Ne parle pas d’horreurs. »
    Elle se leva, lui embrassa le crâne.
    « Tu nous dis quand tu es prêt. »
    Elle semblait curieusement rassérénée. Geoffroy sourit, lui aussi, comme si l’attitude d’Elaine primait sur son propre ressenti.
    « Je retourne en forge. Si tu as besoin que je t’indique Fondnoir…
    — Merci, papa. »
    Geoffroy se leva, les dévisagea l’un et l’autre, puis sortit. Hubert et sa mère s’étreignirent alors à nouveau.
    « Ne doute jamais de mon amour.
    — Je te le promets. »
    Dernière modification par Galathée ; 03/04/2019 à 10h38.

  11. #11
    Avatar de Galathée
    Galathée est déconnecté Impératrice d'Erhedun
    Date d'inscription
    August 2004
    Localisation
    sur une autre longueur d'ondes...
    Messages 
    33 413

    Pendant qu’Hubert avait sa conversation critique avec ses parents, Albérich était resté dehors. Il n’avait pas pu écrire : la tension avait grimpé d’un cran lorsqu’Elaine avait appelé Geoffroy, et à présent, il ne parvenait plus à se concentrer, tantôt soucieux, tantôt serein, curieux et en même temps confiant, soulagé qu’Hubert ait osé, enfin, aborder ce qui le hantait, et inquiet que cela se passe bien, sans que personne ne soit blessé, ni le paladin, ni ses parents.
    Arnaud, qui avait travaillé à la forge jusque là, finit par abandonner son enclume et vint à sa rencontre. Albérich l’accueillit d’un sourire, tout en craignant ce qu’il pourrait bien lui demander. Le forgeron s’appuya à la margelle, bras croisés, les yeux fixés sur la petite maison.

    « Vous savez de quoi ils parlent, n’est-ce pas ?
    — Oui. Je crois. » répondit Albérich.
    Arnaud le regardait en coin, Albérich se sentit légèrement mal à l’aise.

    « Quand il a été banni, il y a dix ans, mes parents se sont beaucoup demandé pourquoi la commanderie, ses amis, ses collègues, s’étaient si peu mobilisés pour le soutenir, avaient accepté cette condamnation ignoble, alors qu’il avait… agi selon son code d’honneur, le leur, qui veut qu’on protège les innocents. Aujourd’hui, si j’en crois Léoric, mon frère, qui travaille pour eux, la commanderie est… fortement diminuée, exsangue, même, contrainte de se plier aux exigences du conseil. Mais à l’époque, c’était une institution florissante, le formidable bras armé de Lathandre, plus forte et crainte que la garde ou l’armée, et le clergé lathandrite lui-même jouissait d’un respect et d’un pouvoir sans commune mesure avec ce qu’ils sont aujourd’hui.
    — C’est vrai. J’étais à Luménis à l’époque. Au Temple. C’était une époque… différente.
    — Vous avez entendu parler de lui ? Du procès ? De son bannissement ?
    — Non. Mais j’étais... peu au Temple. Et jamais à la commanderie.
    — Est-ce que vous pensez qu’aujourd’hui, si ce genre de choses arrivait, vous n’en seriez pas informé ?
    — Je… je ne vois pas où vous voulez en venir.
    — Mes parents pensent qu’ils étaient contents de se débarrasser de lui. Que c’était une occasion à saisir.
    — Vous n’êtes pas sérieux… Pourquoi diable la commanderie aurait-elle voulu se passer des services d’un pal… »
    Il s’interrompit au milieu de sa phrase, réalisa qu’il se trahissait, tenta de reprendre mais Arnaud le devança.
    « Vous savez pourquoi. Il n’était pas un preux parfait. Il avait une tare… problématique. »
    Albérich ne trouva rien à répondre, incapable de deviner si Arnaud le jugeait, durement, ou s’il énonçait l’avis des autres.
    « Hubert n’a jamais… jamais mentionné ce genre de choses, murmura-t-il finalement. Je ne crois pas qu’il l’ait jamais même… envisagé de la sorte. C’est horrible, d’imaginer qu’ils auraient pu…
    — Il n’en est peut-être rien, dit Arnaud. Mais c’est la certitude de maman. Papa, lui, aurait préféré que pareil sujet ne soit jamais abordé. »
    Albérich secoua la tête, les bras croisés.
    « Ce n’est pas de ça qu’ils parlent, dit-il alors.
    — Ah ?
    — Ils parlent… de vos liens. Je ne veux pas m’avancer. Il vous en parlera lui-même, au moment opportun. »
    Arnaud le regardait à nouveau, pivoine.
    « Je me suis mépris, murmura-t-il, terriblement embarrassé.
    — Non, vous ne vous êtes pas mépris, mais ce n’est pas de cela qu’ils parlent, pas aujourd’hui. »
    Le forgeron acquiesça mais Albérich le sentait toujours mortifié.
    « Je ne voulais pas vous insulter.
    — Vous ne l’avez pas fait, Arnaud. A aucun moment. Et je vous suis gré de m’avoir parlé de ces éléments. Je pense, cependant, qu’il est préférable de n’en rien dire à votre frère. Cela… ne lui ferait aucun bien. »
    Et à moi non plus, songea-t-il par devers lui.
    D’autant que c’était peut-être tout à fait mensonger. Il connaissait mal les paladins. Erwan était le seul qu’il avait fréquenté, et seulement parce qu’ils étaient prisonniers dans la même cellule, sous le Fort, durant la dictature. Il ne l’imaginait pas capable d’une telle déloyauté, pour des motifs aussi futiles.
    « Arnaud… Je peux vous poser une question ?
    — Bien sûr.
    — Tout le monde ici est… au courant… de ces inclinations ?
    — Peut-être pas Alice. Mais maman le savait et quand Hubert a été banni, et bien… les conversations houleuses qui ont suivi… nous en avons été témoins, Adrien et moi. Et Clémence… Clémence dit qu’elle l’a toujours su. »
    Il s’était empourpré.
    « Moi, je ne veux pas me mêler de ces choses-là, ça ne me regarde pas, c’est sa vie privée. Et nous n’avons pas de discussions là-dessus, rassurez-vous. C’est juste… vu que vous êtes arrivé avec lui… Voilà, c’était stupide de ma part, j’ai pensé que ça expliquait le branle-bas de combat, même si, tout bien réfléchi, vu que maman le savait… Elle n’aurait pas réagi comme ça. »
    Il parut soudain inquiet.
    « Qu’est-ce qui se passe, au juste ? »
    Albérich hésita.
    « Rien de très grave, dit-il finalement. Hubert a besoin de raconter certaines choses qui se sont produites ces derniers temps… Des choses qui l’ont bouleversé… et qu’il doit partager progressivement… Il avait… un besoin profond de rentrer ici, de plus en plus lancinant ces derniers mois. Certaines choses doivent se dire. Mais je suis certain — convaincu — que ce sera pour le mieux, et pour tout le monde. »
    La porte s’ouvrit sur Geoffroy, qui se dirigea vers la forge d’un pas incertain. Arnaud se redressa.
    « J’y retourne. Merci… et désolé… pour la conversation.
    — Il n’y a pas de mal. »
    Arnaud pinça les lèvres et hocha la tête, avant de détaler. Albérich savait désormais qu’hormis Alice, toute la famille du paladin supposait qu’ils couchaient ensemble. Il ne savait pas, cependant, ce qu’ils en pensaient vraiment, et cela le mit mal à l’aise, comme s'il était coupable de quelque chose, responsable d'une inévitable déception.
    Dernière modification par Galathée ; 23/05/2018 à 16h45.
    Créateurs de tous poils, rejoignez-nous : Ecrivains, moddeurs, traducteurs, amateurs de RP, une place pour chaque plume !

    MJ sur Hélonna, full en ce moment

  12. #12
    Avatar de Galathée
    Galathée est déconnecté Impératrice d'Erhedun
    Date d'inscription
    August 2004
    Localisation
    sur une autre longueur d'ondes...
    Messages 
    33 413
    Hubert ne sortit de la maisonnette que de longues minutes plus tard. Un instant, il parut désorienté, puis il repéra le prêtre et vint à sa rencontre. Albérich ne bougea pas, l’observant tandis qu’il marchait. Son teint indiquait qu’il avait traversé des émotions fortes, mais il ne semblait pas désespéré.
    « Je dois aller à Fondnoir. Tu viens avec ? »
    Albérich réprima un éclat de rire.
    « Qu’est-ce que c’est que ça pour une entrée en matière ? De quoi parles-tu ? Raconte-moi…
    — En route, si tu veux bien. C’est à deux heures de cheval… »
    Albérich abandonna sa margelle et le suivit vers l’arrière de la maison.
    « Qu’y-a-t’il à Fondnoir ?
    — Un Temple de Lathandre.
    — Et ?
    — Des registres, j’espère. »
    Grand Vent et Printemps parurent heureux de quitter leur carré d’herbe pour regagner les pistes. Geoffroy les salua d’un geste au moment où ils s’engageaient sur la route.
    « Raconte-moi. »
    Hubert lui résuma la conversation et Albérich mesura son émotion aux trémolos mal maîtrisés de sa voix.
    « Je ne partage au final rien avec eux. Je pensais… je pensais que j’étais le fils de ma mère… »
    Albérich n’était pas surpris, mais il n’en dit rien.
    « Tu es le fils de ta mère, Hubert. Et de ton père. »
    Poser la main sur son épaule alors qu’il était perché sur un cheval aussi immense était une tâche impossible.
    « C’est déstabilisant… très déstabilisant. Moins qu’au moment où Giovanni… m’a asséné toutes ces choses, mais… J’en prends la mesure, différemment. C’était presque théorique, jusqu’ici… Une part de moi imaginait que… je pouvais être demi-céleste et leur fils en même temps… »
    Il secoua la tête. Ils avaient atteint les limites du village et s’engagèrent sur le chemin qui descendait plus bas dans la vallée.
    « En même temps, je suis incroyablement soulagé que ma mère et mon père… soient restés unis… qu’il n’y ait pas eu de céleste semant des graines d’infidélité… J’aurais… détesté… être le fruit d’un désamour. »
    Albérich ne dit rien. Il était lui-même exactement ça. Mais il n’avait pas de place dans ce qui se jouait autour de lui, et il ne pouvait pas en vouloir à Hubert.
    « Mais Myra… c’est la prêtresse de Lathandre… est morte il y a déjà plusieurs années. Et mon adoption n’a jamais été mentionnée par personne. Il est possible qu’il y ait quelque chose me concernant au temple… mais il est aussi possible qu’il n’y ait rien. »
    Il haussa les épaules avec une désinvolture feinte. La piste les força à cheminer l’un derrière l’autre et Albérich regretta de ne pas être en croupe, sur Grand Vent, pour l’étreindre une seconde.
    Pendant un moment, il leur fut impossible d’échanger : ils progressèrent à la queue leu leu et le vent glacé leur gela les joues, remontant de la vallée en sifflant. La route s’élargit à nouveau mais il se mit brusquement à pleuvoir. Calfeutré dans leurs manteaux, soufflant de la buée blanche, ils mirent leurs chevaux au trot puis au petit galop, histoire de profiter d’un terrain moins escarpé pour gagner du temps. L’ondée s’arrêta aussi brutalement qu’elle avait débuté.
    Quand ils reprirent leur conversation, ils n’abordèrent plus l’objectif de leur randonnée. Ils parlèrent du temps, écoulé depuis leur départ de Clairétoile, Mirtul bientôt déjà, Herbeverte le lendemain, et l’obligatoire cérémonie qu’Albérich devrait improviser sur les pelouses de Maleval, puis leurs projets pour les jours, peut-être les veilles, à venir. Ils parlèrent un peu du frère qu’Hubert avait près de Luménis, qui semblait un hôte envisageable pour les quelques jours où Albérich serait en ville et Hubert contraint de rester à distance. Le prêtre se garda bien de mentionner les soupçons dont Arnaud lui avait parlé. Ils ne sauraient jamais ce qui s’était passé alors, et Hubert avait trop de choses compliquées à assumer pour l’heure : c’était inutile. Dès qu’ils en eurent l’opportunité, ils reprirent le galop, croisèrent quelques bergers, quelques cueilleurs, ralentirent pour ne pas disperser un troupeau d’oies en maraude.
    Et puis enfin Fondnoir, au creux d’une petite vallée encaissée, autour d’un torrent blanc d’écume. Le village devait son nom à un gouffre dans lequel la rivière sauvage disparaissait subitement, avant de réapparaître en contrebas, au hameau d’Eau-Surgie. Leur arrivée attira immanquablement les regards et même les commentaires. Ils mirent pied à terre, ce qui les rendait tout de suite un peu moins menaçants, et s’enquirent du Temple de Lathandre.
    Créateurs de tous poils, rejoignez-nous : Ecrivains, moddeurs, traducteurs, amateurs de RP, une place pour chaque plume !

    MJ sur Hélonna, full en ce moment

  13. #13
    Avatar de Galathée
    Galathée est déconnecté Impératrice d'Erhedun
    Date d'inscription
    August 2004
    Localisation
    sur une autre longueur d'ondes...
    Messages 
    33 413
    C’était en fait à peine plus d’une chapelle, et lorsqu’ils y parvinrent, ils dénichèrent le prêtre dans le potager à l’arrière, de la boue plein les bottes. C’était un jeune homme de moins de trente ans, à la barbe blonde fournie, qui leur sourit puis se figea entre ses rangées de haricots. Albérich eut une grimace.
    « Il t’a reconnu, murmura Hubert.
    — Indéniablement. Moi aussi, note. »
    Il prit les choses en main.
    « Bonjour Tobin. C’est… une surprise.
    — Et c’est un euphémisme, répondit le jeune homme en s’approchant. Ah, j’ai les mains dégueulasses. »
    Il les frotta sans cérémonie sur ses chausses puis tendit la droite à Albérich qui la serra volontiers. Le Lathandrite avait une poigne ferme, d’homme solide.
    « Hubert, je te présente Tobin. Il était novice puis prêtre à Luménis, jusqu’il y a… cinq ou six ans, je dirais.
    — Cinq. Je suis revenu à Fondnoir il y a cinq ans. »
    Son regard clair se tourna vers Hubert.
    « Vous êtes Hubert de Maleval. J’ai entendu parler de vous.
    — Je ne sais pas si c’est une bonne chose, dit le paladin.
    — Le sang des montagnes ne trompe pas. »
    Ils se serrèrent la main avec la même franchise.
    « Bienvenue dans ma très modeste demeure.
    — Le soleil y brille, c’est bien suffisant. »
    Tobin acquiesça avec le sourire.
    « Je ne voudrais être nulle part ailleurs. »
    Il les guida vers l’arrière du sanctuaire et une table installée dans le jardin. Il disparut à l’intérieur puis reparut avec des rafraîchissements, du pain et du fromage de chèvre, de la bière blonde, beaucoup plus légère que celle brassée en haute montagne.
    « Que me vaut l’honneur d’une telle visite ?
    — Une affaire compliquée, dit Albérich en jetant un œil vers Hubert.
    — Et confidentielle. » ajouta le paladin.
    Le visage de Tobin se para d’une nouvelle gravité. Hubert ne desserra pas les lèvres et décocha un regard suppliant à son compagnon. Albérich acquiesça.

    « Nous nous demandions s’il existait des registres des naissances de la région, embraya-t-il. Des registres qui datent du temps où Myra était encore vivante, et qui remontent à… il y a longtemps.
    — Bien sûr. Tout est consigné. » répondit Tobin.
    Il ne posa aucune question, mais son expression trahissait une certaine perplexité.

    « Je suis un enfant adopté, dit alors Hubert. Je voudrais en savoir davantage sur mes origines.
    — Oh. Je vois. Et bien… Venez avec moi. »
    Créateurs de tous poils, rejoignez-nous : Ecrivains, moddeurs, traducteurs, amateurs de RP, une place pour chaque plume !

    MJ sur Hélonna, full en ce moment

  14. #14
    Avatar de Galathée
    Galathée est déconnecté Impératrice d'Erhedun
    Date d'inscription
    August 2004
    Localisation
    sur une autre longueur d'ondes...
    Messages 
    33 413
    Les archives du Temple étaient conservées dans une unique armoire, dans ce qui servait de bibliothèque, si on pouvait qualifier ainsi une aussi modeste collection. Albérich avait des souvenirs confus de Tobin, car il était parti avant que lui-même n’accède à des responsabilités au Temple. Il avait, bien sûr, connu tout le monde, mais comme il résidait plus ou moins dans les Taudis, il avait peu fréquenté ses pairs, surtout à cette période. Il avait le souvenir d’un garçon simple et sincère, sortant peu du Temple mais appréciant les jardins.
    « En quelle année êtes-vous né ?
    — Marpenoth 48. »
    Un jeunot, en somme, et Albérich réalisa qu’il allait très bientôt avoir quarante ans. Tobin s’était penché sur l’armoire et il en sortit un vieux volume relié de cuir rouge, qu’il déposa sur la table.
    « Je vous laisse regarder. » dit-il, avant de s’esquiver diplomatiquement, retournant sans doute à son potager.
    Hubert localisa rapidement les pages qui concernaient l’époque de sa naissance. Des noms se succédaient, ligne après ligne, parents, nourrissons, dates, villages. Il y avait quatre noms pour Marpenoth 1348.

    « Je viens de Moraison. Je suis né deux jours plus tôt que je ne le croyais. »
    Il releva les yeux.
    « Moraison ? Je connais ce nom… Il y a un temple, là… Où est-ce ? demanda Albérich.
    — En bordure de la Brève, plus au nord. A une journée de cheval, environ. Et il y a juste un nom : Caronis et puis un double « t ».
    — Caronis est un prêtre de Lathandre. Il a longtemps officié près de la Forêt Maudite, avant de prendre sa retraite, il y a quelques années…
    — La Forêt Maudite… C’est encore beaucoup plus au nord…
    — Nous devons aller le voir, de toute façon. Il était encore vivant quand j’ai quitté Luménis. Vieux, mais vivant.
    — Nous ne pouvons pas aller jusque là maintenant, murmura Hubert. C’est sur notre route de retour, de toute façon… »
    Il soupira, se massa les paupières.
    « Espérons qu’il se souviendra de moi. »
    Albérich lui pressa l’épaule.
    « Comment pourrait-il en être autrement ? Un être si magnifique. »
    Hubert lui sourit.
    « J’étais moins magnifique à l’époque. »
    La gravité revint sur ses traits.
    « Rentrons à Maleval. Mes parents doivent s’inquiéter, j’ai fui comme un malpropre… »
    Albérich évita de mentionner que ce n’était pas la première fois. De retour à l’extérieur, ils retrouvèrent Tobin. Celui-ci leur confirma que Caronis vivait à Moraison, où il coulait des jours tranquilles après des années de lutte contre les morts-vivants du sud de la forêt maudite. Ils acceptèrent ensuite un verre de vin et bavardèrent un moment avec leur homologue local. Ils apprirent ainsi que Tobin était le neveu de Myra, l’ancienne prêtresse de Fondnoir, et qu’il avait toujours eu le souhait d’y officier, aussi loin que remontent ses souvenirs. Pendant qu’ils conversaient, ils furent interrompus à trois reprises par des villageois, venus consulter le prêtre pour des questions diverses, parfois très peu religieuses, mais Tobin occupait cet étrange rôle de confident et de conseiller en toutes choses, comme de très nombreux clercs de campagne. La quatrième personne à passer était un jeune homme qui organisait son mariage dans les jours prochains, aussi Tobin dut-il prendre congé et Albérich et Hubert remontèrent en selle pour regagner Maleval.
    Ils cheminèrent tranquillement vers le hameau, prenant leur temps, ce qui permit à Hubert de ruminer sa frustration, de la digérer et de retrouver le sourire. Ce n’était que partie remise et il avait foi : lorsqu’ils atteignirent la forge, affamés, au milieu de l’après-midi, il était d’excellente humeur, ayant narré une demi-douzaine d’aventures de jeunesse à son compagnon de randonnée. Albérich nota qu’ils étaient attendus, même si tant les parents que les frères d’Hubert essayèrent de ne pas le montrer. Elaine leur servit de la tourte et une bière légère du terroir, sur une table à l’extérieur, sans oser les interroger. A peine eurent-ils terminé qu’Arnaud vint leur proposer d’aller à la pêche au saumon et ils repartirent, à pied cette fois, sur un sentier de montagne, jusqu’au bord d’un torrent glacé. Albérich s’installa dans l’herbe, un parchemin sur les genoux, tandis que les deux frères capturaient leur souper.
    La fin de journée se déroula sans heurts, sans grandes conversations, mais durant le repas, autour de ces délicieux saumons braisés qu'Hubert et Arnaud avaient volé à la rivière, Albérich perçut un léger changement dans l'atmosphère, une petite tension différente des malaises de la veille. Il faudrait que le paladin ose en dire davantage, mais il fallait respecter son rythme. De son côté, il ne pouvait qu'accompagner, avec le plus de bienveillance possible, et éviter de se substituer à son ami.
    Créateurs de tous poils, rejoignez-nous : Ecrivains, moddeurs, traducteurs, amateurs de RP, une place pour chaque plume !

    MJ sur Hélonna, full en ce moment

  15. #15
    Avatar de Galathée
    Galathée est déconnecté Impératrice d'Erhedun
    Date d'inscription
    August 2004
    Localisation
    sur une autre longueur d'ondes...
    Messages 
    33 413
    A la faveur de la nuit, le Luménien aborda l’autre pseudo-mystère qui méritait d’être dissipé dans les jours à venir.
    « Au fait, Arnaud est venu me parler pendant que tu discutais avec tes parents. »
    Hubert était en train de retirer ses chausses. Albérich, lui, était déjà sous ses couvertures.
    « Ah ?
    — Oui. Il pensait… que tu dévoilais à tes parents la nature de notre relation.
    — La nat… quoi ? »
    Il s’était immobilisé dans son mouvement et tourna un visage interloqué — ou choqué — vers le Luménien.
    « Arnaud ?
    — Il dit que seule Alice ignore — peut-être — tes penchants.
    — Quoi ?
    — Il était très embarrassé d’aborder ce sujet, surtout après que je lui ai dit que ce n’était pas le thème de votre échange. »
    Le paladin s’assit lourdement sur son lit, le visage exsangue.
    « Tu te fiches de moi.
    — Non.
    — Ah misère. »
    Il noya son visage entre ses paumes.
    « Il ne manquait plus que ça.
    — C’est bien mon avis, dit Albérich avec douceur, prenant l’expression au sens littéral.
    — Je ne suis au final rien de ce qu’ils avaient espéré…
    — Hubert. Tes parents savaient depuis le début que tu n’étais pas leur fils. Et d’après Arnaud, ils savent aussi depuis un certain temps que tu ne leur donneras jamais de petits enfants. »
    En prononçant cette phrase, Albérich fut saisi d’un frisson, comme s’il venait d’en prendre conscience, lui aussi.
    « Je n’avais pas renoncé à changer de bord, avant de te rencontrer, grommela Hubert d’une voix accusatrice.
    — Ah bravo. Je suis le responsable, maintenant.
    — Tout à fait. »
    Albérich rit doucement. Hubert souffla la bougie.
    « Ma foi, si ça te permet de te déculpabiliser. »
    Il perçut un mouvement près de lui avant de sentir les lèvres du paladin se poser sur les siennes. Hubert le poussa pour se glisser dans le lit.
    « Est-ce que c’est prudent ?
    — Ce sont des sommiers de bonne qualité, faits dans le bon bois des montagnes !
    — Reste que tu pèses ton poids.
    — Sans doute. Mais ce lit a connu des championnats de sauts en hauteur. Il survivra. »
    Albérich se détendit dans l’étreinte chaleureuse de son amant. La nuit en montagne était frisquette, même sous une pile de couvertures.
    « Je ne suis pas forcé de faire une déclaration, si ? Même s’ils savent… Ça ne veut pas dire que ça ne les mettra pas mal à l’aise.
    — Non. Je sais. C’était juste pour… que tu saches que tu n’étais pas obligé de… de mentir. »
    Hubert soupira, se retourna sur le dos une seconde.
    « Etre moi-même… C’est vrai que j’aimerais tant…. Mais… je pense que ce n’est pas complètement possible. Pas cette fois, avec tout ce que je ramène d’autre… Mais je n’éluderai pas, je te le promets. Qu’a dit Arnaud ?
    — Que ça ne le regardait pas. Mais je n’ai pas nié, Hubert. Ça n’aurait servi à rien. Et puis il m’a pris par surprise. C’était trop tard. »
    Hubert rit à mi-voix.
    « Tu es encore plus piètre menteur que moi.
    — C’est juste que je ne mesure pas… la nécessité de mentir. Je n’ai pas vécu ce que tu as vécu. Je ne peux pas comprendre. »
    Le paladin le serra plus étroitement.
    « Tant mieux s’ils savent. Je suis… embarrassé mais pas honteux. »
    Albérich ne répondit rien. C’était déjà un progrès formidable, il ne fallait pas le négliger. Ils demeurèrent enlacés, en silence, et la nuit les emporta dans ses méandres tortueux de rêves et de néant.
    Créateurs de tous poils, rejoignez-nous : Ecrivains, moddeurs, traducteurs, amateurs de RP, une place pour chaque plume !

    MJ sur Hélonna, full en ce moment

  16. #16
    Avatar de Galathée
    Galathée est déconnecté Impératrice d'Erhedun
    Date d'inscription
    August 2004
    Localisation
    sur une autre longueur d'ondes...
    Messages 
    33 413
    Hubert prit le taureau par les cornes dès le lendemain après le petit déjeuner. Il flottait toujours un certain malaise dans l’air et il savait qu’il était lié à l’empressement qu’il avait eu à filer à Fondnoir. Aussi, lorsqu’Adrien et Arnaud partirent pour leur tournée de livraison, se glissa-t-il dans la forge avec son père, soi-disant pour l’aider. Albérich, de son côté, paraissait satisfait de profiter du bon air pour écrire et musarder.
    Hubert avait réfléchi à la manière d’aborder les choses, par la bande, mais il lui fallut un certain temps pour rassembler son courage. Il transporta du bois, attisa le foyer, tria du minerai, nettoya un moule de lame, remplaça un manche de marteau avant d'enfin oser parler.

    « Au fait… Hum. J’aurais besoin que tu modifies mon armure, papa. »
    Geoffroy haussa les sourcils.
    « Les armures, ce n’est pas ma spécialité, fils. Mais montre voir. »
    Hubert avait prévu le coup et il alla chercher son paquetage et le posa sur la table. Il dégagea les morceaux de plates de leur sac, les déposant les unes après les autres sur le bois usé : le plastron, les épaulières, puis la partie arrière. Il n’avait pas besoin du reste.
    « C’est un bel ouvrage. Je ne vois pas bien ce que je pourrais y ajouter. »
    Hubert retira sa cape, tandis que son père passait une main respectueuse sur le métal travaillé. Ce n’était pas l’armure formidable que le paladin avait portée à Clairétoile mais un harnois de bonne qualité tout de même.
    « J’ai un problème, papa. »
    Geoffroy releva les yeux et Hubert lui tourna le dos, révélant ses jeunes ailes, encore chétives, avant de lui faire face à nouveau. Le forgeron demeura muet de stupeur et Hubert soupira.
    « Hier, vous ne m’avez pas demandé comment j’ai su que je n’étais pas votre fils, murmura-t-il. Je pensais que… la chose viendrait dans la conversation mais… ensuite, je n’ai plus su… et…
    — Qu’est-ce que c’est… » souffla Geoffroy, sans bouger.
    Hubert pinça les lèvres, écarlate.

    « Ce sont des ailes. Elles sont en train de… grandir. Je suis… apparemment à moitié céleste.
    — Céleste ?
    — Mon père… ou ma mère… était un céleste. Un ange, comme vous les appelez peut-être. »
    Le forgeron s’appuya sur la table.
    « Alors là…
    — Je ne peux plus porter mon armure. Je peux déjà à peine me vêtir… Or j’ai besoin… de pouvoir continuer… à me battre et… je ne crois pas qu’on fabrique des armures pour les gens comme moi.
    — Hubert, je suis vraiment… »
    Ils se dévisagèrent un moment, à court de mots.
    « Je vais voir ce que je peux faire, reprit Geoffroy. Tourne-toi. Enlève ta chemise. »
    Hubert s’exécuta.
    « Est-ce qu’elles vont… se développer davantage ?
    — Je ne peux pas en être sûr… Mais il y a des chances qu’elles deviennent... à ma mesure, oui.
    — Elles protègeront ton dos… mais elles seront vulnérables.
    — Je dois avouer que je ne sais même pas vraiment comment on peut se battre avec des ailes, pour tout dire. Je n’ai pas eu le temps d’y réfléchir vraiment. Mais déjà, le temps qu’elles se développent, si je pouvais porter à nouveau mon harnois, ce serait formidable. »
    La main rêche du forgeron se posa sur son dos, remonta sous les ailes et les écarta doucement.
    « Dis-moi si je te fais mal, mais j’ai besoin de voir comment elles sont implantées et comment elles mobilisent les muscles tout autour…
    — Tu peux y aller. Elles ne sont plus douloureuses depuis un moment. »
    Les paumes calleuses de Geoffroy ramenèrent les ailes en arrière, puis il en déploya la seconde partie, avec fermeté mais lenteur.
    « Bon… Il va falloir quelque chose qui peut évoluer avec leur mouvement, pour ne pas les coincer… A mon avis… Il faut imaginer conserver une protection relative des épaules, vers l’avant, et puis du dos sous les omoplates, et on peut penser à quelque chose là, entre les deux… mais une plaque, ça n’ira jamais. Des mailles, un renfort lamellaire… Oui… Ces ailes vont de toute façon gêner tes adversaires, surtout si elles sont en mouvement, mais il faut quand même éviter qu’une flèche puisse t’atteindre à la nuque ou la colonne. Quelque chose en triangle. En tout cas pour l'instant. Quand elles auront atteint leur taille définitive, il sera sans doute possible de fabriquer quelque chose de plus complet mais... même comme ça, il faut pouvoir conserver toute l'amplitude du mouvement... Des trous, ça ne fonctionnera pas, je pense... »
    Il se déporta sur le côté et croisa le regard de son fils.
    « Tu sais que je n’ai plus l’âge, n’est-ce pas ? Est-ce que je peux en parler à Arnaud ? Il est vraiment très doué pour imaginer les meilleures solutions… et Adrien peut obtenir le meilleur du métal. »
    Hubert pinça les lèvres.
    « Bien sûr. Ce n’est pas quelque chose que je pourrai cacher très longtemps… et je ne veux sûrement pas vous le cacher à vous. »
    Créateurs de tous poils, rejoignez-nous : Ecrivains, moddeurs, traducteurs, amateurs de RP, une place pour chaque plume !

    MJ sur Hélonna, full en ce moment

  17. #17
    Avatar de Galathée
    Galathée est déconnecté Impératrice d'Erhedun
    Date d'inscription
    August 2004
    Localisation
    sur une autre longueur d'ondes...
    Messages 
    33 413
    Pendant qu’Hubert discutait ferraille avec son père, Albérich était kidnappé par Clémence. La jeune femme vint se poster derrière son épaule, alors qu’il écrivait, si bien qu’il finit par s’interrompre et lui faire face.
    « Hubert vous a encore abandonné ! » s’exclama-t-elle, malicieuse.
    Il pinça les lèvres en une moue dépitée.

    « Qui suis-je, pour le détourner de la forge de son enfance ?
    — Nous savons très bien, qui vous êtes. » rétorqua-t-elle, et il se sentit rougir, ignorant si elle parlait de sa carrière ou de son cœur.
    Elle rit joyeusement de son embarras.

    « Ça vous dirait de descendre avec moi jusqu’à Valcroissant ? Ça vous fera une balade et vous m’avez l’air d’être du genre costaud qui peut porter des blocs d’argile sans transpirer. »
    Il fronça les sourcils.
    « Est-ce que je dois le prendre mal ?
    — Pourquoi ? C’est plutôt rare, une sommité pensante qui peut porter un bloc d’argile.
    — Combien font les blocs ?
    — Environ quarante livres chacun. Mais j’ai une charrette et un mulet ! C’est juste pour la charger. »
    Il se leva.
    « Très bien. Je vous suis. Mais vous devrez vous écarter : je suis du genre à faire tomber le bloc sur le pied du premier venu.
    — Mais vous savez soigner ce genre de choses en trois mots, non ?
    — Pas faux... Mais ça fait quand même mal sur le moment. »

    Un peu plus tard, ils étaient assis côte à côte sur le banc de la charrette tandis que le vaillant mulet, Soupir, tirait leur attelage.
    « Vous êtes potière, alors, m'a dit Hubert.
    — Oui. Il y avait déjà trois forgerons dans la famille, voyez-vous, et je n’étais pas du genre à épouser un homme et son métier, comme Alice. Mais ce qui m’a toujours fasciné, dans la forge, ce n’est pas le métal… C’est le feu. La manière dont la chaleur transforme la matière. C’est la même chose dans mon métier. Le four permet de métamorphoser la glaise… C’est presque magique. »
    Cahin-caha, ils empruntaient un autre chemin que celui de Fondnoir, vers le sud, entre des montagnes plus rondes, verdoyantes et piquetées de fleurs rouges, bleues et jaunes qui paraissaient presque lumineuses.
    « Je suis curieux de voir vos œuvres.
    — Elles ne sont pas pratiques pour voyager. Trop fragiles.
    — Je peux être précautionneux.
    — Franchement, ce serait vous compliquer la vie. Mais je vous en montrerai à la maison, si vous voulez. »
    Ils franchirent un petit pont de pierre et le village qu’ils ralliaient apparut en contrebas.
    « Qu’est-ce qui s’est passé, hier, que tout semble soudain plus compliqué ? demanda Clémence. J’ai essayé d’en savoir plus, mais maman m’a dit que c’était à Hubert d’en parler le premier. C’est par rapport à vous ?
    — Non, dit Albérich dans un soupir. Je n’ai rien à voir là-dedans. Mais je pense, aussi, que ce serait mieux qu’Hubert en parle le premier.
    — Hum. »
    Elle acquiesça dans une grimace, puis sourit.
    « Je vais lui tirer les vers du nez en deux temps trois mouvements. Il n’a jamais su me résister… même par écrit, c’est dire. »
    Elle rit joyeusement.
    « En plus, de visu, il ment tellement mal… »
    Albérich sourit en secouant la tête.
    « Il n’a pas de raison de vous mentir.
    — Non, je sais. Et je voulais m’excuser pour l’autre jour… quand maman vous a… négligé. Elle sait qu’Alice est indiscrète et elle se méfie, à juste titre à mon avis, de sa réaction si elle savait pour vous deux. »
    Albérich rit à son tour.
    « Dire qu’Hubert se croyait discret…
    — Il a toujours été un piètre menteur, je vous l’ai dit. Et moi, la petite, j’ai toujours été une excellente observatrice. C’est vital, quand on est le dernier d’une grande famille… Il faut être vigilant, sans cesse, pour trouver sa place et la protéger…
    — Je vois ce que vous voulez dire. Je suis le dernier de sept. Mais moi j’ai trouvé qu’il… cachait bien son jeu.
    — Vous ne l’avez pas côtoyé des années durant. C’est différent. Vous ne l’avez pas connu adolescent, quand il avait ses premiers émois à la commanderie. Il n’en était sans doute pas conscient… ou pas conscient de ce qu’il reflétait. Mais maman et moi… Nous avons bien vu qu’il ne parlait que des autres garçons, jamais des filles, jamais des femmes, et quand il revenait au village pour un congé… Il était aveugle à la parade de ses soupirantes. Pourtant, un beau jeune homme comme lui, futur chevalier de surcroît… Il y avait foule. Il était charmant, il a encouragé bien des espoirs, mais il était complètement… à côté de la plaque. Il n’y a pas d’autre mot. A mon âge, je trouvais ça comique. Maman était stupéfaite et inquiète… et puis elle a accepté qu’il était… comme il était. Nous n’en avons pas parlé, jamais. Arnaud et Adrien se moquaient de lui mais n’y voyaient rien de bien étrange, certains hommes sont naturellement bouchés dans le domaine, si vous me pardonnez l’expression, et il n’avait que quinze, dix-sept puis vingt ans. Il est devenu plus taciturne, ensuite, sans doute quand il a réalisé... Manifestement mal dans sa peau, même s’il était fier d’être paladin, et heureux dans sa carrière. Il a commencé à repousser les filles avec plus de franchise… maladroitement, aussi. Il y a eu cette histoire avec Filippa, de la commanderie… Nous ne l’avons jamais rencontrée. Pourtant maman a insisté, mais il y avait toujours une bonne excuse… et puis tout ce bazar, ensuite. C’est à ce moment-là que les choses ont éclaté. Il nous avait parlé des ennuis qu’il avait eus avec un écuyer, vous voyez… Bref. C'est beaucoup plus tard, dans les courriers qu’il m’a envoyés de Solarcis, j’ai compris qu’il avait trouvé quelqu’un.
    — Niall, le barde.
    — Il vous en a parlé.
    — Oui.
    — Et puis il est devenu capitaine et la grisaille s’est étendue, peu à peu. Je ne suis pas sûre qu’il a lui-même perçu que ses courriers glissaient vers cet état de torpeur.
    — Je n’ai pas eu l’impression, en le rencontrant, qu’il était… déprimé… ou même qu’il donnait le change. C’est vrai que son rôle n’avait plus grand chose à voir avec celui d’un paladin, mais il faisait un excellent travail, reconnu, et il m’a eu l’air bien établi dans la cité…
    — Sans doute peut-on se relâcher dans les lettres qu’on envoie à sa famille, de temps à autre… Ou peut-être n’écrivait-il que lorsqu’il était dans un moment de désarroi.
    — Je comprends ça. »
    C’était un peu son genre, à lui aussi.
    Clémence lui jeta un regard malicieux, le sourire aux lèvres.

    « Et puis vous êtes arrivé. »
    Albérich leva les yeux au ciel et acquiesça.
    « Juste celui dont il avait besoin.
    — N’exagérons rien. Il avait sa place, là-bas. Il aurait pu la conserver vingt ans, encore, et faire beaucoup de bien à Solarcis.
    — Mais ce n’est pas ce qu’il avait en lui.
    — Non. Effectivement. »
    Elle ne croyait pas si bien dire.
    « Je pense qu’il y gagne au change.
    — J’espère. »
    Elle rit.
    « Espérer, c’est bien lathandrite, ça. »
    Son expression se rembrunit.
    « Qu’allez-vous faire, maintenant ? Hubert est banni de Luménis.
    — Je sais bien. Je vais y aller seul, quelques jours, pas plus, dire bonjour à l’un ou l’autre, prendre des nouvelles de la guerre en Dorrandin… »
    Elle parut surprise.
    « Pas y rester ?
    — Non.
    — Ah. Les rumeurs disent le contraire.
    — Quelles rumeurs ?
    — Des rumeurs. »
    Le Luménien grimaça.
    « Il y a des rumeurs qui parlent de moi ? Et qui arrivent jusqu’à Maleval ?
    — Antelucas, en fait. J’y suis descendue la veille passée.
    — Diable. Je n’ai aucune intention de me réinstaller à Luménis. »
    Le dire, cela le rendait réel, et il ressentit un brusque poids dans la poitrine. Sa ville de naissance, l’endroit qu’il avait aimé, pour lequel il s’était donné, pour lequel il avait souffert. Faire une croix dessus, pour toujours, c’était insoutenable… Si seulement Maelwedd pouvait mourir en Dorrandin, peut-être…
    Il secoua la tête, s’arrachant à son songe indigne.

    « Nous avons du travail à Clairétoile. Et nous y sommes les bienvenus, l’un et l’autre. »
    Avec le poids d’attentes démesurées, malgré tout, et de nombreux grincements de dents et autres rancoeurs et déceptions.
    « Merci de me l’avoir dit. Je serai vigilant quand je passerai à la capitale. Mais je vous assure que je n’ai nulle intention d’y rester. Ma place est désormais ailleurs. A tous niveaux. »
    Il reporta son regard sur la campagne.
    « Mais puisque vous avez des nouvelles fraîches… Qu’en est-il de la guerre ?
    — Elle est terminée.
    — Terminée ? »
    Clémence le dévisagea, interloquée.
    « Heureusement que vous n’avez pas l’intention de briguer un poste officiel à Luménis ! s’exclama-t-elle
    — Désolé… J’ai été pris ailleurs… »
    Elle secoua la tête, incrédule.
    « On dit toujours que l’est de l’île vit sur un autre continent, mais là, c’est fort… »
    J’étais en Enfer, j’avais les mains pleines…
    « Nous avons perdu. Enfin. Les Manostiens ont perdu et nous avec. Je ne connais pas les détails. Vous les aurez sûrement à Luménis. De ce que j’ai compris, nous nous en sortons avec les honneurs, contrairement aux Helmites.
    — Entrer en guerre était une idée stupide, cha Albérich, spontanément. Je ne sais pas ce qui leur est passé par la tête. »
    Clémence rit à nouveau.
    « Vous n’étiez pas là pour les en empêcher. »
    Il ne répondit rien, brusquement balayé par ses paroles. Elle avait raison. Il avait fui comme un lièvre effrayé. Mais sans cela, il n’y aurait pas eu de renaissance, pas de rédemption. Il aurait été un conseiller terrorisé, amer, gris sombre. Peut-être aurait-il soutenu l’idée de partir en guerre outremer.
    « Non. » dit-il finalement.
    Elle posa une main sur son genou, vive.

    « Désolée. Je n’aurais pas dû dire ça.
    — Non, vous avez raison. C’est sans doute ce que pensent de nombreux opposants à cette tuerie inutile. »
    Il frissonna en songeant au Vallon Noir, à la boucle qu’il voulait boucler une bonne fois pour toute, au fait que c’était impossible, qu’il y aurait toujours des regrets, des remords, des incertitudes sur ce qui aurait pu être… mais il ne pouvait pas vivre avec cette interrogation constante… En même temps, c’était finalement la preuve qu’il devait abandonner Luménis. Il avait failli, quelles qu’aient été ses excellentes raisons, et il ne mériterait plus jamais leur confiance.
    « Vous savez ce qu’il en est… des pertes, ce genre de choses ?
    — Non. Mais je sais que le général Maelwedd est rentré. »
    Bien sûr.
    « Les hommes de son niveau ne vont plus jamais au combat. Ils supervisent le tout loin derrière les lignes. Il faudrait une défaite monumentale pour qu’un général de son calibre tombe entre leurs mains. »
    Alors qu’il avait suffi d’un commando sharite, un jour, une nuit, pour qu’il soit balayé.
    « Dommage. » dit Clémence d’un ton catégorique.
    Albérich ne se permit pas d’en dire quoi que ce soit. La rumeur, son statut, la prudence… Il ne voulait pas arriver à Luménis et être arrêté pour propos séditieux.
    Quelques secondes plus tard, ils franchissaient les limites de Valcroissant, mettant un terme à cette conversation compliquée.
    Créateurs de tous poils, rejoignez-nous : Ecrivains, moddeurs, traducteurs, amateurs de RP, une place pour chaque plume !

    MJ sur Hélonna, full en ce moment

  18. #18
    Avatar de Galathée
    Galathée est déconnecté Impératrice d'Erhedun
    Date d'inscription
    August 2004
    Localisation
    sur une autre longueur d'ondes...
    Messages 
    33 413
    Ils ne reparurent à Maleval qu’en fin de matinée et y découvrirent une certaine effervescence. La charrette était chargée de blocs d’argile pesants et le pauvre mulet était couvert de sueur. Albérich, de son côté, s’était acquitté de sa tâche sans fracas ni orteils brisés.
    « Clémence, tu dois voir ça. » déclara Alice dès que sa petite sœur eut mis pied à terre devant la maison.
    Elle la prit par la main et l’entraîna droit sur la forge. Assise sur un banc non loin, Elaine paraissait interdite mais elle sourit à Albérich, qui s’approcha, un peu incertain.
    La mère d’Hubert lui prit aussitôt la main.

    « J’ai toujours su qu’il était… différent. A plus d’un égard. Mais même enfant… Il était tellement… tellement lumineux… »
    Elle lui serra la main plus fort, son expression se tendit.
    « Comment va-t-il faire, au jour le jour, avec ces… ces ailes ? »
    Albérich sourit.
    « Nous nous débrouillerons. Et là où nous allons… Il sera entouré d’amis qui l’ont vu réaliser l’impossible… Ils seront ébahis mais pas complètement choqués. »
    Elle acquiesça puis secoua la tête avec une moue ennuyée.
    « Rien que passer les portes va être compliqué. »
    Albérich rit doucement.
    « Oh oui. Mais il en a vu d’autres. »
    Il hésita un instant.
    « Il va être… stupéfiant. »
    Elle sourit.
    « Merci d’être là, Albérich. Je sais qu’il répète que le rôle d’un paladin est de protéger les prêtres mais… je suis sûre que vous le protégez, vous aussi.
    — Je pense que nous avons à cœur de veiller l’un sur l’autre. »
    Elle posa sa main dans son giron puis le relâcha.
    « C’est Herbeverte, aujourd’hui. Nous devrions faire quelque chose. Le printemps est revenu dans nos murs. Nous ne pouvons pas le négliger. Nous devons rendre gloire à Lathandre.
    — Alors il nous faut des fleurs.
    — La montagne en est couverte. »
    Clémence ressortit de la forge à ce moment-là et marcha droit sur Albérich.
    « Vous êtes un sacré cachottier !
    — Ce n’était pas à moi de trahir ce secret.
    — Je sais. Vous êtes quand même un sacré cachottier. »
    Elle se tourna vers sa mère.
    « Et papa et toi aussi. »
    Elaine pinça les lèvres, terrassée par une émotion traître, et Clémence vint l’étreindre tandis qu’Albérich, discret, se levait et s’éloignait de quelques pas. Tout était dit, révélé, ou presque. Il percevait, au-delà des émotions difficiles, la libération de ces secrets pesants, le bonheur qu’il s’y trouvait, dans la vérité, l’acceptation, l’aveu complet de ce qui était.
    Il les laissa. C’était Herbeverte. Il fallait cueillir des fleurs.
    Créateurs de tous poils, rejoignez-nous : Ecrivains, moddeurs, traducteurs, amateurs de RP, une place pour chaque plume !

    MJ sur Hélonna, full en ce moment

  19. #19
    Avatar de Galathée
    Galathée est déconnecté Impératrice d'Erhedun
    Date d'inscription
    August 2004
    Localisation
    sur une autre longueur d'ondes...
    Messages 
    33 413
    Plus tard, Hubert le dénicha dans les hauteurs, les bras chargés d’un grand bouquet mélangé, et le paladin éclata de rire, un rire joyeux et sans complexe, qui empourpra Albérich de vexation.
    « Très mignon. » dit-il finalement.
    Il avait abandonné sa cape et ses jeunes plumes, immaculées, frémissaient dans la brise. En quelques jours, une veille à peine, ses ailes avaient gagné plusieurs pouces, et auraient sans doute pu porter un rapace de taille moyenne, comme une buse ou un autour. Albérich déposa ses fleurs et s’approcha de lui, puis tendit la main pour le toucher. Hubert frissonna.

    « Ça chatouille. »
    Albérich sourit.
    « Tu les perçois, désormais ?
    — Oui. Regarde. »
    Il en battit quelques fois, régulièrement, comme un oiseau cherchant à prendre son envol. Le mouvement ébranlait légèrement les muscles de sa poitrine, on le devinait sous la toile de sa chemise. Il y aurait de la magie, cependant, dans ce prodige : un humain, même de sang céleste, n’avait pas l’anatomie d’un oiseau.
    « C’est très curieux. J’ai de plus en plus la sensation qu’elles ont toujours été là… alors même que je sais que c’est faux… Elles sont en moi. C’est difficile à expliquer.
    — Mais parfait en même temps. La nature est bien faite. » dit Albérich en récupérant ses fleurs.
    Ils firent quelques pas dans les herbes folles.

    « Comment te sens-tu ?
    — Epuisé. Exalté. Ravi. Mais surtout épuisé. »
    Hubert s’assit sur un rocher, Albérich resta debout, face à la vallée, au village en contrebas, tout proche. La cheminée de la forge fumait allègrement.
    « Je me suis imaginé ce retour mille fois. Dix mille fois. Mais je n’ai jamais imaginé que ce serait aussi… aussi intense et aussi formidable. Ces gens… Ma famille… Ils m’ont gardé une place. Et leur amour. Alors que je suis parti et que je n’ai rien fait… »
    Il secoua la tête.
    « J’ai pensé à eux, souvent, mais je réalise seulement maintenant que… j’avais fait une croix sur eux. Je les croyais, sérieusement, perdus. »
    Il soupira.
    « Je radote. Je ne devrais pas parler, je devrais vivre. Cela va prendre quelques jours. Clairétoile est loin, très loin d’ici… mais je sais maintenant que je reviendrai. Encore et encore. Inlassablement. Chez moi. »
    Il attrapa la main d’Albérich et entrecroisa ses doigts aux siens.
    « Je ne pensais pas… maintenant qu’ils savent… ça a l’air… de ne rien changer… »
    Ses ailes s’agitèrent à nouveau, sans qu’il paraissent en prendre conscience.
    « Mes frères sont tout excités à l’idée de trouver une solution pour mon armure… et ma mère veut retoucher toute ma garde-robe… J’avais quand même l’intention de garder ça pour moi encore un certain temps. Sous cape.
    — Elles deviennent de plus en plus grandes. Ce ne sera plus possible très longtemps.
    — Avec des sangles, peut-être, je pourrais les… les ranger.
    — Tu risques de te faire mal. Tu ferais mieux de…
    — De quoi ? De les exposer ? Tu n’es pas sérieux, Albérich. Tout le monde va me regarder. Dans certains bourgs, ici, on regarde déjà les elfes de travers… alors un homme avec des ailes !
    — Tu es un demi-céleste, Hubert. Un symbole de la lumière. Cela ne pourra pas te faire de mal.
    — Sauf si je tombe sur des Bainites en goguette. »
    Cette phrase crispa brusquement les entrailles d’Albérich, comme il songeait aux Sharites, à la perversité dans ce monde.
    « Il n’y en a pas beaucoup dans le coin, reprit-il d’un ton égal. Mais tu risques d’avoir du travail : en bordure de la forêt maudite, un coup de main céleste sera toujours bienvenu.
    — Je crois que je vais plutôt éviter toutes les routes et les villages.
    — Nous pourrions chercher un mage… Un adepte de la transmutation… ou un illusionniste… Quelqu’un qui pourrait réduire le spectacle.
    — Tu voudrais les rendre invisibles ? Ou alors que je me métamorphose ?
    — C’est toi qui veux, moi je ne veux rien. Je pense que tu peux les porter avec fierté. »
    Hubert secoua la tête.
    « C’est lourd à porter, justement.
    — Je sais. »
    Il posa à nouveau les mains sur les ailes, les caressa lentement, avec révérence. Il vit à l’expression d’Hubert que la sensation n’était pas désagréable. Les plumes étaient douces sous sa paume, tièdes, parfois frémissantes.
    « De toute façon, une fois dans les Landes et à Clairétoile, tu seras tranquille.
    — Plus ou moins. Je n’ai pas clamé ce que j’étais. Et cela va me… ferrer dans un certain rôle.
    — Mais ça, tu le sais. Et souviens-toi que tu es parti à contrecoeur.
    — Le devoir… Oui. Je n’y ai pas beaucoup songé ces derniers temps. Comme si cette possession m’avait vidé l’esprit. Tout cela semble… si loin, soudain.
    — Nous serons de retour bien assez tôt. »
    Hubert acquiesça.
    « Tu as raison. Profitons de l’instant. »
    Il leva les yeux puis quitta son rocher.
    « Tes fleurs ont soif. Tu vas organiser une cérémonie ce soir ?
    — Ta mère me l’a demandé.
    — Ah. Hum. C’est de bonne guerre, je suppose. Rentrons avant que ton joli bouquet ne soit complètement fané. »
    La malice avait teinté ses derniers mots et Albérich lui décocha une grimace avant de lui emboîter le pas vers la forge.
    Créateurs de tous poils, rejoignez-nous : Ecrivains, moddeurs, traducteurs, amateurs de RP, une place pour chaque plume !

    MJ sur Hélonna, full en ce moment

  20. #20
    Avatar de Galathée
    Galathée est déconnecté Impératrice d'Erhedun
    Date d'inscription
    August 2004
    Localisation
    sur une autre longueur d'ondes...
    Messages 
    33 413

    Ce qui devait être une petite occasion privée de rendre grâce à Lathandre se transforma en fête au village. En effet, les autres habitants de Maleval lorgnaient vers la forge et son activité inhabituelle depuis le retour d’Hubert et ce fut l’occasion pour chacun — les bergers, le brasseur, le charpentier, le meunier — de venir saluer le paladin. Les gens de Maleval étaient largement acquis à la cause chauntéenne, mais comme tous les laïcs, ils priaient en fonction des besoins. Lathandre et Chauntéa étaient alliés, amants, symboles masculin et féminin de la fécondité, du renouveau et du printemps. Aussi était-ce aisé, pour Albérich, de les célébrer l’un et l’autre, comme les deux faces d’un même principe, la vie. Maleval, bourgade modeste, n’avait ni chef, ni prêtre, et quand il fallait descendre à Cogne pour référer de l’une ou l’autre question aux autorités, on discutait généralement de ça autour d’un verre d’eau de vie, à la taverne, et en cas de conflit, on jouait ça aux cartes. Le caractère public de la cérémonie fut donc décidé de manière tacite et le Luménien se retrouva devant le fait accompli quand la congrégation d’une centaine de personnes, adultes et enfants mélangés, armés de fleurs des champs, se présenta pour la cérémonie.
    Il en fut curieusement intimidé, mais en réalité, ce n’était pas le nombre qui l’effrayait, c’était la présence de sa belle famille, au premier rang, Elaine et Geoffroy, Alice, Clémence, Arnaud et Adrien. Il les connaissait à peine, mais il avait envie de les aimer et d’en être aimé, parce qu’ils étaient les proches d’Hubert, et qu’Hubert avait pris cette place absolue dans son cœur, à un endroit qui n’existait pas auparavant, un endroit neuf, merveilleux et fragile, qui se dorait dans la lumière. Le paladin, au milieu des siens, arborait un sourire malicieux, sans doute conscient du trac de son amant. Mais il y avait aussi de la confiance, dans son expression, et peut-être une certaine fierté.
    Albérich prit la parole. Les mots vinrent sans qu’il ait besoin de les penser, de les construire. Le printemps. L’espoir. Le futur à leurs portes, chargé de promesses. Tout ça faisait partie de lui, intimement, depuis si longtemps… Mais à un moment, alors qu’il avait presque terminé, il prit conscience d’un murmure dans la foule, de quelque chose qui se propageait de proche en proche, et il vit la ferveur s’intensifier sur les visages, les yeux s’écarquiller. Un instant, il y lut le signe d’une communion formidable entre chacun d’entre eux et les divinités qu'ils célébraient. Juste un instant. Puis il devina, avec stupeur, que quelqu’un l’avait reconnu et que le message était passé à toute l’assistance, en ce compris les gens juste devant lui. La mine d’Hubert était explicite à cet égard, tout comme celle de ses parents, ébahis.
    Il garda le cap, bénit le village, célébra le printemps, puis conclut sur un chant bien connu, à la gloire de Chauntéa, pour faire bonne mesure.
    La soirée allait certainement dégénérer en agapes phénoménales, presque dignes d’un Temple Sunite, car c’était ainsi que les fervents de la déesse terre célébraient Herbeverte. Mais pour l’heure, les villageois parlaient entre eux, personne n’osant venir vers lui. Il demeura en marge, inquiet, regarda vers Hubert qui était encerclé par les membres de sa famille, rouge pivoine. Seule Clémence arborait un sourire absolument hilare. C’est elle qui vint finalement à son secours.

    « Pas de chance ! lança-t-elle avec malice. C’est Maddock, l’herboriste… Il va à Luménis de temps en temps, pour ravitailler quelques boutiques en herbes de montagne.
    — Ah diable, le monde est minuscule.
    — Pas tant que ça… Mais vous êtes un personnage public. Alors les risques existent, partout.
    — Je suppose que ça devait arriver. Et c’est mieux, peut-être, que tout soit sur la table.
    — Oui, probablement. S’ils l’avaient appris après votre départ, ils se seraient sentis honteux de vous avoir si mal reçu.
    — Je n’ai pas été mal reçu. A aucun moment. Je ne demande rien de plus. »
    Les parents du paladin s’étaient approchés, père, mère, frères et sœur, tous plus embarrassés les uns que les autres. Il décida de prendre les devants.
    « Je suis désolé de ne pas vous avoir dit d’emblée qui j’étais, mais c’est parce que ça n’a aucune importance. Je suis juste… l’ami de votre fils. Et je ne veux rien être d’autre à vos yeux. Alors pardonnez-moi ce… mensonge… Je ne voudrais pas que cela change quoi que ce soit. »
    Elaine jeta un regard de reproche à Hubert, toujours empourpré, puis revint à Albérich.
    « Monseigneur…
    — Appelez-moi Albérich, Elaine, comme vous l’avez toujours fait. Et tutoyez-moi. »
    Elle parut scandalisée, mais Hubert lui pressa doucement le bras, et elle se radoucit.
    « C’est un honneur de v… t’accueillir dans ma modeste demeure, murmura-t-elle.
    — C’est moi qui suis honoré de votre accueil. »
    Elaine sourit à Hubert, une seconde, puis revint à Albérich.
    « Si nous pouvons faire quoi que ce soit…
    — Surtout ne changez rien. »
    Elle acquiesça. Derrière elle, toute la famille semblait soulagée qu’elle ait pris les choses en main.
    « Quelle histoire… souffla-t-elle. Tout le village va en parler pendant dix ans !
    — J’espère que vous avez fait le tour des révélations, cette fois… » ajouta Adrien.
    Elaine secoua la tête. D’autres personnes s’étaient approchées et Albérich se tourna vers les gens de Maleval qui voulaient le saluer, ravis, impressionnés, reconnaissants, et il laissa faire, malgré son embarras.
    Quelque part, quelqu’un commença à jouer de la musique, de bonnes odeurs s’échappèrent des maisons, l’alcool se mit à circuler, et le banquet d’Herbeverte débuta.
    Créateurs de tous poils, rejoignez-nous : Ecrivains, moddeurs, traducteurs, amateurs de RP, une place pour chaque plume !

    MJ sur Hélonna, full en ce moment

  21. #21
    Avatar de Galathée
    Galathée est déconnecté Impératrice d'Erhedun
    Date d'inscription
    August 2004
    Localisation
    sur une autre longueur d'ondes...
    Messages 
    33 413
    Il faisait nuit depuis des heures, la voûte était resplendissante au-dessus d’eux. Couchés dans l’herbe, quelque part, Albérich et Hubert regardaient les étoiles. Ils avaient bien bu, l’un et l’autre, mais tandis que le prêtre était ivre, le paladin en était bien loin. Même s’il était légèrement embarrassé de son état, Albérich était aussi désolé pour son compagnon : l’ivresse avait de bons côtés. Il ne pouvait plus s’empêcher de sourire. Leurs doigts étaient entrecroisés, seule concession à leurs sentiments. Pourtant, il faisait noir et les autres villageois étaient loin, autour d’un grand feu de joie, dont on devinait le reflet sur les façades des maisons.
    « A quoi tu penses ? demanda Hubert.
    — Herbeverte à Luménis. Le cortège des fleurs. Tous ces banquets, partout, sur les places, dans les ruelles. Les bals populaires. Les prières. Le parc. Le port. Et moi je danse, je danse encore, dans le Palais et sur le Port… La cité m’a jeté un sort, je danserai jusqu’à la mort... »
    Hubert ne répondit pas. Albérich fronça les sourcils.
    « Tu ne dis rien.
    — C’est à cause de moi que tu ne peux pas y retourner. Clémence m’a parlé… des rumeurs.
    — Ce sont des rumeurs. Laisse-les à leur juste place. J’aime Luménis, mais je t’aime toi immensément plus, d’un amour radicalement différent, immense, irrépressible, absolu.
    — Tu es saoul, Albérich.
    — Et cela me libère. Apprécie. »
    Hubert rit doucement. Il s’était redressé sur un coude et porta la main du Luménien à ses lèvres.
    « Je n’ai aucune intention d’aller enquiquiner Maelwedd. Et puis en deux jours, toutes ces mesquineries vont m’agacer. Je n’ai plus la patience. Plus l’envie. J’aurai des regrets, sans doute, mais davantage parce que… je me demanderai si je ne manque pas à mon devoir… Ah, diable, Hubert, quelle conversation stupide. Je m’en fiche de Luménis. Il faut un temps pour tout. Je vais avoir quarante ans, cette année. J’ai envie de toi, de vivre, c’est le printemps… »
    Le paladin le fit taire d’un long baiser et le prêtre protesta puis capitula. Quand Hubert le libéra, il ne savait plus trop de quoi ils parlaient une seconde plus tôt.
    « C’est quoi cet alcool de montagnard ?
    — Ça s’appelle du darral. C’est du nain. Ça veut dire « qui échauffe l’esprit », je crois. On le fabrique avec des plantes du coin mais la recette est secrète.
    — C’est rude.
    — Mais j’ai l’impression que tu n’as pas trouvé ça si mauvais.
    — C’est rude mais c’est bon.
    — On peut en emmener quelques bouteilles en partant.
    — Ce ne serait pas sage.
    — Et alors ?
    — Les prêtres sont sages par essence. »
    Hubert rit à nouveau.
    « Tu racontes vraiment n’importe quoi. Tu veux aller te coucher ?
    — Je vais rester ici.
    — La nuit est fraîche. Tu as une illusion de chaleur à cause du darral.
    — Hum. D’accord. »
    Il se redressa sur son séant, où il resta assis un moment. Les étoiles tournaient à toute vitesse autour de lui. Hubert demeura près de lui, sans le presser.
    « Tu crois qu’on peut encore rester quelques jours ?
    — Autant que tu veux. »
    Le paladin acquiesça, lorgnant vers les bâtiments, plus loin.
    « On verra comment les choses se passent. Je suppose qu’on n’est pas vraiment pressés.
    — Non. Pas vraiment. L’automne est loin. Je crois. »
    Hubert glissa un bras sous le sien et l’aida à se remettre debout.
    « Je vais faire ça dignement.
    — Bien sûr. »
    Et, pas à pas, ils retournèrent vers la forge. Heureusement, il y avait une porte de derrière, et ils ne furent pas forcés de retourner là où les convives défiaient la nuit de leur joie printanière.
    Créateurs de tous poils, rejoignez-nous : Ecrivains, moddeurs, traducteurs, amateurs de RP, une place pour chaque plume !

    MJ sur Hélonna, full en ce moment

  22. #22
    Avatar de Galathée
    Galathée est déconnecté Impératrice d'Erhedun
    Date d'inscription
    August 2004
    Localisation
    sur une autre longueur d'ondes...
    Messages 
    33 413
    Au final, ils restèrent onze jours supplémentaires à Maleval. Hubert révisa ses connaissances de forgeron — il avait toujours entretenu son matériel lui-même, mais son savoir-faire avait besoin d’une petite remise à niveau—, il se plia aux essais d’armurerie de ses frères et de couture de sa mère, et s’improvisa maître d’armes pour ses neveux et nièces qui brûlaient tous de devenir chevalier. S’il ressentit une quelconque nostalgie au contact des enfants, réminiscences d’un temps où il avait eu une paire d’écuyers, Albérich n’en devina rien. Les entraînements improvisés devant la forge drainaient toujours un large public et dégénéraient invariablement en une mêlée de gamins entassés sur un paladin à terre et criant grâce, pour le plus grand plaisir de ses apprentis. Hubert accompagna aussi ses frères ici et là, à Cogne, à Fondnoir, à Valcroissant, pour négocier le minerai ou livrer une commande. Il eut ainsi l’opportunité de renouer avec chacun, à son rythme, et selon les élans des uns et des autres. Il passa beaucoup de temps avec son père, beaucoup de temps avec Clémence aussi, qui voulait tout savoir sur tout et l’entraînait dans de longues promenades durant lesquelles elle le bombardait de questions indiscrètes sur chaque détail de sa biographie.

    Albérich, de son côté, écrivit. Le printemps était magnifique, la montagne le fascinait, avec ses couleurs, ses parfums, la qualité si particulière de sa lumière, de l’aube au crépuscule, et il était enchanté. La sérénité des lieux nourrissait son inspiration et s’il progressa dans son récit des événements de l’hiver, il eut aussi des moments plus lyriques, et, pour la première fois depuis des années, il composa des prières, modifia une ode qui avait perdu de son éclat, transcrivit un rituel méconnu, formalisa une homélie. Il avait des moments d’extase religieuse imprévus, au petit jour, comme si ce printemps en particulier, dans cet endroit en particulier, marquait le début de quelque chose. C’était déstabilisant mais pas désagréable. Son embarras lorsqu’il terminait ses prières faisait rire Hubert.
    Accessoirement, il mit au monde un enfant — une petite fille — et célébra un mariage, bénit un voyage vers Antelucas et soigna une quantité incroyable de petits maux. Il usa peu de magie mais le fit néanmoins face à deux situations plus critiques, où on avait laissé des blessures s’aggraver par manque de moyens. Il savait qu’il faisait concurrence aux prêtres de Cogne et de Fondnoir, mais c’était temporaire, et il devait bien ça aux gens du coin. Il discuta avec le rebouteux local, s’informa des plantes utiles auprès du fameux Maddock et regarnit sa besace d’herbes utiles.

    Des jeunes filles célibataires vinrent s’enquérir du retour du paladin, une fois, deux fois, mais elles repartirent chaque fois déçues du manque de répondant du principal intéressé. Hubert et Albérich se permirent des gestes d’affection un peu plus nombreux, un peu plus souvent, mais toujours quand ils étaient seuls. En une veille, seule Clémence les surprit une fois. La chose ne fut jamais abordée officiellement, mais à la manière dont il était traité, Albérich savait bien que tout le monde l’avait accepté comme membre de la famille, ce dont il ne pouvait que se réjouir.

    Ils partirent finalement le matin du deuxième jour de la seconde veille de Mirtul. Le temps devenait de plus en plus chaud, les nuages étaient rares, ils venaient de célébrer le printemps et pourtant l’été frappait déjà à leurs portes. Les chevaux étaient impatients de reprendre la route et Albérich resta un long moment perché sur le sien, contemplant la vallée en contrebas, tandis qu’Hubert saluait sa famille à l’intérieur. Il y avait de l’émotion et des larmes, dans ces au revoirs, mais aussi une certaine sérénité, la conviction que quelque chose avait été réparé, une déchirure ancienne, en dépit de la redéfinition de leurs liens. Hubert repartait, mais il était rentré, et il reviendrait. Albérich était confiant : les choses avaient été douloureuses mais s’étaient au final déroulées au mieux, à tous points de vue.

    Le paladin s’extirpa de la petite maison avec regrets et Albérich assista aux dernières embrassades, devina les promesses qui s’échangeaient, sourit de leurs sourires, et adressa un signe de la main aux gens de la forge, qu’il avait salués plus tôt. Dans leurs fontes, ils emportaient plusieurs jours de ravitaillement, un peu de cette eau-de-vie qui avait réchauffé Herbeverte, une théière en céramique, soigneusement empaquetée, une armure et une garde-robe modifiées par des experts et plusieurs dizaines de pages couverte d’écriture serrée.
    Quand le paladin enfourcha Grand Vent, son visage reflétait son émotion et Albérich se garda bien de faire le moindre commentaire.

    « Bonne route, soyez prudents, dit Elaine, sans doute pour la millième fois.
    — A bientôt. » répondit Hubert, d’une voix tout juste maîtrisée.
    Et ils partirent, pas à pas sur la piste, vers l’ouest puis le nord, et la suite de leur périple.
    Dernière modification par Galathée ; 17/10/2018 à 18h11.
    Créateurs de tous poils, rejoignez-nous : Ecrivains, moddeurs, traducteurs, amateurs de RP, une place pour chaque plume !

    MJ sur Hélonna, full en ce moment

Discussions similaires

  1. [Lieu] Asgaroth
    Par Kasumi dans le forum Les Montagnes de Fer
    Réponses: 2
    Dernier message: 22/06/2014, 16h52
  2. [Légende des Royaumes] Hubert de Maleval
    Par Hubert de Maleval dans le forum Fiches de personnages
    Réponses: 0
    Dernier message: 23/07/2013, 10h48
  3. [Quête Solo] Solarcis - Piège de Lumière
    Par Galathée dans le forum La Côte du Soleil
    Réponses: 96
    Dernier message: 21/07/2013, 08h22
  4. [Lieu] Une rue commerçante
    Par Folken dans le forum L'Esplanade Impériale
    Réponses: 10
    Dernier message: 18/05/2007, 22h03
  5. [Lieu-dit] Le Pic du Dragon
    Par Perdigan Foxglove dans le forum Les archives de Lumenis
    Réponses: 1
    Dernier message: 27/07/2004, 12h16

Les tags pour cette discussion

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •  

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 203 204 205 206 207 208 209 210 211 212 213 214 215 216 217 218 219 220 221 222 223 224 225 226 227 228 229 230 231 232 233 234 235 236 237 238 239 240 241 242 243 244 245 246 247 248 249 250 251 252 253 254 255 256